27 septembre 2002

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 
TUNISNEWS

3ème année, N° 861 du 27.09.2002


LES TITRES DE CE JOUR:

 

AFP: Immigrés noyés en Sicile: ouverture d’une information judiciaire à Tunis AFP: Immigrés tunisiens noyés en Sicile: neuf des douze corps identifiés AGI: Illegal immigrants: Pisanu, an italian official in Tunis AGI: Clandestini: Tunisia, in 4 anni scoperti 1.160 intermediari AP: Italian court keeps two terror suspects in custody
Communiqué de « L’Audace »

AFP: La justice française déboute le général algérien Nezzar

La Presse: Tunisie-UE: Disposition de l’Europe à soutenir la Tunisie dans ses efforts de développement

Balha Boujadi: Vous ne m’impressionnez pas Mr « Fishman »

Noureddine Ben Ticha  répond à Fishman

InfoTunisie: Le Chef de l’Etat reçoit l’écrivain tunisien Mezri Haddad

Lecteur Assidu: « Carthage ne sera pas détruite »


المؤتمر من أجل الجمهورية: بلاغ قدس برس:تونس: لجنة حقوقية دولية تستنكر إعادة معارض بارز إلى الحبس الانفرادي الشرق الأوسط: السلطات الباكستانية تعتقل تونسيا تشتبه في أنه عنصر مهم في «خلية هامبورغ» الحياة: واشنطن تعاود « حوار الشراكة » مع الاتحاد المغاربي

 

 

المؤتمر من أجل الجمهورية

حتى تتحقق السيادة للشعب والشرعية للدولة والكرامة للمواطن

33 نهج باب الجزيرة تونس الهاتف 0033661220773

 في 28 سبتمبر 2002

 

بلاغ

 

 

 

 

شعورا منه بتفاقم المشاكل التي تتخبط فيها بلادنا،  يؤكد المؤتمر من أجل الجمهورية في مستهل هذه السنة السياسية على ما يلي

 

1-لقد تكاثرت في الأشهر الأخيرة ظاهرة هروب الشباب التونسي نحو الشواطئ الإيطالية والحوادث الأليمة التي تؤدي إلى غرق الكثيرين منهم  وبالنسبة للناجين إلى الانتهاء في مخيمات البوليس الإيطالي أو سلب أرزاقهم . إن الحادث الأخير الذي شهد غرق 14 شابا ليس إلا عينة مما يحدث منذ زمن, وهذه الظاهرة هي اليوم أكبر تكذيب لما تشدق به النظام دوما  بخصوص المعجزة الاقتصادية المزعومة .إنها  المؤشر الحقيقي على عمق الأزمة الاقتصادية والاجتماعية التي يغذيها القمع والفساد والدليل الساطع على كذب المؤشرات الاقتصادية التي يقدمها النظام.

وإذ ينحني المؤتمر بألم أمام الضحايا ويتقدم لأهلهم بأخلص التعازي فإنه  يقرر فتح حوار وطني حول الظاهرة  ويدعو المجتمع المدني لاعتبارها من أولويات السنة السياسية الجديدة,

 

2-اعتبارا للرفض الشعبي العارم للإصلاحات الدستورية التي منح بموجبها السيد بن علي لنفسه الحصانة والرئاسة مدى الحياة في » استفتاء » شهر ماي المنصرم ،  والذي  تمثل في مقاطعة ثمانين في المئة من شعبنا لهذه المهزلة، فإن المؤتمر يدعو الطبقة السياسية إلى استخلاص النتائج المنطقية من الموقف أي رفض أي حق للسيد بن علي في الترشح سنة 2004

 أو البقاء في منصبه تحت أي ذريعة بعد هذا التاريخ.

 

3-أمام تفاقم القمع الذي يستهدف بالأساس المجتمع المدني،  يدعو المؤتمر كل التونسيين إلى عدم الرضوخ للتهديد من قبل لنظام فاقد للشرعية وللمصداقية وللهيبة داخليا وخارجيا كما يدعوهم للتجند من أجل إطلاق سراح المساجين الذين أصبحوا اليوم رهائن يساوم السيد بن علي بحريتهم  لفرض  ترشيحه للانتخابات الرئاسية المقبلة,

 

4-يعتبر المؤتمر أن الدعم للشعب الفلسطيني في غير المستوى الجدير بتضحياته الجسيمة ويهيب بشعبنا وخاصة الشباب بالتجنّد لنصرته بكل ما أمكن من الدعم المادي والمعنوي.

 

5-يدين  المؤتمر الذي يرفض   الديكتاتورية العراقية رفضه  للدكتاتورية التونسية ،  منطق الحرب للإدارة الأمريكية  وسياسة المكيالين التي تمارسها دوما فتدعي  محاربة الدكتاتورية في العراق في الوقت الذي تدعمها في تونس, ويناشد المؤتمر شعبنا بالتجنّد لنصرة الشعب العراقي الشقيق الموجود بين مطرقة الدكتاتورية وسندان التدخل العسكري الأمريكي .

عن المؤتمر

الرئيس

د منصف المرزوقي

 


  قضى فيه 12 عاما وخرج منه قبل 4 أشهر فقط

تونس: لجنة حقوقية دولية تستنكر إعادة معارض بارز إلى الحبس الانفرادي

باريس – قدس برس

قالت لجنة حقوقية دولية إن معارضا تونسيا بارزا محكوما بالسجن مدى الحياة، أعيد من جديد للحبس الانفرادي، بعد خروجه منه قبل أربعة أشهر فقط.

وقالت لجنة « الحقيقة والعمل » لحقوق الإنسان، التي تتخذ من مدينة جنيف السويسرية مقرا لها، أن إدارة السجن المدني بالعاصمة التونسية أعادت المعتقل السياسي علي العريض، الناطق الرسمي باسم حركة النهضة التونسية المعارضة (محظورة) إلى العزلة الانفرادية، رغم حالته الصحية المتدهورة.

وأكدت اللجنة في بيان أرسلت إلى وكالة « قدس برس » نسخة منه، أن العريض لم يخرج من العزلة الانفرادية إلا قبل 4 أشهر، حيث قضى أكثر من 12 عاما في زنزانة انفرادية. وقالت إن سجن العريض خلف له العديد من الأمراض الخطيرة، مثل ضيق التنفس، وضعف البصر، والحساسية المفرطة، بسبب الرطوبة التي تطبع مكان إقامته في المعتقل.

وذكرت اللجنة أن المعتقل العريض، المعزول عن العالم الخارجي منذ أكثر من 12 عاما، طلب في عزلته الحصول على كتب وأقلام، إلا أن طلبه قوبل بالرفض.

من جهة أجرى أعلنت اللجنة أن المعتقلين السياسيين في سجن قابس (جنوب البلاد)، يتعرضون منذ مدة إلى سوء المعاملة من قبل إدارة السجن. وقالت إن ظروف اعتقالهم سيئة للغاية، نتيجة ازدحام غرف السجن، ونقص التهوية، فضلا عن ممارسة ضغوط قوية من قبل الأجهزة الأمنية على عائلات المساجين، والاطلاع على مراسلاتهم، ومنعهم من إرسال أكثر من رسالة واحدة في الشهر.

وطالبت لجنة « الحقيقة والعمل » لحقوق الإنسان السلطات التونسية بإطلاق سراح كافة المعتقلين السياسيين، والكف عن المعاملات اللاإنسانية في حق المعتقل العريض. وقالت إن تلك المعاملة لا يبررها إلا الروح الانتقامية التي تتصرف بها السلطة في تونس مع معارضيها.

يذكر أن العديد من منظمات حقوق الإنسان الدولية، وعلى رأسها منظمة العفو الدولية، تقول إن الحكومة التونسية تعتقل أكثر من ألف سجين سياسي، منذ مطلع العام 1990، وأن عددا من هؤلاء المعتقلين قد توفوا في السجون، بسبب الإهمال ونقص الدواء والغذاء، أو بسبب التعذيب والمعاملة القاسية، التي يتعرضون لها منذ أكثر من 12 عاما، وكان آخرهم معتقلين اثنين توفوا في شهر آذار (مارس) الماضي.

غير أن الحكومة التونسية تنفي أن يكون لديها معتقلون سياسيون، وتعتبر المعتقلين لديها مجرمو حق عام، حوكموا أمام قضاء عادل، لكن معظم المحامين والنشطاء الحقوقيين التونسيين يشككون في الرواية الرسمية، ويتهمون القضاء في تونس بالتبعية المطلقة للسلطة التنفيذية. وكانت رسالة القاضي مختار اليحياوي للرئيس التونسي قبل نحو عام عن تبعية القضاء للحكومة أبرز ردود فعل الهيئات التونسية ضد أقوال الحكومة.

(المصدر: وكالة قدس برس إنترناشيونال بتاريخ 26 سبتمبر 2002)


LA MORT ATROCE DE 14 TUNISIENS SUR LES PLAGES SICILIENNES (SUITE)
 

Tentative d’émigration clandestine

Les agents de la garde nationale ont pu déjouer une tentative d’émigration clandestine dans la région de Tazarka. Dix sept personnes se prépareraient en effet à embarquer clandestinement dans un bateau en vue de gagner l’Italie. Cette opération devait avoir lieu entre la nuit du 23 au 24 septembre. Les personnes arrêtées étaient âgées de 20 à 30 ans et sont actuellement en chômage.   (Source: Assabah du 27 Septembre 2002, d’aprés le portail Babelweb)

 

Naufrage de 14 tunisiens : Ouverture d’une information judiciaire

Une information judiciaire a été ouverte pour enquêter sur les mobiles et les circonstances qui ont conduit à la mort de 14 ressortissants tunisiens, le dimanche 22 septembre courant, après avoir été contraints de débarquer du bateau qui les transportait lors de la tentative d’émigration clandestine en Italie, et ce, à 200 mètres de la plage de la ville de (Scollini), relevant de la préfecture de Raguse.   L’enquête a été confiée au doyen des juges d’instruction près le Tribunal de première instance de Tunis, qui a préparé une commission rogatoire à l’intention des autorités judiciaires italiennes afin d’éclaircir toutes les circonstances ayant entouré ce tragique accident et d’en délimiter les responsabilités. Le juge d’instruction envisage de se rendre en Italie dans les prochains jours où il doit assister sur place à l’exécution de la Commission rogatoire.   (Source: Le Quotidien du 27 Septembre 2002, d’aprés le portail Babelweb)

Immigrés noyés en Sicile: ouverture d’une information judiciaire à Tunis

AFP, le 26.09.2002 à 19h03                 TUNIS, 26 sept (AFP) – Une information judiciaire a été ouverte  en Tunisie pour enquêter sur « les mobiles et les circonstances » qui  ont conduit à la mort d’au moins 14 jeunes Tunisiens sur les côtes  italiennes, lors d’une tentative d’immigration clandestine,  apprend-on jeudi de source officielle.           « L’enquête a été confiée au doyen des juges d’instruction auprès  du tribunal de première instance de Tunis, qui a préparé une  commission rogatoire à l’intention des autorités judiciaires  italiennes, afin d’éclaircir toutes les circonstances ayant entouré  ce tragique accident et d’en limiter les responsabilités », rapporte  l’agence tunisienne TAP (officielle).           « Le juge d’instruction envisage de se rendre en Italie dans les  prochains jours où il doit assister sur place aux travaux de la  commission rogatoire », a-t-on ajouté de même source.           Le président Ben Ali avait ordonné mardi la création d’une  commission d’investigation sur la tentative d’immigration  clandestine vers l’Italie qui s’est soldée par quatorze morts et un  « certain nombre » de disparus.           Les premiers cadavres de jeunes Tunisiens avaient été retrouvés  dimanche sur une plage du sud de la Sicile, près de Raguse, tandis  qu’une cinquantaine d’autres immigrés étaient secourus par la  police, les carabiniers et les pompiers.           Selon des riverains, les passagers d’une embarcation avaient été  contraints de se jeter à l’eau à environ 300 mètres de la côte,  après un voyage de 48 heures dans des conditions précaires.           Le passeur, un Tunisien de 27 ans, a été arrêté dimanche et son  embarcation saisie à l’issue d’une course-poursuite avec des  vedettes de la garde côtière italienne.   AFP

