14 janvier 2010

Home – Accueil

TUNISNEWS

9 ème année, N° 3523 du 14.01.2010

 archives : www.tunisnews.net

 


IFEX-TMG: TUNISIA: TMG calls on European Parliament to help end Tunisian government’s unrelenting war on free expression CIHRS/IFEX: Arab organisations condemn smear campaigns targeting human rights defenders C.R.L.D.H.Tunisie: Condamnation du journaliste tunisien Fahem Boukadous – le dossier de Gafsa/Redeyef n’est pas refermé Association Solidarité  Tunisienne : Lettre aux parlementaires européens CCTE: Décès du père de Mr Yadh Mahjoubi La famille Ben Brik en sa 8 ème journée de grève de la faim pour la vie et la liberté a Tawfik Grève de faim solidaire avec Tawfik Ben brik et sa famille AFP: Tunisie: remaniement du gouvernement avec changement aux Affaires étrangères African Manager: Tunisie : La nouvelle composition du gouvernement Jeune Afrique: Mohamed Machfar, un cheikh pas comme les autres AFP: Nigeria: la justice examine un transfert formel du pouvoir au vice-président

 

TUNISIA: TMG calls on European Parliament to help end Tunisian government’s unrelenting war on free expression


TUNISIE: Le TMG appelle le Parlement européen à mettre un terme à la guerre implacable du gouvernement tunisien contre la liberté d’expression 13 January 2010 TMG calls on European Parliament to help end Tunisian government’s unrelenting war on free expression (IFEX-TMG) – 13 January 2010 – The Tunisia Monitoring Group (TMG), a coalition now counting 20 member organisations of the International Freedom of Expression Exchange (IFEX), welcomes the European Parliament’s public debate on the situation in Tunisia on 20 January. TMG members hope the debate will send a strong message to the Tunisian government to end its unrelenting war on freedom of expression. Five TMG fact-finding missions since January 2005 to monitor the plight of freedom of expression in Tunisia before and after the World Summit on the Information Society (WSIS) and continuous research have shown how attacks on this basic right have not stopped intensifying. The administration and the judiciary have been increasingly used to harass dissidents and critical journalists. Prominent scholars and democracy advocates, including Mohamed Talbi, former dean of the Faculty of Arts of Tunis and president of the banned Observatory for the Freedom of the Press, Publishing and Creation (OLPEC) told the TMG that the ruthless policy of repression of independent-minded journalists, judges, lawyers, writers, students and trade-unionists is « unprecedented in the country’s recent history. » This policy of systematic intimidation has forced thousands of Tunisians, including journalists, into exile over the past years. More dangerously, it has led hundreds of young people to be influenced by groups advocating the use of violence to achieve political goals. The government spares neither the victims’ relatives, nor foreign journalists and human rights researchers. The decision to imprison well-known critical journalist Taoufik Ben Brik, following a mock trial similar to hundreds of other shameful and politically motivated trials mirrors a vengeful trend rather than a quest for justice. Journalist Fahem Boukaddous was sentenced today to four years in prison for covering demonstrations in Gafsa against unemployment and corruption. President Zine El Abidine Ben Ali’s critics are dealt with as if they were criminals. Scores of Tunisian political prisoners have died under torture or due to lack of medical care over the past two decades, according to local and international human rights groups. Ben Brik faces life-threatening prison conditions, and family members launched a hunger strike in protest. « These heavy losses of lives could have been avoided and journalists Taoufik Ben Brik and Zouhaier Makhlouf and thousands of other Tunisians would not have been jailed for exercising the right to freedom of expression or association, had the Tunisian state been firmly reminded by its friends and partners in Europe and elsewhere of the urgent need to genuinely abide by the International Covenant on Civil and Political Rights, » said TMG Chair Rohan Jayasekera of Index on Censorship. Members of the IFEX-TMG: For more information: IFEX Tunisia Monitoring Group Rohan Jayasekera, Chair c/o Index on Censorship London United Kingdom rj (@) indexoncensorship.org Phone: +44 20 7324 2522 IFEX Tunisia Monitoring Group http://campaigns.ifex.org/tmg ARTICLE 19: Global Campaign for Free Expression Arabic Network for Human Rights Information Bahrain Center for Human Rights Cairo Institute for Human Rights Studies Canadian Journalists for Free Expression Cartoonists Rights Network International Centre algérien pour la défense et la promotion de la liberté de la presse Egyptian Organization for Human Rights Index on Censorship International Federation of Journalists International Federation of Library Associations and Institutions International PEN Writers in Prison Committee International Press Institute Journaliste en danger Maharat Foundation (Skills Foundation) Media Institute of Southern Africa Norwegian PEN World Association of Community Radio Broadcasters World Association of Newspapers and News Publishers World Press Freedom Committee  


