30 juillet 2007

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2624 du 30.07.2007

 archives : www.tunisnews.net


 

C.R.L.D.H. Tunisie:Privation de passeport et du droit de circulation Amnesty International: Tunisia: releases welcome but reform needed Mohamed Bouriga: Tunisie – Cinquante ans de développement économique et de répression politique

Abdel Wahab Hani: Patronat – Vers la réintégration de Moncef Khémakhem

AFP: Un diplomate tunisien à la tête de la Minustah en Haïti AFP: Dix sept Algériens détenus à Guantanamo seront jugés en Algérie (ministre) AFP: Drogue: l’Algérie craint de devenir un pays producteur AP: La corruption gangrène tous les secteurs de l’économie algérienne, selon Transparency International AFP: Bombardier équipera prochainement l’Algérie et la Libye (directeur)

AFP: Un deuxième centre de vacances turc fermé en France


C.R.L.D.H. Tunisie Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie Membre du Réseau Euro méditerranéen des Droits de l’Homme 21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS  – Tel/Fax : 00.33. (0)1.43.72.97.34 contact@crldht.org / www.crldht.org

Privation de passeport et du droit de circulation

 
M. Mohamed-Lakhdar ELLALA, délégué général de l’Association des Tunisiens en France (ATF) et dirigeant politique du Mouvement Ettajdid ne peut rentrer en France, son pays de résidence depuis plus de 30 ans en raison du refus des autorités tunisiennes de lui renouveler son passeport, déposé depuis plus de quinze jours, alors que l’opération nécessite quelques minutes d’attente et le nouveau passeport doit lui être livré sur place. M. Mohamed-Lakhdar ELLALA  est rentré en Tunisie pour assister le vendredi 27 juillet dernier, au 2ème congrès du mouvement Ettajdid (ex Parti Communiste Tunisien) qui rendra officielle la formation d’une « coalition démocratique » laïque  et progressiste avec des personnalités indépendantes, une coalition  qui a vu le jour pendant  les élections présidentielles et législatives d’octobre 2004 qui ont présenté un candidat unique et des listes communes aux législatives. Il a lui-même présidé la séance d’ouverture de ce congrès.   M. ELLALA doit rentrer dans les meilleurs délais où sa famille et son travail l’attendaient. Il ne comprend pas les raisons de ce refus puisqu’il  se rendait souvent au pays, sans le moindre problème. Une telle  décision arbitraire a été prise depuis mars 2000 à l’encontre de notre ami Kamel Jendoubi,  président de notre comité que les autorités tunisiennes lui ont refusé le renouvellement du passeport, le privant ainsi du droit élémentaire de circulation et du retour à sa terre natale. Le CRLDHT considère que le droit de disposer d’un passeport est un droit inaliénable et que la liberté de circuler est une liberté fondamentale garantie par la constitution du pays et par toutes les conventions internationales que la Tunisie a ratifiées. Il rappelle que ces mesures punitives qui s’exercent sur des centaines de citoyens tunisiens sont contre productives et nuisent incontestablement à l’image du pays.   Il exige le renouvellement du passeport de M. ELLALA dans les meilleurs délais afin qu’il puisse rejoindre sa famille et reprendre son travail. Le CRLDHT, le 30/07/2007 AMNESTY INTERNATIONAL Public Statement AI Index: MDE 30/007/2007 (Public) News Service No: 142 26 July 2007  

Tunisia: releases welcome but reform needed

 
Amnesty International welcomes the recent release of prisoner of conscience Mohammed Abbou and 21 other long term political prisoners in Tunisia. Hundred others continue to be held serving sentences imposed on them after unfair trials. The organization is calling on the Tunisian authorities to repeal or amend all laws that permit prison sentences for the peaceful exercise of the right to freedom of expression and association. All 22 prisoners were released by a presidential pardon on 24 July to mark the 50th anniversary of the Republic of Tunisia. All of the releases are conditional. Any former prisoner who breaches the conditions of his release can be re-arrested and made to serve the remainder of his sentence by decision of the Minister of Justice, without any judicial process, or placed under house arrest for the same period. Human rights defender and lawyer Mohammed Abbou was released after having served 28 months of his three-year- and-a-half sentence which was handed down in April 2005 after an unfair trial, which was observed by Amnesty International. He was convicted for denouncing torture in Tunisia in article he posted on the internet in 2004 and for allegedly assaulting a female colleague in 2002. Although the UN Working Group on Arbitrary Detention adopted the opinion in November that his detention was arbitrary, he continued to be detained in El-Kef prison where he was harassed on several occasions by the prison administration and visits by his wife were often interrupted or restricted. Most of the 21 other political prisoners who were released had been imprisoned for over 14 years because of their membership of the banned Islamist organization, Ennahda (Renaissance), after unfair trials before the Bouchoucha and Bab Saadoun military courts in 1992. Several, including Sahbi Atig and Mohamed Gueloui, were sentenced to life imprisonment. Some 30 other Ennahda prisoners, including former president of Ennahda Sadok Chourou, who were also sentenced after unfair trials in the early 1990s were not released. They continue to be held at various prisons in Tunisia. Some are reported to be in poor health and in urgent need of medical treatment because of ill-treatment in detention and harsh prison conditions, including prolonged solitary confinement, for many years. These include Ridha Boukadi, Mondher Bejaoui and Wahid Serairi. In addition, the Tunisian authorities continue to hold about a thousand prisoners under the 2003 counter-terrorism law allegedly for seeking to go to fight in Iraq or for membership to a terrorist or unauthorized organization or association. Many have been handed harsh sentences after unfair trials. Those who were forcibly returned from abroad to Tunisia have also been detained in connection to terrorism charges. They have been charged under the anti-terrorism law or the code of military justice. Despite these releases, former political prisoners continue to be subjected to arbitrary measures denying them the right to work or travel as well as access to medical care. Former political prisoner and human rights activist Lassad al-Jouhri has been denied an identity card since his release in 1998 and the authorities refuse to issue his wife and children with passports. He has repeatedly been harassed in an attempt to intimidate him. In June 2007, he was arrested and detained for several hours and asked to sign a written commitment to give up his work on behalf of political prisoners and their families, which he refused. Other former political prisoners have been subjected to administrative control as an additional sentence whereby the authorities can choose their place of residence and change it as they deem appropriate. Former prisoners subjected to administrative control cannot leave the residence to which they have been assigned without authorization. This practice has often clearly been used as a pretext for persecution. Former political prisoner and journalist for Ennahda’s al-Fajr newspaper Abdallah Zouari has been subjected to five years of administrative control after he had served his 11-year prison sentence for membership to Ennahda. After his release, he has been forced to take up residence in Lakhriba, a remote village near the southern Tunisian town of Zarzis, some 500km south of his home in Tunis where his family live. He has been under tight control with a police car and a motor cycle stationed in front of his house, and has constantly been followed. His request to visit his wife and children in Tunis has been routinely left without an answer. His five year administrative control, which was supposed to end in June 2007, was again extended by another 26 months without any justification being given to him by the authorities. Amnesty International calls on the Tunisian government to uphold the country’s obligations under both national law and international human rights law and standards, and to lift restriction arbitrarily imposed on former political prisoners. It also calls on the Tunisian authorities to amend or repeal all laws that continue to allow prison sentences for the peaceful exercise of the right to freedom of expression and association or assembly.  

