8 janvier 2003

Accueil

 
TUNISNEWS

3ème année, N° 964 du 08.01.2003


LES TITRES DE CE JOUR:

 

CCTE: Deux opposants Tunisiens viennent dêtre remis  entre les mains du dictateur Ben Ali par le Soudan. Vérité Action:  Rapport sur lisolement dans les prisons tunisiennes – Deuxième partie Communiqué de Radhia Nasraoui concernant laffaire Sadri Khiari Droits & Libertés des Maghrébins et au Maghreb: Communiqué Abdel Wahab Hani: Plus de 6 ans dèjà: Le Prix Ludovic-Trarieux attribué à Najib Hosni, AFP: Adoption d’un projet de loi permettant une pluralité de candidats La Presse : Le projet de loi constitutionnelle relatif aux dispositions transitoires adopté en première lecture AFP: Dix demandeurs d’asile observent un jeûne depuis samedi à Rodez (Aveyron-France) Reuters: Tunisie – Chute de 13,5% des revenus du tourisme en 2002 AP: Forte hausse des investissements français en Tunisie AP: Le constructeur automobile coréen Hyundai envisage de s’implanter en Tunisie
Tustex News: Rétrospective boursière 2002
« Tunisie Réveille Toi ! »: Nouveaux articles. Sayyid Ferjani : A certains de mes compatriotes laics: Etudier les valeurs de l’autre pour pouvoir s’engager dans une discussion fructueuse Chamseddine: Aux Charfistes et en particulier à ce Tahar Ben Hassine Le Juge Mokhtar Yahyaoui: Religion, Democratie et Ideologie Ghassen: Soumaya Ben Salah, cessez l’hypocrisie!


خدمة قدس برس : تونس: مجلس الحريات يستنكر تجويع عائلات المعتقلين السياسيين وعودة المحاكمات موقع الزيتونة : مجلة أقلام أمام المحكمة عبدالحميد العدّاسي : تجنيد أم تبديد للأسرة التونسيّة مقتطفات مهمة من تصريحات الدكتور منصف المرزوقي في برنامج « الإتجاه المعاكس
كونا : ارتفاع ملحوظ في انتاج النفط في تونس نوال السعداوي: تحرير المرأة ما بين مسلسل قاسم أمين وخطاب كولن باول… حداثة يفرضها الغزو ؟

 

 

COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE

1, rue Cassini, 75014 Paris ; Tél. : 01 43 29 68 98 ; Mél : msfar@wanadoo.fr

 

 

URGENT

 

Deux opposants Tunisiens viennent dêtre remis  entre les mains du dictateur Ben Ali par le Soudan.

 

 

Paris, le 8 janvier 2003

 

 

Nous venons dapprendre lextradition de deux islamistes tunisiens réfugiés au Soudan :

 

1) Rafik Bennacer

2) Hassen Elhermi.

 

Ces exilés le sont de longue date : le premier dès les années 1980, le second, à la suite de la répression du début des années 1990.

 

Nous dénonçons de façon énergique ce double crime commis par les autorités soudanaises, qui pour des raisons de raison dEtat viennent de sacrifier des innocents venus chercher refuge chez elles. Elles violent de ce fait les principes les plus élémentaires des droits humains, mais aussi de nos traditions arabo-musulmanes.

Nous lançons un appel pressant à toute personne qui posséderait des indications sur ces personnes durant leur séjour au Soudan ou avant, pour quelle se mette en contact avec notre association (ou toute autre association), afin de mieux organiser notre action de sauvetage de ces deux victimes.

 

Davance, merci.

 

Contacter : Mondher Sfar : 01 43 29 68 98 

Ou par mail : msfar@wanadoo.fr


 
تونس: مجلس الحريات يستنكر تجويع عائلات المعتقلين السياسيين وعودة المحاكمات

 

باريس – خدمة قدس برس

استنكرت هيئة حقوقية تونسية عودة المحاكمات إلى تونس، ومحاكمة مواطنين ومساجين سابقين، لمجرد تقديمهم معونات اجتماعية لعائلات معتقلين سياسيين، متهمة الحكومة بالعمل على تجويع عائلات المعتقلين السياسيين، من خلال فرض الحصار عليهم، ومنع تقديم إعانات اجتماعية إليهم.

وقال المجلس الوطني للحريات بتونس (محظور), الذي تقوده الناشرة والصحافية التونسية المعروفة سهام بن سدرين، إن عددا من المواطنين ومساجين سياسيين سابقين أحيلوا على المحكمة الابتدائية بمدينة قفصة (نحو 500 كلم جنوب العاصمة تونس) بتهمة الانتماء لحركة محظورة, وجمع تبرعات بدون رخصة.

وقال المجلس في بلاغ أرسلت نسخة منه إلى وكالة « قدس برس » إن الوقائع المنسوبة للمتهمين تتمثل في « تقديم مساعدات مالية وحتى عينية (طحين وذرة) إلى عائلة أحد المساجين من حركة النهضة ». وأضاف البيان أن السلطة التونسية « ترى في ذلك إصرارا على الإبقاء على العلاقات التنظيمية », متهما القضاء بمسايرة الحكومة في مزاعمها.

وقال البيان، بصيغة مليئة بالتعجب، إن القضاء التونسي « يعتبر تقديم أي مساعدة إلى أقارب السجين السياسي, قرينة على الانتماء إلى حركة محظورة, دون اعتبار لأي عنصر موضوعي آخر, يمكن اعتماده للقول بقيـام تهمة الانتمـاء إلى حزب محظور ».

ومضى البيان قائلا « تؤكد هذه المحاكمة استمرار السلطة في نهجهـا القمعي المعتمد على قضاء غير مستقل, ولا يوفر للمتهم شروط المحاكمـة العادلة، كما يكشف عن إصرارها في تجويع المعارض السياسي, وكافة أفراد عائلتـه, مما يجعل العقوبة من صنف العقوبات الجماعية, التي تطال الأبرياء, الذين فرض عليهم الحصار في قوتهم ومعيشهـم, دون أي اعتبار لحقهم في لقمة العيش ».

وندد « المجلس باستمرار السلطة في نهجها القمعي المتخلف والوحشـي ». وطالب « بإطلاق سراح المعتقلين, ورفع الحصار المفروض على عائلات المساجين السياسيين في قوتهم »، بحسب ما جاء في البيان. واستنكر المجلس الاعتداء على مكتب المحامي الثابت قويدر في مدينة قفصة، من قبل الأجهزة الأمنية التونسية.

وقال البيان « تعرض مكتب الأستاذ الثابت قويدر المحامي بمحكمة قفصة ليلة الأحد 30 كانون أول (ديسمبر) 2002 إلى الاعتداء بالخلع، وقد تم تفتيش المكتب وبعثرة ملفاته, التي ألقي بها في الممر المؤدي إلى باب المكتب, بما يستبعد كل تخمين حول السرقة، وإنما يؤكد أن المسألة لا تعدو أن تكون من صنف العقوبـات, التي تلجأ إليها السلطة حيال المحامين المستقلين, الذين لا ترضى عن نشاطهم ».

وأضاف البيان قائلا « يعرف الأستاذ ثابت قويـدر بأنه من المحامـين الذين ساندوا و يساندون النهج المستقل للعميـد الحالي (للمحامين) البشير الصيد. كما أن هذا الاعتداء يأتي ضمن حملة صحفية وحزبية من السلطة على العميد البشير الصيد وأعضاء الهيئة الوطنية ».

 

(المصدر: وكالة قدس برس إنترناشيونال بتاريخ 8 جانفي 2003 )


 

مجلة أقلام أمام المحكمة 

كان من بين التهم التي نسبت لبعض من حوكم في قفصة مؤخرا تهمة امتلاك وترويج مجلة أقلام الإلكترونية حيث اعتبرها الباحث الإبتدائي تابعة لحركة النهضة. وعلمت الزيتونة أن الأستاذ محمد عبو الذي حضر المحاكمة قدم لهيئة المحكمة نسخة من المجلة مثبتا طبيعتها الفكرية وأنها تعنى بشؤون المغرب العربي. وأكد  الأستاذ عبو أنه كتب فيها شخصيا كما ساهم فيها عدد من وجوه المجتمع المدني. وقد ركزت مرافعات  الدفاع على البعد السياسي لهذه المحاكمة وتعلقها بحرية الرأي وهو ما جعل الأستاذ سمير ديلو يطالب المحكمة بإخلاء سبيل المتهين والإعتذار لهم

(المصدر: موقع الزيتونة تي في بتاريخ 8 جانفي 2003)


 

Vérité Action

 

Vous trouvez ci-après la deuxième partie de notre rapport sur lisolement. Cette partie traite des trois autres régimes disolement utilisés par le régime tunisien contre les détenus politiques avec des cas dillustration.

 

Nous gardons bien évidemment les noms de ceux qui ont été libérés ( notamment MM. Abdellatif Mekki, Ahmed Amari, Habib Mahjoub ) en forme de témoignage qui sert à expliquer ce que les autres sont en train dendurer toujours.

 

Fribourg le 08 janvier 2003

Pour Vérité-Action

Service juridique et des recherches

 

Les coulisses de la mort lente

Rapport sur lisolement dans les prisons tunisiennes

 

Vérité Action (Décembre 2000)

 

Deuxième partie

 

II. Lisolement prolongé par alternance

   

Pour des motifs divers (manque des lieux par exemple) quelques détenus sont soumis à un double régime  dans lequel lisolement reste en principe la règle. Il concerne un cercle plus large de détenus politiques en Tunisie, notamment :

Les prisonniers dopinion condamnés par le tribunal militaire de Bab Saâdoun en 1992.

 

Différentes figures de lopposition tunisienne. On cite à titre dexemple:

 

Maître Bechir Essid qui a subi des tentatives de sévices sexuelles en 1992 et fut soumis  ensuite à toutes sortes de mauvais traitements, à savoir son incarcération  avec les criminels de premier rang.

 

M. Mohamed Mouaâda, ex-président du mouvement démocrate socialiste (MDS).  Il a été condamné dans une affaire dintelligence avec un pays étranger,  la Libye, juste après la publication dun communiqué critiquant la politique du gouvernement, fin 1995.

 

Docteur Moncef Ben Salem qui, tout au long de ses trois années demprisonnement, a été  interdit de tout contact avec les autres prisonniers.  Depuis sa sortie en 1993, il vit sous un contrôle administratif  très ferme.

 

Dans ce cadre se situe encore lisolement en petits groupes.  Même groupés, les détenus sont toujours privés de la TV, de la radio, et même de stylos et de feuilles pour écrire.  La situation sanitaire des chambres nest que de peu meilleure.

On y intègre aussi les détenus qui sattachent à défendre leurs droits. Nommés «activistes», on les isole en durcissant leurs conditions de détention par toutes sortes de punitions. 

 

2.2 Cas pour illustrer:

 

On peut citer à titre dexemple:

 

M. Ismail Saidi: Aujourd’hui âgé de 35 ans, originaire de Tunis. Inscrit au lycée El Alaoui, il a été arrêté une première fois en 1984 à la veille de son baccalauréat, détenu trois mois, et exclu de tous les établissements scolaires. Il avait participé au mouvement lycéen de 1984 et milité au sein de l’Union Générale Tunisienne des Etudiants (UGTE) à Alger.

 

M. Saidi a été arrêté une seconde fois après un retour d’Algérie où il continuait ses études, détenu trois mois au secret dans les locaux de la sûreté national connue sous le nom DST, torturé et libéré sans charges. Il a été arrêté une troisième fois, en février 1992, alors qu’il travaillait comme conseiller juridique à la banque agricole de Tunis. Détenu au secret une trentaine de jours, torturé, puis condamné à deux ans et six mois d’emprisonnement. Il a commencé sa peine à la prison du 9 avril puis  transféré à Borj Erroumi à Bizerte.

 

Avant sa libération, il est ramené dans les locaux de la DST, interrogé, torturé, amputé d’un doigt sous la torture, transporté à l’hôpital, ramené à la DST, ré-interrogé et transporté de nouveau à l’hôpital, puis placé à la prison du 9 avril en isolement total, pendant une année. Il a été condamné en 1996 en appel à onze années d’emprisonnement. Il est transféré à Rjim Maatoug, puis à Mahdia où les conditions d’incarcération le poussent à mener une grève de la faim en protestation. Il est depuis mai 1999 détenu à la prison de Borj Er Roumi à Bizerte où il est soumis aux brimades et discriminations réservées aux prisonniers d’opinion.

 

M. Abdellatif El Mekki: Né en 1962,  marié et père dun enfant de 7 ans, nommé médecin une année avant son arrestation. M. El Mekki a été condamné à 16 ans de prison ferme.

 

Lex-secrétaire général de  LUnion Générale Tunisienne des Etudiants (UGTE) a été violemment frappé  à la  prison de Borj Erroumi  par le capitaine M. Zoglhlami ce qui lui a causé une perte quasi-totale de son ouïe.

 

M. Abderraouf Bédoui :  a été condamné à 35 ans de prison ferme. M. Bédoui  est lun des quatre frères qui ont subi le même sort (M. Kamel, M. Sahbi et M. Mohamed).

 

M. Noureddine Gendouz : étudiant, il a été condamné à 32 ans de prison ferme.

M. Lotfi Amdouni : étudiant, il  a été condamné à environ 40ans de prison.

M. Saber Hamrouni : a été condamné à lâge de 19 ans à  une peine de 20 ans.

M. Daniel Zarrouk : Enseignant, il a été condamné à 20 ans de prison, il souffre dun ulcère et de la chute des cheveux. Il a participé ces dernières  semaines à une  grève de la faim.

M. Sadok Arfaoui : étudiant, il a été condamné à 29 ans de prison puis  a été transféré en régime disolement. En lui reprochant de donner des prêches religieux aux détenus de droit commun.

M. Khémais Mahjoub : originaire de Elkram / Tunis, marié et père de famille. M. Mahjoub a été condamné à 11 ans de prison ferme.

M. Abderraouf Tounakti : originaire de Ben Arous est détenu à Harboub.

M. Kilani Ben Youssef : étudiant, il ne quitte les cellules disolement que pour quelques semaines ;  il y est réintroduit dès quil demande des soins ou quil refuse de se soumettre à des ordres quil juge illégaux .

 

Des prisonniers politiques tunisiens extradés de la Libye et de lAlgérie sont gardés durant les premiers mois dans ces cachots afin de les tenir au secret pendant les interrogatoires :

 

M. Ahmed Amari : originaire de Médenine, né le 15 mars 1952 à Sidi Amor (Bouhajla), dans le gouvernerat de Kairouan. Il est marié et père de six enfants. Il a été, jusquau 1987,  chargé de la formation au sein du bureau exécutif de l’Union Générale Tunisienne des Travailleurs (UGTT) de Médenine. Depuis 1987 il a été condamné plusieurs fois à des différentes peines dont celle énoncée par le tribunal militaire de Bab Sâadoun. En quittant la prison Ahmed Amari a vécu sous une forte pression (contrôle administratif) ce qui la poussé à quitter le pays vers la Libye.

 

Arrêté, à Tripoli, en 1997 et extradé vers la  Tunisie le 17 juin 1997, il a été  détenu au secret plus de deux  semaines, et incarcéré le 3 juillet. Il a été condamné le 2 juin 1998 à deux ans d’emprisonnement par le tribunal pénal dinstance de Tunis, et à cinq ans d’emprisonnement le 6 mai 1999 par le tribunal de Sfax. Il a passé une année disolement total dans les cellules du secteur E de la prison de «9 avril». Ahmed Amari est actuellement détenu à la prison du 9 avril à Tunis. Déjà malade avant son incarcération, ce prisonnier est dans un état très précaire (Tension artérielle, et cholestérol), alors quon lui refuse même une analyse de sang quil attend depuis mai 1999.

Il doit être jugé pour les mêmes motifs, fin mars 2000, dans trois affaires liées à ses activités syndicales et politiques qui remontent à plus de dix ans.

 

M. Zine Alabidine Attia : torturé violemment au ministère de lintérieur après son extradition de lAlgérie en 1994, a été placé sous le régime de lisolement dans les cellules de la prison de El-Kef quil ne les quitte que lors des audiences ou pour le secteur E de la prison du  9 avril à Tunis. Il souffre des prémisses  dune Hémiplégie.

 

M. Ridha Boukadi : extradé de la Libye en décembre 1997, vit toujours dans des conditions déplorables dans les cellules de la prison du  9 avril à Tunis.

 

Bouabdallah Bouabdallah : ex-prisonnier, exilé en Suisse, est le témoin accablant de ce que vivent ces opposants, puisquil a passé 10 ans demprisonnement, de 1987 à 1997. Voici quelques brefs récits de son calvaire :

De 1987 à 1992, isolé à Borj Erroumi avec Fethi Jebrane, Mohamed Charrada et Fawzi Sarraj.

De 1992 à 1993, seul parmi les détenus de droit commun on lui interdit tout contact avec les autres détenus politiques.

De 1993 à 1994 : emprisonnement cellulaire à Borj Erroumi.

De 1994 à 1996 : emprisonnement cellulaire avec Habib Ellouz puis avec Ajmi Lourimi.

 

III. Lisolement dit «sanitaire»

 

Il est spécifique surtout  à la prison du  9 avril. Le terme sanitaire désigne plutôt le lieu et non la qualité de détention quon pourrait  déduire de cette appellation trompeuse.

 

Au-dessus du pavillon central de linfirmerie se trouvent des petites chambres utilisées pour isoler quelques opposants, soit lorsque les cellules du secteur E sont surchargées, soit pour y mettre les nouveaux détenus quon aime garder au secret (surtout les extradés ) à la pleine disposition des différents corps de la sûreté intérieure pour des interrogatoires sans fin. Cest aussi un moyen  pour effacer les traces de la torture. 

 

Un groupe de travailleurs tunisiens immigrés en France (originaires de Msaken, Gouvernerat de Sousse) soupçonnés de faits qualifiés de dangereux ont occupé ces chambres disolement de la fin de 1994 au 24/05/1995. Il sagit dans ce cas de prisonniers qui ne sont pas reconnus pour leurs activités ou leur engagement politique. On trouve parmi eux :

 

Abdelwahab Hammami : 20 ans de prison

Khalid Abdeljalil : 8 ans de prison

Habib Abdeljalil : 8 ans de prison

Khalid Sghair

Sadok Fatnassi

 

Un homme daffaire, Taieb Boukadida, connu dans la région, les a rejoint pour les mêmes  chefs daccusations. Après sa première détention pendant une année et demi, il a été libéré en 1993,  suite à labsence de preuves.

 

Les chambres dinfirmerie dans les autres prisons accueillent quelques opposants politiques,  soit pour leur état de santé aggravé, soit pour les séparer des autres détenus politiques, selon toujours la condition ferme de ne pas regrouper deux détenus politiques ensemble dans une même chambre, même si leur état de santé lexige.

 

Voici quelques cas : 

 

M. Karim Mathlouthi : a passé un an et demi à linfirmerie de la prison de Sousse. En le transférant à la prison de Monastir,  le autorités pénitentiaires ont refusé de le mettre à linfirmerie. Il  est strictement interdit selon les directives internes de ladministration pénitentiaire dy mettre deux  détenus politiques en même temps.

M. Mathlouthi souffre dasthme avancé,  et son incarcération dans la plus grande chambre n°6 de la prison de Monasatir, qui abrite environ 150 prisonniers, a aggravé son état de santé (majorité de fumeurs, saleté, humidité et manque daération).

 

M. Habib Labidi : de Mornag à Ben Arous,  a été condamné à 14 ans de prison, handicapé à sa main droite. Il a été atteint de la tuberculose à la prison de Borj Erroumi,  et a connu le même sort que Mathlouthi à la prison de Monastir.

En septembre 97, il est soudainement envoyé vers la prison du  9 avril pour se débarrasser de ses ennuis. 

 

En fait, cest une pratique courante chez les directeurs des unités carcérales en Tunisie dintroduire les noms des détenus politiques malades dans les listes de convoi/transfert en mentionnant quils sont des faiseurs de troubles. Ainsi on se décharge de leur responsabilité dune part, et dautre part, avec la mention citée, ils seront traités cruellement dans la nouvelle prison daccueil, où leur demande de soins est marginalisée.

 

Lex-prisonnier, Imed Abdelli, exilé en Suisse, nous a informé quil a été lui-même victime de cette discrimination. Il a été obligé de faire le tour des prisons (Messadine, Monastir, Harboub-Medenine et  Gabès) davril 1997 à avril 1998, date de sa libération, parce quil avait insisté pour se faire soigner dun début dulcère et dune myopie évolutive.