Joint action

Arab organisations condemn smear campaigns targeting human rights defenders Grave developments threaten the lives of human rights defenders


13 January 2010 (CIHRS/IFEX) – January 10, 2010 – The undersigned Arab human rights organizations wish to express their condemnation and profound contempt for the smear campaigns launched against prominent Tunisian human rights defenders, among them Kamel Jendoubi, president of the Euro-Mediterranean Human Rights Network; Sihem Bensedrine, spokeswoman for the National Council for Liberties; Mokhtar Trifi, president of the Tunisian League for the Defense of Human Rights; and Khamis Chamari, the former Secretary-General of the Tunisian League for the Defense of Human Rights and a founding member of the October 18 Movement for Rights and Freedoms. Led and directed by the pro-government Tunisian press, these campaigns have gone so far as to accuse human rights defenders and opposition journalists in Tunisia of collaborating and spying for Israel. Containing various incitements to murder, the campaigns are preparing public opinion to disregard any potential assassinations of these activists, already branded as « traitors. » Slim Bagga – a Tunisian opposition journalist who lives in France – received a death threat letter from an anonymous Palestinian living in Lebanon for being a traitor and spying for Israel. This happened in the wake of Bagga’s contribution to a book exposing the growing political influence of the wife of President Zine El Abidine Ben Ali, in addition to her influence on the financial and economic business of the state. The undersigned organizations declare their solidarity with human rights defenders in Tunisia, and they place full responsibility for these smear campaigns with the Tunisian authorities. These slanderous campaigns are nothing but a cover for the brutal practices of the Tunisian police state, which have targeted human rights defenders and critics of the state’s repressive policies, particularly over the last year. Because of these practices, a growing number of human rights defenders, journalists, and independent political dissidents face degrading physical and verbal assaults, arbitrary arrests, and unfair prosecution. The homes and offices of political and rights activists have also been placed under a tight security siege. The undersigned Arab human rights organizations urge the Tunisian authorities to take immediate steps to stop the smear campaigns, which, with the claims of treason, constitute a grave breach of journalistic ethics and freedom of expression. The authorities must end all forms of abuse against human rights defenders and Tunisian human rights organizations. We also call on UN human rights bodies and agencies, particularly the office of the Special Rapporteur on the situation of human rights defenders, to undertake the necessary measures to stop these campaigns, which are aimed at covering up physical attacks suffered by human rights defenders in the country

C.R.L.D.H.Tunisie

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie

Membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme

21ter rue Voltaire – FR-75011 PARIS-Tel/Fax : +33.(0)143729734   contact@crldht.org / www.crldht.org

Communiqué

Condamnation du journaliste tunisien Fahem Boukadous

le dossier de Gafsa/Redeyef n’est pas refermé


 

Fahem Boukadous a été condamné hier 13 janvier 2010 à quatre ans de prison ferme en première instance par le Tribunal de Gafsa suite à sa couverture journalistique en 2008 du mouvement social du bassin minier de Gafsa. Il avait été lourdement condamné en décembre 2008 puis de nouveau en appel en février 2009 en même temps que des responsables syndicaux du mouvement de Gafsa lors d’un double procès historique. Fahem Boukadous, en fuite au moment de cet épisode judiciaire, avait écopé alors de six ans de prison, par contumace. La sentence d’hier est d’autant plus illogique qu’il s’est présenté spontanément aux autorités le 24 novembre dernier et que ses coaccusés syndicalistes passés ont bénéficié d’une libération conditionnelle le 4 novembre 2009 par grâce présidentielle, une libération qui intervenait suite à une vaste campagne nationale et internationale de soutien.

