24 février 2003

Accueil

TUNISNEWS

3ème année, N° 1011 du 24.02.2003
 

Les photos de la Manif de Sfax, le 16 février 2003

http://site.voila.fr/tunezine/sfax.html


APPEL URGENT DU MODERATEUR DE LA LISTE TUNISIA2003

URGENT-URGENT-URGENT: Chers lecteurs et lectrices salut et bonjours et assalamealaykem : Il parait que le service Yahoo a baycoter notre mailingliste sur le portail yahoo (il parait que des tunisiens pro-BenAlistes et RCDistes ont fait le plus possible pour boycoter notre travail )et pour cela voila nos nouveaux coordonnées de TUNISIA2003 : Vous pouvez envoyer un message à cette liste à: tunisia2003@domeus.fr S’abonner à cette liste: tunisia2003-subscribe@domeus.fr Cordialement, Le moderateur de la Liste TUNISIA2003.


 

Titre : « DANS CINQ ANS IL Y AURA PLUS DE CORAN »

Auteur : Abdelwahab SDIRI (*)

 Ce nouveau livre de Abdelwahab Sdiri traduit et présenté par Mme Luiza Toscane est mis en vente à partir d’aujourd’hui lundi 24 février 2003, maison d’édition PARIS MEDITERRANEE.
(*) Pseudonyme de l’auteur qui est un prisonnier politique tunisien qui a réussi à faire sortir son manuscrit  des goulags-mouroirs tunisiens.

 (Info publiée par Ivan Le Terrible sur le forum tunezine le 24.02.2003 à 19h57)


تصاعد الكراهية للولايات المتحدة في الشارع التونسي

تونس – خدمة قدس برس 24 فبراير2003

 

تظاهر آلاف التونسيين الأسبوع الماضي، في أماكن مختلفة من البلاد، وخاصّة في العاصمة  تونس، مطالبين الأنظمة العربية رفض التهديدات الأمريكية ضدّ العراق. ورفع المتظاهرون شعارات ولافتات تدعوا إلى تفعيل مقاطعة السلع الأمريكية، وقطع العلاقات مع الولايات المتحدة. وكتب على بعض اللافتات « يا بوش يا سفاح.. دم العرب لا يباح »، و »لا مصالح أمريكية على الأراضي التونسية », و »صامدين  صامدين.. في العراق وفلسطين ». وشارك في المسيرات والتجمعات العديدة، التي نظمت في أغلب المدن التونسية، طلبة وعمال وموظفون من مختلف القطاعات. وشهدت معظم المسيرات مواجهات عنيفة مع قوات الأمن، سقط فيها العديد كم الجرحى بين المتظاهرين وبين رجال الأمن أيضا. ويبدو أن جل التظاهرات، التي حدثت كانت عفوية، فيما لم تتمكن الأحزاب والهيئات السياسية من تنظيم مسيرات، بسبب « الفيتو » الحكومي، الذي يرفض رفضا قاطعا المظاهرات غير المرخصة. في المقابل احتجت عدّة أحزاب سياسية، منها الحزب الديمقراطي التقدمي، وحزب التكتل الديمقراطي من أجل العمل والحريات، على سياسة منع المسيرات السلمية المساندة للعراق، واعتبرت ذلك ضربا لحرية الرأي والتعبير والتظاهر المكفولة في الدستور التونسي. وتنوي الأحزاب المعارضة الاجتماع اليوم الاثنين لتنسيق المواقف، وتنظيم مسيرة حاشدة الجمعة السابع من آذار (مارس) القادم. فيما فضلت النقابات العمالية والتشكيلات الطلابية تنظيم مسيرات سلمية، متحدية المنع الحكومي، وهو ما أسفر عن مواجهات عنيفة، خلفت إصابات بليغة في صفوف المتظاهرين وقوات الأمن . وقال شهود عيان لوكالة « قدس برس » إن كليات الآداب بمنوبة (ضواحي العاصمة) وتونس وعدّة معاهد وكليات، عرفت مواجهات دامت لساعات بين الطلبة ورجال الأمن، بعد منع المتظاهرين الغاضبين من مغادرة مؤسساتهم التعليمية. وأفادت مصادر في اتحاد الطلبة أن إيقافات عديدة سجلت في صفوف المتظاهرين، الذين رشقوا رجال الأمن بالحجارة . وشهدت مقرات الاتحاد العام التونسي للشغل (المركزية النقابية) عدّة مواجهات مع قوات الأمن التي طوقت المقرات، حتى لا تندلع منها مظاهرات مؤيدة للعراق. ففي ولاية قفصة (400 كلم جنوب العاصمة تونس)، حاول بضع آلاف من العمال التظاهر، فتدخلت قوات الأمن بقوة، ممّا أسفر، عن إصابة عشرة مواطنين بجروح خطيرة، منهم صلاح الأطرش، الذي نقل في سيارة إسعاف إلى المستشفى الجامعي بسوسة، وهو في حالة غيبوبة، بحسب تصريح محمد مبارك المسؤول في اتحاد العمال لوكالة « قدس برس ».

