27 juin 2008

Home – Accueil

 

 

TUNISNEWS
 8 ème année, N° 2957 du 27.06.2008 archives : www.tunisnews.net


Amor Harouni :Lettre à l’attention de l’opinion publique nationale et internationale

Le parti « Tunisie Verte »:Agressions policières à Gafsa

Liberté et Equité:Arrestation de Laridh et Fakraoui, encerclement d’Harouni Amnesty International :Fear of torture or ill-treatment

Le Monde:Les cas de torture se multiplient depuis 2003 en Tunisie

Bakchich :Tunisie : prière obligatoire pour la mère de Leila Ben Ali

Taïeb:Meilleure performance à vie en grand Chelem pour Selima Sfar

Bakchich :« Tunisie plus » : Le meilleur des mondes

Le Temps :Aujourd’hui, lancement officiel de l’Association Tunisienne de l’Analyse Financière (ATAF)

Le Temps :Portrait – Noureddine Ouerghi : » Des racines en terre contre l’amnésie « 

AFP:Abou Diouf: l’école francophone a du mal à accéder à la technologie

AFP:Turquie: le procès contre l’AKP inquiète l’Assemblée du Conseil de l’Europe

Reuters:AKP – Mise en garde du Conseil de l’Europe à la Turquie

 


Au nom de Alah le Clément et Miséricordieux

Lettre à l’attention de l’opinion publique nationale et internationale

 
Tunis le vendredi 27 juin 2008 , Abdelkarim Harouni est dans la rue pour le 3ème jour consécutif et une motocyclette montée par un agent civil de la police du district de Carthage en face de notre domicile depuis ce matin et a été remplacée par la voiture 4X4 Misubishi. Amor Harouni (77ans) et mes enfants 11 :00 P.s. : la motocyclette et la 4X4 se trouvent ensemble en face de notre domicile : 11h35 N .B. : ils ont des indicateurs résidents du quartier de notre domicile.   In the Name of Alah the Merciful, Letter to the attention of the national and international public opinions, Tunis on Friday 27th, 2008-06-27 Abdelkarim is by now in the streets for the 3rd day without interruption and still and a police civil agent from Carthage police district on a motorcycle is standing in front of our house and was replaced by the Mitsubishi 4X4 car. Amor Harouni (77 year old) and my family 11:00 a.m. P.s. : Both the motorcycle and the 4X4 Mitsubishi are in front of our house : 11:35 a.m. *Abdelkarim  is in the street because he said he found no safe place for him  in his country because of the continued police harassments on him and on our house and family since he left prison on 7.11.07 and he has no other house and called the police to act according the law and stop preventing him from his right for freedom of expression and particularly talking to Alhiwar London channel and all the T.V. channels , media, human rights organisations –A reminder Abdelkarim is a human rights activist in charge of the relationships with the non governmental human rights organizations in Liberté & equité Tunisian organization he spent more than 16 years in prisons he is a political opinion prisoner in the Nahdha Movement sentence former secretary general of the students union called Tunisian General Union of Students (U.G.T.E.) and former journalist at the banned ‘Alfajr’ Tunisian newspaper. Since he left prison he has and still kept struggling for full his rights , civil, social and political but he was given no one of his rights as a citizen and now the police is the cause for his deciding to live in the steet …. We called the tunisian president of the republic to guarantee that no more police harassments and his family and house on and  arrest him by force from time to time and without conformity with  legal procedure and also on our house and family and make sure that Abdelkarim and his family  live in security that is safe and not security of the police. We still wait … 
 


 
Tunis le 27 Juin 2008 Communiqué de presse : URGENT

Agressions policières à Gafsa

 
Le parti « Tunisie Verte » informe l’opinion publique nationale et internationale que les militants diplômés en chômage ont été agressés par la police dans un café près du tribunal de première instance de Gafsa.   Liste des militants agressés : Ø     Wael Bouzayane Ø     Amar Amroussia Ø     Fethi Titey Ø     Raouf Mziwed Ø     Jemai Zidi   Nous appelons le gouvernement tunisien à ouvrir un dialogue avec les jeunes non diplômés au lieu de recourir aux agressions.   Abdelkader Zitouni Coordinateur National du parti « Tunisie Verte » membre du Parti Vert Européen, membre de la fédération des verts africains, membre de « Global Greens ». E- mail : tunisie.verte@gmail.com Tel : +.216.98.510.596 Fax : +.216.71.750.907  


 
  Sauvez la vie du prisonnier politique et ingénieur Ridha Boukadi Liberté pour Slim Boukhdhir, la plume libre Liberté et Equité Organisation de droits de l’homme indépendante 33 rue Mokhtar Atya, 1001 Tunis Tel/fax: 71 340 860 Email : liberte.equite@gmail.com Le 26 juin 2008

