13 mai 2002

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 725 du 13.05.2002

Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn

LES TITRES DE CE JOUR:

 

AFP: Des opposants rejettent la réforme, appellent au boycott du référendum
LTDH: Infos Express   13 Mai 2002 
Le Congrès Pour la République : Communiqué
C.R.L.D.H.  Tunisie: « Meeting-Debat  » a Paris, le 18 mai 2002 contre « la réforme constitutionnelle » et le referendum-plébiscite orchestré par l’etat-RCD
Radhia  Nasraoui: Appel a la solidarite avec Hamma Hammami
Neue Zurcher Zeitung: Un clan puissant dirige le royaume de Ben Ali – Accusations de corruption dans la société tunisienne ( Traduit par O. Khayyam)
Saloua Charfi: La journée internationale de la femme dans la presse tunisienne – Les exclus de la communication
Abdallah Amami: Réponse à M. S. Karkar suite à sa diatribe du 7-4-2002 in TunisNews.
E-débat entre tunisiens
Taïeb Moalla: Tentative d’explication
La Presse: Le président l´AJT: Nous soutenons les initiatives présidentielles en faveur de la presse et des journalistes


الحياة: معارضون يحضون على المقاطعة – بن علي يدعو الى المشاركة في الاستفتاء على تعديل الدستور
اف ب:  تونس: بن علي يطلق حملة الاستفتاء حول تعديل الدستور والمعارضة تدعو الي المقاطعة
الشرق الأوسط : وفد المحققين المصريين إلى باريس اليوم لتفريغ محتويات الصندوقين الأسـودين للطائرة المنكوبة في تونس
الحنيفي الفريضي: بعض مواطن التخلف في القانون الامريكي
الشرق الأوسط : اللاعب «كماتشو» تهمة اعتدائي على قاصر تونسية ألصقت بي للنيل من شخصي ومن فريقي

 

Des opposants rejettent la réforme, appellent au boycott du référendum

AFP, le 12.05.2002 à 15h14

TUNIS, 12 mai (AFP) – Des opposants et représentants de la société civile ont affirmé dimanche leur rejet des amendements de la Constitution visant, selon eux, à instaurer « la présidence à vie » en Tunisie et appelé au boycott du référundum du 26 mai sur cette réforme.

Plusieurs dizaines étaient réunis dimanche en « conférence nationale » à Tunis dans les locaux du Parti démocratique progressiste (PDP, légal) sous le slogan: « Consultation d’un peuple sans libertés, confiscation de la volonté populaire ».

La conférence à l’initiative du PDP et de trois mouvements politiques non autorisés, associait des ONG, dont notamment la Ligue de défense des droits de l’Homme, le Conseil national des libertés (CNLT, non autorisé).

Parmi les participants figurait notamment l’ancien ministre Mohamed Charfi, dont la signature figurait en tête d’une pétition pour un « boycott actif et résolu » circulant en marge de la conférence.

Mustapha Ben Jaafar, chef du « Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL), a affirmé qu’elle se tenait « pour faire front à une réforme consacrant une régression de la Tunisie ».

« Nous disons trois fois non » à la réforme, qui est « un reniement de la constitutition », devait déclarer Néjib Chebbi, Secrétaire général du PDP, appelant également au boycottage du référundum.

Les trois non » de M. Chebbi semblent renvoyer au slogan « trois fois oui » affiché pour la lancement de la campagne pré-référundum par le Rassemblement Constitutionnel démocratique » (RCD, au pouvoir) du président Zine El Abidine Ben Ali.

Des partisans de l’opposant Mohamed Mouada, récemment libéré, et le Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT) de Hammma Hammami (emprisonné) ont aussi affiché leur rejet d’une réforme alliant « présidence à vie » et « immunité pénale à vie ».

Sans appeler au boycott, Mokhtar Trifi, président de la LTDH, a justifié le rejet de la réforme pour son « déni de toutes les libertés pour lesquelles nous militons », a-t-il dit.

« Non à la présidence à vie » et « Non à un référendum visant à bloquer la voie à tout avis discordant », ont répété des intervenants du Congrès pour la république, de Moncef Marzouki (CPR, non autorisé) et le Rassemblement pour une alternative de développememnt (RAID, section de l’ONG Attac).

Le juge révoqué Mokhtar Yahiyaoui a plaidé pour un « front uni en vue d’une sursaut populaire » et « une alternative crédible » pour la démocratie, tandis que pour Sihem Bensedrine, porte-parole du CNLT, il s’agit avant tout de s’opposer au référundum, qualifié de « coup de force contre le république et la citoyenneté ».

Les participants devaient adopter une déclaration affirmant leur rejet du référundum et appelant à des conditions pour une « véritable réforme » en faveur de la démocratie, notamment la libération des prisonniers politiques et une loi d’amnistie générale.

Quatre partis d’opposition légaux représentés au parlement participent à « la campagne explicative » pour la référundum aux côtés du RCD, un autre parti légal, Ettajdid (5 sièges) s’étant abstenu lors de l’adoption du texte au parlement.

AFP

 

Ben Ali exhorte la population à voter au référendum

 

Reuters, le 12.05.2002 à 21:54:20

TUNIS, 12 mai (Reuters) – Le président tunisien Zine el Abidine Ben Ali, dont le gouvernement est critiqué sur le plan des droits de l’homme, a appelé dimanche tous les Tunisiens à voter lors du référendum constitutionnel qui lui permettra de briguer un troisième mandat.

Ben Ali s’exprimait lors d’un rassemblement, à Tunis, marquant le lancement d’une campagne nationale d’explication des réformes, qui comprendraient des garanties de respect des droits de l’homme et créeraient un parlement bicaméral.

Ce référendum devrait avoir lieu le 26 mai.

« Nous invitons tous les Tunisiens ici comme à l’étranger(…)à accomplir cette obligation sacrée, l’obligation de voter qui est l’expression concrète de la volonté du peuple », a déclaré Ben Ali, cité par l’agence tunisienne TAP.

Ben Ali a dit compter particulièrement sur le vote des femmes et des jeunes gens pour réhabiliter l’image de la Tunisie dans les pays développés.

« Cette réforme constitue un pas dans cette direction. Nous avons donné aux partis politiques l’occasion de prendre une décision et d’exprimer leur point de vue en participant à la campagne du référendum dans les deux semaines à venir », a-t-il continué.

Ben Ali, parvenu au pouvoir en 1987, s’était imposé une limitation de deux mandats en 1999 pour rassurer le pays sur le fait qu’il ne voulait pas rester au pouvoir indéfiniment.

Reuters

 
تونس: بن علي يطلق حملة الاستفتاء حول تعديل الدستور والمعارضة تدعو الي المقاطعة

(خصومه يرفضون تزكيته رئيسا مدى الحياة )

 


تونس ـ اف ب: اعطي الرئيس التونسي زين العابدين بن علي اشارة انطلاق حملة الاستفتاء لتعديل الدستور الذي سيسمح له بالترشح لولاية رابعة عام 2004، وذلك خلال تجمع شعبي في قصر الرياضات في تونس، فيما دعا معارضون وممثلون للمجتمع المدني الي مقاطعة الاستفتاء الشعبي المقرر في 26 من هذا الشهر.
وسيطرح هذا التعديل الذي تبناه البرلمان التونسي علي الشعب من خلال استفتاء هو الاول من نوعه في هذا البلد سيجري في 26 ايار (مايو).
وينص التعديل الجديد علي عدم تحديد عدد الولايات الرئاسية، مثل ما كان معمولا به في الدستور السابق الذي لا يسمح بأكثر من ثلاث ولايات، وهي المرحلة التي سيبلغها الرئيس بن علي عام 2004.
ويرفع التعديل سن الترشح لمنصب القضاء الاعلي من 70 الي 75 عاما، ويملك بن علي 65 عاما فرصتين للترشح لهذا المنصب.
واجتمع عشرات الاشخاص امس الاحد في مؤتمر وطني في تونس داخل مقر الحزب الديمقراطي التقدمي تحت شعار استشارة شعب بدون حرية، هو خرق للارادة الشعبية .
ودعا لهذا الاجتماع الحزب الديمقراطي التقدمي وثلاث حركات سياسية محظورة اضافة الي عدة جمعيات منها رابطة الدفاع عن حقوق الانسان والمجلس الوطني للحريات.
وكان من بين المشاركين في هذا الاجتماع الوزير السابق محمد شرفي الذي كان اول الموقعين علي عريضة تدعو الي مقاطعة فعالة وعازمة للاستفتاء.
واكد الرئيس التونسي في خطاب امام الاف الاشخاص ان التعديل يهدف الي تطوير هيكليات الحكم الدستورية بانشاء مجلس استشاري الي جانب مجلس النواب. واضاف وسيكرس التعديل الجديد التعددية من خلال الانتخاب علي دورتين في الرئاسيات .
والح بن علي علي ان الوفاء لتونس كما جاء في مشروع التعديل هو مبدأ مقدس وثابت ويعد باصلاحات عديدة لان التغيير عملية غير محدودة .
وشكر بن علي التنظيمات التي ساندته في هذا التعديل الاساسي للدستور، مثل الاتحاد الوطني للعمال التونسيين (النقابة الوحيدة) والاتحاد الوطني للنساء التونسيات.
وجدد بن علي دعوته كل المراقبين والصحافيين الاجانب الذين يرغبون متابعة هذا الحدث خلال مختلف مراحله حتي يلاحظوا بانفسهم التطور الذي حققته تونس في ميدان ممارسة الديمقراطية واحترام قواعدها .
وتدوم هذه الحملة حتي 24 من هذا الشهر قبل يومين من تاريخ الاستفتاء الذي دعي اليه 2652314 تونسي مسجلين علي القوائم الانتخابية ليصوتوا بـ نعم او لا علي مشروع تعديل الدستور.
بالمقابل اكد مصطفي بن جعفر رئيس المنتدي الديمقراطي للعمل والحريات ان المنتدي سيعمل علي تشكيل جبهة معارضة لتعديل يمثل تراجعا لتونس .
وصرح امين عام الحزب الديمقراطي التقدمي نبيل شبي نقول ثلاث مرات لا لهذا التعديل الذي يمثل تنكرا للدستور داعيا بدوره الي مقاطعة الاستفتاء.
وعبر موالون للمعارض التونسي محمد مواعدة الذي اطلق سراحه مؤخرا وللحزب الشيوعي للعمال التونسيين الذي يرأسه حمي الهمامي المعتقل عن رفضهم لهذا التعديل الذي يعني تولي الرئاسة مدي الحياة .
وردد خطباء من حزب المؤتمر من اجل الجمهورية غير المرخص لا للرئاسة مدي الحياة ولا لاستفتاء يهدف الي قطع الطريق امام اي رأي مخالف .
وسيتبني المشاركون في هذا الاجتماع بيانا يؤكد رفضهم للاستفتاء ويدعو الي تعديل حقيقي لمصلحة الديموقراطية خصوصا اطلاق سراح المعتقلين السياسيين وقانون عفو عام.
يذكر ان اربعة احزاب شرعية ممثلة في البرلمان التونسي تشارك الي جانب حزب التجمع الدستوري الحاكم في الحملة لشرح الاستفتاء الشعبي، في حين امتنع نواب حزب التجديد وعددهم خمسة عن التصويت في مجلس النواب لهذا المشروع.

(نقلا عن القدس العربي ليوم 13 ماي 2002)

 

معارضون يحضون على المقاطعة

بن علي يدعو الى المشاركة في الاستفتاء على تعديل الدستور
 

اعتبر الرئيس التونسي زين العابدين بن علي أمس ان الاستفتاء على تعديل الدستور هو (أرقى أشكال الممارسة الديموقراطية وواحد من مظاهر التقدم ونضج الشعوب), فيما دعت رابطة حقوق الانسان وأحزاب معارضة وشخصيات مستقلة الى رفض الاستفتاء المقرر في 26 الشهر الجاري, وأكدت معارضتها (الرئاسة مدى الحياة).
وقال بن علي في اجتماع حاشد دشن خلاله حملة شرح التعديلات ان (كلمة الشعب هي العليا, لذلك عرضنا مشروع الاصلاح الدستوري على الاستفتاء). وأضاف: (على رغم ان الدستور يتيح لنا الاكتفاء بعرض هذا الاصلاح على مجلس النواب وفقاً للاجراءات المرعية, حرصنا على أن تكون إرادة الشعب هي الفصل والحسم).
وأوضح ان (جمهورية الغد تكرس التعددية بإقرار نظام الدورتين في الانتخابات الرئاسية, وتثبت حياد المجلس الدستوري واستقلال أعضائه وتوسيع صلاحياته الى مراقبة العمليات الانتخابية والاستفتائية).
لكن معارضين أعلنوا في الوقت ذاته في اجتماع عقدوه وسط العاصمة, رفضهم تعديل الدستور وحضوا على الامتناع عن الاقتراع. وحضرت الاجتماع في مقر الحزب الديموقراطي التقدمي (مجاز) أحزاب غالبيتها غير مرخص لها.
وطالب رئيس الاجتماع الدكتور مصطفى بن جعفر بإنشاء مجلس دستوري (يضع تونس على طريق الديموقراطية والتعددية), فيما أعلن الأمين العام للحزب الديموقراطي التقدمي المحامي أحمد نجيب الشابي ان حزبه (لا يكتفي بأن يقول لا لتعديل الدستور بل يعمل لوضع دستور آخر وتشكيل مجلس تأسيسي يعلن قيام جمهورية ثانية).
ورأى رئيس رابطة حقوق الانسان المحامي مختار الطريفي ان التعديل (يضرب أسس النظام الجمهوري ويقلص هامش الحريات وحق المواطنين).
ووافق المشاركون في (الندوة الوطنية الديموقراطية) التي استقطبت حوالى 350 من قادة الأحزاب والجمعيات المستقلة, على بيان رأى ان هدف الاستفتاء هو (تكريس رئاسة مدى الحياة), في اشارة الى مبايعة الرئيس الراحل الحبيب بورقيبة رئيساً مدى الحياة في 1975. وحضوا على (إقرار مبدأ التداول على الحكم) و(ضمان الفصل بين السلطات) و(انشاء محكمة دستورية مستقلة) و(تكريس استقلال السلطة القضائية), اضافة الى (فصل الحزب الحاكم (التجمع الدستوري الديموقراطي) عن اجهزة الدولة وضمان حياد المؤسسات الادارية).
يذكر أن أربعة احزاب معارضة ممثلة في مجلس النواب, اعلنت دعمها مشروع تعديل الدستور الذي يتيح للرئيس بن علي الذي تنتهي ولايته في 2004 الترشيح لولايتين جديدتين تستمران الى عام 2014.

