8 mars 2002

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 659 du 08.03.2002

Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn 

 
  • LES TITRES DE CE JOUR:
  • AFP: Procès en appel samedi pour l’opposant Hamma Hammami et ses camarades

  • Comité National d Soutien à Hamma Hammami : Bulletin d’information du 7 mars 2002

  • InfoTunisie: Ben Ali reçoit le secrétaire général de l’UGTT

  • Le Monde: Robert Ménard (Reporters sans frontières) condamné pour « violences » à l’Office tunisien du tourisme de Paris

  • Reporters sans frontières : Condamné à 1 000 euros d’amende, Robert Ménard fait appel

  • La Presse: Le parquet de Paris condamne Menard pour violences

  • AFP: Tragédie au large de la Sicile: une cinquantaine de disparus dans un naufrage

  • ATS : Sicile: 50 clandestins ont disparu après le naufrage d’un bateau

  • Mhef: Qui est Khaled Ben Said ?

  • AP: Tunisie : l’opérateur égyptien Orascom remporte une deuxième licence GSM
  • Tahar Ben Hassine: Echange serein sur un sujet grave : l’attitude des démocrates tunisiens face à l’islamisme

  • Alya Chammari : «Les droits des femmes sont partie intégrante de la démocratie»

  • Sana Benachour: «Nous, par nous-mêmes»

  • Balha Boujadi: La femme dans les pays arabo-musulmans


  • الحياة : الخرطوم تسقط عن تونسي تهمة التجسس

    أحمـد قعلـول : السلطة والشعب في تونس – العافس والمعفوس
    أبو إلياس : كيف تثبت المستقلة إسقلا ليتها وترد على متهميها؟
    رويترز: البنك العربي لتونس يتوقع تضاعف أرباحه
    الوطن السعودية : 16 شخصاً إسرائيلياً تولوا قيادة شبكة التجسس في أمريكا

     

    Procès en appel samedi pour l’opposant Hamma Hammami et ses camarades

    8 mars, 12h37
     
    La justice tunisienne doit examiner samedi en appel l’affaire de l’opposant tunisien Hamma Hammami, incarcéré depuis le 2 février avec deux de ses camarades, à la suite d’un procès émaillé d’incidents devant un tribunal de première instance de Tunis.
    M. Hammami, 49 ans, sorti de quatre ans de vie clandestine, avait été brutalement arrêté dans l’enceinte du palais de justice, avant de se voir confirmer un jugement antérieur de neuf ans et 3 mois de prison pour appartenance au Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), dont il est le chef.
    L’opposant et ses camarades Abdeljaber Madouri et Samir Taamallah, jugés dans les mêmes conditions, avaient volontairement mis fin à quatre ans de clandestinité pour contester devant la justice leur condamnation par défaut en juillet 1999.
    Le 2 février, le tribunal de première instance a confirmé la peine de neuf ans et trois mois de prison pour chacun des prévenus et condamné M. Taamallah à deux années supplémentaires pour « outrage à magistrat » lors de l’audience.
    Leur condamnation par contumace en 1999 s’appuyait sur une série de chefs d’accusation liés aux activités du PCOT : appartenance à association non reconnue, tenue de réunions illégales, outrage à l’ordre public, incitation à la rébellion, violation des lois, diffusion de tracts et fausses nouvelles.
    Le PCOT, toléré par les autorités au début des années 1990, mais jamais reconnu, recrute principalement parmi les jeunes et les étudiants, qui étaient nombreux au procès du 2 février, également suivi par plusieurs observateurs étrangers.
    Des représentants de barreaux étrangers et d’organisations internationales de défense des droits de l’Homme, parmi lesquelles Human Rights Watch et Amnesty International sont attendus à l’audience en appel samedi, a-t-on appris auprès des avocats de la défense.
    Le jugement de M. Hammami avait donné lieu à des protestations en Tunisie et à l’étranger, dont une grève générale du barreau tunisien et des appels à la libération de l’opposant et de ses camarades membres du PCOT.
    Les autorités tunisiennes consièrent M. Hammami comme un détenu du droit commun jugé, non pas pour ses opinions, mais pour des délits sanctionnés par la loi.
    Selon son épouse, Me Radia Nasraoui, l’opposant a observé pendant une semaine une grève de la faim pour dénoncer les conditions de sa détention et a dû faire l’objet des soins à l’hôpital mercredi dernier.
    AFP
     
    Comité National d Soutien à Hamma Hammami

    Bulletin d’information du 7 mars 2002

     
    1-M° Mokhtar Trifi a réussi, mais après de multiples démarches, à obtenir l’autorisation de visiter Hamma Hammami. Rappelons que Hamma qui souffre, entre autres, de problèmes au niveau du fonctionnement des reins, a été hospitalisé hier. Son état de santé, alors qu’il poursuit sa grève de la faim, est préoccupant.
    2-Conformément à la décision prise au cours de la réunion du Comité National de Soutien à Hamma Hammami, élargie aux représentants des comités régionaux, une journée de solidarité avec Hamma Hammami, Abdeljabbar Maddouri, Samir Taamallah et Ammar Amroussia, sera organisée, à l’échelle nationale, vendredi 8 mars 2002. Nous appelons tous les militants des droits de l’Homme et les démocrates à participer à cette journée d’action.
    3-Le CNSHH salue les Associations humanitaires et les mouvements politiques étrangers qui organisent demain un rassemblement à Paris en guise de solidarité avec Hamma et ses camarades.
    Tunis le 7 mars 2002
     
    Pour le Comité
    Le Président
    Salah Hamzaoui

     
    الخرطوم تسقط عن تونسي تهمة التجسس
     

     
     
    اسقطت محكمة الاستئناف في الخرطوم تهمتي التجسس وإفشاء معلومات عسكرية عن مواطن تونســـي, وخـففت العقـــوبة عـنه من السجن 15 عاماً الى 42 شهراً بعد اغلاق البلدين ما عرف باسم (حرب الوثائق).
    ودانت محكمة الخرطوم شمال في آب (اغسطس) الماضي التونسي علي بن مصطفى بتهمة التجسس وإفشاء معلومات عسكرية والتزوير وانتحال صفة موظف عام بعد اعتقاله وهو يرتدي زياً عسكرياً. وقالت انه أبلغ سفارة بلاده في الخرطوم معلومات غير صحيحة عن إيواء السودان جماعات أصولية, وسلمها لوائح بأسماء وهمية لأشخاص تونسيين قال انهم تلقوا تدريبات عسكرية في السودان, الأمر الذي يضر بسمعة البلاد وأمنها القومي. وسحبت تونس بعد أيام سفيرها محمد البلاجي بعد أقل من عام على اعتماده لدى السودان, فيما نشرت صحف تونسية وثائق عن دعم الحكومة السودانية صحافياً تونسياً معارضاً بأكثر من مليون دولار.
    غير أن العلاقات بين البلدين تحسنت أخيراً بوصول سفير تونسي جديد الى الخرطوم هو فتحي التونسي, كما التقى الرئيس عمر البشير أول من أمس على هامش قمة رؤساء تجمع دول الساحل والصحراء في سرت رئيس الوزراء التونسي محمد الغنوشي الذي وصف علاقات البلدين بأنها (جيدة ومتطورة), وقال ان بلاده تتطلع الى شراكة اقتصادية مع السودان.
    النور أحمد النور  
     
    (المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 8 مارس 2002

     
     
     

    السلطة والشعب في تونس

    العافس والمعفوس

    أحمـد قعلـول

     

    بعد أن هم بعفسه بسيارته الفاخرة العالية, عفس على المكابح والتفت إليه وعفس يقول: « المرة الجاية نعفسك‍ والكلاب اللي كيفك مالينا كان نعفسوهم »

     

    العافس كان أحد أعوان السلطة, والمعفوس كان السيد الأسعد الجوهري مواطن تونسي يحمل بطاقة معاق. وهو مواطن لم يتعلم أن يعفس على لسانه ولا إرادته وهو كل يوم يحاول أن يكون إنسانا حيا رغم كل الإعاقات التي تسبب فيها كثرة عفس جلاديه حتى أصبح غير قادر على الحراك إلا بعكازه. وهو رغم شدة العفس يواصل حياته, فالعفس أصبح اللغة اليومية التي يشترك فيها هذا المواطن مع أبناء هذا الوطن المعفوس.

    يبدو أن السلطة في تونس من أعلى رأسها إلى أخمص قدميها لا تتقن إلا العفس حتى غدت علاقة الشعب بالسلطة في تونس علاقة بين عافس ومعفوس.

    إذا عدنا إلى معجم لسان العرب لأبن منظور الإفريقي وهو لغوي من أصيلي قفصة. وجدناه يقدم التعريف التالي لهذا الفعل:

    والعفس: الكدّ والإتعاب والإذالة والاستعمال.

    والعفس: الحبس. والمعفوس: المحبوس والمبتذل, وعفس الرجل عفسا, وهو نحو المسجون, وقيل: هو أن تسجنه سجنا. والعفس: الامتهان للشيء.

