17 mai 2002

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 729 du 17.05.2002

Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn

LES TITRES DE CE JOUR:

 

 

Comité National de Soutien à Hamma Hammami : Communiqué
Parti Social Libéral : Communiqué
Rassemblement de Protestation à Genève le vendredi 24 mai
C.P.S.P.P.L.N.T:  Il ya 54 ans :La Nakba
Reuters:  L’opposition tunisienne contre les réformes de Ben Ali
AFP: Le Parlement européen veut envoyer des observateurs au référendum du 26 mai
AFP: Un envoyé spécial du journal français Le Monde indésirable en Tunisie
ANSA: Tunisia: informazione, espulso inviato ‘Le Monde’
Reporters sans frontières: Un journaliste du quotidien français Le Monde indésirable en Tunisie
Infotunisie: Le vice-premier ministre et ministre d’Etat à l’Economie et aux finances du Québec, en visite en Tunisie
Reuters: Forum méditerranéen – Paris pour un code contre le terrorisme
CPR : La campagne contre la présidence et l’immunité à vie.  Article de Abdelwahab Hani
Dr. Sahbi El Amri: Lettre au G P D Ben Ali.
ANSA: Tunisia: turismo sotto protezione dopo attentato Djerba
Economist Intelligence Unit: Tunisie – Aperçu Economique (traduction)
AFP: Secousse tellurique en Tunisie près du site archéologique de Dougga


اللجنة الدولية للدفاع عن المساجين السياسيين في تونس: بلاغ
رويترز: انتقادات حقوقية لتعديل الدستور التونسي
قدس برس : نواب تونسيون يطالبون بمحاكمة شارون والتصدي للتطبيع وينتقدون مواقف واشنطن
سليم بن حميدان : الاستفتاء : الكارثة الدستورية والواجب الوطني
القدس العربي : شركة اوراسكوم المصرية للاتصالات تسجل خسائر كبيرة بسبب تخفيض قيمة استثمارها بمشروع افريقي وتغيرات اسعار الصرف
الجزيرة نت : ألكاتل تفوز بعقد قيمته 125 مليون دولار في تونس

 
N’OUBLIEZ PAS LES RECLUS DANS LES TERRIBLES GOULAGS TUNISIENS.
UNE LETTRE, UN PETIT CADEAU, UNE CARTE PEUVENT SOULAGER ET REHAUSSER LE MORAL.
VOICI UN EXEMPLE CONCRET.

zelle klaus 2.jpg sandwich 1.jpg t-shirt - 1.jpg  P3160001.jpg P3160003.jpg P3160004.jpg P3160005.jpg P3160009.jpg P3160002.jpg P3160007.jpg P3160006.jpg P3160010.jpg

Cliquer sur les photos pour voir la taille réelle

Le 29/04/02

 Cher Amis: Klaus: Mes chers Amis

 J’ai bien recu votre lettre dateé du 20/03/02 bien que votre colis garnis de cadeux : le merveuilleux t-shirt m’a fait un grand plaisir c’est un cadeau innoubliable, vraiment je me trouve incapable de vous prouvez ma gratituide envèrs votre noble geste.

Je felicite tous ceux qui ont pensé à moi malgrés leur occupation quotidienne pour soulager mon angoisse. Enfin je vous quitte avec le souhait de vous recontrez un jour dans un moment de liberté, chers Amis recevez tous mes salutations les plus meilleurs avec toute ma fidèlité 

Votre Ami Amari Ahmed

 29.4.02


« Birthday Celebration » for Ahmed Amari

We had started « birthday celebration » for Ahmed Amari on the occasion of the 50th birthday of Ahmed Amari in Lüneburg an action. On Saturday 16th of March, 2002 we have constructed in animated pedestrian precinct an informations stand. Mainly we have laid out there information about the situation of human rights in Tunisia and about the curriculum vitae of Ahmed.

Near the information stand we have also set up one copy the solitary cell in which Ahmed had to spend more than three years in solitary confinement.

On a computerprinted chart we showed all countries and places where ai-groups work on Ahmed’s action file.

From the birthday table with cake, pastry, coffee and tea could help themselves all people who assembled in the state.

The whole surroundings were decorated with hundreds of yellow ai-balloons (from the torture campaign) which were taken mainly gladly by small children. We had fastened to every balloon a piece of string and on it on a small ticket we had printed mutual the following text:

The Lünebuger group of International Amnesty

takes care of a political prisoner in Tunisia. His single offence consists in representing an  » other opinion  » than the Tunisian government. Ahmed Amari – for the same « offences » repeatedly condemns – it was not found on 19/4/01 for guilty; nevertheless he is furthermore in the prison. His prison conditions are very hard and he needs urgently medical help. We demand his immediate and unconditional release.
With it the parents could also get to know about which action it is.

Then at 11.00 o’clock we have opened by a prominent tradeunionist the « celebration » officially.

A brass band with 10 musicians has played for an hour.

In mind of Ahmed’s 50th birthday we let 50 balloons in the blue sky .

50 people could « perpetuate » their name with textile writer on a T-shirt – which we have sent some days later to Ahmed.

From the Lüneburger citizens more than 50 postcards with congratulations the 50th birthday of Ahmed were sent to the prison of Gabes – where he serves a sentence at the moment .

At the stand many conversations took place with coffee and tea and cake with a lot of passers-by and interested people. It was also recorded something upon video and photos was done.

Altogether we have produced with our stand and mainly with the copy of the cell a lot of attention.

The day before the regional press had published an article on our intention(Landeszeitung) and also the regional radio station (radio ZUSA) has reported about the event.

Beside the active ai-group-members pupils of the new ai-youth-group were also present.

Also our Tunisian friends of SOS – Tunisia from Bremen and Hamburg had come, they have also done video recordings and interviews which should be radiated later about an English television broadcast station.

Klaus J. Kupka ( 1ère Photo à droite)

 
اللجنة الدولية للدفاع عن المساجين السياسيين في تونس

 بلاغ

 

17\05\02

 

 

1)     يواصل السيد حمادي الجبالي (سجن الناظور) القيادي البارز في حركة النهضة ومدير تحرير جريدة الفجر منذ يوم 13\05\02 إضرابا عن الطعام وذلك احتجاجا على ظروف السجن الغير صحية التي وقع نقله إليها. إذ بعد أن كان مسجونا في حالة عزلة تم نقله إلى غرفة يكثر فيها التدخين والأوساخ, مع العلم أن السيد الجبالي يعاني من حساسية ضد التدخين, وقد كان السيد حمادي الجبالي قد تقدم بطلب لنقله من تلك الغرفة إلى أخرى تتوفر فيها شروط صحية مناسبة فرفض مدير السجن طلبه وقابلته بالتجاهل التام.

2)     يواصل السجين السياسي والمفكر السيد الصحبي عتيق إضرابا عن الطعام (سجن برج الرومي) كان قد شنه منذ سبعة أيام (منذ 09\05\02) احتجاجا على الظروف الصحية السيئة في السجن وبعد أن تم نقله من زنزانته حيث كان معزولا إلى غرفة لا تتوفر فيها أدنى الشروط الصحية.

3)     بعد إضراب طال عن الطعام, أوقف السجين السياسي السيد عبد اللطيف بوحجيلة يوم 15\05\02 إضرابه الذي كان قد شنه في سجن 9 أفريل مطالبا بحقه في المداواة والرعاية الطبية. وقد تم نقل السيد بوحجيلة في نفس اليوم 15\05\02 إلى مستشفى شارنيكول بتونس العاصمة حيث تم عرضه على طبيب مختص في أمراض الكلى ومن أجل الشروع في مداواته.

4)     قضت محكمة الإستئناف بصفاقس يوم 16\05\02 على كل من حياة المديني ( زوجة السجين السياسي شكري القرقوري, في حالة سراح) وكل من السجين أحمد العماري ورضا البوكادي ويوسف الخذيري وزهير اليعقوبي بخمس سنوات سجن, بينما قضت على السيد شكري القرقوري بانقراض الدعوى. وذلك في نفس القضية التي كانوا قد حوكموا فيها في منتصف التسعينات, بعد أن سلمتهم السلطات الليبية إلى السلطات التونسية. مع العلم أن محكمة الإستئناف كانت قد قضت في جلسة سابقة في نفس القضية بعدم سماع الدعوى نظرا لاتصال القضاء, ولكن النيابة العامة حولت ملف القضية إلى محكمة التعقيب التي حكمت ببطلان حكم محكمة الإستئناف نظرا لضعف التعليل وذلك تحت قرار تعقيب رقم 2418 الصادر بتاريخ 26\09\01 وحكمت بإعادة نشر القضية. وقد تم إعادة نشر القضية أما محكمة الإستئناف بصفاقس تحت عدد 210  بتاريخ 16\05\02 حيث قضى فيها السيد فتحي يوسف, الذي كان قد ترأس المحكمة العسكرية في قضية أحداث باب سويقة, بالحكم المذكور أعلاه (خمس سنوات مع الحكم بانقراض القضية لشكري القرقوري) في نفس القضية التي كانوا قد حوكموا فيها سابقا والتي يقبعون بسببها في السجن, مع العلم أن السيدة حياة المديني كانت قد قضت ثلاث سنوات سجن في نفس القضية وهي اليوم مهددة لسلب حريتها من جديد.

 

المنسق

السيد الفرجاني

 
CNSHH
Comité National de Soutien à Hamma Hammami 
 
COMMUNIQUE
 
Le CNSHH, programmé pour prendre part à la Conférence organisée par le CRLDHT à Paris, le 18-05-02 sur le référendum     n’a, malheureusement, pas reçu  une invitation officielle pour assister à cette manifestation citoyenne. Ce document aurait permis à un représentant du Comité d’entamer les démarches nécessaires pour obtenir le visa et se rendre à Paris, lieu de la réunion.
A cette occasion, le CNSHH tient à affirmer son soutien à la tenue de cette assemblée et déclare, publiquement,  son opposition au « référendum » du 26 mai 2002. Une farce de plus dans le parcours d’un régime qui tient la constitution pour sa chose. Jadis, la constitution tunisienne a porté la présidence à vie ; aujourd’hui, elle récidive… S’insurger contre la nouvelle tentative de réintroduire la présidence à vie est un devoir. Tout comme il est impératif d’oeuvrer pour qu’une Assemblée constituante, démocratiquement élue, dote le pays d’une constitution démocratique, progressiste, fondée sur la souveraineté du peuple. 
 
Tunis, le 17 mai 2002
Pour le Comité,
le président :
Salah Hamzaoui
 

Rassemblement de Protestation à Genève

Dans le cadre des protestations des tunisiens contre des nouvelles violations de la constitution tunisienne, les Associations :1- Ez-zeitouna - Geneve                       (022 782 4341)2- Ass. des Victimes de la Torture en Tunisie:(079 683 0712)3- Verite-Action                              (079 703 2611)4- Forum tuniso-suisse des libertes           (079 298 0305)5- Forum des tunisiens de Geneve              (078 883 0064)APPEL A:                   Un Rassemblement de protestation                Devant la Poste du Mont-Blanc a GENEVE                 

Vendredi 24 mai 2002 de 16h00 a 18h00

Por eclairer l'opinion public international sur la violation qu'esr en train de subir la constitution tunisienne et dire NON au referendum visant la protection des tortionnaires et les responsables du gouvernement contretoute poursuite.GENEVE, le 15-mai-2002
 
دعوا إلى طرد السفراء الأمريكان والبريطانيين من العواصم العربية

نواب تونسيون يطالبون بمحاكمة شارون والتصدي للتطبيع وينتقدون مواقف واشنطن

 

تونس – خدمة قدس برس (16/5)(محمد فوراتي)

طالب النواب التونسيون بردّ عربي ودولي يرتقي إلى مستوى الهمجية والصلف الإسرائيلي, موجهين انتقادات شديدة لسياسة الكيل بمكيالين في مجلس الأمن الدولي, بدفع من الولايات المتحدة الأمريكية, كما عبر بعض النواب عن رفضهم لفكرة عقد مؤتمر دولي للسلام, استثنى منها رئيس الوزراء الإسرائيلي آرائيل شارون الطرف الفلسطيني.

