4 décembre 2003

Accueil

TUNISNEWS

  4 ème année, N° 1293 du 04.12.2003

 archives : www.tunisnews.net


الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين: قائمة العائلات المضربة عن الطعام  مساندة لأبنائهم المضربين في السجون

رسالة مفتوحةإلى رؤساء الدول الأورو- متوسطية (5+5) حركة النهضة :  الشيخ راشد الغنوشي يضرب عن الطعام  تضامنا مع المساجين السياسيين

الإسلام اليوم: تونس : سجناء حركة النهضة يضربون عن الطعام 


Lettre ouverte au sommet des  Présidents et chefs De gouvernements euro-mediterraneen ( 5 +5 )

Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés: Déclaration à l’occasion du sommet 5+5

Lettre ouverte de M. Amor harouni au président Jacques Chirac

Ali Rouahi entame  une grève de la faim ouverte à partir du samedi 29 novembre

Louiza Toscane: Tahar Dhifallah comparaîtra lundi 8 décembre

FIDH/LDH:Tunisie: le régime du Général Ben Ali n’est pas celui décrit par le Président Chirac

Visite du président Jacques Chiracen Tunisie: Suite

Sayyed Ferjani: Les islamistes Tunisiens sont les victimes les plus souffrants, mais sont en train de subir un sort semblable a’ celui des juifs en France de Vichy

Taoufik ben Brik: Cris et chuchotements ou Radhia d’Australie

Abdelwahab Hani: Pénurie du lait : La dictature avoue son incompétence

Mourad Soltani: Les Généraux algériens et le savoir faire mafieux de Leïla Trabelsi

Visite du Collin Powell au Maghreb: Suite

Sommet du dialogue euro-méditerranéen « 5+5 »: Suite


Pour afficher les caractères arabes  suivre la démarche suivante : Affichage / Codage / Arabe ( Windows )

To read arabic text click on the View then Encoding then Arabic (Windows).

Le Monde | 05.12.03
 
 Dessin du jour
Le Monde du 04-12-2003

 
 

الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين

33 نهج المختار عطية تونس

 

                       

بــــــيــــــــــــان

تونس في 4/12/2003

 

 قائمة العائلات المضربة عن الطعام  مساندة لأبنائهم المضربين في السجون

 

 

  درجة القرابة

                السّن

          الاسم واللقب

والدة السجين عبد الكريم الساكت

والدة السجين الهاشمي بكير

86 عام

60 عام

شرقية الساكت

شريفة الزواوي بكير

أخ السجين الهاشمي بكير

 

زين العابدين بكـيـــر

والدة السجينين طارق وخالد كوّاش

              74 عام           

     حبيبة عرافة كوّاش

والدة السجينين ماهر ورمزي الخلصي

              57 عام

سيّدة طاع الله الحلصي

والد السجينين ماهر ورمزي الخلصي

61 عام

      محمّد الحلصي

والدة السجين لطفي الجبّاري

71 عام

     مخحوبة الجبّاري

والدة الطاهر الحرّاثي

 

ربح الحرّاثي

شقيقة الطاهر الحرّاثي

 

راضية الحرّاثي

شقيقة الطاهر الحرّاثي

 

مبروكة الحرّاثي

شقيقة الطّهر الحرّاثي

 

نعيمة الحرّاثي

شقيقة الطهر الحرّثي

 

حبيبة الحرّاثي

شقيقة الطّاهر الحرّاثي

 

لطيفة الحرّاثي

والد عماد الشّيحاوي

74عام

عليّ الشّحاوي

والدة عماد الشّيحاوي

 

مريم الشّيحاوي

والدة عبد النبي بالرّابح

66 عام

عيشة بالراّبح

زوجة عبد الرّؤوف التّونكتي

 

جميلة التونكتي

زوجة عبد الحميد الجلاصي

 

منية الجلاصي

والد زهير الشّهودي

64 عام

محمد إدريس الشّهودي

والدة زهير الشّهودي

63 عام

منتهى الشّهودي

والد نبيل النّوري

73 عام

مولدي النّوري

شقيق خلد الدريسي

 

محمد علي الدريسي

شقيقة خالد الدريسي

 

بيّة الدريسي

شقيقة خالد الدريسة

 

فاطمة الدريسة

شقيقة خالد الدريسة

 

هاجر الدريسة

شقيقة خالد الدريسة

 

مريم الدريسة

أمه و أشقاؤه

 

عائلة عبد الرؤوف  البدوي

زوجة محمد بن قيزة

 

زوجة  بن قيزة

زوجة السجين محمود حنفية

زوجة السجين محمد الحبيب العياشي

زوجة السجين شكري بحرية

زوجة السجين لطفي السنوسي

 

شقيقة السجين لطفي السنوسي

شقيق السجين خالد الدريسي

شقيقة السجين خالد الدريسي

شقيقة السجين خالد الدريسي

شقيقة السجين خالد الدريسي

شقيقة السجين خالد الدريسي

زوجة السجين عبد الله الزواري

ابن السجين عبد الله الزواري

ابن السجين عبد الله الزواري

ابنة السجين عبد الله الزواري

شقيق السجين الصادق شورو

 

نعيمة حنفية

عفيفة العياشي

فاطمة الدعداع

جميلة حميدة

 

فوزية السنوسي

محمد علي الدريسي

بية الدريسي

فاطمة الدريسي

هاجر الدريسي

مليكة الدريسي

مباركة غناي

مزاحم الزواري

توفيق الزواري

خولة الزواري

عباس شورو

 

 

 

عن الجمعية

الرئيس

محمد النوري


 

 

Invitation

 

                               

                     Monsieur :

 

Le Bâtonnier, l´ATJA, le CNLT, l´AISPP, le CIJ, la LEL, le RAID et l´ANAR

vous invitent à la conférence de presse qui aura lieu

le vendredi 5 décembre 2003 à 13 heures

au cabinet de maître Mohamed Ennouri sis au 33 rue Mokhtar Attaya Tunis pour vous informer sur la situation des prisonniers politiques en Tunisie.

 

Tel :  71 256 647  – 71 340 860 – 71 354 984

Fax :  71 351 831

 

 

دعـــــــوة

 

                      إلى السيد:

 

إن ّعميد المحامين والجمعيّة التونسية للمحامين الشّبّان والمجلس الوطني للحريات في تونس والجمعيّة الدولية لمساندة المساجين السّياسيّين ومركز إستقلال القضاء والمحاماة بتونس ورابطة الكتّاب الأحرار والتّجمّع من أجل بديل عالمي للتّنمية و الوداديّة الوطنيّة لقدماء المقاومين

يدعونكم لحضور النّدوة الصّحفيّة التي ستنعقد يوم الجمعة

5 ديسمبر 2003

على السّاعة الواحدة بعد الزّوال

 بمكتب الأستاذ محمد النّوري 33 نهج مختار عطيّة تونس وذلك لاعلامكم بوضعيّة المساجين السياسيّن بتونس.

 

الهاتف:  71 256 647  – 71 340 860 – 71 354 984

 

الفاكس: 71 351 831  

 


Lettre ouverte au sommet des  Présidents et chefs

De gouvernements euro-mediterraneen ( 5 +5 )

réunis a Tunis le 5 et 6 décembre 2003

 

Majesté et excellences

Permettez-nous de saisir l’occasion de votre rencontre sur le sol de notre pays pour vous exprimer, en tant que représentants de la société civile tunisienne, notre souhait de bienvenue, notre soutien indéfectible à toutes vos initiatives et vos démarches visant à faire de l’espace euro-mediterranéen une région de paix, de stabilité et de prospérité

Permettez-nous aussi de vous assurer de notre entière approbation a vos appels répètés en faveur de la tolérance et du dialogue entre les cultures et les religions comme moyen pour parvenir à la réalisation de ces nobles objectifs.

Permettez-nous enfin de vous assurer de notre conviction que la démocratie et le respect des droits de l’homme – que  vous proclamez sans cesse- constituent réellement la condition sine qua non pour sauvegarder la dignité des citoyens et réaliser le progrès de la société

Majesté et excellences

Malheureusement, nous sommes bien forcés de constater que nous sommes très loin des promesses généreuses annoncées par les différentes déclaration et accords d’association euro-mediterranéen, surtout dans les pays du sud de la méditerranée et plus particulièrement en Tunisie

 

Vous n’etes pas sans savoir que l’état des libertés et des droits de l’homme dans notre pays n’a cessé de se détériorer gravement et a pris des dimensions tragiques à l’occasion des procès politiques iniques intentés contre les opposants a partir du début des années quatre-vingt dix et à cause de la pratique systématique de la torture qui a accompagné ces procès

 

Des centaines de prisonniers politiques croupissent encore aujourd’hui dans les prisons tunisiennes, après treize ans de détention, dans des conditions inhumaines ne respectant pas le minima des droits reconnus pour les prisonniers par les nations unis

 

En effet comme en témoignent plusieurs organisations humanitaires nationales et internationales- ces prisonniers font l’objet d’un système prémédité de destruction physique et morale , ils sont mal nourris et privés des soins médicaux même les plus urgents, ils sont privés de lecture et d’écriture, et, ils vivent, entassés les uns sur les autres, dans des cellules surpeuplés et dépourvues des conditions minima d’hygiène

Des dizaines d’entre eux sont soumis a l’isolement total depuis plus de dix ans, alors que les normes internationales considèrent l’isolement au délai de 10 jours comme un acte de torture

Une trentaine de détenus sont morts dans les prisons a cause de la négligence médicale, d’autres sont morts sous l’effet de la torture dans les prisons ou dans les bureaux du ministère de l’intérieur

Majeste et excellence

La libération immédiate des prisonniers politiques en Tunisie et la promulgation d’une amnistie générale en leur faveur est une mesure qui s’impose de toute urgence si l’on veut assurer un minimum de crédibilité aux différentes déclarations et accords d’association qui ont permis au peuple méditerranéen la démocratie et la liberté .

Veuillez messieurs  l’expression de notre haute considération

 

          Le Bâtonnier

          L’Association Tunisienne Des jeunes Avocats (ATJA )

          Le conseil National pour Les Libertés En Tunisie (CNLT)

          L’Association Internationale Pour la Solidarité Avec Les Prisonniers Politiques (AISPP) .

          Le Centre De Tunis Pour L’indépendance De La Justice ( CTIJ)

          Raid

          La Ligue Des Ecrivains Libres

           L’association Nationale Des Anciens Combattants

 


 

رسالة مفتوحة إلى رؤساء الدول الأورو- متوسطية (5+5) المجتمعين في تونس يومي 5 و 6 ديسمبر 2003

 
أصحاب السمو والفخامة اسمحوا لنا- كممثلين للمجتمع المدني التونسي- أن نستغل مناسبة لقائكم فوق أرض بلادنا لنعبر لكم عن مساندتنا الدائمة لكل ما تتخذونه من مبادرات وإجراءات تهدف إلى جعل الفضاء المتوسطي منطقة سلام واستقرار وازدهار. اسمحوا لنا أيضا أن نؤكد لكم تأييدنا الكامل لنداءاتكم المتكررة لفائدة التسامح والحوار بين الثقافات والأديان كوسيلة لتحقيق هذه الأهداف النبيلة. واسمحوا لنا في النهاية أن نؤكد لكم إيماننا بأن الديمقراطية واحترام حقوق الإنسان التي ما فتئتم تعلنون تمسككم بها تمثل حقيقة الشرط الذي لا غنى عنه للمحافظة على كرامة المواطنين ولتحقيق تقدم المجتمع. أصحاب السمو والفخامة إنه لمن المؤسف حقا أن نجد أنفسنا مجبرين على ملاحظة أننا بعيدين كل البعد عن الوعود الجميلة التي تضمنتها مختلف التصريحات واتفاقيات الشراكة الأورو- متوسطية خاصة في الضفة الجنوبية من البحر الأبيض المتوسط وبالأخص في بلدنا تونس. لا شك أنكم على علم بأن حالة الحريات وحقوق الإنسان في بلدنا ما فتئت تتدهور بشكل خطير وقد اتخذت أبعادا مأساوية أثناء المحاكمات السياسية الجائرة التي وقع ضحيتها المعارضون السياسيون منذ بداية التسعينات والتي استعمل فيها التعذيب بطريقة منهجية. إن مئات المساجين السياسيين ما زالوا يقبعون اليوم في السجون التونسية بعد ثلاثة عشر عاما من الاعتقال في ظروف لا إنسانية لا تحترم الحد الأدنى من الحقوق التي تضمنها منظمة الأمم المتحدة لفائدة المساجين. فهؤلاء المساجين- وكما تشهد بذلك المنظمات الحقوقية الوطنية والدولية – هم ضحايا نظام مدروس أعد خصيصا لتحطيمهم بدنيا و معنويا ، إذ أنهم يتعرضون لسوء التغذية ويحرمون من العلاج حتى في الحالات الملحة والخطيرة. كما انهم محرومين من القراءة والكتابة ويعيشون مكدسين فوق بعضهم البعض في زنزانات مكتظة وتفتقر لأبسط القواعد الصحية. إن العشرات من هؤلاء المساجين يعيشون في عزلة تامة داخل السجن منذ سنين طويلة و الحال أن المعايير الدولية المنطبقة في هذا المجال تعتبر أن وضع السجين في عزلة مدة تزيد عن عشرة أيام يعد ضربا من ضروب التعذيب . إن حوالي ثلاثين سجينا قد ماتوا نتيجة الإهمال الطبي أو بسبب التعذيب الذي تعرضوا له داخل السجون أو في مكاتب وزارة الداخلية. أصحاب السمو و الفخامة إن إطلاق سراح المساجين السياسيين في تونس وسن قانون عفو تشريعي عام لفائدتهم هي من الإجراءات التي تفرض نفسها اليوم بإلحاح إذا أريد إضفاء الحد الأدنى من المصداقية على مختلف التصريحات واتفاقيات الشراكة التي وعدت الشعوب المتوسطية بالحريات والديمقراطية. و تقبلوا ختاما فائق الاحترام و التقدير

ـ عميد المحامين ـ الجمعية التونسية للمحامين الشبان ـ المجلس الوطني للحريات بتونس ـ الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين ـ مركز تونس لاستقلال القضاء و المحاماة ـ راد – أتاك تونس ـ رابطة الكتاب الاحرار ـ الجمعية الوطنية لقدماء المناضلين


FORUM DEMOCRATIQUE POUR LE TRAVAIL ET LES LIBERTES

 

                                                            DECLARATION

           

         Du 3 au 6 décembre la Tunisie accueille le président français puis le sommet 5+5 des chefs d’état de la Méditerranée Occidentale. Les relations maghrébines vont être au centre des discussions.

         Le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés a toujours soutenu les efforts qui développent ou consolident les relations de la Tunisie avec les pays frères du Maghreb et les pays amis d’Europe. Notre présent et notre avenir sont engagés avec les uns et les autres.

 

         Ce sommet se situe à un moment où la construction du maghreb est en panne. Cela ne date pas d’aujourd’hui. Faute de volonté politique de nos dirigeants, le Maghreb uni est au mieux un slogan qui remue épisodiquement les souvenirs des nostalgiques de la post indépendance, et provoque le désespoir de ceux qui sont convaincus de sa nécessité impérieuse et vitale dans un monde où l’éparpillement, les divisions et les égoÏsmes conduisent à une déchéance programmée.

         Cette absence de volonté politique pour dépasser les égoïsmes, nationaux ou personnels, pour résoudre le problème du Sahara occidental, pour réformer, en les harmonisant, les institutions et les législations, est aggravée par un déficit démocratique qui, pour être variable d’un pays à l’autre, n’en marginalise pas moins les sociétés, bloquant leur participation consciente et effective à l’édification du Maghreb uni.

          Face à ce demi siècle de tensions ininterrompues, sur l’autre rive de la Méditerranée, l’Europe poursuit patiemment son développement et son unification en dépit des handicaps de départ. Son extension résolue vers les pays de l’Est, hier encore sous le joug du totalitarisme, n’a été possible que grâce aux réformes courageusement engagées par ces pays dans le sens de la démocratisation de leurs systèmes politiques et de la mise en place des mécanismes de bonne gouvernance.

 

         Depuis 1995, avec le processus de Barcelone, l’Europe a tenté  avec chacun des pays du Maghreb l’expérience du partenariat. A l’évidence, les résultats  sont nettement en deçà des attentes. Pour la Tunisie le bilan est très mitigé. Les investissements stagnent quant ils ne régressent pas. Le déficit commercial s’accroît d’une année à l’autre et absorbe l’essentiel des revenus provenant de l’immigration et du tourisme. Le recours à la privatisation et aux emprunts aggrave l’endettement. La mise à niveau économique, en l’absence d’une mise à niveau politique, ne parvient ni à attirer les investisseurs, ni à juguler le chômage, ni à freiner la dégradation du pouvoir d’achat des citoyens et notamment des salariés, ni à réduire le fossé de plus en plus profond entre les riches et les pauvres. Aucun mécanisme sérieux n’a été mis en place pour combattre la corruption et enrayer la fuite des capitaux qui a engendré une inversion paradoxale du sens de l’aide du Sud vers le Nord. Quant à l’article 2 qui a suscité tant d’espoir auprès des forces éprises de liberté, aucun partenaire n’a vraiment cherché à l’appliquer.

 

         A partir de ce constat, le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés :

 

  1 – considère qu’il n’y a point de salut hors la construction accélérée du Maghreb et appelle les dirigeants maghrébins

        – à engager au plus vite  les réformes nécessaires des institutions représentatives et des législations, de manière à rendre effective la participation des citoyennes et des citoyens et à garantir les libertés fondamentales publiques et individuelles.

       – à résoudre leurs problèmes bi-latéraux, même si cela doit passer par le     sacrifice de certains droits au profit de l’indispensable réconciliation.

         à harmoniser les systèmes de l’éducation, de la formation et de la justice.

– à se mettre d’accord sur un programme commun portant sur la réalisation des infrastructures, l’acquisition des équipements, l’exploitation de l’eau, la recherche…

 

  2 – considère que l’instauration d’un espace euro-méditerranéen de paix et de stabilité et la réalisation du développement durable passent nécessairement par l’établissement, dans les pays du Maghreb, d’une démocratie effective, garantissant l’autonomie des sociétés civiles, la liberté de l’information et l’indépendance de la justice.

 

  3 – se félicite de la nouvelle orientation prise par l’Union européenne en faveur d’une politique de bon voisinage. Cela implique un dépassement de la vision traditionnelle, essentiellement marchande et sécuritaire, qui a dominé jusque là les rapports euro-maghrébins.

Bâtir un avenir commun signifie avoir un ancrage commun aux valeurs universelles de liberté et de respect des droits de l’homme, établir un dialogue réel entre les civilisations et les cultures des deux rives de la Méditerranée; cela signifie un effort accru de la part de l’europe pour permettre au maghreb, comme ce fut hier le cas de l’Espagne et du Portugal, de combler son retard historique en matière de développement économique. Cela passe par le renforcement des aides publiques, une réflexion sérieuse sur l’annulation de la dette et une lutte déterminée contre la corruption et l’évasion des capitaux des pays du Sud.

 

4 – appelle  l’Europe, dans son ensemble, à prendre  également conscience de l’importance de ce processus euro-méditerranéen et de ses objectifs annoncés de paix, de stabilité et de développement durable. Pour les réaliser tous les pays doivent s’engager pleinement dans la solution du conflit israélo-palestinien ; il faut rompre le cycle de la violence en imposant une force d’interposition entre les belligérants : les haines et les rancœurs accumulées  peuvent être dépassées: la rencontre de Genève initiée par les composantes de la société civile montre qu’une alternative pacifique est  envisageable.

 

 Mustapha Benjaâfar                                                       

2 décembre 2003   

 Sécrétaire Général


 

      

 

Rassemblement de Soutien

 

 A l’occasion du sommet 5+5, les chefs d’état et de gouvernement de cinq pays d’Europe s’apprêtent à se rendre en Tunisie.

Nous rappelons  l’opinion publique que depuis 13 ans, plus de 600  prisonniers politiques sont détenus dans des conditions effroyables, subissant torture,  humiliations et privation des soins de santé,  plus d’une trentaine sont décédés, Souhnoun Jouhri, Ismaïl Khmira, Habib Raddadi…. Plusieurs dizaines d’entre eux sont dans un état critique, Lotfi Idoudi, Lotfi Snoussi …, ainsi que 35 détenus en isolement depuis leur incarcération en 1992.

En solidarité avec le mouvement de grève de la faim en Tunisie et à l’étranger afin d’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la situation catastrophique des prisonniers politiques en Tunisie qui croupissent dans leurs cellules depuis plus de 13 ans, et en continuité avec la compagne pour la liberté en Tunisie, les associations :

 Voix Llibre, Solidarité Tunisienne et le Comité de Soutien au Professeur Moncef Ben Salem,  appellent  toutes les femmes,  les Hommes et toutes les ONG de défense  des droits de l’Homme à participer à un rassemblement.

 

Vendredi 05/12/03 à 18h 30, place de la Bastille

Métro : la Bastille


Appel de Solidarité

A l’occasion du sommet 5+5, les chefs d’état et de gouvernement de cinq pays d’Europe s’apprêtent à se rendre en Tunisie. Nous rappelons  l’opinion publique que depuis 13 ans, plus de 600  prisonniers politiques sont détenus dans des conditions effroyables, subissant torture,  humiliations et privation des soins de santé,  plus d’une trentaine sont décédés, Souhnoun Jouhri, Ismaïl Khmira, Habib Raddadi…. Plusieurs dizaines d’entre eux sont dans un état critique, Lotfi Idoudi, Lotfi Snoussi …, ainsi que 35 détenus en isolement depuis leur incarcération en 1992. En contestation de leur situation inhumaine, plusieurs prisonniers, tel que, Abdelhamid Jlassi, Lotfi Snoussi, Abdallah Idrissa,  Bouraoui Makhlouf, Habib Ellouz, Khaled Kaouach, Mohamed Najib Elouati, Ridha saïdi, Moukdad Elarbaoui, Ali Lahrabi,Chokri Bahriya sont en grève de la faim depuis 32 jours. La célèbre avocate Radia Nasraoui est en grève  de la faim depuis 49  jours, en protestation contre les tracasseries policières auxquelles elle fait l’objet avec sa famille et ses confrères. Nous appelons toutes les associations, institutions et comités de défense des libertés et des droits de l’Homme ainsi que tous les Hommes et les Femmes des bonnes volonté à se joindre à notre appel pour une grève de la faim les 3, 4 et 5 décembre 2003 en protestation contre le maintien de prisonniers politiques en Tunisie, le harcèlement des journalistes, avocats et défenseurs de droits de l’Homme  et pour une amnistie générale.    Signataires : Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture  (ACAT France), Association de Soutien des Prisonniers Politique (AISPP Tunisie), Centre National pour la Liberté  en Tunisie (CNLT), Centre Tunisien pour l’Indépendance de la Justice(CTIJ), Collectif des Avocats de la Défense au Procès de l’été 1992 (Tunisie), Comité de soutien au Professeur Moncef ben Salem (France), Solidarité Tunisienne (France), Voix Libre (France), Vérite_Action (Suisse), Insiemi per La Tunisia (Itali),Aufruf der Freit (Allemagne), Campaign for Human right in Tunisie(U.K), Femme contre la Torture (U.K), Fefanec (U.K), Frihetsvänner (Sued), CRLDHT(France), comité de soutien du journaliste Abdallah Zouari(Tunisie), RAID-ATTAC Tunisie, Organisation Arabe des Jeunes Avocats, Femme Pour la Liberté (France), Association des Victimes de la Torture en Tunisie (AVTT, Suisse), Forum pour les Libertés et la Démocratie (France), Association pour les  Droits de la Personne au Maghreb (ADPM), …

Avec le soutien de :

Dr Moncef Marzouki (Président CPR), Mr Gilles Perrault, Maitre Ahmed Najib Chabi (Président PDP), Le Juge Mokhtar Yahyaoui (CTIJ), Zouhaier Yahyaoui (ancien prisonnier d’opinion Cyber-dessident), Professeur Moncef ben Salem , Maitre Mohammed Nouri (AISPP), Maitre Najib Hossni (CNLT), Maitre Nouredine Bhiri (CTIJ), Dr Sadri khiari (CNLT), Maitre Abderraouf Ayadi (vice President CPR), Maïtre Saïda Akremi (AISPP), Maitre Samir  ben Amor, Rachid Najar (Syndicaliste), Abdelmajid Bouhjila (père du prisonnier Abdellatif Bouhjila), Ahmed Smiï (AISPP), Monsieur Mohamed Algoumani (LTDH), Khmaiss Chamari (Consultant des droits de l’Homme), Maitre  Abderrazak Kilani, Souheir Belhassen (Comite de soutient du Journaliste Abdallah Zouari), Fathi Chamkhi (Porte Parole RAID-ATTAC Tunisie, Dr Mustafa ben Jaafar (Président du FDTL), Lise Garon (professeure, Université Laval, Québec, Canada), Tahir Laabidi (Ecrivain, membre CNLT),  Olfa Lamloum (Universitaire), Dr Salah-Eddine Sidhoum (Chirurgien, Militant des Droits de l’Homme, Algérie), … Contact: Tel/Fax  00 33 143520986  port : 00 33 61159137401   port : 00 33 609613905               soltunis@hotmail.com         

 


 

بسم الله الرحمن الرحيم 

الشيخ راشد الغنوشي يضرب عن الطعام  تضامنا مع المساجين السياسيين

 

تستمر السلطة في حجز المئات من خيرة أبناء تونس في السجون حيث يخضعون لعملية تدمير بدني ومعنوي مبرمجة، إذ يقضي بعضهم السنة الثالثة عشر في عزلة كاملة ممنوعين من الغذاء الصحي والدواء والقراءة والكتابة ومن أي وسيلة إعلام أو اتصال. إنها جريمة كبرى تعكس حجم التدهور في تونس ومظلمة تأباها كل شرائع السماء والأرض.   واحتجاجا على استمرار هذه المظلمة وتضامنا مع الضحايا وتنديدا بالتضييقات التي يتعرض لها المحامون والمدافعون عن حقوق الإنسان، أعلن اليوم عدد كبير من المعارضين والحقوقيين في تونس والخارج إضرابا عن الطعام، وجاء هذا الإضراب استجابة لنداء عدد من الجمعيات في مقدمتها الجمعية الدولية للدفاع عن السجناء السياسيين. وقد التحق اليوم رئيس حركة النهضة الشيخ راشد الغنوشي بالإضراب عن الطعام.   حركة النهضة إذ تشد على أيدي مناضليها الابطال الذين تتخذهم السلطة رهائن لإرواء عطشها إلى الانتقام والتنكيل بهم وبأسرهم، تطالب السلطة التونسية بالكف عن هذه السياسة الظالمة والانتهاء عن عقلية الثأر والانتقام ووضع حد لهذه المظلمة كما تدعو كل أنصار حقوق الإنسان ومنظماتهم لتصعيد الضغط من أجل تحقيق هذا المطلب المفتاح والبداية لكل حل للازمة التونسية المتفاقمة.   9 شوال 1424 الموافق لـ 3 ديسمبر 2003   عن حركة النهضة بتونس عامر العريض، رئيس المكتب السياسي