Immigrés tunisiens noyés en Sicile: neuf des douze corps identifiés

 

AFP, le 27.09.2002 à 09h57
  ROME, 27 sept (AFP) – Neuf des douze ressortissants tunisiens,  morts noyés dimanche alors qu’ils tentaient de débarquer  clandestinement sur la côte sud de la Sicile près de Raguse, ont été  identifiés par leur famille, a indiqué vendredi un conseiller du  consulat de Tunisie à Palerme.           M. Ben Tahar Allaeddine a précisé que les familles en Tunisie  avaient pu identifier leurs parents grâce aux photos et aux  documents fournis par la police italienne.           Une fois que les trois derniers corps seront identifiés, les  autorités tunisiennes procéderont au rapatriement des Tunisiens  décédés.           En mer, les recherches se poursuivent mais les secours jugent de  plus en plus improbable de retrouver de nouveaux corps, six jours  après le drame.            Les immigrés tunisiens avaient été aperçus dimanche par des  riverains alors qu’ils étaient contraints de se jeter à l’eau à  environ 300 mètres de la côte après un voyage de 48 heures dans des  conditions précaires.           Le passeur, un Tunisien de 27 ans, a été arrêté dimanche. Forcé  de revenir sur les lieux lundi, menotté et encadré par les  policiers, il leur a avoué l’existence d’une filière organisée entre  la Tunisie et le sud de l’Italie.           Les autorités tunisiennes ont ouvert une information judiciaire  après ce drame.   AFP

 

ILLEGAL IMMIGRANTS: PISANU, AN ITALIAN OFFICIAL IN TUNIS

 

(AGI) – Rome, Sept 25 – An Italian official will be the contact person in Tunis to combat the traffic of illegal immigrants. This was announced during Question Time by the Minister of the Interior, Beppe Pisanu, who explained how the delegation of officials sent to Tunisia yesterday agreed upon a series of initiatives such as the improvement of technical equipment and the training of Tunisian personnel on the part of the Ministry of the Interior. He also spoke of quicker procedures for the verification of the identities of illegal immigrants, information on the new Italian laws, periodic visits on the part of Italian police officials to Tunisia and the presence of a contact person in Tunis to control immigration.    Pisanu said, « Additionally, a European naval force made up of Italy, France, Spain and Portugal will go into effect soon, though it will not be specifically aimed at blocking illegal immigration, it will contribute to a heightened surveillance of the Mediterranean. » Regarding the connection between Italian and foreign organized crime, Pisanu said that, for now, there aren’t any elements that confirm this theory. He added, « What has been confirmed is a negligible amount of involvement on the part of Italian citizens in this inhuman trade. From the beginning of the year, 552 people have been arrested, 107 of which were Italians, but with secondary, accessory roles. » (AGI) 251930 SET 02

(Source : agence de nouvelles italienne AGI )


CLANDESTINI: TUNISIA, IN 4 ANNI SCOPERTI 1.160 INTERMEDIARI

(AGI) – Roma, 24 setttembre 2002. –   Sono 31.806 i tentativi falliti di passaggio illegale verso l’Italia registrati tra l’agosto ’98 e il 17 settembre 2002: nelo stesso periodo, le autorita’ tunisine hanno scoperto 147 reti clandestine e 1.160 tra organizzatori ed intermediari del traffico, mentre i tunisini riammessi sono stati 4.655.   E’ quanto ricorda l’Ambasciata di Tunisia in Italia in un comunicato riguardante « gli sforzi espletati dalle autorita’ tunisine competenti nell’ambito delle iniziative volte al contrasto ed alla lotta contro l’emigrazione clandestina ».  « La Tunisia si e’ impegnata, nell’ambito degli accordi siglati – premette la nota – a compiere importanti sforzi continui allo scopo di arginare l’immigrazione clandestina e bloccare i tentativi di sbarco in Italia attraverso l’aumento dei controlli aerei, marittimi e terrestri nonche’ la creazione di punti di osservazione e di inseguimento e di torri di controllo ».   A tale scopo, sono state « sviluppate le attivita’ delle unita’ marittime per arrivare a creare zone geografiche sottoposte a intenso controllo e consentire una sorveglianza dell’intero territorio costiero tunisino. Sono previste altresi’ severe misure nei riguardi degli immigrati clandestini arrestati e degli organizzatori ».    E ancora: « la Tunisia si adopera, grazie a numerosi interventi mirati, ad arginare totalmente il fenomeno in ogni suo aspetto e ribadisce la sua volonta’ di contenere l’immigrazione tunisina verso l’Italia nell’ambito degli accordi siglati tra i due paesi ».    « Gli sforzi compiuti dai competenti uffici del ministero dell’Interno e dello Sviluppo locale (Guardia e Polizia nazionali) – aggiunge l’Ambasciata – per far fronte ai tentativi di passaggio illegale delle frontiere tunisine verso l’Italia, vengono spesso effettuati a discapito di altre operazioni e missioni di pollzia spesso importanti e prioritarie ».   Inoltre, « il gran numero degli stranieri ai quali i servizi tunisini impediscono di oltrepassare illegalmente le frontiere tunisine verso l’Italia ha posto l’amministrazione tunisina davanti a problemi nuovi dovuti a maggiori difficolta’ riscontrate nel far riammettere tali stranieri dai loro paesi di origine ».    « La parte italiana – conclude il comunicato – ha sempre registrato con soddisfazione gli sforzi compiuti dalla cooperazione data dalle unita’ e servizi tunisini specializzati nella lotta all’emigrazione clandestina verso l’Italia. La Tunisia e’ sempre intenzionata a proseguire tali sforzi nello spirito di amicizia e cooperazione che caratterizza i rapporti tra i due paesi ».   (AGI) (Source : agence de nouvelles italienne AGI )


Communiqué de « L’Audace »

 

Des lecteurs internautes de « L’Audace » nous ont récemment contactés pour nous faire part de leurs réticences, voire leur appréhension, à l’idée de consulter notre journal sur notre site www.laudace.fr et de révéler les 16 chiffres de leurs cartes bancaires comme il est d’usage dans toutes les transactions monétiques.

Nous ne pouvons que comprendre leurs réticences légitimes. Cependant, comme nous l’avons signalé tout au long de ce premier trimestre d’expérience, nous avons eu recours aux compétences mondialement reconnues d’une société de paiements sécurisés et à son système de cryptage des informations fournies  : les compte qu’elle gère pour ses divers clients sont hermétiquement protégés contre toute tentative de piratage et d’identification.

De très grosses entreprises commerciales comme Bouygues-Télécom, SFR, Marionnaud ou le Musée du Louvre font appel à elle… C’est dire le crédit et le sérieux dont jouit cette entreprise.  Nos lecteurs comprendront aussi que nous ne pouvons matériellement pas –du moins pour le moment- exposer « L’Audace » dans les kiosques du monde entier. Le paiement mensuel par carte bleue est un moyen efficace et garanti pour être informé et en phase avec l’évolution de la situation politique, économique et sociale dans notre pays.

Sachez enfin, sur ce chapitre, que l’internet est devenu un média tout à fait adapté à l’utilisation de la carte bancaire. Avec un niveau de sécurité et de confidentialité bien supérieur aux moyens classiques, il est possible de payer en ligne depuis n’importe quel ordinateur relié au web et qu’à peine 20% du commerce sur internet se font par l’envoi de chèques et la demande de prélèvement, 80% se faisant au moyen de la carte bancaire.

Rappelons enfin à nos lecteurs nous avons institué un autre système de paiement tout aussi confidentiel qui est celui de l’accès à notre journal par téléphone. Ce système concerne aujourd’hui 11pays européens et est en cours de développement. Par ce moyen, il suffit de se connecter à www.laudace.fr pour être alors connecté à un numéro et un système qui facture via votre prestataire de téléphonie : c’est cet appel à ce numéro qui est débité sur votre facture. Ce système est lui aussi un des leaders du télépaiement en Europe et est utilisé par de nombreuses entreprises :

En aucun cas, cet appel ne figurera nommément sur une facture détaillée comme un appel à « L’audace ».

Autant de systèmes de paiements qui reviennent moins cher au lecteur où qu’il soit, à côté bien entendu de l’abonnement annuel traditionnel.

 Ceci dit, nous comprendrons toujours tous ceux qui resteront réticents.

Merci de votre compréhension et de votre fidélité

 Le directeur, Slim Bagga,

Paris le 27 septembre 2002


 
FLASH INFOS

Nouvelles de Zouhair Yahyaoui

  Aprés la plainte deposée par Me Abderraouf Ayadi à la suite de l’agression subie par Zouhair contre ses gardiens de prison et le télégramme adressé au directeur général des prisons pour son examen médical pour déterminer les conséquences de l’agression; Zouhair yahyaoui a été examiné par un médecin la semaine derniére. Cette semaine, il a été entendu par un officier de la justice militaire sur le sujet. Il a en outre subi des analyses dont on ne connait pas encore pas les résultats. Ses conditions de détention demeurent inchangées, son état de santé est paru normal à sa famille ce Jeudi (26.09.2002), son moral est bon. La délégation d’amnesty international en mission actuellement à tunis a consacré une séance de travail le Mercredi 25.09.2002 pour s’enquérir de son cas, des conditions de son procés et de sa détention et de l’agression dont il a fait l’objet. Nous tenons à remercier tous ceux qui continuent à lui apporter leur solidarité. (Message publié par  M. Yahyaoui Mokhtar sur le forum Tunezine le 26-9-2002)

 

une autre université privée

L’enseignement supérieur privé est devenu un secteur porteur pour les investisseurs. Cette vérité se confirme de jour en jour, en attestent les projets de création d’universités privées. D’autant plus que parmi les promoteurs il y a des noms de spécialistes universitaires du marketing censés avoir effectué des études de marché avant de se lancer dans la réalisation effective d’un projet.   Le dernier en date à faire son entrée dans la cour des promoteurs d’universités privées est M. Mahmoud Triki, ex-universitaire et ex-directeur de l’Institut supérieur de gestion dans les années 70 et 80. II vient en effet de constituer une société anonyme qui va créer une université privée dénommée « Université du Sud-Centre ».   Le capital de cette société anonyme est de 1,5 million de dinars, ce qui suppose que M. Mahmoud Triki a trouvé des partenaires financiers assez forts.   (Source: Le Quotidien du 27 Septembre 2002, d’aprés le portail Babelweb)  

La « pénalisation » de chèques en question

Un grand mouvement d’opinion, au sein des hommes de loi tunisiens spécialistes du droit commercial et civil, s’est exprimé dernièrement pour une remise en question de la pénalisation du chèque, voire même sa « dépénalisation ». Ce point de vue se fait fort en citant l’exemple de pays plus développés où le chèque conserve sa fonction de moyen de paiement et non de crédit. Cette dépénalisation aurait selon ces spécialistes le mérite de: – responsabiliser les banques quant à l’octroi des chéquiers -assainir le système d’achats à crédit, notamment pour les salariés -rendre à « la traite » son efficacité – réduire les mouvements du « marché parallèle » basé notamment sur le système illicite des chèques de garantie – dégager les tribunaux d’une charge de travail considérable, ce qui permettra d’améliorer les conditions matérielles des juges pour l’exercice de leurs fonctions – généraliser l’utilisation des cartes de crédit mieux contrôlables que les chéquiers Et enfin éviter des drames sociaux, avec la prolifération des chèques sans provision, ce qui ne serait pas le moindre des bienfaits d’une dépénalisation du chèque.   (Source: Le Quotidien du 27 Septembre 2002, d’aprés le portail Babelweb)

 

