25 juin 2011

في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays, la Tunisie. Everyday, we contribute to a better information about our country, Tunisia

 
TUNISNEWS
 
11 ème année, N°4050 du 25.06.2011
 
 


Reuters: Tunisia joins international war crimes court

ANSA: Onu: Tunisia ratifica Cpi, primo paese Nord Africa

ANSA: Tunisia: 94 partiti; 31 in lista attesa; 118 domande bocciate

AP: Tunisia joins ICC amid sweeping national change

AP: First post G-8 project starts in Tunisia

AP: Defecting Libyan officers describe daily tragedy

Khemaies ROMDHANI: Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la Sécurité Sociale

Houcine Ghali: Tunisie : la pauvrete est politique

20 minutes: La Tunisie a rejoint la Cour pénale internationale

Gnet: Omar Mestiri : « Les médias sont indignes du Tunisien de 2011 »

Nord Eclair: En Tunisie, « on s’est débarrassé de la peur »

Le Temps: Le jeu de la Vérité… Avec Ahmed Néjib Chebbi, président du PDP «Ennahdha notre ennemi juré? C’est trop dire!»

Kapitalis: Tunisie. Mourou décontracté, sans robe ni turban (1/2)

Leaders: Gardons-nous à droite, gardons-nous à gauche!

Tekiano: Tunisie : Carthage 2011… le «Sayeb Salah» des artistes

Reuters: Tripoli opposition waits for its moment

Le Figaro: Navi Pillay, de l’apartheid au printemps arabe


Reuters, le 24 juin 2011 à 22h09 GMT
 

Tunisia joins international war crimes court


 
* Tunisia is 1st North African state to join ICC
 
* ICC judges to announce Gaddafi warrant decision Monday
 
By Louis Charbonneau
 
UNITED NATIONS, June 24 (Reuters) – Tunisia, whose demonstrations inspired the so-called ‘Arab Spring’ uprisings across the region, on Friday became the first North African state to join the International Criminal Court (ICC).
 
Tunisia is the 116th country to sign the Rome Statute, which established the world’s first permanent war crimes court in The Hague. Having signed the necessary documents to join the ICC, Tunisia will become a party to the treaty on Sept. 1, which will subject it to the court’s jurisdiction.
 
« The ICC welcomes Tunisia’s accession as a decision to join the international community’s efforts to put an end to impunity for the perpetrators of the most serious crimes of international concern — genocide, war crimes, crimes against humanity and aggression, » the ICC said on its website.
 
It said Tunisia, whose ‘Jasmine Revolution’ earlier this year inspired pro-democracy demonstrations and uprisings across North Africa and the Middle East, was the first North African country and the fourth member of the Arab League to become an ICC member.
 
« Its accession highlights the ICC’s role as a key actor in the field of international criminal justice at a time of dynamic changes for the region, » the ICC statement said.
 
Other Arab and Muslim states have been suspicious of the court, concerned that it is a tool of the Western powers.
 
ICC judges are expected to announce on Monday whether they will issue arrest warrants for Libyan leader Muammar Gaddafi, his son Saif al-Islam and his intelligence chief, brother-in-law Abdullah al-Senussi, over the government’s crackdown against anti-government protesters.
 
Even though Libya is not a party to the ICC, the U.N. Security Council referred the violence in Libya to the court in February. ICC chief prosecutor asked ICC to indict Gaddafi, his son and Senussi for crimes against humanity in May.
 
Analysts say that the Arab Spring and the Security Council’s referral of Libya could mark a pivotal shift in support for the ICC. Another Arab country that is considering joining the court is Egypt, diplomats say.
 


ANSA, le 24 juin 2011 à 19h34 GMT
 

Onu: Tunisia ratifica Cpi, primo paese Nord Africa


 
 
 
NEW YORK (ansa) La Tunisia post-Ben Ali ha deciso di aderire alla Corte Penale Internazionale (Cpi), è il primo Paese del Nord Africa a farlo. L’annuncio è stato dato oggi all’Onu
 
dall’ambasciatore tunisino Ghazi Jomaa: « Senza la protezione dei diritti umani, non c’è nè libertà nè dignità ».
 
La Tunisia sarà il primo paese del Nord Africa (e il quarto della Lega Araba) a sottoscrivere lo Statuto di Roma, il documento che ha fatto nascere il tribunale con sede a L’Aja. Jomaa ha detto che, oltre allo Statuto, la Tunisia aderirà ad altri strumenti del diritto internazionale.
 


 

ANSA, le 24 juin 2011 à 19h26 GMT
 

Tunisia: 94 partiti; 31 in lista attesa; 118 domande bocciate


 
TUNISI (ansa) Il panorama politico tunisino del « dopo rivoluzione » sta assumendo dimensioni numericamente impensate sino a pochi mesi fa e che destano sorpresa. I partiti autorizzati, dopo il 14 gennaio, dal Ministero dell’Interno a svolgere attività politica sono ormai 94. E sarebbero 95 se il Rassemblement constitutionnel démocratique, il partito dell’ex dittatore Ben Ali, non fosse stato sciolto con decisione del tribunale di Tunisi.
 
Ma, da qui al 23 ottobre, data di celebrazione delle elezioni dell’Assemblea costituente anche il « tetto » dei 100 partiti potrebbe essere sfondato, dal momento che, scrive la Tap, altre 31 domande di autorizzazione sono ancora alla valutazione del Ministero dell’Interno che, peraltro, ne ha già bocciate ben 118. I motivi delle bocciature risiedono nel fatto che le domande erano basati su principi non accettati, quale religione, lingua, sesso o provenienza geografica.
 


Associated Press, le 24 juin 2011 à 18h33 GMT
 
 
 

Tunisia joins ICC amid sweeping national change


 
 
 
UNITED NATIONS (AP) _ Tunisia says it has joined the International Criminal Court to demonstrate its new post-Arab Spring focus on human rights, democracy and
 
respect for rule of law.
 
Tunisia’s U.N. ambassador Ghazi Jomaa said Friday that his country will also sign conventions on torture, enforced disappearances and civic and political rights to underscore
 
its commitment to reform.
 
Liechtenstein’s Ambassador Christian Wenaweser, president of the assembly of ICC members, welcomed Tunisia as the 116th country and fourth Arab League member to join the
 
international court which investigates and prosecutes genocide, war crimes and crimes against humanity. League members Djibouti, Comoros and Jordan also belong.
 
The so-called Arab Spring protests began in Tunisia in January with the overthrow of long-time dictator Zine el-Abidine Ben Ali.
 


Associated Press, le 24 juin 2011 à 20h24 GMT
 

First post G-8 project starts in Tunisia


 
 
 
TUNIS, Tunisia (AP) — The European Investment Bank has begun its first development project in Tunisia following the recent Group of Eight summit pledging to support for the country.
 
 
 
On Friday, Tunisian Minister of Planning Abdel-Hamid Triki and bank Vice President Philippe De Fontaine-Vive signed a €163 million ($231 million) agreement to build roads.
 
 
 
The project, which will eventually cost €300 million, will help create 7,000 jobs. The loan will be financed over 25 years, with a four-year grace period.
 
 
 
Tunisia’s economy, which depends heavily on tourism, was hammered by a popular pro-democracy uprising that overthrew the long time ruler.
 
 
 
Countries and international institutions pledged billions of dollars at last month’s G-8 summit to help the battered economies of Tunisia and Egypt.
 
 
 
Read more: http://www.stamfordadvocate.com/business/article/First-post-G-8-project-starts-in-Tunisia-1439082.php#ixzz1QK4BbVr0
 


 

Associated Press, le 24 juin 2011 à 18h58 GMT
 

Defecting Libyan officers describe daily tragedy


 

By BOUAZZA BEN BOUAZZA, Associated Press

 
 
 
TUNIS: Libyan Army officers defecting to Tunisia described on Friday a country ruled by fear in which many soldiers are trying to leave.
 
 
 
Dozens of members of the army have fled the country in recent weeks, officials say, including 19 officers that arrived on Thursday.
 
