17 août 2007

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2642 du 17.08.2007

 archives : www.tunisnews.net


Reporters Without Borders: Online newspaper editor’s libel trial turning into farce after second postponement

AFP: Tunisie: controverse sur la participation d’Assabah à un concours israélien

BBC: Woman dies on holiday in Tunisia

The New York Sun :Arafat’s Widow Is Stripped Of Her Tunisian Citizenship

Belfast Telegraph :Sex and shopping: new twist in the saga of Mrs Arafat

KBAILI N: L’UGTT mobilise ses sbirs pour exercer du chantage sur les syndicalistes militants…..

Mizaanoun:Les crocodiles du Golfe rampent sur Tunis:Le Portail de la Méditerrannée ou l’extention du tourisme

Kamel Labidi: Tunisian democracy: To hope or despair?

Taieb Moalla: Le revers de la médaille

AFP :Maroc: liberté de la presse et insolence ne riment pas (ministre)

Le Monde : L’affaire des infirmières bouscule le régime libyen

Le Monde  :Le Parti socialiste veut entendre Mme Sarkozy sur la libération des infirmières bulgares

AFP: Turquie: un styliste viennois chargé de redessiner le foulard de Mme Gül


Reporters Without Borders Press Release 16 August 2007

TUNISIA Online newspaper editor’s libel trial turning into farce after second postponement

 
Reporters Without Borders said the trial of Omar Mestiri, the editor of the online newspaper Kalima, for libel was turning into a “farce” after a Tunis criminal court yesterday postponed it for a second time, until 28 August, at the request of the plaintiff’s lawyers. It had already been postponed for two weeks at the plaintiff’s request on 2 August.   A Reporters Without Borders representative who attended yesterday’s hearing said there was considerable tension between the plaintiff’s and Mestiri’s lawyers as they left the courtroom. Mestiri’s lawyers had been told to come at 9 am, but the hearing did not start until 5 pm. The plaintiff’s lawyers did not have to provide the court with any information in order to obtain this second postponement.   “This trial is fresh evidence of how the Tunisian authorities use the judicial system to punish an independent publication,” Reporters Without Borders said. “Our fears are heightened by the fact that this case has been entrusted to the same judge who imposed a three and a half year prison sentence on lawyer and cyber-dissident Mohammed Abbou in a sham trial in April 2005.”   The suit against Mestiri was brought by Tunisian lawyer Mohammed Baccar in March of this year over an article published on 5 September 2006 in which Mestiri condemned a decision allowing Baccar to resume practising law. Baccar had previously been disbarred for “fraud and forgery.”   Mestiri’s lawyers are challenging the suit’s legality on two grounds. Firstly, under Tunisian law, a libel action must be brought within three months of an article’s publication and Baccar let more than six months go by before filing his suit. Secondly, they point out that access to the Kalima website is blocked in Tunisia so no one could have seen the article there.   Kalima reporter Sihem Bensedrine said Tunisian and international observers were barred from the courtroom during the first hearing in violation of one of the criteria of a fair trial, which is  openness.   Mestiri has been Kalima’s editor since 2004. The authorities prevented production of a printed version of Kalima but the newspaper has existed in electronic form since 2000. However, access to the website, which is hosted on a server in France, has been blocked in Tunisia ever since its launch.   Zine el-Abidine Ben Ali, who has been Tunisia’s president since 1987, is on the Reporters Without Borders list of the world’s 34 “press freedom predators.” The regime is also one of the most repressive in the world as regards the circulation of news and information online. It is therefore classified by Reporters Without Borders as one of the world’s “Internet enemies,” alongside countries such as Belarus and North Korea.


Woman dies on holiday in Tunisia

 
A Cumbrian woman has died while on holiday in Tunisia, the Foreign Office has confirmed.Mandy Coulthard, 36, of Wigton, had been staying at the resort of Hammamet, close to Tunis, when her body was discovered on Tuesday.Tunisian authorities are now carrying out a post-mortem examination to determine the cause of death.A Foreign Office spokesman said British Consular officials were providing assistance to relatives at the resort.Ms Coulthard is the second woman from Wigton to have died while on holiday overseas in the past fortnight.Ann Marie Webster, 23, drowned on the Greek island of Corfu on 1 August. (Source :le site de la BBC (G.B), le 16 août 2007) Lien : http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/england/cumbria/6950074.stm


Tunisie: controverse sur la participation d’Assabah à un concours israélien

AFP, jeudi 16 août 2007
TUNIS – La participation du quotidien tunisois privé Assabah (Le Matin) à un concours de dessins à l’initiative d’une fondation israélienne a suscité une controverse en Tunisie.  Plusieurs personnalités ont protesté contre cette participation, Assabah rétorquant jeudi pour dénoncer des « postures extrémistes ».  « Nous protestons vigoureusement contre la participation d’Assabah au concours organisé par la fondation sioniste Leo Savir », ont écrit les signataires d’une pétition parvenue jeudi à l’AFP.  « Des centaines de personnes l’ont signée pour manifester leur refus de cet acte de normalisation » avec Israël, a affirmé à l’AFP Ahmed Kahlaoui, chef d’un Comité national de lutte contre la normalisation avec Israël (CNLCN). Parmi les signataires figurent des avocats, dont le bâtonnier Béchir Essid, des journalistes, des syndicalistes, des enseigants et des écrivains.  M. Kahlaoui a ajouté que des ONG, dont la puissante centrale syndicale tunisienne (UGTT) et un comité adhoc de l’Association des journalistes (AJT) devaient former un « front » contre tout acte de normalisation, invoquant le blocage du processus de paix israélo-palestinien.  Assabah avait annoncé le 4 août sa participation à un concours de dessins invitant des jeunes d’une dizaine de pays méditerranéens à exprimer leur vision de la paix d’après « La colombe de la paix » de Picasso.  Des médias israéliens et arabes y participent, notamment le journal Yediot Ahoronot (Israël), Al-Ahram (Egypte) Al-Qods (Palestine), selon un communiqué d’Assabah.  Dans une chronique intitulée « Y a-t-il parmi nous des ennemis de la paix? » Assabah a dénoncé jeudi les « postures extrémistes de certains esprits chagrins » voyant dans sa participation « +une trahison de la cause palestinienne+ ».  « Parler aux Israéliens ne doit (…) plus constituer un tabou. S’associer à ceux d’entre eux, qui militent pour la paix (…) ne saurait, non plus constituer un crime », écrit-il. La Tunisie, qui avait gelé ses relations avec Israël en 2000, au lendemain du déclenchement de la seconde Intifada palestinienne, a fait l’objet de vives protestations pour avoir invité l’ancien Premier ministre Ariel Sharon à participer au Sommet de la société de l’Information en 2005.


 

Arafat’s Widow Is Stripped Of Her Tunisian Citizenship

 
JERUSALEM — Yasser Arafat’s widow, Suha Arafat — who enjoys a reputation for lavish living — has been stripped of her citizenship in her adopted home of Tunisia and forced to leave the country amid allegations that she secretly married the president’s brother-inlaw. Tunisian officials said yesterday that the 44-year-old widow, who was 34 years younger than Yasser Arafat, had moved to Malta where she is living with her Palestinian Arab brother. According to one official source, she was stripped of her « moral and material rights. » It is not clear if this includes her bank accounts, widely rumored to be full of millions hidden away by her late husband. While the Tunisian government did not specify reasons for the development, Arab newspapers have reported that Mrs. Arafat had married Bilhassan Tarabulsi, whose sister is married to the president of Tunisia, Zein El-Abidin Bin Ali. Other allegations emerged that she had got into a commercial dispute with Tunisian businessmen. The loss of Tunisian nationality represents a setback for Mrs. Arafat, who would face difficulties with the Israeli authorities if she ever tried to return to her birthplace, Jerusalem. She settled in Tunis after Arafat’s death in November 2004 when she became involved in a bitter and, as yet, partially unresolved dispute with the Palestinian authorities. She accused senior Palestinian Arabs of poisoning her first husband so they could take power and some senior Palestinians accused her of frittering away millions of corruptly acquired dollars on shopping trips to Paris. Things got so bad that she elected to leave her homes in Ramallah and Gaza and seek a new life in Tunisia which, at first, welcomed her and Zahwa, the daughter, now 12, she had with Arafat. Accusations of lavish living have dogged her in recent years with the French authorities opening an investigation into alleged multimillion-dollar transfers to her bank account from a number of foreign bank accounts. Mrs. Arafat hit back by accusing Israel of leaking news of the French inquiry in order to distract attention from corruption allegations that were being leveled at the time against the prime minister at the time, Ariel Sharon. (Source: The New York Sun (Quotidien – USA), le 15 aout 2007) Lien: http://www.nysun.com/article/60562

Sex and shopping: new twist in the saga of Mrs Arafat

 
By Donald Macintyre in Jerusalem The longest-running soap opera in Palestinian politics, the rumour-rich saga of Yasser Arafat’s wealthy widow Suha, has been given a new lease of life with an official announcement that she has been stripped of Tunisian citizenship. Mrs Arafat, 44, who has lived in Tunis since her husband’s death in November 2004, is now reportedly in Malta after persistent but unconfirmed claims that she had secretly married Lahasn al-Trabulsi, the brother-in-law of the Tunisian President. A terse bulletin in the official Tunisian Gazette earlier this month – not reported in the local media and giving no reason for what is a rare act by the Tunisian bureaucracy – said that « Tunisian nationality was withdrawn from Madam Suha Arafat… who was born in Al Quds [Jerusalem] on 17 July 1963. » Various blogs and websites have reported since last summer that Mrs Arafat had married the brother of her reportedly close friend Leila, wife of Tunisian President Zine El Abidine Ben Ali, though Mrs Arafat, who lived in an up-market house in the Tunisian capital’s Carthage district, has denied the story. The official notice made no mention of the Arafats’ 12 year-old daughter Zawha, who also became a Tunisian citizen in 2006. According to one predictable version of the rumour, Mr Trabulsi had been expected to marry Suha Arafat’s sister but was attracted by the fortune which Mrs Arafat secured in fraught negotiations with Palestinian leaders as Mr Arafat lay dying in a coma in a Paris hospital. Although some reports put her legacy as much higher, Mrs Suha was believed to have been promised a lump sum of £7m, with a further £800,000 being paid to her annually for nine years, after which she was due to receive a pension of £300,000 a year. Mrs Arafat was often criticised for leading a luxurious life style in Paris in the years before her husband’s death. As Yasser Arafat personally controlled some Palestinian Authority and PLO funds, he was accused of using these to support his wife’s lavish lifestyle. Another unconfirmed local report said that the reason for her departure in Tunisia was a dispute with her business partners. Born to a well-off Palestinian Christian family, and raised in Ramallah and Nablus, Mrs Arafat converted to Islam while working for the PLO leader during his exile in Tunis and secretly married Mr Arafat in 1990 while she was in her late twenties and he was already in his sixties. In an astonishing outburst as her husband was dying in a Paris hospital three years ago, Mrs Arafat telephoned the Al Jazeera satellite channel to say that that a soon-to-arrive troika of top Palestinian leaders including the future President Mahmoud Abbas would not be welcome at his bedside and shouted to viewers: « Let it be known to the honest Palestinian people that a bunch of those who want to inherit are coming to Paris. » Using her husband’s nom de guerre, she added: « I tell you they are trying to bury Abu Ammar alive. He is all right and he is going home. » But he was pronounced dead three days later, reportedly after a deal had been reached between Mrs Arafat and the then Palestinian Prime Minister Ahmed Qureia over her legacy. The London based Al-Hayat newspaper reported this week that it had reached Suha Arafat in Valleta, where her brother Ghabi al-Taweel serves as Palestinian ambassador to Malta, but that she had refused to comment. (Source : « Belfast Telegraph » (Quotidien – Irlande), le 16 août 2007) Lien : http://www.belfasttelegraph.co.uk/news/world-news/article2867001.ece  


 

 L’UGTT mobilise ses sbirs pour exercer du chantage sur les syndicalistes militants…..

