8 février 2002

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 631 du 08/02/2002

Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn 

 
  • LES TITRES DE CE JOUR:

  • Graves incidents au cour du congrès extraordinaire de l´UGTT.

  • AFP: La CISL soutient l’autonomie revendiquée par un congrès de l’UGTT

  • AFP: Procès Hammami: grève controversée des avocats jeudi en Tunisie

  • Infotunisie: Le ministre de la Justice apporte des précisions juridiques au sujet du procès de l’opposant Hamma Hammami

  • AP: Le ministre tunisien de la Justice déplore la « déformation » dans le procès Hammami

  • AFP: Hamma Hammami a interjeté appel de son jugement (ministre de la Justice)

  • Reuters: Tunisia to allow appeal by communist leaders

  • CSLCPT: liberation de H. Hammami, A. Maddouri, S. Taamallah, A. Amroussia Amnistie Generale

  • AP: L’Organisation mondiale contre la torture s’inquiète du sort réservé aux suspects de l’assassinat d’Ali Saïdi

  • OMCT: Tunisie : Latifa et Hedia Saïdi en danger de mort dans l’affaire de l’assassinat de Ali Saïdi.

  • CIDT-Tunisie: Synthese de l’affaire Ali Saïdi.

  • AFP: Un juge saoudien appelle à la condamnation à mort d’une chanteuse tunisienne

  • AFP: Une chanteuse tunisienne nie avoir tenu des propos hostiles à Mahomet

  • ANSA: giudice religioso saudita chiede morte cantante tunisina

  • L´Humanité: Ben Ali compte en France de bien bons amis

  • L´Humanité: La vengeance d’un dictateur

  • L´Humanité: Une interminable litanie de violations des libertés.

  • L´Humanité: : Ben Ali : même les enfants d’opposants sont menacés.

  • Le Soir belge :Fumet de corruption sur l’Ilot sacré

  • Le Soir belge : Fraude L’enquête sur l’Ilot sacré révèle des indices de corruption… Des restos «blanchisseries»

  • Loke Kok Ho: Un enfant souffre de la dictature de Ben Ali

  • Sophie: Petit chronique…Témoignage de la manifestation parisienne

  • IFRECH : REPONSE A LARA : « s’il n’y avait pas eu le changement du 7-Nov. »


  • الشرق الأوسط : تونس: اتحاد العمال يعقد مؤتمرا استثنائيا لاختيار أمين عام جديد
    قوس الكرامة: وهذا نهار آخر…
    الحياة: تونس : إضراب عام للمحامين
    اف ب: تونس: المعارض حمي الهمامي يستأنف الحكم بسجنه والمحامون في اضراب احتجاجي
    الحياة: قاض سعودي يطالب بإقامة الحدّ علي المطربة التونسية ذكري
    اف ب: قاض سعودي يجيز انزال الحد بالمطربة التونسية ذكرى
    موقع الممنوع: مفتى مصر يبرئ المطربة التونسية « ذكرى

     

    أصداء متنوعة عن سير أشغال مؤتمر الإتحاد العام التونسي للشغل في جربة

     

    Graves incidents au cour du congrès extraordinaire de l´UGTT.

    Cet après midi, lors du débat sur l´orientation générale de l´ Union Générale des Travailleurs Tunisiens, la direction sortante appuyée par les congressistes du RCD (parti au pouvoir) s´ est fermement opposée aux revendications démocratiques (L´Amnistie Générale, le soutien à la LTDH et l´ indépendance de la justice) ainsi qu´à une partie de la résolution sur la privatisation formulés par la bonne partie des congressistes démocrates progressistes présents au congrès extraordinaire de l´unique syndicat tunisien qui se tient actuellement à Djerba.

     
    C´est ainsi, que les agents du RCD ont pris à part les congressistes de l´opposition syndicale et les ont violentés appuyés en leur tentative de déstabilisation par la direction sortante et sa milice.
     
    Par ailleurs, les téléphones portables des opposants syndicaux ont été coupés ce qui constitue une maneuvre visant à isoler définitivement ces congressistes.   
     
    Ce n´;est qu´un autre incident qui vient s´ajouter à la longue liste des atteintes aux droits civiles bafoués par le régimes en place.
     
    Message posté par alkarama@netcourrier.com  à la Liste de discussion et d’information sur les droits humains au Maghreb


    تونس: اتحاد العمال يعقد مؤتمرا استثنائيا لاختيار أمين عام جديد

     

    تونس: محمد علي القليبي
    بدأت امس في جزيرة جربة التونسية اعمال المؤتمر الاستثنائي للاتحاد العام لعمال تونس الذي تمت الدعوة اليه لتصحيح مسار التنظيم النقابي بعد ان طغت الخلافات على علاقات اعضاء المكتب التنفيذي والأمين العام السابق اسماعيل السحاني الذي يقضي حاليا عقوبة بالسجن بسبب اختلاسات مالية من خزينة الاتحاد.
    ويواجه المؤتمر، الذي تشارك فيه كافة التيارات النقابية، صعوبات عديدة، خصوصاً في ما يتعلق بانتخاب اعضاء المكتب التنفيذي الجدد والبالغ عددهم 13 بسبب ارتفاع عدد المرشحين لعضوية المكتب الى 56.
    وذكرت مصادر نقابية تشارك في المؤتمر ان هناك اجماعا داخل المؤتمر على انتخاب عبد السلام جراد امينا عاما جديدا للاتحاد. وهو كان قد تولى هذا المنصب بعد اقالة الامين العام السابق. واضافت المصادر ان المشاورات التي جرت قبل انعقاد المؤتمر لم تنجح في اعداد قائمة وفاق يترشح فيها اعضاء المكتب التنفيذي، وان النية تتجه الى تشكيل قوائم يترشح فيها الاعضاء الجدد للمكتب.
    وتقول المصادر انه ستبحث خلال المؤتمر مشاريع عديدة لفائدة العمال في البلاد لمواجهة المستجدات التي تؤثر على حياتهم النقابية بالاضافة الى مشروع اقتصادي واجتماعي جديد لفائدتهم.

    (نقلا عن الشرق الأوسط ليوم 8 فيفري 2002)


    AFP le 08.02.2002 à 16:21:00
     

    La CISL soutient l’autonomie revendiquée par un congrès de l’UGTT


     
       
        DJERBA (Tunisie), 8 fév (AFP)- La Confédération internationale  des syndicats libres (CISL) a exprimé vendredi son soutien au désir  d’autonomie affiché par l’Union générale tunisienne du travail  (UGTT) lors d’un congrès extraordinaire ouvert jeudi sur l’île de  Djerba (sud-est).
        « Nous attachons une importance primordiale à cette indépendance  et à la démocratie interne de toutes les structures », a déclaré le  secrétaire général de la CISL, Guy Reyder, au deuxième jour des  travaux.
        Se faisant l’écho au discours du secrétaire général sortant  Abdesslem Jrad, M. Reyder a souligné: « c’est dans cette optique que  la CISL s’engage à vous accompagner sur le chemin de la  réhabilitation des valeurs de transparence et d’autonomie ».
        « Les libertés syndicales internes et externes nous rendent la  vie difficile, mais il ne faut jamais oublier que c’est cette  liberté qui rend la vie syndicale possible », a ajouté M. Reyder,  réitérant l’impératif d’indépendance pour les organisations  affiliées à la CISL.
        Il s’est réjoui de l’élection de M. Jrad au poste de  vice-président de la confédération, après le départ mouvementé en  septembre 2000 de l’ex-patron de la centrale tunisienne, Ismaïl  Sahbani, condamné à cinq ans de prison pour mauvaise gestion et  détournements de fonds.
        Jeudi, à l’ouverture du congrès censé redonner du souffle à  l’UGTT, M.Jrad a affirmé la nécessité pour son organisation de  « renouer avec une pratique concrétisant l’autonomie et la liberté de  décision ».
        Cette indépendance du syndicat devrait s’excercer aussi bien à  l’égard du pouvoir qu’à l’endroit de tous les partis et mouvements  politiques, avait-il déclaré, soulignant son refus de toute  « instrumentalisation » de l’UGTT.
        La centrale tunisienne en perte de vitesse depuis plusieurs  années est critiquée à la base pour ses positions alignées sur le  pouvoir.
        Jeudi, des candidats opposés à M.Jrad ont dû forcer leur accès à  l’hôtel qui accueille les travaux du congrès, appuyés en cela avec  insistence par des délégués participants, a constaté l’AFP.
        Par ailleurs, le secrétaire général de la CISL a exprimé son  appui aux droits nationaux du peuple palestinien et réclamé  l’application des accords de paix conclus avec Israël. Il affirmé la  nécessité d' »une application intégrale des résolutions 242 et 338 du  conseil de sécurité de l’ONU.
        M. Reyder a déclaré que la CISL était « gravement préoccupée par  la situation du peuple irakien sous embargo » et s’est alarmé de la  « tragédie mondiale » qui connait l’Afrique à cause d’une « pauvreté  abjecte, des conflits et des maladies ».
        André Kaylombo, représentant de la CISL pour l’Afrique a assité  jeudi à l’ouverture du congrès de l’UGTT, qui s’achevera samedi par  l’élection d’un exécutif de 13 membres. 59 candidats, dont M. Jrad  sont en lice.
       
    AFP
     

     


    بيان صادر عن هيئة تحرير قوس الكرامة

     

    وهذا نهار آخر…

    في اليوم الأول للمؤتمر شهدنا إنجازات لليسار النقابي سيكون لها حتما أثرا حاسما على الوضع النقابي خاصة وعلى الوضع السياسي عامة، ففي افتتاح المؤتمر وعند شروع عبد سلام جراد في قراءة برقية التدجين البنعليزمية (برقية المساندة المبعوثة من بن علي) منعه المؤتمرون من قراءتها ورفعوا شعارا: « 

    الاتحاد مستقل والشغيلة هي الكل« ، مما دفع عبد السلام جراد للسكوت خجلا.

    ثم جاب المؤتمرون ساحات النزل مرددين شعارات الحركة النقابية، والجناح الراديكالي فيها تحديدا، وقاموا بفك العزلة التي أرادت البيروقراطية النقابية أن تفرضها عليهم، وقاموا بفتح الأبواب للمناضلين النقابيين وفرضوا دخولهم إلى مقر المؤتمر.

    كما قام المؤتمرون بـإصدار لائحة مساندة

    للمحامين الذين اضربوا اليوم احتجاجا على أحداث السبت الأسود (2 فيفري 2002 – يوم محاكمة حمة الهمامي ورفاقه).

    وقد تم عرض عريضة تضمنت:

    –         المطالبة بتكريس الحريات العامة والخاصة (حق التجمع، وحق التعبير..)

    –         سن قانون العفو التشريعي العام.

    –         تكريس حرية الإعلام ونزاهته.

    –         مساندة الرابطة في نضالاتها من أجل الحريات.

    –         وقف كل تتبع

    لحمة الهمامي ورفاقه والمطالبة بإطلاق سراحهم فورا.

    –         التنديد بالعنف وإرهاب الدولة ضد المناضلين وخاصة الذي تعرض له

    لوممبة المحسني أخيرا.

    وحسب مصادرنا قد حازت العريضة على دعم وإمضاء عدد كبير من المؤتمرين.

    وقد تم فرض كل من

    نزار عمامي ومحمود عاشور في لجنة فرز النيابات مما يعطي اللجنة مصداقية ويمنع البيروقراطية من التلاعب.

    ما حدث في اليوم الأول من المؤتمر الاستثنائي للاتحاد العام التونسي للشغل يجعلنا نأمل في أن المنظمة تستطيع أن تتجاوز محنتها وتفرض استقلاليتها وتسترجع دورها الريادي في النضالات الشعبية.

    نعم، الاتحاد مستقل والشغيلة هي الكل

    قوس الكرامة

    7 فيفري 2002


    QUELLE BELLE JOURNEE VECUE A DJERBA…

    Au premier jour du congrès extraordinaire de l’UGTT, la gauche syndicale a déjà commencé à gagner du terrain et imprégner largement les travaux de ce congrès ( appelé il est vrai le congres des surprises…)

    1-              Dés l’ouverture de congres, quand Abdedssalem Jrad a commencé la lecture d’un télégramme envoyé par Ben Ali, les congressiste ont scandé des slogans appelant à l’indépendance du l’UGTT ce qui a poussé Jrad à se taire baignant dans sa honte(de qui ? ).

    2-              Les congressistes ont ouvert les portes de l’hôtel ou se tiennent les travaux du congrès et ont permis à leurs camarades syndicalistes se trouvant dehors d’y accéder.

    3-              Suite à quoi ils ont manifesté à l’intérieur de l’hôtel scandant des slogans contre la bureaucratie et appelant à l’unité syndicale, l’indépendance de l’UGTT et son rôle avant-gardiste.

    4-              Le congrès a adopté une motion de solidarité avec les avocats en grève ce jour pour dénoncer la parodie de justice à laquelle tout le monde a assisté au cours du procès de Hamma Hammami et ses camarades le 2 février dernier.

    5-              Un nombre très important de congressistes a signé une Pétition appelant :

                          Au respect des libertés fondamentales

                          à l’amnistie générale

                          à la liberté et l indépendance des médias

                          à l appui de la LTDH

                          à l’arrêt de toutes poursuites judiciaires contre HAMMA HAMMAMI et ses camarades

                          à la dénonciation des violences que subissent tous les militants des droits de l’HOMME et surtout l agression qu a subie dernièrement Loumamba Mohseni…

    6-              La gauche syndicale a imposé deux militants Nizar Amami et Mahmoud Achour dans la composition de la commission de dépouillement des délégations, ce qui barre la route à tout dépassement et donne à la commission une certaine crédibilité.

    Ce qui s’est passé aujourd’hui nous permet de garder l’espoir que l’UGTT va pouvoir dépasser sa crise, imposer son indépendance et retrouver sa position naturelle dans la lutte que mène notre peuple pour s a liberté et sa dignité.

