16 décembre 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

9 ème année,N° 3494 du 16.12.2009

 archives : www.tunisnews.net  


ICHRT: Dr. Sadok Shourou « Mandela of Tunisia » Petition pour la libération du prisonnier politique Dr. Sadek Chourou Committee to Protect Journalists: Authorities mistreating imprisoned journalist AFP: Taoufik Ben Brik : la famille demande à Sarkozy d’intervenir AFP: France: une ministre accusée d’un nouveau dérapage sur l’identité nationale AFP: Identité nationale : les étudiants juifs de France demandent l’arrêt du débat AFP: France: après des dérapages, appels à suspendre le débat sur l’identité AFP: Vote anti-minarets en Suisse – les leçons de tolérance religieuse fusent … d’Arabie saoudite AFP: USA: l’avenir du journalisme se prépare… sans journalistes


الحملة الدولية لحقوق الإنسان بتونس International Campaign for Human Rights inTunisia icfhrt@yahoo.com  

Tel: (0044) 2084233070- 7903274826

Dr. Sadok Shourou « Mandela of Tunisia »

 

A Profile

 

1 – Dr. Sadok Shourou: A Biography

2 – The plight of  « Mandela of Tunisia, » Dr. Sadok Shourou

3 – Positions of national and international organizations

4 – Attitudes and views of Dr. Sadok Shourou

5 – Appeals to supporters of freedom in the world  

 

 

Dr. Sadok Shorou: A Biography  

·        Dr. Sadok Shourou was born in 1952 and received his doctorate in chemistry from the Faculty of Sciences of Tunis.

·        Lectured in  Chemistry at the Faculty of Medicine until his arrest in 1991.

·        Was  member of the Committee of Scientific Research at the University Centre for Scientific Research in Bordj El Sedria in Tunis until his arrest.

·        Was member of the Association of Higher Education of the General Union of Tunisian Workers (UGTT).

·        Known for his  support to  student causes and welfare in addition to his support to public liberties and freedoms.

·        Joined  the consultative  Council of the Renaissance Movement since the early eighties.

·        Elected in 1988 as President of the Renaissance Movement and continued to carry on his duties until arrested on 17 February 1991.

The plight of Dr. Sadok Shourou

·        Dr. Sadok Shourou deserved the title of « Tunisian Mandela » given his ordeal which  still continues since 1991 in defence of freedoms in Tunisia, and this is the longest period spent in prison by a Tunisian militant  since the French colonisation without compromising on the basic demands of the Tunisian civil society on freedom of expression and association and the right to a good governance.

·        Dr. Shourou’s arrest on 17 February 1991 has been part of a campaign launched by the Tunisian regime  against the popular resistance to the bloody dictatorship and assassination of militants.  

·        It was a  movement led by human rights organisations and political parties and essentially the Renaissance Movement presided  by Dr Shourou.

·        Dr. Shorou’ place of detention  was kept secret for a long time without anyone knowing where he was, including his family. He was also  subjected to severe torture to confess to scenarios of security aimed at implicating him and his political partyin the use of violence to gain power.

·        On 28 August 1992, 265 leading figures of the Renaissance Movement including Dr Shourou were tried by an exceptional military court which sentenced him to life imprisonment.

·        It was the unanimous view of national and international human rights organisations that the trial was unfair  for lack of minimum conditions of justice, the non constitutionality of the military court, the breach of rights to access to legal advice and representation and where confessions were extracted under torture among many other misdemeanours of the authorities .  

·        In a TV show known as “without a visa” on the London based  Arab channel “Dialogue”,  Dr. Sadok Shourou confirmed, and that was during the short period of his release (27 days only),  when speaking about the circumstances of his arrest that: « …many torture teams took turns to inflict all  types of torture on me  in three consecutive periods in order to coerce me to confess to charges that would lead to my conviction in court . In the military court I was sentenced on charges of attempting to overthrow the government by force, the prosecution failed to advance any evidence to prove the aforementioned charges…”.

·        After the trial and unjust and unfounded conviction, I was sent to serve my sentence in different prisons up and down the country but always far away from where my family and I was in confinement and isolation in all of these prisons for 13 years. As a political prisoner, I have  been treated like a second class prisoner deprived of the rights enjoyed by normal prisoners (from the intervention of Dr. Shourou on December 1, 2008).

·        In a letter to Al-Wasat, an online newspaper, a former political prisoner, speaking of Dr. Sadik Chorou in Alnadhour  prison in Tunis said: « Imagine a man serving 23 and a half hours in a cell of no more than 6 square meters is as his bedroom, his toilet and his mosque,  (the remaining half an hour is for the morning and evening breaks ). The food they present to him even dogs will not take it. Of course, they  push him to the madness « (Alwasat, June 6, 2007).