 
 Au moment ou de plus en plus de syndicalistes se mobilisent pour lutter contre la tendance affichée par les membres du bureau exécutif à « confisquer » les prérogatives des syndicats sectoriels et de base et contre la démarche antidémocratique et autoritaire qui va jusqu’à essayer de faire avorter les luttes des syndicats par les compagnes de dénigrement de contre propagande et même par la force et le chantage l’UGTT viens d’accélérer le rythme en lançant ses sbires ( la commission national de discipline de Ali Romdhane ) à la trousse des syndicalistes dans toutes les régions du pays écartant ainsi les conseils de disciplines régional et prétendant ne faire que « des enquêtes ou investigations de routine » (sic…même l’UGTT commence à avoir ses enquêtes comme la police !!!!!!). Mais personne n’ignore, sur la place de Med Ali , que c’est le secrétaire général de l’UGTT ( Abdesselem Jrad) lui même qui tiens à « donner une leçon » à certains syndicalistes militants de tous  bords pour avoir refuser d’arrêter leurs mouvements de lutte après son engagement personnel vis à vis du pouvoir , et pour avoir employé des slogans qui rappellent sa trahison par rapport aux revendications des travailleurs et son appui aux choix politiques et économiques du pouvoir en place. Beaucoup de syndicalistes commencent à crier au scandale à propos de ce que Jrad A est entrain de raconter en privée pour justifier son acharnement qui a touché les syndicalistes militants de plusieurs régions et secteurs :  » ils m’ont insulté et diffamé….. » dit-il rappelant tristement les épisodes sombres ou le pouvoir a usé du même argument pour arrêter les militants (diffamation envers le président ou le pouvoir politique comme pour l’avocat Med Abbou) et poussant les syndicalistes à rappeler au « camarade » jrad que l’UGTT défend la démocratie et la liberté d’expression et même s’il deviens  » gâteux  »  à force de se l’avoir coulé douce lui l’ancien simple ouvrier du secteur du  transport il ne doit pas s’imaginer qu’il devient « Roi » à force d’avoir concentré les pouvoirs entre ses mains et il qu’il peu désormais invoquer le crime de  » Lèse majesté » !!!!! Rappelant que le mouvement de traduction en masse devant le conseil de discipline de l’UGTT a touché tous les secteurs et régions dont la région de Beja ( sur le groupe qui est passé devant le conseil de discipline deux, soit le secrétaire général et le secrétaire général adjoint du syndicat régional de la santé, ont déjà été limogés et ont perdu leurs responsabilités syndicales avec l’accord de jrad) de Gafsa , du Kasserine , de Tunis , de Ben Arous De l’Ariana de Mannouba et qu’il continu à l’heure actuel. KBAILI N


Les crocodiles du Golfe rampent sur Tunis.

Le Portail de la Méditerrannée ou l’extention du tourisme

Par : Mizaanoun

 

Plusieurs dépêches d’agences ainsi que divers quotidiens de Tunis dont le « Temps » du 08/08/07 ainsi que des sites sur Internet comme www.tunisnews.net ont tous rapporté que la société immobilière des Émirats Arabes Unis « Sama Dubaï », le Ciel de Dubaï, filière de « Dubaï Holding » vient d’atterrir sur le « Lac de Tunis » avec 14 milliards de dollars dans les bagages. Lors d’une conférence de presse tenue à Tunis le 07/08/07 par le ministre d’État chargé du Conseil des ministres des Émirats et en même temps président du Holding, M. Mohamed Al Gargaoui, il a été confirmé qu’une « cité du siècle » sera construite sur les berges du lac de Tunis. Elle est baptisée sous le nom de « Portail de la Méditerranée. Entre autres détails, le ministre a indiqué que cette cité s’étendra sur 830 hectares (830X10.000m2=8.300.000 m2), Elle comportera des gigantesques tours, des complexes hôteliers luxueux, des espaces commerciaux, des zones vertes ainsi que des voies donnant sur la mer d’une longueur de 14 kilomètres, des espaces sportifs, culturels et de loisirs, des centres commerciaux et le tout construit conformément aux exigences environnementales. M. Al Gargaoui a relevé que ce projet « s’inscrit dans le cadre d’une approche de développement global et ambitionne d’intégrer et de promouvoir les secteurs qui bénéficient d’une forte notoriété en Tunisie à l’instar de la thalassothérapie et du tourisme. En outre ce projet vise à impulser la coopération économique et en matière d’investissement interarabe et à créer un produit économique arabe (sic) capable de faire face à la concurrence mondiale.»

 

Donc le projet dont la première pierre a été posée conjointement par le gouverneur de la ville de Dubaï et vice-président ou vice Grand Émir des Émirats Arabes Unis, Mohammed ben Rached Al Maktoum et le président Ben Ali lundi 06/08/07, coûtera 14 milliards de dollars et générera près de 140.000 postes de travail en faveur des jeunes. Une autre quantité d’argent de l’ordre de 28 milliards de dollars serait en même temps investie en Algérie dans un autre genre de grand projet commun (sic). Au Maroc, les investissements soit, du Holding Dubaï, soit de la KIO, l’autre Holding de la famille Assabah, soit ceux du prince saoudien Walid sont en cours depuis plusieurs années dans des différents projets, toujours de la même nature. En ce qui concerne « Sama Dubaï » on peut dire que ce ciel noir de nuages a déchargé sur Tunis des pluies torrentielles pour lesquelles les efforts des hommes en place ont bien – contrairement aux pluies torrentielles réelles qui inondent la Mauritanie ou le Soudan en ces mêmes jours laissant derrière elles des scènes dantesques et d’immenses dégâts – prévu les canalisations nécessaires afin que ces milliards de dollars n’inondent personne d’autre et fluent directement vers les poches des membres de la même élite. De toute manière il n’est pas dans les habitudes des émirs du Golfe de s’associer avec des personnages d’une autre nature que la leur.

 

Le génie de combiner le pouvoir et les affaires.

 

Dans aucun autre endroit du monde on ne retrouve la nature spéciale de ces dirigeants du Golfe et par extension de tous les dictateurs arabes et musulmans. Ils sont en même temps les détenteurs du pouvoir et des richesses du pays. Ils sont en même temps des politiciens et commerçants ou hommes d’affaires. Si chez les dictateurs les choses sont souvent camouflées à travers des hommes de paille proches du dictateur, chez les émirs du Golfe, tous sans exception aucune, les choses sont tellement flagrantes, qu’elles ne posent plus aucun problème à quel que niveau que ça soit. Ni au niveau des institutions locales ni au niveau des institutions internationales. C’est semble-t-il une nature humaine qui est acceptée comme telle. Elle serait même érigée au niveau de la réussite totale et par conséquent jouit d’une légitimation sociale complète et indiscutable.

 

Les peuples en tant que matière première comme une autre.

 

Qu’ils soient les émirs ou les dictateurs arabes et musulmans, ils appartiennent tous à une même espèce. Ils voient les êtres, les choses et les affaires de la même manière. Ils ont les mêmes objectifs et appliquent les mêmes règles du jeu. La principale règle du  jeu pour tous ces individus consiste en premier lieu en la considération de leur propre personne et de leurs proches comme appartenant à la race élue et tout le reste du peuple, entre 90 et 99%, une matière première malléable qu’on utilise et qu’on adapte de gré ou de force – beaucoup plus de force que de gré – à leur hédonisme qui implique des accumulations de comptes bancaires en multiplication constante et pour ce, le peuple qui constitue la matière première la plus importante, son coût doit être maintenu au plus bas possible. Les projets qui mijotent dans l’esprit  de cette espèce de race élue et très restreinte, sont des projets aussi très restreints dans le temps c’est-à-dire des projets à très court terme. Alors que les projets de construction réelle qui pourraient concerner tout le peuple et qui vont dans la voie de la prospérité générale, sont des projets à long terme sinon à très long terme. Ni le dictateur Ben Ali, ni les émirs du Golfe ni ceux qui ont supervisé et agréé le projet en question, les fameuses institutions internationales, ne sont concernés par un projet de développement humain qui aurait fait que les 14 milliards soient investis dans des infrastructures de communications, dans la construction des hôpitaux avec les équipements dignes, dans la construction d’écoles et d’universités, dans le développement agraire, dans la construction de logements adéquats répondant aux standards contemporains et enfin de compte dans l’amélioration globale de la vie. Tous ces domaines économico-sociaux sont les structures fondamentales solides et pérennes  sur lesquelles reposerait le luxe éventuel comme celui dont nous parle le ministre des Émirats. Ni la Tunisie, ni aucune autre région arabe ou musulmane y compris les « États » fabriqués autour des puits de pétrole dans le Golfe ne peuvent aspirer en ce moment de l’histoire au luxe, parce que tout simplement il n’y a aucune structure de base susceptible de supporter de telle folie. De tous les temps un tel comportement, au niveau de la société, a toujours sécrété des préjudices considérables. Et ça sera ainisi dans ce cas.

 

Aucun projet de construction réelle n’est concevable.

 

Ni de la part des émirs ni de la part  de  leurs pairs, les dictateurs, on ne peut s’attendre réellement à aucun projet réel. Le seul fait de penser à un projet de construction réelle aurait tout de suite changé toute la géopolitique de toute la région et aurait supprimé l’existence des émirs et des dictateurs. Donc bien qu’ils soient de la même nature, mais pour les considérations de géopolitique à l’inverse qui leurs sont vitales, il faut qu’ils soient séparés et bien séparés avec chacun sa « souveraineté » propre comme le stipule la légalité internationale. Et ainsi le peuple, le même peuple, afin qu’on lui conserve sa  caractéristique de matière première et au plus bas prix, il faut le réduire en tranches. Un million par là, deux millions par ici, dix millions au nord, vingt millions au sud etc. Et que chaque tranche soit hermétiquement séparée de celle d’à côté. Et là où il y a du pétrole, du gaz, des mines d’or, des mines de phosphate, de cuivre ou  autre, on installe des émirs avec une population très réduite. Par contre là où il n’y a rien du genre mais beaucoup plus de monde on installe des dictateurs. Et à la lueur des évènements dramatiques qui se déroulent devant nos yeux aujourd’hui même et pourvu que tous les plans de la « légalité internationale » se concrétisent, bientôt on aura un riche émirat de Darfour au Soudan, l’émirat Barazani Talabani au nord de l’Irak, l’émirat Sistani à Kerbala, toujours dans le même Irak qui aura fini d’exister à la grande satisfaction et la grande joie de tous les émirs du Golfe. Il n’est pas non exclu qu’on aura un émirat de Kabylie en Algérie et sans le moindre doute beaucoup de nouveaux émirats dans la même Péninsule Arabe qui a été adjugée par les anglais au clan d’Abdel Aziz Ben Saoud au début du  20ième siècle. En dehors du monde arabe et musulman, les mêmes déchirements sont en vigueur, en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. En Afrique tout le monde connaît l’origine et les raisons de la guerre civile « perpétuelle » au Congo, divisé au moins en deux, Il y a beaucoup de diamants et d’autres mines de la plus haute importance pour la technologie occidentale. À part le Congo et le Soudan en Afrique, les démembrements saignent de partout depuis l’arrivée de l’homme blanc dans cette région du monde, La Bolivie  en Amérique du Sud, par exemple, il se trouve que les grandes réserves de gaz se trouvent dans une région du pays gouvernée par un descendant de l’homme blanc qui ne cesse de réclamer son autonomie par rapport au gouvernement centrale de La Paz. Une autonomie qui conduirait par la suite à l’instauration aussi d’un émirat. Pour ce qui est de la Libye, un autre paradigme, une terre immense, des réserves de pétrole aussi considérables et surtout très peu de population. Eh bien de l’émir Senoussi, on est passé à l’émir Kadhafi I et bientôt on aura un Kadhafi II. Et avec un peu de chance, autour des puits de pétrole on aura un ou plusieurs émirats amazighs. D’autres exemples innombrables se reproduisent dans toute la Périphérie, c’est-à-dire dans la plus grande partie de la planète. Et de forme asymétrique on assiste à une consolidation de plus en plus renforcée du Centre. Tous les européens ou presque, forment l’ensemble probablement le plus solide et ne cessent de le consolider. Les États-Unis, le noyau ou l’épicentre, sont formés, comme on le sait par cinquante états. Il va de même pour les autres groupes du Centre. Du Japon, aux États-Unis en passant par l’Europe, il s’agit du même groupe avec une force de domination et de terreur sans précédent. Et tout ce que ce groupe n’arrive pas à prendre par les  moyens « pacifiques », il le prend par la force. Mais laissons ce chapitre de côté pour le moment et revenant à notre sujet du jour.

