29 juin 2001

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 408 du 29/06/2001

 

 .
  • LES TITRES DE CE JOUR:

  1. L.T.D.H: Communiqué

  2. Comité de Parrainage Internationale en faveur de Sadri Khiari :

    Conférence de presse

  3. CRLDHT:

    RENCONTRE AVEC MUSTAPHA BEN JAAFAR


 

ÇáÔíÎ ÑÇÔÏ ÇáÛäæÔí :

ÃíåÇ ÇáÞÖÇÉ ÇÊÞæÇ Çááå æÇáÊÍÞæÇ ÈÔÚÈßã

ÊÌãÚ ÃãÇã ÓÝÜÜÜÇÑÉ ÊæäÓ ÈåæáäÏÇ

ÍÏËÇä áÇ ÃÑíÏ ÇáÑÈØ Èíäåã:ãÍãæÏ ÇáÑÇæí

 

Photos envoyées à TUNISNEWS par LE COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE
 
Ces photos de Sihem témoignent des violences subies par les militants du CNLT et autres associations ainsi que des journalistes de A2, RSF, La Croix, Libération etc. devant le domicile de Taoufik Ben Brik à Tunis le le 26 avril 2000.  Ce sont ces violences qui ont donné un retentissement mondial à l’affaire Ben Brik.(LE COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE)
 

VOIR DOSSIER SPECIAL

 

Ligue Tunisienne pour ladefense des  Doits de l’ Homme

   Tunis le 29 juin 2001

Communiqué

Aujourd’hui 29 juin 2001 , aux environs de midi , d’inportantes forces de police ont encerclé le siége central de la LTDH, et ont interdit l’accés aux invités ( journalistes,liueurs,représentants d’associations,de partis politiques)venus assister à la conférence de presse qui s’inscrit dans le cadre de la journée nationale et internationale pour revendiquer l’amnestie generale en Tunisie.
Le comité directeur jaloux de sa légitimité ,decidé à mettre en œuvre les décisions du 5 éme  congrés et qui tient à remplir son role dans la défense des droits de l’Homme et des libertés ;denonce cette mesure illégale.
Il demande aux autorités de mettre un térme à ce genre de violations ,de respecter  l’indépendance de la ligue et son role et de cesser d’entraver ses activités. Le comité directeur reitére son appel aux autorités pour qu’elle ouvrent un dialogue sérieux avec la ligue afin de trouver les moyens suceptible de resoudre les problémes accumulés dans les domaines des droits de l’Homme.
Pour le comité directeur
Le president
Mokhtar Trifi


Aux environ de 17h d’iportantes forces de polices ont encerclés le siége du conseil nationale pour les libértés et a interdit l’accés aux  participants et aux invités venus participer et assister au rassemblement et a la reunion qui devait étre tenue dans le cadre de la journée nationale et internationale pour l’amnestie generale en Tunisie (29juin2001).
………………………………….
Les forces de polices ont encerclé le domicile de Sadri Khiari en gréve de la faim depuis le 14 juin 2001et ont   interdit l’accés aux  personnalités venus exprimer leur soutien a M Sadri Khiari et les ont malmené
………………………………………………………………….…
Les forces de polices ont  encerclé le  domicile de M  Sihem Ben Sedrine(4 rue abou dhabi) et ont interdit l’accés aux membres du conseil national pour les liberté qui devaient tenir une reunion a 15h. 

 

ÃíåÇ ÇáÞÖÇÉ ÇÊÞæÇ Çááå æÇáÊÍÞæÇ ÈÔÚÈßã

ÈÞáã ÇáÔíÎ ÑÇÔÏ ÇáÛäæÔí

  

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãä ÇáÑÍíã

ÃíåÇ ÇáÞÖÇÉ ÇÊÞæÇ Çááå æÇáÊÍÞæÇ ÈÔÚÈßã

ÈÞáã ÇáÔíÎ ÑÇÔÏ ÇáÛäæÔí

1-ÇáÞÖÇÁ Ýí ßá ÈáÏ ãÞíÇÓ áãÓÊæì ÊÍÖÑåÇ æÑÞíåÇ æãÏì ÊæÝÑ ÇáÃãä æÇáÃãÇä ÝíåÇ. æáÃä ÇáÊäÇÒÚ Èíä ÇáäÇÓ Íæá ÇáÓáØÉ æÇáËÑæÉ æÓÇÆÑ ãÇ ÊÊÚáÞ Èå ÇáäÝæÓ ÌÈáÉ Ýíåã ÝÞÏ ÇÞÊÖÊ ÖÑæÑÇÊ ÇÌÊãÇÚåã æÌæÏ ÞæÇäíä ÊÖÈØ ÇáÍÞæÞ æÇáæÇÌÈÇÊ æÊÒÚ ÇáäÇÓ ÈÚÖåã Úä ÈÚÖ æÊäÊÕÝ ááãÙáæã ãä ÇáÙÇáã¡ ÛíÑ Ãä åÐå ÇáÞæÇäíä ãåãÇ ßÇä ãÓÊæì ÌæÏÊåÇ ÊÍÊÇÌ æáÇ ÈÏ ãä ÃÌá ÊäÒíáåÇ Ýí ÇáæÇÞÚ ÚäÏãÇ íÎÊÕã ÇáäÇÓ Çáì ÓáØÉ ÞÖÇÆíÉ ãÓÊÞáÉ ÊÊæÝÑ ÝíåÇ ÔÑæØ ÇáÚÏÇáÉ ãä ãËá æÌæÏ ÇáÞÇäæä ÇáÚÇÏá æÇáÊÝÞå Ýíå æÇáäÒÇåÉ ÇáÎáÞíÉ ÇáãÊÚÇáíÉ Úä ÇáÔÈåÇÊ¡ æÞæÉ ÇáÔÎÕíÉ æÕáÇÈÊåÇ Ýí ÇáÍÞ ÈãÇ íÌÚá ÇáÞÇÖí äãæÐÌ ÇáÚáã æÇáäÒÇåÉ æÞæÉ ÇáÔÎÕíÉ¡ ÍÊì áÇ ÊÓÊãíáå ÔåæÉ æáÇ ÊÎÏÚå ÔÈåÉ æáÇ ÊÑåÈå Ãæ ÊÛæíå ÓáØÉ.

2-æáÞÏ ÇÚÊÈÑ ÊäÙíã ÇáÏæáÉ ÇáÍÏíËÉ ÇáÞÖÇÁ ÓáØÉ ãÓÊÞáÉ Èá ÍßãÇ Èíä ÇáÓáØÇÊ ÚäÏ ÊäÇÒÚåÇ ßãÇ åæ Ýí ßËíÑ ãä ÇáÃäÙãÉ ÇáÍÏíËÉ ÍíË íÊæáì ÇáÞÖÇÁ ãåãÉ ÇáÓáØÉ ÇáÏÓÊæÑíÉ ÇáÚáíÇ¡ .

 æÝí ßá ÇáÃÍæÇá íÍÑÕ äÙÇã ÇáÏæáÉ ÇáÍÏíËÉ Úáì ÅÍÇØÉ ÇáÞÖÇÉ Èßá ÇáÖãÇäÇÊ ÇáãÇÏíÉ æÇáãÚäæíÉ ÇáÊí ÊÍÝÙ ÇÓÊÞáÇá Úãáåã ãä ßá ÊÃËíÑ áÃí ÌåÉ ÎÇÑÌ åíÂÊåã ÇáÊí ÊæÇÖÚæÇ ÚáíåÇ áÊäÙíã Úãáåã .

 —3 æáÞÏ ÓÈÞ ÇáÝßÑ ÇáÏÓÊæÑí ÇáÅÓáÇãí Çáì ÊÃßíÏ ãßÇäÉ ÇáÞÖÇÁ æÇáÅÚáÇÁ ãä ÔÃäå ÝÇÚÊÈÑå æáÇíÉ ÚÙãì íÔÊÑØ Ýí ÇáÞÇÆãíä ÚáíåÇ ãÇ íÔÊÑØ Ýí ÎáíÝÉ ÇáãÓáãíä ãä ÇáÊÍÞÞ ÈÔÑÇÆØ ÇáÚáã ÇáÐí íÈáÛ ÍÏ ÇáÇÌÊåÇÏ æÞæÉ ÇáÔÎÕíÉ æÇáÚÏÇáÉ ÇáÎáÞíÉ ÇáÊí ÊÊÌÇæÒ ÍÏ ÇáÊÑÝÚ Úä ÇáßÈÇÆÑ Çáì ãÍÇæáÉ ÇÌÊäÇÈ ÇáÕÛÇÆÑ¡ ÈãÇ íÌÚá ÓáØÉ ÇáÞÇÖí áÇ ÊÚáæåÇ ÓáØÉ ÛíÑ ÓáØÉ ÇáÞÇäæä « ÇáÔÑíÚÉ » ÝÇáÌãíÚ ÃãÇãå íÞÝæä Ýí ãÓÊæì æÇÍÏ ãÌÑÏíä ãä ßá ÍÕÇäÉ ÍßÇãÇ æãÍßæãíä. æåæ ÔÃæ áã íÈáÛå ÍÊì ÇáÞÖÇÁ ÇáÍÏíË. æáÞÏ ÍÝá ÊÇÑíÎ ÇáÅÓáÇã ÈäãÇÐÌ ÑÇÆÚÉ áÚÙãÉ ÇáÞÖÇÉ æÞÏÑÊåã Úáì ÓæÞ ÎáÝÇÁ ææáÇÉ ÃÞæíÇÁ Çáì ÞÝÕ ÇáÞÖÇÁ ÌäÈÇ Çáì ÌäÈ ãÚ ÎÕæãåã ãËáãÇ ÝÚá ÇáÞÇÖí ÔÑíÍ Ýí ÇáÎÕæãÉ Èíä ÇáÎáíÝÉ ÇáÑÇÔÏ Úáí ÇÈä ÃÈí ØÇáÈ ÑÖí Çááå Úäå æãæÇØä íåæÏí ÇÊåãå ÇáÎáíÝÉ ÈÇáÇÓÊíáÇÁ Úáì ÏÑÚå¡ áßäå ÚÌÒ Úä ÇËÈÇÊ ÏÚæÇå ÝÍßã ÇáÞÇÖí ááíåæÏí. æßÇä ááÚÇãá ÇáÏíäí ÝÖáÇ Úä äÙÇã ÇáÍíÇÉ ÇáÅÓáÇãí ÏæÑ ßÈíÑ Ýí ÇáÔÃæ ÇáÓÇãÞ ÇáÐí ÃÏÑßå ÇáÞÖÇÁ ÇáÅÓáÇãí ãä ãËá ÏÚæÉ ÇáÞÑÂä ÇáãÊßÑÑÉ Çáì ÇáÞíÇã ÈÇáÞÓØ æÇáÊÍÐíÑ ãä ÇáÊáÇÚÈ ÈÔÑíÚÉ ÇáÚÏá ÇáÇáåí ãíáÇ ãÚ ÇáÃåæÇÁ æÇáÅÎáÇá ÈÞÇÚÏÉ ÇáãÓÇæÇÉ ÇáãØáÞÉ Èíä ÇáÎÕæã ÈÞØÚ ÇáäÙÑ Úä ãÚÊÞÏÇÊåã æÞÑÈåã æÈÚÏåã. æÈáÛ ÊÍÐíÑ ÇáÞÖÇÉ ãä ÇáÊæÑØ Ýí ÇáÙáã æÈÎÓ ÇáÍÞæÞ ÃÕÍÇÈåÇ ÊÍÊ ØÇÆáÉ ÑÛÈÉ Ãæ ÑåÈÉ Ãæ ÊåÏíÏ ÍÏ ÇáÊåÏíÏ ÈÛÖÈ Çááå Úáíåã æÎÑæÌåã ãä ãáÉ ÇáÅÓáÇã áíÎáÏæÇ Ýí ÇáÌÍíã. ÞÇá ÊÚÇáì « æãä áã íÍßã ÈãÇ ÃäÒá Çááå ÝÃæáÆß åã ÇáßÇÝÑæä ». æÞÇá ÇáäÈí Úáíå ÇáÓáÇã « ÞÇÖíÇä Ýí ÇáäÇÑ¡ æÞÇÖ Ýí ÇáÌäÉ« .