(نقلا عن صحيفة الحياة اللندنية ليوم 13/5/2002 )

 

بن علي يطلق الحملة الإعلامية لاستفتاء 26 مايو على الدستور التونسي بتأكيد حرصه على ضمان شفافيته

تونس: محمد علي القليبي
اكد الرئيس التونسي زين العابدين بن علي ان الاستفتاء الشعبي هو ارقى اشكال الممارسة الديمقراطية وانه لذلك سيعرض مشروع الاصلاح الدستوري على الاستفتاء لأن كلمة الشعب هي الكلمة العليا. وقال في خطاب القاه امس بمناسبة بدء الحملة الاعلامية للاستفتاء حول اصلاح الدستور الذي سيجري في 26 مايو (ايار) الجاري «انه بالرغم من ان الدستور الحالي للبلاد يتيح لنا الاكتفاء بعرض هذا الاصلاح على مجلس النواب وفقا للاجراءات المعمول بها فقد حرصنا على ان تكون ارادة الشعب هي الفصل والحسم».
واضاف الرئيس بن علي ان الاستفتاء الذي يجري لأول مرة في تاريخ تونس «هو مظهر من مظاهر التقدم ونضج الشعوب وان الشعب التونسي سيختار بالتصويت على الاصلاح الدستوري الجديد طريق الحداثة، طريق الدولة العصرية والنظام السياسي المتطور». واوضح انه سيمنح الاحزاب السياسية المشاركة في الاستفتاء «دعما ماليا بالاضافة الى تمكينها من القيام بحملتها عبر الاذاعة والتلفزيون» حرصا منه على انجاح الاستفتاء وتوفير كل اسباب الشفافية واحترام القانون في مختلف مراحله.
ودعا الرئيس بن علي المراقبين والصحافيين الاجانب الى مواكبة هذا الحدث بمختلف مراحله «حتى يلمسوا بصفة مباشرة مدى ما حققته تونس من تقدم في مجال الممارسة الديمقراطية واحترام قواعدها».
يذكر ان مشروع التعديل الدستوري يتضمن تعديلات عديدة وخاصة في ما يتعلق بنظام الحكم الرئاسي حيث سيسمح المشروع الجديد لرئيس الجمهورية بالترشح الى منصب الرئاسة لأكثر من ولايتين، خلافا للدستور القديم الذي كان ينص على حق رئيس الجمهورية الترشح لولايتين رئاسيتين فقط، بالاضافة الى رفع شرط السن الى 75 عاما وتعددية الترشح لمنصب رئيس الجمهورية.
كما يتضمن التعديل الدستوري انشاء غرفة برلمانية ثانية الى جانب مجلس النواب التونسي وكذلك بنود جديدة تتعلق بصيانة واحترام حقوق الانسان.

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط اللندنية ليوم 13 ماي 2002)

 
Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme  

Infos Express   13 Mai 2002

 

La Conférence Nationale Démocratique sur les réformes constitutionnelles  Dimanche 12 Mai 2002 Au Siége du journal El « Mawkif »  organe du PDP.
La déclaration officielle de la conférence sera publiée prochainement
 
A/ Les organisateurs
1*Les Partis :
– Le parti démocratique progressiste (PDP)
– Le Mouvement des Démocrates Socialistes (MDS)
– Le parti communiste des Ouvriers de Tunisie (POCT)
– Le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés (FDTL)
2*Les ONGs
– La Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme (LTDH)
– Le Rassemblement pour une Alternative Internationale de
Développement (RAID/ATTAC-Tunisie)
B/ Les Participants
1*Les Partis
– Le Congres Pour la République (CPR)
2*Les Organisations Professionnelles  et les ONGs
-L’Ordre National des Avocats de Tunisie ( ONAT)
-L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates ( ATFD)
-Le Conseil National pour les Libertés en Tunisie ( CNLT)
-Le Centre de Tunisie Pour l’indépendance de la Magistrature et de l’Avocatie  (CIJ)
-La Ligue des Ecrivains Libres (LEL)
-L’espace Constitutionnelle Libre (ECL)
3* Les Personnalités Nationales
-M Mohamed Charfi
-M George Adda
-M Chadli Zouiten
4*Les délégations des Régions
Des délégations des gouvernerats suivants ont été présentes : Tunis  ,L’Ariana ,Ben Arous ,  la Manouba , Sfax , Bizerte , Nabeul  , Jendouba , Kairouan , Gabes , Gafsa , Touzeur , Kasserine , Sousse , Monastir, Sidi Bou Zid , Touzeur , Zaghouan   ,Beja .

C/ étaient présents à cette  conférence

– des membres du comité directeur de L’Association Tunisienne   des Jeunes Avocats (AJAT)
– M Mohamed Ali Khalfallah  membre du bureau politique  du MDS officiel/ soutenu par le pouvoir.

Le Bureau de la conférence :
– Président de la Conférence :  Dr Mustapha Ben Jaafer
– Vice présidente : M Radhia Nasraoui
– Papporteur : M Mohamed Jmour
– Membre : M Hachemi Jgham
Les Messages reçues

– Message de M Kamel Jendoubi (Pour le  CRLDHT et l’ FTCR )
– Message de M Khmaies Chammari ( FIDH)
– Messages D’un Groupe de Tuniso –Belges  résidents en Belgique

Les intervenants (organisateurs et  Participants )
M Ahmed Nejib Chabbi  (secrétaire général du PDP )
M  Mokhtar Trifi ( président de la LTDH)
M Ahmed Khaskhoussi  ( coordinateur du MDS)
M Fethi Chamkhi ( président de RAID / ATTAC-Tunisie)
M Abdel Moumen Bel Anes ( POCT)
M Mouldi Riahi ( FDTL)
M Héla Abdeljaoued ( presidente de l’ATFD)
Mohamed Jmour ( pour le Bâtonnier M Béchir Essid et L’ ONAT )
M Abderraouf Ayadi ( secrétaire général du CPR )
M Habib Hamdouni (  Ligue des ecrivains libres )
M Mokhtar Yahiaoui ( president du CIJ)
Mme Sihem Ben Sedrine ( porte parole du CNLT)
M Hichem Moussa ( ECL)
M Slaheddine Jourchi ( LTDH)

Les points qui étaient soulignés par les intervenants :

1/Contexte général dans lequel  le pouvoir a présenté le projet des reformes constitutionnelles et dans lequel il  organise le referendum 
– Absence des libertés individuelles et des libertés  publiques
– Répression des défenseurs des droits humains et des opposants politiques et de tous qui ne partagent par le point de vue officiel.
– Dégradation de l’état des Libertés et des droits de l’Homme en Tunisie     
-Absence de la  liberté de la presse
-Absence d’une justice indépendante
– absence de neutralité au niveau de l’administration
-l’existence des lois anticonstitutionnelles (code de la presse , code des Association , code électoral …..etc) –  .
– Absence de débats publics sur les affaires publiques
2/les  Contenus des reformes
-ces reformes représentent  une atteinte aux principes de la république et au principe de l’alternance pacifique au pouvoir et aux responsabilités .
-elles consacrent le pouvoir individuel et absolu
– limitent davantage le pouvoir législatif au profit de l’exécutif et elles ne garantissent pas l’indépendance de la justice.
– consacrent le déséquilibre entre le pouvoir exécutif (concentré entre les mains du président de la république ) d’une part et le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire d’autre part . 
-Rétrécirent la marge de liberté du citoyen et représentent une atteinte au principe de  la citoyenneté .
– à l’encontre du courant  de l’Histoire et des principes universelles des Droits de l’Homme ces reformes  garantissent « l’impunité ». 
– Ont des conséquences graves sur les libertés et les droits de l’Homme dans le pays dans l’avenir proche .

3/ des vices de formes
– le pouvoir n’a même pas respecté les procédures et  le coté formel de l’organisation du referendum.

Eclaircissement
le président de la conférence et M jourchi ont insisté sur le fait qu’il n’y avait aucune intention de la part des organisateurs d’exclure aucun acteur de la société civile (  parti politique ou organisation) et que cette initiative (la conférence ) doit être encouragée par tous et même par ceux qui n’ont pas participé le 12 Mai 2002 et que les débats doivent continuer et qu’il faut consolider les traditions du travail en commun tout en respectant les spécificités de chacun .
la conférence a aboutit a un consensus des participants  sur le refus catégorique  des reformes constitutionnelles et du referendum du 26 Mai 2002

Les participants ont affirmé leurs revendications urgentes :
– la promulgation d’une  amnistie Générale et la libération de tous les prisonniers politiques et de tous les prisonniers d’opinions .
– le respect des libertés individuelles et des libertés publiques.
– l’indépendance de la justice .
– la libération de la presse et des moyens d’informations publiques la séparation effective  entre le parti au pouvoir et l’administration

Appels des partis politiques
Les partis politiques ( PDP.FDTL.MDS.POCT.CPR) ont lancé des appels au boycott actif du référendum  .
Des partis politiques ( FDTL , CPR, POCT)et des participants parmi lesquels M Hichem Moussa (ECL) ont lancé des appels pour une assemblée nationale constituante qui se chargera de la promulgation d’une nouvelle constitution

* Solidarité avec le peuple Palestinien les participants ont adressé un message de solidarité avec le peuple palestinien au président Yasser Arafat et à l’ambassadeur  de Palestine en Tunisie

 

 
Le Congrès Pour la République
Communiqué


Après étude du projet de réforme constitutionnelle que le pouvoir a décidé de soumettre à un soi-disant référendum populaire fixé au 26 mai 2002, et étant donné les irrégularités flagrantes qui ont entaché cette procédure, notamment en ce qu’elle viole la Constitution actuelle et le code électoral qui soumettent la détermination des dispositions de mise en œuvre du référendum au pouvoir législatif, et non à l’exécutif par décret, comme celui promulgué le 3 avril 2002 appelant les électeurs à participer au référendum du 26 mai 2002.

En conséquence, le Congrès Pour la République a chargé Me Abdelwahab Maatar, Professeur en Droit Constitutionnel, Avocat, et membre de la Direction du CPR, d’entamer une procédure d’annulation du décret du 3 avril 2002 auprès du Tribunal administratif au nom de tout citoyen ou citoyenne patriote.

Nous rappelons, nonobstant cette procédure, le CPR a mis en cause la légitimité politique du référendum du fait de l’absence des conditions minimales pour une consultation démocratique et transparente, et du fait que cette opération a pour objectif évident de remettre en question le droit à l’alternance au pouvoir.

Paris, le 12 mai 2002

Pour le CPR

Le Président, Moncef Marzouki

PS: Professeur Matar qui a d’ores et déjà déposé ce recours auprès du tribunal administratif de Tunis au nom de la citoyenne Sihem Ben Sedrine (porte-parole du CNLT) est disposé à répondre à toutes les questions se rapportant à cette affaire.

Pour une prise de contact avec lui, veuillez le joindre au :

00 216 74 226 041 (tél.) ou au : 00 216 74 212 385 (fax).

 
C.R.L.D.H.  Tunisie
Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie
 

Communiqué de Presse

LE CRLDHT ORGANISE UNE RENCONTRE « MEETING-DEBAT  » A PARIS, LE 18 MAI 2002

CONTRE « LA REFORME CONSTITUTIONNELLE » ET LE REFERENDUM-PLEBISCITE ORCHESTRE PAR L’ETAT-RCD  EN TUNISIE  LE 26 MAI 2002


A l’occasion de l’organisation, en Tunisie, le 26 mai 2002, d’un référendum-plébiscite, le CRLDHT a pris l’initiative d’un meeting-débat, à Paris, le samedi 18 mai, de 13h30 à 23h30. Il l’a fait en relation avec l’ensemble des acteurs politiques, sociaux, intellectuels et associatifs qui s’opposent clairement à cette « consultation » dont l’issue est malheureusement connue d’avance. Les « assurances » données par le gouvernement tunisien de garantir notamment la présence d' »observateurs amis » n’est, en effet, pas de nature à faire illusion.

