20 juillet 2008

Home – Accueil

TUNISNEWS
8 ème année,N°2980 du 20.07.2008
 archives : www.tunisnews.net 


Associated Press:Tunisie: prison ferme pour cinq salafistes présumés

La Presse: PUP : séminaire national sur la jeunesse et son rôle dans le processus de réforme

La Presse: PSL : la restructuration du parti à l’ordre du jour

Le Temps:Huit morts dans un accident de la circulation entre Médenine et Ben Guerdane

Algerie-dz:la Tunisie (35e)

dans le classement mondial de l’usage des technologies de l’information (TIC).

BALHA BOUJADI:DICTATEURS DU MONDE (ARABE), UNISSEZ-VOUS !

Slim Bagga:Le Consul de Nice,un homme qui assure et rassure

cyberpresse.ca:Charlie Hebdo dans la tourmente après un congédiement controversé

AFP: La Licra juge « indignes » les propos de Siné, licencié de Charlie Hebdo


 

Tunisie: prison ferme pour cinq salafistes présumés

 

 
TUNIS – Un groupe de cinq salafistes tunisiens présumés, dont deux fonctionnaires relevant des ministères de l’Intérieur et de la Justice, ont été condamnés par le tribunal de première instance de Tunis à des peines allant de quatre à neuf ans de prison ferme, a-t-on appris vendredi auprès de l’avocat Samir Ben Amor. Selon l’acte d’accusation, les membres du groupe, originaires de Kairouan, une ville du centre tunisien, auraient constitué une cellule salafiste dans le but de renverser le régime à travers des actes de sabotage. Il leur était également reproché d’avoir accédé à des sites à caractère terroriste dépendant d’Al Qaïda et d’avoir loué une maison dans la médina de Kairouan pour tenir leurs réunions. Deux d’entre eux, Souhail Guezdah, chef de poste de la sûreté nationale et Hicham Barrak, professeur d’éducation physique, ont écopé de neuf ans d’emprisonnement pour d’appartenance à une organisation ayant adopté le terrorisme comme moyen de réaliser ses desseins et pour avoir fourni à cette organisation des informations visant à aider à commettre des crimes terroristes. Le troisième, Hédhili Djaït, commerçant d’appareils téléphoniques, a été condamné à huit ans de réclusion pour appartenance à la même organisation et pour avoir procuré un logement destiné aux réunions du groupe. Les deux autres prévenus, Sami Belhaj Aïssa, directeur-adjoint de la prison de Borj El Amri, près de Tunis, et Faouzi Ayachi Alimi ont été condamnés à quatre ans de prison chacun pour n’avoir pas alerté les autorités sur des actes criminels qui se préparaient. Lors de leur procès, les inculpés ont nié les faits qui leur étaient reprochés. La défense a plaidé le non lieu en estimant que le dossier était « vide » et qu’aucun objet ni document étayant les accusations n’ont été saisis. Me Ben Amor a déclaré à l’Associated Press que les prévenus comptaient interjeter appel de ces condamnations. Par ailleurs, la cour d’appel de Tunis, a alourdi mercredi la peine d’un autre présumé terroriste tunisien, extradé en septembre 2007 par les autorités saoudiennes. Condamné en première instance à un an de prison ferme pour « appartenance à une organisation terroriste opérant à l’étranger », Achraf Soltani a vu sa peine doublée. Il était accusé de faire partie d’un réseau de recrutement de combattants en Irak, selon cet avocat spécialiste des affaires liées au terrorisme. Me Ben Amor estime à un millier les personnes déjà jugées ou en attente de procès en vertu de la loi anti-terroriste adoptée par le parlement tunisien en décembre 2003. Les procès se poursuivront exceptionnellement pendant la période estivale, alors que d’habitude les tribunaux prenaient congé à partir du 15 juillet, a-t-il précisé Associated Press (Source : « Associated Press» le 18 juillet 2008)

