22 septembre 2001

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 493 du 22/09/2001

 

 .
  • LES TITRES DE CE JOUR:
  1. Tunisia pledges support for coalition on terrorism

  2. Plusieurs pays faisant face à l’islamisme radical se sentent confortés

  3. L.T.D.H: Communiqué

  4. Noura Borsali: Non a la diffamation et aux propos fallacieux

  5. Massoud: La logique du FBI

  6.  


    1. ÊæäÓ ÊÊÚåÏ ÈÏÚã ÇáÊÍÇáÝ ÖÏ ÇáÇÑåÇÈ ÇáÏæáí

    2. Ï.ÃÍãÏ Èä ÇáØíÈ : ãäÔæÑ 108: ãäÔæÑ ÇáÌÍæÏ æÇáÚäÇÏ*

    3. ÇáãÊåãæä ÇáÓÚæÏíæä: 5 ãæÌæÏæä Ýí ÈáÇÏåã ææÇÍÏ ÈÊæäÓ æÂÎÑ ÊæÝí ÞÈá ÓäæÇÊ ÈÃãíÑßÇ

    4.  

      Zeitouna TV: Change de frequence

      Nous informons nos chers telespectateurs que la frequence sur laquelle nous diffusons nos programmes a change pour l’emission de ce samedi.

      La nouvelle frequence est: 11061 au lieu de 11021

      Merci

      Pour plus d´informations voir : www.zeitounatv.com

       

      ÊæäÓ ÊÊÚåÏ ÈÏÚã ÇáÊÍÇáÝ ÖÏ ÇáÇÑåÇÈ ÇáÏæáí

      áäÏä (ÑæíÊÑÒ) – ÊÚåÏ æÒíÑ ÇáÎÇÑÌíÉ ÇáÊæäÓí ÇáÍÈíÈ Èä íÍíí Çíæã ÇáÌãÚÉ ÈÇä ÊÏÚã ÈáÇÏå ÊÍÇáÝÇ ÏæáíÇ áãÍÇÑÈÉ ÇáÇÑåÇÈ ÇáÏæáí æÞÇá Çäå íÃãá Çä íÊÌäÈ Çí Úãá ÇÒåÇÞ ÇáÇÑæÇÍ.
       
      æÝí ãÄÊãÑ ÕÍÝí ÈáäÏä ÞÇá Èä íÍíí ááÕÍÝííä « äÊæÞ ÇßËÑ ãä Çí æÞÊ ãÖí áÑÄíÉ ÊäÓíÞ. äÍä ãÚ ÇáÌåæÏ ÇáãÓÊãÑÉ ááÇÓÑÉ ÇáÏæáíÉ ÈÛÖ ÇáäÙÑ Úä ãßÇä ÇÎÊÈÇÁ ÇáÇÑåÇÈííä. ÇÚÊÞÏ Çä ãÇ äÍÊÇÌå åæ ÇÓÊÑÇÊíÌíÉ ÏæáíÉ ÔÇãáÉ äÍä äÄíÏ ÚãáÇ ÇßËÑ ÊäÙíãÇ. »
       
      æÇáÊÞì Èä íÍíí ãÚ äÙíÑå ÇáÈÑíØÇäí ÌÇß ÓÊÑæ íæã ÇáÎãíÓ æÇÚÑÈ Úä ÇÓÊäßÇÑ ÈáÇÏå ááåÌãÇÊ ÇáÇÑåÇÈíÉ ÇáÊí ÊÚÑÖÊ áåÇ ÇáæáÇíÇÊ ÇáãÊÍÏÉ Ýí æÞÊ ÓÇÈÞ ãä ÇáÔåÑ ÇáÌÇÑí.
       
      æÞÇá Èä íÍíí Ýí ÈíÇä Çä « ÇáåÌãÇÊ ßÔÝÊ ÇáãÏì ÇáÍÞíÞí ááÌãÇÚÇÊ ÇáãÊØÑÝÉ ÇáÊí ÊÓÊÎÏã ÇáÚÞíÏÉ ÇáÇÓáÇãíÉ áÊÍÞíÞ ãÃÑÈ ÔÎÕíÉ ÖíÞÉ áÇ ÚáÇÞÉ áåÇ ÈÇáÇÓáÇã. »
       
      æÞÇá Èä íÍíí Çä ÇáÇÓáÇã åæ Ïíä ÇáÇÚÊÏÇá æÇáÓáÇã æÇÖÇÝ Çä ÊæäÓ ÓÊÄíÏ Çí ÞÑÇÑ íÊÎÐå ãÌáÓ ÇáÇãä ÇáÏæáí Ýí åÐÇ ÇáÕÏÏ.
       
      æÞÇá Èä íÍíí ááÕÍÝííä « ÇÐÇ ÊæÝÑÊ ÇÏáÉ ßÇÝíÉ Úáì ÊæÑØ ÇÝÛÇäÓÊÇä ßÔÈßÉ ÇÑåÇÈíÉ ÝÓäÈÍË ßá ÇáÇÌÑÇÁÇÊ ÇááÇÒãÉ áãæÇÌåÉ åÐÇ ÇáÊÍÏí áßä ÇáÔÈßÇÊ ÇáÇÑåÇÈíÉ ãæÌæÏÉ Ýí ßá ÇäÍÇÁ ÇáÚÇáã ÈãÇ Ýí Ðáß ÇáÚæÇÕã ÇáÛÑÈíÉ. »
       
      æÞÇá Èä íÍíí Çä ÑÏ ÝÚá ÇáÏæá ÇáÚÑÈíÉ ÓíÊÍÏÏ ÈäÇÁ Úáì ÇáæÓÇÆá ÇáãÓÊÎÏãÉ.
       
      21.09.2001 13:00, Reuters


      Agence REUTERS, le 21 septembre 2001 à  14h50.  

      Tunisia pledges support for coalition on terrorism

       

          LONDON, Sept 21 (Reuters) – Tunisian Foreign Minister Habib Ben Yahia pledged his nation’s support for a global coalition to fight international terrorism on Friday and said he hoped any action would try to spare human lives.
          « We are now more than ever eager to see coordination. We are for continuous efforts from the international community regardless of where the terrorists are hiding. I think what we need is a global, comprehensive strategy — we are for more concerted action, » he told reporters at a news conference in London.
          Ben Yahia met with British Foreign Secretary Jack Straw on Thursday and expressed the Muslim North African state’s condemnation of the hijack suicide attacks on September 11 in New York and Washington.
          « The assaults…have revealed the true extent of extremist groups that use the Islamic faith as an instrument for accomplishing narrow personal aims that bear no relation to Islam, » Ben Yahia said in a statement.

      Islam is a religion of moderation and peace, he said, adding that Tunisia would back any resolution put forward by the U.N. Security Council.
          « If enough proof is available to demonstrate involvement with Afghanistan as a terrorist network we will consider all measures necessary to meet that challenge,

      but the terrorist network is all over the world, including Western capitals, »

      he  told reporters.
          Ben Yahia said the response of the Arab community depended on the means used.
          « The repercussions depend on how things are done — whether there will be innocent victims or not. We pray to God that any action will try to spare human lives, » he said. 

      REUTERS

       

      Plusieurs pays faisant face à l’islamisme radical se sentent confortés

      AFP, le 21 Septembre 2001 à 14h56 
        
         PARIS, 21 sept (AFP) – Plusieurs pays faisant face depuis des années à une montée en puissance de l’islamisme radical se sentent confortés dans leur combat contre ce mouvement par la condamnation
      quasi unanime du terrorisme islamiste après les attentats à New York et à Washington.
         Certains de ces Etats, en particulier l’Algérie et la Russie, accusés de réprimer avec brutalité une insurrection islamiste, ont manifesté leur intention de se joindre à la « croisade » antiterroriste prônée par le président américain George W. Bush.
         Ainsi, juste après les attentats aux Etats-Unis, l’Algérie, quotidiennement confrontée à l’islamisme radical –qui, depuis 1992, a fait plus de 100.000 morts, selon des sources officielles–, a affirmé la nécessité d' »une action universelle organisée » contre le terrorisme.
         Une source informée algérienne a souligné que « l’évocation d’une lutte internationale contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre ne peut qu’être +accueillie favorablement par l’Algérie+,
      confrontée depuis plus de dix années aux affres de ce fléau qui a prouvé plus que jamais son caractère transnational ».
         Deux groupes commettent actuellement attentats et massacres : le Groupe Islamique Armé (GIA) d’Antar Zouabri et son rival et dissident le Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) d’Hassan Hattab officiellement créé en octobre 1998 et qui est l’une des dix-neuf organisations gravitant dans la nébuleuse d’Oussama ben Laden.

         La Tunisie, également en présence d’un mouvement islamiste très dynamique au début des années 1990, se trouve de même raffermie dans sa volonté de lutter de façon implacable contre les islamistes radicaux.
         Le régime tunisien a appliqué une option dite du « tout sécuritaire » pour venir à bout de cet islamisme radical représenté par le parti Ennahdha (La renaissance). Et Ennahdha a été décapité.
      Certains leaders sont parvenus à s’exiler en Europe comme le chef du mouvement Rached Ghannouchi, qui réside à Londres. 

         Au Maroc, pays où existe un mouvement islamiste actif, le ministre des Affaires étrangères Mohamed Benaissa s’est dit convaincu que « la communauté internationale saura faire front commun pour combattre le terrorisme avec pour objectif final l’établissement d’une véritable paix et justice ».
         De son côté, Vladimir Poutine, le président de la Fédération de Russie, où les forces fédérales combattent notamment les islamistes radicaux en Tchétchénie, est intervenu à la télévision pour appeler
      la communauté internationale à s’unir dans la lutte contre le terrorisme, « peste du 21e siècle », après les attentats perpétrés aux
      Etats-Unis.
         Ces attentats soulignent « l’actualité de la proposition russe d’unir les efforts (de la communauté internationale) pour lutter contre le terrorisme », a lancé M. Poutine.
         La Russie affirme être intervenue militairement dans la république indépendantiste de Tchétchénie au nom de la lutte contre le terrorisme. Elle est également l’un des pays les plus critiques envers le régime des taliban afghans qu’elle accuse d’alimenter le terrorisme.
         D’autres pays de l’ex-URSS suivent cette même ligne.
         Le président tadjik Emomali Rakhmonov a déclaré que son pays n’était « pas prêt » à accueillir des afghans et souligné qu’il redoutait la présence parmi ces réfugiés « d’émissaires d’organisations extrémistes » islamistes.
         L’Ouzbékistan, qui partage une frontière avec l’Afghanistan, accuse cet Etat dirigé par les milices islamistes des taliban d’abriter les fondamentalistes qui avaient attaqué sa frontière sud en août 2000.
         Enfin, le parlement du Kazakhstan a voté une résolution octroyant au président Noursoultan Nazarbaïev le pouvoir d’envoyer les forces armées nationales dans les pays d’Asie centrale menacés par les incursions d’islamistes venus d’Afghanistan.
       