 
 
“We came here not to escape death but because of the massacre of the Libyan people. We refuse to kill the children of our country,”an officer, who refused to give his name for fear of retribution, told The Associated Press.
 
 
 
“Some of our colleagues just couldn’t handle it any more and turned their weapons on themselves,” the officer said.
 
 
 
“Some died while others were severely wounded.” He said he and his fellow officers found the pressure to be unbearable and waited two months for the opportunity to flee.
 
 
 
Soon after popular uprisings erupted across Libya, especially in the eastern half, many of Qaddafi’s army units fell apart, their members defecting to the opposition side or fleeing to Tunisia.
 
 
 
Opposition fighters, after overrunning government strongholds in the east, described finding government soldiers bound and shot through the end, apparently for disobeying orders.
 
 
 
Qaddafi, however, has maintained a well equipped core force of special brigades outside the regular military run by his sons and augmented by foreign fighters that have been remarkably effective against the opposition fighters.
 
 
 
“We are living a tragedy every day, with new victims falling by the hour,” said another of the three officers interviewed by the AP. He estimated that some 15,000 people had died so far in the civil war.
 
 
 
Defecting Libyan soldiers and police have sailed boats along the coast and trekked through the desert to cross the border, where they are met by Tunisian forces.
 
 
 
“They give us their weapons and we take them to a safe location, some of them join their families who already fled to Tunisia,” said Mokhtar Ben Nasr, spokesman for the Defense Minister. He declined to say how many have defected.
 
 
 
The International Organization of Migration estimates 193,986 third country nationals have crossed into Tunisia since Feb. 20.
 
 
 

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la Sécurité Sociale


 

Monsieur le Ministre,

Depuis environ deux décennies, les contrôleurs assermentés ? de la CNSS, ne cessent de fermer des lieux de travail et ce suite aux instructions de la police politique de Ben Ali. Ils notifient des procès verbaux dans les cafés autour d’un « CHICHA » ! Puis ils rangent ces PV dans leurs serviettes jusqu’à l’expiration des délais de recours, pour commencer à harceler les contribuables suivant leur importance de dérangement de la sécurité du dictateur.

Monsieur le ministre,

Ces mêmes contrôleurs assermentés ? qui ont été les piliers du pouvoir de ben Ali demeurent encore dans leurs postes en utilisant les mêmes comportements et les mêmes pratiques.

La révolte du peuple tunisien du 14 janvier 2011 a fait tomber le somment de la pyramide de la dictature, mais les piliers qui ont fait l’équilibre dudit pyramide demeurent inchangés dans leurs postes. Donc une sonnette d’alarme doit retentir dans les quatre coins de la Tunisie libre afin d’enlever ces vis cachés et continuer avec des hommes honnêtes pour préserver les intérêts des Tunisiens.

 

 

Tunis le, 25/06/11

Khemaies ROMDHANI

Ingénieur Géomètre Expert.

Code employeur CNSS : 206380-61


TUNISIE : LA PAUVRETE EST POLITIQUE


Houcine Ghali, Genève

Ainsi donc, les bourgeois et les citadins tunisiens n’ ont découvert le spectre de la pauvrerté qui ronge l’ intérieur du pays qu’ après le 14 janvier 2011, date de la révolution entreprise par ces désérités, oubliés, chômeurs, paysans et ruraux exclus des plans de développement des différents gouvernements qui se sont imposés depuis l’ indépendance en 1956 pour tracer la destinée du peuple tunisien.

 

Que de noms de villages, de bourgades et de bleds n’ ont sonnés aux oreilles des Tunisois, des Sfaxiens, des Sahéliens que quelques semaines après la révolution avec des reportages qui montrent la désolation, la misère et le denouement avec des gourbis d’ un autre siècle, une promiscuité dangereuse, une absence totale desinfrastrutures indispensables pour une vie digne de l’ être humain. Des femmes qui crient misère, des hommes qui ne peuvent pas se tenir debout tellement leurs corps ont été ereintés par un labeur pénible et suffisant à peine à leur procurer une nourriture banale. Les médicaments, les visites médicales, ils n’ en ont profité que très peu tellement les dispensaires et les hôpitaux se trouvent éloignés de leurs demeures
Entre le 12 et le 24 janvier dernier, j’ étais en Tunisi
 
e, et j’ ai demandé à un marsois s’ il sait où se trouve le village de Jedeniana ( 50. 000 habitants ). Il m’ a répondu, le plus sérieusement du monde :  » Au Tchad « !
 
C’ est dire combien le monde rural en Tunisie est le dernier des soucis des citoyens du Grand Tunis et des villes surtout côtières.
 
Bien sûr, étonnés et touchés par ce qu’ ils viennent de découvrir de monstrueux dans les régions reculées du pays, les citoyens n’ ont pas manqué de venir au secours de ces malheureux et leurs actions continuent jusqu’ à présent. Le gouvernement provisoire a lui aussi ordonné quelques aides ponctuelles. Cet élan de solidarité est à saluer, mais les Tunisiens doivent comprendre que la pauvreté dans le pays est avant tout un problème politique, c’ est à dire que lorsque le pouvoir de Bourguiba et surtout de Ben Ali a axé sa stratégie sur l’ enrichissement de la classe dominante, avec en plus l’ instauration d’ un système mafieux et la prépondérance de la corruption, il est normal qu’ une minorité amasse des fortunes au détriment de la misère qui touche les plus démunis. Ajoutons à tout cela l’ esprit régionaliste qui a été appliqué à tous les plans économiques concernant le pays depuis plus de 50 ans, et on constate aisément maintenant pourquoi des régions entières de l’ intéreur se trouvent dans la misère la plus absolue.
 
La Tunisie est en train de payer 50 ans de manque d’ intérêt pour l’ agriculture. Les politiques de développement ont négligé les petits paysans produisant des cultures vivriéres. Elles se sont focalisées sur les filières d’ exportations, le tourisme et le textile, sans oublier l’ apport facile et san investissement de l’ apport en devises d’ un million deux cents mille travailleurs tunisiens à l’ étranger. C’ est ainsi que la pauvreté rurale a augmenté d’ une manière dramatique.
 
C’ est pourquoi, il es du devoir de tous les partis politiques qui se battent pour la prise du pouvoir, ainsi que des associations de la société civile, de consacrer une place prépondérante dans leurs programmes politiques et leurs visions économiques, au monde rural longtemps marginalisé, oublié, blessé et meurtri. Car la pauvreté, ce n’ est pas seulement la faim, mais aussi la misère psychologique, l’ absence de soins, d’ accès à la culture et aux loisirs et la perte de la dignité humaine.
 
Houcine.ghali@bluewin.ch

 

La Tunisie a rejoint la Cour pénale internationale


La Tunisie, berceau des révoltes du monde arabe, est devenue vendredi le premier pays nord-africain à rejoindre la Cour pénale internationale (CPI). La Tunisie est le 116e pays, 32e pays africain et quatrième membre de la Ligue arabe à signer le statut de Rome, qui a créé le premier tribunal permanent chargé de juger les personnes accusées de génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre. Son adhésion entrera en vigueur à compter du 1er septembre, date à laquelle le pays sera soumis à la juridiction de la cour. «La CPI se félicite de la décision de la Tunisie de se joindre aux efforts de la communauté internationale pour mettre un terme à l’impunité des responsables des crimes internationaux les plus graves», a déclaré le tribunal. L’adhésion de la Tunisie «met en lumière le rôle essentiel joué par la CPI dans le domaine de la justice pénale internationale à un moment où la région connaît des changements importants», a-t-il ajouté. L’Egypte, qui a connu sa révolution en janvier-février, un mois après celle du «jasmin» en Tunisie, songe également à adhérer à la CPI, indiquent des diplomates. Source: « 20 minutes.fr » Le 25-06-2011 Lien:http://www.20minutes.fr/ledirect/747647/tunisie-rejoint-cour-penale-internationale

Omar Mestiri : « Les médias sont indignes du Tunisien de 2011 »


