8 juillet 2009

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Home – Accueil

 

 

TUNISNEWS

9 ème année,N° 3333 du 08.07.2009

 archives : www.tunisnews.net  


Amnesty International: Tunisia: Crackdown on Human Rights Defenders AP: Tunis dément l’existence de tout complot terroriste contre des militaires américains AP: Tunisie: un parti d’opposition dénonce une « agression » de ses dirigeants, démentie par les autorités AP: Grippe A(H1N1): deux nouveaux cas en Tunisie AFP: Tunisie: 5e cas de grippe porcine chez un Canadien d’origine ghanéenne AFP: Charles Aznavour apporte un « démenti formel » à des rumeurs de retraite AP: Charles Aznavour dément formellement vouloir annoncer sa retraite Mohamed Ettaieb: Entretient avec Aznavour : (Le faux ?) scoop d´Assabah Journaliste libre: Syndicat National des Journalistes Tunisiens – Un combat douteux….et inégal TAP: La Tunisie devance des pays émergents et de la zone euro AFP: Mali: « des dizaines de morts » lors d’affrontements entre Al-Qaïda et l’armée AFP: Al-Qaïda au Maghreb affirme avoir tué 28 soldats maliens (SITE)
AFP: La branche maghrébine d’Al-Qaïda s’implante de plus en plus dans le Sahel AP: French lawmaker suggests gradual ban on burqas AFP: France begins hearings on banning the burka Le Monde: A Urumqi

AMNESTY INTERNATIONAL PUBLIC STATEMENT AI Index:         MDE 30/007/2009 Date:         07 July 2009

Tunisia: Crackdown on Human Rights Defenders

 

In the lead-up to the presidential and parliamentary elections due to take place in October 2009, Amnesty International is concerned about the increasing incidents of intimidation, harassment and acts of brutality against those expressing views critical of the Tunisian government. Against a backdrop of intensification in the past month of repression against human rights defenders, including lawyers and journalists, by state security officers, Amnesty International stresses that freedoms of expression, association and assembly are the pre-requisites for the free debate which is indispensable in pre-election period and that the poor human rights record of Tunisia should not be a taboo subject. Amnesty International is calling on the Tunisian authorities to end the harassment of and attacks on human rights defenders and to allow a free debate on the human rights situation in the country. Human rights defenders in Tunisia face diverse forms of harassment by state authorities, including stalking and intensive surveillance of their offices and homes, as well as interference with and blocking of telephone lines, internet access and email communication. Local members of human rights organizations have also undergone blatant surveillance by state security officers, in their efforts to deter and intimidate members and supporters, as well as victims of human rights abuses who may wish to contact these organizations. Lawyers denouncing human rights violations have also been targeted. They are closely monitored, intimidated and harassed. Their clients or potential clients can be intimidated by state security officials and pressured to change lawyers. Smear campaigns in the state-controlled media are organized to denigrate human rights defenders and to tarnish their reputation. Independent human rights and other civil society organizations are denied registration or face politically motivated legal proceedings which virtually paralyse all their activities. In the past weeks, the crackdown against human rights defenders seems to have increased.

  • On 1 July 2009, Lotfi Amdouni, member of Amnesty International Tunisia and of the International Association for the Assistance of Political Prisoners (AISPP), was prevented from leaving his house on two occasions. The five state security officers around his home told him they were following orders to prevent him from participating in the next Amnesty International Tunisia’s Annual General Meeting (AGM). They warned him not to attempt to leave his house. During the past week, the house of Lotfi Amdouni has been under overt surveillance and members of his family have been intimidated and questioned about his activities. He, along with a number of other members, was subsequently prevented from attending Amnesty International Tunisia’s AGM, which took place on 4-5 July 2009.
  • Since his return to Tunisia after a trip to France and Belgium in June 2009, at the invitation of Amnesty International, where he met with officials and the press to denounce the human rights situation in Tunisia, Mohamed Abbou has been subjected to a smear campaign in the Tunisian press.
  • On 23 June 2009, human rights defenders and lawyers Radhia Nasraoui, Abdelraouf Ayadi and Abdelwahed Maatar were assaulted by Tunisian state security forces upon their return from a conference in Geneva of Tunisian exiles, where they denounced human rights violations in Tunisia. They were ordered to undergo a full body search as well as a search of all their luggage, including documents.  Abdelraouf Ayadi, 59, was pushed, beaten and kicked, after he fell on the floor, by state security forces, before being lifted from the floor by four officers who brought him into an office to search him and his belongings. After the assault, Abdelraouf Ayadi’s clothes were torn and his knee was bleeding. A state security officer twisted Radhia Nasraoui’s arm when she called her husband and knocked her mobile phone to the ground – her briefcase, which contained her laptop, was also thrown to the ground. Abdelwahed Maatar was verbally abused by four state security forces at Sfax airport, hit in the face (breaking his glasses in two) and held for two hours when he refused to let the state security forces body search him.
  • Human rights lawyer Radhia Nasraoui has been the target of a campaign of intimidation in the past few months. She was body searched and insulted at the airport, when returning from a trip to Paris on 19 May 2008. Her house was visited by state security officers in the night of 24 April and house, car and office keys were stolen, while she was in Kampala participating in the All-Africa Human Rights Defenders Conference. She filed a complaint but has not heard anything since.
  • Another human rights defender, Ammar Amroussia, was assaulted by six state security officers in the city of Gafsa on 15 May 2009, when he met the wife of prisoner of conscience Adnan Hajji (unfairly imprisoned for leading the unrest in the Gafsa region last year). Later on 21 May, he was violently prevented from meeting Radhia Nasraoui, his lawyer, in Gafsa.
  • At the launch of a report critical of press freedom by the National Syndicate of Tunisian Journalists (Syndicat national des journalistes tunisiens, SNJT) on 4 May 2009, journalists, known to be pro-government, interrupted the press conference. Three members of the syndicate’s board, close to the government, resigned to trigger new board elections and issued a petition, reportedly backed by the Ministry of Communications, calling for the withdrawal of confidence in the board and for an extraordinary meeting to elect a new board. Members of the syndicate have been subjected to pressure and intimidation to sign the petition, some have been threatened with dismissal and a smear campaign is been carried out against the syndicate board members.
  • As far back as January 2009, the Tunisian authorities were cracking down on dissent, closing down the independent Kalima Radio. On 27 January 2009, police officers in plainclothes surrounded the office of Kalima Radio, which had started to broadcast via satellite the previous day. After three days of blockades, the radio premises were closed and sealed and all material seized. The blockade saw a number of incidents of intimidation and harassment. Human rights defender and editor-in-chief of Kalima Radio, Sihem Ben Sedrine, is the subject of an investigation for having provided telecommunication services without prior authorization.