  4-æáÇ Ôß Ãäå ãÚ ãÇ ÝÔÇ Ýí ÇáÃãÉ ãä ÂÝÉ ÇáÅÓÊÈÏÇÏ ÃÎÐÊ ãÄÓÓÉ ÇáÞÖÇÁ ãÚ ÈÞíÉ ãÄÓÓÇÊ ÇáãÌÊãÚ ÇáÅÓáÇãí ÓÈíáåÇ Çáì ÇáÊÏåæÑ¡ ÇáÇãÑ ÇáÐí íÓøÑ áãíÒÇä ÇáÞæÉ ÇáÏæáí

 ÇáÐí ÇÎÊá áÕÇáÍ ÇáÝÑäÌÉ Ãä íÝÑÖæÇ ÇÍÊáÇáåã áÃæØÇääÇ æÃä íÝÑÖæÇ ãÚå ÃÓÇáíÈåã Ýí ÇáÚíÔ ÈãÇ ÒÇÏ æÓÑøÚ ãä ÍÌã ÇáÝÓÇÏ æÇáÊÏåæÑ Úáì ßá ÇáãÓÊæíÇÊ æãäåÇ ÇáãÓÊæì ÇáÞÖÇÆí.

   5-ÛíÑ Ãä ÃÚÙã ÇáÝÓÇÏ ÇáÐí ÏÎá Úáì ãÄÓÓÉ ÇáÞÖÇÁ¡ ÊÒÇãä ãÚ ãÑÍáÉ ÇáÅÓÊÞáÇá ÇáÐí åÌã Úáì ÇáÈáÇÏ ÈãÔÑæÚ ÔÇãá áåíãäÉ ãØáÞÉ ááÏæáÉ -ÏæáÉ ÇáÍÒÈ æÇáÒÚíã ÇáÃæÍÏ- Úáì ÇáãÌÊãÚ ÚÈÑ ÊÝßíß ÈäíÇÊå ÇáÊÞáíÏíÉ æãäåÇ ÇáÈäíÉ ÇáÊÚáíãíÉ æÇáËÞÇÝíÉ æÇáÅÞÊÕÇÏíÉ æÇáÞÖÇÆíÉ¡ æÐáß áÕÇáÍ ÝÑÖ äãæÐÌ ÓáØæí ÊÛÑíÈí åÌíä¡ ÊÍÊ ÚäÇæíä ÇáÊÍÏíË æÇáÊÞÏã æãÍÇÑÈÉ ÇáÊÎáÝ! æåæ ãÇ ÃÝÖì Çáì ÊÌÑíÏ ÔÈå ßÇãá ááãÌÊãÚ ãä ßá ÏÝÇÚÇÊå Ýí ãæÇÌåÉ ÏæáÉ ÊÊÝÇÞã íæãÇ ÈÚÏ íæã æØÃÉ ÃÌåÒÊåÇ ÇáÞãÚíÉ Úáì ÍÑíÇÊ ÇáäÇÓ æßÑÇãÊåã æãæÇÑÏåã æÓÇÆÑ ãÞæãÇÊ æÌæÏåã. æãÇ ãä Ôß Ýí Ãä äßÈÉ ÊæäÓ Ýí ÞÖÇÆåÇ ßÇäÊ ãä ÃÚÙã ÇáäßÈÇÊ æßÇäÊ ÌÑíãÉ ÏæáÉ ÇáÅÓÊÞáÇá Úáì åÐÇ ÇáÕÚíÏ áÇ ÊÚÏáåÇ Óæì ÌÑíãÉ ÇÓÊåÏÇÝåÇ áåæíÉ ÇáÈáÇÏ ÇáÚÑÈíÉ ÇáÇÓáÇãíÉ. ÝáÞÏ ßÇä « äÌÇÍåÇ » Úáì åÐÇ ÇáÕÚíÏ ÈÇåÑÇ.

  6-ÈÏÚæì ÊæÍíÏ ÇáÊÚáíã Êã ÇáÅÌåÇÒ Úáì æÇÍÏÉ ãä ÃÚÑÞ ãÄÓÓÇÊ ÇáÊÚáíã Ýí ÇáÍÖÇÑÉ ÇáÅÓáÇãíÉ áÇ ÓíãÇ ÈÚÏ Ãä äÌÍ ãÔÑæÚ ÇáÅÕáÇÍ Ýí ÇÓÊíÚÇÈ ÇáÚáæã ÇáÍÏíËÉ Öãä ÇáÅØÇÑ ÇáÚÑÈí ÇáÅÓáÇãí æÐáß áÕÇáÍ ÊÍÏíË åæ ÇáÊÛÑíÈ Úíäå. æÈäÝÓ ÇáãäØÞ ÃÞÏãÊ ÏæáÉ ÇáÅÓÊÞáÇá Úáì ÅáÛÇÁ ÇáÞÖÇÁ ÇáÔÑÚí æåæ ÇáãÊÈÞí ãä ÇáäÙÇã ÇáÞÇäæäí ÇáÐí ØæÑÊå ÇáÈáÇÏ æÚÇÔÊ Ýí Ùáå ÃÚÙã ÃíÇã ÇÒÏåÇÑåÇ. æßÇäÊ Êáß ÎØæÉ ãÊÞÏãÉ Úáì ØÑíÞ ÇáÅÓÊÊÈÇÚ ÇáËÞÇÝí æÇáÞÇäæäí ÇáÊÛÑíÈí ÇáÐí íÌÚá ãä ÓáØÇä ÇáÏæáÉ -áÇ ÓíãÇ Ýí ÕæÑÊåÇ ÇáÅÓÊÈÏÇÏíÉ ÇáÝÑÏíÉ ÇáÞÇÆãÉ-ÇáãÕÏÑ ÇáÃÚáì ááÍÞ æááÞÇäæä¡ÈãÇ íÌÚá ãä ÇáãÈÏÅ ÇáÏÓÊæÑí: ãÈÏÅ ÇÓÊÞáÇá ÇáÞÖÇÁ ãÌÑÏ ÍÈÑ Úáì æÑÞ¡ ÈíäãÇ Ùá äÙÇã ÇáÔÑíÚÉ ÍÊì Ýí ÃÓæÅ ÍÇáÇÊ ÊØÈíÞå íãËá ßÇÈÍÇ ãä ßæÇÈÍ ÇáÅÓÊÈÏÇÏ¡ æãÞæãÇ ãä ãÞæãÇÊ ÇÓÊÞáÇá ÔÎÕíÉ ÇáÞÇÖí ÇáËÞÇÝíÉ æãÕÏÑ ÏÚã áãßÇäÊå ÇáÇÌÊãÇÚíÉ.

 7- ÃãÇ ÅÏÇÑíÇ æÞÇäæäíÇ ÝÞÏ Êã ÅÝÑÇÛ ãÈÏÅ ÇÓÊÞáÇá ÇáÞÖÇÁ ÇáãÞÑÑ äÙÑíÇ Ýí ÇáÏÓÊæÑ¡ æÐáß ãä ÎáÇá ÅáÍÇÞ ÇáãÄÓÓÉ ÇáÞÖÇÆíÉ ÈæÒÇÑÉ ÇáÚÏá æÈÇáÑÆÇÓÉ: ÓæÇÁ ÃßÇä Ðáß ãä ÌåÉ ÇÓÊÍÏÇË ãÄÓÓÉ ÇáãÌáÓ ÇáÃÚáì ááÞÖÇÁ ÇáÊí íÊæáì ÑÆÇÓÊåÇ ÑÆíÓ ÇáÌãåæÑíÉ Ýí ÊÕÇÏã ÓÇÝÑ ãÚ ãÈÏÅ ÇÓÊÞáÇá ÇáÓáØÇÊ¡ Ãã ßÇä ãä ÌåÉ ÌÚá ãÕíÑ ÇáÞÇÖí æÇáãÄÓÓÉ ÇáÞÖÇÆíÉ ÌãáÉ ÊÇÈÚÇ áãÄÓÓÉ ÍßæãíÉ åí æÒÇÑÉ ÇáÚÏá ÇáÊí ÊÊæáì ãä ÎáÇá ãÏíÑíåÇ ãËá ãÏíÑ ÇáãÕÇáÍ ÇáÚÏáíÉ æÇáãÊÝÞÏ ÇáÚÇã ááãÕÇáÍ ÇáÚÏáíÉ ÇáÊÍßã ÇáßÇãá Ýí ÊÓãíÉ ÇáÞÖÇÉ æÊÑÞíÊåã æäÞáåã ãä ÎØÉ Çáì ÃÎÑì æãä ÈáÏ Çáì ÂÎÑ ãÚ ãÇ íÊÑÊÈ Úä Ðáß ãä ÇáÍÕæá Úáì ÇãÊíÇÒÇÊ ÖÎãÉ Ãæ ÝÞÏÇäåÇ ÈÍÓÈ ãÏì ÇÓÊÌÇÈÉ ÇáÞÇÖí áÊäÝíÐ ÓíÇÓÇÊ ÇáÓáØÉ ÖÏ ÎÕæãåÇ ÈãÇ Íæá åÐå ÇáãÄÓÓÉ ãÌÑÏ ÅÏÇÑÉ ãáÍÞÉ ÈÃÌåÒÉ ÇáÃãä æÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã¡ æÃÏÇÉ áÞãÚ ßá ãÍÇæáÇÊ æÊØáÚÇÊ ÇáÔÚÈ ááÊÛííÑ æÇáÊÍÑÑ æÇáÚÏá æÇáÏÝÇÚ Úä ÇÓÊÞáÇá ÇáÈáÇÏ æåæíÊåÇ¡ ÍÊì Ãäå íãßä ÇÚÊÈÇÑ ÊÇÑíÎ ÏæáÉ ÇáÇÓÊÞáÇá ÊÇÑíÎ ÇáÕÑÇÚ ÈíäåÇ æÈíä ÇáãÌÊãÚ¡ ÝßÇäÊ ÇáãÍÇßãÇÊ ÇáÕæÑíÉ ãÔåÏÇ ÑÆíÓíÇ Ýí ÞãÚ ßá ãæÌÉ ÊÍÑÑ íØáÞåÇ ÇáãÌÊãÚ Ýí ãæÇÌåÉ ÏæáÉ ÇáÝÓÇÏ æÇáÊÛÑíÈ¡ íÚÞÈ ÈÇÓÊãÑÇÑ æíÓÊßãá Úãá ÇáãÄÓÓÉ ÇáÃãäíÉ Ýí ÞãÚ æÊåãíÔ æÍÊì ÇÓÊíÕÇá ßá ãä ÍÏËÊåã ÃäÝÓåã ÈÇáÅÚÊÑÇÖ æÇáÊÛííÑ ÈÞØÚ ÇáäÙÑ Úä äæÚ ãÔÑæÚåã ááÊÛííÑ: áÈÑÇáíÇ ßÇä Ãã ÇÔÊÑÇßíÇ Ãã ÞæãíÇ Ãæ ÅÓáÇãíÇ¡ Ãã äÞÇÈíÇ¡ áíÓ Ðáß åæ Çáãåã. Çáãåã Ãä « ÇáÂÎÑ » íäÈÛí Ãä íÒÇÍ. æÌåÇÒ ÇáÞãÚ ÇáÃãäí æÇáÞÖÇÆí æãÇ íÕÇÍÈåãÇ ãä ÌæÞÉ ÇÚáÇãíÉ ÇáÃÏÇÉ.

  8-æáÞÏ ÈáÛ åæÇä åÐå ÇáãÄÓÓÉ Ýí ÚåÏ ÇáÅÓÊÞáÇá æÊÐíáåÇ ÇáßÇãá áÕÇÍÈ ÇáÓáØÉ æÏæÓåÇ ááÞÇäæä æãÈÇÏÆ ÇáÚÏÇáÉ æåíÈÉ ÇáÞÖÇÁ æáÇ ÓíãÇ Ýí ÚåÏ ÇÈä Úáí Ãä ÝÞÏÊ Ýí ãíÒÇä ÇáÚÏá ßá ÞíãÉ æÇÚÊÈÇÑ¡ ÍÊì ÊÌÇæÒ ÇÓÊåÊÇÑåÇ ÈãÈÇÏÆ ÇáÚÏá ãÇ ÚÑÝ ÚäåÇ ãä ÇÓÊÓáÇãåÇ ÇáßÇãá áÅÑÇÏÉ ÕÇÍÈ ÇáÓáØÉ Ýí ÎÕæãÇÊå ÇáÓíÇÓíÉ¡ ÊÌÇæÒ ÇáãÌÇá ÇáÓíÇÓí Çáì ÓÇÆÑ ãÌÇáÇÊ ÇáÊÞÇÖí ÇáãÚÊÇÏÉ ÍíË ÃÕÈÍ ÇáãÇá æäÝæÐ ÍÇÔíÉ ÇáÓáØÉ ÇáãÇÝíæÒíÉ¡ æÍÊì ÇáÌäÓ ÚäÕÑ ÇáÊÍßã Ýí ÇáßËíÑ ãä ÇáÞÖÇíÇ ÇáÈÚíÏÉ Úä ÇáÕÑÇÚÇÊ ÇáÓíÇÓíÉ.