 

On peut citer aussi les cas de :

M. Mouldi Boukari : de Jendouba, a été condamné à 6ans et demi. M. Boukari a été transféré en 1997 de Messadine à Harboub puis à Mahdia sans pour autant être soigné. 

 

M. Mohamed Haj Ali (Gabès) : incarcéré à El-Kef puis  à Sousse et ensuite à Sfax uniquement pour se venger de sa détermination à se faire soigner et à avoir une assistance médicale. Le 24.05.1998, il a été libéré après 7 ans de prison ferme. Après une nuit seulement de liberté, il a retrouvé le chemin du pénitentiaire où il doit purger encore 3 ans de prison supplémentaires.

 

M. Fraj Eljemi : a été condamné à 41 ans de prison ferme. M. ELjemi souffre de différentes douleurs au niveau de ses articulations, de chute de cheveux  et dhépatite. Sa femme a subi de fortes pressions pour demander le divorce. Cest un cas qui nécessite une action urgente car son état de santé est alarmant.

 

Le cas de M. Habib Mahjoub est plus inquiétant, originaire dElkram à Tunis Nord. M Mahjoub, condamné à 12 ans de prison est menacé de perdre la vue, à cause de latteinte de la rétine (risque dune Rétinopathie). On maltraite sa femme afin quelle demande le divorce. Elle passe de longues journées détenue au ministère de lintérieur où elle subit des menaces de torture et de sévices sexuels. Les membres de sa famille et celle de son frère Khèmais Mahjoub condamné lui aussi à 11 ans de prison ferme dans une affaire politique habitent le même quartier sans pour autant pouvoir communiquer entre eux.

 

IV. Lisolement punitif

 

Décrit à larticle 16 point 7 du décret 88-1876 du 04/11/1988 relatif au règlement spécial des prisons «l’isolement dans une pièce à part répondant aux nécessités élémentaires et sanitaires et ce pour une période ne dépassant pas dix jours ».

 

La pratique est tout autre de ce qui est énoncé dans ce décret. La durée maximale de lisolement dans «une pièce à part » fixée à 10 jours, excède parfois un mois. A son entrée,  le détenu est déshabillé devant les agents qui lobligent à courir,  à prendre des positions humiliantes sous prétexte de le fouiller. On lui remet  une tenue bleue, sale et bourrée de poux,  ainsi quun morceau de drap que lon lui retire parfois pendant la journée.  La nourriture est composée dun morceau de pain sec. Privés du droit de visite, ils ne peuvent recevoir le «couffin ».

 

A quelques exceptions près, les cellules disolement punitif  ne sont pas équipées de WC ni deau. Suite aux grèves de la faim des prisonniers en 1996, ladministration a commencé à donner le repas du jour.   

 

Les motifs de punition sont étranges et le rôle du conseil de discipline est dentériner la décision déjà  prise par le directeur ou même par un agent de garde ordinaire. 

 

Parmi ces motifs on cite :

 

La transgression dun règlement qui interdit de donner la nourriture à autrui.

La simple communication entre un détenu de droit commun et un détenu politique.

Toutes sortes de dénonciation sur lintention de faire telle ou telle chose.

 

Le moyen de torture le plus répandu est la «falka » : les pieds attachés à une barre et surélevées, les mains ligotées,  le détenu est frappé sur les paumes des pieds  avec des bâtons. Rares sont ceux qui sont passés dans ces lieux sans subir la falka. 

Ladministration centrale a même eu le génie de créer une cellule «spéciale-torture»,  par le vice-directeur M. Belhassen Kilani, au secteur «E» de la prison du 9 avril depuis le mois davril 1996.

 

Afin quil soit humilié devant les autres détenus et quil nose revendiquer ses droits, le détenu est déshabillé puis contraint à faire le tour des chambres du pénitencier.

 

Cétait la pratique courante  à Borj Erroumi surtout sous la direction du capitaine  « Zoghlami » et à la prison de Messâadine sous la direction du lieutenant « Nabil Aidani ». Ce dernier samusait à faire subir aux détenus politiques ce quil nommait la «fête » : il ordonne à ses agents de mouiller les couloirs avec de leau mélangée à des  produits de lessive ; les prisonniers nus sont obligés de courir dans ces couloirs recevant  de tout coin les coups de matraque et les bousculades des agents bien répartis pour cette tâche. Les  violentes glissades causent des fractures et provoquent des cas dévanouissement.

 

 Parmi les victimes de ces scènes, on cite par exemple :

 

M. Abdelaziz Belloumi de Bizerte qui a achevé en 1997 une peine de six ans et demi. 

M. Sami Braham, enseignant, toujours détenu et cela depuis 1991. M. Brahama beaucoup souffert de cet enfer à cause de sa faiblesse physique a beaucoup souffert  de cet enfer. 

 

Lex-prisonnier politique M.Imed Abdelli déclare avoir été violemment  battu  en décembre 1997, bien quil fît  la grève de la faim, par le caporal Mohamed Zrelli sous lordre du lieutenant Hédi Zitouni à la prison de Grombalia.

 

M. Bouabdallah affirme de sa part  que dans le cachot n°2 à Borj Erroumi on lui a attaché les poignets et les pieds au lit,  alors quil était nu et ce pendant 3 jours.   Le même sort a été réservé au ex-Lieutenant Kamel Laghmari (De Nabeul) pendant 17 jours, mais en alternance avec dautres sortes de torture.

 

Dans leur grande majorité les prisonniers dopinion ont connu lisolement punitif.

 

(Source: www.zeitounatv.com)

 
 

Communiqué de R. Nasraoui concernant laffaire Sadri Khiari

 

Je soussignée, Radhia Nasraoui, avocate, informe lopinion publique que jai été reçue ce matin (08/01/03) par M. Amor Ben Mansour, Doyen des juges dinstruction au Tribunal de première instance de Tunis. Jétais accompagnée de mon client Sadri Khiari et de mes confrères Bochra Belhadj Hamida et Noureddine Bhiri.

Je rappelle que Sadri Khiari est victime dune interdiction de quitter le territoire en rapport avec des poursuites judiciaires dont il est lobjet depuis mars 2000 (la première affaire, en date du 25 mars 2000, est enregistrée sous le n° 84042. Les chefs dinculpations sont : diffamation des institutions judiciaires et de lordre public, diffusion de fausses nouvelles de mauvaise foi et de nature à troubler lordre public. La seconde affaire, n°84063, date du 29  mars 2000. Chef dinculpation : maintien dune association illégale.)

Notre visite avait pour but dobtenir des informations concernant la situation de la demande de levée de linterdiction de sortie déposée le 26 novembre 2002. Nous navons, cependant, obtenu aucune réponse de Monsieur le Doyen des juges dinstruction qui a refusé en outre de nous communiquer le dossier de ces affaires comme ly contraint en principe la loi.

Une fois de plus je suis amené à protester vigoureusement contre ces pratiques. Les droits de mon client ne sont aucunement respectés et, de toute évidence, ces affaires nexistent quà titre de sanction pour ses activités associatives indépendantes (Sadri Khiari est membre du CNLT et du RAID Attac Tunisie).

Si les voies judiciaires sont inaccessibles, je crains quil ne reste pour obtenir gain de cause, cest-à-dire le simple respect du droit, dautres recours que les voies de la mobilisation et de linitiative citoyenne audacieuse en dehors du Palais de justice.   Cest le sens de la démarche qui sera la mienne dans la défense de mon client si linterdiction de quitter le territoire nest pas levée dans les délais les plus brefs.     Radhia Nasraoui Avocate, Tunis, le 8 janvier 03


 
 

Droits & Libertés des Maghrébins et au Maghreb Association dAide, dAssistance, de Soutien et de Défense des Droits de lHomme B.P. N° 28 93161 Noisy-le-Grand Cedex- France- E-Mail :   DLMMAbdess@hotmail.com  CCP Paris 5 336 77 P  

Communiqué du 8 Janvier  2003

 
DLMM  présente soutien et solidarité  à José Bové, porte parole National de la Confédération Paysanne de France condamné à une peine de 14 mois demprisonnement, prononcée par la Cour dAppel de Montpellier le 21 décembre 2001, peine rendue définitive par la Cour de Cassation le 19 Nov. 2002. Ces peines ont été prononcées pour des actions de neutralisations d’OGM, menées par la Confédération paysanne en 1998 et 1999 dans le cadre dune campagne contre lintroduction des OGM dans lagriculture et lalimentation.
En dehors de la question pénale dans cette affaire, lincarcération de M. José Bové, a reçu un très large écho dans lopinion publique mondiale, sa libération aurait une importante signification politique serait comprise comme une stigmatisation des causes défendues par José Bové et par ceux qui les partagent.
Le peuple tunisien, épris de libertés et lensemble des peuples de la région, qui se battent pour les libertés et la Démocratie sont particulièrement reconnaissants au porte-parole de la Confédération paysanne pour le soutien actif quil a apporté à la cause du peuple palestinien et de la paix en Palestine comme pour ses multiples prises de position en faveur dun monde humain, pacifique et juste. Cest la raison que nous insistons sur la demande de libération M José Bové, par une grâce présidentielle en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par larticle 17 de la Constitution française.
DLMM  Attire lattention de lopinion public international de son inquiétude devant la dégradation perpétuelle des libertés individuelles et collectives en Tunisie. En contradiction avec le discours public et officiel du Chef de lEtat Tunisien le 7 Novembre 2002, déclarant « …nous acceptons de bon cur la critique sincère de la part de tous ceux qui préfèrent rester sur le sol de la patrie et y exercer leur droit d’_expression, nous tenons à souligner que la loi est le seul arbitre face à quiconque s’avise de chercher à nuire à l’intérêt de la patrie ».Un nouveau procès politique et non le dernier, Me Mohamed Nouri, Le Président du Comité de Liaison de lassociation de soutien des prisonniers politiques en Tunisie (non reconnue), nous informe que Le Tribunal de Première Instance de Gafsa (TPIG) vient de prononcer des peines de prison dans l’affaire 23763-02 Tunis ce jeudi 2 janvier 2003
Après report de l’audience à la demande de la défense, le TBIG a statué  dans le procès politique à l’encontre des activistes du Mouvement Ennahdha, que le régime prétend avoir éradiqué depuis 1992, poursuivis pour « Maintien d’une association non autorisée », en application de l’Article 30 du code des Associations, et « Collecte de fonds non autorisée », en application du décret du 21 décembre 1944. Les personnes poursuivies sont, Ali Chortani, Ridha Aissa, Mohsen Nouichi,  Lotfi Dassi, Monthar Jannet, Sayyid Ferjani, Mohamed Fourati, (correspondant de l’Agence londonienne « Qods Press ») et Abbes Chihi Le Tribunal a décidé d’inculper les prévenus Ali Chortani et Moudhar Jannet, en état d’arrestation, ainsi que Sayyid Ferjani, résident à Londres réfugié politique, par contumace. Le Tribunal les a condamné, chacun, à une année de prison ferme pour « Maintien d’une association non autorisée » et à un mois pour « Collecte de fonds »
Vingt Quatre Avocats se sont constitués pour la défense des prévenus et nombreux ont été présents: Mes Zouhaier Yahyaoui, président de la section de  Gafsa de la LTDH, Thabet Gouider, Tijani Amara, Lotfi Neffati, Adel Sghaier et Zouhaier Laamid, Avocats à Gafsa, ainsi que Mes Mohamed Mehrézi Abbou, Samir Dillou et Noureddine Bhiri qui se sont déplacés de Tunis. En présence du président de la section de Gafsa de la LTDH, d’autres observateurs mandatés par leurs associations ont assisté au procès: Me Bhiri pour le CNLT et M. Lassaad Jouhri pour l’AISPP.. DLMM rappelle son soutien à Maître Mohamed JMOUR ainsi quau journaliste Hédi Ben Yahmed, auteur de l’article sur la situation dans les prisons tunisiennes, publié dans lHebdomadaire « Réalités » dont le journaliste a été contraint, par son directeur, Taïeb Zahar, de lui remettre sa démission.
La publication de cet article avait mis en émoi l’opinion publique nationale et internationale et provoqué la colère des autorités. Le numéro N° 885 de l’hebdomadaire paru le 12 décembre 2002 retiré de la vente. Le directeur, pourtant, premier responsable de la publication de l’article au regard des dispositions du Code de la presse, a préféré se désolidariser du journaliste, larticle traitant la situation détériorée dans les prisons Tunisiennes. L’ironie est que le président de la République dans une interview quil a accordé, il y a quelques mois aux quotidiens nationaux Essabah et Echourouk qui portait entre autres sur la liberté de la presse.
En réponse à une question : « Bien que vous ayez exhorté et encouragé les médias et les journalistes à faire preuve desprit dinitiative et daudace, certains milieux considèrent que linformation na pas évolué pour pouvoir refléter les aspirations et les préoccupations des citoyens.  Quen pensez-vous, Monsieur le Président ? » Le Président Ben Ali répond : « Je répondrais à votre question en disant, une fois de plus, en toute clarté et sans aucune ambiguïté : écrivez sur tous les sujets que vous voudrez; il ny a pas de tabou, en dehors de ceux que prévoit la loi et que détermine léthique de la profession journalistique. Lune des responsabilités des médias réside, dans la contribution à la transformation des mentalités, y compris au niveau de certains responsables qui doivent shabituer à accepter la critique.
« Lorsque les médias signalent des erreurs ou des problèmes, la solution ne consiste pas à ignorer les critiques ou à sy opposer, car, lune des fonctions de la critique est dinciter à faire avancer les choses. Ce que je veux, cest une information qui soit à la mesure des ambitions nationales et à la hauteur du niveau de maturité de lopinion publique tunisienne, reflétant la compétence de nos ressources humaines dans ce domaine, ainsi que limportance des moyens et des crédits qui lui sont alloués. Aujourdhui, plus aucune excuse nest recevable en la matière.
« Tout en rappelant que linformation relève de la responsabilité de toutes les parties, je tiens à souligner que la responsabilité essentielle incombe en premier lieu aux professionnels de ce secteur. Les journalistes doivent comprendre en toute clarté, que la liberté d_expression constitue la règle, et quil appartient aux professionnels du secteur, dans le cadre des nobles finalités inhérentes à cette règle, et de la nécessité de tenir compte de lintérêt supérieur de la patrie et déviter toute atteinte à lhonneur et à la dignité des personnes, de savoir quelles limites ils se doivent de respecter. « Jai, dailleurs, souligné à maintes reprises que la liberté de la presse, dans lacception noble et honnête du terme, constitue lun de nos choix constants. LEtat, pour sa part, a accompli le devoir qui lui incombe, pour faire évoluer la législation, étendre le champ des publications et des espaces d_expression audiovisuels, ainsi que pour mettre en place les moyens de formation et de recyclage. Malgré les progrès notables que le secteur a enregistrés, ces derniers temps, nous continuons dattendre des hommes de presse quils concrétisent ces ambitions. » En relisant ces propos du Président de la République, je constate que le journaliste Hédi Ben Yahmed ne fait que répondre à lappel du chef de lEtat qui essaye de projeter l’image et le discours en faveur des libertés d’_expression et des droits de l’homme.
D’autre part le régime Tunisien qui manipule « la justice » par lutilisation de la police politique » comme instrument pour nuire à ses opposants et de ces manuvres qui nont pas droit de citer dans un Etat de droit. Ainsi Maître Mohamed JMOUR, secrétaire général du Conseil de lOrdre des Avocats, a fait lobjet de violences policières le 16 décembre 2002, alors quil se déplaçait en centre ville de TUNIS. DLMM. profite de loccasion pour rappeler notre soutien Me Thabet Gouider, avocat à Gafsa, qui a assuré le suivi de l’affaire de Gafsa dont le cabinet a fait lobjet dune violation par effraction, la nuit du dimanche 29 au lundi 30 décembre 2002 dernier, ses dossiers ont été malmenésaux avocats, juge Mokhtar Yahyaoui et aux journalistes, et en particulier lex-bâtonnier Mohamed Chakroun,  Me Mohamed JMOUR, Me Mohamed Nouri, Mme Saida Akremi, Me Samir Ben Amor, Me Samir Dilou, Me Othmane Jemili, Me Tarek Essoussi, Mr Lassaad Jouhri et Me Abdelmajid Bouhjila; Mr Ahmed Smii, Professeur en secondaire, Mr Othmane Jemili, instituteur, Sayyida Harrathi (F) fonctionnaire, Abdelmajid Bouhjila, retraite’, Pr Abbas Chourou, Professeur universitaire, Rashid Najjar, retraite’, Tarek Essoussi, Professeur en secondaire, Mohamed Ali Bedoui, Professeur en secondaire, Faouzi Gara Ali, Professeur en secondaire, et le journaliste Hédi Ben Yahmed qui luttent démocratiquement et pacifiquement pour la liberté et la dignité, afin d’ancrer l’esprit de changement pacifique, espérant qu elle contribue a aider les anciens prisonniers d opinion en manque d espoir.
Nous rappelons notre soutien à toute l’équipe dirigeante de l’Association Internationale  de Solidarité pour les Prisonniers Politiques que nous leur apportons tout notre soutien et notre soutien pour la lutte démocratique et pacifique pour la liberté et la dignité, afin d’ancrer l’esprit de changement pacifique, espérant qu elle contribue a aider les nombreux anciens prisonniers d opinion en manque d espoir.   DLMM, s’inquiète pour le sort des la familles politiques, qui continuent à militer pour le droit a la reconnaissance, depuis plus d’une décennie et demande la  libération de tous les prisonniers politiques condamné à une mort lente dans les délais les plus brefs.
DLMM soutien toute acte volontaire qui lutte pour la démocratie et dans le respect des Droits élémentaires de tout être humain, sans exclusion, pour des raisons idéologiques ou politiques qui aspire a changer la société par des moyens pacifiques, et contre l’exclusion d’une partie de la population de gauche ou de droite dans leur droit  a s organiser dans son propre pays, et pour les pays musulmans, contre l’ exclusion des islamistes, de prendre part dans la vie économique, politique et sociale , comme le reste de la population. Par un Communiqué du 22 mars 2001, nous avons appelé à un Rassemblement Patriotique Démocratique Souverain (RPDS) qui na pas lambition de faire de lombre à qui que ce soit, mais une initiative à ajouter aux autres.
Toutes les initiatives ou presque sont d´accord sur le diagnostic suivant : °     l’absence de mécanismes démocratiques et de moyens de contrôle de la  gestion des biens publics, la crise du système politique répercuté dans le  domaine économique, favorisant le clientélisme, la corruption et le népotisme. °      Une  crise profonde de confiance sépare le pouvoir qui a choisi la solution sécuritaire et le placement du peuple tout entier sous tutelle .°      Quil est du devoir de tous doeuvrer pour un processus de démocratisation en vue d´apporter un véritable changement à l´occasion des élections de 2004 °      Mettre en ouvre la séparation entre les appareils de l’Etat et le parti au pouvoir quel qu´il soit et pour abroger les lois qui étouffent les libertés publiques et individuelles. °      Appellent à une Amnistie générale, la libération des prisonniers politiques et le retour des exilés D.L.M.M. a toujours appelé à une amnistie générale qui ne se concrétise que  par :-      La libération de tous les prisonniers d´opinion et le retour des exilés dans la dignité. –     La reconnaissance de toutes les organisations populaires et syndicales et estudiantines –   L´abolition des privilèges du parti au pouvoir en faisant du chef de l´Etat, le Président de tous les Tunisiens-      –   L´ouverture d´une enquête publique sur la mort dans des conditions mystérieuses et responsabiliser les tortionnaires et leurs commanditaires, et engager des réparations des préjudices causés aux  victimes de la torture-      –         L´acceptation de l´autre avec ses différences et refuse l´exclusion-      –        Rassembler tous ceux et celles qui acceptent lalternance et refusent la violence comme moyen de changement de la société autour d´un projet de réconciliation de tous les pour l´échéance de 2004.     
     Nous estimons qu´il n´est nullement nécessaire de rappeler que notre seul souhait est de contribuer à faire progresser la démocratie qui marche trop lentement, et qu´elle souffre, encore,  de la présence d´un millier de prisonniers politiques et plusieurs milliers d´exilés sans oublier les milliers de sans passeports et des exclus du monde du travail.              Nous attirons l´attention de l´opinion public national et international, aux amis de la Tunisie,  de prendre les mesures appropriées, avant qu’il ne soit trop tard pour épargner les vies de ces détenus condamnés et incarcères dans des conditions qui ont suscité, depuis des années, l’inquiétude et la réprobation légitimes des milieux démocrates et humanitaires amis de la Tunisie et de son peuple.-    
        Noisy-le-Grand, le 8 Janvier 2002 BOUCHADEKH Abdessalem, président de DLMMM Pour visiter notre page ou pour publier vos réactions contactez-nous, participez au Forum http://membres.lycos.fr/tounesna/index.php nous avons besoin de vos réactions en direct, de vos propositions, de vos idées et de vos suggestions E-Mail DLMMAbdess@hotmail.com