      AFP

       

      Ligue Tunisienne pour la défence des Droits de l’Homme
      Communiqué


      Tunis le 20septembre 2001-09-2001

      Le comité directeur de la Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme a tenu le mardi 18 septembre 2001 une reunion d’urgence en vue d’examiner les graves accusations portées par la secrétaire de la LTDH  Mlle Sonia  Labidi , contre Mr Khmais Ksila   secretaire genéral de la LTDH accusations précédées d’une large compagne médiatique diffamatoire.
      Après en avoir débattu et échangé les points de vue , le comité directeur informe les militantes ,les militants et l’opinion publique de ce qui suit :
      · Le comité directeur a été surpris de reçevoir le 30 Août 2001 un tract anonyme au contenu diffamatoire envers le sécretaire géneral l’accusant de harcélement sexuel sur la personne de la secrétaire de la LTDH , le contenu de ce tract a été rapidement relayé par une certaine presse (Al Hadeth et Les Annonces )specialisée dans le dénigrement systématique des democrates , l’atteinte à l’hnneur des militantes et militants et le discrédit jeté sur la LTDH et sur ses adherants .
      · Ces methodes déjà pratiquées : falsification de photos et de cassettes video contre nombre d’opposants ,syndicalistes et défenseur des droits de l’Homme sont destinées a monter des affaires de toutes piéces ,Tous cela prouve qu’au déla de la personne de Khmaies Ksila qu’on veut atteidre , cette compagne vise a déstabiliser la Ligue , a porter atteinte à sa crédibilité à son unité et à son préstige et ce après l’echec des précédentes tentatives d’affaiblissement et de marginalisation menées contre elle .
      · Le comité directeur qui ne distingue pas entre le secrétaire genéral et Sonia Labidi , reconnaît la ferme résistance opposée par Mlle Labidi aux nombreuses pressions politiques et policieres exercées sur elle ,rappelle qu’elle aàplusieurs occasions dénoncé en personne auprés du président de la ligue et auprés de militantes et militants l’actuelle compagne calmonieuse attentatoire à sa reputation et à celle de sa famille et leur a affirmé son rejet de toutes tentative d’instrumentalisation de cette affaire .Seulement ,et contre toute attente ,elle dépose plainte auprés du tribunal ,ce revirement indique qu’elle a fini par succomber aux gigantesques pressions de ceux qui n’ont pas interet à ce que la LTDH retrouve stabilité et pérennité et reprenne ses affaires en main selon ses methodes et ses traditions pour examiner les dossiers en cours et assumer au mieux la défense des Droits de la personne et des libertés publiques.
      · Compte tenu des conditions difficiles que traverse Mlle Sonia Labidi , le comité directeur réaffirme son engagement à faire diligence pour qu’elle puisse se soustraire aux tentatives d’instrumentalisation et de manipulation politicienne aux buts et aux methodes douteuses.
      · Le comité directeur affirme que sa solidarité au secretaire general est partie intégrante de la défense de la LTDH qui est encore menacée dans son existence même .
      · Le cmité directeur insiste sur l’importance de la solidarité des militantes et militants et des composantes de la société civile autour de la LTDH pour protéger ses cquis et poursuivre le combat militant.
      · Le comité directeur salue les partis ,organisations et personnalités qui ont apporté appui et soutien à la LTDH pour s’opposer et déjouer cette nouvelle compagne contre la ligue.
      · Le comité directeur appelle toutes les forces vives à s’elever contre ces basses pratiques et contre toutes atteinte à la ligue et à sa ceédibilité.
      Pour le comité directeur
      Le Président
      Mokhtar Trifi

      —————————–                           
      LTDH 7 Rue Pierre Curie 1069 Tunis tel/fax 2161336338

       

      NON A LA DIFFAMATION ET AUX PROPOS FALLACIEUX

      Par Noura BORSALI

      DROIT DE REPONSE
      A la suite de la publication par Tunisnews d’un texteportant préjudice à ma personne et à celle de moncollègue Abdéjelil Bédoui, je voudrais apporter cettemise au point à l’intention des lecteurs et lectricesassidu-es de Tunisnews
       
      Dans notre pays, nous avons toujours été scandalisé-es par une certaine presse propageant des propos diffamatoires à l’encontre des défenseurs de droits de l’Homme. Et nous nous sommes toujours élevé-es contre ces procédés que nous avons toujours jugés comme étant inacceptables et inadmissibles. Parce que nous demeurons convaincu-es que les divergences ou les contradictions existant entre les différentes parties ne doivent en aucun cas se régler par de telles méthodes qui portent préjudice à la dignité et à la crédibilité de ceux ou celles qui osent tenir un discours autre. Convenons-en : il ne peut y avoir de
      démocratie sans éthique
      . Tunisnews a publié dans sa livraison du 06-09-2001 un communiqué signé par Féthi Chamkhi en réponse à une pétition que nous, plus d’une quarantaine d’adhérents de RAID, avons signée (Tunisnews du 26/08/01) pour protester contre un « congrès constitutif » de RAID et attirer l’attention sur quelques dysfonctionnements. Notre texte ne contenait aucun propos diffamatoire. En le signant,
      nous avons voulu exprimer une position différente qui devrait relancer le débat au sein de RAID. Que ces communiqués soient publiés, cela relève du  droit de chacun à l’expression. Mais ce qui relève de l’inacceptable, c’est que Féthi Chamkhi au nom de son « comité de coordination » joint à leur communiqué du 06/09/01 un démenti signé par six des signataires de notre pétition (voirP.J.1) qui se sont attaqués
      injustement, sciemment et nommément à ma personne et à celle de Abdejelil Bédoui, mon collègue professeur d’économie à la Faculté de Tunis, nous accusant d’avoir mis leurs noms au bas d’une liste sans qu’ils en aient pris connaissance et tout en sachant que Abdejelili Bédoui et moi-même, nous ne les connaissons pas et nous ne les avons jamais vus. Nous avons tous les deux signé cette pétition qui nous a été proposée par ses initiateurs (voir P.J.3) parce qu’elle reflète les points de vue que nous portons. Mais nous avons été désagréablement surpris par la pire des manipulations qu’ait connue notre vie associative : débiter des mensonges et tenir des propos diffamatoires à l’encontre de nous autres en allant jusqu’à aboutir à cette phrase honteuse relative à une éventuelle poursuite légale. Quand bien même le comité
      de coordination composé entre autres membres de son porte-parole et de Sadri Khiari ( à qui nous n’avons jamais manqué d’apporter notre soutien dans toutes les actions qu’il a entreprises pour défendre ses droits en tant que citoyen et à qui me lie une amitié de longue date) ne seraient pas au courant de cela -ce qui relève de l’improbable- on n’a pas le droit de joindre au communiqué un démenti diffamatoire et mensonger. De qui relève ce genre de pratiques ? Heureusement, un démenti signé par deux militants de RAID (voir P.J.2) , signataires de notre pétition et assumant pleinement la responsabilité du contact avec
      les six concernés qui savent pertinemment que ce sont ces camarades-là qui les ont contactés, est venu rendre justice et éclairer sur la réalité des faits. Des excuses nous ont été présentées. Je voudrais
      apporter ces démentis et rectificatifs aux lecteurs et lectrices de Tunisnews qui ont dû être surpris par de tels propos diffamatoires et fallacieux que je regrette que ces propos diffamatoires aient été publiés par Tunisnews que nous suivons quotidiennement et sur les colonnes desquels nous avons eu l’occasion à maintes reprises de nous exprimer en maintenant le niveau qui lui est requis.

       

      P.J.1    Démenti 1 (diffusé le 05/09/01 par Féthi Chamkhi)

      Le comité de coordination de Raid (Attac Tunisie) a reçu les communiqué suivants  à la suite de la diffusion massive sur internet d’un communiqué intitulé « Déclaration à propos du -congrès- du RAID » :

      Nous sous-signons, exprimons notre extrême étonnement et notre grande surprise à la suite des comportements tutélaire, moyenâgeux et illégaux de Noura Borsali, Abdeljelil Bédoui et leurs amis qui ont cité nos noms au bas d’une pétition dont nous ignorons le contenu.

      Nous demandons à ceux-là de cesser ces comportements et de s’en excuser publiquement.

      Dans le cas contraire, nous prendrons les mesures légales qui s’imposent.