Situation du conventionnement des médecins spécialistes de libre pratique à la nouvelle Caisse Nationale de l’Assurance Maladie CNAM

 
1- L’état du conventionnement à la CNAM à TUNIS à la date du 26/07/2007 reste identique à celui du 18/07/2007. 2- Selon l’affichage officiel au siège de la CNAM  à TUNIS à la date du 18/07/2007 : * GOUVERNOART DE TUNIS : –  APC : 6 –    médecins spécialistes de libre pratique : 34 sur  912  inscrits au CNOM à TUNIS * GOUVERNOART DE  BEN AROUS : –    médecins spécialistes de libre pratique : 10 sur  145  inscrits au CNOM à BEN AROUS * GOUVERNOART DE  MANOUBA : –    médecins spécialistes de libre pratique :   5 sur    26  inscrits au CNOM à LA MANOUBA * GOUVERNOART DE  L’ARIANA : –    médecins spécialistes de libre pratique :   6 sur  159  inscrits au CNOM à L’ARIANA TOTAL GENERAL :  55 sur 1242   inscrits au GRAND TUNIS ( 3,5% )                               55 sur  2575 TOTAL des spécialistes inscrits au CNOM ( 2% ) (Source : Info particulière reçue de Tunis, le 29 juillet 2007)

yal babour ya mon amouuur!!

posted by “a girl from Marsa” at 3:10:00 AM 
Quand un Professeur Eminent d’une grande (ya hasra) école de commerce vous dit clairement: « un conseil: Foutez le camp de la Tunisie!! » Quand ce dernier vous dit que votre diplôme ne vaut pas grand chose, qu’on n’a plus besoin de vous, que vous faites partie d’un secteur saturé (il y a même un surplus de personnel dans certaines sociétés et qu’on a plus besoin de licencier que de recruter..) Quand votre Professeur Eminent se moque de la qualité des programmes et des cours dispensés, des assistants, des étudiants et de tout le système éducatif dont lui même fait partie.. Quand ce même professeur vous explique indirectement que vous n’avez plus d’avenir en Tunisie, que de toute façon des gens comme vous y’en a des centaines, et que faute de pistons il voit mal kifech bech najmou nsalkouha!! Il reste plus qu’une chose à faire: ncheddou essaf wehed wra wehed et on chante tous en cœur: « Yal babour ya mon amour Kharejni mel la misère Fi bladi rani mahgoure 3yite 3yite ou j’en ai marre » (Source: le blog “Marsoise”, le 21 juillet 2007 à 3h10 AM) Pour lire les 35 commentaires suscités par ce post, cliquez sur ce lien: http://marsoise.blogspot.com/2007/07/yal-babour-ya-mon-amouuur.html