  9-æáÞÏ ÈáÛ ÇÓÊåÊÇÑ ÈÚÖ ÇáÞÖÇÉ ÇáÖÚÝÇÁ Ãæ ÇáãÊæÇØÆíä ÈãÈÇÏÆ ÇáÚÏá ÍÏ ÇáÝÖíÍÉ ãä ãËá ÇáÍßã Úáì ãÊåãíä Ýí ÞÖÇíÇ ÓíÇÓíÉ æÞÏ ÌíÁ Èåã ãÍãæáíä Úáì ÚÑÈÉ Ýí ÍÇáÉ ÇÍÊÖÇÑ ßãÇ ÍÕá ãÚ ÚÈÏ ÇááØíÝ ÈæÍÌíáÉ Ýí ÇÈÑíá 2001 Úáì ÅËÑ ÅÖÑÇÈ Úä ÇáØÚÇã ÞíÇÓí ÏÇã 3 ÃÔåÑ. æáã íãäÚ Ðáß ÇáÞÇÖí « ÇáãÓÊÞá » ãä ÇáÍßã Úáíå æåæ Úáì Ðáß ÇáÍÇá ÈÜ 17ÓäÉ ÓÌäÇ. ßãÇ ÐåÈÊ ÃÏÑÇÌ ÇáÑíÇÍ ßá äÏÇÁÇÊ åíÂÊ ÇáÏÝÇÚíÉ ÇáæØäíÉ æÇáÏæáíÉ ÇáÊí ØÇáãÇ äÇÔÏÊ ÇáÞÖÇÉ ÇáÊæäÓííä ÈÇáÊÍÞíÞ Ýí ÞÖÇíÇ ÇáÊÚÐíÈ áÇ ÓíãÇ Ýí ÇáÞÖÇíÇ ÇáÓíÇÓíÉ ÍÊì áãÇø íÄÊì ÈÇáãäÇÖá ÇáÓíÇÓí ÇáãÊåã ãÓäæÏÇ Çáì ÔÑØí æÂËÇÑ ÇáÊÚÐíÈ ÊÌáøá ÈÏäå.

   10-æãä ÃÌá Ðáß áã íßä ÚÌÈÇ æÞÏ äÝÖ Ãåá ÇáåíÂÊ ÇáÍÞæÞíÉ æãäÇÖáæÇ ÍÞæÞ ÇáÇäÓÇä æÇáÞæì ÇáÓíÇÓíÉ ÃíÏíåã ãä åÐÇ « ÇáÞÖÇÁ » ÇáæÇÞÚ Ýí ÃÓÑ ÇáÈæáíÓ æÇáãÇÝíÇ ÚÈÑ ÚÏÏ ãä ÇáÑÄæÓ ÇáÝÇÓÏÉ ÇáãÊäÝÐÉ Ýíå ÇáãÊÕÏíÉ áßá ÇáÌåæÏ ÇáãÈÐæáÉ ãä ÞÈá ÇáÞÖÇÉ ÇáÔÑÝÇÁ Ýí ãÍÇæáÇÊåã ÇáãÊßÑÑÉ Ïæä ÌÏæì áÊØåíÑ ÇáãÄÓÓÉ ãä ÇáÝÓÇÏ æÇÓÊÚÇÏÉ ÏæÑåÇ æåíÈÊåÇ¡ áÇ ÚÌÈ Ãä äÑì ÈÏÇíÉ ãÓÇÑ ÌÏíÏ Ýí ÇáÊÚÇãá ãÚ åÐå ÇáãÄÓÓÉ íÊãËá Ýí ãÞÇØÚÊåÇ æÑÝÖ ÇáÊÚÇãá ãÚåÇ ÇÒÏÑÇÁ áåÇ æÇÍÊÌÇÌÇ Úáì ÊÓÝøáåÇ æÝÖÍÇ áããÇÑÓÇÊåÇ ÇáãÔíäÉ Ýí ÇáÊÐíá ááÓáØÉ ÇáÊäÝíÐíÉ Ïæä ÞíÏ æáÇ ÔÑØ. æãä ÞÈíá åÐÇ ÇáÊØæÑ ÇáäæÚí Ýí ÇáÊÚÇãá ãÚ åÐå ÇáãÄÓÓÉ ãÇ ÇÈÊÏÑå ÇáãäÇÖá ÇáßÈíÑ Ï.ÇáãäÕÝ ÇáãÑÒæÞí ÃæÇÎÑÓäÉ 2000 ÅÐ ÑÝÖ ÔåæÏ ãÍÇßãÊå ßãÇ ÑÝÖ ÇÓÊÆäÇÝ ÇáÍßã ÇáÐí ÕÏÑ ÖÏå ÈÇáÓÌä ÓäÉ¡ ãæÞÚÇ ÇáÌåÇÒ Ýí æÑØÉ ÇÖØÑå ÇáÎÑæÌ ãäåÇ ÇáÞíÇã ÈÇáÅÓÊÆäÇÝ ÈÏíáÇ Úä ÇáãÊåã. æáãÇ ÍÇä ãæÚÏ ÇáÍßã ÇáÅÓÊÆäÇÝí Ýí 25 ÌæÇä ãä åÐå ÇáÓäÉ ÑÝÖ ÃíÖÇ ÇáÍÖæÑ. æÚáì äÝÓ ÇáãäæÇá äÓÌ ÇáãäÇÖá ÇáÅÓáÇãí ÇáÚÊíÏ¡ ÇáäÞÇÈí ÇáÃÎ ÃÍãÏ ÇáÚÇãÑí ÇáÐí ÑÛã ÇáÃÍßÇã ÇáËÞíáÉ ÇáÕÇÏÑÉ Úáíå ÝÞÏ ÑÝÖ ÎáÇá ÂÎÑ ÚÑÖ áå Úáì ÇáãÍßãÉ -ÇáÃÓÈæÚ ÇáãÇÖí- ÇáÅÌÇÈÉ Úä ÃÓÆáÊåÇ ãÕÑÍÇ ÈØÚäå Ýí äÒÇåÊåÇ æÔÑÚíÊåÇ. æßÇä ÒÚíã ÍÑßÉ ÇáÏíãÞÑÇØííä ÇáÇÔÊÑÇßííä ÇáãäÇÖá ãÍãÏ ãæÇÚÏÉ ÞÏ ÃáÞì ÇáÓäÉ ÇáãÇÖíÉ ÃãÇã ÍÇßã ÇáÊÍÞíÞ ãÑÇÝÚÉ ÌÑíÆÉ ãÊãíÒÉ ÎÇØÈ ÝíåÇ ÇáÞÇÖí ÈÔßá ÓÇÝÑ Ãäå ãÌÑÏ ãæÙÝ ÊäÝíÐí æÃä ÇáãÔßá ÅäãÇ åæ ãÚ ÑÆíÓ ÇáÏæáÉ æáíÓ ãÚ ÇáÞÖÇÁ. æããÇ íÐßÑÝí åÐÇ ÇáÕÏÏ Ãäå ÎáÇá ãÍÇßãÇÊ ÇáÅÓáÇãííä ÃãÇã ãÍßãÉ Ããä ÇáÏæáÉ ÕÇÆÝÉ 87 ÈÏà ÑÆíÓ ÍÑßÉ ÇáäåÖÉ ãÑÇÝÚÊå ÃãÇã « ÇáãÍßãÉ » ÈÅÚáÇä ÚÏã ËÞÊå Ýí ÔÑÚíÊåÇ æÃÍßÇãåÇ ÏÇÚíÇ ÇáÅÎæÉ ÇáãÍÇãíä Çáì Ãä íÊÎáæÇ ÚãÇ ÇÚÊÇÏæÇ Ýí ãÑÇÝÚÇÊåã ãä ÊÃßíÏ ÇáËÞÉ Ýí ÇáÞÖÇÁ æÚÏáå æÃä íÓÊÈÏáæåÇ ÈÅÚáÇä ÇäÚÏÇã åÐå ÇáËÞÉ ÍÊì íÃÊí ãÇ íÎÇáÝ Ðáß. æãÚ Ãäå ÓÞØÊ ãÚ ÓÞæØ ÇáØÇÛíÉ ÇáÃæá ãÍßãÉ Ããä ÇáÏæáÉ ÝÇÓÊÈÔÑ ÇáäÇÓ¡ÅáÇ Ãä ÃíÇã ÇáÚÑÓ ßÇäÊ ÞÕíÑÉ¡ÅÐ ÓÑÚÇä ãÇ ÊÍæáÊ ßá ÇáãÍÇßã Çáì ãÍÇßã « Ããä ÏæáÉ » Ãæ Þá Ããä ÚÕÇÈÉ ãÇÝíæÒíÉ¡ ÊäÊÙÑ ÇáÕíÏ ÇáãÌáæÈ ááÈÓãáÉ æÇáÐÈÍ.

11-æåßÐÇ áãÇ ÇãÊÏ ÓÑØÇä ÇáÞãÚ áíÚã ÇáÈáÇÏ ßáåÇ æáíÓ ßãÇ Ùä ÇáÈÚÖ ÓíÞÝ ÚäÏ ÇÓÊÆÕÇá ÇáÎÕã ÇáÓíÇÓí ÇáÅÓáÇãí ÃÏÑß ÇáÌãíÚ-ÛíÑ ÈÞÇíÇ ÇÓÊÆÕÇáíÉ- Ãä ÇáÍÑíÉ ÅãÇ Ãä Êßæä ááÌãíÚ Ãæ áä Êßæä áÃÍÏ¡ ÅÐ ÈáÛ ÇáÞãÚ ÍÌãÇ ÛíÑ ãÓÈæÞ æÇÝÊÖÍ ÃãÑå Úáì ÃæÓÚ äØÇÞ ÝÇÊÓÚÊ ÏÇÆÑÉ ÇáÅÍÊÌÇÌ æÇáÊãÑÏ Úáì ãÄÓÓÇÊ ÇáÞãÚ æÑÌÇáåÇ Ýí ßá ãæÇÞÚåã ÈÏÁ ÈÇáÑÆíÓ æÍÇÔíÊå æÇäÊåÇÁ ÈÇáÈæáíÓ æÃÚæÇäå ãä ÑÌÇá ÇáÞÖÇÁ æÇáÅÚáÇã æÇáËÞÇÝÉ æÇáÊÚáíã.. ææÕá ÇáÃãÑ ØæÑÇ ãÊÞÏãÇ ãä ÊÞÇÑÈ ÇáÕÝæÝ Ýí ÇÊÌÇå ÌÈåÉ æÇÓÚÉ ÊÖã ÌäÇÍí ÇáãÞÇæãÉ ÇáÏíãÞÑÇØíÉ:ÇáÅÓáÇãíÉ æÇáÚáãÇäíÉ Úáì ÃÑÖ ÇáÍÑíÇÊ æÇáÍÞæÞ ÇáãÊÓÇæíÉ Ýí æØä íãáßå ÇáÌãíÚ ãä Ïæä ÊãííÒ æáÇ ÇÞÕÇÁ.