Arrestation de Laridh et Fakraoui, encerclement d’Harouni

 
[…] L’ex secrétaire général de l’UGTE, l’ingénieur Abdelkarim Harouni, membre du bureau exécutif de l’organisation Liberté et Equité, passe sa seconde nuit d’affilée hors de son domicile, encerclé par des voitures de la brigade de la Sûreté de l’Etat, avec à leur bord de nombreux agents de la police politique qui ont informé son père que Abdelkarim avait enfreint les dispositions du contrôle administratif, -il ne peut quitter la région de son domicile qu’après en avoir informé les autorités sécuritaires et tout déplacement de sa part suppose une autorisation préalable. […] Le jeune Zyed Fakraoui est détenu pour le second jour d’affilée par l’administration de la Sûreté de l’Etat. Sa mère est venue jeudi 26 juin 2008 au local de l’organisation Liberté et Equité pour nous entretenir du calvaire de la famille depuis l’arrestation. Il a été conduit dans un lieu inconnu, sans autre précision ni justification. La famille fait endosser à ceux qui l’ont arrêté la responsabilité des mauvais traitements qu’il pourrait subir, d’autant plus que le rapport de l’organisation Amnesty International a présenté dans son introduction les tortures et les mauvais traitements subis par Zyed Fakraoui lors de sa première arrestation. […] Suite à sa convocation par le district de la Sûreté du Bardo, Monsieur Ali Laridh, ex-porte parole officiel du mouvement En Nahdha, s’est présenté jeudi 26 juin 2008 dès le matin au district en question et il n’a toujours pas été libéré à l’heure où nous rédigeons ce communiqué. C’est la vingt deuxième fois que monsieur Ali Laridh est interpellé.   Pour le bureau exécutif de l’organisation Le Président Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version originale, LT

Amnesty International

 27 June 2008 Fear of torture or ill-treatment

 

TUNISIA  Ziad Fakraoui (m), aged 27

Ziad Fakraoui is being detained incommunicado and is at risk of torture and other ill-treatment. He was arrested on the morning of 25 June at his family home in the capital, Tunis, by men in civilian clothing. The men identified themselves as state security officials, and told Ziad Fakraoui’s mother that they were taking him to the Ministry of the Interior. His family has been unable to obtain any information about him since. Ziad Fakraoui’s arrest follows the recent publication by Amnesty International of a report entitled In the Name of Security: Routine Abuses in Tunisia (MDE 30/007/2008), which highlighted Ziad Fakraoui’s detention between 2005 and 2007. The state security officials did not have a warrant for Ziad Fakraoui’s arrest, and refused to tell his mother why they were taking him away. Under Tunisian law, security forces must have a warrant for an arrest, and the warrant must state the reason for the arrest. A few hours later two more security officials went to the family home and asked for Ziad Fakraoui. His mother told them he had been taken to the Ministry of Interior. The following day, two officers from the National Guard went to the family home and once again asked her where he was.   Under Article 13 of Tunisia’s Code of Criminal Procedure, suspects may not be detained by the police or the National Guard for more than three days. The Public Prosecutor has the power to extend this by a further three days in “cases of necessity.” The authorities are required to notify detainees of the procedures being used in their case; the reason for and duration of their detention; and of the guarantees provided to them by law, including the right to medical examination during or after the detention. They must also notify a member of the detainee’s immediate family of the arrest and detention. Ziad Fakraoui’s mother told Amnesty International that he was previously arrested on 18 April 2005 by security officials in plain clothes. His family then received no information about his whereabouts until he was brought before an investigating judge on 30 April 2005, charged under the 2003 Anti-Terrorism Law and was transferred to prison. In March 2007, Ziad Fakraoui told a trial judge that he had been tortured when in police custody at the Department of State Security and that he is sexually incapacitated as a result. He asked the court for a medical examination and for those responsible for his torture to be brought to justice. The judge refused to register Ziad Fakraoui’s allegations in court records, and torture complaints subsequently filed by his lawyers before the Public Prosecutor in April 2007 were not investigated. Ziad Fakraoui went on hunger strike in September 2007 for almost two months to protest that he had not had a medical examination since he was tortured. During his hunger strike, his lawyers and relatives were prevented from visiting him on various occasions. In December 2007, he and other suspects in the same case were sentenced to 12 years’ imprisonment on various terrorism related counts, including membership of a terrorist organization and incitement to terrorism. The sentences of all the defendants were reduced to three years’ imprisonment by the Appeal Court. Ziad Fakraoui was released on 24 May 2008 as he had already served his sentence. BACKGROUND INFORMATION Over the years, Amnesty International has received numerous reports of torture and other ill-treatment by the Tunisian security forces. In virtually all cases, allegations of torture are not investigated and the perpetrators are not brought to justice.  Individuals are most at risk of torture when held in incommunicado detention. As a state party to the Convention Against Torture, Tunisia is under an obligation to prevent torture and to “ensure that its competent authorities proceed to a prompt and impartial investigation, wherever there is reasonable ground to believe that an act of torture has been committee in any territory under its jurisdiction”. RECOMMENDED ACTION: Please send appeals to arrive as quickly as possible, in Arabic, French, English or your own language: – calling upon the Tunisian authorities to immediately disclose where Ziad Fakraoui is being detained, and to ensure that he is not tortured or otherwise ill-treated in detention; – urging the Tunisian authorities to promptly charge Ziad Fakraoui with a recognizably criminal offence and bring him before a court in fair proceedings or to release him; – urging the authorities to grant him immediate access to his relatives, lawyer and any medical treatment he may require – calling upon the authorities to ensure that Ziad Fakraoui’s family are not harassed by Tunisian security forces; – calling for a thorough and impartial investigation into allegations that Ziad Fakraoui was tortured in 2005, and that those found responsible are brought to justice; – reminding the authorities that as parties to the UN Convention Against Torture, they are obliged to promptly investigate any allegations of torture; APPEALS TO: Minister of the Interior Rafik Haj Kacem Ministère de l’Intérieur       Avenue Habib Bourguiba 1000 Tunis Tunisia Fax:         + 216 71 340 888 Salutation: Your Excellency Minister of Justice and Human Rights M. Béchir Tekkari Ministry of Justice and Human Rights 31 Boulevard Bab Benat 1006 Tunis – La Kasbah Tunisia Fax: + 216 71 568 106 Salutation: Your Excellency COPIES TO: Mr. Ridha Khemakhem General Coordinator for Human Rights Ministry of Justice and Human Rights 31 Boulevard Bab Benat 1006 Tunis – La Kasbah Tunisia And diplomatic representatives of Tunisia accredited to your country. PLEASE SEND APPEALS IMMEDIATELY. Check with the International Secretariat, or your section office, if sending appeals after 8 August 2008.  