    Kaws El-Karama

    7-02-2002

     

    المعارض التونسي حمه الهمامي يستأنف الحكم بسجنه واضراب احتجاج للمحامين

     

    محامون تونسيون مضربون في العاصمة التونسية. (اف ب)

    تونس اف ب: استأنف المعارض التونسي حمي الهمامي ورفيقاه الذين تم حبسهم بعد ان ايدت هيئة قضائية مؤخرا حكما بحقهم، في الخامس من شباط (فبراير) الحكم، وفق ما اعلن امس الخميس وزير العدل التونسي بشير التكاري علي حين نفذ المحامون التونسيون اضرابا واسعا، بحسب مصادرهم، احتجاجا علي ظروف المحاكمة.
    وكان كل من الهمامي وعبد الجليل المدوري وسمير طعم الله وضعوا في الثاني من شباط (فبراير) حدا لفترة تخفي لنحو اربع سنوات للمثول امام المحكمة والاعتراض علي الحكم الصادر بحقهم غيابيا سنة 9991 والقاضي بحبس كل منهم تسع سنوات وثلاثة اشهر بتهمة الانتماء الي حزب العمال الشيوعي التونسي (اقصي اليسار ـ محظور).
    وايدت المحكمة الابتدائية في اعقاب محاكمة عمتها الفوضي في 2 شباط (فبراير) الاحكام وامرت بحبسهم علي الفور.
    وقدم وزير العدل التونسي الخميس توضيحات بشأن اعتقال الثلاثة وتأكيد الاحكام السابقة. وقال خلال مؤتمر صحافي ان الهمامي ورفيقيه مثلوا امام المحكمة في قاعة الجلسات رقم 5 حيث كانت هيئة المحكمة قائمة ثم غادروها مطالبين بان تتم المحاكمة في قاعة الجلسة رقم 6 لانها ارحب .
    واضاف ان المحكمة رفضت هذا الطلب باعتباره منافيا للتقاليد الجاري بها العمل وغير مبرر . وتابع انه بالنظر الي تمسك المتهمين بطلبهم فقد قررت وزارة العدل تنفيذ الاحكام الصادرة غيابيا بحقهم ما يعني النفاذ الفوري ويتيح توقيفهم فورا.
    واكد الوزير ان الهمامي ورفيقيه لم تتم ملاحقتهم بسبب افكارهم بل بسبب افعال مادية دقيقة واعمال ثابتة ادت الي اضطرابات في المؤسسة الجامعية حيث تم توزيع مناشير تحرض علي العنف سنة 1999.
    وردا علي سؤال بشأن رد فعل وزير الخارجية الفرنسي هوبير فيدرين الذي اعرب الاربعاء عن قلقه بشأن المحاكمة، قال التكاري لقد جاء تقديره بناء علي معطيات قدمت اليه . واضاف اني متأكد من انه سيغير موقفه عندما تكون لديه مجمل المعطيات .
    من جهة اخري اعلنت الهيئة الوطنية للمحامين انه سجلت استجابة واسعة لقرار الاضراب عن العمل في كافة المحاكم التونسية الخميس احتجاجا علي الظروف التي جرت فيها المحاكمة علي حين وصفت السلطات حركة الاحتجاج بانها غير شرعية واعلنت انها ستقاضي مجلس عمادة المحامين.
    واعرب عميد المحامين التونسيين البشير الصيد في بيان وردت نسخة منه لفرانس برس عن ارتياحه للاستجابة الواسعة والتلقائية للمحامين للدعوة الي الاضراب للذود موحدين عن كرامة المحاماة وشرفها .
    وبحسب حصيلة اعلنها المحامون المضربون انفسهم فان 24 محاميا فقط زاولوا عملهم امس في العاصمة من بين اكثر من الفي محام. وبحسب المصدر ذاته فان الاضراب سجل نجاحا كبيرا في باجة (شمال غرب) وقابس (جنوب شرق) وصفاقس (جنوب) ونابل (شمال شرق) وبنزرت (شمال).
    ويبلغ عدد المحامين المسجلين في العمادة في تونس 0053 محام.
    واعتبرت السلطات من جهتها ان الاضراب غير الشرعي لم يلق الا نجاحا طفيفا.
    وقال وزير العدل ما عدا استثناءات قليلة لم يلق الاضراب صدي وجرت الامور بشكل عادي وبدون حوادث في كامل انحاء البلاد .
    وكانت اغلبية المحامين التونسيين ايدت في جلسة عامة الاثنين الدعوة الي الاضراب باستثناء مجموعة صغيرة بينهم تنتمي حسب زملائهم الي التجمع الدستوري الديمقراطي (الحزب الحاكم).

     
    Procès Hammami: grève controversée des avocats jeudi en Tunisie

    AFP le 07.02.2002 à 15:43:00

     

    TUNIS, 7 fév (AFP) – Le Conseil national de l’ordre des avocats a affirmé que le barreau a « massivement observé » jeudi une grève pour protester contre les conditions dans lequelles s’était déroulé le procès de l’opposant Hamma Hammami.

    Les autorités ont, pour leur part, qualifié ce mouvement de protestation d' »illégal » et annoncé un recours en justice contre la décision du Conseil de l’Ordre.

    Dans un communiqué à l’AFP, le bâtonnier Béchir Essid s’est félicité de l’adhésion « large et spontanée » des avocats au mot d’ordre de grève pour la « défense de la dignité et de l’honneur du barreau ».

    La grève a été observée « pacifiquement dans tous les tribunaux » de Tunisie, a-t-il ajouté.

    Selon un recensement effectué par des avocats grévistes, sur plus de 2.000 inscrits dans le Grand Tunis (gouvernorats de Tunis, Ariana et Benarous), seulement 24 avocats n’ont pas suivi le mouvement.

    La grève aurait été suivie à 100% dans les villes de Béjà (nord), Gabès (sud) et Sfax (est), tandis que cinq à six avocats ont brisé la grève à Bizerte (nord) et à Nabeul (nord-est), selon la même source.

    Le barreau compte près de 3.500 avocats inscrits dans toute la Tunisie.

    Pour les autorités, ce mouvement « illégal » n’a été que marginalement suivi.

    « A quelques rares exceptions, la grève n’a pas été suivie et les audiences ont pu avoir lieu normalement dans l’ensemble du pays, sans incident », a indiqué le ministre de la Justice, Béchir Takkari.

    Au cours d’une conférence de presse jeudi, M. Takkari a contesté l’appel à la grève lancé par le Conseil de l’Ordre et indiqué qu’un recours avait été introduit en justice par un nombre non précisé d’avocats.

    Ce recours étant « suspensif », la grève est par conséquent « illégale », a-t-il affirmé.

    Il a également contesté ce mouvement de grève pour des motifs politiques. « Nous refusons l’instrumentalisation de la profession », a-t-il déclaré, reprochant aux avocats d’avoir laissé « utiliser leurs structures et leurs locaux dans une finalité qui ne sert en réalité que le mouvement politique de Hamma Hammami ».

    M. Hammami et deux de ses camarades, Abdeljalil Madouri et Samir Taamallah, ont mis fin le 2 février à quatre ans de clandestinité pour faire opposition à leur jugement par défaut en 1999 à neuf ans et 3 mois de prison chacun, pour appartenance au Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, extrême gauche, interdit).

    A l’issue d’un procès chaotique, ils ont vu leur premier jugement confirmé par le tribunal de première instance de Tunis, qui a ordonné leur emprisonnement et condamné M. Madouri à deux années supplémentaires pour « outrage à magistrat ».

    M. Takkari a affirmé que ces opposants n’ont pas été jugés pour leur opinion, mais pour des « actes matériels » et « appels à la violence » sur le campus universitaire en 1999.

    Les avocats s’étaient retirés en bloc du procès le 2 février, lorsque M.Hammami et ses compagnons, en attente de leur jugement, avaient été brutalement arrêtés par la police. Ils s’étaient alors réunis et avaient décidé une journée de grève.

    Lors d’une assemblée générale, lundi, la majorité des avocats ont appuyé cet appel, à l’exception d’un petit nombre d’entre eux appartenant, selon leurs confrères, au Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir).

    AFP

     

    تونس : إضراب عام للمحامين


    تونس – الحياة – دعت نقابة المحامين التونسية الي اضراب في كل المحاكم اليوم، احتجاجاً علي ما اعتبرته اعتداء بالعنف علي محامين علي أيدي رجال أمن يرتدون الزي المدني أثناء محاكمة زعيم حزب العمال الشيوعي (المحظور) حمة الهمامي السبت الماضي.
    وأشار أعضاء في النقابة الي كون زملائهم لم يتمكنوا من الترافع أمام المحكمة وشددوا علي كون أحد أهداف الأحزاب التذكير بضرورة صون حقوق الدفاع .
    وكانت محكمة الدرجة الأولي قضت بسجن همامي واثنين من أعضاء حزبه تسعة أعوام مع التنفيذ العاجل واستطاع محاموهم زيارتهم الاثنين في السجن.
    وشملت تداعيات المحاكمة التي اقتيد المتهمون خلالها الي خارج قاعة المحكمة قبل سماع القاضي أقوالهم، منظمات مستقلة عدة انتقدت الظروف التي جرت فيها وأصدرت ست جمعيات بينها ثلاث غير مرخصة بياناً شديد اللهجة حملت فيها علي غياب شروط المحاكمة العادلة وما اعتبرته قلة إنصاف إزاء المتهمين. ووقع علي البيان كل من رئيس رابطة حقوق الانسان ورئيس جمعية المحامين الشباب وجمعية النساء الديموقراطيات ورئيس مركز تونس لاستقلال القضاء وفرع المنظمة الدولية من أجل التنمية و المجلس الوطني للحريات الذي تقوده الناشرة سهام بن سدرين.

    (المصدر: صحيفة الحياة ليوم 7 فيفري 2002)

     
    Procès H. Hammami SUITE

     

    Le ministre de la Justice apporte des précisions juridiques au sujet du procès de l’opposant Hamma Hammami

    07/02/2002– M. Béchir Tekkari, ministre de la Justice, a tenu une conférence de presse, au cours de laquelle il a explicité les faits et apporté des précisions juridiques au sujet du procès de l’opposant Hamma Hammami et de ses deux co-inculpés, qui s’est déroulé le 2 février courant.

    Le ministre a souligné que la Tunisie est un Etat où le système judiciaire est très développé, conforme aux normes internationales et présente toutes les garanties aux citoyens.

    Il a rappelé les réformes introduites depuis le Changement du 7 novembre 1987 concernant notamment l’organisation de la garde à vue et de la détention préventive et l’instauration du régime de double degré de juridiction en matière pénale, tant au niveau de l’instruction qu’à celui du jugement.

    Il a ajouté que la Tunisie est un Etat de droit qui traite les citoyens selon le principe de l’égalité soulignant qu’il n’est pas permis sous pretexte d’être un opposant politique de se considérer au-dessus des lois.

    Après avoir déploré que les faits relatifs à ce procès aient été déformés, il a rappelé les tergiversations des inculpés qui ont contesté le déroulement du procès selon les usages en refusant que l’audience se déroule dans la salle N° 5 où la cour siégeait. Il a indiqué que le parquet a ordonné l’exécution immédiate du jugement prononcé par défaut le 14 juillet 99 ce qui a permis l’arrestation des inculpés et leur citation à comparaitre.

    C’est alors, a poursuivi le ministre, que l’un des prévenus, Abdelajabbar Madouri a blasphémé et proféré des propos injurieux et vulgaires devant le Président du tribunal qui a ordonné son expulsion de la salle et commencé à procéder à l’audition des deux autres prévenus, lesquels ont refusé de répondre en l’absence du troisième co-inculpé. Devant ce refus, le tribunal s’est retiré pour déliberer et prononcer ensuite son verdict qui a confirmé le premier jugement, à savoir 9 ans et 3 mois d’emprisonnement, en ajoutant deux ans supplémentaires pour Madouri pour blasphème, injures et propos vulgaires proférés devant le tribunal.

    Le ministre a affirmé que MM. Hamma Hammami, Samir Taamallah et Abdeljabbar Madouri n’étaient pas poursuivis pour leurs opinions.

    Nous savons qu’ils appartiennent à un mouvement interdit, qu’ils ont exprimé leurs opinions sans être inquiétés, mais que c’est pour avoir perpétré des actes matériels précis ayant entraîne des perturbations dans le campus universitaires et menacé la paix civile par la
    distribution de tracts appelant à la violence, comme le prouvent des documents et des témoignages concordants, qu’ils ont été déférés devant la justice.

    Le ministre a indiqué que M. Hamma Hammami est traité comme tout citoyen, ni plus ni moins. « Dans aucun pays du monde, un citoyen ne peut choisir la salle d’audience, ni blasphémer ou proférer des injures et autres propos vulgaires. La justice est une manifestation de souveraineté et non pas une relation contractuelle », a encore souligné le ministre.

    M. Tekkari a précisé que les prévenus ont été en mesure d’exercer leur droit de défense, mais qu’ils n’avaient pas à poser des conditions au tribunal.

    M. Tekkari a fait observer que les prévenus sont à même d’utiliser les voies de recours, comme ils l’ont déjà fait en interjetant appel le 5 février.

    En réponse aux questions des journalistes, le ministre a relevé que cette affaire a été gérée judiciairement et que la présence des forces de l’ordre dans l’enceinte du palais de justice est fonction de la densité du public. « La justice se rend dans l’ordre public, mais pas dans l’insécurité », a-t-il fait valoir.

    « Ces personnes ont voulu créer l’incident, volontairement », a encore affirmé le ministre notant que « entre créer l’incident et la sérenité de la justice, la cour a opté pour la deuxième
    alternative ».

    Interrogé sur l’appréciation critique du déroulement du procès du ministre français des Affaires étrangères, M. Hubert Vedrine, M. Tekkari a déclaré que le Chef de la diplomatie française a fait une appréciation sur la base d’informations qui lui ont été communiquées.

    Il s’est déclaré « persuadé que le ministre français changera d’avis une fois qu’il aura l’ensemble des données, y compris celles que je viens de communiquer ».

    Au sujet de la grève décidée par les avocats pour la journée du 7 février, le ministre a indiqué que le Conseil de l’ordre a pris une décision illégale, et que des avocats ont interjeté appel contre cette décision conformément à l’article 62 de la loi relative à la profession d’avocat, affirmant que cette grève n’a pas été suivie.

    « Toutes les audiences se sont déroulées normalement, dans tous les tribunaux de la République à part quelques rares cas, les avocats ont assuré la défense de leurs clients » a-t-il dit.

    En ce qui concerne le droit de visite aux trois détenus, le ministre a affirmé que les membres de la famille de Hamma Hammami qui ont présenté une demande d’autorisation à cet effet ont reçu une suite favorable, notant que le détenu avait déjà reçu la visite de
    ses avocats. Il en est de même pour les deux autres condamnés qui ont reçu la visite de membres de leurs familles, en plus de leurs avocats. « Le droit de visite au détenu est un droit absolu », souligné avec insistance M. Tekkari.


    Le ministre tunisien de la Justice déplore la « déformation » dans le procès Hammami

    APF, le 07.02.2002 à 18:59:00

    par Bouazza Ben Bouazza

    TUNIS (AP) — Le ministre tunisien de la Justice, Béchir Tekkari, a déploré jeudi que les faits ayant marqué le procès de l’opposant Hammami Hammami aient été « déformés » et que certains autres aient été « occultés ».

    Dirigeant du Parti ouvrier communiste tunisien (POCT), formation d’extrême gauche interdite, Hammam Hammami et deux de ses compagnons, Samir Taâmallah et Abdeljabbar Madouri, condamnés par défaut en 1999 à une peine commune de 9 ans et 3 mois de prison, avaient décidé le 15 janvier dernier de rompre leur clandestinité, pour voir le tribunal de première instance de Tunis confirmer ce verdict dans un procès à rebondissements qui ont conduit les avocats de la défense à se retirer. Madouri a écopé de deux ans supplémentaires pour outrage à magistrat.

    Selon le ministre, ce dernier s’est vu infliger cette peine supplémentaire pour avoir « blasphémé et proféré des injures et des propos vulgaires devant le tribunal ».

    Ils avaient été jugés pour notamment appartenance à une organisation illégale, incitation à la rebellion et diffusion de fausses nouvelles de nature à troubler l’ordre public.

    Selon M. Tekkari, les trois prévenus n’étaient pas poursuivis pour leurs opinions, mais pour des « actes matériels précis et prouvés, menaçant la paix sociale ». Il a fait valoir que c’est la condition posée par Hammami de changer la salle initialement prévue pour l’audience sous prétexte qu’elle était exigue, qui a été à l’origine des débordements.

    « Par principe et pour une raison d’organisation et de souveraineté » le tribunal ne pouvait pas s’y soumettre », a noté le ministre. « Dans aucun pays du monde, un citoyen ne peut choisir la salle d’audience. »

    M. Tekkari a infirmé la thèse selon laquelle le procès a été géré plus sécuritairement que judiciairement, imputant la présence en grand nombre de policiers dans le palais de justice à la densité du public. « La justice se rend dans l’ordre public, pas dans l’insécurité », a-t-il soutenu, ajoutant que les trois condamnés pouvaient utiliser les voies de recours garanties par la loi et avaient déjà interjeté appel.

    Interrogé sur la prise de position du ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, qui s’est déclaré mercredi « préoccupé » par les conditions dans lesquelles le procès de Hammami s’est déroulé, le ministre tunisien s’est dit « persuadé que M. védrine changera d’avis une fois qu’il aura l’ensemble des données. »

    En ce qui concerne le droit de visite aux trois condamnés actuellement détenus à la prison civile de Tunis, il a affirmé que c’était là « un droit absolu ». D’après lui, les membres des familles des détenus qui ont présenté des demandes d’autorisation ont reçu une réponse favorable. Il a avancé que Hammami avait déjà reçu la visite de ses avocats.