 

Journaliste pour la chaîne satellitaire El Hiwar Ettounsi,  Fahem Boukadous va donc rejoindre dans les geôles tunisiennes deux autres journalistes actuellement emprisonnés pour des motifs politiques également, Taoufik Ben Brik et Zouhaïer Makhlouf.

Le mouvement social pacifique de Gafsa avait défrayé l’histoire tunisienne au 1er semestre 2008 par son ampleur, sa ténacité, sa dignité et la solidarité massive qu’il avait suscité dans la population locale. Il s’était heurté à une répression violente de la part de l’Etat ainsi qu’à une tentative d’étouffement extrême sur toute information le concernant. Encerclée par la police et les forces armées, la région minière, en particulier la ville de Rdeyef, était devenue inaccessible, particulièrement aux journalistes, tandis que les communications étaient fortement entravées.

 

L’évènement avait donné lieu en Tunisie à une courageuse campagne nationale de soutien à la population du bassin minier menée par des syndicalistes et de nombreux autres représentants la société civile démocratique et d’opposition tunisienne en dépit des harcèlements du pouvoir. Une non moins importante campagne de solidarité internationale de protestation s’était également élevée contre la grave chape de répression qui s’était abattue sur les protestataires du bassin minier, ses leaders syndicaux, sa jeunesse et l’ensemble de la population locale de la part de l’Etat tunisien. La campagne insistait notamment sur la légitimité de la lutte sociale qu’ils avaient menée et son caractère pacifique, ainsi que sur l’erreur grave que constituait l’accusation de “constitution d’une association criminelle susceptible de porter atteinte aux personnes et à leurs biens”, dont les principaux leaders syndicaux du mouvement, et avec eux le journaliste Fahem Boukadous, étaient honteusement affublés. 

 

Le CRLDHT proteste avec la plus grande indignation contre cet entêtement du régime tunisien dans l’affaire du bassin minier et cette nouvelle condamnation, qui montre que l’affaire du bassin minier n’est pas close du côté du régime tunisien et que la volonté d’intimidation des voix libres au prix d’accusations fausses et de lourdes peines continue de sévir également sans vergogne.

 

Le CRLDHT rappelle que le mouvement social auquel Fahem Boukadous était associé en tant que journaliste ne fut d’aucune manière un mouvement criminel, mais un mouvement social pacifique et collectif pour les droits et la dignité.

 

Le CRLDHT rappelle en outre que la liberté de la presse et le droit à l’information sont des valeurs essentielles de tout régime qui prétend au titre de démocratie, ce dont se targue toujours le régime de Ben Ali suite à sa dernière réélection truquée.

 

Enfin, le CRLDHT souhaite rappeler le cas de Mouhieddine Cherbib, président de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des Deux Rives à Paris, qui a été également condamné par contumace et pour les mêmes motifs dans ce double procès collectif de décembre 2008 avec appel en février 2009, ainsi que, plus spécifiquement, pour diffusion vers l’étranger d’informations concernant le mouvement de Gafsa. Son cas n’est toujours pas réglé. Le CRLDHT demande la libération immédiate de Fahem Boukadous et espère à défaut que la procédure d’appel qui doit être lancée aboutira à un jugement cette fois équitable.

 