Le magazine électronique Kalima est né en 2000. En 2008, c’est devenu une radio, qui diffuse ses programmes sur internet. En 2009, l’ancien régime a confisqué le matériel et fermé le local. Depuis, la radio a trouvé refuge à l’étranger et est revenue en Tunisie après le 14 janvier. Le directeur Omar Mestiri observe une grève de la faim depuis le 21 juin. Pourquoi ?« Il faut libérer la presse audiovisuelle de la censure qui continue à exister après la révolution. Nous réclamons notre droit de diffuser sur la bande FM ». Des obstacles de tous genres  
Un directeur d’une radio observe une grève de la faim, pourtant on a noté l’absence des « confrères » de la presse audio visuelle. Zakeya Hdiji s’étonne :  » Rien que par curiosité journalistique, ils devaient être présents. Notre moral reste toutefois intact. Nous avançons, même si nos correspondants à l’intérieur du pays travaillent dans des conditions extrêmes. Nous sommes même incapables de renouveler nos cartes d’identité parce que nous appartenons à cette radio. Nous subissons des campagnes de diffamation de tous genres dans presque tous les supports médiatiques « . Médias indignes
Ensuite, parole à Omar Mestiri, visiblement épuisé, il souligne :  » On essaye de nous conduire vers des élections avec des médias conditionnés. Personne ne pourra nous convaincre qu’il est normal que les procédures prennent autant de temps pour l’obtention de la bande FM. Nous avons tout fait pour avoir ce droit. Les autorités concernées ne nous laissent pas le choix. C’est pour cela que je suis en grève de la faim, même si je n’adhère pas à ce type d’action. La possibilité de s’adresser à des instances internationales ? Ce n’est pas encore d’actualité. En Tunisie, nous n’avons pas besoin d’une instance de contrôle mais d’une agence pour gérer les fréquences radios. Les médias post révolution? Ils ne sont pas dignes du Tunisien de 2011. Le citoyen est bien plus intelligent. Il n’a pas été dupé par le système Ben Ali et il ne le sera plus jamais « . Non à l’exclusion Les radios qui existent avant le 14 janvier ? Omar Mestiri regarde plutôt devant, mais il précise :  » Nous demandons que tout le monde soit traité sur le même pied d’égalité. S’il y a des impôts à payer, il faut que toutes les radios le fassent. A titre d’exemple, Mosaique FM s’est montrée prédisposée à se plier aux règles et devrait être suivie par tous les autres. Chez Kalima, nous sommes contre l’exclusion de qui que ce soit. Nous demandons tout simplement que la concurrence soit loyale et qu’il n’y ait pas de disparités « . La police politique est encore là Faten Hamdi, journaliste de Radio Kalima, prend ensuite la parole et dénonce :  » L’ancien système est encore là. Nous sommes quotidiennement harcelés par la police politique qui nous rend visite dans nos locaux. Ils nous mettent encore la pression, mais nous leur disons que malgré tout, nous continuerons à lutter et que nous couvrirons avec le peu de moyens que nous avons, les prochaines élections. Nous n’avons pas craqué sous Ben Ali. Ce n’est pas maintenant que nous allons plier « .


 

En Tunisie, « on s’est débarrassé de la peur »


 

Six mois après le geste désespéré de Mohamed Bouazizi dont l’immolation par le feu a fait de la ville de Sidi Bouzid l’épicentre du séisme qui a amorcé la révolution tunisienne avant de gagner le monde arabe, sa région natale et le reste du pays hésitent entre fierté et désenchantement. « La révolution de la dignité et de la liberté est celle du 17 décembre et non du 14 janvier », lit-on sur un mur de l’avenue Habib-Bourguiba à Sidi Bouzid, à 270 km au sud-ouest de Tunis. Le 14 janvier est la date de la fuite du président tunisien Ben Ali ; le 17 décembre, celle de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi. Le suicide de ce jeune marchand de fruits excédé par des humiliations policières a déclenché la Révolution de jasmin en Tunisie avant de se transformer en printemps arabe. Six mois plus tard, le désenchantement a gagné la ville de Sidi Bouzid. « Depuis des mois, les journalistes du monde entier défilent et ma situation n’a pas changé pour autant », déplore Youssef, un jeune vendeur de légumes. « Avant, je me faisais 100 dinars (50 E ) par semaine ; depuis la révolution, une vingtaine (10 E) », se plaint-il, en cachant à peine son regret du temps de « ZABA », acronyme de l’ex-président Zine el Abidine Ben Ali. « Il paraît qu’il pleut des milliards sur Sidi Bouzid. Je n’ai pas vu un centime », lâche un autre vendeur de légumes. Dans la Maison des jeunes toute proche, trois membres de l’association Al-Karama (la dignité en arabe) sont réunis pour élaborer des solutions de développement. Après le 14 janvier, « les critiques ne sont valables qu’assorties d’alternatives », tranche Hichem Daly qui propose ainsi « un projet de « comité de développement régional » réunissant des représentants de l’État, des communes et de la société civile qui débattront en public des priorités pour leur région ». Apparition de plus de 90 partis Au-delà de Sidi Bouzid, de nombreux Tunisiens trouvent que les choses ne vont pas assez vite. Mais, selon un baromètre de l’institut Sigma conseil, plus de 70 % de la population se dit confiante dans l’avenir, même si une liberté retrouvée ne fait pas oublier toutes les difficultés. Dans la colonne positive du bilan des six derniers mois, Pierre Vermeren, historien spécialiste du Maghreb, constate : « Une vie politique s’est mise en place avec la création de nombreux partis, le pays n’a pas basculé dans la guerre civile ou un degré de violence trop grand et il ressent une grande fierté nationale d’avoir été à l’origine du printemps arabe. » Sur le plan politique, après de longues tergiversations, les autorités, les partis et la commission électorale se sont entendus pour fixer au 23 octobre la date des élections qui désigneront l’assemblée chargée d’élaborer une nouvelle Constitution pour la Tunisie. La scène politique est toutefois extrêmement morcelée avec l’apparition de plus de 90 partis. Côté négatif, la crainte du marasme d’une économie tirée vers le bas par la baisse considérable d’une de ses principales ressources, le tourisme, assombrit le paysage. La guerre en Libye pèse aussi sur la Tunisie avec les quelque 500 000 réfugiés qu’elle a dû accueillir. La blogueuse Lina Ben Mhenni tire pour sa part un bilan simple mais éloquent des six derniers mois en Tunisie : « On s’est débarrassé de la peur. Source: « Nord Eclair » Le 25-06-2011 Lien:http://www.nordeclair.fr/France-Monde/Monde/2011/06/25/en-tunisie-on-s-est-debarrasse-de-la-peu.shtml


 

Le jeu de la Vérité… Avec Ahmed Néjib Chebbi, président du PDP«Ennahdha notre ennemi juré? C’est trop dire!»


 

«J’ai toujours défendu l’action politique légale, pourquoi dois-je la refuser à des citoyens de l’ancien RCD ?»- Néjib Chebbi, leader du Parti démocratique progressiste (PDP), se livre à nous dans un entretien qui se veut un tant soit peu récapitulatif de la somme d’un parcours politique … non sans remous.

Le temps : Le PDP est déjà parti pour une campagne de communication politique avant l’heure. Soit. Est-ce que le PDP se vend bien ? Encore est-il, qu’il ne faut pas utiliser des méthodes nouvelles à part les affiches, une technique ayant fait son temps

Néjib Chebbi : Si vous me dites que la campagne est classique c’est une chose et si vous la contestez, c’en est une autre. Ce que fait le PDP est tout ce que fait chaque parti pour mobiliser les électeurs. Nous opérons sur deux axes, d’un côté il y a les médias, les chaînes de tv, mais d’une manière limitée d’un autre les réseaux sociaux. On fait une campagne d’information dans les circonscriptions pour faire connaître le parti et nos candidats. Car selon une étude qu’on a menée on a appris que les gens connaissent Maya Jribi et moi-même mais n’ont pas encore assimilé le nom du parti pour l’associer à ses leaders. Côté nouveauté, je peux vous dire qu’à cette étape de la stratégie de communication le visuel est d’une importance primordiale pour rendre plus visibles les candidats aux yeux des électeurs qui vont se présenter dans les différents bureaux. . Cela se fait dans toutes les démocraties du monde où on est submergé par un nombre fulgurant d’affiches. Par ailleurs il y aura d’autres techniques de communication qu’on utilisera prochainement. Le PDP, jusque-là est bien positionné dans le paysage politique. Nous nous sommes décuplés en passant de 25 sections à la veille de la Révolution à pratiquement 200 sections. Nous sommes parvenus à avoir parmi nous beaucoup de cadres du secteur public et privé. Nous continuons à faire du terrain pour aller à la rencontre des gens là où ils sont et prendre contact avec les populations. Au cours de la semaine écoulée j’ai été à Tataouine et à Kairouan. Le 25 on avait programmé un meeting à Fériana qui a été reporté parce que c’est le jour du résultat du bac. On a fait quasiment tout le pays, on était dans de petites localités et on va le refaire.  