 

 

Plus de 6 ans dèjà: Le Prix Ludovic-Trarieux attribué à Najib Hosni,

  partie I  

Par ce temps de répression qui s’abat sur les Avocats et les défenseurs des droits de la personne, en Tunisie, une lecture m’a été offerte par le bienvaillant Khaled Ben M’Barek, coordinataur du Centre d’Information et de Documentation sur la Torture en Tunisie (CIDT-T), ce week-end en fêtant le premier mois de la naissance de son fils, Yacine. Il s’agit d’un recueil de discours et de déclarations de Me Bertrand Favreau, Avocat et ancien bâtonnier du Barreau de Bordeaux, Directeur de l’Institut des Droits de l’Homme du Barreau de Bordeaux (IDHBB), fondateur et Président du Prix International des droits de l’homme Ludovic-Trarieux (défenseur du Capitaine Dreyfus et fondateur de la centenaire Ligue des Droits de l’Homme en France), décerné depuis 1984, tous les deux ans à un avocat du monde victime de son combat pour la défense des droits humains. Me Favreau a regroupé ces textes et discours, d’une extrème beuaté et d’une rare richesse, dans un recueil intitulé  » Le droit, la justice, l’humanité », édité chez la Fabrique du Passant en 2001, ISBN: 2-912636-99-X, ISSN: 1286-9554 J’ai voulu transcrire et faire profiter, sur deux envois, les amies abonnées et habituées des listes de diffusion et des Forums et Sites tunisiens qui le veulent, de la lecture de deux passages consacrés au combat du célèbre avocat tunisien Najib Hosni. Les propos de Me Favreau sur le métier d’avocat en Tunisie, et dans les pays du Meghreb, sont toujours d’actualité. Bonne lecture et que la lutte continue Abdel Wahab HANI Paris, le 7 janvier 2003
 

« POUR QU’UNE AUBE NOUVELLE SE LEVE AU PAYS OU LE SOLEIL SE COUCHE… »

 
Najib Hosni et Dalila Meziane pp 79-82 Rien ne prédestinait Najib Hosni, avocat tunisien, internationalement connu pour son combat en faveur des droits de l’homme et Dalila Meziane, jeune avocate des femmes humiliées dans une Algérie en plein cahos, à se retrouver lauréats le même jour du Prix Ludovic-Trarieux. Condamné en 1994 à 8 ans d’emrisonnement sous le prétexte d’avoir prêté la main, en sa qualité de juriste, à des actes frauduleux alors qu’il était l’avocat de Moncef Marzouki, lui-même arrêté après avoir annoncé son intention de se présenter à l’élection présidentielle, le premier est une nouvelle illustration de la difficulté d’exercer véritablement la profession d’avocat. Dans certains pays, par un effet pervers des pactes, résolutions et autres instruments internationaux – qui ne saurait remettre en cause leur impérieuse nécessité – les dirigeants, obligés d’honorer à contrecoeur une signature formelle qui les engage, n’hésitant pas à se débarrasser des opposants, en les impliquant injustement dans de « vraies fausses » affaires de droit commun. Quant à Dalila Meziane, harcelée, malmenée, agressée, poursuivie par des agresseurs anonymes et impunis, de barreaux en bareaux de Tizi-Ouzou, à Bouira et jusqu’a Alger, parce que ses prises de position lui ont attiré l’antipathie tant du FIS que du FLN, elle n’a eu d’autre recours que de demander, après avoir assisté à l’assassinat de nombre de ses proches et notamment son frère, un statut de réfugié à la France que celle-ci lui a chichement disputé. Tous deux cependant ont été victimes de « l’oubli ou du mépris des droits de l’homme » en Afrique du Nord dans les années quatre-vingt-dix, et le Jury au terme d’un vote strictement paritaire n’a pas souhaité les départager. Le Prix Ludovic-Trarieux a été remis à Dalila Meziane, le 10 septembre 1996. Le même jour, il a été reçu, au nom de Najib Hosni, par le docteur Hélène Jaffé, président de AVRE et présidente d’honneur du Comité d’iformation et de dcumentation sur la torture-Tunieie. Trois mois plus tard, le 14 décembre 1996, Najib Hosni a été « gracié » après un peu plus de deux ans de détention. Mais, aujourd’hui, il est toujours privé de passeport et du droit d’exercer sans entrave sa profession (juillet 2001). On poursuit, à son tour, son avocate, Radhia Nasraoui. Quant à Dalila Meziane, elle n’a pu retrouver en France le droit de redevenir ce qu’elle a toujours été: une avocate.

 
 

تجنيد أم تبديد للأسرة التونسيّة

بقلم عبدالحميد العدّاسي

بعد السماع عن القرار الفاجعة، وبعد الإطّلاع على بعض الردود الصادرة عن ثلّة من المثقّفين والغيورين والتّي تميّزت عموما بالحذر السياسي، أجد نفسي أنا الريفي، العربي، المسلم ملزما بالردّ والتعليق وفي القلب حسرة وضيق لعدم القدرة على فعل غير ذلك.

غير أنّي – ومن باب التحوّط من سوء الفهم الذي غالبا ما يصدر عن « الوطنيين المخلصين » أبدأ بالملاحظات التّالية:

1 –  إنّني عسكري سابق في صفوف الجيش التونسي. وقد كنت من أنجح الضبّاط مثلما يقرّ بذلك الذكور الرّجال بالمؤسسة العسكرية وعلى درجة من التفوّق لا تسمح للذّكور غير الرّجال بالمزايدة أو القدح.

2   أنّه لا غرابة في أن يصدر مثل هذا القرار عن وزارة الدّفاع التّونسيّة،  ذلك أنّ المهمّة الأولى لوزارات الدفاع في كلّ بلاد العالم تقريبا هي الدّفاع عن « حرمة » الوطن، وهي مهمّة لا يفقه معناها إلاّ ذوو الحرمات.

3 –   إذا كانت تقديرات وزارة الدفاع تشير إلى أن الجيش لا يستقبل حاليا سوى 25 إلى 30% من الشبان الذين هم في سن الخدمة العسكريّة « الواجب المقدّس ». أفلا يكون حريّا بهذه الوزارة أن تجنّد ما تبقّى من الشبّان قبل التفكير في تجنيد الشّابات؟ أم أنّ الوزارة درست العدو الاصطلاحي المستقبلي فوجدت النّساء أمرّ عودا وأصلب مكسرا من الرّجال فرمته بهنّ؟ أم أنّ الحرص على « تطبيق مبدإ المساواة في الحقوق والواجبات « كما تزعم الوزارة، أفقد الوزير الحرص على مبدإ « تجوع الحرة ولا تأكل بثدييها »، والحال أنّها ستأكل إن تمّ التجنيد، لا قدّر الله – بما هو أعزّ من ثدييها. ثمّ هل فكّر الوزير وأعوانه في شرف بناته أو بناتهم، على الأقل؟ أم أنّ حبّهم للوطن والبلاد دفعهم إلى التضحيّة بالشرف؟ وإذا كان ذلك كذلك فهل يدافع عن البلاد من لا شرف له؟!

4    بعد اعتماد النّظام التونسي على صيحة أو « موضة » محاربة الأصولية والظلامية والرجعية و الخمينيّة والإحدى عشر سبتمبرية، بمساعدة ومباركة من أفقد البلاد كلّ بركة وحرم العباد كلّ سعادة، فقد حاول إفراغ المؤسّسة العسكريّة من كلّ رجالاتها الأفذاذ، بادئا بالإسلاميين معقّبا بالقومييـن والشيوعيين منتهيّا بكلّ من يشتمّ منه رجولة أو استقامة أو حتّى حنين إلى أيّام أبي جهـل وأميّة. فهل يكون من بين النّساء المجنّدات « رجال  » يصلحن ما أفسده الذكور الإناث؟ أم أنّ معايير المواصفات والجودة ستكون حاضرة عند الفرز هذه المرّة؟

5    إنّي أعتذر مسبّقا لاستعمال بعض المفردات التي قد لا أجد غيرها للتبيين فأحشرها في مقالي كرها.   

ملاحظات احتوت أسئلة، أعرضها أو ألقيها على كل فئات الشعب التونسي، الذي كاد ينسى أنّه شعب مقدام أبيّ. أنّه شعب عربيّ مسلم محافظ. أنّه شعب لا يرضى الدنيّة في دينه ولا في عرضه. أنّه شعب لا يختبئ رجاله وراء نسائه حتّى لو كان ذلك باسم التقدّمية ومحاربة الرجعية. أنّه شعب لا يتقدّم نساؤه على رجاله حتّى لو كان ذلك باسم النضج والمساواة. وهل كانت التقدميّة دياثة، أو كان النضج والمساواة تخنّثا!

ملاحظات ألقيها، وأنا أعلم علم اليقين ما يدور في غيابات مؤسّسة ورثت الفساد عن الاستعمار فعشّش فيها وفرّخ وترعرع. مؤسّسة كانت تنتهك حرمات التونسيات « للرفع من معنويات جنودها » بتوفير ما يسمّى (

B.M.S: Bordel militaire saharien

) الماخور العسكري الصحراوي.

وأتساءل هل يساعد التونسيون بصمتهم على توسيع هذه المؤسسة داخل المؤسسة فتصبح ماخورا عسكريا ترابيّا شاملا لا قدّر الله؟.

ملاحظات أسوقها وأنا أعلم علم اليقين بأنّ كلّ العسكريين الفاسدين – وما أكثرهم في بلدي بعد عملية التطهير التي استهدفت الرجال كما أسلفت – من أكبر الرتب إلى أبسط جندي هناك، باتوا يمنّون الأنفس بتطبيق القرار ويعدّون الأيام والليالي والساعات والدقائق لاستقبال جحافل الشابات. ولكلّ أب تونسي أو أمّ تونسيّة أن تتخيّل وضع ابنتها وهي في ظلمات ثلاث أو أربع.

لكم جميعا أن تتخيّلوا وضع بناتكم أو أخواتكم أو نسائكم وهنّ بين كلاب وذئاب ما يشبه البشر، هؤلاء الذين لم يسلم بعض أبنائكم النّاضرين من لواطتهم، أم أنّ أبناءكم كتموكم الخبر!

لكم جميعا أن تتصوّروا وضع بناتكم أو أخواتكم أو نسائكم داخل مؤسسة لم يستطع بعض الرّجال الصمود فيها، لا لكثرة أنشطتها أو خطورة مناوراتها أو صعوبة ممرّات القتال فيها أو تقدّم تقنياتها  وإنّما لغطرسة بعض أمرائها وبعدهم عن الطبيعة التونسيّة السليمة وكفرهم بالعادات والتقاليد وإنكارهم التعاليم السماويّة والإنسانية وعدم الغيرة على الشرف والذات والقيم.

لكم أن تنتظروا أغشية مفضوضة وبطونا متورّمة وأسقاطا متناثرة وأنفسا منهارة ونقمة متصاعدة عليكم وعلى « الواجب المقدّس » وعلى من فرضه.

لكم أن تطأطئوا رؤوسكم ولا ترفعوها أبدا وأنتم تقبلون بتطبيق القرار العار، أو أن ترفعوها شمّاء عزيزة وأنتم تضربون بالقرار عرض الحائط وتضربون إن لزم الأمر من يقف وراءه، غير ناسين أنّ من مات دون ماله أو عرضه فهو شهيد.

لكم أن تصلحوا من شؤونكم وتحفظوا بناتكم ونساءكم (بناتنا ونساءنا وأخواتنا)، فترفعوا أصواتكم عالية مدوّية أن لا مجال لإسقاط آخر لبنة من صرح الأسرة التونسية بعد أن أسقطت كلّ لبناتها الأخرى بالفساد والخمر والمخدّرات والرّشاوى والسرقات والدّعارة المقنّنة. أن لا مجال للتبديد ولو كان ذلك  باسم التجنيد وباسم الوطنيّة والغيرة عن الحياض.

لكم في النهاية أن تستمعوا إلى صرخة مغلوب منكم، ناصح لكم أو أن تنضبطوا إلى قرار غالب عليكم قاهر لكم، افتتح عهده بأن »لا ظلم بعد اليوم »ونفّذ فينا بتفنّن »لا عزّة ولا كرامة بعد اليوم ».

وفي الختام، لممتهني صحافة « التغيير « أمثال هذا الذي نشر ردّا على كلام الدكتور الصحبي العمري الرّجل، أن يتّهموني بالعمالة والحقد والمحسوبيّة والتعامل مع الجهات الخارجيّة أو حتّى مع الصهيونيّة العالمية.

لهم بأن يشيروا إلى « أنّ ما تضمنه المقال يثير القرف لما فيه من أبشع النعوت والأوصاف والاتهامات الخطيرة التي وجهها صاحب المقال إلى جمع من زملائه « مثلما جاء في ردّ السيد(ة) ن. بن أحمد على الدكتور العمري عبر صفحات جريدة « الشروق » بتاريخ 25 / 12 /2002.

غير أنّي لا أنصح بأيّ حال من الأحوال أحدهم أن يطلب منّي حججا أو براهين، لأنّ ذلك يملي عليّ سرد تفصيلات وقوائم قد تسيل الكثير من الحبر وقد تفقده لذّة الانتساب إلى وطننا الحبيب.

وأخيرا أجدّد اعتذاري لبعض الكلمات التي قد تكون فقدت بعض اللياقة، وأقول: إذا حصل لدى القرّاء الأحباب إحساس بأنّ الحياء قد خدش في مقالي هذا، فسوف يكون ذلك مؤذنا بإذن الله –  باستحالة تمرير وتطبيق القرار العار.  ولعليّ أظلّ وإيّاكم على موعد ملحمة تحرير نسائنا من دسائس الشهوانيين.

(المصدر: موقع الزيتونة تي في بتاريخ 8 جانفي 2003)

 

 

Adoption d’un projet de loi permettant une pluralité de candidats

 
 AFP, le 07.01.2003 à 18h27                TUNIS, 7 jan (AFP) – La Chambre des députés (parlement  unicaméral) a adopté mardi un projet de loi destiné à permettre une  pluralité de candidatures à l’élection présidentielle de 2004 en  Tunisie, apprend-on de source officielle.           Cette loi constitutionnelle à l’initiative du président Zine El  Abidine Ben Ali a été adoptée en première lecture avec l’abstention  de quatre députés d’opposition à la Chambre composée en majorité  d’élus du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au  pouvoir, 148 sièges sur 182).           Le projet soumis au parlement le 22 octobre dernier est une  dérogation à la Constitution autorisant, de façon exceptionnelle,  les cinq partis d’opposition siègeant au parlement à présenter un de  leurs dirigeants à la présidentielle de 2004.             AFP


Pluralité des candidatures à la présidentielle de 2004

Le projet de loi constitutionnelle relatif aux dispositions transitoires adopté en première lecture

Lors dune séance plénière tenue hier matin, la Chambre des députés a adopté, en première lecture, le projet de loi constitutionnelle relatif aux dispositions transitoires de lalinéa 3 de larticle 40 de la Constitution.

Ont assisté à cette séance plénière, présidée par M. Foued Mebazaâ, président de la Chambre, M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, et plusieurs membres du gouvernement.

Larticle unique de ce projet de loi stipule : «Dans le cas où la condition de présentation énoncée dans lalinéa 3 de larticle 40 de la Constitution nest pas remplie par le candidat, chaque parti politique, représenté à la Chambre des Députés, peut, de façon transitoire, présenter un des membres de sa plus haute instance dirigeante aux présidentielles de 2004, à condition que lintéressé soit, le jour de la présentation de sa candidature, en situation dexercice effectif de cette fonction depuis une période dau moins cinq années successives et que ce parti soit représenté à la Chambre par un député ou plus. Lappartenance du député à ce parti au moment de la présentation de sa candidature à la Chambre des Députés est prise en ligne de compte».

Le rapport de la commission spéciale chargée de lexamen du projet précise que le projet de loi constitutionnelle soumis à lexamen de la Chambre des Députés traduit la volonté du Président Zine El Abidine Ben Ali de promouvoir la vie politique en Tunisie et afin que les prochaines élections présidentielles soient une nouvelle occasion pour les différentes sensibilités politiques de participer à la consolidation du pluralisme, conformément au programme davenir du Chef de lEtat qui prévoit dans son point 12 linstauration dune société libre et pluraliste sur la base des principes fondamentaux de la Déclaration du 7 novembre 1987.

Le rapport ajoute que les dispositions de la Constitution stipulent, aujourdhui, que la République est fondée sur lEtat de droit et du pluralisme et que, conformément à ce principe constitutionnel, le Chef de lEtat a décidé de soumettre ce projet de loi à la Chambre des Députés dans le but dintroduire des dispositions transitoires garantissant le pluralisme des prochaines élections présidentielles aussi bien dans le texte que dans la pratique.

Les députés ont souligné, dans leurs interventions, limportance de ce projet de loi qui renforce le processus démocratique et le pluralisme politique dans le pays à leffet de consacrer les principes du 7-Novembre et de préparer la République de demain.

Ils ont affirmé que ce projet avant-gardiste offrira à tous les Tunisiens une nouvelle opportunité pour participer davantage à la vie publique de manière à consolider les attributs dune société libre et pluraliste.

Les députés ont salué les réformes et initiatives avant-gardistes que le Président Zine El Abidine Ben Ali na cessé de prendre et dont la proposition du Chef de lEtat relative à la création dun Fonds Mondial de Solidarité qui vient dêtre adoptée par lAssemblée générale des Nations unies.

Un député a mis laccent sur la nécessité de réunir, dès maintenant, les conditions favorables pour faire connaître les partis politiques présents sur la scène nationale ainsi que leurs programmes et pour assurer la couverture de leurs activités par les différents organes dinformation.

Un autre député a souligné limportance de poursuivre laction en vue de consolider davantage la réforme politique et daccorder un surcroît dintérêt à lopération électorale.

Une démarche graduelle

Répondant aux interventions des députés, M. Mohamed Ghannouchi, Premier ministre, sest félicité de ladhésion des élus du peuple à ce projet et de leur contribution à en dégager la portée et les objectifs dans la mesure où ce projet ne constitue pas une mesure hors contexte mais sinscrit dans le cadre dune démarche graduelle et cohérente qui va de lavant sûrement sur la voie de la consécration, du renforcement et de lenracinement du processus démocratique pluraliste.

Le Premier ministre a, à cette occasion, passé en revue les différentes réformes réalisées depuis lavènement du Changement et en particulier les législations organisant la vie politique qui ont permis de renforcer la souveraineté du peuple, de consolider les fondements de lEtat de droit et des institutions, et dassocier davantage les partenaires nationaux et les composantes de la société civile à la gestion des affaires publiques.

Il a également mis laccent sur la dynamique réformiste que connaît la scène politique, dynamique illustrée notamment à travers la consolidation de la démocratie locale qui est à la base de lédification de la démocratie pluraliste et le noyau central qui en assure le progrès et la pérennité, outre la nécessité de réunir les conditions idoines permettant de faciliter lactivité des partis politiques, de conforter leur présence dans les institutions constitutionnelles et les structures consultatives, dintensifier leur action sur le terrain et leur rayonnement en plus de la promotion de leur rôle dans lencadrement des citoyens et lorganisation de leur participation à la vie publique.

Le Premier ministre a indiqué que cette démarche a été confortée par les efforts soutenus déployés en vue de multiplier les espaces de dialogue et den diffuser la culture, outre linstauration dun climat favorisant le pluralisme des idées et la diversité des approches et de la réflexion, dans le cadre de lengagement à servir lintérêt national.

M. Mohamed Ghannouchi a souligné que la réforme fondamentale de la Constitution est venue couronner une étape riche en réformes et inaugurer une nouvelle étape dans le processus de Changement, qui jette les fondements de la République de demain et consacre la fidélité aux constantes de la Tunisie, constantes qui se basent sur la corrélation étroite entre les droits civiques, politiques, économiques, sociaux et culturels.

Il a fait valoir que laction tendant à faire avancer le processus démocratique pluraliste en cette nouvelle étape de la marche du pays vers le progrès constitue une orientation de principe incontournable.