All these events are part of a pattern of human rights violations against defenders, including lawyers, journalists and other activists who dare to disagree with the political status quo, and who denounce human rights violations occurring in Tunisia. In June 2009, while human rights defenders and lawyer Mohamed Abbou was finally allowed to travel abroad after almost two years of repeated refusals, the Tunisian authorities have denied impeding human rights defenders’ activities through intimidation and repression, affirming to AFP that human rights defenders, members of all political parties and associations fully enjoy their rights and carry out their activities without the smallest hindrance, and can move and express their views freely. Amnesty International is gravely concerned that despite such public declarations, the intimidation, harassment and repression of dissent is increasing in the run-up to the presidential and parliamentary elections and aims at silencing critical voices. Amnesty International calls on the Tunisian authorities to uphold their obligations under Article 8 of the Tunisian Constitution and Articles 19, 21 and 22 of the International Covenant on Civil and Political Rights, to which Tunisia is a state party, which guarantee the right to freedom of expression, assembly and association respectively, and urges the Tunisian authorities to immediately end its repression of dissent and its intimidation, harassment and brutality against human rights defenders.

 


Tunis dément l’existence de tout complot terroriste contre des militaires américains
AP | 08.07.2009 | 21:46 Les autorités tunisiennes ont démenti mercredi les informations faisant état de la préparation d’attentats contre des militaires américains par un groupe auquel appartiendraient deux officiers tunisiens. Dimanche dernier, l’avocat Samir Ben Amor avait fait état de l’implication de deux officiers de l’armée de l’air tunisienne dans un projet d’attentat contre des militaires américains lors de leur passage en Tunisie dans le cadre de manoeuvres conjointes entre les armées des deux pays. Il évoquait un rapport d’enquête mettant en cause un groupe de neuf personnes dont les deux officiers en question. Les prévenus ont comparu samedi devant le juge d’instruction. Dans un communiqué transmis à l’Associated Press, une source judiciaire affirme que les investigations préliminaires menées dans cette affaire ont concerné 14 personnes, dont six en fuite, « soupçonnées d’appartenir à un groupe fondamentaliste extrémiste qui se préparait à commettre des actes criminels sur des personnes et des biens », sans plus de précisions. « Aucune mention ne figure dans le rapport d’enquête quant à la préparation d’agressions contre des militaires étrangers. De même, les interrogatoires entamés par le juge d’instruction ne font apparaître aucun élément confirmant l’implication des membres du groupe, y compris les deux militaires tunisiens, dans de tels actes », assure le communiqué gouvernemental. Les autorités accusent l’avocat qui représente deux officiers de « déformation des données contenues dans le dossier de l’enquête » et de « dépassements professionnels passibles de mesures disciplinaires ». Contacté par l’AP, Me Ben Amor qui est un spécialiste des affaires liées au terrorisme, s’est refusé à réagir « prématurément » à ces accusations, par « respect au secret de l’instruction ». « Le jour du procès, les choses seront mises au clair », s’est-il borné à déclarer. AP


 Tunisie: un parti d’opposition dénonce une « agression » de ses dirigeants, démentie par les autorités

AP | 08.07.2009 Le parti démocratique progressiste (PDP), une formation de l’opposition légale en Tunisie, a dénoncé mercredi l’agression de plusieurs de ses dirigeants survenue selon lui lors d’un déplacement dans le sud-ouest du pays. Selon communiqué transmis à l’Associated Press, une délégation de ce parti conduite par sa secrétaire générale Maya Jribi, qui s’était rendue lundi dans le village de Hichria, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, pour assister à une réception marquant la sortie de prison d’un de ses membres, a été agressée à coups de bâtons et de pierres par des groupes de miliciens. Des membres de la délégation ont été blessés et leurs voitures ont été « endommagées ». Ces incidents se sont déroulés « sous le regard du chef de poste de la sûreté qui était accompagné d’un agent et ne s’est pas opposé aux agresseurs », ajoute le communiqué. Cette version des faits est démentie par les autorités qui accusent les responsables du PDP de vouloir « induire l’opinion publique en erreur ». Un communiqué gouvernemental impute à ces derniers des « attitudes provocatrices envers des habitants de la région, ce qui a conduit à des accrochages entre les deux parties et à un échange de jets de pierres ». Toujours selon les autorités, « les agents de sécurité sont aussitôt intervenus pour séparer les antagonistes ». Lors d’une conférence de presse, des responsables du PDP ont accusé les miliciens du parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), d’être à l’origine de ces incidents, de « connivence avec les services de sécurité ». Pour Mme Jribi, cette « agression violente et organisée contre les dirigeants d’un parti légal », constitue « un grave précédent et illustre paradoxalement le degré de dégradation de la situation politique à la veille des élections présidentielle et législatives prévues en octobre prochain ». Elle a « exigé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités » de ces incidents. AP