PUP : séminaire national sur la jeunesse

et son rôle dans le processus de réforme

 
M. Mohamed Bouchiha, secrétaire général du Parti de l’unité populaire (PUP), a souligné que son parti puise son optimisme, concernant l’avenir politique du pays, dans le processus de réformes constant mené par le Président Zine El Abidine Ben Ali, comme en témoignent les réformes introduites sur les textes de loi et les législations relatifs à la vie politique. A l’ouverture de ce séminaire qui a démarré vendredi, et qui se poursuivra aujourd’hui au centre de formation des sportifs de Gabès, M. Bouchiha a indiqué que l’année du dialogue global avec les jeunes a été une occasion importante pour renforcer le processus de réforme politique et sociale. Il a salué, à cette occasion, les conditions dans lesquelles s’est déroulée la consultation nationale sur les jeunes, relevant l’attachement du Président de la République à offrir aux jeunes l’opportunité d’exprimer leurs idées, opinions et aspirations en toute liberté et responsabilité. Le secrétaire général du PUP a affirmé la foi de son parti dans la jeunesse et son rôle sur la scène nationale, indiquant que cette conviction s’est concrétisée à travers la création d’une organisation de jeunesse au sein du parti et le rajeunissement des différentes structures, y compris les structures dirigeantes. M. Bouchiha a fait remarquer que le rajeunissement des structures a eu le meilleur impact sur l’activité et sur le rayonnement du parti sans pour autant susciter un conflit de générations, relevant le caractère constructif de la participation du PUP au dialogue national avec les jeunes. Les travaux du séminaire se déroulent dans le cadre de quatre ateliers de travail portant sur « la mondialisation, la souveraineté et la conjoncture économique en Tunisie », « les attentes des salariés dans la période à venir », « les élections entre les textes législatifs et la pratique » et « les jeunes et les moyens de communication modernes ». Une conférence sera, également, organisée portant sur la participation du PUP à l’année du dialogue avec les jeunes (Source: « La Presse » (Quotidien – Tunis), le 20 juillet 2008)‏

PSL : la restructuration du parti à l’ordre du jour

 

 
Le bureau politique du Parti social libéral a examiné, lors de sa réunion de vendredi au siège du parti à Tunis tenue sous la présidence de son secrétaire général, M. Mondher Thabet, plusieurs questions ayant trait aux développements sur la scène nationale et internationale. Le bureau politique a examiné l’état d’avancement du plan de restructuration du parti se félicitant des réalisations accomplies et soulignant l’importance de promouvoir la rentabilité des structures régionales en stimulant leur contribution à la dynamique politique et d’organisation générale du parti. Le bureau politique a mis l’accent sur la nécessité de conjuguer les efforts des différentes composantes de la société avec les mesures et décisions prises par l’Etat pour la protection du pouvoir d’achat du citoyen. Il a relevé, d’autre part, l’importance de gagner le pari démocratique et de consolider le processus moderniste. (Source: « La Presse » (Quotidien – Tunis), le 20 juillet 2008)‏

 

Huit morts dans un accident de la circulation

entre Médenine et Ben Guerdane

 

trois blessés dont un, dans un état grave Un accident de la circulation survenu, vendredi après midi, entre Ben Guerdane et Médenine, a fait huit morts dont sept décédés sur place et le huitième à l’hôpital, ainsi que trois blessés dont un dans état grave.  L’accident s’est produit dans la région de Bouhamed, sur la route nationale (GP 1) au niveau du point kilométrique 506, suite à une collision entre un camion de transport de marchandises et une voiture de louage. Le dépassement sans prêter attention aux véhicules venant en sens inverse, serait à l’origine de ce drame. Le gouverneur de Médenine et les autorités régionales se sont rendus sur les lieux de l’accident et ont inspecté les opérations de sauvetage et de secours pour lesquelles se sont mobilisées les services de la garde nationale, de la protection civile, de la santé et de l’équipement. Les victimes dans cet accident sont : Deux hommes, une jeune étudiante en 3e cycle, citoyens originaires de Kairouan, un citoyen originaire et habitant d’ El Hamma, un mineur originaire d’Oum El Araïes et deux Algériens. La huitième personne succomba à ses blessures après avoir été transportée à l’hôpital régional. Quant aux trois blessés, l’un est dans un état grave et il est sous des soins intensifs alors que les deux autres (les deux chauffeurs), ils s’en sont sortis avec des blessures légères au même hôpital. (Source: « Le Temps » (quotidien _ Tunisie) le 20 juillet 2008)  