Le Premier ministre a ajouté que le Président Zine El Abidine Ben Ali, partant de ce concept, a initié ce projet de loi constitutionnelle qui permet délargir les opportunités de candidature à lélection présidentielle 2004, eu égard aux dispositions quil comporte et permettant, à titre exceptionnel, à chaque parti politique, représenté à la Chambre des Députés, de présenter un des membres de sa plus haute instance dirigeante aux présidentielles de 2004.

M. Mohamed Ghannouchi a précisé que contrairement à lélection présidentielle précédente, la candidature à lélection présidentielle ne sera plus limitée au premier responsable de chaque parti, quil soit président ou secrétaire général, mais il sera possible à chaque parti politique, parmi les cinq représentés à la Chambre des Députés qui ne sont pas en mesure, à titre individuel, de remplir la condition du parrainage, de présenter à la prochaine élection présidentielle le candidat de son choix, quil soit premier responsable ou membre de linstance dirigeante.

Le Premier ministre a, à cet égard, souligné que tout en veillant à multiplier les opportunités de candidature à lélection présidentielle, limportance majeure de la fonction de Président de la République dans le régime politique du pays commande dentourer la candidature à cette charge suprême dun minimum de garanties afin de préserver lintérêt supérieur du pays et de garantir le fonctionnement normal des rouages de lEtat.

Transparence et compétition démocratique

M. Mohamed Ghannouchi a évoqué les dispositions spéciales contenues dans le projet de loi constitutionnelle, à linstar de la loi constitutionnelle de 1999, qui concernent les personnes dont la candidature nest pas retenue selon la formule que prévoit la Constitution, et stipulant que lintéressé soit, le jour de la présentation de sa candidature, membre de lorgane exécutif de son parti depuis au moins une période de cinq ans sans interruption, ce qui confère aux candidats un minimum de crédibilité et de rayonnement.

Il a souligné la détermination à poursuivre cet élan de réforme afin de concrétiser la volonté du Président de la République de faire des prochaines élections une nouvelle opportunité permettant la participation des différentes parties, à la faveur des principes de la transparence et de la compétition démocratique. Il a indiqué que le projet damendement du code électoral qui sera soumis à la Chambre des Députés constitue le meilleur garant de la consécration de cette démarche, notant que ce projet permettra, conformément aux instructions données par le Chef de lEtat, de faciliter les conditions doctroi de la prime destinée aux candidats à la présidence de la République, et ce, en réduisant le taux minimal requis de voix déclarées en leur faveur de 5% à 3%, pour débloquer la part restante de la prime et le recouvrement de la caution financière.

Il a précisé que le projet prévoit également la réduction du nombre de bureaux de vote, la simplification des conditions daccréditation des observateurs par les listes électorales participant au scrutin et la distribution des cartes délecteur suffisamment à lavance.

Le Premier ministre a, dautre part, indiqué que ladoption par la Chambre des Députés de la loi portant préparation de la révision permanente des listes électorales, et qui est entrée en vigueur le 16 décembre dernier, a été une étape préliminaire en vue dassurer une application judicieuse des dispositions du code électoral après son amendement, cette révision étant de nature à faciliter les opérations dinscription et à inciter les citoyens à accomplir leur devoir électoral.

Il a relevé que cette démarche sera confortée par une action octroyant aux partis politiques et aux composantes du tissu associatif davantage dopportunités de faire connaître leurs activités et leur programme et de renforcer leur audience, précisant que cette orientation est illustrée par les mesures annoncées par le Président de la République au sujet de lintensification de la couverture, par la radio et la télévision, des activités des partis et des associations et de la multiplication des tribunes de dialogue dans les différents médias, en plus de la réalisation dune émission télévisée en direct consacrée aux débats qui ont lieu lors des séances sectorielles à la Chambre des Députés.

Il a, en conclusion, souligné que ce projet et les autres réformes qui lui succéderont, témoignent de la ferme volonté daller de lavant sur la voie de lenracinement accru des fondements du système démocratique et pluraliste du pays et de lélargissement de la participation des partis politiques à la vie publique.

La Chambre a adopté ce projet en première lecture, quatre députés sétant abstenus.

Auparavant, le président de la Chambre des Députés avait indiqué que ce projet de loi constitutionnelle sinscrit dans le cadre des initiatives présidentielles successives visant à renforcer davantage le processus de réforme et la souveraineté du peuple. Il a relevé que ce projet fait ressortir les dimensions profondes de la réforme constitutionnelle et sa signification politique qui vise à conforter les attributs dune société libre et pluraliste et à consolider le régime républicain, à la faveur du consensus national et du respect de la loi.

(Source: La Presse du 08701/2003)


 

Dix demandeurs d’asile observent un jeûne depuis samedi à Rodez (Aveyron-France)

 
AFP, le 7 janvier, 10h42 Dix demandeurs d’asile observent un jeûne depuis samedi dans une salle paroissiale de Rodez pour obtenir la régularisation de leur situation administrative, a constaté mardi un correspondant de l’AFP. Les demandeurs, des hommes âges de 20 à 47 ans, pères de famille pour la plupart, sont originaires d’Algérie, de Tunisie et de Sierra Leone. « Nous voulons du concret, c’est-à-dire des papiers qui nous permettront de travailler et de nourrir nos familles », a déclaré Karim Abada, porte-parole du groupe de jeûneurs. « Plus généralement, nous réclamons des réponses des autorités dans un délai raisonnable, un plus grand nombre d’admissions et un droit au travail dans l’attente des décisions », résume Jean Malié, responsable du collectif de soutien aux sans-papiers de l’Aveyron qui accompagne les demandeurs d’asile avec plusieurs autres associations. Les jeûneurs reçoivent chaque jour la visite d’une infirmière et d’un médecin bénévoles dans la salle paroissiale mise à disposition de manière concertée par les églises catholique et réformée, selon le curé Alphonse Rey et le pasteur Etienne Vion. « Les dix jeûneurs sont des demandeurs d’asile et non des sans-papiers, ce qui ne me permet pas d’utiliser mon pouvoir discrétionnaire sauf lorsque l’ensemble de leurs démarches de demandes d’asile sera épuisé », a indiqué le préfet de l’Aveyron, Pierre Bayle. Les demandes d’asile sont traitées par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).   (Source : http://infos.netscape.fr/info/NDepeche?id=114313&cat_id=9 )

 

Tunisie – Chute de 13,5% des revenus du tourisme en 2002

 
 Reuters, le  07.01.2003 à 17h37     TUNIS, 7 janvier (Reuters) – Les revenus du tourisme en Tunisie ont diminué de 13,5% en 2002 par rapport à 2001, affectés par l’attentat suicide d’avril contre la synagogue de Djerba, selon des statistiques officielles publiées mardi.           Le nombre de nuits d’hôtel a ainsi diminué de 17,4% en 2002.           Le tourisme, représente la première source de devises pour la Tunisie (avec environ 17%) et constitue le second employeyr après le secteur agricole.           L’attentat sur l’île touristique de Djerba, qui a fait 21 morts en avril 2002, dont 14 touristes allemands, a provoqué un véritable marasme dans l’industrie touristique tunisienne.           En 2002, les revenus du tourisme ont atteint 2,023 milliards de dinars ($1,517 milliards) comparés aux 2,340 milliards de dinars engrangés en 2001, où la Tunisie a accueilli un record de 5,4 millions de touristes étrangers, selon les statistiques de la Banque centrale.           Le nombre de touristes en 2002 n’étaient pas disponible pour le moment, mais les chiffres gouvernementaux montrent déjà un recul des nuits passés à l’hôtel de 17,4% à 29,600 millions en 2002 par rapport à 2001.           Cette baisse est principalement imputable à une désaffection des touristes en provenance d’Europe, marché majeur de la Tunisie.           A l’inverse, les visiteurs provenant de Libye et d’Algérie ont progressé d’environ 20%, mais leur fréquention n’a pas compensé la perte des touristes européens, principalement allemands. Les touristes libyens et algériens sont plutôt hébergés par des amis ou louent des maisons.           Pour les neuf premiers mois de 2002, le nombre de visiteurs allemands a diminué de 37,4% par rapport à la période similaire de 2001, selon les statistiques.    En 2001, ils avaient représenté plus de 38% des recettes totales du tourisme national avec environ un million de visiteurs, soit un peu moins du quart du total des touristes.    Mais en 2003, le gouvernement s’atttend a un regain de l’activité touristique qui devrait, selon lui, générer des revenus de 2,3 milliards de dinars, en hausse de 13,6% par rapport à 2002. La fréquentation d’hotels devraient progresser pour atteindre 33 millions.           En décembre dernier, une vaste campagne commerciale a été lancée par les autorités afin d’attirer les touristes européens et la clientèle fortunée des pays du Golfe.    Le gouvernement a ainsi invité plus de 1.000 représentants d’agences de voyages allemandes et autres voyagistes.   ($1=1.333 dinar)   REUTERS
 

 

Forte hausse des investissements français en Tunisie

TUNIS (AP) – Les investissements français en Tunisie, hors secteur énergétique, ont enregistré en 2002 une hausse de 66% par rapport à l’année précédente, atteignant un volume de près de 130 millions d’euros. La plus grosse opération a été l’acquisition en octobre par la banque française «Société générale» de 52% du capital de l’Union internationale de banque (UIB), première banque tunisienne à être privatisée pour 79 millions d’euros. Selon le bilan annuel de la Chambre tuniso-française de commerce et d’industrie (CTFCI), 77 nouveaux projets à participation française et 67 autres extensions de projets existants ont été réalisés en 2002, portant à 978 le nombre des entreprises françaises en Tunisie.   Le président de la CTFCI, Foued Lakhoua, prévoit l’implantation de la 1000ème entreprise française dans le courant de 2003, année qui sera marquée par la visite officielle du président Jacques Chirac. Avec 27% de parts de marché, la France est le premier partenaire commercial et le premier investisseur en Tunisie devant l’Italie, le Portugal, l’Allemagne et les Etats-Unis.   Traditionnellement concentrés sur le secteur textile/habillement, les investissements français sont de plus en plus orientés vers d’autres domaines d’activité, comme les industries électriques et électroniques, l’informatique et les télécommunications ou les services.   Associated Press  

 

Le constructeur automobile coréen Hyundai envisage de s’implanter en Tunisie

TUNIS (AP) – Après avoir opéré une percée remarquable dans le secteur de l’électroménager avec la firme LG, les opérateurs sud-coréens semblent intéressés par une implantation industrielle en Tunisie. Selon «Le Quotidien de Tunis», le constructeur automobile Hyundai cherche à s’implanter en Tunisie pour en faire une plate-forme de développement de son activité dans le bassin méditerranéen. Le journal fait état du récent passage à Tunis du président de la firme sud-coréenne, Lee Kye-Ahn, où il a eu «d’importantes conversations» avec les institutions spécialisées et les opérateurs concernés, en vue du lancement d’un projet de chaînes de montages de voitures et de production de pièces de rechange. »Plusieurs variantes du projet ont été étudiées qui ont mis en relief la bonne opportunité de cette implantation en Tunisie, eu égard aux différents accords tuniso-européens, à la compétitivité de la main-d’oeuvre tunisienne et à la position géographique du pays», ajoute «Le Quotidien».   La Tunisie a signé en 1995 un accord d’association avec l’Union européenne qui prévoit l’établissement progressif d’une zone de libre-échange à l’échéance 2008. Le parc automobile tunisien, d’environ 900.000 pour 10 millions d’habitants connaît depuis plusieurs années une forte croissance notamment liée à la diminution des droits d’importations. Leaders actuels des marchés maghrébins, les Européens Renault, Peugeot et Fiat ont installé des chaînes de montage au Maroc.   Associated Press

 

La firme automobile sud-coréenne Hyundai souhaite s’implanter en Tunisie

Le constructeur automobile sud-coréen Hyundai Motor cherche à s’implanter en Tunisie pour en faire une plateforme du développement de son activité dans le bassin méditerranéen, rapporte mardi le Quotidien de Tunis.   Le journal relève que les Sud-Coréens ont réussi leur implantation en Tunisie sur le marché de l’électroménager à travers la marque « LG » et qu’ils « lorgnent depuis un certain temps sur le marché automobile ».   Hyundai est intéressé tant par le montage que la production de pièces de rechange pour les pays riverains de la Méditerranée, indique encore le journal qui rappelle la visite effectuée fin 2002 par le président de la firme sud-coréenne Lee Kye-Ahn en Tunisie.   « Plusieurs variantes de ce projet ont été étudiées qui ont mis en relief la bonne opportunité de cette implantation en Tunisie, eu égard aux différents accords tuniso-européens, à la compétitivité de la main d’oeuvre et à la situation géographique du pays », indique le Quetidien.   Selon le journal, les récentes mesures d’accélération de la libéralisation du marché automobile tunisien accroîssent les chances de réalisation de ce projet.   AFP, le 7 janvier 2003


 

Rétrospective boursière 2002

  « Tustex »   Placée dans un contexte économique très difficile, lannée 2002 a été un très mauvais cru sur le plan boursier. Les performances sur le compartiment actions ont été décevantes tout comme il y a eu un certain nombre de mauvaises surprises de la part des sociétés faisant appel public à lépargne.   Pour décrire la morosité de lannée boursière 2002, il faut surtout signaler le net recul du volume des transactions qui sest inscrit en baisse de 32,6% à 343 MDT en dépit dun mois de décembre qui a connu des applications de grande taille.   La Cote a connu plusieurs séances anémiques ne dépassant pas les 0,2 Million de Dinars provoquant pour lensemble de lannée une forte détérioration du ratio de liquidité du marché (33%).   Cette situation sexplique par le glissement continu des cours qui provoquait un tarissement de loffre et en même temps une contraction de la demande. Comme par le passé, cette année a démontré quun marché baissier provoquait une baisse significative des échanges. La baisse du marché au cours de lannée 2002, telle que mesurée par le TUNINDEX, a été de -11,66%  qui survient après une baisse de  -12,18% en 2001. Sur deux années, les pertes du marché sélèvent à -22,42%. La capitalisation boursière a reculé de 13,5% dune année à lautre passant de 3276 MDT à 2833,9 MDT.   Au niveau de lactualité des sociétés faisant appel public à lépargne, lannée 2002 a été émaillée par des incidents qui ont porté un préjudice à la perception globale de la bourse et ont entamé la confiance des investisseurs.     Il y a eu tout dabord laffaire BTEI. Cette banque après avoir publié des résultats provisoires de 7,7 MDT en Février 2002 va se rétracter au mois de Juin pour ne retenir quun bénéfice de 37 mille dinars. Cet ajustement de résultat qui intervient suite à une décision de redéploiement stratégique en banque universelle a interpellé plus dun investisseur sur la pertinence des états financiers provisoires.   Elle suscite également des interrogations sur la politique de provisions des banques dune manière générale qui reste floue, aléatoire et sujette à de fréquents changements.   La conséquence de cet ajustement de résultats a été la décision de ne pas payer les dividendes prioritaires attachés aux ADP.   Celles-ci vont perdre leur statut de valeurs à rendement assuré et décevoir les détenteurs qui ont misé sur cette catégorie dactions. Il ne sagit pas de la première déconvenue sur les ADP puisque celles de Palm Beach Hôtels se sont retrouvées, depuis 1999, dans lincapacité dhonorer les distributions de dividendes.   Il y a eu ensuite laffaire BATAM. Cette société qui a connu des difficultés financières depuis la fin de lannée 2001, avait mis en place un plan de restructuration financière. Celui-ci comportait une augmentation de capital réalisée au cours du 1er semestre 2002 et un emprunt obligataire au cours du 3ème trimestre 2002.   Si la première opération a plus ou moins réussi, la deuxième na pas pu se faire en raison dune désaffection quasi totale des investisseurs.  Cest pourquoi la société a dû être placée sous mandat judiciaire qui devrait statuer dans quelques mois sur un plan de redressement.   Dans lintervalle, la note de la société a été dégradée 2 fois et son cours en dépit de deux suspensions sest effondré de plus de 70% en novembre. Actuellement, le marché sinquiète des risques de défaut des obligations en circulation et a pris conscience du vrai risque des obligations et des conséquences que cela pouvait avoir sur lensemble des composantes du marché obligataire (SICAV, émetteurs, …).   Dans cette affaire, le grand perdant aura été linformation financière qui na pas été en mesure de refléter correctement les risques dun groupe de grande taille dont les comptes ne sont toujours pas consolidés et qui rappelons le a distribué des dividendes quelques semaines avant sa mise sous mandat judiciaire.   La privatisation de lUIB par la cession des participations des sociétés étatiques si elle a rencontré un grand succès pour lÉtat cédant, elle a été en revanche très décevante pour les petits porteurs. En effet, ces derniers nont pas pu bénéficier de la garantie des cours consécutive à une prise de contrôle majoritaire et nont pas pu céder leurs actions aux mêmes conditions que les principaux cédants.   Se prévalant de son droit à la dérogation aux principes conformément à loi 94 et compte tenu de la volonté des pouvoirs publics de plafonner la participation étrangère aux 52% mis en vente, le CMF a octroyé au repreneur une dérogation à la règle de garantie des cours régissant les prises de contrôles majoritaires. Bien quau vu de la loi, lopération sest faite normalement, cest au regard du principe général dégalité entre les actionnaires que cette opération pose problème. Les actionnaires minoritaires nont pas bénéficié des mêmes conditions de sortie que les actionnaires vendeurs et donc leurs intérêts dans cette opération nont pas été sauvegardés.   La dernière opération qui mérite dêtre signalée est la suspension de la valeur liquidative de la SICAV BH PLACEMENT. Cette suspension na pas fait lobjet dun compte rendu mais serait due à des irrégularités comptables qui ont eu pour effet daccroître artificiellement la valeur liquidative de la SICAV.   Encore une fois, linformation financière na pas été en conformité avec les règles comptables et a donné une image peu fidèle de la situation réelle de la société. Le préjudice surtout moral subi par les actionnaires de cette SICAV dont les fonds ont été bloqués risque dêtre non négligeable et de véhiculer une image peu reluisante des OPCVM.   Le renforcement des règles de calcul des portefeuilles des OPCVM avec une approche plus courageuse et dynamique dévaluation à des prix réels de marché, aussi bien des actions que des obligations, semble être plus que jamais une urgence pour lindustrie des organismes de placement.   Lannée boursière 2002 a été également marquée par quelques opérations de grande envergure telle que la restructuration du groupe SFBT qui a, conformément à larticle 466 de la loi 2001-117, procédé au dénouement de ses participations croisées. Cette opération a vu la société mère racheter ses propres titres détenus par la SPDIT ainsi que par dautres filiales en vue de les annuler ultérieurement et vise donc à créer de la valeur pour les actionnaires.   La SFBT qui demeure le titre phare du marché, tant en termes de capitalisation que de liquidité, consolide son périmètre entre ses actionnaires dorigine tout en donnant aux minoritaires la possibilité de préserver leurs participations dans le groupe. Lintérêt accordé à la question des minoritaires mérite dêtre souligné et traduit le souci du groupe SFBT davoir une politique actionnariale équitable et attractive.    Au niveau du marché primaire, deux  introductions via OPV ont eu lieu : STIP (janvier 2002, 382,529 titres) et SOMOCER (décembre 2002, 336,000 titres) ouvrant leur capital respectivement à hauteur de 10% et 12% et venant consolider la diversité sectorielle de la cote. Dun autre côté, la bourse a enregistré le retrait de deux sociétés : la BTQI suite à une OPA lancée par lETAP en février et LE MOTEUR après que IDM du groupe Mabrouk ait finalisé une OPR fortement attendue après la prise de contrôle intervenue deux années auparavant.   Côté émissions actions, deux sociétés seulement sont venues lever des fonds propres frais sur le marché pour une enveloppe minuscule de 8 MDT  contre 7 sociétés en 2001pour un total de 113 MDT. A lopposé de cette faiblesse inquiétante sur le compartiment actions, les émissions obligataires se sont maintenues à un niveau appréciable sélevant à 267 MDT contre 297 MDT en 2001.   Pour la deuxième année consécutive, le secteur bancaire a été très actif sur le marché obligataire pour accaparer prés du 1/3 du marché. Sur le marché monétaire, linstauration par la banque centrale de nouveaux outils de pilotage pour maîtriser loffre de la monnaie a permis une certaine détente sur les taux courts.   Par ailleurs, le recours renouvelé de lEtat Tunisien à lendettement extérieur pour équilibrer les finances publiques a atténué le coût de lendettement total et la pression sur les taux longs locaux. Les émissions de BTA ont totalisé 754 MDT contre 630 MDT en 2001 voyant le rendement de certaines catégories baisser significativement. Une nouvelle catégorie de bons de trésor de longue maturité (12 ans) a été lancée avec succès formant un gisement annuel de 338,8 MDT.  Prés de 45% des BTA émis reviennent à cette nouvelle souche contre  24% pour le BTA 4 ans qui voyait son rendement actuariel chuter de 7,45% à moins de 7% en fin dannée et subir la concurrence des autres titres souverains de moyen terme. Pour les maturités courtes, près de 1685 MDT sont levés sur les BTCT contre 1880 MDT en 2001. Lallongement de  la courbe des taux sur le marché primaire et le nivellement des taux courts à des niveaux plus bas ont compensé la préférence des investisseurs pour la liquidé et permis une meilleure rationalisation de lendettement public.   Si lannée 2002 a été globalement très décevante sur plusieurs plans, il faut tout de même reconnaître que des améliorations qualitatives substantielles ont été notées surtout au niveau de lenrichissement des informations contenues dans les prospectus démission des sociétés faisant appel public à lépargne, de lamélioration de linformation par les sociétés cotées sur des événements importants, dune plus grande disponibilité dinformations financières assez exhaustives sur les sociétés cotées et dinformations économiques émanant des autorités monétaires et économiques.   Enfin, il faut souligner limminence de certains projets de développement tels que le lancement dun fonds dinvestissement à long terme et la promulgation de la loi sur la pension livrée, qui devraient relancer progressivement lactivité et les performances des différents marchés de capitaux.   © Copyright Tustex 2003.   (Source : Tustex News N°:160, site web : http://www.tustex.com.tn )
 