Grippe A(H1N1): deux nouveaux cas en Tunisie

 
AP | 08.07.2009 | 20:50 Deux nouveaux cas de grippe A(H1N1) ont été recensés en Tunisie chez deux personnes venues du Canada, portant à cinq le nombre de personnes atteintes du virus dans le pays, a-t-on appris mercredi auprès d’un responsable du ministère tunisien de la santé publique. Le dernier cas a été détecté sur un fonctionnaire international canadien d’origine ghanéenne établi en Tunisie. « Mis sous traitement chez lui, il se porte actuellement très bien », a précisé à l’Associated Press le Dr Mongi Hamrouni, directeur des soins de santé de base au ministère tunisien de la Santé. Auparavant, un autre cas a été découvert à Sfax, sud tunisien, chez un bébé de 10 mois, arrivé également du Canada avec sa famille. Soumis à un traitement antiviral au tamiflu, il a été placé en isolement à domicile. AP


Tunisie: 5e cas de grippe porcine chez un Canadien d’origine ghanéenne

TUNIS – Un cinquième cas de grippe porcine A(H1N1) a été enregistré en Tunisie chez un adulte d’origine ghanéenne arrivé du Canada, a-t-on appris mercredi auprès de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes. Selon cette source, l’adulte contaminé, dont l’identité n’a pas été révélée, est un ressortissant canadien d’origine ghanéenne arrivé début juillet en Tunisie en provenance du Canada. Un médecin privé a diagnostiqué chez lui des symptômes et des analyses de laboratoire ont confirmé la présence du virus A(H1N1), a indiqué à l’AFP un médecin membre de l’Observatoire relevant du ministère de la Santé. « Le patient a été soumis à un traitement antiviral sans être hospitalisé et se porte bien », a ajouté le docteur Hedi Elbaz. « Tous les cas détectés en Tunisie sont sans gravité », a-t-il ajouté. Quatre cas de grippe A(H1N1) avaient auparavant été diagnostiqués en Tunisie, selon les autorités sanitaires, les deux premiers annoncés le 22 juin concernaient deux étudiantes arrivées des Etats-Unis, le 3e ayant été détecté chez une hôtesse de retour d’une mission en Arabie Saoudite et le 4e sur un bébé de 10 mois arrivé du Canada. Dès l’apparition du virus au Mexique, la Tunisie a activé un dispositif de veille et de surveillance épidémiologiques et applique scrupuleusement un plan national anti-grippe porcine. La Tunisie a provisoirement suspendu les voyages à La Mecque, en Arabie Saoudite, en attendant de se prononcer sur le pèlerinage du Hajj, rassemblement annuel des musulmans prévu fin novembre. AFP / 08 juillet 2009


Charles Aznavour apporte un « démenti formel » à des rumeurs de retraite

mardi 7 jui, 10 h 41 PARIS (AFP) – Le chanteur français Charles Aznavour a apporté un « démenti formel » à des rumeurs selon lesquelles il annoncerait sa retraite le 21 juillet lors d’un concert en Tunisie, mardi au cours d’un entretien téléphonique avec l’AFP. « J’apporte un démenti absolument formel, tout cela est faux », a déclaré à l’AFP Charles Aznavour, 85 ans, depuis le Liban, où il donnera un concert jeudi. Un journal tunisien a affirmé dimanche que Charles Aznavour annoncerait sa retraite à Carthage en disant s’appuyer sur une interview exclusive du chanteur, qui est selon ce dernier inventée de toutes pièces. « Je n’ai jamais vu ce journaliste et ne l’ai jamais eu au téléphone. C’est d’une malhonnêteté terrible. Je suis très en colère, on n’a pas le droit de prendre la parole au nom de quelqu’un quand on ne l’a jamais vu. Si on voulait me démolir, on ne s’y prendrait pas autrement », s’est insurgé Charles Aznavour. Son manager, Levon Sayan, a lui aussi formellement écarté l’hypothèse d’une retraite: « Cette affaire est montée de toutes pièces. Ce sont des énormités de bout en bout ». Après le Liban (festival de Beiteddine) puis la Tunisie (festival de Carthage) le 21 juillet, Charles Aznavour se produira à Colmar, en France, le 7 août, puis entamera en septembre une tournée en Amérique du Sud, a précisé son service de presse. Il sortira un nouvel album de jazz, « Charles Aznavour and The Clayton Hamilton Jazz Orchestra », le 30 novembre.

Charles Aznavour dément formellement vouloir annoncer sa retraite

Associated Press, le 7 juillet 2009 à 16h31 PARIS (AP) -Le producteur et manager de Charles Aznavour, Lévon Sayan, a démenti formellement mardi les informations selon lesquelles l’artiste était sur le point d’annoncer sa retraite lors d’un concert en Tunisie. « Charles Aznavour n’a absolument pas l’intention d’annoncer sa retraite de la scène et de la chanson », a-t-il déclaré à l’Associated Press. Le quotidien tunisien « Assabah », qui citait le chanteur, avait affirmé ce week-end dans ses colonnes que Charles Aznavour annoncerait sa retraite de la scène et de la chanson le 21 juillet lors d’un concert au Festival international de Carthage, près de Tunis. Interrogé par l’AP depuis sa chambre d’hôtel à Beyrouth au Liban, Lévon Sayan s’est dit « scandalisé » par la lecture de tels propos. Il précise: « ce qui a été écrit dans cet article est un tissu de mensonges. Pas une ligne n’est vraie. Charles Aznavour n’a jamais rencontré ce journaliste à Tunis ». Selon lui, cet article ressemble même à « un sabotage ». Il a l’intention de vérifier auprès du quotidien, si le journaliste a signé sous son vrai nom ou utilisé un pseudonyme et, à partir de là, prendre « les décisions qui s’imposent ». Selon Lévon Sayan, « il faut dénoncer ce type d’attitude malhonnêteté ». « Comme le dit Monsieur Aznavour qui est à mes côtés, elle retombe sur la profession de journalistes et nuit à tous ceux qui font bien leur métier », a-t-il ajouté. Lévon Sayan précise que Charles Aznavour se produira bien le 9 juillet au « Festival de Beiteddine » au Liban, le 21 juillet au « Festival de Carthage » en Tunisie, le 7 août à Colmar, avant d’entamer une tournée en Amérique du Sud en septembre. Il annonce aussi la sortie le 30 novembre 2009 d’un nouvel album de jazz, « Charles Aznavour and The Clayton Hamilton Jazz Orchestra » chez EMI Music. AP Associated Press