  

بسم الله الرحمن الرحيم          بـــلاغ   
  بنزرت في 29/11/2003   إنّي الممضي أسفله علي بن الهادي الرّواحي المولود في بنزرت في 12/01/1952، سجين سياسي سابق قد قضّيت 9 سنوات ونيف في سجون تونس تنفيذا لأحكام جائرة أصدرتها ضدّي سنة 1994 المحكمة العسكرية مع العلم أنّني مدنيّ لا أمتّ صلة بالجيش لا من بعيد ولا من قريب وقد أطلق سراحي في شهر جوان 2003 ومن ذلك التاريخ مورست عليّ شتّى التضييقات ووصل الأمر إلى افتعال قضيّة ضدّي بدعوى خرق إجراءات المراقبة الإداريّة والحقيقة أنّي رفضت الإمضاء اليومي بمركز الأمن ببنزرت لأنّ ذلك الإجراء لا يستند لأيّ قانون و وقعت مداهمة منزلي في وضح النهار يوم 24 أكتوبر 2003، تمارس ضغوطات على أفراد عائلة عمّي وهو السّند الوحيد لي في البلاد وكذلك على الأصدقاء وكلّ من يتصل بي. و قد تقدّمت بمطلب جواز سفر 9 جويلية 2003 لأتمكّن من السفر إلى فرنسا حيث يعيش أخي العاطل عن الحركة جرّاء مرض مزمن وأمّي الطاعنة في السّن الغير قادرة على السّفر واللذين لم أرهما من سنة 1985. لكلّ هاته الأسباب قرّرت الدخول في إضراب عن الطعام مفتوح إبتداءا من يوم السبت 29 نوفمبر 2003. وأطالب بـ: –  رفع التضييقات الأمنيّة عليّ وعلى كلّ من له صلة بي. –   تمكيني من جواز سفر حتّى أتمكّن من رؤية أمّي وأخي قبل فوات الأوان. وأخيرا أطلب من كلّ المناضلين في الدّفاع عن حقوق الإنسان واقوى الحيّة والجمعيات الحقوقيّة داخل الوطن وخارجه المساندة والمتابعة.                        ولكم جزيل الشّكر وتحيّة طيّبة.                                            الإمضاء                                       عليّ الرّواحي     

Au nom de DIEU le Miséricordieux   COMUNIQUE
 
                                                                                          Bizerte le 29/12/2003     Je soussigné Ali ben Hédi ROUAHI né le 12/01/1952 à Bizerte, ex détenu politique. J’ai été condamné à plus de 9 ans de prison, au courant de l’année 1994, par le tribunal militaire de Tunis. J’ai purgé toute la peine et je n’ai bénéficié d’aucune remise de peine. J’ai été libéré au mois de juin 2003.    Depuis cette date j’ai subi le harcèlement de la part de la police politique ; en plus de cela ils m’ont intenté un procès sous l’inculpation contravention à l’assignation au contrôle administratif, alors qu’en réalité j’avais refusé d’obtempérer à ma mise en demeure verbale de me présenter au poste de police quotidiennement et à signer sur un registre alors que sur l’arrêté du ministre de l’intérieur cette disposition n’est pas mentionnée. Le 24/10/2003 des policiers en civil appartenant à la police politique ont investi mon logis, l’ont fouillé de fond en comble tout en me brutalisant physiquement et verbalement. Mon oncle paternel et ses fils, mon seul soutien familial dans le pays( car ma famille vit à Lyon en France depuis 1962 ), sont persécutés par la police pour le seul but de les terroriser afin qu ‘ils arrêtent de me soutenir moralement ou financièrement et le sort de tous mes amis et ceux qui m’adresse la parole dans la rue. Le 09/07/2003 j’ai fait une demande pour obtenir un passeport pour pouvoir aller en France et embrasser ma mère une vieille femme impotente et mon frère paraplégique que je n’ai pas vus depuis plus de 12 ans, mais jusqu’à cette date on refuse de me le donner.    C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé d’entamer une grève de la faim ouverte à partir du samedi 29 novembre 2003. Je n’arrêterai la grève de la faim que si les autorités : 1 – Arrêtent de me persécuter et de terroriser les gens pour m’isoler et me faire vivre dans une prison virtuelle. 2 – Me donnent mon passeport afin que je puisse voyager pour embrasser ma mère avant qu’il ne soit trop tard. Finalement, je demande le soutien de tous les défenseur des droits de l’homme, les force vives de ce monde et les O.N.G. de défense des droits de l’homme nationales et internationales                                                                         Avec tous mes remerciements.                                                                                Démocratiquement votre                                                                          Ali ROUAHI

 

 


 

 

تونس : سجناء حركة النهضة يضربون عن الطعام

الرياض:عبد الحي شاهين       10/10/1424   3:28 م 04/12/2003 أعلن الشيخ راشد الغنوشي زعيم حركة النهضة الإسلامية في تونس أنه دخل منذ اليوم في إضراب عن الطعام؛ تضامناً مع مئات من السجناء الإسلاميين في تونس، الذين بدأوا إضرابا عن الطعام احتجاجاً على التمادي في الممارسات القمعية والتنكيل الذي يلاقونه في السجون. وقال الشيخ راشد الغنوشي – في اتصال هاتفي مع (الإسلام اليوم) من مكتبه في لندن – إن السلطات الأمنية التونسية صعدت مؤخراً من حملتها ضد السجناء الإسلاميين، والذين يقبع بعضهم منذ 13 عاما من غير أن تنفذ فيهم أحكام المحاكم التي صدرت ضدهم -مع أن هذه المحاكم نفسها كانت غير قانونية- وأكد الغنوشي أن الحكومة التونسية بإجراءاتها الجديدة قد قصدت الحكم بالموت البطئ على المساجين، مشيراً إلى أن السلطات قامت مؤخراً بعزل 12 سجيناً من إخوانهم السجناء، وأرسلتهم إلى سجون انفرادية أشبه بالقبر، حيث إن مساحتها لا تتجاوز متراً في متر ونصف ، ولا يسمح لهم بالخروج خلال الـ24 ساعة إلا لمدة ربع ساعة فقط، وعليهم في ربع هذه الساعة أن يختاروا بين الذهاب لشرب الماء أو الذهاب (لدورة المياه) ، موضحا بأن السجناء الذين تم عزلهم مؤخراً يمثلون القيادات السابقة للحركة، ومنهم الشيخ اللوز والشيخ شكري بحرية وعلي الحرابي وعبد الحميد جلاص. وأكد أن الممارسات القمعية والجائرة ضد الحركة وأبنائها لن تثنيها عن مبادئها وبرامجها السياسية وكشف الغنوشي عن تضامن منظمات حقوقية تونسية وعالمية أبدت تضامنها مع حركة النهضة، ودخلت في إضراب عن الطعام لمدة ثلاثة أيام. وعن النتائج المتوقعة من هذا الإضراب أوضح الشيخ الغنوشي أن أثره يظهر بالتراكم, كما أن إضراب الحركة في عام 1999م أسفر عن خروج نحو 600 معتقل من السجون مشيرا إلى أنه يتوقع مردوداً إيجابيا، خاصة وأن تونس تشهد هذه الأيام حركة سياسية دائبة من خلال الزيارات الرسمية التي يقوم بها زعماء خمس دول أوروبية، بجانب الرئيس الفرنسي جاك شيراك، ووزير الخارجية الأمريكي كولن باول. وأبدى الشيخ راشد الغنوشي في تصريحاته لـ(الإسلام اليوم) تفاؤله من مستقبل الإسلام في تونس، واعتبر أن الحظر والكبت الممارس في البلاد ضد الإسلام جاء بنتائج إيجابية لصالح التيار الإسلامي، إذ تشهد الساحة التونسية عودة متزايدة للإسلام، وبدأ الآلاف من النساء التونسيات يتمسكن بحجابهن وتحظى المساجد بإقبال كبير من الشباب.
 


 

 

 

Amor HAROUNI                                                          Tunis le 4 decembre 2003

Immeuble 26.26 Bloc B

Apt. 04 B – RDC

Sidi Amor – Kram Ouest

2089 – Tunis – Tunisie

 

 

A

Son Excellence Monsieur Jacques CHIRAC, Président de la République Française

Paris- France

 

 

Objet    : Demande d’intervention.

 

 

Excellence,

 

J’ai l’honneur de solliciter de Votre Haute Bienveillance l’intervention auprès de Monsieur Zine El Abidine BEN ALI , Président de la République Tunisienne en vue de libérer mon fils Karim Amor Khaled HAROUNI, détenu politique et d’opinion ; Ingénieur Principal en génie-civil avec inscription pour obtention du Doctorat et Secrétaire Général de l’Union Générale Tunisienne des Etudiants (U.G.T.E.) .

 

Il est actuellement incarcéré à la prison civile de Sfax (isolement individuel) matricule N° 12381.

 

En effet, mon fils a été condamné par le Tribunal Militaire de Tunis en 1991 à une perpétuelle peine puis celle-ci a été ramenée à 30 ans alors que la loi stipule 20 ans.

Ce procès a été intenté en raison de l’opposition de ce syndicat à la réforme du Ministre BEN DHIA de l’Enseignement Supérieur à l’époque.

 

Pour mémoire, toutes les accusations se situent autour de la ‘’violence’’ et appartenance à une ‘’organisation non reconnue’’, alors qu’en  réalité, mon fils est complètement innocent et n’a jamais connu ce que c’est qu’une arme et est connu sur la place par sa modération, sa tolérance, son ouverture d’esprit constructif et son soucis est de toujours mieux faire pour le bien de son pays et respecte sans exception, l’opinion d’autrui. Toutes les accusations ont été d’ailleurs fabriquées à tort afin de vouloir salir son image et l’isoler du fait qu’il était aussi très populaire.

 

De ce fait et compte tenu de ce qui précède, permettez-moi Monsieur le Président de vous remercier infiniment pour vos efforts déployés ; reconnus universellement et issu d’une nation de liberté, d’égalité et de fraternité et veillant sur la concrétisation des droits de l’homme et de la justice dans le monde.

 

En conclusion, toute ma confiance se porte sur votre action de soutien en vue de l’obtention d’une amnistie législative générale pour mon fils, tant attendue et il ne me reste qu’à vous souhaiter la bien venue lors de votre visite à Tunis en Décembre.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma Haute Considération.

 

 

Amor HAROUNI

 

 

Tahar Dhifallah comparaîtra lundi 8 décembre

Tahar Dhifallah a été conduit le 21 novembre dernier de la zone d’attente de l’aéroport de Roissy (ZAPI 3) à l’avion à destination de Niamey (Niger) pour y être renvoyé, suite au refus d’admission sur le territoire français du ministre de l’Intérieur. Craignant que le Niger ne le renvoie en Tunisie, Tahar Dhifallah a refusé d’embarquer. Il a été placé en garde à vue et déféré lundi 24 novembre en comparution immédiate. A la demande de la défense, la séance a été renvoyée. Tahar Dhifallah a été écroué à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis (91). ll comparaitra devant le tribunal correctionnel de Bobigny le 8 décembre prochain à 13 heures pour répondre du chef d’entrave à l’exécution d’une mesure de reconduite à la frontière, qui est passible d’une peine d’emprisonnement de six mois à trois ans d’emprisonnement, et d’une interdiction du territoire français ne pouvant dépasser dix ans (Article 27 de l’ordonnance 45-2658 du 2 novembre 1945). A l’issue de cette peine, le condamné est directement transféré de la prison dans un centre de rétention pour l’exécution de la mesure d’éloignement. Tahar Dhifallah est entré sur le territoire français depuis le 21 novembre. Il a donc le droit de présenter à l’OFPRA une demande d’asile. Reste que cela lui sera malaisé depuis la prison, voire depuis le centre de rétention, puisque, ne possédant pas de titre de séjour, il doit passer par une préfecture de police avant l’Office. D’autre part, s’il était condamné à une peine d’interdiction du territoire français (ITF), même si le statut de réfugié lui était un jour attribué, le titre de séjour correspondant, la carte de résident de dix ans, ne lui serait octroyée qu’après le relèvement de l’ITF. C’est dire l’importance du jugement de lundi. La séance est publique. ERRATUM : Dans la confusion qui a suivi (et qui avait précédé) la procédure de renvoi de Tahar Dhifallah, j’ai publié une information qui m’était parvenue, faisant état du renvoi effectif de Tahar Dhifallah, et je n’ai pas eu la présence d’esprit de la vérifier. L’information diffusée en date du 23/11 était donc erronée, et je présente mes excuses à l’équipe de Tunis News et aux internautes. Je porte également l’entière responsabilité des erreurs connexes qui ont jalonné les propos ou les communiqués de ceux qui l’ont reprise dans un élan de solidarité. L’article qui précède aura rétabli l’exactitude des faits, je l’espère.

L. T.

 

 

 

FIDH/LDH:

Tunisie: le régime du Général Ben Ali n’est pas celui décrit par le Président Chirac

 
 
*Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme – FIDH* *Ligue française des droits de l’Homme – LDH* *Communiqué de presse* *TUNISIE : le régime du Général Ben Ali n’est pas celui décrit par le
Président Chirac !* *Paris, 4 décembre 2003* –
 
La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et la Ligue française des droits de l’Homme et du Citoyen (LDH) expriment leur indignation face aux déclarations du Président Chirac à l’issue de son entretien avec le Président tunisien Ben Ali le mercredi 3 décembre 2003.
Le Président Chirac a déclaré que */« le premier des droits de l’Homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat » /*et qu’à cet égard, la Tunisie était */« très en avance sur beaucoup d’autres pays » /*et dit */« ne pas douter »/* que */« le caractère libéral, respectueux des libertés soit de plus en plus affirmé [en Tunisie] »./* Le Président de la République Française n’ignore en rien que le régime du Président Ben Ali est responsable de violations flagrantes et systématiques de droits civils et politiques fondamentaux (liberté d’opinion, d’_expression et d’association, droit à l’intégrité physique, droit à un procès équitable, droit à la participation aux affaires publiques) ni que l’état de droit et le multipartisme n’y sont que de façade (*_www.fidh.org/communiq/2003/tn0112f.htm_*). Ce constat est d’ailleurs partagé  notamment par les mécanismes indépendants des Nations Unies. Le Président de la Républiq ue Française ne peut non plus ignorer qu’une telle déclaration a, pour le régime du Général Ben Ali, valeur de blanc seing aux fins de poursuivre sur cette voie. Nos organisations dénoncent avec force le mauvais tour ainsi joué aux défenseurs des droits de l’Homme qui, en Tunisie, payent au prix fort leur engagement. Elles doivent rappeller au Président de la République Française que, aux termes des normes internationales de protection des droits de l’Homme, les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels sont indivisibles, la démocratie, le développement et les droits de l’Homme sont interdépendants. L’expérience des pratiques imputables au régime tunisien démontre combien le développement économique n’entraîne en rien une amélioration du respect des droits civils et politiques mais au contraire sert de prétexte à la légitimation de leur violation. Plutôt que se faire le laudateur d’un régime policier et liberticide et sachant combien l e Président de la République Française dit tenir au respect du droit international,c’est cette analyse, conforme à celui-ci, que les victimes et les démocrates tunisiens étaient en droit d’espérer. *Contact presse : +33 1 43 55 25 18 / 14 12* — Elin Wrzoncki Chargée de programme/ Program Officer Maghreb Moyen Orient/ North Africa Middle East T: +33 1 43 55 25 18 F: + 33 1 43 55 18 80 http://www.fidh.org


Visite du président Jacques Chiracen Tunisie: Suite

 
 
 

Militants et personnalités tunisiennes choqués par les propos de Chirac

 AFP, le 04.12.2003 à 14h22             TUNIS, 4 déc (AFP) – Des défenseurs des droits de l’Homme et des  opposants tunisiens, dont l’avocate Radia Nasraoui, se sont dits  « choqués » par les déclarations du président français Jacques Chirac  lors de sa visite d’Etat en Tunisie.             « M. Chirac nous dit en résumé: mangez et taisez-vous », a déclaré  jeudi dans un entretien avec l’AFP Radia Nasraoui, à son 51ème jour  de grève de la faim pour demander l’arrêt des harcèlements dont elle  se dit l’objet ainsi que sa famille et ses clients.             M. Chirac avait déclaré mercredi que « le premier des droits de  l’homme c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir  un habitat ». « De ce point de vue, a-t-il ajouté, il faut bien  reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de  pays ».             « Il est positif que M. Chirac ait pu toucher un mot sur mon cas  au président Ben Ali, mais il est choquant de le voir minimiser les  violations des droits de l’Homme » en Tunisie, a-t-elle poursuivi.             « On ne peut demander aux Tunisiens de manger et de se taire, la  liberté et la dignité sont des aspirations fondamentales », a-t-elle  noté.             « Les propos du président Chirac sont réellement choquants, (on)  nous dénie le droit fondamental d’aspirer à la liberté », a déclaré  de son côté Souhair Belhassen, dirigeante de la Ligue tunisienne de  défense des droits de l’Homme (LTDH).             M. Chirac « a raison de juger bon que le régime assure aux  Tunisiens le droit de manger, d’être logés et soignés. Mais après 40  ans d’indépendance, la Tunisie mérite beaucoup plus sur le plan de  la démocratie et les Tunisiens ont le droit à des élections réelles  et honnêtes », a estimé Mohamed Charfi, universitaire et ancien  ministre de l’Enseignement supérieur.             Les autorités tunisiennes ont rejeté les accusations de Radia  Nasraoui au sujet des harcèlements dont elle se dit l’objet, ainsi  que sa famille et ses clients et revendiquent une « démarche  progressive et globale » en matière des droits de l’Homme.   AFP  

 

Tunisie: les défenseurs des droits de l’homme condamnent les propos de Chirac

par Indalecio ALVAREZ               AFP, le 04.12.2003 à 12h25             PARIS, 4 déc (AFP) – Organisations et militants de défense des  droits de l’homme ont unanimement condamné jeudi les déclarations du  président français Jacques Chirac sur la situation en Tunisie où il  effectue une visite d’Etat.             « On est indigné par un discours qui confine à la duplicité et  qui est de toute façon absolument contreproductif », a déclaré à  l’AFP Antoine Bernard, directeur exécutif de la Fédération  internationale des ligues de droits de l’Homme (FIDH).             M. Chirac avait déclaré, à propos de l’avocate Radia Nasraoui en  grève de la faim à Tunis, que « le premier des droits de l’homme  c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir un  habitat ». « De ce point de vue, a-t-il ajouté, il faut bien  reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de  pays ».             M. Bernard, qui y voit « un double langage de la part du  président de la République française, une duplicité », rappelle que  « la position de la France aux Nations unies c’est l’indivisibilité  des droits de l’homme ». « Démocratie et développement sont  indivisibles », fait-il valoir.             En s’exprimant de la sorte, « la France fait un chèque en blanc à  un régime dont il est absolument connu et avéré qu’il pratique des  violations systématiques des droits civils et politiques ». « Le plus  grand perdant de cette posture française est le peuple tunisien »,  estime encore M. Bernard.             Me Nasraoui, interrogée à Tunis par la radio publique  France-Info, a accusé M. Chirac de « minimiser les violations des  droits de l’Homme en Tunisie », ce qui « choque tout le monde ».             « Il faudrait, avant de faire des déclarations pareilles,  vérifier un peu (ses informations) », a-t-elle souligné. « Le droit à  la liberté et à la dignité, a-t-elle ajouté, c’est quelque chose de  fondamental pour une personne ».             « Je ne peux pas cacher mon étonnement parce que tout le monde  sait maintenant que les droits de l’homme sont bafoués en Tunisie »,  a-t-elle dit, en précisant qu’elle allait poursuivre la grève de la  faim qu’elle observe depuis le 15 octobre pour réclamer la fin du  harcèlement dont elle dit faire l’objet en raison de son action en  faveur des droits de l’homme.             M. Chirac avait déclaré mercredi soir qu’il avait évoqué avec  son homologue tunisien, Zine El Abidine Ben Ali, le cas de Me  Nasraoui. « J’espère que cette affaire trouvera rapidement une  issue », avait-il indiqué.             Mais le président français a ajouté, évoquant Mme Nasraoui:  « nous avons aussi en France des gens qui font la grève de la faim,  qui ont fait la grève de la faim et qui feront certainement un jour  la grève de la faim ».             « Le président Chirac refuse aux Tunisiens le droit de  s’exprimer, le droit de s’organiser, le droit de manifester et  d’accéder à une presse libre en justifiant cela par le fait que les  Tunisiens ont le droit de manger, de se soigner et de s’éduquer »,  dénonce le délégué général de l’Association des Tunisiens de France,  Mohamed-Lakhdar Ellala.             « C’est une sorte de ségrégation », estime-t-il.             « Ca n’a pas de sens, dit-il. Les Français, en plus du droit au  travail, à l’éducation ou à la santé, ont accès aux libertés  fondamentales individuelles ».             Le secrétaire général de l’organisation Reporters sans  frontières, Robert Ménard, a affirmé pour sa part que « parler de la  +consolidation de la démocratie en Tunisie+ n’est pas possible parce  que ce n’est pas vrai ». « C’est un pays qui est parmi la vingtaine de  pays au monde où il y a le moins de liberté de la presse ».             « On peut comprendre que Jacques Chirac se rende en Tunisie, a  affirmé M. Ménard. De là à ajouter des commentaires élogieux sur la  politique de M. Ben Ali, ça, c’est inexcusable ».   AFP                  

Jacques Chirac « minimise les violations des droits de l’homme » (Nasraoui)

 

    AFP, le 04.12.2003 à 11h28             PARIS, 4 déc (AFP) – L’avocate tunisienne Radia Nasraoui, en  grève de la faim, interrogée à Tunis par la radio France-Info, a  accusé jeudi le président français Jacques Chirac de « minimiser les  violations des droits de l’Homme en Tunisie », ce qui « choque tout le  monde ».             « Le fait de minimiser les violations des droits de l’Homme en  Tunisie, je ne vous le cache pas, ça choque tout le monde », a  déclaré Radia Nasraoui qui s’exprimait sur les propos de M. Chirac,  qui a déclaré à Tunis que « le premier des droits de l’Homme c’est de  manger ».             « Il faudrait, avant de faire des déclarations pareilles,  vérifier un peu (ses informations), a-t-elle souligné. « Le droit à  la liberté et à la dignité c’est quelque chose de fondamental pour  une personne ».             « Je ne peux pas cacher mon étonnement parce que tout le monde  sait maintenant que les droits de l’Homme sont bafoués en Tunisie »,  a-t-elle dit, en précisant qu’elle allait poursuivre sa grève de la  faim.              « Face à cette position du pouvoir, je continue ma grève », a  affirmé l’avocate à laquelle les médecins ont pourtant demandé  mercredi soir de cesser son mouvement en raison d’un « danger  imminent » pour sa vie.              Radia Nasraoui, 49 ans, observe une grève de la faim depuis le  15 octobre pour réclamer la fin du harcèlement dont elle fait  l’objet en raison, selon elle, de son action en faveur des droits de  l’Homme, de sa défense des « prisonniers d’opinion » et de sa  dénonciation de la torture.   AFP                  

Hollande (Parti Socialiste): Chirac a « une conception minimaliste des droits de l’Homme »

   

AFP, le 04.12.2003 à 10h10             PARIS, 4 déc (AFP) – Le responsable du Parti socialiste français  (opposition) François Hollande, a reproché jeudi au président  Jacques Chirac sa « conception minimaliste des droits de l’Homme », à  l’occasion de la visite du chef de l’Etat en Tunisie.             Dans une déclaration à l’AFP, le premier secrétaire du PS a  estimé que « le président de la République avait manqué en Tunisie,  lors de sa rencontre avec le président Ben Ali, de rappeler que les  droits de l’Homme ne se négocient pas ».             « La déclaration de Jacques Chirac sur la situation des libertés  publiques en Tunisie revèle une conception minimaliste des droits de  l’Homme », a-t-il ajouté.             Selon M. Hollande, « considérer que la Tunisie – et c’est vrai –  est en avance sur l’accès à l’alimentation, aux soins, à l’éducation  voire à l’habitat ne dispense pas d’une exigence sur la  démocratie ».             « Ce n’est pas la première fois que Jacques Chirac considère que  les droits de l’Homme n’ont pas une vocation universelle et doivent  s’adapter à la situation spécifique de chaque pays voire même  à  +leur culture+ », a déploré François Hollande.             Mercredi à Tunis, Jacques Chirac a déclaré que « le premier des  droits de l’Homme c’est manger, être soigné, recevoir une éducation  et avoir un habitat », ajoutant que « de ce point de vue, il faut bien  reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de pays ».  « Il faut le souligner, nous avons chacun nos critères  d’appréciation », a-t-il ajouté.   AFP


La gauche française dénonce les propos de Jacques Chirac sur la Tunisie

PARIS, 4 déc (AFP) – Les partis de gauche français ont sévèrement critiqué jeudi en France les déclarations du président Jacques Chirac sur la situation des droits de l’Homme en Tunisie. Pour François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste, « le président de la République a manqué en Tunisie, lors de sa rencontre avec le président Ben Ali, de rappeler que les droits de l’Homme ne se négocient pas ». « Ce n’est pas la première fois que Jacques Chirac considère que les droits de l’Homme n’ont pas une vocation universelle et doivent s’adapter à la situation spécifique de chaque pays voire même à +leur culture+ », a-t-il déploré. La déclaration de Jacques Chirac « révèle une conception minimaliste des droits de l’Homme », a estimé le dirigeant socialiste. Le Parti Communiste a jugé pour sa part que « le président de la République ne rend pas service aux démocrates qui, en Tunisie, luttent chaque jour pour les libertés ». Pour le PCF, ces propos « sont choquants. La liberté de la presse, la liberté politique, la liberté d’opinion sont des éléments essentiels des droits humains ». Les Verts ont jugé pour leur part qu' »en choisissant ouvertement le parti de Ben Ali, Jacques Chirac vient de balayer en deux phrases le crédit acquis par la France dans le monde arabe, durant la guerre en Irak ». « Jacques Chirac fait scandale », a lancé Hélène Flautre, députée Vert européenne et membre de la délégation UE/Maghreb du Parlement européen. Enfin, Olivier Besancenot, porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (extrême-gauche), a jugé que les déclarations du président de la République « pourraient prêter à rire si la situation n’était pas aussi dramatique à ce sujet ». « Dans ce pays où toute forme d’opposition est interdite, le chef de l’Etat français essaie de faire passer le dictateur Ben Ali pour un démocrate au grand coeur », a-t-il ajouté. Jacques Chirac a déclaré mercredi à Tunis que « le premier des droits de l’Homme c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir un habitat », ajoutant que « de ce point de vue, il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de pays ». « Il faut le souligner, nous avons chacun nos critères d’appréciation », a-t-il ajouté. Face au tollé suscité par ses propos, il a toutefois déclaré jeudi dans la soirée que cela relevait de « l’incompréhension » et était « injuste » Interrogé lors d’une conférence de presse, M. Chirac a déclaré avec force que « la France a une thèse depuis longtemps, c’est que les droits de l’homme sont indivisibles et universels ».


