14 mai 2000

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

Ben Ali mauvais payeur

L’histoire a fait le tour du Royaume chérifien. Lors de la visite du président tunisien au Maroc, une foule nombreuse s’est agglutinée devant la résidence de l’invité du roi.
Renseignement pris, il s’agissait essentiellement de commerçants et de restaurateurs venus réclamer leurs dus au président tunisien. Ben Ali, qui avait occupé les fonctions d’attaché militaire à Rabat, oubliait souvent de payer ses notes et autres achats.
La régie du roi a vite fait de réparer le préjudice financier des commerçants. Il fallait disperser rapidement ces créanciers trop gênants.

« EL WATAN » 14-5-00

ps: Dieu merci, cela ne risque plus de se répéter grace au 26-26.

Source le forum du CNLT.

****************************

**********************’

Al-Hayat

http://www.sitecopy.com/alhayat/05-14/14P06.pdf

******************************

watan1.bmp (1782 octets)


BEN BRIK INDESIRABLE EN ALGERIE / Vaste mouvement de solidarité

Des messages de soutien à Taoufik Ben Brik, journaliste tunisien en grève de la faim depuis le 3 avril, continuent d’affluer à la rédaction. Ce qui s’apparente à une interdiction de séjour infligée au journaliste a suscité de vives réactions parmi ses collègues algériens et au sein de la société civile.

Dans une déclaration rendue publique vendredi, le mouvement démocratique et social (MDS) estime que «c’est d’autant plus grave que l’Algérie officielle, après avoir accueilli le leader islamiste tunisien Ghannouchi, ami et soutien des chefs terroristes islamistes Abassi Madani et Ali Benhadj, vient de recevoir un des chantres de l’internationale islamiste Omar El Bachir (…)». Le MDS affirme, en effet, que nous nous trouvons de fait devant un précédent grave pour les libertés fondamentales et les droits de l’homme, pour l’amitié et la solidarité de combat et de lutte entre les peuples du Maghreb et leurs forces démocratiques. Pour le parti de El Hachemi Cherif, cette mesure contre le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik ne représente pas l’Algérie qui se bat héroïquement contre le terrorisme intégriste et ses suppôts, pour la démocratie et le progrès, celle de Tahar Djaout et de bien d’autres martyrs.
Le MDS exprime, par ailleurs, l’exigence que T!aoufik Ben Brik soit autorisé à se rendre en Algérie, sa deuxième patrie comme il s’en revendique. De son côté, le Comité des citoyens pour la défense de la République (CCDR), s’indigne à travers une déclaration rendue publique hier de la décision d’empêcher Ben Brik de se rendre en Algérie. Pour le CCDR cette décision est grave à un triple point de vue «d’abord au point de vue humanitaire, un recul caractérisé par rapport aux déclarations appelant au confortement de l’Etat de droit et de la démocratie». «Cette décision n’augure rien de bon pour l’avenir des libertés démocratiques en Algérie», soutient le bureau du CCDR tout en déclarant être outré et préoccupé par ce grave précédent et reste mobilisé pour la défense des libertés démocratiques. Des journalistes ont, pour leur part, initié une pétition à travers laquelle ils dénoncent l’interdiction faite au journaliste d’embarquer à bord de l’avion en provenance de Paris par les agents d’Air Algérie. Les signataires de cette p!étition estiment que cette interdiction n’est que l’expression d’une volonté politique des autorités algériennes d’empêcher Taoufik Ben Brik de poursuivre son combat pour les libertés et les droits de l’homme. Les journalistes se disent en droit de s’interroger sur les véritables raisons de cette décision honteuse qui frappe un journaliste, un poète, qui n’a cessé de dire son admiration et son amour pour l’Algérie et son combat pour l’indépendance. Par ailleurs, des citoyennes et citoyens expriment leur totale solidarité avec le journaliste tunisien à travers une pétition dans laquelle ils invitent Ben Brik à venir dans son deuxième pays l’Algérie. La coalition gouvernementale affiche, pour sa part, un silence radio quant à cette décision de la direction d’Air Algérie. Cet acte qui bafoue le droit à la libre circulation n’a pas fait réagir le ministre des Transports, pourtant connu au sein de son parti pour être un grand défenseur des droits de l’homme.


