الإثنين, 30 تشرين2/نوفمبر -0001 00:00

04Juillet09f

Home - Accueil

 

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس
Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie.
Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

TUNISNEWS
9 ème année, N° 3329 du 04.07.2009
 archives : www.tunisnews.net  

Liberté et Equité: Salaheddine Aloui en grève de la faim
AFP: Tunisie: voyages à la Mecque suspendus en attendant le pèlerinage annuel
AFP: La Tunisie double ses livraisons de gaz algérien, relève son quota
AFP: Afrique: la Tunisie, pays le plus compétitif d'Afrique
AFP: Tunisie: légère secousse tellurique dans le nord-ouest
AFP: Les dirigeants africains décident de "pas coopérer" avec la CPI sur le Soudan
The Palestine Telegraph: UN Expert denounces seizure of aid boat by Israeli forces

Los Ageles Times: Attack on U.S. base in eastern Afghanistan kills two soldiers

Liberté pour tous les prisonniers politiques
Liberté et Equité
Organisation indépendante de droits de l’homme
33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis
Tel/Fax : 71 340 860
Adresse électronique : عنوان البريد الإلكتروني هذا محمي من روبوتات السبام. يجب عليك تفعيل الجافاسكربت لرؤيته.
 
Tunis, le 4 juillet 2009
Salaheddine Aloui en grève de la faim
 
Salaheddine Aloui, ex prisonnier politique, originaire de Boussalem dans le gouvernorat de Jendouba commence samedi 4 juillet une grève de la faim de trois jours pour protester contre le jugement inique le condamnant à une peine de contrôle administratif de 16 ans. Cette grève coïncide avec la fin des cinq premières années de contrôle administratif.
[…]
Le Président
Maître Mohammed Nouri
(traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)

 

COMMUNIQUE URGENT N°14

04.07.2009

Hend Harouni-Tunisie

La stricte surveillance  de notre maison par la police civile .se poursuit... !.

 

URGENT RELEASE N°14

04.07.2009

Hend Harouni-Tunisia

The strict civil police surveillance of our house continues...!. 


COMMUNIQUE URGENT N°13
03.07.2009
Comment nous prive t-on d’air et de mouvement dans la maison en toute liberté ?. Les agents civils de la police surveillent les fenêtres et y demeurent à proximité et derrière les arbres.

URGENT RELEASE N°13
03.07.2009
How are we deprived from air and free movement in the house?. The civil police agents observe the windows and stay close and behind the trees as well. 
 
Hend Harouni



Communiqué Urgent n° 12
02.07.2009
Hend Harouni - Tunisie

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme comporte les droits humains  suivants  et notre droit à une vie naturelle et en paix sans la surveillance de notre maison  par la police est une demande légitime.
Article 1
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.
Article 2
1.Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2.De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.
Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.
Article 5
Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.
Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.
Article 12
Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes.
Article 13
1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat.

 


Urgent Release n° 12 :
02.07.2009
Hend Harouni-Tunisia

The Universal Declaration of Human Rights includes the following human rights  and our right for a natural peaceful life void of police control of our house is a legitimate demand.
Article 1.
All human beings are born free and equal in dignity and rights. They are endowed with reason and conscience and should act towards one another in a spirit of brotherhood.

Article 2.
Everyone is entitled to all the rights and freedoms set forth in this Declaration, without distinction of any kind, such as race, color, sex, language, religion, political or other opinion, national or social origin, property, birth or other status. Furthermore, no distinction shall be made on the basis of the political, jurisdictional or international status of the country or territory to which a person belongs, whether it be independent, trust, non-self-governing or under any other limitation of sovereignty.

Article 3.
Everyone has the right to life, liberty and security of person.
Article 5.
No one shall be subjected to torture or to cruel, inhuman or degrading treatment or punishment.

Article 7.
All are equal before the law and are entitled without any discrimination to equal protection of the law. All are entitled to equal protection against any discrimination in violation of this Declaration and against any incitement to such discrimination.