Chirac critiqué en Tunisie

Jeudi 4 décembre Jacques Chirac prend un bain de foule, jeudi, lors de son arrivée à la mairie de Tunis. En visite jusqu’à vendredi soir en Tunisie, le chef de l’Etat a répondu positivement à la «demande de plus d’Europe» du Maghreb, en plaidant avec force pour la relance d’un partenariat euro-méditerranéen au point mort, et a invoqué pour perspective commune «les libertés et l’Etat de droit». La Tunisie est liée depuis 1995 à l’UE par un accord d’association. Le président français a déposé ce matin une gerbe au monument des Martyrs de Sejoumi où sont inhumés des militants nationalistes tunisiens, puis a rendu visite au maire de la capitale tunisienne avant de se rendre au technopôle de l’Ariana, symbole de la réussite du modèle économique tunisien. Plusieurs voix de défenseurs des droits de l’homme et d’opposants tunisiens se sont élevées après les déclarations de Jacques Chirac mercredi soir, selon lequel «le premier des droits de l’homme c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir un habitat. De ce point de vue, avait ajouté le président français, il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de pays». Observant depuis sept semaines une grève de la faim pour demander l’arrêt des harcèlements dont elle se dit l’objet ainsi que sa famille, l’avocate Radia Nasraoui s’est dite «choquée» par ces déclarations. «Jacques Chirac nous dit en résumé: mangez et taisez-vous», a-t-elle déclaré jeudi à Tunis. «Les propos du président Chirac sont réellement choquants, (on) nous dénie le droit fondamental d’aspirer à la liberté, c’est à la limite du racisme», a estimé pour sa part Souhair Belhassen, dirigeante de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH). Les réactions sont naturellement à l’opposé dans les sphères proches du pouvoir qui dénoncent, comme Boubaker Seghaier, directeur du magazine pro-Ben Ali «l’Observateur», une «surenchère inutile» sur les droits de l’Homme et applaudissent aux propos du chef de l’Etat français. (Libération.fr)
(Source: le site de  Liberation le 04-12-2003)


Droits de l’Homme: Jacques Chirac parle d' »incompréhension » et d' »injustice »

 
TUNIS, 4 déc (AFP) – Le président français Jacques Chirac, dont les propos minimisant les atteintes aux libertés en Tunisie ont soulevé un tollé chez les militants des droits de l’Homme à Tunis et à gauche en France, a affirmé jeudi soir que cela relevait de « l’incompréhension » et était « injuste ». Interrogé lors d’une conférence de presse, M. Chirac a déclaré avec force que « la France a une thèse depuis longtemps, c’est que les droits de l’homme sont indivisibles et universels ». « Les droits de l’homme c’est quelque chose que l’on ne peut pas discuter. Toute autre appréciation relève soit de l’incompréhension de ce que j’ai pu dire ou de ce que je pense et surtout de quelque chose d’injuste », a déclaré le président Chirac. « J’attache la plus grande importance au respect des droits de l’homme », a dit M. Chirac. La veille, lors d’un point de presse, il avait affirmé que la Tunisie était « très en avance sur beaucoup, beaucoup de pays » parce qu’elle répondait aux « premiers des droits de l’homme » que sont la nourriture, le logement ou la santé pour sa population. Le chef de l’Etat a d’autre part confirmé qu’un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères avait rencontré jeudi soir des proches de l’avocate tunisienne Radia Nasraoui qui observe une grève de la faim depuis le 15 octobre pour protester contre les harcèlements dont elle fait, selon elle, l’objet de la part des autorités. « Il est tout-à-fait légitime que nous entendions les représentants de cette cause et nous le faisons avec une grande ouverture d’esprit », a-t-il déclaré. Selon la présidence française, le diplomate du Quai d’Orsay, dont l’identité n’a pas été divulguée, s’est entretenu dans l’hôtel où réside la délégation française avec trois membres du comité de soutien de Mme Nasraoui, Mahmoud Ben Romdhane, un ancien membre d’Amnesty International, ainsi que les avocats Anouar Ksouri, membre de la Ligue des droits de l’homme, et Layachi Hamami. Plus tôt Mme Nasraoui et d’autres défenseurs tunisiens des droits de l’Homme s’étaient dits « choqués » par les propos du président français. « M. Chirac nous dit en résumé: mangez et taisez-vous », avait-elle déclaré dans un entretien avec l’AFP.


Tunisie/Droits de l’homme – Chirac s’estime incompris
04-12-2003 17:27 TUNIS, 4 décembre (Reuters) – Jacques Chirac a déclaré jeudi que ses propos controversés sur la situation des droits de l’homme en Tunisie avaient été injustement « incompris » et a affirmé son attachement à « l’indivisibilité » des droits de l’homme, « qu’on ne peut pas discuter ». « La France a une thèse depuis longtemps, c’est que les droits de l’homme sont indivisibles et universels. C’est d’ailleurs une conviction partagée par l’ensemble européen. J’adhère sans réserve à cette conception », a déclaré le président français lors d’une conférence de presse, au deuxième jour de sa visite d’Etat en Tunisie. « Dans cet esprit, j’attache la plus grande importance au respect des droits de l’homme. Les droits de l’homme, c’est quelque chose qu’on ne peut pas discuter », a-t-il poursuivi. « Toute autre appréciation relève soit d’une incompréhension de ce que j’ai pu dire, de ce que je pense, et surtout de quelque chose d’injuste », a-t-il ajouté. Jacques Chirac avait déclaré mercredi que la situation des droits de l’homme en Tunisie n’était pas « contestable » et que « le premier des droits de l’homme, c’est de manger » alors que l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui observe une grève de la faim depuis le 15 octobre pour protester contre des « abus » et « harcèlements » imputés aux autorités de Tunis. Les propos de Jacques Chirac, jugés « choquants » par Radhia Nasraoui, ont suscité de vives critiques au sein de l’opposition française. Le premier secrétaire du Parti socialiste, François Hollande, a notamment dénoncé « la conception minimaliste » des droits de l’homme du chef de l’Etat, et le Parti communiste s’est dit « choqué ». /SL/GK
 

 


                

Tunisie/France – Chirac défend le bilan de Ben Ali

par Sophie Louet  Reuters, le 03.12.2003 à 21h38             TUNIS, 3 décembre (Reuters) – Au premier jour de sa visite d’Etat en Tunisie, Jacques Chirac a estimé mercredi que le bilan de Zine El Abidine Ben Ali dans le domaine des droits de l’homme n’était pas « contestable » et que le pays était à cet égard « très en avance sur beaucoup, beaucoup » d’autres.             Le président français est arrivé à Tunis vers 16h30 (15h30 GMT) avec une heure de retard sur le programme prévu en raison de son déplacement-éclair dans les Bouches-de-Rhône, département affecté par des inondations meurtrières. Un imprévu dicté par les leçons politiques de la canicule du mois d’août.             Le chef de l’Etat devait sacrifier à un bain de foule avec son homologue tunisien dans le centre de Tunis – l’avenue Bourguiba était pavoisée pour l’occasion -, mais l’événement a été annulé.             Officiellement, les autorités tunisiennes ont pris cette décision à cause de l’arrivée tardive du président français mais aussi pour des motifs de sécurité, un accueil à la nuit tombée présentant des risques potentiels.             Aux yeux de l’Elysée, les images de Jacques Chirac porté par la liesse populaire, comme en Algérie ou au Maroc, auraient aussi détonné face aux scènes de désolation dans le sud de la France.             Le président français, auquel l’opposition tunisienne reproche son soutien indéfectible à Zine El Abidine Ben Ali, s’est donc entretenu en tête-à-tête avec le président tunisien au palais de Carthage.             Il a assuré avoir évoqué le cas de l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui, en grève de la faim depuis le 15 octobre pour protester contre des « abus » et « harcèlements » imputés aux autorités de Tunis. Il a souhaité que cette affaire « trouve rapidement une issue ».             Pour autant, Jacques Chirac a jugé que la Tunisie ne se trouvait pas dans « une situation contestable » au regard du respect des droits de l’homme.             « Le premier des droits de l’homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat. De ce point de vue, il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup, beaucoup de pays », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à l’issue de son entretien avec le président Ben Ali.                          « RENFORCEMENT DE L’ETAT DE DROIT »               « Nous avons chacun nos critères d’appréciation et je souhaite que le caractère libéral, respectueux des libertés soit de plus en plus affirmé, ce dont je ne doute pas en Tunisie », a-t-il ajouté.             Bernard Emié, directeur pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères, s’est entretenu mercredi soir à Tunis avec le président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Moktar Trifi, a-t-on indiqué dans l’entourage de Jacques Chirac.              Le chef de la diplomatie française, Dominique de Villepin, était attendu jeudi à Tunis. Jean-François Mattei (Santé), François Loos (Commerce extérieur), Pierre-André Wiltzer (Coopération) et Léon Bertrand (Tourisme) accompagnent également le président de la République.             Convaincu que la croisade contre l’extrémisme islamiste et ses ramifications terroristes passe par la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités, Jacques Chirac n’a de cesse de vanter le « miracle tunisien ».             « La Tunisie a entrepris sa modernisation sans complexe et sans renier ses traditions. Je veux saluer la réussite de votre action au service des Tunisiens », a-t-il déclaré lors d’une allocution en préambule d’un dîner d’Etat offert par Zine El Abidine Ben Ali.             « En désamorçant la frustration et le sentiment d’injustice, elle constitue le meilleur antidote aux poisons de notre temps que sont le fanatisme et l’extrémisme où qu’ils soient et d’où qu’ils viennent », a souligné le président français.             « En agissant de la sorte, vous avez fait reculer la pauvreté et l’exclusion, ouvrant ainsi la voie au renforcement de l’Etat de droit et à la consolidation de la démocratie », a-t-il lancé.              L’opposition tunisienne et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme s’émeuvent de cette approche française dictée, selon elles, par les seuls intérêts économiques et sécuritaires au mépris d’une réalité politique et sociale plus douloureusement complexe.              Le taux de pauvreté en Tunisie, qui compte près de dix millions d’habitants, est passé de 12% de la population en 1987 à moins de 4% aujourd’hui. Le taux de scolarisation culmine à 80%, le statut de la femme tunisienne est sans égal dans le monde musulman et le taux de croissance de l’économie nationale pour 2003 est estimé à 5,5%.             Jeudi, Jacques Chirac mettra l’accent sur la coopération économique franco-tunisienne en prononçant un discours devant les membres du Conseil économique et social.
 


Jacques Chirac « impressionné » par les performances économiques de la Tunisie

            Associated Press, le 04.12.2003 à 17h33

            TUNIS (AP) — Après avoir délivré mercredi un satisfecit au président Zine El Abidine Ben Ali en matière de respect des droits de l’Homme, Jacques Chirac a salué jeudi « les impressionnantes performances » de la Tunisie en matière de développement économique et technologique.

            Au deuxième jour de sa visite d’Etat, le président français a visité dans la matinée la technopole de l’Ariana, un site consacré aux techniques de la communication, « symbole d’un pays moderne et

entreprenant ». Situé dans la banlieue sud de Tunis, cette technopole rassemble plusieurs laboratoires de recherche employant 300 ingénieurs travaillant en association avec plusieurs entreprises électroniques et de systèmes, dont les groupes français ST Microelectronics et Alcatel, dont le PDG, Serge Tchuruk accompagnait le chef de l’Etat.

            Près de 80% de la production de cette « Silicon Valley » tunisienne est destinée à l’exportation.

            Par cette visite, Jacques Chirac a tenu à saluer les efforts de la Tunisie, engagée dès le début des années 90 dans la course industrielle aux nouvelles technologies de l’information (NTIC)

alors que le pays cumule les prix d’excellence africains en matière de télécommunications (téléphonie mobile, accès à Internet, équipements informatiques).

            Plusieurs initiatives planifiées par le gouvernement ont été prises dans ce sillage: la connexion des établissements scolaires et universitaires au réseau internet, facilitation de l’acquisition d’un ordinateur par les foyers aux revenus modestes à la faveur de l’expérience de « l’ordinateur familial » vendu à prix réduit et à crédit et l’expérience du « bus Internet » qui sillonne les zones rurales pour initier les jeunes de ces régions à surfer sur le web.

Encouragées par un président féru de technologies des communications, ces avancées visent à mettre en phase la Tunisie en phase avec les progrès technologiques, en prévision notamment de la deuxième phase du sommet de la société mondiale de l’information qu’elle accueillera en 2005.

            « Ouverte et dynamique, la Tunisie s’incarne pleinement dans ce technopole (…) symbole d’un pays moderne et entreprenant », a déclaré Jacques Chirac dans un discours prononcé devant le Conseil

économique et social. « Les performances de la Tunisie contemporaine en matière de développement économique et social nous impressionnent », a dit le chef de l’Etat. « Le modèle tunisien suscite notre admiration et vous permet d’occuper une place à part dans cet espace maghrébin. »

            Jacques Chirac, qui a eu dans l’après-midi une seconde rencontre de travail avec son homologue Zine El Abidine Ben Ali au Palais présidentiel de Carthage, a participé à un déjeuner de travail avec

des hommes d’affaires français. Le volet économique est en effet au centre de cette visite d’Etat, Jacques Chirac étant accompagné du ministre du Commerce extérieur et d’une quinzaine de chefs d’entreprise (Alcatel, Accor, Castel, Bolloré, Club Méditerranée, Banque Populaire).

            Avec 27% de parts de marché, la France est le premier partenaire commercial de la Tunisie.

            Jacques Chirac devait donner dans la soirée une seconde conférence de presse où les questions des droits de l’Homme et des libertés publiques devraient encore occuper une place centrale. Mercredi, le

président avait tenté de relativiser ce débat en expliquant: « Le premier des droits de l’homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat. De ce point de vue, il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup, beaucoup de pays. »


 

 

 

Tunisie – Chirac fait écho à la « demande d’Europe » du Maghreb

par Sophie Louet  Reuters, le 04.12.2003 à 13h13             TUNIS, 4 décembre (Reuters) – Jacques Chirac a fait écho jeudi à la « demande d’Europe » du Maghreb, en plaidant avec force pour la relance d’un partenariat euro-méditerranéen au point mort, et a invoqué pour perspective commune « les libertés et l’Etat de droit ».             Au deuxième jour de sa visite d’Etat en Tunisie, le président français a déposé une gerbe au monument des Martyrs de Sejoumi, où sont inhumés des militants nationalistes tunisiens, puis s’est rendu à la mairie de Tunis.             Les autorités tunisiennes avaient mis en scène un accueil populaire sur le parvis de la Casbah à l’intention du chef de l’Etat , dont le bain de foule prévu mercredi avec Zine El Abidine Ben Ali avait été annulé.             Quelque 200 personnes rassemblées derrière des barrières de sécurité brandissaient des photos de Jacques Chirac et de Ben Ali, de petits drapeaux tunisiens et des drapeaux violets, la couleur fétiche du président tunisien.             Des femmes en costume folklorique et des joueurs de tambourins coiffés d’un tarbouche rouge ont salué l’arrivée de Jacques Chirac et de son épouse – le président Ben Ali n’était pas à la mairie – au rythme des « you-you » et de la musique traditionnelle. Les Tunisiens scandaient « Chirac! » et « Ben Ali! ».             Jacques Chirac s’est ensuite rendu au Technopôle de l’Ariana, près de l’aéroport de Tunis, un symbole de la réussite du « modèle » économique tunisien, qui devrait connaître cette année un taux de croissance de 5,5%. Alcatel et STMicroelectronics sont implantés sur ce site. Le nombre d’entreprises françaises en Tunisie a franchi le cap du millier début 2003.             Le président français est accompagné d’une importante délégation de chefs d’entreprise français. La France est le premier client et le premier fournisseur de la Tunisie (26% de parts de marché en 2003).             S’adressant aux membres du Conseil économique et social tunisien, Jacques Chirac a inscrit la coopération franco-tunisienne dans le cadre plus large du « processus de Barcelone », dont il a souhaité le relance.             « Les situations de crise, les contentieux, la persistance de la violence, les menaces que font planer sur nos sociétés la tentation du repli et les crispations identitaires, confirment l’urgence d’une relance du processus de Barcelone », a-t-il lancé.                         « UN ESPACE D’EQUITE »             Le processus de Barcelone a été lancé en 1995 en vue d’établir un partenariat économique et politique entre l’Union européenne et 12 pays de l’est et du sud de la Méditerranée (Algérie, Chypre, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, territoires palestiniens, Syrie, Tunisie, Turquie).             La Tunisie est liée depuis 1995 à l’UE par un accord d’association.             Les pays du Maghreb craignent de pâtir de la concurrence à venir des dix nouveaux membres de l’Union européenne, dont l’adhésion sera officielle en mai 2004.             Ils estiment ne pouvoir lutter à armes égales avec les pays de l’Est, qui bénéficient de subventions, alors que la formule des prêts négociée avec Bruxelles pèse sur leurs coûts de production – un facteur dissuasif pour les investisseurs occidentaux.             L’UE prévoit d’accorder 5,35 milliards d’euros d’aide financière aux 12 pays partenaires du « processus de Barcelone » sur la période 2000-2006, complétés des contributions de la Banque européenne d’investissement (huit à dix milliards d’euros d’ici 2006).             « Nous rêvons de bâtir en Méditerranée un vaste espace de progrès, où les hommes circuleront et s’installeront plus librement, un espace d’équité qui offre à tous leur chance, où chacun trouve sa place », a souligné Jacques Chirac, en adressant un nouveau message sur le respect des droits de l’homme.             « Cette société ouverte, cette société de l’échange que nous voulons bâtir tout autour de la Méditerranée, doit s’accorder sur l’essentiel: la démocratie, les libertés, l’état de droit, ces principes universels auxquels l’Europe est profondément attachée », a-t-il dit.             « L’adhésion commune des pays maghrébins à ces choix de société, dans le respect de leur culture, favorisera tout à la fois leur propre rapprochement et leur partenariat avec l’Europe », a affirmé Jacques Chirac.             Le président français a jugé mercredi que la situation des droits de l’homme en Tunisie n’était pas « contestable », à l’heure où l’état de santé de l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui, en grève de la faim depuis le 15 octobre pour protester contre des « abus » et « harcèlements » imputés aux autorités, inspire l’inquiétude des médecins.    REUTERS

Chirac – Pas de « concurrence » au Maghreb entre France et USA

 Reuters, le 03.12.2003 à 21h44     TUNIS, 3 décembre (Reuters) – Jacques Chirac a récusé mercredi toute « concurrence » au Maghreb entre la France et les Etats-Unis et a souhaité que l’intérêt de Washington pour la région contribue à son développement.             « Je ne vois strictement aucune espèce de concurrence qui a quelque chose de malsain, mais une complémentarité. Je souhaite que les Américains s’intéressent et apportent leur contribution au développement du Maghreb », a déclaré le président français lors d’une conférence de presse, au premier jour de sa visite d’Etat en Tunisie.             « Nous avons, nous, une vision complémentaire des relations entre l’Europe et le Maghreb. C’est la raison pour laquelle nous sommes favorables à tout ce qui va dans le sens de la réunion du Maghreb », a-t-il dit.             « Si nos amis américains apportent une contribution et s’intéressent à cette région, je dirais ‘tant mieux’, car le développement des relations économiques entre les pays du Maghreb et le reste du monde en général et les Etats-Unis en particulier, c’est quelque chose de très important qui va dans le sens du développement du Maghreb, c’est-à-dire notre objectif », a ajouté Jacques Chirac.             Le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, a achevé mercredi une tournée-éclair au Maroc, en Tunisie et en Algérie.   REUTERS  

 

L’éditorial du Monde

Leçon tunisienne
LE MONDE

IL Y EUT LONGTEMPS le bon vieux débat sur les libertés formelles et les libertés réelles. C’était du temps de l’URSS et de ses satellites, du temps aussi où, en France, le Parti communiste avait encore les faveurs de plus de 20 % de l’électorat. Une bien-pensance qui se voulait « progressiste » disait que les libertés réelles – se nourrir, être soigné, avoir un emploi – étaient plus importantes que les libertés formelles – _expression libre, pluripartisme, droits civiques, etc.

Elle faisait valoir que les secondes étaient une sorte de luxe pour sociétés bourgeoises et un alibi brandi par ces dernières pour dénigrer les régimes socialistes. Ce camp-là avançait à coups de massue : quelle importance le droit de vote quand on a le ventre vide ? En face, l’autre camp, qui traversait aussi bien la gauche que la droite, pénait à faire admettre que lesdites libertés formelles, non seulement n’étaient pas incompatibles avec les libertés réelles, mais étaient essentielles à l’épanouissement de ces dernières.

Plus tard, quelques grandes voix venues de la dissidence soviétique, celles d’Andreï Sakharov, d’Helena Bonner, par exemple, diront, de leur cité d’exil intérieur et de relégation politique, à quel point cette opposition – libertés réelles, libertés formelles – leur fit du tort et fut exploitée par un régime tyrannique. C’est cette même opposition qu’avancent encore aujourd’hui ceux qui défendent la dictature personnelle qu’impose Fidel Castro à Cuba.

D’où l’étonnement d’entendre, mercredi 3 décembre à Tunis, le président Jacques Chirac flirter à son tour avec ce registre dont on pouvait penser la dangerosité avérée. « Le premier des droits de l’homme, c’est manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir un habitat », a affirmé le chef de l’Etat, ajoutant : «  De ce point de vue, il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup de pays. » Le président a paru user de ce discours pour minimiser l’état affligeant des libertés publiques en Tunisie, que compenseraient en somme les – incontestables – réussites économiques et sociales de ce pays. En quelque sorte, tant pis pour les libertés formelles…

Il était normal que M. Chirac salue les performances de la Tunisie dans de nombreux domaines (y compris celui du statut de la femme). Mais il n’est pas acceptable qu’elles puissent être mises en avant pour excuser l’ultra-autoritarisme du régime du président Zine El-Abidine Ben Ali : opposition harcelée, torture courante, presse muselée, population sous surveillance constante d’une armée de policiers et d’informateurs. En revanche, le secrétaire d’Etat Colin Powell, en visite la veille dans le même pays, avait remis aux autorités le rapport d’Human Rights Watch sur la Tunisie. Comme celui d’Amnesty International, il dresse le portrait déprimant d’un pays qui compte plusieurs centaines de détenus d’opinion.

Un Jacques Chirac moins bonapartiste aurait pu choisir de faire une pédagogie tout autre : dire que les Tunisiens consolideraient leurs libertés réelles en jouissant enfin des libertés formelles qui leur sont confisquées.

• ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU JOURNAL “LE MONDE” DATEE LE 05.12.03

 

 


 

L’EDITO DU JOURNAL FRANCAIS “LA CROIX”

 

Notre ami le président

Par: Alain Hertoghe

 

Jacques Chirac, on l’avait compris, n’entendait pas agacer le président Ben Ali en insistant trop sur les droits de l’Homme lors de sa visite d’Etat en Tunisie. Mais était-il obligé d’afficher de la distance à l’égard des femmes et des hommes victimes de ce qu’il faut bien appeler un dictateur ?

 

C’est pourtant ce qu’il a fait à l’occasion de sa rencontre avec l’homme fort de Tunis qui ne tolère ni élections démocratiques, ni presse libre, ni justice indépendante. Evoquant le cas de l’avocate Radia Nasraoui en grève de la faim depuis le 15 octobre, le président Chirac a certes espéré que « cette affaire trouvera rapidement une issue ».

 

Mais, en déclarant que « nous avons aussi en France des gens qui font la grève de la faim », il a de fait minimisé l’impitoyable harcèlement dont elle est victime par les polices de son hôte en raison de son combat pour les droits de l’Homme.

 

Puis il a curieusement hiérarchisé ceux-ci, en ajoutant que « le premier » d’entre eux, c’est «manger, être soigné, recevoir une éducation et avoir un habitat », domaines où « la Tunisie est très en avance ».

 

Peut-on diviser les droits de l’Homme, par exemple dans le cas d’un pays arabe dont la croissance économique et la modernité, notamment pour la condition des femmes, paraissent un rempart contre le danger islamiste ?

 

En tout cas, les Tunisiens qui se battent pour plus de libertés doivent se sentir un peu plus seuls après les « prudences » de Jacques Chirac. Pour le bon plaisir de Ben Ali.

 

(Source: www.lacroix.fr daté le 5 décembre 2003)

 

Jacques Chirac vante « l’avance » du régime tunisien en matière de droits de l’homme

 

 

Au premier jour de sa visite à Tunis, le chef de l’Etat a félicité le président Ben Ali, estimant que la modernisation du pays ouvrait la voie  à la « consolidation de la démocratie »

Par : Béatrice Gurrey et Claire Tréan

Tunis de nos envoyées spéciales

Interrogé par la presse française, à l’issue de son entretien en tête à tête avec le président Zine El-Abidine Ben Ali, mercredi 3 décembre, à Tunis, Jacques Chirac a d’emblée fait comprendre que la grève de la faim de l’avocate Rhadia Nasraoui ne bouleverse pas « les relations excellentes » que la France entretient avec la Tunisie. Le président dit avoir « touché un mot » du cas de Mme Nasraoui à son homologue tunisien, espérant que « cette situation trouvera une issue ».

Mais M. Chirac a cru bon d’ajouter : « Nous avons aussi, en France, des personnes qui ont fait la grève de la faim, qui la font, qui la feront. » Pour le chef de l’Etat, le « premier des droits de l’homme, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation, d’avoir un habitat ». Et de ce point de vue « il faut bien reconnaître que la Tunisie est très en avance sur beaucoup, beaucoup de pays. Il faut le souligner », a-t-il ajouté.

SUJETS D' »ADMIRATION »

Plusieurs associations de défense des droits de l’homme avaient, ces derniers jours, demandé au président de la République d’intervenir en faveur de Mme Nasraoui et avaient dénoncé l’absence de libertés publiques et de droits politiques.

