7 mars 2003

Accueil

TUNISNEWS

3ème année, N° 1022 du 07.03.2003


LES TITRES DE CE JOUR:
 

OMCT:  Tunisie: des internautes torturés parmi lesquels un mineur.
Comité International de Soutien à Z. Yahyaoui : Zouhair, de nouveau malade, réclame ses droits
LTDH: Infos Express 7 mars 2003
Maghreb Confidentiel: Mouvement dans les services de sécurité? AFP: Entretien téléphonique Chirac-Ben Ali sur l’Irak et la Palestine
AP: MM. Ben Ali et Chirac s’entretiennent de la crise irakienne et de la situation dans les territoires palestiniens
Réalités : Relations tuniso-américaines : Les patrons disent non à la guerre AP: La Tunisie lance un mandat d’arrêt international contre le No3 d’Al-Qaïda AP: Tunisia issues arrest warrant for suspected al-Qaida leader ANSA: Tunisia: paesi gruppo comessa pensano a area libero scambio  La Presse: Infrastructure : développer et élargir la coopération entre la Tunisie et l’Union européenne Reuters: Tunisia’s STB bank profits fall 52 pct Tunisie, réveille-toi: Interview avec Ameur Larayed, Président du bureau politique d’Ennahdha, sur le thème de l’union de l’opposition
Hasni: Un centre d’Etudes et de Recherches pour l’Union de l’opposition Mokhtar Yahyaoui : Critiques
AFP: Un « café social » à Paris pour les personnes âgées immigrées
Le Monde: Le français, arme de contestation politique ?


المجلس الوطني للحريات بتونس : تعذيب مجموعة من الشباب التلمذي و الطالبي في مصالح أمن الدولة و إحالتهم على التحقيق قدس برس : أوقفوا لدخولهم مواقع إنترنت ويحاكمون بتهمة تكوين عصابة مفسدين 
قدس برس : تونس: المعلمون يضربون عن العمل للمطالبة بتحسين ظروفهم الاجتماعية  القدس العربي : في صعوبة وجود منبر لها في ظل الخلاف مع سلطات بلدانها:كيف استخدمت الحركات الإسلامية منبر الانترنت؟

 

المجلس الوطني للحريات بتونس

 

تونس في 6/03/2003

تعذيب مجموعة من الشباب التلمذي و الطالبي في مصالح أمن الدولة و إحالتهم على التحقيق

 

علم المجلس الوطني للحريات أن مجموعة من الشباب أصيلي مدينة جرسيس تمت إحالتهم على التحقيق بالمكتب الحادي عشر بمحكمة تونس الابتدائية بتهم خطيرة وعديدة ، نذكر منها تكوين عصابات قصد التحضير لارتكاب اعتداءات على الأشخاص و الأملاك و صنع و خزن و تركيب مواد متفجرّة و السرقة على معنى أحكام الفصول 131 و 132 و 133  258 و 214 من المجلّة الجنائية و هم عبد الرزاق بورقيبة الذي لم يتجاوز عمره 17 سنة و عبد الغفار بن قيزة و عمر راشد و حمزة المحروق وعمر الشلندي و رضا الحاج إبراهيم و أيوب الصفاقسي (بحالة فرار ) .

و يذكر أن عملية إيقاف هؤلاء الشباب تمت بين يومي 08 و 10 فيفري الماضي وتمّ جلبهم رأسا إلى مصالح أمن الدولة بالعاصمة أيم تمّ استنطاقهم و ممارسة أنواع التعذيب الجسمي ضدّهم حسب تصريحات البعض منهم تمثلت في الضرب على عدّة أماكن بالجسم و التعليق من اليدين و الضرب حتى أن عبد الغفار بن قيزة و عمر راشد انفجرا بالبكاء عند الحديث عما تعرضوا إليه من تعذيب و صرّح بن قيزة أنه فكرّ في الانتحار بمحاولة قطع شريط من غطاء فراشه لاستعماله في خنق نفسه .

و قد صرّح الموقوفون أنهم أمضوا على أبحاث أجرتها فرقة أمن الدولة ثم تمّ نقلهم إلى فرقة مقاومة الإجرام بتاريخ 26 / 02 / 2003 بالقرجاني أين تمّ  تحرير محاضر جديدة تمّ التنصيص فيها على تاريخ إيقافهم علما أنه تمّ يوم 26 / 02 / 2003 بالنسبة للبعض و 27 / 02 / 2003 بالنسبة للبعض الآخر مما يعدّ تدليسا و تزويرا للواقع من أعوان الأمن بل أنه ذكر أن إيقاف البعض منهم تمّ بتونس العاصمة و ذلك لتبرير خرق الاختصاص الترابي الذي ارتكب في هذه القضية .