Par Djamila K.

***********************

***********************

logolematin.gif (4591 octets)

L’affaire Ben Brick n’est pas finie

L’interdiction faite à Ben Brick d’embarquer jeudi dernier de Paris vers Alger sur un vol de la compagnie Air Algérie est en train de secouer les consciences en Algérie. Si les réactions ont été rares à se faire entendre vendredi, au lendemain du refus opposé par les autorités algériennes au journaliste tunisien de venir se recueillir sur la tombe d’Ali la Pointe, il en est autrement depuis hier. Alors qu’une pétition sous forme d’invitation au journaliste a été lancée, recueillant une centaine de signatures de citoyens de divers horizons en quelques heures, le CCDR (Comité des citoyens pour la défense de la République) a tenu à exprimer, dans une déclaration transmise à notre rédaction, sa réprobation quant à la décision qui a consisté à empêcher Taoufik Ben Brick de venir en Algérie. Cette décision, le bureau du CCDR l’a jugée  » grave à un triple point de vue  » (lire le communiqué intégral du comité ci-contre). Quant à ladite pétition, dont il est attendu qu’elle recueill!e des centaines, voire des milliers, d’autres paraphes au fil des prochains jours, l’un de ses premiers signataires, tout en ne se faisant pas d’illusion quant à l’éventualité d’une  » amende honorable  » des pouvoirs publics en Algérie, n’en reste pas moins convaincu quant à l’utilité d’une telle riposte.  » Il était indispensable pour nous de dire à Ben Brick que l’Algérie d’Ali la Pointe, la vraie, ne peut lui fermer la porte au nez et à ceux qui l’ont fait qu’ils ne peuvent plus disposer de l’Algérie comme ils l’entendent, encore moins la mettre au service d’une dictature quelconque, fut-elle voisine.  » Le ton est donné : les initiateurs et signataires de la pétition se disent convaincus que la mémoire d’Ali la Pointe est invoquée que pour justifier une interdiction qui obéit, en fait, à des considérations tout autres, à savoir celles exprimées vendredi à Lisbonne par Youcef Yousfi, le ministre algérien des Affaires étrangères, lorsqu’il déclarait que  » l’Algérie ne fera! rien qui puisse nuire aux relations de bon voisinage qu’elle entretient avec la Tunisie « .

En cela, les auteurs de la pétition sont rejoints par le frère d’Ali la Pointe lui-même qui, lors d’une visite hier à notre rédaction, a tenu à dénoncer l’exploitation de la mémoire du chahid-héros de la Bataille d’Alger à des fins inavouées par ceux-là mêmes qui, dans un passé encore récent,  » n’avaient pas bougé le petit doigt quand ma mère, qui était celle d’Ali la Pointe, était confrontée à un vrai déni de justice  » (lire article de Amar H.)

De son côté, l’Association Renaissance amazighe (voir déclaration ci-bas) a réagi en saluant le combat de Taoufik Ben Brick dont elle dit partager les idéaux et l’assure de sa présence dans le cœur des Algériens à défaut de sa venue en Algérie.