وكان النواب يتحدثون في البرلمان مع وزير الشؤون الخارجية الحبيب بن يحيى, الذي أكد في ردوده على تساؤلات النواب, أن الاعتراف بحق الشعب الفلسطيني في تقرير مصيره, وإقامة دولته المستقلة, هو السبيل الوحيد لإحلال السلام. وأبرز الوزير في المقابل أن منطق الاستعمال المفرط للقوة العسكرية, التي تواصلت على امتداد نصف قرن, لن يحقق السلام والاستقرار لإسرائيل والمنطقة, موضحا أن مبادرة السلام العربية جديرة بأن تغتنمها إسرائيل, لإثبات استعدادها الجدّي للانخراط في السلم.

وكان النائب إبراهيم حفايظية قد أوضح في تدخله أن الدولة العبرية لا ترغب في السلام, مؤكدا أن هذه الحقيقة قد أثبتها التاريخ منذ عام 1948, وأضاف أن المسار, الذي انتهجه شرطي العالم أمريكا, وتابعتها بريطانيا, ليس سلاما, بل مسارا يرمي إلى إذلال أمة بأكملها, واستغلال ثرواتها.

وأكد النائب حفايظة أن الإمكانية قائمة لمقاومة المخطط الأمريكي البريطاني, ومن ورائه إسرائيل, داعيا إلى طرد سفراء بريطانيا وأمريكا من العواصم العربية, لحين حل القضية الفلسطينية.

واقترح النائب منير العيادي صياغة بيان يدين الكيان الصهيوني, ويؤكد رفض الشعب التونسي لكل أشكال التطبيع, ويطالب بالإفراج عن كل المعتقلين الفلسطينيين, وفي مقدمتهم مروان البرغوثي أمين سر حركة فتح في الضفة الغربية.

كما تسائل النائب جلال الأخضر عن حقيقة مواقف الديبلوماسية التونسية من القضية الفلسطينية, في دوائر صنع القرار, وفي مقدمتها البيت الأبيض. وأضاف متسائلا « هل يوجد سعي عربي حقيقي للمطالبة بمحاكمة شارون, من قبل المحكمة الجنائية الدولية, التي أحدثت مؤخرا في روما؟ ».

أما النائب عبد العزيز بن سليمان فقد دعا الدول العربية إلى التهديد بالانسحاب من منظمة الأمم المتحدة, التي اعتبرها منظمة « عقيمة », وأكد أن إبعاد عدد من الفلسطينيين في الفترة الأخيرة يعدّ سابقة خطيرة ستفتح شهية شارون لإبعاد المزيد من الفلسطينيين من أرضهم وديارهم.

واعتبر النائب ابن سليمان أن تصعيد شارون للحرب على شعب أعزل, دون وجود رد دولي, يعد مؤشرا على سقوط النظام العالمي الجديد. وأكد أن طريقة تعامل النظام الرسمي العربي والدولي مع الظرف الدقيق, الذي تمر به المنطقة العربية, لا يدعو إلى التفاؤل.

ورأى النائب التونسي أن الأغرب من ذلك تجاوب السلطة الفلسطينية والرئيس الفلسطيني ياسر عرفات مع الإملاءات الإسرائيلية, مؤكدا أن التعامل مع الأحداث بهذا الأسلوب سيتسبب في تفكيك الجبهة الفلسطينية الداخلية.

وأوضح النائب صالح السويسي أنه بعد غزو الأراضي الفلسطينية, تجلت خيوط المؤامرة الصهيونية, من خلال دفع السلطة الفلسطينية إلى ارتكاب الأخطاء والتنازل, حتى يحصل الشرخ في الجبهة الواحدة.

وتساءل هل أن حادث « الغريبة » بجزيرة جربة, الذي استهدف قبل أسابيع كنيس يهودي في الجزيرة التونسية, يتعلق باعتداء إرهابي له علاقة بأحداث الشرق الأوسط, أم مؤامرة قذرة ضدّ المصالح الوطنية؟.

تعرض النائب عمار الزغلامي إلى مؤتمر السلام الذي دعت إلى عقده إسرائيل والولايات المتحدة, متسائلا « ألا يعتبر هذا المؤتمر تجاوزا لمؤتمر مدريد, والمبادرة السلمية العربية, ومبدأ الأرض مقابل السلام.. والشرعية الدولية؟ ».

وفي رده على النواب أكد الحبيب بن يحيى وزير الشؤون الخارجية أن تونس والمجموعة العربية لن تقبل بأي تغيير للمرجعيات, التي يجب أن تحل في إطارها القضية الفلسطينية, وعلى رأسها مبدأ الأرض مقابل السلام.

وقال الوزير إن تونس تؤيد من حيث المبدأ فكرة عقد مؤتمر جديد للسلام, انطلاقا من دعمها لكل الجهود والمبادرات الرامية إلى استئناف المسار السياسي لإحلال السلام العادل والشامل في الشرق الأوسط, ولكنها تؤكد على ضرورة أن يستند هذا المؤتمر إلى جملة الأسس والمرجعيات, التي قامت عليها العملية السلمية منذ انطلاقها.

وأبرز الوزير من ناحية أخرى وقوف تونس مع كل اجتماع يراد منه توحيد الصفوف العربية والفلسطينية, لكنه أكد على ضرورة أن تسبق كل الاجتماعات العربية مشاورات موسعة, حتى لا تنتهي بقرارات تمس بمصداقية المجموعة العربية وطنيا وإقليميا ودوليا.

(المصدر: وكالة أنباء قدس برس الدولية)

 
Parti Social Libéral


Communiqué

C’est avec douleur et profonde préoccupation que le bureau politique du Parti Social Libéral (PSL) suit l’évolution des événements tragiques que le peuple palestinien frère endure depuis l’incursion de l’armée israélienne dans ses territoires autonomes. Un cauchemar funeste s’abat ainsi brutalement sur ce grand peuple qui se retrouve une nouvelle fois, à feu et à sang, une nouvelle fois l’objet des injustices les plus criantes.

A travers sa résistance héroïque, le peuple palestinien entend défendre légitimement sa terre et ses valeurs, face à l’hégémonie d’une soldatesque dont le projet ne rime à rien sauf au crime et à l’effusion de sang. Témoins du massacre de JENINE où l’existence d’un peuple fut réduite à la récupération et l’inhumation des dépouilles de ses innocentes victimes qui jonchaient les rues, et témoins de l’impunité qui s’en est suivie, par la fin de non recevoir opposée à l’initiative d’envoi aux territoires occupés, d’une commission d’enquête internationale, les forces de progrès dans le monde se doivent de tout mettre en œuvre, pour que plus jamais cette injustice ne se reproduise.

Le PSL rappelle que la responsabilité de la sécurité du peuple palestinien reviendrait aux états parrains du processus de paix, qui en ont, outre les moyens et l’autorité nécessaire, le devoir politique et moral. En s’associant à la douleur et au recueillement des victimes de la barbarie dans les territoires occupés, le PSL voudrait exprimer sa vive préoccupation devant le discours moralisateur vicié assimilant au crime et à la violence, l’exercice d’un peuple sous occupation, de son droit légitime à la résistance, dont hélas !certaines vieilles démocraties se sont fait l’écho.

Il n’y a d’autorité à laquelle le respect pourrait échoir, que celle qui, éprise de justice et de liberté, se place au-dessus des magmas des lobbies et des influences. A cet égard, au moment où le chef du gouvernement israélien avait les mains trempées dans le sang pur des enfants, des femmes et des hommes de JENINE, ce serait insulter l’humanité entière que de lui accorder le qualificatif d’homme de paix.

Face à cette dérive verbale significative, le P.S.L exhorte les organisations non gouvernementales en charge de la promotion de la paix et de la défense des droits de l’homme dans le monde, à conjuguer leurs efforts au sein d’une Union Citoyenne Universelle, qui prendra pleinement part, à côté des parties européenne et américaine, au parrainage du processus de paix au proche orient, par le biais de mécanismes qui lui seront appropriés, et en collaboration avec les instances concernées au niveau des Nations-Unies. L’ingénierie de la paix ne pourrait être exclusive du génie et de l’émulation citoyens dont regorge la société civile universelle. Il est plus que temps d’associer aux efforts de conception et missions de parrainage des processus de paix, les militantes et les militants de la paix et de la défense des droits de l’homme.

La solidarité et la compassion des sociaux-libéraux sont naturellement acquises aux familles palestiniennes et israéliennes endeuillées par le conflit du proche-orient. Par ailleurs les événements tragiques qui ont marqué la deuxième INTIFIDHA, ont démontré si besoin en était qu’il n’y a pas d’autre alternative à une légalité internationale qui soit porteuse de paix et de réconciliation.

Les deux peuples voisins ont le droit de vivre en paix, à l’intérieur de frontières sures, conformément aux résolutions du conseil de sécurité ayant ordonné le retrait de l’armée et des colons israéliens des territoires occupés depuis 1967 et reconnu le droit au retour pour les réfugiés. Il en va du devoir de justice auquel se disent attachés les parrains politiques et économiques du processus de paix.

La responsabilité de l’impasse dans laquelle s’est engouffré le processus de paix, avec son cortège de souffrance pour les peuples palestinien et israélien, incombe à titre principal à ceux qui tirent profit des injustices et des conflits engendrés par l’état actuel de l’organisation du monde. Le Parti Social Libéral qui fait de l’éducation à la non-violence, en tant que mode privilégié d’apprentissage à la résolution des conflits, l’un des points fort de son projet politique, se félicite de la mobilisation conduite par les pacifistes et les mouvements de paix réclamant la levée du siége des villes palestiniennes, la protection des civils et la mise d’un terme aux hostilités au proche orient.

Convaincus de la noblesse de leur engagement, aucune intimidation ni menace n’ont eu raison de la témérité ou de la vigueur de leur action. Ces mouvements ravivent l’espoir en une paix juste, globale et durable et redonnent à la citoyenneté toute sa plénitude. C’est à ce titre qu’ils forcent l’admiration et méritent la plus haute considération.

L’injustice faite au peuple palestinien est sans conteste l’une des pires tragédies que l’humanité ait connues au cours de son histoire contemporaine. L’incapacité des états signataires des conventions de Genève et des protocoles qui leur sont additionnels de mettre en œuvre dans le cadre du conseil de sécurité, leur attribut de gardiens du bon ordre mondial, par rapport au conflit du proche orient, poserait avec urgence l’idée d’un projet de refonte des mécanismes inhérents au fonctionnement de l’Organisation des Nations Unies.

Par ailleurs, le PSL considère qu’au moment où des âmes innocentes étaient ensevelies sous les décombres de JENINE, la présence de Mme Sihem BEN SEDRINE et Mr Omar MESTIRI du Conseil National pour les Libertés en Tunisie (CNLT : Non reconnu) au congrès d’un parti qui prend cause et fait pour l’économie et la propagande de guerre de l’état hébreu en l’occurrence le Parti Radical Transnational (PRT), était une attitude qui procédait d’une indélicatesse regrettable.

En condamnant les compagnes diffamatoires stigmatisant les représentants du CNLT en raison de la suite favorable qu’ils avaient réservé à l’invitation du dit parti, le P.S.L se démarque nettement des déclarations proférées, par certains milieux, qui prenant leurs désirs pour des réalités, se sont livrés, en s’exprimant au sujet de l’attitude du CNLT, à des raccourcis simplistes et exonératoires, attribuant au Parti Radical Transnational (PRT )un visage et une vertu qui ne sont pas les siens.

Le Combat pour les droits de l’homme qui est au cœur de l’école de pensée libérale, exige de ses militants : vigilance et lucidité sur l’universalité et l’indivisibilité des causes qu’ils se proposent de défendre. Ceci dit, la sympathie du PRT envers certains acteurs de la société civile tunisienne, ne pouvait à elle seule justifier, la présence de ces derniers aux assises de son congrès, compte tenu de certaines de ses prises de positions réactionnaires, parmi lesquelles figure :

1) Le document élaboré par le P.R.T, intitulé « rapport pour le conseil général -rapport du P.R.T – TIRANA 17-20 janvier 2002 » faisant état d’un dénigrement du leader Yasser ARAFAT, prix Nobel de la paix et résistant infaillible pour la liberté de son peuple. Au lieu d’appeler dans le cadre de ce document à la levée de toutes les restrictions qui pèsent arbitrairement sur les libertés du leader palestinien, en violation au droit international, le P.R.T. a préféré y évoquer M.Yasser ARAFAT via la question de la peine de mort, pour justifier son assimilation au dictateur Fidel CASTRO.