Conseil économique et social La composition des commissions permanentes

  Le Conseil économique et social a tenu, mardi 24 septembre, sous la présidence de M. Abdallah Kaâbi, président du Conseil, sa séance plénière inaugurale pour la session ordinaire 2002-2003, consacrée à l’élection des deux vice-présidents du conseil et des présidents et vice-présidents des commissions permanentes.   Ont été élus :   1- Vice-présidents du conseil : — M. Mohamed Ben Sadok Driss – Mme Salwa Mohsni   2- Présidents et vice-présidents des commissions permanentes :   * Commission économique, financière et de la conjoncture : — Président : M. Ahmed Belaïfa — Vice-président : M. Ridha Touiti   * Commission de l’agriculture et du développement régional : — Président : M. Mohamed El Moncef Ben Mosbah — Vice-président : M. Azaïez Boussetta   * Commission de la santé, du travail et des affaires sociales : — Président : M. Mohamed Trabelsi — Vice-président : M. Khélil Ghariani   * Commission de l’éducation, de la jeunesse et de la culture : — Président : M. Samir Laâbidi — Vice-président : M. Saâd Khemiri   * Commission de la coopération et des relations extérieures : — Président : M. Mohamed El Hédi Aïssa — Vice-président : M. Slah Eddine Balti   (Source : La Prese du 27 Septembre 2002)


Tunisie – Préparatifs au passage du rallye Dakar-2003

 AFP, le 27.09.2002 à 10h04                TUNIS, 27 sept (AFP) – La 25e édition du rallye-raid Dakar, qui  prendra le départ le 1er janvier 2003 en France pour arriver le 19  janvier à Charm El Cheikh, en Egypte, entamera l’étape africaine par  un passage de trois jours en Tunisie, où trois spéciales sont  prévues, a-t-on appris auprès des organisateurs.           Pour préparer ce passage, une réunion s’est tenue jeudi au siège  de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), à laquelle a pris  part notamment le représentant de Amaury Sport Organisation (ASO),  organisateur du Dakar.           Après la France, où une spéciale dans le sud du pays sera  disputée le 2 janvier, la course se dirigera vers l’Espagne, avec  une spéciale prévue à Castellon près de Valence.           Les concurrents, qui embarqueront de Valence, arriveront au port  de La Goulette (Tunis) le 5 janvier.           La caravane sillonnera les avenues de la capitale pour se rendre  Place de l’Indépendance, où aura lieu le départ officiel de l’étape  africaine du rallye.            Les concurrents entameront la course avec une première spéciale  de 25 km sur une piste forestière à 80 km de Tunis. Ils effectueront  ensuite une liaison Tunis-Tozeur (sud tunisien) où les attend une  deuxième spéciale de 600 km entre Tozeur et El Borma.            La troisième étape tunisienne ralliera El Borma à Borj El  Khadhra (400 km), puis la caravane passera en Libye pour continuer  son périple africain.           Près de 170 motos, 120 autos et 70 camions devraient participer  au prochain Dakar. Outre les concurrents, 100 voitures d’assistance,  40 voitures d’organisation, 20 avions et 9 hélicoptères seront  également de la partie.   AFP


 

Rugby: les Tunisiens visent l’exploit, les Tunisiennes s’y mettent

AFP, le 27.09.2002 à 09h06   par Imed LAMLOUM                      TUNIS, 27 sept (AFP) – La Tunisie mise sur une qualification de  son équipe nationale pour la Coupe du monde 2003 en Australie, et  sur une entrée en force du rugby féminin, pour faire découvrir ce  sport dans un pays où il reste encore une discipline méconnue.           L’équipe de Tunisie qui affrontera samedi à Windhoek son  homologue namibienne, en match aller du dernier tour des  qualifications (zone Afrique) de la Coupe du monde en 2003, tentera  de rééditer ses exploits des tours précédents face au Maroc et la  Côte d’Ivoire, afin de prendre une option sur la qualification pour  le grand rendez-vous mondial, dont aucune sélection tunisienne n’a  été si proche.           Le président de la Fédération (FTR), Féthi Hchicha estime qu’une  qualification « placerait la Tunisie sur +une orbite ovale+ » et  donnerait un « nouvel élan » au rugby en Tunisie.           « Déjà la presse tunisienne parle plus du rugby. Elle en parlera  davantage en cas de qualification et les Tunisiens commenceront à  poser des questions sur ce sport qui leur demeure étrange »,  estime-t-il.           Créée en 1972, la FTR compte seulement une vingtaine de clubs et  quelques 1.500 licenciés dont plus de 60% appartenant aux catégories  de jeunes, sur une population de plus de dix millions d’habitants.            Promotion du rugby féminin             Chef d’entreprise, M. Hchicha considère « le rugby comme une  affaire qu’il faut réussir ». Nommé depuis quelques mois à la tête de  la FTR, il se donne pour objectif la promotion de ce sport dans un  pays où le ballon ovale reste encore un mystère pour un public  sportif exclusivement adepte du football.           Pour ce faire, il mise sur les exploits du XV tunisien, des  actions régionales chez les jeunes et aussi sur la promotion du  rugby féminin.           Deux mois déjà après avoir décidé d’ouvrir cette discipline aux  femmes, à la fin de l’année dernière, huit équipes ont été créées et  un tournoi féminin a été organisée en mars 2002, le premier dans  l’histoire du rugby tunisien, africain et arabe.           Ce tournoi a valu à la FTR de représenter l’Afrique et le monde  arabe à une conférence mondiale sur la promotion du rugby féminin,  prévue en mai 2003 à Barcelone (Espagne).           « D’abord, il n’est pas logique d’avoir un sport où les femmes  sont exclues », affirme M. Hchicha qui estime qu’avec le rugby  féminin, la Tunisie « peut facilement rattraper le retard » par  rapport aux autres pays, ce qui n’est pas possible chez les hommes.           Avec la naissance de cette discipline chez les femmes, le  président de la FTR espère aussi donner « une image plus adoucie » du  rugby, connu essentiellement chez les Tunisiens comme un sport  ludique et physique.           En attendant, les Tunisiens se projettent sur leur double  confrontation avec les Namibiens, samedi à Windhoek, puis le 12  octobre à Tunis.           « On est prêts, annonce Féthi Hchicha. On va mettre tout notre  coeur et toute notre énergie pour battre les Namibiens, au service  de la patrie et de notre amour du rugby ».            AFP


«أستري» التونسية للتأمين تعتزم إصدار أسهم لزيادة رأسمالها

تونس ـ رويترز: أعلنت شركة أستري التونسية للتأمين اول من امس انها ستطرح اصدارا جديدا من الاسهم لتمويل زيادة في رأسمالها نسبتها 25 في المائة امتثالا للمتطلبات القانونية الخاصة برأس المال. وقال محمد الزواري المدير المالي للشركة ان رأسمال أستري سيرتفع الى عشرة ملايين دينار ( 7.25 مليون دولار) بعد الاصدار الجديد عن قيمته الحالية التي تبلغ ثمانية ملايين دينار. وتستحوذ شركة «ايه.جي.اف» الفرنسية للتأمين على حصة نسبتها 40 في المائة من اسهم استري التي ستبدأ بيع الاصدار الجديد الذي يشمل 400 الف سهم يوم الثلاثاء القادم. وتبلغ القيمة الاسمية للسهم الواحد خمسة دنانير. وبلغ سعر سهم شركة استري في البورصة التونسية في آخر تعاملات عليه 23.80 دينار متهاويا بنسبة 45 في المائة عن مستواه في اوائل يناير (كانون الثاني) من هذا العام.

(نقلا عن صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 27/9/2002 )


السلطات الباكستانية تعتقل تونسيا تشتبه في أنه عنصر مهم في «خلية هامبورغ»

  

إسلام آباد: «الشرق الأوسط»

اعتقلت الشرطة الباكستانية تونسياً قالت عنه مصادر استخباراتية انه قد يكون واحداً من المجموعة التي اقامت في مدينة هامبورغ الالمانية وشارك بعض عناصرها في هجمات 11 سبتمبر (ايلول) 2001 في الولايات المتحدة. وقال مسؤول استخباراتي في باكستان ان لطفي الذي يستخدم كذلك أربع كنيات غادر مدينة هامبورغ قبيل الهجمات على نيويورك وواشنطن. ونقلت صحيفة «دون» الباكستانية عن المصدر المسؤول قوله «قد يكون لديه الكثير من المعلومات». وكانت عناصر من الشرطة الباكستانية بالتعاون مع عناصر من مكتب المباحث الفيدرالي الاميركي (اف. بي. آي) قد شنت يوم الثلاثاء الماضي حملة مداهمة في منطقة سكنية بمدينة بيشاور واعتقلت لطفي مع باكستاني وافغاني. وحدد المسؤولون حينها المشتبه فيه التونسي بانه يبلغ من العمر 30 سنة ويدعى سليم، إلا ان المحققين قالوا لاحقاً انه استخدم كنى كثيرة ويتحدث فقط اللغة العربية. وقال مسؤول على صلة بالتحقيقات في هذه القضية «نعرف انه تلقى تدريبات في معسكرات «القاعدة» في افغانستان وان وثائق سفره تظهر انه عاش في المانيا وفرنسا واسبانيا». واضاف المسؤول «انه ليس شخصية معروفة، لكننا نعتقد انه مهم». وحسب المحققين، فان لطفي قد حضر الى باكستان قبيل هجمات 11 سبتمبر وعبر الى افغانستان، ثم عاد لاحقاً وتسلل الى باكستان اثر بدء الحملة العسكرية الاميركية في اكتوبر (تشرين الاول) الماضي. واوضحت المصادر انه «ظل من حينها مختبئاً في بيشاور». وقال المسؤول الباكستاني ان لطفي يتعرض الى الاستجواب من قبل المحققين الباكستانيين ولم يتم بعد تسليمه الى الولايات المتحدة. وكانت السلطات الباكستانية قد اعتقلت في الآونة الاخيرة بمدينة كراتشي الجنوبية رمزي بن الشيبة الذي يشتبه في انه احد مخططي هجمات سبتمبر، ويعتقد انه كان ايضاً واحداً من العناصر الاساسية في «خلية هامبورغ».

(نقلا عن صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 27/9/2002 )

Italian court keeps two terror suspects in custody

 
Associated Press, le 26.09.2002 à18h31
            ROME (AP) _ Italy’s highest criminal court ordered Thursday that two men accused of trying to provide weapons and logistical support for terror operations be kept in custody, a defense lawyer said.           Ahmad Naseer of Pakistan and Chihab Goumbri of Algeria, who were arrested along with four others in a series of raids on Feb. 28 and March 1, will be held in a Rome prison.           Naseer is accused of heading a group that also included three Iraqis and a Tunisian. His lawyer, Simonetta Crisci, said Thursday that she had argued that there was not enough evidence to keep the suspects in custody.           The men are charged with «subversive association,» and are suspected of trying to obtain weapons and explosives and setting up a logistical base for terror attacks.           Authorities seized videocassettes, political pamphlets, as well as names and telephone numbers that they said implicate the suspects in extremist Islamist groups. However, police did not find any weapons during their raids.           According to a partial transcript of conversations recorded by Italian police, the suspects discussed guns, bombs and vague ideas for attacks. The conversations, recorded in a bugged mosque and on phone wiretaps, also included a reference to cyanide.           The suspects deny all the charges.           In the past year, Italian police have arrested more than 30 people with alleged links to al-Qaida, bin Laden’s terror network.           Seven Tunisians were convicted earlier this year in a Milan court of helping al-Qaida recruits get fake documents _ the first al-Qaida-related guilty verdict since the Sept. 11 attacks.   Associated Press