 

FLASH INFOS
 

Assemblée Générale à Tunis de la Fédération mondiale des associations des étudiants en médecine

  La Fédération mondiale des associations des étudiants en médecine a choisi la Tunisie pour y tenir sa deuxième assemblée générale. Cette organisation internationale, qui représente quelque 1,5 million détudiants en médecine dans plus de 80 pays dont la Tunisie à travers Associa-Med (Association des stagiaires internes et des étudiants de la faculté de Médecine de Tunis) , est reconnue par les Nations unies et lOMS comme lunique forum international des étudiants en médecine.   Ouvrant les travaux de cette rencontre, Mme Néziha Escheikh, secrétaire dEtat auprès du ministre de la Santé publique, chargée des Etablissements hospitaliers, a salué les objectifs fédérateurs de cette organisation dont les idéaux de fraternité et de coopération sinscrivent, a-t-elle souligné, dans le droit-fil de lapproche de la Tunisie de lère nouvelle pour la promotion de la société du savoir et la diffusion de la culture du partage et de la solidarité.   (Source : La Presse du 8 janvier 2003)  

Tunisiana prend des sanctions contre les distributeurs abusifs

La société Orascom Télécom Tunisie-Tunisiana a rendu public hier le communiqué suivant : «Depuis le 27 décembre 2002, date de linauguration du réseau, chaque jour vient confirmer le succès commercial de Tunisiana, que ce soit sur notre offre postpayée ou sur Marhbè, notre offre prépayée. De manière à faciliter la commercialisation de ses services et à jouer la proximité, près de 300 points de vente avaient été sélectionnés par Tunisiana. Cependant, profitant de cette affluence environ quatre fois supérieure aux prévisions initiales, certains revendeurs peu scrupuleux ont failli aux valeurs de Tunisiana et aux obligations de notre cahier des charges. Les responsables commerciaux de Tunisiana, alertés par les réclamations de notre aimable clientèle parvenues au service clients, ont en effet constaté certains abus comme la vente conditionnée ou le manquement flagrant aux critères de qualité exigés par Tunisiana. En conséquence, une liste de 38 points de vente non conformes aux valeurs de Tunisiana a été établie et lagrément pour la vente des lignes leur a été immédiatement retiré. Tunisiana entend ainsi garantir la qualité de ses offres en interne et chez ses partenaires. Tunisiana rappelle à son aimable clientèle que le service clients est disponible 24h/24 et 7j/7 au 1111 à partir de votre mobile Tunisiana ou du 22 11 11 11 à partir dun autre téléphone.»   (Source : La Presse du 8 janvier 2003)  

Un complexe résidentiel au profit des magistrats à Bizerte

Un complexe résidentiel va être construit à Bizerte au profit des magistrats exerçant dans la région. Le complexe comprendra 29 appartements sur une superficie totale de lordre de 3.526 m2, soit 100 à 135 m2 par appartement en moyenne. Une enveloppe de lordre de 1,880 million de dinars devrait être consacrée à la réalisation de ce projet dont les travaux seront engagés au cours du premier trimestre de lannée 2003. La concrétisation du projet devrait sétaler sur 12 mois.   (Source : La Presse du 8 janvier 2003)

 

Tunisia extends Djerba airport

  TUNIS, Jan 8 (Reuters) – Work to extend the airport in Djerba, Tunisia’s tourism hub, will be completed by next December and its capacity will rise to four million passengers a year from 1.5 million currently, officials said on Wednesday.   The work is costing 63 million dinars ($47 million) and will make Djerba Tunisia’s largest airport.   The country, which is expecting more than five million foreign tourists this year, has seven airports with a total capacity of around nine million passengers.   Tunis Carthage airport is currently the biggest with 2.7 million passengers.   ($1= 1.335 dinar) REUTERS

 

Les avoirs en devise en progression

Les avoirs nets en devises, ont, indique un rapport de la BCT, poursuivi leur progression pour s’établir à 3.074 M.D. à fin novembre 2002 (ou 83 jours d’importation) contre 2.369 M.D. (ou 63 jours) une année auparavant. Au 20 décembre 2002, les avoirs nets en devises se sont élevés à 3.124 M.D. contre 2.328 M.D. pour la période correspondante de 2001, en progression de 796 MD.   (Source : Le Temps du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)   Et où en est le dinar ? Concernant la situation du dinar, la BCT indique qu’après avoir enregistré une légère appréciation de 0,1% vis-à-vis du dollar et une dépréciation de 0,2°/r vis-à-vis de l’euro, au cours du mois de novembre, cette évolution du dinar s’est accentuée au cours de la période allant du 2 au 27 décembre puisqu’il s’est apprécié de 3,1 % face au dollar et s’est déprécié de 1,5% face à l’euro. Depuis le début de l’année et jusqu’au 27 décembre 2002, le dinar s’est inscrit en hausse de 8,5% par rapport au dollar et en hausse de 6,8%face à l’Euro. (Source : Le Temps du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)    

UGET : La crise reprend du tonus

La direction officielle de l’UGET a tenu, samedi dernier, une commission administrative nationale pour faire le point sur les affaires internes de l’organisation et la situation dans les universités. Et comme le linge sale à laver ne manquait pas, une grande partie du débat a porté sur les moyens à même de «circonscrire» les racines du mal dont souffre la centrale estudiantine depuis plusieurs mois. Des mesures disciplinaires ont été, à cet effet, prises. Tous les éléments «turbulents» au sein de l’UGET ont été touchés par le coup de balai opéré. Les activités de MM. Adel Hamdi et Lamjed Jemli, deux membres du B. E. ont été gelées sur fond d’absence lors des réunions du B.E.   (Source : Le Quotidien du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)  

Le chiffre du jour : 141

Cent quarante et un millions de dinars, tel est le montant des importations tunisiennes en bois pour les 10 premiers mois de 2002. Ce chiffre est en légère baisse par rapport à celui des 10 premiers mois de 2001 qui était de 144 MD. Les importations en bois pour l’ensemble de l’année 2001 avaient atteint le chiffre de 166 MD.   (Source : Le Quotidien du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)  

OPA du CNT : Les sortants créent un nouveau comptoir

Après la réussite de l’OPA, réalisée par le Groupe Sellami sur le Comptoir National Tunisien (CNT) et sa mainmise sur tous les organes de gestion de cet important secteur de distribution du bois en Tunisie, les anciens dirigeants du CNT viennent de riposter … en créant un autre comptoir appelé tout simplement « Le Comptoir ». M. Ahmed Ellajmi et Abdelaziz Zaliba ont en effet lancé l’opération de création d’une S.A. dotée d’un capital de 1,25 million de dinars, spécialisée dans l’achat et la vente de tous les matériaux de construction, des bois et dérivés. Ce « comptoir » a choisi de s’implanter à Sfax. Les fondateurs ont publié dans les journaux une notice destinée à l’information du public.   (Source : Le Quotidien du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)  

TV : Noureddine Chouchane n’est plus

Une étoile vent de s’éteindre lundi 6 janvier. Noureddine Chouchane s’est éteint à l’âge de 63 ans laissant à ses pieds une carrière de 30 années en matière de réalisation et donnant à la 7V des couvres majeures. Connu par la réplique «Un franc mon ami» (frenk ya sahbi) N.C. a réalisé le piège (1) et (2); « La colombe et le froid » N.C. appartient à un monde à part. Un monde d’immortels qui savent exercer leu pouvoir dans l’art à distance. ll peut nous emporter ailleurs dans son univers.   (Source : Le Quotidien du 8 janvier 2003, daprès le portail Babelweb)  

 

«أوراسكوم» و«الوطنية» تبدآن تشغيل شبكة الجوال الثانية في تونس

 

القاهرة: «الشرق الاوسط»

افتتح المهندس نجيب ساويرس رئيس مجلس ادارة شركة «اوراسكوم تيلكوم» المصرية ووزير تكنولوجيا الاتصال في تونس صادق رابح شبكة الجوال الثانية في تونس (تونيزيانا) وحضر حفل الافتتاح ممثل الشركة الوطنية الكويتية للاتصالات احمد حليم ومدير عام شركة «اوراسكوم تيلكوم» بتونس.

وصرح وزير الاتصالات في تونس ان انطلاق شبكة الجوال الثانية يعتبر بمثابة انطلاق للمنافسة الفعلية في قطاع الاتصالات بالبلاد، واوضح الوزير ان انطلاق المنافسة سيكون على اساس التسهيلات التي تقدمها الشركات للمشتركين ونوعية الخدمات. واضاف الوزير ان الاستثمار المصري ـ الكويتي الذي يضم كلا من «أوراسكوم تيلكوم» و«الوطنية الكويتية للاتصالات» يعتبر اول استثمار عربي ضخماً يدخل قطاع الاتصالات.

ومن جانبه صرح المهندس نجيب ساويرس في تصريحات للصحافيين أن الاستثمار في تونس يعتبر قرارا صائبا معربا عن امله في تواصل المناخ الايجابي مع تذليل العقبات لضمان نجاح التجربة الرائدة التي تضم أوراسكوم والوطنية والتي ستكون حافزا لاستثمارات اخرى في تونس.

وقد بلغت قيمة صفقة الشبكة الثانية للهاتف المحمول في تونس 454 مليون دولار وتم دفع القسط الاول بقيمة بلغت 227 مليون للحكومة التونسية في حين ينتظر دفع القسط الثاني في سبتمبر (ايلول)

(المصدر: صحيفة الشرق الأوسط الصادرة يوم 8 جانفي 2003)


ارتفاع ملحوظ في انتاج النفط في تونس

تونس كونا

كشف تقرير احصائي حول قطاع النفط والغاز‏ ‏ان اجمالي انتاج تونس من النفط الخام لعام 2002 بلغ 3.7 مليون طن مقابل 3.3 مليون ‏ ‏طن عام 2001 اي بزيادة 11 في المائة.

وقال التقرير انه تم منح 34 ترخيصا للاستكشاف والتنقيب عن النفط والغاز للشركات ‏المستثمرة في هذا القطاع ثلاثة منها تغطى مساحة اجمالية للعمليات الاستكشافية ‏النفطية تقدر بنحو 119039 كيلومترا مربعا.

واضاف انه قد تم ايضا خلال عام 2002 حفر تسعة ابار استكشافية وتطويرية نفطية ‏جديدة مقابل اربعة ابار في عام 2001 مشيرا الى ان عمليات الحفر اسفرت عن انجاز ‏بئر تقييمية لاكتشاف حقل نفط بمنطقة الحمامات لشركة « اجيب » يقدر انتاجها اليومي بنحو‏ ‏4682 برميل نفط و180 مترا مكعبا من الغاز الطبيعي.

واشار الى انه تم انجاز بئر مماثل في منطقة خليج قابس في حقل صدر بعل بجنوب ‏البلاد يقدر انتاجها اليومي بـ 518 برميلا من النفط.

واوضح التقرير ان شركة « بروساك »‏ ‏اعادة عملية حفر بئر الجم بالوسط للتأكد من مخزونها الذي يقدر بنحو 1500 برميل من‏ ‏النفط.

وحول الغاز الطبيعي فقد اوضح التقرير ان كميات الانتاج القابل للتسويق عام‏ ‏2002 تقدر بـ 2.4 مليون طن مقابل 2.3 مليون طن عام 2001.

ويعد حقل مسكار في جنوب تونس من اكبر الحقول المنتجة للغاز الطبيعي في البلاد ‏بحصة تناهز 60 في المائة من الانتاج الاجمالي للغاز.‏

واوضح ان حصة الغاز الطبيعي في تونس بلغت في العام الماضي نحو 46 في المائة من ‏اجمالي مصادر الطاقة مقابل 32 في المائة خلال السنوات الخمس الماضية.‏

وقال مصدر اعلامي اقتصادي تونسي ان قيمة الاستثمارات الاجمالية في قطاع الطاقة ‏والمحروقات في البلاد تقدر حاليا بنحو 461 مليون دينار تونسي يعود النصيب الاكبر‏ ‏منها لشركات اجنبية مستثمرة الى جانب الشركة التونسية للانشطة البترولية.

وتقدر قيمة الاستثمارات الجديدة في هذا القطاع عام 2002 بنحو 185 مليون دينار ‏تونسي مقابل 97 مليون دينار عام 2001 اي بزيادة بواقع 90 في المائة.‏

يذكر ان الشركة الكويتية للاستكشافات البترولية الخارجية تقوم في تونس ايضا ‏ ‏بنشاطات استثمارية في مشاريع استكشافية وتطويرية بالتعاون مع مؤسسات تونسية.

(المصدر: وكالة الأنباء الكويتية (كونا) بتاريخ 8 جانفي 2003)


 
Lettre d’information du site « Tunisie Réveille Toi ! »
qui recense les articles et les breves publiés depuis 4 jours. NOUVEAUX ARTICLES
 
** Islam et laïcité : Possibilité d’une coexistence !!! ** Salah Karker  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article52 ** Islam laïc (laïque)* ou laïcité musulmane, ou l’une des autres voiespossibles ! ** Ivan   http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article51

** Une OGM : Une opposition génétiquement modifiée ?  **

 Hasni

 http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article50 ** Tunisie : cyberdissident en prison / HacktivistNewsService **  Angelica  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article49 ** La  » droits de l’hommania  » / par Chokri Hamrouni **  Angelica   http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article45 ** À quand la délivrance? / Mehrez Drandi ** Angelica  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article46 ** Le juge M. Yahyaoui peut il transformer l’essai auprès de l’opposition tunisienne ? **  hasni  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_article48

—————–              LES BREVES           —————–

** Grèves (source: Tunisnews) ** – mercredi 8 janvier 2003  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve 3 ** Ben Ali réagit aux articles du Matin Jilani, le remplaçant potentiel de Ben Ali, agressé à Tunis ** – mardi 7 janvier 2003  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve 2 ** À TOUS LES AVOCATS DE LA LIBERTÉ / Nejib Hosni ** – lundi 6 janvier2003  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_breve 1


مقتطفات مهمة من تصريحات الدكتور منصف المرزوقي في برنامج « الإتجاه المعاكس » الذي بثته قناة الجزيرة الفضائية يوم الثلاثاء 31 ديسمبر 2002.

 

عوامل نشوء الأنظمة الدكتاتورية العربية

 

د.منصف المرزوقي: أولاً أريد أن.. يعني لن أعود إلى قضية العامل الخارجي، قلت لك يا صديقي العزيز أنا متفق معك في هذه النقطة. لن أتوقف طويلاً عند قضية اللي أنا صاحب تشرشل، لأنني لست صديق تشرشل، لكن أغتنم هذه الفرصة لأذكر العرب بأنه أكبر غلطة يرتكبوها في قضية الديمقراطية هو أن يتصورونها بضاعة غربية يحاول الغرب يفرضها علينا، فهذا غير صحيح تماماً.

 

الديمقراطية هي آلية لتسيير النظام السياسي بكيفية فعالة، يحاول الغرب الاحتفاظ بها، ولا يريد تصديرها لنا بتاتاً، وبالعكس فإن الأنظمة.. الأنظمة الغربية وليست الشعوب الغربية، الأنظمة الغربية هي أكبر ركيزة للدكتاتوريات، ولا تريد لنا الديمقراطية مطلقاً، ومن يعتقد العكس فهو لا يفهم شيء في السياسة، الأنظمة الغربية لا تريد لنا الديمقراطية، ونحن إذا يوماً من الأيام استطعنا أن نفرض الديمقراطية فسنفرضها أولاً على الحكومات الغربية، وثانياً سنفرضها على أنظمتنا الدكتاتورية، بخصوص هذه الأنظمة الدكتاتورية -هي دائماً وأبداً- ترفض لنا من نسميه المحاكمات العادلة.

 

لا يجب أن.. يعني أن ننهى عن المنكر ونأتي بمثله، أنا أريد أن أقوم بمحاكمة عادلة لهذه الأنظمة العربية، وأقول أولاً: يجب أن نتذكر.. يجب أن نتذكر دوماً أنها لم تأتِ من المريخ، نحن لم نستورد هؤلاء الدكتاتوريين لا من تشيكوسلوفاكيا ولا من الهند ولا، هادوم نتاج المجتمع العربي المتخلف، هم ذروة التخلف العربي، هم مثلي.. مثلي.. مثلي مثلك.. مثلك، ذهبوا إلى المدارس، وقرءوا، إنما العاجز من لا يستبد، ويا مسرور اقطع رأسه، ويا مسرور أعطه 10 آلاف جارية، و10 آلاف خادم، يعني همَّ نتاج هذه الثقافة العربية، يعني همَّ منا وإلينا، ونحن نفسنا، أنا أذهب إلى أبعد من هذا وأقول إنه حول هذه الطاولة فيه ثلاث أشخاص مؤهلين لأن يكونوا دكتاتوريين لو وُضعوا في.. في نفس الظروف.

 

د.فيصل القاسم: صحيح.

 

د.منصف المرزوقي: وأقول إنه لو أخذنا أي مصري في.. في الشارع، أي تونسي، أي عراقي ووضعناه في المكان الذي يوجد فيه الديكتاتوري ربما لما تصرف في مثل يعني إلا بنفس العائلة والعشيرة والقبيلة و.. والسلطة و.. والتسلط، وكذا، هذه مشكلتنا إنه إحنا عندنا عوامل ثقافية داخلية، هذه الفكرة الأولى لم نأتِ بهم من المريخ، همَّ جزء من حضارتنا، ولهذا عملية تثبيت الديمقراطية ستكون معركة طويلة النفس، لأنها معركة حضارية قبل أن تكون..

 

د.فيصل القاسم: ومعركة داخلية وليست خارجية..

 

د.منصف المرزوقي: معركة داخلية. وثانياً الفكرة الثانية التي أركز عليها في إطار المحاكمة العادلة لهذه الأنظمة أنهم لم يجدوا التشتت، ولم يجدوا الفساد يعني همَّ وجدوا.. وجدوا التشتت، يعني لم يخلقوه، يعني وجدوا دول متشتتة، وجدوا ملوك الطوائف، همَّ وجدوا الفساد، همَّ وجدوا الظلم، لكن هم لم يستطيعوا لا حل مشكلة الفساد، ولا حل مشكلة الظلم، ولا حل مشكلة التشتت، بل أصبحوا جزءاً من المشكل، يعني عِوض أن يكونوا جزء من الحل أصبحوا جزءاً من المشكل، وأصبحوا همَّ المشكل، بحيث اليوم قضية الأنظمة العربية هو أنهم أولاً منا وإلينا، همَّ يعكسون أسوأ ما فينا، وهذه..

 

وهذه مشكلة خطيرة، يعني الديمقراطية ستكون صعبة في.. في بلداننا، لأنها ثورة ثقافية، وفي نفس الوقت همَّ الآن جاءوا ربما بنوايا طيبة، لكنهم أصبحوا الحجر.. يعني العقبة الأساسية في وجه تحقيق العدالة الاجتماعية نظراً لاستشراء الفساد، أصبحوا العقبة الأساسية في تحقيق الوحدة، لأنهم دكاترة، ولا يمكن أن يتوحدوا، ولا يمكن أن يتفاهموا يغضب هذا على هذا، أنت.. وأغلقت الحدود وطُرد المواطنين، وانتهى الموضوع، وتفكك.. وتخرج..