Entretient avec Aznavour : (Le faux ?) scoop d´Assabah

Moins de trois mois après sa prise en main par Sakhr Materi, gendre préféré de Ben Ali, le journal jadis indépendant Assabah pensait détenir son scoop planétaire. Se basant sur un supposé entretien téléphonique réalisé avec le grand chanteur Charles Aznavour, le quotidien avançait que l’artiste allait prendre sa retraite à la suite d’un ultime concert donné à Carthage, le 21 juillet. Le hic ? Aznavour jure n’avoir jamais parlé au journaliste d’Assabah…

« Exclusif », annonce la manchette de l’édition du samedi 4 juillet du quotidien arabophone. Bien placé, juste au dessus de l’inévitable photo de Ben Ali, le sous-titre est sans appel.« À Carthage, je chanterai, sans répit, durant 90 minutes, pour vous montrer que je n’ai pas vieilli », aurait lancé l’artiste de 85 ans.

L’article, qui n’est bizarrement pas signé dans le site Internet d’Assabah, détaille les circonstances entourant l’entretien. « Il n’est pas facile d’interviewer une star mondiale de la trempe de Charles Aznavour, fanfaronne le scribe. Les démarches (pour réaliser l’entretien) ont commencé il y a environ un mois en vue réaliser ce scoop exclusif (savoureux pléonasme au passage). »

L’entrevue est reprise immédiatement dans Le Temps, pendant francophone d’Assabah. « C’est un honneur pour moi de ‘raccrocher’ à Carthage. On ne peut rêver d’un tel monument pour quitter la scène par la grande porte », aurait déclaré Aznavour au journaliste d’Assabah, dont Le Temps révèle au passage le nom (Mohsen Ben Ahmed).

Dans le même papier, Charles Aznavour défend les prix des billets de son spectacle jugés exorbitants par plusieurs, signale qu’il achètera une villa en Tunisie et qu’il s’installera bientôt au pays du jasmin avec toute sa famille.

« Démenti formel »

Les propos sur la retraite imminente du chanteur, repris rapidement par les agences de presse, viennent d’être rejetés en bloc. « J’apporte un démenti absolument formel, tout cela est faux », a mentionné Aznavour lui-même à l’AFP, mardi.

Évoquant le présumé entretien, Charles soutient qu’il « (n’a) jamais vu ce journaliste et ne (l’a) jamais eu au téléphone. C’est d’une malhonnêteté terrible. Je suis très en colère, on n’a pas le droit de prendre la parole au nom de quelqu’un quand on ne l’a jamais vu. Si on voulait me démolir, on ne s’y prendrait pas autrement ».

Dans leurs éditions Internet de mercredi, Assabah etLe Temps ont choisi de faire le dos rond. Pas une ligne sur cette incroyable histoire qui est pourtant reprise un peu partout dans le monde. Sûrement un manque un place…

S’il devait se confirmer que l’entrevue a été inventée de toutes pièces, le journaliste ne risque pas grand chose. À Tunis, tout le monde se rappelle du cas d’un reporter bombardé, il y a quelques années, à la tête d’un journal gouvernemental, quelques jours à peine après avoir reconnu un plagiat.

Mohamed Ettaieb

(Source : le blog « CHAKCHOUKA TUNISIENNE, UN BLOG PARFUMÉ AU JASMIN » hébergé par « Bakchich » (Hebdomadaire satirique – France), le 8 juillet 2009) Lien:http://www.bakchich.info/Entretien-avec-Aznavour-le-faux,08240.html