واشنطن تعاود « حوار الشراكة » مع الاتحاد المغاربي

بقلم: رشيد خشانة

اكد السفير الاميركي في تونس راست ديمينغ ان حوار الشراكة بين واشنطن واربعة بلدان مغاربية يتعاود, على مستوى وزاري, في الاول من الشهر المقبل في العاصمة الاميركية, بعدما ارجيء الاجتماع الذي كان مقرراً في نيسان (ابريل) الماضي الى تاريخ لاحق بسبب تفاعلات هجمات 11 ايلول (سبتمبر). واوضح ان وزراء المال والاقتصاد في كل من الجزائر والمغرب وموريتانيا اضافة الى وزير التجارة الاميركي سيشاركون في الاجتماع الذي سيعقد على هامش الاجتماعات نصف السنوية للبنك وصندوق النقد الدوليين. وكانت واشنطن قررت تطوير المبادرة التي اطلقها نائب وزيرة الخارجية السابق ستيوارت ايزنستات العام 1998 في كل من الرباط وتونس الى (مشروع شراكة بين الولايات المتحدة وشمال افريقيا) في خطوة اثارت قلقاً لدى الاتحاد الاوروبي, خصوصاً فرنسا الحليف التقليدي للعواصم المغاربية. وشكل الاميركيون والمغاربيون مؤسسات وأطراً للشراكة المنوية اقامتها في مقدمها اجتماع سنوي على مستوى وزاري في واشنطن وسكرتارية دائمة مؤلفة من سفراء كل من المغرب وتونس والجزائر وموريتانيا في واشنطن ونائب وزير التجارة الاميركي. وعلى رغم حرص الاميركيين على اضفاء طابع اقتصادي على مشروع الشراكة, يخشى الاوروبيون ان يكون مقدمة لزعزعة نفوذهم في المنطقة وتعزيز الحضور الاميركي السياسي والعسكري فيها. وكان موضوع اشراك ليبيا في المشروع الاقليمي اثار جدلاً في السنوات الماضية بين واشنطن التي لم تعد تعترض عليه من حيث المبدأ, الا انها رأت انه (سابق لأوانه) ما لم يرفع مجلس الامن نهائياً العقوبات التي كان قررها في حق ليبيا عام 1992, وبين العواصم المغاربية التي طلبت ان تشمل المشاركة الافريقية الشمالية كل البلدان الاعضاء في اتحاد المغرب العربي. ويعتقد ديبلوماسيون بأن شلل الاتحاد المغاربي الذي لم يعقد قمة منذ العام 1994 عطل مشروع الشراكة مع الولايات المتحدة التي حضت في مناسبات عدة على اقامة وحدة جمركية مغاربية وفتح الحدود المقفلة منذ العام 1995 بين المغرب والجزائر بوصفهما شرطاً لتكثيف الاستثمارات وتطوير حجم المبادلات التجارية الاميركية – المغاربية.

(نقلا عن صحيفة الحياة الصادرة يوم 27/9/2002 )


DEBAT
 

Vous ne m’impressionnez pas Mr « Fishman »

 

Balha Boujadi   Normalement je n’aime pas répondre aux provocations mais puisque ce monsieur Fishman m’a presque menacé de mort, veuillez me permettre quelques mots pour me défendre avant qu’il ne m’envoie à la tombe.   Ce Fishman (un nom à résonance nazi) se demande comment Tunisnews m’a publié la réplique, je remercie l’équipe de ce bulletin pour avoir répondu clairement, et parce qu’ils n’ont jamais censuré mes écrits. Cela fait honneur à ces militants anonymes qui, par leur labeur, ont su moduler une ligne  de déontologie professionnelle assez remarquable.   Le fait qu’il soit étonné de que Tunisnews a osé publier ma réplique « stupide » (d’après lui) ça montre le niveau de tolérance qu’a ce monsieur Fishman envers la liberté d’_expression, donc je le classe comme le Dr Traouli parmi ceux qui regardent vers l’arrière, donc réactionnaire et tristement archaïque.   J’aimerai bien que ce débat soit au niveau des idées et non pas au niveau des insultes. Simplement je dois dire à ce monsieur que je ne représente pas le régime de Ben Ali, loin de là, je ne suis que moi-même, et je n’écris que ce que je pense.   Je respecte l’Islam, le vrai, mais je lutte et je combattrai toute ma vie l’istrumentalisation de l’Islam, c’est à dire la manipulation de la religion au gré de quelques idéologues qui interprètent le coran seulement pour ajouter et accumuler des interdits, prohibitions, intimidations et les auto de fe; Pour enchaîner et ligoter les langues et les esprits.   Pour moi, La religion doit s’adapter au progrès et non pas l’empêcher et elle doit aider à résoudre les problèmes et non pas à les compliquer. Cet occident, que vous haïssez tant, a su séparer l’Eglise de la politique, et depuis, le résultat est devant vos yeux, si vous n’êtes pas aveugle ou bien vous ne voulez pas regarder devant, car vous vivez à reculons.    Avant, dans cet occident, on faisait la messe tous les jours dans les églises, avec le progrès et les complications de la vie moderne, personne n’allait plus à l’église, alors on a réfléchi et on a limité la messe à seulement le dimanche.   Mais voilà qu’avec la hausse de niveau de vie, les gens ont appris à aller passer la journée du dimanche en dehors de la ville, alors l’église catholique a instauré une autre messe le samedi après midi. Voilà comment ces occidentaux ont su adapter leur religion à la vie moderne.   Je respecte chez l’Eglise cette capacité de moderniser leurs habitudes au service de l’homme et pour lui faciliter la vie au lieu de la lui embarrasser avec des norms et des obligations, qui, en fin de compte, sont des entraves à la liberté, et par conséquent elles sont inacceptables, et à la longue l’homme se libèrerait complètement de toute religion encombrante ou bien il acceptera ces obligations par peur et par ignorance, comme c’est le cas dans le monde musulman.    M. Fishman parle de la liberté occidentalisée qui n’a aucun lien  avec la liberté musulmane, comme s’il y’en des centaines de libertés. La Liberté est unique et indivisible. Les droits de l’Hommes sont uniques et indivisibles, ce sont des valeurs universelles, surtout aujourd’hui avec la mondialisation, il n’y aura plus des frontières sauf dans la tête et dans les esprits des gens qui, comme vous, vivent dans le moyen age au niveau intellectuel.   M. Fishman qualifie mes idées comme étant des doctrines oxydées, je lui rappèle que les doctrines oxydées sont celles qui n’acceptent pas l’ouverture sur le monde extérieur, et n’acceptent pas un peu d’oxygène et d’air frais. Ces doctrines là sont les votres et celles de votre défendant le Dr Traouli.   Vous voulez vivre et obliger les gens à vivre comme les « puritains » talibans afghans qui ont fait tellement tort à notre religion.   J’invite M. Fishman à visiter les plages de Jerba, de Hammamet et de Sousse au mois d’août  et il va voir des milliers de femmes occidentales et tunisiennes en topless, presque toutes nues bronzant sous le soleil. D’après vous et votre esprit malade et obsédé elles sont toutes des prostituées.   Assurez-vous, Mr Fishman, elles sont des épouses fidèles, des mères et des jeunes filles libres et émancipées jouissant de la vie et la majorité vont à l’église et si elles sont tunisiennes elles font le ramadan et lisent le coran; Et pourtant elles sont plus libres que toi et de ton Docteur Traouli.    Ce que vous obsède vous et votre Docteur est que la femme n’est qu’un objet sexuel, elle n’existe que pour et par ça. Elle ne pense qu’à se faire belle et d’attendre son mari barbu qui vient le soir se soulager dans ses bras après une journée dure de palabre à propos de si la femme peut sortir à travailler ou bien elle doit rester cloîtrée dans la maison. Et dire que vous qualifiez mes idées d’oxydées. Vous me faites de la peine, M. Fishman.   M. Fishman met en doute mon baccalauréat et ma citoyenneté, c’est son droit de douter, mais pour qu’il doute encore  davantage je lui dirai que, grâce à Dieu,  j’ai un diplôme encore plus élevé que le baccalauréat et que je n’ai rien à envier à son Docteur.   En ce qui concerne ma citoyenneté ni lui ni personne ne peut me l’enlever car elle est incrustée dans ma peau et dans mon Coeur, je suis plus tunisien que vous et quiconque.  (Voir l’hymne à la citoyenneté de Seghayer Ouled Ahmed que j’adopte sans hesitation).   Je suis fier de mon pays, de ma religion (telle que je la comprends), de ma mère, de mes soeurs, de mes enfants qui parlent l’arabe, le français, l’anglais et l’allemand, qui jonglent avec l’informatique, naviguent à travers Internet et à travers les satellites, ils font du sport, ils écoutent la musique plurielle et variée, ils font des voyages à l’étranger sans aucun complexe et ils ont des amis partout dans le monde.   Ils ne ratent aucun bon film ni pièce de théâtre ni concert, et en plus ils font le ramadan et visitent la tombe de leur grand-père pour lire la Fatiha et parfois ils font la prière.   Ces enfants là sont attachés à leur pays et à leur religion plus que vous et votre Docteur et représentent mieux que vous l’avenir de cette Tunisie qui a besoin des têtes qui pensent et des mains qui travaillent et non pas des barbus et des voilés qui passent leur misérable vie à disserter sur la guerre sainte, le voile et le sexe des anges.             BALHA BOUJADI Tunis, le 27 Septembre  2002

Noureddine Ben TICHA répond à FISHMAN

  D’habitude je ne participe pas dans des polémique sur le net, mais cette fois-ci,  je me sens bousculé par la reponse de Mr FISHMAN a Mr Boujadi et voila mes remarques en bref:   je suis etonné de l’agressivité dont Mr Fishman repondait Boujadi sur la question du port du HIJAB, et j’aimerai eclairer les internautes sur la position  » des militants de gauche et des comunistes »:   nous considerons que chaque personne est libre de porter ce qu’elle veut. nous n’avons jamais été d’accord avec le regime sur la repression du port du HIJAB et nous avons toujours considerés que c’est une atteinte a la liberté.   je suis étonné que monsieur Fishman considére que être contre le port du Hijab equivaut a l’encouragement de la prostitution, j’aimerais même savoir la relation.   par ailleurs Mr Fishman ne nous dis pas qu’une fille de 12 ans est tellement nourri par les valeur et les commandements de l’islam ce qu’il lui pousse a porter le Hijab, nous sommes tous des tunisiens et éduqué dans des familles musulmanes et nous savons pourquoi ces filles portent les hijabs(ou mémes les femmes quelques fois). Essaye , cher Monsieur d’eviter de penser que tu possèdes la verité et qu’il y’a plusieurs milliers de nos méres qui ne portent pas le Hijabs et qui sont nourri des valeurs de l’islam et la pratiquent dans leurs vies quotidiennes et aussi plusieurs sont celles et ceux qui portent le Hijabs et qui ont la barbes et font des choses plus bas que la bassesse elle même.   j’aimerai dire enfin que c’est les gens comme vous et qui réagissent de votre maniére qui me font peur, non pas pour ma personne physique, car contrairement a vous, cher Monsieur je combat a visage ouvert le régime et j’écris avec mon nom complet et non pas un pseudo, mais sur ce que vous essayer de faire passer dans les têtes des jeunes et surtout ceux affamés de la libertés et qui vivent un calvaire en Tunisie .   je te demanderai aussi d’avoir la gentillesse de traiter les gens qui ont un avis contraire au votre de les pas assimiler au partisans du régime. et sache que celui qui veut combattre une dictature et encourager ces concitoyens pour la lutte n’écris pas avec un pseudo car il leur inspire la trouille et la peur, deux choses qui ont permis à Ben Ali de gouverner aussi longtemps.   la prostitution est une maladie causé par la pauvreté en grande partie et bien d’autre raison mais surtout pas par le non port du Hijab.   Comme tous autres trafiques(armes, passeports etc…)  essayez de creuser pour en savoir plus, et si vous demander la libertés laissez la circuler autour de vous et sentez la avant de la chercher ailleurs, enfin sache cher monsieur que comme nous sommes entrain de combattre le régime aujourd’hui pour la liberté nous allons combattre toutes le parties qui esseyerent de nous en priver.   bien à vous   Nouredine Ben Ticha
 

 