 

Pires que les colons d’antan

 

Donc ces émirs du Golfe qui s’associent aujourd’hui avec les « émirs » de Tunis, d’Alger et de Rabat, ne se font aucun souci sur les structures fondamentales de la société arabe. D’aucuns se demandent réellement à quoi fait-il  allusion M. Gargaoui quand il ose parler de « cadre interarabe ». Il prend certainement les gens pour des naïfs. Comme tous les évènements de l’histoire  et leurs activités vampiriques l’indiquent, il n’y a rien dans l’esprit de ces individus d’arabe, ou d’appartenance à un ensemble distinct de l’Occident. Ils sont tous « fiers » des structures fondamentales existantes dans le monde auquel ils s’identifient réellement. C’est à dire le monde occidental. Ils se comportent en terre arabe et musulmane de la même manière ou même pire que les pires colons. Des colons qui vivaient bien confortablement en terre d’autrui et sur le compte des autochtones et avaient l’âme dans leurs métropoles respectives. Donc ce mégaprojet du lac, comme tous les autres qu’ils soient à Tunis, à Alger, à Rabat, à Charm Echcheikh ou dans n’importe quel autre endroit, tant qu’ils soient pensés, construits et pilotés par cette espèce de vampires, ils n’ont rien à voir avec les projets authentiques qui se décident dans l’intérêt et avec la participation de toute la société arabe. M. Al Gargaoui parle «d’investissement interarabe de nature à créer un produit économique arabe capable de  faire face à la concurrence mondiale.»

On ne sait pas à quoi il pense  ou à quoi veut-il faire penser le ministre quand il parle de produit arabe. S’agit-il de constructions industrielles, de constructions technologiques, de constructions de centre de recherches, de constructions d’immenses sidérurgies, de constructions de complexes pétrochimiques, de constructions aéronautiques, de constructions d’industries automobiles, de constructions d’industries militaires, de constructions d’ensembles agro-industriels, etc. ? De telles constructions effectivement seraient capables de faire face à la concurrence mondiale. Et même avant d’entrer en concurrence avec qui ce soit, il s’agit de la seule voie qui mène à un développement humain arabe réel. À moins que le ministre et ses amphitryons pensent à faire la concurrence à Acapulco, à la République Dominicaine ou à toutes ces républiques turistico-bananières du Caraïbe. Quant à ce qui se fabrique à coup de milliards, il n’a rien de compétitif et constitue tout simplement un appendice de l’économie occidentale. Ce genre d’individus du Golfe et leurs pairs dans les dictatures arabes et musulmanes, ont toujours dans l’esprit des projets gigantesques : Des complexes hôteliers de grand luxe, gigantesques. Des complexes de loisirs, gigantesques. Des tours, comme celle qu’ils sont en train de construire à Dubaï de plus de cinq cents mètres de hauteur, gigantesques. Tout ce gigantisme en réalité se réduit à un battement d’aile de papillon. Un gigantesque gaspillage en tout cas.

 

Holding Dubaï et ses tentacules

 

L’agence de presse française AFP, a diffusé aussi, au moins, une dépêche au sujet du projet du siècle de Tunis. Et on peut y lire que ce même groupe de Dubaï s’était déjà emparé auparavant des 35% du réseau de Télécom Tunisie au prix de plus deux milliards de dollars (1,893 million d’euros exactement). La compagnie française Vivendi Universal s’était retirée presque humiliée. Elle ne pouvait offrir à la dictature autant d’argent. Évidement la compagnie Vivendi n’est pas dirigée par un émir ayant à sa disposition un ou plusieurs puits de pétrole gagnés à la loterie. La dépêche ajoute que le groupe Holding Dubaï est aussi partenaire de groupes européens (Mercedes-Benz, Airbus etc.). Ce qui est aussi le cas de la KIO des émirs Assabah, de l’émir de Qatar et de tous les émirs de Saoud.

Sama Dubaï, associé aux autres Samas ou Holdings du Golfe, quand ils entrent dans l’espace européen ou occidental en général, leurs nuages sont toujours chargés de pluies d’argent sans comparaison aucune avec les pluies de milliards qui sont en train de tomber sur le Maghreb. Ce sont des authentiques pluies diluviennes. Il va de soi que les « investissements » réels de ces individus du Golfe – la tâche pour laquelle ils ont été sélectionnés par les anglais et consorts – représentent en vérité, la forme la plus appropriée pour alimenter gratuitement, l’ogre, en l’occurrence la colossale et unique économie mondiale, celle occidentale, avec toutes les matières premières dont elle a besoin. Le pétrole, le gaz et certainement d’autres matières dont on ne parle presque jamais, dans le cas des émirs du Golfe, fluent à travers des gigantesques tankers qui sillonnent les mers sans arrêt, comme si les robinets étaient directement installés dans chacune des grandes industries occidentales et les milliards que reçoivent les émirs à titre de bakchich (C’est bien ce représentent ces milliards de dollars à côté de la puissance exponentielle occidentale) sont immédiatement renvoyés à la source contre des bons de trésors publics délivrés par le Fort Knox des États-Unis et qui s’élèvent à plus de six billions de dollars ou à titre d’actions dans les plus importantes industries occidentales, comme on l’a vu plus haut avec Mercedes-Benz, l’EADS, la motrice de l’Airbus et de toutes l’aviation militaire européenne ou la compagnie Boeing des États-Unis ainsi que Carlyle, l’un de gigantesque groupement financier aux États-Unis qui approvisionne en milliards de dollars surtout l’industrie militaire. Sans bien entendu oublier la compagnie de Dick Cheney Haliburton. Ce ne sont là que quelques exemples qui expliquent comment le pétrole, le gaz et toutes les autres matières premières arabes et musulmanes sont livrées gratuitement à l’Occident par l’intermédiaire de ces Émirs. Par conséquent leurs fameux investissements dans le cadre « interarabe » non seulement ils sont insignifiants et sans aucune conséquence réelle positive sur la vie dans la société arabo-musulmane, mais constituent tout au contraire, une création de richesses supplémentaires dont le seul bénéficiaire est toujours le même : L’Occident. Bien que dans la foulée, il est vrai, ces émirs mènent un train de vie de luxe sans égal dans aucune autre espèce humaine, ni dans aucune autre époque de l’histoire. Et qu’est ce que ça peut faire à un Occident de voir ces émirs consommer tous ses produits de luxe ? – Tout à fait le contraire, il les encourage et leur ouvre l’appétit et toutes les portes à eux et à toutes leurs descendances du futur. Leurs châteaux sont dispersés dans les quatre coins du monde occidental. Leurs moyens de transport privés sont des avions, des authentiques palais volants, conçus et construits uniquement pour eux, soit par l’un ou l’autre des consortiums européen ou États- unien. Des Airbus avec salle de bain, salons de luxe, chambres à coucher, bureaux et tout l’équipement toujours de luxe comme on peut imaginer. Le bakchich n’obéit à aucune logique rationnelle. Il se gaspille tout simplement d’une manière aussi gigantesque jusqu’à la monstruosité totale. Et finalement tous les milliards occidentaux reviennent à la source. Et quand ils font un détour par Tunis, Alger, Rabat ou le Caire, ils ramassent le peu de sang qui reste encore dans les veines de la population. Ou par hasard, ces crocodiles du Golfe jouent-ils à fonds perdus ? Ou sont-ils venus financer des œuvres philanthropiques ? Si comme le rapportent les informations, bien protégés par les organismes internationaux, comme le FMI, l’OMC ou la BM et surtout par l’appareil de mort des États-Unis, ces crocodiles sont chez nous pour plusieurs années d’abord pour récupérer les milliards investis et par la suite les dividendes. Le tout sera prélevé sur le compte de la population et jamais, comme le prétendent les sorciers, qu’on appelle des experts économiques, sur le compte des occidentaux qu’on va inviter à venir profiter de ce luxe sur les berges du Lac de Tunis. De la même manière que se déroulent les choses en ce moment dans le secteur dit touristique[1].

 

Les ressources naturelles, les capitaux et le génocide.

 

Toujours dans la même dépêche on y lit : « Sans grandes ressources naturelles, la Tunisie table désormais sur ces capitaux arabes  pour soutenir une croissance à plus de 6% pendant dix ans. » Ni l’une ni l’autre de ces trois assertions de la dépêche AFP n’est vraie. Ni la Tunisie – dans la mesure où elle est arabe –  ne se trouve sans grandes ressources naturelles, ni les capitaux des émirs ne sont arabes, parce que s’ils l’étaient, ils ne seraient, sans aucun doute, pas entre les mains de tels sinistres et infâmes personnages, ces émirs du Golfe dont le comportement social, politique et moral a dépassé, depuis très longtemps toutes les limites entre la décence et purement et simplement le crime, surtout en examinant le rôle dévastateur qu’ils jouent sur la scène arabe et musulmane. On en parlera plus loin du rôle qu’ils ont joué tout récemment et continuent à jouer dans la destruction de l’Irak et combien de milliards ils ont apporté afin que l’effroyable machine de mort états-unienne fonctionne à plein rendement dans le génocide en cours qui a fait déjà plus de trois millions[2] de morts arabes et musulmans, plus de trois millions de réfugiés et auxquels s’additionnent à chaque lever de soleil encore plusieurs milliers en morts et en réfugiés. Ni la croissance de 6% durant les dix ou cent ans à venir ne veulent rien dire. Ce genre de chiffres, de taux ou de statiques, surtout dans la Périphérie ou les pays marginaux, relèvent d’un leurre qu’utilisent les dictateurs pour masquer les réalités effroyables dans lesquelles se débattent les masses populaires. S’ils ne changeront rien dans la lamentable situation du développement humain dans toute la société arabe, par contre si qu’ils feront probablement entrer dans la prochaine édition de la Revue Forbes le premier milliardaire en dollars originaire de Tunis, d’Alger ou de Rabat après l’émir saoudien Al Walid.