أما عن مؤيدات الملف فإن المحامين النائبين الذين لم يمكنوا من الاطلاع على الملف يوم 05 / 3 / 2003 لم يلاحظوا سوى وجود أوراق مستنسخة من موقع بالانترنيت تحمل بيانات حول خصائص رشاش كلاشنكوف وعلبه لصق و قطعة من بطاقة هاتف قيل أنها تستعمل في سرقة النقد من الطرف الآلي !

و بالنظر إلى الخروقات العديدة المرتكبة في حق الموقوفين خلال تدليس تاريخ الإيقاف و إحالتهم من فرقة أمن إلى أخرى و ممارسة التعذيب الماديّ و المعنوي ضدّهم يخشى المجلس أن تكون السلطة قد هوّلت من أمر هذه المجموعة في إطار إيهام الغرب بأنها منهمكة في مقاومة الإرهاب كما يطالب المجلس بأن تكفل للموقوفين محاكمة عادلة تحترم فيها جميع حقوق الدفاع .

 

عن المجلس

الناطقة الرسمية

سهام بن سدرين

 


 

 

OMCT 6/3/2003:

 Tunisie: des internautes torturés parmi lesquels un mineur.

 

 

 

Cas TUN 060303.EE Exactions enfants Cas TUN 060303 Torture Le Secrétariat international de l’OMCT requiert de toute URGENCE votre intervention dans la situation suivante en Tunisie. Brève description des faits Le Secrétariat international de l’OMCT a été informé par une source digne de foi en Tunisie d’actes de torture perpétrés sur 7 jeunes internautes. Selon cette source, sept jeunes internautes parmi les vingt arrêtés à Zarzis le 8 février dernier ont comparu devant le juge d’instruction du 11e bureau du tribunal de première instance de Tunis les 3 et 5 mars. Il s’agit de : Abderrazek Bourguiba élève (17 ans), Abdelghaffar Ben Guiza (20 ans), Amor Rached, élève, Ridha Hadj Brahim, enseignant, Amor Chalendi, étudiant, Hamza Mahroug, Ayoub Sfaxi (en fuite). Ils sont accusés en vertu des articles 131, 132 et 133 du Code pénal, « d’association de malfaiteurs, participation à des réunions non autorisées, le vol et acquisition de produits pour la fabrication d’explosifs… » Les avocats de la défense n’ont pas eu accès au dossier. Les pièces à conviction sont constituées d’un CD-ROM et d’un tube de colle d’écolier. Selon cette même source, les prévenus interrogés ont déclaré avoir été arrêtés le 8 février à Zarzis (près de 500 km de la capitale) alors que les procès-verbaux de l’instruction préliminaire font état d’une arrestation effectuée le 26 février à Tunis. Le 19 février dernier, leurs avocats avaient saisi le Procureur de la République d’une plainte pour violation des délais de garde à vue et détention au secret. Plusieurs atteintes aux droits de la défense ont été constatés par les avocats et notamment : l’incompétence territoriale du juge qui instruit l’affaire, la falsification des dates et lieux d’arrestations dans les procès-verbaux, le refus de délivrer aux familles les permis de visite ainsi que le refus d’écrouer Abderrazak Bourguiba (17 ans) dans un établissement pénitentiaire pour mineurs. Le juge a refusé de consigner les observations des avocats. De plus, selon les mêmes informations, tous ont déclaré devant le juge avoir été torturés dans les locaux de la sûreté de l’état durant plusieurs jours jusqu’à ce qu’ils signent des procès-verbaux dont ils ignorent la teneur. C’est sur ces pièces que s’est basé le juge d’instruction pour délivrer des mandats de dépôt contre eux à la prison du 9 avril. Les interrogatoires seront poursuivis le 8 mars. Par ailleurs, l’OMCT s’interroge sur la vague d’arrestations d’internautes actuellement en cours en Tunisie, alors que le gouvernement, qui semble accorder un grand intérêt aux nouvelles technologies de l’information, se prépare activement à recevoir le Sommet Mondial sur la Société de l’Information à Tunis en 2005. L’OMCT est très vivement préoccupée par la dégradation de la situation des droits de l’Homme en Tunisie, notamment, par l’usage systématique de la torture. Action requise Nous vous prions de bien vouloir écrire aux autorités de la Tunisie, leur demandant : i. De garantir l’intégrité physique et psychologique de Abderrazek Bourguiba, Abdelghaffar Ben Guiza, Amor Rached, Ridha Hadj Brahim, Amor Chalendi, Hamza Mahroug, Ayoub Sfaxi (en fuite) ; ii. D’ordonner la libération immédiate des jeunes gens, au vu des nombreuses irrégularités de forme et de fond constatées dans le traitement de ces affaires ; iii. De poursuivre, juger, punir les auteurs d’actes de torture perpétrés dans cette affaire et garantir réparation aux victimes ; iv. De garantir le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans tout le pays selon les lois nationales et les normes internationales, et notamment la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, ratifiée par la Tunisie le 23 septembre 1988. Adresses Note: Vous risquez de rencontrer des problèmes dans vos démarches avec les e-mails et fax en Tunisie mentionnés ci-dessous. En cas d’échec, nous vous suggérons d’utiliser les coordonnées de la Mission permanente de la Tunisie à Genève. § M. Zine el-Abidine Ben Ali, Président de la République, Palais de Carthage, 2016 Carthage, Fax: +216 71 744 721 ou +216 71 731 009 § M. Mohamed Ghannouchi, Premier Ministère, Secrétariat Général du Gouvernement, Rue de la Kasbah, 1008 Tunis, Fax: +216 71 562 378 § M. Hédi M’henni, Ministère de l’Intérieur et du Développement local, Avenue Habib Bourguiba, 1001 Tunis, Fax: +216 71 354 331 ; email :mint@ministeres.tn § M Dali Jazi, Ministère de la Défense Nationale, Avenue Bab Mnara, La Kasbah, 1008 Tunis, Fax: +216 71 561 804 § M. Bechir Tekkari, Ministère de la Justice et des Droits de l’homme, 57, Boulevard Bab Benat, 1006 Tunis, Fax : +216 71 568 106 ; email : mju@ministeres.tn § S.E M. Habib Mansour, Mission permanente de la Tunisie, 58 Rue Moillebeau, Case postale 272, 1211 Genève 19; Fax : +4122 734 06 63 ; Email : mission.tunisia@ties.itu.int Prière d’écrire à la représentation diplomatique de Tunisie dans votre pays. Genève, le 6 mars 2003 Veuillez nous informer de toute action entreprise en citant le code de cet appel dans votre réponse. Source: http://www.omct.org