 

Les cas de torture se multiplient depuis 2003 en Tunisie

 
 La lutte contre le terrorisme constitue une « véritable aubaine » pour les dirigeants tunisiens pour sacrifier les libertés et les droits fondamentaux les plus essentiels. C’est ce qui ressort de deux rapports séparés, rendus publics à quelques jours d’intervalle, l’un à Paris, l’autre à Londres. Jeudi 26 juin, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT) et l’Association tunisienne de lutte contre la torture (ATLT) ont présenté à Paris les résultats d’une enquête détaillée, d’une centaine de pages, démontrant, témoignages à l’appui, les effets de la loi antiterroriste votée par le Parlement tunisien en décembre 2003, suite aux attentats du World Trade Center. En l’absence d’une définition claire du terrorisme, souligne le rapport, cette loi « a légitimé et renforcé tout l’arsenal répressif déjà impressionnant » mis en place en Tunisie : détentions arbitraires, procès inéquitables, sévices corporels et sexuels, pratique systématique de la torture, conditions inhumaines d’incarcération… La torture et les traitements « cruels et dégradants » sont utilisés « plus que jamais » contre « des milliers de personnes », pour la plupart jeunes, soupçonnées de participation à des activités « subversives » et/ou terroristes. Et cela, « en toute impunité ». Coups, décharges électriques, viol, suspension au plafond, positions dite de la « balançoire » ou du « poulet rôti », supplice de la baignoire… Les méthodes des agents de l’Etat, souvent au siège même du ministère de l’intérieur à Tunis, mais aussi dans les commissariats de police en province, ne sont pas des « bavures ». Toutes les personnes arrêtées dans le cadre de la loi dite antiterroriste ont été torturées, souvent avec la complicité de médecins. Les victimes n’ont aucun recours, insiste le rapport, les juges refusant d’acter les déclarations de sévices et d’en constater les traces. Et si elles portent plainte devant le parquet, leur requête est classée sans même l’ouverture d’une enquête. Ce rapport du CRLDHT et de l’ATLT fait écho à celui d’Amnesty International (AI), publié le 23 juin à Londres, sous le titre « Au nom de la sécurité : mauvais traitements courants en Tunisie ». AI souligne que la loi antiterroriste permet au pouvoir d' »ériger en infraction pénale des activités d’opposition légitimes et pacifiques ». Quant aux hommages rendus par les autorités tunisiennes aux droits humains, ils ne sont que des « proclamations de pure forme », destinées à présenter « une image positive » du pays, estime Amnesty. En réalité, les forces de sécurité tunisiennes « persistent à commettre des exactions » dans une impunité « quasi totale ». Pour l’avocat Patrick Baudoin, président d’honneur de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), ces deux rapports confirment que Nicolas Sarkozy a « une analyse à courte vue » sur la Tunisie, lourde de conséquences. Ceux qui pâtissent le plus du régime Ben Ali « ne sont pas les terroristes, mais les démocrates tunisiens », déclare-t-il. Une telle politique ne fait que « renforcer la montée de l’extrémisme ». Lors de sa visite d’Etat à Tunis, fin avril, le président français avait vanté « l’espace des libertés qui progresse en Tunisie », déclenchant l’indignation des défenseurs des droits de l’homme des deux côtés de la Méditerranée. Florence Beaugé (Source: « Le Monde » (Qotidien – France) du 28 juin 2008)