·        Dr. Shourou was released  on November 5, 2008 following a  presidential amnesty  and three weeks later, he was detained again after  a press briefing in which he talked about the types of torture he suffered together with other members of  the Renaissance Movement in prison and in the Ministry of Interior. He has also announced his determination to uphold his right to association and of expression.

·        As to the suffering, of Dr. Sadok Shorou since the date of his arrest on the 3 December 2009, the Switzerland based organisation Al Karama (Dignity)  stated that « The conditions of detention of Dr. Sadok Shourou tantamount to inhuman torture. It resulted in serious consequences to his present condition, especially as he  is today 62 years old and suffered from various chronic diseases as a result to his continued incarceration for two decades « (dignity November 7, 2009)

The position of national international human rights organisations

·        There is agreement among local and international human rights organizations that Dr. Shourou has been and is being persecuted and prosecuted for political reasons and reasons that are concurrent to his human rights and not anything else as is alleged by the Tunisian authorities.

·        Amnesty International expressed its deep concern regarding the detention of Sadok Shourou … and feared that he was  detained solely for exercising his right to freedom of expression following his release in November 2008 after 18 years in prison. [his second arrest happened after] …he  had conducted interviews with Arab media in which he talked about his experiences in prison and his views on the political situation in Tunisia He also expressed his desire that  the Movement of Renaissance gets authorization to resume its  political activities  »

·        Human Rights Watch has Also criticized the Government of Tunisia for having re-arrested Dr. Shouru a few weeks after his release solely for expressing his political opinions in the media and invited the  authorities to drop the charges against Dr. Chorou. CNN, reported  Sarah Leah Whitson, executive director of the Middle East and North Africa  as saying that Shourou « finds himself back in prison after spending nearly two decades there on dubious charges for expressing his views to the media … and Sadok Chorou finds himself behind bars because of an unjust law criminalizing belonging to associations……and that the Tunisian  government has applied unfairly to crush the opposition … Prosecutors should drop the case and allow Chorou freedom « (The Human Rights Watch on March 12, 2009)

·        In a joint statement of the Tunisian League for the Defence of Human Rights, the National Council for Freedoms, the International Association  for the Support of Political Prisoners, the Organization of Freedom and Equity, the Association Against Torture, the National Association of  Old Combatants and the National Observatory for Freedom of the Press, theses organisations  expressed  their « …rejection of political trials in general and the trial of Dr. Shourou former President of the Renaissance Movement for his opinions and political positions in particular, and strongly support his right to freedom of expression and association, his recovery of his civil and political rights and call for his immediate release and to stop the harassment of his family. « (a statement dated March 13, 2009

·         Previously, the International Campaign for Human Rights in Tunisia and a number of local and international human rights organisations issued a petition demanding the release of political prisoners n Tunisia and especially Dr. Sadok  Shourou.  Among these organisations the Arab Commission for Human Rights, the Syrian Association for Human Rights, the Bahraini Association for Human Rights, the National Council for Liberties, the organisation of Freedom and Equityand the Association Verite Action. The petition was also signed by Human rights activists.  

Positions and views of Dr. Sadok Shourou

·        In his address to the court on March 2009, Dr. Sadok Shourou « the government has only to open the door for a national dialogue that does not exclude anyone and to know that there is no alternative to actual and real civil political liberties and social justice that does not discriminate between groups or among the parties, the inevitable return of rights to their owners, to facilitate the return of all displaced people and compensate the affected ones

·        …. Our dispute with the political regime in Tunisia has a political nature but the regime has rejected any political solution and opted for a  security approach.

Appeals to supporters of freedom in the world

·        The campaign calls on supporters of freedom and human rights in the world to intervene to put an end to the injustice committed on  Dr. Sadok Shourou and made him the longest serving political prisoner in Tunisia.  

·        Dr. Sadok  Shorou has previously  appealed to the scientists and scholars to bear witness on his suffering and on the repression he finds in Tunisian prisons above the  denial of basic rights » (Islam Online on September 15, 2009)

·         It is time we put our hands together and put pressure to get Dr Shourou as well as all other prisoners out and give them the opportunity to live their life normally with their families and children. It is also time we support them so that their regain their rights and  the opportunity to contribute towards a better future of a TUNISIA FOR ALL

·        PLEASE  MAKE YOUR VOICE HEARD, WRITE TO THE GOVERMENT OF TUNISIA AND ITS PRESIDENT

·        IF YOU ARE INTERESTED IN COOPERATING WITH US, PLEASE CONTACT THE INTERNATIONAL CAMPAIGN FOR HUMAN RIGHTS IN TUNISIA FOR FURTHER DISCUSSION

·        IF YOU HAVE ANYTHING TO SUGGEST TO US, INCLUDING ALL FORM OF SUPPORT,  WE WOULD BE DELIGHTED TO HEAR FROM YOU.