      Signataires : 1-AMOURI  BOUBAKER, 2– SOUISSI SOUAD, 3-CHEMINGUI NOUREDDINE, 4 AOUALI MOHAMED, 5-MANAI  MEHREZ, 6-LAOUINI  ABDENNACER


       P.J.2   Réponse à ce démenti diffusé sur internet le 10/09/01

      COMMUNIQUE
      -Ayant pris connaissance d’un communiqué plein d’invectives,de contres-vérités,de délation et de basses manœuvres de manipulation,signé et diffusé massivementle 4/9/2001 et les jours suivants par le dénommé Fathi Chamkhi,au nom d’un certain « comité de coordination » d’Attac Tunisie ;
      -Et concernant le supplément à ce communiqué au nom de certains adhérents présentés comme ayant été abusés ;
      Nous sous-signés,tenons,concernant ce dernier point à faire les précisions suivantes :
      1-Nous assumons seuls et pleinement la responsabilité d’avoir contacté les (06) adhérents indiqués en vue de discuter et d’avoir leur adhésion à la « Déclaration à propos du congrés du Raid »;
      2-Nous ne dénions à personne le droit de rétraction,mais nous dénonçons vigoureusement la fuite en avant et le recours à la personnalisation et à la mise en cause sans aucun fondement de (2) signataires(parmi des dizaines d’autres) de la Déclaration,au lieu d’en discuter le contenu,les analyses et les propositions.
      3-Nous présentons à Mme Noura Borsali et à Mr Abdeljelil Bedoui,nos sincères excuses pour le tort qui leur a été injustement fait ,et nous les assurons de notre solidarité face à la calomnie et à cette lamentable tentative délibérée de manipulation, qui ne fait que confirmer le discrédit de ses piètres commanditaires.
      Tunis le 9/9/2001                                                                      CHOKRI BELAID-TAIEB TAIEB


      P.J. 3

      13/09/2001 01:19

      « Quel con ! »
      Il y a longtemps que je n’ai pas consulté mon courrier sur internet. A vrai dire, je voulais respirer un peu et prendre quelque distance par rapport à ce foisonnement d’informations dont l’abondance peut émousser tout sens critique. Je récidive aujourd’hui et je tombe sur un message qui m’était adressé par  Sadri khiari.
      J’ouvre le message et je lis : « Quel con ! ». Il ne fallait pas réfléchir longuement pour me rendre compte que cette phrase résumait, en fait, la profondeur de pensée de ce doctorant, artiste-peintre, par ailleurs, et qu’elle répondait avec cette concision prodigieuse au texte que 53 militants de RAID ont signé pour exposer, sur trois pages, leur position après un « congrès » qui a été organisé à l’insu de la plupart d’entre eux et au mépris de toute règle démocratique.
      A dire vrai, ce style de l’invective et de la basse parole semble ne plus être l’apanage des journaux de caniveau à la solde du pouvoir, depuis que six militants de RAID qui disent « avoir été abusés », s’en sont pris, d’une façon on ne peut plus gratuite et tendancieuse, à deux parmi les intellectuels de ce pays qui ont été de tous les combats pour la liberté et la justice sociale. J’exprime, quant à moi, ma solidarité et toute ma considération pour Noura
      Borsali et Abdeljélil Bédoui qui m’ont fait l’honneur de signer le texte que je leur proposais, dénonçant l’acte inqualifiable par lequel des membres de l’association se sont permis de tenir un pseudo congrès auquel pas même le tiers des adhérents n’ont assisté et auquel pas même certains membres du Bureaudirecteur n’ont été conviés. Je m’attendais à lire un texte où seraient discutés les problèmes de fond posés par cette déclaration et dont le moindre n’était pas celui de l’indépendance de notre association…
      .Eh bien ! , mon cher Sadri, je te le concède : je suis un con ! Car, si je ne l’étais pas, comment expliquer que je me suis mobilisé pour faire une journée de grève de la faim par solidarité avec toi ;
      comment expliquer aussi que j’ai accepté de faire partie du comité de soutien à l’action que tu menais pour pouvoir quitter la Tunisie et que j’ai, enfin, accepté de prendre la parole lors de la conférence de presse que tu as organisée, pour dire mon appui à ta cause ?


      Salah Hamzaoui, membre du Comité directeur de RAID

      N.B. Voilà comment on résout les divergences !! J’apporte tout mon soutien à Salah Hamzaoui dont aucun de nous ne peut nier l ‘engagement et le militantisme.

       

      La logique du FBI
      Massoud


      Soyez patients, nous allons faire un peu de logique. Le FBI a dit formellement que « Ben Laden » est impliqué dans l’attaque du 11 septembre. Pour ceci, il faut des preuves. Effectivement, le FBI a identifié ceux qui ont commis l’acte. Il s’agit de 19 pirates dont les noms figurent sur le site officiel du FBI : http://www.fbi.gov/pressrel/pressrel01/091401hj.htm

      Maintenant, il faut prouver le lien entre ces pirates et « Ben Laden ». En d’autres termes, il faut un fil de connexion pour que la preuve s’allume. Faut-il prouver qu’il y a un lien entre tous les 19 pirates et Ben Laden pour désigner ce dernier coupable ? Non bien entendu, il suffit de trouver la connexion entre Ben Laden et certains de ces pirates pour le déclarer coupable. Que fait-on du reste des pirates dans ce cas ? Il sont bien entendu coupables puisqu’ils ont commis l’acte. Et de ce fait le lien de ces criminels avec Ben Laden est déduit implicitement du lien de leurs co-acteurs, dont le lien avec cet homme est prouvé. Résumons ce que l’on a dit jusqu’à présent et supposons que le FBI a prouvé le lien entre Ben Laden et l’attentat terroriste du 11 septembre. Pour déclarer une personne coupable dans cet attentat, il y a deux voies : 1) prouver qu’il a un lien avec Ben Laden ou 2) prouver qu’il a commis l’attentat. Donc le FBI, doit prouver l’un de ces deux éléments de pr!
      euve pour chacun des 19 personnes qu’il a déclarées coupables. Un autre point important, ceux qui ont commis l’acte suicidaire doivent être morts. Ceci ne doit pas échapper au FBI.

      Un problème ! Il s’avère que 5 personnes n’ont pas commis l’acte puisque 4 parmi eux sont vivants et le cinquième est mort depuis 2 ans. Donc l’élément de preuve numéro 2 n’est pas possible. Il reste donc l’élément de preuve numéro 1, c’est-à-dire qu’ils ont des liens avec Ben Laden. Donc le FBI doit lancer un mandat d’arrestation international contre les 4 vivants. Le fait qu’il soient vivants n’annule pas l’accusation. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ! Aujourd’hui le FBI nous invente un autre langage. Il dit que les pirates ont volé les pièces d’identité de gens innocents, voir « Chicago Tribune » :
      http://chicagotribune.com/news/chi-0109200349sep20.story?coll=chi-news-hed

      Là, le FBI sort d’un problème pour rentrer dans deux autres. D’une part, est-ce que cette naïveté est acceptable de la part du FBI ! Lorsqu’on a des pièces d’identité en main, avant d’accuser les gens gratuitement et publier leurs noms dans les masses médias et Internet, on prend le téléphone pour s’assurer de l’identité des personnes auprès des consulats et des autorités concernés. On pose des questions du type «Monsieur le consul, Saïd Alghamdi, dont les données sont telles et telles, est-ce qu’il est bien un citoyen Saoudien, et savez-vous où il est actuellement ». Le consul peut rependre dans même pas un demie heure, « Effectivement, il est Saoudien, il travaille chez nous, nous l’avons envoyé en stage en Tunisie il y a 9 mois. Tout est correcte avec lui. ». Mais, l’Arabie Saoudite n’existe pas pour le FBI, d’ailleurs il ne veut pas qu’elle existe encore.

      Le deuxième problème est le suivant. Le fait que les pièces d’identité soient volées ne résout pas le problème. En effet, l’accusation de la part du FBI est basée sur les identités. C’est à dire que le FBI, qui a les papier de Abdel-Aziz Oumari en main, a fait ses investigations en utilisant les données qui figurent sur la pièce d’identité, date de naissance etc. Il a enfin prouvé que cette personne, qui est né tel jour et qui est pilote, est bien un criminel minable. Il n’a pas prouvé que celui qui a utilisé ses papiers est un criminel parce qu’il ne le connaît pas. Donc pour le FBI qui croit que le pilote Abdel-Aziz Oumari était à bord, cette personne ne peut être qu’un pirate et non pas un simple passager. Pourtant le FBI dit qu’il y a plus qu’un pirate pilote sur le même avion. De plus, il s’est avéré que Abdel-Aziz Oumari est un ingénieur en télécommunications et pas un pilote.

      Le pire est que CBS News affiche encore aujourd’hui après ce scandale la liste des pirates selon la version du FBI :
      http://www.cbsnews.com/now/story/0,1597,311329-412,00.shtml

      Massoud

       

      ãáÇÍÙÉ  *
      20/09/2001 æÑÏ ÎØà Ýäí ÃËäÇÁ ÊÍãíá ÇáæÑÞÉ ÇáÃÎíÑÉ ÇáÊí äÔÑÊ ÈÊÇÑíÎ

       

      ãäÔæÑ 108: ãäÔæÑ ÇáÌÍæÏ æÇáÚäÇÏ

      Ï.ÃÍãÏ Èä ÇáØíÈ – ÈÇÑíÓ

      Ýí 22  ÓÈÊãÈÑ 1982 ÃÞÏã ÇáæÒíÑ ÇáÃæá ÇáÓÇÈÞ ÇáÓíÏ ãÍãÏ ãÒÇáí Úáì ÅÕÏÇÑ ãäÔæÑ æÒÇÑí ÚÑÝ ÈãäÔæÑ 108¡ æÇáÐí ãäÚÊ ÈãæÌÈå ÇáÊæäÓíÇÊ ãä ÇÑÊÏÇÁ ÇáÍÌÇÈ Ýí ÇáãÚÇåÏ æÇáÌÇãÚÇÊ æÇáÅÏÇÑÇÊ ÇáÑÓãíÉ. áã ÊÔåÏ ÐÇßÑÉ ÇáÃíÇã ÊÚÏ Úáì ÇáÍÑãÇÊ ãËáãÇ ÃÞÏã Úáíå ÇáæÒíÑ ÇáÃæá áÍßæãÉ ÈæÑÞíÈÉ ÞÈá ÇáÃÎíÑÉ. Åäå ÊÍÏ ÕÇÑÎ æãÓÊåÊÑ ÈÇáÞíã æÇáãÍÇÑã æÇáÍÏæÏ. áã íÑÚ Ýí ÇáÅÓáÇã æáÇ Ýí ÇáãÓáãíä¡ æÇáãÓáãÇÊ ÈÇáÊÎÕíÕ¡ ÅáÇ æáÇ ÐãÉ.

      ÇÓãÚ¡ íÇ ÓíÇÏÉ ÇáæÒíÑ ãÇÐÇ ÞÇá ÇáäÈí ÇáãÕØÝì Ýí ÇáÃÚÑÇÖ æÇáÍÑãÇÊ: « ËáÇËÉ ááãÄãä Úáì ÇáãÄãä ÍÑÇã: Ïãå æÚÑÖå æãÇáå » (ÍÏíË). æÃÈÕÑ ãÇÐÇ ßÇä ÌÒÇÁ ãä ÚÑì ÇãÑÃÉ ãä äÓÇÁ ÇáãÓáãíä : « æÇááå áÇä íÌÇæÑääÇ ÈÚÏ Çáíæã ÃÈÏÇ » (ÍÏíË). åßÐÇ ßÇä ÌÒÇÁ íåæÏ Èäí ÞíäÞÇÚ áãÇ ÔÏ ÃÍÏåã áÈÇÓ ÃÍÏ ÇáãÓáãÇÊ ÈÏÈæÓ (ãÓÇß)¡ æáãÇ åãÊ ÈÇáÍÑßÉ ÊãÒÞ ËæÈåÇ æåÊß ÓÊÑåÇ.. ÝÕÇÍÊ æÇãÍãÏÇå .. æÇãÍãÏÇå.  æãÇ Ãä ÇäÊåì äÏÇÄåÇ ááÑÓæá ÍÊì ÃÞÓã æÃÈÑ ÞÓãå ÈÊØåíÑ ÇáãÏíäÉ ãä ÇáÑÌÓ. ÝãÇÐÇ Úä ÇáÐí ÚÑì ÚÔÑÇÊ ÇáÂáÇÝ ãä ÇáãÓáãÇÊ[1].