Paris, le 14 janvier 2010


Association Solidarité  Tunisienne

Lettre aux parlementaires européens


 
Madame Monsieur, À l’occasion de votre prochaine session au parlement européen entre le 18 et le 21 Janvier 2010  sur la situation des Droits de l’Homme en Tunisie, nous vous présentons des cas préoccupants en Tunisie : Les tribunaux tunisiens ont condamné les journalistes Taoufik Ben BRIK et Zouheir MAKHLOUF, respectivement à 6 mois et 3  mois  de prisons fermes pour des motifs fallacieux. Dr. Sadok CHOUROU est emprisonné et privé de toutes ses libertés depuis 19 ans pour avoir osé penser et s’exprimer autrement que le Gouvernement de la Tunisie. Dr. Sadok CHOUROU, ex président du mouvement Nahdha (Renaissance), à peine libéré en novembre 2008 après 17 ans de prison dont 13 en isolement durant lesquels il a subit toute sorte de torture barbare et a été privé de ses moindres droits humains dont les soins, l’écriture et la lecture entre autres, a été recondamné à une année de réclusion ferme pour l’unique et simple « tort » d’avoir donné une interview aux médias dans laquelle il a exposé les conditions injustes et inhumaines dans  lesquelles il était détenue ainsi que tous les autres prisonniers politiques  et   réclamé la liberté d’organisation et d’expression cause pour laquelle il a purgé de longues et dures années de prison. Il a été ensuite transféré à la tristement célèbre prison « Annadhour », lointaine de chez lui et réputée pour ses conditions de détention inhumaines sévères et voilà maintenant plus de 19 ans que Dr. Chourou est sous les verrous. C’est injuste ! L’Association Solidarité Tunisienne sollicite, d’urgence et dans la mesure du possible, toutes vos compétences et votre diplomatie pour intervenir auprès des autorités tunisiennes et exiger la libération immédiate et inconditionnelle du Dr. Sadok, CHOUROU, des journalistes Taoufik Ben BRIK et Zouheir MAKHLOUF et de mettre fin à la souffrance de nombreuses familles tunisiennes. L’intérêt d’une telle intervention dépasse à l’évidence les personnes pour la promotion des valeurs fondamentales que sont les Droits Humains.  Veuillez recevoir,  Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.  Paris, le 14.01.2010 Association Solidarité  Tunisienne  

Collectif de la Communauté Tunisienne en Europe (CCTE)

Décès du père de Mr Yadh Mahjoubi


 
Nous venons d’apprendre le décès du père de Mr Yadh Mahjoubi. Il s’agit de M. Mohamed Arbi Mahjoubi qui s’est éteint ce jeudi matin le 14 janvier 2010 à Tunis. Le défunt connu sous le nom de Chedly Hammi, était l’ancien Secrétaire d’Etat du ministère de l’Intérieur chargé de la Sureté Nationale et ex-directeur général des services spéciaux. Victime des intrigues du sérail, il a été arrêté et emprisonné en 1990 sous de fausses et ridicules accusations d’intelligence avec Israël dans un premier temps puis constatant  que celles-ci tiendraient difficilement, elles ont été transformées en abus de gestion.Sa probité et son sens du devoir au service de l’Etat ont guidé toute sa vie depuis l’avant-indépendance au sein de la cellule destourienne de bab Souika jusqu’à ces dernières fonctions au sein du ministère de l’Intérieur. En prime, le défunt a dû souffrir et jusqu’à sa mort de la campagne calomnieuse à son encontre et dont on retrouve même les traces dans le dernier livre sur la mafia de Carthage. Le Collectif et moi-même présentons à Yadh et à toute sa famille nos plus sincères condoléances et leur souhaitons beaucoup de courage dans cette nouvelle épreuve. Que le Papa de Yadh puisse reposer en paix! Paris, le jeudi 14 janvier 2010 Mondher Sfar Président du Collectif de la Communauté Tunisienne en Europe (CCTE) 1 rue Cassini 75014 Paris Tel : 01 43 29 68 98 mondher.sfar@club-internet.fr  

La famille Ben Brik en sa 8 ème journée de grève de la faim pour la vie et la liberté a Tawfik


Aujourd’hui les geôliers de Ben Ali nous ont laissés voir Tawfik Ben Breik 7 mn… Le journaliste battant n’avait plus de force pour tenir debout.. Le poete parlait difficilement… et dignement; il nous a dit qu’il tend son coeur à toutes et tous les amoureux et militants des liberté … La famille Ben Brik en sa 8 ème journée de grève de la faim pour la vie et la liberté a Tawfik Loumamba MOHSNI


Grève de faim solidaire avec Tawfik Ben brik et sa famille


En solidarité avec la famille Ben Brik en leur 10 jour de grève de la faim pour laentamons une journée de grève de la faim le Vendredi 15-10-2010… Liberez Tawfik La liberté et la justice à notre peuple! Mohamed  vie et la liberté de Tawfik; Nous membres de la famille Mohsni Hedi MOHSNI Mounira AYADI Balkis MOHSNI Hadhami MOHSNI Loumamba MOHSNI