 

International Campaign for Human Rights inTunisia

 

Ali Ben Arfa

 

London 15 December 2009  


 

Petition pour la libération du prisonnier politique Dr. Sadek Chourou

Français: Pour soutenir Dr. Chourou et exiger des autorités tunisiennes sa libération nous vous invitons à signer cette pétition et vous en remercions d’avance. Il s’agit d’une pétition pour le soutien du Dr. Chourou qui croupit en prison depuis 19 ans dans des conditions lamentables. SVP Signez la pétition pour exiger sa libération immédiate et inconditionnelle et la restitution de tous ses droits civiques. Merci de signer la pétition et de diffuser le lien: http://www.jesigne.fr/liberez-drchourou English: To support Dr. Chourou and to require Tunisian authorities its release we invite you to sign this petition and let us thank you in advance. It is about a petition for the support of Dr. Chourou who has stagnated in prison for 19 years under lamentable conditions. Please Sign the petition to require its immediate liberation and unconditional and the restitution of all its civic rights. Afflicted for my modest English Thank you to sign the petition and to diffuse the link http://www.jesigne.fr/liberez-drchourou

Committee to Protect Journalists Alert

Authorities mistreating imprisoned journalist

15 December 2009 Incident details Ill health/deteriorating health Taoufik Ben Brik, Journalist (CPJ/IFEX) – New York, December 11, 2009 – The Committee to Protect Journalists is deeply concerned about the health and detention conditions of Tunisian journalist Taoufik Ben Brik and the flagrant and recurrent violations of his right to see his wife and lawyers. The health and detention conditions of Ben Brik, one of the most critical journalists of President Zine El Abidine Ben Ali and who is currently serving a six-month jail sentence on a series of trumped-up charges, are alarming, lawyers and journalists told CPJ. His wife, Azza Zarrad, brother Jalal Zoghlami and lawyers Radhia Nasraoui, Ayachi Hammami and Mohamed Abbou have been repeatedly prevented from visiting him at Siliana Prison, nearly 75 miles (120 kilometers) southwest of the Tunisian capital, where detention conditions are « much harsher » than other prisons closer to his home in Tunis, lawyer and former political prisoner Mohamed Abbou told CPJ. « Taoufik’s life is in danger. His health is so frail that I doubt he could survive the squalid detention conditions and months of imprisonment, » his wife told CPJ. « This is a case of absolute repression and abuse of power and vengeance inflicted on a political prisoner and his family, » she added. The Web site of the French weekly Le Nouvel Observateur, to which Ben Brik was a regular contributor until his arrest on November 26, quoted on Thursday his sister Saïda, who briefly saw him on Tuesday, as saying that her brother’s health and detention conditions were « alarming » and « deplorable. » « We urge President Ben Ali to order an immediate end to the vindictive persecution of our colleague Taoufik Ben Brik, » said CPJ Middle East and North Africa Program Coordinator Mohamed Abdel Dayem. « The Tunisian authorities bear full responsibility for his welfare. » Ben Brik’s lawyers and relatives told CPJ that he had diabetes and a hormonal disorder called Cushing’s Syndrome, which require regular medication and care. Naziha Réjiba, a 2009 CPJ International Press Freedom Award winner told CPJ that the persecution of Ben Brik has not abated for years and that in May 2008 an Interior Ministry security officer called his wife to « encourage her to divorce him. » On November 26, a Tunis minor court handed down a six-month jail sentence to Ben Brik for assaulting a woman, damaging property, harming public decency, and defamation. Many journalists said that interviews Ben Brik conducted with leading dissidents before the reelection of Ben Ali for a fifth consecutive five-year term and a satirical story making fun of the president’s de facto life term he wrote for the Web site of the French weekly Le Nouvel Observateur are the real causes for his current imprisonment. On December 1, Zuhair Makhlouf, a political activist and correspondent for Assabil Online, a Tunisian news Web site, was sentenced to three months in prison for « harming and disturbing others through the public communication network. » The court also ordered him to pay 6,000 Tunisian dinars (US$4,700) in damages. Both Ben Brik and Makhlouf appealed the verdicts. Attacks and physical assaults on critical journalists and also smear campaigns calling them and dissidents « traitors » and « agents on the payroll of Western and Israeli intelligence services » and « sexual perverts » have been escalating since President Zine El Abidine Ben Ali threatened to prosecute anyone who casts doubt on his reelection in late October. Nearly 100 Tunisian journalists and political and rights activists established on Thursday a group called the National Committee to Defend Freedom of Expression and Information, coinciding with the anniversary of the Universal Declaration of Human Rights. Their stated aim is to denounce the « grave deterioration » of freedom of expression and the « hegemony of the authorities on the media. » Tunisian authorities denied any attack on press freedom and called the committee « illegal, » according to local news reports.  