      æÊãÑ ÚáíäÇ åÐå ÇáÃíÇã ÇáÐßÑì ÇáÚÔÑæä áãäÔæÑ ÇáÌÍæÏ æÇáÚäÇÏ (22/09/1982) áÊÚíÏ ááÃÐåÇä äÒæÇÊ æÚáæ ÝÑÚæä ÊæäÓ ÇáÓÇÈÞ æÑÇÆÏ ÇáÚáãÇäíÉ æÇáÊØÈíÚ Ýí ÇáÚÇáãíä ÇáÚÑÈí æÇáÅÓáÇãí¡ ÇáÑÆíÓ ÇáÓÇÈÞ ÇáÍÈíÈ ÈæÑÞíÈÉ (ÝäÍä áã äÚÑÝ ØíáÉ äÕÝ ÇáÞÑä ÇáÐí ÎáÇ Óæì ÑÆíÓíä ÝÞØ: Åä ÇáÃÚãÇÑ ÈíÏ Çááå íãÓßåÇ æíØáÞåÇ áãä íÔÇÁ æãÊì íÔÇÁ!) ÇáÐí Ùä Ãäå ÑÈäÇ ÇáÃÚáì¡ ßÏÃÈ ÝÑÚæä áãÇ ÍÔÑ ÝäÇÏì¡  » ÝÞÇá ÃäÇ ÑÈßã ÇáÃÚáì » (ÇáäÇÒÚÇÊ/24) æÞæáå ÊÚÇáì: « ãÇ  ÃÑíßã ÅáÇ ãÇ ÃÑì æãÇ ÃåÏíßã ÅáÇ ÓÈá ÇáÑÔÇÏ » (ÛÇÝÑ/29). æÛÑå ÈÇááå ÇáÛÑæÑ ÝßÇÏ íÞæá :  » ÇÌÚá  áí ÕÑÍÇ áÚáí ÃØáÚ Åáì Åáå ãæÓì » (ÇáÞÕÕ/38)¡ ÍÞÏÇ Ýí ÇáÛäæÔí æãä æÇáÇå.

      Åä ãäÔæÑ 108 íÊäÒá ãä ÇáäÇÍíÉ ÇáÝÞåíÉ Ýí ÈÇÈ ÇáÌÍæÏ æÇáÚäÇÏ. Úáì ÇÚÊÈÇÑ Ãäå íãäÚ ÇáäÇÓ ÇáÊãÊÚ ÈÍÞæÞåã (ãÇ áåã) æÇáÞíÇã ÈæÇÌÈÇÊåã (ãÇ Úáíåã) ¡ ßãÇ ÌÇÁ Ýí ÊÚÑíÝ ÇáÝÞå áÃÈí ÍäíÝÉ[2]
      Åäå ãÑÓæã ÌÍæÏ æÚäÇÏ: ÌÍæÏ áÃãÑ Çááå ÊÚÇáì
      áãÚÑÝÉ ÇáÍÞ æßÊãÇäå ÊÚãÏÇ¡ æÚäÇÏ áãÇ Ýíå ãä ÇáÇÚÊÑÇÖ Úáì Íßã Çááå æ ÅÑÇÏÊå æ ÇáØÚä – ÛíÑ ÇáãÚáä- Ýí ÍßãÊå: Åäå ÑÝÖ ÇáÇäÞíÇÏ ááÍÞ ãÚ ÇáÅÞÑÇÑ Èå. áã ÊÚÑÝ ÐÇßÑÉ ÇáÃíÇã ÊÚÏ Úáì ÇáÍÑãÇÊ æÅåÇäÉ ááÃÚÑÇÖ ÃßËÑ ããÇ ÃÞÏã Úáíå ÇáæÒíÑ ÇáÃæá ááÍßæãÉ ÇáãÏäíÉ ÇáÃÎíÑÉ¡ áÝÑÚæä ÊæäÓ¡ ÇáÑÆíÓ ÇáÍÈíÈ ÈæÑÞíÈÉ. ÞÇá ÊÚÇáì : « æãä ÃÙáã ããä ÇÝÊÑì Úáì Çááå ßÐÈÇ Ãæ ßÐÈ ÈÂíÇÊå ». ãÇ ÓãÚäÇ ÈåÐÇ Ýí ÇáÃæáíä æÇáÂÎÑíä íÇ ÓíÇÏÉ ÇáæÒíÑ. ÃãÇ ÌÒÇÄå¡ ÝÌÒÇÄå Ãäå « ãä Óä ÓäÉ ÍÓäÉ Ýáå ÃÌÑåÇ æÃÌÑ ãä Úãá ÈåÇ Åáì íæã ÇáÞíÇãÉ æãä Óä ÓäÉ ÓíÆÉ Ýáå æÒÑåÇ ææÒÑ ãä Úãá ÈåÇ Åáì íæã ÇáÞíÇãÉ ». ÝÍÐÇÑ « ÝÅä ÇáÓíÆÇÊ íÃßáä ÇáÍÓäÇÊ ßãÇ ÊÃßá ÇáäÇÑ ÇáåÔíã ». ãÎØÆ ãä íÙä Ãäå ÈÌÍæÏå ÓíÈØá ßáÇã Çááå æåÏí äÈíå ÇáßÑíã:  »
      æÞá ááãÄãäÇÊ íÛÖÖä ãä ÃÈÕÇÑåäø æíÍÝÙä ÝÑæÌåäø æáÇ íÈÏíä ÒíäÊåäø ÅáÇ ãÇ ÙåÑ ãäåÇ æáíÖÑÈä  ÈÎãÑåäø Úáì ÌíæÈåäø æáÇ íÈÏíä ÒíäÊåäø ÅáÇ áÈÚæáÊåä Ãæ ÂÈÇÆåä Ãæ ÃÈÇÁ ÈÚæáÊåäø Ãæ ÃÈäÇÆåäø Ãæ ÃÈäÇÁ ÈÚæáÊåä Ãæ ÅÎæÇäåä Ãæ Èäí ÅÎæÇäåä  Ãæ Èäí ÃÎæÇÊåä Ãæ äÓÇÆåä Ãæ ãÇ ãáßÊ ÃíãÇäåä Ãæ ÇáÊÇÈÚíä ÛíÑ  Ãæáì ÇáÅÑÈÉ  ãä ÇáÑøÌÇá Ãæ ÇáØÝá ÇáÐíä áã  íÙåÑæÇ Úáì ÚæÑÇÊ ÇáäøÓÇÁ æáÇ íÖÑÈä ÈÃÑÌáåä áíÚáã ãÇ íÎÝíä ãä ÒíäÊåä æÊæÈæÇ Åáì Çááå  ÌãíÚÇ ÃíøåÇ ÇáãÄãäæä áÚáøßã ÊÝáÍæä » (ÇáäæÑ:31 ).

      æÞÇá ÑÓæá Çááå Õáì Úáíå æÓáã: « íÇ ÃÓãÇÁ Åä ÇáãÑÃÉ ÅÐÇ ÈáÛÊ ÇáãÍíÖ áã ÊÕáÍ Ãä íÑì ãäåÇ ÅáÇ åÐÇ æ åÐÇ¡ æÃÔÇÑ Åáì ßÝå ææÌåå » (Óää ÃÈæ ÏÇæÏ¡ Ì.2¡ Õ383)

      áÞÏ Ùä ÈæÑÞíÈÉ æÇáÌÇåá ÇáãÊæÍÔ ãä ÈÚÏå æÇáãÑÊÒÞÉ ãä Íæáå ÃäåÇ ÍÇãíÊåã ÍÕæäåã ãä ÚÐÇÈ Çááå: ßáÇ .. ÞÇá ÊÚÇáì: « æÙäæÇ Ãäåã ãÇäÚÊåã ÍÕæäåã ãä Çááå » (ÇáÍÔÑ/2). áÞÏ ÇÚÊÏí Úáì ÍÏæÏ Çááå¡ ÃãÇ ÓãÚÊ ÈÚÞÇÈ ãä íÝÚá Ðáß ÙáãÇ æ ÚÏæÇäÇ[3]: ÞÇá ÊÚÇáì: « æ ãä íÊÚÏ ÍÏæÏ Çááå ÝÞÏ Ùáã äÝÓå » (ÇáØáÇÞ/1) æÞæáå ÊÚÇáì:  » æ ãä íÚÕí Çááå æ ÑÓæáå æíÊÚÏ ÍÏæÏå íÏÎáå äÇÑÇ ÎÇáÏÇ ÝíåÇ » (ÇáäÓÇÁ/14) 

      Ãáã ÊÚáã ÈÃä Çááå íÑì æßá ßÈíÑÉ æÕÛíÑÉ ÅáÇ ÃÍÕÇåÇ. Åä Çááå íãåá æáÇ íåãá .. ÅäåÇ ÓÊæÝì ÇáÃÚãÇá Ýí ßÊÇÈ áÇ íÃÊíå ÇáÈÇØá áÇ ãä ÃíÏíå æáÇ ãä ÎáÝå: « ÇÞÑà ßÊÇÈß ßÝì ÈäÝÓß Çáíæã Úáíß ÍÓíÈÇ » (ÇáÅÓÑÇÁ/14) æ áä íÓÊØíÚ ÃÍÏ íæãåÇ ÇáÊÎáÕ ãä ÃÚãÇáå Ãæ ÇáÊåÑÈ ãä ãÓÆæáíÊå¡ íÇ ÃíåÇ « ÇáÍÇßã-ÇáãÍßæã » ÇáÓÇÈÞ æÇáãÚÇÑÖ ÇáÌÏíÏ æáÑÈãÇ ÇáÓÇÈÞ ÃíÖÇ. áÞÏ ÞÇá Çááå ÊÚÇáì ááãÄãäíä æÇáãÄãäÇÊ: « ÇÞÑà»  ÝÞÇá ÈæÑÞíÈÉ¡ ÈãäÔæÑ 108¡ « áÇ ÊÞÑà» .. ÞáÊ æÈöãó ÞÇá¡ ÍßãÊ Úáì ÚÔÑÇÊ ÇáÂáÇÝ ãä ÇáÝÊíÇÊ ÇáãÍÌÈÇÊ ÈÇáÚÑí Ãæ ÈÇáØÑÏ ÇáÊÚÓÝí æÍÑãÊåä ãä ããÇÑÓÉ ÍÞæÞåä Ýí ÇáÊÚáíã æÝí ÇáÞíÇã ÈÇáÔÚÇÆÑ ÇáÏíäíÉ æÇáÊÚÈÏíÉ.