Le camarade Daniel Ben Said n’est plus …

Grand salut camarade frére internationaliste revolutionnaire, frére des Fedaiyens, des fiministe, des cheminots, des jeunes réveurs , de tous les utopiste… Nous te lirons toujours, imminent philosophe marxiste… Un Grad de la revolution est eteint, dans le ciel file une étoile… T’as passé ta vie révolutionnaire, tu nous as laissés tes écrrits pour nous aider a se battre, continuer la révolution permanente… Jalel Ben Brik ZOUGHLAMI

 

Tunisie: remaniement du gouvernement avec changement aux Affaires étrangères


 
AFP | 14.01.2010 | 19:15 TUNIS – Le président Zine El Abidine Ben Ali a procédé jeudi à un changement partiel de son gouvernement affectant treize ministères dont ceux des Affaires étrangères et de la Défense. Ce remaniement, le premier depuis la réélection de M. Ben Ali en octobre dernier, a été annoncé par le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, qui garde son poste. Kamel Morjane, ministre de la Défense, a été nommé aux Affaires étrangères en remplacement de Abdelwaheb Abdallah, qui occupait ce poste depuis 2005 et dont le nom ne figure pas dans la liste du nouveau gouvernement publiée par l’agence tunisienne TAP. Le portefeuille de la Défense sera occupé par Ridha Grira, un fidèle du président Ben Ali, alors que le ministère des Finances sera dirigé par Mohamed Ridha Chalghoum qui fait son entrée au gouvernement. Bechir Tekkari, ministres de la Justice et des droits de l’Homme et Lazhar Bououni, ministre de l’Enseignement supérieur ont échangé leurs portefeuilles. Oussama Romdhani, directeur général de l’Agence de communication extérieure, qui assurait depuis octobre l’intérim du ministre de la Communication, a été confirmé dans ce poste. Les ministères du Tourisme, des Affaires sociales, des Domaines de l’Etat, des Technologies de la Communication et ceux de la Femme et de la Famille, ainsi que de la Formation et de l’Emploi ont changé de titulaires. Afif Chelbi, ministre de l’Industrie et de l’Energie est devenu ministre de l’Industrie et de la Technologie, alors que Abdelhakim Bouraoui, secrétaire général du gouvernement a été chargé, en plus, des Relations avec le parlement. Rafaat Chaabouni a fait son entrée au gouvernement en tant que secrétaire d’Etat chargé de la Recherche scientifique. Le président Ben Ali, 73 ans, a été réélu avec 89,62% des voix le 25 octobre dernier pour un cinquième mandat de cinq ans.  