L’Algérie (88e) pointe derrière le Maroc (74e) et la Tunisie (35e)

  dans le classement mondial de l’usage des technologies de l’information (TIC).  

   Le Forum économique mondial a publié son 7e rapport sur l’usage des technologies de l’information dans le monde. Dans ce classement 2008, le Danemark a confirmé sa position d’économie mondiale numéro 1 dans le domaine des TIC, suivi de la Suède et de la Suisse. Pour le monde arabe, les Emirats arabes unis arrivent en premier et sont classés à la 29ème place mondiale, suivis du Qatar (32e), la Tunisie (35e), le Bahreïn (45e), la Jordanie (47e) , l’Arabie saoudite (48e), le Koweït (52e), Oman (53e), l’Egypte (63e), le Maroc (74e), l’Algérie (88e), la Mauritanie (97e), la Libye (105e) et la Syrie(110e). Le Tchad arrive en bas de classement (127e) dans l’utilisation des technologies informatiques et des télécommunications. Pour ce qui est du Maghreb, le classement fait ressortir la Tunisie comme leader régional (35e) suivie du Maroc (74e), l’Algérie (88e), la Mauritanie (97e) et la Libye (105e). Ceci démontre le faible usage des technologies d’information et de communication dans cette région et la nécessité de mettre un plan commun pour augmenter l’usage des TIC et encourager les investissements dans ce secteur prometteur. Publié pour la septième année consécutive, le rapport est désormais la référence internationale la plus complète pour l’évaluation de l’impact des TIC sur le processus de développement et la compétitivité des différents pays. Les efforts de l’Algérie dans ce domaine ne semblent pas porter leurs fruits, étant donnée le classement dont elle hérite, arrivant 88ème au niveau mondial, 11ème du monde arabe et seulement 3ème au Maghreb. Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com (Source: Algerie-dz le 20 juillet 2008)


 

DICTATEURS DU MONDE (ARABE), UNISSEZ-VOUS !

 