    L’épouse de ce dernier, l’avocate Radhia Nasraoui, s’est cependant inscrite en faux contre ces affirmations. « Ni moi ni son frère, Hédi, ni encore les avocats n’avons pu rendre visite à Hamma Hammami », a-t-elle affirmé à l’Associated Press.

    Version contradictoire aussi au sujet de la grève décrétée jeudi par le conseil de l’ordre des avocats. D’après le ministre, qui a qualifié cette action d’ illégale », « les audiences se sont déroulées normalement dans tous les tribunaux du pays, à l’exception de quelques rares cas ». Le secrétaire général du conseil de l’ordre, Mohamed Jmour, a pourtant affirmé que la grève avait été « massivement suivie » à plus de 90% par les quelque 3.000 avocats tunisiens.

    Associated Press


    Hamma Hammami a interjeté appel de son jugement (ministre de la Justice)
     

    AFP, le 07.02.2002 à 15:21:00

    TUNIS, 7 fév (AFP) – L’opposant tunisien Hamma Hammami et ses deux compagnons, qui avaient été emprisonnés après avoir vu leur premier jugement confirmé par un tribunal, ont interjeté appel le 5 février, a annoncé jeudi le ministre tunisien de la Justice, Béchir Takkari.

    M. Hammami, Abdeljalil Madouri et Samir Taamallah ont mis fin le 2 février à quatre ans de clandestinité pour faire opposition à leur jugement par défaut en 1999 à neuf ans et 3 mois de prison chacun, pour appartenance au Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, extrême gauche, interdit).

    A l’issue d’un procès chaotique, ils ont vu leur premier jugement confirmé le 2 février par le Tribunal de première instance de Tunis qui a ordonné leur emprisonnement immédiat.

    Jeudi, M. Takkari a donné des précisions sur les raisons pour lesquelles, selon son ministère, les trois hommes avaient été arrêtés et vu leur peine confirmée.

    M. Hammami et ses deux compagnons, condamnés par contumace, « se sont présentés à l’audience (en) salle numéro 5 où la Cour siégeait, puis l’ont quittée, en exigeant que l’audience soit tenue dans la salle numéro 6 parce que plus spacieuse », a indiqué le ministre.

    « Jugeant cette demande contraire aux usages et injustifiée (…), la Cour l’a refusée, elle en a informé les avocats des intéressés, puis a continué à siéger dans la salle initiale », a-t-il ajouté.

    Les inculpés ayant maintenu leurs exigences, « le ministère public a décidé d’ordonner l’exécution du jugement prononcé par défaut le 14 juillet 1999, lequel était revêtu de l’exécution immédiate, ce qui devait permettre l’arrestation des inculpés et leur citation à comparaître », a encore dit M. Takkari.

    Selon le ministre, « Hamma Hammami et les deux autres inculpés ayant refusé de répondre aux chefs d’inculpation qui leur étaient reprochés (…), la Chambre a retenu l’affaire en délibération ».

    Après délibéré, le Tribunal a « décidé le maintien des peines prononcées à l’encontre de M. Hammami et des deux autres inculpés », a dit M. Takkari, pour qui le procès s’est déroulé « conformément aux règles du code de procédures pénales ».

    Le ministre de la Justice a affirmé que M. Hammami et ses camarades « n’ont pas été poursuivis pour leur opinion », mais pour des « actes matériels précis et des faits avérés ayant entraîné des perturbations sur le campus universitaire, où des tracts appelant à la violence avaient été distribués » en 1999.

    Le ministre a justifié la présence de forces de l’ordre au palais de justice, en affirmant que « la justice ne peut pas se rendre dans le cadre de l’insécurité pour le public et les accusés ». « Je ne considère pas que le dossier a été géré sécuritairement », a-t-il ajouté en réponse à une question sur la présence massive des forces de l’ordre.

    Interrogé sur les déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Hubert Védrine, qui s’est dit mercredi « vraiment préoccupé par les informations » reçues « sur la manière dont s’est déroulé le procès » de Hamma Hammami, le ministre tunisien de la Justice a répondu: « Cette appréciation a été faite sur la base des données qui lui ont été fournies ».

    « Je suis persuadé qu’il changera d’avis lorsqu’il aura l’ensemble des données », a conclu le ministre.

    AFP


    Infos Hammami. Alerte

     
    Ce soir, vendredi 8 février, 18heures, nous avons reçu un appel de maître Radhia Nasraoui nous donnant les informations suivantes :
    La famille de Hamma Hammami a enfin obtenu le droit de visite. Ses deux frères Hedi et Tahar Hammami ainsi que sa fille Ousseima se sont rendus à la prison du 9 avril à Tunis, où ils ont pu le voir dans des conditions extrêmement pénibles. Ils étaient séparés de lui par un double grillage avec un couloir au milieu et des policiers autour de lui, d’autres autour de sa famille, d’autres enfin circulant dans le couloir.
    Par ailleurs, les avocats n’ont pas obtenu de droit de visite. Dans ces conditions, Radhia Nasraoui, en tant qu’épouse et en tant qu’avocate, a décidé de refuser de le visiter.
    Hamma Hammami a pu alerter sa famille sur les conditions dans lesquelles il est détenu, dans une cellule avec trois autres détenus condamnés dans des affaires criminelles. Il a insisté sur le fait qu’il craint fortement pour sa sécurité et exige le transfert dans une cellule individuelle ou au moins dans une cellule de droits communs comme celles où se trouvent A. Madouri et S. Taamallah.
    Enfin Radhia Nasraoui a insisté sur le fait que le ministre de la Justice a décidé de fixer de façon imminente la date du procès en appel.
    Il est urgent de renforcer notre mobilisation pour être prêt à organiser une délégation la plus importante possible dès que la date sera fixée.
     
    Pour finir je vous signale que Amar Amroussia est emprisonné à la prison de Gabes et non de Bizerte comme je l’avais écrit par erreur.

    MESSAGE ENVOYE PAR  

    Marguerite.Rollinde@ras.eu.org à Liste de discussion et d’information sur les droits humains au Maghreb


    Tunisia to allow appeal by communist leaders

    Reuter 3 – 07.02.2000 20:17:00

    TUNIS, Feb 7 (Reuters) – Three leaders of Tunisia’s outlawed Communist Party who emerged from years in hiding to stand trial after being sentenced to prison in absentia, were assured on Thursday they could appeal their sentences.

    Justice Minister Bechir Tekkari said the three, who had their jail terms of up to 11 years confirmed or increased at their trial last Saturday, would appear before an appeal court in the next few days.

    There was further fallout from Saturday’s trial when Tunisia’s Bar Council said in a statement that most of the country’s 3,000 lawyers staged a strike on Thursday to protest at what they called police beating of the defendants at the courthouse and breaches of their rights.

    Tekkari gave a different version of the strike saying « only a few lawyers »walked out and court hearings throughout the small North African country were not hindered or delayed.

    The issue has turned into a battle between the government and human rights groups as well as cast a pall over relations between Tunisia and its former colonial power France.

    The leader of the Tunisian Workers’ Communist Party, Hamma Hammami, and three other senior party figures had been hunted by police for almost four years since being sentenced to jail in absentia in 1999 for dissident activity.

    The four said they had surrendered because they believed pro-democratic opposition forces and human rights groups had now grown strong enough to pressure the government for a fair trial.

    But the court on Saturday confirmed Hammami and Samir Taamallah jail sentences of nine years and three months each.

    Abdejabbar Madouri got the heaviest sentence of 11 years and three months after he received two additional years when he questioned the independence of the judiciary at the hearing.

    Ammar Amroussia had his sentence of two years and three months confirmed.

    « The three men would have a trial hearing before an appeal court in the next few days, » Tekkari told reporters.

    Lawyers said Amroussia did not want a retrial because of his relatively light sentence.

    Human rights activists allege police beat up the defendants at their Saturday appearance. They also allege police punched and slapped people in a crowd outside the courthouse.

    Tekkari did not address the alleged police brutality but accused the defendants of adopting « provocative tactics » which led to the courthouse disturbances.

    REUTERS

     

     
    لجــــنة  مساندة  الــنــّضـالات
    المدنيّة والسّياسيّة
    في تــــونس


    CSLCPT
    Comité de Soutien aux Luttes Civiles et Politiques en Tunisie

     

    LIBERATION DE H. HAMMAMI, A.MADDOURI, S. TAAMALLAH, A.AMROUSSIA
    AMNISTIE GENERALE

     

    Tunisie :

    1/Multiplication et élargissement des pratiques de Désobéissance Civile et des expressions d’une Opposition de Rupture.

    2/ L’appareil policier du régime de Zine el-Abidine Ben Ali a de plus en plus peur de la rue. Il se lance dans une spirale relevant du banditisme.

    Le 2 février 2002, Abdejjabbar Maddouri, Samir Taâmallah, Ammar Amroussia et Hamma Hammami se présentent volontairement aux autorités judiciaires tunisiennes. Condamnés par contumace à des peines allant jusqu’à 9 ans et 3 mois de prison ferme pour appartenance à une organisation politique non autorisée, et vivant depuis plusieurs années dans la clandestinité, ils choisissent de se livrer pour mener dorénavant au grand jour la lutte contre la dictature.

    Ce choix des quatre camarades du PCOT s’inscrit dans une évolution que vit la population tunisienne depuis quelques années.

    En effet, le pays a connu dix années glaciaires (env. de 1987 à 1997) où la brutalité de la répression, l’omniprésence policière et le déploiement d’une économie de prédation mafieuse et clientéliste (qualifiée de « libérale » par la doxa capitaliste) ont étouffé toute expression de contestation et gelé toute action collective non contrôlée par le régime.

    Dans la seconde moitié des années quatre vingt dix, les choses ont commencé a changer, petit à petit. Après des années de léthargie, la scène étudiante a connu un grand mouvement de contestation, il a été de nouveau possible de tenir et d’entendre des propos hostiles au régime dans les cafés, les slogans politiques ont refait apparition dans les stades ; puis des associations et des

    comités démocratiques indépendants ont été constitués ou ont reconquis la capacité de développer un discours et une activité autonomes, des émeutes ont éclaté dans plusieurs régions du pays impliquant des chômeurs, des lycéens et des prolétaires parmi les plus touchés par le pillage « libéral » du pays, et ont joui de la sympathie de parties très larges de la population ; Le mécontentement au sein de la base de la centrale syndicale étroitement contrôlée par les autorités s’est exacerbé révélant une crise structurelle aiguë, les grèves sauvages se sont multiplié, touchant même des secteurs traditionnellement amorphes (taxis, douanes…) ; des revues politiques d’opposition interdites sont apparues et ont été distribuées malgré l’encerclement policier, des centaines de publications subversives ont fleuri sur internet, des réunions et des initiatives hostiles à la dictature ont été organisées de plus en plus fréquemment et la répression policière affrontée par un nombre croissant de personnes entrées en dissidence collective ; la rebellion démocratique a gagné des espaces et des groupes de plus en plus divers… Selon l’expression d’un des dissidents tunisiens les plus en vue, « désormais les tunisiens ne revendiqueront plus leurs droits, ils les exerceront… » malgré l’Etat policier !

    De plus en plus d’espaces sont libérés, pendant quelques temps, et voient se déployer des paroles et des pratiques autonomes. Ils sont exigüs et éphémères mais de plus en plus nombreux, de plus en plus fréquents et de plus en plus denses. Le Palais de Justice de Tunis a été, le 2 février dernier, l’un de ces espaces pendant quelques heures.

    Il s’agit pour nous tous aujourd’hui de nourrir ces Zones Libérées, de les multiplier, de les protéger et de les nourrir de significations exprimant les aspirations du plus grand nombre des tunisiennes et des tunisiens.

    CONTRE LA DICTATURE DE Z. BEN ALI

    CONTRE LES POLITIQUES D’APPAUVRISSEMENT ORGANISE DES PEUPLES

    CONTRE LES PARRAINS IMPERIALISTES DE NOS DICTATURES

    POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE, DEMOCRATIQUE ET ANTI-IMPERIALISTE

    6 février 2002

     
    FLASH INFOS

    UN PETIT RAPPEL

    Ce Samedi 9 février 2002 : reprise à Tunis du procès de l’homme d’affaires tunisien Kamel Eltaief, ancien proche du président Zine el Abidine Ben Ali:

    délibéré et verdict.


     
     
     

    Faudel comédien

    PARIS (AP) — Après avoir conquis un large public en chantant, au point de devenir « Le petit prince du Raï », c’est dans un téléfilm diffusé sur M6 le 20 février que Faudel annonce son retour.

    Il y campera

    un jeune étudiant en mathématiques tunisien

    ?? qui, pour financer ses études, se fait engager comme pion dans un lycée parisien.

    Associated Press


    LA SERIE D’HUMOUR NOIR FROM www.infotunisie.com SE POURSUIT…

    Réunion du Bureau politique du RCD
    Le Président Ben Ali ordonne l’organisation samedi d’un grand meeting populaire de solidarité avec le peuple palestinien
    http://www.infotunisie.com/2002/02/070202-6.html


    La Tunisie adhère aux efforts de la communauté internationale pour promouvoir

    la transparence financière

    http://www.infotunisie.com/2002/02/070202-2.html


     

    Le Chef de l’Etat décide la tenue d’une réunion extraordinaire du conseil des ministres consacrée à l’examen du projet de loi de réforme constitutionnelle

    08/02/2002– Le Président Zine El Abidine Ben Ali a conféré avec M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, qui a déclaré que le Président de la République a décidé la tenue, mercredi prochain, d’une réunion extraordinaire du Conseil des ministres, qui sera consacrée à l’examen du projet de loi de réforme constitutionnelle, conformément à ce qu’avait annoncé le Chef de l’Etat, dans son discours à l’occasion du XIVème anniversaire du changement.

     

    LE JOURNAL FRANCAIS “L’HUMANITE” CONSACRE UNE BONNE PARTIE DE SON NUMERO DU VENDREDI 8 FEVRIER POUR LA SITUATION EN TUNISIE.

    TUNISIE

    Ben Ali compte en France de bien bons amis

    Jean-Pierre Chevènement a fait, comme beaucoup d’autres, le déplacement à Porto Alegre la semaine passée. Le candidat à la présidence de la République s’est joint au concert de réflexions en faveur d’une autre mondialisation et de l’émergence d’une véritable démocratie citoyenne. Mais Jean-Pierre Chevènement n’en a pas moins posé, il est vrai avec une discrétion peu habituelle, sa différence. C’est qu’il était sans doute l’un des très rares, probablement l’unique, du Forum à avoir fait précéder son voyage au Brésil d’un autre en Tunisie. Et là, le candidat globe-trotter a fait entendre un autre son de cloche. Bien sûr, il s’est préoccupé de  » l’ouverture vers le Sud, la solidarité et le codéveloppement « . Mais ce fut pour vanter.aussitôt la Tunisie du général-président Zine el Abidine Ben Ali comme  » une oasis de stabilité  » disposant de plusieurs  » longueurs d’avance  » sur la voie du progrès. Les droits de l’homme ? Le sujet, a précisé Jean-Pierre Chevènement à l’issue de sa visite du 7 janvier, relève de la  » conversation privée  » qu’il a eu avec Ben Ali. Mais le candidat  » républicain  » – qui a placé cette visite dans le cadre de sa campagne – n’a pas hésité à apporter sa caution en proclamant haut et fort que son hôte  » a pris un certain nombre d’orientations très claires « .