Article 12.
No one shall be subjected to arbitrary interference with his privacy, family, home or correspondence, nor to attacks upon his honor and reputation. Everyone has the right to the protection of the law against such interference or attacks.

Article 13.
(1) Everyone has the right to freedom of movement and residence within the borders of each state.
 

Tunisie: voyages à la Mecque suspendus en attendant le pèlerinage annuel

AFP / 04 juillet 2009 18h53
TUNIS - Face aux risques de propagation de la grippe porcine A(H1N1), la Tunisie a suspendu le petit pèlerinage de La Mecque, en Arabie Saoudite, réservant sa décision sur le Hajj, rassemblement annuel prévu fin novembre, apprend-on samedi de source officielle.
La suspension des voyages de la Omra est "une décision nécessaire" compte tenu de la pandémie de grippe porcine et qui ne contredit pas la pratique religieuse, selon le ministre des Affaires religieuses Boubaker El Akhzouri.
M. Akhzouri, qui s'exprimait devant à un comité interministériel de veille au ministère de la Santé, a indiqué en outre que la situation épidémiologique dans le monde commandait de "réfléchir sur le report ou non du Hajj" en 2009.
"Cela doit se décider sur la base des développements épidémiologiques à l'échelle régionale et internationale", a-t-il dit, appelant à un "renforcement de la sensibilisation" par "un discours religieux fondé sur l'argumentation et la démonstration".
Entretemps, les autorités ont durci les critères de sélection des candidats au Hajj, doublant les contrôles médicaux et écartant les personnes âgées et malades chroniques, "plus exposées" au risque de contamination.
Quelque 30.000 tunisiens sacrifient à la Omra, généralement durant le Ramadan (août-septembre cette année), alors qu'un quota proportionnel au nombre d'habitants (10 millions) est réservé au Hajj, un rite que tout fidèle nanti doit accomplir au moins une fois dans sa vie.
La suspension de la Omra causera des pertes aux agences de voyages, notamment celles qui travaillent exclusivement sur les déplacements vers La Mecque.
Le manque à gagner avoisinerait les 150 millions de dinars (plus de 80 millions d'euros), selon une estimation publiée par le site BusinessNews.
A ce jour, la Tunisie a annoncé trois seuls cas de grippe porcine détectés sur deux étudiantes en provenance des Etats-Unis et une hôtesse au retour d'une mission en Arabie Saoudite.
"La situation épidémiologique est sous contrôle", a assuré le ministre de la Santé, Mondher Zenaidi, aux commandes d'un plan national anti-grippe porcine.
 



La Tunisie double ses livraisons de gaz algérien, relève son quota
AFP / 03 juillet 2009 18h41
TUNIS - La Tunisie doublera ses livraisons de gaz (gpl) en provenance d'Algérie et augmentera son quota de gaz naturel au titre du passage sur son territoire du gazoduc Transmed qui achemine le gaz algérien vers l'Italie, a-t-on appris de source gouvernementale.
Les importations de gaz de pétrole liquéfié (gpl) passeront de 150.000 tonnes à 300.000 tonnes par an, en application d'une convention signée jeudi par les ministres de l'Energie tunisien Afif Chelbi et algérien Chakib Khalil.
Un accord conclu entre la Sonatrach algérienne et l'entreprise tunisienne des activités pétrolières (Etap) portera de 6 à 7 milliards de m3/an le quota en gaz naturel perçu par la Tunisie en contrepartie du passage du Transmed.
Les deux pays, qui finalisent des travaux d'interconnexion électrique, ont prévu de porter la capacité de transport et d'échange d'électricité de 220 kw actuellement à 400 kw l'an prochain.
L'interconnexion électrique entre la Tunisie, l'Algérie et le Maroc est prévue dans le cadre d'un projet régional englobant à terme les pays du pourtour méditerranéen.
Tunis et Alger ont aussi conclu un mémorandum sur le développement et l'utilisation des énergies nouvelles, le solaire notamment, a-t-on indiqué de même source.