Arrivé mercredi en Tunisie, pour cette deuxième visite d’Etat, après celle de 1995, M. Chirac, peut-être envieux des 5 % de croissance de ce pays, s’est attaché à l’encourager et à le féliciter. « La Tunisie, parmi les pays émergents, a une situation particulièrement brillante », a-t-il dit. La croissance, le développement d’une importante classe moyenne, la stabilité sociale, la scolarisation sont dignes d' »admiration » aux yeux du président, qui a passé sous silence l’absence de progrès en matière de libertés.

Lors du dîner d’Etat au palais présidentiel de Carthage, M. Chirac a donc insisté sur « la consolidation de la démocratie »en Tunisie. Il a affirmé que la modernisation du pays « sans complexe et sans renier ses traditions » entreprise par M. Ben Ali, au pouvoir depuis seize ans, avait « fait reculer la pauvreté et l’exclusion, ouvrant ainsi la voie au renforcement de l’Etat de droit et à la consolidation de la démocratie ».

Autre motif de l’« admiration » exprimée par le chef de l’Etat : le rôle stratégique joué par la Tunisie. « Vous avez montré le chemin au Maghreb en marquant votre volonté d’ancrage à l’Europe, en signant les premiers, dès 1995, un accord d’association avec l’Union européenne », a-t-il déclaré. M. Chirac a félicité son homologue tunisien d’avoir pris l’initiative du sommet « 5 + 5 » qui réunira, vendredi et samedi, les dirigeants de dix pays d’Europe et du Maghreb.

A-t-il pris ombrage de la visite éclair du secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, à Tunis, à Alger et à Marrakech, la veille et l’avant-veille ? « Si nos amis américains apportent leur contribution dans le sens du développement des relations du Maghreb avec le reste du monde, c’est une bonne chose. Je ne vois pas de concurrence », a assuré M. Chirac.

PARTENARIAT ÉCONOMIQUE

Les Etats-Unis réfléchissent pourtant à la création d’une zone de coopération et de libre-échange avec le Moyen-Orient et le Maghreb. Les présidents français et tunisien auront le loisir d’évoquer ces questions jeudi, lors de leur second entretien. Cette journée devait surtout être consacrée au partenariat économique entre les deux pays, avec une intervention de M. Chirac devant le Conseil économique et social et un déjeuner en compagnie du groupe d’industriels français qui l’accompagnent.

Le programme de cette visite du président de la République a cependant été perturbé, en raison des inondations en France. Le détour du président par le sud de la France a retardé son arrivée à Tunis, obligeant à annuler, pour mercredi au moins, l’« accueil populaire » prévu avenue Bourguiba.

La nuit déjà tombée a privé M. Chirac de son bain de foule. Mais l’Elysée aurait sans doute jugé malvenu de montrer, le même jour, des images de liesse en Tunisie, après celles des zones sinistrées dans le sud de la France.

• ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU JOURNAL “LE MONDE” DATEE LE 05.12.03


Chirac décerne des bons points à la Tunisie

En visite à Tunis, Jacques Chirac a évoqué mercredi soir avec son homologue Zine El Abidine Ben Ali la situation en Irak et a décerné quelques bons points au régime tunisien sur la situation des droits de l’Homme.   u premier jour de sa visite d’Etat en Tunisie, le président français Jacques Chirac s’est entretenu mercredi soir avec son homologue tunisien Zine El Abidine Ben Ali. Les deux hommes se sont déclarés « préoccupés » par la situation qui prévaut en Irak. Selon l’agence officielle tunisienne TAP, Tunis et Paris dont les points de vues sont « convergents » à ce sujet, plaident pour la nécessité du respect des principes de la légalité internationale et la préservation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Irak. Au sujet du conflit israélo-palestinien, les présidents tunisien et français ont exprimé leur soutien aux efforts internationaux en vue d’instaurer un climat favorable à la reprise des négociations et du processus de paix, conformément à la « feuille de route » élaborée par le Quartet (Etats-Unis, Russie, Nations unies, Union européenne). Jacques Chirac et Ben Ali, cités par la TAP, ont aussi évoqué le premier sommet euro-maghrébin du « dialogue 5+5 » prévu en fin de semaine à Tunis, suggérant « d’approfondir la réflexion et de définir une démarche qui puisse contribuer à l’établissement d’un partenariat fort et efficace entre les deux rives de la Méditerranée ». Le but d’une telle approche est de faire, selon eux, du bassin occidental de la Méditerranée un espace de co-développement et une oasis de sécurité, de paix et de stabilité et d’instaurer une coopération solide entre le Maghreb et l’Union européenne. Bons points Lors d’un point de presse avec les journalistes qui l’accompagnent, le président français a qualifié l’économie tunisienne de « particulièrement brillante », avec un taux de croissance de plus de 5% en moyenne. Ceci est « tout à fait remarquable et pratiquement unique dans les pays en développement ou émergents », a-t-il noté. Quant à la situation des droits de l’Homme en Tunisie, le président Chirac a estimé que le premier de ces droits, c’est de manger, d’être soigné, de recevoir une éducation et d’avoir un habitat. « De ce point de vue, il faut reconnaître que la Tunisie est en avance sur beaucoup de pays », a-t-il dit. Evoquant le cas de l’avocate tunisienne Radhia Nasraoui qui observe une grève de la faim pour protester contre le harcèlement des autorités dont elle dit être l’objet, Jacques Chirac a seulement espéré que « cette affaire trouvera rapidement une issue ». Sous couvert d’une répression du courant islamiste, engagée dès le début des années 90, la Tunisie a accumulé un profond retard en termes de libertés publiques (détentions arbitraires, harcèlement policier, censure des médias) régulièrement dénoncé par les organisations humanitaires internationales, notamment Amnesty International et la FIDH. Gestes symboliques Pour démontrer « les relations confiantes et denses » entre Paris et Tunis, Jacques Chirac doit effectuer plusieurs gestes symboliques lors de sa visite, la seconde du genre depuis 1995, notamment une cérémonie de dépôt de gerbe jeudi au monument des martyrs et au cimetière militaire français de Gammarth. Accompagné de son épouse Bernadette, Jacques Chirac achèvera ainsi un cycle de visites officielles dans le Maghreb, entamé en mars en Algérie et en octobre au Maroc, destiné « à redoubler d’attention à l’égard de ces pays partenaires » dans le contexte troublé de l’après-11 septembre. Le président assistera ensuite les 5 et 6 décembre au premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement euro-maghrébins « 5+5 » (France, Portugal, Espagne, Italie, Malte, Maroc, Mauritanie, Algérie, Tunisie, Libye). A une question sur une éventuelle compétition entre les Etats-Unis et l’Europe dans la région du Maghreb où le secrétaire d’Etat américain Colin Powell effectue actuellement une tournée, le président français a répondu qu’il ne voyait pas de concurrence. « Si nos amis américains apportent une contribution et s’intéressent à cette région, c’est tant mieux », a dit Jacques Chirac, qui a par ailleurs qualifié de « courageuse et résolue » la politique des pays du Maghreb dans la lutte contre le terrorisme. Partenariat économique Au cours de sa visite, Jacques Chirac devait également mettre l’accent sur la « dimension économique » du partenariat avec la Tunisie, la France étant le premier client et fournisseur (pour un volume annuel de cinq milliards d’euros) avec ce pays de 10 millions d’habitants qui connaît une croissance annuelle moyenne de 5% depuis 1997 et dont seulement 4% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (contre 20% en Algérie et au Maroc). Le président français est accompagné de cinq ministres (dont ceux des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et du Tourisme) et d’une importante délégations de chefs d’entreprises, parmi lesquels Serge Tchuruk (Alcatel) et Gérard Pélisson (Accor). La France est également le premier investisseur en Tunisie. Le nombre des entreprises françaises ou à capital mixte installées en Tunisie a dépassé en octobre 2003 le cap symbolique du millier, totalisant un investissement de 700 millions d’euros et assurant environ 81.000 emplois.   (avec Associated Press)   (Source : Le site du nouvel observateur http://permanent.nouvelobs.com le 4 décembre 2003) 


 

ALLOCUTION DE MONSIEUR JACQUES CHIRAC PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANCAISE

 

A l’occasion du dîner d’état offert en son honneur par son excellence Monsieur ZINE EL ABIDINE BEN ALI, président de la république tunisienne

Tunis (Tunisie), le Mercredi 3 décembre 2003

*** Monsieur le Président de la République, cher Ami, Madame,

Permettez-moi d’abord de vous remercier, Monsieur le Président, de m’avoir offert l’occasion de revenir à Tunis. Je garde au fond du cœur le souvenir précieux de mon séjour dans votre pays, il y a maintenant huit ans. Mon épouse, les personnalités qui m’accompagnent et moi-même vivons de nouveau, à votre invitation et au milieu de nos amis tunisiens, des moments intenses.

Huit ans après, ce sont la même émotion, le même plaisir, le même accueil si chaleureux. Et à travers vos paroles, Monsieur le Président, je ressens à nouveau cette amitié exceptionnelle qui imprègne la relation entre nos deux pays et aussi celle, plus personnelle, qui nous lie depuis longtemps l’un à l’autre.

Laissez-moi aussi, très simplement, vous dire ma grande joie de célébrer ce soir cette amitié, dans ce palais de Carthage, et d’être reçu de nouveau par vous. Vous, l’ami de la France, qui représentez, depuis tant d’années, la Tunisie moderne, fidèle à ses traditions et engagée de toutes ses forces dans son partenariat avec l’Europe.

Cette ville de Carthage, haut lieu de notre histoire commune, nous rappelle cet héritage remarquable dont votre pays, placé au carrefour d’influences prestigieuses, n’a cessé, avec cœur et avec talent, de cultiver la trace et de faire vivre l’esprit. Ces cultures multiples et diverses, la Tunisie les a mariées et intégrées pour construire une nation ouverte sur le monde. Sur votre sol, l’âme et le génie de la Méditerranée s’incarnent de la façon la plus harmonieuse.

 

Du plus loin qu’il nous souvienne, nos destins se rencontrent et se mêlent. Dès 1577, le Roi Henri III établissait à Tunis le premier consulat français au Maghreb. Depuis, que de richesses, de moments d’épreuves aussi, dans les développements politiques et humains de nos relations !

Nous avons vécu ensemble, dans la fraternité des armes, les deux guerres mondiales. Cette année, nous commémorons le 60e anniversaire de la campagne de Tunisie. Le général de Gaulle évoque dans ces termes ces instants d’intense émotion où il fut reçu dans la Tunis libérée -et je le cite :  » Le dimanche 27 juin, au milieu du déferlement populaire, après la revue des troupes, je gagnai l’esplanade Gambetta et m’adressai à la multitude (…) Je déclarai que rien, maintenant, n’importait davantage que de resserrer l’union de la France et de la Tunisie. Une fois de plus, ce noble royaume s’associa à notre pays par son concours à l’effort de guerre et la valeur de ses soldats « .

Treize ans plus tard, les accords d’autonomie, signés ici même, à Carthage, rendaient à la Tunisie la maîtrise de son destin, en même temps qu’ils nous appelaient à aller de l’avant ensemble. C’était le vœu de Pierre Mendès-France lorsqu’il livrait dans ces murs, dès 1954, sa conviction qu’ » une intime coopération ne pourrait manquer de se confirmer entre Tunisiens et Français, réunis par tant de profondes affinités et de si réelles sympathies « .

Monsieur le Président de la République, Cher Ami,

Ici, et en cette occasion, je veux rendre un hommage solennel à votre prédécesseur, le Président Habib BOURGUIBA, cette grande figure du monde contemporain. Alors que le Proche-Orient s’enlise dans les conflits, comment ne pas évoquer le courage et la vision de celui qui, dès 1965, appelait les Etats arabes à ouvrir les voies de la paix ? Alors que beaucoup de pays, dans cette partie du monde, s’interrogent sur la façon de conjuguer religion et modernité, respect des traditions et ouverture au monde, comment ne pas rappeler cet acte d’une audace inouïe que constitua la promulgation, à l’aube de l’Indépendance, d’un code du statut personnel particulièrement moderne et avancé ? La Tunisie montrait le chemin en reconnaissant aux femmes une très large égalité de droits qui leur permettait de conjuguer les forces au service du pays.

Laissez-moi enfin vous rendre, Monsieur le Président, un hommage particulier,. La Tunisie, sous votre égide, s’inscrit de plain-pied dans la modernité en tirant pleinement parti des richesses qui fondent le progrès, ce que l’on a appelé le  » miracle tunisien  » depuis plus de quinze ans maintenant :

– les ressources de l’esprit tout d’abord. En donnant la priorité à l’éducation, à la formation universitaire et à la recherche, vous avez témoigné de la confiance que vous placez dans la jeunesse tunisienne et vous lui avez, en quelque sorte, confié ainsi les clés de son avenir ;

– la libre entreprise, ensuite, qui permet que s’épanouisse aujourd’hui l’esprit d’initiative et que s’expriment son goût d’entreprendre et ses dons pour les échanges qui, depuis ses plus lointaines origines, sont les dons naturels de votre peuple;

– l’exigence de solidarité enfin, dont je sais, Monsieur le Président, qu’elle vous est particulièrement chère et vous en avez témoigné tout au long de vos années de responsabilité. Parce que la prospérité, les succès économiques n’ont de sens, m’avez-vous dit, il y a bien longtemps, que s’ils sont au service de tous.

La Tunisie a entrepris sa modernisation sans complexe et sans renier ses traditions. Je veux saluer la réussite de votre action, Monsieur le Président, au service des Tunisiens. En désamorçant la frustration et le sentiment d’injustice, elle constitue le meilleur antidote aux poisons de notre temps que sont le fanatisme et l’extrémisme où qu’ils soient et d’où ils viennent.

En agissant de la sorte, vous avez fait reculer la pauvreté, vous avez fait reculer l’exclusion, ouvrant ainsi la voie au renforcement de l’Etat de droit et à la consolidation de la démocratie. Car, comme la modernisation, l’aspiration démocratique est de tous les lieux et de tous les temps.

Je suis sûr que la Tunisie poursuivra ses progrès dans cette voie, grâce à ses forces vives, à ses intellectuels, à ses ingénieurs, à ses entrepreneurs. Ils font la fierté de votre pays. Ils voient loin et partagent un sens des responsabilités nationales qui fonde cette stabilité sans laquelle une vie politique, sereine et dynamique à la fois, ne serait pas possible, et je vous cite encore une fois, Monsieur le Président.

*

Monsieur le Président, notre dialogue, régulier, dense et confiant, se fonde sur une vision largement partagée de la société internationale et sur un même désir de travailler ensemble à la solution des crises qui déchirent le monde.

Sur ce socle d’entente et d’affinités, nous avons construit une alliance étroite, au service de nos deux peuples. La France a l’ambition de rester le premier partenaire de la Tunisie dans tous les domaines. Le développement de nos échanges économiques et commerciaux témoigne de notre confiance dans l’avenir de votre pays. Par ailleurs, la France veillera à ce que la Tunisie, inscrite dans la zone de solidarité prioritaire, demeure au premier rang de son dispositif de coopération. Faut-il rappeler enfin que la force de notre relation repose aussi sur l’enracinement francophone de la Tunisie, fruit d’un choix assumé, dès le 19ème siècle, par le Premier Ministre KHEIREDDINE ? Elle repose sur les valeurs universelles que nous avons en partage, sur une perception commune des rapports entre les Etats, fondée sur une certaine idée du droit, de la dignité et du respect des peuples.

*

Monsieur le Président, Cher Ami, les défis et les épreuves de notre temps nous engagent à agir au service de la paix. Face à la tentation d’un monde unipolaire, nous devons convaincre, plaider sans relâche en faveur d’une relation équilibrée et solidaire entre les grands ensembles régionaux. Je pense ici, naturellement, à l’Union du Maghreb arabe et à la poursuite de la construction euro-méditerranéenne. Là encore, notre partenariat se doit d’être exemplaire. En effet, la Tunisie au Maghreb, et la France en Europe, joueront d’autant mieux leur rôle qu’elles s’épauleront mutuellement.

Vous avez montré le chemin au Maghreb, en marquant votre volonté d’ancrage à l’Europe, en signant les premiers, dès 1995, un accord d’association avec l’Union européenne. La Tunisie s’est aussi engagée sans réserve dans le processus de Barcelone. Votre foi dans ce partenariat entre les deux rives de la Méditerranée vous a conduits à prendre l’initiative du premier Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du dialogue 5+5. Vous avez su placer ainsi la Tunisie au cœur même d’une réflexion des pays de la Méditerranée occidentale sur leur avenir commun. Car, comme les Européens, vous savez que le rapprochement, la coopération, l’union seront, pour les pays du Maghreb arabe, le moyen d’être demain plus forts, plus prospères, et de peser de tout leur poids dans les affaires du monde.

Monsieur le Président, laissez-moi rappeler notre convergence d’analyses sur les crises de la région. Votre soutien au projet d’une paix juste et durable au Proche-Orient, votre souci d’éviter à l’Iraq un conflit meurtrier, puis votre appel à un transfert accéléré du pouvoir aux Iraquiens eux-mêmes, votre préoccupation constante envers l’Afrique : tous ces engagements de la Tunisie sur la scène internationale témoignent de vos efforts et de vos ambitions au service de la paix. La voix de la Tunisie est celle de la sagesse et de la raison, de la mesure et du dialogue, de la dignité et du respect. La France salue la contribution de la Tunisie à la recherche d’une nouvelle stabilité régionale et souhaite lui apporter tout son soutien dans sa démarche.

Je veux également saluer le concours actif de votre pays à la lutte contre le terrorisme. Au lendemain des tragédies du 11 septembre, un front s’est levé. Ce combat, la Tunisie, qui a elle-même payé un lourd tribut au terrorisme, y prend toute sa part. Ce soir, je pense naturellement aux victimes de l’attentat de Djerba, le 11 avril 2002, mais aussi à tous les autres innocents, victimes de cette violence lâche que nous sommes résolus à combattre et à éradiquer.

Monsieur le Président, je souhaite par cette visite réaffirmer le caractère prioritaire de l’engagement de la France aux côtés du Maghreb, aux côtés de la Tunisie. Je suis confiant dans l’avenir de nos relations, confiant dans notre capacité à être unis, solidaires, partenaires, pour construire notre destin méditerranéen de demain.

Le moment est venu de lever mon verre, après vous, Monsieur le Président. Je le lève en votre honneur, Monsieur le Président, en l’honneur d’un chef d’Etat respecté. En votre honneur aussi, Madame, et en vous présentant mes très respectueux hommages. En l’honneur des hautes personnalités tunisiennes et françaises qui nous entourent. En l’honneur de la Tunisie et de son grand peuple, auquel je souhaite réussite, bonheur et prospérité. Je bois à l’amitié et au partenariat entre la Tunisie et la France.

 

Vive la France, vive la Tunisie ! Et vive l’amitié franco-tunisienne !

 


 

 

L’affaire Batam, symbole de l’argent facile

A.T., Le Figaro, 04 décembre 2003    L’affaire Batam montre, selon l’économiste Abdeljelil Bédoui, «les limites d’un miracle économique tunisien fondé en grande partie sur des emprunts impayés». Créé en 1988, premier distributeur en Tunisie, spécialisé dans l’électroménager, un réseau de 139 points de vente, dont cinq au Maroc, 2000 salariés et 500 000 clients. A partir d’un concept novateur en Tunisie, le crédit à la consommation, le groupe s’est développé de façon spectaculaire. Une «success-story» qui, à cause d’une conjoncture délicate, d’un financement inadéquat, d’une gestion peu rigoureuse et de pratiques frauduleuses, s’est terminée par une cessation de paiement. La faillite du groupe, qui a failli entraîner dans sa chute onze banques commerciales, a mis à nu les retards de l’économie tunisienne en matière de gouvernance. Ce phénomène de surendettement, qui a pris ces deux dernières années des proportions inquiétantes, concerne aussi la classe moyenne (60% de la population), principal facteur de stabilité. Environ 80% des ménages sont propriétaires de leur logement, mais sont endettés à hauteur de 50% de leur revenu mensuel.

 
[Le Figaro 04 décembre 2003]

 


 

Le «miracle» économique à l’épreuve

Arielle Thedrel, envoyée spéciale à Tunis

 
Le Figaro, 04 décembre 2003
 
Le meilleur élève de la classe africaine en termes de compétitivité, confronté aux multiples défis de la mondialisation Tunis : de notre envoyée spéciale Arielle Thedrel [04 décembre 2003]

Rivées à leurs ciseaux ou à leur fer à repasser, elles répètent mille fois par jour les mêmes gestes méticuleux dans le bourdonnement ininterrompu d’une armada de machines à coudre. A quelques kilomètres de Tunis, dans la zone industrielle de Chargia, la société MPP prépare la collection de l’hiver 2004 : des pantalons et des vestes pour hommes étiquetés «made in Italie»… Au premier étage, les services de gestion entièrement informatisés. Au rez-de-chaussée, le showroom et, caché derrière l’ascenseur, l’atelier qui se prolonge au sous-sol et où plusieurs centaines de jeunes filles travaillent 48 heures par semaine pour 170 euros par mois et 19 jours de congés payés.

Créée en 1979 dans la médina de Tunis avec 25 employés, l’entreprise familiale MPP est aujourd’hui leader dans le prêt-à-porter homme. Confinée jusqu’en 1997 à des travaux de sous-traitance, elle adhère cette année-là au programme de mise à niveau (PMN) mis en place par le gouvernement tunisien. Lancé un an après la signature, en juillet 1995, d’un accord d’association avec l’Union européenne, le PMN vise à développer les capacités exportatrices de l’industrie manufacturière en vue de l’établissement en 2008 d’une zone de libre-échange.

L’industrie manufacturière, c’est la colonne vertébrale de l’économie tunisienne : quelque 10 000 PME employant 500 000 salariés, 21% du PIB (contre 6% en 1960) et plus de 85% des exportations, mais un mode de gestion familiale obsolète, une main-d’oeuvre techniquement inadaptée et un manque de fonds propres qui a souvent entraîné un surendettement.

Dans une première phase, MPP se fait examiner par un cabinet d’experts. Forte de ce diagnostic, elle passe ensuite devant un «comité de pilotage», organisme paritaire présidé par le ministre de l’Industrie. Le comité donne son avis favorable, prend en charge à hauteur de 30% l’achat de nouveaux équipements et de 70% les investissements dits «immatériels» (gestion, marketing, formation professionnelle). MPP emploie aujourd’hui 476 personnes, réalise un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et a créé en 1999 sa propre griffe, Particolari, qu’elle distribue dans une dizaine de magasins.

Depuis six ans, la Tunisie s’est engagée dans une course à la compétitivité. L’enjeu pour son économie, très dépendante de l’extérieur, est crucial : elle réalise 75% de ses échanges avec l’Union européenne, soit 80% de son PIB. Le secteur du textile, qui représente 50% des exportations tunisiennes, est en première ligne. Malgré un coût de production très bas, la Tunisie affronte déjà la concurrence des pays de l’Asie du Sud-Est, mais surtout de la Roumanie et de la Bulgarie. Menacés par une délocalisation dont ils ont eux-mêmes profité, les chefs d’entreprise tunisiens misent aujourd’hui sur la qualité et la «réactivité». Chez MPP, il faut 67 minutes pour produire un pantalon et 210 minutes pour une veste qui seront vendus en Italie sous des marques prestigieuses.

Financé par l’Etat tunisien, accompagné par des fonds européens, le PMN a concerné à ce jour 2 700 entreprises. Le bilan est pour le moment mitigé. La croissance a été relancée (5,5% cette année). Le chiffre d’affaires des entreprises «mises à niveau» a augmenté en moyenne de 15%, mais la modernisation des équipements s’est souvent réalisée au détriment de l’immatériel.

Tout en donnant des leçons de libéralisme, l’Etat tarde lui aussi à se désengager. Sa frilosité à l’égard des réformes tient d’abord à la nature du pouvoir tunisien. «Le régime répugne à s’engager plus avant dans une modernisation qui signifie la fin des privilèges et d’un clientélisme sur lesquels il s’appuie», explique un homme d’affaires. Cette approche pudiquement qualifiée de «graduelle» semble freiner les investissements étrangers qui, selon l’économiste Mahmoud Ben Romdhane, «ont tendance à stagner depuis quatre ans».

D’ordinaire dithyrambique sur l’économie tunisienne, le Fonds monétaire international dénonce aujourd’hui la «mauvaise gouvernance» du secteur bancaire, stigmatisant la montée des créances douteuses, qu’il évalue à trois milliards et demi d’euros, soit 20% du PIB ! A cet égard, la faillite du groupe Batam, qui a défrayé la chronique l’an dernier, s’est révélée, selon le journaliste Ridha Lahmar, «emblématique d’une expansion anarchique sans assise financière solide ni fonds propres conséquents» (lire encadré).

Le gouvernement s’inquiète aussi du coût social de ces transformations. Pour amortir le choc de la transition, le démantèlement des tarifs douaniers se déroule de manière progressive. Malgré tout, comme le souligne un récent rapport de la Cnuced, l’accord d’association avec l’UE risque d’avoir «des répercussions sociales importantes» qui seront amplifiées par l’élargissement de l’UE, le démantèlement en 2005 de l’accord multifibres et la prochaine adhésion à l’OMC de la Chine, premier exportateur mondial de vêtements.

La Tunisie compte officiellement 16% de chômeurs, 20% selon la Banque mondiale, un taux qu’elle a du mal à résorber. Le gouvernement a mis en place un certain nombre de garde-fous, dont des indemnités de licenciement et le maintien des prestations santé pendant une période de six mois, mais il n’existe toujours pas d’allocations chômage. Enfin, si la Tunisie reste le meilleur élève du continent africain en termes de compétitivité, elle est classée lanterne rouge pour ce qui est de l’adéquation entre la formation des étudiants et les besoins des entreprises. Une lacune d’autant plus paradoxale qu’aujourd’hui, plus d’un tiers des demandeurs d’emploi sont des diplômés de l’enseignement supérieur. Tout en donnant des leçons de libéralisme, l’Etat tarde lui aussi à se désengager. Sa frilosité à l’égard des réformes tient d’abord à la nature du pouvoir tunisien. «Le régime répugne à s’engager plus avant dans une modernisation qui signifie la fin des privilèges et d’un clientélisme sur lesquels il s’appuie», explique un homme d’affaires. Cette approche pudiquement qualifiée de «graduelle» semble freiner les investissements étrangers qui, selon l’économiste Mahmoud Ben Romdhane, «ont tendance à stagner depuis quatre ans».

D’ordinaire dithyrambique sur l’économie tunisienne, le Fonds monétaire international dénonce aujourd’hui la «mauvaise gouvernance» du secteur bancaire, stigmatisant la montée des créances douteuses, qu’il évalue à trois milliards et demi d’euros, soit 20% du PIB ! A cet égard, la faillite du groupe Batam, qui a défrayé la chronique l’an dernier, s’est révélée, selon le journaliste Ridha Lahmar, «emblématique d’une expansion anarchique sans assise financière solide ni fonds propres conséquents» (lire encadré).