    Alors que la presse française y demeure régulièrement interdite de diffusion, au gré des humeurs du pouvoir tunisien, les déclarations de Jean-Pierre Chevènement ont été diffusées jusqu’à plus soif sur la télévision nationale étroitement contrôlée par le Palais de Carthage. Tant et si bien que cette visite et ces déclarations ont semé la consternation au sein de l’opposition tunisienne, même la plus modérée. Fathi Chamki, le porte-parole d’Attac-Tunisie, n’a pas, pour sa part, digéré le  » satisfecit total  » ainsi décerné au régime en place :  » Dans le temps c’était Séguin et Delanoë. Avec Chevènement, Ben Ali a eu du sang frais. C’est inexcusable car je ne pense pas que M. Chevènement ignore la nature du régime tunisien.  »

    On peut en effet exclure cette hypothèse : le candidat à l’Elysée était ministre de l’Intérieur quand, début 2000, Lionel Jospin a décidé de reporter sine die le voyage officiel prévu. Des prétextes diplomatiques avaient été avancés mais nul ne faisait mystère du peu d’empressement du premier ministre à se compromettre avec un régime policier et tortionnaire. Dans la même période, le PS avait d’ailleurs jugé plus prudent de rompre ses relations avec le parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique, membre de l’Internationale socialiste. · croire que l’ambition de  » réunir les deux rives  » est décidément sans rivage.

    Comme l’a observé Fathi Chamki, si Jean-Pierre Chevènement est le dernier en date des amis du président, il n’est pas le seul. Bertrand Delanoë et Philippe Séguin ont certes des attaches particulières et respectables avec la Tunisie, terre où l’un et l’autre sont nés. Mais cette intimité ne saurait tout justifier. Avant même d’être élu à son poste actuel, l’actuel maire socialiste de Paris s’était défendu des accusations de collusion portées à son encontre. Philippe Séguin, haute personnalité du RPR, a, pour sa part, mené la bataille, la croisade pourrait-on dire, contre la presse française, accusée de dénigrer injustement un président tunisien clairvoyant.  » Parler de démocratie et vouloir les mêmes systèmes, y compris dans des endroits où vous avez une majorité d’analphabètes et des gens qui crèvent de faim, c’est faire fi de ce que la citoyenneté est la condition d’une véritable démocratie « , n’hésitait pas à justifier l’ancien président de l’Assemblée nationale. Pour un peu, il aurait resservi le plat de la démocratie bourgeoise et de la dictature du prolétaire Ben Ali…renversant.

    MARC BLACHERE


    TUNISIE

    La vengeance d’un dictateur

    Mandatée par le comité de soutien international à Hamma Hammami et à ses camarades, Anne-Charlotte Dommartin,a assisté, samedi à Tunis, au simulacre de procès. Elle nous livre ses impressions.

    Comment expliquez-vous une telle violence publique ?

    Anne-Charlotte Dommartin. Il y avait une grande part de désir de vengeance de la part de la police politique. Hamma et ses camarades, Abdeljabar Madouri et Samir Tâamallah ont vécu quatre ans dans la clandestinité sans qu’elle puisse les retrouver. Hamma avait réussi à continuer à s’exprimer par le biais d’interviews à des journaux et même à des télévisions. Mais ce 2 février où trente secondes seulement ont suffi au tribunal de Tunis pour condamner Hamma Hammami et Samir Tâamallah à neuf ans et trois mois d’emprisonnement. Abdeljabar Madouri se voyant en outre infligé, en son absence, deux années supplémentaires, pour des chefs d’inculpation qui demeurent ignorés, est un tournant dans le déroulé de la justice du régime de Ben Ali. Auparavant, les procès politiques se déroulaient avec un semblant de règle, là c’était la police qui décidait pour le juge. Les prévenus ont été kidnappés en pleine salle d’audience par des policiers qui se sont littéralement jetés sur eux pour les sortir de la salle.

    Lors de la première audience, le juge est resté barricadé dans son bureau. Or, c’est lui qui est habilité par le code de procédure pénal tunisien à réglementer l’audience et à assurer la sécurité de tous. Samedi, c’était des officiers de police judiciaire qui faisaient la loi dans l’enceinte du tribunal. Le juge avait peur de rencontrer les avocats. Il n’a même pas demandé l’identité des prévenus. Il a juste lu la peine confirmant les sentences de 1999 sans qu’à aucun moment les prévenus n’aient eu la possibilité de s’exprimer, que les charges ne leur aient été notifiées, que le procureur n’ait pu formuler sa demande et sans bénéficier de l’assistance de leurs avocats. Il a fait ce que les autorités lui ont dit de faire.

    Quel était l’état des prévenus après le coup de force de la première audience ?

    Anne-Charlotte Dommartin. Deux seulement sont réapparus à la seconde audience. Hamma et Samir, qui avait sa chemise déchirée. Abdeljabar Madouri n’était pas là. Nous avons appris qu’il avait été frappé à la tête et qu’il se plaignait depuis de très violents maux de tête.

    Dans quelles conditions sont-ils détenus ?

    Anne-Charlotte Dommartin. Les avocats les ont vus lundi. Hamma est dans une cellule dans le quartier des condamnés à mort, où les conditions de détention sont les plus dures. Ses deux camarades dans un dortoir avec 250 prisonniers. Mais nous sommes particulièrement inquiet sur le sort d’Ammar Amoussia, qui sortait aussi de clandestinité. Il avait été condamné à deux ans de prison en 1997 mais dans un autre procès. Aussi était-il arrivé avec ses camarades au tribunal, mais il n’était pas concerné par cette audience. Il s’est assis dans la salle avec nous dans les rangs réservés au public, mais quand nous sommes sortis du tribunal, et malgré notre protection, il a, lui-aussi, été enlevé. Une dizaine de policiers se sont jetés sur nous, ont attrapé Ammar et l’ont traîné à terre. Depuis nous sommes sans nouvelles de lui.

    L’ordre des avocats a décidé de protester en organisant, hier, une grève générale du barreau. C’est un geste significatif dans un régime dictatorial. Peut-on attendre un mouvement dans les rangs de la justice ?

    Anne-Charlotte Dommartin. Ce qui s’est passé a été un choc très fort. On n’avait jamais vu ça auparavant. Comme le disent, eux-mêmes, les avocats,  » la justice s’est sentie humiliée « . Il y avait déjà eu des réactions individuelles courageuses. En juillet dernier, le juge Mokhtar Yahiaou avait écrit une lettre ouverte à Ben Ali dénonçant la mise au pas du système judiciaire tunisien. Il a été mis à pied, subi de fortes pressions et on lui a proposé un arrangement qu’il a refusé. Il a été démis de ses fonctions et son passeport lui a été retiré.

    Que comptez-vous faire sur le plan international ?

    Anne-Charlotte Dommartin. Nous en appelons à l’Union européenne pour qu’elle fasse respecter par son partenaire tunisien les engagements sur les droits de l’homme contenus dans l’article 23 de l’accord d’association. Nous appelons tous les Etats partenaires et bailleurs de fonds de la Tunisie à suspendre leur aide économique tant qu’un respect minimal des droits de l’homme ne sera pas garanti.

    Propos recueillis par D. B.


    TUNISIE

    Une interminable litanie de violations des libertés.

    Une  » parodie de procès « . C’est en ces termes qu’Amnesty International qualifie le jugement condamnant Hamma Hammami et trois de ses camarades du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT). L’organisation de défense des droits de l’homme  » considère ces hommes comme des prisonniers de conscience car ils n’ont jamais utilisé ou fait l’apologie de la violence  » et que les événements  » sont les derniers d’une série de violations flagrantes des droits fondamentaux de ces hommes à la liberté d’opinion et d’association et au bénéfice d’un procès équitable « .

     » Le gouvernement tunisien utilise la guerre contre le terrorisme lancée après le 11 septembre pour justifier la poursuite de la répression contre toutes les voix dissidentes à travers l’échiquier politique « , conclut son communiqué. Marqué notamment par une charge de police à l’intérieur même de la salle d’audience, ce procès constitue en effet le dernier exemple en date de l’interminable litanie de violations des libertés fondamentales qui caractérise le régime Ben Ali.

     » L’affaire Taoufik Ben Brik « , du nom de ce journaliste qui, début 2000, observa une longue grève de la faim pour attirer l’attention de l’opinion internationale sur son assignation à résidence et, plus largement, sur  » les impostures de la démocratie tunisienne « , est restée dans toutes les mémoires. Venus lui exprimer leur solidarité, Omar Mestiri, secrétaire général du Conseil national des libertés en Tunisie (CNLT), et son épouse Sihem Sedrine, directrice de la maison d’édition  » Aloès « , étaient victimes d’un tabassage policier en règle, le 26 avril de cette même année. Témoignant devant la presse internationale, alors fortement présente à Tunis, cette femme d’une cinquantaine d’années, pansement sur la figure et minerve au cou, racontait sa vie quotidienne tissée de surveillances et de brimades policières :  » C’est un enfermement permanent. Une mort lente. Ma fille de douze ans ne peut pas appeler ses amies (la première mesure policière dans un tel cas consiste à couper le téléphone, NDLR), on ne peut plus nous contacter « .

    Créé le 10 décembre 1998, jour anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le CNLT s’est toujours vu refuser une reconnaissance officielle. Deux ans plus tard, il publiait un premier rapport, L’obligation de liberté, dénonçant le système de violations systématiques des libertés prévalant en Tunisie. Pièce centrale du dispositif mis en place pour  » broyer tout esprit indépendant « , la  » Dhakilia « , c’est-à-dire le ministère de l’Intérieur. Lieu de convergence de tous les flicages et d’émission de toutes les consignes, il a littéralement pris en main la gestion politique du pays.  » Le Tunisien compte sans doute parmi les personnes les plus fichées au monde « , constataient les auteurs du texte. Pire, depuis les sous-sols du ministère de l’Intérieur aux commissariats de quartier, de véritables  » usines à torture  » sont installées à travers le pays.

    La description faite voici donc quatre ans dans la déclaration constitutive du CNLT reste plus que jamais valable, évoquant les  » procès politiques qui se sont déroulés dans le mépris le plus total des droits de la défense « , les prisons pleines d’opposants  » dans des conditions incompatibles avec les règles élémentaires de traitement des prisonniers (…) La torture est devenue une préoccupation constante dans la majorité des affaires, qu’elles soient politiques ou de droit commun. Un certain nombre de décès eurent lieu dans des circonstances suspectes et n’ont jamais fait l’objet d’une enquête sérieuse « .

    Jean Chatain


    Tunisie. Les avocats tunisiens se sont mis en grève hier pour protester contre les violences et la parodie de justice lors du procès de trois opposants.

    Ben Ali : même les enfants d’opposants sont menacés.

    Les arrestations brutales samedi en pleine audience du tribunal de trois opposants au régime suscitent de nombreuses protestations.

    Radhia Nasraoui, avocate et militante des droits de l’homme, est l’épouse de Hamma Hammani, membre du Parti communistes des ouvriers de Tunisie (PCOT), kidnappé samedi avec trois de ses camarades en pleine salle d’audience du tribunal par la police politique de la dictature de Ben Ali. Les opposants sortaient de plusieurs années de clandestinité pour faire opposition à leur condamnation de 1999 et réclamer un nouveau procès. Il n’y a pas eu de jugement, et les violences dont se sont rendus coupables les forces policières ont amené l’ordre des avocats à appeler à la grève – qui a eu lieu – pour dénoncer les événements de samedi qu’ils ont qualifié de  » catastrophe pour la justice « .

    Jointe par téléphone, Radhia a témoigné pour l’Humanité des pressions qu’elle subissait de la part du régime en tant qu’épouse d’un opposant et avocate militante.

    Quand nous avons réussi à joindre Radhia sur son portable, c’est d’abord une grande surprise qu’exprimait sa voix. En quelques secondes, elle lance précipitamment un autre numéro où elle sera joignable dans une heure.  » Vite, ils vont couper… « . Il ne sort rien de plus de ce premier contact. Silence à Tunis, à l’autre bout du fil. Plus tard, nouvel échange sur une autre ligne. Radhia est soulagée et s’explique.  » C’est un pur hasard que vous ayez pu me contacter sur mon mobile. La ligne était coupée depuis plusieurs heures. Ils la remettent en fonction de temps en temps, ce qui leur permet de nous traiter de menteurs quand nous dénonçons leurs agissements.  » D’emblée, cette histoire de téléphone nous jette dans le bain des pressions que subissent Radhia et ses filles depuis des années. Quand nous l’appelons, l’avocate est tout aussi bouleversée qu’en colère. Elle revient de la prison du 9-Avril, à Tunis, où depuis samedi Hamma et ses camarades sont embastillés.  » On nous a refusé toute visite et même l’autorisation de faire passer la nourriture. Un seul avocat a pu les voir lundi, mais c’était une erreur du greffier, qui a été sanctionné « , explique-t-elle. Radhia a joué sur trois tableaux : avocate, épouse et mère. Tout a échoué.  » Quand je me présente en tant qu’avocate, ils répondent qu’ils n’ont plus de formulaires pour les permis de visite. Et quand je viens en tant qu’épouse, ils me disent de repasser le lendemain.  » Radhia est allée au pénitencier avec sa fille de treize ans. Ousseima a été brutalisée samedi par les policiers parce qu’elle s’accrochait à son père au moment du rapt. Elle ne l’avait pas revu depuis quatre ans.  » La petite a été piétinée. Elle ne pouvait même plus se tenir debout et avait la bouche en sang. Elle n’a pas compris ce qui lui était arrivé ; ils ont surgi comme des bêtes dans la salle d’audience. Ma fille est en état de choc, il fallait qu’elle voit Hamma, être sûre qu’il était vivant. J’ai insisté autant que j’ai pu. Ils n’ont rien voulu savoir. Moi, ce n’est pas un problème, avec mon mari, nous sommes malheureusement habitués à ne pas se rencontrer durant des mois. Ousseima a peur pour son père.  » L’enfant traîne déjà une longue histoire de terreur derrière elle.  » En 1998, elle a été kidnappée dans la rue avec Hamma par les sbires de la dictature. Elle a été retenue une nuit dans un poste de police, elle avait huit ans à l’époque.  » Quelques mois plus tard, Hamma est passé dans la clandestinité et la famille a subi des harcèlements incessants.  » Ousseima a été suivie régulièrement par des policiers. L’un de ces limiers a particulièrement fait du zèle en la terrorisant, en la menaçant de l’enlever. Il s’appelle Sofiane Ben M’rad « , clame Radhia, qui tient absolument à révéler ce nom  » qu’on ne peut pas oublier « . Depuis samedi Ousseima refuse de rester seule à la maison, elle est de nouveau suivie lorsqu’elle va au lycée.  » Alors que mon mari est arrêté et est au fond d’une prison, nous vivons encore sous haute surveillance « , poursuit-elle.  » Mardi soir, j’étais au restaurant avec d’autres avocats et, toutes les dix minutes, des policiers entraient et vérifiaient si j’étais encore là. Par ces pratiques, ils cherchent à nous intimider, à nous isoler de nos amis et à leur faire peur.  » Les menaces visent aussi les avocats. Une assemblée générale de l’ordre s’est tenue mardi au palais de justice de Tunis pour discuter des suites à donner aux violences de samedi dernier. Les avocats ont de nouveau dénoncé les conditions du procès, qualifié de  » catastrophe pour la justice « .  » C’est la justice qui été humiliée dans ce procès sans précédent dans les annales « , a déclaré Me Mokhtar Trifi, président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, au cours de la réunion.  » Lorsqu’une jeune consour a quitté la salle, et qu’elle était encore dans l’enceinte même du tribunal, rapporte Radhia, deux policiers l’ont interpellée et interrogée. Devant son refus de répondre, ils l’ont menacée d’emprisonnement.  » L’émotion de la mère et de l’épouse se mêle à la colère de l’avocate face au déni de justice de samedi.  » Les prévenus n’ont même pas été interrogés, le juge n’a pas même vérifié leur identité, les droits même de la défense ont été bafoués.  »

     » Je suis avocate depuis vingt-six ans, s’insurge Radhia, j’ai assisté à des procès où les chefs d’inculpation étaient graves. J’ai défendu des gens qui ont été condamnés à mort sous le régime de Bourguiba. Mais il y avait au moins un procès, durant lequel on tentait de respecter les formes.  »

     » Aujourd’hui, la défense n’est pas respectée, les avocats sont confondus avec leurs clients et insultés. Peut-on encore parler d’immunité les concernant ? Une observatrice, présente à l’audience samedi, a été traitée de putain et de salope par l’un des policiers. C’est le règne de Ben Ali. « 

    Dominique Bari

    (SOURCE :

    http://www.humanite.presse.fr/journal/jour.html )

     
    Voici les 2 articles du Soir belge que Kettani évoquaient hier.