Syndicat National des Journalistes Tunisiens:  Un combat douteux….et inégal

Pour avoir exhibé ouvertement sa volonté d’autonomie et d’indépendance. Pour avoir osé afficher sa neutralité vis-à-vis des candidats aux prochaines élections présidentielles, le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) livre, depuis sa création, en janvier 2008, un combat douteux et inégal contre un pouvoir résolument déterminé à l’écraser, à le décimer. Dans une manœuvre de diversion bien rodée, mais néanmoins éculée, le pouvoir essaie d’accréditer la thèse que le SNJT vit une crise interne. Pour ce faire, il a ameuté une horde de supplétifs et de mercenaires, sans foi ni loi, conduits par un « Bob Dinar » sexagénaire qui a encore toutes ses dents. Les images répugnantes de cette bande de pourris et de ripoux, diffusées sur Facebook, sont significatives. Le pouvoir et ses godillots, ces miliciens zélotes, ces « chourafas » de l’ère nouvelle qui mangent à tous les râteliers, des plus malfamés aux plus huppés, de la place Gambetta aux hauteurs de Gammarth, ne cessent, depuis un an et demi, de multiplier manœuvres et coups bas pour démolir une structure qu’ils ont eux-mêmes enfantée mais qui est devenue, à leur yeux, atypique et politiquement incorrecte. Tout a commencé par une volte-face du ministre de tutelle, qui a trahi ses promesses faites aux membres du bureau exécutif, qu’il a reçus en février 2008, et relatives à la régularisation de la situation administrative des agents contractuels de la radio et de la télévision tunisiennes. Profitant de cet épisode malheureux, la rupture est unilatéralement et opportunément consommée entre le ministre et le syndicat. La guerre est immédiatement déclarée. Aussitôt après la publication par le Syndicat de son premier rapport annuel sur la liberté de la presse en Tunisie, le 3 mai 2008, une vaste campagne de dénigrement et de lynchage est lancée par des journaux de caniveau contre les membres du bureau exécutif, qualifiés d’agitateurs, de nostalgiques et d’immatures. Bien qu’il soit le syndicat le plus représentatif des journalistes avec plus de 800 adhérents, contre 250 seulement pour l’UGTT, le SNJT a été, ensuite, écarté injustement, des négociations sociales sur la révision de la convention collective de la presse écrite. Le pouvoir a, aussi, mis tout en œuvre pour étrangler financièrement le SNJT. Le fonds d’entraide et de solidarité entre les journalistes que le syndicat croyait avoir hérité de la défunte Association des Journalistes Tunisiens (AJT) s’est constitué, tout de suite après le congrès, en structure autonome et indépendante du Syndicat. Il a même changé de local. Dépourvu de toute ressource financière, le Syndicat, qui n’a reçu, depuis sa création, aucune subvention de l’Etat, a été, de surcroît,  sommé de payer une amende de 26 mille dinars à titre de cotisations sociales impayées par la défunte AJT. En somme, le Syndicat n’a hérité de l’Association que le passif ! En juillet 2008, le parti au pouvoir sort son artillerie lourde pour faire main basse sur le SNJT. Au cours d’élections menées au pas de charge, qualifiées pourtant par certains, y compris par certains membres du bureau exécutif du Syndicat,  de « démocratiques et transparentes », Le RCD parvient à placer tous ses pions à la tête des commissions permanentes qui constituent l’ossature du bureau exécutif élargi, rétablissant ainsi son hégémonie totale sur le Syndicat, ressuscitant la défunte AJT.    En octobre 2008, lors de la première réunion ordinaire du bureau exécutif élargi, certains membres de ce bureau ont tenté de faire adopter un document déchargeant le ministre de tutelle de toute responsabilité et accusant les membres du bureau exécutif d’avoir failli à leur mission concernant le règlement du dossier des contractuels de la radio et de la télévision. Un véritable déni infligé à la solidarité syndicale et au bon sens tout court ! Ce fut la première tentative de putsch contre l’instance dirigeante du SNJT. Depuis cette date, les évènements vont s’accélérer. Il ne se passera plus un mois sans qu’un communiqué ne soit rendu public par une bande de 17 membres du bureau exécutif élargi, en violation flagrante des statuts et du règlement intérieur du Syndicat. Des communiqués qui n’ont rien de légal, qui ne portent pas le cachet du Syndicat et qui sont faxés à partir de cabinets officiels  à des journaux qui, obéissant à des consignes mystérieuses et occultes, s’empressent de les publier, sans se soucier de donner à l’instance légitime du Syndicat le moindre droit de réponse. Tout le monde connaît la suite. Les évènements affligeants ayant marqué la présentation, le 4 mai dernier, du 2ème rapport du syndicat sur la liberté de la presse sont édifiants et éloquents. Aucun doute n’est plus désormais permis sur la détermination farouche du pouvoir à se débarrasser  de cette verrue qui enlaidit le paysage médiatique national. Des pressions sont exercées sur des membres du bureau exécutif pour les amener à démissionner.  Des journalistes sont harcelés sur leurs lieux de travail,  menacés et contraints de signer une motion de défiance contre l’instance légitime de leur Syndicat. Multipliant les bavures et les gaucheries, s’emmêlant les pinceaux, se trompant de calendrier et de repères juridiques,  la bande des 17 continue, depuis lors, de faire la sourde oreille à tous les appels à l’apaisement, au dialogue et à la conciliation, et à ignorer superbement toutes les initiatives de bons offices, y compris celles de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) qui, elle aussi, est tombée, malheureusement, dans le piège du pouvoir en considérant ce qui arrive à l’un de ses plus jeunes syndicats membres comme étant une crise interne et en décidant d’observer la neutralité face à ce « conflit ».   Journaliste libre

TAP: La Tunisie devance des pays émergents et de la zone euro

    

Mercredi, 08 Juillet 2009    Le rapport du Forum Economique Mondial (FEM) sur les facilitations au commerce international vient de classer la Tunisie première au Maghreb et en Afrique et 41ème dans le monde sur un total de 121 pays listés. Elle gagne ainsi 8 places par rapport à son classement précédent, 49ème sur un total de 118, en 2008. Le « Global Enabling Trade Report 2009 » analyse l’ensemble des mesures qui simplifient les échanges commerciaux à l’échelle internationale. L’enabling Trade index utilisé dans le rapport mesure les facteurs, les politiques et les services qui favorisent la libre-circulation des marchandises à travers les frontières jusqu’à leur point de livraison. L’indice se penche sur les facteurs encourageant le commerce dans quatre domaines: l’accès au marché, l’administration douanière, l’infrastructure de transport et de communication et l’environnement commercial. Avec ce bon score, la Tunisie devance des pays de la zone Euro comme l’Italie (45ème), la Slovaquie (46ème), la Grèce (47ème) et la Pologne (57ème). La Tunisie se distingue également par rapport aux pays émergents asiatiques et sud américains. Elle passe devant la Chine (49ème), l’Inde (76ème), le Brésil (87ème) et l’Argentine (97ème). Au niveau Maghrébin, la Tunisie vient avant le Maroc (55ème), la Mauritanie (107ème) et l’Algérie (112ème). En Afrique, elle fait mieux que l’Afrique du sud (61ème), le Malawi (69ème ), la Zambie (80ème) et le Cameroun (106ème). Dans le monde arabe, la Tunisie devance l’Arabie Saoudite (42ème), le Koweït (59ème), l’Egypte (75ème), la Syrie (108ème). Par sous-rubriques, la Tunisie fait un excellent score en matière de qualité des services administratifs (32ème) et des conditions dans lesquelles se fait le commerce (21ème) sur un total de 121 pays. Ce classement positif est le fruit des nombreuses réformes structurelles engagées, deux décennies durant, à tous les niveaux, aux fins de moderniser l’économie du pays, d’améliorer l’environnement des affaires et de réunir les conditions idoines pour intégrer la Tunisie dans l’économie de marché.