 

Afrique: la Tunisie, pays le plus compétitif d'Afrique
 
AFP / 02 juillet 2009 20h50
TUNIS - La Tunisie a été classée au rang de premier pays compétitif d'Afrique, avant l'Afrique du sud, le Botswana et l'Ile Maurice, selon le rapport annuel de compétitivité pour l'Afrique présenté jeudi à Tunis par la Banque africaine de développement (BAD).
La Tunisie qui est au rang 36 au niveau mondial, détient le meilleur score en Afrique avec 4,6 points, suivie par l'Afrique du Sud (4,4), le Botswana (4,2), l'Ile Maurice (4,2), le Maroc (4,1), la Namibie et l'Egypte arrivant en 6è position avec 4 points chacun.
Le classement traduit un "niveau nettement plus élevé grâce à une bonne gouvernance, une infrastructure efficace et une stabilité politique", a expliqué à la presse Louis Kasekende, économiste en chef de la BAD.
Basé sur des données statistiques et des enquêtes couvrant plusieurs secteurs (infrastructures, stabilité politique, gouvernance, santé...), ce classement est réalisé par la BAD, le Forum économique mondial et la Banque mondiale.
Globalement, les auteurs du rapport enregistrent des progrès sur le marché des biens et le marché du travail, "de plus en plus souple", ainsi que dans les affaires.
En revanche, ils soulignent la fragilité des pays africains dans les infrastructures (transports, électricité, télécommunications) l'instabilité macroéconomique, l'absence d'intégration horizontale et les mauvaises conditions de santé, notamment en Afrique subsaharienne.
"L'infrastructure dans les domaines de l'énergie et du transport constitue un obstacle majeur à la compétitivité en Afrique", a souligné M. Ndikumana.
Pour améliorer leur compétitivité, les pays africains doivent accroître l'investissement, promouvoir les services à "très forte valeur ajoutée" et adapter l'enseignement aux besoins du marché du travail.
Un effort d'investissement dans l'infrastructure permettrait à l'Afrique d'accroître sa croissance et serait un "moyen de relance budgétaire en cette période difficile", a-t-il estimé.
Près de 66% des projets appuyés par la BAD concernent l'infrastructure en Afrique, selon Kasekende.

 


Tunisie: légère secousse tellurique dans le nord-ouest
 
Une légère secousse tellurique a été enregistrée samedi dans la région de Béja à 105 km au nord-ouest de Tunis, a annoncé l'Institut tunisien de météorologie.
La secousse, d'une magnitude de 3,7 degrés sur l'échelle ouverte de Richter, est survenue à 03H36 locales (02h36 GMT) et elle n'a pas été ressentie par les habitants, a indiqué la même source.

D'après AFP
04/07/2009 à 11:10:45
 Les dirigeants africains décident de "pas coopérer" avec la CPI sur le Soudan