Tunisie: Cinquante ans de développement économique et de répression politique

 
Par Mohamed Bouriga (*)   Cinquante ans après la proclamation de la République, la Tunisie est toujours gouvernée par le même parti, le Néo-Destour. Il s’appelle aujourd’hui Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). Le 25 juillet 1957, Habib Bourguiba, le chef historique de ce parti qui a mené la lutte pour la libération nationale, est élu par l’Assemblée Constituante premier président de la République Tunisienne. Bourguiba, dirigeant autoritaire et charismatique, ne supportait ni les critiques ni la dissidence. Mais il a le mérite d’avoir doté la Tunisie en 1956, alors qu’il était Premier ministre du royaume, du Code du Statut Personnel (CSP) le plus favorable aux droits de la femme dans le monde arabe. La répudiation n’a plus d’existence légale et la polygamie est interdite. Les premières victimes de la nouvelle république sont les membres de la famille royale, hommes et femmes. Ils sont humiliés, spoliés de tous leurs biens et réduits à la misère. Deux princes et le médecin de l’ex-bey [roi] sont emprisonnés pendant un certain temps sans la moindre inculpation. Bourguiba, ancien avocat, inaugure ainsi l’arbitraire qui caractérisera, cinquante années durant, le comportement de l’Etat tunisien face à ses adversaires, réels ou supposés. En 1961, il fera assassiner son adversaire politique Salah Ben Youssef à Francfort, en Allemagne. Mais Bourguiba n’a d’autre ambition que le pouvoir en lui-même. A sa mort, en avril 2000, il ne laisse ni comptes secrets en Suisses ni résidences en Europe. Maître absolu de la Tunisie pendant 30 ans, il fixe un seul objectif pour son pays: le développement économique et social. Il n’y a donc pas de place pour une opposition légale ou pour des organisations non gouvernementales indépendantes du pouvoir. A l’inverse de ses voisins, la Tunisie de Bourguiba réduit son budget militaire au minimum et consacre ses rares ressources au développement humain. La gratuité de l’éducation et des soins de base fera la fierté des Tunisiens pendant les premières décennies de l’indépendance. En 1964, le Néo-Destour change de nom au cours du congrès du parti à Bizerte. Il s’appellera désormais le Parti Socialiste Destourien. C’est le même congrès qui adopte une politique socialiste modérée, appelée « coopérativisme » (ou « socialisme destourien »). L’entreprise privée est tolérée, mais l’Etat, tout en restant détenteur des industries lourdes, encourage la création de coopératives commerciales et agricoles pour assurer une meilleure productivité. C’est seulement lorsque l’Etat veut généraliser les coopératives agricoles qu’il se heurte aux protestations de fellahs attachés à leurs terres, surtout dans la région du Sahel. Le régime ne tolère pas que l’on critique sa politique. Le grand-père de l’auteur de ces lignes, fellah du Sahel, est arrêté en décembre 1967. On l’accuse de participation à une manifestation d’agriculteurs. Il passera 66 jours en prison.   La construction d’écoles, de lycées et d’une université tunisienne ne tarde pas à porter ses fruits. L’université tunisienne connaît ses premières manifestations estudiantines au milieu des années soixante. Les idées marxistes-léninistes sont à la mode et la contestation venait d’étudiants affiliés à cette idéologie. Ces étudiants considèrent le « socialisme destourien » comme un « socialisme bourgeois » et, rêvant de la révolution prolétarienne mondiale, ils font circuler une propagande très critique du régime bourguibien. La confrontation est inévitable même si ces groupes communistes n’ont aucun contact réel avec la société qu’ils veulent changer. Les étudiants appartenant à la mouvance communiste Perspectives Tunisiennes sont arrêtés, torturés et condamnés à de lourdes peines. Mais la répression politique touche parfois les personnalités du régime lui-même. Ahmed Ben Salah, considéré comme l’homme fort du régime pendant les années soixante, est démis de ses fonctions en 1969 et condamné en 1970 à 10 ans de travaux forcés pour « avoir induit le chef de l’Etat en erreur » (sic). Il fuira la prison et se réfugiera à l’étranger deux ans plus tard. Dans son exil, il créera un parti d’opposition, le Mouvement de l’Unité Populaire (MUP), interdit en Tunisie. Dans les années soixante-dix, le régime entame une ouverture économique envers les investisseurs locaux et étrangers. Mais l’ouverture politique n’est pas à l’ordre du jour. Hedi Nouira, le Premier ministre de Bourguiba de 1970 à 1980, est un chantre du libéralisme économique, mais rejette le libéralisme politique. Dans ses discours et ses interviews, il ne cache pas sa préférence pour le système du parti unique. La Tunisie est en guerre contre le sous-développement et la nation devrait être unie pendant « la bataille du développement ». Lorsque les députés de l’Assemblée Nationale accordent en 1974 à Bourguiba la présidence à vie, les rares voix critiques venaient, comme toujours, de l’université. Les jeunes entrepreneurs sont accueillis à bras ouverts, les jeunes contestataires accueillis avec les matraques de la BOP (Brigade de l’Ordre Public). Les membres de la mouvance estudiantine marxiste-léniniste El-Amel Ettounsi [l’Ouvrier Tunisien], sont arrêtés, torturés et condamnés à de lourdes peines de prison. Parmi ces condamnés se trouve le porte-parole de ce mouvement, Hamma Hammami. Ce dernier connaîtra la prison sous Bourguiba et sous Ben Ali. C’est, d’ailleurs, un signe de la continuité dans la répression. Les membres du MUP de Ben Salah seront aussi arrêtés et condamnés à des peines de prison pour « appartenance à une organisation illégale ». Pour contrer les courants de pensée marxistes, le régime encourage dans les années soixante-dix la naissance d’une tendance islamique apolitique. Cette tendance aura même un organe légal, Al-Maarifa [La Connaissance], une revue qui va a contre-courant des idées de laïcité et d’égalité entre l’homme et la femme. Le rédacteur en chef de cette revue s’appelle Rached Ghannouchi, un ancien baathiste converti à l’islamisme. En dépit de son opposition au libéralisme politique, le régime autorise en 1977 la création de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme (LTDH). Durant la même période apparaît Errai, un journal indépendant qui ouvre ses colonnes aux divers courants de pensée qui traversent la société tunisienne. Mais cette timide ouverture s’arrête net après les sanglants événements du 26 janviers 1978. Dans un climat de lutte entre des clans proches de Bourguiba, une grève générale décrétée par l’UGTT [Union Générale des Travailleurs Tunisiens] se transforme en confrontations sanglantes entre les milices du parti au pouvoir et les syndicalistes. Les forces de l’ordre commandées par le colonel Zine El-Abidine Ben Ali, directeur de la Sûreté Nationale au Ministère de l’Intérieur, sont débordées. Bourguiba fait appel à l’armée pour rétablir l’ordre. Trente ans après ce bain de sang, les mécanismes de cette confrontation restent à élucider. Nommé Premier ministre en avril 1980, Mohamed Mzali, arrive à convaincre Bourguiba d’autoriser le multipartisme. Le Parti Communiste Tunisien sera le premier parti reconnu. Mais cette « ouverture politique » coïncide avec la rafle des dirigeants du Mouvement de la Tendance Islamique. Ils seront condamnés, pendant l’été 1981, à des peines de prison pour « maintien d’une organisation non autorisée ». Malgré ces condamnations à caractère politique, le gouvernement organise des élections libres et pluralistes en novembre 1981. Mais les électeurs seront déçus, car leurs choix n’ont pas été respectés. En effet, c’est le président Bourguiba en personne qui donne l’ordre de falsifier les résultats des élections pour empêcher l’entrée de l’opposition au Parlement. La Tunisie a ainsi raté son premier examen de démocratie. De 1981 a 1987 la Tunisie a connu l’une des périodes les plus bouillonnantes de son histoire. Malgré certains procès intentés contre des revues et des journaux indépendants, cette période peut être considérée comme la plus riche en débats d’idées grâce à la parution de journaux indépendants tels que le Phare, le Maghreb, Al-Mawkif, l’Avenir, Al-Moutsaqbal, etc. Mis à part le président Bourguiba, les plumes critiques n’épargnent ni le Premier ministre de l’époque ni son gouvernement. Même la répression sanglante des émeutes du pain de janvier 1984 n’a pas mis un frein à cette relative liberté d’expression. Au lendemain de cette « révolte du pain », matée par l’armée, le général Zine El-Abidine Ben Ali est rappelé de Varsovie, où il était ambassadeur de Tunisie, pour occuper de nouveau le poste de directeur de la Sûreté Nationale. C’est le début de la fulgurante ascension de cet « expert en sécurité ». Alors que l’état de santé de Bourguiba commence à inquiéter son entourage et à raviver la guerre des clans, le général Ben Ali saura maintenir une neutralité sans faille et ne montrera aucune ambition politique. Les années universitaires 1985-86 et 1986-87 sont particulièrement agitées, surtout à cause de la montée des courants islamistes. Ben Ali, devenu entre-temps Ministre de l’Intérieur, réprime sans pitié les manifestations estudiantines et parvient à convaincre Bourguiba de ses qualités de spécialiste du maintien de l’ordre. Pendant l’été 1987 deux bombes explosent dans deux hôtels de Sousse et de Monastir. Il n’y aura pas de morts, mais une touriste blessée est amputée d’une jambe. Le régime accuse le mouvement islamiste d’être derrière les attentats. Deux