Comme le relève la pétition nationale qui circule en Tunisie, appelant au boycott de ce référendum-plébiscite, « Les réformes constitutionnelles soumises à un référendum le 26 mai 2002 ont pour but, à peine déguisé par quelques volets en trompe-l’œil, d’instaurer une nouvelle présidence à vie sur mesure, doublée par une immunité juridictionnelle qui couvre l’exercice solitaire des mandats présidentiels et va au delà de leur expiration. Ces réformes renforcent encore plus les pouvoirs du président, déjà énormes dans le dispositif initial, confortées par les révisions de 1998 et de 1997.  Elles hypothèquent lourdement l’avenir du pays, ferment la porte à l’alternance pacifique, bloquent l’alternative démocratique, accentuent davantage les frustrations légitimes, suscitent le ressentiment général, en laissant planer de sérieuses menaces de crises qui risquent d’être marquées par une violence polymorphe. »

Aucune initiative critique n’a été autorisée à s’exprimer dans les médias systématiquement contrôlés par le pouvoir et le dispositif répressif s’est illustré pour étouffer toute tentative d’opposition à ce coup de force anticonstitutionnel, mené à la hussarde, mettant à profit le contexte tendu d’après les événements tragiques du 11 septembre et de l’attentat criminel  – sur lequel toute la vérité n’a pas encore été faite – de La Ghriba (Djerba) pour sacrifier, là encore davantage, les intérêts vitaux du pays et du peuple au nom de la lutte contre le terrorisme et l’islamisme.

Le CRLDHT est convaincu que ce référendum-plébiscite est de nature à renforcer la dérive anti-démocratique et affairiste du régime tunisien. Il joint sa voix à toutes celles qui se sont courageusement prononcées, depuis plus d’un an, contre cette révision de la constitution et contre le nouveau mandat, par effraction, pour le Président Ben Ali qui en est l’enjeu.

Le CRLDHT soutient l’appel « au  boycott actif et résolu d’un référendum conçu, d’abord et  surtout comme un plébiscite présidentiel ». Il continuera à se faire l’écho de toutes les initiatives, sans exclusive, qui se développent en Tunisie pour tenter de faire entendre les voix des acteurs associatifs et politiques,  qui militent pour les libertés, les droits de l’homme et la démocratie, dans leur diversité et leurs différences qui sont une source de synergie.

C’est dans cet esprit que le CRLDHT organise le meeting-débat du samedi 18 mai 2002, à Paris, pour faire un diagnostic sur « la réforme constitutionnelle », le point de vue de la société civile, la toile de fond institutionnelle et la situation des libertés ainsi que le contexte socio-économique préoccupant dans lequel se déroule ce coup de force institutionnel.

Le CRLDHT donnera ensuite la parole à quelques « témoignages et interpellations » en prélude à un panel réunissant neuf des figures marquantes de l’opposition, légale ou non-reconnue, qui ont clairement manifesté leur refus de ce référendum-plébiscite. Les personnes sollicitées l’ont été sans exclusive aucune et les participants à cette rencontre (sur invitation personnelle) auront la possibilité d’apporter leur contribution aux débats, dans les limites du temps qui sera imparti.

Mais, au-delà de ce refus, le CRLDHT place cette rencontre du 18 mai 2002 sous l’égide de quatre mots d’ordre décisifs :
– Pour le droit à une alternance démocratique et pacifique.
– Pour la transparence et l’exercice effectif du pluralisme.
– Pour le respect des libertés individuelles et collectives.
– Pour une amnistie générale de toutes les victimes de la répression politique en Tunisie.

Aussi, le CRLDHT insiste-t-il sur la présence des représentants de la presse et des médias afin de briser le silence que l’Etat-RCD impose aux voix dissidentes et afin de relayer des témoignages et des réalités sur « l’envers du décor » d’un régime présenté de façon laudative par ses thuriféraires.

Paris, le 12 mai 2002.


Le CRLDHT  a le plaisir de vous inviter au MEETING-DEBAT  qu’il organise  à Paris


Le Samedi 18 mai 2002
de 14heures à 23 heures
4, place Saint Germain 75006 Paris.
 Métro : Saint Germain

CONTRE LE REFERENDUM
SUR LA REFORME CONSTITUTIONNELLE EN TUNISIE.

Nous vous prions de bien vouloir  nous confirmer votre participation  par télécopie (0321964307) ou par courrier électronique (crldht@aol.com), au plus tard le jeudi 16 mai 2002, en indiquant les noms et prénoms  des personnes qui vont participer (maximum 3).
 

Programme
 

L’établissement du présent programme a été fait sur la base d’une consultation large avec les acteurs tunisiens. Nous attendons un certain nombre de confirmation qui dépendent, pour l’essentiel, de la situation en Tunisie caractérisée par un foisonnement d’initiatives dans lesquelles nombre des personnes sollicitées, soit pour intervenir soit pour participer,  sont engagées.

13h30 : Accueil des participants

14H : Ouverture par le CRLDHT : JENDOUBI Kamel.

14H15 – 14h45 :
Séance introductive
animée par  DUBOIS Jean Pierre vice-président de la LDH et JENDOUBI kamel, président du CRLDHT

« Contenu et sens de la réforme proposée »
interventions liminaires de BEN ACHOUR Sana, juriste et REDISSI Hamadi, politologue

14h45- 15h45 :
« Le point de vue de la société civile »
animée par GEZE François, éditeur et BELAHSSEN Souhyer, journaliste.
 interventions de :

– Association des jeunes avocats – A.J.A – (à confirmer).
– Association tunisienne des femmes démocrates -A.T.F.D.- (à confirmer).
– Centre pour l’indépendance de la justice et des avocats -C.I.J-(à confirmer).
– Comité de soutien à HAMMA HAMMAMI.
– Conseil national des libertés en Tunisie – C.N.L.T.-
– Le Conseil de l’Ordre des Avocats ( à confirmer).
– Ligue des écrivains libres (à confirmer).
– Ligue tunisienne pour les droits de l’homme – L.T.D.H-
– Observatoire pour la liberté de la presse, d’statement et de création.
– Rassemblement pour une alternative internationale pour le développement – R.A.I.D- .

Echanges  avec les participants

15H45 – 17H15 :
Premier panel  :
« la toile de fond institutionnelle et la situation des libertés…. »
animée par BERNARD Antoine, directeur exécutif de la F.I.D.H et
ISTRIA Emmanuelle, membre du conseil d’administration du CRDLHT

 Interventions de :
BEL HAJ HMIDA Bochra, avocate.
BEN BRIK Tawfik, journaliste. Écrivain.
BEN SEDRINE Sihem, porte-parole du C.N.L.T.
CHOUIKHA Larbi, universitaire.
MEZOUGHI Abdelaziz, avocat.
NASSRAOUI Radhia, avocate.
TRIFI Mokhtar, président de la L.T.D.H.
17h15 :  Pause
 
17h30 -19h :
deuxième panel : « …et socio-économique »
animé par BESSIS Sophie,  universitaire et  CHAMMARI Khémaies,  ancien membre du Conseil économique et social, ancien député

 Interventions de
BEDOUI Abdeljalil, économiste (à confirmer)
BELHIBA Tarek, secrétaire général de la  Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives – FTCR. (à confirmer)
BEN ROMDHANE Mahmoud, économiste (à confirmer)
ELLALA Mohamed Lakhdar, délégué général de l’Association des Tunisiens en France -ATF. (à confirmer)
KHERIJI Mohamed Saleh, syndicaliste.

 Echanges  avec les participants

19H – 20H : Interruption de la séance.

20H – 22H 30:
3éme panel : « les acteurs politiques face à la réforme et au référendum», animée par  RENON Alain,  et EL YAZAMI Driss, journalistes.

 Témoignages et interpellations :

– BELAID  Chokri.
– JOURCHI Slah.
– KHIARI Sadri.
– KILANI Mohamed (à confirmer).
– KSILA Khémaies.
– ZOGHLAMI Jalel.

Panel politique :

– BELANES Abdelmoumen
– BEN JAAFAR Moustapha
– BRAHIM Ahmed  (à confirmer)
– CHABBI Néjib
– CHARFI Mohammed
– LAARIDH Ameur
– MARZOUKI Moncef
– MOADDA Mohammed

Echanges avec les participants

22H40 – 23H :

Synthèse des discussion présentée par le CRLDHT :CHAMMARI Khémaies et ALLAL Mourad

23h : fin des travaux

 
Mme Radhia Nasraoui lance un APPEL A LA SOLIDARITE AVEC HAMMA HAMMAMI
 

APPEL A LA SOLIDARITE AVEC HAMMA   HAMMAMI

   Mon mari, Hamma Hammami, porte-parole du Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie(PCOT), parti non autorisé, et directeur du journal interdit « AL BADIL »,a entamé le Vendredi 10 Mai
courant, une grève de la faim pour protester contre les conditions inhumaines dans lesquelles il vit à la prison civile de Tunis.
 
Depuis le 6 Avril, Hamma est privé de la visite de ses avocats. La visite familiale se déroule dans des conditions moyenâgeuses ,ce qui m’a poussé à la boycotter, et à éviter que notre fille Sarra,(3 ans)qui ne connaît toujours pas son papa, ne le voit dans des conditions traumatisantes.
 
Notre fille Ousseima, (13 ans),qui a préféré des fois lui rendre visite même dans des conditions dures, n’a  pas le droit de l’embrasser ou de le toucher, deux grillages la séparant de lui. Les gardiens sont nombreux à les surveiller de chaque côté et au milieu de ces grillages. La durée de cette visite hebdomadaire ne dépasse jamais les 20 minutes.
 
Hamma a des problèmes de santé dus aux tortures et aux mauvais traitements subis dans les locaux du Ministère de l’Intérieur, et dans les prisons, chaque fois qu’il a été arrêté.
 
Depuis son incarcération le 2 Fevrier 2002, il a été jeté dans une cellule sans fenêtre dans le pavillon des condamnés à mort. Il ne sera transféré deux mois plus tard dans une autre cellule, que suite à une grève de la faim. Hamma passé plus de 22 heures enfermé dans sa cellule, la promenade quotidienne ne dépassant pas une heure et demi. Ces conditions inhumaines ont aggravé  son état de santé d’une façon alarmante ces derniers jours.
 
D’autre part, et contrairement à ce que prévoit la loi sur les prisons, Hamma est privé du droit de recevoir  son courrier .Il n’a pas non plus le droit de lire librement les journaux et les livres. L’administration
s’oppose à son regroupement dans la même cellule avec ses camarades Samir Taamallah et Abdeljabbar Maddouri.
En refusant d’améliorer ses conditions, le pouvoir vise à atteindre encore plus sa santé, et  peut être même à le tuer d’une mort lente.
   
Je lance cet appel pour demander à toutes  les organisations et les personnalités  concernées par les droits humains, d’intervenir le plus rapidement possible pour que soit mis fin au calvaire de Hamma, et d’exiger sa libération immédiate et sans conditions.
 
Fait à Tunis le 13 Mai 2002
Radhia  Nasraoui
Avocate
 
Pour tout contact,
teléphone: 0021671342171
Portable:    0021698339960

 

BEN ALI DOIT JUBILER!

L’OPPOSITION TUNISIENNE COMMENCE-T-ELLE A SE FISSURER ?

“… l’objectif ultime des démocrates n’est pas de faire partir M. Ben Ali du pouvoir, mais de contribuer à un avenir meilleur pour notre pays et que ceci ne saurait être réalisé avec l’appui d’une mouvance réactionnaire et rétrograde…”

et .. Toc!

Le site perspectives.net vient de publier le texte suivant :

 

Conférence Nationale Démocratique sur la Constitution

Posted on 12/05/2002 @ 23:49:00 |

A l’appel de sept partis et associations (le PDP, le MDS légitime, le Forum, le POCT, la LTDH, le RAID et l’Association Tunisienne des Ecrivains Libres) et avec le soutien et la présence de l’ATFD, du CPR, du Centre pour l’Indépendance de la Justice, du bâtonnier de l’ordre des avocats, du CNLT et de Mohamed Charfi, la Conférence Nationale Démocratique sur la Constitution s’est tenue aujourd’hui au siège du journal El Mawqaf.

Plus de 300 délégués des 20 gouvernorats de Tunisie se sont réunis dans un esprit d’entente démocratique pour rejeter le projet de manipulation de la constitution à des fins partisanes et pour dénoncer le climat d’étouffement des libertés qui règne dans le pays.
Après avoir donné la parole aux différentes tendances présentes, la Conférence a adopté un texte de résolution rejetant le projet de réforme constitutionnelle annoncé par le pouvoir ainsi que le rejet du référendum prévu pour le 26 mai courant.
Une instance de coordination a été également constituée pour inscrire la Conférence dans la continuité des luttes à venir. L’instance de coordination est présidée par le Docteur Mostapha Ben Jaafar, président du Forum Démocratique, avec Maître Radhia Nasraoui comme vice-présidente et Messieurs Mohamed Jmour et Hachemi Jgham comme rapporteurs.
Pour nous, opposition démocratique hostile à tout compromis politique avec le mouvement intégriste, le succès de cette initiative nous réjouit pleinement dans le sens où elle ne donne pas à penser que l’opposition est prête à des compromissions stratégiques dans le seul but de faire momentanément front face à la dictature, au risque de se voir un jour confrontée à pire.