     والعفس الدوس. وعفسه يعفسه عفسا: جذبه إلى الأرض وضغطه ضغطا شديدا فضرب به, يقال من ذلك: عفسته وعكسته وعترسته. (انظر لسان العرب مادة عفس).

     

    من الأقوال الشائعة عند التونسيين قولهم: « مشى في العفس » والقصد أنه هلك من العفس وأنه لا منقذ له ولا آخذ بحقه فالذي يمشييهلك في العفس هو الذي يضيع حقه فلا منتصر له وهو المظلوم لذلك يقال أيضا: »مسكين مشى في العفس ».

     

    وإليك هذه الطرفة التي انتشرت على ألسن الناس:

    خرج رئيس الدولة يوما يريد اشتراء حذاء وفي بحثه مر على صانع أحذية أعجبه فدخل إليه

    وطلب منه أن يصنع له حذاء. وعده صانع الأحذية بحذاء يعده له في التاريخ الفلاني وفي الموعد المحدد جاء السيد الرئيس إلى صانع الأحذية فوجد الحذاء جاهزا كما طلب وعندما جربه فوجئ أن الحذاء على قياسه رغم أنه لم يعط قياس رجله إلى الحرفي فقال له مستغربا:

           عجيب كيفاش عرفت قياسي؟

            فأجابه الرجل:

            سيدي أنت عافس علينا تو أربعطاش سنة وتحبنا ما نعرفوش قياس ساقيك!؟

     

    وقبل أن اختم أورد استعمالا آخر للقولة المذكورة « مشى في العفس » وهو استعمال نادر الورود لكنه موجود ويكون عندما تستعمل كتعبير انتقامي وانتصاري من الظالم, أي عندما يقوم المظلوم بردة فعل عنيفة يأخذ بها الظالم فيعفسه عفسا أي يدوسه ويعترسه ويمتهنه ويذله ويسجنه.

    www.zeitounatv.com

     

    M. ABDESSELEM JERAD, QU’EST CE QUE CA VEUT BIEN DIRE???????:

    « J’ai transmis à Monsieur le Président l’expression de la volonté des syndicalistes et des travailleurs d’avoir une large participation à ce référendum et

    de voter EN FAVEUR du projet d’amendement constitutionnel visant à consolider les fondements du régime républicain »…..

     
     

    Le Président Ben Ali reçoit le secrétaire général de l’UGTT

    Raffermir la voie du dialogue social dans la concorde et la solidarité nationale

    6/2/2002–

    Le Président Zine El Abidine Ben Ali a reçu, mercredi, M. Abdesselam Jerad, secrétaire général de l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT) qui a déclaré avoir eu l’honneur de rencontrer le Chef de l’Etat et de lui transmettre les salutations des délégués du congrès extraordinaire de la centrale syndicale, tenu récemment à Djerba, ainsi que l’expression de leur gratitude au Président de la République pour avoir bien voulu accepté que ce congrès soit placé sous son haut patronage et leur considération pour la teneur de son message adressé au congrès et dans lequel il avait salué le rôle de l’Union en matière de soutien au développement et exalté son capital historique et son envergure nationale.

    Le secrétaire général de l’UGTT a ajouté avoir transmis au Chef de l’Etat les salutations des membres du nouveau Bureau exécutif de l’Union et leur considération pour les nobles sentiments témoignés par le Président de la République à l’organisation syndicale, ce qui, dit-il, traduit la ferme volonté du Président Zine El Abidine Ben Ali de promouvoir les valeurs de travail et de labeur, de conforter le climat de confiance entre les partenaires de la production et de garantir la répartition optimale des fruits de la croissance entre
    toutes les catégories sociales.

    M. Abdesselam Jerad a précisé que la rencontre avait été pour lui l’occasion d’informer le Chef de l’Etat du déroulement des travaux du récent congrès de l’Union, soulignant la détermination des travailleurs à redoubler d’efforts en vue de relever les défis inhérents aux mutations mondiales et de raffermir la voie du dialogue social, dans la concorde et la solidarité nationale.

    Le secrétaire général de l’UGTT a encore déclaré avoir informé le Président de la République des préparatifs engagés par l’Union en vue de sa participation au prochain round des négociations sociales, dans le cadre de la concertation avec les autres partenaires sociaux et dans le but de consolider les acquis des salariés et de réunir les conditions de développement des entreprises économiques.

    « La rencontre a été aussi pour moi une opportunité pour réaffirmer à Monsieur le Président l’adhésion des syndicalistes et des travailleurs aux principes et aux réformes politiques qu’il avait annoncés dans son discours à l’occasion du 14ème anniversaire du Changement et lui faire part de leur considération pour sa décision de soumettre les amendements constitutionnels au référendum populaire qui constitue la forme d’expression démocratique directe la plus évoluée », a souligné M. Abdesselam Jerad qui a ajouté dans le même
    contexte: « J’ai transmis à Monsieur le Président l’expression de la volonté des syndicalistes et des travailleurs d’avoir une large participation à ce référendum et de voter en faveur du projet d’amendement constitutionnel visant à consolider les fondements du régime républicain ».

    Le Secrétaire Général de l’organisation syndicale a indiqué que le Président Zine El Abidine Ben Ali l’avait chargé de transmettre ses salutations à l’ensemble des syndicalistes et des travailleurs et avait réitéré son appréciation pour le rôle important assumé par l’UGTT en matière de concrétisation des principes du dialogue social, d’impulsion de l’oeuvre de développement et de consécration des choix du peuple tunisien dans sa quête de progrès et de mieux-être ».

    (Source: www.infotunisie.com)


    Voici peut être une petite explication à cette déclaration ???
     
    Négociations sociales
    Le cinquième round des négociations sociales, qui démarreront vers la fin de ce mois, s’annonce difficile en raison des difficultés que connaissent des secteurs économiques, particulièrement le tourisme, le transport aérien, les exportations des produits agricoles et agroalimentaires, qui sont les plus touchés par les évènements du 11 septembre et par la sécheresse qui sévit depuis quatre années successives.
    Les premières discussions tripartites concerneront la convention-cadre retraçant les grandes lignes de ces négociations, ainsi que celles ayant trait à l’augmentation salariale. Des sources patronales ont indiqué que la stratégie du patronat consiste à bloquer toute revendication d’augmentation salariale sur trois années successives (2002, 2003 et 2004) afin de pouvoir assurer les équilibres financiers des entreprises économiques, profondément affectées par la stagnation économique.
    (Source: Réalités du 7 mars 2002)

     

    Robert Ménard (Reporters sans frontières) condamné pour « violences » à l’Office tunisien du tourisme de Paris

    • LE MONDE | 08.03.02 | 15h43

    ROBERT MةNARD , secrétaire général de l’association de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), a été condamné, jeudi 7 mars, à 1 000 euros d’amende et 1 euro de dommages et intérêts pour « violences en réunion » lors de l’occupation de l’Office national du tourisme tunisien, à Paris.

    M. Ménard a immédiatement annoncé son intention de faire appel de la décision, lors d’une conférence de presse organisée dans l’après-midi. Le secrétaire de RSF veut, par ailleurs, saisir la ministre de la justice et le Conseil supérieur de la magistrature sur le refus du juge « d’examiner la preuve susceptible de -l-‘innocenter ».

    La sanction décidée à l’encontre de la figure de proue de RSF par la juge Gebbart, présidente de la 28e chambre du tribunal correctionnel de Paris, avait été requise par le parquet à la suite du dépôt de plainte d’une secrétaire de direction de l’Office national du tourisme tunisien, Samya Ayari.

    Celle-ci a affirmé avoir été « agrippée par-derrière » par M. Ménard et trois autres personnes, qui auraient voulu l’empêcher de refermer derrière elle la porte d’entrée de l’Office que cherchaient à forcer les militants de RSF, les 28 et 29 juin 2001. M. Ménard conteste les faits et reconnaît, tout au plus, qu’une « légère bousculade » s’est produite. Il affirme qu’il était « un peu en retrait », s’efforçant de « calmer le personnel » de l’Office du tourisme, quand les bureaux ont été envahis « pacifiquement ».

    Pendant 48 heures, une quinzaine de sympathisants de RSF avaient occupé l’Office du tourisme tunisien, dans le centre de Paris, avenue de l’Opéra, dans le but d’obtenir la libération de Sihem Bensedrine, une journaliste et militante des droits de l’homme en Tunisie. Cette figure de l’opposition, aujourd’hui libérée, avait été arrêtée, le 26 juin 2001, puis incarcérée pendant six semaines pour avoir diffusé « de fausses nouvelles destinées à troubler l’ordre public » lors d’une émission télévisée sur une chaîne arabe, Mustakillah, diffusée depuis Londres.

