20 août 2006

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
7 ème année, N° 2281 du 20.08.2006

 archives : www.tunisnews.net


La liste de diffusion « TUNISNEWS »  piratée

AFP: Immigration: nouveau naufrage de clandestins africains à Lampedusa

Mnerviz Ennervouzi: Bilan de séjour en Tunisie: c’est les mafias qui commandent

El watan: Un million de touristes algériens en Tunisie

 
 

Cliquez ici pour accéder au reportage exceptionnel de l’AISPP sur la catastrophe humanitaire des prisonniers politiques Tunisiens 


 

La liste de diffusion « TUNISNEWS »  piratée

 
Madame, Monsieur Chers abonnés Nous attirons votre attention à ce qui suit: votre liste de diffusion « TUNISNEWS » a été victime  le 19 août 2006 d’une attaque lâche. Votre  liste a été piratée par des criminels qui tentent de faire taire cet espace tunisien indépendant de liberté et d’échanges démocratiques entre les tunisiens à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Nous vous prions de continuer à consulter notre site www.tunisnews.net et à ne plus adresser vos mails à l’ancienne adresse de la liste mais à l’adresse suivante: tunisnews@yahoo.fr
Merci pour votre soutien et bonne journée à vous tous. L’équipe de TUNISNEWS


 

Immigration: nouveau naufrage de clandestins africains à Lampedusa

 
20/08/2006 16:43:57 – ROME (AFP) Lampedusa, petite île italienne qui a vu débarquer 10.000 clandestins ces sept derniers mois, a été confrontée ce week-end à deux naufrages d’embarcations chargées d’immigrés dans lesquels des dizaines de personnes se seraient noyées. Le premier drame a eu lieu samedi à l’aube, lorsqu’un bateau d’une dizaine de mètres coule à quelques kilomètres du rivage de l’île située entre la Sicile et la Libye. Dix corps seront repêchés et 70 personnes secourues, mais les rescapés affirment qu’ils étaient 120 à bord de leur embarcation, et que 40 personnes manquent donc à l’appel, dont des enfants et des adolescents. Les circonstances du naufrage restent encore à éclaircir: le parquet d’Agrigente (Sicile) a ouvert une enquête et n’exclut pas que le bâtiment de la marine qui a repéré le petit bateau et décidé de lui porter secours, l’ait en fait heurté lors de ses manoeuvres d’accostage, le faisant couler. Dimanche après-midi, plusieurs vedettes des gardes-côtes étaient encore en train d’inspecter la zone à la recherche d’éventuels nouveaux cadavres lorsqu’ils ont été informés d’un second naufrage à une centaine de kilomètres au large de Lampedusa. C’est un navire de pêche qui a donné l’alerte après avoir repéré une dizaine de personnes dans l’eau. Secourus par l’équipage, plusieurs de ces rescapés ont alors raconté que leur bateau pneumatique comptait une trentaine de personnes, et qu’une vingtaine d’entre elles avaient donc disparu. Peu de temps après, un avion de la marine militaire repérait cinq, puis dix corps. Lampedusa, minuscule île de quelque 5.000 habitants, est la première terre italienne sur la route des immigrants partis clandestinement de Libye ou de Tunisie. Elle fait face à l’arrivée quotidienne de dizaines de candidats à l’immigration, qui échouent sur ses rivages ou sont interceptés par les gardes-côtes et les douaniers italiens. Selon le ministère de l’Intérieur, un total de 178 embarcations avec 10.414 personnes à bord sont arrivées sur Lampedusa entre le 1er janvier et le 31 juillet 2006, contre 6.901 durant la même période de 2005. Comme l’Espagne et son archipel des Canaries, l’Italie et ses côtes sont malheureusement régulièrement confrontées à des drames: le dernier date du 29 juillet dernier, lorsque treize personnes sont mortes de faim et de soif après avoir dérivé pendant 20 jours entre la Libye et l’Italie. Les rescapés du naufrage de samedi, d’origine somalienne, marocaine, érythréenne ou encore libyenne, ont indiqué être partis du port de Zuwara en Libye, connu pour être un des points de départ des trafics d’immigrants clandestins vers l’Europe. Parmi le groupe de survivants, les autorités italiennes ont arrêté cinq hommes qu’ils soupçonnent d’être des passeurs. « Ce n’est pas seulement une tragédie, mais aussi un crime. Et si nous n’arrivons pas à punir les criminels, ils recommencent. Et ainsi les tragédies se répètent », avait dénoncé le ministre italien de l’Intérieur Giuliano Amato, après le premier naufrage. « Il faut éliminer une bonne fois pour toutes les organisations criminelles qui mettent quotidiennement en danger tant de vies dans la traversée de la Méditerranée », avait-il déclaré. Ce week-end, quatre nouvelles embarcations avec à leur bord 116 personnes ont été interceptées par les autorités de l’île.