وقررت الهيئة الإدارية لاتحاد العمال بمنطقة قفصة القيام بإضراب احتجاجي في كل القطاعات النقابية يوم الثلاثاء القادم. وطالبت بمحاكمة المسؤولين عما أسمته « الاعتداء الوحشي على النقابيين »، فيما أصدر الاتّحاد العام لطلبة تونس بيانا شديد اللهجة، نحى فيه باللائمة على الحكومة، التي تمنع المواطنين من التعبير عن آراءهم ككل الشعوب في العالم. ودعا الطلبة إلى مواصلة القيام بواجبهم وحقهم الطبيعي في مساندة الشعب العراقي .

تصاعد الكره للسياسات الأمريكية وقد تصاعدت موجة الكره والعداء الشديد للولايات المتحدة الأمريكية في تونس، منذ بداية الأزمة مع العراق. ويفضل التونسيون التعبير عن هذا الكره بأبشع النعوت، التي يوصف بها الرئيس الأمريكي جورج بوش وحليفه رئيس الوزراء البريطاني توني بلير. وشكلت عدّة لجان وطنية وجهوية تدعو إلى مقاطعة السلع الأمريكية، وتعويضها بالمنتوج الوطني والفرنسي والألماني والصيني. وأصدرت هذه اللجان، التي تعددت تسمياتها، بيانات مكتوب عليها « كلنا دعم للإنتاج الوطني… نحن نقاطع المنتوجات الأمريكية والصهيونية »، أو « قاطع فورا.. لا تشتري منتوجات الأعداء . وقال الناطق باسم لجنة دعم العراق وفلسطين في جهة القصرين (شمال غرب تونس) لوكالة « قدس برس » إن الواجب أصبح يحتم علينا تفعيل مقاطعة المنتوجات الأمريكية، التي توزع في بلادنا. فكل مليم ندفعه لهؤلاء سيضربون به إخواننا في العراق وفلسطين ». وتعارض الحكومة التونسية هذه التحركات الشعبية. وتخشى على الاقتصاد التونسي من الانعكاسات السلبية لحركة المقاطعة، وخاصة في المجالين السياحي والتجاري. وتشهد العديد من القطاعات الاقتصادية التونسية تراجعا في إيراداتها منذ بداية هذا العام، مثل الخطوط الجوية التونسية، التي خسرت خلال الأشهر الأخيرة 17،5 في المائة من ركابها. كما تم تسجيل تراجع كبير في عدد الأسرة في المناطق السياحية . وتنتشر قوات الأمن بكثافة في الشوارع الرئيسة، والأماكن العامة، وأمام المؤسسات التعليمية، في إصرار واضح على منع كل المسيرات، التي تنوي الهيئات المدنية ولجان دنم العراق تنظيمها، فيما تواصل الصحف اليومية نقل آخر تطورات الحرب المحتملة، مهاجمة الولايات المتحدة وحلفائها، ومتهمة إياهم بالسعي إلى السيطرة على منابع النفط، وإعادة تقسيم المنطقة إلى دويلات صغيرة .