Il est vrai qu’il s’agit là d’une position non partagée par certaines tendances de l’opposition démocratique, tel le CPR qui a préféré au tout dernier moment passer du statut de parti organisateur à celui d’invité, essentiellement en raison du refus des autres organisateurs d’associer le mouvement islamiste intégriste à l’initiative.

Nous regrettons certes la position de repli du CPR et nous espérons que ses responsables, et notamment le Docteur Marzouki, viennent un jour à la conviction que l’objectif ultime des démocrates n’est pas de faire partir M. Ben Ali du pouvoir, mais de contribuer à un avenir meilleur pour notre pays et que ceci ne saurait être réalisé avec l’appui d’une mouvance réactionnaire et rétrograde.

 
FLASH INFOS

Grêle : Le ministre de l’agriculture dépêché à Kasserine

A la suite des récentes chutes de grêle survenues dans plusieurs régions du gouvernorat de Kasserine et qui ont occasionné des dégâts, particulièrement dans le secteur de l’arboriculture fruitière, M. Sadok Rabeh, ministre de l’Agriculture, accompagné de M. Ameur Horchani, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Agriculture, chargé des Ressources hydriques, s’est rendu hier matin à Kasserine, dépêché par le Chef de l’Etat pour prendre connaissance de la nature des dommages subis par les plantations de pommiers dans la délégation de Sbiba, dommages jugés par les spécialistes comme étant très sérieux.

(Source: Assabah Al Ousboui du 13 mai 2002, d’aprés le portail Babelweb)

La garde nationale : Recrutement

En prévision de l’année universitaire, 2002/2003 la direction générale de la garde nationale se propose d’organiser un concours pour choisir un certain nombre de lauréats du baccalauréat pour poursuivre leurs études à l’école royale militaire de Belgique et ce, selon les résultats au bac. Les candidats seront appelés à subir un test dans les matières français et mathématique au siège de la direction générale de la garde nationale.
La participation à ce premier test est assortie de conditions. Le candidat doit être de nationalité tunisienne ; âgé entre 18 et 23 ans à la date du premier septembre 2002 ; il doit être issu de l’une des filières suivantes : maths, technique, sciences expérimentales, économie et gestion. II doit avoir une moyenne arithmétique variant entre 13 et 20.

(Source: Le Temps du 13 mai 2002, d’aprés le portail Babelweb)

Un produit tunisien dans le Guiness book

Pour la 3ème fois un produit tunisien entre dans le Guiness book des records. Après le Couscous 2000, le rendez vous sera pris avec le plus gros plateau de Baklawa dans le monde. Sa dimension sera :
Longueur : 2m – hauteur 1,35 m épaisseur : 0,87 cm, poids : 740 kg soit à peu près l’équivalent de 37 000 pièces de Baklawa ordinaire.

(Source: Le Temps du 13 mai 2002, d’aprés le portail Babelweb)

 

Un clan puissant dirige le royaume de Ben Ali
Accusations de corruption dans la société tunisienne

Beat Stauffer 
(traduit de l’anglais par Omar Khayyâm)
 
Ce n’est pas uniquement dans le domaine des droits de l‘homme que la Tunisie a mauvaise réputation. Des accusations émanant de l’opposition à l’étranger se font de plus en plus nombreuses, laissant entendre que le pays souffre de la domination économique et du pillage systématique des familles liées directement au président Ben Ali.
 
Le sujet lui-même est tabou en Tunisie et ceux qui violent ce tabou peuvent s’attendre à de graves sanctions. Mais les médias qui échappent au contrôle direct des autorités tunisiennes sont friands de ce sujet sensible: corruption à grande  échelle, népotisme, fraudes fiscales et douanières. C’est surtout « L’Audace », un mensuel basé à Paris, qui essayait de prouver depuis des années que la Tunisie n’est pas seulement  un Etat policier, mais aussi un pays économiquement dominé et pillé par des familles influentes faisant partie du cercle restreint qui entoure président Zine el-Abidine Ben Ali. Dans sa rubrique spéciale intitulée « Le jeu des sept familles, » le directeur du journal Slim Bagga publie périodiquement des informations détaillées touchant ce sujet  explosif, qui préoccupe le public tunisien en général et le passionne comme aucun autre.
 
Expropriation
Les histoires rapportées dans cette rubrique du journal sont si extravagantes qu’elles sont à peine croyables. Par exemple, cette histoire, racontée dans le moindre détail, d’un propriétaire d’une carrière de marbre qui, après son retour d’un bref voyage à l’étranger, trouve confortablement installé dans son propre bureau un membre du fameux clan Trabelsi  qui lui dit qu’il n’a plus rien à avoir avec ce lieu. On rapporte que de telles expropriations, qui se font du jour au lendemain, sont devenues monnaie courante en Tunisie. En tout cas, Slim Bagga possède un stock inépuisable de ces histoires. Selon  ses articles, il est pratiquement impossible de porter plainte contre ces appropriations « beylicales », car le pouvoir judiciaire tunisien a totalement perdu  son  indépendance et il est maintenant au service des puissants clans qui dirigent les affaires du pays.
 
 
En réalité, ce sont 60  et non sept  familles qui se sont partagé entre elles l’économie du pays, d’après les allégations de Slim Bagga. Au centre de l’édifice se trouve le clan du président Ben Ali, de sa femme Leila Trabelsi et des Chiboub, une famille extrêmement riche à laquelle Ben Ali est lié par  le mariage de l’une de ses filles. Selon cette version des choses, les  familles  Ben Ali, Trabelsi et Chiboub – connues sous l’abréviation  BTC  – constituent le cœur de l’empire économique qui entretient des liens avec le reste des  puissantes familles du pays.
 
Messieurs Dix pour cent
D’après Slim Bagga, ces clans familiaux–  Il leur colle dédaigneusement  le titre de « gang de hooligans » – ne tiennent pas seulement entre leurs mains les leviers du pouvoir économique en Tunisie, de façon directe ou à travers des intermédiaires. Mais ils sont en train d’amasser des fortunes faramineuses, utilisant les moyens les plus louches, drainant littéralement les richesses du pays. Prenant plusieurs exemples, Bagga explique en détail comment le pillage fonctionne. On rapporte que les membres de ces puissantes familles contractent souvent des prêts bancaires qui se chiffrent par des millions de dinars, mais ne les remboursent jamais. Ainsi des montagnes de dettes douteuses se  sont accumulées dans les bilans des plus importantes banques  tunisiennes. Ces clans ont aussi la réputation de prendre des commissions sur tous les plus importants investissements étrangers et sur les marchés de l’Etat, ils se procurent des licences d’importation exclusive de produits de consommation, ou importent ces produits de façon illégale. Enfin, on rapporte qu’ils jouent l’intermédiaire dans toutes les procédures administratives en matière d’autorisations et d’agréments et touchent à cet effet des pots- de-vin dont les montants sont loin d’être négligeables.
 
 
Selon Bagga, les pratiques du  clan  Trabelsi sont particulièrement insolentes. Il y a 20 ans, les Trabelsi appartenaient à la classe pauvre, maintenant ils sont l’une des familles les plus riches au pays , avec des participations substantielles dans les domaines du tourisme, de la vente au détail e de l‘immobilier. Depuis mars 2002, Belhassan Trabelsi, considéré comme le chef du clan, possède sa propre compagnie aérienne, qui porte le nom de Carthago Airlines. Au mois de juin dernier, la journaliste  Sihem Ben Sedrine a évoqué, au cours d’une émission de la chaîne de télé Al-Mustaquilla, une grande opération d’arnaque douanière perpétrée  par Moncef Trabelsi, qui avait privé le trésor public de  $450,000 de recettes. Dernièrement, son clan était le seul à avoir ouvert un bureau de consultation venant au secours des hommes d’affaires en matière  de problèmes douaniers et fiscaux.
 
Corruption visible à l’œil nu
Mais y a-t-il des preuves solides et dignes de foi pour corroborer ces accusations? Slim Bagga tient à préciser  que la  famille  du président avait essayé une fois de porter plainte contre lui, mais la plainte a été retirée au dernier moment. Il dit que Ben Ali craignait sans doute que le procès fasse beaucoup de publicité autour de sa famille. Mais le fait le plus important, soutient-il, est que ces crimes  sont si flagrants que les accusés auraient toutes les difficultés du monde à prouver leur  innocence.
 
 
Moncef Marzouki, ex-président de la Ligue Tunisienne des droits de l’Homme, qui vit à Paris depuis fin novembre 2001, soutient les déclarations de Bagga. Le pillage du pays par les puissantes familles, dit-il, a atteint des proportions ahurissantes. « C’est un pillage à grande échelle, visible à l’œil nu, » déclare Marzouki. Il dit que ceux qui en sont responsables ne se soucient même  plus de cacher leurs magouilles. C’est la raison pour laquelle, affirme-t-il, que le peuple tunisien rejette Ben Ali et son régime.
 
Pourtant, Marzouki admet que dans plusieurs cas le preuves de ces activités criminelles ne seraient pas suffisantes pour être recevables par un juge. Cela est en partie dans la nature des choses, dit-il, car les pratiques de corruption ne laissent généralement aucune trace matérielle. Mais ceci est aussi en partie dû au fait que la Tunisie manque de transparence politique et économique. Marzouki cite l’exemple du  « Compte 26-26, » dont la raison d’être théorique est de  financer les projets sociaux et les oeuvres  de charité. Ce compte est, cependant, sous le contrôle direct du président et ne fait l’objet d’aucun audit  parlementaire. Pour démontrer l’étendue de la corruption et du népotisme en Tunisie, explique Marzouki, il avait appelé, il y a quelques années, à la création au d’une commission d’enquête parlementaire. Mais les autorités n’ont jamais autorisé une telle chose.  Pourtant, Marzouki et Bagga ont tous les deux convaincus  que les documents et les témoignages  déjà disponibles sont suffisants pour servir de preuves contre les activités illégales des puissants clans familiaux.
 
La pointe de l’iceberg ?
Que pensent les Tunisiens vivant en  Suisse de ces accusations? Aucun n’est prêt  à prendre une position sous son nom propre; le sujet est, tout simplement très sensible, disent-ils. Un spécialiste de sciences politiques dit que le journal « L’Audace » est connu pour son style agressif et exagère peut-être un peu. Mais, ajoute-t-il, selon lui ses articles sont basés, pour la plupart, sur des fait réels. En plus, poursuit-il, aucun ne peut savoir à l’heure actuelle si les cas cités par le journal ne représentent, en fin de compte, que la pointe de l’iceberg. Les entreprises tunisiennes sont d’accord, dit-il,  qu’aujourd’hui sur le fait qu’aucun projet ne put être réalisé sans le concours de ces clans – ce qui ne put être que catastrophique pour la moralité publique. Un économiste tunisien admet que « Rien ne peut se faire sans ces familles. » Mais il dit que de telles pratiques sont monnaie courante partout dans le monde arabe.
 
 
Transparency International, une organisation non-gouvernementale basée à Berlin qui s‘occupe de toutes les formes de crruption à travers le monde, indique qu’elle n’a pas de bureau en Tunisie.  Raison: pratiquement aucune activité indépendante du gouvernement n’est possible. Ceci cadre parfaitement avec l’image que donne aujourd’hui la Tunisie de  Ben Ali.
 
 
 Juge révoqué
Il y a quelques mois, Mokhtar Yahiaoui, un juge de Tunis, avait écrit une lettre ouverte au président Ben Ali, lui déclarant qu’il était dans l’impossibilité d’accomplir sa tâche parce que  le pouvoir judiciaire était contrôlé par le pouvoir exécutif. Le magistrat avait exigé l’indépendance de la justice, garantie par la  constitution tunisienne. A cause de cette lettre, Yahiaoui a  été révoqué. Selon Amnesty International, depuis sa révocation, ses droits fondamentaux ont subi des restrictions. Début avril, les autorités tunisiennes l’ont bloqué à l’aéroport et l’ont empêché d’embarquer pour Genève,  où il avait programmé une rencontre avec le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme.
 
Dans son rapport annuel, le Conseil National pour les Libertés en Tunisie (CNLT) – organisation non reconnue par le gouvernement – exige l’application effective de la séparation des pouvoirs en Tunisie. Durant en cérémonie de présentation du rapport annuel, un porte-parole du  CNLT a déclaré que les actes des tribunaux contiennent des instructions du gouvernement relatives au verdict suggéré et que les juges  sont obligés de prononcer des jugements dictés par le pouvoir exécutif. 
  
Blasphème
Dans un article publié  novembre dernier par Le Monde, Kamel al-Taief, un ancien conseiller du président Ben Ali, a déclaré que la Tunisie  était  gouverné par une « mafia » constituée de personnes appartenant au cercle familial du président. A cause de cette déclaration, al-Taief a été condamné à une année de prison ferme, officiellement pour « blasphème » et insulte à l’égard d’un  membre du gouvernement. Cette condamnation a été accueillie avec consternation et incrédulité. Al-Taief vient lu même d’une famille riche qui, d’après ce qu’on rapporte, prospérait depuis des décennies grâce à la manne des  marchés publics.

(Texte anglais publié hier par Tunisnews , peut être consulté à l’adresse suivante : http://www.nzz.ch/english/background/2002/05/10_tunisia.html )

 
Association Tunisienne des Femmes Démocrates
Journée mondiale de la liberté de la presse 3 mai 2002

La journée internationale de la femme dans la presse tunisienne
Les exclus de la communication

 

Saloua Charfi
Journaliste et universitaire.