2) En signe de solidarité inconditionnelle avec israel le PRT a participé à la manifestation qui eut lieu le 21/04/2002 à Bruxelles. En même temps, chez le PRT s’agissant de la situation horrifiante des populations civiles dans les territoires occupés, le silence est de mise.

3) Faisant fi des valeurs libérales qui ont présidé à la naissance des démocraties occidentales, le PRT à pris le contre pied des parlementaires européens qui ont appelé à la suspension de l’accord d’association conclu entre l’union européenne et l’état hébreu, en lançant une compagne sur son site à la faveur de l’entrée de ce dernier à l’union: voir www.radicalparty.org

4) Le ton conciliant et coopératif que le PRT tient vis-à-vis de M.Silvio BERLUSCONI, allié des post-fascistes d’alliance nationale et aux xénophobes de la ligue du nord, à de quoi nous inquiéter en tant que démocrates. (voir le rapport du P.R.T – TIRANA 17-20 janvier 2002).

C’est dans ce contexte international tragique que le PSL a appris avec horreur et indignation la nouvelle de l’attentat criminel commis contre la synagogue de la GHRIBA à JERBA, au cours duquel de nombreuses victimes innocentes ont péri. En présentant ses sincères condoléances aux familles des victimes, le PSL considère que la prédisposition criminelle de l’auteur de cet acte odieux puise ses racines entre autres, dans un choix politique officiel, ouvertement fondé sur la négation de la particularité identitaire minoritaire juive et l’exclusion des ressortissants tunisiens qui en sont les titulaires.

Ce faisant, au lieu de consolider la société tunisienne les décideurs du Parti Etat l’ont divisée et privée de sa cohésion naturelle. Quoi de plus déplorable et de plus abject que cette politique qui ne saurait inspirer sous le voile d’un faux patriotisme et d’une fausse approche de l’union nationale, autre chose que la haine, l’amalgame et l’intolérance.

Contrairement aux affirmations de la Ligue tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme(L.T.D.H)*, l’Etat Parti dénie aux juifs tunisiens leur rang de « …citoyens à part entière ayant les mêmes droits et devoirs que tout concitoyen musulman (sic) ». A ce propos les sociaux Libéraux sont disposés à fournir à monsieur M.Mokhtar TRIFI président de la ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme, s’il le souhaitait, les références législatives et bibliographiques traitant des discriminations qui font du tunisien de confession juive un citoyen de seconde zone.

Rappelons qu’au cours du mois de février de l’année 2001 le PSL a lancé un appel pour la reconnaissance officielle des particularités identitaires minoritaires juive et berbère en Tunisie. Les programmes de l’éducation nationale, la loi fixant les règles relatives à la constitution et au fonctionnement des partis politiques, le Pacte National, la Constitution et l’espace médiatique, rien que par leur mutisme autour de la catégorie du « tunisien de confession juive » ou de langue maternelle berbère, ils ont fait abusivement de ce dernier, un élément d’extranéité au sein de son propre groupe national.

La réponse à cet appel pour la tolérance et l’union dans le respect et la reconnaissance de la différence de chacun, fut scandaleuse. Puisque le PSL en la personne de son porte-parole en exil s’est vu taxé de sionisme dans les colonnes de l’hebdomadaire « Réalités », cette armature constituée d’une foule d’obscurantistes repentis distillant impéritie criarde, haine raciale et intolérance.

Le drame de JERBA devrait secouer les consciences faites d’hésitation et d’inconséquence en les incitant à repenser leur rôle au sein de la société civile et à assumer leur devoir de lutte contre les manifestations avérées d’intolérance et d’intégrisme que recèle la politique officielle, notamment à travers son hostilité au principe d’une citoyenneté multiculturelle en Tunisie.

Pour Le Bureau Politique du Parti Social Libéral
Le Porte-Parole :
Adel ZITOUNI

Paris le 16/05/2002

*Publié le 19/04/2002 voir Tunis News du 23 /04/2002.

Source: le forum de TUNeZINE

 
Comité Populaire de Soutien au Peuple Palestinien et de Lutte contre la Normalisation avec l’ennemi sioniste enTunisie

                            

Il ya 54 ans :La Nakba


     1-      Lettre au secrétaire général de la Ligue Arabe
     2-      Lettre de solidarité au comité populaire égyptien de soutien  à l’Intifadha

  1-Une délégation du comité composée de :  Chokri Latif, Mohamed  
     Abdellaoui, Abdelmoumen Belanes, Mohamed Amami,s’est rendue
      le mercredi 15 Mai 2002,au Centre de La Ligue Arabe à Tunis pour remettre une lettre ouverte au secrétaire général de la ligue arabe en souvenir de la Nakba en Palestine, dénonçant la complicité et la participation active  des régimes réactionnaires arabes au complot sioniste-impérialiste visant à liquider la résistance palestinienne.
      La délégation n’a été reçue ni par le directeur du Centre , ni par son adjoint. Néanmoins la lettre du   Comité destinée à Mr Amrou  Moussa a été déposée avec décharge faisant foi d’accusé de réception.
    
  2-Dans une lettre de solidarité avec le comité populaire égyptien de soutien à l’Intifadha,le Comité a condamné les mesures répressives
des autorités égyptiennes à l’encontre du Comité populaire égyptien,
et qui se sont traduites au cours de la semaine écoulée par une vague d’arrestation de ses membres. Le Comité a dénoncé ces mesures et
exigé la libération immédiate et sans condition des militant(e)s : Manel Khaled ; Sameh Kamel ; Jamel Abdelfattah.

Tunis le 15 Mai 2002 

Pour  le  Comité
Chokri Latif

 

انتقادات حقوقية لتعديل الدستور التونسي

اتهمت جماعات المعارضة ونشطاء في الدفاع عن حقوق الإنسان الرئيس التونسي زين العابدين بن علي بالسعي للحصول على حصانة قضائية مدى الحياة والبقاء في السلطة لعشر سنوات أخرى على الأقل، عن طريق إجراء تغيير للدستور من المقرر طرحه للاستفتاء بعد أسبوع.

ويحظر الدستور المعمول به حاليا إعادة انتخاب الرئيس الذي تولى السلطة عام 1987 في الانتخابات المقرر إجراؤها عام 2004 عندما تنتهي مدة ولايته الحالية التي تستمر خمس سنوات.

وإذا حظيت تلك التغييرات بتأييد في استفتاء 26 مايو/ أيار فإنها ستمنح بن علي (65 عاما) ضوءا أخضر للبقاء في المنصب إلى أن يصل عمره إلى 75 عاما وأن يستفيد مما يصفه الخصوم بأنه « حصانة قضائية مدى الحياة ».

وقال السياسي التونسي المخضرم مصطفى بن جعفر « في الواقع هذا هو ما سيحدث.. ستشهد تونس تغييرا في نظامها السياسي لا في الدستور.. فبن علي يتطلع لسلطة أكبر بما في ذلك الاحتفاظ بالسلطة مدى الحياة ».

ويرأس بن جعفر المنتدى الديمقراطي المحظور قانونا وقال إن أحزاب المعارضة رفضت التعديلات الدستورية، لأن هذه التعديلات لا تتمسك « بالمبادئ المؤسسة » للنظام الجمهوري التونسي بما في ذلك تحديد ولاية الرئيس بفترتين فقط.

وتتضمن التعديلات التي أقرها البرلمان الذي يسيطر عليه حزب التجمع الدستوري الديمقراطي في الشهر الماضي مد الحد الأقصى لأعمار من يرشحون للرئاسة من 70 عاما إلى 75، وهو تغير ينظر إليه على نطاق واسع على أنه يمهد الطريق أمام بن علي للبقاء في منصبه لفترتين على الأقل.

وكان بن علي فرض عام 1999 مبدأ تقييد الرئاسة بفترتين في محاولة لطمأنة التونسيين إلى أنه لن يستمر في منصبه إلى ما لا نهاية. وقد تعرض سجل بن علي لانتقادات واسعة من منظمات حقوق الإنسان.

يذكر أن بن علي الجنرال السابق بالجيش تولى السلطة عام 1987 بعد إعلانه أن الرئيس التونسي آنذاك الحبيب بورقيبة غدا عاجزا عن أداء مهامه بسبب الشيخوخة.

وقال بن علي الأحد الماضي في بداية حملة إعلامية لشرح التعديلات إن تلك التعديلات ستسمح بإنشاء مجلس آخر للشورى في البرلمان لضمان حماية أفضل لحقوق الإنسان. وأشار في رده على انتقادات وجهتها المعارضة لشرعية تلك التعديلات المقررة إلى أن هذه هي المرة الأولى في تاريخ تونس التي يتم فيها اللجوء لإجراء استفتاء على تغيير الدستور معتبرا أن ذلك يدل على نضج الشعب وتقدمه. ويبدأ التونسيون في الخارج التصويت غدا السبت على تلك التعديلات.

وقالت المحامية البارزة والناشطة في مجال حقوق الإنسان راضية نصراوي إنها لا تتوقع حدوث تغيير بعد الاستفتاء إذا لم يتم ضمان احترام حقوق الإنسان الأساسية. وحسبما تشير منظمات حقوق إنسان تونسية ودولية فهناك حوالي ألف سياسي تونسي في السجون معظمهم من الإسلاميين.

(المصدر: وكالة رويترز للأنباء نقلا عن موقع الجزيرة نت)

 
ANALYSE –

L’opposition tunisienne contre les réformes de Ben Ali

REUTERS, le 16.05.2002 à 18:40:25

par Ali Bouzerda

TUNIS, 16 mai (Reuters) – Des groupes d’opposition et de défense des droits de l’homme ont exprimé leur opposition aux réformes constitutionnelles proposées lors du référendum qui aura lieu le 26 mai en Tunisie.

Celles-ci, craignent-ils, feraient de Zine el Abidine ben Ali, arrivé au pouvoir en 1987 après avoir écarté Habib Bourguiba pour sénilité, un nouveau président à vie « avec pouvoirs absolus ».

Selon la constitution en vigueur, Ben Ali, âgé de 65 ans, ne peut pas se réprésenter pour un nouveau quinquennat en 2004. Les réformes proposées lui permettraient de briguer d’autres mandats et de rester au pouvoir au-delà de l’âge de 75 ans, alors que la limite d’âge est fixée actuellement à 70 ans.

« Ce qui risque vraiment de se produire apres le référendum, c’est que la Tunisie verra un changement de système politique et non un changement de la constitution. Ben Ali aspire à plus de pouvoirs, et plus exactement à une restauration de la présidence à vie », affirme Moustafa Benjaafar, un vétéran de la scène politique tunisienne.

Président du Forum démocratique, parti non autorisé, il souligne que l’opposition rejette ces amendements à la loi fondamentale parce qu’ils ne respectent pas « les principes fondateurs » du système républicain tunisien, y compris l’alternance au pouvoir.

Ben Ali, dont le gouvernment est critiqué sur le plan des droits de l’homme, n’a pas officiellement annoncé son intention de se présenter pour un nouveau mandat en 2004. Il s’était lui-même imposé une limitation de mandats pour convaincre les Tunisiens qu’il ne voulait pas rester au pouvoir indéfiniment.

Donnant le coup d’envoi de la campagne explicative des amendements constitutionnels, adoptés le mois dernier par le parlement dominé par le RCD au pouvoir, Ben Ali a souligné qu’ils créeraient une seconde chambre parlementaire et garantiraient mieux le respect les droits de l’homme ainsi que la transparence des élections.

« PROGRES ET MATURITE »

« Le référendum est la forme la plus évoluée de l’exercice démocratique. Nous y avons recours pour la première fois dans l’histoire de notre pays. C’est un des indices du progrès des peuples et de leur maturité, » a-t-il assuré, rejetant ainsi les critiques.

Il a invité « tous les Tunisiens à l’intérieur et l’extérieur du pays » à participer à la consultation. Le vote des expatriés devrait débuter le 18 mai et se poursuivre jusqu’au 25.

Selon un diplomate occidental, nombre de Tunisiens, notamment parmi l’élite et le monde des affaires, sont inquiets du retour de ce qu’il appellent le « syndrome de Carthage », où se trouve le palais où Bourguiba, artisan de l’indépendance et de la modernisation du pays, s’était installé comme président à vie.