Tunisie : La nouvelle composition du gouvernement


African Manager 14-01-2010 : Le gouvernement tunisien, tel qu’il a été remanié, jeudi, par le Président Zine El Abidine Ben Ali, se présente comme suit : Premier ministre : Mohamed Ghannouchi Ministre d’Etat, conseiller spécial auprès du Président de la République et Porte-parole officiel de la Présidence de la République : Abdelaziz Ben Dhia Ministre Directeur du Cabinet présidentiel : Ahmed Iyadh Ouederni Ministre des Affaires étrangères : Kamel Morjane Ministre de l’Intérieur et du Développement local : Rafik Belhaj Kacem Ministre du Transport : Abderrahim Zouari Ministre des Affaires sociales, de la solidarité et des Tunisiens à l’étranger :  Naceur El Gharbi Ministre de la Santé publique : Mondher Zenaidi Ministre des Affaires religieuses : Boubaker El Akhzouri Ministre de la Justice et des Droits l’homme : M. Lazhar Bououni Ministre de la Défense nationale : Ridha Grira Ministre des domaines de l’Etat et des Affaires foncières : Zouheir M’dhaffar Gouverneur de la Banque centrale :  Taoufik Baccar Ministre du Développement et de la Coopération internationale : Mohamed Nouri Jouini Ministre des Finances : Mohamed Ridha Chalghoum Ministre de l’Environnement et du Développement durable : Nadhir Hamada Ministre de la communication : Oussama Romdhani Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Bechir Tekkari Ministre de l’industrie et de la technologie : Afif Chelbi Ministre du Tourisme : Slim Tlatli Ministre des Affaires de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Personnes âgées :  Bibya Chihi Ministre des Technologies de la Communication : Mohamed Naceur Ammar Ministre de l’Education : Hatem Ben Salem Ministre du Commerce et de l’Artisanat : Ridha Ben Mosbah Ministre de la Culture de de la sauvegarde du patrimoine : Abderraouf El Basti Ministre de la formation professionnelle et de l’emploi : Mohamed Agrebi Ministre de la Jeunesse, du sport et de l’éducation physique : Samir Laabidi Ministre de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques : Abdessalem Mansour Ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire : Slaheddine Malouche Secrétaire général du gouvernement chargé des relations avec la chambre des députés et la chambre des conseillers : Abdelhakim Bouraoui Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l’étranger, chargée de la Promotion sociale : Najah Belkhiria Karoui Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Finances chargé de la Fiscalité :  Moncef Bouden Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur et du développement local chargé des Affaires régionales et des collectivités locales : Mongi Chouchène Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé de la privatisation : Moncef Hergli Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Affaires américaines et asiatiques : Saida Chtioui Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture et des ressources hydrauliques chargé des ressources hydrauliques et de la pêche : Abderrazak Daaloul Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Equipement et de l’habitat, chargé de l’Habitat et de l’aménagement du territoire : Mohamed Néjib Berriche Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Industrie : chargé de l’Energie renouvelable et des industries alimentaires  Abdelaziz Rassaâ Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Santé publique chargée des institutions hospitalières : Najoua Miladi Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Développement et de la coopération internationale chargé de la coopération internationale et de l’investissement extérieur : Abdelhamid Triki Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Affaires de la femme, de la famille, de l’enfance et des personnes âgées, chargée de l’Enfance et des personnes âgées :  Saloua Terzi Secrétaire d’Etat auprès du ministre du Commerce chargé du Commerce extérieur : Chokri Mamoghli Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Technologies de la communication chargée de l’informatique, de l’internet et des logiciels libres : Lamia Chafei Seghaier Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Education physique chargé du Sport : Béchir Elouzir Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires maghrébines, arabes et africaines : Abdelhafidh Harguem Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education et de la formation chargé de la formation professionnelle : Mongi Bédoui Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, chargé de la recherche scientifique : M. Refaat Chaabouni  


Mohamed Machfar, un cheikh pas comme les autres

 