 

د.فيصل القاسم: يعني عقلية طلاب مدارس.. تلاميذ مدارس، أطفال.

 

د.منصف المرزوقي: طبعاً.. طبعاً، يعني تخلف ذهني وتخلف تاريخي، وتخلف أخلاقي، يعني هذه العمليات التي تؤدي إلى هذه المشاكل، بحيث.. وهذه الأنظمة العربية اللي هي يعني تعكس مرضنا وتخلفنا الحضاري والتي هي من جديد منا وإلينا هي اليوم أساس المشكل، طيب كيف سنحل المشكل؟ أنا أقول لك من جديد إنه العنصر.. العنصر الخارجي متفق معك، إسرائيل تترصد بنا، أوروبا الغربية لا تريد لنا اتحاد..

 

د.فيصل القاسم: تركيا، إيران..

 

د.منصف المرزوقي: يا.. تركيا أيضاً، وهذا حق من حقوقها، لأنه إحنا في طريق تنافس الأمم، ولو كنا مكانهم لفعلنا نفس الشيء، لكن إحنا دورنا هو أن كيف نواجه هذا الخطر الخارجي؟ لا يمكن أن نواجهه إلا بتقوية الجبهة الداخلية، طيب كيف ستحارب أنت هذه الأنظمة؟ هذه.. هذه المؤامرات، بأن تكون عندك نظام سياسي قوي، هذا النظام السياسي..

 

د.فيصل القاسم: بس يا دكتور هذه الأنظمة -قال لك الدكتور كلاماً مهماً- هذه الأنظمة أصبح مغلوباً على أمرها، تحاول لكن لا تستطيع، العنصر.. العنصر التآمري أقوى بكثير من.. من القوى الذاتية، هذه هي المشكلة، يعني هذا كلام يجب يعني..

 

د.منصف المرزوقي: هذا صحيح، لكن هذا.. هذا صحيح، لكن هذا هو يعني ذروة التخلف، يعني هذه الأنظمة فقدت هيبتها وفقدت مصداقيتها، وفقدت قدرتها على.. طيب استقيلوا، روحوا، لكن همَّ لا يريدون بهذه الأمة أن تتقدم، لا يستطيعون.. همَّ لا يستطيعون المغادرة لأنهم يعني أحاطوا أنفسهم، نظراً للجرائم المتعددة، نظراً للتعذيب، الفساد، لا يستطيعون المغادرة، ولا يستطيعون البقاء لنا، لا نريد بقاءهم، وهم الآن في ورطة، ووضعوا الأمة كلها في ورطة، لا نستطيع أن نتقدم ولا نستطيع أن نتخلف، همَّ اليوم..

 

أنا بالنسبة لي هذه الأنظمة -عفواً على التشبيه الطبي- همَّ زي الحصاة الموجودة في الكلى، يعني تمنع.. تمنع سيلان.. السوائل من أن تدور، تمنع الدم، إلى آخره، فتؤدي إلى آلام كبيرة، فتؤدي إلى حمى، فتؤدي إلى وجع، فتؤدي إلى ضعف، والجسم لابد أن يستعيد هذه سيلان الماء أو سيلان الدم، هذا يتطلب إما عملية جراحية، إنه.. وإلا تفتيت هذه الحصاة، يعني لا يمكن لهذا الجسم العربي أن يستعيد أبسط شروط العافية مادام فيه هذه الأنظمة، لأن النظام السياسي في آخر المطاف -يا أخي- النظام السياسي هو جي.. زي الجهاز العصبي في الجسم، إذا كان الجهاز العصبي..

 

لأنه النظام السياسي هو اللي يسيِّر المجتمع، هو اللي يعطي الأوامر والتعليمات ويتلقى، وكذا، هو الجهاز العصبي بتاع.. للجسم الاجتماعي، إذا كان هذا الجهاز مشلول أو مجنون، أو عديم الفعالية كل الجسم سيكون مشلول.. مشلول، عديم الفعالية، حيث أنت تريد أن نقاوم اليوم هذا التآمر الخارجي بهذه الأجسام الضعيفة الهزيلة إحنا نبدأ نخلص الجسم العربي من المرض الذي هو الديكتاتورية، ثم بعدها تتوفر لنا الشروط الدنيا لمحاربة هذه المؤامرات، لكن بدون توافر هذه الشروط الدنيا سنبقى دائماً في.. في حالة..

 

د.فيصل القاسم: طيب سؤال.. سؤال دكتور، أنت قلت يعني أنه دول.. يعني الدول مثلاً التي انضمت إلى الاتحاد الأوروبي، وكانت في الماضي تنضوي تحت لواء الشيوعية، قلت أنها لن تنضم إلا بعد أن حققت الشرط الأساسي ألا.. ألا وهو الديمقراطية، لكن هذه الديمقراطية، -أنت تعلم- لم تأتِ تدريجياً، ولم تأتِ إلا بثورات، يعني انظر ماذا حدث في رومانيا، يعني الرومان.. رومانيا لم تنضم إلا بعد أن أصبحت ديمقراطية، كيف أصبحت ديمقراطية؟ (تشاوسسكو) يعني قال لهم اتفضلوا، أم نسفوا له رأسه؟ يعني ها هي.. هذا هو السؤال الآن، كيف تفعل.. تفعل مثل أوروبا الشرقية؟

 

د.منصف المرزوقي: أنا اليوم الأمة العربية مهددة إما بالإندثار أو بالاندحار.. بالانتحار، أو بمواجهة التحديات، اليوم عندها تحدي داخلي وهو التخلص من النظام الاستبدادي الديكتاتوري، والتحدي الخارجي، وهو يعني مواجهة كل هذه المؤامرات التي تحاك ضدها، وها الشعوب العربية مطالبة بأن تدفع تضحيات، يعني مثلاً.. ولا خيار لنا غير هذا. أنا كرجل ديمقراطي، وكرجل مؤمن بحقوق الإنسان أريد أن تكون هذه العملية سلمية، وأطالب أن تكون هذه العملية سلمية، لكن في.. حتى في الإعلان العالمي لحقوق الإنسان فيه جملة هامة جداً « حتى لا يضطر الناس إلى اللياذ بالتمرد » يعني حقوق الإنسان موجودة حتى لا يضطر الناس إلى اللياذ بالتمرد، لكن هذه.. هذه أنظمة قطعت كل خطوط المصالحة مع شعوبها، يعني هي اللي تتحمل مسؤولية العنف إذا صار، وليس نحن الديمقراطيين.

 

…….

 

د.فيصل القاسم: نحن ندعو إلى الثورة وتخليص يعني.. لماذا.. لماذا أنتم لا تقفون مع.. مع الحكام العرب؟ هذا الأخ يعني مصطفى يقول لك يعني لماذا لا تصفقون لهم وتهللون لهم وتبخرون لهم يعني كما يفعل 99.99% من المثقفين العرب؟!

 

د.منصف المرزوقي: لنتائجهم في.. في، لنتائجهم الباهرة، لكن أنت ذكرت في.. يعني إنه الجامعة العربية انهارت وإنه اتحاد الخليج إلى آخرة ، لكن هناك جهاز عربي متحد بشكل كبير ويجب أن..

 

د.فيصل القاسم: وزارات الداخلية.

 

د.منصف المرزوقي: وزارات الداخلية هو الجهاز الوحيد الذي يعمل إنه.. و وزراء الداخلية العرب يجتمعون ويجتمعون وأمضوا اتفاقية اللي هي اتفاقية التعذيب ويعني جعلوا اليوم.. يوم 18 ديسمبر اللي هو يوم الشرطي العربي، وأنا أحيي الشرطي العربي، لكن أذكره بأنه في.. في خدمة المجتمع ضد الجريمة، وليس في خدمة.. لا يحمي الجريمة يعني ضد المجتمع، وهل أكبر اليوم من جريمة من جريمة الفساد ومن جريمة الظلم ومن جريمة تزوير الانتخابات إلى آخره،

 

أذكر هذا الشرطي العربي المحترم الذي هو مواطن مثل المواطنين، لكن يعني يجب أن نعود إلى القضية الأساسية وهي: لماذا نجح الأوروبيون؟ يعني رغم كل شيء هم يقدمون النجاح، ما هو سر نجاح وحدة أوروبية؟ هي تتمثل في إنه يعني لما تيجي تقارنهم تشوف آلية التطور تلقى 3 خصائص.

الخاصية الأولى: هو أنها بُنيت على الديمقراطية وقيم الديمقراطية.

ثانياً: بُنيت على المصالح إنه فيه مصالح..

 

د.فيصل القاسم: مشاركة شعبية يجب أن نركز عليها، يعني للشعوب دور.. الشعوب..

 

د.منصف المرزوقي: الشعوب، مصالح.

 

د.فيصل القاسم: للشعوب الأوروبية دور يعني هي رغبة شعبية قبل أن تكون رغبة الحاكم الذي يريد أنه يعني يوسع نطاق طغيانه يعني، آه.

 

د.منصف المرزوقي: تماماً تماماً، إذن سيادة الشعب الديمقراطية والمصالح.. المصالح الاقتصادية التي بُنيت خطوة خطوة، ثم الطريقة يعني هي لم تكن لا وحدة فورية ومدروسة مش هاي الكلام الفارغ، يعني امتدت على 50 سنة إنهم بدءوا بتوحيد صناعات الصلب والحديد ثم انتقلوا..

 

د.فيصل القاسم: توحيداً أسعار البطاطا حتى..

 

د.منصف المرزوقي: أسعار.. أسعار اللحم ويعني شيئاً فشيئاً وصلوا اليوم إلى الاتحاد السياسي، 50 سنة وهم يبنون وحدتهم حجرة حجرة، إحنا إذا أردنا في يوم من الأيام أن يعني يا هذا الخيار يا إما مواصلة التفكك، إنه السيادة الشعبية لأنه الشعب له مصالح من يمكن.. ينكر أنه.. أنه الشعوب العربية بحاجة إلى الوحدة، بحاجة إلى الفضاء العربي؟ للتجارة، لحركة الناس، لحركة الكتب، حركة المثقفين؟

 

يعني تصور إنه حتى في قضية الكتب اليوم الكتب العربية تتحرك أقل من العصور الوسيطة، العصور الوسيطة كان الكتاب العربي في قرطبة يصل إلى بغداد في.. في بضعة أشهر، اليوم الكتب العربية محجوزة ما بين الحدود، لا أحد يمكن أن يناقش في هذا، لكن غياب السيادة الشعبية وغياب يعني غياب أي قوى ضغط على هذه الحكام يخلي هذه المصالح.

 

إذن إذا أردنا أن حدد.. نحدد.. يعني نحقق هذه الوحدة فلا مجال لنا إلا من الديمقراطية، إلا من توحيد المصالح وإلا من الطريقة التدريجية، ما عدا هذا الوحدة الفورية و الشاملة وهذا الكلام الفارغ هذا نموذج انتهى وخلاص ويعني لا يمكن أن يأتينا إلا بالمصائب الكثيرة.

…….

 

د. منصف المرزوقي: أنا اللي عايز أقول مشكلتنا هي النظام الاستبدادي و.. وفي.. وفي بلدان أميركا اللاتينية اللي كان عندهم نفس المشكلة يعني خرجوا بتقنيات غريبة ومثيرة لكيفية محاربتهم للديكتاتورية، من جملة هذه التقنيات غسل العلم، ينزلوا في المظاهرات ويأخذوا علم البلد ويغسلوه بالماء وبالصابون وينشروه حتى ينشف، إحنا الآن محتاجين إلى عملية غسل العلم، غسل العلم في تونس، غسل العلم في أي مكان عربي آخر من عرق المحتاجين من.. من دم المعذبين، من بكاء اليتامى والثكالى إلى آخره.

 

لابد من غسل العلم، لكن لابد أيضاً من غسل أدمغتنا من حاجة اسمها الإحباط، لأنه إحنا مرضى بالإحباط وهذا الاستعمار الأميركي الجديد الذي سيعود إلى غزونا إلى آخره سيعمق هذا الإحباط، لكن إحنا أمة عندنا 15 قرن ورانا وما زال عندنا 15 قرن تاريخ أمامنا،

 

اليوم المهم إنه إحنا شخصنا المرض، المرض إحنا نعرف عجزنا الخارجي، نعرف إنه.. إنه إحنا أمة بدون وحدة إنه إحنا شعوب بدون سيادة، إنه إحنا مواطنين بدون كرامة، إنه إحنا أنظمة بدون شرعية، إنه إحنا دول بدون هيبة نظراً للنظام الاستبدادي.

 

ولهذا لابد أن نتخلص منه، وبالنظام الديمقراطي نستطيع أولاً أن نفتح مجال الحرية في بلداننا، ثم نستطيع أن نفتح مجال الاتحاد العربي وليس الوحدة العربية، هذه الأمة تعددية فيها ديانتين على الأقل لابد تتساوى، فيها شعوب مختلفة لابد أن تتساوى، فيها جنسين لابد أن تكون لهما نفس الحقوق، فيها أقليات إثنية لابد أن تكون له نفس الحقوق، كل هذا في إطار الديمقراطية وفي إطار الحرية

 

هذا هو مشروعنا المستقبلي الذي سميته أنا الاستقلال الثاني والذي يجب أن أدافع عنه، وهذا هو الحلم الجماعي الذي.. وبهذا الحلم الجماعي.. تحقيق هذا الحلم الجماعي نستطيع أن نفشل كل.. كل المغامرات وكل المؤامرات علينا ونستطيع أن نعود إلى فعل التاريخ.

 

(للإطلاع على كامل تفاصيل البرنامج والمداخلات الرجاء التحول إلى هذه الوصلة:

http://www.aljazeera.net/programs/op_direction/articles/2002/12/12-30-1.htm )  


 

 

A certains de mes compatriotes laics:

Etudier les valeurs de l’autre pour pouvoir s’engager dans une discussion fructueuse

Par Sayyid Ferjani

Certes, beaucoup ont trouvé de la peine pour s’engager dans une discussion ou un dialogue avec certain/e/s de nos compatriotes de l’élite Tunisienne à cause d’un manque extraordinaire de l’etude objective et assez approfondie de l’Islam en tant que religion et source de valeurs de lécrasante majorité de notre peuple Tunisien et ce dans le but de pouvoir bien comprendre et discuter fructueusement la vision et les idées émanant d’un systéme de valeurs trés différent en substance et en fonction de l’expérience historique de la religion chrétienne ou de toute autre religion.

De même, c’est malhereux de voir des descendants des familles musulmanes Tunisiennes mais trés ignorants des specifiicités et du poids de la religion et de son histoire en occident et dans le monde arabe, tout en contribuant ( bien sure legitimement) dans la creation de la Tunisie de demain ou’ le peuple est le gouvernant supreme de son sort et ses choix; les composantes devraient savoir que leurs convictions differentes ne devraient en aucun cas etre parachute’es ou impose’es au peuple. Les elites doivent apprendre a’ connaitre mieux leur peuple et l’ecouter pour une interaction fructueuse entre nos differents projets et ses aspirations, ce qui implique la susceptibilite’ d’adapter ces projets en fonction de la volonte’ du peuple; et ce qui est la condition prealable d’un democrate et non pas comme certains qui se proclament  » des pretres de la democratie » puisqu’ils/elles sont seulement laiques.

D’autre part l’Europe et surtout la France sont entrées dans l’histoire par le biais des valeurs de « l’Enlightenment » a’ la suite de la revolution de 1789 en combattant la dictature et l’hégémonie de l’église et du clergé. En fait, la guerre contre la religion Chrétienne a été la porte dentrée à la civilisation de l’occident, alors que l’Islam a été la porte dentrée à la civilisation tout le long d’environ la moitié du calendrier Chretien (1000 ans).

Ce qui entraine que l’amalgame ou la confusion volontaire faite par certains laics entre l’histoire et les differents rôles du Christiannisme et de l’Islam refléterait bien l’ingorance ou au meilleur des cas le simplisme et la subjectivite’ de l’analyse et de l’étude des substances et de la fonction ( selon l’appellation des Anthropologues et des Sociologues: ‘ Substantialists’ et ‘Functionalists’) de chacune de ces differentes religions. Emile Durkheim quoiqu’il ne croyait pas en la substance de la religion suggére dans « La Religion » que sa fonction est vitale pour le renforcement des relations sociales entre différents individus de la même communauté au sein de la societé.

A ce stade de notre histoire, il faut absolument que certains éléments de l’élite tunisienne mettent fin à l’ignorance inacceptable des valeurs de leur peuple et de ce qui est en commun avec la philosophie des islamistes tunisiens émanant organiquement et profondément de leurs lectures de l’héritage musulman et leurs tentatives a’ repondre aux aspirations légitimes du peuple Tunisien.

Cependant il est nécessaire pour que la majorité de la frange des tunisiens laiques d’étudier assez profondément et objectivement les systémes de valeurs et leurs ressources afin d’acquérir la capacité de discerner les différences entre les composantes de l’élite Tunisienne et surtout entre islamistes, laiques et séculaires.

La majorité de l’élite islamiste ne souffre pas de cette carence dans l’étude de la philosophie et des valeurs des autres puisquils/elles ont été (ou sont) éduque'(e)s – par la nature des choses – non pas dans des espaces éducatifs religieux mais dans des systémes d’éducation laics. De plus, la plupart des composantes de l’élite islamiste Tunisienne est en train d’étudier davantage au moins dans les universités des sciences humaines occidentales et seront de plus en plus aptes et prêts à étudier, discuter et dialoguer avec l’autre et ce quelle que soit sa philosophie, sa vision du monde, sa stratégie ou même sa langue.

En tant qu’islamiste Tunisien, les sources de mes valeurs m’ont appris que tout être humain en tant que tel est honoré par le bon Dieu  » Nous avons honoré les enfants d’Adam » ( Le saint Coran) et resriction faite de sa religion, son sexe, sa couleur, la liberté d’expression et de dire ce qu’on pense est le meilleur Jihad ( le prophéte nous a appris que le meilleur Jihad est d’exprimer publiquement  » Kalimatou Haq » en présence d’un pouvoir injuste).

Pas d’imposition de religion sur autrui ( La IKRAHA FI-DDINE..). Et le pouvoir ne devrait en aucun cas etre imposé sur le peuple ( Serait en enfer celui qui gouverne des gens qui le refuseraient: Rajoulon Amma Kawman wa hom lahou Karihoun ).

L’heritage comme tous les droits/devoirs des musulman(e)s ne pourrait pas interprete’s en dehors de la sociologie propre de la societe’ musulmane et qui ne devrait en aucun cas impose’ en gros ou en detail contre la volonte’ du peuple ou des minorite’s religieuses au sein du pays.

Les slogans et les principes de la révolution française émanaient des valeurs laiques mais ou’ s’étaient-ils passés lors du colonialisme et de l’exploitation de ses richesses en avançant les prétextes de la volonté d’illuminer les « obscurantistes ».

Il est à noter que la période médiévale était celle de l’obscurantisme en Europe ou les épidémies à cause du manque de l’hygiéne de base dans la majorité des pays occidentaux (voir par exemple les épidémies du début du 16éme siécle en Angleterre ..), alors que le monde musulman vivait dans l’ére d’or de son histoire et c’est l’Islam qui est le premier a’ établir les mesures et regles d’hygiene dentaires et dans presque tous les domaines de la sante’. Sans evoquer qu’Ibn Roushd (Averroés), Ibn Khaldoun, Ibn Sina ( Avicenne) et les autres savants et philosophes étaient des religieux, des savants et certains d’entre eux étaient même des hommes politiques.

Lorsque Simone de Beauvoir comme toute femme dans l’occident n’avait pas le droit d’étudier comme les étudiants mâles et quil a fallu attendre jusqu’a’ lannée 1924 pour que la France de ‘la Liberté, de l’Egalité, et de la Fraternité’ permette à Simone comme la premiere femme d’étudier au cycle court ses études universitaires , alors que l’education des deux sexes avait déjà commencé dés les premiers jours de l’Islam et les musulmans ont été invités par le prophéte (SAWS) lui même; ils ont ete’ priés dapprendre les leçons les plus sacrées de leur religion dEssayda Aicha (la mére morale des musulmans).

Lorsque le droit de vote de la femme n’a été accordé à la plupart des femmes occidentals quaprés la deuxiéme guerre mondiale … la volonté de la femme avait été exprimeée dés les premiers jours de l’Islam ( Bay’at Arridhouane). Mais le sous-developpement et le manque de droits pour la femme musulmane dans plusieurs pays musulmans est le fruit des traditions rétrogrades et non pas de l’ISLAM.