 

 

أوقفوا لدخولهم مواقع إنترنت ويحاكمون بتهمة تكوين عصابة مفسدين

تونس: جمعية حقوقية تتهم الحكومة بتعذيب معتقلي رأي وتزوير ملفات محاكمتهم

 

تونس – خدمة قدس برس

اتهمت منظمة حقوقية تونسية سلطات بلادها بتعذيب عدد من الطلاب والتلاميذ والموظفين، اعتقلوا على خلفية دخولهم مواقع إنترنت تابعة للمعارضة، وتعتزم الحكومة التونسية محاكمتهم بتهمة تكوين عصابة مفسدين، والاعتداء على الأشخاص والأملاك العامة.

وقالت الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين، في بيان أرسلت نسخة منه إلى وكالة « قدس برس » إن المعتقلين تعرضوا لتعذيب قاسٍ جدا، مما دفع بأحدهم إلى التفكير في الانتحار، للهروب من العذاب، الذي سلط عليه.

وقال البيان، الذي وقعه المحامي محمد النوري، رئيس الجمعية، إن الشبان، وفيهم طفل دون سن 17 عاما، مثلوا يومي الاثنين والأربعاء الماضيين أمام حاكم التحقيق في المحكمة الابتدائية بتونس العاصمة، وذلك « من أجل تكوين عصابة، قصد تحضير وارتكاب اعتداء على الأشخاص والأملاك، لغرض التخويف والترويع، وإعداد محل لاجتماع أعضاء العصابة، وعقد اجتماعات بدون رخصة، والسرقة وصنع وتركيب مواد متفجرة، و نقلها وخزنها، وحيازة آلات ومواد معدة للدخول في تركيب آلات ذات انفجار، بدون رخصة« .