 

(المصدر: وكالة قدس برس إنترناشيونال بتاريخ 24 فيفري 2003)


Après la manif « télécommandée par le RCD » à Tunis (jeudi dernier), voici venu le tour de Sousse…. Bizerte… Gafsa.. Gabès… Zaghouan…ce lundi 24.02.2003…

Marches de solidarité avec le peuple irakien frère dans plusieurs villes de l’intérieur du pays

24/02/2003– A Sousse, une grande marche est partie de la place Farhat Hached pour parcourir les principales artères de la ville. Y ont pris part des représentants du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD), du Parti de l’Unité Populaire (PUP), de l’Union Démocratique Unioniste (UDU) et des organisations nationales, à savoir l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), l’Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), l’Union Tunisienne de l’Agriculture et de la Pêche (UTAP) et l’Union Nationale de la Femme Tunisienne (UNFT). Des représentants de la section de Sousse du conseil de l’ordre des avocats, des différentes composantes de la société civile, des étudiants et des jeunes y étaient également présents. Les participants à cette marche ont scandé des slogans de solidarité avec le peuple irakien, appelant à un règlement pacifique de la question irakienne. Des banderoles exprimaient le refus de la logique de guerre, de même que le soutien au peuple palestinien dans son combat héroïque pour le recouvrement de ses droits légitimes.

Une procession similaire de solidarité s’est déroulée à Bizerte, avec la participation de représentants du rassemblement constitutionnel démocratique, du parti de l’unité populaire et des organisations nationales, ainsi que des représentants des différentes composantes de la société civile, des jeunes et des étudiants. au cours de cette marche, partie de la place du 7 novembre et qui a parcouru plusieurs artères de la capitale de l’évacuation, divers slogans ont été scandes, en particulier en faveur de la paix, de la solidarité avec le peuple irakien et du soutien au peuple palestinien.

La ville de Gafsa a été, elle aussi, le théâtre d’une marche de solidarité avec le peuple irakien frère, avec la participation d’un grand nombre de citoyens et citoyennes, de militants du rcd et du parti social libéral (psl), d’anciens résistants, ainsi que de membres des organisations nationales, des associations et des différentes composantes de la société civile. de nombreux étudiants et jeunes y ont pris part. Divers slogans ont été scandes au cours de cette marche, notamment en faveur d’un règlement pacifique de la crise irakienne, de l’attachement a la légalité internationale et de soutien au peuple palestinien dans son combat pour le recouvrement de ses droits légitimes.

Une autre marche de solidarité avec le peuple irakien frère a eu lieu à Gabès, avec la participation des partis du rassemblement constitutionnel démocratique, du mouvement des démocrates socialistes, de l’union démocratique unioniste et le parti de l’unité populaire, ainsi que des représentants des organisations nationales et des associations.Au cours de la procession qui a parcouru les principales artères de la ville, les participants, hommes, femmes, jeunes et moins jeunes, ont scande des slogans hostiles a la logique de guerre et favorables a un règlement pacifique du problème irakien.

A Zaghouan, des centaines de personnes ont parcouru les artères de la ville dans une marche de solidarité avec le peuple irakien frère, notamment des représentants du rassemblement constitutionnel démocratique et des sections régionales des organisations nationales et associations. les manifestants ont appelé au respect de la souveraineté des peuples, brandissant des banderoles comportant des inscriptions en faveur de la paix et du recours a la légalité internationale pour le règlement de la crise irakienne.