 

Aujourd’hui les partis se tirent dessus à boulets rouges et il paraît presqu’évident qu’Ennahdha est devenu votre ennemi juré alors qu’en 2005 vous étiez ensemble dans « le comité du 18 octobre ». Que s’est-il passé entre temps ?

 

Ennemi juré, c’est trop dit. Nous ne sommes pas en conflit mais en concurrence loyale. Par contre il y a une suite logique d’évènements qui a fait que tous les partis toutes idéologies confondues, soient réunis pour défendre des libertés qui ont été réalisés par la Révolution. En 2006 les islamistes ont été élargis et depuis le comité a cessé de fonctionner réellement pour que chacun suive sa ligne à proprement parler. La campagne que le PDP a menée contre le 6ème mandat de Ben Ali a carrément approfondi le fossé entre notre parti et celui des islamistes. La base de notre alliance est donc dépassée par le temps ce qui exempt le projet de société qui la supporte. Notre projet de société est libéral, moderne, tolérant et ouvert sur le monde extérieur. Je crois que le religieux en tant que programme idéologique à la tête d’un pays risque de brouiller notre image à l’extérieur.

 

Avant le 14 janvier quand les islamistes n’avaient pas leur visa vous avez fait en sorte qu’ils soient de votre partie. Après le 14 janvier vous n’étiez pas contre l’adhésion des anciens Rcédistes à votre parti. Est-ce que tous les moyens sont bons pour drainer le maximum de citoyens ?

 

Avant la Révolution tout le monde était face à un système répressif pour défendre les libertés d’expression et l’élargissement des prisonniers politiques, etc. Personnellement, j’ai défendu le droit de tout un chacun à l’existence légale, y compris les islamistes. Par ailleurs, je me suis opposé au RCD qui a cautionné le pouvoir absolu d’un chef et ses pratiques répressives, et non pas à l’Etat RCD qui a contribué à l’élaboration d’un projet de société pour notre pays. J’ai toujours défendu l’action politique légale pourquoi dois-je la refuser à des citoyens de l’ancien RCD. Je ne suis pas pour l’exclusion des citoyens mais pour leur inclusion dans la vie politique. Les anciens Rcédistes qui n’ont rien à se reprocher du point de vue de la loi sont les bienvenus. C’est la justice, et au regard de la loi, qui va demander des comptes, en toute sérénité, aux Rcédistes rendus responsables ou impliqués dans des crimes contre le peuple tunisien. Cela ne relève pas des prérogatives de la rue ou du pouvoir public. Ceux qui ne sont pas rendus coupables ou responsables d’actes répréhensibles aux citoyens doivent trouver leur place dans la vie démocratique. Nul n’a le droit de priver un citoyen de jouir de la plénitude de ses droits, entre autres, celui de se présenter au verdict des urnes. Je crois en l’égalité des chances qui doit être garantie à tous les acteurs politiques.

 

Pourquoi refusez-vous les alliances avec d’autres partis notamment ceux qui sont de la rive gauche du spectre politique, à l’exemple du pôle démocratique moderniste?

 

Nous serons toujours favorables à l’alliance démocratique. Je crois que chacun doit aller aux urnes en comptant sur ses propres forces et que nous devons réunir nos forces plus tard au sein de l’assemblée comme c’est le cas du PC et PS en France dont l’union n’a jamais donné lieu à une liste commune. Cela ne veut pas dire qu’on est contre toutes forces démocratiques qui le souhaitent de fusionner.

 

Pour la Haute instance, quelle est votre position par rapport à l’inclusion de l’article sur la non normalisation avec l’Etat hébreu et celui du financement des partis ?

 

Je suis contre la normalisation avec l’Etat hébreu mais je ne suis pas pour l’inclusion de cette position dans une déclaration de principe sur les droits. Je crois que c’est un artifice de lutte contre Ennahdha, sans effets. Pour moi une déclaration de partis qui se méfient les uns des autres n’a aucun sens. C’est une fausse bataille. Je crois qu’une déclaration des droits du citoyen et de l’Homme en Tunisie doit être votée par le peuple à travers des urnes et sur la base d’un texte référentiel pour apporter tous les amendements nécessaires à la prochaine Constitution. Celle –ci obligera les pouvoirs publics à commencer par la magistrature.

Pour le financement des partis, il faut comprendre qu’est-ce qu’on veut dire par là. Est-ce une loi à usage unique comme l’a toujours fait l’ancien régime ? Cela n’est louable que si c’est durable. Nous sommes contre des lois qui ligotent des partis au point de se permettre de légiférer en dehors de la légitimité du pouvoir. La loi interdit les financements étrangers et stipule le fait de soumettre le compte des partis et l’état des financements au contrôle des cours des comptes, on est appelé à s’en tenir à ces dispositions. Si demain il faudrait légiférer pour mieux affiner ces principes nous pouvons le faire dans le cadre de la Constitution ou le parlement. On aura ainsi une loi impersonnelle et une loi qui dure.

Mais aujourd’hui des partis sont fragilisés de par le peu de financement qu’ils ont, alors que le PDP, Ennahdha et Afek Tounès en ont.

Ce n’est pas mon problème. Ce n’est pas mon problème non plus, si Afek Tounès a une base bourgeoise qui finance sa campagne, que le PDP impose le respect et que des hommes d’affaires mettent leur confiance dans son projet de société.

 

A vos débuts vous étiez nationaliste (Parti El Baath), puis vous êtes devenu un militant de gauche, ensuite de l’extrême gauche, puis vous avez fait un basculement à 180° en acceptant de faire partie du gouvernement Ghannouchi et enfin du jour au lendemain vous vous êtes reconverti en libéral. On a du mal à voir clair dans votre vie politique qui est à géométrie variable. Est-ce que chaque étape a sa politique ?

 

Ce que vous appelez du jour au lendemain est un parcours de 46 ans. J’ai été un nationaliste arabe de gauche. Je me suis radicalisé dans le sens de l’extrême gauche, par rapport à des événements survenus en Tunisie et dans le monde arabe. J’ai vécu 14 ans d’expérience extrêmement coûteuse puisque j’ai été condamné à 32 ans de prison. J’ai été incarcéré pendant deux ans, puis exilé pendant sept ans et j’ai passé quatre ans de lutte clandestine. Le tout versait dans le seul but de reconsidérer nos choix par rapport à l’expérience mondiale de la gauche. Je me suis toujours passionné pour un idéal de justice sociale irréalisable. Nous sommes devenus des sociaux démocrates et notre parti a été rebaptisé sur cette base, il est devenu le PDP jusqu’à ce jour. Dans le sillage le fruit de nos réflexions nous ont amenés à comprendre qu’à la lumière de l’expérience mondiale, l’économie de marché est le seul cadre propice à la production de richesse pour la mieux répartir. Dans les années 90 le monde a été frappé du sceau de la globalisation qui malgré les inégalités qu’elle a générées elle a apporté beaucoup de progrès à l’humanité. Nous ne pouvons progresser que dans un échange avec l’économie mondiale. C’est donc une évolution naturelle étalée sur plusieurs années avec une rupture en 1979 lorsque nous avons quitté l’idéologie de gauche et les méthodes d’action révolutionnaire pour choisir une action légale et la ‘’Social- Démocratie’’ sur la base du progressif social démocrate. Cela n’a jamais été un effet de mode mais le fruit d’expériences pénibles qui nous ont servies d’enseignement. Le gouvernement Ghannouchi était une position dictée non pas par une idéologie mais par ce que nous croyons être l’intérêt national. Le choix était limité : refuser et lui dire ‘’débrouillez-vous’’ serait irresponsable, ‘’remettez le pouvoir à l’armée’’ serait compromettant pour l’avenir du pays, ‘’poussez-vous pour qu’on s’y mette’’ serait relever du fantasme car les forces politiques et l’UGTT ne sont pas à l’origine de cette révolution et donc ne pouvant pas parler en son nom pour dire aux jeunes, continuez nous prenons l’Etat d’assaut pour arriver à un scénario libyen. Toutes ces éventualités étaient possibles. Nous avons choisi un compromis évolutif entre les technocrates de l’ancien régime et des représentants de la société civile pour réaliser le programme de la Tunisie démocratique en six mois dans le cadre des lois réformées sous l’égide d’une commission indépendante et en la présence d’observateurs étrangers. C’est ce qu’on a fait en 45 jours. Je ne vois pas en quoi cette démarche serait en opposition avec notre ligne démocratique. En résumé, l’action politique a été un sacrifice constant que j’ai toujours payé et dont je me suis toujours acquitté sous forme d’exil, de grèves de la faim, d’emprisonnement.