واتهمت الجمعية إجراءات المحاكمة بالوقوع في العديد من الخروق القانونية. وقالت إن لسان الدفاع لاحظ حصول العديد من الخروق والتجاوزات القانونية، « سواء من قبل الشرطة أو من قبل قاضي التحقيق »، منها « تزوير تواريخ الإيقاف من طرف الشرطة، إذ وقع التنصيص على أن الإيقاف وقع يومي 26 و27 شباط (فبراير) 2003  في حين أن الإيقافات وقعت بين الثامن والعاشر من شباط (فبراير) 2003″، بحسب تأكيد البيان.

وقالت الجمعية إنه تم « تزوير مكان الإيقاف بالنسبة للمتهم عمر فاروق الشلندي، إذ جاء بمحضر الشرطة أن عملية الإيقاف تمت بتونس العاصمة، في حين أن عملية الإيقاف تمت بمنزله الكائن بجرجيس (جنوب البلاد)، حسب ما جاء على لسان الشهود ».

وأضافت أنه تم أيضا « تزوير هوية الضباط، الذين تولوا البحث في القضية، إذ نصت المحاضر على أن الأبحاث والتحريات وقع إجراؤها من طرف الإدارة الفرعية لفرقة مقاومة الإجرام بالقرجاني، رغم أن من تولى البحث هي فرقة أمن الدولة« .

ونقل البيان عن « بعض المتهمين أنهم تعرضوا إلى التعذيب بمقرات أمن الدولة، إلى درجة أن  أحدهم صرح  بأنه فكر في الانتحار ».

وقال إن أعوان السجن المدني بتونس استجوبوا، في مخالفة صريحة للقانون بعض المعتقلين، وقاموا بضربهم، لدفعهم لتسجيل « اعتراف كتابي بالتهم المنسوبة إليهم، وهو ما يعتبر سابقة خطيرة في التعامل مع المساجين السياسيين »، بحسب قول البيان.

وتتهم جهات حقوقية محلية ودولية، وأخرى في المعارضة التونسية، الحكومة بتصفية خصومها السياسيين بحجج الإرهاب، وتكوين جمعيات مفسدين. وقد حوكم الآلاف من المعارضين الإسلاميين، في مطلع العقد الماضي، في تونس، بتهم تكوين عصابة مفسدين، هي حركة النهضة المحظورة، لا يزال نحو ألف منهم في السجون منذ مطلع العام 1991، وقد مات بعضهم في المعتقلات في ظروف غامضة، لم يجر التحقيق في شأنها، أو بسبب التعذيب، أو الإهمال الصحي، كما تردد ذلك باستمرار منظمات حقوقية محلية ودولية، مثل منظمة العفو الدولية.

 

(المصدر: وكالة قدس برس إنترناشيونال بتاريخ 6 مارس 2003)

 

Comité International de Soutien à Zouhair Yahyaoui Communiqué du 5 mars 2003

ref : CISZY20 Les précédents communiqués sont accessibles à partir de la page de la campagne Zouhair Yahyaoui : http://site.voila.fr/zouhairyahyaoui/communiques.html Toute autre information sur la campagne en cours est disponible sur le même lien. Paris, et autres pays, 5 mars 2003

Objet: ZOUHAIR, de nouveau malade, réclame ses droits

 
Conséquence du manque d’hygiène et de la promiscuité, Zouhair souffre d’une grippe, d’une infection urinaire, de douleurs reinales, et supporte depuis son passage à tabac il y a plusieurs mois, une douleur persistante à la jambe, particulièrement violente le matin au lever. Suite au rassemblement de soutien qui avait eu lieu le jeudi 6 février devant la prison de Borj El Amri, la situation a beaucoup empiré. Une fouille complète de la cellule par plusieurs gardiens et un « civil » a eu lieu, et à la suite de celle-ci Zouhair s’est rendu compte que certains de ses effets personnels avaient disparu, en particulier le cahier sur lequel il notait ses souvenirs et les quelques lettres qu’il avait reçues. Alors qu’il refusait déjà que sa famille lui apporte le couffin de nourriture car celui-ci lui parvenait incomplet ou souillé, Zouhair, privé désormais de la visite de ses oncles, a décidé ne plus accepter la visite hebdomadaire et a demandé à sa famille de ne pas se rendre la prison la semaine prochaine. Il ne cesse de réclamer que soient respectés ses droits les plus élémentaires, et il refuse d’accepter plus longtemps les poussières de droits qu’on lui accorde.   Alors que la tension internationale grandissante semble recouvrir d’un voile opaque les crimes toujours renouvelés du régime tunisien à l’encontre de ses propres citoyens, nous demandons, plus que jamais, la libération immédiate et inconditionnelle de Zouhair Yahyaoui. Pour le Comité, Sophie Elwarda, contact@tunezine.com tel : +33 (0)6 70 52 10 71