Le gouvernement s’inquiète aussi du coût social de ces transformations. Pour amortir le choc de la transition, le démantèlement des tarifs douaniers se déroule de manière progressive. Malgré tout, comme le souligne un récent rapport de la Cnuced, l’accord d’association avec l’UE risque d’avoir «des répercussions sociales importantes» qui seront amplifiées par l’élargissement de l’UE, le démantèlement en 2005 de l’accord multifibres et la prochaine adhésion à l’OMC de la Chine, premier exportateur mondial de vêtements.

La Tunisie compte officiellement 16% de chômeurs, 20% selon la Banque mondiale, un taux qu’elle a du mal à résorber. Le gouvernement a mis en place un certain nombre de garde-fous, dont des indemnités de licenciement et le maintien des prestations santé pendant une période de six mois, mais il n’existe toujours pas d’allocations chômage. Enfin, si la Tunisie reste le meilleur élève du continent africain en termes de compétitivité, elle est classée lanterne rouge pour ce qui est de l’adéquation entre la formation des étudiants et les besoins des entreprises. Une lacune d’autant plus paradoxale qu’aujourd’hui, plus d’un tiers des demandeurs d’emploi sont des diplômés de l’enseignement supérieur.

[Le Figaro 04 décembre 2003]

 

 

Les islamistes Tunisiens sont les victimes les plus souffrants, mais sont en train de subir un sort semblable a’ celui des juifs en France de Vichy

 

Par : Sayyed Ferjani

 

Mr Jacques Chirac a qualifie’ la torture et l’opression sans merci depuis plus d’une decennie de la part du regime policier Tunisien envers les islamistes democrates du mouvement Nahdha, comme un modele a’ suivre en la matie’re de la lutte contre les islamistes par tous les autres pays.

 

Mr Chirac a aussi souleve’ le cas de Me Radhia Nasraoui avec le president Ben Ali, mais a conside’re’ qu’en Tunisie il n’existe pas de probleme des droits de l’homme!?, au moment ou’ des dizaines de detenus politiques sont deja’ mort d’apre’s les rapports des ONGs les plus credibles du monde entier. 

 

Cependant Les organismes de la societe’ civile en Tunisie et a’ l’etranger sont en gre’ve de la faim en solidarite’ avec les prisoniers politiques deja’ en gre’ve de la faim depuis plusieurs semaines dont Mr Lotfi Idoudi est encore en etat de Coma depuis plusieurs semaines, Mr ChoKri Bahria, Mr Lotfi Senoussi et Mr Abdellatif Bouhjila sont deja’ en greve de faim depuis des semaines mais ce qui est alarmant c’est qu’ils sont entre’s en GREVE de FAIM SAUVAGE depuis une semaine. Mr Lotfi SENOUSSI a laisse’ entendre a’ sa femme lors de sa dernie’re visite la semaine dernie’re « que peut-etre la semaine prochaine vous ne me trouverez pas pour me visiter » c’est a’ dire qu’il s’attend a’ mort probable a’ la suite de cettea greve de faim sauvage. 

 

La greve de la faim s’est propage’ d’avantage dans la plupart des prisons Tunisiens, des centaines des membres des familles des detenus politiques sont  aussi entre’s en greve de la faim en solidarite’ avec les grevistes prisoniers sujets a’ une politique de vengence methodique par les autorite’s Tunisiennes, en la matie’re de l’absence des soins medicaux adequats et a’ temps, la repression collective de tous les membres de tout prisonier islamiste opposant, le taux croissant des morts  sous la torture et a’ cause de la negligence du traitement medical des cas serieux  des victimes de l’injustice et l’opression sauvage du regime ami de Messieurs Jacques Chirac, Philippes Segui, Delanoe’ et Pasqua…

 

La France officielle a tre’s bien manille’ la situation au moyen orient, mais elle n’a pas encore montre’e qu’elle constitue une force serieuse en faveur des droits de l’homme et de la democratie en phase avec l’heritage des valeurs universelles de la Revolution Francaise; au contraire la France officielle est ami des generaux criminels d’Algerie et celui du regime policier repressif et anti-democratique en Tunisie: Mr Chirac ne recule meme pas pour souffler la propagande gratuite en faveur du regime tortionnaire en Tunisie.

 

Que tous les militants des droits de l’homme et en faveur de la democratie respectants les cultures et les ideaux des autres se levent et haussent le ton contre les protecteurs des dictatures et des tortionnaires en Tunisie est dans le monde Arabe. Et malhereusement  ce ne sont que des chefs d’etats democrates dans leurs pays sont en en train de soutenir la dictature des tortionnaires d’ Afrique du Nord et notamment la Tunisie.

 

Certainement nous sommes des islamistes et differents de votre laicite’ mais le respect et la valorisation de la dignite’  humaine quelque soit nos ideaux et nos convictions, imposeraient la defense vigoureuse de nos droits humains par les laics et les religieux s’ils sont vraiment des defenseurs des droits humains et ont adhere’ par conviction authentique a’ la declaration universelle des droits de l’homme.

 

En outre la defense des droits de l’homme de « l’autre » different ethniquement et ideologiquement est le vrai test dont plusieurs soit-disant democrates parmi les chefs d’ etats nord-mediterraneens n’ont pas encore reussi.  

 

Nous condamnons l’occupation des Americains de l’Irak et de leurs soutien solide aux Israeliens colonisateurs et destructeurs de la Palestine, mais sur un autre plan il parait qu’ils sont de loin plus credibles en la matie’re de la propagation de la democratie dans le monde Arabe. Ils ont meme fait leur auto-critique en ce qui concerne leur soutien historique des regimes corrompus et autoritaires amis [ Voir le discours du president Bush en la matie’re le mois dernier].

 

Selon les valeurs du gouvernement Chirac des jeunes filles lyce’ennes representeraient un danger a’ la laicite’, comme si cette laicite’ est extremement fragile qu’ elle serait menace’ d’un choix quelconque oeuvrant a’ mettre un morceau de tissu sur la tete d’une jeune fille!.

 

La lutte contre le terrorisme est legitime, et les islamistes democrates comme ceux du mouvement Nahdha sont ses premiers victimes; car les terroristes ont exploite’ le terrorisme des regimes repressifs et autoritaires ennemis des liberte’s individuelles et publiques  mais soutenu aveuglement par certains decideurs politiques des democraties Europe’ennes et qui constituerait une tragedie inouie de notre e’re moderne.

 

 Autrement dit  ces regimes democrates en question sont reellement les pilliers  de la corruption, de la dictature et par consequent de la reproduction du terrorisme en encourageant ses causes et la fertilite’ de son environnement.

 

D’autre part, l’hesitation des medias Francais et autres, de certains ONGs et decideurs politiques Francais face a’ la souffrance sans precedent des islamistes Tunisiens dans les geoles et les cellules isole’es des prisons Tunisiens datants de l’ere coloniale me rappellerait de la ressemblance entre la tragedie des juifs au temps de Vichy et celle des prisoniers islamistes Tunisiens d’aujourd’hui.

 

Sayyid Ferjani

Victime de la torture du régime Tunisien soutenu par Mr Chirac.

4 décembre ‏2003‏‏


 

Cris et chuchotements ou Radhia d’Australie

par Taoufik Ben Brick Le journaliste tunisien qui fut pourchassé par le régime s’est rendu, pour l’Humanité, chez la militante des droits de l’homme en grève de la faim. El Manar 1, un quartier résidentiel de Tunis à un jet de pierre de Bab Behar, la porte de la mer. Tout autour d’un immeuble, d’imposants caroubiers et un bigaradier trônent au milieu d’un jardin insignifiant. C’est ici, dans un F3 moderniste que, Radhia Nasraoui, avocate, a lancé, sa deuxième grève de la faim, pour reconquérir son droit à la dignité. Tout est calme. Les services spéciaux veillent.  » Une avocate en grève de la faim ? Non, je ne sais pas. Ici, on ne sait rien du tout. Les journaux ne disent rien.  » Le chauffeur de taxi qui lâche ces propos fait partie de l’immense majorité des Tunisiens qui ignorent tout ce qui se passe dans leur propre pays. De ce trou noir émerge une poignée de militants coupés du reste de la population et qui paie cher son combat pour la liberté : emprisonnements, passages à tabac, punitions collectives.  » La force de Ben Ali, c’est d’avoir instauré la punition collective. Mes voisins les plus proches ont été obligés de partir à l’autre bout de la ville pour ne plus rien avoir à faire avec moi. La police leur avait signifié que ni eux ni leurs enfants ne devraient nous parler. Avec mes parents, ils ont été encore plus clairs. Ou ils coupaient avec moi ou ils perdaient tout : boulot, maison, voiture… « , explique Radhia. Pourtant, depuis quatre ans, les gens ont moins peur.  » C’est vrai, à Tunis, ont est sous les projecteurs du monde, explique un instituteur de lycée d’une bourgade du Kef. Mais dès qu’on quitte la capitale, ont est complètement isolé. S’il nous arrive quelque chose, personne n’est là pour témoigner.  » Militant de l’ombre, cet enseignant énumère partiellement les  » faits  » passés sous silence : la maladie du président, les inondations d’octobre dernier, la hausse des prix du pain et de la semoule.  » Le 7 novembre, tous les Tunisiens étaient installés devant leur téléviseur. On attendait une ouverture du régime. À la place on a tout appris dans les moindres détails sur la baklava et autres mets du ramadan. C’était appétissant « , ironise amèrement la gréviste de la faim. La suite est si commune, ennuyeuse, la peur qui couve, le quotidien bouffé à petites doses, qu’on a envie de roupiller. Ça frise la fiction. Pour dénicher où  » crèche  » Radhia Nasraoui, par exemple, il faut avoir la patience d’un  » pisteur sioux « . Il est 7 heures du soir et je roule depuis une heure dans les rues serpentantes d’El Manar 1. Je m’accroche à un passant (un policier en civil) :  » Où habite Radhia Nasraoui ?  »  » Deux mois après la libération de son mari Hamma Hammami, Radhia rompit avec le monde et partit s’installer en Australie pour se mettre à l’abri de ses semblables. Radhia a coupé toute communication avec le monde. Elle a même demandé aux gens des PTT de détruire son courrier. Elle ne veut plus rien à voir avec les Tunisiens et la Tunisie.  » On ne part pas sur les traces d’un tel monstre de discrétion sans une certaine émotion, j’étais décidé à troubler une aussi parfaite solitude. Une habitante d’El Manar 1, la quarantaine, avec un visage agréable et des yeux sans aucune lueur de ruse, me dit d’un ton placide :  » Je connais Me Radhia. L’avocate qui fait la grève de la faim. Il m’est arrivé de la croiser. Je ne peut guère vous en dire plus.  » J’interrogeai toutes les personnes rencontrées. Voici leurs réponses : – Oui, je la connais, enfin, j’ai entendu parler d’elle. Je ne peux rien dire… (un flic assis sur le capot de sa voiture banalisée). – Je ne suis pas autorisé à vous donner son adresse exacte, de toute façon, ce n’est pas par ici, vous vous trompez… (l’un des voisins les plus proches de Radhia). – Comment dites-vous ? Radhia Nasraoui ? Jamais entendu parler. Désolé… (le facteur qui faisait sa tournée). Ben Ali a réussi à faire respecter par les Tunisiens sa règle d’or : le silence. Cette obéissance d’une communauté à la règle d’un seul n’est pas une mince affaire. À l’entrée d’un immeuble, le passant ne pouvait qu’être attiré par les boîtes à lettres. On pouvait lire : R. N. Radhia n’était pas loin. En Australie. T. B. B.
(Source: Journal l’Humanité, Article paru dans l’édition du 4 décembre 2003.)

Pénurie du lait : La dictature avoue son incompétence

(suivi du dossier de suivi du « Scandale du lait », avec 7 documents)

par: Abdel Wahab HANI, le 4 décembre 2003

 

En réponse à citoyen anonyme et à Abdo Maalouli, la dictature engage le débat avec l’opposition démocratique.

Connaissant le secteur, je me permet d’apporter ci après ma contribution pour enrichir ce débat :

L’annonçe par le gouvernement, à travers son torchon la presse, « des mesures conjoncturelles et structurelles » pour faire face à la pénurie de lait, est une grande masquarade.

Ce n’est pas étonnant de la part de la dictature qui nous a habitué au mensonge et à la manipulation des chiffres. Mais cette fois le monsonge est énorme. Il est fade et de très mauvais goût. Il ne passe même pas auprés des débiles mentaux. S’il continue à nous prendre pour des idiots le dictateur devrait être transféré de Carthage vers la Manouba.

Examinons tout d’abord la délinqance des chiffres annonçés :

-  prévisions production : 700.000 L/jour, soit 20 millions de L/mois.

-  production réalisée : 450.000 L/jour, soit 13 millions L/mois.

-  demande de Ramadan : 30 millions de litres de litres.

-  consommation mensuelle : 1.100.000 litres.

-  période de surconsommation : 2 millions de litres.

Ces chiffres débiles et farfelus se passent de commentaires, mais on constate que la baisse de la production est supérieure à 50%. Ce qui signifie que la moitié de notre troupeau a été abattu suite aux abus de la mafia du lait. Le docteur Sahbi Elamri sous le pseudo Hajklouf a dénoncé depuis deux ans la faillite des dizaines de milliers d’éleveurs qui ont été arnaqués impunément par Arbi Aissa and G°.

La sécheresse et la période de basse lactation n’y sont pour rien. C’est des phénomènes cycliques prévisibles connus. Les éleveurs ont traditionnellement géré la chésseresse en ayant recours aux aliments de bétail subventionnés.

Et voici les mesures conjoncturelles et structurelles adoptés par la dictature :

-  « la baisse de production a engendré un phénomène de surconsommation ».

La dictature veut dire qu’il faut adapter la consommation à la baisse de la production

-  « les stratégies adoptées pour faire face à cette demande irraisonnée, celle consistant à inonder le marché ».

L’innondation du marché avec du lait importé, va permettre de mettre en congé les vaches et les usines.

-  « augmenter la production par la suppression du repos hebdomadaire » . On va accorder un repos hebdomadaire aux vaches.

-  « attribution d’une priorité à la production du lait exceptionnellement et aux dépens des autres dérivés ».

On va mettre en chômage technique les usines de fromage et de yaourt. Les tunisiens doivent se passer de ces produits.

-  « L’autre solution serait de recourir à l’importation. Avant-hier lundi, il y a eu importation de 400.000 l, on attend avant la fin de la semaine l’arrivée de 2.400.000 l supplémentaires. De même que 10 millions de litres pour la semaine prochaine ».

Le monopole de l’importation a été confié à la société étatique Magasin général qui n’a pas d’expérience dans la distribution du lait. Il serait plus opportun d’importer de la poudre pour la reconstituer par les usines et d’économiser 85% du coût du transport maritime.

-  « l’importation chaque année de 4.000 génisses sur les trois prochaines années » .

Si la justice reste soumise en Tunisie, le prix de la viande rouge va baisser et des milliers de nouveaux éleveurs vont faire faiilite. Arbi Aissa les attend au tournant pour les arnaquer.

 

Et voici le dossier de suivi du « Scandale du lait »:

(La « Brillante » réponse de « La Presse de Tnisie », le Flash-info du Quotidien, le Message N°20 du Citoyen anonyme, le Commentaire à vif de Abdo Maalouli, la Réaction à chaud de Abdelhak, l’Enquete de Kheireddine et le Papier original de Haj Klouf 1er)

1-La « Brillante » réponse de « La Presse de Tunisie »: organe du gouvernement de Zine El Abidine Ben Ali:

Consommation du lait:  Mesures pour rétablir l’équilibre du marché

La Presse de Tunisie, Mercredi 03 décembre 2003

 

Le secteur du lait a connu ces derniers temps quelques remous qui ont provoqué une certaine psychose chez les consommateurs.

La rumeur de pénurie a commencé avant Ramadan. Elle a culminé au cours des dernières semaines du mois saint. D’où les mesures conjoncturelles et structurelles prises pour conforter le secteur.

Il est à rappeler que le manque constaté dans la production est le résultat d’une certaine situation climatique engendrée par quatre années consécutives de sécheresse, ce qui a influé négativement sur l’état du cheptel et par conséquent sur la production du lait et de la viande rouge.

Ensuite, le mois de Ramadan a coïncidé cette année avec le mois d’octobre qui, selon certains connaisseurs, connaît généralement une baisse de production due à une basse lactation.

De même, nos usines devraient produire 700.000 litres par jour, soit 20 millions de litres par mois… et ce pour être au niveau de la demande au mois de Ramadan qui atteint 30.000.000 de litres, ce qui explique le recours aux stocks stratégiques et parfois à l’importation pour combler d’éventuels déficits.

Cette année, on a commencé à puiser dans le stock régulateur depuis le mois de septembre. Ce qui a rendu le reste insuffisant pour combler la demande additionnelle au mois de Ramadan, malgré l’importation de 10 millions de litres.

Cependant, deux phénomènes ont renforcé la psychose de la pénurie.

D’abord, il y a la production nationale qui est d’habitude de 700.000 litres par jour. Elle a baissé à 450.000l. Le second phénomène a trait, quant à lui, au comportement du consommateur.

Or, la baisse de production engendre en général une sorte de psychose qui se traduit, ni plus ni moins, par un phénomène de surconsommation.

La baisse de la production nationale à 450.000l par jour peut s’expliquer également par la tendance des consommateurs, au cours du mois saint, à se procurer des produits dits frais et qui sont des dérivés du lait, tels que le leben, le raïb et autres fromages frais…

Toutes ces raisons ont contribué à la perturbation de l’approvisionnement et donc à la baisse de l’offre.

Parmi les stratégies adoptées pour faire face à cette demande irraisonnée, celle consistant à inonder le marché (comme première démarche pour mettre fin à la psychose).

Autre mécanisme : augmenter la production par la suppression du repos hebdomadaire au cours de la semaine dernière, ce qui a permis une production supplémentaire de 800.000l.

Mais il y a aussi attribution d’une priorité à la production du lait exceptionnellement et aux dépens des autres dérivés.

La distribution sera assurée dans les prochains jours sur la base d’une étude des besoins de chaque région et un suivi permanent de chaque situation.

Cet effort se poursuivra jusqu’à atteindre 750.000 l de production quotidienne. Surtout que la consommation mensuelle atteint 1.100.000l mais qu’en période de surconsommation elle sélève à 2 millions de litres.

L’autre solution serait de recourir à l’importation. Avant-hier lundi, il y a eu importation de 400.000 l, on attend avant la fin de la semaine l’arrivée de 2.400.000 l supplémentaires. De même que 10 millions de litres pour la semaine prochaine.

Toutes ces mesures devront permettre dans les prochains jours de résoudre les problèmes conjoncturels. Cela ne fait toutefois que renforcer la tendance désormais établie à recourir à la stratégie de constitution de stocks régulateurs.

Pour résoudre le problème à la base il y aura des mesures structurelles qui seront adoptées sur les quatre années à venir pour renforcer notre cheptel. Il s’agit de l’importation chaque année de 4.000 génisses sur les trois prochaines années.

Par ailleurs, l’importation se poursuivra jusqu’à ce que qu’on parvienne au point d’équilibre. 

Henda ARFAOUI

 

2-Le flash-info du Quotidien, reprise par portail Bab El Web et par TuniNews:

Pénurie de lait: Importation de nouvelles quantités

Le Quotidien du 28 novembre 2003

Afin de parer aux perturbations enregistrées dans le secteur du lait, de nouvelles quantités importées commencent à arriver en Tunisie. Depuis dimanche 23 novembre 2003, de nouvelles quantités de lait (500 mille litres) sont arrivées en Tunisie et c’est le « Magasin Général » qui a été chargé d’assurer la distribution du produit dans les différentes régions de la Tunisie. Au lendemain de l’Aïd, l’importation d’une quantité semblable à celle de Ramadan reste inévitable en vue de répondre à la demande en cette période de basse lactation spécifique aux saisons d’automne et d’hiver.

(Source: le portail Babelweb, d’aprés Le Quotidien du 28 novembre 2003)

 

3-Le message original du « Citoyen anonyme » repris par/sur TunisNews, Tunisia2003, TUNeZINE et Réveiltunisien:

 

Le Citoyen anonyme, Quelque part en Tunisie, Message N° 20:

« Pénurie de lait dans le Sud tunisien »

Le 1er décembre 2003  

Nos amis du Sud nous appellent pour nous dire: envoyez nous du lait. Car plus de lait depuis deux semaines avant le mois de ramadan. Le lait se vendait déjà avec piston et voilà deux semaines après le ramadan encore pas de lait. Les petits commerçants disent que les grands founiseurs de lait leur répondent que celui qui veut du lait n’a que venir le chercher à Tunis, sinon plus de livraison.   Comment ça se fait que la Tunisie n’a plus de lait pour les besoins de tout le pays. Est-ce qu’on va devenir comme les algériens qui consomment du lait « ghabra » en poudre. Ou est-ce que la maffia du lait veut réduire les frais pour gangner plus d’argent. Ou est-ce que le régime prépare une nouvelle hausse des prix après cette crise manipulée. En résumé, les gens du Sud ne doivent plus boire du lait, ils doivent boire les produit locaux, le lait de palmier: le fameux Légmi…   Rabbi Yoster, la révolte a toujours commencé dans le Sud et le Légmi lorsqu’il est fermenté risque de tourner les tetes des gens…  
4-Le premier commentaire à vif de notre ami Abdo Maalouli sur Tunisia2003 et TunisNews: 

 

 

Bonjour Monsieur Hani,

 

Tu as compris… il y a pénurie de lait dans le sud et les gens du nord (témoignage dans ma région natale – Sejnane – gouvernerat de Bizerte), ne savent quoi faire avec leur lait frais… ils ont fermé plus de 15 centres de collecte de lait et les pauvres paysans agriculteurs (y inclus mes parents, mes oncles et des milliers d’autres) sont ébranlés (privatisation … je pense que c’est un ordre de l’Organisation Mondiale du Commerce – OMC – autres mensonges…

 

Souvent les camions de collecte sont obligés de jetter dans les égouts 30,000 litres à la fois et c’est les pauvres agriculteurs qui payent le prix… les usines refusent souvent le lait …. les excuses sont nombreuses… entre autre : la qualité du lait pourtant c’est Poulina qui fournit les aliments de bétail… C’est la grosse arnaque… c’est une passe financière…

 

Pour votre culture personnelle :

 

Plus de 50% de la production du lait tunisien appartient à Maitre Laila Ben Ali et ses frères… Source fiable…

 

Je suis spécialiste du secteur laitier…  Je suis associé dans une compagnie canadienne qui installe des usines de transformation agro-alimentaire, nous avons installé plus de 12 laiteries à travers l’Afrique y inclus 2 usines en Tunisie, actuellement nous sommes entrain d’installer une usine de lait à Chiraga, à côté d’Alger …. à partir de la poudre (vous avez raison… c’est un autre général qui contrôle l’importation de la poudre du lait en Algérie, une rente de 560 millions de $ par année)… un litre de lait en poudre se vend à 22 dinars algériens, à ce prix… on ne pourra jamais développer une filière laitière…. Les agricultures c’est un mal nécessaire… pour les gouvernent des pays arabes…

 

Les gens du nord et du sud sont des charges inutiles, ils n’ont jamais compté dans les décisions gouvernementales. On parle d’eux pour chercher les subventions et les prêts des organisations internationales dont les montants sont immédiatement distribués entre gens de bonne famille… La misère a toujours un nom : l’extrême Sud et l’extrême Nord.

C’est une autre grande histoire.

 

Abdo Maalaoui,

Montréal, Canada

Bonne journée….

 

 

5-La réaction à chaud de « Abdelhak » sur réveiltunisien:

 

La mafia du lait

Le cas du secteur du lait en Tunisie, c’est une grande histoire

par: Abdelhak

Le secteur est actuellement monpolisé par la mafia du pouvoir : Laino, Candia, Yoplait et l’usine de poudre de lait appartiennent à Arbi Aissa, le secrétaire particulier de Ben Ali. Mamy Nova appartient à Abdennadher, l’associé de Leila Ben Ali. Délice-Danone appartient aux Meddeb, dont la fille est mariée à un Ben Ali.

Les scandales dénoncés plusieurs fois sur les colonnes de RT (Réveiltunisien.org) étaient annonciateurs de cette catastrophe. La mafia du pouvoir en est l’origine.

Depuis que Arbi Aissa, secrétaire particulier et conseiller influent de Ben Ali, a comploté pour monopoliser la production de tout le nord du pays, il a mis en faillite des dizaines de milliers de petits producteurs (voir l’article de Kheireddine: Ben Ali l’otage de son entourage). Les plaintes de ces éleveurs aux autorités locales, nationales ou professionnelles (Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Peche: UTAP) sont restés sans suites. Toutes les autorités administratives et judiciaires craignent cet homme puissant du palais de Carthage.

Privés de leurs revenus ces petits éleveurs qui fournissent 80% du lait ont tout simplenment vendu leurs vaches pour l’abattage.

Le fils de Arbi Aissa, a été linché derniérement, par des éleveurs non payés, lors de sa visite à l’ une de ses usines LAINO qui a le nonopole du lait de tout le nord ouest.

La soumission de la justice dénonçée par le juge Yahyaoui va entrainer le pays vers la ruine.

La corruption de la justice qui fontionne à plein régime est devenue intolérable. le scandale des bilans maquillés de l’ Union Internationale des Banques (UIB), vendue aux français, a scandalisé le monde restreint de la finance internationale. Il va accentuer encore la fuite des investisseurs étrangers et le chomage.

Les cadavres des désespérés qui fuient le « miracle Tunisien » vont se compter non plus en centaines mais par milliers sur les cotes italiennes.

 

6-L’enquete de « Kheireddine » publiée sur Réveiltunisien et mise à jour pour les besoins du présent dossier:

 

« un vulgaire policier » nommé Arbi Aissa

par: Kheireddine

 

L’enquête que nous avons menée a nécessité une année de travail. Elle décripte, effectivement la stratégie de Ben Ali et de son entourage : Piller la Tunisie. Cette fois, nous commençons par son secrétaire paticulier depuis 25 ans : « un vulgaire policier » nommé Arbi Aissa.

Par : KHEIREDDINE, Novembre 2003

 

L’article intitulé « la Mafia financière du lait » écrit sous le pseudonyme  » Haj Klouf  » est passé malheureusement sous silence. Son auteur, qui est en réalité le Docteur Sahbi El Amri, l’a reconnu suite aux violences que lui a fait subir la police du palais.