    La partie civile s’est dite satisfaite de la décision rendue par la justice française. « Nous souhaitons faire comprendre à Robert Ménard qu’il ne peut pas agir comme il le souhaite », a affirmé Me Fethi Sahli, l’avocat de Mme Ayari. De son côté, M. Ménard s’insurge : « Rien n’a été fait pour chercher la vérité dans cette affaire. La juge a refusé de faire entendre les témoins et de visionner une cassette qui prouve que je n’ai pas touché, et encore moins malmené cette personne. »

    CAMPAGNE DE DIFFAMATION

    M. Ménard, qui s’oppose depuis longtemps au pouvoir tunisien, et tente d’obtenir la libération de journalistes emprisonnés et/ou torturés en Tunisie, y fait l’objet d’une intense campagne de diffamation en Tunisie. Un quotidien gouvernemental, La Presse, l’a récemment qualifié de « défenseur notoire de la pédophilie », et de « fils de l’OAS dont les mains sont pleines de sang algérien ».

    L’Etat tunisien, qui « n’a fait qu’accentuer les pressions à l’égard des opposants, n’hésitant pas à s’en prendre à leurs familles », contrôle fermement, selon RSF, les moyens de communication à l’intérieur du pays. « Quelle que soit la légitimité du but poursuivi par RSF, il ne saurait justifier une intrusion dans un lieu privé », a jugé le tribunal.

    Florence Amalou

    ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU 09.03.02

     

    Communiqué de REPORTERS SANS FRONTIERES du 7 mars 2001

      7 mars 2001

    FRANCE / TUNISIE

    Suites de l’occupation des locaux de l’Office du tourisme de Tunisie à Paris

    Condamné à 1 000 euros d’amende,

    Robert Ménard fait appel


    Poursuivi pour « violences en réunion » par une employée de l’Office du tourisme de Tunisie à Paris, Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, a été condamné à 1 000 euros d’amende et un euro de dommages et intérêts par la 28e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. « Cette décision est scandaleuse. Rien n’a été fait pour chercher la vérité dans cette affaire. La juge a refusé de faire entendre les témoins et de visionner une cassette qui prouve que je n’ai pas touché, et encore moins malmené cette personne », a déclaré le secrétaire général de l’organisation. « Nous savons très bien que le régime tunisien est derrière cette plainte ». Maître Jean Martin, l’avocat de Reporters sans frontières, a fait appel de ce jugement, ce jour même. Monsieur Ménard a décidé d’interroger le Ministre de la Justice et le Conseil Supérieur de la Magistrature sur le refus pour un juge d’examiner la preuve susceptible de l’innocenter d’une accusation dont il conteste la réalité. Il demande au Ministre de la Justice et au Conseil Supérieur de la Magistrature de se prononcer sur la compatibilité d’une telle attitude du magistrat au regard de son obligation d’assurer la garantie des droits de la défense et un procès équitable.
     
    Le secrétaire général de l’organisation était poursuivi par Samia Ayari Mattei, secrétaire de direction au sein de l’Office  de tourisme de Tunisie à Paris, pour « violences en réunion », ayant entraîné un arrêt de travail de six jours. Une plainte avait été déposée à l’issue de deux jours d’occupation, les 28 et 29 juin, des locaux administratifs de l’Office du tourisme de Tunisie à Paris par des membres de Reporters sans frontières. Ces derniers avaient occupé pacifiquement ces locaux pour protester contre l’arrestation de la journaliste tunisienne, Sihem Bensedrine.

    Pour Robert Ménard : « cette plainte s’inscrit dans le cadre d’une campagne de calomnies, d’insultes et de diffamation dont je suis l’objet dans la presse officielle tunisienne. » Dans un éditorial publié le 4 février 2002, dans le quotidien gouvernemental La Presse, le directeur du journal, Moncef Gouja, avait notamment qualifié le secrétaire général de RSF de « pervers notoire », « défenseur de la pédophilie » ou encore de « fils de l’OAS, dont les mains sont pleines de sang algérien ».

    Robert Ménard s’était présenté le 28 février 2002 à 9 heures devant la 28e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Ce dernier avait mis le jugement en délibéré au 7 mars 2002.

     

    Virginie Locussol (moyen-orient@rsf.org / middle-east@rsf.org)
    Bureau Maghreb et Moyen-orient / North Africa and Middle-East desk

    Reporters sans frontières / Reporters Without Borders

     

    Affaire de l’Office du tourisme tunisien à Paris
    Le parquet de Paris condamne Menard pour violences

     

    La Presse — Une gifle vient d’être donnée par le parquet de Paris à la pseudo-association Reporters sans frontières (RSF). En effet, son tristement célèbre président, Robert Menard, a été condamné pour violences par le Tribunal correctionnel de Paris, qui a suivi les réquisitoires du parquet à l’audience du 28 février dernier. Menard, qui lors de l’occupation de l’Office du tourisme tunisien de Paris le 28 juin 2001, avec une horde de mercenaires, s’est livré à des actes de vandalisme et est allé jusqu’à agresser Mme Samia Ayari Mattei, secrétaire de direction, qu’il a agrippée, bousculée et secouée, lui causant une incapacité totale de travail de six jours, vient de subir un échec cuisant. La condamnation à 1.000 euros d’amende par le Tribunal qui a accordé du coup à Mme Samira Mattei un euro symbolique de dommages et intérêts, a tenté par tous les moyens de faire pression, notamment en lançant une attaque en règle contre notre journal La Presse, dans quatre quotidiens parisiens, qu’il accuse de l’avoir calomnié. Or notre journal n’a fait que reprendre ses déclarations publiées dans son dernier livre où il parle de son père, ancien de l’organisation terroriste l’OAS qui avait assassiné des milliers d’Algériens et son oncle, qui était dans le groupe des officiers putschistes qui ont tenté de renverser le général de Gaulle. C’est aussi lui qui avoue (p. 29) : «En première, j’ai été renvoyé d’un lycée, pour avoir distribué un journal “anar-situationniste“ qui montrait sur une double page un homme affirmant : «J’aimerais embrasser une petite fille sur le c… !» Logiquement, Menard devrait passer en correctionnelle, pour apologie de la «pédophilie», parce qu’il continue en 2001 à justifier et défendre un acte qui lui a valu le renvoi de l’école Devant ce désaveu cinglant,infligé par un tribunal français, il ne reste à Menard que de continuer sa fuite en avant à l’instar de son ami et allié Hachmi Al Hamdi dont la TV fut la seule au monde à offrir un espace permanent à Menard et ses mercenaires ! Or Al Hamdi est dans le pétrin jusqu’au cou, puisqu’il est soupçonné par la justice anglaise de tremper dans l’organisation de l’assassinat du Commandant Massoud. Al Hamdi volera-t-il au secours de Menard qui, il y a quelques semaines, s’affiche comme son défenseur patenté, auprès des autorités anglaises, en attendant qu’il soit condamné à son tour par un tribunal anglais pour diffamation ? Il ne leur resterait alors qu’à crier au complot et à dénoncer la justice en France et en Angleterre ! Mais comme Al Hamdi qui a fini par se discréditer définitivement, Menard finira un jour par rendre des comptes à la justice de son propre pays, mais pour des affaires nettement plus graves.

     

    Sicile: 50 clandestins ont disparu après le naufrage d’un bateau

    Vendredi 8 mars 17:04

    ROME – Au moins sept personnes sont mortes suite au naufrage par gros temps d’un bateau au large de l’île de Lampedusa, au sud de la Sicile. Environ 70 immigrés clandestins se trouvaient à bord. Plus de cinquante d’entre eux sont portés disparus.
    L’embarcation, une longue chaloupe en bois, a été piégée par le mauvais temps dans les eaux internationales à une centaine de kilomètres au sud de l’île. Onze rescapés ont été secourus, mais les recherches ont été perturbées par une forte houle provoquée par un vent de force 4.
    Plusieurs navires de la garde-côte ainsi que des bateaux de pêche continuent à chercher des survivants, avec l’aide d’un hélicoptère, a précisé Salvatore Martello, maire de Lampedusa, une île située entre la Sicile et la Tunisie.
    M. Martello a ajouté ignorer d’où provenait exactement le bateau, mais selon lui, des responsables estiment que les immigrés sont d’origine nord-africaine. Plusieurs milliers d’immigrés clandestins tentent chaque mois d’entrer en Europe via l’Italie.