 

 
 
Ligue Tunisienne pour la défense des droits de l’homme

Infos Express 7mars 2003-03-07

 
Najoua Rezgui a été libéré vendredi 6 mars 2003 du siége régional de la sûreté nationale a Siliana « 150 km au nord ouest de Tunis », vers 19 H alors qu’il n’y a plus de moyens de transport vers Tunis où elle réside. Elle y a été transférée vers 13h de la caserne de Bouchoucha à Tunis ou elle a passé la nuit dans une cellule crasseuse et insalubre. Rappelons que Najoua Rezgui a été appelée à se présenter au poste de la garde nationale de Oued Ellil sous prétexte de récupérer son passeport car elle devait se rendre à Aubervilliers en France ou elle à été invité par la mairie des lieux pour participer à la journée du 8 mars. A l’issue de sa sortie Najoua Rezgui a déclaré à la LTDH que ses geôliers ne lui ont donné tout au long de son arrestation aucun motif justifiant ce « rapt » au moment de son élargissement ont lui a expliqué qu’il s’agissait d-une « erreur » sur sa personne. Najoua Rezgui ancienne détenu d-opinion, femme de Abdeljabbar Maddouri ex- prisonnier appartenant au PCOT a été l-objet de harcèlement policier durant ces dernières années et ne peut être inconnue de ces services. Elle projette de porter plainte contre ses ravisseurs

 

 


 

 

الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الانسان

أخبار سريعة 7 مارس 2003

تمّ اطلاق سراح السيدة نجوى الرزقي يوم الجمعة 6 مارس 2003 منمنطقة الأمن الوطني بسليانة (150كلم شمال غربي تونس )حوالي الساعة 7 مساء وهي الساعة التي ينعدم فيها وجود وسائل نقل في اتجاه تونس العاصمة أين تقطن و كانت السيدة نجوئ الرزقي قد حولت إلى منطقة الأمن بسليانة في الساعة الواحدة زوالا من ثكنة بوشوشة أين قضت ليلة في زنزانة سيئة . و للتذكير فانها كانت قد دعيت للذهاب الى مركز الحرس الوطني بواد الليل لتسلم جواز سفرها علما و انّها كانت تستعد للتحول الى فرنسا حيث كانت مدعوة من بلدية اوبرفلي للمشاركة في يوم 8 مارس و اثر اطلاق سراحها صرحت السيدة الرزقي للرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الانسان بأن معتقليها لم يذكروا لها سبب « الاختطاف »و بأنهم أعلموها عند اطلاق سراحها بأن الأمر يتعلق ب »خطاء ».و للتذكير فانّ نجوئ الرزقي سجينة رأي سابقة و زوجة السيد عبد الجبار المدوري و هو سجين سابق في قضية حزب العمال لشيوعي التونشي كما كانت محل مضايقات في السنوات الاخيرة و لا يمكن أن تكون غير معروفة من هذه المصالح الأمنية والسيدة الرزقي تنوي تقديم قضية ضد مختطفيها.


 
 

تونس: المعلمون يضربون عن العمل للمطالبة بتحسين ظروفهم الاجتماعية

 