Taoufik Ben Brik : la famille demande à Sarkozy d’intervenir

 
AFP 16.12.09 | 14h51  La famille de Taoufik Ben Brik et son avocat français ont demandé dans une lettre à Nicolas Sarkozy d’intervenir auprès de homologue tunisien Zine El-Abidine Ben Ali en faveur du journaliste et opposant tunisien condamné dans son pays à six mois de prison ferme. « Je me permets solennellement d’attirer votre attention sur les très grandes menaces qui existent aujourd’hui sur la personne de Taoufik Ben Brik compte-tenu de la dégradation de son état de santé », écrit Me William Bourdon dans cette lettre au président de la République datée de lundi et transmise à l’AFP. « La famille pense comme moi que le président de la République tunisienne n’est susceptible de mettre un terme à cette vie de vengeance que si la France lui adresse un message fort », estime l’avocat. Dans son courrier, Me Bourdon affirme que l’état de santé de M. Ben Brik « ne cesse de se dégrader jour après jour », que ses avocats n’ont pu le voir « que de façon intermittente » et que son épouse « n’a pu le rencontrer que quelques minutes il y a quelques jours sans avoir pu le revoir à nouveau ». Le journaliste a été condamné le 26 novembre pour l’agression d’une femme, mais ses proches dénoncent une manipulation destinée à le faire taire, après des écrits très critiques dans la presse française sur le régime du président Zine El-Abidine Ben Ali. Dénonçant une « mascarade judiciaire », l’avocat affirme que le dossier « a été totalement fabriqué et s’inscrit dans une logique de vengeance personnelle du président Ben Ali à l’égard d’un homme, dont le seul tort est celui d’avoir voulu user de sa liberté d’expression ».

France: une ministre accusée d’un nouveau dérapage sur l’identité nationale

 

AFP, le 16 décembre 2009 à 05h12 Par Régine LAMOTHE PARIS, 16 déc 2009 (AFP) Une ministre proche du président français Nicolas Sarkozy a été accusée mardi d’un nouveau dérapage dans le débat sur l’identité nationale après avoir exigé des jeunes musulmans français qu’il se sentent français, trouvent un travail et cessent de porter « la casquette à l’envers ». « On ne fait pas le procès d’un jeune musulman. Sa situation, moi je la respecte. Ce que je veux, c’est qu’il se sente français lorsqu’il est français », a déclaré lundi soir la secrétaire d’Etat à la Famille Nadine Morano, interrogée sur la compatibilité de l’islam avec la République lors d’un débat dans les Vosges (est de la France) « Ce que je veux, c’est qu’il aime la France quand il vit dans ce pays, c’est qu’il trouve un travail, et qu’il ne parle pas le verlan (argot consistant à inverser les syllabes des mots, ndlr). C’est qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers. C’est qu’il essaye de trouver un boulot, et qu’on l’accompagne dans sa formation », a-t-elle poursuivi. Alors que le débat en France sur l’identité nationale, lancé le 25 octobre à quelques mois d’élections régionales, a été plusieurs fois dénoncé comme opportuniste et propice aux dérapages racistes, les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. Des dirigeants de l’opposition et l’association SOS Racisme ont dénoncé mardi une « conception ethnique de la nation » et un « nouveau dérapage ». « C’est très grave, parce que cela confirme le regard caricatural de plusieurs membres du gouvernement sur la jeunesse de ce pays, avec des amalgames invraisemblables sur les jeunes musulmans », a déclaré à l’AFP le porte-parole du Parti socialiste, Benoît Hamon. « Après le voile et la burqa, haro sur les casquettes! », a renchéri Djamila Sonzogni au nom des Verts. « Nul dans ce pays n’est plus français qu’un autre! » se sont indignés les jeunes socialistes, exigeant la démission de Mme Morano et « l’arrêt immédiat » du grand débat national, contesté jusque dans les rangs de la droite. De son côté, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) s’est « alarmée » des propos tenus par Nadine Morano jugeant « intolérable que le débat sur l’identité nationale soit prétexte à la libération des préjugés dans l’arène politique ». « Cette banalisation des préjugés est d’autant plus effrayante qu’elle stigmatise systématiquement les personnes de confession musulmane », a ajouté l’UEJF demandant à Eric Besson de « mettre un terme au débat sur l’identité nationale ». Nadine Morano s’est défendue en reprochant à la presse d’avoir sorti la phrase du contexte. « Nous parlions de la problématique des jeunes qui viennent des banlieues dont je viens et dont je suis issue, et je disais qu’avec cette caricature, cette stigmatisation qu’il y avait, moi, je leur conseillais, non seulement de ne pas porter leur casquette de travers, de ne pas parler verlan », a-t-elle expliqué. Amed Bellal, membre du Conseil régional du culte musulman de Lorraine (est), présent lundi soir au débat a volé à son secours mardi, assurant que Mme Morano n’avait « absolument pas stigmatisé la religion musulmane ». « Si elle l’avait fait, croyez-moi, j’étais là et j’aurai réagi tout de suite », a-t-il dit à l’AFP. Reste que le lieu même du débat a contribué à la polémique: il a été organisé à Charmes, ville natale de Maurice Barrès, un des grands penseurs de la droite nationaliste française, dans les Vosges (est). Un choix que Mme Morano a expliqué, assurant qu’il ne s’agissait « pas de réhabiliter Maurice Barrès ». « J’irais n’importe où pour parler d’identité nationale ! Aucun quartier de France n’est exempté de parler d’identité nationale. Quelle que soit son histoire, quelles que soient les personnalités qui y sont nées ou qui y vivent », a-t-elle lancé devant des journalistes en marge du débat. Néanmoins, le silence du gouvernement — dont aucun membre n’est venu soutenir Mme Morano — après cette nouvelle controverse témoigne d’un certain embarras. Depuis la fin novembre, l’interdiction en Suisse des minarets a contribué à brouiller le débat en France, qui compte de 5 à 6 millions de musulmans, et a favorisé les dérapages jusqu’au sein de la majorité: le maire d’une petite ville de l’est avait notamment profité d’un de ces débats pour mettre en garde contre le risque de « se faire bouffer » par les immigrés. AFP  