Tunisie : prière obligatoire pour la mère de Leila Ben Ali

 
MAGHREB / Confidentiels vendredi 27 juin La semaine dernière, juste avant la grande prière du vendredi, des policiers en civils ont débarqué dans les grandes mosquées du pays les bras chargés de cartons. A l’intérieur : des photocopies d’une prière à réciter en honneur de la mère de Leila Ben Ali. La vieille dame, surnommée Hajja Nana, est décédée le 21 avril dernier. Avec la délicatesse qui caractérise la flicaille tunisienne, les imams ont été priés d’indiquer aux fidèles qu’ils avaient pour ordre de réciter cette prière. Ce qui n’a pas manqué de faire jaser dans les mosquées. (Source : « Bakchich » (Satirique – France), le 27 juin 2008)

Meilleure performance à vie en grand Chelem pour Selima Sfar

La Tunisienne Selima Sfar vient de réaliser sa meilleure performance à vie en Grand chelem en accédant au troisième tour du double dames à Wimbledon. Accompagnée de sa partenaire russe Ekaterina Makarova, elle a battu, ce vendredi, la paire italo-argentine composée de Maria Elena Camerin et de Gisela Dulko : 6-3 6-0. Au troisième tour, la paire tuniso-russe sera opposée soit à un tandem chinois ou à un duo russe. Que ce soit en simple ou en double, Selima n’avait jamais franchi auparavant le second tour d’un tournoi du Grand Chelem. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, le quotidien tunisien Assabah a annoncé, ce matin, que Selima a obtenu une invitation à participer aux Jeux olympiques de Pékin, en août. Elle deviendrait ainsi la première tenniswoman arabe et africaine à participer aux JO. Taïeb

 

« Tunisie plus » : Le meilleur des mondes

 
| jeudi, 26 juin 2008 | par Émile Borne Après les amis du Maroc, voici les amis du pays du jasmin ! « Tunisie Plus » est un nouveau trimestriel à la gloire du régime de Carthage. Sa force ? Plusieurs plumes de la presse française s’y lâchent pour dire tout le bien qu’ils pensent du pays du président-général-à-vie, Ben Ali. « Bourguiba, je le qualifie volontiers de despote éclairé. Avec lui, il y avait des écoutes téléphoniques et des syndicalistes mis en prison. Néanmoins (…) il est le créateur de l’identité tunisienne ». Ce jugement subversif imprimé dans la belle revue Tunisie Plus (75 000 exemplaires annoncés) est à mettre sur le compte de Bertrand Delanoë, grand connaisseur du pays. Car, avant d’être maire de Paris, l’ami Delanoë est d’abord un enfant de Bizerte. Du coup, on aurait aimé connaître l’avis du défenseur du dalaï lama et candidat déclaré au poste de numéro 1 du Parti socialiste sur les pratiques peu démocratiques du président tunisien Ben Ali. Las, son intervieweur n’a pas eu la présence d’esprit de le lui demander… Ce n’est pourtant pas un débutant, puisqu’il s’agit de Dominique de Montvallon le directeur adjoint de la rédaction du Parisien. À la place, il a préféré s’enquérir des « plats tunisiens préférés » du maire de Paris…   Des plumes françaises défendent Ben Ali© KhalidComme tout support de communication, Tunisie Plus respecte scrupuleusement les fondamentaux de ce genre d’exercice. En témoignent ces six jolies pages d’actualités infligeant aux lecteurs un élogieux portrait de la nouvelle « pédégère » de la Banque de Tunisie, la charmante Alia Abdallah (Lire ou relire dans Bakchich : Les Trabelsi mettent le grapin sur la banque de Tunisie) ou encore les niaiseries d’une cheftaine d’entreprise française découvrant les bienfaits de la Tunisie (« Le président Ben Ali dirige le pays d’une façon intelligente en le faisant progresser sûrement et en lui assurant un développement économique régulier »). Le tout sans oublier bien sûr de vanter les atouts du pays : l’énergie solaire, le tourisme, l’indépendance des femmes… Même l’entreprise Sagem a droit à deux pages. Il faut dire qu’elle a eu le bon goût de « parier sur la Tunisie dès 2002 ». De l’art d’étaler la pommade « Tunisie Plus » a été lancé par l’homme d’affaires Hosni Djemmali, richissime propriétaire du groupe hôtelier Sangho, qui ne résiste pas au plaisir de signer l’éditorial de son magazine. Et avec quel talent ! « Trop souvent, l’information nous manque et cède le pas à la polémique. Du coup, elle passe sous silence les réalisations, les projets, les espoirs et les ambitions qui, de part et d’autre de la Méditerranée, animent tant d’hommes et de femmes. Ceux-là, ceux qui entreprennent et veulent construire un monde meilleur, n’ont pas à leur disposition un outil d’information qui leur apporte les nouvelles des uns et des autres et leur explique les faits sans leur imposer un jugement. Tel est notre souci. Tel est notre défi. » On en redemanderait presque. Mais après tout, pourquoi pas ? Belle preuve de savoir faire, le tour operator a su convaincre beaucoup de journalistes (Le Parisien, Le Figaro…) de venir servir la soupe au régime dans son canard en papier glacé. Les people y vont aussi de leur étalage de pommade. Outre Frédéric Mitterrand, l’inénarrable Nelson Montfort fait part de son expérience de grand reporter dans les golfs du monde entier. Son verdict sur les greens tunisiens : « ici plus qu’ailleurs, au fameux dix-neuvième trou (…) vous attend ce qui récompense ou console : le sourire ». Qu’on se rassure, formé de plumes de la presse française, un comité éditorial veille à l’objectivité des « informations » fournies par ce joyeux magazine. On y trouve Michel Schifres, président du comité éditorial du Figaro. Ou encore le jeune Nicolas Charbonneau, ex Europe 1 parti à I-Télé. Ce dernier est également co-auteur de plusieurs pamphlets, dont Le Roi est mort, vive le Roi ! qui dénonce la permanence depuis 1789 des mœurs monarchiques dans la classe politico-journalistique française. Ah, que ne ferait-on pas pour la belle Tunisie de Ben Ali… (Source : « Bakchich » (Satirique – France), le 26 juin 2008)