 03 juillet 2009
SYRTE (AFP) — Les dirigeants africains ont décidé vendredi à Syrte (Libye) de ne "plus coopérer" avec la Cour pénale internationale (CPI), vilipendée par leur hôte Mouammar Kadhafi, pour arrêter le Soudanais Omar el-Béchir qui est accusé de crimes contre l'humanité.
Le président soudanais est sous le coup depuis mars d'un mandat d'arrêt de la CPI, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour (ouest du Soudan).
Dans une résolution adoptée à la fin d'un sommet de trois jours, l'Union africaine a reproché notamment au conseil de sécurité de l'ONU de ne pas avoir répondu à se demande de suspendre les poursuites contre Omar el-Béchir.
En conséquence, il a été décidé que les Etats membres de l'UA "ne coopéreront pas" avec la CPI "dans l'arrestation et le transfert" de l'accusé, au nom de son immunité présidentielle.
Cette décision a été prise alors que 30 Etats africains ont ratifié les statuts de la Cour.
Le sommet de Syrte a estimé que le mandat d'arrêt de la CPI "sape les efforts déployés en vue de faciliter un règlement rapide du conflit au Soudan".
Adversaire déterminé de la CPI, le "Guide" libyen, qui est aussi le président en exercice de l'UA, avait accusé en mars la CPI d'être un instrument des Occidentaux pour "établir un nouveau terrorisme mondial".
Le président Béchir était présent au début du sommet de Syrte mercredi, mais a quitté la ville avant la décision de vendredi.
Il s'est rendu dans plusieurs pays africains depuis que la Cour a émis le mandat d'arrêt contre lui, mais il n'est allé jusque-là dans aucun des Etats de l'UA en ayant ratifié les statuts.
Pour Reed Brody, porte-parole de l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW), présent à Syrte, l'Union africaine "s'est rangée du côté d'un dictateur accusé de crimes de guerre plutôt que du côté de ses victimes africaines".
Il a estimé que la résolution avait été "imposée par la Libye et le Soudan sans consensus réel".
Durant la dernière journée de leur sommet, les chefs d'Etat africains ont aussi longuement passé en revue la série de conflits et de crises qui minent leur continent, en accordant une attention particulière à la Somalie.
Tard dans la nuit de jeudi à vendredi, les dirigeants africains avaient réussi à mettre fin à un débat institutionnel houleux qui durait depuis plusieurs mois.
Ils ont finalement décidé de remplacer l'actuelle Commission de l'UA par une "Autorité" disposant d'un rôle de "coordination" en matière de "politique de défense commune".
Il s'agit, selon les diplomates, d'une timide avancée vers les "Etats-Unis d'Afrique" dont Mouammar Kadhafi a fait son grand projet.
Un délégué d'un pays d'Afrique de l'Est reconnaissait vendredi "ne pas y voir encore tout à fait clair" sur la portée réelle des changements intervenus.
Pour le ministre béninois des Affaires étrangères Jean-Marie Ehouzou, "les Etats sont prêts à laisser tomber une partie de leur souveraineté au profit de cette Autorité".
Mais certains pays, comme le Nigeria et plusieurs Etats d'Afrique australe, ont clairement fait savoir qu'ils n'étaient pas prêts à aller jusque-là, estimant qu'une coopération économique accrue devait précéder l'intégration politique.
Un délégué d'un de ces pays parlait même d'une "embuscade" tendue par Mouammar Kadhafi pour forcer leur assentiment.
Un autre assurait que des concessions avaient été faites car "il est difficile pour des pays fragiles et instables" de s'opposer à l'influent chef libyen. Il notait aussi que, parmi les Etats réticents, seuls les plus importants ou les plus éloignés géographiquement de la Libye avaient publiquement fait connaître leur désaccord.

 
UN Expert denounces seizure of aid boat by Israeli forces

2 July 2009
GENEVA – The UN Special Rapporteur on the situation of human rights in the Palestinian territories occupied since 1967, Richard Falk, denounced the unlawful naval seizure by an Israeli gunboat on the high seas of a ship carrying medicine and reconstruction material to blockaded people of Gaza.
“This Israeli action implements its cruel blockade of the entire Palestinian population of Gaza, in violation of Article 33 of the Fourth Geneva Convention that prohibits any form of collective punishment directed at an occupied people”, said the human rights expert.
Mr. Falk pointed to a recent report on the impact on health resulting from the two year blockade, issued by the International Committee of the Red Cross, stressing that Israeli actions not only restrict such vital supplies as food, medicine, and fuel to bare subsistence levels, but has in unprecedented fashion, disallowed the entry to Gaza of building materials and spare parts needed for repairing some of the widespread damage caused by its attacks on the Strip that took place for 22 days starting on December 27, 2008.
“Such a pattern of continuing blockade under these conditions amounts to such a serious violation of the Geneva Conventions as to constitute a continuing crime against humanity”, added the independent human rights expert.
The boat in question had been inspected in response to Israeli demands before departure by the port authorities in Cyprus to determine whether there were weapons on board. None were found, and Israeli authorities were so informed.
Nonetheless, the 21 peace activists on the boat were arrested, held in captivity, and have been charged with ‘illegal entry’ to Israel even though they had no intention of going to Israel. The group included such prominent figures as the Irish winner of the Nobel Peace Prize, Mairead Maguire, and the former American congresswoman Cynthia McKinney.
###
For more information on the mandate of the Special Rapporteur on the situation of human rights in the Palestinian territories occupied since 1967: http://www.ohchr.org/SP/countries/MENARegion/Pages/PSIndex.aspx
For interview requests, please contact Linnéa Arvidsson (+41 22 928 9126, larvidsson[at]ohchr.org)
Office of the High Commissioner for Human Rights – Media Unit
Rupert Colville, Spokesperson: + 41 22 917 9767
Xabier Celaya, Information Officer: + 41 22 917 9383
For inquiries and media requests: press-info[at]ohchr.org
 