      áÞÏ ÃÊíÊ ÔíÆÇ äõßÑÇ áã íÃÊå ãä ÞÈáß Ýí ÇáÚÇáãíä Ýí ÈáÇÏäÇ ÃÍÏÇ¡ ÅáÇ ãä ÇÊÈÚ ÎØæÇÊ ÇáÔíØÇä ãä ÃãËÇá ÃÊÇÊæÑß Ýí ÊÑßíÇ æÊáãíÐå ÈæÑÞíÈÉ. ÍÊì ÇáÇÓÊÚãÇÑ áã íÊÌÑà ÎáÇá ÃßËÑ ãä 80 ÚÇãÇ Úáì ÇáãÓÇÓ ÈÇáÍÑãÇÊ ÈãËá ÓæáÊ áßã ÃäÝÓßã.

      áÞÏ åÊßÊ ÇáÍÑãÇÊ æ ßÔÝÊ ÓÊÑ ÍÝíÏÇÊ ÇáÓíÏÉ ÝÇØãÉ ÇáÒåÑÇÁ¡ ÞÑÉ Úíä ÇáãÕØÝì¡ ÝÍÓÈí Çááå æäÚã Çáæßíá Ýí ßá ÊáãíÐÉ ÇØÑÏÊ æ ßá ãÚíáÉ áÃåáåÇ ÍÑãÊ ãä ÇáÚãá¡ ÃíÚØíåä Çááå æÊÍÑãåä¿ ÃíÑÒÞåä Çááå æ ÊãäÚåä ÝÖáå¿. Åäåä ÈãËÇÈÉ ÂÓíÇ ÒæÌÉ ÝÑÚæä Ýí ÑÝÖåÇ ááÑßæÚ áÛíÑ Çááå Ííä ÃÓáãÊ æÌååÇ ááå ÑÈ ÇáÚÇáãíä æÞÇáÊ : »ÑÈ ÇÈä áí ÚäÏß ÈíÊÇ Ýí ÇáÌäÉ æäÌäí ãä ÝÑÚæä æÚãáå æäÌäí ãä ÇáÞæã ÇáÙÇáãíä » (ÇáÊÍÑíã/11). Åä ÇáãÊÍÌÈÇÊ ÊÔßíäß Åáì Çááå áãÇ áÍÞ Èåä æÃåÇáíåã ãä ÞÐÝ Ýí ÇáÃÚÑÇÖ æÇÝÊÑÇÁ æÊÔæíå æÍÑãÇä ãä ÍÞ ÇáÍíÇÉ ÇáØÈíÚíÉ æÍÞ ÇáÍíÇÉ ÇáÒæÌíÉ æÍÞ Êßæíä ÇáÚÇÆáÉ ÇáãÓáãÉ. áßä Çááå íÏÇÝÚ Úä ÇááæÇÊí Âãä æØåÑåä ßãÇ ØåÑ ÓíÑÉ ãÑíã ÇÈäÉ ÚãÑÇä: « íÇ ãÑíã Åä Çááå ÇÕØÝÇß æØåÑß æÇÕØÝÇß Úáì äÓÇÁ ÇáÚÇáãíä » (Âá ÚãÑÇä/42). Åä ÇáãÑÃÉ ÇáãÓáãÉ ÍíäãÇ ÊÍÌÈÊ ÅäãÇ ÊÞÊØÚ ãä ÓÊÑ Çááå áÊÑÝÚ Èå ãä ÔÃä ÇáÊßÑíã ÇáÐí ÍÈÇåÇ Çááå Èå æáÊÈáÛ ÃãÇäÉ Çááå: ÇáÅÓáÇã. Åä ÇáãÑÃÉ ÇáãÓáãÉ ÅÐÇ ãÇ ÊÍÌÈÊ ÊäÊÞá ãä ØæÑ ÇáÅäÓíÉ-ÇáÅäÓíÉ Åáì ØæÑ ÇáÅäÓíÉ-ÇáÍæÑíÉ .. ÃáÇ ÊÚáã æÃä ÌÏÊåä ÇáÓíÏÉ ÇáÒåÑÇÁ ÅäãÇ åí ËãÑÉ ãä ËãÇÑ ÇáÌäÉ ÇÞÊØÝåÇ ÇáÑÓæá áãÇ ÃÚÑÌ Èå ááÓãÇæÇÊ ÇáÚáÇ æßÇä Íãá ÎÏíÌÉ ãä ÈÚÏ ÈÝÇØãÉ ÇáÒåÑÇÁ .. æãÇ Ðáß Úáì Çááå ÈÚÒíÒ.

      æáßã ÊÓÇÁáÊ ßíÝ ÎæáÊ áå äÝÓå¡ æåæ ÑÌá áÇ ÈÇáÚáãÇäí æáÇ ÈÇáãÓÊåÊÑ ÈÇáÞíã ÇáÅÓáÇãíÉ¡ Èá Ãäå ßÇä ÏæãÇ íÊÈÌÍ ÈÃäå ÑÌá ÝßÑ!!¡ Ãä íÓÊÕÏÑ Ãæ Ãä íÓÇåã Ýí ÇÓÊÕÏÇÑ æãÈÇÑßÉ ÞÇäæä ÎÈíË æÔäíÚ ßãäÔæÑ 108¿ à Åáì åÐÇ ÇáÍÏ ÊÚãí ÇáÓíÇÓÉ æÍÈ ÇáÓáØÉ ÇáÈÕÑ æÇáÈÕíÑÉ ÚäÏ ÕÇÍÈåÇ¿ ÃáíÓÊ ÇáãÓÄæáíÉ æÇáÅãÇÑÉ ÊßáíÝ áÇ ÊÔÑíÝ .. æÃãÇäÉ áÇ Úáæ æÇÓÊßÈÇÑ Ýí ÏíääÇ æÃÎáÇÞäÇ æÃÚÑÇÝäÇ: « ÅäÇ ÚÑÖäÇ ÇáÃãÇäÉ Úáì ÇáÓãÇæÇÊ æÇáÃÑÖ æÇáÌÈÇá ÝÃÈíä Ãä íÍãáäåÇ  æÃÔÝÞä ãäåÇ æÍãáåÇ  ÇáÅäÓÇä. Åäå ßÇä ÙáæãÇ ÌåæáÇ » (ÇáÃÍÒÇÈ/72). Åä ãäÔæÑ 108 íÊÚÇÑÖ ãÚ ÊÚÇáíã ÇáÏíä ÇáÅÓáÇãí ÇáÐí ÇÚÊÈÑ Ãä « ØáÈ ÇáÚáã ÝÑíÖÉ Úáì ßá ãÓáã æãÓáãÉ »¡ ßãÇ íÊÚÇÑÖ ãÚ äÕ ÇáÏÓÊæÑ æÇáÞæÇäíä Ýí ÇáÈáÇÏ.