SVP, mes compatriotes laics, nous devons mieux connaitre nos sources et systémes de valeurs et alors que nous reconnaissons que la democratie a emané de la philosophie libérale, en tant qu’islamiste Tunisien je la considére comme un mécanisme efficace pour nous et notre peuple car  » Le croyant musulman devrait en permanence aller à la recherche de la sagesse quelque soit sa source d’origine » de plus la ‘Shoura’ en Islam est pour certain est determinante alors que pour d’autres elle est seulement pour la simple consultation; la plus large des islamistes Tunisiens ont adopte’ la democratie liberale comme une evolution normale de la pense’e islamique contemporaine et pour etre en phase avec les aspirations legitimes de notre peuple et dans tout le monde Arabo-Musulman. Le president du mouvement Nahdha avait bien prononce’ depuis 1981 « que: Nous devons accepter le resultat des urnes meme si les gagnants sont des communistes, et que nous devons critiquer nos approches et meme nos ide’es pour faire mieu dans le futur ». Alors qu’un ‘perspectiviste Tunisien’ voudrait faire tout pour empecher les Tunisiens ayant des convictions et des systemes de valeurs differents des siens par tous les moyens meme non pacifiques!!? ( Tout en persistant a’ se proclamer democrate!?). Cependant nous sommes en droit dattendre de voir certain(e)s des Tunisiens adeptes des idéologies ou courants de gauche et de lapensée laique de nous expliquer la liaison qui existe entre leurs principes et idées et la démocratie et les droits de l’homme qui ont été longtemps considérées par Karl Marx comme un truc de la bourgeoisie !!?, plusieurs intellectuels de la Gauche Europe’enne ont fait l’auto-critique depuis des decennies; mais nous somme encore a’ l’attente pour que nos compatriotes le fassent!.

Nous devons dialoguer sans dogmatisme, car la plupart des islamistes Tunisiens sont contre tout genre de dictature ou état autocratique même sil se réclame de l’ISLAM, car nous n’avons pas de clergé en Islam.. tout simplement.

N.B: Cet article est le premier dans une série de contributions pour une meilleure connaissance intellectuelle entre tunisiens. – Je prefere le dialogue calme et fructueux entre les composantes de l’elite Tunisienne pour avancer la cause de notre peuple et parceque la dictature en place est une consequence de la coplexe realite’ de notre pays et surtout de ses elites. – Excuser moi pour mon francais « imparfait », car je suis oblige’ de communiquer avec plusieur(e)s qui ne comprennent que e Francais


 

 
POLEMIQUE … SUITE  
 
Aux Charfistes et en particulier à ce Tahar Ben Hassine

Chamseddine   En lisant ce T.B.H jai eu limpression de lire Tocqueville lorsque dun côté il vantait le système démocratique dans son livre La démocratie en Amérique (que les pseudo-intellectuels tunisiens adorent) et de lautre lorsquil légitimait le massacre des arabo-musulmans dans son Travail sur lAlgérie disant sur un ton qui sonne encore dans les oreilles de Sharon, Bush, poutine, Ben Ali et ses apprentis extrémistes laïcs « Jai souvent entendu en France des homme que je respecte mais que je napprouve pas trouver mauvais quon brûlât les moissons, quon vidât les silos et enfin quon semparât des hommes sans armes, des femmes et des enfants. Ce sont là des nécessités fâcheuses, mais auxquelles tout peuple qui voudra faire la guerre aux Arabes sera obligé de se soumettre. »* Cest la même logique que ce TBH, Charfi et consort développent au vu et au su dune minorité qui se croit savante mais qui oubli que les islamistes, cette âme vivante des nos peuples, est en train de scruter chaque phrase, chaque mot, chaque virgule de ce que disent ici et là ces ombres à la marge du chemin continuel de la reconstruction de nôtre civilisation musulmane selon nos normes et nos valeurs. Les droits de lhomme, la liberté, la démocratie et le progrès cest pour eux ; quant aux islamistes voire au peuple sil opte pour les islamiste et bien il faut lempêcher par tous les moyens. Ces moyens on les a vus, on a essayé contre nous tous les atrocités. De la panoplie du général Zaba, à celle du général Laamari, Moubarak ; même Sharoun, Bush, Blaire, Poutine ont rejoint la file des éradicateurs, ils ne font que renforcer lislamisme, de le rapprocher encore et encore du peuple et ce pour une seule raison : NOUS SOMMES LE PEUPLE.
Ces fervents démocrates, qui sont pourtant prêts, dans un coin sombre de leur intellect, à soutenir la dictature, doivent savoir que le germe de lautocratie nest pas lapanage du projet islamiste mais de tout projet politique dépourvue dinstitutions de contrôle et de conte-pouvoir. Cest pour cette raison que seuls les institutions démocratiques, la liberté d_expression et le respect de la dignité humaine garantissent déchapper à la tentative totalitaire. Les soi-disant progressistes ne sont pas immunisés par nature ; dailleurs on a vu ce que ces progressistes de lère post coloniale ont fait des Etats-nations quils ont transformés en clubs privés. En a vu les autres qui ont soutenu les pires dictatures de notre région pour une liesse de dinars servile ou pour passer leur vénéneuse stratégie anti musulmane. Ce TBH est simplement en train de tenir le même discours de Zaba et le reste des dictatures arabes : la démocratie profite aux seuls islamistes, quant à ‘la populace’ elle est si fragile que la démocratie serait fatale au pays. Conclusion : donner nous le pouvoir parce que nous sommes les nouveau prophètes de la démocratie ou bien perdurer la situation de tyrannie et de dictature qui prévaut déjà un demi-siècle et dont ils assument une bonne part de responsabilité. Je suis vraiment navré de remarquer ce vice de ramener toujours le problème ou bien à la case de la mouvance islamiste ou bien à cette habitude de mépris envers le peuple. Une opposition qui méprise le peuple le traitant de populace est une opposition élitiste vouée à l’échec ou à la dictature. Une opposition qui haïsse la mouvance islamiste est une opposition qui ne comprend rien de la réalité des sociétés arabo-musulmanes. Car il faut se rendre à l’évidence que l’islamisme est bel est bien une composante majeure de la vie politique de nos sociétés. La tentative de vouloir éradiquer l’islamisme pour construire la démocratie de demain est une tromperie et une ruse qui ne serve que les dictatures en place. Le réalisme et le bon sens politique demande l’ouverture sur l’islamisme afin de le purger de son intégrisme partiel et d’aider son aile modérée et progressiste à gagner le terrain du réformisme, et non la pousser à radicaliser d’avantage sa méthode et son discours. A force de rester habité par la seule haine de l’islamisme on fini par perdre notre clairvoyance et notre réalisme qui nous sont indispensables dans les batailles de la résistance et de l’autocritique.
L’auteur du texte ne fait apparemment aucune distinction entre l’islamisme comme tendance idéoreligieuse et le mouvement d’Annahdha comme l’un des représentants, parmi d’autre, de l’islamisme tunisien. Annahdha qui reste le mouvement le plus organisée et le plus populaire en face du RCD, est, malgré que je sois l’un de ceux qui s’opposent au discours de R.Ghannouchi et ses adeptes, un mouvement modéré qui a propulsé depuis sa création (MTI) la plus vive et intense activité culturelle, intellectuelle et politique en Tunisie. Une activité non élitiste qui ne sest pas limité aux intellectuels des salons mais a permis aux chômeurs, aux maçons, aux menuisiers et aux couches opprimées de la Tunisie profonde de lire, de parler, de débattre, de descendre dans les rues et de faires les plus grands sacrifices. L’ouverture relative des année 80 est la plus belle époque de débat les entre diverses tendances politico-culturelles de la Tunisie, et dans ce contexte le mouvement islamiste était l’un des moteur essentiel de ce processus que ce même Charfi avait assassiné.
TBH &co ignorent, peut-être, que ce qu’il qualifie d’islamisme est une composante organique des sociétés musulmanes. Vouloir imposer aux autres l’option des éradicateurs, à l’instar des généraux de la région, ne produit que plus de crises et plus de radicalisme. La branche réformiste de l’islamisme, que ce Charfi est en train de sapproprier la pensée, est bel et bien plus représentative des tendances qui animent nos sociétés que le discours des tyrans de la démocratie laicisante déracinée du milieu arabo-musulman. Etre un fervent démocrate est une bonne chose, mais aller à glisser l’uniforme des démocrates/éradicateurs, qui jubilent de l’oppression sauvage contre l’islamisme, donc contre des milliers de concitoyens, est désolant.
Prétendre que les démocrates, sans une alliance avec les islamistes, vont réussir à instaurer un projet de société pluraliste en défendant les intérêts de la Tunisie contre les vampires de l’économie du marchée, est une illusion fantasmatique. On l’a vu en Tunisie, en Algérie et ailleurs: toux ceux qui avaient applaudi la chasse aux sorcières lancée contre les islamistes n’ont récolté qu’une dictature ; toux ceux qui se sont rendu en France, pour demander le secours de la gauche et de la droite gouvernante n’ont recueilli que des paroles mielleuses alors que la DST française continu de soutenir zaba par les moyens logistique, financières et médiatiques. Que l’on accepte ou non, l’islamisme est la composante la plus populaire, et non pas la plus populiste de l’identité musulmane. Ceux qui, comme ce TBH, Charfi et dautres petits perroquets, sont habité par la haine de cette composante se dressent en fait contre une large couche de la société et de la jeunesse et se place aux côtés des vrais ennemis de notre nation.
Oui, il faut absolument libérer l’islam, comme système de pensée, des discours fanatiques de l’islamisme inculte des mouvements comme les Talibanisme, le wahhabisme et le salafisme. Car tous les connaisseurs de ce que l’islam avait produit tout au long de l’histoire, savent que notre religion a été l’un des plus important berceau du développement de la raison et du spiritualisme humain. Ceux qui avaient eu la chance de lires les grands philosophes ou mystiques de l’islam ont certes sondé la profondeur de notre religion. On ne va pas construire une autre civilisation selon la culture d’un autre peuple, non, on va réformer notre civilisation musulmane qui est en panne. Nous travaillons de l’intérieur, nous la portons dans nos coeurs et nos têtes, nous donnons notre sang pour elle. Alors que ces pseudo-progressistes, ces spécialistes de l’import-export idéologique, ces besness culturel agissent de l’extérieur et prétendent pourtant connaître ce qui est bon pour nous et pour notre religion.
Critiquer les islamiste est une bonne chose, mais vouloir les exterminer est un acte suicidaire qui néglige la place de la sensibilité, combien représentative, dans l’échiquier culturel et politique de notre région. L’intégrisme comme branche minoritaire de lislamisme tunisien est une maladie qu’il faut remédier avec le dialogue et la bonne parole. Mais l’intégrisme laïque des élites qui accepte théoriquement et réellement l’existence des Chrétiens Démocrates voire même du parti du Travail Israélien alors qu’ils dénigrent le droit des formations islamistes à l’existence est un intégrisme plus dangereux par son hypocrisie et sa haine primaire et maladive. Cependant il faut aussi dialoguer avec ce genre d’intégristes car ils sont aussi Tunisiens qu’il faut respecter. ———– * A.Toqueville. Travail sur lAlgérie, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1991.   (Source: Forum tunezione le 7 janvier 2003 à 22h58)

RELIGION, DEMOCRATIE ET IDEOLOGIE

  Par Mokhtar Yahyaoui
J’ai relevé avec irritation le passage repris par soumaya ben salah et je n’ai pas voulu fausser le débat par la polémique considérant que le passage ne dépasse pas un écart de langage dont on peu tombé en toute polémique passionnée la précision de Mr TBH n’est pas pour apaiser ses effet et indique que la question de confrontation reste posée pour certain esprits ce qui ne peut que prouver qu’on peut être encore loin d’un véritable stade de démocratie et cela laisse supposer: 1 – que notre société actuelle peut régressée et que les acquis de la modernité ne sont pas encrée du moins dans l’esprit des protagonistes dans ce débat sur le type de société qu’une démocratie va être amener a gérer. 2 – qu’une démocratie en Tunisie peut amener un seul parti a avoir a lui seul la majorité et ainsi elle ne va pas changer grand chose a la réalité. je crois que ces deux supposition qui sont sous entendues dans ce genre de débat sont fausses et procèdent de la pur provocation que de la réalité. je ne vois pas aucun programme « islamiste » en Tunisie qui cherche a remplacer le droit par la chariaa ni a revenir a l’application des houdouds comme sanction. je ne vois pas que la monogamie est en danger même s’il y a des gens qui exprime leur avis de contester une disposition qui n’est pas haram dans les commencements divin et nous avons vu combien a pris l’admission de la possibilité du divorce dans les pays occidentaux a cause des appréhension religieuses Je crois que ce genre de débat cherche l’erradiction d’une sensibilité politique de façon maladroite et malsaine en la confrontant a une question d’intime conviction qui n’a pas a faire objet de débat car elle concerne l’appréciation de chaque individu de sa religion et cela en lui imposant des choix qui reviennent a lui demander de renier sa religion comme il la comprend alors que tout le monde sait que l’évolution des convictions religieuse prend toujours du temps et parfois des génération. Notre problème pour la démocratie et de savoir le sens et l’implication de la loi et si elle peut être socialement procéder d’un consensus qui lui donne une légitimité que ni Bourguiba Ni Ben ALi ni n’importe qui ne peut changer sans que son amendement ne soit le vrai reflet de la volonté de la majorité c’est de cela que dépend l’ état e droit   (Source: forum Tunezine le 08-01-2003 à 00h43)

 

Soumaya Ben Salah, cessez l’hypocrisie!

 

Franchement, Soumaya Ben Salah ne cesse de nous épater. Pour reprendre le titre de son premier article destiné à TBH, je linvite sincèrement à cesser lhypocrisie et arrêter dutiliser le mot « démocratie » à long et à travers, car les SI quelle a lair daffectionner nont rien de démocratique. Ce que je reproche à SBS, ce nest pas son attachement à sa religion, au contraire, jai toujours respecté les personnes croyantes, et même si je suis un laïque, jai toujours compté parmi mes amis beaucoup de personnes croyantes et pratiquantes. Ainsi, ce que je reproche à SBS, cest son manque de cohérence, et son penchant à enrober un discours sans queue ni tête avec des mots qui sonnent bien à loreille, genre : démocratie, liberté, très cher peuple tunisien, symbiose, harmonie, et jen passe. À vous de juger : « Si un jour notre Tunisie opterait librement et démocratiquement (par voie référendaire) pour le port libre du voile, pour lapplication libre et sans contrainte des lois coraniques de lhéritage, pour un choix majoritaire pour labolition de lintérêt, de lalcool dans le pays, pour la liberté de vivre sa religion dans sa version complète, pour choisir librement, prier librement, manger librement, voter librement, vivre librement » Admirez les contradictions. Dune part choisir librement, prier librement, manger librement, vivre librement, et dautre part le port (libre?) du voile, lapplication (libre encore une fois!) et sans contrainte des lois coraniques de lhéritage (cest ce qui est en vigueur en Tunisie à ma connaissance, sinon pourquoi ce débat concernant légalité en héritage des hommes et des femmes?), le choix (majoritaire, encore un mot pompeux) pour labolition de lintérêt (en contradiction avec le « choisir librement »), de lalcool (en contradiction avec le « manger librement ») etc. Que SBS sache quun référendum est un moyen d_expression qui permet au peuple de se prononcer sur les questions décisives qui le concerne, et qui lengage devant les autres peuples. Les choix personnels et les questions qui relèvent de la liberté individuelle (telle que le port du voile, ou la liberté de consommer lalcool) nont rien à voir avec la notion du référendum, car il sagit là de droits (bizarrement le mot droit na jamais été employé par SBS) et un droit nest jamais quelque chose de négociable. Cest dommage que SBS ne saisit pas le véritable sens de la liberté individuelle car tout ce quelle veut imposer à travers ses SI et ses référendums entre sous ce volet. Ainsi, que SBS veut porter le voile, cest son droit et elle est totalement libre de le faire, mais elle na aucun droit de limposer aux autres. Quelle ne veut pas boire de lalcool par conviction religieuse, soit, mais elle na pas le droit de linterdire aux autres, même sil est de son droit de mener des compagnes pour sensibiliser les gens aux effets de lalcool si elle le veut. Si SBS nest pas pour lintérêt bancaire (et cest un sujet qui mérite à lui seul une dizaine darticles), elle est totalement libre de le penser. Elle a le droit par exemple de ne pas traiter avec les banques qui le pratiquent, de déposer son argent dans une banque islamique si elle veut, mais elle na pas le droit dimposer quon ferme les banques pratiquant lintérêt, et de jeter des milliers de personnes à la rue sous prétexte quils exercent un travail illicite, car ceci est leur affaire et SBS nest pas le Dieu sur terre pour les juger. Autre exemple de phrase de SBS sans queue ni tête avec des mots pompeux qui sonnent bien à loreille? Admirer ce joyau qui se passe de tout commentaire : « Islamiste signifie une relation totale et permanente avec le bon Dieu, dans les sphères politique, économique et sociale, une relation qui touche aussi bien le privé que le public. Or si ce très cher peuple de Tunisie, majeur et conscient, opterait librement et démocratiquement pour vivre cette symbiose et cette harmonie, pourquoi le défendez vous ? »!!! Ou bien en parlant du mouvement ENNAHDA : « et même au sein de ce mouvement les différentes lectures coexistent selon ses écrits ». De quelles lectures et de quels écrits SBS parle-t-elle? En tout cas Salah Karkar, aujourdhui radié de ENNAHDA à cause de ces idées, en sait quelque chose à propos de cette « coexistence des différentes lectures »! Et en guise de cerise sur le gâteau : « Si le jour de la résurrection (auquel vous croyez), le bon Dieu vous demande « Tahar Belhacine quavez-vous fait pour moi, pour ma religion ? » Que répondriez-vous ? ». Franchement, je ne comprend pas le rapport de cette question existentielle avec notre sujet, ni en quoi la réponse de TBH peut regarder SBS. Il est regrettable que nous tunisiens, on narrive pas encore à comprendre le sens de la différence et de la liberté individuelle pour ne pas dire laccepter. Et tant que cette mentalité de juger lautre, de lexclure et de vouloir léradiquer (ce qui est valable malheureusement pour toutes les tendances et pas uniquement les islamistes) subsiste, le jour où lopposition tunisienne sera capable de chasser la dictature est encore très lointain.   Ghassen , forum tunezine le 8 janvier 2003 à 01h13

Autres échos de ce débat sur le forum Tunezine :  
 
 

 

 Somaya et Karker: 2 cervelles congelees vivant encore au 7eme siecle  

PENSEUR LIBRE

08-01-2003 04:21 

 Toi, tu as tout compris, ça se voit  

salah karker

08-01-2003 09:24 

 J’ajoute encore: Soumaya, je ne la connais pas plus que toi  

salah karker

08-01-2003 09:36 

 Tu te prends pour un meddeb dans un kouttab?  

Zitouni

08-01-2003 09:58 

 Malheureusement pour moi, je ne l’ai pas appris en entimais je le lis souventer,  

salah karker

08-01-2003 10:28 

 Re: J\’ajoute encore: Soumaya, je ne la connais pas plus que toi  

juste

08-01-2003 10:08 

 SKK se déchaine  

homo sapiens

08-01-2003 10:26 

 Ho peu de calme l’homo, sois gentil et restes calme  

salah karker

08-01-2003 10:31 

 Re: SKK se déchaine  

klemellil

08-01-2003 10:32 

 Tout compte fait, nous ne sommes pas dignes  

Mehdi

 


 

تحرير المرأة ما بين مسلسل قاسم أمين وخطاب كولن باول… حداثة يفرضها الغزو ؟

نوال السعداوي 2003 / 1 / 7

كيف نفسر هذا التشابه الكبير بين دعوى تحرير المرأة العربية في خطاب وزير الخارجية الأميركي كولن باول (12/12/2002), ومثيلتها في خطاب اللورد كرومر الحاكم البريطاني لمصر في أواخر القرن التاسع عشر? وما نقاط الضعف في المسلسل التلفزيوني المصري الذي عرض في اربعين حلقة (شملت كانون الأول/ ديسمبر 2002) عن حياة قاسم أمين الذي يحمل لقب محرر المرأة المصرية?! وكيف تخرج الحركة النسائية العربية من الخندق, وقد أصبحت محاصرة بالقوى الأميركية الإسرائيلية الاستعمارية من ناحية, ومن الناحية الاخرى بالقوى الإرهابية المحلية السياسية التي تتخفى وراء شعارات دينية وأخلاقية ووطنية وإصلاحية?!