jeunes Tunisiens, accusés d’avoir préparé et exécuté les deux attentats, sont condamnés à mort par la Cour de la Sûreté de l’Etat. Bien que la touriste amputée ait écrit à Bourguiba pour le prier d’accorder sa grâce aux deux présumés coupables, le président signe l’arrêt de mort sans sourciller. Salah Karker, un des dirigeants historiques du MTI, est lui aussi condamné à mort, mais il réussit à fuir à l’étranger. Rached Ghannouchi, le chef du mouvement, est condamné à la prison à vie. En octobre 1987, Bourguiba nomme Ben Ali Premier ministre tout en le maintenant à son poste de ministre de l’Intérieur. C’est l’occasion rêvée pour le général Ben Ali de passer à l’acte. Pendant la nuit du 6 au 7 novembre 1987, il convoque le procureur général de la République Hachemi Zemmal pour lui intimer l’ordre de signer la réquisition de sept anciens médecins de Bourguiba. Les médecins seront amenés manu militari au ministère de l’intérieur pour signer un certificat médical attestant que Bourguiba était dans l’incapacité absolue d’exercer le pouvoir. Bien que le patient soit absent, les médecins signent le certificat qui permettra à Ben Ali de destituer Bourguiba. A l’aube du 7 novembre 1987, Ben Ali fait une déclaration radiophonique pour annoncer au peuple la destitution de Bourguiba pour des raisons de santé. Par la même occasion, il annonce une « nouvelle ère » de pluralisme, de liberté d’expression et de respect des droits de l’homme. Mais le jour même des dizaines d’officiers de l’armée et de fonctionnaires du ministère de l’intérieur sont arrêtés, torturés et maintenus au secret. Ils sont accusés d’avoir planifié un coup d’Etat contre Bourguiba. En décembre 1987, Mohamed Mansouri, un commandant de l’armée tunisienne, succombe à la torture. Il est la première victime de « l’ère nouvelle » annoncée par Ben Ali. Mais le pire est encore a venir. En janvier 1988, un éditorial intitulé Nachaz [Fausse note], écrit par Om Zied, une journaliste indépendante de Tunis, est publié par Errai. Elle met en garde ses lecteurs contre l’enthousiasme exagéré pour Ben Ali: « N’applaudissez pas trop vite Ben Ali. N’oubliez pas son passé militaire, ni son passé policier. Et s’il nous entraînait sur une voie bien pire que Bourguiba ? Ne lui donnez pas un blanc-seing ! ». Le journal est immédiatement saisi. Errai sera interdit à jamais. Malgré cette mesure sévère, la Tunisie n’est pas encore au stade de l’Etat policier. En 1989, le régime organise des élections législatives pluralistes qui sont entachées par des fraudes massives. Les véritables résultats déplaisent aux autorités, car ils permettraient aux opposants – surtout islamistes – d’entrer au Parlement. Ces résultats seront manipulés par le ministère de l’intérieur afin de donner 100% des sièges aux candidats du parti au pouvoir. De 1987 à 1990, le pouvoir est encore hésitant face aux islamistes. Il les autorise à publier un journal hebdomadaire, El Fajr, mais refuse d’accorder le visa légal à leur mouvement. Pourtant, pour être en conformité avec la loi sur les partis, le mouvement islamiste change de nom. Le MTI devient le mouvement Ennahda. Ce changement de nom n’aura aucun effet sur l’attitude des autorités. En 1991, les autorités les accusent de préparer une insurrection pour s’emparer du pouvoir. A Tunis un des locaux du parti au pouvoir (RCD) est attaqué pendant la nuit. Le gardien succombe à ses blessures. Ennahda est montré du doigt. Le régime décide de mener une guerre d’éradication contre ce parti. Des milliers de ses cadres et de ses militants sont arrêtés et jetés en prison. La majorité des détenus se plaignent de tortures, rapportent leurs avocats. Une quarantaine de détenus seraient morts sous la torture. Kamel Matmati, un islamiste de Gabes, a disparu sans laisser de traces. En juillet 1992, deux cours militaires jugent des dizaines de dirigeants et de militants d’Ennahda. Les responsables de l’attaque nocturne contre le local de RCD sont condamnés à mort et exécutés. Les autres sont condamnés à de lourdes peines de prison allant jusqu’à la perpétuité. Des centaines d’islamistes fuient le pays et se réfugient en Europe et au Canada. Le régime profite du climat de terreur crée par la chasse aux islamistes pour paralyser la société et réduire au silence les journalistes et les intellectuels. Les journaux indépendants sont acculés à l’allégeance au régime ou à la disparition. Pendant les années quatre-vingt-dix, le cercle de la répression n’a cessé de s’élargir. Elle touche dorénavant les militants et les opposants laïcs. La liste est longue (Marzouki, Mouaada, Chammari, Ksila, Hosni, Hammami, etc.). Ce n’est qu’à la fin de cette décennie que les violations des droits de l’homme commencent à attirer l’attention de quelques médias internationaux, tels que la BBC, Le Soir de Bruxelles, Le Monde, l’Express ou La Presse de Montréal. Notre ami Ben Ali, un livre écrit par deux journalistes français, a contribué à ébranler l’image du président tunisien auprès de certains pays d’Europe. En octobre 1999, le régime organise une fausse élection présidentielle plurielle. Les candidats « concurrents » sont choisis par le président lui-même, qui leur assigne un rôle de figurants. Cette farce électorale, organisée pour améliorer l’image du régime, a eu l’effet contraire. Elle est devenue source d’inspiration pour les humoristes et satiristes. Pendant les funérailles de Bourguiba en avril 2000, au cours desquelles le régime a fait appel à une trentaine de milliers de policiers et a isolé la ville de Monastir du monde extérieur – même les trains n’avaient pas le droit d’entrer dans cette ville en état de siège! -, les médias internationaux ont eu une occasion unique pour voir comment fonctionne un Etat policier. Certaines capitales occidentales commencent même à faire comprendre a Ben Ali que la constitution tunisienne lui interdit de rester au pouvoir au-delà de 2004. Mais les attaques terroristes du 11 septembre 2001 ont donné à Ben Ali une seconde vie politique. Le 26 mai 2002 il organise une fausse consultation populaire pour changer la constitution, qui limitait les mandats présidentiels à trois. Par la même occasion, l’âge limite pour la candidature à la présidentielle est relevé de 70 à 75 ans. Considéré maintenant comme un allié de l’Occident dans « la guerre contre le terrorisme », Ben Ali peut, selon la nouvelle constitution, rester au pouvoir jusqu’en 2014. Depuis 2000, Internet est devenu de plus en plus populaire en Tunisie. Malgré le contrôle et la censure de la cyber-police, Internet offre aux militants des droits de l’homme en Tunisie la possibilité de communiquer avec le monde extérieur et de faire entendre leur voix. Mais, peu de temps après la connexion de la Tunisie à la Toile, apparaît une nouvelle catégorie de prisonniers d’opinion: les cyber-dissidents. Zouhair Yahyaoui est le premier cyber-dissident qui tombe dans les filets de la police d’Internet. Son seul « crime » est d’avoir créé en 2001 le site web satirique TUNEZINE et d’y avoir publié des articles qui critiquent les autorités tunisiennes. Arrêté dans un cyber-café le 4 juin 2002, il passe 18 mois en prison. Il mourra d’une crise cardiaque 14 mois après sa libération. Durant ces dernières années, plusieurs jeunes internautes ont été arrêtés, torturés et condamnés à des peines de prison pour avoir consulté des « sites interdits ». Le 1er mars 2005, l’avocat Mohamed Abbou est arrêté par la police politique quelques heures seulement après avoir publié sur TUNISNEWS, une lettre d’information quotidienne distribuée via Internet, un article d’opinion intitulé « Ben Ali- Sharon » dans lequel il compare les méthodes répressives des deux généraux Zine El-Abidine Ben Ali et Ariel Sharon. Il ne sera libéré que deux ans et demi plus tard, le 24 juillet 2007.   Le 18 octobre 2005, un groupe de militants tunisiens entame une longue grève de la faim et profitent du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI) pour attirer l’attention de la communauté internationale sur l’absence totale de libertés civiles en Tunisie. Mais pendant ce sommet mondial le régime censure parfois même ses hôtes étrangers ! La télévision publique tunisienne a interrompu la retransmission en direct du discours du président suisse Samuel Schmidt dès que ce dernier a commencé à évoquer la question des droits de l’homme. Des dizaines de délégations, venues de toutes les régions de Tunisie, ont visité les grévistes pour leur manifester leur solidarité. Après la fin de leur grève, les grévistes ont décidé de créer un groupe de pression appelé « Le Mouvement du 18 octobre ». Mais ce mouvement, qui a suscité tant d’espoirs dans une société mise en léthargie par le pouvoir en place, a perdu beaucoup de sa force de mobilisation. Est-ce le manque d’une stratégie à long terme qui a fait perdre à ce mouvement son élan initial? Ou est-ce que c’est l’absence d’une plateforme commune à toutes les forces d’opposition et de dissidence? Quelle que soit la réponse, une chose est sûre: Aussi longtemps que les capitales étrangères, particulièrement Paris et Washington considèrent le dictateur tunisien comme un allié digne de confiance dans « la guerre contre le terrorisme », les militants et les opposants tunisiens continueront de payer un lourd tribut pour leur lutte visant à la construction d’une vraie république qui respecte les droits fondamentaux de ses citoyens.   (*) Mohamed Bouriga, alias Omar Khayyam, est journaliste tunisien. (Source : Editorial de « Rap 21 », diffusé le 30 juillet 2007)