تونس – خدمة قدس برس 6 مارس/

قام قطاع المعلمين اليوم الخميس بإضراب عام عن العمل، قالت الهياكل النقابية إنه كان ناجحا. وقالت مصادر مطلعة داخل الاتحاد العام التونسي للشغل لوكالة « قدس برس » إن نسبة المضربين فاقت في بعض الجهات والمدارس الابتدائية 90 في المائة من العدد الإجمالي للمعلمين، ووصلت في بعض الأحيان 100 في المائة. وفي سابقة هي الأولى من نوعها داخل الساحة النقابية التونسية، تحدى المعلمون قرار المركزية النقابية بتعليق الإضراب، بعد إصدار المكتب التنفيذي للاتحاد العمال، بحضور عبد السلام جراد الأمين العام للاتحاد بيانا موجها إلى الرأي العام النقابي، يعلن فيه تعليق إضراب المعلمين، ويطالب الهياكل النقابية الوسطى والجهوية باحترام هذا القرار. ولكن نقابة المعلمين واصلت الإعداد لإنجاح الإضراب، واعتبرت بيان المكتب التنفيذي « خيانة » لنضالات المعلمين، وطالبت القيادة النقابية باحترام قواعدها، وتشريكهم في القرار. وتهدف نقابة المعلمين من هذا الإضراب إلى الضغط على الحكومة، من أجل تحقيق بعض المطالب، التي يعتبرها المعلمون مصيرية في النهوض بقطاع التعليم الأساسي، وهي أساسا حسب ما جاء في بيان الهيئة الإدارية لنقابة التعليم الابتدائي، التي قررت الإضراب، احترام حرية العمل النقابي، والإسراع بإصدار النظام الأساسي بجانبيه الترتيبي والمالي، ومراجعة المقاييس المعتمدة للارتقاء، وتمكين المعلمين من التقاعد في سن 55 عاما، بدلا من 60 عاما، وتحسين ظروف المعلمين المادية والاجتماعية، وتحديد ساعات العمل بعشرين ساعة فقط في الأسبوع. وقال الناصر قطواني وهو مسؤول نقابي لوكالة « قدس برس » إن نجاح الإضراب دلالة على وعي المعلمين ووحدة مطالبهم، متهما السلطة والمركزية النقابية بالسعي إلى الالتفاف على نضالات المعلمين. وأضاف أن « هياكلنا الشرعية والممثلة ستواصل النضال بكل الطرق حتى تحقيق مطالبنا المشروعة »، حسب تعبيره. ويتهم بعض النقابيين في قطاعات نقابية مختلفة قيادة المركزية النقابية بتفضيل إرضاء الحكومة على إرضاء النقابيين. وهم يرون أن مثل هذا التوجه لدى قيادة العمال من شأنها أن تضعف من دور المكتب التنفيذي للمنظمة، الذي يعيش اليوم تحد متواصل، وتهديد بالإضرابات من دون موافقته. وكان خريف عام 2000 قد شهد إقصاء إسماعيل السحباني الأمين العام السابق للاتحاد العام التونسي للشغل، بعد هيمنته على المركزية النقابية منذ مؤتمر سوسة في عام 1989. وقد اتهم السحباني بالاختلاس والتلاعب بأموال الاتحاد، وأدخل السجن، ثم أطلق سراحه لاحقا في عفو رئاسي. وخلف السحباني على رأس المركزية النقابية عضده الأيمن السابق عبد السلام جراد، المقرب من الحكومة، وهي الخطوة، التي اعتبرها بعض النقابيين خطوة استباقية من الحكومة لامتصاص نقمة النقابيين، التي تزايدت بحدة في آخر عهد الأمين العام السابق. لكن يبدو أن غضب النقابيين قد عاد للتصاعد مؤخرا، مع بدء بعض القطاعات النقابية في شن إضرابات عن العمل، من دون موافقة قيادة المركزية النقابية.

 

(المصدر: وكالة قدس برس إنترناشيونال بتاريخ 7 مارس 2003)

 

 

MAGHREB CONFIDENTIEL N° 593 du 06/03/2003

 

Un Port de plaisance « privatisé » à Sidi Bousaïd?

  Pour alléger le port de plaisance de Sidi Bousaïd devenu le haut lieu des « hommes de pouvoir » du régime, le président Ben Ali a décidé la construction d’une rade au port de Tunis-La Goulette pour le mouillage des bateaux de plaisance (21 millions d’euros).

 

Mouvement dans les services de sécurité?

 

Le président Ben Ali qui semble lever un peu le pied ces temps-ci préparerait de nouveaux changements à la tête de l’appareil sécuritaire de l’Etat. Ecarté après l’attentat de la synagogue de la Ghriba et « exilé » comme ambassadeur à Rome, l’ancien patron de la sécurité, Ali Ganzoui, pourrait revenir comme ministre de l’intérieur tandis que l’ancien numéro un de la sécurité personnelle du président, le général Abderrahmane Bel Hadj Ali, serait nommé secrétaire d’Etat à la sûreté nationale.

 

Faibles salaires des recrutés locaux de l’ambassade de France?

Sénateur UMP, Christian Cointat a interrogé le ministre français des affaires étrangères sur la nette disparité des rémunérations, à emplois égaux, entre les recrutés locaux de l’ambassade de France en Tunisie et ceux du Maroc, plus élevés. Dominique de Villepin a répondu qu’au cours de l’année 2003, « il sera demandé à l’ambassade de France à Tunis de présenter un dossier faisant apparaître la nécessité de revoir la grille des salaires en Tunisie ». Et voilà…

 

 


 

FLASH INFOS

 

Une nouvelle définition de la laïcité !