« Une douzaine de groupes d’opposition et un certain nombre d’intellectuels ne cachent pas leur hostilité aux réformes proposées » et craignent que la « concentration de pouvoirs » n’entraîne « une paralysie du système politique à long terme comme à l’époque de Bourguiba », explique ce diplomate.

Une telle situation pourrait envoyer un signal erroné aux investisseurs qui attendaient plus d’ouverture et de transparence du système politique, économique et social en Tunisie, craint-il.

Radhia Nasraoui, avocate en vue, considère pour sa part que, faute d’un meilleur respect des droits de l’homme, aucun changement véritable ne sera possible.

Son mari, Hamma Hammami, condamné en février à trois ans de prison, figure parmi le millier de détenus politique, en majorité islamistes, recensés par les mouvements des droits de l’homme, nationaux et internationaux.

Nasraoui et d’autres militants démocrates ont lancé cette semaine un appel au chef de l’Etat pour qu’il décrète une amnistie politique afin d’assainir le climat politique, tout en évitant de se prononcer directement pour un boycottage du référendum.

REUTERS

 
FLASH INFOS
 

Plus d’investissements dans l’immobilier

L’immobilier est devenu depuis quelque temps le secteur de prédilection pour l’investissement et les rentes. La population des promoteurs immobiliers qui se chiffre à 800 s’enrichit chaque jour de l’arrivée d’hommes d’affaires des autres secteurs; hommes d’affaires bien établis, cela va de soi, du fait que le plancher du capital pour la constitution d’une société de promotion immobilière se situe à un minimum de 150.000 dinars. Le dernier arrivé est une personnalité « séculaire » des placements financiers, c’est M. Chedly Ben Ammar, fils de feu Tahar Ben Ammar, ex-Premier ministre du Bey et figure de proue du « mandarinat tunisois ».

(Source : le Quotidien du 17 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

Présence prononcée des sociétés française en Tunisie

Les dernières statistiques du commerce international montrent que, parmi les 13 entreprises françaises les plus internationalisées en 2001,10 ont des investissements directs en Tunisie. Ces sociétés qui figurent parmi les 100 premières entreprises mondiales sont: Total Fina, Aventis, Renault, ElfAquitaine,Alcatel, Vivendi, Peugeot, Carrefour, Danone, l’Air Liquide.
Seules 3 parmi ces 13, à savoir Suez Lyonnaise des eaux, Michelin et Usinor, à part des représentations commerciales, n’ont pas d’investissements directs dans notre pays.

(Source : le Quotidien du 17 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

Shahrazad » un nouveau film de Moufida Tlatli

Après la réussite de son film «le silence des Palais» et la saison des hommes, la réalisatrice Moufida Tlatli se propose de réaliser un troisième film intitulé « Shahrazed ». Le tournage du film pourrait commencer au mois de septembre prochain.

(Source : le Quotidien du 17 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

Le CD de Zoubeir Baya

En présence d’un grand nombre d’invités qui ont animé I’espace du Complexe commercial de Taj Marhaba à Sousse, Zoubeïr Beya a présenté pour la 1ère fois son C.D.
Le C.D. de Beya est très riche en séquences historiques sur sa carrière sportive, depuis ses premiers pas au Croissant de Msaken en passant par l’Etoile du Sahel, par l’équipe allemande de Fribourg, l’équipe turque Besistkas en arrivant à l’Equipe nationale.

Plusieurs copies de ce C.D. ont été vendues sur place et la recette, selon des sources très proches de ce joueur, va être dévolue à la famille de son coéquipier de l’Etoile, feu Lotfi Baccouche qui nous a quittés à la suite d’un accident de la route dans sa ville natale Zaouiet Sousse.

(Source : Le Temps du 17 mai 2002, d’après le portail Babelweb)

Le film tunisien « Satin Rouge » dans la presse allemande :
 

Feministisches Kino aus dem fremden, islamischen Tunesien

 
Aus Tunesien kommen nicht viele Filme in deutsche Kinos – und schon gar nicht welche über Emanzipation.
Die Regisseurin Raja Amari zeigt in ihrem Kinodebüt « Roter Satin » den Weg der tunesischen Witwe Lilia (Hiam Abbass).
Diese beschränkt zunächst ihr Leben darauf, Zwiesprache mit ihrem toten Mann zu halten und streng darauf zu achten, dass ihre Tochter (Hend El Fahem) immer auf dem Pfad der Tugend bleibt.
Doch die geht ihre eigenen Wege, und als Lilia diesen Wegen folgt, landet sie prompt im verruchten Nachtclub « Satin Rouge ». Zunächst erschrickt sie beim Anblick bauchtanzender Frauen und erotisierter Männer, doch dann beginnt sie Gefallen an dieser neuen Welt zu finden… Sie beginnt ein neues Leben voller Widersprüche – für Männer im traditionell-islamischen Tunesien eine unglaubliche Zumutung.
U.a. Filmtheater am Friedrichshain, Hackesche Höfe 2, fsk am Oranienplatz
 

 

Un envoyé spécial du journal français Le Monde indésirable en Tunisie

AFP, le 16.05.2002 à19h42

TUNIS, 16 mai (AFP) – Les autorités tunisiennes ont annoncé avoir refoulé jeudi le journaliste Jean-Pierre Tuquoi, du quotidien français Le Monde, arrivé le même jour à l’aéroport de Tunis-Carthage.

Dans un communiqué officiel transmis à l’AFP, les autorités tunisiennes affirment que M. Tuquoi « s’est toujours illustré par sa mauvaise foi systématique et manifeste, ses invectives et son hostilité déclarée à l’égard de la Tunisie et son acharnement à lui nuire ».

Le communiqué affirme cependant que « la Tunisie demeure ouverte à tous les journalistes de France, d’Europe et d’ailleurs à l’occasion de la campagne référendaire comme pour tous les autres sujets ».

Un référendum doit avoir lieu le 26 mai en Tunisie sur une réforme de la Constitution ouvrant la voie au président Zine El Abidine Ben Ali pour un quatrième mandat aux élections de 2004.

AFP

 

Tunisia: informazione, espulso inviato ‘Le Monde’

Ansa, le 17.05.2002 à 07h07

TUNISI – Le autorità tunisine hanno annunciato di aver respinto un giornalista del quotidiano francese ‘Le Mondè, Jean-Pierre Tuquoi, al suo arrivo ieri all’aeroporto di Tunisi-Cartagine.

In un comunicato fatto pervenire all’Afp, le autorità tunisine accusano Tuquoi di «malafede sistematica e patente, invettive e ostilità dichiarata contro la Tunisia».

Il comunicato aggiunge tuttavia che «la Tunisia resta aperta a tutti i giornalisti – di Francia, Europa e altrove – in occasione della campagna referendaria, come per tutti gli altri soggetti».

Il 26 maggio prossimo si svolgera nel Paese un referendum sulla riforma costituzionale, grazie al quale il presidente Zine el Abidine ben Ali potrebbe candidarsi per un quarto mandato nelle elezioni del 2004.

ANSA

 
Reporters sans frontières

Un journaliste du quotidien français Le Monde indésirable en Tunisie

Jean-Pierre Tuquoi, journaliste du quotidien français Le Monde s’est vu refuser l’entrée sur le territoire tunisien le 16 mai.   

« En l’espace d’un mois, le régime tunisien s’en est pris à deux journalistes étrangers. Il est honteux de prendre une telle mesure à quelques jours du référendum sur la réforme de la Constitution et alors que de nombreux journalistes étrangers s’apprêtent à couvrir l’événement », a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l’organisation, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Hedi M’henni.

Le même jour, Reporters sans frontières avait présenté, à Paris, Tunisie, le livre noir (Editions La Découverte), ouvrage rassemblant de nombreux rapports d’organisations de défense des droits de l’homme sur les violations commises en Tunisie.

Selon les informations recueillies par Reporters sans frontières, Jean-Pierre Tuquoi, journaliste spécialisé sur le Maghreb au quotidien français Le Monde, a été refoulé à l’aéroport de Tunis-Carthage alors qu’il était venu couvrir le référendum sur la Constitution qui se tiendra le 26 mai.

Monsieur Tuquoi « s’est toujours illustré par sa mauvaise foi systématique et manifeste, ses invectives et son hostilité déclarée à l’égard de la Tunisie et son acharnement à lui nuire », ont affirmé les autorités tunisiennes dans un communiqué officiel adressé à l’AFP.

Jean-Pierre Tuquoi est l’auteur, avec Nicolas Beau, de Notre ami Ben Ali : l’envers du « miracle tunisien » (La Découverte), paru en 1999. Cet ouvrage avait montré, pour la première fois, la face cachée du régime tunisien en pointant du doigt son système répressif et ses dérives maffieuses. Depuis la publication de ce livre, le journaliste n’était pas retourné en Tunisie.

Les autorités de Carthage censurent régulièrement Le Monde lorsqu’il contient un article critique à l’égard du régime tunisien.

 

Le Parlement européen veut envoyer des observateurs au référendum du 26 mai

AFP, le 16.05.2002 à 17h09

STRASBOURG, 16 mai (AFP) – Les groupes politiques du Parlement européen veulent envoyer une délégation en Tunisie le 26 mai, afin d’y observer le déroulement du référendum organisé par le président Zine El Abidine Ben Ali qui désire briguer un quatrième mandat en 2004.

« Les présidents des groupes politiques du Parlement, réunis en conférence ce jeudi après-midi, ont approuvé l’idée d’envoyer une délégation en Tunisie pour observer le référendum du 26 mai », a indiqué jeudi à l’AFP un porte-parole de la présidence du Parlement.

« La taille et la composition de cette délégation seront définies plus précisément la semaine prochaine », a ajouté ce porte-parole.

Mercredi, une délégation de militants des droits de l’homme tunisiens, dont les journalistes Taoufik Ben Brik et Sihem Bensedrine, étaient venus demander aux eurodéputés de condamner un scrutin qu’ils décrivent comme une « mascarade ».

« (Le président) Ben Ali veut être autorisé, par le biais d’une farce électorale, à s’installer au pouvoir à vie », a déclaré Mme Bensedrine, porte-parole du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT, non reconnu).

« Il prétend vouloir, par ce scrutin, renforcer les libertés, mais ce plébiscite ne sera rien d’autre qu’un hold-up sur la démocratie », a ajouté l’opposante, qui a été incarcérée pendant un mois et demi, à l’été 2001, pour avoir mis en cause un magistrat lors d’une émission télévisée.

« Nous ne comprenons pas pourquoi la communauté internationale, et l’Europe en particulier, ne protestent pas contre le caractère dictatorial du régime Ben Ali », a pour sa part déclaré Taoufik Ben Brick, dont la grève de la faim de 42 jours, au printemps 2000, avait été très médiatisée.

« Depuis les attentats du 11 septembre, Ben Ali a encore renforcé la répression. Il profite du fait que le monde a les yeux tournés ailleurs », a ajouté M. Ben Brik. « Notre situation terrible n’intéresse personne », a-t-il encore déploré.

Le projet soumis à référendum le 26 mai prévoit de supprimer la limitation du nombre des mandats successifs à la tête de l’Etat – limités à trois actuellement -, et de repousser de 70 à 75 ans l’âge limite pour postuler à la magistrature suprême.

Si le projet est adopté – ce qui ne fait guère de doute -, le chef de l’Etat, qui aura 67 ans au moment d’achever son troisième mandat en 2004, pourra ainsi se présenter encore à deux reprises.

M. Ben Ali a publiquement invité « tous les observateurs et journalistes étrangers qui le souhaitent » à venir observer le déroulement du référendum, afin qu’ils puissent « se rendre compte par eux-mêmes » des progrès réalisés par la Tunisie en matière de démocratie.

AFP

 

Le vice-premier ministre et ministre d’Etat à l’Economie et aux finances du Québec, en visite en Tunisie

17/05/2002– M. Habib Ben Yahia, ministre des Affaires étrangères, a reçu Mme. Pauline Marois, vice-premier ministre et ministre d’Etat à l’Economie et aux finances du Québec, en visite en Tunisie à la tête d’une importante délégation économique et financière québécoise.

Dans une déclaration à l’Agence Tunis Afrique Presse, Mme Pauline Marois a indiqué que l’entretien avait porté sur les relations d’amitié et de coopération entre la Tunisie et le Québec qui ont atteint un niveau appréciable.