    © ATS

    (Source: www.edicom.ch)

     

    Tragédie au large de la Sicile: une cinquantaine de disparus dans un naufrage

    8 mars, 15h34
     
     
    Par Christian SPILLMANN
    Onze personnes ont été sauvées de la noyade, mais une cinquantaine d’autres, dont des femmes et des enfants, étaient portées disparues vendredi après le naufrage la veille au large de la Sicile d’une embarcation avec 65 immigrés clandestins, selon les rescapés de cette tragédie.
    Deux d’entre-eux affirment être originaires du Liberia. Alexander George Puble, 22 ans et Francis Amos, 21 ans, ont déclaré vendredi avoir embarqué il y a huit jours dans un port en Turquie et avoir payé le passage entre 4 et 5.000 dollars.
    « Nous étions très nombreux sur cette barque, avec des femmes et des enfants », a raconté à l’agence Ansa Alexander George Puble.
    Selon les témoignages des rescapés, au moins 65 personnes de plusieurs nationalités avaient pris place à bord, dont huit femmes et huit enfants.
    La tragédie s’est produite jeudi soir à une soixantaine de miles au sud de l’île de Lampedusa, territoire italien situé entre la Tunisie, la Sicile et Malte, sur une route maritime empruntée par de nombreux malheureux tentant de gagner clandestinement l’Italie.
    L’embarcation, une longue chaloupe en bois, avait été repérée à la nuit tombante par un bateau de pêche italien, l’Elide, alors qu’elle se trouvait en difficulté par une mer assez forte.
    Le patron de l’Elide, Vito Deodato, 35 ans, a aussitôt averti les autorités maritimes italiennes et a pris l’embarcation en remorque, mais une vague plus forte l’a retournée.
    « Ca a été une scène terrible. On entendait des appels désespérés, on voyait des bras tendus dans l’obscurité, mais on ne pouvait rien faire », a-t-il raconté dans sa déposition à la capitainerie de Lampedusa à son retour au port vendredi matin.
    « Nous avons immédiatement lancé à la mer nos gilets de sauvetage et tout ce qui pouvait flotter pour les aider à surnager », a-t-il précisé.
    L’équipage de l’Elide a pu sauver onze des naufragés et deux autres ont été secourus par un bâtiment de la marine italienne arrivé entre-temps sur les lieux.
    D’importants moyens ont été déployés pour tenter de retrouver des rescapés. Un patrouilleur avec un hélicoptère, une corvette, une vedette des garde-côtes de Lampedusa, un avion de surveillance et plusieurs bateaux de pêche participent aux recherches.
    Sept corps ont été retrouvés vendredi, mais les secours se sont dits pessimistes sur les chances de retrouver des survivants, car la mer est très mauvaise.
    Il y a sept ans, le 25 décembre 1996, 200 immigrés clandestins avaient péris noyés dans cette zone après le naufrage de leur bateau.
    Le gouvernement italien a fait de la lutte contre l’immigration clandestine une priorité. Les sanctions ont été renforcées contre les passeurs, qui risquent des peines de 5 à 15 ans de prison.
    La marine nationale a été associée au contrôle des quelque 7.600 km de côtes, avec l’autorisation d’aborder les navires suspects.
    L’Italie est considérée comme une plaque-tournante de l’immigration clandestine et le gouvernement justifie ce renforcement de sa législation par la nécessité de stopper le flux croissant des débarquements.
    Plus de 20.000 clandestins ont ainsi débarqué l’an dernier en Italie, selon des chiffres fournis par un sous-secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Alfredo Mantovano.
    Mais les contrôles et les sanctions ne parviennent pas à dissuader les candidats, originaires de nombreuses régions du monde, prêts à se jeter à la mer avec le risque de se noyer lorsque leur embarcation est arraisonnée.
     
    Cette version des faits se rapproche de certaines rumeurs qui courent depuis les jours qui ont suivi la mascarade du 2 février. Nous la publions tout en emandant à ceux qui ont des informations plus exactes de les publier ou de les faire parvenir à notre liste. Merci.

    La vraie histoire du 02.02.2002

    DE TUNIS: La date du procès des 4 du PCOT du 2 février 2002 restera à jamais gravée dans la mémoire des militant(e)s tunisien(ne)s. Que s’est-il passé ce jour là ?

    Tout allait bien les 2 premières heures (salle archi comble, présence policière discrèrte, ambiance d’une folle liberté au tribunal où on entendit « l’Internationale » et « Guevara mat »). Tout se passait tellement bien que le bâtonnier du conseil de l’ordre des avocats a cru bon de demander au juge de changer la salle d’audience (de la salle 5 à la salle 6) car il y avait beaucoup de monde.
    Le juge, voyant que tout semblait aller très bien a accepté volontiers (avec un grand sourire en prime).

    Le hic dans tout ça, c’est que « Notre ami » avait installé des caméras à la salle 5 pour suivre le « procès » en direct.

    Ne comprenant plus ce qui se passait et croyant à un complot, il s’est énervé et… tout le monde connait la suite..

    Personne ne sait si Hamma aurait été libéré s’il n’y avait pas eu cette histoire de caméras mais cet épisode racambolesque a été confirmé de plusieurs sources.

    par Tunezine News Network

     
    كيف تثبت المستقلة إسقلا ليتها وترد على متهميها؟

    أبو إلياس هولندا

    دافعت عن المستقلة في وقت سابق وكنت أحاجج الأصدقاء والأحبة  بأن المستقلة هي صوت من لا صوت له, وأنها تعبر عن الصوت الذي أخمده بورقيبة ويواصل في إخماده بن علي بقوة الحديد والنار . وتابعها التونسيين بشغف ليعرفوا أخبارهم أولا  ثم ليعرفوا الصوت الأخر في تونس ورجالاته من أبناء هذا  الوطن والذين سلبهم النظام حقهم  في التواجد القانوني وأعتبر أن هذه نقطة للمستقلة  وليست عليها,  ثم أن المستقلة تبنت هموم التونسي ودافعت عن حقه دون إستثناء وبغض الطرف عن إنتمائه الفكري أو الديني .

    من ناحية ثانية بدا الهاشمي في شخصه نافيا في كل الحلقات أن يكون له أغراض خاصة وأن كل أهدافه جمع المعارضة والتمكين لقيم الحق والعدالة والديمقراطية  وأعتبرتها ذلك  إمتداد لخط بدأته الجزيرة عندما طرقت بابا طالما ظل مغلقا ووضع عليه يافطة مكتوبا عليها بخط عريض «   ممنوع اللمس أو الإقتراب »  فتحدى النظام وساهم مع عدد  من المناضلين الأحرارالكشف عن ملابسات عدد من القضايا الحقوقية والسياسية التي تورط فيها النظام , هذا ولا ننس الجرأة التي مّلكتها المستقلة للتونسي العادي الذي أصبح الى حد ما يجرأ على التعبير عن رأيه المخالف علنا كلفه ذلك ما كلفه.

    ومع شكرنا لهذا الجهد بدا في الأسابيع الأخيرة تراجعا مبهما  خطيرا ويحتاج الى وقفة من القائمين على المستقلة إذ بدت الإعتذارات المتكررة وكأن ما كان يقدم هو خطأ كما تحول  برنامج المغرب الكبيردعاية من جديد لمحاموا النظام الذين ينفردون بكل الحصة دون أن يوجد من يرد إفتراءاتهم وإدعاءاتهم التي نسمعها صباحا ومساء في وسائل الإعلام الرسمية.   وإذ لا يجبره أحد على إستدعاء هذا وإقصاء ذاك فما أصاب تونس طوال العقود الأخيرة هو من جراء الإنفراد بالرأي وإقصاء هذا الطرف للأخر.  غيرأن  كل ما نطلبه هو أن لا نر قناة تونس 7 ثانية  تمجد وتهلل وأنتم الذين تراهنون على الإستقلالية وتعدون بعدم الإذلال » إذا إردتمونا أن نسكت فإرفعوا أيديكم عن التونسيين وإذا أردتمونا أن نعود فإعيدوا فريق القوم التونسي 1978  » أو كما قال الدكتور الهاشمي .

     لا نريد أن يتحول معنى الإستقلالية كالمفهوم الزئبقي  الذي أطلق على الإرهاب نعرفه وفق ما تمليه المصلحة وتفرضه الظروف فما يكاد يضبط بمعنى حتى يظهر له معنى آخر, ولقد عبر أحدهم أن إستقلالية المستقلة لا تزيد عن إنفلات من الظوابط لتحقيق المصالح الخاصة وقال أحد المعارضين البارزين أن  الهاشمي قد إنتهت مصلحته بنا ولم يجد له في المعارضة غرضه فعاد ليغازل غيرنا لعله يجد مأربه.  و يبقى السؤال مطروحا على الهاشمي فيما إذا كان سيثبت لنا جميعا خلاف ما ذهب إليه عدد من الساسة والإعلاميين. فتونس ليست بحاجة الى من يمجد ويثني على على إنجازات السابع من نوفمبر فلها ما يكفيها وزيادة وما أظن أن من يلتحق الأ ن قادر أن يفتك له موقع . ومن يريد أن يكون وفيا لبلده عليه أن يبق وفيا لخط الضعفاء ومن ليس لهم صوت .

     
    FLASH INFOS

    Le PDP et le référendum

    Le Bureau Politique du PDP, réuni dimanche 4 mars 2002, a décidé de convoquer la réunion du Comité Central le 24 mars courant pour définir la position du parti au sujet du Référendum. Rappelons que le Bureau Politique s’est déjà exprimé sur la réforme de la Constitution et a publié un communiqué à cet effet.

    (Source: Réalités du 7 mars 2002)

    LTDH et réformes constitutionnelles
    La LTDH prépare actuellement sa position sur le projet de réforme constitutionnelle. Elle la rendra publique dans un rapport qui paraîtrait très prochainement.