Mnerviz Ennervouzi: Bilan de séjour en Tunisie: c’est les mafias qui commandent

Comme chaque année je rentre en famille passer les vacances d’été dans mon pays, la Tunisie. Cette fois, nous avons choisit de séjourner dans la superbe ville de Monastir. Durant un mois et demi, j’ai pu découvrir des choses hallussinantes et chocantes. En effet, il paraît que le cancert mafieux de la famille de ZABA s’est emparé d’une grande partie des richesses, modestes soient-elles, du pays. Sans parler de toutes les rumeurs qui circulent au bled, je me contente d’annoncer des phénomènes que j’étais personnellement témoin. Dans les routes de notre adorable pays circulent des camions qui ne portent aucune immatriculation sauf une affiche signalant que le dit outil de transport appartient à un certain groupe du fameux Kaïs Ben Ali. Et qui ne connait pas ce bandit mafieux. Comme ça, devant tout le monde le petit chouchou de Ben Ali fait circuler ses camions et autres utilitaires sans immatriculations, donc sans assurance, sans payer les impôts (l’argent du peuple), etc. De plus, les Monastiriens racontent que ce mafieux n’a pas payé aucun millime pour la municipalité de leur ville en contre partie de l’exploitation de « Adem Parc », ni impôts ni frais de location du sol ni wallou et cela depuis la mise en place du dit projet, il y a plusieurs années. Je ne sais pas comment des choses pareilles peuvent exister dans une Tunisie dite démocratique et pays de la loi selon la langue du bois de son altesse, le Général ZABA. Il paraît et selon les infos qui circulent à Monastir que la mafia de la famille de Ben Ali excerce des trafics douteux et tout à fait dans l’illégalité et la criminalité sur toute la région du Sahel par contre l’autre clan de la mafia, celui des Trabelsi, a pour fief la région tunisoise. Avant ce dernier séjour en Tunisie, je pensai que les nouvelles dénonçant ce genre des faits n’appartenaient qu’au cercle des rumeurs mais aujourd’hui je n’ai plus ce même jugement. Mais, je ne sais pas comment les choses peuvent arriver à ce stade dans la ville natale du Bourguiba. Où sont-ils les anciens combattants de cette ville? Où sont-ils les opposants du régime? Où sont-ils enfin les « vrais » citoyens qui peuvent défendre leur « argent », l’argent du peuple. Paris, le 18/8/2006.              
 