Aujourd’hui, lancement officiel de l’Association Tunisienne de l’Analyse Financière (ATAF) Un relais au développement sain du marché financier

 
L’importance de l’information financière, la dynamique de la cote de Tunis et l’objectif de faire de la Tunisie une place financière régionale sont autant defacteurs qui rendent l’analyse financière  cruciale et indispensable dans le monde de la finance et des affaires. D’où la création d’une association tunisienne de l’analyse financière qui sera lancée, officiellement, aujourd’hui à Tunis. Férid Ben Brahim, Président de l’Association Tunisienne de l’Analyse Financière à l’occasion du lancement officiel de l’association. « Nous allons aujourd’hui remettre les premiers diplômes pour les premières promotions d’Analystes Financiers formés en Tunisie » Pourquoi avoir créé l’Association Tunisienne de l’Analyse Financière ? Nous avons créé cette association afin de répondre à un besoin réel de notre marché financier qui aborde une étape primordiale de son développement. Notre marché est équipé d’une infrastructure moderne et d’un cadre réglementaire adapté ; il lui faut désormais accroître son volume d’activité et jouer davantage le rôle qui lui est dévolu à savoir mobiliser les fonds des investisseurs domestiques et internationaux pour financer le développement et l’activité de nos entreprises. Pour Ce faire, et à l’image de tous les marchés qui se développent sur des bases saines et solides, le rôle de l’analyse financière est central. Vous savez sans doute que le métier d’analyste est complexe. L’analyste doit être curieux, à la recherche des données financières, comptables et stratégiques. Il doit également intégrer les aspects de gouvernance des sociétés qu’il étudie et s’appliquer à établir avec les autres acteurs du marché financier des règles éthiques ou déontologiques. Notre association a pour vocation de promouvoir le développement de cette discipline et d’accentuer son degré de professionnalisme. Nous nous attacherons à répondre aux attentes des différents intervenants du marché en essayant chaque fois que cela est possible d’adopter le point de vue du marché, de sa liberté d’échanger, de son élargissement et de sa croissance ; répondant ainsi aux besoins les plus essentiels de nos entreprises et des épargnants : financement sain, valorisation des patrimoines. L’ATAF entreprend-t-elle un programme de formation ? Depuis deux ans un programme en liaison avec la SFAF et dans le cadre de l’association des analystes financiers internationaux certifiés (ACIIA) a été entrepris pour doter la place du nombre et de la qualité nécessaires en analystes financiers. Nous allons aujourd’hui remettre les premiers diplômes pour les premières promotions d’Analystes Financiers formés en Tunisie. Quel est le programme d’action de l’ATAF ? De nombreux chantiers nous attendent, nous vous en proposons un descriptif dans le plan d’action ci-joint. 1. Entamer la campagne de lancement de l’association. Les manifestations phares de cette campagne de lancement sont : * le séminaire de formation sur l’analyse financière des établissements bancaires qui débute le 27 juin et se poursuivra le lendemain. * le lancement des adhésions. * Organiser au second semestre 2008 un séminaire de formation sur l’analyse financière des compagnies d’assurances et inviter à une conférence l’auteur du fameux ouvrage bien connu des étudiants en Finance, le « Vernimmen ». 2. Organiser des manifestations scientifiques autour de thèmes spécifiques : * A la finance d’entreprise * A la finance de marché * Aux techniques bancaires et aux accords de Bâle II * Au rôle et au métier d’analyste financier * A l’information financière 3. Mettre en place des commissions de réflexion et de travail regroupant des membres de l’ATAF et éventuellement des professionnels autour de thèmes prioritaires de l’analyse financière tels que : * Les consensus de prévisions * Le référentiel de calcul de ratios et d’indicateurs de base * les bonnes pratiques de l’analyse financière et le guide de déontologie * La communication financière des sociétés * La qualité de l’information financière. 4. Accompagner et assister les sociétés cotées pour l’organisation des réunions d’information. 5. Prendre en charge et organiser la formation CIIA d’une nouvelle promotion 6. Développer un site web dédié à l’analyse financière et destiné à mettre à la disposition des membres et d’un plus large public les outils et les publications, les actualités et toutes les informations utiles à l’analyse financière et au métier d’analyste financier.         A moyen terme : 7. Publier une revue d’analyse financière avec des thèmes appropriés et d’actualité et une approche sectorielle Qu’est-ce qu’un bon analyste financier pour vous? L’analyste est  un collecteur  et un « traiteur » de l’information. Celle publiée par la société, mais aussi celle relative aux perspectives économiques générales, aux évolutions sectorielles. Il doit ensuite traiter cette information, à partir des techniques adaptées ; enfin, il diffuse les résultats de ses travaux. Son métier est donc d’intégrer l’ensemble de cette complexité et de l’interpréter pour la traduire en recommandations fondamentalistes, boursières ou de crédits. Les principes directeurs d’une bonne analyse financière peuvent être définis de la manière suivante: exactitude, précision, sincérité, régularité et technicité. Nous souhaitons, appliquer à la règle ces principes dans notre travail et dans notre organisation. Propos recueillis par Raouf KHALSI (Source : « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 27 juin 2008)  