Tunisie-UE

Disposition de l’Europe à soutenir la Tunisie dans ses efforts de développement

• Hommage à la politique économique et sociale  

 
La troisième session de la commission de partenariat entre la Tunisie et l’Union européenne au niveau des hauts fonctionnaires s’est tenue mercredi au siège du ministère des Affaires étrangères.   Les travaux de la réunion ont été axés sur le suivi de la mise en œuvre de l’accord de partenariat, à la lumière des résolutions du conseil de partenariat tenu en janvier 2002 à Bruxelles, ainsi que sur l’examen des prochaines échéances du processus de coopération Tunisie-Europe.   La réunion a, également, permis de passer en revue le bilan des réunions des groupes de travail sectoriels chargés de concevoir les moyens et mécanismes propres à impulser la coopération dans les secteurs prioritaires tels que le renforcement des exportations, la mise à niveau industrielle, la formation professionnelle et l’emploi, et la recherche scientifique et la technologie.   La partie tunisienne a souligné à cette occasion la nécessité de renforcer l’assistance européenne, notamment dans le domaine financier, de manière à permettre à la Tunisie de répondre aux exigences de l’étape actuelle qui connaît la mise en application de l’accord de partenariat et de mieux se préparer à faire face aux exigences de la prochaine étape.   La Tunisie a rappelé, également, l’intérêt porté à la coopération tuniso-européenne dans le domaine social, relevant la sollicitude particulière accordée par le Président Zine El Abidine Ben Ali à la colonie tunisienne établie dans les pays de l’Union européenne et son souci de garantir leurs droits et de les préserver.   La partie européenne a mis l’accent, pour sa part, sur la place privilégiée qu’occupe la Tunisie dans le processus de coopération euroméditerranéen, soulignant que les rapports entre l’Europe et la Tunisie représentent un modèle en matière de coopération équilibrée et fructueuse entre l’Union européenne et les pays du sud de la Méditerranée.   Les représentants de l’Union européenne ont salué la politique économique et sociale judicieuse menée par la Tunisie et qui lui a permis de faire face à la conjoncture économique mondiale difficile découlant des événements du 11 septembre.   Ils ont réaffirmé la disposition de l’Europe à soutenir la Tunisie dans ses efforts de développement.   (Source : La Presse du 27 septembre 2002)

 

La justice française déboute le général algérien Nezzar

 
AFP, le 27.09.2002 à 13h07
PARIS, 27 sept (AFP) – La justice française a débouté vendredi l’ex dignitaire du régime algérien, le général Khaled Nezzar, dans son procès en diffamation contre Habib Souaïdia, ex officier dissident de l’armée algérienne, auteur du livre « La sale guerre ». Le tribunal correctionnel de Paris a estimé qu’il « n’appartenait pas au tribunal » de juger l’Histoire. Le tribunal a suivi les réquisitions du ministère public, qui lors de l’audience en juillet dernier, avait reconnu la bonne foi d’Habib Souaïdia et estimé qu’il ne revenait pas au tribunal de « faire l’histoire » de l’Algérie. Soutenant la thèse selon laquelle l’armée algérienne s’est rendue coupable de graves exactions dans sa lutte contre les islamistes, cet ex-engagé volontaire dans les rangs de l’Armée nationale populaire (ANP) de 33 ans avait notamment estimé dans une interview sur la chaîne de télévision la Cinquième que « les généraux » ont « tué des milliers de gens ». « Il n’appartient pas au tribunal de se prononcer sur la véracité des thèses soumises à son appréciation, que seule l’Histoire pourra déterminer, ainsi que l’a d’ailleurs déclaré monsieur Nezzar lui-même », écrit le tribunal dans ses attendus. Il reprend une déclaration faite à l’audience par le général: « l’Histoire jugera ». « Si M. Nezzar a pu à juste titre s’estimer atteint dans son honneur », il doit « pareillement admettre » que des personnes comme Habib Saouaïdia « ayant été personnellement impliquées dans ce conflit » puissent « faire part de leur expérience, fût-ce de façon virulente », estiment les juges. Khaled Nezzar, 64 ans, général et ancien ministre de la Défense (de 1990 à 1993), a été le principal instigateur de l’interruption du processus électoral algérien en janvier 1992 après que le premier tour eut été remporté par le Front islamique du Salut (FIS). AFP

 

Coucou.. revoilà monsieur Mezri HADDAD !!!! 
(Dossier)
 

Le Chef de l’Etat reçoit l’écrivain tunisien Mezri Haddad

26/09/2002– Le Président Zine El Abidine Ben Ali a reçu, jeudi, M. Mezri Haddad, écrivain tunisien résidant à l’étranger, qui a offert au Chef de l’Etat son dernier livre sur la Tunisie.   (Source: www.infotunisie.com )  

Mezri Haddad offre un livre au Président

M. Mezri Haddad, écrivain tunisien résidant à l’étranger, a offert hier au Chef de l’Etat son dernier livre sur la Tunisie.   (Source: Le Quotidien du 27 Septembre 2002, d’aprés le portail Babelweb)  

Un livre de Mezri Haddad

Notre collègue Mezri Haddad annonce la sortie très prochaine d’un livre sur la Tunisie, publié par un grand éditeur parisien. Il a précisé :  » Mon livre contient une critique positive et réformiste du système, mais son thème central tourne autour de la campagne anti-tunisienne, de l’exploitation politicienne des droits de l’homme et, surtout de l’alliance implicite ou explicite entre la mouvance islamistes et certains progressistes de gauche tunisienne « . Nous espérons que cet ouvrage suscitera un large débat et qu’il contribuera au progrès de la démocratie et du pluralisme dans notre pays.   (Source: Rubrique “Confidentiel” de Réalités N° 852 Semaine du 25/04 au 1er/05/2002)  


Commentaire  de “Lecteur Assidu”:  

« Carthage ne sera pas détruite »

Après des mois de suspense, c’est finalement le 26 septembre 2002 et grâce à 2 lignes publiées sur le site très officiel www.infotunisie.com  que les tunisiens ont appris la sortie du livre de Mezri Haddad. Grâce à ce site, nous avons su que « Le Président Zine El Abidine Ben Ali a reçu, jeudi, M. Mezri Haddad, écrivain tunisien résidant à l’étranger, qui a offert au Chef de l’Etat son dernier livre sur la Tunisie ». Ainsi, la campagne médiatique autour de ce livre a commencé au palais de Carthage. Edité chez du Rocher en France (cette maison d’édition est généralement classée comme étant de Droite) en août 2002, le livre de Haddad s’intitule « NON DELENDA CARTHAGO, CARTHAGE NE SERA PAS DETRUITE. Autopsie d’une campagne antitunisienne ». Il s’agit de 431 pages au cours desquelles l’auteur, longtemps proche de l’opposition pendant les années 1990, essaye de redorer le blason du pouvoir tunisien. Pas modeste pour trois sous, l’écrivain philosophe nous annonce, dès la première page, que :  » Les chiens (lire les opposants), je les entends déjà aboyer et les hyènes, je les vois déjà rôder. Par anticipation, ils tentent de couvrir d’infamie l’auteur d’un livre que certains espèrent et que beaucoup redoutent…non sans raison (…) ». Faisant partie des chiens, nous ne sentons pas le besoin de « couvrir d’infamie l’auteur » car nous pensons qu’il ne le mérite même pas. Son livre, où il nous cite pêle même Platon, Kant, Socrate et… Sadok Châabane est un ramassis d’insultes et de contre-vérités écrit dans un style pompeux et pour tou dire…emmerdant. L’auteur y stigmatise pêle-mêle les droits de l’hommiens, les intégristes, les communistes, les trotskystes, les gauchistes, les anarchistes, les journalistes, les ONG de défense des droits de l’Homme (en particulier RSF) et j’en passe… En parlant dans son titre de la « campagne antitunisienne », il entretient sciemment l’amalgame entre la Tunisie et le pouvoir tunisien. Il décrit les opposants comme des traitres à la patrie et exprime clairement son « pari » sur l’avenir : « Le pari sur un homme à qui la Tunisie doit déjà sa sécurité, sa stabilité politique et sa prospérité économique ». (page 430) Il s’agit, vous l’aurez compris du « Président issu du peuple », Ben Ali. Le livre comprend des remarques aussi brillantes que celle-ci : « il faudrait donc avoir l’intelligence de renoncer définitevement au contrôle de la presse, abolir toutes les lois qui limitent la liberté du journaliste (page 376) ou encore  » Non, Ben Ali n’a pas sacrifié tous les droits de l’homme sur l’autel du Keynésianisme économique. En sachant pertinemment qu’une croissance durable jointe à un ordre politique stable favoriserait de toute façon les droits de l’homme, il a fait le choix difficile, cruel et ingrat d’avantager certaines libertés économiques et sociales par rapport à d’autres que Marx taxerait de formelles ou de bourgeoises (page 234) ». On en a les larmes aux yeux ! Finalement, l’auteur se prend (déjà ?) pour le minsitre de l’intérieur en préconisant les noms des ONG et des partis politiques qu’il faut reconnaitre officiellement ( Le Forum de Ben Jâafar, le POCT de Hammami « malgré son intégrisme stalinien » et le CPR de Marzouki). Par contre, l’association RAID « filiale d’Attac, avant de solliciter sa légalisation, il faudrait qu’elle demande la naturalisation ! » et le CNLT dirigé par une « extrémiste logorrhéique (…) une pasionarie du droit-de- l’hommisme » ne devraient pas être légalisés. Pour garder un semblant de crédibilité, l’écrivain-philosophe assène quelques critiques à la vieille garde du RCD et se permet même de contester une des thèses du docteur en Droit et minisitre de l’enseignement supérieur, M. Châabane, (auteur du fameux livre « Le retour de Hannibal » comme quoi la nationalisme mènerait focèment à l’intégrisme. Selon quelques indiscrétions, il semblerait que la tournée de promotion de ce « livre événement » débutera à la mi-octobre par le Canada. Chiche ! Lecteur Assidu www.tunezine.com 26 septembre 2002

  UN peu d’histoire:  
 
JUN -07-99 16:44   La disparition de Moncef Marzouki a étonné tous les observateurs de la situation tunisienne, le philosophe tunisien Mezri Haddad exilé en France ami personnel de Moncef Marzouki communique:                                                                                DECLARATION            C’est avec surprise, déception et consternation que j’ai appris, le samedi 5 juin, l’enlèvement de mon ami d’hier, d’aujourd’hui et de toujours, le docteur Moncef Marzouki. C’était à 14h30 et il sortait du domicile de M. Omar Mestiri, lorsque des agents de la Sécurité l’ont interpellé, et, menu militari, embarqué.          Jusqu’à aujourd’hui, lundi 7 juin, on ne connaissait ni l’identité ou la qualité des auteurs de cet enlèvement, ni l’endroit où il a été séquestré. Il s’agit là d’un acte grave, sans précédent, qui plus est, portant atteinte aux principes de l’Etat de droit. Ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai appris que Moncef Marzouki serait prochainement déféré devant un juge d’instruction. Voilà qui est plus « rassurant » qu’une pure et simple disparition.          De quoi accuse t-on cet authentique patriote, ce défenseur ardent et constant des droits de l’homme ? Moncef Marzouzi n’est pas, comme beaucoup d’autres personnages, un commerçant des droits de l’homme. Pour lui, les droits de l’homme, c’est une inaltérable vocation autant qu’un sacerdoce. Ce n’est pas un dangereux subversif, ni un opportuniste ambitieux. C’est un contestataire qui a sa façon d’exprimer son amour de la Patrie. En outre, il a toujours agi dans le respect de la légalité républicaine, comme d’ailleurs son ami Mustapha Ben Djaffar. Les multiples démarches entreprises pour la reconnaissance du Conseil National pour les LIbertés en Tunisie, en est la preuve incontestable.           C’est pourquoi , en cette malheureuse, critique et décisive circonstance, je fais appel à la raison du chef de l’Etat à qui revient la charge, de par la Constitution même, de garantir la sécurité et les droits inaliénables des citoyens, de tous les citoyens. Je fais appel à lui pour assurer l’intégrité morale et physique du citoyen Marzouki. L’Etat a le droit et le devoir de se défendre, par tous les moyens que la Loi lui octroie, lorsque la paix civile est menacée ou que la sécurité du pays est impliquée. Il ne viendra à l’esprit de personne que ce soit le cas aujourd’hui, en l’occurrence avec Moncef Marzouki et le groupe de pacifistes qui l’entoure. La Tunisie n’a qu’un seul ennemi contre lequel l’Etat, comme l’élite, comme la société civile doivent se multiplier : le fanatisme politique et religieux.          En tant que citoyen tunisien : en tant que libre penseur absolument attaché au respect des droits de l’homme et aux idéaux démocratiques, je prie, par conséquent, les plus hautes autorités du pays de libérer le docteur Moncef Marzouki.                                                                                                      MEZRI HADDAD                                                                                                     Paris le 7 juin 1999   (Source: http://www.chez.com/tuniscom/tounes/marzouki.htm )
 