Mnerviz Ennervouzi

Saison estivale 2006

Un million de touristes algériens en Tunisie

Les Algériens sont manifestement tombés sous le charme des plages et des complexes touristiques tunisiens. Des sources proches de l’ambassade de Tunisie à Alger nous ont appris que le nombre de touristes algériens qui préfèrent passer leurs vacances en Tunisie ne cesse d’augmenter, passant de 811 000 estivants en 2003 à 914 000 en 2004 et 930 000 en 2005. Cette année, le nombre de touristes algériens devrait pulvériser tous les records. Les responsables de l’ambassade de Tunisie à Alger tablent sur 1,1 million de vacanciers algériens en 2006. Déjà, nous explique-t-on, l’on a compté près de 250 000 visiteurs algériens à la fin avril 2006. Des milliers d’Algériens vont ainsi voir en Tunisie ce qu’aurait pu être leur pays. « Pourquoi je passe mes vacances en Tunisie ? Parce que je peux y aller par route, je n’ai pas besoin de visa. Je suis, en outre, sûr de passer de bonnes vacances avec un meilleur service qu’en Algérie. En plus, la sécurité est garantie », nous explique Samir, jeune père de famille. Et d’ajouter : « Avec 200 euros, je peux me permettre un hôtel 3 étoiles à Hammamet. En Algérie, je ne pourrai même pas m’offrir une kheima. » La régularité des Algériens Fait nouveau : de plus en plus de jeunes couples choisissent de passer leur voyage de noces en Tunisie. Faute d’argent et de visa, Nabeul, Hammamet et Sousse sont en passe de devenir les villes de prédilection des amoureux algériens. « La Tunisie reçoit chaque année près d’un million de touristes français, plus d’un million de touristes libyens, 600 000 allemands et 500 000 italiens. Mais la particularité avec les touristes algériens réside dans leur régularité », estime un responsable à l’ambassade de Tunisie. Les touristes algériens, réputés être assez dépensiers, participent surtout à faire tourner la machine touristique tunisienne. Si l’on supposait qu’un touriste algérien dépense au moins 200 euros lors de son séjour, la Tunisie remporterait, durant cette année 2006, plus de 200 millions d’euros. Le secteur du tourisme représente pour la Tunisie le premier pourvoyeur de devises avec des recettes de l’ordre de 1,8 milliard de dollars en 2004, et couvre 56% du déficit commercial de la Tunisie. Le secteur génère également plus de 350 000 emplois directs et indirects. La capacité hôtelière pour les dix dernières années, selon les statistiques officielles sur le secteur, a doublé, alors que le coût d’un lit a été multiplié par dix. intérêt pour le marché national Les chiffres communiqués par l’ambassade de Tunisie sont quelque peu nuancés par ceux du ministère algérien du Tourisme. D’après les statistiques du département de Nourredine Moussa, la Tunisie figure en pole position des destinations préférées des Algériens avec 708 575 touristes en 2005 (contre 930 000, selon l’ambassade). Au total, pas moins de 1 513 491 Algériens ont traversé les frontières en 2005, d’après le ministère du Tourisme. Les destinations les plus prisées sont la France (396 692), l’Espagne (80 499), la Turquie (40 714), la Libye (34 988 voyageurs) et l’Egypte (10 335 voyageurs). Par ailleurs, les relations économiques entre l’Algérie et la Tunisie se portent assez bien. Les échanges commerciaux entre les deux pays se sont élevés à 320 millions de dollars en 2005 contre 170 millions de dollars en 2004. Les premières estimations de l’année 2006 laissent présager que les résultats seront encore meilleurs. L’on a ainsi enregistré durant les quatre premiers mois de l’année 2006 pas moins de 112 millions de dollars (contre 76 millions dollars en 2005). Autre chiffre démontrant l’intensité des relations commerciales entre les deux pays : 20% des produits vendus en Tunisie (hors hydrocarbures) sont d’origine algérienne. L’ambassadeur tunisien, M. El Khalil, avait affirmé dans une récente intervention médiatique que plus d’une soixantaine d’entreprises tunisiennes sont installées en Algérie, représentant un investissement de 20 millions de dollars, et 40 entreprises algériennes sont implantées en Tunisie. Les Tunisiens sont, aux dires de M. El Khalil, fortement intéressés par le marché algérien. Ils comptent ainsi construire des hôtels d’affaires en Algérie (pour peu, dixit M. El Khalil, qu’ils trouvent les terrains) ainsi que d’investir dans la zone touristique d’El Tarf. Les Tunisiens affirment vouloir faire profiter l’Algérie de leur expérience en tourisme…
Amel Blidi
 
(Source: Le journal algerien El watan le 20 aout 2006)

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

10 juillet 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 8 ème année, N° 2604 du 10.07.2007  archives : www.tunisnews.net   Comité des Familles des Victimes

En savoir plus +

13 mai 2011

TUNISNEWS 11 ème année, N°4007 du 13.05.2011 archives : www.tunisnews.net   Reuters: U.N. torture sleuth heads to Tunisia

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.