S. C.

********************************

Réaction de Ben Brick

Contacté hier à l’hôpital parisien où il poursuit sa grève de la faim, le journaliste tunisien Taoufik Ben Brick a fait part de son grand désemparement de ne pouvoir se rendre en Algérie :  » J’ai connu toutes les misères du monde durant cette grève de la faim. Mais celle-là est la pire : ne pas pouvoir entrer en Algérie est pour moi la pire des afflictions. Ne pas pouvoir me recueillir sur la tombe d’Ali la Pointe est une frustration suprême… C’est comme quelqu’un qui m’a tiré dans le dos…  » A propos de ses déclarations sur Ali la Pointe, le journaliste est catégorique et clair :  » Ali la Pointe est un personnage qui m’hypnotise. C’est le personnage de roman et de théâtre qui m’intéresse… Le reste, les interprétations, ne m’intéressent pas. Mais j’irai me recueillir sur sa tombe… « 

A. M.

********************************

Invitation à Taoufik Ben Brick à venir en Algérie

Nous, citoyennes et citoyens, algériens, défenseurs de la liberté d’expression et de la démocratie, devant le refus des autorités de notre pays de recevoir le journaliste Taoufik Ben Brick qui défend les mêmes valeurs, au prix de sa vie, dans un pays maghrébin, exprimons notre totale solidarité envers notre frère Ben Brick et lui lançons une invitation à venir dans son deuxième pays l’Algérie.

Les premiers signataires :

Zehor Zerari, moudjahida, Pr Abdelhak Bererhi, sénateur, Salah Boubnider, colonel ALN, Mohamed Benchicou, journaliste, Ameyar Kheiredine, journaliste, Bachir Cherif Hassen, El Hachemi Cherif, secrétaire général du MDS, Zerari Rabah, cdt Azzedine de l’ALN, Khadjidja Chouit, journaliste, Saïd Chekri, journaliste, Zhor Hadjam, journaliste, Boukrine Djamel, journaliste, Salhi Amel, journaliste, Mohamed Redouane, journaliste, Mekioussa Chékir, journaliste, Arkam Lynda, documentaliste, Youcef Rezzoug, journaliste, Ahmed Ouldali, chef de parc, Nora Mellah, télexiste, Saïdi Amel, documentaliste, Sassi Yahia (fils de chahid), Bennour Karima, journaliste, Mohamedousaïd Mériem, journaliste, Chabbi Omar, journaliste, Azzedine Belferag, journaliste, Hayouni Abdelkrim, journaliste, Merkouche Mohamed, journaliste, Bourbih Lahcène journaliste, Yefsah Mohammed, journaliste, Lazhari Labter, journaliste, Khaled Mahrez, journaliste, Djerri Ali, directeur de El Khabar, Djamel Fouzi, journaliste!, Senadjki Athman, journaliste, Belbati Hakim, journaliste, Bentaleb Mounaïem, Touazi Louisa-Malika, journaliste, Aït Aoudia Mohamed Mustapha, journaliste, Youcef Salami, journaliste, Mahieddine Ahmed, journaliste, Benyahia Ali, journaliste, Bouda Djeghaba, journaliste, Yacoub Hasna, journaliste, Mokrani Karima, journaliste, Graïne Larbi, journaliste, Abdelaziz Azizi, journaliste, Mehdi Chakib, journaliste, Abdou B, journaliste, Me Bentoumi Mohamed, avocat, Allam Rekia, Noureddine Azzoug, journaliste, Aoues Saliha, journaliste, Ibersiene Ghania, journaliste, Cherifa Kheddan, Djazaïrouna, Yacini Slimane, journaliste, Bouzid Abider, journaliste, Mesbah Ahmed, journaliste, Badreddine Menâa, journaliste, Hamid Boudoumi, journaliste, Hammouche Mustapha, journaliste, Imessaoudène Nawal, journaliste, Mokrane Harhad, Ahcène Abbes, Mohamed Djadi, journaliste