 

Patronat:

Vers la réintégration de Moncef Khémakhem

 
par: Abdel Wahab Hani
 
 
Le Conseil régional de l’UTICA (Union Tunisienne de l’industrie, du Commerce et de l’artisanat) à Sfax (deuxième ville et capitale économique du pays) s’est réuni ce matin, dans sa deuxième session ordinaire depuis le dernier congrès.
 
Le retour de Moncef Khémakhem, ancien président du syndicat régional, s’est imposé à la centrale patronale, dirigée par Hédi Jilani, l’homme du Palais et des clans maffieux agglutinés autour de la Première Drame et de son imposante tribu des Trabelsi.
 
Moncef Khémakhem s’est illustré tout au long de la période électorale (toute l’année 2006) par sa dénonciation méthodique des conceptions archaïques du président, de l’UTICA s’entend, son recours aux méthodes de dénigrement, de désinformation et de perversion, ainsi que l’absence de débats démocratiques au sein de la centrale patronale.
 
La sentence de Jilani et de ses alliés des Trabelsi ne est pas faite attendre. Le très populaire président de l’Union régionale de Sfax, de loin la plus dynamique, s’est vu débarquer, puis limoger. C’était courant 2006. Puis le 14e congrès de l’UTICA n’a pu éviter le « cas » Khémakhem qui a refait surface, tant le combat de ce dernier n’était motivé par des considérations personnelles mais se basait sur un constat et des souhaits partagés par une large minorité.
 
Depuis, le président ripoux Jilani et le clan maffieux des Trabelsi peinent à colmater la brèche et à éteindre les feux de la critique et de la grogne au sein même du Patronat. Les hommes d’affaires lésés, la détérioration de la confiance et son terrible impact négatif sur l’investissement, la dérive de plus en plus affairiste du système, sont autant d’éléments qui alimentent le mécontentement des entrepreneurs tunisiens.
 
L’accélération du bradage des ponts entiers de l’économie nationale au profit d’inconnus étrangers, à la santé financière plus que discutable, rend les observateurs économiques plus perplexes.
 
Il a largement admis que les nouveaux riches, parents, proches et alliés de la Première Drame et de son clan des Trabelsi n’ont rien apporté à l’économie tunisienne, si ce n’est un le vol caractérisé au grand jour, le népotisme et le nivellement vers le bas.
 
Il est de notoriété publique qu’aucune logique ni de bon sens, ni de bonne gestion, ni de bons choix économiques, ni de positionnement stratégique, ne peuvent expliquer les récentes concessions de l’aéroport d’Ennfiha, à une petite compagnie turque, mais surtout le cadeau fait, aux mêmes turques, de la gestion de l’aéroport de Monastir.
 
Les ventes à prix bas des cimenteries nationales, puis des banques, les licences accordées à volonté, puis la vente de l’opérateur historique de téléphonie, géant à 4 millions d’abonnés absorbé par un nain de 4.500 abonnés !!! Tout cela rend l’addition amer sinon imbuvable.
 
Seule logique derrière tout cela, des alliances maffieuses et des ententes troubles, sur le dos des tunisiennes et des tunisiens et des générations d’avenir.
 
Après avoir mis à pas l’économie tunisienne, le clan des Trabelsi, sous la conduite de la Première Drame et de ses hommes et femmes de main et de paille, tel ce Jilani, allié d’argent et de sang, cherchent à sécuriser leurs jours, si un jour les règles de la Biologie (celle des êtres vivants) décide d’intervenir pour sauver l’actuel président de sa femme et de sa tribu, ou si la Biologie (celle des êtres historiques) se décide à sauver la Tunisie de ses prédateurs les plus avides, les plus minables et les plus corrompus de son histoire.
 
C’est ainsi que France Télécom, Vivendi Universal et avant eux Saudi Telecom et Telephonica ont jeté les éponges, après avoir compris que seule une logique étrange à la logique était derrière les règles « transparentes » des faux appels d’offre à enveloppes, bien transparentes!
 
Et pour couronner le tout, Samaa Dubaï (Ciel de Dubaï), aux alliances troubles avec la Première Drame, vient assombrir le Ciel de Tunis, par des investissements démesurés qui, le Premier ministre ayant beau s’en expliquer devant la représentation nationale, auront fait sauter en éclats les derniers pré-carrés de la souveraineté nationale.
 
La Tunisie a bâtit son économie, non sur la démesure et l’extravagance des pétrodollars, mais sur la sueur de ses ouvriers et des entrepreneurs.
 
L’ouvrier tunisien est réputé bosseur, intelligent, mais aussi exigent quant à la jouissance de ses droits individuels, sectoriels, mais aussi nationaux, sous l’égide de la glorieuse UGTT, qui eût, jadis, un programme, quasi-gouvernemental, couvrant les aspects socio-économiques.
 
Mais nous avons tous l’image de ces entrepreneurs sfaxiens, tunisois, sahéliens, nabeuliens, djerbiens, kérkenois, gabésois, kasserienois, médeninois, gafsois, bizertins, béjis, kéfois.. qui bâtirent l’économie tunisiennes à la sueur de leur front, avec très peu de moyen.
 
Les Abdeljelil Zaouche, M’Hammed Chenik, Hédi Nouira, Mansour Moalla, Abdelwahab Ben Ayed.. pour ne citer que quelques uns, ont appris à des générations entières d’entrepreneurs tunisiens le sens de la mesure et la culture des moyens, mais aussi un sens patriotique de l’Entreprenariat.
 
Ce sens patriotique passe aujourd’hui par l’exigence de plus de TRANSPARENCE, des procédures pas des enveloppes (!) dans la passassion des marchés publiques, plus de DÉMOCRATIE, dans le pays, mais aussi au sein même du Patronat; plus d’équité, pour que les travailleurs puissent bénéficier dignement des fruits de leur travail; plus de JUSTICE, plus de JUSTICE, plus de JUSTICE, pour que tous soient égaux devant la Loi et que tout en chacun puisse ester devant les tribunaux, y compris les hommes et femmes d’affaires lésés dans leurs intérêts légitimes par la maffia galopante et que seule la Loi puisse régler les litiges; plus de LIBERTÉ DE LA PRESSE, plus de LIBERTÉ DE LA PRESSE, plus de LIBERTÉ DE LA PRESSE, pour que soit pleinement consacré le droit à l’Information; plus de COURAGE pour que le Patronat assumes son rôle, aux cotés de la centrale syndicale et des autres partenaires sociaux, économiques et institutionnelles, dans la préparation de la Tunisie et de son économie à affronter ce monde qui change.
 
En évoquant cette responsabilité, trois figures et deux journalistes me viennent à l’esprit:
 
Celle du leader Zaouche, militant de la première heure de la cause nationale, entrepreneur infatigable, réformateur actif, et sans doute l’un des premiers militants écologistes de la Tunisie (L’écologie n’est pas un sous – produit intellectuel du stalinisme soit dit au passage, ni un produit de flicage et de décor politique), avec la première association de protection de l’arbre. Pourquoi Zaouche? Parce que, contrairement à la folie des grandeurs du Texas, de Dubaï et autres Frankenstein économiques, point de salut économique en dehors du respect de la nature..
 