Identité nationale : les étudiants juifs de France demandent l’arrêt du débat

 

AFP, le 16 décembre 2009 à 05h09 PARIS, 16 déc 2009 (AFP) – L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a demandé mercredi au gouvernement français de « mettre un terme au débat sur l’identité nationale » et s’est « alarmé » des propos tenus sur les musulmans par la secrétaire d’Etat à la famille Nadine Morano lors un débat public. Dans un communiqué, Arielle Schwab, présidente de l’UEJF, appelle « Eric Besson (ministre de l’immigration et de l’identité nationale: ndlr) et le Gouvernement à mettre un terme à ce débat tout simplement ». « A force d’être le théâtre de l’expression des préjugés racistes, le débat sur l’identité nationale risque de morceler la société française et de porter atteinte au vivre-ensemble », écrit-elle. L’UEJF s' »alarme » dans ce contexte des propos tenus par un ministre proche du président français Nicolas Sarkozy, Nadine Morano, lundi lors d’un débat public et affirme qu’il est « intolérable que le débat sur l’identité nationale soit prétexte à la libération des préjugés dans l’arène politique ». « Cette banalisation des préjugés est d’autant plus effrayante qu’elle stigmatise systématiquement les personnes de confession musulmane », constate l’organisation estudiantine. Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la famille, interrogée sur la compatibilité de l’islam avec la République lors d’un débat dans les Vosges (est de la France), avait notamment exigé des jeunes musulmans français qu’ils se sentent français, trouvent un travail, cessent de parler l’argot et ne mettent plus leurs casquettes à l’envers.  

France: après des dérapages, appels à suspendre le débat sur l’identité

 
 