L’HISTOIRE NE PARDONNE PAS.. RE-LECTURE DE LA « RIPOSTE » PUBLIEE DANS LE  N° 72 DU MENSUEL TUNISIEN L’AUDACE publié à Paris en février 2001  
 

Mezri Haddad jette le masque

  « Repenti » et rallié aux officines du pouvoir dès le 2e semestre 1998, Mezri Haddad ou plutôt « Merzi » Haddad, ci-devant chercheur en philosophie politique et morale (sic!) a fini par jeter le masque (pour ne pas dire les masques) un an et demi plus tard après avoir tenté, mais en vain, de jouer le rôle de « taupe » et de « balance » sous couvert d’une vacation à l’Université Paris VII-Jussieu, abusivement convertie en « chargé de cours » (cf. Le Monde du 06/02/2001 : « La Tunisie ne vit pas un cauchemar »). Contraint à un véritable harakiri, « Merzi » Haddad a ainsi commis, coup sur coup, deux articles à tous égards édifiants. Le premier intitulé « De la Tunisie en général et de l’opposition en particulier » est paru dans le très confidentiel « Le nouvel Afrique-Asie » à la demande pressante -bon de commande à l’appui- de l’ATCE (Agence tunisienne de communication extérieure). La bave aux lèvres, « Merzi » Haddad tente vainement, usant du mensonge, de l’injure et de la calomnie, de prendre le contre-pied du dossier publié un mois plus tôt par « Jeune Afrique-L’intelligent » et intitulé « Le combat inégal des exilés politiques. Une « réponse » d’autant plus surprenante que ce dossier ne le concernait ni de près, ni de loin et qu’il a valu à « Jeune Afrique-L’intelligent » une nouvelle saisie en Tunisie. Après avoir essuyé un refus de publication en réponse dans ce journal, Mezri Haddad s’est en définitive rabattu sur la lettre confidentielle de Simon Malley. Celà nous a permis d’avoir un échantillon d’un ouvrage qu’il annonce comme imminent et qui devrait s’intituler « De la Tunisie en général et de l’opposition en particulier ». Le second article a été publié sous forme d’une « opinion » dans le quotidien « Le Monde » sur le thème galvaudé du « péril islamiste » comme alibi à la dérive dictatoriale et despotique du régime de Ben Ali. Ces deux articles -et en particulier le premier- ont été largement repris par tous les titres de la nébuleuse médiatique contrôlée en Tunisie, par les officines du pouvoir et que Mezri Haddad qualifiait -naguère- de « presse de caniveau ». Dans une étonnante lettre-confession, datée du 29 janvier 1999, adressée à Khémaïs Chammari et que nous publions intégralement, Mezri assurait qu’il ne « ferait rien de quoi (sa) fille rougirait un jour ». Deux ans plus tard, ayant tordu le cou aux principes qu’il affichait et ayant jeté le masque, Mezri Haddad n’a aujourd’hui d’autre choix que d’expliquer à sa fille que … c’est le vent, et non les girouettes, qui tournent.   L’Audace


  Kamel Jendoubi : Pour moi, Mezri Haddad appartient à cette catégorie d’êtres qui pensent être des intellectuels, alors qu’ils ne sont finalement que les chiens de garde de la dictature. Il me rappelle d’anciennes lectures. Par conséquent, à mes yeux, il appartient au passé. Ce à quoi je me consacre, c’est aider à construire l’avenir de mon pays et non pas m’interresser à ce passé lamentable.

Misère de l’intellectuel  et intellectuel de misère

  Chers compatriotes et amis, Le personnage qui a pondu les lignes ci-après ne vous est peut-être pas familier. Je l’ai connu aux temps de la fondation de l’Audace, de notre ami Slim Bagga, vers 1994. Il ne tardera d’ailleurs pas à tenter un putsch journalistique contre son « ami de trente ans », en faisant paraître, avec force publicité, un numéro orphelin de ce qu’il avait appelé « La Voix de l’Audace ». Aujourd’hui, je m’en veux affreusement d’y avoir contribué au mépris de nombre de conseils de gens qui m’avaient prévenu. J’avais à coeur de ne pas m’impliquer dans la querelle de ce que je considérais comme me deux amis, puisque j’écrivais également dans « L’Audace » historique…   Par la suite, j’avais invité Mezri Haddad à la fondation CIDT-Tunisie à Besançon, toujours en ignorant les conseils. Mezri haddad se présentait comme « chercheur en philosophie politique et morale », titre assez rare pour être aussi cocasse que suspect.   Avec ses manières affectées et faussement aristocratiques, il ne cessait de coller à la peau du Pr.. Marzouki à chaque fois que ce dernier était de passage à paris. Il se plaignait de ce que l’ambassade et ses officines l’attaquaient sur sa vie privée dans leurs feuilles de choux anonymes et avaient diffusé un document où il était présenté comme un agent du Mossad.   C’était réellement le cauchemar pour lui. Et j’étais naturellement porté à me sentir solidaire de lui, malgré les conseils de prudence. Mais surtout, Mezri se plaignait presque d’être affamé, de manquer de l’essentiel… C’est certainement là l’explication première de son revirement exprimé dernièrement dans « Afrique-Asie », mensuel pratiquant la prostitution politique dans les mêmes conditions que notre apprenti philosophe (grâce aux publicités du gouvernement de Tunis et de ses semblables).   Remarquez qu’il reprend sans aucune intelligence l’essentiel des thèses, des clichés et des stéréotypes de la propagande officielle depuis Bourguiba : « La Tunisie a fait le choix de …, les trois mille ans d’histoire, l’Algérie-repoussoir, le péril islamiste, le « processus démocratique », « la sécurité contre la liberté » et son antithèse « la nécessité impérieuse du libéralisme », l’ingérence ethnocentriste…   Toutes idées qu’il combattait jusqu’à ce lent revirement pendant lequel il m’avait affirmé vouloir « se faire oublier par les Tunisiens et les oublier… ». Il répond ainsi à l’image du propagandiste de service tel que brossée par Alfred Sauvy. « Il s’agit d’exalter les sentiments qui dicteront l’attitude souhaitée.   Dans ce cas, l’individu est méprisé; le propagandiste s’efforce de faire le moins possible appel à sa réflexion et à sa conscience, mais au contraire de créer en lui des réflexes conditionnés » (L’Opinion publique, PUF, 1956, p.97). Quant aux motifs étayés et solides d’inquiétudes des amis du peuple tunisien qu’il dénigre, notre thuriféraire néophyte ne les a même pas vus, se donnant encore une fois en exemple parfait des thèses d’Alfred Sauvy : « Lorsque les faits sont trop importants pour pouvoir être cachés et que leur présentations est trop délicate, écrit cet analyste de l’animalité politique, le le propagandiste détourne la conversation et porte le débat sur un terrain plus solide (ibid, p. 102). Ainsi, il apparaît aujourd’hui ce qu’on ne pouvait déceler à l’époque : une prédisposition de girouette et une propension à suivre les voies qui « mènent »… Un de ses ennemis mortels et contre lequel il me prévenait tout le temps, est devenu « chargé de missions » aux Affaires étrangères, avec les conséquences financières et de « notoriété » que l’on imagine.   Alors, pourquoi pas lui ? Car, Mezri est en proie à une ambition dévorante. Il s’estime au-dessus du lot et donc avoir droit à une place au soleil bien à lui, unique, comme lui… C’est ainsi que le monde se métamorphose à ses yeux, que toute pudeur se dissipe et qu’il s’en prend à des alliés du peuple tunisien. L’un des méfaits de la tortiocratie du général Ben Ali est qu’il déleste nombre de Tunisiens de leur honneur, de leur dignité et de « l’eau de leur visage ».   En l’occurrence ici, il s’agit d’un exemple des plus grotesques, puisqu’il se drape des oripeaux de la science morale avec un pédantisme voyant comme preuve d’érudition. Il tente d’ériger la trahison en dogme. Là-dessus, notre ami Dr Marzouki doit être le plus blessé des Tunisiens, car il va avoir l’impression que l’insignifiant s’est joué de lui. L’honneur des intellectuels tunisiens est meurtri. Que tous ceux qui ont connu ce personnage viennent témoigner en vue de faire taire ce nouveau robot programmé par le pouvoir pour porter ses thèses et suppléer la carence totale de ses propagandistes usés ! Je témoigne pour l’Histoire et pour la dignité de mon peuple. En mon âme et conscience.   Khaled Ben M’barek  


MENSONGE VOICI TA VERITE

Khaled, Khémaïes, Slim … l’opposition « m’a tuer »

L’évolution de Mezri Haddad depuis 1995   C’est Simone de Beauvoir qui, au café du Flore, boulevard St Germain, s’adressait, à l’automne de sa vie, aux nouveaux philosophes en leur disant : « Quand est-ce qu’ils faut vous croire? Quand vous dîtes blanc ou quand vous dîtes noir? » Cette diatribe résume le cas pathétique de Mezri Haddad. Et si je ne lui réponds qu’aujourd’hui, en survolant cette triste histoire, c’est par respect des hommes qui étaient, je le crois et ils le croyaient eux aussi, d’authentiques amis.   Certains d’entre aux répondent brièvement au philosophe allié de Ben Ali (voir encadrés). D’autres ont décidé de le traiter par le mépris. En tout cas, je défie quiconque, parmi ceux qu’il présente comme étant ses amis (voir la lettre dans le pure style « lèche-cul » adressée à Khemaïs Chammari) de reconnaître une bribe d’amitié chez ce margoulin allié du tortionnaire. Je voudrais juste dans cette présentation, évoquer trois ou quatres vérités irréfutables. Un : Mezri Haddad qui se disait, jusqu’en 1995, co-fondateur de « L’Audace » ne l’a jamais été. Et pour cause. Après son alliance avec Noureddine Hafsi de la rue Botzaris (patron à l’époque du RCD et de sa barbouzerie) à travers son ami de toujours l’exécutant des basses oeuvres Sayed Haddaji, il voulut usurper « L’Audace » car il avait promis à ses nouveaux seides de le mettre « sur les rails ». Ce fut un cuisant échec. Deux : il créa l’éphémère « Voix de l’Audace », comme si « L’Audace », qui a un nez symbole de dignité, avait besoin de voix, d’oreilles, de … émanant de Mezri Haddad. Trois : l’écrivassier que je serais et auquel il s’est attaqué à travers un article commandé, pour ne pas dire commandité, sur les colonnes d' »Afrique-Asie » de février 2001, a toujours été son supérieur hiérarchique. De « Réalités » à « L’Audace », je n’ai fait pendant 12 ans que corriger ses déjections qui ne sont « délicieuses » qu’à ses yeux de Narcisse. Je mets à la disposition de tous les lecteurs les archives de Mezri Haddad, avec leurs fautes de grammaire, d’orthographe et de syntaxe… elles sont de sa main. Ainsi Mezri Haddad, m’écrivit-il par exemple, que je l’avais sorti de « ses gants » (de velours?) au lieu de « gonds ». Voilà pour le philosophe qui m’aurait sorti des griffes du pouvoir avant de s’y installer… Autre remarque : Mezri Haddad dit avoir été exilé de 1984 à 1989. Et puis de cette date jusqu’à 2000. Faux ! La dernière fois que je l’ai rencontré à Tunis, c’était en juillet 1991à l’hôtel « Le Diplomate » à l’occasion d’une conférence organisée par « Réalités ». Je ne pus rester très longtemps avec lui. Je reviendrai bien sûr un jour sur ses prétentions mensongères au sujet de Moncef Ben M’rad, Omar Shabou, Jallel Kesraoui à l’occasion d’autres témoignages pour rappeler à l’opinion publique la vérité plutôt que ses turpitudes. Reste sa fille Sophia à laquelle il fait référence dans la lettre adressée à Khemaïs Chammari, en affirmant telle une girouette qu’il espérait que sa fille n’ait pas à avoir un jour honte de son père. Il faut savoir qu’un tel espoir, très noble par ailleurs, doit se mériter. Car quand Sophia lira ce qu’écrit son père sur « Afrique-Asie » et ce qu’il narre sur la radio « Africa nّ°1 », elle en rougira assurément. Que Mezri Haddad sache enfin qu’il ne suffit pas d’annoner Montesquieu et Rousseau, Aristote, Platon et Socrate pour accéder à l’Universel. Mezri Haddad ne fut qu’un pigiste à « Réalités », qu’un subalterne à « L’Audace ». Il faut cependant lui reconnaître qu’il fut co-fondateur des « Masques ». Alors hue… la barbe ! Et s’il le veut, la suite dans un prochain numéro. Car comme il le dit lui-même, ce samaritain si peu philantrope : « Il faut bien que la vérité surgisse un jour ».   Son supérieur hiérarchique Slim Bagga   