Dans un article publié ce soir dans Tunisnews, « Abou Hamza » nous apprend que nos pélerins avaient 3 sortes différentes de parasols. Les premières et les deuxièmes portant le log de Tunis Air et le drapeau tunisien, Abou Hamza ne les conteste pas. Par contre, notre cher Abou Hamza constate le dernier slogan apposé aux parasols : Il s’agit du fameux « 7 novembre ».
 
Si ce n’était que ça, nous serons tout à fait d’accord avec Abou hamza sauf que ce dernier traitre ce slogan de « laïque » (!!).
 
Le laïc que je suis pensait bêtement que la laïcité était la séparation de l’État et de la religion. Je remercie donc Abou Hamza pour sa nouvelle définition tellement origininale.
 
Que les islamiste critiquent le pouvoir, c’est très bien. Mais qu’ils essayent d’insineur que le régime politique tunisien est laïque (!), ce qui justifie qu’on s’attaque à lui révèle une certaine mauvaise foi et surtout une pauvreté intellectuelle déconcertante.
 
Lecteur Assidu www.tunezine.com 6-3-03

 

salariés au sol manifestent

Samedi 22 février 2003, près de 1.000 salariés au sol de TUNISAIR se sont réunis place Mhamed Ali à Tunis, siège de l’UGTT, sous la présidence de M. Mokhtar Hili, Secrétaire Général de la fédération du Transport à l’UGTT. La motion adoptée à l’issue de la réunion fait mention de la grave dégradation de la situation sociale dans l’entreprise et revendique l’organisation urgente d’un congrès pour le personnel au sol. La mention porte également sur l’attachement du personnel à l’entreprise et le rejet des licenciements et du démembrement de TUNISAIR, entrepris par la Direction générale, selon les salariés. Les protestataires insistent sur le maintien des droits sociaux acquis au sein de leur entreprise et réclament la titularisation des contractuels. En outre ils demandent la mise en paiement des primes de bilan 2001 et 2002 et des augmentations de salaires alors que TUNISAIR a enregistré déficit sur déficit. Il semble qu’ils aient été rassurés par l’UGTT sur l’aboutissement d’une partie des revendications de cette motion. Les slogans portent sur la confiance en l’avenir et l’attachement au Président Ben Ali. La sécurité et le calme ont régné autour de cette réunion.   (Source :  Réalités du 6 Mars 2003)   Pétition Une pétition signée déjà par 387 enseignants circule actuellement dans le milieu universitaire. C’est suite à l’annonce par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la Technologie, M. Sadok Chaâbane, de sa décision d’accorder 40 millions de dinars de subvention aux institutions d’Enseignement supérieur privé que cette pétition a été lancée. Les enseignants protestent contre ce transfert de l’argent du contribuable au profit des entrepreneurs privés, exigent que le ministère consacre cette somme à la construction et à l’équipement de foyers, de restaurants universitaires, amphis etc, et lancent, enfin, un appel à tous ceux qui ont à cœur l’avenir de l’Université publique pour qu’ils s’associent à eux dans cette action de défense du service public. De source digne de foi, du côté des autorités de tutelle, on a assuré à Réalités que la dite subvention sera consacrée aux foyers universitaires privés afin de résoudre le problème de logement de milliers d’étudiants.   (Source :  Réalités du 6 Mars 2003)

Visas refusés pour la visite du SIMA 2003

L’UTAP avait prévu, pour la visite du Salon International du Machinisme Agricole, qui s’est tenu à Paris Nord-Villepinte du 23 au 27 février 2003, une forte participation, de l’ordre de 300 agriculteurs-éleveurs et exploitants agricoles, dont 200 adhérents de l’UTAP et 100 adhérents des trois Chambres d’agriculture de Tunis, Sousse et Sfax. Seulement 103 “privilégiés” ont pu visiter le SIMA 2003, munis du précieux visa Shengen, malgré les interventions de l’UTAP, restées infructueuses auprès du Consulat Général de France à Tunis, alors qu’il s’agissait de jeunes promoteurs agricoles agréés ou d’exploitants et d’éleveurs importants, intéressés par les nouvelles technologies du SIMA 2003, qui a connu par ailleurs un grand succès d’affluence et d’innovation.   (Source :  Réalités du 6 Mars 2003)

Resserrement du crédit ?