AFP: Mali: « des dizaines de morts » lors d’affrontements entre Al-Qaïda et l’armée

BAMAKO (AFP) — Des « dizaines » de combattants sont morts le 4 juillet dans le nord-ouest du Mali dans les affrontements les plus meurtriers signalés jusqu’ici entre la branche maghrébine d’Al-Qaïda et l’armée malienne. Dans un communiqué publié mercredi par le centre américain de surveillance des sites islamistes, SITE, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) affirme avoir tué 28 soldats et capturé trois militaires lors d’une « embuscade » contre un « convoi de l’armée » après une « bataille féroce ». Aqmi n’a reconnu qu’un mort dans ses rangs, un combattant mauritanien. « C’est de la propagande », a réagi le capitaine Ali Diakité, de l’état-major de l’armée malienne, contacté par téléphone par l’AFP dans le nord du Mali. « Il y a eu certes des dizaines de morts de part et d’autre », a-t-il admis, « mais ce sont les terroristes qui ont perdu le plus d’hommes ». « Nous avons une dizaine d’éléments portés disparus. Cinq d’entre eux sont revenus avant-hier (lundi) à la base », a poursuivi l’officier malien. Il s’agit des affrontements les plus meurtriers entre les forces armées maliennes et des combattants islamistes dans ce pays sahélien, en grande partie désertique, qui est longtemps resté épargné par la violence terroriste. Dans un communiqué mis en ligne sur un forum jihadiste, Aqmi menace aussi de lancer d’autres attaques et s’en prend au président malien Amadou Toumani Touré qu’il accuse d’avoir engagé son armée contre ses éléments avec le soutien des « Croisés », terme utilisé pour désigner les Occidentaux. Lundi, le chef de l’Etat malien a déclaré que son pays menait une « lutte totale contre Al-Qaïda ». « C’est une lutte totale contre Al-Qaïda que nous menons actuellement. Je dis bien totale. Sur le terrain, dans la bande sahélo-saharienne, les salafistes et leurs complices qui sont auteurs de multiples trafics, sont nos ennemis », a-t-il indiqué. Une opération d’envergure de plusieurs pays contre les éléments d’Aqmi dans la région est en préparation, a par ailleurs affirmé mardi un haut responsable de la sécurité au Mali. « Avec des pays comme l’Algérie, et d’autres, nous préparons une opération d’envergure contre les salafistes dans la bande sahélo-saharienne », a dit ce responsable, s’exprimant sous couvert d’anonymat. « Nous allons engager les moyens nécessaires », a-t-il ajouté. L’Algérie a de son côté récemment fourni au Mali de l’équipement militaire, selon des sources militaires. Le 17 juin, l’armée malienne avait annoncé avoir tué 26 « combattants islamistes » en attaquant, pour la première fois, une base de la branche maghrébine d’Al-Qaïda sur son sol. Ce bilan n’avait toutefois pas été confirmé de source indépendante. L’opération avait été menée dans l’extrême nord du Mali, à la frontière avec l’Algérie, sur le territoire de la localité de Garn-Akassa. Cette offensive avait eu lieu un peu plus de deux semaines après le premier assassinat d’un otage occidental, le Britannique Edwin Dyer, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique. Il avait été capturé en janvier au Niger voisin, en même temps que trois autres touristes. Un Suisse, Werner Greiner, reste actuellement aux mains des ravisseurs, les deux autres ont été libérés.

Al-Qaïda au Maghreb affirme avoir tué 28 soldats maliens (SITE)

 

AFP, le 8 juillet 2009 à 11h13 DUBAI, 8 juil 2009 (AFP)  – Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a affirmé avoir tué 28 soldats maliens dans une récente attaque dans le nord du Mali, dans un communiqué publié mercredi par le centre américain SITE. Selon ce centre de surveillance des sites islamistes, l’Aqmi affirme également avoir capturé lors de l’attaque, lancée le 4 juillet, trois autres militaires maliens et perdu un combattant mauritanien. Dans un communiqué publié mardi sur un forum jihadiste, l’Aqmi indique que ses combattants avaient pris en embuscade un convoi de l’armée et tué « lors d’une bataille féroce (…) 28 soldats ». « C’est de la propagande. Il y a eu certes des dizaines de morts de part et d’autre mais ce sont les terroristes qui ont perdu le plus d’hommes », a déclaré à l’AFP le capitaine Ali Diakité, de l’état-major de l’armée malienne, contacté par téléphone dans le nord du Mali. « Nous avons une dizaine d’éléments portés disparus. Cinq d’entre eux sont revenus avant-hier (lundi) à la base », a poursuivi l’officer malien. Le groupe extrémiste menace aussi de lancer d’autres attaques et s’en prend au président malien Amadou Toumani Touré qu’il accuse d’avoir engagé son armée contre ses éléments avec le soutien des « Croisés », terme utilisé pour désigner les Occidentaux. Lundi, le président malien a déclaré que son pays menait une « lutte totale contre Al-Qaïda », après l’annonce d’accrochages « très meurtriers » entre l’armée et des éléments de la branche maghrébine d’Al-Qaïda dans le nord-ouest du pays. « C’est une lutte totale contre Al-Qaïda que nous menons actuellement. Je dis bien totale. Sur le terrain, dans la bande sahélo-saharienne, les salafistes et leurs complices qui sont auteurs de multiples trafics, sont nos ennemis », a-t-il indiqué. Selon le ministère malien de la Défense, une « patrouille » a eu des « accrochages très meurtriers avec des groupes armées salafistes les 3 et 4 juillet dans le secteur nord-ouest », dans la région de Tombouctou. « Des pertes ont été enregistrées de part et d’autres », a indiqué le ministère sans donner de bilan précis. Une opération d’envergure de plusieurs pays contre les éléments de l’Aqmi dans la bande sahélo-saharienne est en préparation, a indiqué mardi un haut responsable de la sécurité au Mali. Le 17 juin, l’armée malienne avait annoncé avoir tué 26 « combattants islamistes » en attaquant, pour la première fois, une base de la branche maghrébine d’Al-Qaïda sur son sol. Ce bilan n’avait toutefois pas été confirmé de source indépendante. L’opération avait été menée dans l’extrême nord du Mali, à la frontière avec l’Algérie, sur le territoire de la localité de Garn-Akassa. Cette offensive avait eu lieu un peu plus de deux semaines après l’assassinat pour la première fois d’un otage occidental, le Britannique Edwin Dyer, revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique. Il avait été capturé en janvier au Niger voisin, en même temps que trois autres touristes. Un Suisse, Werner Greiner, reste actuellement aux mains des ravisseurs, les deux autres ont été libérés.