Quand Mezri Haddad n’était pas un nègre au service de Carthage… il écrivait sur les colonnes de « l’Audace » :

Lettre ouverte d’un agent de renseignement à son supérieur hiérarchique

  « Cher Collègue », Stimulé par un petit paquet de billets verts que venait de lui remettre un de vos hauts responsables à Tunis en guise de Zakat sur le blanchiment de l’argent sale, motivé par une lettre de multi-accréditation signée par votre serf chargé de la propagande, M. Fethi Houidi, excité par un de vos proches collaborateurs, M. Abdelwahab Abdallah, ex-collabo de l’ancienne gérontocratie qui a su renier à temps la sacro-sainte religion bourguibienne pour se mettre au service de la nouvelle idole, aiguillonné par votre ministre d’Etat chargé de la répression des citoyens probes -celui que vous venez de limoger- et de la couverture des affaires mafieuses menées par les excréments de la société tunisienne qui constituent l’épine dorsale de votre système politique (lors d’une réunion tenue à Paris le 7 décembre dernier, M. Abdallah Kallel avait publiquement cité, pour exemple, le nom du nervi en question), briefé par une cohorte de gouapes et de coquins basés en France pour défendre votre régime car, en effet, celui-ci a besoin d’être défendu… une vermine a récemment débarqué à Paris pour nous couvrir de basses calomnies et accuser les exilés de tous les péchés d’Israël. Pour être tout à fait sincère avec vous, je n’ai pas beaucoup réfléchi avant de vous écrire la présente missive. J’en ai à vrai dire pas eu le temps tellement je suis submergé par les activités dont vos minables sbires viennent de m’accuser (agent du Mossad, de la DST, agent irakien, agent koweitien…). Vous savez mieux que moi, « cher collègue », que le métier ingrat que nous exerçons depuis des décennies ne nous laisse guère le temps à la réflexion. Après une journée de travail épuisante, le peu de temps qui vous reste, vous le consacrez à l’écoute d’Oum Kalthoum et au bricolage d’appareils électroniques (nous le savons grâce au film qui vous a été consacré par la RTT le 8 novembre 1988). Je consacre le mien à d’interminables dialogues avec Anaximandre, Xénophane Parménide, Zénon, Gorgias, Socrate, Platon, Aristote… On dit que le soir, une fois installé dans mon somptueux « 5-pièces », je parle tout seul. En réalité, c’est avec les esprits de ces augustes et légendaires personnages que j’entame des dialogues aux enfers qui me donnent une plénitude et des satisfactions éminemment supérieures à la jouissance de la vanité triomphante et au plaisir orgastique que vous procure l’exercice du pouvoir. Ne perdez pas votre temps précieux à chercher dans vos souvenirs et ne dérangez surtout pas votre réminiscence, les noms que je viens de citer ne vous disent rien, absolument rien. Il ne s’agit point de nos illustres ancêtres en matière de renseignements mais de quelques philosophes de l’antiquité grecque qui avaient passé leur vie à méditer sur Dieu, les hommes, la Cité, la Justice, la Liberté… Ce sont les dignes protagonistes d’un monde intelligible auquel ne peuvent prétendre et accéder que des initiés… non pas aux pratiques d’une Loge quelconque, mais tout simplement à la philosophie. Au départ, je m’étais résolu à ne pas répondre aux persiflages de ce personnage folklorique qui est le prototype même de la politicaillerie tunisienne. Dans ce genre de situation, l’élévation, l’indifférence et le silence sont la meilleure réponse. Ce n’est que par la suite, me rendant compte de la gravité d’un phénomène nouveau charrié par votre Régence que j’ai décidé de réagir. Il s’agit d’un phénomène qui consiste à banaliser le Mal en faisant de l’un le multiple et de l’exceptionnel, le général. Dans ce processus de transfiguration et de propagation insidieuse du vice, celui-ci finit par faire tâche d’huile. Ainsi, le trafiquant de drogue -par exemple- n’est plus cet être infâme et détestable qu’abhorrent les gens honnêtes mais un homme d’affaires respectable et utile à l’économie de sa nation. Il n’est plus la honte de son peuple mais la fierté de la plèbe, voire la figure emblématique de la réussite sociale et, par conséquent, l’exemple même à suivre. Il n’est plus la mauvaise herbe à extirper, mais la bonne graine à semer. La corruption du caractère de chaque individu devient monstrueuse à partir de l’instant où l’honnêteté fait courir un péril mortel puisque l’on a jeté aux orties les règles du jeu fondamentales, puisque l’on donne à la trahison le nom de fidélité, au mensonge celui de vérité, puisque l’on a fait du déshonneur l’honneur référentiel. C’est le phénomène inverse qui touche « notre » métier si cruel, si ingrat (l’espionnage) que les imbéciles prennent pour de la trahison. Ces crédules ignorent manifestement les grands services que « nous » rendons, certes pas à nos peuples mais tout de même aux grandes puissances qui nous protègent. Depuis quand stigmatise-t-on une profession si vitale à la survie de certains régimes y compris le vôtre? Depuis quand dénonce-t-on les collègues ? Un agent découvert est par définition un homme fini et vous le savez mieux que moi. Alors, est-ce par négligence et précipitation que vous avez décidé de lâcher vos chiens contre nous ou tout simplement par conformisme au diction tunisien qui dit : « Celui qui fait le même métier que toi est ton ennemi » ? Je pense, « cher collègue », qu’après le coup monté contre M. Lamari Daly -haut fonctionnaire aux Affaires étrangères- injustement accusé et jugé pour espionnage parce qu’il a eu le courage de vous exprimer dans une lettre son inquiétude, face à « la militarisation du corps diplomatique », après le lynchage de Mohamed Ali Mahjoubi (connu sous le pseudonyme de Chedli Hammi) désigné comme « agent du Mossad », après la cabale et l’ignoble croisade menée contre Ahmed Bennour, autre « agent du Mossad » et la classification de Taïeb Zaher parmi les « Sabbaba », « Agent à l’ambassade de France »… Je pense que ça en fait trop. Les « agents » sont peut-être nombreux à sillonner dans la capitale depuis que vous avez empoché la République mais les dénoncer, c’est faillir à notre déontologie et manquer aux règles très strictes de « notre » métier. Arrêtez donc l’hémorragie et, de grâce, soyez un peu plus indulgent à l’égard de vos collègues ne serait-ce que par corporatisme. Maintenant que le mal est fait -je suis découvert-, j’espère que la carrière que j’envisage de mener (enseignant à la faculté) n’en souffrira pas trop. L’espoir fait vivre dit-on. Après tout, on a vu dans l’Histoire certains agents -Noriega pour ne prendre que cet exemple- devenir présidents. « Trahison jamais ne prospère » a écrit un poète anglais. Pourquoi? Parce que si elle prospérait, on ne la nommerait jamais Trahison ! Je vous prie de croire, cher « collège », à l’_expression de mes sentiments très déférents. « L’agent Z.B.H. n°421.79 » « L’Audace », n°12, mars 1995 Gif, le 5 mai 1997 Cher Slim, Ce qui s’est passé samedi dernier, je le regrette profondément. Une fois de plus, tu m’as fait sortir de mes gants en m’accusant d’infamie sans aucune autre preuve que les propres mensonges d’un être infâme. C’était juste ce qu’il fallait pour faire éclater ma colère. Celle-ci germait depuis quelques jours et se nourrissait de tes allusions/accusatons/injures, répétitives au téléphone et dans les cafés, auprès de gens qui n’ont de parole coranique que : « est-il possible que l’un d’entre vous puisse manger la chair de son frère une fois décédé »? (ndlr: traduction de la rédaction) Que tu sois insensible à cette phrase, cela n’a rien d’étonnant: tu ne crois pas en Dieu et tu revendiques ton incroyance. Que ceux qui t’écoutent attentivement se laissent prendre dans ce jeu malsain dont tu connais parfaitement le secret, voilà qui confirme une intuition déjà vieille : ces gens là n’ont rien compris ni au Coran ni au « Prince » de Machiavel. Comme elle est bizarre la vie? Voilà Slim Bagga le journalist sportif, utilitairement consacré aux faits divers et dont j’ai fait un journaliste engagé, rebel à l’injustice… qui aujourd’hui m’accuse de maneouvres aussi abjectes qu’absurdes! Cette attitude est révélatrice d’un processus psychologique, je devrais dire psychanalytique très simple : s’accrocher tout en la diffusant à une suspicion vite transformée en conviction, afin de s’autolibérer d’une culpabilité qui, sans doute, pèse sporadiquement sur ta conscience. Cette culpabilité est la suivante : voilà un homme (moi) qui m’a aidé, qui est à l’origine d’une saine contagion (la passion pour la liberté et la justice) et qui pourtant, je n’ai pas cessé de porter les plus bas (et je ne dis pas mortels) coups (…) C’est probablement l’ « amitié » qui explique tes agissements détestables! Je te l’ai déjà dit, à partir d’un certain moment, je n’ai vu et je ne vois aucune différence entre toi, Haddaji, Bacharoui et à un moindre degré, Rabhi… Tes coups-bas, si je devais en établir la liste exhaustive, il me faudrait plus de deux pages. Pour te rafraîchir la mémoire, je n’en recense que celles-ci : Ali Daldoul et les « Bnedek » (ndlr boulettes de viande), Mongia mon ex-amie et ta délation en public et en ma présence, (…) « Les Masques » qui porteraient mon masque, ma stérilité et ta fertilité (discussion avec tes chers amis les flics tunisiens sur l’intimité de ton « ami »), (…) etc. Tu remarqueras que je ne m’en tiens ici qu’aux cinq dernières années. Je ne parlerai pas de ce que tu racontes quotidiennement aux islamistes, ces candides que tu abuses, ni des historiettes que tu soumets aux oreilles bien fines des renseignements français. Même si cela me dégoûte, je ne parle pas non plus du crime que tu as commis contre l’honneur d’un homme floué par ta générosité, ni de l’incendie chimérique produit chez toi et par tes soins. Toutes ces bassesses, mon cher Slim, m’ont considérablement éloigné de toi. Je ne chercherai point à me venger, Dieu se chargera de toi. Quant à ta nuissance, je ne la redoute pas du tout. Je ne crains pas l’activité où tu excelles : la délation / désinformation auprès de la trinité flics tunisiens / flics français / Islamistes. Ces trois centres névragliques de ton existence, je ne les crains pas du tout. Je ne crains que Dieu le Tout-Puissant. Mais prend garde, n’exagère pas dans la méchanceté que tu me réserves. Si je ne crains que Dieu, cela pourrait signifier que je ne redoute pas la justice des hommes ! Tu as compris. Je te conseille donc de m’effacer définitivement de ta mémoire. Ainsi se séparent nos chemins. Et pourtant tout allait bien lorsque tu m’avais rendu visite la dernière fois. Je t’avais promis de réintégrer la maison (« L’Audace ») à la construction de laquelle j’avais principalement participé. Toi, le manipulateur, tu t’ai laissé manipuler par Rabhi et compagnie. Tant pis. Et détrompe-toi, je ne suis pas et je ne serai jamais politiquement isolé. Je sais où je vais parce que, contrairement à toi, je sais d’où je viens. La politique, je ne la fais plus. Désormais, je la pense. A toi et à tes semblables de la pratiquer. Une dernière chose, ma phrase « je suis Dieu » parce que tu es un incurable vicieux, tu l’as entendu et tu as laissé entendre à ceux que tu fréquentes en attendant de les trahir, comme une phrase hérétique. A toi et à ceux auxquels tu as été servilement la répéter, il vous faut des années pour comprendre son sens profondément croyant, intrinsèquement mystique. Je te recommande la lecture bénéfique d’un Ibn Arabî. Je n’ai plus rien d’autre à te dire, excepté une précision: même dans sa brutale franchise, la présente lettre ne recèle aucune haine ni le moindre sentiment de vengeance. Elle n’exprime que mon ressentiment et de la compasison pour toi… malgré tout. A Dieu Mezri Haddad