      áÞÏ ÊÙÇåÑÊ ÇáÂíÇÊ æÊæÇÊÑÊ ÇáÃÍÇÏíË æÇáÂËÇÑ Úáì ÝÖá ÇáÚáã æÇáÍË Úáì ÊÍÕíáå æÇáÇÌÊåÇÏ Ýí ÊÚáíãå[4]: æ ãä ÇáÂíÇÊ ÇáÞÑÂäíÉ Þæáå ÊÚÇáì: « åá íÓÊæí ÇáÐíä íÚáãæä æÇáÐíä áÇ íÚáãæä » (ÇáÒãÑ/9) æ Þæáå ÊÚÇáì: « æ Þá ÑÈí ÒÏäí ÚáãÇ » æÞæáå ÊÚÇáì: « ÅäãÇ íÎÔì Çááå ãä ÚÈÇÏå ÇáÚáãÇÁ » (ÝÇØÑ/28) æ ÇáÂíÇÊ Ýí Ðáß ßËíÑÉ æ ãÚáæãÉ. æãä ÇáÍÏíË Þæáå: « ãä íÑÏ Çááå Èå ÎíÑÇ íÝÞåå Ýí ÇáÏíä  » (ÑæÇå ÇáÈÎÇÑí) æ Þæáå: « ÅÐÇ ãÇÊ ÇÈä ÂÏã (æáÇ íÚäí ÇáÑÌá ÝÞØ) ÇäÞØÚ Úãáå ÅáÇ ãä ËáÇË: ÕÏÞÉ ÌÇÑíÉ Ãæ Úáã íäÊÝÚ Èå Ãæ æáÏ ÕÇáÍ íÏÚæ áå ». æ ãä Ç áÂËÇÑ Úä ÇáÅãÇã Úáí ßÑã Çááå æÌåå « ÇáÚáã ÎíÑ ãä ÇáãÇá , ÇáÚáã íÍÑÓß æÃäÊ ÊÍÑÓ ÇáãÇá , æÇáãÇá ÊäÞÕå ÇáäÝÞÉ æÇáÚáã íÒßæ ÈÇáÅäÝÇÞ« . æÚä ÇáÔÇÝÚí ÑÖí Çááå ÊÚÇáì Úäå:  « ãä áÇ íÍÈ ÇáÚáã áÇ ÎíÑ Ýíå¡ ÝáÇ íßä Èíäß æÈíäå ãÚÑÝÉ æáÇ ÕÏÇÞÉ , ÝÅäå ÍíÇÉ ÇáÞáæÈ æãÕÈÇÍ ÇáÈÕÇÆÑ« .  æÚä ÇáÔÇÝÚí ÃíÖÇ: « ØáÈ ÇáÚáã ÃÝÖá ãä ÕáÇÉ ÇáäÇÝáÉ » . æÚä ÇÈä ÚãÑ ÑÖí Çááå ÊÚÇáì ÚäåãÇ ÞÇá: « ãÌáÓ ÝÞå ÎíÑ ãä ÚÈÇÏÉ ÓÊíä ÓäÉ« .  æÍÊì æÅä ÃÌãÚÊ ßá ÇáãÏÇÑÓ ÇáÝÞåíÉ Úáì Ãäå « áÇ íÚÐÑ ÇáÌÇåá ÈÌåáå » Ýí ãÌÇá ÇáÃÍßÇã æÇáÃæÇãÑ¡ Ãí Ãä ÇáãÚÑÝÉ ÈÇáÏíä æÇáÃÍßÇã ÇáÔÑÚíÉ ÝÑíÖÉ Úáì ßá ãÓáã æãÓáãÉ æãä ÇáãÓáãÇÊ æÇáÝÑÖíÇÊ ÃãÇã ÇáÞÖÇÁ. ÝÅä ØáÈ ÇáÚáã íÕÈÍ ãÐãæãÇ  æãäåíÇ Úäå ÅÐÇ ãÇ ÇÞÊÑä ÈãÚÕíÉ Çááå æÇáÇÓÊåÊÇÑ ÈÇáÞíã æÇáÊÚÇáíã ÇáÅÓáÇãíÉ Ýí ÇáãäÇåÌ æÇáÈÑÇãÌ æÇáãÍÊæì ÔßáÇ æãÖãæäÇ: « Ëã ÇÚáã Ãä ãÇ ÐßÑäÇå Ýí ÝÖá ÇáÚáã ÅäãÇ åæ Ýíãä ØáÈå ãÑíÏÇ Èå æÌå Çááå ÊÚÇáì, Ýãä ÃÑÇÏå áÛÑÖ Ïäíæí ßãÇá Ãæ ÑíÇÓÉ Ãæ ãäÕÈ Ãæ ÌÇå Ãæ ÔåÑÉ Ãæ äÍæ Ðáß Ýåæ ãÐãæã:  ÞÇá ÊÚÇáì: « ãä ßÇä íÑíÏ ÍÑË ÇáÂÎÑÉ äÒÏ áå Ýí ÍÑËå æãä ßÇä íÑíÏ ÍÑË ÇáÏäíÇ äÄÊå ãäåÇ æãÇ áå Ýí ÇáÂÎÑÉ ãä äÕíÈ » æÞÇá: «  ãä ÊÚáã ÚáãÇ íäÊÝÚ Èå Ýí ÇáÂÎÑÉ íÑíÏ Èå ÚÑÖÇ ãä ÇáÏäíÇ áã íÑÍ ÑÇÆÍÉ ÇáÌäÉ » Ãí áã íÌÏ ÑíÍåÇ æÞÇá r: »ÃÔÏ ÇáäÇÓ ÚÐÇÈÇ íæã ÇáÞíÇãÉ Ãí ãä ÇáãÓáãíä ÚÇáã áÇ íäÊÝÚ ÈÚáãå »[5].

      ÃÈÚÏ åÐÇ ãä ÍÌÉ ÍÊì Êáæí ÑÞÇÈ ÇáãÍÌÈÇÊ Úáì ÎáÚ ÍÌÇÈåä ßÔÑØ ÃÓÇÓí áØáÈ ÇáÚáã¿

      æáÞÏ Öãä ÇáÏÓÊæÑ ÇáÊæäÓí « ÍÑãÉ ÇáÝÑÏ æÍÑíÉ ÇáãÚÊÞÏ æÊÚåÏ ÈÍãÇíÉ ÍÑíÉ ÇáÞíÇã ÈÇáÔÚÇÆÑ ÇáÏíäíÉ » ( ÇáÝÕá)5¡ ÈÇÚÊÈÇÑ Ãä « ÊæäÓ ÏæáÉ ÍÑÉ¡ ãÓÊÞáÉ¡ ÐÇÊ ÓíÇÏÉ¡ æÏíäåÇ ÇáÅÓáÇã » (ÇáÝÕá 1) .. ßãÇ äÇÏÊ ßá ÇáÊÔÑíÚÇÊ æÇáÞæÇäíä ÈÍÞ ÇáÊÚáíã áßá ãæÇØä æãæÇØäÉ ÞÇÏÑ Úáì Ðáß Ïæä ÊãííÒ ÚÑÞí Ãæ ÌäÓí Ãæ Ïíäí. ÝáãÇÐÇ ßá åÐÇ ÇáÙáã ÇáãÓáØ Úáì ÇáãÓáãíä æáãÇÐÇ íÍÇÑÈ ÇáÅÓáÇã Ýí ßá ÊÌáíÇÊå æÝí ßá Ííä¿  

      Èßá ÕÑÇÍÉ .. ÊÃáãÊ ßËíÑÇ áãÇ ÓãÚÊ ÈÃä ÃæáíÇÁ ÈÚÖ ÖÍÇíÇ « ãäÔæÑ 108″ æÃÞÇÑÈåã ÇáãåÌÑíä Ýí ÝÑäÓÇ¡ ÎÇÕÉ¡ áã íÊÑÏÏæÇ Ýí ãÄÇÒÑÉ ÇáÓíÏ ãÍãÏ ãÒÇáí æÍÓä ÞÈæáå æ »ÑÍãÉ ÚÒíÒ Þæã Ðá ». ßäÊ ÃæÏ áæ ÊÑßæå íÊÌÑÚ ãÑÇÑÉ ÇáßÃÓ ÇáÐí ÓÞÇå áÒåÑÇÊ ÇáÔÚÈ æÇáßæÇÑË ÇáÔÎÕíÉ æÇáÚÇÆáíÉ ÇáÊí ÊÓÈÈ ÝíåÇ æÇáÊí áÍÞÊ ÈÚÔÑÇÊ ÇáÂáÇÝ ãä ÇáãæÇØäíä ÃíÇã ßÇä « ãÓÊÃÓÏÇ » Ýí ÇáÈáÇÏ. æßäÊ ÃÊãäì Ãä áÇ íÎÇáØäÇ ÍÊì íÍßã Çááå ÈíääÇ æÈíäå ÈÇáÍÞ æåæ ÎíÑ ÇáÍÇßãíä. æáßä áÇ ãáÇã Úáì ÇáÇÎæÉ¡ Åä ÇáÐí ÑÈÇåã æÃÏÈåã åæ ÇáÐí Úáãåã ÇáÚÝæ ÚäÏ ÇáãÞÏÑÉ. áÞÏ Ôãá ÍÓä ÎáÞ æÍáã ÇáÑÓæá ÇáÚÏíÏ¡ ããä ÍÇÑÈæå æÂÐæå ãä Ãåá ÞÑíÔ¡ Ýí ÝÊÍ ãßÉ: « ÏÚæåã ÝÅäåã ÇáØáÞÇÁ ». ÝÇááåã Õá æÓáã Úáì ÇáäÈí ÇáãÕØÝì ÇáØÇåÑ ÇáÃãíä. æáÚá ÇáÓíÏ ãÒÇáí Ùä Ãä ÇäÞáÇÈ ÇáÓÍÑ Úáì ÇáÓÇÍÑ ÇáßÈíÑ¡ Ýí 7/11/1987¡ ÞÏ ÃÐåÈ ÇáÑÌÓ Úä ÈæÑÞíÈÉ æÕÍÈå æãä æÇáÇåã¡ Åäå ãÎØÆ Åä ßÇä íÃãá ÃääÇ äÓíäÇ ÝÚáå ÇáÞÈíÍ æÇáÔäíÚ Ãæ ÃääÇ ÓäÓßÊ Úä ÇáÙáã æÇáÞåÑ æÇáÅåÇäÉ ..

      ßáÇ .. Åääí ÃÍãá ÕÇÍÈ ãäÔæÑ 108 ãÓÄæáíÉ ßá ãÇ ÊÑÊÈ Úáíå¡ ÎáÇá ÇáÚÞÏíä ÇáãÇÖííä¡ ãä ÞãÚ ááÍÑíÉ ÇáÏíäíÉ æØÑÏ ÊÚÓÝí æÎÇÕÉ ÇáÚãá ÇáÅÌÑÇãí ÇáÐí ÃÞÏã Úáíå¡ ÝíãÇ ÈÚÏ¡ « Òãíáå » ææÒíÑ ÇáÊÚáíã¡ ÇáÚáãÇäí ãÍãÏ ÇáÔÑÝí¡ ãä ãÓÍ áÊÚÇáíã ÇáÅÓáÇã ãä ÈÑÇãÌ ÇáÊÚáíã Ýí ÇáãÏÇÑÓ æÇáãÚÇåÏ. æÊÍæíá ÇáÊÚáíã ÇáÏíäí Ýí ÇáßáíÉ ÇáÒíÊæäíÉ Åáì ãÌÑÏ ÏÑæÓ Ýí ÇááÇåæÊ æåæ ÇáÇÓã ÇáÐí ÃÕÈÍ íØáÞ Úáì ÇáßáíÉ!. Åä ßáÇ ÕäíÚåãÇ ÔÑ áÍÞ ÈÇáãÓáãíä æÊÚÏ Úáì ÇáÍÑãÇÊ æÃÚÑÇÖ ÇáäÇÓ æÍÞæÞåã ÇáØÈíÚíÉ Ýí ÈáÏ ãÓáã ßÊæäÓ: ÇáÓÊÑÉ æÇáÊÚáíã æÇÍÊÑÇã ÚÞíÏÉ ÇáÃãÉ æÇáÞíã æÇáÃÎáÇÞ ÇáÅÓáÇãíÉ.