Celle du leader M’Hammed Chenik, dont sa nièce, notre amie Safia Mestiri épouse Chebbi, a consacré une imposante étude biographique. Chenik fût un Homme d’Etat remarquable, par sa détermination, sa modération, sa foi en la destinée nationale, son sens du compromis et de la synthèse, mais aussi un Entrepreneur. M’Hamed Chenik est le modèle même de l’Entreprenariat tunisien. En démarrant en bas de l’échelle sociale, il grimpe les échelons et fonde l’une des premières banques tunisiennes, « La coopérative tunisienne de crédit », et met toute son énergie dans la création d’un réseau commercial tunisien autonome. Chenik s’intéresse aussi à l’agriculture, donnant ainsi une grande leçon à ses compatriotes, de ne pas abandonner l’agriculture et de la moderniser.
 
Celle du Hédi Nouira, militant et avocat de la cause nationale, puis Homme politique de premier rang. Fondateur de la Banque centrale de Tunisie, le leader Hédi Nouira a toujours gardé son activité d’agriculteur et ne s’est jamais départagé de ces terres à Beni Khalled, malgré la marée touristique qui déferlait su le Cap Bon des années 1970. Premier Ministre, il tenait les tunisiens pour adultes, en annonçant régulièrement et publiquement les chiffres de l’économie tunisienne. Une sorte de transparence et de maturité de l’action gouvernementale qui laisse rêver aujourd’hui.
 
Celle de Faouzi Aouam, acnien directeur de La Presse de Tunisie, organe du gouvernement, qui gère, aujourd’hui, les structures au sein de la direction centrale du parti au pouvoir. Malgré son appartenance au parti au pouvoir et son adhésion aux choix de son président, Faouzi Aouam a été limogé, par le Ministre de la propagande, alors Ministre conseiller à la Présidnece, porte – parole officiel de la Présidence (..), de la direction de La Presse, où il fût apprécié par tout le personnel, y compris les journalistes indépendants.
 
Le Propagandier national et désinformateur en chef, le Ministre Ab Ab, Ettabbou, Stayyech de son petit-nom, avait alors estimé que le Directeur d’un journal, fût-il celui du gouvernement, n’avait pas le droit de critiquer le travail d’une organisation dirigée par un proche de la famille, et surtout de la « belle »-famille, présidentielle. Aouam estimait que l’UTICA de Jilani ne devrait pas se muer dans l’attentisme et le soutien des pouvoirs publics mais quelle se devait au contraire d’anticiper les effets de la mondialisation et du démantèlement des privilèges…
 
Aouam faisait certainement eco du mécontentement grandissant au sein du Patronat. Mais cela n’a pas plus au Ministre de la Propagande, qui défend d’autres intérêts qui ne fleurissent que dans l’obscurité et la désinformation, et qui passait pour être le vrai maître des décisions présidentielles, avant de céder sa place à son alter ego, le Ministre DirCab présidentiel aux méthodes dangereuses d’entrisme et de noyautage du Baas arabe.
 
Et pourtant, le rôle de la presse, y compris et surtout celle proche d’un gouvernement, est d’attirer son attention sur les vrais problèmes du pays, les dérapages de sa propre action, les anomalies, les dangers des béni oui-oui et les dysfonctionnement, sans excès d’auto-satisfaction, menant souvent, tout droit, à la catastrophe.
Les critiques de Faouzi Aouam m’ont été confirmées par un ami, fin connaisseur des rouages du Forum économique de Davos, en Suisse. Le gourevenemt tunisien a payé la participation d’une délégation de ce qu’on appelle couramment « hommes d’affaires », dirigée par l’affairiste en chef , Hédi Jilani, proche du clan Trabelsi, tout en souhaitant qu’à la prochaine session ces créatures allaient payer elles-mêmes leur participation, comme des grands mais surtout comme tous les autres patronats du monde entier.. L’année d’après, aucun « homme d’affaires » n’a montré sa tranche à Davos… Il n’y a pas pire en matière d’assistanat..
 
L’injustice que Faouzi Aoum avait subite, l’a renvoyé au second rang, assumant un rôle d’exécution, flanqué d’un indicateur durant tout le règne du Chaouach Ali sur le parti au pouvoir. Alors que le coupable dans cette affaire, le Propagandier national, a été récompensé à la tête d’un Ministère de souveraineté, Affaires étrangères, en pôle position pour sa très probable future carrière d’Homme d’Etat et de potentiel successeur à l’actuel chef de l’Etat, si le pays ne mette fin aux ambitions et aux desseins de ce liberticide manipulateur en chef.
 
Un autre journaliste, Si Moncef Ben M’Rad, a fait les frais de la politique de maintien du statu quo du Ministre de la Propagande. Son journal, Akhbar Al-Joumhouriyya (Les Nouevelles de la République), hebdomadaire, est toujours privé de publicité des entreprises publiques et de publicité tout court. Mais avec le soutien du lectorat, le doyen des journalistes tunisiens continue son combat pour éclairer la vérité. Son édito « Nous voulons la vérité » consacré aux affrontements de Hammam-Lif / Soliman de décembre 2006 janvier 2007 est resté gravé dans les mémoires.
 
Mais aussi son Appel, « La Crise de confiance », au Premier Ministre pour rétablir la confiance, aujourd’hui minée. « Comment voulez-vous que les hommes d’affaires puissent investir alors qu’ils ne se sentent pas protégés par la justice et les Lois du pays. Cela risque d’inhiber l’activité d’entreprendre et de détruire le climat de confiance », en allusion a l’affaire des Pick-Up Isuzi de l’Homme d’affaire Atrous, puni par le clan de la Première Drame.
 
Même s’ils ont souffert, les entrepreneurs Khémakhem et Atrous, mais aussi Bouebdelli ont réussi à prendre à témoin l’opinion publique et à dénoncer les abus. D’autres n’ont pas eu soit le temps soit le courage de la faire. A l’instar de l’homme d’affaire, Mohamed Kémal Hamzaoui, membre à l’époque du Comité central du parti au pouvoir, maire de Foussana et président du Club sportif de Kasserine qui a faillit perdre la vue en prison par les suites d’une punition décidée par l’ancien Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, le tortionnaire en chef et fugitif Abdallah Kallal, poursuivi par le justice helvétique pour crimes de torture. Ce tortionnaire est toujours Trésorier du parti au pouvoir (où il utilise les mêmes méthodes d’extorsion de fonds que celles utilisées pour l’extorsion d’aveux, la contrainte!) et préside, aujourd’hui, le Sénat. Ce qui let met tout juste en seconde position, de ballotage très favorable, en cas de vacance à la tête de l’Etat!!! 
 
Son collègue de l’Assemblée, Mebazzaa, n’est pas jugé sûr par le clan de la Première Drame. Il risque de « ne pas être joignable » si le clan Trabelsi et les services de propagande en décident. Nous reviendrons avec plus de détail dans un article appropiré sur les enjeux de « la succession compliquée en Tunisie » pour reprendre les mots de de l’Editorial de Pierre Rousselin, dans le Figaro du 13 avril 2007 !
 