Bien que l’auteur a accusé Madame Ben Ali, ces actes sont à attribuer en premier lieu au secrétaire particulier du Président, un certain Arbi Aissa.

Selon cet article Arbi Aissa, par l’intermédiaire de son fils Jalel, après avoir détourné plus de 200 milliards de millimes, s’attaque maintenant a des milliers de misérables éleveurs dans le nord ouest de la Tunisie pour les dépouiller. Depuis qu’il a acheté sans payement aux banques complaisantes la prestigieuse marque LAINO, ces pauvres petits éleveurs n’ont plus été payés. Le Ministre de l’agriculture, le gouverneur de la région et l’Union des agriculteurs se sont avoués impuissants face aux milliers de plaintes. Ils craignent sa colère et ses coups bas.

Seul Arbi Aissa peut se permettre des abus aussi graves. Ses pouvoirs sont immenses en Tunisie. Certains proches de Carthage le considèrent comme le numéro deux du Pays. Il est au service du Président Ben Ali depuis janvier 1978, cela fait 25 ans maintenant. Les ministres, les conseillers du Président, les PDG de banques et les juges tremblent devant lui. Il est capable de briser les carrières et les fortunes si on ne répond pas a ses caprices. Tous ceux qui lui résistent ou qui ne répondent pas à ses demandes malhonnêtes, sont soit cassés ou mis en prison.

Parmi ses innombrables victimes, il y a lieu de citer l’ ex-PDG de la Banque du Sud (BS) où le montant de ses malversations a atteint 35 milliards, l’ex-PDG de la Banque de l’Habitat (BH) pour un montant encore supérieur, ou bien l’ex-PDG de la Société Tunisienne des Industries Laitières (STIL, société para-étatique à l’époque) qui a osé demander à son fils Jalel le règlement de 2,5 milliards impayés du temps ou il était l’un de ses distributeurs. Ce PDG a été mis en prison, mais compte tenu de l’incompétence de son fils, Arbi Aissa l’a fait sortir pour le nommer DGA de sa laiterie Candia-Yoplait. Sont aussi victimes de son pouvoir les distributeurs de ses produits, ses concurrents ou ses fournisseurs . Dès qu’un litige apparaît, ils sont mis en prison et leurs biens confisqués. Il les brise en inventant contre eux des affaires pénales graves.

Mais sa plus grande victime c’est le Président lui-meme!

Il y a tout d’abord la médisance : Ses courtisans se bousculent chaque jour, très tôt, vers 6h du matin, au café « Jaouhara » qu’il possède à Lafayette, au centre de Tunis, pour entendre les derniers potins qu’il adore raconter à propos de la vie privée du Président, de son épouse, de sa famille et de ses proches. Il est indécent de raconter ici les indiscrétions qu’il dévoile à propos des aventures sexuelles du Président, mais limitons nous à ce qui peut toucher notre pays.

Avec une arrogance sans bornes, il se permet de dire que c’est lui qui gère la Présidence de la République. Il va même jusqu’à donner des preuves sur sa façon d’accaparer la communication du Président. Selon ses dires c’est lui qui décide pour le courrier ou les appels a transmettre. C’est lui qui a fait la guerre aux petits cartons sous forme de notes d’information que les conseillers transmettaient au Président. L’histoire de ces petits cartons dénonciateurs mérite que l’on s’y attarde. Il a raconté qu’a la fin des années 80 le Président a appris par sa premiere femme, la fille du général Kéfi, que son fils Jalel importait en contrebande de grandes quantités du fromage « la vache qui rit » en provenance de Libye. Ce trafic a failli écarter Arbi Aissa définitivement du palais. Finalement sa mise à l’écart n’a duré qu’une semaine.

Depuis qu’il est revenu, il a organisé la communication du Président a sa manière pour ne plus se faire piéger. Il a utilisé toutes les ruses pour éliminer du Palais tout ce qui peut le compromettre en isolant de jour en jour et de plus en plus le Président : Les petites notes des conseillers, le courrier et les appels sont en partie censurés. Les malversations et la corruption des proches du Président sont encouragées. Les honnêtes gens et la famille Kéfi (première belle famille de Ben Ali) sont écartés. Mais le plus préjudiciable, c’est qu’il implique le Président de la République à tous les trafics, les détournements, les malversations, la contrebande, l’arnaque et les délits.

Son interventionnisme auprès des responsables de la Justice, a porté un grave préjudice a notre Pays et a son image.

Le Ministre de la justice et des droits de l’homme qui l’ a côtoyé lors de son séjour au Palais en qualité de conseiller, le craint car il connaît bien son immense pouvoir. Mais ceci n’explique sa faiblesse et sa défaillance pour ordonner des jugements injustes à de malheureux innocents en vue de se maintenir à son poste de Ministre. Au contraire, il ne peut être que grandi avec le Président aux yeux du peuple et de l’histoire s’il s’applique à dénoncer la corruption de la justice et a cesser la terreur qu’il exerce sur les juges et les avocats. La crise qu’il a provoqué est sans précèdent. Non seulement, il a crée un malaise chez tous les Tunisiens qui se sentent menacés dans un pays sans justice, mais aussi souillé bêtement l’image de notre pays.

La deuxième victime c’est l’économie du pays!

Parti de rien, Arbi Aissa a réussi en moins d’une décennie a devenir l’une des plus grandes fortunes du pays voir même du Continent. Pourtant au début des années 90 il ne possédait absolument rien. Son fils Jalel, un raté du secondaire distribuait des produits de la stil et de contre bande avec deux petits camions en leasing. Maintenant sa fortune est estimée à plusieurs centaines de milliards détournées surtout à l’étranger graçe au pillage des banques, à l’arnaque des petits éleveurs, des fournisseurs, des assurances, de la douane et des impots directs et indirects (TVA) … Il regne sur un empire de 40 sociétés spécialisées surtout dans l’agro-alimentaire (Lait stérilisé, yaourts,beurre, margarine, lait en poudre, alimentation pour bébés, conserves alimentaires, confitures, jus de fruits, cafés, huiles d’olive, réstauration rapide, etc…). Presque toutes ces sociétés sont déficitaires à cause des détournements à l’étranger.

Depuis 4 ans, c’est la course éffreinée pour les gros projets aux lourds investissements. Le dernier en date est une usine de poudre de lait éstimée à plus de 20 milliards environ. Son système est diabolique pour faire évader les devises du pays. Pour cette usine, par exemple, il a sur-facturé une dizaine de milliards du matériel d’occasion dont la valeur n’est que de 200 mille dinars.

Pour épater les banquiers son discours est bien rodé puisqu’il implique toujours le Président en disant : « C’est Errais lui-même qui insiste pour que je réalise ce projet pour mes enfants, tout le monde est dans l’obligation de m’aider ».

Il y a quelque temps, lors d’une soirée mondaine, le PDG d’une banque privée raconte comment il s’est fait arnaquer 8 milliards pour financer une opération de vente de blé à l’Irak. Dés qu’il s’est introduit avec son fils Jalel dans le bureau du PDG, la secrétaire de Aissa télephone : « M. le PDG…, ici c’est la Présidence. Le Président m’a chargé de dire à si Aissa qu’ il a besoin de lui de toute urgence ». A ce moment Aissa intervient pour dire : « Vous voyez, c’est une affaire importante pour le pays, et Errais insiste pour que vous m’aidez. Je dois partir mais je vous fais confiance pour que vous traitez mon fils comme votre propre frère et lui donner ce qu’il vous demande. »

L’affaire de l’Irak a fait l’objet de la plus abominable éscroquerie pour le pays et pour l’ONU également. Sur le quota de 12 milliards par an qu’a accordé l’ONU a la Tunisie pour exporter à l’Irak des produits alimentaires d’origine tunisienne, Aissa en a pris 8 milliards. Les produits qui ont été livrés à l’Irak et payés par l’ONU, n’ont jamais été d’origine tunisienne et ne transitaient même pas par la Tunisie. Bien entendu Aissa avait le bras long pour faire falsifier par l’administration les documents d’exportation et leur donner une origine tunisienne monsongére.

L’affaire du cargo de blé fourni par un pays de l’Est et financé par la banque privée a d’ailleurs mal tourné : Le blé était avarié et les Irakiens l’ont refusé. Suite a une intervention diplomatique des silos ont été mis à sa disposition dans un port Emirati pour traiter le blé.

Pourtant, les produits vendus par Aissa aux irakiens sont toujours de mauvaise qualité. Mais les proches du dictateur irakien se sont vengés lorsqu’ils se sont rendu compte que Aissa avait minoré leur commission. Les américains doivent certainement s’inreresser à Aissa sur les rapports qu’il entretenait avec les réseaux de corruption irakiens. Les Aissa seraient soupçonnés d’avoir quelques idées sur la fortune des Hussein et de leurs proches.

Ayant pris goût, depuis avec les silos, il s’apprête en ce moment a prendre le monopole de l’importation de blé en Tunisie. Pour être en conformité aux règles imposées par les institutions internationales l’état doit se désengager de l’importation des céréales au profit du privé. En vue de couper l’herbe sous les pieds des importateurs professionnels, Aissa a déjà entrepris la négociation avec l’office des céréales pour louer les silos qui se trouvent dans tous les ports du Pays. On doit s’attendre à tous les abus, surtout qu’il s’agit d’une denrée sensible qui a provoqué les émeutes les plus violentes en janvier 1984.

L’office national de l’huile n’a pas non plus échappé à ses éscroqueries. Une société lui appartenant, dénommée « Arab oil » a été spécialement crée pour arnaquer cet office. Plusieurs milliards sont en instance de payement.

Dans le secteur du lait, il a réussi à obtenir le monopole dans le Nord du Pays aprés avoir mis a genoux la Stil et comploté pour faire fermer toutes les autres laiteries du nord du pays (une laiterie au Sers, dans le Nord-Est, une laiterie à Ksar Said, au Nord de Tunis, une autre à La Manouba, banlieu de Tunis). Non content de posséder cet immese empire, il vient d’acheter LAINO aux banques d’investissement sans débourser un millime. Il y a peu de temps un groupe étranger a proposé d’acheter cette usine pour 30 Milliards.

La qualité du lait ayant baissé puisqu’il le mélange à de fortes doses d’eau, LAINO a perdu plus de 50% de son marché. Avec les détournements qu’il fait sur les ventes au noir, les banques vont être contraintes à débourser encore plus. Selon ses proches il tente en ce moment de créer une laiterie en Algérie pour plusieurs dizaines de milliards.

Il ya quelques jours son fils a failli être linché par les éleveurs de la région qui réclamaient le payement de leur lait. Averti le gouverneur n’a pas voulu intervenir.

Nombreux commerçants africains et Moyen-Orientaux se sont fait piéger aussi. Sa société Inesfood est spécialisée dans la fabrication de produits d’imitation de la multinationale Nestlé. Au moment de la prospection de ces marchés ils remettent à leurs clients des échantillons de produits falsifiés : Le sachet de produit contenu dans le carton Inesfood est en réalité un produit Nestlé. Satisfait par la qualité de l’échantillon et du prix attirant, le client africain ou arabe passe une importante commande. Plusieurs importateurs ont fait faillite car la qualité livrée par Inesfood est invendable. Cette éscroquerie célèbre à vite fait de ternir l’image de marque du Pays, et lorsque des exportateurs sérieux se présentent maintenant dans ces régions, ils se font insulter.

Une autre éscroquerie célèbre est racontée par le tout Tunis. C’était en 1994/95. A cette époque la bourse de Tunis a été prise d’assaut par les spéculateurs. La BH allait être introduite en bourse.

Aissa était courtisé a l’époque par le PDG de cette banque. Ce PDG a tout organisé en achetant à crédit pour 400 000 Dinars d’actions au nom de Aissa et de ses proches. Cette opération lui a rapporté en quelques jours un milliard et demi. Quand on pense que le Premier Ministre français Beregovoy s’est suicidé parcequ’il a été soupçonné de délit d’initié !

La troisième victime est l’indépendance de la Justice !

Le pouvoir de Arbi Aissa auprès des juges, des hauts responsables de la justice et du ministre, est considérable. La majorité de ses distributeurs sont actuellement emprisonnés d’une façon injuste. Il est aussi capable de blanchir et de faire sortir de prison. Il l’a fait pour un technicien spécialisé et pour l’ex-PDG de la STIL pour les employer dans ses usines. Bénéficiant de l’impunité, plusieurs de ses fournisseurs ont fait faillite.

Son fils Jalel est devenu très célèbre comme intermédiaire pour obtenir des jugements sur mesure. Sa réputation et son efficacité sont connues dans tout le Pays pour les grosses opérations financiéres qu’il traite au pourcentage. Non seulement il se fait payer excessivement cher, mais il faut attendre longtemps pour avoir un rendez vous avec lui. Son père intervient par la suite auprés du Ministre de la justice ou directement auprés des juges pour donner des instructions « taalimétes », en impliquant parfois de façon mensongére le Président.

Connaissant parfaitement le caractère et les réactions impulsives du Président, maîtrisant les moyens de sa communication, il n’hésite pas a lui présenter une version qui n’a aucun lien avec la vérité pour accabler un innocent.

Le plus dramatique c’est qu’il a fait décorer par Le Président des insignes de la République une bonne partie des éscrocs et des corrompus du Pays, y compris son propre fils. Les listes qui sont proposées par les différents départements sont contrôlées par lui et il n’hésite est intervenir pour les faire modifier comme bon lui semble.

Arbi Aissa a usé de son influence pour faire élire son fils jalel, Président du Stade tunisien. Il voulait en faire une personnalité régionale. Mais il n’a fait que confirmer le proverbe qui dit « chasser le naturel, il revient au galop ». Ses instincts de rapace l’ont emporté. Il a dépouillé le Stade tunisien en détournant la plus grande partie des dons des supporters. Son père s’y est mis aussi en téléphonant inlassablement aux plus fortunés du pays. Les Aissa sont un cauchemar pour ce club.

La quatrième victime c’est l’Etat !

Il y a la douane : La majorité des marchandises importées par Aissa sont débarquées directement sur ses camions et sortent du port sans être déclarées et sans payer les droits de douanes et les taxes. En procédant de cette manière il arnaque non seulement les fournisseurs qui ne sont pas payés, mais aussi les assurances en déclarant que ses marchandises ont été volées.

Il y a la TVA : Les 40 sociétés qu’il possède ne payent pas de TVA. Les déclarations si elles sont faites sont toujours falsifiées. En moins de dix ans, l’état a perdu plusieurs centaines de milliards en droits de douanes et en taxes directes et indirectes.

Le système bancaire de l’Etat qui brille par les abus de ses dirigeants a été mis à rude épreuve par Arbi Aissa. Toutes les banques de l’état sans éxception ont été pillées avec la complicité de leurs dirigeants. A lui seul Arbi Aissa a détourné entre 15 a 20% des créances nationales du niveau 4, c’est à dire que les banques ne seront jamais remboursées. Ses dettes qui dépassent 200 milliards n’ont jamais été couvertes par des garanties.

A tous, il leur tiens le langage mensonger suivant : « J’ai parlé de vous au Président, il vous apprécie bien, je crois que c’est vous qu’il va choisir comme prochain Ministre des finances. Je vais essayer de donner un coup de pouce ». Actuellement le plus impliqué est le nouveau PDG de la STB. Un imbécile qui a cru à la supercherie. Il lui a ouvert sans limites les vannes de l’UIB avant sa vente à la Société Générale. Naifs, les français qui ont cru aux chiffres trafiqués, se sont rendus compte, aprés une année d’audit, qu’ils ont acheté non pas une banque, mais un cadavre avec 540 milliards de dettes irrécouvrables. En récompense, cet expert de la perversion des chiffres, a été promu PDG de la premiére banque du pays, la STB, en vue de faire preuve de plus de génorisité envers son bienfaiteur.

Ce stratagème dure depuis plusieurs années déjà. Tous les ex-Patrons de banques qui ont essayés de limiter les dégâts ont été demis de leurs fonctions et remplacés par d’autres plus conciliants.

La police est aussi impliquée dans ses malversations ! Constatant l’immense succés auprés des jeunes du complexe de loisirs dénommé « El-Akwes » à El Manar, quartier chic de Tunis. Un fond de commerce dans cet endroit valait plusieurs centaines de millions. Il a commencé par installer son gendre, sans débourser un millime et s’est accaparé ensuite tout le complexe en éliminant ses concurrents. La police est, en effet, intervenue, suite à ses ordres, pour interdire les terrasses à tous les patissiers, glaciers et commerces de restauration rapide.

Aux derniéres nouvelles tous les appartements mitoyens au complexe El-Akwes ont été pris par Arbi Aissa pour les transformer en maisons de passes.

L’énumération de tous les dégâts que causent les Aissa a notre pays nécessite un livre de plusieurs volumes. C’est des gens dégoutants, écœurants, arrogants et mal éduqués. En d’autres termes c’est des voyous notoires.

A presque 70 ans, il est encore actif ! Mais puisqu’il est au dessus des lois en vigeur sur les retraites, il est encore à la charge du contribuable.

Il a été recruté au début des années 50 par la police coloniale avec le niveau du Certificat d’études primaires.

Servile et obséquieux, il a vite gagné la sympathie du commissaire de police français du Bardo en dénonçant les destouriens de son quartier. En peu de temps, il est devenu l’homme a tout faire du commissaire. C’est lui qui faisait les courses, emmenait les enfants à l’école, fournissait des informations précieuses sur les destouriens, sélectionnait les jolies femmes qui se présentaient au commissariat…

Grâce aux dénonciations de Arbi Aissa, l’éfficacité du commissaire a été remarquée. Les autorités coloniales qui étaient débordées à l’époque ont bien entendu nommé ce commissaire compétent directeur de la Police. En récompence Arbi Aissa a été promu secrétaire particulier du nouveau directeur.

Aprés l’indépendance, il a conservé ce poste avec tous les Directeurs de la Sureté nationale qui se sont succédés, jusqu’à la momination du Général Ben Ali à cette fonction en janvier 1978.

 

7-Le papier original de Haj Klouf 1er sera publié demain pour ne pas tomber dans la « Septologie » science Benalo-Trabelsienne, qui vénère le chiffre 7 et la couleur mauve. (Ce pseudonyme n’est autre aue le Dr Sahbi Amri), à ne pas confondre avec le personnage qui écrit sous le meme pseudonyme sur les colonnes de « l’Autre Tunisie » de notre ami Jalloul de Naros. Haj Klouf 1er a été tabassé en plein Tunis au grand jour par les Barbouzes du régime que la justice du meme régime rfuse de poursuivre. C’est dire l’importance du secteur vital du lait.

Ainsi commence la « Saga du lait », avec ses répercussions économiques, sociales et politiques… A suivre… A W Hani

 


 

Les Généraux algériens et le savoir faire mafieux de Leïla Trabelsi

Par: Mourad  SOLTANI   La publication du livre de l’ex-colonel Mohamed SAMRAOUI « Chronique des années de sang » « comment les services secrets ont manipulé les groupes islamistes armés « a provoqué de nombreuses prise de position et un engouement certain pour cet ouvrage puisque le premier tirage étant épuisé, les librairies attendent une seconde livraison, d’après les berbèristes ce livre va atteindre les 100.000 exemplaires et devenir un best seller. Pour la gauche laïque et divers mouvements berbèristes, il s’agit d’utiliser le témoignage de ces ex-Officiers (dont La sale guerre de Souaidia) pour continuer la constitution de dossiers pour les juridictions internationales -TPI et CCI.   Ni Etat intégriste ni Etat militaro-policier, il faut dénoncer incessamment parmi l’immigration ces deux pôles négatifs ; Il ne faut surtout pas que la concorde civile de BOUTEFLIKA aboutisse à une amnistie qui blanchirait les militaires et les islamistes. De nombreux militants du FFS ont demandés à AIT AHMED la possibilité de soutenir BENFLIS contre BOUTEFLIKA par solidarité berbériste.   Refus d’AIT AHMED qui estime que les 2 candidats -BENFLIS soutenu par NEZZAR et du clan MEDIENNE-TOUATI-LAMARI et BOUTEFLIKA soutenu en particulier par les Généraux Larbi BELKHEIR et Smain LAMARI. D’après AIT AHMED informé par des officiers au sein de la DRS, BOUTEFLIKA envisage après sa réélection de modifier en profondeur l’Etat-Major de i’ANP.   Smain LAMARI serait nommé à la tête de la DRS puisqu’il aurait garanti au Président le blocage de toute tentative de coup d’Etat contre sa personne. Smain LAMARI aurait l’appui de certains membres de la DOSE et de la DST afin de préserver la sécurité du Président.   Pour l’internationale socialiste tous les Généraux sans exception doivent être évincés du pouvoir, puisqu’ils sont soupçonnés de vouloir relier les liens avec certains courants proches du FIS, afin de créer un système de partage du pouvoir comme en Turquie. Pour les opposants laïques, la position de Larbi BELKHEIR va être une continuité dans le changement, et assurer de ce fait l’impunité pour les Généraux responsables de la tragédie. Larbi BELKHEIR (ainsi que son frère Colonel à la retraite de l’armée française) sont membres d’une loge maçonnique dont fait parti Jacques ATTALI.   Pour des membres du MCB proches du FFS tout en désirant garder une certaine autonomie part rapport à cette formation, il faut dénoncer tout le staff de BOUTEFLIKA, y compris ZEHROUNI ancien tortionnaire de la SM et principal responsable de l’assassinat de nombreux jeunes Kabyles, et dresser une liste de tous les tortionnaires et de tous les centres de torture existant en Algérie, et les diffuser dans la presse internationale.   L’ex sénateur et député Ferdinando IMPOSIMATO (Italie) ainsi que l’ex-procureur suisse Bernard BERTOSSIAN sont en relations constantes avec l’opposition laïque non seulement sur les cas de disparition de personnes, mais également sur le blanchiment d’argent.( Sur la région de LYON des inspecteurs du fisc aurait informé des opposants algériens sur une enquête concernant du blanchiment d’argent vers le Luxembourg et la Suisse impliquant entre autre l’ancien Consul Adjoint OUZANE, un commerçant algérien dénommé Ahmed MATTAR, et un avocat d’affaires lyonnais, travaillant tous pour le compte de certains Généraux.   Un autre dossier serait en cours, celui de la femme du Président TUNISIEN, née Leila TRABELSSI, qui serait l’objet d’une enquête internationale concernant un vaste trafic de médicaments, en relation avec des Généraux algériens à la retraite, et le secrétaire général de l’Union Générale des Travailleurs algériens (UGTA) Abdelmajid SIDI SAID, une grande partie de ces médicaments serait périmés, et transitent via les ports tunisiens vers l’Algérie.   Madame BEN ALI de par son importante position, et de ses soutiens en France serait également impliquée dans de grosses affaires de blanchiment d’argent dans des investissements en Tunisie pour le compte de certains Généraux algériens, ainsi que vers des paradis fiscaux.   L’organisation Mondiale de la santé (OMS) ainsi que l’UNICEF auraient été informé de ces trafics de médicaments périmés vers l’Algérie. Un autre dossier est en préparation certainement avec l’aide de l’ex-colonel SAMRAOUI sur la présence d’Officiers de la DRS dans le corps diplomatique, Ambassades et Consulats ( à LYON d’après les berbéristes il y aurait au moins 5 membres de la DRS dont le Consul­Adjoint) Ce dossier serait présenté à la Cour Européenne des Droits de l’Homme et a la CEE (certainement aussi par la gauche afin de mettre dans l’embarras la droite au pouvoir sur les activités de la SM en France et des complicités avec le GIA et les attentats à PARIS et à LYON) Ce dossier va dévoiler le rôle de la sécurité militaire et de ses deux dirigeants MEDIENNE et Smain LAMARI afin d’empêcher ce dernier de continuer de faire carrière avec BOUTEFLIKA.   Il y a également un appel clandestin au sein de l’armée afin d’obtenir des témoignages qui doivent être adressés aux ONG des Droits de l’Homme, sur les massacres, les tortures et les disparitions, SAMRAOUI aurait été reçu par des membres de la commission des Droits de l’Homme de l’ONU, et avec l’aide d’opposants et de nombreuses complicités en Algérie, aurait à ce jour, envoyé gracieusement près de 400 exemplaires de son livre à des Officiers un peu partout en Algérie et à certaines personnalités au pouvoir ou proches du pouvoir. Ce livre aurait été envoyé également à de nombreuses personnalités politiques françaises et Européennes.   SAMRAOUI aurait reçu des réponses d’Officiers en active afin de trouver une solution qui préserve l’institution militaire, il s’agirait de livrer à la justice internationale l’ex­Ministre de la Défense le Général Khaled NEZZAR principal responsable et donneur d’ordres.   L’entourage de BOUTEFLIKA serait favorable à une telle initiative qui préserverait l’institution militaire, et permettrait à certains Généraux de s’exiler (certains aurait acheté des biens immobiliers en TUNISIE et en EGYPTE) Des contacts ont été pris également avec une mystérieuse organisation de Magistrats que les opposants dénomment Comité des Magistrats algériens pour la Vérité et la justice (CMAJV) Une autre organisation de dénonciation appelée l’ANTI-ESCADRONS DE LA MORT a pour objectif la liste de tous les escadrons de la mort ayant été en fonction sous les ordres de NEZZAR. L’opposition laïque parle souvent de sa préférence pour la candidature de Mouloud HAMROUCHE et à long terme une troisième voie démocratique qui appellerai le peuple Algérien à se distancier des Mouvements Islamistes. D’ailleurs pour de nombreux berbéristes, il faut envoyer devant les juridictions internationales les Généraux et les membres des GIA connus depuis la concorde civile et qui ont bénéficiés d’une certaine réinsertion, de nombreux officiers en active sont favorables à cette solution. Les crimes de certains membres de l’Armée et des Groupes Islamiques Armés ne doivent pas rester impunis. Des informations données par des officiers de la 4ème Région Militaire seraient parvenues à plusieurs journalistes en France et à des responsables de la DGSE qui ont très mal pris l’installation d’une base Américaine dans le sud Algérien, ainsi que l’éviction progressive des sociétés Françaises des contrats pétroliers et gaziers au Sahara, au bénéfice des sociétés pétrolières Américaines.   Le MAOL aurait eu plusieurs contacts avec des personnalités politiques Françaises sur cette affaire du sahara, et aurait distribué plusieurs exemplaires du livre de SAMRAOUI. D’après l’opposition, ces personnalités soutiennent la candidature de BOUT FFLIKA et souhaitent sa réélection, dans l’entourage du Président CHIRAC et de JUPPE, les souhaits sont les mêmes, la réélection de BOUTEFLIKA, la mise à l’écart de l’armée, l’installation d’un véritable courant démocratique, afin de relancer l’économie Algérienne et encourager les investissements Français.   Des rumeurs auraient circulés sur des investissements de plusieurs milliards de dollars par des Généraux algériens en France, et le blanchiment d’argent par le scandale financier de la faillite des sociétés KHALIFA, une part importante de ces avoirs illégaux serait remis à l’Etat Algérien après la réélection de BOUTEFLIKA.   (*) Informations recueillies auprès de l’opposition démocratique Algérienne à LYON Le 1er novembre 2003                                                                         (Source: l’e-mag tunisien “Le Résistant” N°23 de Novembre 2003) site web: http://www.elmounaadil.ifrance.com/elmounaadil/ e-mail: elmounaadil@libertysurf.fr  


Visite du Collin Powell au Maghreb: Suite
 

 
 
[Copié sur le site officiel du State Department]
 

Press Availability in Tunisia

 
Secretary Colin L. Powell U.S. Embassy Tunis, Tunisia December 2, 2003

SECRETARY POWELL: Good evening, ladies and gentlemen. Forgive me for being a little late, but President Ben Ali and I had a very, very excellent and extended conversation. In the course of our meeting, I extended to him once again President Bush’s invitation to visit the United States in February. And, of course, we’re looking forward very much to the President’s visit, which is now scheduled for the 17th of February of next year. My visit to Tunisia has been filled with the past and inspired by the future. Tunisia and the United States have an excellent partnership.