      Åä Êáß ÇáÃíÇÏí ÇáÞÐÑÉ ÇáÊí ÃãÖÊ åÐÇ ÇáãäÔæÑ ÇáÃãÑ ÇáÎÈíË¡ æÇáÊí ÎØÊ ÈÑÇãÌ ÊÛÑíÈ ÇáÊÚáíã æÚáãäÉ ãäÇåÌ ÇáÊÑÈíÉ æÇáÊÏÑíÓ¡ áÇ íÌæÒ áÇ ãÕÇÝÍÊåÇ æáÇ ÇáÊÚÇãá ãÚåÇ ÝÖáÇ Úä ÇáãØÇáÈÉ ÈãÞÇÖÇÉ ÃÕÍÇÈåÇ æãÑÊßÈíåÇ. æÍÊì ÊÓÊÚíÏ ÂÎÑ ÝÊÇÉ Ãæ ÇãÑÃÉ ÍÞæÞåÇ ÇáãÓáæÈÉ Ýí ÇááÈÇÓ ÇáÔÑÚí æÇáãÍÊÔã æÍÞ ÇáÚãá æÇáßÓÈ ÇáÍáÇá¡ áÇ ÈÏ ãä ÏÚã ÇáÚÏíÏ ãä ÖÍÇíÇ åÐÇ ÇáÅÌÑÇÁ ÇáÚÏÇÆí ááÏíä æÇáÇÞÇäæäí æÇáÊÚÓÝí ÇááÇÊí Êäæíä ãÞÇÖÇÉ ÇáãÓÄæáíä æÇáãØÇáÈÉ ÈÇáÊÚæíÖÇÊ ÇáãÚäæíÉ æÇáãÇÏíÉ æÇáÇÚÊÐÇÑ ÇáÚáäí æÇáÚíäí ÈÇÓã ßá ÖÍíÉ.

      æãÑÉ ÃÎÑì .. áÇ ÊÍÊá ÞÖÇíÇ ÇáÍÑãÇÊ æÇáÃÚÑÇÖ æÊÚÇáíã ÇáÅÓáÇã æÇáÚÞíÏÉ Ãí ÇåÊãÇã íÐßÑ áÏì Ìá ÃÍÒÇÈ ÇáãÚÇÑÖÉ¡ ÚÏÇ ÇáÍÑßÇÊ ÐÇÊ ÇáÇäÊãÇÁ ÇáÓíÇÓí ÇáÅÓáÇãí¡ ÓæÇÁ Ýí ÈíÇäÇÊåÇ Ãæ äÖÇáÇÊåÇ Ãæ ÊÕÑíÍÇÊ ÞíÇÏÇÊåÇ ÚáÇæÉ Úáì ÇáãßÇäÉ ÇáÊí ÃæáíÊ ÅáíåÇ Ýí Óáã ÃæáæíÇÊåÇ ÇáÓíÇÓíÉ æÇáÇÌÊãÇÚíÉ. æÑÛã íÞíäí ÈÃä ßá ÇáÃÍÒÇÈ áÇ ÊÚãá ãä ÃÌá ÇáÇÕØáÇÍ ãÚ Çááå¡ Åääí ÃÏÚæåã¡ æÞÈá ÝæÇÊ ÇáÃæÇä¡ Åáì ÇíáÇÁ ÇáãÞæãÇÊ ÇáÏíäíÉ æÇáÚÞÇÆÏíÉ ãÑßÒ ÇåÊãÇãÇÊåÇ ÍÊì áÇ ÊÊÚãÞ ÚÒáÊåÇ Úä ÇáÔÚÈ ÇáÊæäÓí ÇáãÓáã. æÃÎÊÕ ÈÇáÐßÑ Ýí åÐå ÇáãäÇÓÈÉ ÇáÍÒíäÉ ãäÔæÑ ÇáÌÍæÏ æÇáÚäÇÏ¡ ãäÔæÑ 108 æÅÕáÇÍ ÈÑÇãÌ ÇáÊÑÈíÉ æÇáÊÚáíã.   

       æÃæÏ Ýí ÇáÎÊÇã ÇáÅÔÇÑÉ Åáì Ãääí ÃÚáã Ãä ßËíÑÇ ãä ÇáÚáãÇÁ ÇáÃÔÑÇÝ ÝÖáæÇ ÚÏã ÇáÊÕÑíÍ Ýí ÞÖíÉ « ÌÍæÏ æÚäÇÏ » ÇáæÒíÑ ÇáÃæá ÇáÓÇÈÞ¡ ãËáãÇ æÞÝæÇ Èßá ÍÒã ææÖæÍ Ýí ÞÖíÉ « ÝÓæÞ ÈæÑÞíÈÉ » ÚäÏãÇ äÇÏì ááÅÝØÇÑ Ýí ÔåÑ ÑãÖÇä¡ áÚáãåã ÈÃä ÓíÇÏÉ ÇáæÒíÑ ÇáÃæá ÇáÓÇÈÞ áã íÊäßÑ ááåæíÉ ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ. Ýåæ ãÓáã ÊÞáíÏí æáã íÚÑÝ ÈÚÏÇÆå ááÏíä¡ ÑÛã ÊæÑØå Ýí ÅÚáÇä ãäÔæÑ 108. ÈÞí Ãäå ãä ÍÓä Ùä ÇáãÓáã ÈÃÎíå ÇáãÓáã Ãä ÃÏÚæ ÇáæÒíÑ ÇáÃæá áÊÞÏíã ÇÚÊÐÇÑÇÊå æÇáÚÒã Úáì ÚÏã ÇáÚæÏÉ ááÅÓÇÁÉ ááÅÓáÇã æááãÓáãíä. ÛÝÑ Çááå áí æáå.

      ÞÇá ÊÚÇáì:  » Ýãä íÑÏ Çááå Ãä íåÏíå íÔÑÍ ÕÏÑå ááÅÓáÇã » (ÇáÃäÚÇã/125)


      [1]  Ýí ÇáÌÇãÚÉ ÇáÊæäÓíÉ ÝÞØ¡ Ýí ÈÏÇíÉ ÚÇã 1982¡ ßäÇ ÍæÇáí  17000 ØÇáÈ æ ØÇáÈÉ¡  Ýí  ÕÝæÝ ÇáÍÑßÉ ÇáØáÇÈíÉ ÇáÅÓáÇãíÉ¡ æßÇäÊ äÓÈÉ ÇáãÍÌÈÇÊ ÊÑÇæÍ ÇáÎãÓ Ãí ãÇ íÚÇÏá 5500 ØÇáÈÉ.

      [2] « æÇáÝÞå ãÚÑÝÉ ÇáäÝÓ ãÇ áåÇ æãÇ ÚáíåÇ » .. ÝÇáãÚÑÝÉ ÅÏÑÇß ÇáÌÒÆíÇÊ Úä Ïáíá ÝÎÑÌ ÇáÊÞáíÏ. æÞæáå ãÇ áåÇ æãÇ ÚáíåÇ íãßä Ãä íÑÇÏ Èå ãÇ ÊäÊÝÚ Èå ÇáäÝÓ æãÇ ÊÊÖÑÑ Èå Ýí ÇáÂÎÑÉ ßãÇ Ýí Þæáå ÊÚÇáì: »áåÇ ãÇ ßÓÈÊ æÚáíåÇ ãÇ ÇßÊÓÈÊ » (../..). åÐÇ ÇáÊÚÑíÝ ãäÞæá Úä ÃÈí ÍäíÝÉ. [ÃäÙÑ: ÓÚÏ ÇáÏíä ãÓÚæÏ Èä ÚãÑ ÇáÊÝÊÇÒÇäí: « ÔÑÍ ÇáÊáæíÍ Úáì ÇáÊæÖíÍ« ¡ ãßÊÈÉ ÕÈíÍ¡ ÇáÞÇåÑÉ¡ ÇáÌÒÁ 1¡ ÈÏæä ÊÇÑíÎ] 

      [3]  (ÇáÈÞÑÉ/229-230) æ (ÇáãÌÇÏáÉ/4) æ (ÇáÊæÈÉ/112)¡ ÇáÎ.

      [4] ãÍãÏ Èä ãÝáÍ ÇáãÞÏÓì ÇáÍäÈáí : « ÇáÂÏÇÈ ÇáÔÑÚíÉ« ¡ ÚÇáã ÇáßÊÈ¡ ÇáÞÇåÑÉ¡ ÈÏæä ÊÇÑíÎ.

      [5]  ÓÚÏ ÇáÏíä ãÓÚæÏ Èä ÚãÑ ÇáÊÝÊÇÒÇäí¡ ÇáãÑÌÚ ÇáÓÇÈÞ¡ ÃäÙÑ ÃíÖÇ: áãæÓæÚÉ ÇáÝÞåíÉ¡ ÈÇÈ: ØáÈ ÇáÚáã¡ æÒÇÑÉþ þÇáÃæÞÇÝþ þÇáßæíÊíÉ¡ ÇáßæíÊ

       

      ÇáãÊåãæä ÇáÓÚæÏíæä: 5 ãæÌæÏæä Ýí ÈáÇÏåã ææÇÍÏ ÈÊæäÓ æÂÎÑ ÊæÝí ÞÈá ÓäæÇÊ ÈÃãíÑßÇ

       