(Source : le site officiel www.infotunisie.com, le 24 février 2003)


تلقت الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين الرسالة التالية من السيدة وحيدة الجبالي حرم السجين السياسي و الصحفي حمادي الجبالي: تعلم السيدة وحيدة الجبالي أن زوجها السجين السياسي والصحفي المعتقل بسجن الناظور قد علق إضرابه عن الطعام يوم الأربعاء 19 فيفري 2003 استجابة للنداءات التي وجهت إليه من طرف العديد من المنظمات والأحزاب والشخصيات المحلية والدولية. وهو الإضراب الذي كان قد شرع فيه منذ يوم الاثنين 13 جانفي 2003 للمطالبة بإطلاق سراحه ووضع حد لاعتقاله وإعلان قانون العفو التشريعي العام. وبالمناسبة فأصالة عن نفسي ونيابة عن بقية أفراد العائلة وباسم زوجي أتوجه إلى كل من وقف إلى جانبنا في هذه المحنة من منظمات وأحزاب و شخصيات وطنية ودولية ومذكرة بحق زوجي في التمتع بالعيش طليقا مع بناته وأفراد أسرته وهو الحق الذي سيظل يتمسك به زوجي داعية الجميع لمواصلة الجهد من أجل تحقيق هذا المطلب المشروع وشكرا. السيدة : وحيدة الجبالي سوسة في 23 فيفري 2003


AFP, le 22.02.2003 à 13h23

Un détenu islamiste suspend une grève de la faim après quatre semaines

            TUNIS, 22 fév (AFP) – Un opposant tunisien islamiste emprisonné,  Hammadi Jebali, a cessé une grève de la faim de plus de quatre  semaines pour réclamer sa libération, a annoncé samedi sa famille à  l’AFP à Tunis.

            M. Jebali, 54 ans, avait commencé son jeûne le 13 janvier pour  réclamer sa libération après avoir purgé les trois-quarts de sa  peine, comme prévu par la loi.

            Il a été condamné à plus de 17 ans de prison en 1991 et 1992  pour « diffamation » et appartenance au mouvement islamiste Ennahda  (interdit), dont il était un des dirigeants.

            Hammadi Jebali « a suspendu son jeûne à la demande des siens et  de ses amis pour épargner sa santé qui s’est beaucoup détériorée  mais il est déterminé à défendre son droit à la relaxe », a indiqué à  l’AFP son épouse Wahida Jebali.

            Mme Jebali et deux de ses filles avaient observé à leur domicile  les 24 et 25 janvier derniers une grève de la faim par solidarité  avec le prisonnier.

            Elles avaient également fait état de « tracasseries » de la part  de la police, à leur lieu de résidence à Sousse (centre), tandis que  les avocats du prisonnier s’étaient plaints de n’avoir pu rendre  visite à leur client ces derniers jours.

            Samedi, M. Jebali a reçu la visite des siens accompagnés jusque  devant la prsion par un groupe de sympathisants.

            Selon un représentant de l’Association internationale de soutien  aux prisonniers politiques (AISPP, non autorisée à Tunis), il  continue d’être maintenu « en isolement » à la prison Enadhour de  Bizerte (60 km au nord de Tunis).

            Ex-directeur de l’hebdomadaire Al Fajr (l’Aurore, organe  d’Ennahda), M. Jebali a été condamné en même temps que de nombreux  dirigeants d’Ennahda demantelé, tandis que d’autres se sont exilés  en Europe.

            Les autorités tunisiennes n’accordent pas le statut de  « prisonnier d’opinion » aux islamistes détenus, dont le nombre est  estimé à un millier par Amnesty international.