(Le Soir), Bouteldja Nouredine, Naïma Yachir, journaliste, F. Zohra B., journaliste, Fatma Haouari, Bellil Belkacem, journaliste, Imadalou Samira, journaliste, Sid Ahmed Semiane, chroniqueur, Katia Debbouz, journaliste, Abla Chérif, journaliste, Medjrane Kamr-Eddine  » Nasser « , Amari Chawki, journaliste, Hassem Gherab, journaliste, Badiaâ Amarni, journaliste, Abdelkrim Ghezali, journaliste, Zine Cherfaoui, journaliste, Tazaïrt Kamel, correcteur de presse, Tazaïrt Samir, correcteur de presse, Lamdan Yveline, correctrice de presse, Dahmane Khedjidja, opératrice, Yacine Merabet, journaliste, Larbi Bouazza, journaliste, Sellam Naïma, correctrice, Yacine Temlali, journaliste, Rachid Mokhtari, journaliste, Farid Alilat, journaliste, Messara Mohamed, photographe, Aziez Naziha, photographe, Amine Samil, journaliste, A. Bahmane, journaliste, A. Ancer, journaliste, M. Mazari, dessinateur, Tayeb Belghiche, journaliste, Liès Sahar, journaliste, K. Smaïl, journaliste, Salima Tlemçani, j!ournaliste, Amine Lotfi, journaliste, Fayçal Metaoui, journaliste, Hayet Hannachi, journaliste, Amarni Kamel, journaliste, Iguetoulène Mohamed, informaticien, Nabila Amir, journaliste, Zoubir Souissi, journaliste, Fouad Boughanem, journaliste, Rabah Abdellah, journaliste, Tarzalt Tahar, correcteur de presse.

********************

watan logo ÔÚÜÜÇÑ ÇáæØÜÜä


ÒÇæíÉ ãäÝÑÌÉ
»ÇáÌÒíÑÉ« ÇáãÏÌøäÉ

ËÈÊ Úáì äÍæ ÞÇØÚ Ãä ÞäÇÉ ÇáÌÒíÑÉ ÈÄÑÉ ááÕåíæäíÉ æÇáÔíæÚíÉ æÇáãÇÓæäíÉ æÇáÃÕæáíÉ æÇáÇãÈÑíÇáíÉ æÇä ÌãíÚ ÇáÚÇãáíä ÝíåÇ ãä ÇáÎæäÉ æÇáÚãáÇÁ »äÞØÉ äÙÇã: ÃäÇ ÃÚãá ÝíåÇ æáÓÊ ÚãíáÇ ÍÊì ÇáÂä æÈÇáÊÇáí ÝÅääí ÃÚáä Úä ÇÓÊÚÏÇÏí áÞÈæá ÚÑÖ ãÞäÚ ÈÇáÚãÇáÉ áÃí ÏæáÉ Ãæ ÌåÉ ÊÏÝÚ áí ÃÊÚÇÈí ÈÚãáÉ ãÍÊÑãÉ«¡ æáÇ ÃÝåã áãÇÐÇ áã ÊáÊÝÊ ÇáÏæá ÇáÚÑÈíÉ ÇáãäÇÖáÉ ÖÏ ÇáÕåíæäíÉ æÇáÊÈÚíÉ ááÛÑÈ æÇáÊí ÊÞÝ ÞäÇÉ ÇáÌÒíÑÉ ÍÌÑ ÚËÑÉ Ýí ØÑíÞ äÖÇáåÇ Åáì ÇáÚÑÖ ÇáÐí ÞÏãÊå ÈÇÎÊØÇÝ æÊÕÝíÉ ãÞÏãí ÈÑÇãÌ ÞäÇÉ ÇáÌÒíÑÉ æÚáì ÑÃÓåã ÝíÕá ÇáÞÇÓã æÓÇãí ÍÏÇÏ æÃÍãÏ ãäÕæÑ æáÇ ãÇäÚ ÚäÏí Ýí ÊØæíá ÇáÞÇÆãÉ áÊÖã ãÍãÏ ßÑíÔÇä æãäÊåì ÇáÑãÍí »ÐÇÊ ÌíäÇÊ ÝáÓØíäíÉ æÈÇáÊÇáí.. ÅÑåÇÈíÉ« æÎÏíÌÉ Èä ÞäÉ »íßÝí Ãä ÃÞæá ÅäåÇ ÌÒÇÆÑíÉ«.