 

Entre-temps vous avez séjourné aux Etats-Unis sur une invitation des néoconservateurs qui ont influencé la politique des Bush père et fils pour mener des guerres injustes en Afghanistan et en Irak au nom de la démocratie. Selon vous est-ce que les révolutions arabes seraient une continuité de cette politique ?

 

Je suis un pragmatique en politique. Mon but c’est de pouvoir démocratiser mon pays et toutes mes relations sous-tendent cet objectif. Cela étant, défendre la cause de la démocratie ne devait pas se soumettre à aucun préalable idéologique. Dans ce Think-tank auquel j’ai participé le but était de se rencontrer sur une plate-forme démocratique mais je n’étais pas obligé de cautionner leurs stratégies guerrières. J’ai toujours exprimé mon opposition farouche et constante à la guerre contre l’Irak. Maintenant penser qu’il y a une main cachée qui actionne les révolutions c’est quitter la rationalité qui doit s’en tenir à la dynamique des faits. Les révolutions qui ont déferlé dans le monde arabe ont été menées par le peuple d’une manière indépendante de toutes formes d’encadrement. Cela n’a rien à voir avec la démocratie par la guerre.

 

Quel est votre livre de chevet. Qu’est-ce que vous lisez en ce moment ?

 

Les mémoires de Jean Monet. C’est lui l’artisan du rapprochement entre l’Allemagne et la France après les deux guerres et l’édificateur de l’Europe des années 50.

Source: »Le Temps » Le 25-06-2011

Lien: http://www.letemps.com.tn/article-57057.html



 

Ceux qui ne partagent pas ses idées religieuses sont souvent séduits par son discours ouvert et plein d’humour. Personnage charismatique au verbe haut, l’avocat vaguement islamiste n’a pas fini de surprendre. Portrait… ParZohra Abid Kapitalis a rendu visite à Abdelfattah Mourou, jeudi, au 7, rue de l’Ancienne poste, à Tunis, au troisième étage de son cabinet, un immeuble de style colonial dans une petite rue populeuse et poussiéreuse au cœur de la capitale, acheté en 1991 et restauré avec goût tout en gardant son cachet. «C’était une propriété de deux frères italiens, qui avaient leurs commerces en bas et habitaient en haut», raconte l’avocat qui a mis de l’ordre dans le bâtiment: un rez-de-chaussée pour le secrétariat, l’archive et l’accueil, un premier étage pour ses deux fils avocats, un deuxième étage réservé à la stagiaire et à un avocat de la famille. Pour lui et son clerc Salah (dont le frère membre d’Ennahdha est mort en prison sous la torture), c’est l’étage royal, tout en haut. Ici, on a l’impression d’être chez un antiquaire (ou chez un bouquiniste). Il n’y a pas un mètre carré vide. Meubles et bibelots partout, tableaux figuratifs (qui a dit que l’islam interdisait la figuration?) et miroirs de tous les styles, les uns placardés dans les couloirs, les autres, faute de place, sont posés dans des coins perdus derrière une armoire ou un vieux fauteuil. Des fleurs et des plantes en plastique un peu partout, de quoi mettre un peu de verdure, fut-elle artificielle. L’enfant de HalfaouineDehors, il a fait au moins 40° à l’ombre. Maître Mourou vient d’arriver du tribunal. Il a plaidé toute la matinée dans des affaires corsées. De circonstance. Ici, il n’y a pas de clim, mais des ventilateurs suspendus partout. Sidi Cheikh s’est mis en chemise et saroual turc gardant chaussettes, mais en nu-pieds. Notre hôte vient de fêter, il y a trois semaines, ses 63 ans et semble satisfait de sa carrière, de sa vie. «Je suis né le 1er juin 1948 à la rue Sidi Aloui, entre Bab Saadoun et Halfaouine. Mon père était cafetier dans le quartier. Malade, ma mère couturière nous a élevés, ma sœur Alya et moi», se souvient l’enfant du Rbat, comme on appelle Bab Souika. Et d’ajouter qu’il était toujours le premier de la classe soit en primaire à l’école Kheireddine de la rue du Tribunal soit au secondaire au collège Sadiki. Son bac en poche en 1966, le brillant étudiant s’est inscrit dans deux universités : celle de théologie et celle de droit. «A l’époque, l’orientation était libre et on pouvait s’inscrire dans deux universités», a-t-il précisé. Quatre petites années et le voilà avec une maîtrise doublée. Il lorgnait vers la magistrature. En mars 1972, il siégeait déjà aux tribunaux. L’expérience a duré 5 ans. Obnubilé par la bonne cause, celle de la défense de la veuve et de l’orphelin, il s’est inscrit au barreau pour exercer la profession d’avocat. En 1981, c’est la politique qui l’a attiré. L’idée de fonder un parti islamiste a toujours trotté dans sa tête. Pour lui, il était temps. «Le 6 juin 1981, j’ai fondé le Mouvement de tendance islamique (Mti). On m’a arrêté en juillet et incarcéré pour appartenance à une association illégale. J’ai été condamné à 10 ans de prison. J’ai été gracié après deux ans en prison. A ma sortie, j’ai passé une année en résidence surveillée. A l’époque, j’étais déjà marié et j’avais à ma charge des enfants», s’est-il rappelé. Vie de famille à la Marsa C’est à la Marsa, à la cité des Juges, un quartier chic à l’entrée de la ville, qu’Abdelfattah Mourou a choisi de construire sa maison à son goût. C’est là où ses petits ont grandi. «L’aîné Aman Allah (34 ans), ensuite Dhia Eddine (33 ans). Tous deux ont voulu faire la même carrière que moi, Meriem (31 ans maman du petit Tahar 3 ans), après sa maîtrise, a choisi de rester à la maison», a-t-il dit sur ses enfants déjà mariés et casés. Mais ceux qui partagent encore avec lui le même toit, ce sont Abdelmalak (26 ans en 3ème cycle de droit, qui ambitionne d’intégrer la magistrature et le petit dernier Mortadha (21 ans passe en 3ème année fac). Interrompu à plusieurs reprises par le téléphone qui ne le quitte pas, il ne nous dira pas plus. A part les prières, les tribunaux, les affaires et les discours, qu’aimez-vous faire dans la vie? «Tout (un sourire sous cape, Ndlr). J’aime la vie, j’assiste aux fêtes. Je ne rate pas les festivités, mais je veille à préserver ma dignité. Ne suis-je pas l’enfant de Bab Souika?», répond-t-il, sur un ton espiègle. Et de poursuivre : «J’adore le chant et la musique. J’ai fréquenté des années la Rachidia et j’ai appris à jouer au piano. J’aime bien écouter les belles chansons d’amour. Oui d’amour, je ne m’en prive pas. D’ailleurs le prophète Mohamed appréciait les chants et il n’y a pas de chant sans mots d’amours. Je chante même en allemand. Alors étudiant, je fréquentais le Centre culturel allemand et je chantais à l’aise le répertoire germanique. Les Allemands m’ont donné un premier prix de chant», se souvient-il. A voir la carrière qui fut la sienne, on ne peut pas dire que le ténor du barreau de Tunis a raté sa carrière. Dans les tribunaux, il a aussi son public. Dans les années collège, le jeune Mourou a toujours voulu se démarquer. Alors que la majorité de ses camarades préféraient apprendre la langue de Shakespeare, lui c’est celle de Goethe qui l’a séduit. Le pays qu’il aime visiter le plus souvent ? Réponse : «La Turquie et l’Arabie saoudite. J’ai déjà fait entre 150 ou 200 omra. Et 7 pèlerinages avec femme et enfants». Le téléphone n’a pas arrêté de sonner. Encore et encore. Des clients, toujours des clients… Mourou, le mauresque, aime le malouf et le mezoued La belle stagiaire entre avec une pile de dossiers interrompant notre entrevue. Il en avait pour une dizaine de minutes. Il lui a dicté d’un seul trait le rapport. Rare éloquence ! Il n’est pas avocat pour rien. La belle sort et ferme derrière elle la porte capitonnée. Il se gratte le cou, met la main sur un livre de sa bibliothèque murale qui s’étend jusqu’au plafond, regarde affectueusement ses petits trésors. «C’est mon autre capital. J’ai des livres religieux, d’histoire, de littérature, des recueils de poésie, d’Antara Ibn Chaddad, El Maârri, Ibn Bord, Chebbi… J’ai tout. Tous les poètes d’amour. Tout ce que vous pouvez imaginer». C’est dans ces livres d’éloquence que M. Mourou a appris, en partie, son art de plaider. Il pense d’ailleurs s’offrir bientôt une paisible retraite pour, dit-il, se remettre à lire. Beau programme en perspective, mais on lui aurait attribué volontiers d’autres ambitions… Après cette parenthèse lyrique, impossible de faire taire Me Mourou. Il dit qu’il aime écouter le malouf. N’est-il pas d’origine andalouse! «Pendant mes heures de repos, j’écoute aussi Oum Kalthoum, Abdelwahab, là c’est autre chose, ça chatouille l’âme. J’aime écouter notamment Hédi Jouini, Saliha, Oulaya, Bouchnak… Il m’arrive aussi d’écouter du mezoued qui est à l’origine un chant de Zendala – endroit de torture et d’isolement en prison –. Il m’arrive aussi de danser mais dans l’intimité. Dehors, je dois imposer le respect et tenir parfois mes distances. N’empêche que je reste, au fond de moi, un enfant de quartier», ajoute-t-il. Son autre passion: il collectionne les instruments de musique. Il en possède déjà 350, de la clarinette au violon en passant par les violoncelles. Mais qu’affectionne-t-il encore? Se promener avec sa femme et sa fille Meriem sur les plages de la Marsa. Il adore la nage entre 16 et 17 heures. Et c’est là où il fait un peu le vide, il se détend… La vue est imprenable, les Marsoises sont ensorcelantes et… la vie est belle. «Je ne mer baigne qu’à la Marsa, c’est magnifique», certifie-t-il. Parole de connaisseur. Et le parti Ennahdha, et la politique dans tout ça! Là, c’est une autre affaire, et vive l’indépendance! Source: « Kapitalis » Le 25-06-2011 Lien:http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/4538-tunisie-mourou-decontracte-sans-robe-ni-turban.html