 

 

Le point de départ de ce travail est l’interrogation sur la place qu’occupe le mouvement féminin autonome dans le discours médiatique tunisien.

Le résultat est inquiétant. Certaines composantes de ce mouvement sont marginalisées d’autres sont carrément évacuées.

Sur 125 articles publiés à l’occasion de la journée internationale de la femme, seuls trois articles se réfèrent à l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates (ATFD) et deux au mouvement féminin autonome en général. L’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche sur le Développement (AFTURD) et la commission femme de la Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme, sont totalement ignorées par les journaux qui constituent notre corpus.

Nous nous sommes alors demandés s’il s’agissait d’une volonté délibérée d’ exclure ce mouvement autonome du corps national.

Si c’est le cas, pour quelles raisons ?

Pour pouvoir nous prononcer, nous avons effectué une analyse de contenu de 10 journaux tunisiens : huit quotidiens d’information générale, quatre d’expression arabe et quatre d’expression française et deux revues hebdomadaires bilingues.

Ces journaux sont :

Le Renouveau et El Hourriya (porte-paroles du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, parti au pouvoir)

La presse et Essahafa (porte-paroles du gouvernement)

Le Temps, As Sabah, le Quotidien et El Shourouq (constitués par des fonds privés)

Les deux hebdomadaires sont Réalités et l’Observateur (constitués aussi par des fonds privés)

La période d’observation s’étend pour les quotidiens sur 5 jours : du 6 au 10 mars 2002 et à deux numéros pour les hebdomadaires : Réalités du 7 au 14 mars et du 14 au 21 mars, et l’Observateur du 6 au 12 mars et du 13 au 19 mars 2002.

Les papiers composant le corpus ont été choisis selon un critère de contenu. Ils devaient se référer explicitement à la journée internationale de la femme ou au moins à la femme en général

 

I) Nous avons voulu d’abord connaître le degré d’intérêt de la presse tunisienne pour cet événement.

L’analyse de la fréquence du thème traité, démontre un intérêt certain des journaux pour l’événement et pour la question femme en général.

 

1) Sur cinq jours, 125 papiers ont été produit à l’occasion de la journée internationale de la femme, soit une moyenne de 2,5 papiers par jour et par journal.

 

2) Les journaux du parti au pouvoir et du gouvernement (au nombre de 4 sur 10, donc minoritaires) ont produit la majorité de ces papiers, soit un taux de 57% de l’ensemble du corpus.

Nous soulignons ce fait parce que jusqu’à une date récente le pouvoir marginalisait la date du 8 mars et célébrait plutôt celle du 13 août (le 13 août 1956 est la date de la promulgation du code du statut personnel) Qu’en 2002 le journal du parti d’expression arabe El Hourriya produise le taux le plus élevé de papiers pour célébrer le 8 mars est un phénomène notable. S’agit t-il de récupération ou d’un intérêt réel ?

 

3) La production de ces papiers (ceux qui sont signés, très peu nombreux d’ailleurs) a été assurée à 66% par des journalistes femmes. Le Renouveau et As Sabah ont même confié leur éditorial du 8 mars à deux signatures féminines. Il s’agit bien sûr d’une exception.

 

4) 20 acteurs oeuvrant dans le domaine des droits des femme ont été cités.  (On entend par acteur toute personne ou association présentée par les journaux comme oeuvrant en faveur des droits des femme. Le nombre des acteurs est en fait plus élevé mais pour des raisons de représentativité nous nous sommes limités aux acteurs qui ont été cités au moins deux fois)

 

5) Du point de vue emplacement et mis en page, 55% des acteurs sont bien placés. Seuls deux acteurs ont un faible degré de visibilité (dont l’ATFD)

 

Jusqu’ici nous pouvons être satisfaits, la forme est sauvée. Un nombre appréciable de papiers sur cet événement a été produit en majorité par des femmes, et ces papiers ont été bien mis en page.

Mais il s’agit là d’un intérêt en terme quantitatif. Or ce qui nous intéresse c’est la qualité de ces papiers autrement dit leur contenu

Nous avons donc cherché à savoir comment cette presse a contribué à informer l’opinion publique sur la question femme à cette occasion Quelles images, et valeurs en a-t-elle véhiculées  ? Celles du pouvoir ou celles de la société civile ? A-t-elle réparti la parole entre les différents acteurs d’une manière équilibrée ou a-t-elle favorisé une tendance politique au détriment d’une autre ?

 

II) Voyons donc comment se répartissent ces 20 acteurs du point de vue appartenance politique ?

 

– 50% des acteurs appartiennent à la catégorie pouvoir

– 25% sont classés dans la catégorie indéterminée

– 20% appartiennent au mouvement autonome (ATFD, Club Tahar Hadad, commission femme de l’UGTT et mouvement autonome en général, cité comme tel)

– Enfin un seul acteur mythique, Tahar Hadad (5%)

Autrement dit la part du mouvement autonome ne représente que le quart (25%)

Il s’agit donc d’une répartition très déséquilibrée en terme d’appartenance politique et ce déséquilibre est en faveur des acteurs évoluant dans la sphère du pouvoir, ce qui constitue déjà un indice du contenu de ces articles.

Nous avons aussi calculé le nombre de citations par acteur, dans le but de mieux cerner l’image qu’offrent ces journaux des droits des femmes. L’analyse en terme de récurrence accentue encore plus ce déséquilibre.

Pour la presse tunisienne, l’acteur qui œuvre le plus en faveur des droits des femme est le Président de la République. Cité 37 fois dans 125 articles comme acteur principal, sans compter les références secondaires très nombreuses à son œuvre et à sa personne, il a récolté un taux de citations de 29,5%

Il est suivi par l’Union Nationale de la Femme Tunisienne qui est l’organisation féminine du parti au pouvoir (23%)

Puis la femme en général a récolté (20%) mais les papiers de cette catégorie qui ne mettent pas en valeur le Président Ben Ali sont rarissimes !

Quant au RCD il est classé 6ième à égalité avec l’Association Tunisienne des Mères.

Le secret du succès de cette association réside-t-il dans le choix du thème de sa table ronde organisée pour célébrer la journée internationale de la femme :« la participation de la femme à la réussite du référendum populaire » ?

Suit un chapelet d’acteurs hétéroclites allant de CAWTAR à la femme artisane, en passant par la société francophone de contraception et la fédération nationale de rugby, pour arriver enfin à l’ATFD et à Tahar Hadad (avec respectivement 2,5 et 1,5% de citations)

On note d’emblée l’absence de l’AFTURD, de la commission femme de la ligue des droits de l’homme et de …Bourguiba !

En fait ce dernier a été cité une seule fois et n’a donc pas été pris en considération dans notre corpus.

Il est à noter que les acteurs ne sont pas toujours positifs, la presse dénonce une poignée de contre-acteurs défavorables aux droits des femmes.

Il s’agit des intégristes, des talibans, de Sharon, des régimes rétrogrades arabes, des misogynes en général et du mouvement féministe !

Cette répartition profondément déséquilibrée peut déjà nous permettre de conclure à une volonté délibérée d’exclusion. Il serait intéressant de voir comment cette exclusion est opérée.

 

III) L’exclusion s’opère par la marginalisation, par la désinformation et par l’évacuation pure et simple.

 

1) La marginalisation : le cas de l’ATFD.

 

Dans notre corpus, seuls deux journaux El Shourouq et Réalités, dans sa partie arabe, ont cité l’ATFD.

Le 8 mars El Shourouk a publié deux informations à caractère purement factuel. La première a pour titre « Femmes démocrates »

En quatre lignes, sur une colonne d’une largeur de 4 cm et dans un corps des plus minuscule, on annonce que « le Club Jeunes de l’ATFD organise demain une soirée culturelle à 15h au siège »

Le sujet de la rencontre qui est dédiée aux femmes palestiniennes n’est pas mentionné. L’adresse du siège de l’ATFD non plus. Pire, cette rencontre annoncée pour le 9 mars par le journal s’est en réalité tenue le 8 mars ! (l’information a été publiée la veille sans que la date soit actualisée)

La seconde information qui a les mêmes caractéristiques du point de vue taille et corps, a pour titre « droits des femmes » On y annonce que « l’ATFD organise une table ronde sur le thème « pour les droits des femmes, quelle constitution ? » à 15h au siège »

On relève l’omission de deux éléments fondamentaux constitutifs d’une information digne de ce nom : le lieu et la date !

Ces informations ont été publiées à la page 12 et plus précisément dans le pied droit de cette page. Il s’agit d’abord d’une page paire, une page considérée mauvaise du point de vue visibilité, contrairement à la page impaire qualifiée dans le jargon journalistique de « belle page » Il s’agit ensuite d’un angle mort. Autant dire que la visibilité est nulle. Mais nous devons quand même nuancer ce jugement. Ces informations sont publiées sous la rubrique « échos » généralement repérée et lue. (cette rubrique est quand même très mal placée)

La revue Réalités datée du 7 au 13 mars 2002, n’a pas consacré un espace spécial pour l’ATFD, mais on trouve dans un dossier publié sur les femmes victimes de la violence une référence complète à l’action de l’ATFD dans ce domaine. Cette référence importante (quoique tenue dans un petit paragraphe) est malheureusement noyée dans un dossier de 4 pages.

Voilà donc pour la marginalisation.

 

2) L’évacuation est quand à elle généralement implicite, ce qui apparaît dans l’omission ou la non-mention du mouvement féminin autonome dans presque l’ensemble du corpus.

Prenons deux exemples :

Le quotidien El Hourriya du 8 mars, journée stratégique et centrale de notre événement, annonce dans un petit encadré (أهمّ فقرات البرنامج الوطني للإحتفال باليوم العالمي للمرأة « les plus importantes manifestations nationales célébrant la journée internationale de la femme »

Parmi les 8 associations citées, aucune trace des associations féminines autonomes. Elles ne sont pourtant pas moins importantes, puisque l’on parle en terme d’importance, que l’association tunisienne des mères ou celle des femmes artisanes. S’agissant de programme national, comme l’indique le titre, l’on est en droit de conclure que le mouvement autonome ne fait pas partie de la nation dans l’esprit de ce quotidien porte-parole du parti au pouvoir.

2ième exemple : dans un encadré, le quotidien Assahafa, porte-parole du gouvernement, ignore totalement le mouvement autonome et cite pas moins de 13 associations dont : l’association Akalil (couronnes) l’association tunisienne de basket balle, la cité universitaire Bardo 2, et l’association des anciennes élèves du lycée de la rue de Pacha qui célèbrent la journée de la femme  Ces associations ne sont d’abord pas connues, elles ne sont surtout pas connues en tant qu’associations oeuvrant pour les droits des femmes.

 

3)La désinformation est beaucoup plus subtile mais plus nocive. Elle nous enseigne qu’évacuer n’est pas toujours implicite et que mentionner n’est pas nécessairement inclure.

Dans un article signé par Rida Mellouli, publié par la revue Réalités, le mouvement féministe est désigné comme contre-acteur, c’est à dire défavorable (textuellement nuisible) aux droits des femmes.

Omettre n’est donc pas la seule façon d’exclure.

 

Pour résumer : les acteurs évacués sont : l’AFTURD, et la LTDH (commission femme)

Les acteurs quasi évacués ou marginalisés sont  : Bourguiba, Tahar Hadad, et l’ATFD.

L’acteur le plus cité, le plus positif et le plus visible est le Président de la République. Même lorsque l’activité est entreprise par un autre acteur il est souvent cité en premier lieu comme acteur principal. Il est la locomotive. Les associations n’ont pas une existence propre.

Or l’ATFD, la ligue l’Afturd, Bourguiba et Tahar Hadad ont une existence propre. Ils sont donc soit marginalisés soit exclus.

Les représentations véhiculées par la presse tunisienne commencent ainsi à prendre forme.

L’agenda de cette presse est essentiellement composé d’ actions d’acteurs étatiques et partisans, façonnant ainsi l’opinion publique par un système de représentation (valeurs, mythes, connaissances) très proche de celui du pouvoir.

Il est donc claire que cette exclusion est délibérée. Mais pour quelles raisons ?

IV) Les raisons de l’exclusion

Pour comprendre la raison du rejet du mouvement féminin autonome par la presse tunisienne nous avons essayé d’affiner notre analyse en y incluant l’analyse des éléments source, signature, et genre journalistique ainsi que la nature de ce discours, les thèmes récurrents et les valeurs invoquées

1)Les sources, les signatures et les genres

Où les journalistes vont-ils chercher leurs informations ? Qui est leur principale fournisseur ? Et surtout comment façonnent-ils, présentent-ils et formulent-ils ces informations ?

Dans 40% des papiers, la source n’est pas citée.

Indice de négligence et de manque de rigueur, ou absence d’enjeu ? Cette pratique consistant à ne pas citer la source dénote d’abord d’un manque de professionnalisme mais surtout d’un manque de respect envers le lecteur. Peut-être pensent-ils (les journalistes) qu’ils ne sont pas lus ?

La source renforce la crédibilité du journal, elle constitue de ce fait un élément fondamental du processus d’argumentation. Dans les papiers d’opinion ce processus se base essentiellement sur les faits. Dans les papiers informatifs la source constitue un élément fondamentale de la crédibilité de l’information.