 
BALHA BOUJADI La nouvelle est tombée comme une douche froide, le vertueux, l’angélique et le pieux Omar Al Bachir est demandé devant la Cour Pénale Internationale pour des crimes contre l’Humanité. Ce militaire qui arbore toujours son bâton comme symbole de pouvoir a massacré des milliers des civils au Darfour, estimant qu’il était chez lui et qu’il pouvait faire ce qu’il voulait avec ses sujets. Or, il ne savait pas que la communauté mondiale a évolué et que la mondialisation a fait que tout est devenu médiatisé et découvert à nue sur les écrans du monde entier. Ainsi donc, les massacres de Darfour sont filmés et dénoncés par toutes les associations de la planète, seuls les aveugles peuvent prétendre qu’ils n’ont rien vu, et, malheureusement, il y’a tellement d’aveugles dans cette nation arabe qu’ils peuvent prétendre occuper une page entière dans le livre de Guinness des records. Tout à coup, dans un pays où le rassemblement de plus de trois personne est considéré comme un danger public, des milliers des bons citoyens qui ont trouvé par hasard des milliers de photos du grand manitou et des milliers de pancartes avec des textes dénonciateurs du procureur de la CPI Luis Moreno O’Campo, ont envahi les rues de Khartoum pour crier leur haine contre l’Occident mécréant et impie. Ce général arrivé au pouvoir par un coup d’état militaire il y’a presque vingt ans a eu l’honneur d’être qualifié comme étant l’artisan du premier génocide du XXI ème siècle. Depuis 2003 le massacre a touché 300.000 êtres humains pour la simple raison qu’ils sont noirs non arabe et qu’ils sont en grande partie animistes ou chrétiens. Les milices armées irrégulières musulmanes dénommées « Janjawids » sont sous les ordres directs du pouvoir officiel et ils ont massacré en moyenne 10.000 personnes par mois en provocant l’exode de plus de trois millions de réfugiés sur une population totale au Darfour de six millions. Omar Al Bachir, avec son bâton et son rosaire dans chaque main,  doit répondre pour ces crimes, et ce malgré la solidarité manifeste de la Ligue des dictateurs arabes qui a exigé hier, vendredi 19 juillet, une immunité internationale pour tous les chefs d’Etat en exercice (sic), et malgré l’alliance de la communauté intégriste islamiste internationale, et malgré quelques plumes qui ont griffoné des articles ridicules (Voir Abdelhamid Addassi, Tunisnews du 16/7/08, qui a qualifié Al Bachir comme étant le meilleur président sur terre parce qu’il est un homme de foi (islamique, bien sûr), et d’après lui Al Bachir va gagner cette guerre car Dieu ne permettra jamais qu’un mécréant gagne un musulman… Allez raconter ça aux 300.000 victimes de Darfour et aux 300 millions d’arabes qui ont perdu toutes leurs batailles militaires, économiques, politiques et culturelles). Les dictateurs du monde arabe ont déjà tremblé en voyant leur chef de bande Saddam Hossein délogé de son trou comme un petit lapin et quand ils ont vu leur collègue Pinochet humilié dans les tribunaux… maintenant ils se trouvent coincés dans leurs palais dorés car ils risquent de ne plus prendre l’avion vu que les mandats d’arrêt vont pleuvoir sur la tête des Kadhafi, Assad, Moubarek, Abdallah Salah… leurs mains sont taché de sang par la torture et les crimes contre leurs honnêtes citoyens. Ce qui m’inquiète le plus c’est la position de l’intelligentsia arabe. Elle a manqué tous les rendez-vous de l’histoire en continuant à considérer les instances internationales et les associations mondiales des Droits de l’Homme comme étant la porte parole du Sionisme et de l’impérialisme, au lieu d’en profiter pour y adhérer et essayer de secouer des régimes qui font honte à l’Humanité entière, et pour faire pression sur des systèmes de gouvernance dégoûtants et anachronique par rapport au XXI siècle. BALHA BOUJADI, le 20 juillet 2008. balhaboujadi@yahoo.es

Le Consul de Nice, un homme qui assure et rassure

 