Portrait – Noureddine Ouerghi :  » Des racines en terre contre l’amnésie « 

 
Homme de théâtre, metteur en scène, dramaturge, scénariste, poète, Noureddine Ouerghi a fondé, en 1983, avec Najia Ouerghi , Le Théâtre de la Terre. Beaucoup de chemins, de créations, de multiples productions théâtrales, de scénari de films, de réalisations, de publications, depuis. Il crée  » Roots Movies  » en 2003 et restaure Dar Ben Abdallah  pour en faire un espace multiculturel en 2006. Noureddine Ouerghi porte sa terre dans ses entrailles, pétrit des mots pour l’exalter, des rythmes pour la bercer. Il enfante des mots pour ses maux, des rimes pour dire son âpreté, son aridité lorsqu’elle se refuse à la germination, écrit des odes pour louer sa générosité, sa fertilité quand le grain éclot de promesses à venir. Dans sa bouche, le souffle de La Kroumirie éternelle, brûlant dès que l’air est torride et étouffant, doux et frais dès que la nuit apporte sa brise bienfaisante. Le vent,  » Rih el fernène « , qui balaie les hauteurs du djebel enfle sa poitrine, soulève sa respiration,  » Vent et rimes  » se répondent, s’interpénètrent, et se muent en vers, en poèmes, en épopées.     Dans ses veines coule la Medjerda ,  » Rivière bien aimée « , un torrent de mots quand elle est grosse des pluies de l’ouest, calme et sereine durant les moments de répit. Cette terre l’habite et le hante au point de devenir un mot clé de ses créations.      » Les chants de la terre « l’obsèdent, lui insufflent sa force créatrice, une énergie régénératrice.  » Terre de miel « ,  éclate en mille douceurs, telle une  » graine de grenade « , d’un pourpre sirupeux et sucré, qui  laisse dans la bouche un arrière goût amer, l’âpreté des jours de tristesse, des fruits verts au parfum rugueux. Paysan, il est envoûté par cette terre aux teintes ocrées, aux odeurs chargées de fragrances tenaces, celle du pin, fraîche et persistante, celle du  » basilic « , têtue comme l’encens.      Terre génitrice de fruits rares et singuliers, qui bravent le baiser de feu du soleil implacable et la morsure glaciale des matins neigeux. Le jujubier aux baies couleur de henné, tendre et mielleux.  » La brise des myrtilles « , le mariage de l’eau et de la lumière.  » Les sentiers  » où l’on se perd, la majesté des montagnes ont  » modelé  » Noureddine, l’ont  » bercé  » de poésie.    La terre de ses racines, mère nourricière,  » Yamma « , l’a abreuvé de son verbe et de ses  » silences « , le non-dit, le tonnerre des mots, la rythmique des phrases, la musicalité de l’accent originel qu’il garde jalousement comme un trésor lorsque d’autres se sont très vite empressés de s’en débarrasser pour paraître urbain….La terre, figure métaphorique des racines, de la femme, du bonheur de vivre, de l’ivresse des jours quand l’euphorie donne des ailes et des étoiles dans les yeux. Terre allégorie de mal de vivre, des douleurs muettes et des cicatrices intérieures dont il garde l’empreinte comme un tatouage,  » Harqous  » indélébile.      » Le Théâtre de la Terre   » dit  cet espace paysan avec ses contradictions, ses paradoxes, ses rêves, ses déceptions. Le  verbe  » reflète un quotidien de douleurs, de doutes, d’incertitudes, de joies et de bonheurs « . Mettre à nu les spécificités de ce verbe paysan pour mieux atteindre l’universel. Dans les  premières pièces, son combat fut d’exposer  » les préoccupations quotidiennes du paysan, faire découvrir  un langage « , un dialecte, un accent qui fut longtemps  »  dégradé, ridiculisé, raillé, car assimilé à l’image du paysan misérable et sot par certains médias « . Noureddine parlera de la  » fierté  » du paysan, sans  » misérabilisme « .      Il définit l’acteur comme  » un partenaire « , un double, chargé de transmettre ses paroles, ses doutes, ses angoisses, ses aspirations. Lorsqu’il le met en scène,  » chaque mot, chaque silence, chaque soupir, est mesuré « , ciselé en fonction de la morphologie de la bouche de l’acteur, de son souffle, de sa respiration même.     Sa terre, notre terre, est aussi celle  » de l’arabe « ,  » Jay min ghadi « , souvent  » écrasé, piétiné « . Son combat : mettre en première ligne l’identité arabe dans un monde en perdition, en l’absence de perspectives claires, d’espoirs,  » de bouillonnements culturels « , par la démission de la plupart des créateurs, par l’absence de remise en cause, d’autocritique, pour sortir la tête hors de l’eau.        Intarissable quand il parle de poésie, de théâtre, des artistes pour lesquels il ouvre volontiers le magnifique  Théâtre d’Art ben Abdallah, de son désir de  » faire de cet espace un lieu accueillant pour les créateurs qui ont quelque chose à donner « . Un lieu de   » don « . Ce mot résonne dans sa bouche comme l’écho d’un coup de gong.       Parce que Noureddine Ouerghi n’est pas homme à se mettre en lumière, en première ligne, par discrétion et par timidité. Tous savent, pourtant, combien il s’est investi et a investi pour transformer un  bâtiment à l’abandon et en ruines en espace de culture, seuls quelques intimes sont au courant des échéances financières auxquelles il doit faire face dans l’urgence. Il n’est pas être à plier le genou, ni à pirouetter au gré du vent, ni à quémander des subsides, lorsque d’autres reçoivent des mannes célestes.      Noureddine est terrifié par les chaînes satellitaires, marchands de rêves et d’illusions : les émissions de télé-réalité,  » Star-Académy et autres,  qui sapent l’identité d’une jeunesse consommatrice de clips qui érigent le paraître en valeur suprême « . D’autres médias professent  » l’obscurantisme  et sèment des graines venimeuses, prometteuses de chimères « .     Pour  »  ne plus se sentir un Don Quichotte « , pour ne plus abdiquer, il faut  » être responsable  » et ne pas participer à l’amnésie quasi-générale, donner à cette jeunesse  » les armes du discernement « , ouvrir l’horizon, raviver la mémoire, ressusciter l’identité, chanter la fierté des racines, sans jamais oublier l’adage populaire,  » Koul Néssaye, Khawane « . Tounès THABET (Source : « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 27 juin 2008)  