Elle a déclaré que le partenariat tuniso-québécois évolue de façon favorable, notamment au plan économique, formant l’espoir de parvenir, à l’occasion de la prochaine Commission mixte tuniso-québécoise, à renforcer les échanges d’expertises et de capitaux entre les entreprises des deux pays, particulièrement dans les domaines des technologies nouvelles et de l’énergie.

Elle a, d’autre part, relevé le succès de l’expérience tunisienne dans la lutte contre la pauvreté, ce qui est de nature à donner plus d’équilibre et d’harmonie au tissu social.

www.infotunisie.com

 

تونس: خلل فني طارئ تسبب في سقوط مروحية رئيس أركان الجيش البري

 

كشفت السلطات التونسية الليلة قبل الماضية النتائج النهائية للتحقيق في حادث سقوط الطائرة العسكرية المروحية التونسية الشهر الماضي وعلى متنها ثلاثة عشر من كبار قادة القوات المسلحة بينهم رئيس أركان الجيش البري اللواء عبد العزيز بشيك.

وذكر راديو لندن في تقرير له أن التقرير النهائي لفريق المحققين التونسيين والأمريكيين لحادث سقوط المروحية العسكرية استبعد أن يكون الحادث ناجما عن خطأ بشري أو عن خطأ في مستوى الصيانة أو أن يكون حدث بسبب ظروف الملاحة الجوية.

وأعلن وزير الدفاع التونسي في أعقاب لقاء جمعه بالرئيس زين العابدين بن علي أن اللجنة التونسية التي حققت في أسباب الحادث والتي استعانت بخبراء أمريكيين من الشركة المصنعة للطائرة توصلت إلى نفس الاستنتاج وهو أن سقوط المروحية العسكرية نجم عن خلل فني طارىء تمثل في حصول عطب فني بأحد محركات الطائرة.

كان الحادث قد وقع مساء الثلاثين من شهر ابريل الماضي عندما كانت المروحية في طريق عودتها من مهمة عسكرية على الحدود الجزائرية إلى العاصمة تونس وعلى متنها رئيس أركان جيش البر وعميدان وثلاثة ضباط برتبة عقيد وأربعة برتبة رائد.

وكان رئيس أركان الجيش البري الراحل عبد العزيز سكيك قد برز خلال قيادته للقوات التونسية التي شاركت مع قوات الأمم المتحدة في كمبوديا عامي 1991- 1992ولقيت صدى حسنا دوليا وتم دعوة الجيش التونسي للمشاركة بعد ذلك في رواندا والصومال وبوروندي وناميبيا والكونغو وكوسوفا والبوسنة والهرسك.كما سبق أن تولى سكيك منصب مدير المعهد الأعلى للدفاع الوطني الذي ينظم دورات للسياسيين والعسكريين التونسيين.

وحسب التحقيق فان المروحية العسكرية سقطت بعد أن توقفت المروحة الكبرى عن العمل وبعد أن حاول قائدها انزالها بسرعة قرب أحد الأنهار التي تقع على بعد خمسين كيلومترا من العاصمة تونس إلا أن سرعة سقوط المروحية بجانب النهر حال دون نجاة رئيس أركان الجيش ومساعديه الأثني عشر.

وكان عبد العزيزسكيك قد عين في منصبه الجديد قبل ستة أشهر فقط خلفا للفريق الأول محمد الهادي الذي احيل إلى التقاعد ثم عين مديرا عاما للأمن الوطني في وزارة الداخلية.

(نقلا عن صحيفة الرياض السعودية ليوم 17 ماي 2002)

 

Forum méditerranéen – Paris pour un code contre le terrorisme

REUTERS, le 17.05.2002 à 14:51:25

PARIS, 17 mai (Reuters) – Le ministre français des Affaires étrangères Dominique de Villepin se rendra le 20 mai au Forum méditerranéen de Mykonos (Grèce) qui devrait se prononcer en faveur d’un « code de conduite » contre le terrorisme.

« Ce code de conduite devra affirmer l’engagement commun des onze pays membres du Forum de renforcer leur coopération dans la lutte contre le terrorisme », a déclaré vendredi François Rivasseau, porte-parole du Quai d’Orsay.

Cette coopération implique que les pays du Forum condamnent sans ambiguïté les actes de terrorisme, prennent des mesures nationales en ce sens et convainquent leurs opinions publiques de l’intérêt des actions menées en ce sens, indique-t-on de source diplomatique.

Outre les aspects politiques et de sécurité, le Forum de Mykonos qui est présidé par la Grèce, évoquera les moyens de renforcer la coopération économique et d’étendre le dialogue entre les cultures et les civilisations.

Les onze membres du Forum sont l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Grèce, l’Egypte, la Turquie, Malte, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et la France.

Reuters

 

LETTRE AU GENERAL PRESIDENT DICTATEUR BEN ALI

 

 
MONSIEUR LE GENERAL PRESIDENT DICTATEUR
ZINE EL ABIDINE BEN ALI
C’EST TROP …… CE QUE VOUS FAITES
 
Je suis toujours pret à subir les atrocités de vos pratiques usuelles et connues de torture à mort aux laboratoires de vos serviteurs.
 
 Je suis en consequent toujours disponible à partir sejourner indéfinément dans vos prisons bien préparées et bien garnies pour recevoir des innocents tant que vous etes président de la Tunisie .
 
 Vos tortionnaires connaissent bien leurs clients .
 
 Vos brigades mobiles de policiers-bandits circulent en toute impunité dans toutes les rues et les cités de Tunisie pour semer l’horreur et la violence au niveau des citoyens qui n’optent pas de vous voir sequestrer la vie des Tunisiens aprés la station de 2004 .
 
 Vous avez bien réussi durant toute la periode de votre regne à batir le terrorisme d’etat en Tunisie sous une propagande frauduleuse orchestée .
 
 Je vous en tire chapeau .
 
 Et , je vous glisse entre nous et à basse voix que ça ne peut durer aussi longtemps malgré votre recours à la fausse légitimité interne par ce prochain référundum-karakouz du 26 Mai 2002 .
 
 Cependant ne vous acharnez pas contre mes enfants et ne leur rendez pas la vie difficile .
 
 Ils ne sont pour rien .
 
 Vous avez disloqué ma famille entre l’EST , le SUD et le NORD-OUEST << Tunis , Sidi Bouzid et Dahmani >> .
 
 Maintenant , l’injustice de vos serviteurs se tourne actuellement vers mes enfants :
 L’une de mes filles agée de 15 ans ,excellente elève durant tout le parcours de sa scolarité ,en classe de 1° année secondaire actuellement, avec 15,56 de moyenne au 2° trimestre 2001/2002 ,n’a pu acceder << malgré une moyenne generale sup. à 16/20 aux examens de 9° année>> à un lycée pilote par une affectation d’exil à Gafsa pour mieux et disloquer ma famille .
 
 Cependant elle serait traduite au conseil de discipline à son lycée de Sidi Bouzid par acharnement d’un professeur-R.C.D de géographie qui lui a flanqué un 05/20 par injustice dans une interrogation écrite .
 
 Le fait de demander une contre-correction et rouspeter à l’encontre de l’injustice d’attributon des notes lui ont valu une décision de traduction au conseil de discipline prévue pour ce 21 Mai 2002 à 16 H.
pour un éventuel renvoi légalisé en pleine periode d’éxamens de fin d’année scolaire .
 
 Ces pratiques typiquement à la façon BEN ALI and Co certifient encore une fois de plus le recours aux moyens trop bas et dégradants pour instaurer le << OUI >> à la dictature et mater tous ceux qui présentent une divergence d’opinions qui ne coincident pas avec celles de la politique du maquillage orchestrée .
 
 A et effet ,les enfants deviennent des bouc-emissaires et moyens de pression aux parents.
 
 Pour cela , permettez-moi MONSIEUR LE GENERAL PRESIDENT DICTATEUR ,malgré ce prochain renvoi de ma fille de sa scolarité en periode d’éxamen sous n’importe quel motif présumé , que vos pratiques confirment de jour en jour que vous etes totalement en hors-jeu et que vos serviteurs inconditionnels ne savent plus sur quel pied danser pour vous maitenir au trone.
 
 Si ce professeur-R.C.D. de géographie à Sidi Bouzid est à la recherche d’une promotion quelconque de votre part ou une mutation de fonction ailleurs , faites-lui parvenir des moyens plus civilisationnels .
 
 Son cours de géographie de niveau-trottoire lui a été recopié presque integralement par ma fille sur la copie d’interrogation ,et en outre il se permet non seulement de lui flanquer un 05/20 à titre de provocation mais aussi de la traduire au conseil de discipline en pleine periode d’examen en signe de represaille à la façon BEN ALI.
 
 C’est le comble de la justice des serviteurs du GENERAL PRESIDENT DICTATEUR BEN ALI .
 
 MONSIEUR LE G.P.D BEN ALI ,
 
 Privations , persecussions , harcelements ,embargo chronique policiers et miliciens à mon cabinet medical , misères , tortures , détentions illégales de durées variables, vols et agressions policières sur la voie publique , violations nocturnes de mon domicile , prisons et autres mesures dont vous etes plus habilités que moi à connaitre et vous en servir….. ne me sont plus inconnues .
 
 Elles me sont devenues de familiarité monotone .
 
 D’ailleurs , s’ elles me sont soustraites de mon quotidien vecu , je constaterai certainement votre absence de la scene politique en Tunisie et je confirmerai que vous etes bien pari .
 
 En ce temps de devalorisation de toutes les valeurs humaines civilisationnelles et du chambardement de l’echelle socio-culturelle ,economique et politique , profitez encore des occasions tant que le temps vous sourit .
 
 Ma fille , elle payera aussi pour son pére et elle se souviendra toujours du GENERAL PRESIDENT BEN ALI et ses pratiques en ce temps des hauts-parleurs.
 
 Docteur SAHBI EL AMRI
 TEL.00.216.98.44.74.55

 
CPR : La campagne contre la présidence et l’immunité à vie.  

  OUI, IL Y A LA BEAUTÉ MAIS IL Y A AUSI LES HUMILIÉS
Albert Camus

« Le général Ben Ali a transformé la Tunisie, ce beau pays, en un grand commissariat de police, géré par la mentalité d’un flic ». C’est avec ces mots qu’un journaliste français avait résumé en 1994 le calvaire tunisien.
La situation ne cesse de s’empirer depuis. La société civile harcelée, la presse bâillonnée, la justice instrumentalisée, les prisons engorgent de prisonniers politiques et d’opinion, la torture érigée en système de
gouvernement, les familles comptent leurs morts et la situation carcérale s’empire de jour en jour.

Ben Ali et son clan font perdurer un système des plus policiers et corrompus en Afrique pour continuer à piller les richesses du pays et jouir de l’impunité totale.

Et c’est d’ailleurs cette impunité que le président tunisien cherche à s’octroyer à vie en opérant une grande manœuvre visant à amender la moitié des articles de la Constitution par voie de Référendum le 26 mai prochain.
Les pleins pouvoir, la présidence et l’immunité juridictionnelle à vie sont les principaux points de cette « réforme ».

La résistance s’organise à l’intérieur du pays et dans la diaspora. La solidarité internationale s’amplifie. Le mot d’ordre est simple: Mettre en échec les projets de la dictature et venir au secours des tunisiens qui
luttent pour leur dignité et leur liberté
. La Tunisie n’est pas faite seulement de plages et d’oasis, mais aussi et surtout d’un peuple qui ne mérite pas le mépris et l’écrasement sous la botte du dictateur Ben Ali.

Genève, le 17 mai 2002

Abdelwahab Hani
Membre du CPR

 

الاستفتاء : الكارثة الدستورية والواجب الوطني

 

يمثل الاستفتاء في النظام الديمقراطي الحديث الشكل الأرقى لممارسة الحكم، فهو رديف الديمقراطية المباشرة وجوهر مبدأ السيادة الشعبية.

وتقسم النظرية الدستورية الاستفتاء إلى أربعة أنواع :

1- الاستفتاء الاستشاري : ويهدف إلى استشارة المواطنين في مسألة أو مسائل معينة دون أن تكتسي نتائجه طابعا إلزاميا للسلطة التشريعية (البرلمان).