AFP, le 10 décembre 2009 à 13h56 Par Sofia BOUDERBALA  PARIS, 16 déc 2009 (AFP) Les appels se multipliaient mercredi, jusque dans la famille politique du président Nicolas Sarkozy, pour suspendre ou même enterrer le débat sur l' »identité nationale » en France, après une série de dérapages et de controverses sur la place de l’islam dans la société. Alors que l’opposition tire à boulets rouges sur le gouvernement et que le malaise s’installe désormais dans les rangs de la majorité, une commission parlementaire achevait mercredi, avec trois ministres, ses auditions sur le port de la burqa, un autre aspect du vaste débat qui agite le pays. Dans une tribune publiée par le journal Le Figaro, le président du groupe UMP (majorité de droite) à l’Assemblée nationale, Jean-François Copé, a jugé « indispensable » une loi pour interdire le voile intégral porté par quelques centaines de femmes musulmanes en France. Le responsable de la droite au pouvoir a cependant assuré que ce débat sur le voile ne visait ni l’immigration ni la liberté religieuse. Ces précautions sont à la mesure de l’embarras suscité par le grande concertation publique sur l’identité nationale lancée le 25 octobre par le gouvernement et qui tourne, selon l’opposition, à la « stigmatisation » des quelque 5 à 6 millions de musulmans vivant en France. Lundi soir, au cours d’un des nombreux débats organisés à travers le pays et qui ont déjà donné lieu à des dérapages racistes, la secrétaire d’Etat à la famille Nadine Morano avait exigé des jeunes musulmans français qu’ils se sentent français, trouvent un travail et cessent de porter leur casquette à l’envers. Dès mardi, l’ancien ministre et élu UMP (droite) François Baroin a demandé la suspension d’un débat qui pourrait « flatter les bas instincts » et « faciliter les amalgames et les confusions » à quelques semaines des élections régionales prévues en France. Enfonçant le clou, l’ex-Premier ministre et rival de Nicolas Sarkozy Dominique de Villepin a appelé mercredi à « arrêter » un « mauvais débat » qui « n’a pas de sens ». Le quotidien Le Monde appuyait mercredi ses appels, estimant que le président français « s’honorerait d’admettre son erreur » et de « la corriger ». « L’affaire a été trop vite mal engagée et de manière si biaisée que chacun mesure les dégâts très sérieux qu’elle produit », jugeait-il. Mais le gouvernement entend garder le cap. « Nous avons voulu ce débat, sans tabou, de manière décentralisée, nous le mènerons à terme », a déclaré son porte-parole, le ministre de l’Education Luc Chatel. D’abord accusé d’aller opportunément chasser sur les terres de l’extrême-droite avant une échéance électorale, les régionales de mars prochain, le gouvernement est maintenant suspecté par des associations de nourrir la division nationale. « A force d’être le théâtre de l’expression des préjugés racistes, le débat sur l’identité nationale risque de morceler la société française et de porter atteinte au vivre-ensemble », a écrit mercredi l’Union des étudiants juifs de France (UEJF). Jugeant « intolérable que le débat sur l’identité nationale soit prétexte à la libération des préjugés dans l’arène politique », l’UEJF souligne que cette banalisation est « d’autant plus effrayante qu’elle stigmatise systématiquement les personnes de confession musulmane ». Pour la sociologue Maryse Tripier, interrogée par Libération, la cristallisation du débat sur les musulmans était « prévisible » parce que contenue « en germe dans la création (en 2007) d’un ministère dont l’intitulé accole Immigration et Identité nationale », sous-entendant qu’un « problème d’identité nationale est forcément posé par celui qui arrive, l’étranger ».  

Vote anti-minarets en Suisse:

les leçons de tolérance religieuse fusent … d’Arabie saoudite

 
 