 12-æãÚ ÇÊÓÇÚ ÏÇÆÑÉ ÇáãÚÇÑÖÉ æÇáÅÍÊÌÇÌ æÊÞÇÑÈ ÇáÕÝæÝ æÊÍÑßÇÊ ÇáÔÇÑÚ æÇáÊÝÇÚá ÇáÔÚÈí ÇáãÊÕÇÚÏ æáÇÁ ááãÚÇÑÖÉ ÇáÌÇÏÉ æãÈÇÏÑÇÊåÇ¡ æãÚ Ãä ãÄÓÓÇÊ ÇáÞãÚ ÇáÓíÇÓíÉ æÇáÅÚáÇãíÉ æÇáÞÖÇÆíÉ æÇÕáÊ ÓíÑÊåÇ ÇáãÚÊÇÏÉ Ýí ÎÏãÉ ãÇÝíÇ ÇáÓáØÉ¡ æÐáß ÑÛã ÇáÖÛæØ ÇáÏÇÎáíÉ æÇáÎÇÑÌíÉ ÇáãÊßÇËÝÉ Ýí ÇÊÌÇå Íãá ÇáÓáØÉ Úáì ÇáÊÑÇÌÚ æÇáÇäÝÊÇÍ æÊäÝíÓ ÇáÇÍÊÞÇä Úáì ÇáÃÞá ÞÈá ÇáÇäÝÌÇÑ ÇáãÍÊæã¡ ÝÅä ÈÚÖ ãÙÇåÑ ÞáÞ ÈÏÃÊ ÊáÇÍÙ Ýí ÈÚÖ ÃæÓÇØ ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã æÈÚÖ ÑÌÇá ÇáÓáØÉ æÃæÓÇØ ÇáÈæáíÓ æÇáÞÖÇÁ.. ÞáÞ ãä ÎØÑ ÇáÅãÚÇä Ýí ÇáØÑíÞ ÇáãÓÏæÏ.. ÇáÐí ÞÇÏ Çáì åÒ ÍÞíÞí áÓãÚÉ ÇáÓáØÉ ÇáÎÇÑÌíÉ æÊÕÇÚÏ æÊíÑÉ ÌÑÃÉ äÞÏåÇ Ýí ÇáÏÇÎá æÇáÎÇÑÌ¡ ÛíÑ Ãä ÇáÓáØÉ ãÇ Åä ÊÍÏË äÝÓåÇ ÈÇáÊÑÇÌÚ æÔíÁ ãä ÇáÇäÝÊÇÍ ÍÊì ÊÚÇæÏåÇ åæÇÌÓåÇ æãÎÇæÝåÇ ãä ÇäÝáÇÊ ÇáÒãÇã ÝÊåÑÚ Çáì ãÇ ÇÚÊÇÏÊ ãä ÃÓÇáíÈ ÇáÞãÚ ÈíäãÇ åí ÞÈá Þáíá ßÇäÊ ÊÈÔÑ ÈÇáÇäÝÊÇÍ ÝíÕÏÞ ÈÚÖ ÇáäÇÓ Ðáß æíäÊÙÑæä¡ æíØæá ÇäÊÙÇÑåã. æÝí åÐÇ ÇáÕÏÏ ÌÇÁ ÇÚÊÞÇá ÒÚíã ÇáÏíãÞÑÇØííä ÇáÇÔÊÑÇßííä ãÌÏÏÇ æÇÚÊÞÇá ÇáãäÇÖáÉ ÇáÔÑÓÉ ÖÏ ÏæáÉ ÇáÈæáíÓ ÇáÓíÏÉ ÓåÇã ÇÈä ÓÏÑíä ÇáäÇØÞÉ ÈÇÓã ãÌáÓ ÇáÍÑíÇÊ æÇáäÇÔÑÉ æÇáÕÍÝíÉ¡ æåæ ÇáÓáæß ÇáÐí ÏÝÚ ãÚÇÑÖÇ ßÈíÑÇ Ýí æÒä Ï.ÇáãäÕÝ ÇáãÑÒæÞí Çáì Ãä íÚáä ÌåÇÑÇ ÊÍãíá ÇÈä Úáí ÔÎÕíÇ ÊÈÚÉ ÇáÃÒãÉ ÇáÊí ÊãÑ ÈåÇ ÇáÈáÇÏ äÇÝÖÇ íÏå ãä ßá ãÍÇæáÉ ááÅÕáÇÍ Ýí Ùá Íßãå¡ ÅÐ åæ « áÇ íóÕáÍ æáÇ íõÕáÍ ».

13-æÅÒÇÁ åÐÇ ÇáãÓÊæì ÇáãÊÞÏã ÌÏÇ ãä ÇáÌÑÃÉ Úáì ÏæáÉ ãÑßÒíÉ ÌÏÇ ÈæáíÓíÉ ÌÏÇ ããÇ áã íÚÑÝ áå ãËíá Ýí Çí ÚåÏ ÓÇÈÞ¡ ÌÇÁ ãËá åÐÇ ÇáäÏÇÁ ãä ØÑÝ ÈÚÖ ÇáãÚÇÑÖíä »ÃíÊåÇ ÇáÝÆÑÇä Åä ÇáÓÝíäÉ ÊÛÑÞ ÝÇäÌæÇ ÈÃäÝÓßã » ÃíåÇ ÇáÞÖÇÉ ÃíåÇ ÇáÃãäíæä¡ íÇÑÌÇá ÇáÍÒÈ ÇáÍÇßã íÇ ÃíåÇ ÇáãÓÄæáæä Ýí ÇáÏæáÉ ÝßÑæÇ ÌíÏÇ æÃÚíÏæÇ ÇáÊÝßíÑ æÇäÙÑæÇ Çáì ãÇ Íæáßã æÃÕíÎæÇ ÇáÓãÚ Çáì äÏÇÁÇÊ ÔÚÈßã æÊÍÓÓæÇ ãÇ íÚÊãá ÊÍÊ ÃÑÌáßã ãä ÈÑÇßíä ÛÖÈå æãÞÊå ÊæÔß Ãä ÊÊÝÌÑ Ýí æÌæåßã. æÃÎÕ ÈÇáäÏÇÁ ÇáÞÖÇÉ ÇáäÒåÇÁ ÇáÍÇãáíä áÃãÇäÉ ÇáÚÏá ÇáÅáåí Ýí ÇáÃÑÖ: ÇÊÞæÇ Çááå Ýí ÃÑæÇÍ ÇáäÇÓ æÃÚÑÇÖåã æÃãæÇáåã æÚÞÇÆÏåã æÍÑíÇÊåã æÓÇÆÑ ãÇ ÇÓÊÃãäßã ÇáÎÇáÞ Úáíå¡ ÇÍÐÑæÇ ÛÖÈ Çááå Úáì ÇáÙáãÉ æÃÚæÇäåã æÇäÊã ãäåã¡ ÝÇááå íãåá ÇáÙáãÉ æÃÚæÇäåã áßäå ÅÐÇ ÃÎÐåã áã íÝáÊåã¡æÇäÊÞÇãå ÇáÍÇÓã íÝÇÌÆ ÇáãÌÑãíä æíÃÊíåã ãä ÍíË áÇ íÍÊÓÈæä Ýí ÃÔßÇá ãÎÊáÝÉ ãäåÇ ÇäÊÝÇÖÇÊ æÛÖÈÇÊ ÇáÔÚæÈ..  æíæãåÇ ÊäÏãæä æáÇÊ Ííä ãäÏã. ÇáÍÓÇÈ ÞÇÏã æáÇ Ôß ÝÊæÈæÇ ÞÈá ÝæÇÊ ÇáÃæÇä .æÇÑÈÄæÇ ÈÃäÝÓßã æÈÔÑÝ ÇáÞÖÇÁ Ãä ÊßæäæÇ ãÌÑÏ ÓãÇÓÑÉ ÊÈíÚæä Ïíäßã ÈÏäíÇ ÛíÑßã ..æåæ áä íáÈË Ãä íÊÈÑà ãäßã Ýí ÇáÏäíÇ æÇáÂÎÑÉ « ÅÐ ÊÈÑøà ÇáÐíä ÇÊÈÚæÇ ãä ÇáÐíä ÇÊÈÚæÇ æÑÃæÇ ÇáÚÐÇÈ æÊÞØÚÊ Èåã ÇáÃÓÈÇÈ ». Ãíä ÇáÞÖÇÉ ÇáÔÈÇä æÃÍÑÇÑ ÑÌÇá ÇáÞÖÇÁ¿ Ãíä ÌãÚíÉ ÇáÞÖÇÉ¿ äÍä äÈÇÑß ÇáÈÏÇíÉ ÇáãÊæÇÖÚÉ áÊÍÑßåÇ ÐæÏÇ Úä ÔÑÝ ÇáÞÖÇÁ æÇÓÊÞáÇáå Úáì ÛÑÇÑ ÇÎæÇäåã ÇáãÍÇãí ÇáÌÓæÑíä¡ Åáíåã æÇáì ßá ÃÚæÇä ÇáÙÇáã äæÌå åÐÇ ÇáäÏÇÁ Çáì ÇáãÓÇÑÚÉ Çáì ÇáÊæÈÉ æÕíÇäÉ ÔÑÝ ÇáãåäÉ æÇáßÝ Úä ÇÓÊãÑÇÁ ÇáÎÏãÉ ÚÕíÇ íÖÑÈ ÈåÇ ÇáÙÇáã Ëã íÊÈÑà ãäåÇ ãÊì ÔÇÁ¡æíÓáãåÇ ááÍÓÇÈ. ÇáÍÐÇÑ ÇáÍÐÇÑ ãä ÊÓæíáÇÊ ÇáÔíØÇä æÃÚæÇäå áßã Ãäßã áÓÊã ãÓÄæáíä ÚãÇ íÝÚáå ÇáØÇÛí ÈÃíÏíßã¡ÈÐÑíÚÉ Ãäßã ãÃãæÑæä¡ãÖØÑæä!!!ßáÇ¡Åä ÚÏÇáÉ ÇáÃÑÖ ßÚÏÇáÉ ÇáÓãÇÁ ÊÄßÏ Úáì ÍÏ ÓæÇÁ Ãäßã ÌãíÚÇ ãÓÄæáæä æÃäßã ÌãíÚÇ ãÄÇÎÐæä Èßá ãÇ ÊßÓÈ ÃíÏíßã. ÌæÇÈ ÇáÍÇßã ÇáÃÚáì íæã ÇáÞíÇãÉ Úáì ÊÈÑøÆ åÐÇ æÐÇß ãä ÇáÊÈÚÉ æÑãíåÇ Úáì ÇáÂÎÑ æÇÖÍ ÕÇÑã åã ÌãíÚÇ ãÓÄæáæä « æÞÝæåã Åäåã ãÓÄæáæä¡ãÇáßã áÇ ÊäÇÕÑæä Èá åã Çáíæã ãÓÊÓáãæä ».

ÃíåÇ ÇáÞÖÇÉ ÇÊÞæÇ Çááå æÇáÊÍÞæÇ ÈÔÚÈßã ÞÈá ÝæÇÊ ÇáÃæÇä.           

        áäÏä Ýí 28Ìæä2001

 

ÊÌãÚ ÃãÇã ÓÝÜÜÜÇÑÉ ÊæäÓ ÈåæáäÏÇ

    

 áÇåÇí Ýí 29-06-2001          
 
ÈãäÇÓÈÉ Çáíæã ÇáÚÇáãí ááãØÇáÈÉ ÈÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã Ýí ÊæäÓ ÊÌãÚ ÈÏÚæÉ ãä ÌãÚíÉ ÊæäÓ ÇáÍÑÉ ÚÔÑÇÊ ÇáÊæäÓííä ÇáãÞíãíä ÈåæáäÏÇ ÃãÇã ÇáÓÝÇÑÉ ÇáÊæäÓíÉ Ýí ãÏíäÉ áÇåÇí ÑÇÝÚíää áÇÝÊÇÊ ÊØÇáÈ ÈÇáÚÝæ ÇáÚÇã æÅØáÇÞ ÓÑÇÍ ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä. æÞÏ Êã ÎáÇá ÇáÊÙÇåÑÉ ÊæÒíÚ ÈíÇäÇÊ ÊÕæÑ ÊÑÏí æÖÚíÉ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä Ýí ÊæäÓ Ýí ÇáÚÔÑíÉ ÇáÃÎíÑÉ 

 

Dossier Sadri Khiari 

   Je viens de recevoir la visite du commissaire de police de la Cité el Khadra qui m’a prévenu que si une autorisation légale n’était pas délivrée pour la tenue de la conférence de presse et du Congrès du RAID
(Attac-Tunisie, prévus à mon domcile, lui et ses hommes empêcheraient quiconque se présenterait d’accéder d’y accéder.
 
Sadri Khiari


Conférence de presse

 
En grève de la faim depuis le 14 juin pour protester contre l’interdiction de voyager qui lui est faite, Sadri Khiari, membre du comité directeur du RAID (Attac-Tunisie) et membre fondateur du CNLT, a déjà obtenu la restitution de son passeport qui lui avait été arbitrairement confisqué à l’occasion d’une demande de renouvellement le 28 juin 2000. Sadri Khiari s’est cependant vu informé de l’existence de poursuites judiciaires à son encontre dont il ignorait tout jusque là et qui justifieraient le maintien de l’interdiction de quitter le territoire.
 