2- حق النقض (الفيتو) : وهو إجراء تنص عليه بعض الدساتير العريقة (سويسرا مثلا) حيث يخول الشعب حق المطالبة بتنظيم استفتاء هدفه منع قانون مصادق عليه في البرلمان دخول حيز التنفيذ ضمن شروط وآجال مضبوطة.

3- استفتاء البطلان : وهو يخول المواطنين إبطال قانون ما بعد دخوله حيز التنفيذ.

4- الاستفتاء التشريعي أو الدستوري : وهو إجراء يمكن المواطنين من التعبير عن موافقتهم على قانون عادي أو دستوري يعرض عليهم عادة من طرف السلطة في شكل مشروع قانون كما يمكن أن يتم في شكل مبادرة شعبية.

هذا في مستوى النظرية الدستورية، أما في مستوى الواقع، فلا غرو أن موازين القوى ومآلات الصراع بين السلطة والحرية هي الفيصل في مدى تطبيق المبادئ القانونية والوفاء لمعانيها وللأهداف التي وضعت لأجلها.

لذلك ما فتئ فقهاء القانون الدستوري يؤكدون على أن لا معنى لهذا العلم إذا ما اكتفى بدراسة وثيقة الدستور، إدراكا منهم بأن هذا الأخير لا يمكن إلا أن يكون حاملا لأجمل المبادئ والوعود، وأنه لا مناص من دراسة الواقع الذي يتفاعل معه بجميع عناصره وأبعاده حتى يمكننا فهم طبيعة النظام السياسي. وقد استقر مفهوم القانون الدستوري حديثا على جدلية التفاعل بين النص والواقع (موريس ديفرجيه، موريس هوريو …الخ)

لن نكلف أنفسنا، في هذا المقال الوجيز، عناء تفكيك النظام السياسي الحاكم في تونس، فبيان الواضحات من الفاضحات، كما لن نتكبد مشقة فضح خلفيات ما يسمى بمشروع الإصلاح الدستوري وفقدانه للشرعية السياسية وللمشروعية القانونية، في الآن نفسه، فتلك مهمة نبيلة سبقنا إليها الدكتور عبد الوهاب معطر متبوعا برجل القانون السيد عياض بن عاشور.

كل ما نريد التأكيد عليه في هذه المقالة الوجيزة هو أن أسلوب الاستفتاء الذي تلجئ إليه الدكتاتوريات الحديثة ليس إلا شكلا آخر من أشكال القهر المعقلن الذي يغتال المواطنة ويجوف السياسة من كل قيمة أخلاقية. وهو في الحالة التونسية حماقة مضاعفة :

حماقة لأنه يستغبي شعبا لا يتفوق فيه الحاكمون على المحكومين بالكفاءة والذكاء بل بالوصولية والارتشاء.

وحماقة لأن أسلوب ممارسته يؤشر على ضحالة سياسية وقانونية لدى نخبة الحكم وهم، في جزء كبير، من رجال القانون (أشباه رجال ولا رجال) ولسوف يكون الطعن الذي سيتقدم به حزب المؤتمر من أجل الجمهورية عبر الأستاذ عبد الوهاب معطر الدرس الذي لا ينسى في مجال القانون الدستوري.

أما مهمتنا نحن فلا تنتهي عند الدعوة إلى مقاطعة هذا الاستفتاء الباطل، شكلا ومضمونا، بل إنها تبدأ معها، إذ لا يزال أمامنا مشوار، نرجو من الله أن يكون قصيرا وغير مضن، لبناء جمهورية جديدة يستعيد فيها الاستفتاء معناه الديمقراطي الأصيل.

سليم بن حميدان

عضو في حزب المؤتمر من أجل الجمهورية

 

Tunisia: turismo sotto protezione dopo attentato Djerba

Ansa, le 17.05.2002 à 14h21

TUNISI, 17 MAGGIO (ansa) Una serie di misure sono state prese dalle autorità tunisine per salvaguardare la stagione turistica ed evitare che altri eventi possano colpire quella che è una tra le maggiori fonti di valuta per la nazione.

La crisi del settore, cominciata dopo l’attentato alle Torri gemelle e alimentata dalla situazione in Palestina, ha subito un ulteriore aggravamento con l’attentato alla sinagoga di Djerba, l’11 aprile scorso. Le prime reticenze delle autorità, nel tentativo di salvaguardare l’immagine di stabilità e sicurezza della Tunisia, non sono servite a sminuire la grande eco che il tragico fatto ha avuto sui media internazionali e in particolare quelli della Germania (a Djerba ci sono state 15 vittime tedesche), tradizionale serbatoio di ‘vacanzieri per l’assolato sud tunisino.

Dopo Djerba il presidente Zine el-Abidine Ben Ali ha sostituito il ministro dell’interno, quello degli affari sociali, e il direttore della Sicurezza nazionale. Una mossa che difficilmente pu

ٍ essere letta se non come una conseguenza dell’attentato.

Nell’isola, intorno alla sinagoga di el Ghriba, il terreno è stato ora livellato e pavimentato, la circolazione dei veicoli vietata ed è stato costruito, a tempo di record e con fondi direttamente stanziati dalla presidenza, un muro in cemento. Ormai al tempio si entra solo attraverso un varco e dopo minuziosi controlli.

Le autorità tunisine, per ridare fiducia e impedire che episodi, anche minori, possano turbare la stagione turistica, hanno preso numerose misure su tutto il territorio nazionale.

Ora, per esempio, le auto a noleggio e quelle non identificate non potranno più sostare nei parcheggi degli alberghi, che saranno comunque “discretamente guardate”. Nelle città, brigate mobili sorveglieranno i luoghi frequentati dagli stranieri e almeno due poliziotti in borghese assicureranno la sicurezza sui bus turistici e in generale ci sarà una più visibile presenza delle forze dell’ordine.

ANSA

 

شركة اوراسكوم المصرية للاتصالات تسجل خسائر كبيرة بسبب تخفيض قيمة استثمارها بمشروع افريقي وتغيرات اسعار الصرف

القاهرة ـ من راشيل نعمان:


قالت شركة أوراسكوم تليكوم امس الخميس أن الشركة منيت بخسارة صافية تجاوزت التوقعات في العام الماضي بسبب تخفيض قيمة استثمارات الشركة في وحدة تليسيل العاملة في دول افريقية جنوب الصحراء وتغيرات أسعار الصرف وتكلفة الفوائد.
وقالت الشركة التي تدير سلسلة من شبكات الهاتف المحمول علي المستوي الاقليمي انها تستكمل اجراءات زيادة رأسمالها للمساعدة في تلبية احتياجاتها من السيولة النقدية التي تشمل كلفة ترخيص لشبكة جديدة في تونس تبلغ 454 مليون دولار. وكان العبء المالي لهذا الترخيص سببا في اثارة مخاوف بعض المستثمرين. وأعلنت اوراسكوم تليكوم ان خسائرها الصافية بلغت 435 مليون جنيه مصري (نحو 94 مليون دولار) في عام 2001 بالمقارنة مع أرباح صافية بلغت 37.34 مليون جنيه عام 2000.
وكان محللان قالا لرويترز انهما يتوقعان ان تبلغ الخسارة الصافية نحو 100 مليون جنيه.
وقالت الشركة في بيان ان النتائج تضمنت انخفاضا في قيمة الاستثمار في تليسيل بمبلغ 204 ملايين جنيه. وفي أواخر العام الماضي أعلنت اوراسكوم تليكوم انها تعتزم بيع حصتها البالغة 80 في المئة في تليسيل لكنها لم تصدر حتي الان اي تقارير عما تحقق من تقدم في خطة البيع. وقالت الشركة انه لو تم استبعاد خسائر تليسيل لبلغت خسائرها 74 مليون جنيه فقط.
وقال كريم نعمة المحلل بشركة سيجما للسمسرة تعقيبا علي النتائج ان خفض قيمة استثمارات الشركة في تليسيل بالاضافة الي مصروفات الفوائد وخسائر الصرف الاجنبي هي السبب في الاداء المخيب للامال.
وقالت الشركة ان الفوائد المدينة عليها زادت الي 408.8 مليون جنيه في 2001 من 229.6 مليونا في حين ارتفعت تكلفة الاهلاك الي 587.1 مليون جنيه من 268.4 مليونا.
وبلغت خسائر الشركة نتيجة لتغيرات أسعار الصرف في العام الماضي 193.2 مليون جنيه ارتفاعا من 52.1 مليونا في عام 2000.
وقال كريم نعمة ان خسائر الفوائد وخسائر أسعار الصرف تدعو للقلق، مضيفا انه يتعين علي الشركة ان تبدأ تحويل ديونها المقومة بالدولار الي العملة التي تحصل بها علي ايرادتها حتي تتفادي مثل هذه الخسائر مستقبلا.
وزادت ارباح التشغيل قبل الفوائد والضرائب والاهلاك والاستهلاك الي 1.295 مليار جنيه من 638 مليون جنيه مقارنة مع توقعات المحللين التي تراوحت بين 980 مليون و1.1 مليار جنيه. وزادت الايرادات في 2001 الي 3.9 مليار جنيه من 2.2 مليار في عام 2000.
وفي نهاية المعاملات انخفض سهم أوراسكوم تليكوم بنسبة الخمسة في المئة القصوي المسموح بها وفق لوائح بورصة القاهرة الي 11.10 جنيه. وبلغ سعر الاغلاق الرسمي 11.13 جنيه.
وقالت أوراسكوم تليكوم انها تستكمل اجراءات زيادة رأسمالها للمساعدة في تلبية احتياجاتها من السيولة النقدية وانها ستصدر اعلانا في هذا الصدد خلال الاسبوعين المقبلين. وأوضحت ان عدد المشتركين في شبكاتها بلغ 4.05 مليون مشترك ارتفاعا من 2.12 مليون في عام 2000.
وفي الاشهر الماضية حصلت الشركة علي ترخيصين جديدين لادارة شبكتين للهاتف المحمول في الجزائر وتونس. وقد أبدي بعض المحللين مخاوف بشأن كيفية تمويل هذا التوسع السريع وسط تباطؤ اقتصادي. ويوم الاحد الماضي أعلنت الشركة انها وقعت الاتفاق الخاص بالترخيص التونسي وأودعت الشريحة الاولي من قيمة الترخيص.
وقالت الشركة انه بعد فوزها بالترخيص التونسي فانها لن تسعي لتوسيع نطاق أعمالها في العام الجاري. وأضافت انها ستفتح الباب امام مستثمرين من الخارج للمشاركة في رأسمال مشروعها في تونس لكنها لن تدرج المشروع في بيانها المالي. وأوضح البيان ان أوراسكوم ستحتفظ بسيطرتها الكاملة علي ادارة المشروع التونسي.
وأضافت انها واثقة ان اعمالها ستحقق اداء قويا في العام الجاري وانها تتوقع تحقيق ارباح قبل الفوائد والضرائب والاهلاك والاستهلاك تقترب من 40 في المئة بافتراض تمكنها من اتمام خطة بيع حصتها في شركة تليسيل التي تدير سلسلة من شبكات الهاتف المحمول في عدة دول جنوبي الصحراء الافريقية.

(نقلا عن صحيفة القدس العربي ليوم 17 ماي 2002)

 
ألكاتل تفوز بعقد قيمته 125 مليون دولار في تونس

 

قالت شركة ألكاتل الفرنسية لصناعة معدات الاتصالات إنها وقعت عقدا مدته خمس سنوات وقيمته 125 مليون دولار مع شركة أوراسكوم تليكوم المصرية للاتصالات لإقامة شبكة للهاتف المحمول في تونس تعمل وفقا لنظام جي إس إم في تونس.

وتأتي الصفقة بعد أن وقعت أوراسكوم اتفاقا مؤجلا لرخصة لتشغيل شبكة نظام جي إس إم في تونس وأودعت القسط الأول من رسوم الرخصة بعد أن فازت في مزايدة في وقت سابق من هذا العام. وقالت ألكاتل في بيان إن الشبكة الجديدة ستمكن فرع أوراسكوم في تونس من تقديم خدمات الاتصالات الصوتية ونقل البيانات إلى نحو نصف مليون مشترك.