    (Source: Réalités du 7 mars 2002)
     
    Réunion extraordinaire
    Le MDS a convoqué le Conseil National pour une session extraordinaire qui aura lieu dimanche 17 mars courant. La réunion sera consacrée à l’élaboration d’une position vis-à-vis de la réforme de la Constitution et l’organisation du référendum. Les membres du Conseil Central discuteront à cette occasion le rapport de la commission qui a travaillé sur ce projet.
     
    (Source: Réalités du 7 mars 2002)

     
    Réaction d’un lecteur suite à un communiqué paru dans notre mail du 23 février 2002 à propos des activités du « centre tunisien de la femme et de la deuxième génération » de Montréal,

    « la comparaison n’est pas raison »

    je ne peux pas rester indifférent suite au communiqué parut dans ce site le 23 février 2002 relatif aux activités du centre tunisien de la femme et de la deuxième génération de Montréal

    Faut-il le rappeler que lorsque j’ai décidé d’amener mon enfant au centre c’était pour lui permettre de mieux connaître notre pays d’origine, d’apprendre notre langue maternelle, et de célébrer nos fêtes et traditions dans le cadre d’une organisation structurée et financer par le gouvernement tunisien : point à la ligne.

    Je n’ai aucune idée sur les raisons de ce déchaînement sur les activités du centre ni sur les allégations portées à l’endroit des personnes qui méritent tout simplement l’encouragement pour leurs efforts considérables, mais chose est certaine c’est que l’ensemble des imputations est sans fondement et pire encore la comparaison avec certains groupes ou individus est caduque et hypothétique, et j’en suis témoin en tant qu’habituer aux activités du centre et avoir côtoyer ses responsables depuis un peut plus d’un an.

    Je pense qu’il n’est jamais trop tard pour vérifier ces informations et corriger le tort qui a pu être commis.

    N.B. Ceci n’est pas une invitation à un débat ou autre.

    Abdelhamid Riahi

    Montréal, le 07 mars 2002

     
    AFFAIRE DU « DIPLOMATE-TORTIONNAIRE-FUYARD » SUITE

     
    Biographie sommaire d’un tortionnaire


    و لا نامت أعين الجبناء

    Qui est Khaled Ben Said ?

    Une nouvelle réussite des opprimés de la Tunisie de l’après Bourguiba contre la nouvelle génération de fonctionnaires du ministère de l’intérieur, les produits de ZABA qui n’ont ni morale ni principes, seulement la prostitution organisée et légalisée, ainsi que l’égocentrisme à son niveau le plus primitif. Khaled Ben Said, vice-consul au consulat de Tunisie à Strasbourg, est le produit typique de cette nouvelle génération.
    Il a obtenu sa licence en droit de la faculté de droit et de gestion de Ben Aknoun à Alger en 1990, alors qu’il était absent lors de quelques examens !! sans parler des fausses copies qu’il avait toujours dans ses poches. Les contacts douteux au sein de la communauté estudiantine de l´époque ou avec les responsables administratifs de l’université étaient remarquables.
    Le trafic de Whisky chaque week-end dans le vol Alger-Tunis et vice versa, (pour l’objectivité il ne faisait pas l’exception) ainsi que les soirées nocturnes notamment celles de « Riadh el Fateh ».
    Khaled n’était pas un cas isolé et presque tout son entourage a été automatiquement introduit au ministère de l’intérieur, puisque l’offre d’emploi au début de l’année 1990 n’avait aucune limitation de place dans ce fameux ministère sauf si le candidat est connu pour ses idées oppositionnelles.
    C’était clair depuis ce temps là, pourtant la nouvelle ère ne datait que de trois ans, et que l’avenir sera un bras de fer entre l’Etat représenté par le ministère de l’intérieur et l’opposition représentée par les quelques groupes institutionnalisés ou organisés, c’est à dire partis politiques ou l’UGTE qui était très actif et représentait bien les étudiants tunisiens dans plusieurs institutions ainsi que plusieurs villes.
    Ce qui est bizarre, ou peut être pas, c’est que Khaled était un type qui a peur de son ombre et qui parlait d’autres gens mais jamais en face. Quand je lis maintenant qu’il faisait des pratiques pareilles avec des inculpés d’opinions ça me rappelle les descriptions de son plus haut patron ZABA, méchanceté, malhonnêteté, égoïsme à un degré sous humain, … et surtout peur des autres qui pensent.
    À la fin monsieur Khaled as tu oublié tes compagnons de promotion qui ont été arrêtés et torturés et qui étaient très nombreux, je cite le nom de Ismail Saidi condamné à deux ans et demi de prison lors de son premier mois de travail non pas dans le fameux ministère mais au sein de la Banque Centrale. Ismail n’avait pas encore terminé sa peine et il s’est vu infligé une nouvelle peine de onze ans à la fleur de l’âge. Concernant ce cas vous pouvez lire le témoignage de son frère publié dans le livre du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie relatif à la torture en Tunisie.
    Encore un autre exemple celui de Zine El Abidine Attia qui lui aussi condamné à perpétuité, il a été extradié par la junte militaire algérienne pour passer le reste de sa vie entre quatre murs sous ton règne et le règne de ton chef de Carthage alors qu’il était en quatrième année de droit à la même fac. Zine El Abidine Attia était aussi -pour l´Histoire- un candidat aux élections législatives de 1989 dans la ville de Sousse.
    Tu vas être jeter dans les poubelles de l’Histoire, la tranquillité que tu croyais jouir va te quitter et pour l’infini, quant à nos victimes, ils vont te poursuivre dans tes cauchemars et dans tout ce qui tu entreprends. Surtout les femmes vont te mettre à nu comme tu as fait avec elles. Nos femmes notre honneur et notre fierté te poursuivent jusqu’à ce que le jour vienne où tu reconnaîtras, ainsi que tes chefs, votre culpabilité.

    Mhef

    Mardi 5 mars 2002
     

    (Source: le numéro 80 de l’e-mag TUEZINE)

     

    Tunisie : l’opérateur égyptien Orascom remporte une deuxième licence GSM

    vendredi 8 mars 2002, 21h58
     
     
    TUNIS (AP) — L’opérateur égyptien Orascom Telecom (OT) a remporté la concession d’une deuxième licence GSM en Tunisie, pour 680 millions de dinars tunisiens (454 millions de dollars/513 millions d’euros), annonce-t-on vendredi soir de source officielle à Tunis.

    Ce montant sera payé en dollars en deux tranches égales de 227 millions (256 millions d’euros) chacune, la première lors de la signature du contrat incessamment et la deuxième avant fin 2002.

    L’offre d’Orascom, dont c’est le deuxième succès au Maghreb après sa récente implantation en Algérie, est supérieure à celle présentée lors d’un premier appel d’offres lancé en 2001 par le consortium hispano-portugais Telefonica et Portugal Telecom, de 381 millions de dollars (431 millions d’euros), jugée insuffisante par l’administration tunisienne.

    Pour un pays de près de 10 millions d’habitants, c’est  »le prix le plus cher au monde », calculé sur la base du chiffre de la population, estime une source proche du secteur. Celle-ci fait valoir  »les atouts » de la Tunisie, qui lui ont permis de porter la barre aussi haut, à savoir le niveau de vie des Tunisiens, le plus élevé dans la région, ainsi que sa stabilité politique et sa sécurité, facteurs  »importants pour tout investisseur ».

    La compagnie égyptienne était en lice avec deux autres opérateurs, l’espagnol Telefonica et Koweit Telecom. On ignore pour le moment si Orascom exploitera seule cette licence ou en partenariat. Cependant, elle devra commercialiser ses prestations dans un délai maximum de six mois, sur un marché tunisien en pleine croissance où plusieurs centaines de milliers de demandes de lignes GSM sont en instance.

    Orascom sera en concurrence avec l’opérateur public Tunisie Telecom, détenteur de la première licence. Tunisie Telecom gère actuellement près de 400.000 lignes de téléphonie mobile et se propose d’étendre son réseau à un million d’abonnés d’ici la fin 2002.

    Les experts du secteur évaluent à quelque trois millions d’abonnés le potentiel du marché tunisien à l’horizon 2005, avec une projection de cinq millions d’abonnés dans une deuxième phase de manoeuvrer sur un champ de deux millions de lignes.