 

Le rapport Avicenne

 

Ni la nature de cette race d’individus, ni la domination totale occidentale ne permettent aucun projet réel de développement humain dans le monde arabe et musulman. Dans un récent rapport rédigé par un groupe de chercheurs, diplomates français et publié sous le titre : Rapport Avicenne. On y lit entre autres : « Leur point commun est leur conviction que la France se doit d’entretenir des relations politiques, économiques et culturelles fortes avec les pays d’une zone (Le Maghreb et l’Orient arabes) particulièrement sensible où elle a des intérêts vitaux. »

Non seulement la France a des intérêts vitaux dans le monde arabo-musulman, mais aussi les états-uniens, les anglais, les allemands, les japonais et tout l’ensemble qui constitue le Centre par rapport à la Périphérie. Tous ont des intérêts vitaux, les seuls qui sont exclus de ces intérêts sont justement les peuples concernés ceux de la Périphérie ou des pays marginaux et dans ce cas les peuples arabes et musulmans. Mais au fond de quels intérêts parle-t-on ? – Le terme ne reflète en aucun cas sa véritable signification. Il sert de masque qui dissimule une  authentique opération de pillage en cours depuis des siècles. Dans le même rapport, paragraphe II, sous le titre : « Des orientations d’action » point 2 on y lit : « Accentuer notre coopération avec des partenaires d’influence, notamment en établissant une coopération renforcée avec certains de nos partenaires européens, en poursuivant la normalisation post irakienne de notre relation avec les États-Unis, en nous concertant avec la Russie et la Chine, en dialoguant davantage avec le monde arabe et musulman et, tout spécialement, avec l’Arabie Saoudite dont il convient d’appuyer les efforts en vue de réduire les sources de tension. » C’est bien clair. D’abord il n’y a jamais eu de dialogue mais des instructions que dicte le puissant au dominé. Et puis comment se fait-il que l’un des clans des plus exécrables émirs du Golfe, l’odieuse famille des Saouds, se voit jouir d’une notoriété et d’une crédibilité aux yeux des membres de ce groupe d’experts français ? On voit parfaitement la nature réelle des valeurs occidentales. Ils disent qu’elles sont universelles ! Précisément ce clan de mafieux, hors pair, dans l’histoire humaine se trouve à l’origine non pas de ce qu’ils considèrent hypocritement  comme sources de tension, mais de toute la situation dramatique dans laquelle se trouvent les arabes et les musulmans éloignés de tout progrès, de tout développement, de toute technologie et enfin de compte éloignés de la vie tout court.

Toujours dans le même rapport et concernant le même paragraphe on lit : « En conclusion, les turbulences qui affectent le Moyen-Orient ont atteint un niveau de haute intensité qui représente, pour les pays occidentaux et, plus spécialement, pour l’Europe, de grands risques, notamment dans le domaine de la sécurité au sens large du terme : accroissement du terrorisme, perturbations dans notre approvisionnement en hydrocarbure, attaques contre nos forces au Liban, dislocation des États. En Afrique du Nord, la situation paraît plus contrôlée, mais les menaces sont également présentes et tendent à se renforcer comme l’ont confirmé les attentats d’avril 2007 en Algérie et au Maroc.» On voit l’objet de l’inquiétude occidentale. En tout cas il n’y a que des naïfs, des stupides ou des imbéciles pour s’attendre à ce que les occidentaux, experts ou moins experts, prennent en charge les inquiétudes des masses arabes et musulmanes ou même soient simplement disposés à un dialogue réel avec les forces vives de la société arabe et musulmane. On peut même conclure que le temps du dialogue soit irrémédiablement épuisé.

 

Pourtant le rapport, on ne sait s’il s’agit d’une contradiction ou d’un léger déraillement inattendu, dans le paragraphe 1,2, sous le titre : « Des sociétés bloqués » on lit : « Le Moyen Orient est la seule partie du monde qui n’a connu aucune alternance politique réelle depuis la chute du mur de Berlin : Les mêmes dirigeants (ou leurs fils) sont au pouvoir, appuyés sur des structures clientélistes et répressives d’une indéniable efficacité. D’autre part, les retards dans tous les domaines du développement s’accumulent, comme le rappellent les différents rapports du Programme des Nations Unies pour le Développement, suscitant le désespoir des populations, notamment des jeunes et des personnes qualifiées, qui cherchent dans l’émigration à tout prix la solution de leurs problèmes. » Donc le rapport qui a mis l’accent sur les dirigeants du Moyen-Orient tout en omettant ceux du Maghreb, qui sont de la même vile espèce, pour les discréditer, feint d’oublier qu’un peu plus haut, il recommandait des appuis particulièrement au plus odieux des clans celui des saoudiens. Quant à l’émigration à tout prix des jeunes, elle n’est au fond qu’une des innombrables conséquences de la domination occidentale économique et culturelle  militairement musclée, et, inévitablement illégitime. Dans le chapitre 2.1 sous le titre « Notre présence dans le monde arabe demeure considérable. » Il est écrit : « Notre réseau diplomatique reste le plus implanté à côté de celui des États-Unis. Notre présence culturelle et commerciale est certes concurrencée, mais demeure primordiale. Des centaines de milliers de français travaillent dans la zone. La France y conduit avec presque tous les pays des opérations de coopérations ambitieuses (Coopération multiforme au Maghreb, politique libanaise, relation étroite avec l’Égypte, coopération militaire avec les pays du Golfe, intérêts énergétiques, etc.) »

Donc ils sont des centaines de milliers de français qui « travaillent » dans la zone. Faut-il le souligner que dans ce cas il ne s’agit pas d’immigrés. Comme sans aucun doute il y a aussi des centaines de milliers d’états-uniens, des centaines de milliers d’anglais et d’autres centaines de milliers d’occidentaux de tout bord. Au total des millions. Des millions de citoyens occidentaux hôtes distingués en terre arabe et musulmane. Et pour ce qui est de la présence, surtout dans les émirats du Golfe, de tous ces autres millions de travailleurs venus de l’Inde du Pakistan, du Bengladesh  ou de toute autre région de la Périphérie, eh bien tous ceux-là n’ont aucun poids ni aucune importance plus que celle des masses arabes et restent une matière première malléable selon les caprices des émirs et de leurs protecteurs occidentaux. Quant à la présence de ces millions d’occidentaux révèle bien à quel point la domination est effroyable. Chaque contrat d’armement qui se chiffre à plusieurs milliards de dollars inclut dans ces clauses des milliers de « techniciens » destinés officiellement aux services de  maintenance et à entraîner les autochtones aux maniements de ces armes. Dans son livre « Contre tous les ennemis » Richard Clarke, écrit à propos de ces milliers d’experts : « à chaque marché signé, de nouveaux américains arrivaient, des civils venaient expliquer le fonctionnement des armes. »

 

De même chaque autre contrat d’achat de toute sorte d’engin est suivi aussi d’une foule considérable de techniciens installateurs, monteurs et autres. Bref, sans nécessairement être toujours les mêmes, il y a une présence continue de tous ces millions d’individus occidentaux parmi lesquels beaucoup, sous une couverture ou une autre, s’adonnent en réalité à l’espionnage tous azimuts, non pas des émirs mais des masses populaires pour détecter le moindre sentiment d’hostilité à l’égard de l’Occident, et, venu le moment tirer la sonnette d’alarme. Des dizaines de milliers sont aux services de la protection de ces mêmes émirs et de leurs proches. Les émirs saoudiens, pour les considérables moyens dont ils disposent et aussi pour leur nombre, sont protégés non par une compagnie, sinon par plusieurs de ces compagnies états-uniennes dites de « Security » avec lesquelles on a souscrit des contrats qui se chiffrent en milliards de dollars. Donc tout ce monde dont nous parle le rapport encaisse des sommes considérables qui représentent dix, cent et  certainement des milliers de fois tout ce que les communautés arabes et musulmanes résidentes en Occident et qui sont certainement beaucoup plus nombreuses puissent en recevoir. Le déséquilibre dans ce domaine d’échanges, si on peut considérer le thème de l’immigration comme tel, est total. Rien que dans ce cas précis, le déficit en faveur de l’Occident est énorme. Et malgré tout, les virulentes campagnes xénophobes au Centre ne cessent de se multiplier sous tous les prétextes les plus divers et dans certains cas, comme depuis l’arrivée de M. Sarkozy à la présidence, on est en train de recourir aux déportations pures et simples. Il est vain de parler d’échanges. Il n’y a aucun échange. Ce qu’il y a là c’est une parmi toutes différentes procédures du pillage systématique.

 

La Mondialisation, le nouveau genre colonial.

 

La mondialisation a fini par cristalliser parfaitement les choses qui se résument en deux termes : Centre et Périphérie. Le Centre, le puissant Occident qui dispose de presque toutes les richesses du monde, alors qu’il ne représente qu’à peine les 15% de la population mondiale et la Périphérie qui doit se contenter de survivre sur ses poubelles. C’est dans cette optique injuste, illégale et diabolique que fonctionne la Mondialisation. Les émirs du Golfe, ces crocodiles qui rampent en ces jours sur Tunis,  n’ont pas pensé ni ne sont allés au Sud, du côté de Gafsa ou Gabès ou du côté de l’Ouest vers Kairouan ou Sbeïtla, ils se sont dirigés directement à Tunis. Parce que tout, dans toutes ces dictatures, se concentre dans la ville des ambassades occidentales et des corps diplomatiques qu’on appelle la capitale. À l’instar de la mondialisation, la plus perfectionnée des formes de colonisation occidentale, la capitale joue le rôle du Centre et le reste du pays la Périphérie.  Et aussi c’est parce que c’est là où résident les membres de la race élue. Et sous l’angle ou l’argument culturel, dans le même rapport Avicenne on lit : « Les perspectives pour la France dans tous les domaines y sont remarquables. En témoignent tout récemment les opérations du Louvre et de la Sorbonne à Abou Dhabi. »

De quoi s’agit-il en réalité ? – Selon le journal Le Monde du 06/08/07, sous le titre : « Le Louvre d’Abou Dhabi rapportera 1 milliard d’euros à la France. » Il est textuellement écrit : « Le « Louvre » d’Abou Dhabi rapportera à la France pas moins de 1 milliard d’euros, selon les termes de l’accord signé mardi 6 mars 2007 par la France et l’émirat. Des indiscrétions citées par Le Monde ces dernières semaines annonçaient un chiffre inférieur, autour de 700 millions d’euros. Le contrat signé dans la capitale des Émirats porte sur la création en 2012 d’un musée « universel », portant le nom de « Louvre Abou Dhabi », pour lequel la France apportera son expertise et les œuvres de ses musées. La seule concession à l’émirat d’Abou Dhabi du nom du Louvre, prévu pour une durée de trente ans, rapportera au musée 400 millions d’euros, dont 150 millions payés dans un délai d’un mois. La France et ses musées prêteront pendant dix ans à partir de la date de l’ouverture du musée, sur la base du volontariat, des œuvres dont la durée de prêt n’excédera pas deux ans. Ce projet a suscité ces derniers mois les critiques d’acteurs du monde de l’art, qui s’inquiètent de ce qu’ils jugent être une « dérive commerciale » des musées nationaux et des risques de censure dans cet émirat très conservateur. A Abou Dhabi, le ministre de la culture, Renaud Donnedieu de Vabres, accompagné d’une délégation des patrons des grands musées français, a voulu calmer ces inquiétudes, se félicitant du « rayonnement » de la culture française et réaffirmant que les œuvres des collections nationales étaient inaliénables

Conçu par Jean Nouvel, le bâtiment du « Louvre Abou Dhabi », d’un coût de 83 millions d’euros payés par l’émirat, doit être mis en chantier cette année. Il n’est qu’une composante d’un énorme projet portant sur la construction de quatre musées et d’un centre de spectacles qui formeront un « district culturel » sur l’île de Saadiyat. ». C’est ainsi que se cultivent les émirs ou du moins voit la culture. Ils achètent la culture non pas par kilogramme, mais à coup de milliards. Il est dur de ne pas sentir la nausée devant un acte aussi puéril, mais pour les quantités incroyables d’argent gaspillé, il n’est pas moins criminel, surtout quand on sait que plus de la moitié de la population arabe et musulmane est analphabète. Il n’existe aucun cas pareil dans l’histoire de prête-nom de musée, ni à ce prix ni à aucun autre.