وقال نجيب ساويرس رئيس مجلس إدارة أوراسكوم تليكوم إن الشركة التي تقوم أيضا ببناء شبكة للهاتف المحمول نظام جي إس إم في الجزائر تستهدف نحو ثلاثة ملايين مشترك في تونس على مدى السنوات القليلة القادمة. وتورد ألكاتل معدات الاتصالات إلى مجموعة من الدول الأفريقية من بينها الجزائر وكينيا والسودان ونيجيريا

(المصدر : موقع الجزيرة نت نقلا عن وكالة رويترز للأنباء)

 

Tunisie: Aperçu Economique
(PREPARE PAR LA SECTION DES RENSEIGNEMENTS DE L’ECONOMIST)

(traduit de l’anglais par Omar Kahayâm)

2002-05-15 15:11 (New York)Tunisie – MISE A JOUR PAR PAYS – Mai 2002

VUE GENERALE: Après un referendum, qui sera probablement tenu fin mai, la constitution va être probablement amendée pour permettre au président Zine al-Abedine Ben Ali de briguer un autre mandat de cinq ans à partir de 2004. Les autorités vont intensifier leur répression des opposants à l’intérieur du pays, mais les Etats Unis et l’Union Européenne vont certainement fermer les yeux sur les allégations d’atteinte aux droits de l‘homme dans le but de garder la Tunisie à leur « guerre contre le terrorisme ». Le taux de croissance du PIB net, qui sera engendré surtout par l’essor des investissements et des exportations, n’atteindra que 3.8% en 2002 mais devrait remonter à 6% en 2003. Le compte courant de la balance des paiements enregistrera des déficits substantiels.

POLITIQUE INTEIEURE: La Tunisie connaîtra la stabilité durant la période que couvre ce rapport, mais ce sera la stabilité d’un Etat policier, qui restreint vigoureusement le pluralisme, la liberté d’expression, les droits humains et l’indépendance de la justice. Le président Zine al-Abedine Ben Ali n’est pas prêt à concéder le moindre pouvoir détenu par lui et son parti au pouvoir, le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD). Une réforme constitutionnelle, qui permettra à M. Ben Ali de briguer un quatrième mandat quinquennal en 2004 (la constitution actuelle n’autorise que trois mandats ) sera soumise au peuple par voie de referendum, probablement fin mai. Elle sera, certainement, approuvée par une large majorité.

M. Ben Ali interprétera ce résultat comme une revendication du peuple pour poser sa candidature. L’opposition à cet amendement proviendra de mouvements intérieurs militant pour la démocratie et les droits humains. Cependant, la population dans son ensemble, préoccupée essentiellement par la stabilité politique et la prospérité économique, est résignée à l’amendement proposé, surtout parce que M. Ben Ali a empêché l’émergence d’un autre candidat, que ce soit à l’intérieur ou en dehors du RCD. Les autorités vont profiter des préoccupations actuelles pour la sécurité à travers le monde et le récent attentat contre une synagogue tunisienne par des présumés militants islamistes pour justifier leur répression continue des opposants à l’intérieur du pays. Bien que la Tunisie ne soit pas un Etat clef dans la « guerre contre le terrorisme », le souhait des pays occidentaux de garder la Tunisie comme alliée affaiblira la pression extérieure pour une réforme politique, particulièrement de a part de la France et d l’Union Européenne.

RELATIONS INTERNATIONALES: La Tunisie sera courtisée dans le cour et moyen terme par les pays occidentaux désireux de s’assurer de son soutien dans la « guerre contre le terrorisme ». Ce qui signifie que les critiques occidentales du régime tunisien pour son bilan peu glorieux en matière de démocratie et des droits humains seront plus souples. Tout à fait au contraire, ce sera le tour de la Tunisie de critiquer les pays occidentaux, surtout la France et le Royaume Uni, pour avoir donné refuge aux exilés politiques tunisiens condamnés pour « terrorisme » en Tunisie. En tenant compte de tous ces éléments, l’Occident réévaluera  les résultats de M. Ben Ali en matière de maintien de la stabilité en Tunisie et abandonnera ses réserves quant à son désir de briguer un quatrième mandat de président.

L’on s’attend à ce que Les relations avec les Etats Unis se consolident davantage, étayées par des liens économiques et sécuritaires qui ne cessent de croître. Les autorités tunisiennes peuvent s’attendre à une aide technique (et peut-être aussi financière) accrue de la part de l’Administration américaine. Cependant, l’attitude du gouvernement tunisien envers l’Union Européenne devrait rester ambivalente. Il reconnaît l’importance de son accord d’association avec l’UE, apte à stimuler la croissance, moderniser l’industrie et créer des emplois, mais il reste critique envers ce qu’il considère comme une insuffisance de financement de la part de l’UE pour amortir le choc de la libéralisation. La Tunisie va continuer à chercher de conclure des accords d’échange avec un cercle de plus en plus large de pays africains, arabes et asiatiques. La Tunisie va surtout œuvrer pour re dynamiser l’UMA Union du Maghreb Arabe, le marché commun nord africain moribond pendant les six dernières années. La résurrection de l’UMA a été entravée par le conflit entre l’Algérie et le Maroc. Même si ce conflit est résolu, au moins deux ans seront nécessaires pour réactiver l’UMA.

POLITIQUES ECONOMIQUES: Les politiques économiques vont surtout mettre l’accent sur la réduction du taux de chômage et l’augmentation des salaires réels. Pour atteindre ces objectifs, le gouvernement vise à stimuler les investissements (surtout dans le domaine des hautes technologies et dans les zones de développement économique), opérer une réforme du secteur financier, améliorer la compétitivité de l’industrie, des services et de l’agriculture pour leur permettre de surmonter le choc provoqué par la concurrence étrangère. Cependant, le FMI, qui est impressionné par les performances du gouvernement à l’échelle macroéconomique, voudrait assister à une libéralisation accrue des prix du marché intérieur; la proportion des prix dépendants du contrôle de l’Etat est restée inchangée : 19.5% depuis1997. Le FMI voudrait aussi voir le gouvernement réduire le budget alloué à la paie des fonctionnaires de l’Etat, qui avait atteint à peu près 12% du PIB  en 2001. Le FMI pense qu’en confiant certains services publics au secteur privé la réforme fiscale pourrait être mieux servie. Mais, ayant toujours la stabilité politique présente à l’esprit, le gouvernement n’adoptera sûrement pas des mesures économiques radicales. Tout à fait au contraire, les salaires du secteur public vont continuer leur progression en termes réels, cependant avec un taux plus modéré que durant les dernières années.

PEVISIONS MONDIALES : l’économie mondiale est en train de retrouver sa santé plus tôt que prévu. Stimulée par un remarquable regain de vigueur aux USA, la croissance mondiale se situera, selon les prévisions, aux alentours de 3% en 2002, contre 2.3% pour l’année dernière. L’économie mondiale se portera encore mieux en 2003, progressant à un taux 4.2%, et ce taux se maintiendra à moyen terme. Les USA sont probablement la locomotive de cette relance, mais la zone euro, cible d’à peu près 75% des exportations tunisiennes, est, elle aussi, en train de récupérer sa vigueur avec des études démontrant un regain de confiance et une lente reprise de la croissance. En 2001 la zone euro dans son ensemble a enregistré un taux de croissance de 1.4%, le taux de l’UE était de1.5%. L’économie allemande, quant à elle, n’a progressé que de 0.6%. Le taux de croissance moyen en 2002 restera faible dans l’ensemble et se situera aux alentours de 1.5% dans zone euro et au sein de l‘EU. Cependant, comme c’est le cas pour d’autres régions du monde, ceci cache une reprise durant l’année en cours. Mais la vitesse de la reprise sera moindre que celle des USA, surtout parce que les politiques économiques ont été moins agressives dans la zone euro. La vitesse de croissance acquise durant la seconde moitié du 2002 permettra une croissance encore plus soutenue en 2003. L ‘on s’attend, pour l’année prochaine, à taux de croissance moyen de 2.7% dans la zone euro et au sein de l’EU.

CROISSANCE ECONOMIQUE : Nous avons ramené le taux de croissance réel du PIB prévu pour 2002 de 3.8% au lieu des 4% prévus, à cause de l’attentat survenu mi-avril contre la synagogue de Djerba, perpétré probablement par des islamistes, et qui a causé la mort de 17 personnes, parmi lesquelles 11 Allemand et un Français. Cette attaque a ébranlé l’image délicatement entretenue d’une Tunisie Ile de stabilité au milieu d’une zone de turbulences. Le ministère des affaires étrangères allemand a adressé, après l‘attentat, une mise en garde aux touristes allemands qui se rendent en Tunisie. La diminution du nombre des touristes européens en Tunisie (après la crise due aux attentats du11 septembre) semble inévitable.  Ceci aura des impacts négatifs sur l’emploi et la croissance de la consommation privée. Ainsi nos prévisions pour l’année 2003, basées surtout sur une très probable reprise de la confiance économique et touristique, maintiennent le taux de croissance 6%. Le risque négatif dépend, pour les deux années, du volume de la récolte.

INFLATION: Les indices de l’inflation de 2002 sont mitigés. Les prix des produits alimentaires vont augmenter à cause de la troisième année consécutive de sécheresse. Cependant,  les industriels tunisiens vont essayer de maintenir leurs prix bas face à la concurrence des produits importés d’Europe, malgré l’augmentation des coûts due à la détérioration des termes de l’échange. La BCT essaiera de mettre un frein à la croissance monétaire, mais un développement de l’activité économique en 2003 provoquera certainement de poussées inflationnistes. A la lumière de ce qui précède, nous prévoyons un taux d’inflation des prix à la consommation de 2.5% en 2002 et de 2.8% en 2003.

TAUX DE CHANGE: La politique des taux de change a généralement été pragmatique, avec une dépréciation réelle et effective du dinar contre le dollar et l’euro en 2001. (Ceci a allégé un peu la pression sur le compte courant de la balance des paiements, mais le déficit continuait à progresser– un fait qui renforce la croyance que la flexibilité du aux de change rate ne peut remplacer la discipline fiscale ni une politique monétaire plus rigoureuse.) Après les dévaluations des monnaies égyptiennes et marocaines en 2001, cette politique semble être maintenue durant la période prévisionnelle, malgré la reprisse attendue de l’euro face au dollar. L’on s’attend à ce que le dinar baisse pour atteindre un moyenne de TD1.55:US$1 en 2002 et de TD1.61:US$1 en 2003. Le FMI voudrait voir un régime de taux de change totalement flottant en bonne et due forme, mais il pense que, parmi d’autres mesures, les réserves en devises de la Banque Centrale devraient être augmentées au maximum.

SECTEUR EXTERIEUR: Le déficit de compte courant de la balance des paiements en Tunisie a atteint 4.8% du PNB en 2001, suite à une forte augmentation des dépenses d’importation. L’importance du déficit signifie que nous nous attendons à ce que le gouvernement (sous la pression du FMI) commence à mettre des freins à l’importation. Ceci maintiendra le taux de croissance la croissance des importations à 1% en termes de devise locale et verra les dépenses d’importation diminuer à 8.5 milliards de dollars US. L’on s’attend à ce que le gouvernement relâche plus ou moins son contrôle en 2003, mais vu que le dinar continue à perdre de sa valeur, l’augmentation des importations en dollars US sera moins visible que ce celles en dinars. L’on s’attend à ce que les importations atteignent 8.8 milliards de dollars US.

SOURCE: Country outlook

-0- May/15/2002 19:11 GMT

 

LA TUNISIE PRESENTERA SON RAPPORT SUR LES DROITS DE L’ENFANT LE 28 MAI 2002 A GENEVE. A SUIVRE

 

COMMITTEE ON THE RIGHTS OF THE CHILD TO HOLD THIRTIETH SESSION IN GENEVA
FROM 21 MAY TO 7 JUNE 2002

 

16 May 2002

 
Background release

Reports from Guinea Bissau, Belgium, Niger, Belarus,
Tunisia, Switzerland, United Arab Emirates,
St. Vincent and the Grenadines, Spain, Netherlands Antilles
to be Reviewed

The promotion and protection of children’s rights in Guinea Bissau, Belgium, Niger, Belarus, Tunisia, Switzerland, the United Arab Emirates, St. Vincent and the Grenadines, Spain and the Netherlands Antilles will be reviewed as the Committee on the Rights of the Child meets in Geneva from 21 May to 7 June 2002.