AFP, le 26 juin 2008 à 18h57 Abou Diouf: l’école francophone a du mal à accéder à la technologie

 
 
TUNIS, 26 juin 2008 (AFP) – Le secrétaire général de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) Abdou Diouf a souligné jeudi les difficultés de l’école francophone à intégrer les nouvelles technologies, à l’ouverture d’un symposium jeudi à Tunis. « La faiblesse des offres nationales en matière de ressources numériques expose la plupart de nos pays à une offre de contenus et de services mal adaptés aux besoins de leurs systèmes éducatifs », a-t-il déclaré. Ces contenus et services « sont conçus et diffusés par des opérateurs extérieurs prioritairement, sinon exclusivement, soucieux de prendre des parts sur le marché international de l’éducation », a-t-il expliqué. « Les défis sont nombreux pour intégrer les technologies dans les systèmes éducatifs francophones, mais ils sont à notre portée », a-t-il affirmé. Il a en outre demandé aux gouvernements de « s’engager à maintenir un service public d’éducation équitable et de qualité et veiller à ce que les services privés agréés répondent aux mêmes objectifs ». Il s’adressait à quelque 400 participants, dont neuf ministres de pays francophones, qui devaient discuter pendant deux jours de politiques publiques, d’accès à la technologie et aux ressources pédagogiques numériques, ainsi que des moyens d’atteindre les Objectifs de développement du millénaire. Les ministres de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Mali et du Bénin ont insisté eux aussi sur les problèmes d’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et évoqué le manque de financement pour réduire « la fracture numérique » entre le nord et le sud. En Tunisie, « l’école à l’heure des technologies » est un « choix stratégique » du gouvernement, a déclaré le Premier ministre Mohamed Ghannouchi, indiquant que la majorité des écoles primaires, tous les lycées et universités sont connectés, une université virtuelle ayant aussi ouvert ses portes pour assurer à terme 20% des cours universitaires. AFP  

AFP, le 26 juin 2008 à 17h48 Turquie: le procès contre l’AKP inquiète l’Assemblée du Conseil de l’Europe