Cela signifie-il que les journaux ne cherchent pas à convaincre leurs lecteurs ? Dans ce cas à quoi servent les 70 papiers d’information factuelle, les 18 synthèses, les 6 comptes-rendus et les 2 analyses recensés dans notre corpus, soit 96 papiers basés essentiellement, sinon exclusivement, sur l’information. Un taux de 77% de l’ensemble du corpus.

En fait cette source n’est pas aussi fantomatique que ça. En regardant de plus près nous avons pu conclure que cette source indéterminée s’appelle l’Agence Tunis Afrique Presse (TAP) agence officielle d’information dont les papiers sont passés au crible pour les faire coïncider avec les perceptions et représentations du pouvoir.

Une partie infime de ces papiers à source indéterminée provient des associations et des acteurs en général qui ont participé à la célébration de la journée de la femme. Sachant que la majorité des acteurs tournent, comme nous venons de le voir, dans la sphère du pouvoir, nous pouvons conclure que pratiquement tous ces papiers sans source, véhiculent un discours correspondant à celui du pouvoir.

L’analyse de l’élément signature confirme les conclusions précédentes : 42% des papiers consacrés au 8 mars ne sont pas signés.

Un papier non signé est un papier dénué de crédibilité. Ce fait constitue également un indice d’indifférence vis à vis d’une information que le journaliste n’a pas été cherché lui-même. Cela signifie qu’on a publié cette information telle qu’elle, sans l’intervention du journaliste. D’ailleurs les 10 journaux, objet de notre analyse, n’ont produit sur cet événement, au cours de ces 6 jours, que 27% de la matière publiée. Une bonne partie de cette matière est constituée de ce que l’on appelle le travail de desk (un journalisme bureaucratique) Sur 125 papiers seuls 8 (6,5%)sont le résultat d’un travail de terrain ! (interview, témoignages, micro-trottoire et dossiers)

Nous sommes donc en présence d’une presse non-productive. Une presse productive est une presse qui crée l’événement ou qui à la limite exploite l’information brute pour la formuler selon sa ligne éditoriale et donc selon les attentes de ses lecteurs.

Nous sommes aussi en présence d’une presse bureaucratique qui se contente de relayer les canaux d’information officiels.

L’analyse des caractéristiques du discours médiatique sur la femme confirmera ce qui a précédé

 

2)Que racontent donc ces papiers ? quels types de valeurs véhiculent t-ils ?

 

-La majorité des papiers véhiculent un discours apologétique.

Ils approuvent, ils félicitent, ils honorent, ils encensent, d’abord « l’artisan du changement », ensuite la femme pour les acquis accumulés.

-Viennent ensuite les papiers écrits dans le style langue de bois.

Cette langue insipide qui sert à cacher l’absence d’information, est un signe d’absence de communication et de désinformation.

Ces papiers parlent pour ne rien dire. On a beau lire et relire il n’y a aucune information, aucune argumentation, aucune opinion clairement exprimée, pas d’enthousiasme ni de regret non plus. Des papiers de circonstance comme un devoir lourd fait à contre-cœur !

-Puis, il y’a les papiers où on trouve essentiellement de l’information mais elle est souvent enrobée dans le commentaire à caractère apologétique.

-Il y’a aussi les papiers qui instrumentalisent les acquis des femmes dans un but politique évident.

Le premier souci de ces papiers n’est pas la femme mais les échéances politiques. Chiffres à l’appui ces journaux comptabilisent les acquis, pour conclure que, n’étant pas ingrate, la femme tunisienne doit renvoyer l’ascenseur à son bienfaiteur : référendum et élections constituent la meilleure occasion pour qu’elle démontre sa reconnaissance à celui qui lui a tout donné.

– 5,5% seulement des articles ont un caractère polémique dénonçant la violence, critiquant l’inégalité dans les faits ou blâmant les mentalités rétrogrades.

-Enfin 2,5% des papiers expriment une solidarité avec des femmes opprimées dans le monde.(exclusivement palestiniennes et afghanes)

 

En définitif 8% seulement des articles publiés à l’occasion de la journée internationale de la femme s’intéressent réellement aux droits des femmes !

Pour le reste il s’agit essentiellement d’une célébration des acquis (ÅÍÊÝÇá ÈÇáãßÇÓÈ) Il n’y a donc de place que pour le positif Les articles s’achèvent toujours sur une note définitivement optimiste, pas de doute ni d’interrogation. En fait c’est l’événement politique que l’on habit du 8 mars. Le 8 mars ne constitue pas l’événement, c’est une sorte de fourre-tout.

 

Que reste t-il dans l’imaginaire du lecteur tunisien noyé par un tel discours ?

Une image tout lisse d’une femme au bonheur insultant qui va voter pour son bienfaiteur.

C’est ce qui explique probablement le discours populaire dominant qui dénonce un mythique déséquilibre entre les sexes en faveur des femmes en Tunisie.

Ce discours est dangereux car il peut générer une réaction d’agressivité envers la femme

 

3)Passons maintenant aux valeurs véhiculées par ces papiers.

Nous les avons dégagées à partir des termes associés à notre mot clé qui est la femme.

Le terme femme dans ce corpus, est au centre d’un réseau d’associations qui ont pour effet de le charger de connotations politiciennes ou futiles.

Ces valeurs parlent de « référendum, de défilé de mode, de l’artisan du changement, de l’ère nouvelle, de satisfaction et de fierté, d’habit traditionnel, de la république de demain » et un peu de « la femme rurale, de violence, de santé et d’emploi ».

Les valeurs consacrant la légitimité du pouvoir prévalent sur celles consacrant les droits des femmes.

La femme n’a de l’importance qu’en tant qu’acteur-soutien du régime.

Le débat est ainsi déplacé des composantes des droits des femmes aux composantes du renforcement de la légitimité du pouvoir par l’instrumentalisation de ces droits et de cet acteur qui est la femme. Ce phénomène de parasitage peut constituer un blocage à la transmission des connaissances en matière des droits de la femme.

Ce qui intéresse avant tout ces journaux c’est de persuader le lecteur que le discours officiel est celui de toute la société, d’où cette réduction des différences : tous unanimes, les associations, le peuple, l’histoire, les mythes et les symboles.

Cela s’appelle désinformer c’est à dire utiliser et détourner les réalités pour atteindre des fins bien ciblées

Pour Conclure, nous pouvons affirmer que le discours médiatique en Tunisie a pour fonction essentielle de renforcer la légitimité du pouvoir. Il doit donc occulter toute information incompatible avec l’idéologie officielle et toute action d’un acteur concurrent fonctionnant en dehors du système.

Pour cette presse, les droits accordés aux femmes sont un don du pouvoir et ne répondent pas à des revendications et à un engagement de l’Etat tunisien vis à vis du droit international.

Le mouvement féminin autonome se situe par contre dans un discours polémiste, critique et revendicatif. Ses références trouvent leurs sources dans les instruments nationaux et internationaux ainsi que dans les faits. Il se positionne dans la sphère groupant le mouvement démocratique contestataire. En un mot il s’agit d’un mouvement alternatif, avec un discours et des actions alternatifs.

Dans le discours médiatique officiel, l’ère des droits des femmes coïncide aussi avec l’ère du changement du régime (l’après Bourguiba) c’est la raison pour laquelle les acteurs symboliques sont également marginalisés

 

Nous sommes donc face à deux groupes d’acteurs, Bourguiba, Tahar Hadad et le mouvement féminin autonome d’une part, et les acteurs évoluant dans la sphère du pouvoir d’autre part.

Deux groupes se situant aux antipodes, qui s’excluent mutuellement du point de vue valeurs.

Le mouvement féminin autonome est donc rejeté pour ce qu’il représente, c’est à dire le négatif de l’image dans laquelle le pouvoir aime à se contempler.

Le discours du pouvoir ignore les femmes analphabètes, les femmes battues, les femmes déshéritées, les femmes harcelées sexuellement…

Finalement ce sont ces femmes là qui sont les véritables exclues de la communication en Tunisie.

 

Réponse à Mer. S. Karkar suite à sa diatribe du 7-4-2002 in TunisNews.

 

 

              Mer. Karkar quel rapport entretenez-vous avec le concept de vérité ? Je vous pose cette question après avoir pris connaissance avec retard (je ne suis pas internaute)de la «critique » que vous avez réservé à ma tribune du «figaro » du 1-4 – 2002

              Vous appelez critique un galimatias d’insultes et de fausses vérités qui semblent constituer pour vous une réponse adéquate à un article dont l’objet était de rappeler l’inaptitude de l’Islamisme à épouser la liberté, son incapacité à intégrer la modernité et l’erreur d’une certaine gauche qui n’hésite pas à s’allier avec l’Islamisme, croyant ainsi l’instrumentaliser pour atteindre des objectifs politiques. Ce sont des idées que vous n’admettez pas? Soit, expliquez nous alors en quoi cette opinion est fausse. Dites nous par quel miracle, la liberté serait possible dans un système ou le pouvoir serait assumé en partie par les islamistes ? A défaut d’une argumentation théorique qui à notre connaissance n’existe nul part ; parlez nous de faits, donnez nous des exemples de sociétés qui jouiraient de la liberté dans des systèmes où les islamistes sont partie prenante du pouvoir. Faites l’inventaire de l’histoire des hommes, passez en revue les différents cycles de l’antiquité, du Moyen Age et de l’époque contemporaine et trouvez nous une seule société qui aurait vécu dans la liberté sans avoir opéré auparavant une rupture entre le spirituel et le temporel. Vous savez bien que ces exemples n’existent pas. Vous aviez peut être le droit de nourrir des illusions sur cette question quand l’islamisme n’était qu’une vague utopie qui n’avait pas encore subi l’épreuve du pouvoir, mais maintenant que l’utopie s’est révélée à travers sa réalité quotidienne; que pouvez-vous encore dire. De quels arguments user face à des idées qui, au fond, n’ont rien de nouveau ni de sensationnel, et qui sont pour vous d’autant plus intolérables, qu’elles relèvent d’une certaine évidence et quelles sont l’objet d’un consensus général.

               Dès lors quoi de plus naturel que la recherche d’une réponse dans la diatribe et l’insulte. A défaut de l’emporter sur le plan des idées, on remue la vase, on patauge dans la boue et on tente d’éclabousser l’adversaire.

               Alors allons au fond des choses et essayons de voir clair dans ces fonds troubles pour lesquels vous semblez avoir une prédilection

               Vous dites dans la critique que vous avez réservé à mon article que je serais une sorte de mercenaire de la plume dont les services auraient été récompensés par l’octroi d’une propriété agricole dont j’aurais bénéficié au détriment du domaine public. Malheureusement pour vous l’exemple est mal choisi ; car loin d’avoir bénéficié des largesses d’un quelconque gouvernement, j’ai été au contraire spolié d’une terre agricole de huit hectares que je possédais en tout bien tout honneur. Cette terre, patrimoine de famille, a été confisquée par l’Etat dans les années 70 au bénéfice de la SONEDE et au titre de l’utilité publique pour l’érection d’un barrage dans la région de Mornaghia destiné à assurer les besoins en eau de la ville de Tunis. Après vains arbitrages concernant une compensation légitime, l’affaire a été confiée aux tribunaux où le dossier continue à être instruit.

               M. Karkar vous pratiquez l’intox avec fougue, mais la désinformation, à moins d’être bête et stupide, doit reposer sur un minimum de faits précis ; or dans le cas présent, non seulement vous n’avancez  aucun fait mais en plus vous inversez la vérité prenant le risque de voir celle ci se retourner contre vous comme un boomerang

               Vous dites également- afin d’atténuer me semble t-il la portée de l’opinion que je professe- que je serais un ancien gauchiste qui se serait amendé et qui aurait intégré récemment le parti au pouvoir. Désolé pour vous, mais ce que vous dites là aussi est faux. J’ai été, je suis et je serai toujours un indépendant. Je nourris de l’estime pour les militants des causes moralement admises, mais à chacun son tempérament et le mien est celui d’un solitaire qui ne se plie pas aux règles de la vie partisane quel que soit, par ailleurs, la noblesse de la servitude qu’elle implique.

               Vous récusez enfin ma compétence à parler de l’Islam et de l’Islamisme, laissant entendre que je serais un néophyte qui ne connaîtrait rien à la religion ni à l’idéologie qui en découle, mais décidément vous n’avez toujours pas de chance, puisque sur ce point vous vous êtes également trompés. Je suis zéytounien de formation, j’ai accompli sept années d’études religieuses dans notre vénérable institution, je suis lauréat de la promotion du Tahsil de 1960 et j’ai été le condisciple de plusieurs religieux devenus par la suite des chefs islamistes célèbres en Tunisie et au Maghreb. Ma modeste personne atteste que le destin d’un homme n’obéit pas à un déterminisme immuable, qu’il n’y a pas de fatalité et que tout individu peut et doit s’affirmer et « être » malgré les contingences de legs et d’environnement.