The Committee was formed in 1991 to monitor the implementation of the Convention on the Rights of the Child, which gives a comprehensive collection of children’s rights the force of international law. The countries scheduled to come before the Committee at this session are among the 191 to have ratified or acceded to the Convention, a number that makes the treaty the most widely accepted human rights instrument ever. Only Somalia and the United States have not ratified it. States parties to the Convention are expected to send representatives to the Committee to present and defend reports on how they give effect to children’s rights.

During this three-week session, the Committee may also pursue the elaboration of general comments based on various principles and provisions of the Convention. It is expected to consider as well ways and areas in which existing cooperation with various relevant bodies could be further strengthened to enhance the promotion and protection of the rights of the child. The panel will also discuss the organization of its future work as well as the procedure to be followed in the consideration of reports by States parties and their follow-up, including, where necessary, technical assistance.

The Committee is composed of 10 independent Experts, although States parties have adopted an amendment to the Convention that would increase the membership to 18 in order to enable the Committee to face a rapidly growing workload. The amendment will enter into force upon acceptance by a two-thirds majority of States parties.

Committee Expert Amina Hamza El Guindi (Egypt) resigned in March and her successor will be nominated during the session.

The Committee will start its work by approving its agenda and programme of work.

Concluding Remarks on Reports of States Parties Previously Reviewed

Of the 10 countries whose reports are being considered this session, four have had reports previously reviewed. The other six countries are presenting initial reports.

In its concluding remarks on the initial report of Belgium, considered in May and June 1995, the Committee welcomed the adoption of a comprehensive legal framework to ensure full conformity with the Convention and the adoption of a recent law which extended the national jurisdiction in cases of child prostitution and pornography and allowed the State to prosecute any person accused of « sex tourism ». The Committee recommended that the State party envisage the establishment of a permanent mechanism of coordination, evaluation, monitoring and follow-up for policies aiming at the protection of the child to ensure that the Convention on the Rights of the Child was fully respected and implemented, at the federal and communities levels; and that Belgium envisage the creation of a permanent mechanism of data collection at the national level, in order to have an overall assessment of the situation of children in the country.

Concerning the initial report of Belarus, which was taken up in January 1994, the Committee considered as a positive aspect the State party’s willingness to seek advice and technical assistance in developing appropriate mechanisms to implement the rights of the child.The Committee recommended that the State party prepare, as a matter of priority, a national plan of action for children; that it give a stronger emphasis to primary health care activities; and that it evaluate the adequacy of the measures it has taken to provide social security for the benefit of children. In view of the significant risk of the exploitation of children through labour, particularly in the light of recent changes to national legislation, the Committee suggested that this matter be urgently addressed. The Committee also encouraged international support for measures to cope with the aftermath of the Chernobyl nuclear disaster.

With regards to the initial report of Tunisia, reviewed in June 1995, the Committee welcomed the efforts made by the Government in bringing domestic law into line with the Convention, through the enactment of the draft Code for the Protection of the Child. It recommended that the State party systemize and amplify data collection on matters relating to the Convention; that it pursue legislative reforms and adopt measures translating into practice the general principles of the Convention, in particular the principle of non-discrimination against children born out of wedlock; that it give further thought to possible ratification of ILO Convention 138 on the minimum age for admission to employment; and that the social preventive approach for protection from ill-treatment be strengthened.

And in its conclusions on the initial report of Spain, reviewed in October 1994, the Committee considered as positive factors the open and self-critical approach taken by the Government of Spain in preparing its report. The Committee recommended that the State party strengthen the coordination mechanisms existing in its constitutional and legislative framework and develop evaluation and monitoring at all levels of the administration, central, regional and local (including the comunidades autónomas), to ensure that the Convention on the Rights of the Child was fully respected and implemented; that it pay particular attention to the implementation of article 4 of the Convention and ensure a balanced distribution of resources at the central, regional and local levels; and that Spanish authorities pursue law reform to ensure full compliance of the domestic legislation with the provisions of the Convention.

Timetable for Consideration of Reports

The following is the timetable for consideration of reports from States parties to the Convention during this session:

Date

Country report

Document symbol No.

Wednesday, 22 May

– 10 a.m.-1 p.m.
– 3 p.m.-6 p.m.

Guinea-Bissau

CRC/C/3/Add.63

Thursday, 23 May

– 10 a.m.-1 p.m.
– 3 p.m.-6 p.m.

Belgium

CRC/C/83/Add.2

Friday, 24 May

– 10 a.m.-1 p.m.
– 3 p.m.-6 p.m.

Niger

CRC/C/3/Add.29.Rev.1

Monday, 27 May

– 10 a.m.-1 p.m.
– 3 p.m.-6 p.m.

Belarus

CRC/C/65/Add.15

Tuesday

, 28 May

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.

Tunisia

CRC/C/83/Add.1

Wednesday, 29 May

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.

Switzerland

CRC/C/78/Add.3

Friday, 31 May

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.

United Arab Emirates

CRC/C/78/Add.2

Monday, 3 June

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.

St. Vincent and the Grenadines

CRC/C/28/Add.18

Tuesday, 4 June

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.
Spain

CRC/C/70/Add.9

Wednesday, 5 June

10 a.m.-1 p.m.
3 p.m.-6 p.m.
Netherlands Antilles
CRC/C/107/Add.1

 

 

Convention on the Rights of the Child

The General Assembly adopted the Convention unanimously on 20 November 1989, 30 years after the adoption of the Declaration on the Rights of the Child. The Convention makes States which accept it legally accountable for their actions towards children. Work on its drafting began in 1979 — the International Year of the Child — at the Commission on Human Rights.

The Convention was opened for signature on 26 January 1990. That day, 61 countries signed it, a record first-day response. It entered into force just seven months later, on 2 September 1990.

Ratifying the Convention entails reviewing national legislation to make sure it is in line with the provisions of the treaty. The Convention stipulates, among other things, that: every child has the right to life, and States shall ensure to the maximum child survival and development; every child has the right to a name and nationality from birth; and, when courts, welfare institutions or administrative authorities deal with children, the child’s best interests shall be a primary consideration. The Convention recognizes the right of children to be heard.

Furthermore, States shall ensure that each child enjoys full rights without discrimination or distinctions of any kind; that children should not be separated from their parents, unless by competent authorities for their well-being; States should facilitate reunification of families by permitting travel into, or out of, their territories; and States shall protect children from physical or mental harm and neglect, including sexual abuse or exploitation.

Also according to the Convention, disabled children shall have the right to special treatment, education and care; primary education shall be free and compulsory and discipline in school should respect the child’s dignity; capital punishment or life imprisonment shall not be imposed for crimes committed before the age of 18; no child under 15 should take any part in hostilities and children exposed to armed conflict shall receive special protection; and children of minority and indigenous populations shall freely enjoy their own culture, religion and language.

In May 2000, the General Assembly adopted by consensus the two Optional Protocols to the Convention on the Rights of the Child on the involvement of children in armed conflict and on the sale of children, child prostitution and child pornography. The Optional Protocols have entered into force.

Committee Membership

The Convention requires that the members of the Committee have a high moral standing and recognized competence in the field of children’s rights. The following Experts, nominated by the State parties to serve in their personal capacity, have been elected to the Committee: Ibrahim Abdul Aziz Al-Sheddi (Saudi Arabia), Ghalia Mohd Bin Hamad Al-Thani (Qatar), Jacob Egbert Doek (the Netherlands), Saisuree Chutikul (Thailand), Luigi Citarella (Italy), Judith Karp (Israel), Awa N’Deye Ouedraogo (Burkina Faso), Marilia Sardenberg (Brazil), and Elizabeth Tigerstedt-Tahtela (Finland).

The Chairperson is Mr. Doek. Vice Chairpersons are Mrs. Ouedraogo, and Mrs. Sardenberg. Mrs. Karp is Rapporteur.

 
Journée d’Etudes du CEIFR (EHESS-CNRS) sur Le Wahhabisme

 
Paris, 10 juin 2002
Lieu: MSH, salle 214
54 bd Raspail, 75006 Paris.
 
Le lundi 10 juin 2002, une journée d’études sur le Wahhabisme sera organisée à Paris conjointement par le Centre d’études interdisciplinaire des faits religieux (CEIFR) et la Maison des Sciences de l’Homme (MSH).
Cette journée d’études s’inscrit dans la vague d’intérêt que nos disciplines portent actuellement sur l’Islam d’une manière générale et le Wahhabisme en particulier. Elle sera aussi l’occasion de débattre entre spécialistes, Français, Européens et Moyen-Orientaux, du Wahhabisme, de consolider certaines recherches sur la Péninsule Arabique.
Trois sessions thématiques sont prévues ; chacune sera suivie par un(e) discutant(e) et d’un débat général au cours duquel chaque participant pourra s’exprimer.
Matinée sous la présidence de Danièle Hervieu-Léger (CEIFR)
I) 09h15 -11h15, Contexte historique et spécificité spatiale
1- Hosham Dawod (CEIFR-CNRS) : Le Wahhabisme : une présentation générale.
 
2- Guido Stienberg (Historien, Conseiller à la Chancellerie Fédérale allemande – Berlin): Le Wahhabisme sur sa terre natale: l’Arabie Saoudite.
3- Constant Hamès (CEIFR-CNRS): A propos de Kitâb at-Tawhid deMohammad Bin Abdul Wahhab. Discutant : Bourhan Ghalioun (Sorbonne Nouvelle, Paris III)
 
Pause
 
II) 11h30 -13h00, Wahhabisme et Réformismes islamiques
1- Marc Gaborieau(CNRS): Ibn Taymiyya, Shaukânî et le«Wahhabisme indien».
2- Olivier Roy (CNRS): Salafisme, radicalisme islamique et Wahhabisme.
3- Sabrina Mervin (CNRS): Wahhabisme et Chi’isme :d’interminables controverses doctrinales.
Discutant : Baber Johansen (EHESS)
 
13h00 : Pause déjeuner
 
III) 14h30-17h00, Une seule étiquette pour des mouvements divers?
Après-midi sous la présidence de Raoul Weexsteen
1- Malika Zeghal (CEIFR-CNRS): L’influence du Wahhabisme dans quelques itinéraires d’Oulémas aujourd’hui.
2- Muhammad Khalid Masud (ISIM-Leiden): Wahhabism and islamic modernism in Pakistan.
3- Martin Van Bruinessen (ISIM-Université d’Utrecht): Les influences du Wahhabisme en Indonésie.
 
4- Farhad Khosrokhavar (EHESS): Le «néo-Wahhabisme» chi’ite en Iran !!
Discutante : Lucette Valensi (IISMM-EHESS)
Pause
 
IV) 17h30-18h30, Discussion générale.
(Source: liste Maghreb des droits de l’homme)

 
Secousse tellurique en Tunisie près du site archéologique de Dougga

AFP, le 16.05.2002 à 17:23

TUNIS, 16 mai (AFP) – Un léger séisme a été ressenti jeudi à l’ouest de la cité archéologique de Dougga, à environ 150 km de Tunis, a annoncé l’Office national de la météorologie de Tunisie.

La région renferme des vestiges bien conservés de l’époque romaine et préromaine.

La secousse, d’une magnitude de 3,3 degrés sur l’échelle de Richter, a eu lieu à 14H17 locales (15H17 GMT), selon les analyses préliminaires des stations séismologiques du pays.

Elle a été particulièrement ressentie par les habitants de Hammam Bayadha, un village à l’ouest de Dougga, mais aucune information n’a été fournie sur d’éventuels dégâts dans le village ou sur le site archéologique.

AFP

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62 127 22
Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail: fvf@swipnet.se

 



MSN Photos est le moyen le plus simple de partager et d’imprimer vos photos :Cliquez ici.

Yahoo! Groups Sponsor

To Subscribe please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com 
Site des archives complétes de la liste de diffusion TUNISNEWS: http://site.voila.fr/archivtn

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

Accueil

Lire aussi ces articles

8 mai 2007

Home – Accueil – الرئيسية   TUNISNEWS 8 ème année, N° 2541 du 08.05.2007  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H. Tunisie: Walid Layouni

En savoir plus +

8 octobre 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année, N° 3060 du 08.10.2008  archives : www.tunisnews.net     CIDT-tunisie: Relance de l’affaire Barakat

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.