     
     
    البنك العربي لتونس يتوقع تضاعف أرباحه
     
    تونس ـ رويترز: قال فريد بن طنفوس الرئيس التنفيذي للبنك العربي لتونس امس الخميس ان البنك يتوقع ارباحا صافية تزيد علي المثلين في عام 2002 لتبلغ 11.9 مليون دينار (8.12 مليون دولار) مع تقليل مخصصاته للقروض المتعثرة وارتفاع عائدات الفائدة.
    وقال بن طنفوس في حديث لرويترز نعتزم خفض مخصصاتنا للقروض المتعثرة في عام 2002 وهذه الخطوة ستدعم الارباح الصافية للبنك .
    وانخفضت ارباح البنك الصافية بنسبة 43 في المئة الي 5.339 مليون دينار في العام الماضي فيما يرجع اساسا لارتفاع المخصصات.
    واضاف رئيس البنك كان التعامل الحاسم مع مشكلة القروض المتعثرة جزءا من استراتيجية البنك. تضررت ارباحنا الصافية نتيجة للتعامل مع القروض المتعثرة في عامي 2000 و2001 .
    وزاد البنك الذي يملك البنك العربي الاردني حصة 64.24 في المئة من اسهمه مخصصاته بنسبة 54 في المئة الي 7.162 مليون دينار في عام 2001 بالمقارنة بالعام السابق.
    ويتوقع البنك زيادة اقل في المخصصات في عام 2002 بنسبة 45.5 في المئة عن مستواها في عام 2001.
    ويتعرض القطاع المصرفي التونسي لضغوط من الحكومة لتقييد الاقراض تمشيا مع الاتجاه العام في العالم مع تباطؤ الاقتصاد العالمي.
    ويقول المحللون ان المسؤولين الحكوميين من الرئيس زين العابدين بن علي الي محافظ البنك المركزي محمد الدواس قلقون من مستوي القروض المتعثرة ويقولون ان البنوك الحكومية هي الاكثر تضررا بسبب مشاركتها الكبيرة في تمويل استثمارات تدعمها الدولة.
    ورغم الحوافز الحكومية لدعم دور القطاع الخاص في الاقتصاد الا ان استثمارات القطاع الخاص لم تصل الي 50 في المئة من الاجمالي.
    وقال اقتصادي بارز طلب عدم نشر اسمه اجمالي القروض المتعثرة وصل مستوي مقلقا بلغ خمسة مليارات دينار اي ما يمثل 25 في المئة من اجمالي القروض التي قدمتها البنوك التونسية .
    وقال بن طنفوس ان البنك العربي لتونس سيواصل خططه لخفض المخصصات من 91 في المئة في عام 2001 الي 15 في المئة في 20022. واضاف نأمل في ان نصل بمعدل القروض المعدومة الي عشرة في المئة خلال الاعوام الثلاثة المقبلة .
    وبلغ اجمالي القروض المعدومة لدي البنك 147 مليون دينار في عام 2001. ويستهدف البنك تحقيق عائدات من الفوائد تبلغ 30.7 مليون دينار في عام 2002 من 25.8 مليون عام 2001.
    ويتوقع ارتفاع ودائع العملاء الي 942 مليون دينار من 837 مليون في العام الماضي.
    وبلغ اجمالي اصول البنك 1.039 مليار دينار في عام 2001 ارتفاعا من 968 مليونا في العام السابق.
    الدولار يساوي 1.466 دينار تونسي.
     
    القدس العربي 8 مارس 2002
     

    Echange serein sur un sujet grave : l’attitude des démocrates tunisiens face à l’islamisme

     

    Tahar Ben Hassine

    Lors de la dernière période de fêtes de fin d’année, j’ai eu le plaisir d’avoir à dîner deux amis chers. Ce fait n’aurait certainement pas mérité d’être signalé si ce n’était la personnalité de chacun d’entre eux et surtout le contenu de la discussion qui s’était ouverte dès le début du dîner. L’un de mes amis était en effet un responsable de premier plan au sein d’un mouvement de l’opposition démocratique, appelons-le le SPST. La seconde était proche de la mouvance Charfi et membre du Comité Directeur de la LTDH. 

    La discussion avait été entamée par mon commentaire personnel sur la déclaration des quatre partis de l’alliance démocratique (PDP, MDS, FORUM DÉMOCRATIQUE et CPR). J’avais exprimé mon soutien personnel à cette déclaration, la considérant comme un acte fondateur d’un nouveau rapport entre les composantes des forces démocratiques. J’avais toutefois attiré l’attention de mes amis sur ce qui me semblait constituer des faiblesses, susceptibles de bloquer toute action commune à court ou à moyen terme. La première de ces faiblesses m’avait semblé être l’absence de finalité pratique ou de but politique précis dans la déclaration de l’alliance. La réaffirmation des principes ne peut pas constituer à mon sens une base de travail commun. J’aurais personnellement souhaité que les partis de l’alliance annoncent clairement qu’ils s’engagent à constituer des listes électorales communes aux législatives et qu’ils réclament un scrutin à deux tours pour les présidentielles afin de pouvoir se désister en faveur du candidat démocrate le mieux placé. 
    La deuxième faiblesse, et la plus importante à mon sens, était le flou qui entourait l’ouverture de l’alliance aux forces politiques tunisiennes qui souhaiteraient y adhérer. Là, et à mon habitude, j’avais mis le pied dans le plat en demandant clairement à mon ami du SPST si Ennahdha pouvait adhérer à l’alliance, en précisant que pour Charfi aussi bien que pour ceux qui se réclament de sa mouvance, il n’était aucunement question de participer à aucune instance à laquelle le mouvement Ennahdha était associé. 

    Mon ami du SPST, plus habitué aux débats et plus engagé dans l’action politique quotidienne s’était empressé de rétorquer que sur le premier point, il fallait effectivement considérer la déclaration comme une réaffirmation des principes et que la définition d’un programme d’action précis était censée suivre.

    Sur le second plan par contre, il avait pris la précaution de préciser que la position de l’alliance n’était pas celle du SPST. Dans le cadre de l’alliance, il s’était agi de trouver ce qui unissait, ce qui suppose que chaque composante avait une position propre à ce sujet mais qu’au  stade actuel du consensus sur cette question, il semblerait qu’on s’oriente vers l’association de personnalités islamistes indépendantes. Pour ce qui est de la position propre au SPST, nous avions eu droit à un exposé dont le grand mérité était incontestablement la clarté et qui se résume ainsi :

    • Le pouvoir actuel monopolise tout l’espace politique et la tendance n’est nullement à l’ouverture. Le faire reculer nécessite la coalition de toutes les forces d’opposition du pays. Les islamistes représentent, qu’on le veuille ou non, la force politique majeure de l’opposition. Sans aller jusqu’à s’allier avec les islamistes, il faudra gagner leur appui, ou du moins leur neutralité bienveillance,  à toute action politique destinée à faire reculer le pouvoir. 
    • Le SPST ne signera aucun accord avec les islamistes, mais ne mènera pas, dans les conditions actuelles, de combat politique contre eux afin de s’assurer de leur appui, ou du moins de leur neutralité bienveillante.
    • Le combat politique contre les islamistes risque, aux yeux d’une partie de l’opinion, de passer pour une lutte contre l’Islam.

    Il faut avouer que ce qui m’avait le plus inquiété, c’était la compréhension presque approbatrice de mon amie « Charfiste » sur le premier point de l’argumentaire du responsable du SPST. J’avais subitement pris conscience de l’effet dévastateur de la dictature : même les plus conscients d’entre nous en arrivent à souhaiter et à vouloir le changement « pour le changement », tellement les horizons politiques étaient devenus bouchés.

    Mais ne doutant de la sincérité démocratique ni de l’un ni de l’autre, j’avais amicalement répondu :

    • Le fait que la lutte politique contre les islamistes pouvait être perçue par une partie de l’opinion comme une lutte contre l’Islam est une confusion entretenue par les islamistes eux-mêmes, parce qu’elle sert leurs objectifs. Ne pas agir pour la lever ne fera que la pérenniser, au seul profit de l’intégrisme et de l’obscurantisme. Et que sera un changement politique acquis avec l’appui d’une telle partie de l’opinion si ce n’est une « bombe à retardement »?
    • Les islamistes ne sont pas des « samaritains ». Ce sont des politiques qui visent le pouvoir « temporel », même si parfois ils prétendent provisoirement y renoncer. De ce fait, ils n’ont pas l’habitude de distribuer des appuis ou des neutralités bienveillantes, gracieusement, à qui le leur demande. Ils exigeront assurément quelques contre-parties. Et ce sera au moins le cessez-le-feu politique, c’est à dire s’abstenir de combattre leur projet politique.
    • L’histoire politique est pleine d’exemples de changements voulus à tout prix et qui ont fini en drames nationaux. L’Iran en est un parmi tant d’autres.
    • Certes le combat simultané et d’égale détermination contre la dictature de M. Ben Ali et contre le projet islamiste risque de permettre à M. Ben Ali de se maintenir plus longtemps au pouvoir. Mais le processus même de ce double combat ne manquera pas d’affaiblir le régime de M. Ben Ali, d’isoler les islamistes au sein de l’opinion et par conséquent de renforcer l’opposition démocratiques sur des bases progressistes et modernistes, la mettant ainsi en position de constituer une alternative crédible pour le pays et une garantie de stabilité pour son avenir.

    Sur ce, le café était déjà servi. Nous nous étions quittés en nous promettant d’élargir cet débat à d’autres amis.

     

    L´article de M T. B. Hassine a suscité quelques réactions , vous pouvez les consulter sur le forum de
     www.perspectivestunisiennes.net
     
     

    Le magazine français « L’EXPRESS » consacre son dossier de cette semaine (7 MARS 2002) au Féminisme au Maghreb. Deux tunisiennes y participent :Mmes ALYA CHAMMARI ET SANAA BEN ACHOUR.