 

La branche maghrébine d’Al-Qaïda s’implante de plus en plus dans le Sahel

 (AFP) –  –   08.07.2009  La branche maghrébine d’Al-Qaïda est essentiellement implantée en Algérie mais a étendu depuis près de trois ans ses opérations dans le Sahel et depuis quelques semaines au Mali, où des affrontements avec l’armée ont fait le 4 juillet des « dizaines de morts ». Début juin, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué l’exécution d’un touriste britannique retenu en otage, Edwin Dyer. Selon les observateurs, c’était la première fois qu’Aqmi exécutait un otage occidental. Cet assassinat a constitué un tournant dans la lutte contre le terrorisme au Mali, un pays jusque-là épargné par les combattants islamistes. Aqmi, dont les éléments sont issus de l’ex-Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), tente depuis 2006 d’enrôler sous sa bannière les mouvements armés islamistes de Tunisie, d’Algérie et du Maroc, ainsi que ceux du Sahel. Elle veut ainsi s’amarrer à Al-Qaïda et gagner le « label de bras armé » de la nébuleuse d’Oussama Ben Laden dans cette région. Le GSPC avait lui-même été créé à partir du Groupe islamique armé (GIA), un des plus radicaux de la mouvance islamiste, démantelé par les autorités algériennes en janvier 2005. Aqmi, dirigé par l’Algérien Abdelmalek Droukdel alias Abou Mossaab Abdelwadoud, a multiplié ses opérations dans la région frontalière de l’Algérie, de la Mauritanie et du Niger. Edwin Dyer était l’un des quatre touristes européens capturés le 22 janvier au Niger, à la frontière avec le Mali, par la branche maghrébine d’Al-Qaïda qui avait aussi enlevé deux diplomates canadiens, Robert Fowler et Louis Guay. Ces deux diplomates et deux touristes, l’Allemande Marianne Petzold et la Suissesse Gabriella Burco, ont été libérés le 22 avril dans le nord du Mali. Selon une source malienne proche des négociations, Edwin Dyer et l’otage suisse Werner Greiner étaient aux mains d’un groupe dirigé par l’Algérien Abdelhamid Abou Zeïd qui en février 2008 avait déjà enlevé deux Autrichiens. Ceux-ci avaient été relâchés huit mois plus tard dans le nord du Mali. Abdelhamid Abou Zeïd, Hamadou Abid de son vrai nom, est un proche de Abdelmalek Droukdel, le chef d’Aqmi. Zeïd est aussi l’adjoint de Yahia Djouadi Yahia Abou Ammar, qui aurait pris la tête de la zone Sahara-Sahel après avoir évincé en 2006 Mokhtar Belmokhtar, selon la presse algérienne. Il y aurait aujourd’hui deux émirs de l’ex-GSPC pour le sud du Maghreb, qui correspond à la bande sahélo-sahélienne: Belmokhtar, qui détenait les otages canadiens libérés, et Zeïd, qui détenait le Britannique tué, ainsi que le Suisse qui est toujours en vie. En 2003, le GSPC avait déjà organisé l’enlèvement de 32 touristes européens dans le Sahara algérien  

French lawmaker suggests gradual ban on burqas

Associated Press, le 8 juillet 2009 à 14h34 PARIS (AP) _  French legislators took up the touchy subject of face-covering, body-length Muslim veils such as the burqa Wednesday, as a leading lawmaker softened his calls for an outright ban by suggesting the garments could be forbidden gradually. France’s questioning of the veils has raised hackles among some Muslim groups abroad and prompted threats from an al-Qaida affiliate based in Algeria. French President Nicolas Sarkozy said last month that burqas make women prisoners and that they would not be tolerated in France. The National Assembly, the lower house of parliament, put together a committee of 32 legislators from all four major political parties to study the wearing of burqas and niqabs, face-covering veils worn primarily by women in Saudi Arabia and by some other Muslim women. The committee held its first meeting Wednesday. The head of the governing conservative party UMP, Jean-Francois Cope, has called for a ban on the veils in France. On Wednesday, he was quoted in Le Parisien newspaper as suggesting that any ban should not be « hasty. » Instead, he suggested a two-stage effort, « a ban preceded by six months to a year of dialogue, explanation and warnings. » France is home to western Europe’s largest population of Muslims, estimated at 5 million. A small but growing group of French Muslim women wear full-body robes and veils that cover everything but the eyes. Cope insisted that it’s a « political debate, not a religious one. » He said the veils pose « a problem of security and public order » because they conceal the wearer’s identity. « These clothes exclude women from the national community, deny their identity, » Le Parisien quoted him as saying. Last week, al-Qaida in the Islamic Maghreb, AQIM, issued a statement on Islamic Web sites vowing to « seek vengeance against France » over Sarkozy’s comments about the veils. The declaration could not be independently verified. Human Rights Watch has said a ban would be counterproductive, and a top British Muslim group said Sarkozy’s comments were patronizing and offensive. Lebanon’s most influential Shiite cleric called on the French leader to reconsider his statement. Associated Press