 

La nature de ces puissants spéculateurs du Golfe

 

Les 18.000 princes et princesses  de la Maison Saoud détiennent les 90% de toutes les richesses de la Péninsule Arabe. Le sol, ce qu’il y a sur le sol et tout ce qu’il y a dans le sous-sol leur appartient. La Péninsule Arabe ne s’appelle-t-elle pas officiellement l’Arabie Saoudite !? A propos sur You tube on y trouve un excellent reportage sur les horreurs indescriptibles de cette famille. Il s’agit d’un film produit le mouvement politique Islah et posté par  Alsabaani, lien http://www.youtube.com/alsabaani. On y trouve ce que probablement on en n’a jamais vu ni lu dans aucun autre document nulle part dans le monde. C’est pratiquement de l’inimaginable, de l’incroyable, de l’impensable de l’inconcevable et surtout de l’effroyable. On va revenir plus loin sur cette famille.

 

Zayed et les siens.

 

Zayed ben Sultan Al Nahyan l’antérieur chef des émirs de Dubaï est décédé le 02 novembre 2004 à l’âge de 86 ans. Depuis c’est son fils Khalifa bin Zayed Al Nahyan qui a pris les commandes des « Émirats Arabes Unis ». Bien que ça importe très peu, la superficie totale de ces émirats unis serait de 82 880 km² avec une population officielle de 3 870 936 habitants. Selon l’encyclopédie Wikipedia, ces émirats se seraient «émancipés» de la tutelle anglaise le 02 décembre 1971. En réalité les anglais avaient eu tout le temps pour trouver les familles ou les chefs de tribus qui seraient les plus génétiquement préparées pour représenter en toute confiance la couronne dans chacune des parcelles d’un ensemble uni  par tous les facteurs naturels, géographiques, historiques, culturels etc. découpé au bistouri et transformé en émirats, royaumes et dans certains cas, bien rares, républiques.

Et comme c’est le cas de tous les autres émirats du Golfe, du Koweït, de Qatar, de Bahreïn et d’Oman, l’indépendance et l’intronisation de tous, de et par l’Angleterre se sont déroulées sans effusion de sang aucune et d’une manière « civilisée ». De toute manière les relations entre la métropole coloniale Londres et tous les dirigeants de ces émirats y compris le plus grand de tous, la Péninsule Arabe devenue officiellement depuis 1932 propriété  de la Maison Saoud, n’ont fait qu’évoluer – à la pleine confiance et satisfaction des anglais, des étatsuniens et par extension de tous les occidentaux – dans la même trajectoire. Des relations qui ont résisté formidablement à tous les contretemps et toutes les circonstances politiques adverses qui agitent tout le monde arabe et musulman depuis le début du 20ième siècle. Ces relations, depuis la disparition de l’Union Soviétique, sont portées à leur zénith et aucune révolution ni convulsion arabe ou musulmane quelconque ne semble plus inquiéter le moindre du monde, ni les uns ni les autres. Ni les métropoles occidentales ni les dirigeants ou les Cheikhs de tous ces émirats. L’Irak qui constituait jusqu’à 1990, un éventuel danger a cessé de l’être. Au moins en tant que régime politique susceptible de perturber cette quiétude qui navigue paisiblement sur un fleuve de dollars, un fleuve à son plus haut niveau et même souvent débordant. Des immenses fortunes qui se sont constituées en très peu de temps grâce – bien entendu – au pétrole et au gaz exploités par et pour le profit exclusivement des occidentaux. Et comme toutes les fortunes qui s’amassent en un temps record, elles restent, dans leur origine, pour le moins suspectes et l’usage qu’on en fait obéit beaucoup plus aux règles ou normes de la spéculation, c’est-à-dire le gain rapide, qu’à la cohérence de tout projet réfléchi répondant aux horizons et aux aspirations de toute une société – qui au fond – est bien la seule propriétaire légale de ce qui se trouve sur son sol et dans sous-sol pour s’en servir en tant qu’instrument de progrès, de développement, de création de richesses générales et enfin de compte d’avancement et de civilisation. Et non pas des richesses qu’on dilapide dans des projets du genre du Lac de Tunis.

 

Des similitudes frappantes mais en somme non étonnantes.

 

Cecil Rhodes, ce sinistre personnage anglais, en débarquant en Afrique vers la fin du 19ième siècle, pour s’emparer des mines de diamants et d’or de Kimberly en Zambie, en Zimbabwe et en Afrique du Sud, il n’avait pas hésité un seul instant à massacrer des centaines de milliers parmi le habitants de cette région d’Afrique y compris les enfants, les femmes et les vieillards, ni à abuser en un premier temps de la crédulité de certains chefs de tribus pour les tuer à leur tour quand ils arrivaient à découvrir ses astuces criminelles. C’étaient des authentiques génocides. Cet individu a agi avec tous les appuis de sa majesté. Aujourd’hui en Angleterre et ailleurs dans le monde occidental, beaucoup d’institutions portent son nom et sont fondées par l’argent des diamants ensanglantés. Tout l’or et tout le diamant tout en faisant sombrer l’Afrique dans le sang, la misère et le sous-développement total jusqu’à nos jours, ils faisaient la prospérité, l’avancement scientifique et technologique de l’Angleterre d’abord et par extension de tout l’Occident. D’ailleurs le pillage de ces trésors d’Afrique et d’autres régions du monde, sont à l’origine de la Première et de la Deuxième Grande Guerre entre les occidentaux eux-mêmes. Donc cet état d’esprit qui a drainé les diamants et l’or des africains vers l’Occident et a  fait du criminel Cecil Rhodes un personnage de référence historique est le même qui continue à régir les ressources énergétiques, la colonne dorsale de la puissance matérielle occidentale. Toujours vers l’Angleterre et l’Occident et qui fait de ces sinistres spéculateurs du Golfe, les Cecil Rhodes de notre époque, avec toutes les caractéristiques du personnage anglais, soit dans sa perversion sociale et sexuelle, puisqu’il était homosexuel et avait comme amant de compagnie, le médecin écossais Leander Jameson, soit dans son côté criminel que lui-même et ses hagiographes ne considèrent pas du tout ainsi, plutôt tout à fait l’inverse. Rhodes à l’âge de 23 ans, se sentant déjà si sûr de ses idées, est allé jusqu’à les publier dans un genre de  « Manifeste » où il écrivait le suivant : « Mon objectif fondamental dans la vie, c’est d’être utile à mon pays. Et si Dieu a prévu un Plan quelconque, il faut savoir à quelle race il a décidé de confier sa  divine réalisation. Indubitablement, cette race ne peut être que la blanche et plus précisément celle anglophone, qu’elle soit britannique, américaine, australienne ou sud-africaine ». Bien que cette dernière à l’époque concerne, bien entendu, les colons blancs néanamoins on peut leur ajouter aujourd’hui les émirs du Golfe car la même conviction qui animait Cecil Rhodes quant au Plan et sa réalisation divine anime tous ces émirs. Aucun jusqu’à présent n’a déçu la couronne anglaise et comme le constate à son tour le rapport Avicenne, les perspectives restent rassurantes pour les anglais et les états-uniens : « Plus généralement, notre diplomatie demeure marquée par le passé et ne semble pas assumer les défis de la relation euro-arabe dans le siècle qui s’ouvre. Nos partenaires ne sont pas seulement les héritiers de la relation historique de la France du 19ième siècle avec le monde arabe de Mohammed Ali. Nous devons penser qu’ils sont et qu’ils seront de plus en plus des membres des jeunes élites américanisées du Golfe… » Des émirs qui au fond doivent les gigantesques quantités d’argent qu’ils ont entre leurs mains à la même couronne anglaise ou anglo-saxonne. Au lieu du diamant et de l’or ensanglantés, ils livrent à leurs protecteurs l’or noir et le gaz aussi ensanglantés et plus ensanglantés que jamais.

 

Le côté de la perversion sexuelle des émirs.

 

Ce côté qui est largement connu chez ce groupe d’individus, néanmoins et afin d’illustrer son répugnant aspect, on citera quelques cas qui constituent des documents irréfutables. L’ancien émir de Qatar, Khalifa bin Hamed Al Thani c’est-à-dire le père de l’actuel émir était pris en 1997[3] en flagrant délit en France. Il logeait dans l’hôtel Crillon de Paris, l’un des plus chers et plus célèbre. Il était pris en tant que  personnage central d’un réseau de prostitution de grand luxe connu à son époque sous le nom de Madame Claude du Moyen Orient et était dirigé par une suédoise, Annika Burmark, Jean Pierre Bougeois, un photographe spécialisé dans l’érotisme, un libanais du nom Nazih Abdellatif Al Ladiki et le tout chapeauté par le  capitaine français Paul Baril, celui même qui a été chargé par le président français François Mitterrand d’organiser un réseau  d’écoutes téléphoniques illégales. Paul Baril était aussi le chef d’interventions de la gendarmerie française. A part l’émir Khalifa, aujourd’hui âgé de 86 ans et vit à Dubaï, étaient aussi mêlés d’autres personnages abjects  de la Maison Saoud. Les tarifs appliqués à l’époque atteignaient la bagatelle de 50.000 francs français le rendez-vous. Ce qui équivaudrait aujourd’hui à plus de 10.000 euros. Une actrice de Hollywood aurait, selon les déclarations des détenus, encaissé un million de dollars pour avoir passé la nuit avec l’un de ses émirs. Il a fallu l’intervention directe du président français, François Mitterrand, pour arrêter l’enquête et archiver l’affaire. Depuis les relations, précisément de n’importe quel président français avec les émirs du Golfe se sont raffermies et sont devenues des relations stratégiques. Même le tout neuf président Sarkozy n’avait pas hésité à se faire flanquer à sa droite dans la tribune d’honneur – durant les fêtes du 14 juillet dernier – par l’actuel émir du Qatar, le fils de Khalifa, le patron d’Al Jazeera, la chaîne de télévision en vogue dans le monde arabe, mais surtout aussi un grand pourvoyeur de fonds à l’État français ou en tout cas à l’industrie militaire et civile française. Toujours à coups de plusieurs milliards de dollars. Et en plus il héberge, à titre « altruiste » le CENTCOM, c’est-à-dire la base centrale de commandement de toutes les opérations d’invasions américaines contre les pays arabes et musulmans dans toute cette région et particulièrement les opérations de massacres en cours  en Irak et en Afghanistan ainsi que plusieurs autres opérations prévues pour le futur.