Mohamed Lamine Maherzi, notre consul à Nice et à Monaco est un grand farceur. Et, en grand humoriste, il oeuvre d’arrache-pied à le faire savoir à ses patrons Ben Ali et Abdelwaheb Abdallah, mais aussi et surtout à ses mentors: les Trabelsi. C’est que Mohamed Lamine Maherzi doit avant tout ce poste doré à cette honorable famille. Son frère, Montacer Maherzi, médiocre moniteur d’éducation physique, n’est-il pas l’heureux époux de Samira Trabelsi, frangine de Leïla, surnommée surtout ‘Djeja’ (poule).  Mais cessons d’être mauvaise langue pour nous en tenir aux faits surtout en ces temps de diète où même le poulet « bien garni »« coûte horriblement cher et que le bon peuple découvre les richesses caloriques de la sardine et ses oméga 3… Donc, Mohamed Lamine Maherzi a profité d’une invitation à la préfecture des Alpes maritimes pour célébrer le dernier 14 juillet pour s’afficher carrément en compagnie du procureur de la République (et pas n’importe lequel), Eric De Montgolfier ainsi que le vice président du Conseil général des Alpes maritimes et le maire adjoint de la ville de Nice. Un dîner de briefing avec un journaliste de ‘Nice-Matin’ permettra ensuite de faire figurer cette photo ‘volée’ en illustration de l’article commentant la soirée. Avouons qu’au moment où la Tunisie fait plutôt la « Une » dans cette région à cause des frasques, voire des crimes des Imed et Moez Trabelsi, mis en examen pour vols et détournements de yachts privés,  la sortie du consul tunisien est un joli coup qui assurerait surtout …sa pérennité à ce poste dans la région où sa mission est aussi de superviser quelques autres faits illégaux, plutôt relevant du droit pénal français et auxquels ferait mieux de s’intéresser le rédacteur en chef de ‘Nice Matin’ M. ANTOCH qui affirme sans rire « assumer la publication »… Parmi les réalisations notoires de voyous protégés par notre valeureux consul à Nice, pour se rapprocher des Dieux de Carthage, on peut noter l’exemple de Vallauris. Il s’agit d’un petit village mitoyen du Golfe Juan et de Cannes où des compatriotes de la première génération s’étaient installés et s’y étaient spécialisés dans la poterie, entre autre. Ce village sans histoire abrite aujourd’hui nombre d’entrepôts pleins à craquer de pièces détachées allant du pneu de voiture jusqu’au moteur de Porche et Ferrari en attente d’être acheminés vers d’autres ports de Radès et de la Goulette puis dans les entrepôts d’El Djem où les Trabelsi sont si prévoyants qu’ils vous stockent les plus rares marchandises sur le marché tunisien. Originaires de Msaken (dans le Sahel, 13 km de Sousse), ils alimentent en outre, dans un souci d’équité, Kaïs Ben Slaheddine…Ben Ali qui sévit dans sa région natale lui aussi. Autant d’intérêts qui méritent que le consul s’affiche dans la cour des princes de la Région, prouvant qu’il mène à bien sa mission, dans le confort ostentatoire de la villa appartenant aux PARTOUCHE,  et que ses protecteurs peuvent dormir tranquilles sur leurs méfaits. « Du temps du Consul, Férid Maherzi, (décidément, ces Maherzi !), « Poulet garni » renvoyait à un mot de passe qui en dit long sur l’histoire de nos gouvernants du 7 novembre avec les traficants de drogue. Et pour cause, commander un poulet « bien garni » voulait simplement dire : bourré de came. Autre époque, autre jargon : à l’époque de l’interpellation de Moncef Ben Ali, en 1989, à l’aéroport d’Orly, on parlait de « Fanta » au téléphone pour évoquer la drogue et tromper la vigilance policière française…En tout cas c’est ce qu’avaient révélé les comptes-rendus de l’enquête Slim Bagga  


Le samedi 19 juillet 2008 Charlie Hebdo dans la tourmente après un congédiement controversé

 