Pour faire le point sur ces questions ainsi que sur les initiatives de solidarité en cours, une conférence de presse se tiendra le 30 juin, à 18h30 au siège du RAID avec la participation de représentants d’associations tunisiennes indépendantes (CNLT, RAID, LTDH, ATJA, Comité de soutien à H. Hammami…) et d’une délégation composée de :
 
Mohamed Lazizi, président d’Attac-Maroc
 
Kaddour Chouicha, coordinateur national adjoint du Conseil national de l’enseignement supérieur, Algérie
 
Jean Paul Lainé, membre du BE du SNESup chargé des relations extérieures, France
 
Hélène Flautre, eurodéputé (groupe Vert)
 
Roselyne Vachetta, eurodéputé (GUE-LCR)
 
Tommaso Sodana, sénateur, groupe Rifondazione communista, Italie
 
Jean Luc Cipière, président d’Attac-Rhône
 
Jean Paul Garagon, Attac-Marseille
 
Cette conférence de presse est convoquée par les initiateurs du Comité de Parrainage Internationale en faveur de Sadri Khiari (CPI)
 
Elle aura lieu ce samedi 30 juin à 18h30 au siège du RAID :
 
C/O Sadri Khiari, cité el Khadra 9, Bloc F9, RDC, apt. N°2
 
Tél./fax. : 01 770 182
 
 
 
N.B. : Ce 29 juin, Sadri Khiari a reçu la visite du commissaire de police de la Cité el Khadra qui l’a prévenu que si une autorisation légale n’était pas délivrée pour la tenue de la conférence de presse, lui et ses hommes empêcheraient sa tenue.
 

La LTDH reprend possession de son local après six mois de suspension 

  

AFP, le 28 juin 2001 à  21h13  
 
  

La LTDH reprend possession de son local après six mois de suspension

 
  
TUNIS, 28 juin (AFP) – La Ligue tunisienne de défense des Droits de l’Homme (LTDH) a repris jeudi possession de son local à Tunis, après une suspension d’activités de plus de six mois, a constaté un journaliste de l’AFP.
   La Ligue a cependant annoncé dans un communiqué qu’elle envisageait de se pourvoir en cassation suite au jugement rendu le 21 juin dernier par la Cour d’appel de Tunis.
   La Cour d’appel avait ordonné la tenue d’un nouveau congrès de la LTDH d’ici un an, en laissant le soin à sa direction contestée de l’organiser.
   Elle avait également mis fin à l’administration judiciaire imposée à la Ligue depuis novembre 2000, ce qui a permis à l’actuel comité directeur de la LTDH de récupérer son local situé 7, rue Pierre Curie, à Tunis.
   S’agissant du verdict de la Cour d’appel, le comité directeur a exprimé, dans son communiqué, sa satisfaction quant à la décision de mettre fin à la mission de l’administrateur judiciaire.

  Le comité directeur exprime toutefois son « étonnement » devant ce qu’il appelle les « contradictions » que comporte le texte du jugement.
   Le verdict confirme en effet « l’illégalité » du 5ème Congrès de la LTDH et de la direction qui en est issue, mais en même temps charge cette dernière de réorganiser une Assemblée générale élective.
   Ce qui, selon un communiqué de la LTDH, signifie une reconnaissance tacite du comité directeur actuel en tant que représentant unique de la Ligue.
   La direction de la LTDH a donc décidé de se pourvoir en cassation contre ce verdict, car il considère que « l’affaire de la Ligue reste encore posée tant sur le fond que sur la forme ».
   Le dernier verdict de la Cour d’appel est intervenu à l’issue d’un procès à rebondissements ouvert le 25 décembre 2000, à la demande de quatre candidats battus aux élections du 5ème congrès de la LTDH, qui avaient invoqué le non-respect de certaines dispositions du statut.
   Ce congrès avait élu en octobre 2000 une direction affichant une autonomie d’action à l’égard du pouvoir en Tunisie, qui l’a immédiatement critiquée.
   Un jugement de première instance avait annulé le 12 février les résultats et actes du 5ème congrès de la LTDH et ordonné la tenue d’une nouvelle assemblée élective à la demande des plaignants, parmi lesquels deux membres du Rassemblement constitutionnel démocratique
(RCD, au pouvoir).
 

AFP

 

ãÑÇÓáÉ ãä ÏÇÎá ÊæäÓ… ÇãÊÚÇÖ ãä ÊÒÇãä ÈÚÖ ÇáÃÍÏÇË æÚæÏÉ ÈÚÖ ÇáÙæÇåÑ ÇáÞÏíãÉ

   

ÍÏËÇä áÇ ÃÑíÏ ÇáÑÈØ ÈíäåãÇ

ãÍãæÏ ÇáÑÇæí – ÊæäÓ

 

ÇáÍÏË ÇáÇæá

ÊÓáãÊ Çáíæã 28 ÌæÇä 2001 ÇáåíÆÉ ÇáãÏíÑÉ ÇáãäÈËÞÉ Úä ÇáãÄÊãÑ ÇáÃÎíÑ ááÑÇÈØÉ ÇáÊæäÓíÉ ááÏÝÇÚ Úä ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä ãÞÑåÇ ÈÚÏ ÃÔåÑ ØæíáÉ ãä ÇáÍÌÒ ÇááÇÞÇäæäí ÇáÙÇáã.

æÇáåíÆÉ ÊÊÓáã ãÞÑåÇ Öãä Íßã ÞÖÇÆí Ýíå ãÊäÇÞÖÇÊ ÔÊì ÅÐ ãä äÇÍíÉ áÇ íÞÑ ÈÔÑÚíÉ ÇáãÄÊãÑ ÇáÃÎíÑ æÈÇáÊÇáí íÑÝÚ ÇáÔÑÚíÉ Úä ßØá ãÇ ÕÏÑ æãÇ ÇäÈËÞ Úäå áÇ ÓíãÇ ÇáåíÆÉ äÝÓåÇ æãä ÌåÉ íÓáãåÇ ÇáãÞÑ æíßáÝåÇ ÈÇáÅÚÏÇÏ áÚÞÏ ãÄÊãÑ ÈÏíá Úä ÇáÓÇÈÞ.

Ýí åÐÇ ÇáÍßã ÑÓÇáÊÇä ÇáÃæáì ÊåÏíÏ ááåíÆÉ ÇáÔÑÚíÉ ÈÇáÍá ÇáÞÖÇÆí ÅÐÇ áã ÊÊÌäÈ ÎØæØ ÇáÓáØÉ ÇáÍãÑÇÁ –æåí ßËíÑÉ ÌÏÇ- æÇáËÇäíÉ Ãäå íãßäåÇ ÇáÚãá áãÏÉ ÓäÉ Ïæä ãÔÇßá ãÈÇÔÑÉ ãä ÇáÓáØÉ æÃä ÊÓÊÛá ãÞÑåÇ ÈÍÑíÉ.

ÇáãáÇÍÙæä íÑæä ÈÃä ÇáãÚäì ÇáÃÎíÑ íÚäí ÊÍííÏ ÌÈåÉ ÇáÕÑÇÚ ãÚ ÇáÑÇÈØÉ áÊÊÝÑÛ ÇáÓáØÉ áÊÕÝíÉ ÍÓÇÈÇÊåÇ ãÚ ÃØÑÇÝ ÃÎÑì æãÇ íÒíÏåã ÊÃßíÏÇ Úáì åÐÇ ÇáÇÓÊäÊÇÌ ÊÒÇãäå ãÚ ÇäØáÇÞ ÍãáÉ ãä ÇáÇÚÊÞÇáÇÊ æÇáãÍÇßãÇÊ ÔãáÊ Åáì ÍÏ ÇáÂä ÇáÓíÏ ãÍãÏ ãæÇÚÏÉ ÇáÑÆíÓ ÇáÔÑÚí áÍÑßÉ ÇáÏíãæÞÑÇØííä ÇáÇÔÊÑÇßííä æÇáÓíÏÉ ÓåÇã Èä ÓÏÑíä ÇáäÇØÞÉ ÈÇÓã ÇáãÌáÓ ÇáæØäí ááÍÑíÇÊ ÈÊæäÓ æÇáÓíÏ ÇáãäÕÝ ÇáãÑÒæÞí ÇáÑÆíÓ ÇáÃÓÈÞ ááÑÇÈØÉ äÝÓåÇ.

ÇáÍÏË ÇáËÇäí:

Êã ÊÊæíÌ ÇáÍãáÉ ÇáæØäíÉ æÇáÏæáíÉ ááãØÇáÈÉ ÈÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã ÈÇáÏÚæÉ Åáì äÏæÉ ÕÍÝíÉ Ýí ãÞÑ ÇáÑÇÈØÉ æÊÌãÚ ÂÎÑ Ýí ãÞÑ ÇáãÌáÓ ÇáæØäí ááÍÑíÇÊ ÛíÑ Ãä ÇáãáÝÊ Ýí åÐÇ ÇáäÏÇÁ ÊÚÏÇÏå ááÃØÑÇÝ ÇáãÔÇÑßÉ Ýí ÊÍÑßÇÊ ÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã Ïæä ÐßÑ ÍÑßÉ ÇáäåÖÉ ÅÐ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÖãäÊ ÇáÞÇÆãÉ ÃØÑÇÝÇ ÛíÑ « ãÚÊÑÝ » ÈåÇ ÞÇäæäÇ ãËá ÍÒÈ ÇáÚãÇá ÇáÔíæÚí æÇáÊßÊá ÇáÏíãæÞÑÇØí ááÚãá æáã ÊÏÑÌ ÇáÍÑßÉ ÇáÊí íäÊãí ÅáíåÇ ÇáÂáÇÝ ãä ÇáÐíä íÚäíåã ãØáÈ ÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã.

Èá Åä ÇáÞÇÆãÉ ÊÖãäÊ ÍÑßÉ « ÇáÊÌÏíÏ » ÇáÊí ÈÇáßÇÏ äØÞÊ ÈßáãÉ ÇáÚÝæ æÃáÍÞÊåÇ ÈÇáÅäÓÇäí Èá ÇáÊÔÑíÚí ãÇ íÚßÓ ÇäÊÞÇáåÇ ÇáÈØíÁ æÊÍÊ ØÑÞÇÊ ÇáæÇÞÚ ÇáÊæäÓí ÇáÞæíÉ ÇáÊí ÇÖØÑÊåÇ áÐáß.

åÐå ÇáÈÇÏÑÉ ÛíÑ ãÝåæãÉ Ýåá åí ÚæÏÉ áÚÞá ÇáÇÓÊÆÕÇá æÇáÅÞÕÇÁ ÇáãÚÇÏí áÃÈÌÏíÇÊ ÇáÓáæß ÇáÏíãæÞÑÇØí æËÞÇÝÉ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä ÈØÑíÞÉ ãÛáÝÉ ÑÛã ãÇ ÌäÇå åÐÇ « ÇáÚÞá » ÇáÚÏãí ãä ÏãÇÑ Úáì ÇáÈáÇÏ æãÇ ÃÖÇÚå ãä ÝÑÕ ÃãÇã ÊæäÓ Ãã Ãäå ãÑÊÈØ ÈÊÓáã ãÞÑ ÇáÑÇÈØÉ ÇáÐí Êã Ýí äÝÓ Çáíæã ¿¿¿


 

Les tunisiens auraient offert à Hachemi HAMDI beaucoup d’argent à condition qu’il arrête le programme  » le grand Maghreb » du dimanche! Hamdi déclare dans une interview exclusive au site SWISSINFO qu’il a nettement refusé.

  

Pour écouter l’interview et lire l’article aller sur ce lien:

http://www.swissinfo.org/sar/SwissinfoRTL.html?siteSect=143&sid=736699

 

 

Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie
CRLDHTunisie

   Dans le cadre de son action relative a la promotion des droits civils et politiques en Tunisie (theme prioritaire de l annee), le CRLDHT organise un debat sur

la situation politique en Tunisie

anime par

Le Docteur Mustapha ben Jaafar,
secretaire general du forum democratique pour le travail et les libertes

le mardi 3 juillet 2001 a 19heures

Espace Generiques
34 rue des Citeaux
75012 Paris
Metro : Faidherbe Chaligny

La presente invitation est strictement personnelle. Les personnes souhaitant participer a la rencontre doivent s inscrire  par Email (crldht@aol.com ou
par fax ( 0148575885)
en indiquant :

Nom et prenom
qualite
Telephone et fax
Email (eventuellement)

 
Photos envoyées par LE COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE
 
Ces photos de Sihem témoignent des violences subies par les militants du CNLT et autres associations ainsi que des journalistes de A2, RSF, La Croix, Libération etc. devant le domicile de Taoufik Ben Brik à Tunis le le 26 avril 2000.  Ce sont ces violences qui ont donné un retentissement mondial à l’affaire Ben Brik.
   
Tunis le 28 juin 2001

PETITION POUR LA LIBERATION DE SIHEM BEN SEDRINE

L’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, réunie d’urgence le 27 juin 2001 suite à l’arrestation de la militante Sihem Ben Sedrine à son arrivée à l’aéroport de Tunis-Carthage le 26 juin 2001 suivie de son incarcération immédiate à la prison des femmes de la Manouba sous prétexte de diffamation et de propagation de fausses nouvelles, s’adresse à l’opinion publique nationale et internationale pour appeler à la libération immédiate et inconditionnelle de Sihem Ben Sedrine.