    Justice

    Fumet de corruption sur l’Ilot sacré

    FRÉDÉRIC DELEPIERRE

    Toujours sous le choc des agissements douteux de certains de ses restaurateurs, le haut lieu touristique du centre de Bruxelles a reçu, mardi, un nouveau coup de casserole sur la tête.

    Vendredi, une soixantaine de policiers perquisitionnaient trois établissements de la rue des Bouchers dans le cadre d’une enquête menée par le juge d’instruction Michel Claise. Les endroits visités étaient liés de près ou de loin à Alaya Chekili, un homme d’affaires tunisien, arrêté à Bruxelles en novembre dernier.

    Depuis le début de l’enquête, la justice reproche à l’homme d’affaires des faits de fraude fiscale, d’escroquerie et de blanchiment d’argent. Les derniers éléments mis au jour auraient mis en cause un autre restaurateur de la place, en fait un proche de Chekili.

    Outre les faits de fraude fiscale, les suspects s’adonneraient également à un juteux trafic de drogue. Un trafic qui serait dès lors lié au blanchiment d’argent. Est-ce pour taire ces agissements que des policiers bruxellois se seraient vu proposer de l’argent? L’enquête le dira.

    Quoi qu’il en soit, le juge d’instruction a vu sa saisine étendue, mardi, à des faits de corruption.

    Ce qu’il découvrira éclaircira peut-être la présence d’une fameuse enveloppe contenant 50.000 euros, en coupures de 500, découverte dans l’un des restaurants visités la semaine dernière par les policiers de la capitale…


    Fraude L’enquête sur l’Ilot sacré révèle des indices de corruption

    Des restos «blanchisseries»

    Des restaurateurs auraient voulu acheter le silence de policiers bruxellois. Le dossier du juge Michel Claise s’étend et l’on y évoque désormais un vaste trafic de drogue.

    FRÉDÉRIC DELEPIERRE

    Plus les jours passent plus une odeur de brûlé se dégage des cuisines de  certains restaurants de l’Ilot sacré, à Bruxelles. Ainsi, mardi, la saisine du juge d’instruction Michel Claise, en charge du dossier de fraude présumée ayant pour cadre des restaurants de la rue des Bouchers, a été élargie à la corruption. Cette prérogative vient s’ajouter à de la fraude fiscale et à du blanchiment présumé. Certains restaurateurs auraient en effet tenté d’acheter le silence de policiers sur leurs agissements frauduleux. Des indices découverts lors de récentes perquisitions le prouveraient.

    Des explications claires quant à la provenance d’une somme de 50.000 euros sont attendues

    Fin novembre, le premier coup de semonce était donné à cette instruction avec l’arrestation d’Alaya Chekili. Patron de plusieurs restaurants de la Petite Rue des Bouchers, à Bruxelles, le quinquagénaire tunisien était inculpé de blanchiment d’argent, faux et usage de faux, escroquerie et association de malfaiteurs. La justice soupçonne le richissime homme d’affaires d’avoir blanchi plus de 130 millions de francs belges (trois millions d’euros) pour la seule année 2000.

    De source judiciaire, il se dit aujourd’hui que l’argent blanchi viendrait d’un trafic de drogue. Un trafic dans lequel serait impliqué Chekili, mais il ne serait pas le seul.

    En somme un nouveau rebondissement dans un enquête qui, le 30 novembre dernier, avait pris la forme d’une vaste descente policière dans quelques restaurants de la rue des Bouchers. Restaurateur depuis 1984, Chekili menait un train de vie qui, depuis un certain temps déjà, éveillait les soupçons. Propriétaire de quatre restaurants et d’un hôtel, il apprécie le luxe. Ainsi, a-t-il également acquis un somptueux appartement à l’avenue Louise et une demeure tout aussi accueillante à Monaco. Lors des dernières élections en Tunisie, il n’a pas caché sa sympathie pour le futur président Ben Ali dont il a partiellement financé la campagne.

    Vendredi, après les dernières découvertes des enquêteurs financiers bruxellois, de nouvelles perquisitions ont été menées dans des restaurants de la rue des Bouchers tenus par des proches d’Alaya Chekili ainsi que dans d’autres immeubles censés abriter des sièges sociaux de sociétés. Ils étaient une soixantaine de policiers à prendre part à l’opération «îlot». Trois établissements étaient plus  particulièrement visés: la Belge Epoque, la Homardière et le Petit Bedon.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, d’ailleurs étayés par l’extension de saisine du juge, ces trois restaurants serviraient de «salon de blanchiment  d’argent». Ils ont pour autre point commun d’être tenus par un écailler proche de Chekili. L’homme a effectivement commencé sa carrière en ouvrant les huîtres chez l’homme d’affaires tunisien.

    Après avoir auditionné quatre suspects interpellés, le juge d’instruction Claise en a placé deux sous mandat d’arrêt. Un notaire bruxellois visiblement impliqué dans le juteux système de blanchiment d’argent devrait également être inculpé dans les prochains jours.

    Enfin, des explications claires quant à la provenance (ou à la destination) d’une enveloppe contenant 50.000 euros en billets de 500 sont toujours attendues. De fait, à ce jour, cette somme d’argent n’entre dans aucune logique comptable des restaurants visités…

    Source Le Soir belge

     

    AFFAIRE ALI SAIDI

    L’OMCT SE PENCHE SERIEUSEMENT SUR LE DOSSIER DE L’ASSASSINAT DU DEFUNT.

     

    L’Organisation mondiale contre la torture s’inquiète du sort réservé aux suspects de l’assassinat d’Ali Saïdi

     
    vendredi 8 février 2002, 17h59
     
    GENEVE (AP)– L’Organisation mondiale de lutte contre la torture (OMCT) a lancé vendredi un appel public aux autorités tunisiennes pour la  »garantie de l’intégrité physique » des trois principaux suspects de l’assassinat de l’ancien opposant Ali Saïdi.

    Chargé de mission au ministère tunisien des Affaires étrangères, Ali Saïdi, 53 ans, avait disparu le 12 décembre 2001. Son cadavre a été officiellement retrouvé dans le jardin de sa maîtresse supposée, Latifa Saïdi, à Gafsa (250km au sud-ouest de Tunis). Latifa Saïdi, sa soeur Hedia et un notaire, Me Khaled Taher, ont été inculpé d’assassinat et complicité par la justice tunisienne.

    Relayant l’opinion de nombreux dissidents tunisiens, l’OMCT, basée à Genève, et citant  »des sources non gouvernementales », estime que  »l’assassinat de Ali Saïdi serait un crime commandité par le pouvoir », la victime se sentant et se disant  »menacé depuis plusieurs mois ».

    Lui-même ancien dissident et militant des droits de l’Homme, Ali Saïdi s’était rapproché en 1999 du régime tunisien dirigé par le président Zine el Abidine Ben Ali après plusieurs années d’exil en France.

    Dans un communiqué, l’OMCT,  »sans tirer de conclusion hâtives dans affaire complexe », demande que les trois suspects  »puissent bénéficier d’un procès impartial et équitable ».

    Cet appel intervient alors que l’ordre des avocats tunisiens multiplie les actions de protestation pour dénoncer  »les nombreuses atteintes aux droits de la défense » qui ont émaillé le 2 février le procès de l’opposant Hamma Hammami. La Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) avait qualifié ce procès de  »caricature de justice »


     

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    A l’attention des représentants de la presse

    Genève, le 8 février 2002

     

    Tunisie :

    Latifa et Hedia Saïdi en danger de mort dans l’affaire de l’assassinat de Ali Saïdi.

    L’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) a écrit au gouvernement tunisien il y a 8 jours pour demander des garanties pour ces personnes. N’ayant pas obtenu de réponse, elle décide de communiquer les faits suivants.

    Ali Saïdi, chargé de mission au ministère des Affaires étrangères du gouvernement tunisien, et ancien militant des droits de l’homme, avait disparu le 12 décembre 2001, et son cadavre officiellement retrouvé le 30 décembre suivant. Mesdames Latifa et Hedia Saïdi, deux sœurs vivant à Gafsa, sans lien de parenté avec la victime, ainsi qu’un clerc de notaire nommé Khaled Taher ont immédiatement été arrêtés et accusés d’assassinat ou de complicité d’assassinat, les autorités de police et de justice affirmant avoir trouvé le corps enterré dans le jardin de Latifa Saïdi. D’après les mêmes sources, le mobile du crime serait de nature crapuleuse. Or, il semble que dans cette enquête, la personnalité de la victime ne soit pas indifférente, et il est à craindre que les accusés ne soient utilisés comme bouc-émissaires dans une affaire qui paraît bien être de nature politique.

    Ali Saïdi, citoyen tunisien né en 1948, a émigré en France très jeune. Il s’occupe d’action sociale en faveur de l’immigration tunisienne et s’engage dans le parti destourien, ancêtre de l’actuel parti au pouvoir. Au début des années 90, il commence à se distancer de ses amis, en menant la lutte sur la question des droits de l’homme et de la torture. Peu à peu, il renoue des contacts avec le régime, et rentre en Tunisie en 1999. En été 2000, il est nommé chargé de mission au ministère des Affaires étrangères, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort en décembre 2001.

    Selon les autorités policières et judiciaires, Latifa Saïdi avait une relation intime avec la victime, et l’aurait attiré le 12 décembre 2001 chez elle à Gafsa, dans le but de lui faire signer une procuration en sa faveur. Sa sœur, qui connaissait le fils d’un notaire nommé Khaled Taher, l’aurait fait venir chez Latifa pour procéder à la signature de l’acte officiel. Les sœurs lui auraient expliqué que le signataire de l’acte étant un personnage de haut rang, il ne lui était pas possible de se montrer devant lui. Le jeune homme aurait alors confié son registre à l’une des deux femmes qui serait passée dans la pièce voisine pour faire apposer sa signature à Ali Saïdi. Toujours selon les autorités, afin de l’étourdir au moment de la signature, aidée de sa sœur Hedia, Latifa aurait utilisé du Datura stramonium L, un poison d’origine végétale. La victime serait décédée des suites d’émanations de gaz carbonique provenant d’un réchaud situé dans la pièce dans laquelle la victime se trouvait inconsciente suite à l’empoisonnement. Quant à Latifa Saïdi, quelques jours après son arrestation, les autorités auraient annoncé son état de santé très préoccupant dû à une tumeur au cerveau en phase terminale.

    Selon des sources non gouvernementales, l’assassinat de Ali Saïdi serait un crime commandité par le pouvoir. Monsieur Saïdi se serait senti menacé depuis plusieurs mois, et projetait de repartir en France pour sa sécurité. Toujours selon ces sources, Mesdames Latifa et Hedia Saïdi seraient les victimes d’une machination organisée par les services de l’Etat, pour masquer la cause réelle de cet assassinat. Enfin, selon un certain nombre de témoignages, Latifa Saïdi était en très bonne santé avant son arrestation, et personne ne lui aurait connu une tumeur au cerveau.

    Enfin, selon ces sources, il y a des raisons de penser que les pressions sur certains membres de l’entourage d’Ali Saïdi se soient faites plus fortes ces derniers jours, afin de les convaincre de ne pas chercher à faire la lumière sur ces événements.

    L’Organisation Mondiale contre la Torture (OMCT), sans tirer de conclusions hâtives dans cette affaire complexe, insiste cependant pour que :

     

    §         L’intégrité physique et psychologique de toutes les personnes mêlées à cette affaire, et plus particulièrement de Latifa Saïdi, Hedia Saïdi et de Khaled Taher soient garanties ;

    §         Latifa Saïdi soit immédiatement libérée pour raison humanitaire, due à son état de santé, et puisse avoir accès à des soins médicaux ;

    §         les sœurs Saïdi ainsi que Khaled Taher puissent bénéficier d’un avocat indépendant de leur choix, de visites de leurs familles, et d’un procès impartial et équitable devant une cour civile compétente garantissant leurs droits procéduraux ;

    §         la famille de la victime décédée puisse avoir accès à toutes les pièces du dossier, se porter partie civile, et être bénéfice de la même garanties d’intégrité physique et psychologique que d’autres protagonistes du dossier, notamment qu’elle soit préservée de toute tentative de harcèlement ou d’intimidation ;

    §         qu’en toutes circonstances le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales soit garanti, conformément aux lois nationales et normes internationales.

     

    Contact OMCT : (+41 22) 809 49 39, M. Michael Anthony, chargé de programme.


     

    CENTRE D’INFORMATION ET DE DOCUMENTATION SUR LA TORTURECIDT-TUNISIE

    SYNTHESE DE L’AFFAIRE ALI SAÏDI

    Réalisée sur la base des procès-verbaux d’interrogatoire de police et de justice.

    CONTEXTE :

    Ali Saïdi, né à Moularès (zone minière défavorisée du Sud) en 1948, a émigré en France très jeune. Il était encarté au parti destourien (ancêtre de l’actuel RCD, actuellement au pouvoir) depuis l’âge de 18 ans. Installé à Evreux, il s’active dans les rangs de l’immigration et s’engage dans l’action sociale sur le terrain (banque alimentaire, antiracisme…) Connu pour sa fougue et son esprit rebelle, il se brouille avec son parti et entre en dissidence au début des années 90. Il mène alors contre ses anciens amis politiques une lutte acharnée, surtout sur la question des droits de l’homme et de la torture, qui coïncide avec la période la plus dure et la plus sanglante du règne de l’actuel chef de l’Etat, le général Zine Ben Ali. C’est notamment lui, responsable local de la Ligue des Droits de l’Homme, qui prend en charge Mounir Beltaïfa, témoin à charge contre le frère du président tunisien, Habib, dit Moncef Ben Ali, dans le cadre de l’affaire dite de la Couscous Connexion, qui avait défrayé la chronique en 1992-93. Le frère en question avait été arrêté par la police française en flagrant délit de transport de fonds. Il avait été relâché suite à une intervention directe de l’ambassade tunisienne à Paris, qui avait doté le prévenu d’un passeport diplomatique séance tenante. Moncef Ben Ali sera condamné par la suite à 10 ans de prison par contumace et à une interdiction définitive du territoire français.

    Ali Saïdi mène ensuite des actions spectaculaires de contestation du pouvoir un peu partout dans le monde (Genève, New-York, Vienne, Pékin, Bruxelles…) Mais il ne parvient jamais à gagner la confiance de l’opposition tunisienne en exil. Longtemps isolé, il renoue des contacts avec le régime dès 1999. Cela aboutira à son retour au pays cette année-là, puis à sa nomination comme chargé de mission au ministère des Affaires étrangères à l’été 2000. Il disait vouloir changer les choses de l’intérieur.

    On apprendra par la suite qu’il avait subi les mêmes tracasseries que les plus farouches opposants. Peu de temps avant sa mort, on lui avait arraché sa serviette en pleine rue et en plein jour. Il a eu une série d’accidents ou de tentatives d’accident de la circulation. Il a également confié à certains amis à l’étranger, ainsi qu’à son frère cadet, Ali Jr, qui vit en Suisse, qu’il avait l’impression d’être constamment épié. Une personne sûre proche de la victime nous a confirmé qu’il avait annoncé qu’il travaillait à la rédaction de son testament. Porté disparu à partir de la mi-décembre, Ali Saïdi sera retrouvé mort à la fin du mois à Gafsa. On relèvera ici que les autorités du général Ben Ali (police, justice…) ne communiquent jamais directement sur l’affaire, mais par des informations distillées dans la presse locale via l’agence officielle TAP. Ce détail est capital. Si on ne l’intègre pas, on ne pourra pas saisir la situation.