14/01/2010 09:57:10 | Jeune Afrique | Par : Frida Dahmani, à Tunis Jeune, tolérant, souriant, désopilant… L’animateur vedette de la première radio religieuse du pays est une star. Décryptage d’un phénomène étonnant. Avec près de 40 000 fans sur Facebook, presque autant que Saber Rebaï, grande vedette de la chanson tunisienne, et des dizaines de forums de discussion, le cheikh Mohamed Machfar, dont les interventions télévisées sur la chaîne nationale après la rupture du jeûne durant le mois de ramadan ont fait exploser l’audimat, confirme, si besoin était, sa forte popularité. Désigné par le portail d’information Babnet, il y a un an, comme l’une des huit personnalités tunisiennes les plus appréciées, il côtoyait dans ce palmarès éclectique des sportifs de haut niveau et des animateurs de télévision. Un phénomène de prime abord incongru en Tunisie, où les stars ne défraient guère la ­chronique, encore moins les « people ». Salle comble Pour les Tunisiens, il semblait donc inimaginable qu’un homme de religion puisse être élevé au rang – paradoxal – d’idole populaire. Pourtant, jamais un cheikh n’avait suscité autant de polémiques, ni recueilli autant de suffrages. Beaucoup pensaient que l’effet « Machfar » allait retomber comme un soufflé et qu’il n’était dû qu’à sa médiatisation, mais le prêche du vendredi que le cheikh assure à la mosquée El-Abidine de Carthage fait systématiquement salle comble. L’homme est coutumier du fait : dans sa précédente paroisse, il drainait une telle foule que la circulation en était bloquée. Mais qu’a-t-il donc de si particulier pour être à l’origine d’un tel engouement dans le tranquille paysage tunisien ? Tout d’abord, il est jeune : à peine 48 ans. Ensuite, il clame haut et fort sa tunisianité. Enfin, il est désopilant, tranchant avec l’image ascétique et austère des religieux musulmans. De lui, on retient d’abord l’éternel sourire accroché à un visage rond toujours surmonté de la coiffe traditionnelle masculine de ceux qui ont suivi l’enseignement religieux de la mosquée de la Zitouna. Cette kachta mellousi, fin turban blanc fixé à la chéchia de laine rouge, est aussi l’insigne des lettrés tunisois. Toujours affublé du même couvre-chef, il ­alterne le costume-cravate à l’européenne, comme le portaient les intellectuels des années 1930, avec l’habit traditionnel, la jebba. À travers sa garde-robe, le cheikh s’est construit une image cocasse. Ce fils d’une modeste famille de Halfaouine, faubourg du vieux Tunis, a repris à son compte les codes vestimentaires des beldis, citadins de souche aux habits richement brodés dans les tons pastel. En apparaissant à la télévision en jebba rose ou bleu azur, le cheikh Machfar a laissé les spectateurs perplexes. Un fin exégète Tout tient aussi à son verbe. Le cheikh s’est créé un auditoire en prenant le contre-pied de ses homologues des ­chaînes satellitaires arabes. Il ­s’exprime en dialecte tunisien et n’hésite pas à insérer des expressions françaises pour « mieux être écouté par les jeunes. D’ailleurs, [il] utilise la même méthode dans [ses] prêches ». Il a le sens des formules percutantes et développe un champ lexical anticonformiste et bon enfant propre à interpeller les Tunisiens. Il utilise avec maestria la faconde des natifs de Halfaouine, qui caractérise aussi Mohamed Driss, au théâtre, et Ferid Boughedir, au cinéma. Le cheikh Mohamed Machfar instille du sacré dans les choses profanes, démonte les idées préconçues et fait une lecture intelligente des mœurs et de la vie quotidienne de ses ­compatriotes. Les nouveaux comportements sociaux, la famille, le couple, le rapport aux autres, tout y passe, car les conflits, selon le cheikh, ont pour origine un manque de tolérance et d’écoute, une perception rigide, un rejet des avis contraires. Son côté bonhomme ne l’empêche pas de prendre nettement position contre les idées obscurantistes et les ­dérives extrémistes. Enseignant spécialisé dans la psalmodie et les lectures du Coran, c’est un fin exégète qui siège à différents comités de sélection de futurs imams, récitants ou étudiants de la législation islamique. Non au voile intégral Aujourd’hui, animateur vedette et directeur adjoint de Radio Zitouna FM, première antenne religieuse tunisienne, il s’en remet à Dieu pour absoudre et prône ainsi une tolérance envers et pour tous. Il affirme « qu’il est vital de donner une lecture saine et scientifique du Coran et des hadiths [dits du Prophète] » et confirme ainsi la volonté de contrecarrer un islam radical latent. Au contraire des « cavaliers de l’Apocalypse » des télévisions du Moyen-Orient, il ne fait pas de l’islam un sanctuaire de la rédemption mais un espace d’ouverture sur soi et à l’autre. Il voue à la femme un respect indéniable, dans la droite ligne de son statut en Tunisie. Il est très clair sur le port du voile, qui ne peut en aucun cas être intégral. À la radio, il répond en direct à toutes les questions, des plus essentielles aux plus futiles. Récemment, à propos de l’excès de zèle en matière de jeûne hors ramadan, le cheikh Machfar a déclaré : « Doucement, le Prophète lui-même ne le faisait pas systématiquement. » Puis il a ajouté : « C’est contraire aux préceptes de l’islam que de jeûner le jour de l’Aïd. » Sa chaire lui permet également d’être didactique ; il a consacré un prêche au bien-fondé de l’annulation du hadj (pèlerinage) pour les Tunisiens en raison des risques de pandémie H1N1, en expliquant à partir d’un verset du Coran que « la préservation de la vie humaine est une priorité en islam ». Mais il a curieusement assuré que « si la maladie a été fabriquée artificiellement par les laboratoires pharmaceutiques pour vendre leurs produits, votre responsabilité est dégagée ». L’orientation ­pédagogique de son discours ne va d’ailleurs pas sans quelques couacs ; ce conteur-né a affirmé qu’aduler une vache est un signe de sous-développement quand le peuple a faim. Il a été aussitôt brocardé pour intolérance. Il a aussi fait rire en situant en Tunisie la rencontre de Moïse avec El-Khidr, personnage coranique détenteur de la science divine. Cependant, au-delà de ces petits écarts, le cheikh Mohamed Machfar annule les dichotomies et réconcilie le Tunisien avec un islam qui lui est propre, moderniste et modéré. Idole des jeunes et du petit peuple, Machfar séduit aussi certains intellectuels nostalgiques d’un islam à la tunisienne, tandis que d’autres crient à la tartufferie.
 