æåäÇß Íá ÂÎÑ áÊÎáíÕ ÇáÃãÉ ÇáÚÑÈíÉ ãä ÞäÇÉ ÇáÌÒíÑÉ¡ ÝÞÏ ÃÚáä ÇáÞÇÆãæä Úáì ÃãÑ åÐå ÇáÞäÇÉ Ãäåã íÚÊÒãæä ÎÕÎÕÊåÇ ããÇ íÚØí ÇáÍßæãÇÊ ÇáãÊÖÑÑÉ ãäåÇ ÝÑÕÉ ÔÑÇÆåÇ áÊÕÈÍ ÞäÇÉ ÃáíÝÉ ãÏÌäÉ ãä ÇáäæÚ ÇáÐí ÊÈÏà äÔÑÉ ÃÎÈÇÑåÇæ ÈÚÈÇÑÉ Åáíßã ãæÌÒÇ ÈÃåã ÇáÃäÈÇÁ: ÊáÞì ÕÇÍÈ ÇáÝÎÇãÉ æÇáãÚÇáí æÇáÓíÇÏÉ æÇáÑíÇÏÉ æÇáÞíÇÏÉ ÈÑÞíÉ ãä ãæÇØäí ÇáÅÞáíã ÇáÝáÇäí íåäÆæäå ÝíåÇ ÈÞÏæã ÝÕá ÇáÕíÝ æíÚÇåÏæäå Úáì ÈÐá ãÒíÏ ãä ÇáÚÑÞ ÎáÇá ÇäÞØÇÚ ÇáßåÑÈÇÁ ÊÃßíÏÇ ááÕãæÏ Ýí æÌå ÇáÚÏæ ÇáÕåíæäí.. æíæÇÕá ÇáãÐíÚ: æÇÓÊÌÇÈÉ áÑÛÈÇÊ ÇáÌãÇåíÑ ÝÞÏ ÃÕÏÑ ÕÇÍÈ ÇáÝÎÇãÉ.. ÅáÎ ÅáÎ ãÑÓæãÇ ÈÅáÛÇÁ ÝÕá ÇáÕíÝ æÊæÒíÚ ÇáÝíÇÛÑÇ ãÌÇäÇ Úáì ÃÚÖÇÁ ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã ÈãÇ íÖãä áå ÇáÃÛáÈíÉ Ýí ÇáÇäÊÎÇÈÇÊ ÇáÊí ÊÞÑÑ ÅÌÑÇÄåÇ ÚÇã 2019ã.

æÈÚÏ äÔÑÉ ßÊáß áÇ ÈÏ Ãä ÊÞÏã ÞäÇÉ ÇáÌÒíÑÉ ÇáãÎÕÎÕÉ ÈÏíáÇ áæÌæå ãÐíÚíåÇ ÇáÊí ÊÞØÚ ÇáÎãíÑÉ¡ æÃÞÊÑÍ áíáíÇä ßÈÏíá áÝíÕá ÇáÞÇÓã.. æÈÇáÊÃßíÏ ÝÅä Ôßá ÑÒÇä íÓÑ ÇáÎÇØÑ ÃßËÑ ãä ßÑíÔÇä.. æßíáÇ íÊåãäí ÇáÈÚÖ ÈÇáÍÞÏ Úáì ÇáÒãáÇÁ ÝÅääí ÃÞÊÑÍ ÊÔÛíá ÌæÇåÑ ãÍá ÃÈí ÇáÌÚÇÝÑ.

– ÌÚÝÑ ÚÈÇÓ



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail athttp://www.hotmail.com

Accueil

Lire aussi ces articles

22 janvier 2008

Home – Accueil – TUNISNEWS 8 ème année, N°  2799 du 22.01.2008  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H.Tunisie: Un mécontentement populaire qui

En savoir plus +

13 novembre 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 2002 du 13.11.2005  archives : www.tunisnews.net الرابطة التونسية للدفاع عن حقـوق الإنسـان: السلطة تتلاعب بالرأي

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.