En ces moments décisifs où l’Union régionale du Patronat à Sfax est en phase de renverser la tendance, de rétablir la Démocratie interne, par la réhabilitation de celui qui en fera son cheval de bataille et du redressement moral du Patronat son combat personnel, nous ne pouvons que souhaiter bon rétablissement démocratique et patriotique à l’UTICA. Qu’elle puisse se débarrasser, enfin, des ripoux et des pourris, qu’elle puisse être une force vers la transition démocratique, qu’elle puisse reprendre le combat des Pères fondateurs, pour une Tunisie libre, juste et prospère.
 
Paris, le 30 juillet 2007
Abdel Wahab Hani
 
Le quotidien Assabah a consacré un papier dans son édition de ce matin au « cas » Khémakhem.
 
 

مهن:اليوم اجتماع المجلس الجهوي لاتحاد الصناعة والتجارة بصفاقس هل يتم رفع قرار التجميد عن المنصف خماخم خلال الجلسة العامة؟

صفاقس – الاسبوعي يعقد المجلس الجهوي لاتحاد الصناعة والتجارة والصناعات التقليدية صبيحة اليوم الاثنين الثلاثين من جويلية بمقر الاتحاد بصفاقس اجتماعه الدوري للتطرق الى موضوع تشغيل حاملي الشهادات العليا. هذا المجلس ينعقد كل ثلاثة اشهر ومع هذا لم يلتئم الا في دورتين منذ انعقاد المؤتمر الاخير في السادس والعشرين من جويلية 2006 عند تجديد المكتب التنفيذي، وهو مجلس يحل محل الموتمر بين موتمرين ويتركب المجلس من 170 الى 180 شخصا من بينهم اعضاء المكتب التنفيذي الحالي ورؤساء الاتحادات المحلية ورؤساء الغرف الجهوية التابعة للاتحاد والى جانب المحور الرئيسي سيتضمن البرنامج العديد من المسائل الأخرى لعل ابرزها مسالة تجميد عضوية السيد المنصف خماخم رئيس الاتحاد الجهوي السابق احد اعضاء المكتب التنفيذي السابق افادنا بان هناك تحركات من مجموعة الستة عشر وهي التي كانت سببا في تحوير المسؤوليات لاسيما في مستوى رئاسة الاتحاد الجهوي للاتحادسعيا الى اعادة الاعتبار لرئيس الاتحاد الجهوي السابق السيد منصف خماخم ذات المصادر قالت انه سيتم خلال هذا المجلس مطالبة هؤلاء برفع قرار التجميد وهم الذين اسهموا في صنع هذا القرار «الأسبوعي» طرحت الامر على رئيس الاتحاد الجهوي الذي اجاب بالقول انه لم يتطرق شخصيا لهذا الأمر مضيفا انه رغم ان هناك جدول اعمال للاجتماع فانه لا يمنع طرح بعض المسائل غير المدرجة والمتعلقة بالمنظمة. وللتذكير فان قرار التجميد  طال على امتداد 10 سنوات الشيخ محمد بن عبد الله احد الرؤساء السابقين وذلك خلال الثمانينات ثم تم رفع التجميد عنه وعاد الى رئاسة الاتحاد فهل يعود المنصف خماخم لرئاسة الاتحاد من جـديد ليعيد التاريخ نفسه محمد القبي


Un diplomate tunisien à la tête de la Minustah en Haïti

AFP, le 27 juillet 2007 à 21h53
NEW YORK (Nations unies), 27 juil 2007 (AFP) – Le diplomate tunisien Hedi Annabi, sous-secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de maintien de la paix depuis 1997, va prendre la tête de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), a annoncé l’ONU vendredi. M. Annabi, 63 ans, prendra ses fonctions à la tête de la Minustah le 1er septembre en remplacement du Guatémaltèque Edmond Mulet appelé à le remplacer au poste de sous-secrétaire général adjoint chargé des opérations de maintien de la paix. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a formellement informé de ce changement le président en exercice du Conseil de sécurité, l’ambassadeur chinois Wang Guangya. La Minustah qui compte 7.200 soldats et 1.500 policiers est déployée en Haïti depuis juin 2004, quatre mois après le départ du président Jean Bertrand Aristide. AFP

Haïti – Un diplomate tunisien à la tête de la Minustah

Reuters, le 27 juillet 2007 à 00h24
NATIONS UNIES, 27 juillet (Reuters) – Ban Ki-moon, secrétaire général de l’Onu, a nommé vendredi Hedi Annabi à la tête de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). Entré au service de l’Onu en 1981, le diplomate tunisien âgé de 63 ans occupait jusqu’ici les fonctions de sous-secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix. Il succédera en Haïti au Guatémaltèque Edmond Mulet, qui le remplacera à son poste actuel. REUTERS

Dix sept Algériens détenus à Guantanamo seront jugés en Algérie (ministre)

 
AFP, le 27 juillet 2007 à 19h33 ALGER, 29 juil 2007 (AFP) – Dix-sept Algériens détenus au centre de Guantanamo seront prochainement transférés en Algérie pour y être jugés, a déclaré dimanche le ministre algérien de la Justice Tayeb Belaïz. « Un groupe de travail mis sur pied pour prendre en charge l’affaire des Algériens détenus à Guantanamo s’est rendu sur place et à confirmé l’identité de 17 Algériens », a précisé le ministre. « Leur procès se déroulera en Algérie, conformément à la loi algérienne,  dans le cas où ils sont reconnus coupables d’un quelconque crime, sans condition ni contrainte de quelque partie que ce soit », a-t-il ajouté en marge d’une cérémonie en l’honneur de prisonniers lauréats du baccalauréat. Il reste actuellement environ 360 détenus à Guantanamo. Les autres ont été transférés dans leur pays d’origine ou libérés. AFP

Bombardier équipera prochainement l’Algérie et la Libye (directeur)

AFP, le 27 juillet 2007 à 19h45
TUNIS, 27 juil 2007 (AFP) – Le constructeur canadien Bombardier s’apprête à livrer une commande de onze appareils biréacteur de type CRJ à des compagnies aériennes en Algérie et en Libye, a indiqué vendredi Stéphane Lizotte, son directeur pour l’Afrique. « Nous livrerons avant fin août huit avions CRJ à l’Algérie et trois autres de même type à la Libye », a-t-il indiqué à l’AFP à Tunis. M. Lizotte assistait vendredi à la livraison d’un CRJ-900 de 88 sièges à la compagnie tunisienne Sevenair, spécialiste des vols intérieurs et des charters de proximité en Méditerranée. Vantant « la haute rentabilité » et le « faible coût » de ces « jets régionaux », M. Lizotte a évoqué une stratégie du fabricant canadien sur le marché africain. « Nous espérons renforcer notre présence en Afrique et Moyen-Orient », a ajouté le représentant du numéro un mondial des jets privés. « Nos appareils volent déjà avec succès en Afrique du Sud, au Nigeria, en Tanzanie, en Egypte et au Kenya », a-t-il indiqué. Bombardier, également numéro un du rail, a écoulé plus de 1.300 appareils de type CRJ, présenté comme un « avion régional par excellence ». AFP