Agha Hassan Abedi[4] est un pakistanais. Il est le fondateur de la Banque du Crédit et du Commerce International. Sa banque dispose de plus 146 succursales et se trouve dans 32 pays du monde. Ce monsieur afin d’attirer la clientèle du Golfe vers sa banque avait introduit des pratiques peu usuelles dans le monde austère des banques. Au lieu d’offrir des micro-ondes, des machines à laver, ou des ordinateurs portables pour attirer les clients, il a créé une « section spéciale de protocoles » qui consiste à satisfaire les « nécessités personnelles » de la famille An Nahyan, d’Abou Dhabi. M. Abedi – dans le but de consolider ces relations avec ces émirs du Golfe –  avait engagé une femme au Pakistan avec la mission bien précise de chercher dans les villages des jeunes filles vierges dans la tranche d’âge entre 16 et vingt ans pour les envoyer vers les Émirats Arabes Unis et les autres émirats du Golfe. Dans certains cas Abedi fournissait aussi des garçons pour les homosexuels du Golfe. Plusieurs de ces petites filles pakistanaises qui n’avaient même pas atteint l’âge de l’adolescence  avaient souffert, au cours de leurs expériences des atrocités physiques et morales incroyables. Des atrocités, sans aucun doute, indélébiles. L’émir de Dubaï, Mohammed ben Rached Al Maktum, celui même qui a posé la première pierre en compagnie de Ben Ali, venait d’écrire une lettre à Georges Bush[5] pour lui demander d’intervenir et arrêter la procédure ouverte à la suite d’une plainte déposée contre lui auprès du tribunal de l’état de Floride, au nom des parents de plusieurs milliers d’enfants de différents pays arabes et musulmans, envoyés dans ces Émirat et qui ont souffert un genre d’exploitation, bien qu’insolite, mais entre parfaitement dans la mentalité perverse de ces émirs. C’est le bureau d’avocats Motley Rice qui a pris les choses en main et ce, en vertu de la loi qui date de 1789, la loi sur l’offense et  les préjudices causés à des citoyens étrangers où que ce soit dans le monde et qui habilite les tribunaux fédéraux à donner suite aux plaintes déposées par des citoyens non étatsuniens qui se considèrent victimes en violation du droit international ou de n’importe quel traité spécial signé par les États-Unis. Pour cette raison juridique, mais aussi pour le fait que l’Émir de Dubaï et plusieurs membres de son entourage possèdent de grandes fortunes déposées dans les banques étatsuniennes ainsi que d’immenses propriétés dont un gigantesque Ranch situé dans le sud de l’État de Floride.

Dans sa lettre à Bush, l’émir écrivait entre autres : « Je vous rappelle monsieur le président, que mon pays, est bien votre associé clef dans la guerre mondiale contre le terrorisme.  Notre alliance et notre amitié, poursuit-il sont basées sur la confiance et le respect mutuel… » Et qui doute de ce fait cher émir ?

La question porte sur une sordide affaire, comme il est le cas de plusieurs autres dans la totalité de cette région du monde. Ces individus du Golfe, avec les immenses quantités d’argent dont ils disposent, s’imaginent que tout leur est permis, impunément et indéfiniment. Donc on apprend que pour leur abject plaisir de course de chameaux, ils font venir, ou ils achètent, des petits enfants des différents pays arabes et musulmans pauvres ou plutôt soumis à la pauvreté. Et excepté ces Émirats du Golfe tous ces pays appauvris sont des potentiels pourvoyeurs de petits enfants susceptibles de satisfaire les caprices crapuleux de ces vils personnages. Les enfants âgés de deux à sept ans sont pratiquement enlevés par des intermédiaires, comme la femme aux services de la BCCI d’Abedi. Ils affirment à leurs parents qu’ils vont être envoyés aux Émirats pour travailler comme bergers. Hors la réalité qui attendait ces petits est d’une toute autre nature. En contre partie, les intermédiaires versaient aux parents de ces enfants l’équivalent de 100euros par mois et gardent dans leur poche une commission du double, chaque mois aussi. À l’insu des très pauvres parents, les enfants vont en réalité servir comme enfants-jockeys dans ces courses « typiques » dans ces milieux du Golfe. Et afin de garder le poids idéal, ils sont alimentés ou plutôt sous-alimentés, pour faire reculer le plus tard possible l’échéance leur poids de 22 kilogrammes. Ils ne sont jamais scolarisés et ne reçoivent aucun soin médical. Quant à la fonction exacte, elle consistait donc à les attacher sur la bosse du chameau, une fine baguette à la main avec laquelle ils doivent, tout en criant, taper sur  l’animal afin de l’exciter à galoper au plus vite. Souvent beaucoup d’entre eux tombent et certains se fracturent à différents degrés de gravité. Et une fois qu’ils atteignent le poids des 22 kilogrammes, ils sont mis à la retraite. Ils ne servent plus à rien et sont jetés. Sous la pression de plusieurs ONG les émirs ont fini par remplacer les petits enfants par des robots légers munis de baguette et émettant à travers un haut parleur incorporé les cris jouant le même effet sur  l’animal. D’autre part et indépendamment des poursuites judiciaires engagées dans l’État de Kentucky où l’émir et ses proches possèdent aussi des innombrables propriétés, les Émirats Unis viennent de signer avec l’UNICEF des accords qui consistent à rapatrier ces petits enfants à leurs respectifs pays d’origines et auraient offert pour leurs réinsertions sociales 11 millions de dollars. C’est une bagatelle qu’on sait que le nombre de ces petits enfants qui avait atteint plus de 3.000 selon les estimations de l’UNICEF et plus de 10.000 selon les affirmations de Ron Motley. 30 petits enfants auraient regagné dernièrement la Mauritanie, mais 300 petits mauritaniens restent encore attrapés  dans le Golfe. Dans le même rapport il est indiqué aussi que ces petits enfants n’échappent pas non plus aux abus physiques et sexuels. L’avocat de l’émir et des siens un certain Habib Al Mulla prétend que « la justice aux États-Unis ne doit jouer aucun rôle dans cette affaire et ne donner aucune suite à la plainte déposée. Puisqu’aucun citoyen des E.U n’y est impliqué et que les faits ont eu lieu hors des E.U. Et que d’autre part, toujours selon Al Mulla, l’affaire est en train de trouver solution au niveau diplomatique.»

Dans ce chapitre on a évoqué quelques cas parmi des milliers de la même vile nature qui caractérisent parfaitement ces sinistres personnages sur le plan moral. L’aspect politique est d’une monstruosité sans équivalent dans l’histoire.

 

Le côté politico-criminel de ces émirs.

 

Dans son livre « Contre tous les ennemis » l’ancien conseiller de sécurité ou chef de l’antiterrorisme sous le mandat de Bill Clinton, Richard Clarke, fait des descriptions minutieuses sur les rencontres qu’il a eues avec tous ces émirs durant les préparatifs de la destruction de l’Irak en 1991 ou ce qu’on appelle par pur euphémisme occidental la première guerre du Golfe. Il écrit au sujet précisément des émirs de Dubaï : « Aux Émirats Arabes Unis, nous sommes accueillis par le spectacle inattendu des sept émirs regroupés sous la houlette du Président Zayed. Tous s’attendaient à ce que nous demandions le positionnement de quarante huit avions de chasse. Quand nous parlons de deux cents, ils ont le souffle coupé. Zayed essaie pourtant depuis des semaines d’avertir Washington de la décision imminente de Saddam d’envahir le Koweït. Une semaine plutôt, il a encore fait appel à un avion ravitailleur américain pour aider son aviation à défendre les champs pétrolifères des EAU contre l’Irak. Il sait à présent que ce coup-ci nous sommes enfin sérieux et ordonne aussitôt la construction de nouvelles installations logistiques pour accueillir des avions de chasse. » Plus loin l’auteur écrit encore : « Un arrangement temporaire fut également conclu avec les Émirats arabes unis, en attendant un accord définitif sur la conduite à tenir vis-à-vis des personnels américains susceptibles d’enfreindre les lois locales, mais l’escorte des porte-avions de l’US Navy pouvait désormais mouiller régulièrement à proximité de Dubaï.»

Par la suite Richard Clarke continue dans son livre de faire les minutieuses descriptions de la tournée des émissaires de la Maison Blanche dans tous les émirats du Golfe. « A Bahreïn, écrit-il, l’émir se montre abasourdi par l’ampleur du déploiement aérien que nous envisageons : Bien sûr, dit l’émir, que vous pouvez venir, mais nous n’avons pas assez de place sur l’aéroport et ma base de chasseurs est encore en construction. Nous lui proposons illico de la terminer. » De Bahreïn Clarke et ses compagnons s’envolent vers l’émirat d’Oman. Il est écrit : « Nous trouvons le sultan d’Oman dans sa forteresse du 15ième siècle dominant la mer, à Slalah, l’œil rivé sur CNN. Quand il se tourne vers nous, il est manifeste qu’il sait, au vu de nos étapes précédentes, que nous allons lui demander la permission  de positionner  chez lui une imposante armada aérienne. Bien sûr qu’ils peuvent tous venir, nous dit-il avec un grand sourire. Diplômé de l’École militaire britannique, c’est un stratège. En outre, il adore les avions. Est-ce que vous amènerez votre avions furtif ? Est-ce que je pourrai voler à bord  demanda le sultan. » Plus loin le même Clarke écrit : « La marine avait accès à deux ports dans le Golfe. Seul celui des Émirats arabes unis pouvait accueillir un porte avions. Au cours des années 90, ce port proche de Dubaï vit plus d’unités et de marins américains qu’aucun autre hors des États-Unis. Il restait néanmoins un port commercial sans implantation militaire permanente. La base de la marine se trouvait à quelques centaines de kilomètres, sur l’Île de Bahreïn, où vivent et travaillent plusieurs milliers de marins américains. Après les attaques contre les supertankers et la première guerre du Golfe, cette petite base était devenue un centre important et actif. En 1996, le Département de la Défense (Le Pentagone) annonça qu’elle servirait désormais de quartier général à une nouvelle entité, la 5ième Flotte. »

Encore une fois on a cité ces quelques exemples qui constituent pour l’histoire et certainement pour la justice un jour des documents irréfutables sur le rôle que jouent tous ces émirs du Golfe sans exception aucune. Leur félonie dans le cas de l’Irak est d’une évidence méridienne. Mais comme l’aborde brièvement Richard Clarke dans le même livre, tout le long de leur existence ces émirs ont apporté aux anglais et aux états-uniens en particulier et à tous les occidentaux en général, des considérables approvisionnements et appuis matériels multiples, que ça soit en énergie pour leur machine de guerre commune, soit en leur apportant des sommes colossales en argent pour financer les agressions et les guerres contre les peuples, non seulement dans le monde arabe et musulman, mais partout dans le monde et particulièrement en Amérique du Sud. Ils le font avec un degré d’enthousiasme et d’effervescence qui dépasse celui des occidentaux eux-mêmes.

Durant les années soixante et le début des années soixante dix, ils étaient derrière tous les évènements tragiques qui ont secoué toute la région et particulièrement leur acharnement contre l’Égypte. Une fois tombé le mur de Berlin et avec la mainmise pratiquement totale des occidentaux  sur le monde, au nom de la Mondialisation, ces émirs se sont sentis en mesure de revendiquer publiquement leur félonie et leur collaboration avec l’Occident, comme si les vices d’hier sont devenus des vertus aujourd’hui. Ils justifient toutes leurs forfaitures au nom du réalisme, Dieu sait quel sera le dénouement final de la tragédie en Irak, mais il est certain, vu la nature abjecte de ces individus, qu’ils sont prêts à apporter le même concours dans les prochaines agressions ou guerres occidentales contre les arabes et les musulmans où qu’ils se trouvent. Avec toutes les mesures de protections et la présence des dizaines de milliers de militaires américains (U.S) et les milliers de mercenaires se trouvant sur le sol même de la Péninsule Arabe (Arabie Saoudite, pour les occidentaux) il n’est pas exclu que d’une manière ou d’une autre, le clan des saouds soit renversé et arrive au pouvoir un « Chavez » arabe. D’ailleurs il y a plus d’un candidat pour le poste tel que par exemple le Docteur Saad al Faquih ou le Docteur Mohammed Al Mesaari. Eh bien il n’y aura aucun doute de voir ces émirs jouer le même rôle criminel pour détruire toute la Péninsule et causer un nouvel génocide. Il n’est pas non plus exclu, que les choses se précipitent et que ça soit l’Iran ou la Syrie, les prochaines cibles des feux occidentaux et particulièrement des USA.

 

Épilogue.