I was reminded today in visiting the American Cemetery how some sixty years ago American soldiers shed their blood to defeat tyranny here in North Africa just as we have done in Iraq. Together in this modern age, Tunisians and Americans fight terrorism, pursue peace between Israelis and Palestinians, and work to open up opportunities for our two peoples. I have particularly appreciated Tunisia’s regional role in encouraging the economic and political integration of the Maghreb. Recognizing this important role, we are opening up, here in Tunis, a regional office of our Middle East Partnership Initiative to support political and economic reforms. Tunisia has already accomplished much through its own reforms by recognizing the rights of women, modernizing its education system, resulting in one of the highest literacy rates in the world, opening up a private radio station, and recently releasing a journalist from detention. I have encouraged Tunisian leaders that I have met with today to continue this process of political reform and economic change so as to bring new opportunity to the people of Tunisia. In order to spur progress, we signed a Trade and Investment Framework Agreement and held an excellent inaugural round of negotiations recently that I think will ultimately result in a Free Trade Agreement.

In sum, I came to tell President Ben Ali and the other Tunisians that I spoke to that we look to Tunisia as a partner, as a strong friend. It is a relationship that has existed for many, many years…one that I look forward to building on in the months and years ahead. Thank you very much and I would be delighted to take a few questions.

QUESTION: Arshad Mohammed of Reuters. Mr. Secretary, what did President Ben Ali say to you about his willingness to engage in broader democratic and human rights reforms here? And Israel has today been quite critical of the idea of your meeting with the co-authors of the Geneva Agreement. Do you plan to meet them and how do you feel about the Israeli statement that meeting them would be a mistake?

SECRETARY POWELL: On the first issue, we had an extended discussion of what has been accomplished under President Ben Ali’s leadership over the last fifteen years. We talked about the right to an education, the right of women to enter all aspects of society. We talked about the right of health care and other rights. But we also talked about the need for open press, open media. I had a good candid conversation with the President that Tunisia has accomplished so much that people are still expecting more to happen, with respect to political reform and with respect to openness in the society. He is committed to that and certainly said he wanted to move at a pace that he believed was consistent with the aspirations and desires and expectations of the Tunisian people. And I told him it was an area that he and the President would have an opportunity to discuss when they were together in February.

With respect to what the Israeli government has been saying in recent days about meetings that I might have with individuals who have come forward with various peace proposals, I meet with lots of people who have different sorts of proposals. The proposal that we are supporting and the only proposal that we believe is operative at the moment, that both sides have agreed to, and will show us the way forward is the Roadmap. And so we are not stepping back in any way from our commitment to the Roadmap. And we hope that circumstances and conditions will permit resumption of progress on the Roadmap in the near future.

At the same time, I do not know why I or anyone else in the United States government should deny ourselves the opportunity to hear from others who are committed to peace and who have ideas with respect to peace. And so, as the American Secretary of State, I have an obligation to the American people and to the President and to my colleagues in the Administration, to listen to individuals who have interesting ideas. This in no way undercuts our strong support for the state of Israel. This in no way undercuts our support for the Roadmap.

On behalf of the Administration, we welcomed these two initiatives that are much in the press right now. We didn’t adopt them. We just welcomed the fact that there were new ideas. And I will meet with who I believe it is appropriate for me to meet with as Secretary of State in the fulfillment of my responsibilities and duties to the President and to the American people.

MR. BOUCHER: We are pressed for time. We will do two more.

QUESTION: (In Arabic) Basmah Dasdouf. ERTT. Regarding the Western Sahara, does the United States believe that now is the time for a solution and what is the role that Tunisia can play in this issue? Thank you.

SECRETARY POWELL: I believe this is the time for a solution. We stand solidly behind the proposals put forward by former Secretary of State James Baker. We believe this is the time for Morocco and Algeria to enter into serious discussion with one another as to how to move forward. I am sure that this will be the source of conversations I’ll be having in Morocco and Algeria tomorrow.

MR. BOUCHER: OK. Let’s go in the back. The lady in the back.

QUESTION: (In Arabic) Fatmay Karray. Ash-Sharouq. Mr. Secretary, I’d like to ask you, a man with a military career, a strategist, and also as a diplomat and a politician, you’ve said before and you were before the Iraqi war, controlling the Gulf War through remote control policies. And you were able to achieve what is in the interest of the United States which basically provided you from having any casualties like what we see in Iraq. What is new in the U.S. policy that leads you to take your forces, your military, and actually go to the region? What is so powerful that requires you to take all those troops that are subject to all kinds of harms every day? Mr. Secretary, I do not want to hear you saying that you are here for democracy because one of your decisions in Iraq was to close an Arabic satellite station in Baghdad as a request from Ambassador Bremer, the actual ruler of Iraq.

SECRETARY POWELL: The United States and its coalition partners went to Iraq to deal with a dictator who had refused to comply with twelve years worth of UN resolutions, to deal with a regime that had used weapons of mass destruction against its own people and against its neighbors, a regime that we are convinced still had such capability and was certainly intent on developing additional capability. We regret the loss of life inflicted upon our soldiers and other members of the coalition. We regret the fact that Iraqis are dying right now at the hands of other Iraqis who don’t realize that their day has passed. And while we are sorry that lives have been lost as a result of this continued resistance on the part of these feddayeen losers, we are pleased by the fact that no longer will tens of thousands of Iraqis be killed and put into mass graves as they were under the regime of Saddam Hussein. A terrible person is gone. A person who was an insult to the region, an insult to the faith he claimed. The region is better off without him and without that regime.

And the United States and its coalition partners are now working hard with Iraqis to help Iraqis put in place their own government, answerable only to their own people with a basic law initially that will ultimately lead to a constitution with a transitional government and a transitional assembly that will ultimately lead to a government that is elected by the people on the basis of that full constitution. We are helping with reconstruction. We are opening schools. We are opening hospitals. We are building roads. We are repairing the water systems. We are putting in place the electrical system. We are repairing the oil infrastructure that was neglected for so many years as Saddam Hussein developed weapons rather than developing the natural resources of his country. And we are giving all of the Iraqi people an opportunity to participate in this dialogue that is now taking place as to how they wish to be governed in the future.

We believe that what we did was right for Iraq and the Iraqi people. It was right for the region. It was right for the world. And the President has made it clear, as have other coalition political leaders, that we will stay the course until the job is done, until these remnants of the old regime have been defeated and any terrorists who come to make trouble, and until the day comes when we can hand over sovereignty to an Iraqi government. We want this to happen as quickly as possible, but we will only hand over responsibility to a government that in itself is responsible and answerable to the Iraqi people.

I think that we have time for just one more question. I’m sorry, I’m running about an hour and a half late, and I have to get onto another country.

I think that I didn’t answer the second part of your question. The station in question – the concern was not that they were covering something but that they may actually have been participating in what was going to happen. And that was of concern. They may have had foreknowledge of something that was going to happen. That was of great concern to our authorities in Baghdad and that was the reason for the action. The network, to the best of my knowledge, is still hard at work and still covering Iraq and other areas of the Middle East of interest to its viewers.

(crosstalk)

QUESTION: (In Arabic) Lotfi Haji. Realites. To what extent can we consider your visit to North Africa is a step that sees the 5+5 meetings, and maybe this is a form of a competition between the Maghreb countries and Europe?

SECRETARY POWELL: No. No competition whatsoever. I know that President Chirac will be here tomorrow and the day after. And I know there will be the 5+5 meeting. This was pure chance that my schedule permitted me to visit the Maghreb during this period between two European conferences that I have to attend. I am not in competition with the 5+5 Group or the French. It is very good, I think, that Tunisia has good relations with the United States, with France, and all of the other members of the 5+5 Group that will be assembling later this week. Thank you.

MR. BOUCHER: Thank you very much.

(Source: M. Mondher Sfar par e-mail)


 

Powell a cherché à renforcer ouverture et intérêts américains au Maghreb

AFP, le 04.12.2003 à 12h30 par Christophe de ROQUEFEUIL                          ALGER, 4 dec (AFP) – Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell  a cherché, au cours de son voyage au Maghreb, à encourager  l’ouverture politique dans ces pays tout en resserrant les liens  entre les Etats-Unis et cette région sensible.             Le chef de la diplomatie américaine a conclu mercredi soir à  Alger une tournée régionale qui l’a également conduit sur deux jours  en Tunisie puis au Maroc, trois pays qui font rarement l’objet d’une  telle attention de la part de Washington.             M. Powell ne s’était rendu qu’une fois dans la région en trois  ans au département d’Etat, lors d’une visite en avril 2002 au Maroc.  La dernière visite de ce niveau en Algérie remonte à un voyage de  Madeleine Albright en décembre 2000. La Tunisie pour sa part n’avait  pas vu un secrétaire d’Etat américain depuis le passage il y a dix  ans (décembre 1993) de Warren Christopher.             A chaque étape M. Powell a plaidé pour la poursuite de réformes  économiques et politiques, tout en évitant de mettre dans l’embarras  ses interlocuteurs avec des demandes trop précises en matière de  droits de l’Homme.             Cette tournée entre dans le cadre des efforts américains pour  tenter de corriger leur image dans le monde arabo-musulman, où ils  sont souvent perçus comme insensibles aux aspirations des  populations vivant sous des régimes autoritaires pro-américains.             Mais l’exercice était délicat, Alger, Rabat et Tunis étant aussi  considérés comme des alliés cruciaux dans la lutte contre  l’extrémisme islamiste, des partenaires modérés dans la recherche  d’un règlement israélo-palestinien, et plus généralement, des  capitales arabes bienveillantes à l’égard des Etats-Unis.             Cette tournée s’est aussi déroulée avec en toile de fond un  regain d’interêt des Européens pour cette partie du monde, marqué  par la conférence Euromed de Naples (Italie), le sommet « 5+5 » (les  cinq pays du « grand maghreb » et leurs plus proches voisins de  l’Europe méditérranéenne) qui va s’ouvrir à Tunis, ainsi qu’une  visite d’Etat du président français Jacques Chirac en Tunisie.             M. Powell a démenti à d’innombrables reprises être « en  concurrence » avec les Européens, mais la question lui a été posée à  chacune de ses conférences de presse, preuve qu’elle était bien dans  les esprits.             Il a dans le même temps souligné l’interêt américain pour les  perspectives économiques offertes par ces pays, avec qui Washington  recherche une libéralisation des échanges et une augmentation des  investissements.             En Tunisie, où il a rencontré le président Zine El Abiddine Ben  Ali, invité à venir à Washington en février prochain, M. Powell à  encouragé le pouvoir à « engager des réformes politiques afin de  créer de nouvelles opportunités pour le peuple tunisien ».             Il a toutefois rendu un hommage marqué aux réalisations de la  Tunisie matière de droits des femmes et d’éducation.             A Marrakech, il a souligné, à l’issue d’une rencontre avec le  roi du Maroc Mohammed VI, la nécessité de « poursuivre les réformes »  engagées en matière politique et sociale.             Il est toutefois resté discret sur les droits de l’Homme, se  bornant à évoquer des « cas spécifiques », sans dire lesquels. M.  Powell s’est réfugié dans des formules générales, rappelant que « la  répression du terrorisme doit se faire en restant conscients des  exigences en matière de droits de l’Homme ».             Même exercice en Algérie, où il a souligné avec insistance  l’importance d’une élection présidentielle « libre et honnête » au  printemps prochain, tout en affirmant que les relations  Alger-Washington « n’ont jamais été aussi fortes qu’aujourd’hui ».             Il s’est réjouit de la « coopération exceptionnelle » de l’Algérie  en matière de lutte antiterroriste, qu’il a promis de renforcer  encore, indiquant implicitement que plus de deux ans après les  attentats du 11 septembre ce sujet restait la priorité numéro un de  l’administration américaine.    


La presse du Maghreb voit dans la visite de Powell un « souci de resserrer les liens » avec les USA

 

 AFP, le 04.12.2003 à 15h09

   

            ALGER, 4 déc (AFP) – La visite-éclair, mardi et mercredi, au  Maghreb du secrétaire d’Etat américain Colin Powell, largement  commentée dans les trois Etats de cette région, est perçue en partie  par la presse comme un « souci de resserrer les liens » avec les  Etats-Unis tout en « concurrençant l’Europe » dans cette région.

            Le quotidien marocain du monde des affaires L’Economiste  souligne que « sous la pression notamment des organisations des  droits de l’Homme, les Américains resserrent les liens dans une  région sensible, activement courtisée par ses voisins européens ».

            La tournée de Powell n’était « certainement pas un séjour de pure  courtoisie », note un autre titre marocain Le Matin (gouvernemental)  qui estime que les Américains « plutôt seuls sur le flanc arabe,  recherchent un soutien par rapport au bourbier irakien ».

            Le voyage du secrétaire d’Etat marque « la nouvelle vision en  matière de politique étrangère de la Maison Blanche », ajoute ce  journal.

            La presse tunisienne gouvernementale observe que Powell a relevé  que « la Tunisie a réalisé des réformes politiques importantes »,  selon le titre du Renouveau, organe du Rassemblement constitutionnel  démocratique (RCD, parti au pouvoir).

            Les autres journaux titrent sur les mêmes appréciations, la  presse tunisienne souligne toutefois que Colin Powell a pourtant  demandé à la Tunisie de poursuivre les réformes politiques et  économiques, et insisté sur « la nécessité d’une presse ouverte ».

            Pour plusieurs journalistes tunisiens, la visite de Powell au  Maghreb est ressentie « comme un souci des Etats-Unis de concurrencer  l’Europe dans cette région ».

            De son côté le journal algérien Le Quotidien d’Oran, le plus  fort tirage francophone du pays, observe que Colin Powell est venu  « tâter le pouls de l’Algérie pour que les laboratoires de stratégies  et d’industrie politique à Washington décident ensuite de la  conduite à tenir à l’égard de notre pays ».

            Des journaux marocains et algériens font également état de la  question du Sahara occidental qui empoisonne les relations entre  Rabat et Alger. L’Algérie  soutient le front Polisario revendiquant  l’indépendance de cette ancienne colonie espagnole annexée par le  Maroc en 1975.

            La plupart des journaux marocains relèvent les déclarations de  Colin Powell affirmant que les Etats-Unis ne cherchent pas à  « imposer » une solution pour le règlement de ce conflit, comme  l’écrit en particulier Al Ahdath Al Maghribia estimant que M. Powell  « considère la question du Sahara (occidental) comme un problème  maroco-algérien ».

            Le quotidien algérien L’_Expression estime cependant qu’il  ressort des déclarations de Colin Powell « un franc soutien à la  vision algérienne » sur cette question « bien qu’il ait préconisé la  nécessité d’un dialogue entre l’Algérie et le Maroc ».

            Enfin, Liberté, une autre titre francophone algérien, met en  exergue la volonté de Washington de voir se dérouler au printemps  prochain des élections « libres » et « transparentes » à l’occasion de  la présidentielle en Algérie.

 

AFP    


 

Powell in Morocco for talks on Iraq, human rights

 
Associated Press, le 03.12.2003 à 23h22
By GEORGE GEDDA, Associated Press Writer               MARRAKECH, Morocco (AP) _ U.S. Secretary of State Colin Powell said Wednesday that he made clear to King Mohammed VI that pursuing terrorists must be coupled with «basic principles of human rights.»             Displaying deference to perhaps the most pro-American country in the Arab world, Powell declined to directly criticize reported rights abuses that have occurred during a recent anti-terrorist campaign here.             The crackdown followed terrorist bombings in Casablanca last May that left 33 dead.             «We, of course, made it clear during the course of my discussions that as one moves forward toward political reform, one has to remain committed to the concept of openness and freedom of _expression,» Powell said.             «When one cracks down on terrorism, it has to be with the full understanding of basic principles of human rights.»             Powell praised Morocco’s efforts toward political reform, noting that parliament deputies and regional officials are chosen by voters. He also called attention to recent steps designed to allow the full participation of women in society.             A fourfold increase in U.S. military assistance to Morocco is planned in the next several years along with a doubling of economic aid, Powell said.             He linked the increases to Morocco’s need to combat terrorism and to continue implementing reforms. They also reflect American gratitude for Morocco’s willingness to support the United States on key international issues.             Powell arrived here from Tunisia on Tuesday night and flew to Algeria _ his third and final North African stop _ after the news conference here. He planned to fly to Belgium Wednesday night after a four-hour stay in Algeria.             Besides his official talks here, Powell spent an hour listening to leaders from youth, urban and other non-governmental organizations explain their activities. About 30 people representing eight groups attended.             As Powell noted, the Bush administration believes that a vibrant civil society is essential for progress in wealthy as well as poor countries because the government can’t do everything. No human rights groups participated in the forum.             International rights groups are putting Morocco under greater scrutiny lately, particularly since the anti-terrorism crackdown was launched.             Amnesty International and other rights groups have accused the government of engaging in torture and carrying out secret detentions.             In a letter to Powell last week, Human Rights Watch said there have been reports of «suspicious deaths in detention and persons who remain unaccounted for months after their arrest.»             Moroccan courts have sentenced more than 50 people to life in prison and 16 people to death for the May bombings.            

France not competing with US in Maghreb – Chirac

 Reuters, le  04.12.2003 à  00h12     TUNIS, Dec 3 (Reuters) – President Jacques Chirac denied on Wednesday France and the United States were locked in a diplomatic contest for influence in northwest Africa, saying he welcomed U.S. interest in the region.             Chirac was speaking on Wednesday at the start of a two-day state visit to Tunisia, visited a day earlier by U.S. Secretary of State Colin Powell as he made a rare tour to three former French colonies — Tunisia, Algeria and Morocco.             The timing of Powell’s trip triggered speculation that the U.S. is stepping into the Maghreb to erode France’s traditional economic and political influence there to punish it for its rebellious stand on Iraq.             « If our American friends make a contribution and show interest in the region, I would say that’s great because developing economic links between the Maghreb countries and the rest of the world, and the United States in particular, is a very significant thing, » Chirac told a news conference.             Powell on Tuesday described the timing of his visit as « pure coincidence ».             Chirac defended the Tunisian government against criticism by human rights groups at home and abroad.             « The first of the human rights is the right to eat, to have medical treatment, to education and housing. In this respect, one must acknowledge that Tunisia is more advanced than many, many countries, » said Chirac.     

Présidentielle 2004 en Algérie: l’importance d’une élection « libre et honnête » (Powell)

 

    AFP, le 03.12.2003 à 22h13
            ALGER, 3 déc (AFP) – Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell  a souligné mercredi à Alger l’importance d’une « élection libre et  honnête » au printemps prochain en Algérie lors de la présidentielle,  tout en remarquant que les relations entre l’Algérie et son pays  n’avaient jamais été aussi fortes.             « Notre relation n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. (Je  me réjouis) de la coopération exceptionnelle dans la lutte contre le  terrorisme. Nous envisageons de renforcer cette coopération dans les  mois et les années à venir », a indiqué M. Powell après s’être  entretenu avec le président Algérien Abdelaziz Bouteflika et le  ministre des Affaires étrangères Abdelaziz Belkhadem.             « Les progrès de la démocratie, la modernisation de l’économie  sont également fondamentaux pour l’Algérie et pour le renforcement  de nos rapports », a-t-il précisé lors d’une conférence de presse, à  l’issue d’une visite de quelques heures.             « La liberté de la presse, une large participation à la politique  et le respect des droits de l’Homme sont des bases importantes dans  ce processus, ainsi que la préparation d’élections libres, honnêtes  et transparentes en Algérie l’an prochain », a observé le secrétaire  d’Etat américain, qui a indiqué qu’il avait eu « une bonne  discussion » avec M. Bouteflika sur ces sujets.             A propos du conflit du Sahara occidental, il a réaffirmé la  position de son pays en soulignant que les Etats-Unis « ne  cherchaient pas à imposer une solution à quelle que partie que ce  soit », comme il l’avait dit au Maroc.             Il a redit qu’il était favorable à un « dialogue bilatéral » pour  régler ce conflit qui oppose le Maroc au front Polisario soutenu par  l’Algérie.             Le Maroc avait émis des « objections majeures » à propos du plan  proposé en janvier par l’ancien secrétaire d’Etat américain James  Baker, accepté par le Polisario et l’Algérie, prévoyant que le  statut définitif du Sahara occidental serait décidé dans cinq ans  par référendum après une période de large autonomie de gestion.             M. Powell a également affirmé son « ferme soutien » à la  candidature de l’Algérie à l’Organisation mondiale du Commerce  (OMC).             Pour sa part, M. Belkhadem a indiqué que « les relations  politiques n’avaient jamais été aussi bonnes entre l’Algérie et les  Etats-Unis depuis l’indépendance » en 1962.             Le ministre algérien a précisé que lors des entretiens qu’a eus  M. Powell avaient été abordés la « situation de la démocratie », la  question du Sahara occidental, l’Irak, le problème palestinien ainsi  que « la concertation avec l’Algérie » dans le cadre du conseil de  sécurité de l’ONU où elle siègera à compter du 1er janvier 2004.             Colin Powell a achevé à Alger une tournée maghrébine qui l’a  menée depuis mardi en Tunisie où il a rencontré le président Zine El  Abidine Ben Ali et au Maroc où il s’est entretenu avec le roi  Mohammed VI mercredi à Marrakech.             Il doit participer jeudi à Bruxelles à une réunion des ministres  des Affaires étrangères de l’Otan.  

Colin Powell salue la coopération de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme

 

Associated Press, le 03.12.2003 à 22h27                          ALGER (AP) — Le secrétaire d’Etat américain, Colin Powell, qui s’est entretenu mercredi avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika lors d’une brève étape à Alger en provenance du Maroc a salué la « coopération exceptionnelle de l’Algérie dans la guerre contre le terrorisme ».             « Les relations bilatéral n’ont jamais été aussi forte qu’aujourd’hui » entre l’Algérie et les Etats-Unis, a déclaré le chef de la diplomatie américaine lors d’un point de presse.             « Nous apprécions particulièrement la coopération exceptionnelle de l’Algérie dans la guerre contre le terrorisme et nous examinons les moyens de renforcer cette coopération, dans les mois et les années à venir », a-t-il ajouté.             Colin Powell a souligné dans le même temps que « la liberté de la presse, une plus large participation politique et le respect des droits de l’Homme sont des piliers importants » du processus de démocratisation de la région.  

Powell livre le double message américain au Maroc et en Algérie

 
Reuters, le 03.12.2003 à 22h20
par Arshad Mohammed               ALGER, 3 décembre (Reuters) – Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a délivré un double message mercredi au Maroc et en Algérie, saluant la coopération des deux pays dans la lutte contre le terrorisme, tout en insistant sur le fait que la répression ne devait pas être menée au détriment des droits de l’homme.             Estimant que la relation entre les Etats-Unis et l’Algérie « n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui », Powell s’est dit satisfait des garanties qu’il a obtenues du président Abdelaziz Bouteflika quant à l’équité du processus électoral pour le scrutin présidentiel d’avril.             « Le message que j’ai délivré au président Bouteflika est que nous encourageons une participation pleine et transparente de tous ceux qui souhaitent participer au processus électoral et que cela comprenait des procédures électorales libres, justes et pleinement transparentes », a déclaré Powell à Alger, où il est arrivé mercredi soir en provenance du Maroc.             « J’ai été satisfait des garanties que j’ai obtenues de la part du président sur le fait qu’il comprenait cela et que cela était également son objectif », a-t-il ajouté.             Les partis d’opposition et plusieurs journaux ont accusé Bouteflika d’orchestrer une campagne de repression contre ceux qui le critiquent.             Le président algérien n’a pas encore officiellement annoncé sa candidature pour le scrutin du mois d’avril mais il devrait tenter de se faire élire pour un deuxième mandat de cinq ans.             Powell a souligné que Washington était reconnaissant envers Alger pour sa « coopération exceptionnelle dans la guerre contre le terrorisme » que les Etats-Unis souhaitent vivement renforcer dans les années à venir.             Depuis l’annulation en 1992 des élections législatives que les islamistes étaient sur le point de remporter, les violences politiques ont fait entre 100.000 et 150.000 morts en Algérie, selon les sources.                         SOUTIEN AMERICAIN AUX REFORMES AU MAROC               Outre l’Algérie, Powell s’est également rendu en Tunisie mardi et au Maroc mercredi. Cette tournée au Maghreb s’inscrit dans le cadre des efforts américains pour tenter de lutter contre le « terrorisme mondial ».             Au Maroc, Powell a délivré aux autorités du royaume un message similaire à celui délivré en Tunisie et en Algérie, insistant à la fois sur la répression contre les « terroristes » et sur le respect des droits de l’homme.             « Notre soutien au Maroc a considérablement augmenté alors qu’il combat le terrorisme et entreprend des réformes », a déclaré le secrétaire d’Etat à l’issue d’un entretien avec le roi Mohammed VI.             « Nous avons, bien sûr, souligné dans les discussions que j’ai eues ce matin que (…) lorsque l’on réprime le terrorisme, cela doit se faire dans le plein respect des droits fondamentaux », a-t-il ajouté.             Des mouvements de défense des droits de l’Homme locaux et internationaux ont fait état de cas de torture et de procès expéditifs à la suite des attentats à la bombe perpétrés par 12 kamikazes islamistes en mai à Casablanca.             Soulignant que le Maroc est un « important partenaire international des Etats-Unis », Powell a déclaré que Washington soutenait fermement les mesures prises récemment « afin de jeter des bases solides pour la démocratie ».             Il a évoqué en particulier les élections de l’an dernier et d’il y a trois mois, généralement considérées comme libres et démocratiques – une première au Maroc – et l’amélioration du statut des femmes avec la récente adoption d’un nouveau code de la famille (Moudawana).             Le président George Bush avait rendu hommage il y a un mois au roi du Maroc dans un discours sur la démocratie au Proche-Orient et il avait déclaré que l’Occident avait eu tort d’accepter pendant soixante ans la suppression des libertés dans la région.  