AFP, le 10 décembre 2009 Par Habib TRABELSI Le rejet massif de la construction de minarets en Suisse a provoqué une vague de protestation en Arabie saoudite, un pays où les cultes publics non-musulmans sont strictement interdits. Plusieurs voix se sont élevées pour donner des leçons de tolérance religieuse, appelant au boycott économique de la confédération suisse et exhortant les musulmans à retirer leurs dépôts des banques helvétiques. La Jurisprudence islamique proteste Ainsi, l’Académie de jurisprudence (Fiqh) islamique (IFA), une émanation de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), basée à Djeddah, a estimé que l’interdiction de la construction de minarets était «une atteinte aux droits fondamentaux et religieux  du citoyen suisse musulman». Le vote, le 29 novembre à l’appel de la droite populiste, «sème la haine contre ce citoyen et l’empêche de s’intégrer positivement dans la société suisse», a ajouté l’IFA dans un communiqué publié par l’agence saoudienne de presse (SPA). Il a exigé du gouvernement suisse de «prendre les mesures pratiques nécessaires pour mettre fin à ces mauvaises pratiques et pour empêcher toute mise en application» du vote. Boycottage commercial et financier Le secrétaire général de l’IFA, Dr Abdul Salam Dawood Al-Abbadi, a appelé, sans ambages, les musulmans à boycotter les institutions financières et commerciales en Suisse. Selon lui, «ce référendum est dirigé contre les musulmans qui représentent le quart de la population de la planète et (dont des nantis) détiennent le gros des fonds placés dans les banques de la Confédération helvétique, sous prétexte que ce pays jouit de la sécurité, de la liberté et de la démocratie». «D’aucuns appellent à la rupture des relations politiques entre les pays islamiques et la Confédération Suisse, dans la mesure où les Suisses ont voté (à une majorité de 57,5% ) l’interdiction de la construction de minarets, ce qui revient à refuser à leurs concitoyens  musulmans leurs droits religieux», a-t-il déclaré au quotidien saoudien «Okaz». M. Abbadi a par ailleurs demandé aux musulmans de « faire taire les voix qui appellent en Europe à davantage de haine, les voix de ceux qui cherchent à semer la sédition, en réclamant l’interdiction du ‘niqab’, des cimetières islamiques et de la construction de mosquées, les voix de ceux qui tournent en dérision les rites et les principes de l’Islam, ceux qui mènent une campagne enragée: l’‘islamophobie’, comme ils l’appellent». L’ «Association Nationale des Droits de l’Homme » y met du sien Pour sa part, l’ «Association Nationale des Droits de l’Homme » (ANDH, coptée par l’Etat saoudien) a exprimé son « regret et son inquiétude profonde de l’organisation d’un référendum qui constitue une atteinte à la liberté religieuse et une violation des dispositions de l’article 18 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, qui reconnaît à toute personne la liberté de culte et le droit de pratiquer ses rites religieux». L’ANDH  a estimé dans un communiqué qu’«un tel référendum est de nature à attiser le conflit entre les religions et à creuser le fossé né de l’hostilité de  certains hommes politiques occidentaux à l’Islam». Aussi a-t-elle appelé toutes les organisations des Droits de l’Homme dans le monde à «œuvrer pour le rejet des telles pratiques qui incitent à la haine et au non-respect de la diversité culturelle et religieuse ». Des oulémas renchérissent Plusieurs oulémas saoudiens ont vivement condamné l’organisation du référendum anti-minarets, à l’initiative du parti de la droite populiste, l’Union démocratique du centre (UDC), et dont l’affiche de choc, montrant une femme en ‘burqa’ sur fond de drapeau suisse envahi par des minarets, dont la silhouette stylisée évoquait des missiles, a fait scandale, y compris en Suisse. Ainsi, le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale et membre du Comité des Grands oulémas (la plus haute instance religieuse en Arabie, Abdallah ben Abdel Mohsen A-Turki, a mis en garde contre « le danger des partis extrémistes et racistes sur le dialogue entre les musulmans et les adeptes d’autres religions», cher au roi Abdallah ben Abdel Aziz d »Arabie saoudite. D’autres dignitaires religieux, cités par deux quotidiens des Emirats arabes unis, «Al-Bayan» et «Gulf News», ont appelé à un boycott économique de la Suisse et au retrait des dépôts des musulmans de ses banques. Parmi eux, le prédicateur Khaled Shamrani, qui a souligné dans des déclarations le 6 décembre au «Gulf News», la «nécessité de lancer une campagne d’envergure pour boycotter des produits suisses et s’abstenir de se rendre»  dans ce pays, prisé notamment par les riches familles du Golfe. Un autre prédicateur, Ahmed A-Hassan, a appelé les riches musulmans à  retirer leurs avoirs des banques suisses. Selon des sources bancaires, citées par le journal, rien que les investissements arabes dans ces banques s’élèvent à plus de 400 milliards de dollars, soit plus de 10% du montant de l’ensemble des dépôts bancaires, estimés à quelque 3.700 mds USD. Critiques « en catimini » Conscients des limites de leur pays qui prohibe tout lieu de culte autre que musulman et interdit la pratique d’une autre religion que l’islam, les éditorialistes saoudiens ont mis en sourdine leurs critiques et ne se sont pas érigés en donneurs de leçons à la Suisse. Quelques journalistes ont toutefois souhaité que la Suisse « reconsidère sa décision». Mais les commentaires des lecteurs n’étaient pas dénués de critiques voilées contre l’absence de pluralisme religieux dans le royaume. «Nous interdisons la construction de lieux de culte pour les non-musulmans, alors qu’en Suisse, ils interdisent seulement la construction de minarets», constate « Abou Khaled». «Chacun est libre dans son propre pays », approuve «Badr». L ’écrivaine Badria Al-Bichr a osé dénoncer « la culture chargée de racisme et d’extrémisme », sans toutefois citer nommément l’Arabie saoudite. «Les Constitutions laïques en Occident autorisent la construction de mosquées, l’ouverture de centres de prédication, l’impression de Corans et la publication de documents islamiques, alors que dans nos pays arabes, nous refusons ce droit aux autres, à des degrés divers », écrivait-elle le 9 décembre dans le quotidien «Al-Hayat». «L’appel lancé par le roi Abdallah en faveur du dialogue des religions (…) n’a pas encore suscité l’écho souhaité dans notre conscience et encore moins dans nos médias, dans notre éducation ou dans nos mosquées», écrivait-elle. «Au contraire, nous refusons dans certains de nos discours de reconnaître nos différences confessionnelles locales», a-t-elle encore déploré, dans une allusion à la discrimination religieuse dont se plaint la minorité chiite dans le royaume. Les autorités rejettent toutefois catégoriquement ces accusations. Pas une cloche ne sonnera en Arabie ! En mai dernier, le  premier imam noir de la Grande Mosquée à La Mecque, cheikh Adel Al-Kalbani, avait provoqué une levée de boucliers de dignitaires religieux, écrivains et journalistes chiites, pour avoir déclaré à la BBC Arabic Television, que tous  les oulémas chiites étaient des hérétiques. Invité à exprimer sa position sur la liberté de culte dans le royaume, il avait estimé que «la liberté religieuse a des limites». «Est-ce que le Vatican permettra la construction de mosquées» sur son territoire ?, s’était-il interrogé,  avant d’ajouter: «pas une cloche d’église ne sonnera  sur le territoire saoudien !», le berceau de l’islam. AFP  