Figure nationale marquante des luttes pour les libertés et les droits en Tunisie, Sihem Ben Sedrine, fondatrice de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, directrice du journal en ligne  » Kalima « , porte parole du Conseil National pour les Libertés en Tunisie et secrétaire générale de l’Observatoire pour la Liberté de Presse est aujourd’hui emprisonnée pour s’être librement exprimée sur la situation politique de son pays et pour avoir dénoncé les multiples et massives atteintes aux droits et libertés. Femme engagée, portant haut et fort les valeurs de dignité, d’égalité et de liberté, Sihem Ben Sedrine est, des années durant, objet de toutes les formes de pression et de répression : la confiscation de son passeport, la mise sous séquestre de sa maison d’édition Aloès, la mise à sac de son bureau, l’interdiction de fait de publier un périodique d’information, l’agression physique caractérisée, les campagnes médiatiques de dénigrement, et, finalement la détention en attendant l’instruction de l’affaire fixée au 5 juillet 2001.

Face à l’extrême gravité des ces mesures d’emprisonnement de la parole libre d’une femme engagée dans le combat pour la citoyenneté, l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates appelle à la signature de la présente pétition dont le texte suit :

 » Les signataires de la présente pétition

  1. Indignés par l’arbitraire et le caractère expéditif des mesures d’arrestation et de détention prononcées à l’encontre de la militante Sihem Ben Sedrine jugée  » coupable d’opinion et d’expression  »

  2. Attachés aux droits fondamentaux de toute personne à la liberté d’opinion et d’expression

Expriment leur entière solidarité et apportent leur soutien agissant à la militante Sihem Ben Sedrine dont ils saluent le courage, le sens de l’abnégation et de l’action pour les libertés et la démocratie en Tunisie

Lancent un appel urgent aux autorités tunisiennes pour arrêter instamment les poursuites judiciaires

Réclament la libération immédiate et sans condition de la militante Sihem Ben Sedrine, prisonnière d’opinion « 


Comité de Défense des Prisonniers Politiques en Tunisie
áÌÜäÉ ÇáÜÜÜÜÏÝÜÇÚ Úä ÇáãÓÜÜÇÌíä ÇáÓíÇÓííÜÜä Ýí ÊÜæäÓ

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãÇä ÇáÑÍíã

ÈÇÑíÓ Ýí 29 ÌæÇä 2001

 

 

ÈÜáÇÛ ÚÇÌá

 

Ýí ÎÈÑ ÚÇÌá Úä ÇáÓíÏ ÚãÑ ÇáãÓÊíÑí Ãä ãÍÇãí ÇáãäÇÖáÉ ÓåÇã Èä ÓÏÑíä ãäÚæÇ ãä ÒíÇÑÊåÇ íæã ÃãÓ æßÐáß Çáíæã æÞÏ ÃÈÏì ÇáÓíÏ ÚãÑ ÇáãÓÊíÑí æåæ ÒæÌåÇ Úä ÞáÞå ÇáÈÇáÛ  ÅÒÇÁ ãÇ íãßä Ãä ÊÊÚÑÖ áå.
 
æíÊÒÇãä ÊÚäÊ ÇáÓáØÉ ÇáÊæäÓíÉ æ ãäÇÓÈÉ Çáíæã ÇáÚÇáãí ááãØÇáÈÉ ÈÇáÚÝæ ÇáÊÔÑíÚí ÇáÚÇã ÇáÐí ÃÚÏ áå ãäÇÖáæ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä æããËáæ ÇáãÌÊãÚ ÇáãÏäí Ýí ÊæäÓ ÊÙÇåÑÇÊ ÚÏÉ ÏÇÎá ÇáÈáÇÏ æÎÇÑÌåÇ.
 
Úä ÇááÌäÉ
 

 

ÒåíÑ ÇáÚíÓÇæí 

 


 
 

 
 
 
AFP, 29 Juin 2001 à 12h57
 

Bensedrine : RSF poursuit l’occupation de l’office du tourisme tunisien à Paris
 
  

PARIS, 29 juin (AFP) – Reporters sans Frontières (RSF)  continuait vendredi d’occuper l’office du tourisme tunisien à Paris pour protester contre l’emprisonnement de la journaliste et militante des droits de l’Homme Sihem Bensedrine,
   L’ONG appelle également à un rassemblement vendredi à 17h00 (15H00 GMT) devant l’office du tourisme, qui devrait notamment réunir des membres de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), de l’Association tunisienne des femmes démocrates, du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie et du Comité de soutien aux luttes civiles et politiques en Tunisie, a indiqué RSF à l’AFP.
   RSF affirme par ailleurs avoir été assignée en référé, vendredi après-midi, par les autorités tunisiennes à Paris qui réclament l’expulsion des membres de l’association occupant les locaux depuis jeudi matin.
   Cette occupation est un « acte criminel » exprimant « une haine profonde » à l’égard de la Tunisie, a estimé l’agence officielle tunisienne TAP.
   Robert Ménard, secrétaire général de RSF avait  affirmé jeudi que l’association resterait sur place tant que Mme Bensedrine ne serait pas libérée. Un cordon de CRS avait été déployé jeudi après-midi devant l’immeuble, et les militants de RSF avaient affirmé que ce dispositif policier les avait empêchés de tenir une conférence de presse comme ils le voulaient.
   Mme Bensedrine, 47 ans, porte-parole du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT, non reconnu) et directrice du magazine en ligne Kalima, a été emprisonnée mardi, après avoir été interpellée à son arrivée à l’aéroport de Tunis. Elle a été inculpée notamment de « diffamation du corps judiciaire » et de « diffusion de fausses nouvelles de nature à troubler l’ordre public » pour avoir évoqué la situation des droits de l’Homme en Tunisie dans une interview à une chaîne de télévision arabe basée à Londres Al
Mustaquilla.
   Vendredi trois organisations internationales, Amnesty, Human Rights Watch et la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, se sont associées pour dénoncer le durcissement de la répression en
Tunisie et demander au gouvernement tunisien la libération de tous les prisonniers d’opinion qui, selon un communiqué, subissent un traitement « cruel et inhumain ».
   Les trois organisations ont demandé également « la fin du harcèlement quotidien subi par les anciens prisonniers d’opinion et tous les opposants au gouvernement et tous les défenseurs des droits de l’Homme ».

 

AFP 

Associated Press
 
jeudi 28 juin 2001, 22h40

le directeur de Reporters sans frontières Robert Ménard (2e plan) et des militants de l’association discutent le 28 juin 2001 à Paris dans les locaux de l’office national du Tourisme tunisien qu’ils occupent depuis le début de la journée pour protester contre l’arrestation à Tunis de la journaliste et militante des droits de l’homme, la tunisienne Sihem Bensedrine. AFP PHOTO JACQUES DEMARTHON AFP/JACQUES DEMARTHON/eba/sb

jeudi 28 juin 2001, 15h21

des militants de Reporters sans frontières collent des affiches apellant à la libération de la journaliste et militante des droits de l’Homme Sihem Bensedrine, écrouée en tunisie, le 28 juin 2001 devant l’office national du tourisme tunisien à Paris. AFP PHOTO JACQUES DEMARTHON AFP/JACQUES DEMARTHON/eba

voir aussi ces images

http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1eonl.html
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1eo8t.html
 
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1eo78.html
 
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1en65.html
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1en4p.html
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1en3f.html
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1en3e.html
http://fr.news.yahoo.com/010628/73/1en3d.html


ÇÚÊÕÇã ÕÍÝí ÈãßÊÈ ÇáÓíÇÍÉ ÇáÊæäÓí Ýí ÈÇÑíÓ


ÈÇÑíÓ (ÑæíÊÑÒ) – ÇÍÊá äÍæ 20 ÚÖæÇ Ýí ÌãÇÚÉ ÕÍÝííä ÈáÇ ÍÏæÏ ÇáãÏÇÝÚÉ Úä ÍÑíÉ ÇáÕÍÇÝÉ ãßÊÈ ÇáÓíÇÍÉ ÇáÊæäÓí Ýí ÈÇÑíÓ íæã ÇáÌãÚÉ ÈÚÏ Çä äÙãæÇ ÇÚÊÕÇãÇ ØæÇá Çááíá ÇÍÊÌÇÌÇ Úáì ÇÚÊÞÇá ÇáÕÍÝíÉ ÇáÊæäÓíÉ ÓåÇã Èä ÓÏÑíä.

æØÇáÈÊ ÇáÌãÇÚÉ ÇáÊí ÊÊÎÐ ãä ÈÇÑíÓ ãÞÑÇ áåÇ ÈÇáÇÝÑÇÌ Úä Èä ÓÏÑíä ÇáÊí ÇÚÊÞáÊ Ýí ÊæäÓ íæã 26 íæäíæ ÍÒíÑÇä ÈÚÏ ÚæÏÊåÇ ãä ÌæáÉ ÇæÑæÈíÉ ÊÍÏËÊ ÎáÇáåÇ ÚáäÇ Úä ÍÞæÞ ÇáÇäÓÇä Ýí ÊæäÓ.

æÈä ÓÏÑíä ãÊÍÏËÉ ÈÇÓã ÇáãÌáÓ ÇáæØäí ÇáÊæäÓí ááÍÑíÉ æåæ ÌãÇÚÉ ãÏÇÝÚÉ Úä ÍÞæÞ ÇáÇäÓÇä æåí ÇíÖÇ ÑÆíÓÉ ÊÍÑíÑ ãÌáÉ ÇáßáãÉ ÇáÊí ÊÕÏÑ Úáì ÔÈßÉ ÇáÇäÊÑäÊ. æíÒÚã ÇäåÇ äÞáÊ Úä ÞÇÖ ÊæäÓí Þæáå Çä ÇáÞÖÇÁ ÇáÊæäÓí ÎÇÖÚ áÓíØÑÉ ÇáÍßæãÉ.

æÐßÑ ãÓÄæáæä ÊæäÓíæä Çä ÇáÞÇÖí ÇÞÇã ÏÚæì ÖÏ ÇáÕÍÝíÉ.

æÞÇá ÑæÈÑÊ ãäÇÑÏ ÑÆíÓ ÕÍÝííä ÈáÇ ÍÏæÏ áÑæíÊÑÒ « áÇ ääæí ÇáãÛÇÏÑÉ ÈíäãÇ ÓåÇã Èä ÓÏÑíä ãÇ ÊÒÇá ãÚÊÞáÉ. »

æÏÎá ãäÇÑÏ æÒãáÇÄå ãÈäì ãßÊÈ ÇáÓíÇÍÉ ÇáÊæäÓí ÈæÓØ ÈÇÑíÓ íæã ÇáÎãíÓ. æãä ÇáãÊæÞÚ Çä ÊÈÍË ãÍßãÉ ÝÑäÓíÉ íæã ÇáÌãÚÉ ØáÈÇ ãä ãßÊÈ ÇáÓíÇÍÉ ÈØÑÏåã.

æÞÇá ãäÇÑÏ « åäÇß ÕãÊ ßÕãÊ ÇáÞÈæÑ ãä ÌÇäÈ ÇáÍßæãÉ ÇáÝÑäÓíÉ.

« åá ÊÚÊÞÏæä Çä ãä ÇáØÈíÚí Çä íÓÌä ÔÎÕ ÇáÕÍÝííä áãÌÑÏ Çäåã íÞÏãæä ãÚáæãÇÊ. »

æÇÊÎÐÊ ÔÑØÉ ãßÇÝÍÉ ÇáÔÛÈ ÇáÝÑäÓíÉ ãæÇÞÚåÇ ÇãÇã ãÏÎá ÇáãÈäì æÊãäÚ ÇÎÑíä ãä ÇáÇäÖãÇã Çáì ÇáÇÍÊÌÇÌ.

29.06.2001 14:00, Reuters


 

RTR, 29 Juin 2001 à 11h56.

 

  

Journalists occupy Tunisia’s Paris tourist office

PARIS, June 29 (Reuters) – About 20 members of the press freedom advocacy group Reporters Without Frontiers occupied the Tunisian tourist office in Paris on Friday after staging an all-night sit-in to protest the arrest of a Tunisian journalist.