Maghreb: Powell achève une tournée éclair pour saluer une « coopération exceptionnelle » dans la lutte antiterroriste

 
Associated Press, le 03.12.2003 à 22h02 par Hassane Meftahi
                         ALGER (AP) — Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell, en provenance du Maroc, a achevé mercredi soir à Alger une tournée éclair dans le Maghreb, entamée la veille à Tunis et notamment placée sur le thème de la lutte contre le terrorisme et sur le soutien des Etats-Unis sur les processus de réformes engagés dans ces trois pays.             A Alger, comme à Tunis et Rabat, Colin Powell a salué « la coopération exceptionnelle » des « partenaires » maghrébins dans « la guerre contre le terrorisme » à l’issue d’une rencontre avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika.             A Marrakech, quelques heures auparavant, il avait dit « appuyer les initiatives du Maroc pour lutter contre ce mal ».             Depuis les attentats-suicides de Casablanca qui avaient fait 45 morts, le 16 mai, « nous nous sommes retrouvés unis dans la tragédie du terrorisme », a souligné Colin Powell lors d’une conférence de presse sous haute surveillance policière à l’aéroport de Marrakech à l’issue d’une rencontre avec le roi Mohammed VI.             « Les relations bilatérales (entre Alger et Washington) n’ont jamais été aussi fortes que maintenant », s’est félicité Colin Powell à Alger alors que les Etats-Unis ont repris depuis 2002 leurs ventes d’armes à l’Algérie.             « Nous allons doubler notre assistance militaire » avec le Maroc, avait déjà déclaré le secrétaire d’Etat américain Colin Powell à l’issue d’une rencontre avec le roi Mohammed VI.             Les Etats-Unis sont, avec la France, l’un des principaux fournisseurs de l’armée marocaine, notamment équipée de chasseurs F-5. Les forces armées royales marocaines (FAR), qui bénéficient de l’assistance d’instructeurs américains, participent par ailleurs chaque année à des manoeuvres terrestres communes avec l’US Army. La Nasa dispose également d’installations sur la base aérienne de Benguerirr située à 60km à l’ouest de Marrakech.             Colin Powell, qui s’était entretenu dans la matinée pendant une heure avec le roi Mohammed VI, a évoqué la situation en Irak: « Notre objectif est le même: rendre leur souveraineté aux Irakiens le plus vite possible ».             Sur la question du conflit israélo-palestinien, il qualifie de « bienvenue » l’initiative de Genève avant d’assurer que « la feuille de route n’est pas morte ».             A Tunis, il a appelé à « l’ouverture » du régime du président Ben Ali tout en soulignant l’importance des réformes engagées et des réussites des programmes scolaires et sanitaires tunisiens. A Alger, le responsable américain a rappelé que « la liberté de la presse, une participation politique élargie et le respect des droits de l’homme étaient des piliers importants » dans ce processus de démocratisation amorcé dans le Maghreb.             A Tunis et Marrakech, Colin Powell a assuré « qu’il n’y avait pas de concurrence entre la France et les Etats-Unis » dans le Maghreb, une zone où la France reste le partenaire économique de référence.             Le secrétaire d’Etat américain a également assuré qu’un accord de libre-échange commercial entre le Maroc et les Etats-Unis, le premier du genre négocié avec un pays africain, serait conclu « avant la fin de l’année ». Il a assuré que les négociateurs américains « avaient une grande sensibilité aux préoccupations de la partie marocaine notamment sur le secteur agricole ».             Enfin, le chef de la diplomatie américaine a évoqué avec les dirigeants tunisiens, marocains et algériens la question du Sahara-Occidental, un conflit territorial qui paralyse depuis un quart de siècle l’intégration régionale du Maghreb.             « J’encourage le président Bouteflika, comme je l’ai demandé au roi Mohammed VI, de continuer leur dialogue bilatéral sur ce dossier et sur les voies permettant à l’Algérie et au Maroc de travailler ensemble », a-t-il dit à Alger.             Le chef de la diplomatie américaine avait évoqué le conflit du Sahara-Occidental avec le roi Mohammed VI. « Il faut faire avancer les négociations entre le Maroc et l’Algérie », a-t-il dit en précisant que James Baker, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies sur ce dossier, « ne cherchait nullement à imposer une solution aux parties ».              Le dernier plan proposé par James Baker prévoit une période d’autonomie pour ce territoire annexé par le Maroc en 1975 suivie d’un référendum d’autodétermination, une option acceptée par Alger mais catégoriquement rejetée par Rabat.   Associated Press

Powell in Morocco for talks on Iraq, human rights

 
Associated Press, le 03.12.2003 à 20h32 By GEORGE GEDDA, Associated Press Writer               MARRAKECH, Morocco (AP) _ Secretary of State Colin Powell said Wednesday that he made clear to King Mohammed IV that pursuing terrorists must be coupled with «basic principles of human rights.»             Displaying deference to perhaps the most pro-American country in the Arab world, Powell declined to directly criticize reported rights abuses that have occurred during a recent anti-terrorist campaign here.             The crackdown followed terrorist bombings in Casablanca last May that left 33 dead.             «We, of course, made it clear during the course of my discussions that as one moves forward toward political reform, one has to remain committed to the concept of openness and freedom of _expression,» Powell said.             «When one cracks down on terrorism, it has to be with the full understanding of basic principles of human rights.»             Powell praised Morocco’s efforts toward political reform, noting that parliament deputies and regional officials are chosen by voters. He also called attention to recent steps designed to allow the full participation of women in society.             A fourfold increase in U.S. military assistance to Morocco is planned in the next several years along with a doubling of economic aid, Powell said.             He linked the increases to Morocco’s need to combat terrorism and to continue implementing reforms. They also reflect American gratitude for Morocco’s willingness to support the United States on key international issues.             Powell arrived here from Tunisia on Tuesday night and flew to Algeria _ his third and final North African stop _ after the news conference here. He planned to fly to Belgium Wednesday night after a four-hour stay in Algeria.             Besides his official talks here, Powell spent an hour listening to leaders from youth, urban and other non-governmental organizations explain their activities. About 30 people representing eight groups attended.             As Powell noted, the Bush administration believes that a vibrant civil society is essential for progress in wealthy as well as poor countries because the government can’t do everything. No human rights groups participated in the forum.             International rights groups are putting Morocco under greater scrutiny lately, particularly since the anti-terrorism crackdown was launched.             Amnesty International and other rights groups have accused the government of engaging in torture and carrying out secret detentions.             In a letter to Powell last week, Human Rights Watch said there have been reports of «suspicious deaths in detention and persons who remain unaccounted for months after their arrest.»             Moroccan courts have sentenced more than 50 people to life in prison and 16 people to death for the May bombings.            
 

Powell veut relancer la feuille de route, soutient l’ouverture au Maroc

 
AFP, le 03.12.2003 à 18h03 par Christophe de ROQUEFEUIL                          MARRAKECH (Maroc), 3 dec (AFP) – Le secrétaire d’Etat américain  Colin Powell a appelé mercredi à une relance du plan de paix  international pour le Proche-Orient, la « feuille de route », au terme  d’une visite au Maroc où il a plaidé pour la poursuite de  l’ouverture et des réformes dans ce pays.             Le chef de la diplomatie américaine a assuré, avant son départ  de Marrakech (sud) que cette feuille de route « n’est pas du tout  morte. Elle est là, c’est un document qui vit ».             M. Powell a indiqué que « les deux bords (Israéliens et  Palestiniens) ont des obligations » au terme de ce plan qui prévoit  d’aller par étapes vers un Etat palestinien fin 2005.             Il a toutefois mis l’accent sur les efforts à accomplir par le  camp palestinien pour faire cesser la violence afin de créer un  climat qui permette de relancer ce projet, actuellement au point  mort.             « J’espère que nous allons pouvoir aller dans la direction  indiquée par la feuille de route dans un proche avenir. Ce dont nous  avons besoin, c’est d’un engagement de la part du nouveau Premier  ministre (palestinien) Abou Alaa (Ahmad Qoreï) de combattre le  terrorisme, de faire cesser les activités terroristes, non pas juste  avec des paroles, mais avec des actes », a-t-il dit.             « Quand cela se produira, je pense que les conditions existeront  à nouveau pour aller sur la voie montrée par la feuille de route », a  ajouté le secrétaire d’Etat.             Il a également réaffirmé que l’accueil positif réservé aux  efforts des auteurs de l’Initiative de Genève, un plan de paix  officieux, ne signifiait pas que Washington s’écartait de la feuille  de route, endossée par les Etats-Unis, l’ONU, l’Union européenne et  la Russie.             M. Powell effectue une tournée dans les pays du Maghreb qui l’a  conduit mardi à Tunis, avant de se rendre à Marrakech pour des  entretiens avec le roi du Maroc Mohammed VI notamment.             Il est arrivé dans l’après-midi à Alger, d’où il doit repartir  dans la soirée pour une réunion de l’Otan à Bruxelles jeudi.             Le chef de la diplomatie américaine a salué les réformes en  cours au Maroc, évoquant les récentes élections et l’évolution des  droits de la femme. « J’ai complimenté Sa Majesté pour ses  initiatives et j’ai souligné la nécessité d’avancer dans ce type de  réformes », a dit M. Powell.             La question des droits de l’Homme a été évoquée, a encore  indiqué le secrétaire d’Etat, ajoutant sans autre précision que des  « cas spécifiques » avaient été soulevés avec les autorités  marocaines.             « La répression du terrorisme doit se faire en restant conscients  des exigences en matière de droits de l’Homme », a-t-il souligné.             Le secrétaire d’Etat a enfin annoncé, sans donner de chiffres,  que son pays allait « quadrupler » dans les prochaines années l’aide  économique au royaume et doubler l’aide militaire.             M. Powell s’est aussi dit favorable à des négociations « entre  les parties » pour régler le conflit du Sahara occidental, tout en  réaffirmant le soutien des Etats-Unis au plan Baker proposé par  l’ONU.             « Les Etats-Unis n’ont pas l’intention d’imposer une solution »  dans ce conflit, qui oppose le Maroc au front Polisario soutenu par  l’Algérie, a-t-il rappelé.             Le Maroc avait émis des « objections majeures » à propos du plan  proposé en janvier par l’ancien secrétaire d’Etat américain James  Baker, accepté par le Polisario et l’Algérie, prévoyant que le  statut définitif du Sahara occidental serait décidé dans cinq ans  par référendum après une période de large autonomie de gestion.   AFP                   


Powell salue la coopération marocaine dans l’antiterrorisme

 
 
Reuters, le 03.12.2003 à 18h08       MARRAKECH, Maroc, 3 décembre (Reuters) – Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a salué mercredi la coopération du Maroc dans la lutte contre le terrorisme, mais il a souligné que la répression ne devait pas être menée au détriment des droits de l’Homme.             « Notre soutien au Maroc a considérablement augmenté alors qu’il combat le terrorisme et entreprend des réformes », a déclaré Powell à l’issue d’un entretien avec le roi Mohammed VI.             « Nous avons, bien sûr, souligné dans les discussions que j’ai eues ce matin que (…) lorsque l’on réprime le terrorisme, cela doit se faire dans le plein respect des droits fondamentaux », a-t-il ajouté.             Des mouvements de défense des droits de l’Homme locaux et internationaux ont fait état de cas de torture et de procès expéditifs à la suite des attentats à la bombe perpétrés par 12 kamikaze islamistes en mai à Casablanca.             Powell, qui effectue une visite-éclair au Maghreb, avait livré un message similaire la veille à Tunis et on s’attend à ce qu’il fasse de même en Algérie, où il est arrivé mercredi soir pour des entretiens avec le président Abdelaziz Bouteflika.             Soulignant que le Maroc est un « important partenaire international des Etats-Unis », Powell a déclaré que Washington soutenait fermement les mesures prises récemment « afin de jeter des bases solides pour la démocratie ».             Il a évoqué en particulier les élections de l’an dernier et d’il y a trois mois, généralement considérées comme libres et démocratiques – une première au Maroc – et l’amélioration du statut des femmes avec la récente adoption d’un nouveau code de la famille (Moudawana).             Le président George Bush avait rendu hommage il y a un mois au roi du Maroc dans un discours sur la démocratie au Proche-Orient et il avait déclaré que l’Occident avait eu tort d’accepter pendant soixante ans la suppression de la liberté dans la région.  


Sommet du dialogue euro-méditerranéen « 5+5 »: Suite
 
 

الإرهاب والهجرة يتصدران قمة « 5 +5 »

باريس – هادي يحمد –

شعار القمة 

تتصدر قضية الهجرة السرية والإرهاب أبرز المحاور المنتظر تناولها في القمة المتوسطية « 5 +5 التي تعقد في تونس الجمعة 5 ديسمبر 2003، كما ينتظر أن يوقع زعماء الدول العشر الحاضرة في القمة على مشروع « الميثاق الأوروبي المتوسطي للسلم والاستقرار ».

وتجمع القمة 5 دول من الحوض الجنوبي للمتوسط بخمس دول من الحوض الشمالي، وتضم عن الجانب الأوروبي كلا من فرنسا وإيطاليا وأسبانيا والبرتغال ومالطا، أما عن الجانب المغاربي فتضم كلا من تونس والجزائر والمغرب وموريتانيا وليبيا.

وتمثل هذه القمة الأولى من نوعها على مستوى رؤساء الدول والحكومات منذ التوقيع الأول على إعلان روما التأسيسي في أكتوبر 1990، والذي نص وقتها على رعاية حوار فاعل بين الأطراف المعنية في المنطقة المتوسطية بهدف تبادل وجهات النظر حول المسائل السياسية والأمنية والاقتصادية.

ويشكل محور الهجرة السرية من أبرز المحاور التي سيقع التطرق لها في القمة؛ حيث تشكو الدول الشمالية لحوض المتوسط وخاصة إيطاليا وأسبانيا وبصفة أقل فرنسا من تدفق للمهاجرين السريين القادمين عبر مراكب الصيد من دول أفريقيا الشمالية، وخاصة من المغرب وتونس والذين يطمحون إلى العيش في أوروبا.

ورغم اتخاذ العديد من الإجراءات المشددة لوقف هذا النزيف من قبل الدول الأوروبية فإن الهجرة السرية تواصلت بصورة مطردة أمام تأكيدات من المسئولين في الدول المغاربية أن الإجراءات الأمنية وحدها لا يمكن أن توقف هذا النزيف من المهاجرين؛ حيث أعلن الملك المغربي محمد السادس يوم 10 نوفمبر 2003 أن المغرب يعد لإستراتيجية وطنية لمقاومة شبكات التجارة بالمهاجرين، فيما صرحت نزهة شقروني الوزيرة المغربية المكلفة بالمغتربين قبيل قمة تونس بأن مضاعفة الإجراءات الأمنية وحدها لن تؤدي بأي نتيجة في خصوص وقف الهجرة السرية.

نفي الاتهامات

من جهته نفى وزير الخارجية الليبي عبد الرحمن شلقم الاتهامات الموجهة إلى بلاده بشأن تشجيع الهجرة السرية، وقال في تصريحات لجريدة الشرق الأوسط اللندنية الثلاثاء 2-12-2003، وقال: إن بلاده غير مستعدة لأن تكون حارسا من الشمال ومن الجنوب لاتساع وامتداد حدودها الجغرافية، وقال بأن ليبيا تعد ضحية لهذه الهجرة، وعلى الأوروبيين أن يقدموا حلولا عملية لهؤلاء المهاجرين بإقامة مشاريع استثمارية لتوطينهم في بلدانهم.

وعقب غرق أكثر من 200 مهاجر أفريقي على السواحل التونسية في يوليو 2003 كانوا متجهين إلى إيطاليا قال وزير الداخلية التونسي الهادي مهني في ندوة صحفية وقتها: إن تونس تساهم من جهتها في وقف هذه الهجرة السرية، غير أن إمكانياتها محدودة؛ وهو ما يتطلب التعاون مع بقية دول الحوض.

الإرهاب.. الإرهاب

وستعالج القمة قضية الإرهاب وخاصة بعد التفجيرات التي استهدفت العديد من الدول المغاربية بعد الحادي عشر من سبتمبر؛ إذ ترى الدول الأوروبية المتوسطية أنها معنية أكثر من أي وقت مضى بأمن واستقرار الدول الجنوبية؛ لأن الأمر يتعلق بتأمين أمنها القومي جنوبا.

ويقول أوليفي روي الخبير في شؤون الحركات الإسلامية في تصريحات لشبكة « إسلام أون لاين.نت »: إن التفجيرات التي هزت المغرب في مايو 2003 إضافة إلى التفجير الذي ضرب كنيس الغريبة بجزيرة جربة التونسية في إبريل 2002، هذا فضلا عن الأعمال الإرهابية التي تقوم بها الجماعات الإسلامية المتشددة في الجزائر تشكل جرس إنذار يهدد أمن الدول الأوروبية المتوسطية التي تحرص على أمن مستعمراتها القديمة كسبيل أوحد لضمان استقرارها.

ويضيف روي أن الحالة الإسلامية في الدول المغاربية معقدة أكثر من نظيراتها في المشرق العربي؛ ذلك أن الحركات الإسلامية المغاربية قابلة للانفلات والنمو السريع والنحو نحو التشدد، وأرجع روي ذلك إلى عدم تأثير التيار الوسطي في هذه الدول، عكس ما يحدث في المشرق؛ حيث يمارس الإخوان المسلمون (تيار وسط) تأثيرا كبيرا في المشرق العربي، وكذلك نتيجة عدم تجذر هذه الحركات إضافة إلى القمع السياسي.

 

إسلام أون لاين.نت/ 4-12-2003


 

Immigration tops Euro-Maghreb summit agenda

 Reuters, le 04.12.2003 à 13h21     By Lamine Ghanmi             TUNIS, Dec 4 (Reuters) – North African leaders will press southern Europe on Friday for more help to stop boatloads of illegal immigrants leaving their shores, saying they had no intention of playing gatekeepers of the Mediterranean alone.             The leaders of 10 west Mediterranean countries hold an unprecedented informal summit in Tunisia on Friday and Saturday that diplomatic sources said may produce a « contract » on illegal immigration.             With scores of illegal immigrants from North Africa drowning in recent months in desperate bids to reach European shores, the issue is a top foreign policy priority for the European Union.             But leaders of five North African states say there is little they can do on their own.             « We understand the eagerness of the European side to fight illegal immigration but we don’t want to act as policemen or gatekeepers for them. We want co-management of the issue, » said a senior government official in Tunis, summing up what was expected to be one of the dominant themes of the summit.             Countries like Libya, Morocco and Tunisia have repeatedly asked for more financial and technical help from Europe to stem the exodus of migrants.             « We need money, a lot of money, and high technology, helicopters, radar, binoculars, » Libya’s justice minister said in a typical comment to an Italian newspaper recently.             The Tunis summit, the first of its kind, will bring together leaders of the so-called five-plus-five dialogue, an informal forum set up in 1991 to discuss security, immigration and trade and tackle rifts between the West and the Muslim world.             The group comprises France, Italy, Malta, Portugal and Spain and the five-Arab Maghreb Union members, Algeria, Morocco, Libya, Mauritania and Tunisia.             French diplomatic sources said the summit could produce a  « migrants contract » covering both legal and illegal immigration. That would be particularly welcome for Spain and Italy — magnets for migrants making the relatively short trip from the North African coast.             Officials and diplomats in Tunis said the summit would also discuss economic cooperation, security and political issues as well as the dialogue of civilisations — a euphemism for cooperation against radical Islam.             « Europe will ask the Maghreb to stop illegal immigration and be more vigilant against radical Islam, Maghreb leaders will ask for more aid and economic cooperation, » said a European diplomat.             As emphasised by U.S. Secretary of State Colin Powell’s whirlwind tour of Algeria, Morocco and Tunisia this week, the West says it is eager to help Maghreb nations along the road to democracy while enlisting them in the « war on terrorism ».             Morocco and Tunisia have both been targets of Islamic militant suicide bombings in the past two years. Algeria is emerging from more than a decade of violence pitting government troops against Islamic rebels.    


Tunis accueille vendredi le premier sommet du dialogue euro-méditerranéen « 5+5 »

 

Associated Press, le 04.12.2003 à 17h30

           

            TUNIS (AP) — Tunis, encore pavoisée des décorations marquant la visite d’Etat du président français Jacques Chirac, accueillera vendredi et samedi le premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays rassemblés dans l’espace euro-méditerranéen du « dialogue 5+5 » (France, Espagne, Italie, Portugal, Malte et les cinq pays du Maghreb: Mauritanie, Maroc, Algérie, Tunisie, Libye).

            Pour la première fois depuis la création en 1990 du forum « 5+5 », la quasi-totalité des dirigeants des pays membres vont se réunir pour tenter de nouvel élan à la construction euro-méditerranéenne alors que l’Union européenne concrétise son ouverture vers les pays de l’Est.

            Plusieurs fois envisagée, une telle rencontre au sommet a été repoussée notamment en raison de la mise au ban international de la Libye (suite aux attentats de Lockerbie et du Ténéré) et de la

sanglante poussée du terrorisme en Algérie.

            Ayant pour vocation d’être « une locomotive dans l’impulsion d’un partenariat solidaire entre pays des deux rives de la Méditerranée », ce forum a été créé en marge du processus de Barcelone, regroupant quant à lui depuis 1995 une trentaine de pays européenns, nord-africains et du Proche-Orient.

            Officiellement, le sommet de Tunis s’articulera autour de cinq thèmes: « la sécurité en Méditerrnée occidentale », « la coopération et l’intégration économique du Maghreb », « la solidarité entre les deux rives », « le dialogue des cultures » et la « nouvelle politique de voisinage de l’Union européenne ».

            Intervenant dans un contexte international particulièrement tendu (Proche-Orient, Irak, lutte internationale contre le terrorisme), ce forum devrait permettre d’harmoniser une coopération sécuritaire

déjà très avancée entre la France, l’Italie, l’Espagne et leurs trois « partenaires stratégiques » du Maghreb: le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, tous trois liés par un accord de libre-échange avec l’UE.

            Cette rencontre devrait en outre permettre à certains chefs d’Etat et de gouvernement, dont les relations bilatérales sont parfois délicates, de se rencontrer ou de se croiser. Le président algérien

Abdelaziz Bouteflika devrait ainsi pouvoir s’entretenir avec le roi Mohammed VI du Maroc sur la difficile question du Sahara-Occidental. La rivalité entre Alger et Rabat sur ce dossier paralyse l’intégration régionale du Maghreb depuis plus d’un quart de siècle tandis que Paris et Washington appellent « à un renforcement » du dialogue algéro-marocain pour tenter de trouver « une solution politique » à ce conflit territorial.

            Autre possibilité de rencontre informelle, celle entre le président français et le colonel Moammar Kadhafi alors que la Libye, récemment revenue dans le concert diplomatique des nations après 10 ans d’embargo international, ne semble toujours pas décidée à réévaluer les indemnisations des victimes de l’attentat du DC-10 d’UTA, qui avait fait 170 morts le 19 septembre 1989 au-dessus du désert du Ténéré (Niger).

 

Associated Pres

 


 

 

Conférence Euro-Méditerranée: L’Europe et le Sud rêvent d’un «destin commun»

Naples : de notre envoyé spécial Richard Heuzé

Huit ans après le Conseil européen de Barcelone qui a jeté les bases d’un dialogue euroméditerranéen, les vingt-cinq pays membres de l’Union et les onze Etats de la rive sud ainsi que l’Autorité palestinienne sont convenus hier de l’urgence à relancer au plus vite un dialogue politique substantiellement en panne. Au terme de leurs travaux, les ministres des Affaires étrangères ont réaffirmé leur soutien à la «feuille de route», ne voyant «aucune alternative à sa mise en application rapide, complète et en toute bonne foi» de la part d’Israël et du gouvernement palestinien. Pour Dominique de Villepin, cette «feuille de route» «approuvée par tous» est «complétée» par la déclaration de Genève qui «en éclaire l’horizon, en fixe les orientations sur des questions délicates comme le statut de Jérusalem ou le retour des réfugiés palestiniens et donne espoir à tous». La déclaration finale invite l’administration palestinienne à «montrer concrètement sa détermination à combattre les violences politiques» et à «s’abstenir de tout appui direct ou indirect aux terroristes». Elle enjoint Israël d’améliorer la situation humanitaire dans les territoires occupés et de cesser d’entraver l’action des opérateurs européens chargés de distribuer les aides d’urgence. Enfin le texte demande aux deux gouvernements de renouer rapidement le dialogue. «Gravement préoccupée» par la construction du mur de sécurité, elle invite d’autre part l’Etat hébreu à faire en sorte qu’il «n’envahisse pas les territoires occupés pour ne pas rendre impossible les futures négociations sur la création d’un Etat palestinien». L’Italien Franco Frattini, président en exercice de l’Union, relève de «petits signaux d’espoir». A commencer par la volonté clairement affichée lors d’entretiens bilatéraux par ses interlocuteurs israéliens et palestiniens de «contribuer à promouvoir la paix et la stabilité dans la région». Il en va de même pour la disponibilité manifestée par le président Hafez el-Assad à reprendre le dialogue avec Jérusalem : «Une déclaration positive, mais qui doit être suivie de faits concrets», a commenté l’Israélien Silvan Shalom. D’une manière générale, Européens et pays du sud de la Méditerranée se sont redécouvert un «destin commun» et une «commune appartenance». Pour le président du Parlement européen Pat Cox, «maintenant que l’élargissement vers l’Est est largement entamé, il faut approfondir nos liens avec le Sud». C’est «le contrat» que Dominique de Villepin appelle à réaliser autour de projets «concrets». Comme l’assemblée parlementaire euroméditerranéenne qui a vu le jour à Naples : il s’agit d’une instance consultative de 240 députés (120 Européens et 120 du sud) qui se réunira une fois par an. Autre application : la création d’un guichet de la Banque européenne pour les investissements (BEI) spécifique à la Méditerranée. Collaboration encore dans l’énergie avec notamment un accord devant faciliter l’interconnexion électrique entre Israël et les territoires occupés.

Le Figaro, [04 décembre 2003]

Accueil

 

Lire aussi ces articles

23 mai 2007

Home – Accueil – الرئيسية   TUNISNEWS 8 ème année, N° 2556 du 23.05.2007  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H. Tunisie: Des jours  des

En savoir plus +

21 mars 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3589 du 21.03.2010  archives : www.tunisnews.net  Kalima: L’Algérie censure Radio Kalima Le

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.