 


Tunisie : Carthage 2011… le «Sayeb Salah» des artistes

 

Digne d’un bon canular, le programme de l’édition 2011 du Festival International de Carthage a suscité une grande polémique. Mis à part la volonté de rompre avec le passé, nous avons cherché à mieux comprendre les enjeux des orientations culturelles actuelles de l’establishment tunisien. Rencontre avec Kerim Bouzouita, universitaire-chercheur à l’Ecole Doctorale Esthétique, Sciences et Technologies des Arts (EDESTA) à Paris. Il est spécialisé dans l’underground et les phénomènes contre-culturels. Kerim est également consultant auprès de différentes agences des Nations Unies.  

Tekiano : Le visuel affichant les highlights de la programmation du Festival International de Carthage a suscité une importante controverse sur le web social tunisien. Quelle est la portée politique du choix des artistes participants ?

Kerim Bouzouita : Il faudrait que nous ayons en main la programmation définitive pour pouvoir analyser les choix du ministère et établir une vraie critique. Qui qu’il en soit, si nous nous retrouvons encore avec une programmation qui ne laisse pas la place aux jeunes artistes, il y a fort à parier que l’opinion publique et le syndicat des métiers de la musique – qui a prouvé sa volonté de rompre avec la mafia culturelle- contesteront les programmations «mauves». Cela pourrait même amener au boycott des grands festivals.

Quels sont, d’après votre observation et votre expérience, les principes fondateurs pouvant être les catalyseurs de la politique culturelle tunisienne en cette phase de transition démocratique ?

Tout d’abord, le constat de la politique culturelle benaliste est dramatique. Il est plutôt facile de faire le bilan de 23 ans de gouvernance despotique en regardant de plus près quels ont été les « artistes » systématiquement programmés et ceux qui ont profité de larges subventions sous le régime de la tyrannie. Mais il ne faudrait pas s’arrêter à cela, il faudrait également faire le bilan des réelles contributions à l’espace culturel tunisien de ceux qui touchaient les deniers publics.

Personnellement, je ne crois pas à «l’Etat Providence» en ce qui concerne l’art et la culture. Je m’oppose à la politique culturelle considérée comme un ensemble de choix et d’orientations décidés par une poignée «d’experts» pour une nation entière. Cependant, les pouvoirs publics peuvent veiller à ce que les artistes aient le droit de pratiquer leur art sans entraves en décrétant que ce dernier est un espace de liberté qui ne doit pas être investi ou entravé par les pouvoirs publics, les idéologies ou les intérêts privés, ce qui n’était pas le cas sous l’ancien régime.

Par exemple, sous le système Ben Ali, les jeunes étaient privés du droit de créer des associations culturelles afin de produire des évènements, de promouvoir une pratique ou un courant artistique.

Bien pire, les policiers intervenaient brutalement dès qu’ils voyaient quatre jeunes avec une guitare s’installer sur un trottoir au centre ville de Tunis.

Pour résumer, je considérerai deux axes principaux pour rompre avec les pratiques passées et donner de l’air à une vie culturelle asphyxiée par le népotisme :

-La priorité aux nouvelles générations à travers le soutien d’artistes qui n’ont jamais perçu de subventions ou n’étaient jamais programmés sous l’ancien régime.

-La promotion des pratiques artistiques au lieu de la consommation culturelle à travers la mise en œuvre de nombreuses mesures comme par exemple : la création de théâtre et de studios de répétition et de production audiovisuelle dans tous les lycées et toutes les universités publiques, la défiscalisation totale des instruments de musique, des cours d’arts, des cachets des artistes locaux…

-Pour finir, si les pouvoirs publics ne savent pas ou ne peuvent pas soutenir les artistes, qu’ils ne les sabotent pas. Comme le disent si bien les cybers-guerriers : «Sayab Sala7 !».

Quelles sont les grandes lignes d’une réforme à faire afin de rompre avec la culture de propagande?

Je ne suis pas certains que nous puissions parler de culture de propagande dans le cas tunisien. Nous ne sommes pas dans la configuration d’un système totalitaire qui impose les choix esthétiques. D’ailleurs, l’Histoire nous montre que même le puissant régime de Mussolini a échoué à imposer une esthétique «romano-aryenne».

Cependant, il existe bien des dictats culturels qui sont l’œuvre – plus ou moins concertée – des sphères mass-médiatiques, celle du divertissement et celle du politique. En ce qui concerne la musique par exemple, nos goûts, nos imaginaires et jusqu’aux valeurs du projet de société auquel nous aspirons sont le résultat d’un processus complexe auquel participent les choix des directions commerciales et artistiques des radios FM nationales, des télévisions locales et internationales, de la politique culturelle plus ou moins décidée et mise en œuvre par le ministère de la culture à travers les choix de programmation et la distribution des subventions.