    The Paris-based group has demanded the release of Sihem Ben Sedrine, who was arrested in Tunis on June 26 after returning from a tour of Europe where she spoke publicly about the human
rights situation in the north African country.
    Ben Sedrine, a spokeswoman for the human rights group
Tunisian National Council for Liberty and editor of the online magazine Kalima (Word), is alleged to have quoted a judge as saying the Tunisian judiciary was under government control.
    Tunisian officials said the judge was now suing her.
    « We have no intention of leaving while Sihem Ben Sedrine is still being held, » Robert Menard, president of Reporters Without Frontiers, told Reuters.
    He and his fellow campaigners entered the Tunisian Tourism Office building in central Paris on Thursday. A French court was expected to examine later on Friday a demand by the tourist office for their eviction.
    « There is a deafening silence on the part of the French government, » Menard said. « Do you think it is normal that one imprisons journalists just for providing information? »
    French riot police took up positions in front of the building’s entrance, preventing others from joining the protest.
    Separately, the human rights watchdog Amnesty International said it feared the worst for Ben Sedrine’s safety, saying she had been beaten in the past while in police custody. It said she was scheduled to appear in court for questioning on July 5.


 

Manifestation devant les bureaux d’Air France à Tunis

 
 

TUNIS, 28 juin (AFP) – Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté jeudi en fin d’après-midi devant les locaux de la Compagnie Air France, en plein centre de Tunis, avant de se disperser dans le calme au bout d’une heure, a constaté un journaliste de l’AFP.
 
Les manifestants, poings levés, chantaient l’hymne national et des chansons patriotiques en agitant des drapeaux tunisiens. « Vive la Tunisie, vive la paix et la sécurité en Tunisie », scandaient-ils en langue arabe.
 
A aucun moment la France n’a été citée dans les slogans mais cette manifestation devant les locaux d’Air France intervenait alors que des militants de Reporters sans frontières occupaient jeudi les locaux de l’Office tunisien du tourisme à Paris.
 
« Libres à nous de prendre les décisions que nous voulons », « vive la Tunisie et que les traîtres tombent », affirmaient notamment les manifestants que les forces de police empéchaient d’approcher des locaux d’Air France.
 
Ceux-ci étaient gardés par d’importantes forces de l’ordre, membres des unités d’intervention, casqués.
 
Plusieurs voitures de police quadrillaient les lieux et les policiers ont interrompu totalement la circulation dans la rue où sont situés les locaux de la compagnie aérienne française.
 
Les militants de Reporters sans frontières (RSF), conduits par Robert Ménard, son secrétaire général, ont occupé l’Office national du tourisme tunisien à Paris, pour protester contre l’arrestation de la journaliste et militante des droits de l’Homme Sihem Bensedrine, écrouée en Tunisie.
 
Mme Bensedrine, 47 ans, a été interpellée mardi à son arrivée à l’aéroport de Tunis, en provenance de France. Elle a été inculpée suite à la plainte d’un juge pour « outrage à sa personne en tant que magistrat » et « atteinte à l’autorité de la justice ».
 
Cette plainte faisait suite à des propos tenus par Mme Bensedrine le 17 juin sur la chaîne de télévision privée Al-Mustaquilla, émettant depuis Londres.
 

vendredi 29 juin 2001,

 People demonstrate in front of the French national airline company Air-France’s offices in Tunis 29 June 2001, to protest against the occupation of Tunisian national tourist office in Paris by actvists from the press watchdog Reporters Without Borders (RSF). RSF and Robert Menard, the non-governmental group’s president was protesting the arrest of Tunisian journalist and right activist Sihem Bensedrine. AFP PHOTO/FETHI BELAID AFP/FETHI BELAID/FB/lk


 
 

COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE

1, rue Cassini, 75014 Paris ; Tél : 01 43 29 68 98 ; msfar@wanadoo.fr

  

DOSSIER DE PRESSE SUR

SIHEM BENSEDRINE

PORTE PAROLE DU CONSEIL NATIONAL

LES INNOMBRABLES AGRESSIONS POLICIERES CONTRE

UNE GRANDE FIGURE DE LA TUNISIE LIBRE ET SOLIDAIRE

Avec des textes de Sihem

 

Texte envoyé par Sihem Bensedrine à la rencontre du 23 septembre 2000 tenue à Paris à la librairie parisienne « La sirène ».

 

 

A vous tous qui êtes réunis ce soir, amis et membres du CNLT, j’adresse un grand salut. Vous me permettrez de partager avec vous ce moment de retrouvailles et de vous transmettre ma pensée.

L’initiative du CNLT a été pour nous tous un rai de soleil dans la grisaille de notre long tunnel politique.

Et par delà son apport spécifique en tant que cadre de défense des droits humains, il nous a surtout redonné la force de rêver un mieux pour notre pays, d’oser penser qu’une alternative est possible et de franchir les lignes rouges qui enserraient notre liberté au quotidien.

L’expérience unificatrice est gratifiante et rassurante. C’était une gageure de pouvoir réunir toutes ces personnalités d’horizons divers dans un projet généreux et audacieux.

Les réactions ont été diverses, il y a eu les encouragements et les félicitations. Il y a eu aussi les malentendus, la convoitise et même le travail de sape. Rien de plus normal dans un contexte d’asphyxie où l’oxygène est rare et les vrais problèmes mal identifiés. Ajoutons à cela une culture de monopole où le pluralisme fait peur.

2000 a été une bonne année pour la Tunisie militante, la dictature s’est fissurée et des brèches de la résistance se sont ouvertes.

Les tâches sont apparues immenses et les appels à l’unité se sont faits insistants. Demande justifiée et ô combien pertinente. Mais on ne sort pas indemne d’une dictature, elle vous flétrit et vous marque au rouge. La société malade et divisée a désappris à débattre et perdu ses repères. Tout est à reconstruire et il faut du temps. Ceux là même qui appellent à l’unité s’appliquent à la miner à l’instant même où ils demandent cette unité.

Pour ma part, je trouve que l’apprentissage de la démocratie (pour les démocrates) est un chemin nécessaire et il faut l’emprunter avec humilité. Il n’est pas nécessaire d’exiger l’unité maintenant ! Elle n’est même pas utile, elle aussi a besoin d’être construite et il ne faut pas que cette vérité nous décourage. La convergence d’un combat est à rechercher, c’est un impératif et la lutte nous y contraint tous sur le terrain.

Par contre l’effort que nous devons faire sans délai, c’est d’essayer d’être POSITIF, de voir positivement l’effort que fait notre voisin, aller chercher notre dose d’oxygène ailleurs que chez notre collègue qui souffre de la même pénurie que nous, aller voir précisément du côté du dictateur.

Chaque pierre, de quelque dimension qu’elle soit, posée dans l’édifice de la nouvelle Tunisie libre est à soutenir et encourager. Cela faisons-le ensemble modestement.

Sihem Bensedrine.



Réception de la remise du prix Hachmi Ayari

décerné le 10 décembre 2000 :

 

SOMMES-NOUS DANS UN PAYS EN ETAT D’URGENCE ?  

Sommes nous dans un pays en état d’urgence ? c’est la question que nous sommes en droit de nous poser après les entraves mises par les forces de police à notre liberté de circuler et à la violation de notre droit à une vie privée.

Invitées à la réception de la remise du prix Hachmi Ayari décerné le 10 décembre 2000 au soir à l’occasion du 52ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’homme à la Ligue Tunisienne de Défense des Droits de l’Homme mise sous administration judiciaire depuis le 27 novembre dernier, nous nous sommes vues interdire l’entrée du domicile du Bâtonnier Monsieur Mohamed Chakroun, par un déploiement impressionnant des forces de police, dont certains nous ont poursuivies à bord de leurs voitures.

Ayant décidé de passer la soirée au domicile de Sihem Bensedrine, celui-ci était encerclé par des dizaines de policiers en civil qui avaient pour ordre de nous empêcher d’y entrer.. Rejointes par Sihem et Omar Mestiri son époux, nous avons décidé de nous rendre à la cafétéria d’un établissement hôtelier de la ville. Arrivées à l’hôtel Abou Nawas El Mechtel, nous découvrons que les policiers nous ont suivies à l’intérieur même de l’établissement en nous signifiant l’interdiction de nous attabler et de consommer, alors qu’une nombreuse clientèle le faisait.

 Devant notre détermination à exercer nos droits civils élémentaires, les policiers ont convoqué le directeur de l’établissement qui a interdit au personnel de l’hôtel de nous servir et nous a sommées de quitter les lieux.

Devant ce comportement d’une arrogance injustifiable et en violation flagrante des libertés individuelles élémentaires comme celles de se retrouver dans un lieu privé ou de se rendre dans un lieu public,

Nous protestons contre l’interdiction faite au militantes et militants de la société civile de fêter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Nous nous élevons contre l’interdiction faite à notre droit de circuler librement. Nous dénonçons l’insupportable harcèlement policier et l’humiliation que nous subissons par la violation de nos droits les plus élémentaires.

Héla Abdeljaoued (médecin)

Bochra Belhaj Hamida (avocate)

Souhayer Belhassen (journaliste)

Sihem Bensedrine (journaliste)

Khédija Cherif (sociologue)

Alya Cherif Chamari ( avocate)

Ilhem Marzouki (sociologue)

 


15/12/2000
 
RSF
 
TUNISIE
 

Sihem Bensedrine frappée et menacée de mort

 
 
 
Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Abdallah Kallel, Reporters sans frontières (RSF) a protesté contre l’agression de Sihem Bensedrine, directrice de l’hebdomadaire en ligne Kalima (www.kalimatunisie.com, hébergé par RSF), Omar Mestiri et Mohammed Bechri, militants des droits de l’homme, par des policiers, à Tunis. Robert Ménard, secrétaire général de RSF, a demandé au ministre « de prendre rapidement des sanctions contre les membres des forces de l’ordre responsables de cet incident qui est d’autant plus inquiétant que, le même jour, Sihem Bensedrine a été menacée de mort. » « Le harcèlement à l’encontre des militants des droits de l’homme est
devenu tout simplement intolérable surtout depuis la mise sous scellés de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, fin novembre » a ajouté Robert Ménard.
 
Selon les informations recueillies par RSF, des policiers en civil ont agressé, le 15 décembre 2000, dans la matinée, Sihem Bensedrine, directrice de l’hebdomadaire Kalima, Omar Mestiri, secrétaire général du Comité national pour les libertés en Tunisie (CNLT) et Mohammed Bechri, coordinateur du Comité National de défense du Dr Moncef Marzouki, alors qu’ils se rendaient au ministère de la Santé pour remettre au ministre une pétition de protestation contre le licenciement abusif de Moncef Marzouki de la Faculté de médecine de Sousse. Plusieurs policiers ont frappé Sihem Bensedrine et Mohammed Bechri et les ont obligés à partir. Au même moment, Omar Mestiri a été jeté à terre et roué de coups par d’autres policiers. Ces derniers l’ont ensuite conduit, en voiture, à une soixante de kilomètres de Tunis où ils l’ont laissé en rase campagne. Quelques heures avant cette agression, Sihem Bensedrine avait constaté que sa voiture avait été complètement fouillée. Un couteau à cran d’arrêt avait été déposé en évidence sur la banquette arrière, ce qui constitue, à ses yeux, une menace de mort.
 
Vœux de Sihem pour le nouvel An 2001 :
 
« J’espère que 2001 nous donnera de nouvelles raisons de croire que la résistance aux forces obscures de l’oppression est toujours payante.meilleurs vœux.Sihem »


 



 

COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE

1, rue Cassini, 75014 Paris ; Tél. : 01 43 29 68 98 ; Fax : 01 43 29 26 79

Communiqué

Ben Ali lance ses barbouzes contre Mme Sihem Bensedrine,

directrice des Editions Aloès et membre du

Conseil National pour les Libertés en Tunisie

 

Paris le 5 février 2000

 

Nous venons d’apprendre que Mme Sihem Bensedrine directrice des Editions Aloès et membre du Conseil National pour les Libertés en Tunisie a été victime d’une agression devant son domicile ce mercredi 2 février. C’est en quittant son domicile à Tunis au volant de sa voiture qu’elle a été stoppée par une voiture BMW. Son conducteur s’est aussitôt précipitée sur sa victime qui a eu juste le temps de verrouiller ses portières. Il s’est alors mis a cogner sur les vitres et à tenter d’ouvrir les portières en l’insultant et l’injuriant et en lui indiquant qu’il a l’intention de lui lacérer le visage. Elle a réussi à s’échapper et à alerter le journaliste Toufik Ben Brik ainsi que son mari Omar Mestiri qui se sont rendus aussitôt sur les lieux. Ils ont trouvé l’agresseur en train d’attendre devant le domicile de sa victime. Ben Brik et Mestiri ont réussi à maîtriser cet agresseur qui a menacé de tirer sur eux. Aussitôt, la police est intervenue sans que personne ne l’a alertée… Ils ont conduit tout le monde au Commissariat de Police où l’agresseur a porté plainte contre Bensedrine, Ben Brik et Mestiri pour agression !