 

Ainsi est la nature profondément et génétiquement abjecte de ces émirs et consorts. Là où débarquent ces crocodiles, il n’y a aucune raison pour la réjouissance. Bien au contraire, comme il a été démontré tout le long de cet article et tout le long de leur courte mais hautement nocive histoire. Aucun des peuples arabes et musulmans, et, encore moins les autres peuples de la terre ne doivent s’attendre à quoi que ce soit, de nature à changer leur souvent désespérante situation, de la part de ces viles personnages. Par contre si, leurs amphitryons parmi les dictateurs arabes et musulmans peuvent bien se féliciter de se voir associer à de tels émirs en mettant de leur côté, la terre qui ne leur appartient pas, de la même façon que les puits de pétrole qui n’appartiennent pas à ces émirs qui les mettent à la disposition de l’Occident, la matière première à prix de solde, en l’occurrence le peuple et un secteur spécial de « protocoles » comme celui mis à la disposition de ces exécrables énergumènes par le banquier  pakistanais Abedi et eux, les émirs,  les milliards reçus en bakchich, les projets de leur convenance et surtout ceux qui collent au mieux avec l’économie occidentale, celle qu’ils conçoivent comme la leur et en tout cas à laquelle s’identifient tous, les émirs et les dictateurs.

 

 


[1] Voir mon article : Le tourisme, cette autre imposture occidentale.

[2] http://www.justforeignpolicy.org/Iraq/Iraqdeaths.html 

[3] Voir le monde du 09-10-11-12 juin 1997

[4] Voir le livre House of Bush House of Saud de Graig Unger paru en 2004.

[5] Voir El Pais du 18 juillet 2007

 


Tunisian democracy: To hope or despair?  

 
By Kamel Labidi The release of 21 Tunisian political prisoners at the end of July, on the 50th anniversary of the establishment of the Tunisian Republic, provoked satisfaction among local and international human rights groups. However, no one ventured to describe the conditional liberations as a sign of softening on the part of President Zein al-Abedin ben Ali’s police state. The most prominent of these former political prisoners was Mohammad Abbou, a human rights lawyer whose arrest and three-and-a half-year prison sentence in 2005 spurred an international outcry and embarrassed even Western leaders on friendly terms with Tunisia’s autocratic ruler. French President Nicolas Sarkozy, who like his predecessor Jacques Chirac never earned a reputation for caring much about human rights in former French colonies, nevertheless publicly said that he had raised Abbou’s case during talks in Tunis with Ben Ali in July. Abbou’s main « crime » was to denounce attacks on freedom of expression and association unheard of even under the French protectorate, and to compare torture in Tunisia’s prisons to the conditions that existed in Iraq’s notorious Abu Ghraib prison under American command. Scores of Tunisian political prisoners have died under torture or from lack of medical attention in recent years. Abbou’s critical articles were posted on Tunisnews, one of the dozens of Web sites blocked in Tunisia. The other political prisoners freed are members of the banned Islamist Al-Nahda movement. Most of them had spent nearly 15 years in prison following trials in military courts deemed unfair and politically motivated by international human rights groups and Western diplomats. Nearly 30 leading figures of Al-Nahda remain in prison, and those previously released on parole are regularly harassed by the police and denied the right to earn a living and to travel. Furthermore, hundreds of young people are currently held in prison under a 2003 anti-terrorism law, which turned out to be a license to impose more constraints on Tunisia’s already greatly curtailed freedoms of expression and association. Despite the constantly alarming reports by local and international human rights groups and by Transparency International, which elevated Tunisia’s ranking on its list of corrupt countries from 32nd in 2000 to 51st in 2006, many maintain that the country remains one of the best qualified in the Middle East and North Africa to emerge as a democracy. This optimistic view seems to be shared not only by many Tunisians of different backgrounds, but also by foreign observers familiar with Tunisia. A similar perception prevailed in the wake of independence in 1956, when President Habib Bourguiba launched a bold policy of social and economic reform that granted Tunisian women unequalled rights in a Muslim country and courageously combated poverty and illiteracy. But this perception soon vanished as Bourguiba and his ubiquitous Destourian Socialist Party tightened the screws on civil society, eventually creating the conditions for Ben Ali’s coup in 1987. The re-emergence of the idea that it would be easier to democratize Tunisia than most other Arab countries is due to the fact that despite 20 years of unprecedented political repression and rising corruption, Tunisian society remains one of the best-educated and least crippled by social injustice and prejudice in the region. Ironically, countries with higher rates of illiteracy, poverty, corruption and social injustice, such as neighboring Algeria, Morocco, Mauritania or Egypt, today offer more room for freedom of expression and association than Tunisia. Brave and highly educated female human rights defenders are regularly harassed and called prostitutes by Ben Ali’s police in the streets of Tunis, simply for being on the frontline in the peaceful struggle for democracy. There is resistance to continuous government attempts to silence the Tunisian League of Human Rights, the first of its kind in the Arab world, and to stifle mushrooming non-governmental organizations such as the National Council for Liberties in Tunisia, the Observatory of Press Freedom, Publishing and Creation, the Tunisian Association against Torture, and the International Association to Support Political Prisoners. This gives an idea about the strong feeling among Tunisians against injustice. Many of them pride themselves on the fact that their country enshrined limits on absolute power in the region’s first constitution  in 1861. Tunisia abolished slavery in 1846 and was the first Arab country to see the emergence of an Amnesty International section in 1988. There is no doubt that the policy of free education for all under Bourguiba contributed to the society’s growth and maturity. Unfortunately, the level of education has been rapidly deteriorating in the past two decades. Young Tunisians today are less educated than their parents and less inclined to serve their communities. This is due at least in part to pervasive nepotism and poor management of educational institutions. Nearly 1,000 parents, for instance, recently protested a government attempt to close down a successful private school which was competing with a new private school allegedly affiliated with the country’s first lady, Leila Ben Ali, and Suha Arafat, the widow of the late Yasser Arafat. Ben Ali’s recent and unexpected decision to strip Suha Arafat of her Tunisian nationality might mean an end to the parents’ protest. The policy of repression, compounded by confiscation of public property and murky privatization deals by Ben Ali’s relatives and cronies, has prompted many Tunisians to take steps publicly to help stop the degradation of what used to be a well-managed economy and educational system. « Tunisia needs us, » says Mahmoud bin Romdhane, an economist and former chair of Amnesty International Tunisia. His diagnosis of the Tunisian economy is alarming, but seems to reflect that there is still hope to push Tunisia forward on the road to democracy. Thousands of competent professionals and committed human rights and political activists of different leanings are eager and able to help lead reform Tunisia. Tunisians and foreign observers who believe that the country is one of the best candidates to become democratic argue that it is the responsibility of Ben Ali’s friends in the European Union and the United States to advise him not to run for the presidency in 2009 and to start paving the way for a democratic transition. But this would mean Western states will have to believe that Tunisians and Arabs in general deserve to live in democratic societies. The Westerners must also be able to address, and to accept, the sometimes dangerous consequences of compelling dictators like Ben Ali to take the healthy initiative of ceding power. Will they go through with it? (Source: The Daily Star , friday, august 17, 2007) http://www.dailystar.com.lb/article.asp?edition_id=10&categ_id=5&article_id=84570

Le revers de la médaille

 
TAIEB MOALLA tmoalla@mediamatinquebec.com «Il arrive qu’une personne parte de faits réels et de données justes pour aboutir à des conclusions partielles, voire fausses.» C’est à ce dicton arabe que j’ai immédiatement pensé lorsque j’ai lu l’opinion exprimée, hier, par mon collègue Michel Hébert dans ces mêmes pages. Impossible de contredire le confrère lorsqu’il reprend les chiffres du ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale voulant que 61 439 immigrants vivent de l’aide sociale au Québec. Pourtant, ces «faits réels», ainsi rapportés, sont tendancieux. Qu’on le veuille ou non, ils laissent au lecteur pressé cette fausse impression voulant qu’immigrant rime avec… les Bougon. Prenons l’exemple de l’immigration musulmane qui est, en filigrane, au cœur de l’actuel débat identitaire qui agite le Québec. La Presse de la semaine dernière a rapporté les résultats des travaux du chercheur de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) Frédéric Castel. Se basant sur les données du recensement de 2001, ce dernier soutient que 25 % des musulmans de 25 à 44 ans sont chômeurs, comparativement à 8 % pour le reste de la population québécoise. Pourtant, 37 % de ces mêmes immigrants possèdent un diplôme universitaire, tandis que la moyenne provinciale est de 20 %. Il n’est d’ailleurs pas absurde de penser que ces chiffres ont «empiré» depuis cette fameuse année 2001. Je prétends que ces données sont bien plus révélatrices (et inquiétantes pour la société d’accueil) que celles, anecdotiques, citées ci-dessus. Si ces immigrants n’ont pas trouvé de travail, ce n’est pas seulement parce qu’ils ne savent pas bien vendre leur CV ou qu’ils manquent de compétence. Aucun cadre ou responsable des ressources humaines d’une entreprise ne le dira officiellement, mais le raisonnement de la plupart de ces personnes est souvent le même: «Mohamed a l’air bien sympathique, mais mes clients seront-ils à l’aise avec un vendeur qui porte un nom pareil? À compétences égales, je préfère embaucher Stéphanie, plutôt que Aïcha. Le voile que cette dernière porte n’est pas très bon pour l’image de la compagnie. Mais je le fais également pour son bien, car elle aura de toutes façons trop de difficultés à s’intégrer à notre équipe.» Cette citation inventée est sciemment caricaturale, mais elle renvoie à une pensée qui, j’en suis convaincu, demeure tenace. En jetant un coup d’œil sur les données préliminaires de l’immigration au Québec au cours du premier trimestre de 2007, on peut dresser le portrait type du nouvel arrivant. C’est un Marocain de 29 ans débarquant ici avec un baccalauréat en poche. Diplômé chômeur, il a quitté son pays pour des raisons essentiellement économiques et aspire à recommencer sa vie dans cette contrée bien lointaine et bien froide. Ce jeune homme a mis ses maigres économies sur la table pour payer les frais exorbitants exigés par les deux ordres de gouvernement. Un peu honteux, il a laissé un médecin palper tous les recoins de son corps et s’assurer ainsi qu’il ne recèle aucun virus susceptible de perturber la quiétude du «plus meilleur pays au monde». À la suite d’un véritable parcours du combattant, qui peut durer jusqu’à cinq ans, c’est un immigrant francophone, bardé de diplômes et de… spermatozoïdes (il faut bien que quelqu’un fasse des enfants ici!) qui arrive enfin au Québec. Notre expatrié demande juste à avoir sa chance. Pas dupe, il éprouve un léger dégoût lorsqu’il entend – sans vraiment les écouter – les déclarations de tous ceux qui affirment que l’immigration est une richesse, mais pensent le contraire de ce qu’ils avancent. (Source: Média Matin (Québec) le 17 aout 2007) Lien: http://www.mediamatinquebec.com/?Section=Accueil&id=1475

 

Maroc: liberté de la presse et insolence ne riment pas (ministre)

AFP, le  août 2007 à 14h52
RABAT (Maroc), 17 août 2007 (AFP) – Le ministre marocain de la Communication a affirmé que dans son pays, il ne fallait pas confondre liberté de la presse et insolence. « Il n’y a pas de lignes rouges, mais insolence et liberté de la presse ne riment pas », a affirmé Nabil Benabdellah dans un entretien publié vendredi par « L’Economiste ». Interrogé sur le procès qui doit s’ouvrir le 14 août contre Ahmed Benchemsi, directeur des hebdomadaires TelQuel et Nichane, pour « manquement au respect dû au roi », le ministre a assuré « qu’aucun sujet n’est tabou à condition d’y mettre les formes requises ». Dans un éditorial de Nichane rédigé en arabe dialectal, M. Benchemsi avait critiqué sur le mode de l’interpellation des propos du roi Mohammed VI lors de son discours du trône prononcé le 30 juillet, concernant les élections législatives du 7 septembre. TelQuel a été également saisi pour avoir publié le même éditorial en français. « Cette impertinence est la preuve de la mauvaise compréhension par certains de ce qu’est la liberté de la presse » a insisté M. Benabdellah. Concernant la condamnation le 14 août d’un journaliste à 8 mois de prison ferme, le ministre a déclaré: « il aurait été souhaitable de gérer cette question, à l’amiable, entre journalistes, sans recours à la justice ». Il a en outre proposé de travailler sur une nouvelle loi « qui garantirait le droit et l’accès à l’information ». Le tribunal correctionnel a infligé mardi huit mois de prison ferme à Mustapha Hormat Allah, journaliste à l’hebdomadaire Al Watan Al An, pour publication de « documents confidentiels » concernant la lutte antiterroriste. Le directeur de ce journal, Abderrahim Ariri, a été condamné à six mois avec sursis. AFP  