(تحرير المرأة والتحديث والتعليم) كلمات يرددها كولن باول وأمثاله الأميركيون, كما رددها الاستعمار الاوروبي والبريطاني, وكذلك بعض الرجال العرب في نهاية القرن التاسع عشر وبداية القرن العشرين, وكما يرددها أيضاً بعض النخب العربية اليوم, ومنهم هؤلاء الخبراء العرب الذين وضعوا تقرير التنمية الإنسانية العربية في الامم المتحدة. ومنذ خمس سنوات تقريباً واجهت الحركة النسائية مأزقاً يشبه هذا الخندق, حين هددت القوى الأميركية الاستعمارية بقطع المعونة عن مصر إن لم يصدر قانون يمنع ختان الإناث. وكتبتُ حينئذ وقلت: (ليس باسمنا نحن النساء المصريات يتحدث الاستعمار الأميركي – الإسرائيلي)!

ونقول اليوم لجورج بوش وكولن باول: (ليس باسمنا نحن النساء العربيات تتحدثون, ونحن لسنا في حاجة إليكم كي تحررونا, لأننا قادرات على تحرير أنفسنا بأنفسنا)! من المعروف أن الشعب المصري (رجالاً ونساءً) لا يستفيد شيئاً من المعونة الأميركية بقدر ما تستفيد منها الولايات المتحدة ذاتها, ومن المفروض أن نحتفل حين تنقطع هذه المعونة, بتخلصنا من هذا العار الذي بدأ منذ منتصف السبعينات وحتى اليوم, وأن نوجه عمليات التنمية والتحديث في بلادنا توجيهاً صحيحاً يعتمد على الذات وليس على المعونات من أعدائنا. كيف نتلقى معونة اقتصادية أو عسكرية من الولايات المتحدة الأميركية التي تقتل كل يوم (مع حكومة إسرائيل) الشعبين الفلسطيني والعراقي, وتخطط من الآن لضربنا جميعاً من المشرق الى المغرب, ومن سورية ولبنان الى الاردن ومصر والسعودية والكويت وتونس وليبيا والجزائر والسودان والصومال?! كيف إذاً (تتألم حكومة الولايات المتحدة كل هذا الألم بسبب ختان البنات أو بسبب عدم تحرير النساء أو عدم تحديث التعليم في بلادنا?!). لا شك في أن المشروع الأميركي لتحرير المرأة وتحديث التعليم منفصل تماماً عن مشروعنا التحريري الحقيقي الذي يرى أن نهضة النساء والشباب والطلاب لا تنفصل عن نهضة المجتمع كله, وأن استقلال نصف المجتمع لا يمكن أن يتحقق من دون استقلال المجتمع كله اقتصادياً وسياسياً وثقافياً وإعلامياً.

وأذكر أن واحداً من النخبة المصرية يحمل مثل قاسم أمين لقب (رائد تحرير النساء), كتب يقول منذ خمس سنوات: (كيف تطالب الولايات المتحدة الأميركية بمنع ختان الاناث في مصر? إن ختان المرأة المصرية جزء من هويتنا الثقافية في مواجهة الغرب الذي يسعى الى الهيمنة علينا, وأحد وسائل الهيمنة هو تحطيم القيم التي درجنا عليها, والهوية الاصلية لنا, والخصوصية الثقافية التي تميزنا عن الآخرين). هكذا وجدت الحركة النسائية نفسها في مأزق, ان حربها ضد ختان الإناث قد يبدو ضد المصالح القومية الوطنية لاستقلال البلاد, وضد الهوية الأصلية للمرأة المصرية, وضد الخصوصية الثقافية وتراثنا المجيد. لهذا انخفضت اصوات النساء, والتي هي في الأصل مخفوضة وهامشية في ساحة الصراع السياسي الابوي الطبقي, وبعض النساء انقطعت أصواتهن تماماً خوفاً من الاتهام بالإنحلال أو الفساد أو الإباحية, أو على الأقل الانشغال بأمور تافهة تتعلق بتحرير النساء تقليداً للغرب. كيف يمكن للحركة النسائية العربية أن تخرج اليوم من هذا المأزق وهي تسمع كلمات كولن باول عن تحريرها?! كيف لها أن تقف ضد السياسة الأميركية – الإسرائيلية الاستعمارية في عالمنا العربي والافريقي والآسيوي, وفي الوقت ذاته تسعى لتحرير نفسها من الختان العقلي والجسدي, أو من الحجاب العقلي والجسدي المفروض عليها, تحت شعارات الهوية او الاخلاق او الدين أو الثقافة والخصوصية?! إن الوعي الحقيقي بقضية تحرير المرأة العربية (مثل أي مشكلة أخرى ومنها تخلف التعليم وانعدام الحرية والإبداع…) يتطلب دراستها من النواحي السياسية والاقتصادية والتاريخية, كيف نشأت هذه المشكلة في التاريخ ولماذا وكيف نعالجها? منذ بداية الاستعمار الأوروبي في القرن التاسع عشر وحتى الاستعمار الأميركي الجديد في القرن العشرين والقرن الواحد والعشرين, هناك محاولات لربط قضايا تخلف التعليم وتخلف النساء في بلادنا بالدين الإسلامي والهوية العربية, وقد ازدادت هذه المحاولات ضراوة بعد أحداث 11 أيلول (سبتمبر).

نشهد اليوم حرباً عالمية من أجل النفط والموارد الاقتصادية في آسيا وافريقيا وعالمنا العربي, الا انها تتخفى تحت شعارات روحية ودينية وثقافية. تدعي انها (صراع بين الإسلام واليهودية والمسيحية), أو (صراع بين الحضارات), صراع الهيمنة وليس الحضارة فالحضارات الانسانية الحقيقية لا تتصارع, ولا تقتل الشعوب البريئة من أجل الاستغلال والاستعمار. ان الذي يتصارع اليوم هو الهمجية الأميركية الاوروبية الإسرائيلية التي تتخفى تحت شعارات الديموقراطية والتقدم والحداثة وما بعد الحداثة. أما الشعوب التي تتظاهر اليوم في جميع بلاد العالم ضد الحرب وضد جشع العولمة والرأسمالية فإنها تجسد الحضارة الإنسانية الحقيقية التي تتعاون معاً ضد الظلم والقهر بصرف النظر عن اختلافاتها الدينية والقومية والجنسية واللغوية والثقافية وغيرها.

مسلسل قاسم أمين

لو التزم المسلسل التلفزيوني عن قاسم أمين بما جاء في كتابيه عن تحرير المرأة ربما اصبح اكثر تعبيراً عن فكر قاسم امين, إلا أن المسلسل التلفزيوني اغفل الكثير من هذه الأفكار المتقدمة, (ربما بسبب الرقابة على المسلسلات) كما أغفل الكثير من الأحداث والشخصيات النسائية التي عاصرت قاسم أمين وكانت في أفكارها أكثر تقدماً منه ومن غالبية الرجال في عصره. اعتقد ان المشكلة لم تكن في قاسم أمين ذاته, وتردده في مساندة السيدة صفية, المرأة الشجاعة التي اختارت شريك حياتها (الشيخ علي يوسف) ضد إرادة السلطة الأبوية الطبقية المطلقة, لكن المشكلة الحقيقية كانت في المناخ السياسي السلطوي الخالي من الحريات الحقيقية للنساء والرجال في مصر, بحكم الاستعمار البريطاني المسيطر على الخديوي, وبحكم الخديوي المسيطر على النخبة المصرية من الزعماء ومنهم مصطفى كامل وقاسم أمين وسعد زغلول والشيخ محمد عبده وغيرهم. في هذا الجو القمعي والقهري تكتسب النخبة المصرية والنخب العربية (حكمة ثعبانية) تمنع التمرد الحقيقي ضد اللورد كرومر وضد الخديوي توفيق أو عباس أو غيرهم من الحكام. ونجحت هذه النخب العربية منذ القرن التاسع عشر وحتى اليوم في تبرير الخضوع والتنازل عن المبادئ الأساسية للتحرير الحقيقي (للنساء ولأنفسهم أيضاً كرجال), كما نجحوا أيضاً في تعميم أسلوب للكتابة والخطب والكلام يوحي بنقد النظام الحاكم محلياً أو نقد الاستعمار الخارجي من دون مخاطرة بمصالحهم المشتركة مع هذا النظام داخلياً وخارجياً, بل من دون المجازفة بإغضاب الحاكم صاحب السلطة, وهو الخديوي او السلطان أو الملك أو رئيس الدولة او اللورد كرومر, أو السيد كولن باول أو غيرهم. إنها الحكمة الثعبانية التي تبدو لنا كأنما هي (عين العقل) أو قمة الحكمة, وأنهم حكماء العصر, على حين أن النخب العربية هي التي أوصلت بلادنا الى ما هي فيه من تدهور وتخلف وخضوع للقوى الخارجية والداخلية. إنها النخب العربية التي تقف ضد التحرير الحقيقي لبلادنا اقتصادياً وسياسياً وثقافياً, وهي تقف ايضاً ضد التحرير الحقيقي للنساء والشباب والاطفال, وضد التحديث الحقيقي للتعليم والإعلام والثقافة, على رغم كل شعاراتها الرنانة عن التحديث وتحرير النساء. هل يمكن أن ينوب الاميركيون عنا من أجل تحديث أنفسنا وتحريرها من الاستعمار الخارجي والقهر الداخلي?! وهل يمكن أن ينوب الرجال عنا نحن النساء من أجل تحرير أنفسنا?! أليست فلسفة (الاعتماد على الذات) هي الأساس الأول لأي عملية تحرير أو تحديد?! لماذا غرق المسلسل التلفزيوني في القصور ونساء الباشوات والاميرات, وتجاهل دور النساء من الشعب المصري?! وهل كانت الأميرة ناظلي فاضل هي مثال المرأة المصرية المتحررة فكرياً?! هذه الأميرة التي بدت في زينتها المبالغ فيها مثل الدمية المزخرفة والملونة على رغم جسارتها في تجميع الرجال داخل صالونها! ولماذا اختفى صالون مي زيادة, مثلاً, التي تألقت فكرياً حتى العام 1915, وفرضت وجودها الادبي في مصر, في وقت ضرب فيه الحجاب على مثيلاتها من النساء, ولماذا تم تجاهل الكاتبة عائشة التيمورية, التي ولدت العام 1840 وماتت في القاهرة العام 1903 قبل موت الشيخ محمد عبده بعامين فقط, وأيضاً زينب فواز التي عاصرت قاسم أمين وكان لها دور بارز في تحرير المرأة, وكذلك ملك حفني ناصف, التي اشتهرت باسم (باحثة البادية), وعاشت ما بين 1886 الى 1918, وشاركت بقلمها القوي في الكتابة من أجل رفع الظلم عن المرأة, وكانت آراؤها تكملة لدور رفاعة الطهطاوي, وكانت أكثر تقدماً من الطهطاوي وقاسم أمين, لأنها اعتبرت دعوة الطهطاوي إصلاحاً فقط, أما قاسم أمين فاعتبرها تحريراً. وبالغ المسلسل التلفزيوني في إظهار الدور الثقافي للأميرة ناظلي فاضل, والتي لم تلعب دوراً في تحرير النساء المصريات أو النضال من أجل استقلال مصر من الاستعمار البريطاني, بل ظلت على علاقة وثيقة بالسلطة العليا في البلاد ومنها اللورد كرومر ذاته, والذي لم يختلف عن الوزير الاميركي الحالي كولن باول في حماسته لتحرير النساء وتحديث التعليم في مصر لتخريج أجيال من الشباب والشابات الخاضعين للاستعمار الخارجي المؤمنين بالسوق الحرة والتجارة والبورصة والمنافسة من أجل الربح.

ظهر قاسم أمين (في المسلسل التلفزيوني) حذراً متردداً, اكثر تردداً من رجال آخرين من الطبقات الشعبية مثل الشيخ علي يوسف, وزوجته الشجاعة السيدة صفية ابنة الشيخ المتسلط السادات, كما ان الشيخ علي يوسف كان اكثر فهماً لجوهر الاسلام من قاسم أمين الذي كان يردد الآيات القرآنية من دون إدراك لجوهر الفلسفة الاسلامية الذي يقول: (إذا تعارض النص مع المصلحة غلبت المصلحة على النص, لأن المصلحة متغيرة والنص ثابت). كان قاسم أمين يعيش داخل القصور, لا يعرف أن غالبية النساء المصريات (ومنهن جدتي الفلاحة العاملة في أرضها) كن يعملن في الحقول, ويمشين في الطرقات والأسواق مكشوفات الوجوه, ولم يرتدين أبداً الحجاب التركي الذي يغطي الوجه مثل زوجة قاسم أمين وبنات الباشوات والبهوات والأفندية. وعاش قاسم أمين حياته حتى مات مع هذه الزوجة المدللة الغارقة في زينتها السطحية مثل الدمية الغريرة الغبية فلم تساند قاسم أمين زوجها في أفكاره عن تحرير المرأة, وأنجبت منه بنتين, رأينا الكبرى منهما فتاة مدللة مزينة مثل الدمية أي مثل أمها, وليس لها معركة إلا لحفلة عيد ميلادها, واستهلاكها البذخ على غرار فتاة فرنسية أو تركية من الطبقة العليا. كيف فشل قاسم أمين في إقناع زوجته بأفكاره? كيف فشل في انجاب (الابنة) (الكبرى أو الصغرى) لتكون مؤمنة بتحرير نفسها واخواتها بل لتسير في طريق تحرير النساء كما سار أبوها? إلا أن قاسم أمين مثل غيره من النخب العربية, عاش الحياة المزدوجة, وفصل بين الحب والزواج أحب امرأة فنانة من الشعب الفقير, وكتم هذا الحب وجعله سراً دفيناً, في حين اعلن زواجه من ابنة الباشا الغريرة الغبية! هذه الازدواجية الاخلاقية التي يتسم بها النظام الطبقي الابوي, حيث ينجذب الرجل جسدياً وعاطفياً الى بنات الطبقة الدنيا, في حين ينجذب عقله الى بنات الطبقة العليا. إنها الحكمة العقلانية الثعبانية المزدوجة في السياسة والاقتصاد والحب والجنس والثقافة والاخلاق وكل شيء, وهي ضد حركة تحرير المرأة العربية, لأنها تقسم النساء إلى قسمين: (1) زوجات محترمات باردات وغبيات. (2) عشيقات محتقرات وساخنات عاطفياً وجنسياً. وهل تحديث التعليم يتعلق بتغيير المقررات الدراسية والمناهج وسنوات الدراسة حيث تتشابه مع المدارس الاميركية او البريطانية او الفرنسية?! وهل تحرير المرأة العربية يعني أنها تستورد أحمر الشفاه ومساحيق التجميل وصبغات الشعر وترطن باللغات الاجنبية وتشتغل في الشركات التجارية المنافسة في السوق الحرة الدولية أو المحلية?! ولا مانع من ارتدائها الحجاب حفاظاً على الهوية والخصوصية الثقافية?! التحديث الحقيقي للتعليم في بلادنا يعني أن يتربى الطفل والطفلة في البيت والمدرسة على حرية التفكير وحرية التعبير وحرية النقد من دون خوف من عقاب. إن التحرير الحقيقي للمرأة يبدأ من الطفولة حين تتربى الفتاة أو الطفلة على النقد من دون خوف من أحد. هل هناك أحد ضد النهوض بالتعليم في بلادنا العربية? وهل هناك أحد ضد النهوض بالنساء (إلا القوى المتخلفة)? فلماذا ينفصل التعليم في بلادنا عن التحرير الاقتصادي والعدالة الاجتماعية والتخلص من قوى الاستعمار? هل يمكن التخلص من النظم الدكتاتورية المحلية العربية من دون التخلص من النظم الاستعمارية الدولية التي تقدم لها المعونات العسكرية والاقتصادية والإعلامية والتعليمية?! وما نوع التعليم الذي يريده السيد كولن باول لبلادنا العربية? أو يريده تقرير التنمية العربية? إذاً هو الذي أراده قاسم أمين لتحرير النساء?! وهل نحن في حاجة إلى أساتذة نستوردهم من الولايات المتحدة او بريطانيا ليلقنونا العلم والمعرفة?! هل نحن في حاجة إلى استيراد آلات وكومبيوترات من الولايات المتحدة او بريطانيا أو غيرهما من أجل تحديث التعليم في بلادنا?! وأيها ستصبح قادرة على نقد المدرسين والمدرسات, وقادرة على نقد رئيسها في العمل, ونقد أصحاب السلطة في الدولة أو في النظام الدولي الخارجي? وهل نحن في حاجة إلى استيراد الأساتذة الاميركيين حتى يعلموا أطفالنا عدم الخوف? هل نحن في حاجة إلى خبراء الأمم المتحدة أو خطاب السيد كولن باول ليقول لنا كيف تتحرر النساء في بلادنا? في الوقت الذي يتحدث فيه كولن باول عن توجيه ضربة عسكرية قاضية على الشعبين العراقي والفلسطيني هو يتحدث عن تحرير المرأة العربية وتحديث التعليم. كأنما قتل الشعوب العربية شرط أساسي لتحرير النساء العربيات وتحديث التعليم?! كأنما الاستعمار الاميركي شرط للتحديث? ألا يدل هذا التناقض الصارخ على كذب الدعاوى الاميركية, وكذلك ايضاً دعاوى بعض النخب العربية الذين شاركوا في وضع تقرير التنمية العربية, وكذلك أيضاً بعض الذين سافروا الى فرنسا في القرن التاسع عشر ثم عادوا الى بلادنا ينادون بتحرير المرأة وتحديث التعليم على غرار ما شاهدوه في الخارج?! لست ضد الاستفادة من تجارب الآخرين في الخارج والداخل, ولكني ضد عملية التحديث الزائفة السطحية الفوقية الهشة, والتي يقودها في بلادنا الأجانب مع نخب عربية معزولة عن مجتمعاتها, تجيد اللغات الأجنبية أكثر مما تجيد اللغة العربية, وتعيش في الصور بعيداً من الغالبية من النساء والرجال والشباب, وتربطها علاقات وثيقة بأصحاب السلطة والمال والبورصة والإعلام في الخارج والداخل. حتى الشاعر الفلسطيني محمود درويش الذي جاء إلى القاهرة خلال كانون الأول (ديسمبر) 2002, يذهب الى الجامعة الأميركية لإلقاء قصائده! لماذا لا يلقي قصائده في الجامعة المصرية وسط آلاف الطلاب والطالبات من الفئات الشعبية والذين لا يستطيعون دخول الجامعة الاميركية? هل أصبحت الجامعة الاميركية في بلادنا هي مركز الثورية الشعرية والثقافية?! على حين يحيط الحراس بالجامعة المصرية!. أصبح النشاط السياسي والاجتماعي والثقافي (بما فيه التحرير النسائي) من المهن الجديدة والمهارات الحديثة التي تؤدي الى الربح والصعود الى الطبقات العليا, حيث المنظمات الثقافية والنسائية بقيادة الأميرات والملكات وزوجات الحكام. وقد اختُطفت اللغة الثورية التحريرية ايضاً, فما أسهل الخطب الثورية التي نسمعها عن تحرير المرأة وتحديث التعليم والإعلام والعمل المدني والتكنولوجيا وحوار الحضارات, وكلها تتم في القاعات الرسمية الفخمة تحت رعاية أصحاب وصاحبات النفوذ والسلطة, في حين يزيد الفقر والبطالة وسطوة الاستعمار الأميركي. وتتألق هذه النخب العربية تحت الأضواء كما تألق قاسم أمين تحت الأضواء في حين يُدفن في التاريخ نساء ورجال كانوا اكثر وعياً بتحرير المرأة وتحديث التعليم من قاسم أمين أو غيره من النخب العربية المتألقة في حاضرنا اليوم. كاتبة مصرية.

(المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 7 جانفي 2003)

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association : Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen) Box 62
127 22 Skنrholmen  Sweden Tel/:(46) 8- 4648308    Fax:(46) 8 464 83 21   e-mail: fvf@swipnet.se

To Subscribe, please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com To Unsubscribe, please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com  ِArchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées dun grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, léquipe de TUNISNEWS nassume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « Léquipe TUNISNEWS » nexpriment pas les points de vue de la rédaction.

** L’équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes dorthographe ou autres dans les textes quelle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil


Lire aussi ces articles

17 mai 2008

Home – Accueil   TUNISNEWS 9 ème année, N° 2916 du 17.05.2008  archives : www.tunisnews.net AISPP: Procès des 13 et 14

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.