Drogue: l’Algérie craint de devenir un pays producteur

AFP, le 27 juillet 2007 à 06h50
Par Hassen ZENATI ALGER, 29 juil 2007 (AFP) – Pays de transit et de consommation de drogue, l’Algérie craint de devenir aussi, sur le « modèle marocain », un pays producteur depuis la découverte, ces dernières semaines, de cultures sauvages d’opium et de cannabis dans le Sahara algérien. Des narcotrafiquants étrangers et algériens tentent d’implanter, aux confins sahariens, un « modèle » substituant la drogue aux cultures traditionnelles moins lucratives, afin de ne plus dépendre de leurs fournisseurs marocains et de maîtriser les prix, affirment des experts de l’Office de lutte contra la drogue et la toxicomanie (ONLDT). Au Maroc, classé parmi les premiers producteurs mondiaux de cannabis, les paysans – notamment du Rif – sont réticents à abandonner la culture de cette plante malgré les aides européennes. « Le danger réside dans l’exportation vers l’Algérie du modèle marocain », souligne le directeur général de l’ONDT Aldelmalek Sayeh. Il craint que les paysans pauvres du désert ne deviennent des proies faciles entre les mains de puissants trafiquants, qui tentent de les inciter à abandonner leurs habitudes culturales ancestrales en leur faisant miroiter des perspectives de profits importants. La gendarmerie algérienne a détruit, en avril et mai, plusieurs champs de  pavot et de cannabis dans le département d’Adrar, une région presque aussi vaste que la France et grande comme 14 fois la Belgique, frontalière du Maroc, de la Mauritanie et du Mali. Selon la direction de la sûreté d’Adrar, la drogue y était cultivée depuis une vingtaine d’années pour la consommation personnelle, mais sa culture a pris de l’ampleur depuis quelques années sous l’impulsion des narcotrafiquants. De nouvelles zones productrices tournées vers l’exportation, sont aussi apparues au nord du pays à Blida, Alger, Mostaganem, Béjaïa, Boumerdès, Tizi Ouzou, selon M. Sayeh. « Il y a comme une volonté de calquer le modèle marocain », dit-il. « Un nouveau virage est pris, mais l’Algérie n’a pas encore atteint le stade de pays producteur », souligne Aïssa Kasmi, directeur de la coopération internationale à l’ONLDT. L’Algérie, territoire de plus de 2,3 millions km2, avec des frontières terrestres de 6.000 km ouvrant sur six pays au sud et une large façade maritime, est classée par les organismes internationaux comme une zone de transit de la drogue vers l’Europe notamment, et un pays de consommation. Le niveau d’alerte a été atteint concernant la consommation intérieure. « L’Algérie est en train de devenir un grand espace de consommation de stupéfiants », selon M. Sayeh. L’ONLDT, chargé d’appliquer le plan directeur de prévention et de lutte contre la drogue et la toxicomanie, impliquant 14 ministères, la police et la gendarmerie, veut tarir l’offre, mais aussi juguler la demande. Les prix pratiqués, notamment pour le cannabis, ne sont pas élevés, selon les experts. Les saisies de drogue connaissent une progression importante, selon les statistiques officielles. Au 1er trimestre 2007, 5,8 tonnes de cannabis ont été saisies, contre 10 tonnes pour toute l’année 2006. L’alcool étant interdit par l’islam, les jeunes consommateurs (85% de l’ensemble), se sont tournés vers d’autres drogues vendues sur le marché. L’Algérie enregistre ainsi une explosion de la consommation des psychotropes. 300.000 comprimés ont été saisis en 2006, selon la gendarmerie, qui multiplie les opérations coup-de-poing dans les milieux de la « zetla » (drogue). AFP

La corruption gangrène tous les secteurs de l’économie algérienne, selon Transparency International

 
Associated Press, le 30 juillet 2007 à 14h08  ALGER (AP) — La corruption gangrène toujours tous les secteurs de l’économie algérienne « sans exception », selon un rapport de l’Association algérienne de lutte contre la corruption (AACC). Cette section locale de l’organisation Transparency International basée à Berlin y voit le signe de « l’absence de volonté politique à lutter contre la corruption ».  « L’actualité de ces derniers mois en Algérie est marquée par une explosion sans précédent de la corruption à tous les niveaux et dans tous les secteurs d’activité, sans aucune exception », peut-on lire dans le rapport rendu public dimanche soir.  L’explosion du phénomène est alimentée, selon l’AACC, par les budgets faramineux injectés par le gouvernement dans le programme de soutien à la relance économique (PSRE), doté de plus de 60 milliards de dollars (43,9 milliards d’euros).  Le groupe fustige « des budgets qui sont sans cesse revus à la hausse et élastiques à souhait par la seule volonté de l’exécutif au plus haut niveau de l’Etat ».  L’opacité dans la gestion des deniers publics et le gré à gré, soulignent les rédacteurs du rapport, touchent tous les secteurs, tels que le tourisme, l’agriculture, les transports, la pêche, la santé, la justice, la culture, les postes et technologies de la communication et les finances.  « Le gouvernement veut faire du gré à gré la règle, ce qui conviendrait à geler de fait la réglementation actuelle sur les marchés publics, réglementation déjà lacunaire et très insuffisante et que les pouvoirs publics envisagent de libéraliser davantage au motif qu’elle devient un obstacle à la réalisation du programme du chef de l’Etat », avait déjà relevé l’AACC dans un communiqué daté du 12 mars. L’organisation y dénonçait le fait que les Jeux africains d’Alger (du 11 au 23 juillet) soient « livrés à la loi du gré à gré ».  


Un deuxième centre de vacances turc fermé en France

 
AFP, le 30 juillet 2007 à 11h30 METZ (France), 30 juil 2007 (AFP) – Une colonie de vacances d’une association turque a été fermée dimanche soir dans l’est de la France, quatre jours après la fermeture d’un autre centre, également turc, a-t-on appris lundi auprès des autorités locales chargées de la jeunesse et des sports. 87 jeunes âgés de 11 à 17 ans et leurs accompagnateurs, membres d’une association culturelle turque d’une mosquée de Strasbourg (est), ont été invités à quitter le centre situé à Courcelles-Chaussy pour « absence de projet pédagogique et éducatif ». « Le manque d’animateurs ayant un brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur de centre de vacances a également pesé dans la décision », a indiqué un inspecteur de la Direction de la jeunesse et des sports. Contrairement à la colonie de vacances de Bains-les-Bains (est), dont la fermeture avait été ordonnée le 13 juillet, la décision frappant le centre de Courcelles-Chaussy n’a pas été motivée par l’enseignement de la religion musulmane. « L’enseignement de la religion musulmane était également au programme mais cela se faisait dans la transparence, sans exclusive et dans un contexte de loisir éducatif », a précisé l’inspecteur. Le 24 juillet, la colonie de vacances de Bains-les-Bains organisée par une association turque de Nancy avait été fermée par la préfecture en raison d’une « pratique cultuelle trop prégnante ». Les autorités avaient alors été alertées par la gendarmerie qui avait reçu le témoignage d’un enfant se plaignant de devoir se lever la nuit pour faire la prière. Un contrôle avait permis de recueillir d’autres témoignages confirmant cette pratique ainsi qu’un encadrement « à la rigueur excessive, voire disciplinaire ».

 


 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

19 août 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année, N° 3010 du 19.08.2008  archives : www.tunisnews.net   Liberté et Equité: Des dizaines de

En savoir plus +

4 mars 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3572 du 04.03.2010  archives : www.tunisnews.net  Liberté et Equité: Disparition de l’ingénieur

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.