L’affaire des infirmières bouscule le régime libyen

 
Philippe Bernard Cinglante, la réaction n’a pas tardé. Elle témoigne des répercussions, sur les équilibres internes du régime libyen, de l’affaire des infirmières et du médecin bulgares, ainsi que des conditions de leur libération, le 24 juillet. Dans une lettre citée, le 12 août, par plusieurs sites Internet, le chef de l’Etat libyen, le colonel Kadhafi, a tancé son fils, Saïf Al-Islam. Il aurait « aidé des criminels et des ennemis de la Libye » en répandant « de fausses rumeurs qui peuvent être utilisées contre la Jamahiriya (république) » libyenne. Quatre jours plus tôt, sur la chaîne qatarie Al-Jazira, Saïf Al-Islam avait reconnu l’usage de la « torture à l’électricité » pour faire avouer aux infirmières et au médecin bulgares un crime qu’ils n’ont pas commis : avoir inoculé volontairement le virus du sida à des centaines d’enfants à l’hôpital de Benghazi. Le message du « Guide » libyen, crédible selon plusieurs experts, n’est pas à prendre au pied de la lettre. Le pouvoir libyen, soucieux de poursuivre sa réhabilitation internationale, sait aussi à quel point le scandale des enfants contaminés par le virus du sida a révolté la population et alimenté l’opposition islamiste dont Benghazi est le principal bastion. Personne n’a oublié les onze manifestants tués par la police dans cette ville en février 2006, alors qu’ils protestaient contre les caricatures de Mahomet publiées dans la presse danoise. L’admonestation publique de son fils par Mouammar Kadhafi pourrait avoir été dictée par le souci d’apaiser les responsables des « comités révolutionnaires » et l’opinion, passablement troublés par les « aveux » médiatisés de celui qui est donné comme le dauphin du « Guide ». Passe encore que l’héritier potentiel répète dans la presse internationale, peu accessible aux Libyens, que les infirmières ne sont pas coupables du crime qui leur a valu une condamnation à mort par la justice de son pays. Mais que Saïf Al-Islam remette en cause le verdict en évoquant des aveux passés sous la torture sur une chaîne de télévision satellitaire n’a pu que scandaliser les caciques du régime et déclencher des réactions à l’intérieur du pays. Car l’affaire des infirmières bulgares n’a pas seulement permis au régime libyen d’obtenir de substantielles compensations financières, industrielles et militaires, notamment de la part de la France. La gestion de leur libération semble avoir précisé sinon accéléré les préparatifs en vue de la succession du « Guide » libyen, âgé de 65 ans, dont trente-huit passés à tenir les rênes du pouvoir. « En apparaissant comme le catalyseur d’une solution possible à l’affaire des infirmières, Saïf Al-Islam a renforcé sa position », analyse George Joffe, un spécialiste du Centre d’études internationales de l’université de Cambridge. « C’est le fils que l’on entend, pas le père », remarque Moncef Djaziri, de l’université de Lausanne. Pour lui, cette « mise en avant » de Saïf Al-Islam, concrétisée par un entretien au Monde en date du 2 août, qui détaillait un contrat d’armement avec la France et évoquait l’innocence des infirmières, est le signe de « l’amorce d’une transition douce, négociée ». « Saïf », 35 ans, fils aîné de la seconde épouse du « Guide » libyen et chantre de la libéralisation économique et de l’évolution du régime par l’adoption d’une Constitution, personnifie l’image moderne que le régime veut présenter désormais à l’Occident. Président de la « Fondation internationale Kadhafi pour le développement », il a négocié avec les Occidentaux le règlement financier des affaires de terrorisme de Lockerbie (attentat contre un Boeing 747 de la PanAm en 1988) et du DC-10 d’UTA (qui a explosé au-dessus du Niger en 1989) avant de jouer un rôle déterminant dans le marchandage autour du sort des infirmières. Paradoxe apparent : l’homme qui professe des vérités dérangeantes pour la Jamahiriya libyenne n’a probablement jamais été aussi bien placé que depuis la libération des infirmières bulgares pour succéder à son père. Même si l’imprévisible colonel libyen rend toute prophétie hasardeuse. Les remontrances paternelles ne devraient d’ailleurs pas empêcher Saïf Al-Islam de prononcer un discours sur sa conception des réformes. L’événement, annoncé comme important, est attendu à Benghazi le 20 août, quelques jours avant la traditionnelle commémoration de la « révolution », le coup d’Etat du 1er septembre 1969 qui a porté au pouvoir le colonel Kadhafi. Pas-de-deux bien réglé entre le père et le fils ou discrète rébellion filiale ? « Quand on connaît la Libye, on ne peut imaginer que le fils prenne de telles positions sans l’accord du père, tranche Moncef Djaziri. D’ailleurs, le « Guide » lui-même défend depuis six ou sept ans l’idée d’une institutionnalisation de la « révolution ». Saïf, lui, pousse à la juridicisation de la vie politique et sociale et aux privatisations. » « Kadhafi sait qu’il doit réformer mais aussi qu’il doit maintenir sa famille au pouvoir pour que le régime perdure, insiste George Joffe. Cette exigence pose de sévères limites aux discours réformateurs. » Pour autant, les relations du « Guide » avec son fils restent cahoteuses. Saïf Al-Islam a été alternativement mis en avant puis éclipsé dans le dossier des infirmières. Ecarté à l’automne 2006, il est revenu en force dans la négociation au début de 2007. Les analystes décrivent les sorties verbales du fils comme autant de « tests » des limites de l’acceptable par le père. Jusqu’à présent, aucune « ligne rouge » n’a été franchie, estime Moncef Djaziri, d’autant que la montée en puissance de « Saïf » donne du crédit au projet de succession dynastique du « Guide » libyen tout en répondant aux aspirations au changement de la population. « En jouant la carte de l’ouverture, il crée un espace de débat politique dont il espère que certains lui seront redevables à moyen terne », analyse Roland Marchal, du Centre d’études et de recherches internationales de Sciences Po, à Paris. En mettant en scène les concessions faites par les Européens, et singulièrement la France, pour obtenir la libération des infirmières, Kadhafi junior flatte aussi le nationalisme libyen. En détaillant dans Le Monde le contrat d’armement négocié entre Tripoli et Paris, au risque d’embarrasser Nicolas Sarkozy, le dauphin présumé prend aussi sans doute une discrète revanche. Dans les années 1990, la France lui avait refusé un visa pour venir étudier à Paris. Il n’a « pas oublié » cet affront qui l’avait amené à choisir l’Autriche et la langue allemande pour poursuivre, à Vienne, son cursus universitaire d' »administration des affaires ». (Source : « Le Monde » (Quotidien – France) , le 18 août 2007)

Le Parti socialiste veut entendre Mme Sarkozy sur la libération des infirmières bulgares

 
Les socialistes ont réclamé, mardi 14 août, que la femme du président, Cécilia Sarkozy, soit entendue par la future commission d’enquête parlementaire destinée à faire la lumière sur la libération des infirmières bulgares et l’existence d’éventuelles contreparties. Cette commission d’enquête, réclamée par les socialistes, et acceptée par l’UMP, devrait voir le jour à l’automne. Or Cécilia Sarkozy a joué un rôle important comme émissaire de son mari en se rendant deux fois en Libye et en ramenant les infirmières en Bulgarie fin juillet. « Si on veut savoir quel est le prix payé, savoir ce qui s’est vraiment passé entre la France et la Libye, si on veut découvrir le secret de cette diplomatie qu’on cache à tout le monde, (…) il va falloir qu’on interroge Mme Sarkozy et M. Guéant », le secrétaire général de l’Elysée, a déclaré, le député socialiste Jean Glavany. « RENDRE DES COMPTES » Les commissions des affaires étrangères de l’Assemblée et du Sénat ont entendu le ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, début août mais « nous avons vite compris qu’il n’était pas vraiment dans le coup, que ce n’était pas vraiment lui qui avait été chargé de l’affaire et qu’il n’était pas au courant de tout ce qui s’était discuté et tramé », a ajouté Jean Glavany. Un autre député socialiste, Pierre Moscovici, a estimé que Cécilia Sarkozy devait « rendre des comptes »  lorsqu’elle agissait en tant qu' »émissaire personnel du chef de l’Etat », comme dans cette affaire. Le président français et son gouvernement ont toujours affirmé qu’aucune « contrepartie » n’avait été accordée en échange de la libération des infirmières et du médecin détenus pendant plus de huit ans. Au lendemain de cette libération, M. Sarkozy s’était rendu à Tripoli et s’était félicité du rôle joué par sa femme. Paris et Tripoli avaient alors signé un accord en matière de coopération militaire et un mémorandum sur un projet de fourniture d’un réacteur nucléaire présenté comme destiné au dessalement de l’eau de mer. (Source : « Le Monde » (Quotidien – France) , le 18 août 2007)

Turquie: un styliste viennois chargé de redessiner le foulard de Mme Gül

AFP, le 17 août 2007 à 12h36  
VIENNE, 17 août 2007 (AFP) – L’épouse du ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gül a chargé un styliste viennois de redessiner son foulard islamique controversé dans la perspective de l’élection attendue de son mari à la présidence de la République, a indiqué vendredi ce créateur, Atil Kutoglu. « Hayrünnisa Gül m’a demandé de redessiner son foulard ainsi que toute sa garde-robe dans un style qui convienne à tous, aux plus modernes comme aux conservateurs », a déclaré M. Kutoglu à l’AFP. « Je dois lui soumettre la semaine prochaine un jeu d’une dizaine de modèles mariant le glamour hollywoodien et le sérieux qui sied à sa position », a précisé le styliste, joint au téléphone en Turquie depuis Vienne. Créateur de renommée mondiale né en 1968 en Turquie et installé à Vienne depuis une vingtaine d’années, M. Kutoglu compte parmi ses clientes notamment l’actrice Catherine Zeta-Jones ainsi que les mannequins Naomi Campbell et Lauren Bush, une nièce du président américain George W. Bush. En Turquie, le foulard de Mme Gül a cristallisé les craintes des milieux laïcs et de l’armée qu’Abdullah Gül, un ancien islamiste, ne remette en cause les fondements laïcs de la république. Le port du foulard, considéré par ces milieux comme un soutien ostensible à l’islamisme, est interdit dans la fonction publique et les universités turques. Candidat du Parti de la justice et du développement (AKP), qui s’est assuré une confortable majorité au parlement turc le mois dernier, M. Gül semble assuré d’être élu président de la république lors du vote qui débutera le 20 août. Il s’est engagé mardi à défendre la laïcité et a assuré que le foulard de sa femme ne poserait « pas de problème »: « C’est moi qui serai président et non ma femme », a-t-il dit. AFP

 


 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

6 juillet 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3331 du 06.07.2009  archives : www.tunisnews.net   Liberté et Equité: Wissem Gasmi, prisonnier

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.