     

    L’Express du 07/03/2002
    Alya Chammari

    «Les droits des femmes sont partie intégrante de la démocratie»

    propos recueillis par Dominique Lagarde
     
     
    Alya Chammari est membre de l’Association tunisienne des femmes démocrates et membre du Collectif 95 Maghreb Egalité
     
    L’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) fait aujourd’hui campagne en faveur de l’égalité successorale entre hommes et femmes. Comme, sur ce dossier-là, le texte coranique est à peu près incontournable, cette revendication ne peut pas s’appuyer sur une relecture de l’islam. S’agit-il d’un tournant?
    Non, il ne s’agit pas d’un tournant. La revendication de l’égalité des droits entre les sexes, dans tous les domaines, et sans aucune exception, est le premier objectif et le combat quotidien de l’ATFD. La revendication pour l’égalité successorale a été posée dès la naissance du mouvement féministe tunisien, dans les années 1970, avant même la reconnaissance légale de notre association. Et c’est dans la continuité de ce combat que l’association a estimé nécessaire, depuis 1999, de lancer une campagne de sensibilisation sur ce thème. Nous sommes convaincues que le combat des femmes pour une égalité réelle et une citoyenneté effective doit se fonder sur la reconnaissance et le respect des droits des femmes tant dans la vie publique que dans la vie privée. Et, en pays d’Islam, cette question est liée au problème fondamental de la sécularisation du droit de la famille. L’ATFD s’inscrit sans réserve dans le référentiel des droits humains universels d’égalité, de liberté, de dignité et de non-discrimination. En conséquence, elle milite pour la séparation du droit et de la religion, dans une approche clairement laïque. Seule cette démarche peut garantir une égalité pleine et entière entre les hommes et les femmes.

    «La revendication démocratique est essentielle pour faire avancer les droits des femmes»

    On peut donc être féministe de la même manière partout?
    Les principes sont les mêmes. Mais il est vrai que la stratégie doit être adaptée. Une association comme la nôtre doit réfléchir à la façon dont on peut faire avancer les mentalités, compte tenu des réalités de notre société. C’est pourquoi nous restons à l’écoute de celles qui voient dans l’interprétation des textes religieux un moyen de lutter contre les discriminations.

    N’y a-t-il pas une contradiction entre cette approche laïque et votre culture, maghrébine et musulmane?
    Il n’y a pas de contradiction. Je peux me libérer de mes chaînes sans pour autant me couper de mes racines. Je suis une femme de culture musulmane, et je me revendique de cette culture. Mais j’estime aussi que la foi est une question personnelle, privée, qui ne doit pas déterminer le contenu du corpus juridique.

    Le mouvement féministe tunisien a toujours été très lié à la mouvance démocrate et aux organisations de défense des droits de l’homme. Comment cela s’explique-t-il?
    Parce que la revendication démocratique est essentielle pour faire avancer les droits des femmes. Nous estimons que ceux-ci sont partie intégrante de la démocratie.

    La Tunisie officielle voudrait faire croire qu’elle est une démocratie en arguant de son avance en matière de droits des femmes…
    Personne ne peut nier que la situation des femmes tunisiennes a changé grâce au Code du statut personnel de 1956 et à ses évolutions successives, ni que ce statut reste en avance sur ce qui existe dans la plupart des pays arabo-musulmans, même s’il y a encore beaucoup à faire pour accorder la pratique aux textes. Cela dit, le pouvoir se livre à une instrumentalisation que nous récusons. Les droits des femmes ne font pas la démocratie, pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps. C’est à l’aune de l’exercice effectif de tous les droits humains, sans aucune exclusive, ainsi qu’à celle de leur respect dans la pratique quotidienne que l’on peut affirmer qu’un pays est réellement démocratique.

     


    L’Express du 07/03/2002

    «Nous, par nous-mêmes»

    par Sana Benachour
     
    Sana Benachour est secrétaire générale de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) et membre du Collectif 95 Maghreb Egalité

    «Est-on féministe dans un pays arabo-musulman comme on l’est ailleurs? Oui et non. Oui, parce que le féminisme est, partout, en rupture avec le modèle dominant de la ségrégation sexuelle et parce que les revendications féministes se heurtent partout aux mêmes types de résistances patriarcales. Non, parce que dans nos pays la question de l’égalité entre les sexes renvoie ipso facto à un débat sur les racines culturelles du droit et sur le degré d’émancipation de la règle juridique par rapport à la loi divine. Le débat prend souvent l’allure d’une confrontation mettant face à face loi divine et loi civile, Orient et Occident, tradition et modernité…

    Trois grandes tendances s’affrontent: les musulmans intégristes,
    les musulmans modernistes, et
    les musulmans laïques

    Le conflit est particulièrement exacerbé en ce qui concerne le statut juridique des femmes. Trois grandes tendances s’affrontent: les musulmans intégristes, qui prônent le retour aux sources et qui considèrent que rien ne doit être modifié; les musulmans modernistes, qui, mettant en avant l’esprit libéral du Coran, préconisent la «réouverture de la porte de l’ijtihad» (effort d’interprétation); les musulmans laïques, enfin, qui refusent l’instrumentalisation politique de l’islam ainsi que l’asservissement de la règle juridique à l’impératif religieux. Sans m’inscrire dans cette démarche, je considère que celles et ceux qui préconisent une nouvelle lecture de l’islam contribuent de manière décisive, en se reconnaissant le droit d’interpréter le passé, à faire bouger les choses face au dogmatisme religieux des gouvernants et des courants islamistes. Les féministes qui ont opté pour l’ijtihad contribuent à une prise de parole savante et intelligente à travers laquelle les femmes se réapproprient une histoire où elles ont été occultées. Leur démarche est d’ailleurs, tout autant que la démarche laïque, jugée subversive, parce que perturbatrice des «certitudes décrétées» sur l’islam, les droits, les femmes. L’approche laïque est, elle, souvent confondue avec l’athéisme et l’irréligiosité. A mon sens, elle est pourtant le moyen le plus sûr de préserver la spiritualité du message coranique. Elle le place au-dessus de la ruse des gouvernants, tout en permettant une régulation juridique des rapports sociaux mieux adaptée à la réalité des sociétés. L’islam ne saurait être réduit à une loi, non plus qu’à son contenu institutionnel. Et la proclamation de l’intangibilité de la charia est en contradiction avec la réalité historique et les assauts de la régulation profane qu’elle n’a cessé de subir depuis les origines.

    En Tunisie, la promulgation, en 1956, du Code du statut personnel, qui s’inscrivait officiellement dans une démarche réformiste de l’islam, a été interprétée, après le désaveu public de la plus haute autorité de la judicature musulmane, comme un coup de force de l’autorité politique. Interdiction de la polygamie, abolition du droit de jebr (droit de contrainte), suppression de l’institution du tuteur matrimonial, instauration du divorce judiciaire, abrogation de la répudiation: en prenant ces mesures, le président Habib Bourguiba tranchait lui-même le débat théologico-juridique et le déclarait clos. Mais, trente-cinq ans plus tard, dans un contexte marqué par la contestation islamiste et le renouveau des revendications identitaires et culturalistes, la controverse a resurgi. Elle s’est focalisée sur le Code du statut personnel, que certains souhaitaient ouvertement voir remis en cause après la destitution de Bourguiba. L’Etat s’est alors de nouveau prononcé, en constitutionnalisant les principes contenus dans le texte, afin de le rendre intouchable.

    Les femmes y ont gagné, mais la médaille a son revers. En Tunisie, à deux reprises et dans des contextes différents, le féminisme d’Etat a en effet été utilisé pour consolider le régime politique et renforcer le pouvoir «incontesté» du chef. Par là même, la cause des femmes est devenue otage du politique. Débitrices du politique, les femmes sont tenues au silence. D’où l’importance, pour le mouvement féministe tunisien, de son autonomie. Le mot d’ordre «Nous, par nous-mêmes», lancé par les féministes dans les années 1970, est significatif de cette préoccupation que refléteront successivement la revue Nissa, les commissions femmes au sein de la centrale syndicale UGTT et de la Ligue tunisienne des droits de l’homme, l’Association tunisienne des femmes démocrates et l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche sur le développement. Cette autonomie prendra le sens d’une double rupture: rupture par rapport à l’action et aux structures politiques traditionnelles; rupture sur le fond, en posant la laïcité comme un principe fondateur du mouvement des femmes.»

     
    OPINION
     

    La femme dans les pays arabo-musulmans

    A l’occasion de la célébration de la journée de la femme, j’aimerai poser la question : Comment va la femme dans les pays arabo-musulmans ?

    Il faut constater que la situation est la plus misérable de toute la planète. A part la Tunisie et le Liban, la femme est considérée comme un être inférieur qu’on peut posséder, jeter, torturer, violer, … sans aucune poursuite pénale ni morale.