Ce n’est pas la première fois que Sihem Bensedrine se trouve l’objet de harcèlement. Le siège de la maison d’édition qu’elle dirige a été plusieurs fois cambriolé alors qu’il fait l’objet d’une surveillance de la part de la police politique nuit et jour sans interruption. Ses enfants ont aussi été victimes de menaces par des inconnus et sont traumatisés. Bensedrine a été aussi victime d’une campagne de diffamation de la part de la presse locale à la suite de son intervention sur Antenne 2 lors des élections présidentielles où Ben Ali a eu 99,44 % des voix.



Témoignage de Sihem Bensedrine sur les agressions

devant le domicile de Taoufik Ben Brik le 26 avril 2000 pour empêcher les militants d’approcher les journalistes français

et sur les tabassages violents dans les locaux de la police.

 

C’était le 26 avril vers 10 heures du matin. Arrivés devant la ruelle qui mène à la maison de Taoufik Ben Brik avec les journalistes françaises accompagnées de Robert Ménard (RSF), nous avons trouvé un cordon humain d’une vingtaine de personnes barrant la voie. Aucun policier en uniforme n’était présent sur les lieux. Ils nous ont forcés à une marche arrière vers l’autre côté de la rue Tahar Ben Ammar. Nous sommes descendus et Robert Ménard a tenté une négociation avec celui qui s’est présenté comme étant le chef du district.

Soudain, nous voyons de l’autre côté de la chaussée Azza Zarrad, la femme de Taoufik Ben Brik malmenée et soulevée comme un paquet par un barbouze, les journalistes braquent leurs appareils et prennent des images. Instantanément, une nuée de barbouzes se jettent sur nous, fracassent les appareils et nous tabassent, j’entends un ordre derrière moi : « Prenez Sihem ! ». L’un d’entre eux se jette sur moi, me lance un violent coup de poing sur le ventre et me fait tomber à terre et me traîne par les cheveux sur cent cinquante mètres jusqu’à une voiture aux couleurs de l’Office des Ports Aériens de Tunisie. Là, il me jette dans la malle et un flic s’assied sur moi pour m’empêcher de m’enfuir. Dans la voiture étaient déjà embarqués Jalel Zoghlami (frère de Taoufik), Ali Ben Salem (trésorier du CNLT, 72 ans), et Taïeb Nooman, (étudiant). La voiture s’arrête au poste de police d’El Manar et on nous fait descendre un à un. Quand mon tour arrive, je vois dans le couloir où on me mène, Taïeb Nooman, couché face au sol, à côté de Ali Ben Salem qui hurlait de douleur alors qu’un flic était en train de sauter sur son dos. Je crie à son adresse que c’est un homme âgé et malade et qu’il risque de le tuer. Le tortionnaire lui écrase alors le dos de plus belle en proférant des mots orduriers et des accusations de traîtrise à la patrie. Puis, il se jette sur moi, m’attrape par le cou et me plaque à terre à mon tour, face contre le sol. Il se met alors à m’écraser le visage avec ses brodequins, à sauter de tout son poids sur mon cou (il devait mesurer 1,90 m et peser au moins 120 kg), sur mon dos et ma colonne vertébrale, sous une pluie d’obscénités, fustigeant Bourguiba qui a « permis à la femme de s’instruire ! »

Vient le tour de Jalel Zoghlami, on lui demande de se mettre au sol, il refuse. Trois hommes l’empoignent et se mettent à le battre jusqu’à le faire tomber au sol. La même opération se répète avec lui : le même tortionnaire se met à sauter sur son dos et son cou.

Au bout d’un moment, ils s’arrêtent, l’un d’entre eux nous asperge d’un aérosol qui devait être un gaz lacrymogène asphyxiant et irritant. Nous ne pouvions plus respirer et nos visages étaient enflés.

Par la suite, ils nous autorisent à nous asseoir au sol en nous expliquant qu’ils ont reçu des ordres de « très haut » pour nous tabasser.

Ils nous isolent chacun dans un bureau et commencent les interrogatoires.

Ali Ben Salem, resté au sol près du bureau où je suis interrogée, ne peut pas se relever. Ils tentent de le forcer, je leur dis qu’il a une atteinte très grave au rachis dorsal et qu’il faut qu’il reste sur un plan dur. Ils le laissent un moment, puis tentent de l’asseoir de force, il hurle de douleur, je demande qu’ils me laissent appeler un hôpital, ils refusent. Je fais valoir mon droit à un appel téléphonique à ma famille, ils refusent encore. Au bout d’un moment, il devait être environ 16h (ils nous avaient enlevé montres, bagues, ceintures et lacets), ils m’annoncent qu’ils ont reçu l’ordre de l’envoyer à l’hôpital et l’embarquent dans une voiture de police.

J’ai su plus tard que Ali Ben Salem a été jeté comme un sac au cœur de la forêt de l’Ariana, à 15 km de Tunis. N’eut été des ouvriers, passant par chance par là, qui l’ont porté jusqu’à un taxi, Ali serait peut-être mort dans la forêt ! Vers 17h, j’ai vu Jalel qui avait le visage en sang et le nez fracturé (c’est lui qui me l’a dit au moment où nous étions encore réunis dans le couloir), partir les menottes aux poings.

Vers 18h Taïeb était libéré.

Après avoir subi un interrogatoire et signé un PV où je suis accusée « d’attroupement sur la voie publique et incitation à la rébellion, de voies de faits sur fonctionnaires dans l’exercice de leur fonction et outrage aux bonnes mœurs », on me signifie que je vais comparaître en état de liberté, ils m’ont libéré vers 21h 15.

Je vais récupérer ma voiture stationnée près de la maison de Taoufik, elle était sens dessus-dessous, même les housses ont été enlevées et tout ce qui pouvait avoir de la valeur a disparu.

Le lendemain, je vais subir des examens médicaux : Traumatisme du rachis cervical à plusieurs niveaux, traumatisme du rachis dorsal à plusieurs niveaux, fêlures costales, hématomes sur plusieurs parties du corps, traumatisme de l’œil droit avec troubles visuels…

Pour Ali Ben Salem, c’est plus grave : Hernie discale avec sciatique de la jambe droite.

Taïeb Nooman a un traumatisme au rachi dorsal.

Pour Jalel Zoghlami en état d’arrestation, le juge a refusé l’examen médical qui permettrait de préciser les atteintes qu’il a subies.

Le jeudi 4 mai, les quotidiens publient la photo du tortionnaire qui nous a battus et le présentent comme étant la victime des violences de Jalel !

Sihem Bensedrine

Tunis, le 26 avril 2000

 

 


 


C.R.L.D.H.  Tunisie

Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie

 

Communique

 

Quand s’arrêtera le brigandage de “ l’Etat-RCD ” en Tunisie ?

Vol avec effraction au siège des éditions Aloès

Solidarité avec Sihem Ben Sedrine

 

Le 23 mai 2000, la police a pénétré par effraction dans les locaux de la maison  d’édition Aloès placée  sous scellés, défonçant la porte d’entrée ainsi que la porte donnant accès à l’appartement privé du premier étage. Elle était accompagnée d’un représentant de l’ambassade d’Espagne à Tunis.   les affaires de M.Palomares ont été emportées.

 

La maison d’édition Aloès, fondée par Sihem Ben Sedrine, est devenue un espace de la libre pensée en organisant  des expositions, des conférences et  des causeries diverses. Elle se propose d’être à la confluence des cultures méditerranéennes, publiant un recueil de Foucault en Tunisie, des recueils d’articles de François Châtelet, Hichem Djaït, Abdallah Laroui, Jean-Luc Nancy, René Schérer, Fathi Triki… Elle est aussi devenue un espace de liberté en ouvrant ses locaux aux activités de diverses associations telles l’association RAID (ATTAC Tunisie), et en abritant la grève de la faim de Taoufik Ben Brik jusqu’à l’expulsion ordonnée par le préfet de police le 10 avril 2000.

 

Sihem Ben Sédrine, sa directrice, fait partie des défenseurs des libertés et des droits de l’homme victimes d’une politique de harcèlement et d’intimidation des autorités tunisiennes : tous les moyens ont été employés  pour la soumettre : porter atteinte à sa réputation en faisant circuler un album de photos montées de toutes pièces, saboter sa voiture, empoisonner le chien de sa fille, soumettre sa famille et elle-même à une surveillance policière permanente, lui interdire de voyager  … Certains employés ont été menacés par des agents de police qu’à défaut d’une collaboration totale avec eux , ils en subiraient les  conséquences.

N’ayant pas réussi à entamer sa détermination et son courage, les autorités ont cherché à enlever toute ressource à  Sihem Ben Sédrine ainsi qu’à sa famille. Déjà en mai 1999, à la suite des poursuites judiciaires à l’encontre de son mari Omar Mestiri, secrétaire général du CNLT; celui-ci s’est vu signifier une interdiction de quitter le district de Tunis et, par conséquent, de se rendre à son exploitation agricole située à 60 km de Tunis. La mise sous scellés de la maison Aloès  porte un coup dur à l’unique source de revenu du couple .

 

Le CRLDHT dénonce ce brigandage d’Etat  et assure Sihem Ben Sedrine de toute sa solidarité. Il  renouvelle l’appel qu’il a lancé aux maisons d’éditions françaises et étrangères pour exprimer activement leur condamnation  de la répression qui s’abat sur leur collègue et prendre toutes les initiatives adéquates pour assurer la pérennité de ce lieu  devenu un espace de  la pensée libre.

Paris, le 30  mai 2000

 


Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme
Tunis le 26 juin 2001
Communiqué
(traduit de l’arabe)
Le comité directeur de la ligue tunisienne pour la défense dess. Droits de l’Homme informe l’opinion publique que Mme Sihem Ben Sedrine ex-dirigeante de la ligue, journaliste et porte-parole du C N L T a été arrêtée aujourd’hui 26 juin 2001 a 10h00 par la police des frontières a  l’aéroport de Tunis -Carthage, elle revenait d’une tournée d’action en Europe.
Après quelques heures de séquestration  Mme Sihem Ben Sedrine a été déférée devant le 4 eme bureau d’instruction auprès du tribunal de 1ere instance de Tunis.Le juge d’instruction a immédiatement émis à son encontre un mandat de dépôt a la prison des femmes de la Manouba, il a designer le 5 juillet comme date de comparution pour l’entendre pour les chefs d’inculpations suivants :
-outrage à la magistrature et propagation de fausses nouvelles.
Le comité directeur dont plusieurs membres étaient présents a l’aéroport et au tribunal suit avec vigilante et avec une profonde préoccupation cette escalade dangereuse de la situation des libertés ; Il
1- Dénonce vigoureusement l’arrestation de  Mme Sihem Ben Sedrine et sa séquestration puis son emprisonnement.
2- Demande aux autorités de libérer immédiatement Mme Sihem Ben Sedrine , de cesser les poursuites à son encontre et de classer le dossier.
Le comité directeur de la LTDH pense que cette arrestation ajoute d’autres indices ont ceux déjà existants de l’escalade de la répression de la part des autorités à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme et des opposants politiques.
Cette arrestation survient quelques jours seulement après la réintégration de M Mohamed Moada président du MDS en prison ; et après la subite desigantion de l’audience en appel de l’affaire du Dr Moncef Marzouki ex porte-parole du CNLT et dont le verdict sera prononcé le 7 juillet prochain, parmi les indices de cette escalade il y a aussi la compagne de presse sauvage et continue qui vise les défenseurs des droits de l’homme et les opposants accompagnée d’accusation de trahison, d’atteinte a la dignité et de diffamation.
Le comité directeur de la LTDH considére que la politique de fuite en avant, d’incrimination de l’opinion différente et de l’oppression des opposants ne peut que compliquer la situation.
Elle renouvelle son appel au pouvoir pour le respect de la constitution, des lois et des engagements internationaux en matière des libertés publiques et individuelles ; et en ce qui concerne la défense des défenseurs des droits de l’Homme.Il lui demande une approche différente pour traiter tous les dossiers se basant sur le dialogue et previligier les solutions politiques et civiles loin de toute escalade sécuritaire ou celles qui instrumentalisent le pouvoir judiciaire dans les affaires politiques.
Pour le comite directeur
Le président
M Mokhtar Trifi

 

 

Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :
Freedoms Friends  FrihetsVänner Föreningen  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail athttp://www.hotmail.com. To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groups est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

Accueil

Lire aussi ces articles

24 novembre 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2377 du 24.11.2006  archives : www.tunisnews.net  AISPP: Communiqué C.R.L.D.H. Tunisie: FLASH-INFOS

En savoir plus +

27 février 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2472 du 27.02.2007  archives : www.tunisnews.net CNLT: Jalel Zoghlami arbitrairement privé

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.