                Vous avez certainement compris après cela que mon rapport à l’Islam n’a été défini ni par Hassan al-Banna ni par Mawdoudi ou Sayid Qotb, encore moins par Ibn Abdelwahab ou Ibn Taymiya, Je pourrais vous parler avec passion de mes références en la matière, vous exposer longuement mon analyse des idées D’Ibn Al-Moukafaa dans son admirable traité Risala fi assahaba, de celles de Jahiz, de Maari d’Abu Bakr Arrazi ou d’Ibn Rochd ; mais à quoi bon ; les idées ne sont pas votre tasse de thé. Ces libres penseurs ont été persécuté, embastillé, torturé par ceux qui ont représenté votre courant de pensée à l’époque médiévale. Leurs continuateurs d’aujourd’hui, tels Faraj Fouda ou Mahmoud Taha tombent sous la même persécution sans que cela soulève chez vous le moindre doute, la moindre velléité d’interrogation ou de remise en question.

                  Si vous avez accordé un tant soit peu d’intérêt à nos grands penseurs de l’époque médiévale vous vous seriez peut être rendu compte que certains défendaient déjà l’idée d’une forme de laïcité de l’Etat, d’autres se réclamaient d’une approche encore plus rationnelle et disaient que la raison doit prévaloir sur la révélation. Ces penseurs furent les grands vaincus de l’histoire et leur défaite sonna le glas de la civilisation musulmane. Leur effacement se fit au bénéfice des intégristes de l’époque qui muselèrent la raison et réduisirent la culture au rang de simple folklore. Alors M. Karkar, de grâce parlez à l’avenir de l’islamisme, mais cessez de divaguer à propos  de la culture, et de l’Islam dont vous ne connaissez au final que le coté obscur.

                Avant de finir je vous rappelle que je vous ai interpellé au début sur votre rapport à la vérité, je voudrais vous signaler que j’ai mon idée sur la réponse à cette question, ce rapport est celui qui a été théorisé par Abu Al-hassan al Ash’ari le grand maître sunnite qui disait au III siècle de l’hégire que les valeurs morales n’ont pas d’existence objective, qu’une valeur n’existe pas par elle-même et que c’est la religion qui détermine le bien et le mal, le mensonge et la vérité, la vertu et le vice et puisque vous considérez que vous êtes un preux combattant de l’Islam, vous vous donnez la latitude -comme tout vos semblables- d’opérer à partir de votre grille de lecture les règles morales qui vous conviennent.

                En vous rappelant enfin que le débat intellectuel implique des conditions qui excluent le fanatisme, le dogmatisme, le conditionnement et qu’à défaut c’est le style caniveau qui s’impose.       

 

 

Abdallah Amami

 

E-débat entre tunisiens: toujours intéressant!!

IVAN LE TERRIBLE a déclenché une cascade de reactions aprés avoir posté le texte suivant sur le forum de Tunezine ce 13 mai 2002:

 

Le 12 mai une déception attendue et des prétextes fallacieux

Je me pose des questions sur l’attitude adoptée par la partie de l’opposition « démocratique » hostile à tout compromis politique avec le mouvement religieux Ennadha, qualifié d’intégriste, et leur réelle volonté de démocratisation du pays. Personnellement je ne pense pas qu’une réelle démocratie en Tunisie passerait par l’exclusion d’une partie de l’opposition, pour ne pas dire la seule opposition ayant trouvée des vraies assises dans la population tunisienne. En adoptant une telle position et en raisonnant de la sorte, l’opposition de la bourgeoisie tunisienne prend à son compte le discours et la politique du pouvoir en place à l’égard d’une partie de l’opposition qui a payé le prix fort les répressions de la dictature actuelle. L’histoire contemporaine nous a montré que lorsqu’il s’agit de combattre la dictature et le fascisme les divisions idéologiques doivent toujours laisser place à une entente nationale, une entente sacrée, et que les prétextes de compromissions stratégiques sont toujours fallacieux. Cependant, une telle position de la soi-disant opposition démocratique vient confirmer une déception attendue (Oui Maherbaal le 12 mai n’est rien d’autre qu’une déception annoncée), divisant l’opposition et confortant le pouvoir despotique actuel et en confirmant l’inutilité d’une « conférence nationale ».


Electron libre a réagi plusieurs fois dans ce débat. Ses interventions sont “bonnes à savoir”:

s’allier avec le diable?

Une fois de plus, et bien qu’il me déplaise profondément de reparler des intégristes, les tenant pour les ennemis irréductibles de la République et de la démcratie, je demande à Ivan de me citer un seul exemple dans l’histoire contemporaine où l’accession des intégristes, toutes tendances confondues, au pouvoir a apporté un quelconque bienfait au pays et à ses citoyens. ( bilan économique, politique, culturel etc…). Toute alliance avec les intégristes signe l’arrêt de mort de la République.

Electron libre

En mon âme et conscience

Par: electron libre

Cher Ettounsi,
L’observation très attentive de la scène politique de mon pays durant des années me permet d’avancer ce qui suit:
1) Toute la classe politique tunisienne est à évacuer, compte tenu de l’âge de ses ténors. Les uns et les autres sont prisonniers de schémas de pensée acquis dans les années 50, 60 et 70. Dans un pays où les moins de 20 ans représentent plus de 50 % de la population, la démocratie c’est de donner aux jeunes l’occasion de s’exprimer: par le vote ( 90% des jeunes n’ont pas de carte d’électeur) et par l’accession aux postes pilotes de nouveaux mouvements politiques. Sur ce point, je ne compte ni sur les intégristes ni sur les « démocrates »: je compte sur le peuple, cette jeunesse qui est livrée à elle-même.
2) Les intégristes ont cette jeunese pour cible depuis les années 70 ( n’oublie pas que l’intégrisme s’est implanté au début par le biais de l’Association de Protection du Coran ( Jamiat Hifdh el Koraan) et a recruté ses futurs cadres dans les milieux lycéens et estudiantins.
3) Je n’ai jamais été d’accord avec les « démocrates » et gauchistes qui ont décidé, en l’été 2000, de s’associer aux islamistes. A ce jeu, les islamistes sont plus forts. Plus nombreux. Plus « souples ». Plus dangereux. Ils se servent des « démocrates » pour infiltrer des réseaux européens qui leur étaient jusqu’ici fermés.Ils savent, comme le régime lui-même, que les démocrates ne constituent pas un obstacle de poids. Le moment venu, ils seront très faciles à éliminer. Et avec les méthodes déjà expérimentées en Iran, 1979.
4)Nous avons combattu les intégristes aux côtés du régime parce qu’un destourien reste républicain. Les structures mentales d’un intégristes n’ont pas une case de ce nom. Je peux me battre avec un destourien mais je ne peux le tuer. Lui non plus. Cette réciprocité n’est pas possible avec le totalitarisme religieux.
5) N’oubliez pas ce qui s’est passé en Algérie , de 1988 à 2001. Revoyez la manière dont ils ont ivesti la société civile pour la destructurer. Si les Tunisiens veulent refaire la connerie algérienne, qu’ils le fassent mais alors…
6) Je combats le ZABA dictateur , pas le Président de la République. Je combats Zaba, pas la Tunisie. Je combats la corruption, pas la constitution. Un mouvement civil est capable de l’obliger à respecter le contrat initial ( Président de la Tunisie, non son fossoyeur). Mais si je dois voter pour lui pour faire barrage aux intégristes, je le ferai. La mort dans l’âme mais consciente , comme les Français le 21 acril dernier, qu’il vaut mieux voter escroc que FACHO.

Electron libre

Tout mouvement politique tend vers le pouvoir, ENNAHDA comme un autre.
L’intégrisme est « une politisation  » ( )de l’Islam dont le but, énoncé dès les années trente, est de conquérir le pouvoir. Lisez Hasan El Banna, mon Dieu. Lisez Sayyed Kotb. Lisez la littérature intégriste et vous saurez à quelle sauce ils vont nous bouffer.
Wal Islmou minhoum Bara’

Electron libre


Réponse à Electron Libre : Soyons des vrais démocrates
 
Salah Karker
 
Avoir des convictions de gauche ou des convictions laiques du centre, c’est votre plein droit et le droit de tout tunisien. Mais avoir des convictions islamistes, surtout dans un pays musulman, est aussi un droit qui doit etre reconnu à tous dans notre pays.
Ensuite, tout le monde, de tout bord, doit se conformer à la loi, équitable et légalement promulguée, en vigueur dans le pays et doit respecter avant tout la constitution et les institutions de la république, je précise bien de la république.
Cette alternative est notre seul salut, et notre seul chemin pour une vraie démocratie dans le pays.
Nous devons apprendre à vivre ensemble pacifiquement dans notre pays malgré nos différences. Les occidentaux l’ont appris depuis plus d’un siècle, avec, ils ont réalisé leur developpement, leur progrès et sont devenus maitres dans le monde. Pourquoi nous, on ne l’apprend pas et on ne l’applique pas?
Si vous n’etes pas d’accord sur cette vue, est-ce que vous pouvez me présenter une autre qui garanti pour notre pays la paix civile, le respect de tous les Tunisiens, et de leurs droits, malgré leurs différences, le respect d’une vraie démocratie pour tous, et la continuité pacifique de la république.
Je me demande quand est-ce que nous allons reconnaitre au peuple sa souveraineté au lieu de la lui confisquer. C’est la volonté collective du peuple, exprimée à travers les urnes, qui doit dessiner la carte politique, culturelle, économique…, dans le pays.
Quand est-ce qu’on va comprendre que l’exclusion, quelque soit sa nature et ses victimes, est la portaille de la dictature et le virus mortel de la démocratie et de la paix civile.
Oh les démocrates de mon cher pays, soyons des vrais démocrates, éradiquons le sens dictatorial à l’intèrieur de nous meme.
Quant à tout ce que vous avez cité dans votre dernière intervention, chère Electron Libre, je préfère ne pas le discuter parce que c’est un mélange de vrai et de faux et parce que sa discussion ne nous amène à rien d’utile, si non, à l’approfondissement de la rupture, de la haine, entre les différentes composantes de notre société et à la consolidation de la dictature.
Moi, islamiste réformiste, laic et démocrate, je tends ma main à tous mes compatriotes, à tous les opposants au régime de ZABA dans mon cher pays, quelques soient leurs convictions, qui sont prets de reconnaitre l’autre, de refuser l’exclusion et de respecter les règles du jeu démocratique.
Vive la Tunisie Libre, Plurielle et Démocratique.
 

Tentative d’explication

tmoalla@yahoo.com
Cette explication est une réponse au message que M.Madani a envoyé jeudi dernier sur la liste MaghrebDDH. Ma réponse aurait dû être postée en fin de semaine mais ceci n’a pu être possible à cause de
problèmes techniques.
 
Dans  l’entrevue  à  laquelle  vous  faites référence (publiée  par  le  journal  communautaire  québécois, Droit de Parole d’avril  2002),  je dis clairement, en tant que porte parole d’une coalition de dix associations canadiennes, que « évidemment, poursuit le jeune homme, je n’approuve pas la violence contre des civils. Mais quel choix donne-t-on aux Palestiniens ?
Peut-on empêcher un peuple de ne pas se laisser mourir? ».
 
La  phrase  que  vous  évoquez  (qui  suis-je  pour condamner…?) était une réponse à la question de savoir si nous condamnions ou non les attentats « suicide ».
 
Ma  réponse  avait  pour  but de dire clairement que les victimes palestinienns mais aussi israéliennes le sont à cause d’une politique d’occupation armée menée par un gouvernement de guerre.
 
J’ai  simplement essayé d’expliquer que quand une adolescente de 16 ans se fait sauter, il ne sert à rien de proférer des jugements  moraux (on dirait les éditos de Libé !),  quand  on  est  confortablement
assis devant un ordinateur à Paris, NY ou Montréal, mais il faut comprendre (sans les justifier) les raisons profondes de ce geste désepéré.
 
Quand  la  première question d’un journaliste est de demander: « alors, les attentats suicide… ? », je crois qu’il est de notre devoir, en  tant que militants pro-palestinisiens, d’expliquer les années de frustration, d’humaliation qui ont conduits à cette situation.
 
Finalement, je suis bien entendu d’accord avec vous quand vous dites que le meurtre d’un enfant israélien ne fait pas avancer la cause palestinisnene !
 
Mais, je dis clairement que c’est la politique d’occupation qui est responsable de toutes ces morts innocentes.
Est-ce très incohérent ?
 
Taïeb Moalla

Un des porte-parole de la Coalition Québec/Palestine

 

Mohamed Ben Salah

Nous soutenons les initiatives présidentielles en faveur de la presse et des journalistes

 

• Nous nous attachons à la volonté du Président de la République de promouvoir une information libre et crédible

Notre confrère Le Quotidien a interviewé, hier, M. Mohamed Ben Salah, président de l’Association des journalistes tunisiens (AJT). Ci-après le texte de cette interview.

A la suite de rumeurs concernant la rédaction d’un texte émanant d’un comité de journalistes de l’AJT, nous avons pris contact avec M. Mohamed Ben Salah, président de l’Association des journalistes tunisiens, qui nous a fourni les précisions suivantes, alors qu’un grand nombre de journalistes nous ont fait part de leur indignation suite à la rédaction de ce texte.

Le Quotidien — Qu’en est-il de ce texte qui a suscité le mécontentement d’un grand nombre de journalistes et dont nous n’avons pas reçu une copie ?

Je tiens à préciser que le projet de rédaction de ce texte est une initiative interne et qu’il n’a pas été distribué ni aux organes d’information ni aux autorités compétentes. Ce texte a été l’œuvre d’un nombre de membres de l’AJT, mais ne reflète pas la position de l’AJT, d’autant que ce texte est encore au stade de l’étude et n’engage pas l’AJT.