    Les châtiments corporels sont fréquentes et légalisés dans presque tous les pays musulmans, la lapidation, le fouettement, la flagellation… tous ces actes barbares et médiévales restent encore des pratiques courantes et publiques, « admirés » par les enfants dans les stades et les grandes places.

    La jeune Safía  Hussaini, une nigérienne de 30 ans est aujourd’hui condamnée à mort par lapidation pour adultère. Le monde entier est en train de prier le chef de l’Etat nigérien afin de l’amnistier.

    Au Soudan et sous la pression d’une grande mobilisation internationale le jugement a été annulée à la dernière minute contre la Abok Alfa Akok condamnée à 75 coups de fouet, bien qu’elle est catholique et ne parle pas l’arabe, le procès c’était fait en arabe et d’après la Charia musulmane.

    En Iran une femme vient de mourir sous des coups de pierres après avoir été jugée coupable de « corruption sur terre » parce qu’elle a participé dans un film pornographique.

    A part la condamnation à mort, les tribunaux musulmans imposent des châtiments corporels très barbares comme l’amputation des mains, la flagellation et le marquage à feu.

    Tous ces données je les ai trouvé dans des articles publiés partout en Europe, et on ne fait que transmettre cette image « sauvage » de notre culture et de notre civilisation.

    Je souhaite que nos penseurs musulmans, nos fakihs et nos érudits puissent sortir de leurs cavernes ancestrales et voir le monde tel qu’il est actuellement au XXIème siècle. Un monde oú la Liberté et le Droit de l’Homme sont la base d’une nouvelle RELIGION embrassées par toute l’Humanité, et si les religions « classiques » veulent encore avoir des adeptes convaincus et non pas « kamikasés » ils doivent apprendre à se servir de ces nouvelles idées et ces valeurs universelles.

    Il faut dire que la religion chrétienne a su s’adapter aux nouvelles réalités et elle a fait beaucoup des concessions pour ne pas perdre sa place (divorce, avortement, homosexuels…), mais la religion musulmane n’a jamais su s’accommoder à la modernité, et à l’image des dictateurs politiques qu’elle a engendré, elle voulait gouverner nos âmes et nos actes, juger nos comportements et nos pensée, châtier, punir, interdire, censurer…  c’est tout ce qu’on savait faire dans les pays musulmans au détriment de la création.

    Et c’est toujours la femme qui subit cette horrible omniprésence des lois et des interdits religieux.

    Si en Europe on célèbre cette journée avec joie et faste pour les acquis que les femmes ont réussi à arracher aux hommes, chez nous dans les pays arabes et musulmans,  on doit penser à nous mettre dans le siècle à travers la femme et sa condition, car nous sommes encore très en retard para rapport au reste de l’Humanité.

    BALHA BOUJADI

     

    شبكة الجواسيس الإسرائيليين في الولايات المتحدة الأمريكية (متابعة)..

     

    نشر أسمائهم يفقد بيانات وزارة العدل والـ »إف بي آي » المصداقية -16 شخصاً إسرائيلياً تولوا قيادة شبكة التجسس في أمريكا

    ًواشنطن: أحمد عبدالهادي
    قالت مصادر مطلعة في واشنطن: إن عدداً من أبرز قيادات المنظمات اليهودية الأمريكية اتصلوا بوزير العدل الأمريكي جون أشكروفت لحثه على إصدار تعليمات لمكتب التحقيقات الفيدرالي بنفي ما تردد عن ضبط شبكة تجسس إسرائيلية في الولايات المتحدة أخيراً. وقال هؤلاء القادة لأشكروفت: إن خبر ضبط الشبكة الإسرائيلية الذي تناقلته بعض أجهزة الإعلام الأمريكية سيؤدي إلى دعم القوى المعادية للسامية وزيادة الاعتداءات التي يتعرض لها اليهود في الولايات المتحدة.
    وقد أدت تلك الضغوط إلى إصدار مكتب التحقيقات الفيدرالي بياناً ينبغي فيه توجيه الاتهام بالتجسس لأي إسرائيلي في الآونة الأخيرة. إلا أن المتحدث باسم إدارة مكافحة المخدرات الأمريكية روجين ويت رد على بيان مكتب التحقيقات الفيدرالي بقوله: إن 120 إسرائيلياً قد تم طردهم من الولايات المتحدة للاشتباه في قيامهم بأعمال تجسس.
    وقال مسؤول في وزارة العدل: إنه « لا يستطيع أن ينكر » أن إسرائيليين طردوا من الولايات المتحدة أخيراً بسبب احتمال وجود صلة بينهم وبين أعمال تجسسية تمارس في الولايات المتحدة منذ بداية عام 2001م. وقال المسؤول: إن السلطات الأمريكية اعتقلت عدداً من الإسرائيليين على خلفية مخالفتهم لقوانين الهجرة وممارستهم لوظائف في الولايات المتحدة على الرغم من وصولهم إلى البلاد بتأشيرات سياحية، وأنه جرى التحقيق معهم في الشبهات التي تحوم حول قيامهم بالتجسس، ثم تم ترحيلهم من البلاد.
    وكان النفي الصادر عن مكتب التحقيقات الفيدرالي قد صيغ بعناية بحيث ينفي « توجيه الاتهام » للإسرائيليين، دون أن ينفي أنهم خضعوا للتحقيق حول احتمال قيامهم بأعمال تجسس، وأنه تم ترحيلهم لتطويق الموضوع.
    وعلى الرغم من هذا النفي فقد نشرت تقارير أمريكية متداولة في واشنطن أسماء قادة حلقة التجسس الإسرائيليين وذلك على نحو يجعل من البيان الصادرة عن مكتب التحقيقات الفيدرالي غير ذي قيمة، إذ يؤكد نشر الأسماء أن الحلقة – التي تجاوز عدد أفرادها 120 شخصاً – ضُبطت بالفعل وتم تفكيكها.
    وتتضمن هذه الأسماء: إران موشي الضابط في القوات الخاصة الإسرائيلية، وإيتان سيمون ضابط الموساد، وقد تم اعتقاله في تكساس، ومايكل كالما نوفيتش الذي قاد الحلقة في تكساس، ومارينا جليكمان الضابطة في الموساد، وزائيف ميلر خبير المفرقعات، ويانيف جيللور الذي اعتقل في كاليفورنيا ، وشارون راتزادي الذي اعتقل في ليتل روك في باركنساس، وليجوم يوشاي وهنان صرفاتي وقد تم اعتقالهما في فلوريدا، أوفير نافون خبير المفرقعات في الجيش الإسرائيلي، وديلكا بورنشتاين الضابطة في الموساد، وتومر بن دور الضابط المتخصص في الصواريخ بالجيش الإسرائيلي، وآرين أوفيك وهو ابن جنرال في الجيش الإسرائيلي، ومايكل جاك خبير الإليكترونيات، وهيلل دور ضباط الموساد، وأوفوس باير المسؤول عن نقل معلومات الفريق إليكترونياً إلى إسرائيل.
    وقالت مصادر مطلعة في واشنطن: إن رئيس المخابرات الإسرائيلية إيفرايم هاليفي زار واشنطن الشهر الماضي حيث عقد سلسلة اجتماعات مع قادة أجهزة المخابرات الأمريكية أوضح فيها « ملابسات » قيام الموساد بالتجسس في الولايات المتحدة. وقال هاليفي: إن قسماً في المخابرات الإسرائيلية هو الذي أجاز العملية وأنه تم معاقبة المسؤولين عن هذا القسم. ووعد هاليفي بأن توقف المخابرات الإسرائيلية عملياتها على الأراضي الأمريكية.
    كما أوضحت هذه المصادر أن بعض مسؤولي الإدارة نصحوا الرئيس جورج بوش بضرورة تطويق الموضوع وحله عبر القنوات الدبلوماسية وذلك بسببين حسب ما فسر هؤلاء المسؤولين رأيهم. الأول هو « حساسية اللحظة » التي تمر بها إسرائيل الآن، والثاني هو احتياج الولايات المتحدة لمساعدة الموساد في المواجهة الدولية مع الإرهاب. إلا أن هذه المصادر أوضحت أن الرئيس بوش أشار إلى استيائه مما حدث خلال اجتماعه الشهر الماضي مع رئيس الوزراء الإسرائيلي أرييل شارون.

    (المصدر: صحيفة الوطن السعودية الصادرة يوم الجمعة 8 مارس 2002)

     

    TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association :
    Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
    Box 62 127 22
    Skنrholmen  Sweden
    Tel/:(46) 8- 4648308   
    Fax:(46) 8 464 83 21  
    e-mail: fvf@swipnet.se

     

    To Subscribe please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com 
    To Unsubscribe please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com 
    Site des archives complétes de la liste de diffusion TUNISNEWS: http://site.voila.fr/archivtn

    Accueil

    Lire aussi ces articles

    30 août 2010

    Home – Accueil TUNISNEWS 10 ème année, N° 3751 du 30.08.2010  archives : www.tunisnews.net  L’ATF et la FTCR  demandent la

    En savoir plus +

    Langue / لغة

    Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

    حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.