Je suis personnellement convaincu, et l’Histoire de l’Art nous le prouve, que les artistes révolutionnaires, ceux-là même qui ont amené des ruptures avec les ordres esthétiques et moraux établis sont des outsiders, des marginaux avant-gardistes qui se sont «fabriqués» par opposition à une société et son système de valeurs avec lesquels ils étaient en conflit. Vous pouvez imaginer un seul instant que Van Gogh, Abu el Kacem Chebbi, Jimi Hendrix, Charlie Parker, John Cassavetes ou Tupac, prendre un taxi jusqu’à la place de La Kasbah pour présenter un dossier de subvention au ministre de la culture? Ces gens là ne rêvaient pas d’être entretenus par les deniers du contribuable. L’Art n’a besoin de cause, parce qu’il est une cause, et il n’a certainement pas besoin d’un ministère de tutelle.

Source: « Tekiano » Le 25-06-2011

Lien: http://www.tekiano.com/kult/kult-event/40-evenements/3959-tunisie-carthage-2011-le-lsayeb-salahr-des-artistes.html


Gardons-nous à droite, gardons-nous à gauche!


 

Lisez leurs journaux, écoutez leurs radios, regardez leurs chaînes de télévision, depuis cinq mois, « nos amis » ne parlent jamais de révolution tunisienne, mais de révolte, d’insurrection, de jacquerie, de troubles. Dans leurs bulletins d’informations, ils focalisent sur tout ce qui ne va pas chez nous, les manifestations, les sit-in, la situation sur les frontières, comme pour prévenir leurs populations au cas où elles seraient tentées de suivre notre exemple. Avec délectation, ils parlent de nos plages « désertées par les touristes », de « la montée du chômage », de « la baisse de la croissance », de « l’insécurité ». Et pour faire bonne mesure, le nom de la Tunisie est toujours associée à ceux de la Libye et de la Syrie (Mon dieu, gardez-nous de nos amis, de nos ennemis, on s’en charge) C’est avec un mélange d’étonnement et d’admiration qu’ils ont accueilli la révolution tunisienne. Etonnement parce que les Tunisiens passaient à leurs yeux pour un peuple «pacifique et pacifiste», doux euphémisme pour masquer la piètre estime dans laquelle ils nous tenaient ; admiration, parce que nous avions réussi là où tous les Arabes ont échoué depuis des siècles au point de donner à penser aux Occidentaux que nous n’étions pas faits pour la démocratie. Nous avons réussi la gageure de mener à bien la première révolution populaire du monde arabe au nom de la démocratie, de la dignité et de la liberté, pratiquement à mains nues. Nul autre pays que la Tunisie dans le monde arabe ne pouvait réussir une telle prouesse, parce que nous étions les plus mûrs pour cette révolution. Grâce à l’héritage culturel accumulé depuis trois mille ans, la Tunisie a toujours été en avance sur son environnement géopolitique, même du temps des Beys. Les réformateurs tunisiens ont été les premiers au cours de la deuxième moitié du XIXème siècle à explorer les causes de la décadence du monde arabe et notamment celle de la Tunisie et à poser le problème du rapport de l’islam à la modernité ; l’esclavage a été aboli en 1846, deux ans avant la France et une bonne vingtaine d’années avant les Etats-Unis ; la première constitution arabe et musulmane est tunisienne (1861) alors que le Code du statut personnel reste, cinquante cinq ans après sa promulgation en 1956, la référence obligée pour le monde arabo-musulman. La révolution, c’est un moment privilégié de l’histoire où notre rapport à la vie, à tout ce qui nous semblait de l’ordre naturel des choses est remis en question, où tout ce qui relevait de la politique-fiction devient dans l’ordre du possible, où la parole se libère, où les réformes les plus audacieuses peuvent être engagées, donnant un formidable coup d’accélérateur à l’histoire. A cet égard, ce qui a été fait depuis cinq mois, quand bien même le rythme des changements paraîtrait lent à certains, relève d’une véritable révolution copernicienne, à tel point que tout ce qui est antérieur au 14 janvier nous semble aujourd’hui relever de la préhistoire. Entre «les Chambres introuvables» d’avant la révolution où régnait le calme des cimetières et les séances houleuses de la Haute instance Ben Achour, entre les JT d’avant et ceux d’après-révolution, entre la presse muselée, se contentant au mieux de broder autour des communiqués officiels et celle qui ne se prive pas de critiquer ni de reléguer en pages intérieures, quand elle ne les occulte pas, les activités des hauts responsables, la différence n’est pas de degré, mais de nature. Certes, ce qui reste à faire est encore plus important, mais de grâce, évitons autant que possible la précipitation et «l’ici et maintenant» au risque de tout remettre en cause. Gardons-nous à droite, gardons-nous à gauche en évitant tout emballement, toute surenchère, n’effrayons pas trop cette classe moyenne avide de justice et de liberté, mais soucieuse aussi d’un minimum d’ordre, restons fidèles à nous-mêmes, gardons ce sens des réalités et cette modération qui ont constitué à travers les âges les traits dominants de notre personnalité de base. Source: « Leaders » Le 24-06-2011 Lien: http://www.leaders.com.tn/article/gardons-nous-a-droite-gardons-nous-a-gauche?id=5576


 
Navi Pillay, de l’apartheid au printemps arabe


Navi Pillay, la haut-commissaire des droits de l’homme de l’ONU, se souvient du temps où seuls des hommes blancs pouvaient être juges en Afrique du Sud, son pays natal.
Aujourd’hui, celle qui se décrit comme « la voix des victimes dans le monde » est louée par des diplomates et des responsables humanitaires pour sa condamnation sans langue de bois de la répression dans le monde arabe, notamment en Libye et en Syrie.
« Je pense qu’il est très, très important d’avoir des expériences dans la vie qui vous donnent une meilleure compréhension de la souffrance, et l’apartheid nous a donné cela, savoir ce qu’est être traité comme un citoyen de seconde classe, être déshumanisé, torturé, emprisonné, n’avoir accès à aucune opportunité et être pauvre » confie-t-elle dans un entretien à l’AFP.
Pour Navi Pillay, née en 1941 à Durban dans une modeste famille indienne dont le père était chauffeur de bus, ces expériences indélébiles nourrissent sa mission de chef des droits de l’homme de l’ONU.
Diplômée de Harvard, juge au Tribunal pénal international pour le Rwanda et à la Cour pénale internationale de La Haye, elle figure parmi les 100 femmes les plus influentes de la planète selon un classement du magazine Forbes.
Au fil des crises du printemps arabe, « j’ai été simplement fidèle à mon mandat », dit Navi Pillay: « j’ai immédiatement vu que nous devions encourager et soutenir les gens qui manifestaient dans les rues en Tunisie, en Egypte, en Libye, réclamant des libertés fondamentales qui sont argent comptant dans d’autres pays ».
« J’ai pensé que tous les pays devaient soutenir cet appel, car nous y avons souscrit dans nos conventions internationales » relève cette juriste, première avocate sud-africaine de couleur, première femme juge de la Cour Suprême d’Afrique du Sud.
De son grand bureau clair du Palais Wilson donnant sur le lac Léman où siège le Haut-commissariat aux droits de l’homme qui emploie plus de 1.000 personnes à travers le monde, elle planifie ses missions sur le terrain.
Elle s’apprête ainsi à partir au Mexique, après s’être rendue ces derniers mois dans le Golfe, en Australie, au Sénégal, en Guinée, en Mauritanie, en Israël et en Russie.
« Je suis surprise du nombre d’invitations que je reçois, s’étonne-t-elle et j’y attache une grande importance, cela démontre une ouverture, une volonté d’essayer d’améliorer la situation ».
« Il y a des degrés de gravité, dit-elle, mais je répond à tous les pays, je vais là où on m’invite ». « Pour certains pays cela prend beaucoup de temps: par exemple cela fait deux ans que j’attends un visa pour le Zimbabwe ».
« Aucun pays au monde n’est parfait en matière de droits de l’homme » relève la haut-commissaire qui a épinglé aussi bien la France sur les Roms, que dénoncé les violences en Côte d’Ivoire.
Mais « maintenant, nous avons un organisme intergouvernemental, le Conseil des droits de l’homme, qui donne un espace aux victimes, aux défenseurs des droits de l’Homme, aux ONG et aux institutions nationales » dit-elle.
Souvent critiqué pour sa lenteur et son manque de réactivité, le Conseil « n’est pas encore parfait pour chercher à remédier à l’injustice, mais nous n’avons jamais eu ces mécanismes auparavant », reconnaît Mme Pillay.
Elle regrette que « la faiblesse du Conseil réside dans le fait que les pays réagissent selon leurs objectifs nationaux et politiques » plutôt « qu’à partir de leur « engagement envers les droits de l’homme ».
Toutefois, dit-elle, c’est une institution « très jeune et prometteuse si l’on regarde le bilan » de la dernière session.
Mais c’est à l’Afrique du Sud qu’elle revient encore pour illustrer son optimisme.
« Ce qui est remarquable dans mon expérience, c’est que nous avons vu la fin de l’apartheid et cela nous permets d’être positif, de savoir que le changement est possible », évoquant son père âgé de 90 ans faisant la longue queue pour voter pour la première fois de sa vie.
(Source : www.lefigaro.fr, le 25 juin 2011)