    Enfin, le Comité de lutte contre la torture fondé par Ali Saïdi a longtemps travaillé avec l’OMCT, même s’il n’en était pas encore membre. Il est également extraordinaire de souligner que, même haut fonctionnaire des affaires étrangères, Ali Saïdi n’a jamais supprimé son site (voir ses sites) internet personnel, que l’on peut toujours visiter et où l’intéressé se confie, hésitant, sur son parcours et son retour à Tunis :

    http://espacenet.org/anabib (Les liens dans cette page ne sont pas évidents)

    ou encore

    http://www.multimania.fr/general/pub/popup/perso.phtml?category=/societe/communaute&search_query=

     

    DISPARITION !!

    Selon son épouse Mme Malika Saïdi, le dernier contact avec lui remonte au 6 décembre. Son frère à Genève l’a appelé le 12 décembre au soir. Depuis, il n’avait plus donné signe de vie. Sa famille s’agite alors, tant à Tunis qu’à Paris et la nouvelle de sa disparition fait le tour du monde grâce aux dépêches des grandes agences, telles que l’AFP, L’AP…)

    Auparavant, l’épouse Saïdi s’était vu répondre au ministère que son mari était parti en mission pour le compte de la présidence. Peu après, le même ministère fera paraître une note reprochant à l’intéressé d’avoir émis un chèque sur une banque de la place et qu’il avait déposé un article auprès d’un magazine local le 23 décembre, lequel article avait paru le 26 suivant. Sur la base de quoi, le ministère considérait que son absence de son poste était avérée « irrégulière »…

    Le 30 décembre, on annonce que son corps avait été retrouvé et qu’il avait été victime d’un assassinat crapuleux. Voici ce qu’écrit le journal Sabah El Kheir du 6 janvier 2002 : « Le 12 décembre est le dernier jour où M. Ali Saïdi avait été aperçu vivant. Ce jour-là, il était à son travail comme à l’accoutumé jusqu’à ce qu’il reçut un appel téléphonique. Dès qu’il eut raccroché, il mit rapidement sa veste et quitta précipitamment le bureau après avoir annoncé à ses collègues qu’un imprévu l’appelait à partir pour le Sud, précisément pour Gafsa. Il précisa que cette affaire serait réglée en une journée ou moins et qu’il reprendrait son travail le lendemain matin. »

    Or, l’accusée Latifa Saïdi, auteur désignée du coup de fil du 12 décembre, déclare au juge d’instruction qu’Ali Saïdi était arrivé à Gafsa le 14 décembre, mais n’a pas résidé chez elle. Où était-il pendant ces deux journées des 13 et 14 décembre ? A aucun moment, ni les enquêteurs de la police, ni le juge d’instruction ne tentent d’effleurer cette question, laissant l’impression que la victime serait arrivée à Gafsa directement le 15 décembre.

    L’ANNONCE DE LA MORT :

    Les autorités de Tunis n’ont jamais parlé du cas Saïdi qu’après la nouvelle de sa disparition diffusée. C’était le 28 décembre, notamment par l’AFP qui reprenait un coup de fil reçu de l’épouse Saïdi. Mais bien avant, sentant le danger, le frère de la victime, Ali Saïdi Jr, diffuse de Genève des appels de détresse disant que son frère allait être tué, s’il n’était déjà mort. Il en a même envoyé au ministère de l’intérieur lui demandant de « ne pas tuer [son] frère ». Les autorités gardèrent le mutisme jusqu’au soir du 30 décembre, après que le cas Saïdi fût devenu une préoccupation de l’opinion intérieure et extérieure. L’annonce de sa disparition avait été reprise par RFI, le Figaro, AlJazeera.net… France3 Normandie était allée réaliser un reportage chez la victime à Evreux.

    La première dépêche d’agence (AFP) tombe à 23h52, le 30 décembre. Elle se réfère à une dépêche de la TAP diffusée en soirée le même jour et qui indique que le corps de la victime avait été retrouvé vers 11h00 du matin. La dépêche de l’AP paraît à 00h52. De sorte que, le lendemain, 31 décembre, la presse locale s’empare de l’affaire, qui sera traitée quasi-quotidiennement jusqu’à 10 jours plus tard.

    Or, le 30 est un dimanche, veille d’un long congé de fin d’année et la TAP n’a pas l’habitude, même en semaine, de travailler si tard. On signalera ici que certains correspondants d’agences sont des journalistes officiels. Ils traitent l’information selon les instructions des autorités.

    A noter que l’annonce de la découverte du corps a été insérée dans le cadre d’un récit selon lequel d’ores et déjà la justice tiendrait tous les tenants et les aboutissants de l’affaire criminelle : une victime (A. Saïdi), un ou des coupables (les sœurs Latifa et Hédia Saïdi, ainsi que le fils de cette dernière), un mobile (promesse de mariage non tenue) et les armes du crime (Une drogue et un réchaud à charbon en terre cuite (co2)) …

    On apprendra par la suite que cette information ira en priorité vers les chancelleries étrangères susceptibles de s’intéresser au cas Ali Saïdi.

    En outre, le procès-verbal de constat de police sur les lieux supposés du crime, en l’occurrence chez LA coupable désignée, Latifa Saïdi, est daté du 30 décembre à 18h00, le jour même où avait été délivrée la commission rogatoire 633/1 du juge d’instruction.

    Le gouvernement cherchait manifestement à couper cours à l’affaire en donnant UNE version complète et quasi-définitive de l’affaire, présentée comme parfaitement élucidée.

    THESE OFFICIELLEMENT RETENUE :

    Ali Saïdi s’est déplacé à Gafsa chez son amante Latifa, à son invitation. Là, un plan avait été mis au point en vue de mettre la main sur ses biens. On l’a donc drogué à l’aide d’une substance végétale issue d’une plante que les scientifiques ont identifiée comme étant le Datura stramonium L. Ayant lié partie avec un jeune homme qui se trouve être opportunément fils d’un notaire, Hédia Saïdi l’appelle pour qu’il vienne, comme convenu, réaliser le document. Mais, « vu le rang social » du contractant, il ne sera pas disposé à venir au salon signer le document en bonne et due forme. C’est donc dans la chambre attenante qu’on lui amènera le registre officiel apporté de l’étude de son père par le jeune homme, lui-même en détention depuis l’éclatement de l’affaire. On contrefait la signature de Ali Saïdi, qui est inconscient, et on revient vers le notaire en herbe. Celui-ci, méticuleux, remarque que la signature est trop distante du texte. Il propose alors que l’on comble ce blanc par l’emprunte digitale de l’intéressé. Hédia (avec Latifa, soutient le jeune homme) revient vers la chambre, humecte le pouce de la victime d’encre de feutre, y colle l’empreinte de la victime et revient avec le registre au salon. On donne 25 dinars d' »honoraires » au jeune homme avant de lui donner congé…

    Au-delà des contradictions grossières, sur lesquelles le juge d’instruction ne juge pas utile de revenir alors qu’il s’agit d’un crime grave, on voudrait retenir que l’intéressé a été mis dans un endroit fermé avec un réchaud dégageant du gaz carbonique jusqu’à ce que mort s’ensuive.

    Par la suite, les biens de la victime sont rapatriés par Hédia sur Gafsa chez Latifa deux jours avant leur arrestation.

    VERSIONS DES ACCUSEES :

    Il ressort des interrogatoires de police et de l’instruction que ce serait Hédia Saïdi qui aurait tout organisé. Mais les versions attribuées aux deux soeurs sont parfois contradictoires.

    Lors de son premier interrogatoire de police, daté du 30 décembre, Hédia n’évoque pas du tout la mort de Ali Saïdi. Elle dit avoir exécuter ce que lui avait demandé sa sœur, à savoir trouver un notaire qui accepte de venir chez Latifa en vue de rédiger la procuration qu’elle entendait obtenir d’Ali Saïdi sur tous ses biens. Jusqu’à la fin, elle laisse entendre que sa sœur Latifa a tout organisé sans l’informer.

    Le surlendemain, 1er janvier, elle avance une thèse diamétralement opposée, revendiquant l’assassinat pour elle seule. Elle prétend même avoir drogué également sa sœur Latifa, qui aurait été réticente à la mise en œuvre du dessein imaginé par Hédia. De sorte que Latifa apparaît comme n’ayant pris aucune part au crime. Alors que le jeune « notaire » avait prétendu que toutes les deux allaient dans la chambre attenante pour recueillir signature et empreinte.

    Quant à Latifa, elle affirme que tout avait été organisé à son insu par sa sœur Hédia. Lors des moments critiques, soit elle partait « se promener », soit elle « dormait ». Catastrophée par l’annonce de la mort de la victime que lui notifie sa sœur, elle…va dormir jusqu’au lendemain, selon sa déclaration au juge d’instruction. Une petite précision sur la drogue utilisée : elle est tirée d’une plante que l’on appellerait localement Koukhara. D’après un centre médical, repris par l’autopsie officielle, ce serait le Datura stramonium L. On peut lire dans l’encyclopédie Hachette que « le datura est une solanacée à grandes fleurs en cornets, fréquente en France, toxique et narcotique. Le stramoine est un datura. »

    LE MOBILE :

    Les deux sœurs finissent, à travers les versions, par s’accorder sur une chose : le motif de leur acte est de mettre la main sur les biens de la victime.

    Hédia ajoutera dans sa déposition de police qu’elle avait souhaité se venger de cet homme qui avait déçu les espoirs de sa sœur, comme bien d’autres avant lui. Ce propos ne sera pas du tout réitéré devant le juge d’instruction. Là, seul le dessein pécuniaire sera mis en avant. Car, dit Latifa, « ma sœur avait besoin d’argent… Elle était à la recherche des chéquiers de la victimes, mais ne les a pas trouvés… »

    A aucun moment la maladie de Latifa, évoquée très vaguement, n’est donnée comme le mobile principal du crime.

    On signalera que, quelques jours après l’éclatement de l’affaire une certaine presse avait maintenu l’accusation contre Latifa Saïdi en tant que principale coupable du meurtre d’Ali Saïdi. Puis, une insistance toute particulière a commencé à être mise sur le cancer du cerveau qui l’aurait terrassée jusqu’à amener le juge d’instruction à mettre fin à ses interrogatoires, puisqu’elle était « mourante ». Cette même presse avait susurré que le crime attribué à Latifa devait lui servir à puiser dans l’argent de la victime pour aller se faire soigner de cette soudaine « tumeur au cerveau ».

    De tout cela, point de trace durant les interrogatoires de police ni devant le juge d’instruction.

    LA PROCURATION :

    C’est là l’un des volets les plus problématiques de cette affaire extraordinaire. Par bonheur, Hédia Saïdi avait, en son temps, fait la connaissance du jeune Khaled, élève dans une école de tourisme et fils de notaire, qui apporte occasionnellement son aide à son père dans la rédaction des contrats. Il avait donc accès libre aux registres et autres matériels de travail des notaires. Hédia s’entend avec Khaled pour qu’il vienne chez Latifa superviser une procuration en faveur de sa soeur. On lui aurait expliqué, que, vu son « rang social », l’un des signataires ne pourra pas venir à l’étude. Le jeune homme arrive donc presqu’en même temps que la victime. Il confie son registre à l’une des deux femmes – ledit rang social empêchant l’intéressé de venir à lui – qui va y apposer une signature contrefaite de l’intéressé. Il reste un blanc que l’on comble par l’empreinte digitale, comme relaté plus haut.

    Hédia attendra le 27 décembre pour aller à Tunis embarquer les meubles d’Ali Saïdi en prétendant auprès d’un jeune homme qui devait l’aider qu’elle détenait une procuration sur ces biens.

    Seront gardés à vue et interrogés dans cette affaire les deux notaires qui avaient signé la procuration établie par Khaled. Tous deux disent se faire confiance et ne pas trop regarder lorsque l’un a besoin de la signature de l’autre, toutes les deux étant obligatoires pour valider le document. Celui-ci ira jusqu’à être enregistré à la recette des Finances. Mais, en l’état actuel, on ne sait pas qui l’a proposé à l’approbation de cette administration tatillonne parmi toutes. Les deux notaires seront relâchés, mais le fils restera en prison.

    La grande question est de savoir dans quelle mesure les prétendues coupables avaient conscience de pouvoir se servir d’un document obtenu par le meurtre. La voiture officielle du défunt étant restée garée dans le jardin de la petite maison, comment n’ont-elles pas eu une seconde l’idée de s’en débarrasser pour parfaire un crime qui, décidément, n’est pas parfait. Il est utile de préciser ici que Hédia est institutrice d’application (=professeur des écoles) alors que Latifa détient une maîtrise. Ce ne sont donc pas des analphabètes ou des débiles…

    LES ACTIVITES DE LA POLICE :

    Il faut d’abord rendre hommage à l’officier de police Mohamed Klaï et au juge d’instruction Mohamed Ammar, qui ont si rondement mené leur enquête. Voici comment :

    Le corps est découvert à 11h00, le dimanche 30 décembre. Le juge délivre immédiatement une commission rogatoire que l’officier exécute tambour battant. Un constat sur les lieux est effectué sur-le-champ. Dès 17h45, l’officier établit la liste des actes de police qu’il vient d’entreprendre ou qu’il compte entreprendre. Entre interrogatoires, confrontations, réquisitions pour actes médicaux, arrestation des suspects et toutes les notifications y afférentes, on ne compte pas moins de 34 actes. Y compris les noms des témoins et autres suspects qui n’auraient pu être obtenus qu’à travers de longs interrogatoires.

    L’horaire des actes de cette journée est réparti comme suit :

    17h45 : Nomenclature des actes

    18h00 : Procès-verbal de constat effectué sur les lieux

    XXX : Interrogatoire de Latifa Saïdi

    22h30 : interrogatoire de Hédia Saïdi

    23h00 : interrogatoire de Khaled Taher

    23h45 : Déplacement chez Latifa pour saisir le produit toxique incriminé

    Le lendemain, 31 décembre, le même rythme reprend dès 05h00 du matin et se poursuivra le jour de l’An.

    Le juge d’instruction, à son tour, n’a pas traîné. Vers le 10 janvier, son dossier était presque bouclé.

    Seul le rapport d’autopsie légale a relativement été lent. Il avait été requis dès le 30 décembre. Daté du 31, il n’est parvenu à la police que le 10 janvier. Curieusement, ce document, au demeurant bien fait, ne mentionne pas de traces d’alcool dans le sang, alors que Hédia a dit avoir fait ingurgiter à la victime au moins un verre de pastis…

    L’ENTERREMENT :

    Ali Saïdi avait exprimé le souhait d’être enterré près de son père à Oum Laârayes (Moularès) Son père était d’ailleurs la dernière attache qui le retenait puissamment au pays et il venait de décéder récemment. Le clan des Saïdi est par ailleurs fort nombreux. Il est de tradition que l’on assiste aux funérailles d’un proche, voire d’un voisin. La victime avait également de très nombreux amis et collègues. Pourquoi donc a-t-il été inhumé à Jellaz, à Tunis ? Pourquoi seules trois proches ont assisté à son enterrement ? Pour quelle raison pas un officiel, pas un collègue des Affaires étrangères n’a daigné effectuer le déplacement ? Qui a intimé l’ordre aux Saïdi de s’abstenir de « monter » à Tunis pour rendre un dernier hommage à leur parent ? Pourquoi, en l’absence d’officiels à protéger, les policiers étaient-ils aussi nombreux ?

    Dans le même ordre d’idées, et comme la famille Saïdi l’a démenti par la voix de M. Ali Saïdi Jr, qui a pris l’initiative de faire publier des « remerciements », « particulièrement à son Excellence M. le Président de la République… » (La Presse, 6/01), alors que nul n’avait demandé de nouvelles de la famille ?

    Ces questions n’ont pour le moment pas de réponse.

    On signalera ici que le permis d’inhumer délivré par le même officier de police en charge de l’affaire et daté du 2 janvier mentionne le cimetière de Hammam Lif-Ben Arous comme lieu d’inhumation et non celui du Jellaz. Il semblerait qu’il y ait eu une grande hésitation avant qu’une décision soit prise d’enterrer la victime…dans l’illégalité.