(Source: "The Palestine Telegraph" le 2 juillet 2009)
 

Attack on U.S. base in eastern Afghanistan kills two soldiers

U.S. military officials say 'several' U.S. soldiers also were wounded in the assault on the remote outpost in Paktika province. It's the same area where an American soldier disappeared on Tuesday.

 

By M. Karim Faiez and Laura King

July 4, 2009

 

Reporting from Kabul, Afghanistan, and Istanbul, Turkey -- Insurgents armed with rockets, mortars and a truck bomb staged an unusual frontal attack on a U.S. base in eastern Afghanistan today, killing two American soldiers and forcing the defenders to call in airstrikes to avoid being overrun.

The assault, which came as thousands of American troops were taking part in an anti-Taliban offensive hundreds of miles away in the south of Afghanistan, pointed up the insurgents' ability to take the fight to a location of their choosing -- in this case a remote outpost in Paktika province, which borders Pakistan's tribal areas.

 

The incident also illustrated militant groups' continuing capability to stage sophisticated, multipronged attacks in Afghanistan's eastern border zone, despite the Pakistani army's efforts in recent weeks to rein in insurgents who use the tribal areas in Pakistan as a staging ground.

Today's attack on a small base in Zerok district, which lasted several hours, took place in the same area where a U.S. soldier disappeared on Tuesday. The U.S. military said two days later that the missing man was believed to have been captured. A search is under way.

American military officials said "several" U.S. soldiers were wounded in addition to the two killed in the base attack, but declined to provide a more precise figure. Military officials said at least 10 insurgents were killed in counterstrikes by U.S. and Afghan troops, including artillery fire and airstrikes by assault helicopters. A spokesman for the governor of Paktika province, however, put the number of militants killed at more than 30.

The attackers fired at least one shell containing white phosphorus, a highly incendiary agent, NATO's International Security Assistance Force said in a statement. Western military officials have accused insurgents of using white phosphorus in several previous attacks.

Hadmidullah Zawak, a spokesman for the provincial governor, said the attackers struck the installation from two sides with rockets, mortars and small-arms fire and attempted in the midst of the assault to ram an explosives-laden truck through the gates of the base. It detonated, apparently prematurely, after being fired on.

A spokesman for the Taliban movement, Zabiullah Mujaheed, claimed responsibility for the attack, and said more than 100 insurgents took part in it. His statement could not be independently verified. The number of American and Afghan troops inside the base at the time was not disclosed, but the installation in question is a relatively small one.

With warmer temperatures and the advent of the traditional summer "fighting season," violence across the country has been creeping upward. Afghanistan's Interior Ministry said seven policemen were killed by a roadside bomb in Kandahar province, in the south, and two Afghan army soldiers died in a roadside blast in Helmand province, also in the south.

Helmand is the scene of a major offensive by U.S. Marines, who aim to establish for the first time a large Western troop presence in the lower Helmand River valley, an insurgent stronghold and a center of the opium trade. The Marines so far have met with little significant resistance; military officials have said the Taliban slipped away rather than engaging the attacking force of more than 4,000 Americans and about 600 Afghan troops.
 
Faiez is a special correspondent.

 

(Source: "Los Angeles Times" (Quotidien – USA) le 04  juillet 2009)

Lien: http://www.latimes.com/news/nationworld/world/la-fg-afghanistan5-2009jul05,0,516469.story

Home - Accueil - الرئيسية