AFP


الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques – AISPP

بيـــــــــــــــــــــــان

من أجل الإفراج على كل المعتقلين السياسيين و مساجين الرأي و طي صفحة الاضطهاد السياسي تعبر الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين عن ارتياحها لاستجابة السجين السياسي و الصحفي حمادي الجبالي لطلبها و للنداءات الموجهة له من طرف عديد الشخصيات و المنظمات الوطنية و الدولية لتعليق إضرابه عن الطعام بعد ما بلغ مرحلة متقدمة صارت تشكل تهديدا لسلامته و خطرا على حياته وعن شكرها الثقة التي وضعها في الجمعية ومختلف مكونات الحركة التضامنية التي ساندته في مطالبه. و الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين تؤكد أن الحل الوحيد و الكفيل لتجاوز الحالات المأساوية لهذه الأشكال الاحتجاجية و انعكاساتها السلبية يتمثل في الإفراج على كل المعتقلين السياسيين و مساجين الرأي و طي صفحة الاضطهاد السياسي نهائيا في انتظار سن عفو تشريعي شامل يكفل لجميع المضطهدين استرجاع حقوقهم واندماجهم في المجتمع. تونس في 23 فيفري 2003 عن الجمعية : الأستاذ محمد النوري


 

Communiqué de Reporters Sans Frontières

 24 février 2002 TUNISIE Hamadi Jebali cesse sa grève de la faim Zouhair Yahyaoui soumis à des pressions Hamadi Jebali, directeur de l’hebdomadaire Al Fajr, a mis un terme à sa grève de la faim qui durait depuis plus d’un mois. Dans le même temps, Zouhair Yahyaoui, cybernaute emprisonné depuis juin 2002, est l’objet d’intimidations. « Le président Ben Ali a annoncé, la semaine passée, des mesures pour améliorer la situation dans les prisons. Le moins que l’on puisse dire c’est que ces déclarations ne se traduisent, en aucun cas, dans les faits. Nous réitérons notre demande au chef de l’Etat : la libération immédiate et inconditionnelle de Hamadi Jebali et Zouhair Yahyaoui », a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Le 22 février, Hamadi Jebali a déclaré à son épouse, Wahida Jebali, qu’il avait cessé sa grève de la faim le 19 février et que son moral était bon. Le journaliste avait décidé de jeûner pour protester contre ses conditions de détention et exiger sa libération. Directeur de l’hebdomadaire Al Fajr, organe du mouvement islamiste An Nahda, il est détenu depuis 1991 dans une cellule individuelle. En 1992, il avait été condamné par la Cour militaire de Tunis à seize ans de prison pour « appartenance à une organisation illégale ». Il venait de purger une peine d’un an de prison pour avoir publié un article qui critiquait le système des tribunaux militaires. Par ailleurs, le 20 février, les gardiens ont averti les proches de Zouhair Yahyaoui qu’il leur était interdit de lui communiquer la moindre information ne concernant pas la famille. Et ce, sous peine de se voir interdire complètement les visites. Le cyberdissident a déclaré que le couffin de repas de l’Aïd qui lui avait été apporté la semaine précédente avait été rendu inconsommable. Alors que Zouhair Yahyaoui demandait des nouvelles de Hamadi Jebali et de sa grève de la faim, les gardiens sont intervenus pour l’insulter et interrompre la visite. Il a également été menacé d’être mis en isolement. — Virginie Locussol (norddelafrique@rsf.org / northernafrica@rsf.org / iran@rsf.org) Bureau Nord de l’Afrique – Iran / Northern Africa – Iran desk Reporters sans frontières / Reporters Without Borders 5, rue Geoffroy-Marie 75009 Paris – FRANCE Tél. (33) 1 44 83 84 84 Fax. (33) 1 45 23 11 51


Le citoyen anonyme quelque part en Tunisie, message N° 8:

Une manifestation officielle est prévue aujord’hui 24 FEVRIER 2003 à Gabes

Les syndicalistes sont partagés

 « Une manifestation officielle est prévue aujourd’hui à Gabes, deuxième grande ville du sud après Sfax. Mais pas beaucoup de gens sont au courant selon des amis de la région. Le régime commence à avoir peur du syndicat. Après la manif de Gafsa et les blessés syndicaistes dans le coma, Jrad et le bureau national sont isolés. Dans les régions, les responsables ne veulent plus suivre les décisions imopsées au syndicat par Ben Ali. Selon mes informations les gens sont partagés à Gabes. Ils veulent exprimer leur refus à la guerre, mais pas sur invitation du régime. Donc beaucoup de gens peuvent participer de bonne foi dans cette manif. Les syndicalistes sont partagés. Gabes qui est une ville ouvrière était le dernier bastion de l’indépendance du syndicat face aux attaques des chourafaa en 1985. La manif de Gafsa a beaucoup agité les gens du sud. »

(Message envo par M. A. Al Hani à TUNISNEWS le 24 février 2003 à 09:25:06)


AFP, le 23.02.2003 à 15h12

La police empêche un rassemblement à Gafsa : cinq blessés

 

TUNIS, 23 fév (AFP) – Un rassemblement contre la guerre en Irak,  organisé dimanche par l’Union régionale tunisienne du travail (URTT)  de Gafsa, dans le sud-ouest de la Tunisie, a été réprimé par la  police dans les locaux du syndicat de cette région, apprend-on  auprès des organisateurs.

            « Un millier de personnes s’étaient rassemblées dimanche dans  l’enceinte des batiments de l’URTT à Gafsa, à 350 km de Tunis, et  avant même qu’elles aient pu franchir la grille extérieure, des  policiers en civil et en uniformes les ont attaquées brutalement à  coup de matraques », ont indiqué à l’AFP des témoins.

            Cinq personnes ont été soignées aux urgences, parmi lesquelles  le secrétaire général du syndicat des fonctionnaires de l’éducation  nationale, qui aurait été « gravement atteint » à la tête, ont ajouté  ces témoins joints au téléphone depuis Tunis.

            Selon un syndicaliste interrogé peu après les incidents, les  dirigeants de l’URTT-Gafsa ont exigé l’ouverture d’une enquête et  décidé une grève générale régionale de deux heures, mardi prochain,  pour protester contre « la repression de syndicalistes et la  violation de (ses) locaux ».

            L’URTT-Gafsa relève de l’Union générale tunisienne du travail  (UGTT), unique centrale syndicale basée à Tunis et coiffant  l’ensemble des secteurs d’activité économique.

            Selon un de ses dirigeants, la section de la Ligue tunisienne  des droit de l’Homme à Gafsa a dénoncé, dans un communiqué, l’usage  de la  violence contre les manifestants et la « violation des  libertés » dans cette ville minière à la réputation frondeuse.

            En Tunisie, les manifestations de rues sont interdites de facto  pour des « raisons de sécurité ».

            Le 16 février, une manifestation de solidarité envers l’Irak à  l’appel de l’Union régionale tunisienne du travail (URTT) de Sfax,  dans le sud du pays, avait été brutalement dispersée par la police,  faisant 20 blessés. 

            Une manifestation similaire à l’appel d’une coordination  d’opposants et d’associations avait été interdite en décembre  dernier à Tunis.

            Quelques facultés de Tunis et banlieue ont été cependant le  théâtre cette semaine de tentatives de rassemblements ou de  manifestations contre la guerre, à chaque fois encadrés ou dispersés  par la police.

            Quelque cinq mille personnes ont manifesté sans incident dans  Tunis, vendredi dernier, à l’initiative de partis d’opposition  parlementaire avec à leur tête le Rassemblement Constitutionnel  démocratique (RCD, au pouvoir).

AFP


LA VERSION de  « La Presse de Tunisie » du Lundi 24 février 2003

Gafsa

Un meeting de solidarité avec l’Irak qui tourne court

Lire aussi ces articles

24 mars 2005

Accueil TUNISNEWS 5 ème année, N° 1768 du 24.03.2005  archives : www.tunisnews.net الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين: الحرية لفارس

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.