    ATTITUDE DE LA PRESSE :

    Le pouvoir n’a jamais communiqué officiellement dans toute cette affaire. Mais des journaux dits privés, mais qui sont aux ordres du ministères de l’intérieur, ont fait paraître le point de vue officiel à travers les dépêches de la TAP (Tunis-Afrique Presse). Cette officine n’a pas de site web et il est donc impossible de retrouver ses archives, tant est qu’elle en possède.

    Comme mentionné plus haut, le black-out est resté de rigueur jusqu’à ce que la famille secoue des médias étrangers. A partir de là, les lettres-SOS envoyées par le frère cadet et homonyme de la victime, qui vit à Genève, ont apparemment été prises au sérieux. Les thèses exposées par les médias tunisiens se sont métamorphosées pour répondre du tac au tac aux messages de M. Ali Saïdi Jr sur internet. C’était une maladresse que le jeune frère endeuillée reconnaît aujourd’hui, car elle les a éclairés sur leurs contradictions. Mais d’un autre côté, cette précipitation a permis de mettre au jour les contradictions du pouvoir. La mission présidentielle s’était muée en absence illégale, la voiture de la victime n’était plus dans un garage, mais à l’air libre et visible de loin, le secret de l’instruction a été allègrement bafoué, le statut de coupable a été retiré à Latifa pour être attribué à Hédia…

    Tous les journaux ont insisté sur la qualité de « haut fonctionnaire » de la victime, mais nul ne s’est posé de questions sur les circonstances de son enterrement. Certains médias l’ont encensé pour mieux l’assassiner par de perfides allusion à ses mœurs. D’autres ont dressé de lui un portrait lénifiant pour suggérer qu’il ne serait pas en disgrâce.

    A ce propos, on tente de faire croire que cet opposant de toujours n’était pas surveillé jour et nuit, notamment dans ses déplacements. Nous avons obtenu des témoignages d’amis qu’il avait rencontrés lors de son dernier séjour entre Paris et Londres, selon lesquels il savait pertinemment que ses faits et gestes étaient épiés en permanence. Même par simple sécurité de l’Etat, on se devait de s’interroger sur l’absence prolongée d’un haut fonctionnaire. Pourquoi dès lors sa disparition a-t-elle duré si longtemps ? Comment la police peut-elle prétendre ne pas savoir où se trouvait exactement la voiture de fonction de la victime ?

    LE SORT DES SŒURS SAÏDI :

    Comme nous le disions dans notre appel du 23 janvier, les sœurs Saïdi risquent d’être supprimées d’une manière ou d’une autre. Latifa a été déclarée mourante des suites de sa tumeur au cerveau par un journal de la place. Comme elle avait été donnée au départ comme accusée principale, elle n’est plus utile pour ce rôle, désormais joué par Hédia. Celle-ci est divorcée et a déjà perdu la garde de ses enfants confiés à leur père. Son fils, Ahmed, né le 6 février 1988, a été interrogé et nombre de témoins ont vu des traces de violences graves sur son corps. On l’a accusé au départ d’avoir participé à l’aménagement de la fosse dans laquelle sa mère aurait enterré la victime. Les interrogatoires devant le juge d’instruction mentionnent la présence d’avocats auprès des prévenues, mais nous savons par expérience que cela ne signifie pas grand-chose du moment que c’est le pouvoir qui choisit ces avocats.

    Il faut noter que la relation de l’affaire par la presse locale a plongé la famille des Saïdi dans l’enfer de l’hostilité sociale. Ayant désigné les sœurs Saïdi comme coupables avérées, cette presse a bafoué la présomption d’innocence à laquelle tout justiciable a droit.

    Nous avons également appris que la mère, Anès, pouvait avoir déjà perdu une partie de son discernement suite à l’arrestation de ses deux filles. Les témoignages sur place indiquent par ailleurs que Latifa était en bonne santé au moment de son arrestation.

    En tout état de cause, le gouvernement de Tunis sera tenu responsable de la sécurité physique et morale des deux détenues. Il devra leur garantir un procès équitable au regard des normes internationales, dans un délai raisonnable.

    AUTRES INTERROGATIONS :

    Lorsqu’on s’est rendu chez la victime à Tunis, on a trouvé un chauffe-eau en marche et du linge trempé pour être lavé. On a dit que tout donnait l’impression que l’intéressé avait quitté les lieux précipitamment. Hédia Saïdi aurait déclaré que les effets de Ali Saïdi à Tunis étaient rangés, fagotés, comme prêts pour un déménagement. D’un autre côté, un énorme trou d’emploi du temps de la victime reste béant. L’appel de Gafsa, nous dit-on, est arrivé le 12 décembre. Mais on ne retrouve la victime que le 14, au moment où Latifa aurait affirmé qu’il était venu chez elle. Ni l’enquêteur ni le juge d’instruction n’ont estimé utile de tirer au clair les 24 heures du 13 décembre et la présence à Gafsa le 14. Or, l’intéressé serait arrivé à Gafsa dans sa voiture de fonction, laissée sur place par les meurtrières présumées. Pouvaient-elles faire autrement ? Avaient-elles le choix ?

    En termes plus clairs, Ali Saïdi est-il arrivé libre, voire vivant, à Gafsa ou a-t-il été kidnappé chez lui pour être transporté ailleurs. Sa voiture ainsi exposée au regard des passants et des voisins n’est-elle pas une grossière manipulation pour attirer les policiers sur les sœurs Saïdi ? L’affaire bien ficelée en moins d’une demi-journée n’a-t-elle pas quelque chose de fondamentalement louche ? Pourquoi Ali Saïdi a-t-il déclaré à une source que nous garantissons sûre avoir entrepris la rédaction de son testament depuis l’été dernier.

    Les témoins et autres lampistes interrogés par la police et prétendument impliqués par les sœurs Saïdi ne sont-ils pas cette débauche de détails qui vise à brouiller la visibilité et à accroître une vraisemblance mal en point. Est-il pensable que des notaires professionnels se laissent ainsi embarquer par le fils de l’un d’entre eux, signent et contre-signent des documents de première importance sans se donner la peine de regarder les choses de plus près. Le jeune fils du notaire, tout de même âgé de 28 ans, n’arrive-t-il pas trop à propos pour servir un dessein un peu trop précis ? Et la secrétaire de la victime, pourquoi implorait-elle la famille de ne pas révéler la visite de courtoisie qu’elle leur avait rendue à l’annonce du décès ? Le souci de se faire soigner comme mobile du crime pourquoi ne le retrouve-t-on nulle part dans les déclarations des accusées ? Ou la tumeur au cerveau est-elle à son tour très à propos ?..

    La police donne l’apparence d’avoir travaillé sans relâche durant le week-end et les fêtes de fin d’année, interrogeant des personnes jusqu’après minuit. Ne serait-ce pas du zèle de façade visant à sortir UNE thèse unique et définitive qui enterre Ali Saïdi définitivement ?

    EN CONCLUSION :

    Cette affaire ressemble à celle de Najib Hosni en 1994. A l’époque, le pouvoir avait tout fait pour déconsidérer l’avocat et le couper de ses soutiens habituels et de l’opinion. Il avait failli réussir. Au CIDT-TUNISIE, nous pensons que la société internationale est en mesure d’empêcher un tel dessein. Ce texte vise donc à donner un aperçu qui permette de poser des questions au gouvernement de façon à lui signifier définitivement que rien d’officiel ne sera pris pour argent comptant et qu’il devra rendre des comptes quant à la sécurité physique des accusées et au déroulement d’un éventuel procès qui devra se tenir dans un délai raisonnable (comme les choses sont aussi claires !!) et selon les normes internationales du procès équitable.

    IL Y A URGENCE CONCERNANT LES FEMMES ACCUSEES POUR LESQUELLES NOUS PROPOSONS UNE ACTION SPECIFIQUE DE LA PART DES MEDIAS ET DES ORGANISATIONS DES DROITS DES FEMMES.

    Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information et vous remercions de votre patience et de votre coopération sans laquelle notre voix ne portera pas très loin.

    Khaled BEN M’BAREK, Coordinateur

     

    ET VOICI L’AFFAIRE « DHIKRA MOHAMMED » !!!!!

    تصريحات منقولة عن المطربة التونسية ذكرى محمد تثير زوبعة في الخليج

     

    AFP, le 07.02.2002 à 08:06:00

    Un juge saoudien appelle à la condamnation à mort d’une chanteuse tunisienne

    RYAD, 7 fév (AFP) – Un juge religieux saoudien a appelé à la condamnation à mort d’une chanteuse tunisienne pour avoir comparé les difficultés qu’elle a rencontrées dans sa carrière aux souffrances du prophète de l’islam Mahomet, rapporte jeudi un journal arabe.

    Le juge, cheikh Ibrahim al-Khodeiri du Grand tribunal de Ryad, a affirmé au quotidien arabe al-Hayat que les propos de la chanteuse tunisienne, Zikra, constituaient « un acte d’apostasie qui mérite d’être puni par l’exécution ».

    Selon le juge, la chanteuse « s’est moquée du prophète en comparant ce qu’elle a enduré à l’hostilité rencontrée par le prophète Mahomet quand il a commencé à répandre la religion islamique ».

    « Elle doit être dûment jugée et condamnée à l’exécution si elle est reconnue coupable », a-t-il ajouté.

    Zikra a exposé ses difficultés pour s’imposer dans le milieu dans la chanson lors d’une conférence de presse en marge d’un festival culturel qui a commencé il y a quelques jours à Doha au Qatar, selon al-Hayat.

    AFP


     

    رداً علي تصريحاتها في الدوحة:

    قاض سعودي يطالب بإقامة الحدّ علي المطربة التونسية ذكري
    بقلم: مساعد الثبيتي

    أجاز القاضي في المحكمة الكبري في الرياض الشيخ الدكتور ابراهيم الخضيري اقامة الحد الشرعي الذي يقضي بتنفيذ عقوبة القتل علي المطربة التونسية ذكري.
    وقال الخضيري في تعليقه لـ الحياة علي ما قالته الفنانة من ان معاناتها تشبه معاناة الرسول محمد عليه الصلاة والسلام، في ما لاقاه من معاناة ومحاربة عند نشر ديانته الاسلامية.
    وكانت ذكري تتحدث عن تجربتها في مؤتمر سبق حفلتها الغنائية الي جانب المطربين أصيل أبوبكر وعبدالله الرويشد ضمن فعاليات مهرجان الدوحة الغنائي الذي بدأ قبل أيام في العاصمة القطرية.
    واعتبر الخضيري ان ما قالته الفنانة كفر يوجب الارتداد وبالتالي إقامة الحد بالقتل معيداً جواز قتلها الي استهزائها بالرسول من خلال تشبيهها ما تعرضت له بما تعرض له وهو الشيء الذي يوجب الكفر .
    واستطرد الشيخ السعودي انها زعمت بتشبيهها كأنها مرسلة من عند الله وهذا أيضاً كفر لا يقبل معه استتابتها ظاهراً انما ان تابت بينها وبين الله فلها التوبة وإلا فيجب ان تقتل ردة غضباً لله ورسوله وذلك بحكم قضائي مستصدر من قاضٍ مسلم عدل ثقة .
    ودعا الخضيري المطربة ذكري الي التوبة لله والعودة عما قالته ان ثبت، وأكد ان تشبيه المطربة ما لاقته أو ما تقدمه بما لاقاه الرسول او قدمه فيه افتراء وكذب لان الرسول هو أكمل البشر وخاتم الانبياء ومقام النبوة والرسالة لا يصل اليه احد الا من اصطفاه الله .
    وشدد علي ان العقوبة هي القتل حداً لردتها او تعزيراً غضباً لله ورسوله وذلك عن طريق محكمة وبإجراءات قضائية مثبتة بالدليل والحجة علي ما قالته
    .

    (المصدر: صحيفة الحياة ليوم 7 فيفري 2002)

     


    وكالة الصحافة الفرنسية ليوم 7 شباط 2002 – 15:40

    قاض سعودي يجيز انزال الحد بالمطربة التونسية ذكرى

    الرياض (اف ب)-

    اجاز قاض في المحكمة الكبرى في الرياض انزال عقوبة القتل بالمطربة التونسية ذكرى بعدما شبهت المصاعب التي واجهتها في مسيرتها الفنية بمعاناة الرسول محمد في بدء دعوته وفق ما اوردت صحيفة الحياة العربية اليوم الخميس.

    واعتبر القاضي الشيخ ابراهيم الخضيري في تصريح للصحيفة ان كلام المطربة التونسية يشكل « كفرا يوجب الارتداد وبالتالي اقامة الحد بالقتل » بتهمة « الاستهزاء بالرسول » عبر القول ان « معاناتها تشبه معاناة الرسول محمد في ما لاقاه من معاناة ومحاربة عند نشر ديانته الاسلامية ».

    وشدد القاضي على ان « العقوبة هي القتل حدا لردتها او تعزيزا غضبا لله ورسوله وذلك عن طريق محكمة وباجراءات قضائية مثبتة بالدليل والحجة على ما قالته ». واوضحت « الحياة » ان المطربة ذكرى تحدثت عن المصاعب التي واجهتها في الاوساط الفنية خلال مؤتمر عقدته على هامش مهرجان الدوحة الغنائي الذي بدأ قبل بضعة ايام في العاصمة القطرية


    AFP 4 – 08.02.2002 11:35:00

    Une chanteuse tunisienne nie avoir tenu des propos hostiles à Mahomet

    DUBAI, 8 fév (AFP) – Une chanteuse tunisienne a nié avoir tenu des propos hostiles au prophète de l’islam, Mahomet, au lendemain d’un appel à sa condamnation à mort par un juge religieux saoudien pour « apostasie ».

    « Je ne suis pas assez folle pour tenir de tels propos », a indiqué la chanteuse Zikra, dans une interview publiée vendredi par le journal Al-Hayat, publié à Dubai, aux Emirats Arabes Unis.

    « Je suis très attristée par ce qui s’est produit, car je suis dans l’obligation de défendre ma religion », a poursuivi la chanteuse, en affirmant qu’un journaliste avait mal interprété ses propos.

    « Que Dieu lui pardonne de m’avoir attaquée et mise dans cette situation déplorable », a-t-elle dit.

    Le juge, cheikh Ibrahim Al-Khodeiri, du grand tribunal de Ryad, avait affirmé jeudi à Al-Hayat que les propos de Zikra, constituaient « un acte d’apostasie qui mérite d’être puni par l’exécution ».

    Il a affirmé que la chanteuse « s’est moquée du prophète en comparant ce qu’elle a enduré à l’hostilité rencontrée par le prophète Mahomet quand il a commencé à répandre la religion islamique ».

    « Elle doit être dûment jugée et condamnée à l’exécution si elle est reconnue coupable », avait-il ajouté.

    Interrogé par Al-Hayat, le Mufti d’Egypte, Nasr Farid Wassel, a estimé que la chanteuse a comparé « tout simplement ses difficultés à celles du prophète, sans toutefois se comparer à sa personne ou à sa mission ».

    « Il faut interroger celui (le journaliste) qui a mal interprété les propos (de Zikra) et comprendre ses intentions réelles », a dit le Mufti.

    Selon Al-Hayat, Zikra avait fait état de ses énormes difficultés pour s’imposer dans le milieu dans la chanson lors d’une conférence de presse en marge d’un festival culturel qui a commencé il y a quelques jours à Doha.