 
 STRASBOURG (Conseil Europe), 26 juin 2008 (AFP) – Les  parlementaires du Conseil de l’Europe se sont inquiétés jeudi à Strasbourg d’un risque d’instabilité politique en Turquie après les poursuites judiciaires engagées contre le Parti pour la justice et le développement (AKP) au pouvoir à Ankara.L’Assemblée parlementaire de l’organisation (APCE) s’est dite « préoccupée » que les poursuites « nuisent sérieusement à la stabilité politique du pays, au fonctionnement démocratique des institutions et retarde des réformes économiques urgentes ».Ces poursuites ont été engagées le 14 mars par le procureur général de la Cour suprême de Turquie en vue de dissoudre l’AKP au motif qu’il serait devenu le « foyer d’activités anti-laïques ». Plusieurs de ses membres, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, le président Abdullah Gül et 39 parlementaires, pourraient se voir interdire d’activité politique durant cinq ans.L’affaire est en instance devant la Cour constitutionnelle et les premières audiences doivent avoir lieu début juillet.Pour le parlementaire belge Luc van der Brande, auteur d’un rapport débattu jeudi par l’APCE, « on ne peut utiliser le judiciaire à des fins politiques, il faut le dire à nos amis turcs ». « Ce n’est pas une ingérence ou une pression sur le système judiciaire turc », a tenu à préciser le président de la commission de suivi de l’APCE sur la Turquie.Constatant que la Constitution de 1982 révisée « continue de porter l’empreinte du coup d’Etat militaire de 1980 » et que la Turquie a fréquemment procédé à la dissolution de partis, l’APCE demande à Ankara d’envisager des critères tels que l’apologie ou l’incitation à la violence ou des menaces claires contre des valeurs essentielles de la démocratie.La première audience du procès contre l’AKP, issu de la mouvance islamiste et au pouvoir depuis près de six ans, est prévue le 1er juillet avec le réquisitoire du premier procureur du pays.L’Union européenne, que la Turquie ambitionne de rejoindre, s’est élevée contre le procès et estime que les accusations soulevées contre l’AKP devraient être débattues au parlement et tranchées dans les urnes plutôt qu’au tribunal.Plusieurs milliers de personnes ont manifesté le 21 juin à Istanbul leur opposition au procès en dissolution, une procédure qualifiée par ses détracteurs de « coup d’Etat judiciaire ».  

Reuters, le 26 juin 2008 à 16h25 AKP – Mise en garde du Conseil de l’Europe à la Turquie

 
STRASBOURG, 26 juin (Reuters) – L’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe devait mettre en garde la Turquie, jeudi à Strasbourg, contre les conséquences prévisibles d’une interdiction du parti islamiste modéré au pouvoir, l’AKP, accusé devant la cour constitutionnelle d’activités anti-laïques contraires à la constitution.  « La dissolution de partis politiques ne peut être qu’une mesure d’exception, ne se justifiant que dans les cas où le parti concerné fait usage de violence ou menace la paix civile et l’ordre constitutionnel démocratique du pays », dit-elle dans une résolution dont l’adoption ne fait aucun doute. Tous les groupes politiques soutiennent ce texte qui ne fait l’objet d’aucune proposition d’amendement significative. La procédure judiciaire contre l’AKP (Parti de la justice et du développement), « nuit sérieusement à la stabilité politique ainsi qu’au fonctionnement démocratique des institutions de l’Etat et retarde l’adoption de réformes économiques et politiques pourtant urgentes », ajoute le texte. Le procureur en chef de Turquie a accusé l’AKP de menées anti-laïques après que le gouvernement eut décidé d’autoriser le port du voile par les femmes à l’université, une réforme invalidée le 5 juin par la Cour constitutionnelle Dans le cadre de la même procédure, 71 dirigeants de l’AKP dont le Premier ministre Tayyip Erdogan, le président de la République Abdullah Gül et 39 parlementaires sont menacés d’une interdiction pendant cinq ans de toute activité politique. Tout en disant faire « confiance » à la Cour constitutionnelle turque pour qu’elle applique les normes européennes relatives à la dissolution des partis politiques, l’assemblée devrait menacer la Turquie d’une réouverture de la procédure de « suivi » (monitoring) close en juin 2004. La clôture de cette procédure, qui concerne le respect par l’Etat concerné de ses engagements en matière de démocratie, d’Etat de droit et de droits de l’homme, avait ouvert la voie, en décembre de la même année, à la décision de l’Union européenne d’ouvrir les négociations d’adhésion avec Ankara. « L’objectif de notre rapport et de notre résolution n’est  pas de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Turquie mais de lancer le signal clair, à tous les Etats membres, qu’ils doivent respecter nos normes qui sont des normes communes », a affirmé le démocrate-chrétien néerlandais Luc Van den Brande, rapporteur du texte devant l’assemblée. « Ce à quoi nous risquons d’assister, c’est à un putsch judiciaire », s’est pour sa part inquiété le suisse Andréas Gross, président du groupe socialiste.

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

9 septembre 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 8 ème année, N° 2665 du 09.09.2007  archives : www.tunisnews.net CNLT: Fin de la mascarade

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.