France begins hearings on banning the burka

AFP le 8 juillet 2009
By Carole Landry – PARIS (AFP) — French lawmakers opened hearings Wednesday on whether to ban the burka, calling in experts who said France should act to discourage Muslim women from wearing the head-to-toe veil. President Nicolas Sarkozy has proclaimed the burka « not welcome » in secular France, drawing a warning from Al-Qaeda’s north Africa wing that it was ready to « take revenge for the honour of our daughters and sisters. » Home to Europe’s biggest Muslim minority, France has set up a special panel of 32 lawmakers to consider whether a law should be enacted to bar Muslim women from wearing the full veil, known as a burka or niqab. At the first hearing, two academics described wearing the burka as a throwback to a form of archaic Islam and a type of cult-like behaviour, incompatible with modern France. Islam expert Abdennour Bidar called the full veil a « pathology of Islam » embraced by hardline Salafists who tell Muslim women to cover themselves as a way to « get back to their roots. » « It’s up to the republic to help Islam in our country choose its destiny and help French Muslims resist this pressure, » said Bidar. « We must find ways to prevent the burka from spreading. Whether that would be a law or something else is not for me to say. » Anthropologist Dounia Bouzar said young women had in recent years taken to wearing the full veil after being indoctrinated by « gurus » who pervert Islam’s teachings. « Even imams are having difficulties countering this type of message, » she said, adding that there was nothing in the Koran that dictated to women that they must fully cover themselves. « The niqab entered Islam’s history a little more than 70 years ago while Islam dates back 14 centuries, » noted Bouzar. She suggested that measures be adopted under France’s security laws barring citizens from concealing their identities by covering their faces, be it with a niqab, a ski mask or even a paper bag. Such a measure would apply equally to all citizens and ensure that France’s five million Muslims do not feel stigmatized for their religion, she argued. As the hearings got under way, the leader of the governing right-wing majority in parliament came out in favour of a law banning the burka but said it should be preceded by a period of « dialogue » of six months to a year. « We must prohibit what should be prohibited but only after having explained why, » said Jean-Francois Cope, a leading figure in Sarkozy’s UMP party, in an interview to Le Parisien newspaper. France has had a long-running debate on how far it is willing to go to accommodate Islam without undermining the tradition of separating church and state, enshrined in a flagship 1905 law. In 2004, it passed a law banning headscarves or any other « conspicuous » religious symbols in state schools to defend secularism. In an address to parliament last month, Sarkozy said the burka was not a symbol of religious faith but a sign of women’s « subservience » and declared that the full veil was « not welcome » in staunchly secular France. A few weeks later, the leader of Al-Qaeda in the Islamic Maghreb, Abu Musab Abdul Wadud, called on Muslims in France to « confront this hostility with greater hostility. « We will take revenge for the honour of our daughters and sisters against France and against its interests by every means at our disposal, » he was quoted as saying by the US monitoring service SITE Intelligence. The parliamentary task force will also hear from women’s groups, Muslim associations, educators and mayors in the coming months before presenting a report at the end of January.  2009 AFP.

Edito du Monde:

A Urumqi

LE MONDE | 08.07.09

 

Pour comprendre l’embrasement actuel dans le Xinjiang, il faut appeler les choses par leur nom : la Chine colonise le Xinjiang, l’ancien Turkestan oriental. Cette région, qui constitue aujourd’hui le nord-ouest de l’empire, n’a été définitivement conquise par Pékin qu’à la fin du XIXe siècle. Peuplée de musulmans ouïgours, elle n’a été véritablement contrôlée et annexée par l’administration chinoise qu’après la prise du pouvoir par les communistes, en 1949.

 

Depuis, le Xinjiang est une colonie de peuplement : les Chinois de souche, les Hans, sont en passe de renverser l’équilibre démographique à leur profit. C’est acquis dans la capitale, Urumqi, une ville de plus de 2 millions d’habitants, aux deux tiers peuplée de Hans. Les affrontements interethniques, depuis le 5 juillet, y ont déjà fait au moins 156 morts. Des dizaines de milliers de militaires et de policiers en armes quadrillent Urumqi, où des centaines, sinon des milliers, d’Ouïgours ont été arrêtés. Le président chinois, Hu Jintao, a jugé la situation suffisamment dangereuse pour quitter l’Italie, où il devait assister au G8.

Ces violences rappellent celles de mars 2008 au Tibet, quand des jeunes Tibétains s’en prirent aux commerçants hans de la capitale, Lhassa. Pékin dit ne pas comprendre. La Chine n’a-t-elle pas apporté la modernité, le progrès économique et social, à des contrées aux populations jusqu’alors figées dans l’arriération religieuse ? Ce discours ne vous rappelle rien ? C’est l’exact décalque de celui tenu au début du XXe siècle par les colonisateurs européens au Maghreb, en Afrique, en Asie – et sans doute avec la même part de totale sincérité.

Il y a deux versions aux événements d’Urumqi. Celle des Ouïgours : ils évoquent une manifestation pacifique, qui, sous le choc d’une répression brutale, aurait dégénéré en émeutes. Celle de Pékin : une provocation d’éléments ouïgours manipulés depuis l’étranger où s’activerait une dissidence islamiste radicale.

On ne tranchera pas. On se bornera à observer ce que révèlent ces bouffées de révolte récurrentes au Tibet et au Xinjiang : l’exaspération de populations en voie de devenir minoritaires du fait d’une immigration de Hans qui n’ont que mépris pour les « locaux », leur langue et leur culture. Partout dans le monde, cela a un nom : la colonisation. Et c’est aussi condamnable au Tibet ou au Xinjiang que ce le fut en Afrique ou au Maghreb. Grande de tant de réussites, la Chine sait que la répression n’apaisera pas le ressentiment et la colère de ces peuples.

Article paru dans l’édition du 09.07.09.

(Source: « Le Monde » (Quotidien – France) le 08 juillet 09)

Lien: http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/07/08/a-urumqi_1216609_3232.html

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

15 juin 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 8 ème année, N° 2579 du 15.06.2007  archives : www.tunisnews.net Ligue Tunisienne pour la Défense des

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.