La lettre-confession de Mezri Haddad

  La prose de « Merzi » Haddad se passe de commentaires. Ses attaques indignes ne méritent pas d’autre réponse que le mépris mais peut-être n’est-il pas inutile de prendre connaissance de la lettre-confession qu’il m’a adressée le 29 janvier 1999. C’est consternant et édifiant. Khémaïs Chammari Paris, le 29 janvier 1999 Cher compatriote, « Je suis déçu » me disiez-vous il y a quelques jours. Je le suis autant que vous. Nos déceptions réciproques n’ont cependant pas les mêmes causes. Vous, vous êtes déçu parce que vous avez cru que l’homme que je suis vous a dissimulé l’identité de la personne qui a commis le crime de m’indiquer votre numéro de téléphone. Moi, je suis déçu, écoeuré même, parce que j’avais pensé qu’avec votre expérience politique, votre vivacité intellectuelle et votre sensibilité morale, vous alliez retenir -de notre rencontre- l’essentiel en faisant abstraction du subsidiaire, de l’insignifiant même : le nom de la personne qui m’a révélé votre téléphone. Tout cela, parce que Slim Bagga vous a juré, je suppose sur la tête de sa fille, sur la mémoire de sa pauvre mère, sur sa propre santé … (je connais par coeur sa chanson) qu’il est innocent et qu’il n’a jamais donné votre numéro à personne. Il serait dégradant pour moi d’essayer ici de vous convaincre du contraire; autrement dit, de vous persuader que l’autre jour je ne vous ai dit que la stricte vérité. Dégradant, car -je viens de le dire- cette histoire est insignifiante, elle est typiquement tunisienne. En outre, je ne tiens vraiment pas à me mettre en position de contradicteur, encore moins de rival face à cet homme détestable et répugnant. Qui dit rivalité dit enjeux et intérêts à défendre. Or il se trouve que je n’ai absolument aucun intérêt hormis le souhait de voir les membres de ma famille intellectuelle et idéologique, tous les membres de cette famille qu’un destin cruel a conjoncturellement séparé, de les voir, enfin, réconciliés pour former ce que j’avais, il y a déjà quelques années, appelé la troisième voie. Je n’ai donc pas, comme Slim, à usurper votre confiance, à squatter votre amitié pour jouer un rôle aussi néfaste et pernicieux, quoiqu’encore invisible aux yeux de certains opposants (dans mon livre, je ferai quelques délicieuses révélations à ce sujet). La confiance et l’amitié se méritent avec le temps et les épreuves que celui-ci nous inflige inexorablement. Je n’ai pas à enlever ce doute que Slim a magistralement réussi à introduire dans votre esprit. Je ne peux que le déplacer. Comme je viens de le lui rappeler dans une lettre, il y a un domaine dans lequel Slim est imbattable : l’hypocrisie et le mensonge. A ses deux grandes « qualités » se greffe l’ingratitude. En 1992, Moncef Ben M’rad -et avant lui Omar S’habou et Jalel Kasraoui- (ndlr: ?) m’avaient mis en garde mais je ne les ai pas écouté. Comme il se comporte actuellement avec vous, il a eu exactement la même attitude à mon égard. C’est ainsi que je suis tombé dans le piège préalablement conçu par les Services tunisiens. C’est ainsi que je l’ai arraché à Botzaris (le RCD) où il a travaillé durant plus de neuf mois, pour le placer au coeur même de l’opposition en lui présentant M. Mokni, M. Mzali, A. Bennour, A. Ben Salah, etc… Bref, je ne viendrai pas insulter votre intelligence et votre expérience des hommes en vous conseillant la méfiance, l’extrême vigilance vis-à-vis de Slim Bagga. Vous le découvrirez vous-même et je suis persuadé que vous mettriez beaucoup moins de temps que moi pour déceler sa vraie nature et cerner sa véritable psychologie (…) Slim a préféré nier et mentir. En celà, il est un produit parfait de notre malheureuse et affligeante société. D’ailleurs, permettez-moi d’y insister un moment, je ne vous ai révélé le nom de la personne qui m’a donné votre téléphone qu’une fois assuré et rassuré que vous ne le lui reprocherez pas. Malgré ce qu’il dit aujourd’hui à ceux qui veulent bien l’entendre, je suis certain que vous ne lui avez fait aucun reproche. Mais, que voulez-vous, le mensonge est chez lui une technique de persuasion, voir même une « éthique ». Avant de terminer cette lettre qu’un malheureux concours de circonstances impose, je tiens à vous avouer mes regrets : je n’aurai jamais dû passer par Slim pour rétablir le contact avec vous. Je n’avais cependant pas le choix. Après de multiples tentatives (…) j’aurai dû tirer des conclusions définitives en interprétant comme il se devait votre silence et votre indifférence. En d’autres termes, si les messages que je vous ai fait parvenir (…)- n’ont suscité chez vous aucune réaction, j’aurai dû avoir la dignité de laisser tomber. Mon insistance exprimait bien ma modestie, ma bienveillance et ma démarche constructive. Il était en outre extrêmement important pour moi de vous revoir, d’entendre votre version sur certains faits politiques en touchant à l’histoire récente de la LTDH et du MDS. C’était pour moi une façon de m’assurer que, dans ce que je suis en train d’écrire, il ne se glisse rien d’injuste, de subjectif ou de faux. Il n’y va pas seulement de l’honneur des protagonistes (vous-même, mon ami et frère des mauvais jours Moncef, mon ami Mustapha, Zmerli, Bouderballa, Khalfalah, Boulahya, etc… mais également de ma crédibilité en tant que militant de la première heure et en tant que libre penseur. Je termine en vous disant que je ne vous tiens pas du tout rancune après ces longs mois de mutisme et d’indifférence. Je comprends votre attitude surtout après toutes les saloperies et toutes les calomnies qu’on vous a raconté à mon sujet. Je comprends également les auteurs et les vecteurs de toutes ces infamies, je les comprends autant que je les méprise. Je ne saurai, aussi, vous tenir rancune après que vous m’ayez, implicitement soupconné de mensonge. La Vérité finira tôt ou tard par surgir… Je voudrai, enfin, saisir l’occasion pourvous rassurer sur quelque chose qui semblait vous inquiéter : mes rapports avec le régime. J’ai certes pris mes distances avec certaines fractions du microcosme parisien. Mais ce qui me sépare de ce microcosme gangréné et stérile ne me rapproche pas pour autant d’un pouvoir autocratique, infecté et assiégé par des oligarchies corrompues et sans scrupules. Ma nature frugale, mon mépris des richesses et des honneurs -mépris que je tiens de mon vieux père communiste- m’immunise de la tentation. J’ai tenu le coup durant des années nonobstant la misère et les persécutions. Avec le RMI que la France, dans toute sa générosité, me donne, je suis en mesure de résister encore plusieus années. Ma devise est désormais la suivante : ni complaisance à l’égard des islamistes, ni compromission avec le régime. Mon seul changement, je le résume ainsi : dans l’oppositon, j’étais un Kamikaze, maintenant je suis un opposant mesuré et modéré comme d’ailleurs la plupart des opposants. Avant, je refusais tout contact avec les représenants de ce pouvoir ; maintenant, je me sentirai beaucoup plus à l’aise à discuter avec mes adversaires qu’à discutailler avec des hypocrites qui se font passer pour des amis. Ceux qui glosent sur mon retour en Tunisie feraient mieux de balayer devant leur porte. Si la France me refuse encore le travail que je mérite d’exercer et pour lequel mes diplômes de philosophie et de sociologie me destinent, ça n’est pas vers la Tunisie que je compte me tourner mais vers le Canada. J’y emmenerai ma famille et j’y croiserai peut-être mon destin. Vous voyez donc, cher Khémaïs, que malgré les déceptions que j’ai dû essuyer dans mes relations avec certains opposants, malgré l’ingratitude des uns et l’hypocrisie des autres, malgré la précarité de ma situation financière, malgré ce qu’on a été raconter à la FIDH, à Amnesty… pour me discréditer, malgré l’ostracisme bête et méchant que je continue à subir de la part de vos amis K. Jendoubi, Cherbib et compagnie, malgré les calomnies odieuses que des esprits leucémiques, des langues vénimeuses, des gens fielleux et jaloux de ma plume, poursuivent contre moi… malgré tout cela, mes convictions n’ont pas bougé d’un iota. J’ai heureusement, encore quelques amis qui me comprennent et me soutiennent: M. Marzouki, M. Ben Jaffar, M. Masmoudi, M. Mzali, M. Sayah, T. BelKhodja, A. Bennour, H. Djait, M. Talbi… et H. Mokni malgré tout. Quant au régime tunisien, je n’ai pas normalisé mes relations avec lui. J’ai tout juste stabilisé des relations qui étaient extrêmement et radicalement conflictuelles. Après la naissance de Sophia, je pense -il est vrai- beaucoup plus à l’avenir de ma fille qu’à la destinée d’un peuple ataviquement prédisposé à la servitude volontaire comme disait La Boétie. Mais en mon âme et conscience, je ne ferai rien de quoi ma fille rougirai un jour. A sa génération, elle dira qu’elle a eu un père libre, fidèle à ses convictions démocratiques et peut-être mort en exil. En vous souhaitant, à vous et aux vôtres la bonne santé, la paix de l’esprit et la joie du coeur, je vous prie de croire à mes sentiments authentiquement fraternelles. Mezri Haddad (ndlr: Tout ce qui est souligné dans ce dossier relève de la démonstration à nos lecteurs que c’est ainsi que Mezri écrit. Nous avons laissé sciemment transparaitre ses fautes d’orthographe pour que les étudiants du philosophe-sociologue de Paris VII aient une idée sur celui qui les enseigne. Ainsi que Ben Ali d’ailleurs. Mais celui-là n’est-il pas un inculte du propre aveu de Mezri Haddad.) 

 
 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association : Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen) Box 62 127 22 Skنrholmen  Sweden Tel/:(46) 8- 4648308    Fax:(46) 8 464 83 21   e-mail: fvf@swipnet.se

To Subscribe, please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com To Unsubscribe, please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com  ِArchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées d’un grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, l’équipe de TUNISNEWS n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « L’équipe TUNISNEWS » n’expriment pas les points de vue de la rédaction.

** L’équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes d’orthographe ou autres dans les textes qu’elle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil


Lire aussi ces articles

1 mars 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2474 du 01.03.2007  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H. Tunisie:Pour la libération  immédiate

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.