      ÃÎÈÇÑ ËãÇäíÉ ãäåã ÇäÞØÚÊ æÃÓÑåã ÊÄßÏ æÌæÏåã Ýí ÇáÔíÔÇä

      ÇáÑíÇÖ: «ÇáÔÑÞ ÇáÃæÓØ»
      ãä Èíä 15 ÓÚæÏíÇð¡ æÌå áåã ãßÊÈ ÇáÊÍÞíÞÇÊ ÇáÝíÏÑÇáí ÇáÃãíÑßí (FBI
      ) ÇáÇÊåÇã ÈãÔÇÑßÊåã Ýí ÚãáíÇÊ ÇáØÇÆÑÇÊ ÇáÇäÊÍÇÑíÉ¡ ÊÈíä Ãä 7 ÃÔÎÇÕ ËÈÊ Ãäå áíÓ áåã ÚáÇÞÉ ÈÇáÍÇÏË æßÇäæÇ ãæÌæÏíä ÎÇÑÌ ÇáæáÇíÇÊ ÇáãÊÍÏÉ Ííä æÞæÚå¡ Ýí ÇáæÞÊ ÇáÐí ÊÚÑÖÊ æËÇÆÞ ÈÚÖåã ßÌæÇÒÇÊ ÇáÓÝÑ ááÓÑÞÉ¡ æåã: 1 Ü ÚÈÏ ÇáÚÒíÒ ÇáÚãÑí¡ ãåäÏÓ ßåÑÈÇÆí ãæÌæÏ Ýí ÇáÑíÇÖ.
      2 Ü ÚÇãÑ ßäÝÑ¡ ãåäÏÓ ØíÇÑ ãæÌæÏ Ýí ãßÉ ÇáãßÑãÉ.
      3 Ü ÓÚíÏ ÍÓíä ÇáÛÇãÏí¡ ØíÇÑ ãæÌæÏ Ýí ÊæäÓ.
      4 Ü ÚÈÏ ÇáÑÍãä ÓÚíÏ ÇáÚãÑí¡ ØíÇÑ ãæÌæÏ Ýí ÌÏÉ.
      5 Ü ÃãíÑ ÈÎÇÑí¡ ØíÇÑ ÊæÝí Ýí ÃãíÑßÇ ãäÐ ÓäæÇÊ.
      6 Ü ÚÏäÇä ÈÎÇÑí¡ ØíÇÑ ãæÌæÏ Ýí ÌÏÉ.
      7 Ü ÃÍãÏ ÍíÏÑ ãÍãÏ ÇáäÚãí¡ ãÔÑÝ ØÇÞã ãáÇÍíä ÈÇáÎØæØ ÇáÓÚæÏíÉ ÈÇáÑíÇÖ.
      Ýí Ííä ÊÖÇÑÈÊ ÇáÃäÈÇÁ Úä æÌæÏ 8 ÃÔÎÇÕ Öãä ÞÇÆãÉ ÇáãÔÊÈå Ýíåã ÊÝíÏ ÚÇÆáÇÊåã ÈÊÛíÈåã ãäÐ ÝÊÑÉ ÊÊÑÇæÍ Èíä 4 ÃÔåÑ Çáì 4 ÃÚæÇã¡ æåäÇß ãä íÔíÑ Åáì æÌæÏåã ÏÇÎá ÇáÓÚæÏíÉ æÇáÈÚÖ íÚÊÞÏ ÈæÌæÏåã Ýí ÇáÔíÔÇä Ãæ ÃÝÛÇäÓÊÇä¡ ÍíË ÊÝíÏ æÇáÏÉ ÃÍãÏ ÇÈÑÇåíã ÇáÛÇãÏí (20 ÚÇãÇð) Ýí ßáíÉ ÇáåäÏÓÉ ÈÌÇãÚÉ Ãã ÇáÞÑì Ýí ãßÉ ÇáãßÑãÉ¡ Ãä ÇÈäåÇ ãæÌæÏ ãäÐ ÓäÊíä ÊÞÑíÈÇð Ýí ÇáÔíÔÇä ãÔÇÑßÇð Ýí ÇáÌåÇÏ åäÇß¡ æÃäå ÃÌÑì ÇÊÕÇáÇð åÇÊÝíÇð ãäÐ ÔåÑíä ááÇØãÆäÇä Úáì ÕÍÊåÇ.
      íÔÇÑ Åáì Ãä ÇáÛÇãÏí ßÇä ÇáÑÇßÈ ÑÞã 2 Úáì ÇáÑÍáÉ 175 Úáì ÇáØÇÆÑÉ ÇáÊí ÇÕØÏãÊ ÈÇáÈÑÌ ÇáÌäæÈí áãÑßÒ ÇáÊÌÇÑÉ ÇáÚÇáãí.
      æÞÇáÊ Çä ÂÎÑ ãÑÉ ÇáÊÞÊ ÝíåÇ ÇÈäåÇ ßÇäÊ Ýí ÔåÑ ÑãÖÇä ÇáãÈÇÑß ÇáãÇÖí ÚäÏãÇ ÒÇÑ ãßÉ ÇáãßÑãÉ áãÏÉ 10 ÃíÇã.
      æÃæÖÍÊ Ãä ÃÍãÏ æåæ ÃÕÛÑ ÃÈäÇÆåÇ ÇáËáÇËÉ¡ áã íÍÏËåÇ Ýí ÇÊÕÇáå ÇáåÇÊÝí ÇáÃÎíÑ ãä ÇáÔíÔÇä Çä ßÇä íäæí ÇáÓÝÑ Çáì ÇáæáÇíÇÊ ÇáãÊÍÏÉ.
      ÃãÇ æÇáÏ æÇÆá ææáíÏ ãÍãÏ Úáí ÇáÔåÑí¡ Ýåæ íÄßÏ ÝÞÏå áÇÈäíå ÇáãÊÛíÈíä ãäÐ 10 ÃÔåÑ¡ æÇÎÈÑÇå áÍÙÊåÇ ÃäåãÇ ÓíÛÇÏÑÇä ÃÈåÇ¡ ãÞÑ ÓßäåãÇ Ýí ÇáÌäæÈ ÇáÓÚæÏí¡ Çáì ÇáãÏíäÉ ÇáãäæÑÉ áÒíÇÑÉ ÇáãÓÌÏ ÇáäÈæí ÇáÔÑíÝ¡ æÇä ÇÎÈÇÑåãÇ ÇäÞØÚÊ Úäå ãäÐ Ðáß ÇáÍíä.
      æÇÔÇÑ Åáì Ãä ÇÈäå æÇÆá¡ ÎÑíÌ ßáíÉ ÇáãÚáãíä¡ íÚÇäí ãä ÍÇáÉ äÝÓíÉ æßÇä íÊÑÏÏ ÈÑÝÞÉ ÔÞíÞå æáíÏ Úáì ÈÚÖ ÇáãÞÑÆíä¡ æÝí ÂÎÑ ãÑÉ ØáÈ ÇÌÇÒÉ ãä ÇáÊÏÑíÓ áãÏÉ 6 ÇÔåÑ ááÓÝÑ Çáì ÇáãÏíäÉ ÇáãäæÑÉ.
      æáÇ íÌÒã æÇáÏåãÇ ÇáÐí íãÇÑÓ ÇáÇÚãÇá ÇáÍÑÉ¡ ÈãßÇä æÌæÏ ÇÈäíå ÇááÐíä ßÇäÇ Úáì ÇáÑÍáÉ ÑÞã 11 ÇáÊí ÇÕØÏãÊ ÈÇáÈÑÌ ÇáÔãÇáí áãÑßÒ ÇáÊÌÇÑÉ ÇáÚÇáãí¡ æÔÛá æáíÏ ÇáãÞÚÏ ÑÞã 23 ææÇÆá ÇáãÞÚÏ 2
      A.
      æÊÄßÏ äæÇÝ ÇÈÑÇåíã ÇáÍÇÒãí (25 ÚÇãÇð) æÓÇáã ÇÈÑÇåíã ÇáÍÇÒãí (25 ÚÇãÇð)¡ Çä ÇáÃæá ÛÇÏÑ Çáì ÇáÔíÔÇä ãäÐ 4 ÃÚæÇã Ýí Ííä áÍÞå ÔÞíÞå ÇáÂÎÑ ãäÐ ÚÇã æäÕÝ ÇáÚÇã ãä ÃÌá ÇáÌåÇÏ ÖÏ ÇáÞæÇÊ ÇáÑæÓíÉ.
      æßÇä äæÇÝ íÔÛá ÇáãÞÚÏ ÑÞã 12 Ýí ÇáÑÍáÉ ÑÞã 77 ÇáÊí ÇÕØÏãÊ ÈãÈäì ÇáÈäÊÇÛæä.
      æÊÃãá æÇáÏÊåãÇ Ãä íßæäÇ Úáì ÞíÏ ÇáÍíÇÉ¡ æÞÇáÊ ÇäåãÇ ÈÑíÆÇä ãä ÇáÊåã ÇáãæÌåÉ áåãÇ æãä Çä ÔÎÕíä ÂÎÑíä ÇäÊÍáÇ ÇÓãíåãÇ æÇÓÊÎÏãÇ ÌæÇÒí ÓÝÑåãÇ.
      ÃãÇ Ãåá ÃÍãÏ ÇáÍÒäæí ÇáÛÇãÏí (21 ÚÇãÇð)¡ ÇáÐí ÒÚã ÈíÇä ÇÊåÇã ÇáÜ«ÅÝ. Èí. Âí» Ãäå ßÇä ÇáÑÇßÈ ÑÞã 3 Úáì ÇáÑÍáÉ 93 Úáì ãÊä ÇáØÇÆÑÉ ÇáÊí ÊÍØãÊ Ýí æáÇíÉ ÈäÓáÝÇäíÇ¡ ÝíÞæáæä Çä ÇÈäåã¡ ÇáÐí íÚãá æÇáÏå ÅãÇãÇð áÌÇãÚ ÈáÌÑÔí ÇáÞÏíã¡ ÇäÊÞá ãäÐ ÝÊÑÉ Çáì ÇáÔíÔÇä ááãÔÇÑßÉ Ýí ÇáÌåÇÏ åäÇß.
      æÊÔíÑ ÚÇÆáÉ ÍãÒÉ ÕÇáÍ ÇáÛÇãÏí (35 ÚÇãÇð)¡ ÇáÐí ßÇä ÇáÑÇßÈ ÑÞã 3 Ýí ÇáÑÍáÉ ÑÞã 175 áØÇÆÑÉ ÇáÈæíäÛ ÇáÊí ÇÕØÏãÊ ÈÇáÈÑÌ ÇáÌäæÈí áãÑßÒ ÇáÊÌÇÑÉ ÇáÚÇáãí¡ Çáì Ãäå ÛÇÏÑ ãÓÞØ ÑÃÓå Ýí ÈáÌÑÔí ÌäæÈ ÛÑÈ ÇáÓÚæÏíÉ ãä Ïæä Úáã ÇÓÑÊå ãäÐ ÓäÉ æ8 ÃÔåÑ Åáì ÇáÔíÔÇä ÈÚÏ Ãä ÑÝÖæÇ ÑÛÈÊå Ýí ÇáÇáÊÍÇÞ ÈÇáÚãá ÇáÌåÇÏí¡ æÇÊÕá Èåã ãäÐ 4 ÃÔåÑ íØáÈ ãäåã ÇáÓãÇÍ æÇáÏÚÇÁ áå Ýí ãåÇãå ÇáÌåÇÏíÉ¡ áßäå áã íÎÈÑåã ÈãßÇä æÌæÏå Ýí åÐÇ ÇáÇÊÕÇá
      .

       
      Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :
      Freedoms Friends  FrihetsVänner Föreningen  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
      Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



      Get your FREE download of MSN Explorer athttp://explorer.msn.com To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
      To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
      URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

      L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

      Accueil

      Lire aussi ces articles

      27 février 2011

      Home – Accueil-الرئيسية في كل يوم، نساهم بجهدنا في تقديم إعلام أفضل وأرقى عن بلدنا، تونس Un effort

      En savoir plus +

      18 avril 2004

      Accueil TUNISNEWS   4 ème année, N° 1429 du 18.04.2004  archives : www.tunisnews.net البوليس يمنع مسيرة سلمية تضامنية مع المقاومة العراقية

      En savoir plus +

      Langue / لغة

      Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

      حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.