    AFP


    مفتى مصر يبرئ المطربة التونسية « ذكرى »
     
    برأ مفتى الديار المصرية المطربة التونسية « ذكرى » من تهمة تشبيه نفسها بالنبى محمد صلى الله عليه وسلم.
    وكان القاضى السعودى الشيخ الدكتور إبراهيم الخضيرة قد طالب بإقامة الحد الشرعى بقتل « ذكرى » بعدما نقل عنها أحد الصحفيين تشبيهها معاناتها فى مسيرتها الفنية بمعاناة الرسول « صلعم » أثناء دعوته لرسالة الدين الإسلامى.
    لكن الفنانة « ذكرى » نفت أن تكون قد قصدت ذلك وتساءلت « هل أنا مجنونة حتى أقول مثل هذا الكلام » واوضحت أنها كانت قد تعرضت فى مؤتمر صحفى عقد فى فندق شيراتون بالعاصمة القطرية « الدوحة » لهجوم من بعض الصحفيين لكونها تغنى باللجهة الخليجية.
    فحاولت الدفاع عن نفسها متحدثة عن المعاناة التى يعيشها كل فنان لاثبات ذاته .. واستطردت قائلة .. « حتى الرسول صلى الله عليه وسلم تعذب وتعب ».
    وهنا تصدى لها أحد الصحفيين : إنك تشبهين نفسك بالرسول فاعترضت : « لن اعلق على ما تقوله لأنه غير صحيح ».
    ثم غادر الصحفى القاعة لكن زملاءه تمسكوا بوجوده فتابع المؤتمر الصحفى حتى نهايته.
    لكن الأمر لم ينته عند هذا الحد، إذ نقل الصحفى المذكور الواقعة إلى القاضى السعودى الذى أجاز تكفير « ذكرى ».
    وفى اتصال تليفونى من الكويت قالت « ذكرى » : أشعر بالأسى مما حدث لأنه جعلنى فى موقع الدفاع عن دينى .. ويقولون فى الجرائد إنه يجب أن أتوب .. أتوب عن ماذا؟ غفر الله لمن هاجمنى ووضعنى فى هذا الوضع السيئ؟.
    وتعليقاً على هذه الزوبعة قال مفتى الديار المصرية  » من الخطأ التسرع بالحكم على انسان بالردة ما لم يعلن ذلك صراحة ».
    وأضاف أن الأنبياء والرسل هم أكثر الناس ابتلاء ومشقة. فإذا قال إنسان إن الرسول قد تعب وتحمل المشاق وأنا كذلك تعبت فإن وجه المقارنه هنا هو التعب وليس التشبه بشخص الرسول نفسه. وطالما نفت ذكرى عن نفسها تشبيه نفسها بالرسول فهى بريئة ولا يجوز تحريف كلامها او مقصوده امتثالاً لقول الرسول : « إنما الأعمال بالنيات ».
    المصدر: « الحياة » ومصادر أخرى 8 فبراير 2002

    من موقع الممنوع


     

    Giudice religioso saudita chiede morte cantante tunisina

    TUNISI, 7 febbraio (ansa) Il mondo della canzone araba è scosso dalla vicenda della cantante Dhikra Mohamed, per la quale un giudice della Corte suprema saudita, sheikh Ibrahim Al Khodeiri, reclama la condanna a morte perché rea, secondo lui, di aver paragonato le difficoltà incontrate nella sua carriera a quelle del profeta Maometto all’inizio della sua missione.

    Dhikra, cantante tunisina da anni emigrata in Egitto – dove ha lavorato con compositori di fama come Hani M’Hanna – e nei paesi del Golfo, ha parlato della propria vicenda in una conferenza stampa alcuni giorni fa a margine di un festival in corso a Doha, capitale del Qatar. Illustrando in particolare gli ostacoli incontrati all’inizio della sua carriera nell’ambiente della canzone, ha ricordato che lo stesso profeta dell’Islam, Maometto, è dovuto emigrare altrove perché avversato dalla propria gente.

    Le sue parole hanno scandalizzato il giudice religioso saudita Ibrahim Al Khodeiri, che da Riad ha lanciato, tramite il quotidiano internazionale arabo ‘Al Hayat’, una dura requisitoria contro Dhikra accusandola di apostasia per essersi ‘burlata’ del profeta e chiedendo la sua condanna a morte.

    Raggiunta al telefono, Dhikra ha detto di «non essere preoccupata più di tanto di quanto dice lo sheikh Al Khodeiri» perché, ha precisato, «sono certa di non aver offeso il profeta e di essermi piuttosto comportata esattamente secondo i precetti della sua tradizione, la sunna».

    Solidarietà con la cantante, amata nel mondo arabo per la sua delicata voce, è stata espressa intanto dal compositore egiziano e suo amico personale Hani M’Hanna, il quale a quanti credono di essere i custodi della religione musulmana ha chiesto di «smetterla di condannare a morte i loro correligionari e di condannare piuttosto i nemici dell’Islam che oggi massacrano i palestinesi».

    ANSA (Italie)

     
    UN ENFANT SOUFFRE DE LA  DICTATURE DE BEN ALI

    Je suis un tunisien qui a quitté son pays… non pour l’argent mais pour respirer car en Tunisie il n’y a plus d’air. Je n’appartiens a aucun parti politique mais je suis au courant de ce qui se passe dans le pays des policiers, de Laïla, de Chiboub et du philosophe de la dictature de tous les temps, le pharaon de Carthage.
    Je suis à l’étranger dans un pays, très loin au sud est asiatique, je suis toujours en contact avec ma famille et spécialement avec mon frère âgé d’à peine 16 ans.
    Mon frère déteste Ben Ali et son régime et n’a pas peur de déclarer ça à ces amis, aussi il me parle de ça au téléphone et parce que toutes les communications sont bien contrôlées il a reçu une bonne surprise de la part des chiens de Ben Ali, aujourd’hui le 7 février 2002 un policier en civil a stoppé mon frère, et il a commencé à le molester avec son langage ordurier et il a finit par lui donner des coup de pieds et des gifles, c’est un grand crime contre mon frère qui n’a que 16 ans, c’est un délit contre l’enfance car le système éducatif qui ne donne de priorité qu’aux cours de classe en faveur du général n’a pas réussit à le programmer comme les autres enfants !
    Maintenant une autre stratégie commence a l’encontre des adolescents c’est la stratégie de la terreur. J’ai dit à mon frère n’aie pas peur mais je sais que c’est très difficile avec l’âge qu’il a.
    Le cas de mon frère est très dangereux car il n’y a plus de liberté pour la jeunesse, est ce que ces actes de la part du régime veulent dire que Ben Ali est là pour toujours ou bien est ce qu’on ne réussira jamais a être un pays démocratique ?
    Alors vaut mieux changer le régime républicain en monarchie, ainsi Ben Ali et sa famille seront traités comme une famille royale (peut être aussi moins d’argent sortira du pays car il n’a pas besoin de s’enfuir avec ses milliards puisqu’il ne sera pas jugé pour ces crimes)

    Loke Kok Ho
    Source le forum deTUNeZINE

     
    Témoignage de la manifestation parisienne

     

    Petit chronique…
    Sophie

     
    En vérité, tu ne dois rien à personne.

    Tu dois tout à tout le monde.

    Gibran Khalil Gibran.

    16h00 : Des maux d’estomacs terribles essaient de m’anéantir mais je décide de faire quelques efforts. Tant pis si je suis malade en plein Paris, j’irai au rassemblement prévu ce soir. J’arrive un peu en retard et une fois de plus, je me laisse berner à la vue des premières banderoles que je vois. “Non à la désinformation” s’est déjà installé avec d’autres banderoles et surtout avec des haut-parleurs. Comme la fois précédente, j’ai un sursaut de rejet et je cherche les miens du regard. Je les rejoins très vite et sans perdre une minute, je crie et je siffle avec mes doigts dans la bouche pour couvrir les inepties débitées au micro par les benaliénés (Jsophie) qui nous font face. On déroule une banderole, j’en tiens une partie d’une main, et de l’autre main je tiens une affiche. Je continue de crier les slogans avec les autres, et je ne sens même plus mon estomac.

    AMNIS-TIE GE-NE-RALE EN TU-NI-SIE !

    Je vois passer devant moi Moncef Marzouki. Je rêve de le saluer mais je n’ose pas, je préfère attendre une autre occasion. Je salue rapidement Omeyya qui prépare les tracts à distribuer. La fontaine des Innocents est un lieu idéal car il y a énormément de passage. D’autre part, les pauvres benaliénés servent notre cause de façon magistrale. Imaginez des slogans contradictoires, deux camps opposés, et une rangée de CRS qui séparent les deux camps.
    Je crie et je siffle de toutes mes forces.

    TROIS MAN-DATS CA SUF-FIT, A BAS LA PRE-SI-DENCE A VIE !

    Les passants sont intrigués et nous posent des questions. Ils ne sont dupes de rien et prennent volontiers le tract explicatif du CSLCPT (Comité de Soutien aux Luttes Civiles et Politiques en Tunisie). Le temps d’aller prendre une photo, je laisse ma place à un jeune homme à qui on explique la situation. Il y a du vent et il fait un froid de canard. Je m’en plains pendant quelques temps puis je me dis que je n’ai forcément pas plus froid que quelqu’un de presque dévêtu dans un cachot humide et glacial. Sur ces pensées, j’oublie le froid, et je recommence mes slogans. Une jeune Tunisienne qui passait par là s’est jointe à nous et crie sa révolte plus fort que tout le monde. Alors que les benaliénés ont changés de côté, après vérification de leur autorisation préfectorale, je sens que l’atmosphère devient lourde.

    A BAS BEN A-LI ! A BAS BEN A-LI !

    Les CRS sont maintenant très à l’écart et l’affrontement devient presqu’inévitable. Omeyya s’approche du groupe adverse avec quelques autres. Je les suis et m’approche aussi. Je sais bien que je tente le diable mais je tiens à observer par moi-même. Quelqu’un me dit de m’approcher davantage pour prendre des photos. Je prends une première photo qui énerve beaucoup les femmes qui crient en face. Je m’approche encore plus près et je prends une deuxième photo. A ce moment l’homme qui tient le porte-voix avance vers moi rapidement pendant qu’une main me tire en arrière. Il me demande pour quel journal je prends les photos. Je lui réponds la vérité, à savoir que je suis là en individuelle. Je l’entend alors prononcer le mot touriste, soulagé. Je suis déjà à l’écart, on me met en garde de ne pas m’approcher d’eux de trop près.
    A plusieurs reprises, des bagarres manquent d’éclater et n’ont finalement pas lieu. L’inspecteur de police dédié aux manifestations tunisiennes, et que j’ai déjà rencontré à plusieurs reprises me dit qu’il a peur que ça dégénère. Finalement les esprits s’apaisent et nous nous séparons dans le calme. Bien que d’un tempérament plutôt non-violent, je comprends que si on a été harcelé, emprisonné, torturé, il soit intolérable d’être confronté à ces gens. Je comprends la rage qui s’emparent de certains, et j’admire le calme de ceux qui les retiennent.
    Les banderole sont rangées et la jeune Tunisienne me demande si elle peut emporter la pancarte qu’elle tenait. Elle veut la montrer à ses amis. Je lui dis que ça ne devrait pas poser de problème. Mon estomac me fait de nouveau souffrir et je reprends mon RER pour rentrer chez moi. A peine arrivée, je commande une pizza par téléphone pour ne pas perdre de temps. J’ai envie d’écrire mais je sais que ça va me demander de l’effort. Cette fois-ci, je ne fais pas la blague de réclamer une Celtia.
    Vous l’avez sûrement compris: mon pizzaïolo est Tunisien…

    Source le forum deTUNeZINE

     

    REPONSE A LARA : « s’il n’y avait pas eu le changement du 7-Nov. »

    Sur le site du jounal permanant du nouvel-obs. un debat est consacre a la Tunisie:
    http://permanent.nouvelobs.com/cgi/debats/aff_enreg
    Ce debat est intitule comme suit:
    « Les atteintes aux libertés sont de plus en plus nombreuses en Tunisie. Quels sont les moyens les mieux appropriés pour réagir? »
    Ce debat est malheureusement monpolise par les mercenaires de la plume de Zaba. L’un de ses mercenaires a ecris sous le pseudo de LARA le message suivant:

    « LARA – tunis –  une réponse

    A tous ceux qui critiquent la politique tunisienne je pose la question suivante : décrivez-moi la Tunisie s’il n’y avait pas eu le changement du 7 novembre 1987? « 

    Voici la reponse que j’avais donnee a LARA sur le site du nouvelobs :

    Chere LARA,
    Si la Tunisie n’avait pas connu le plus catastrophique changement de son histoire millenaire, complote le 7-11-87 par un policier, notre pays serait un Paradis et non un enfer comme c’est le cas maintenant.
    Voici pourquoi :
    1- La declation du 7-11 est un pur mensonge et tous les Tunisiens le pensent sans exeption. Meme Zaba et ceux qui le soutiennent hypocritement le pensent.

    2-La croissance serait a 2 chiffres et non stagnante. Il y aurait moins de misere. Lestunisiens ne risqueraient pas leurs vies sur des embarcations de fortune vers les cotes Italiennes.  Les chiffres de Zaba concernant les performances economiques sont a l’image des 99,44% qu’il a obtenu lors des dernieres elections presidentielles:
    -La pauvrete depasse 50% et non 4%.
    -Le chomage depasse 30% et non 19%.
    -L’inflation depasse 10% et non 2,1%,
    -Le dinar ne degringolerait pas a ce rythme…
    Avec son Bac-3 Zaba a toujours cru en la magie des chiffres. Tout ce qu’il invente comme chiffres est a diviser, minorer…par 7.

    3-Le pays ne serait pas pille par sa famille, sa belle famille, ses amis et se proches collaborateurs.

    4-La justice ne serait pas soumise. Il n’y aurait pas d’injustice et de proces traficotes. les droits de l’homme seraient respectees, il n’y aurait pas de tortures, assasinats, disparitions…

    5-La presse ne serait pas soumise pour debiter a longueur d’annees des mensonges. La presse etrangere et internet ne seraient pas cencures. Les telephones ne seraient pas sur ecoute.

    6-La demcratie serait reelle et tous les Tunisiens seraient responsabilises dans le cadre de vrais partis politiques et non de decor, de vrais ONG de vrais syndicats…

    7-La constitution et les elections ne seraient pas encore une fois manipulees pour lui permettre des’accaparer a vie le pouvoir.  Apres les 2 modifications effectuees par Zaba, notre contitution est devenue celle d’une republique bannaniere. Avec celle qu’il a annonce nous allons devenir une monarchie ridicule a la Zabanostra. Quand aux futures elections, il faut s’attendre a ce que les 2 personnes qui lui ont ete les plus fideles, les plus proches et les plus devoues ne voteraient pas pour lui. Bien qu’ils ont ete a l’origine de son ascenssion Zaba a ete extremement ingrat vis a vis d’eux: Il s’agit de la mere de ses 3 filles Naima
    qu’il a jete pour vivre en biguamie avec une coiffeuse avant de la divorcer, ainsi que de son meilleur et unique ami Eltaif qu’il a mis en prison puis libere sous conditions.

    Voici les 7 premieres reponses a votre question LARA! J’espere que vous etes deja convaincue! Si ce n’est pas le cas il me reste encore 7 mille autres reponses.

    IFRECH

     
    Liste publiée grâce à l’aide excquise de l’association :
    Freedoms Friends  FrihetsVنnner Fِreningen  Box 62 127 22 Skنrholmen  Sweden
    Tel/:(46) 8- 4648308    

    Fax:(46) 8 464 83 21

       e-mail: fvf@swipnet.se

     



    Hämta MSN Explorer kostnadsfritt på http://explorer.msn.se/intl.asp.

    Yahoo! Groups Sponsor

    To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
    To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
    URL to this page: http://site.voila.fr/archivtn

    L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

    Accueil

    Lire aussi ces articles

    26 octobre 2006

    Home – Accueil – الرئيسية     TUNISNEWS 7 ème année, N° 2348 du 26.10.2006  archives : www.tunisnews.net AISPP: Communiqué M.

    En savoir plus +

    16 août 2004

    Accueil TUNISNEWS   5 ème année, N° 1549 du 16.08.2004  archives : www.tunisnews.net حصول الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات على الصفة الاستشارية

    En savoir plus +

    Langue / لغة

    Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

    حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.