 
Reuters, le 24 juin 2011 à 15h04 GMT
Tripoli opposition waits for its moment

* Underground activists say Gaddafi apparatus is weakening
* Govt keeping control ‘through mass arrests, killing’
* Revolt will be spontaneous: anti-Gaddafi insurgents
By Mussab Al-Khairalla and Nick Carey
TRIPOLI, June 24 (Reuters) – Muammar Gaddafi’s fearsome security apparatus appears to be weakening in Tripoli, but it is still too powerful to risk an uprising — that is the view of Libyans who say they are part of a burgeoning underground opposition network in the capital.
The handful of activists, who spoke to Reuters journalists on condition that neither their identities nor the location of the meeting be revealed, said Gaddafi was keeping control of the city through informants, mass arrests and killings.
« No single event will bring down the regime here in Tripoli, » said one activist who goes by the name of Niz.
« And it will take time, » he added, saying more NATO bombing, a push by Libyan rebels outside the city and better coordination of the opposition inside the capital would probably be needed.
Yet Niz and others also spoke of a system of repression that was showing signs of strain, with a shortage of places to hold detainees, interrogators who do not know what questions to ask and people arrested and then released apparently at random.
That Reuters foreign journalists staying at a tightly monitored hotel were able to slip away from government minders to meet people who said they represented active opposition cells was itself a sign of disarray in the decades-old security system — a disarray NATO is counting to bring Gaddafi down eventually.
Four activists from two different opposition movements — groups which have maintained contact with foreign media for the past few months — gave an account of what they thought it would take for Gaddafi’s grip on his Tripoli stronghold to be broken.
It was an assessment that will be sobering for those in Western capitals, and in the rebel-held Libyan cities of Benghazi and Misrata, who have been hoping for a swift end to the four-month old conflict.
An uprising in Tripoli is seen by some NATO member states as the best bet for toppling the Libyan ruler after months of coalition air strikes, and rebel attacks outside the capital, failed to produce a decisive outcome.
« The rebels don’t really have a chance of breaking out from the east, making their way to Tripoli, » said Shashank Joshi of the Royal United Services Institute in London. « It will rely on some sort of urban uprising within the city itself. »
Niz said outsiders, and the eastern rebels, should be patient if they were were waiting for Tripolitanians to rise up:
« Four months is a long time for those being shelled, » he said of those under siege in Misrata and elsewhere. « It’s a long time for those being raped or tortured, » he added.
« But, objectively, it’s not a long time when you consider the regime has been in power for 42 years. »
VARIED GROUP
Niz has been in regular contact with foreign media, speaking for what he calls the Free Generation Movement — predominantly secular, young and liberal in outlook, inspired by the uprisings that overthrew autocrats in neighbouring Tunisia and Egypt.
Quite how many people Niz speaks for is unclear. It may be as few as a dozen people in regular contact with each other in a city deprived of most modern communications beyond basic phone services. But each such group appears to have contacts with many others, suggesting loose, cellular pattern of opposition action.
Those activists Reuters met said an uprising in the capital would require further weakening of Gaddafi’s rule by the NATO bombing campaign, significant progress toward the capital by rebels — and a stronger opposition network within the city.
Building up that network has been made vastly more difficult by the government’s decision to shut down Internet and mobile phone text messages. That has deprived Gaddafi’s opponents of access to tools that played a big role in Egypt and Tunisia.
« We’re having to do things the old-fashioned way, » said one of the activists, who used the name Fatima. « That takes time. »
Her group, going by the name of the February 17 Young Women’s Coalition of Tripoli — a reference to the date of the first big street protests — also appears tiny, but also representative of widespread anti-Gaddafi sentiment.
Many dozens of people in Tripoli who have spoken to Reuters discreetly in the past four months echo such views, especially their ultimate goal of ending Gaddafi’s 42-year rule.
As a group, the activists Reuters met at a secret location in the city were all well educated. All four had university degrees and spoke English. Ranging in age from their 20s to middle-age, the women wore Islamic headscarves, the men casual Western-style dress of jeans and T-shirts.
MASS ARRESTS
Gaddafi’s opponents in Tripoli live in fear of arrest. Setting up a meeting between them and Reuters reporters involved elaborate preliminary arrangements by the activists to make sure Gaddafi’s intelligence services did not find out about it.
At the meeting, the youngsters who presented themselves as active in an underground opposition network described heavy security across the city, especially at night with numerous checkpoints that shift locations from day to day.
People can be held for anything from hours to days, or even weeks; some have been killed, the activists said. « There are mass arrests every day. There are killings every day, » said Niz.
They said some people appeared to have been arrested solely on the grounds of being originally from rebel towns, such as Misrata or Zlitan. At other times, arrests seemed to be based on people’s family names. In Libya, these often carry clues about local origins or tribal connections.
Often though, the detentions seem to be pretty much random. « There are no rules, » said an activist from the women’s coalition who used the name Amal. « Just what they decide. »
Libyan officials deny repressing dissidents, and say the overwhelming majority of the population supports Gaddafi. They describe those who do not as criminals and al Qaeda militants. Rival accounts cannot be independently verified as the government keeps the small international media corps largely confined to a hotel and rarely lets reporters out without an official escort . Groups like Human Rights Watch have reported accounts of mass arrests and torture of dissidents in Tripoli.
LAWLESS CITY
Though still powerful, the security apparatus is showing signs of strain, the activists said. Levels of crime seem to have risen on the streets of Tripoli, especially at night, apparently since security men are so focused on preserving Gaddafi’s rule they have limited capacity for routine policing.
Civilian loyalists of Gaddafi have been armed by the government and sent out to help in the crackdown on dissent are themselves robbing residents, one of the activists alleged.
« The volunteers took the guns not because they believe in Gaddafi but because they wanted the power, » Amal said. « They have taken their chance to make as much money as possible.
« And they are enjoying their power. »
Everything from minor infractions such as running a red light or talking on a mobile phone while driving — officially subject to a 500-dinar ($400) fine — to public drunkenness in a country where alcohol is banned, is now possible without real fear of falling foul of the police, the activists said.
« It’s jungle law out there, » said Niz. « There is no law now. There is just the protection of the regime. »
The activists said Gaddafi’s security services appeared to have become fragmented, to have lost numbers to defections and some interrogation facilities to the NATO bombing campaign.
« Some people are sent to interrogators who have no idea what to ask them, » said Salim, a Free Generation Movement activist.
 

Lire aussi ces articles

3 décembre 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année,N° 3116 du 03.12.2008  archives :www.tunisnews.net     C.R.L.D.H. Tunisie: Adnane Hajji est réintégré dans

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.