(Source: jeuneafrique.com le 14 janvier 2010)


Nigeria: la justice examine un transfert formel du pouvoir au vice-président

De Ola AWONIYI (AFP) – le 14 janvier 2010 ABUJA — La Haute cour fédérale du Nigeria a commencé jeudi à examiner trois requêtes visant à investir officiellement le vice-président Goodluck Jonathan comme « président par intérim », en raison de l’absence du président Yar’Adua hospitalisé à Jeddah depuis le 23 novembre. L’association du barreau du Nigeria (NBA), l’avocat et activiste des droits de l’homme Femi Falana et un ancien député, Farouk Adamu Aliyu, ont déposé trois requêtes séparées en ce sens. Le jugement sur la requête de l’ancien député est attendu le 22 janvier. L’audience sur celle de la NBA a été reportée au 21 janvier, les avocats venant tout juste de prendre connaissance des arguments présentés par le procureur général. Quant à la requête de Femi Falana, qui a récusé le juge en raison du verdict prononcé mercredi sur une requête similaire, elle a été transférée à un autre juge et aucune date n’a été fixée pour son examen. Mercredi, la haute cour avait jugé que le vice-président pouvait « exercer les pouvoirs du président Umaru Yar’Adua jusqu’à son rétablissement et son retour à son bureau ». Le président de la Haute cour avait toutefois précisé que ce jugement ne signifiait pas que le vice-président devenait « président par intérim » mais qu’il pouvait seulement assurer certaines fonctions présidentielles durant l’absence du chef de l’Etat, conformément à une disposition de la Constitution. Cette disposition prévoit que les pouvoirs exécutifs dévolus au président peuvent « être exercés par lui directement ou par le vice-président, les ministres ou hauts fonctionnaires du service public ». Pour Femi Falana, cette décision « n’a aucun sens » car « aucun pouvoir n’a été formellement et directement délégué par le président à son vice-président » par écrit avant son départ pour Jeddah (Arabie saoudite) où il est soigné pour une affection cardiaque grave. « Ce jugement n’a de fait rien réglé concernant le vide politique et l’absence de gouvernement », estime M. Falana. Selon un constitutionnaliste nigérian, le jugement de mercredi ne remet pas en cause la suprématie du président, mais dans le climat d’incertitude actuel provoqué par la longue absence de M. Yar’Adua et sur son état de santé, cette décision pourrait constituer une étape pour sortir de la paralysie actuelle à la tête du pays. Cette paralysie a été dénoncée mardi par des milliers de personnes devant le Parlement à Abuja, au cours d’une manifestation emmenée par le prix Nobel de littérature, Wole Soyinka. Pour empêcher une destitution de facto du président, qui s’est exprimé mardi dernier pour la première fois depuis 50 jours, les « durs » du régime et du parti au pouvoir, le PDP (Parti démocratique du peuple), font bloc pour maintenir le statu-quo. « Il n’y a pas de vide, le vice-président fait très bien son travail », a déclaré le président du PDP Vincent Ogbulafor, tout en accusant les partisans d’un transfert des pouvoirs à M. Jonathan de vouloir « déstabiliser le pays ». S’exprimant d’une voix faible, le président avait déclaré à la radio britannique BBC qu’il allait « mieux ». L’entretien, très court, avait été diffusé mardi matin, quelques heures avant que les deux chambres du parlement ne débattent pour la première fois de la santé du chef de l’Etat. Au même moment, devant l’Assemblée nationale, les manifestants protestaient contre le vide à la tête de l’Etat, avec une seule question: « Umaru où es-tu? ».

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

20 août 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2281 du 20.08.2006  archives : www.tunisnews.net La liste de diffusion « TUNISNEWS » 

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.