 
Marc Thibodeau L’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui s’était illustré par sa défense passionnée de la liberté d’expression dans l’affaire des caricatures de Mahomet, se trouve plongé dans la tourmente après avoir congédié l’un de ses plus anciens collaborateurs.   Le directeur de la publication, Philippe Val, a confirmé il y a quelques jours que Maurice Sinet, connu sous le nom de Siné, avait été renvoyé en raison du contenu antisémite d’une chronique illustrée parue le 2 juillet. Le caricaturiste de 79 ans s’y moquait de Jean Sarkozy, fils du président français, Nicolas Sarkozy, en ironisant sur son mariage annoncé avec la fille d’une famille actionnaire d’une chaîne de magasins de produits électroménagers. «Il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit!» a écrit Siné. Pour expliquer ce renvoi, Philippe Val écrit cette semaine dans Charlie Hebdo que les propos du caricaturiste touchaient à la vie privée du fils Sarkozy et colportaient la «fausse rumeur» de sa conversion au judaïsme. «Mais surtout, ils pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale, et ce n’était ni acceptable ni défendable devant un tribunal», a ajouté M. Val. Siné rétorque que sa chronique n’était d’aucune façon antisémite. «Je reproche à Jean Sarkozy de se convertir par opportunisme. S’il s’était converti à la religion musulmane pour épouser la riche fille d’un émir, c’était pareil. Et la fille d’un catholique, pareil», a-t-il expliqué sur les ondes de la radio RTL. Le caricaturiste, connu pour ses salves antireligieuses, affirme que le directeur de Charlie Hebdo cherchait depuis longtemps un prétexte pour interrompre leur collaboration en raison de différends idéologiques. «Ça fait deux ans qu’il veut me foutre à la porte», dit-il. L’affaire a éclaté le 8 juillet, lorsque, à la radio, le journaliste du Nouvel Observateur Claude Askolovitch a accusé le texte d’être antisémite parce qu’il suggérait que, pour faire du chemin dans la vie, il vaut mieux être juif. Le journaliste, qui avait d’abord discuté avec Philippe Val, a affirmé que le directeur de Charlie Hebdo allait dénoncer Siné dans son prochain numéro comme étant une «ordure». M. Val, qui craignait une poursuite de Jean Sarkozy et de la famille de sa fiancée, avait au préalable rédigé un texte dans lequel le caricaturiste convenait que sa chronique pouvait être mal interprétée. Siné a cependant refusé de le signer après avoir appris qu’il était possible que les autres membres de la rédaction produisent une lettre ouverte dénonçant ses écrits. L’affaire fait couler beaucoup d’encre sur l’Internet, où partisans et critiques de Siné s’affrontent. Plusieurs des admirateurs du caricaturiste accusent Charlie Hebdo, qui est connu pour son ton provocateur, de renier la position qu’il avait adoptée en faveur de la liberté d’expression dans l’affaire des caricatures de Mahomet. «Nous dire que cela (la chronique controversée) a blessé la famille Sarkozy et que c’est pour cela qu’il a viré Siné, c’est aberrant, non? Surtout quand on sait qu’avec la publication des caricatures de Mahomet, ce sont plusieurs millions de musulmans blessés», écrit un internaute. Philippe Val rétorque en entrevue, exaspéré, qu’il n’y a rien de commun entre la publication de caricatures critiquant une vision radicale de l’islam et la «diffamation de personnes particulières». L’affaire n’a pas fini de rebondir puisque Siné a indiqué hier à La Presse qu’il préparait, en vue de la diffuser en ligne, une chronique traitant de son différend avec le directeur de Charlie Hebdo. Il entend poursuivre en diffamation le journaliste du Nouvel Observateur et tous ceux qui ont, par leurs accusations, «ruiné l’engagement de toute une vie en faveur de la tolérance». «Je ne laisserai plus personne me traiter d’antisémite», conclut le caricaturiste.  
(Source : «cyberpresse.ca » le 19 juillet 2008)

La Licra juge « indignes » les propos de Siné, licencié de Charlie Hebdo

 

 
Image © Robert Francois(AFP) Le caricaturiste Siné, le 17 juillet 2008 à Vinnemerville La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a jugé « indignes » samedi les propos tenus par le dessinateur Siné dans une chronique qui lui a valu d’être licencié de Charlie Hebdo.  PARIS (AFP) Dans une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, Siné ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy avant son mariage annoncé par la presse avec la fille du fondateur des magasins Darty. Il a depuis été licencié de l’hebdomadaire satirique. Le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo, Philippe Val, « était parfaitement justifié à sanctionner les propos indignes tenus par Siné sur le fils du président de la République », estime la Licra dans un communiqué. « Les allégations de trafic d’influence et de cynisme ainsi que le rapprochement glauque opéré entre le Juif et l’argent renvoient aux temps les plus misérables de l’antisémitisme des 19 et 20es siècles », ajoute la Licra. Selon la Licra, qui menace de porter plainte,, la chronique de Siné « appelle la plus vive et méprisante indignation ». le 19 juillet 2008 AFP

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

5 février 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année, N° 3180 du 05.02.2009  archives :www.tunisnews.net   Amnesty International : Tunisia: Appeal Court entrenches

En savoir plus +

6 juillet 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 10 ème année,N° 3696 du 06.07.2010  archives : www.tunisnews.net  C.R.L.D.H.T: La cour d’appel de Gafsa confirme

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.