USA: l’avenir du journalisme se prépare… sans journalistes

 
AFP, le 16 décembre 2009 à 06h53 Par Chris LEFKOW     WASHINGTON, 16 déc 2009 (AFP) – Un journal télévisé , baptisé « les infos de 7 heures », est en rodage depuis plus de trois ans au « Laboratoire d’information intelligente » (InfoLab) de la faculté de sciences appliquées de l’Univesité NorthWestern, dans l’Illinois (nord des Etats-Unis). Avec un logiciel spécialement mis au point, les étudiants conçoivent un « journal télévisé virtuel » présenté par des personnages d’animation s’exprimant d’une voix robotique, avec une technologie classique de synthèse vocale à partir d’un texte. Le programme traque les sites d’information et les blogs sur internet pour rassembler les nouvelles sur un thème particulier, les associe à des images et des sujets filmés et génère un texte tout seul. Les internautes peuvent choisir le présentateur du journal parmi plusieurs avatars proposés, ou encore façonner un journal personnalisé ne retenant que les thèmes qui les intéressent. Le directeur de ce laboratoire de recherche, Kristian Hammond, professeur d’informatique et d’ingéniérie électrique, explique que ce sont les voix qui sont pour l’instant « la plus grande limite » à l’attrait de ce programme. « Le processus de collecte de l’information marche mieux que la présentation », explique-t-il à l’AFP. « Le problème des voix automatiques, c’est qu’elles ne sont vraiment pas très expressives » à ce stade, « cela limite énormément (l’utilisation du) système ». En revanche, explique M. Hammond, le programme de génération d’articles de « journalisme » sportif est à un stade plus avancé. Baptisé « Stats Monkey » (« le petit génie des statistiques ») et mis au point avec l’école de journalisme Medill, qui fait également partie de NorthWestern University, ce programme utilise des ordinateurs pour « écrire » le compte-rendu d’un match de base-ball. Il rassemble les résultats, des descriptifs des principales actions du match, des données historiques, génère un titre et accroche une photo. Le programme fonctionne avec un modèle statistique pour rechercher quelle est l’action principale ou la plus grosse information d’un match et repérer les principaux joueurs. Au final, l’article produit en quelques secondes a pratiquement l’allure d’une demi-page de tabloïde, signé « La Machine », avec une qualité qui selon M. Hammond est plutôt meilleure que celle de « papiers » écrits à la hâte par des journalistes en chair en en os. « Nous avons fourni des articles pour tous les matchs », dit-il, « et nous nous sommes aperçus que c’était un peu mieux » que ce qu’on lit dans le journal. Au-delà des données statistiques, « Stats Monkey » peut aussi récupérer des déclarations des joueurs ou entraîneurs ayant participé au match. A terme, explique M. Hammond, l’idée est de développer le programme pour couvrir la natation et même des actualités économiques, comme les résultats d’entreprise – « tout ce qui contient des données chiffrés brutes ». A ce stade, « nous pensons que ’Stats Monkey’ a plus d’avenir que ’Les infos de 7 heures’ », dit-il. Plusieurs organismes de presse se sont montrés intéressés, ajoute-t-il, sans les citer. AFP

 

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

15 octobre 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3432 du 15.10.2009  archives : www.tunisnews.net   C.R.L.D.H.Tunisie: Tunisie: Appel à la libération

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.