Quelle est la position de l’AJT concernant le paysage médiatique en Tunisie ?

A l’AJT, nous n’avons jamais déclaré que le paysage médiatique en Tunisie a atteint le niveau souhaité et qui répond totalement aux desiderata de l’opinion publique.

L’AJT œuvre pour l’enracinement d’une information libre et crédible qui respecte la déontologie et participe à l’effort national de développement. En même temps, l’AJT réitère son attachement indéfectible à la volonté politique du Chef de l’Etat qui ne cesse de prendre des mesures afin de consolider le secteur de la presse et de sécuriser les journalistes en leur offrant un cadre adéquat.

Les journalistes tunisiens ne peuvent que saluer une fois de plus la détermination du Président Zine El Abidine Ben Ali à asseoir une presse libre, crédible, en mesure de répondre aux aspirations de l’opinion publique.

La Presse du 13 mai 2002
 

 

وفد المحققين المصريين إلى باريس اليوم لتفريغ محتويات الصندوقين الأسـودين للطائرة المنكوبة في تونس

القاهرة: اميرة محمد
يطير اليوم الى العاصمة الفرنسية باريس وفد من المحققين المصريين للقيام بعملية تفريغ وتحليل لبيانات الصندوقين الاسودين للطائرة المصرية التي سقطت الثلاثاء الماضي في تونس، في محاولة لكشف اسباب الحادث الذي اودى بحياة 14 شخصا واصابة 48 من الركاب والطاقم. وقال رئيس قطاع الامانة بوزارة الطيران المصرية اللواء مجد الدين رفعت ان الوفد المصري يتشكل من لجنتين، واحدة تمثل وزارة الطيران يرأسها الطيار عرابي عبد الله، والأخرى تمثل شركة مصر للطيران يرأسها الطيار شاكر قلادة على غرار ما حدث في تحقيقات حادث الطائرة المصرية التي سقطت أمام الساحل الاميركي قبل أكثر من عامين، وترأس قلادة أيضا وفد الشركة المصرية.
وقال مجد الدين رفعت لـ«الشرق الأوسط» ان المحققين المصريين اجتمعوا مع وزير الطيران الفريق احمد شفيق قبل سفرهم الى باريس لمناقشة التقرير الأولي للمعاينة التي أجراها خبراء من وزارة الطيران وشركة مصر للطيران عقب الحادث مباشرة. واضاف رفعت ان الوفد المصري يحمل جميع المستندات المتعلقة بفحص الطائرة وصيانتها وتاريخ تشغيلها مع الشركة، وكذا شهادات الجودة والسلامة التي تثبت كفاءة الطائرة.
من جهة أخرى قال الطيار شاكر قلادة ان وفدا من المحققين الاميركيين بهيئة سلامة النقل سيحضر عملية التفريغ والتحليل في فرنسا دون ان يكون لمشاركتهم تأثير على صلاحيات الجانب التونسي الذي يقود التحقيقات. وقال قلادة قبل مغادرته الى باريس انه من المنتظر ان تنتهي عملية التفريغ في نهاية الاسبوع الحالي، وان الوفد المصري سيعود الى القاهرة للتشاور مع المسؤولين في وزارة الطيران وشركة مصر للطيران قبل ان يغادر مرة أخرى الى تونس لبدء عملية التحليلات.
على صعيد آخر رفض رئيس شركة مصر للطيران المهندس فهيم ريان مرة أخرى توجيه أي اتهام للطيار المصري بسوء التصرف، وقال انه حقق أكثر من 4 آلاف ساعة طيران طوال خدمته وتمت ترقيته للعمل على هذا الطراز «بوينج 500 ـ 737» قبل ستة أشهر بعد اجتيازه للاختبارات التي تجريها الشركة لطياريها وفقا لمعايير المنظمة الدولية للطيران. ومن المنتظر ان يجتمع وزير الطيران المصري مع وفد المحققين المصريين نهاية الاسبوع الحالي بعد عودتهم من فرنسا لوضع تصور لآلية عمل المحققين المصريين بالتعاون مع سلطات الطيران التونسية.

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط اللندنية ليوم 13 ماي 2002)

 
 

 

الاستاذ رئيس التحرير
تحية طيبة وبعد،
لطالما قهرنا ونحن طلبة حقوق بالقيم السامية والمباديء العادلة التي كنا تحشي بها رؤوسنا عن الديموقراطية الامريكية التي صورت لنا بأنها افضل ديموقراطية رئاسية تقابل افضل ديموقراطية برلمانية في لندن، هذه الديموقراطية التي تتباهي بجهاز قضائها الذي لا يقف امام سلطانه احد ولو كان رئيس الدولة، او لم تطبق قضية ووترغيت التي اجبر فيها الرئيس نيكسون بعد تحصنه بصلاحياته الدستورية علي تقديم الشريط للقضاء الافاق حتي صارت مثالا يضرب في كل الكليات والجامعات وكل ما له علاقة بسلطان القضاء ونفوذه، او لم يجبر هذا القضاء الرئيس كلينتون في قضية الكاتبة مونيكا علي الخضوع له الا انه وكما يقال فان الشدائد هي التي تبرز الحقائق وان النار هي التي تصهر الحديد، اذ لولا احداث 11 سبتمبر 2001 ما عرفت امريكا علي حقيقتها المظلمة، بل قل شديدة القتامة في اهم ما كانت تتباهي به حضاريا الا وهو نظامها القانوني.
ولذلك سنحاول الوقوف ولو في عجالة عند 3 مواطن فقط من مواطن ظلمة القانون الامريكي وهي:
(1) الوسائل السرية: يستغرب المرء ان هذه الدولة تمارس اكثر الاساليب القانونية انتهاكا لحقوق الانسان، فأجهزة امنها علي اختلاف انواعها ظاهرها وخفيها تستطيع في يومنا هذا ان توقف اي مواطن لترمي به في دهاليز السجون عدة سنوات دون ان توجه له تهمة معينة عن افعال ارتكبها، ودون ان تجابهة بأي نص قانوني، يجرم الافعال المنسوبة. له ثم تطلق سراحه بعد هذه السنوات المظلمات دون محاكمته.
(2) سريان المحاكمة: لقد اثبتت حملة امريكا علي افغانستان وايقافها لعديد من العناصر من الافغان وعناصر القاعدة انه لا يوجد اي ضمان قانوني اثناء جريان هذه المحاكمات العسكرية بداية من طريقة الايقاف الهمجية الي طريقة النقل اللاانسانية (الناس في اقفاص حديدية كأنهم وحوش كاسرة). الي ظروف الاقامة بالاقفاص في جزيرة غوانتنامو الكوبية حيث نشاهد المواطنين مكبلين في الاصفاد الحديدية من ايديهم وارجلهم وعلي اعينهم عصابة سوداء وهم يرزحون في تنقلهم تحت وطأة هذه الاغلال ورؤوسهم الي الارض وهو ما يؤكد وجود ثقل علي اكتافهم لاجبارهم علي الانحناء؟! وسط مجموعة من الجنود المدججين بالسلاح دون حضور محامين او هيئة ابسط ظروف المحاكمة التي لا توجد حتي في اكثر الدول تخلفا لقد رفضت امريكا كعادتها تطبيق معاهدة جنيف الخاصة بأسري الحرب، ولم تسمح الا لعدد قليل من وسائل الاعلام بالاقتراب من جزيرة الحجز فأين هي المباديء القانونية التي ملأت بها ملايين الكتب وشحنت بها رؤوس ملايين الحقوقيين، مثل حقوق الانسان وبراءة المتهم حتي ثبوت الادانة ومبدأ المواجهة والعلنية واحترام الذات البشرية واحترام المعاهدات الدولية، الي غير ذلك من المباديء التي رمت بها امريكا كعادتها عرض الحائط.
(3) العصابات الارهابية الدستورية: لم اكن اعلم شخصيا ان الدستور الامريكي يسمح بتكوين العصابات العنصرية الارهابية التي تعد بالمئات في الولايات المتحدة الامريكية الا بمناسبة برنامج الاتجاه المعاكس في قناة الجزيرة الذي عرض يوم الثلاثاء 19 شباط (فبراير) 2002 حول امكانية استفراد الامبراطورية الامريكية بالعالم، او امكانية افول نجمها حيث حقق المصري نائب رئيس مؤسسة الاهرام والذي كان في اتجاه امريكا ان الدستور الامريكي به فصل يسمح بتكوين العصابات العنصرية والارهابية المسلحة، وان هذه المسألة ليست نظرية فقط، بل لقد انترت بموجبه انتشرت العصابات العنصرية والارهابية القانونية؟! بل الدستورية؟! فهل في هذا عجب او تناقض؟!
لئن بدا للمغفلين مثلنا وللمتيمين بالحضارة الامريكية هذا الامر غريبا بل عجيبا لتناقضه الصارخ مع ما تلوح به امريكا بل مع تتظاهر به من احترام للقانون ولحقوق الانسان وللشرعية فانه في الواقع ينسجم تمام الانسجام مع سياسة امريكا وحقيقتها المؤسسة علي اساطير التناقض والخداع او لم تقم امريكا حضارة الانسانية (بين قوسين) علي جماجم الهنود الحمر.

الحنيفي الفريضي

محام من تونس

(نقلا عن بريد القراء بصحيفة القدس العربي ليوم 13 ماي 2002)

 
اللاعب المغربي الدولي «كماتشو» لـ«الشرق الأوسط»:
تهمة اعتدائي على قاصر تونسية ألصقت بي للنيل من شخصي ومن فريقي

الرباط: سعيد ابو صلاح الدين
نفى اللاعب الدولي المغربي عبد الجليل هدا الملقب بكماتشو في حديث خاص لـ «الشرق الأوسط» ما نسب اليه من تهم من قبل عائلة فتاة تونسية قاصر في السابعة عشرة من عمرها زعمت انه اعتدى عليها جنسيا ادت الى حكم صدر عن محكمة تونسية قضى بسجنه لمدة ستة أشهر. واكد هدا ان هناك جهات لفقت التهمة ضده للنيل من شخصه ومن فريقه. واوضح هدا ان المشكلة بدأت منذ شهرين خلال المباراة الحاسمة التي جمعت فريقه النادي الأفريقي وفريق الترجي في بطولة الدوري التونسي، وكان الغرض منها التأثير بشكل من الأشكال عليه وعلى ناديه.

وقال ان عائلة الفتاة ادعت في محضر الشرطة انه تعرف عليها في شهر مايو (أيار) من عام 2001 بينما كان تعاقده مع النادي الأفريقي التونسي في التاسع من شهر سبتمبر (ايلول) من عام 2001، الأمر الذي يتناقض مع ادعاء عائلة الفتاة. مضيفا انه في تلك الفترة بالذات انهى ارتباطه بنادي خيخون الاسباني وانضم لنادي السد القطري الذي لعب معه كأس ولي عهد قطر، وعاد الى المغرب حيث لعب مع منتخب بلاده ضد المنتخب المصري، ثم رحل الى السعودية لينضم الى نادي الشباب السعودي الذي لعب معه مباراتين ذهابا وايابا في كأس آسيا، ثم سافر مع المنتخب المغربي لمواجهة المنتخب السنغالي في آخر مباراة من تصفيات كأس العالم لينضم اثر ذلك الى النادي الأفريقي التونسي يوم 9 سبتمبر .2001 وأضاف كماتشو أن الوثائق تثبت ذلك.

في سياق آخر اوضح كماتشو ان الصحافة التونسية تناقضت كثيرا في تعرضها للقضية خاصة في ما يخص إدعاء عائلة الفتاة حول تاريخ تعرفه عليها. واضاف ان ادارة النادي الأفريقي نفت كل ماتردد في هذه الصحف معتمدة على حجج تثبت براءته. وبشأن عودته الى المغرب بعد صدور الحكم ضده قال ان محاميه استشار السلطات التونسية في ذلك والتي سمحت له بمغادرة تونس في انتظار استئناف الحكم باعتباره موقوف التنفيذ. واكد هدا انه يثق في العدالة التونسية وان ادارة ناديه تؤازره بقوة لأنها تدرك ان التهمة ملفقة والغرض منها النيل من هذا النادي العريق ومنه كلاعب محترف له ثقل في منتخب بلاده مضيفا ان الاتحاد المغربي تحرك في اتجاه اثبات براءته للقضاء التونسي بناء على المعطيات التي افرزتها القضية والتي تعد كلها في صالحه.

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 13 ماي 2002)

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62 127 22
Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail: fvf@swipnet.se

 



Rejoignez le plus grand service de messagerie au monde avec MSN Hotmail.Cliquez ici.

Yahoo! Groups Sponsor

To Subscribe please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com 
Site des archives complétes de la liste de diffusion TUNISNEWS: http://site.voila.fr/archivtn

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

Accueil

Lire aussi ces articles

14 janvier 2008

Home – Accueil –   TUNISNEWS 8 ème année, N°  2791 du 14.01.2008  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H.Tunisie – ALT. Tunisie:

En savoir plus +

14 mai 2010

Home – Accueil   TUNISNEWS 10 ème année, N° 3643 du 14.05.2010  archives : www.tunisnews.net  AISPP: La cour d’Appel examine

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.