 Les rumeurs relatives à un possible resserrement du crédit par les institutions bancaires portant sur le financement des entreprises et des particuliers sont démunies de tout fondement. En effet, selon des informations puisées à bonne source, la situation économique et financière incite certes à la vigilance, à la surveillance de l’endettement des entreprises, à la prudence en matière d’études et de maîtrise des risques par les banques, conformément aux indicateurs de la conjoncture mondiale difficile, mais non au resserrement du crédit, ni pour les particuliers ni pour les entreprises. C’est ainsi que pour le mois de janvier 2003, il y a eu plus de 42 millions de DT de crédits accordés par rapport à décembre 2002.   (Source :  Réalités du 6 Mars 2003)

 

Gafsa : Une seconde secousse tellurique

Après celle de mardi, une deuxième secousse tellurique d’une magnitude de 2,8 degrés sur l’échelle de richter, a été enregistrée mercredi à 20 heures 37 minutes (heure locale) dans la région d’El Aïaicha du gouvernorat de Gafsa. La secousse a été ressentie par les habitants de la région. L’épicentre de la secousse se situe à 34,32 degrés de latitude et 9,26 degrés de longitude dans la région d’El Aïaicha, selon les analyses préliminaires des stations sismologiques relevant de l’Institut National de la Météorologie.

 

(Source : Le Temps du 7 mars 2003, d’après le portail Babelweb)

 

Marqueur du carburant : L’expérience commencera le 13 mars

On apprend de source informée à la chambre syndicale des gérants et propriétaires des stations-service que l’utilisation du marqueur dans le carburant démarrera à titre expérimental le 13 mars courant. L’opération sera ensuite généralisée sur toutes les station-service. Il s’agit d’ajouter « un colorant » aux carburants, sans en affecter la qualité, qui permet de détecter à vu d’oeil, toute tentative d’escroquerie.

 

 

Don canadien à la faculté des sciences juridiques

Afin d’accompagner les efforts d’insertion de la Tunisie dans l’économie mondiale, l’ambassade du Canada vient d’effectuer une remise de livres de droit (Common Law) d’une valeur de 5000 dollars à la Faculté de sciences juridiques, politiques et sociales de l’Université de Tunis. Ces livres, spécialisés en Common Law, viendront enrichir la bibliothèque de la faculté qui offre un nouveau programme de Common Law en langue anglaise. Pour dispenser l’enseignement du programme en Common Law, la Faculté fait, entre autres, appel à des professeurs étrangers, des professeurs du Osgood Law de l’Université York à Toronto pour y participer.

 

 (Source : Le Quotidien du 7 mars 2003, d’après le portail Babelweb)

 

Annuaire des anciens diplômés du Canada

L’Association d’Amitié Tunisie-Canada annonce qu’elle met en chantier la réalisation de l’annuaire des anciens diplômés du Canada. Cet annuaire sera un instrument efficace pour garder et développer les liens entre les anciens diplômés, et pour contribuer à la promotion d’une meilleure connaissance entre les deux peuples tunisien et canadien et d’une solide et agissant amitié entre leurs deux pays. Pour de plus amples informations appeler le +216 71.601.659

 

(Source : Le Quotidien du 7 mars 2003, d’après le portail Babelweb)

 

Le chiffre du jour : 180.000

Centre quatre-vingt mille tonnes, telle est la production en moyenne des pommes et poires en Tunisie lors de la période 1991-2001. La moitié de cette production est destinée au stockage dans les entrepôts frigorifiques. L’entreposage frigorifique et le conditionnement des fruits ont un rôle d’entraînement sur la production agricole dans la mesure où ils permettent d’éviter un effondrement des cours en pleine campagne et un approvisionnement étalé des marchés.

 

(Source : Le Quotidien du 7 mars 2003, d’après le portail Babelweb)

 

Kasserine : Le marbre vecteur de développement

Après la cellulose d’alfa, et l’agro-alimentaire, Kasserine a renforcé sa position dans le domaine des matériaux de construction. Limité il y a quelques années à l’extraction de pierres, ce secteur s’était tout d’abord renforcé par l’usine de chaux et celle de ciment blanc. Cependant «le grand bond» a été celui du secteur du marbre. Au moins 5 nouvelles unités de façonnage de marbre, ont vu le jour ces deux dernières années dans le gouvernorat de Kasserine devenu, grâce à la réputation du marbre de Thala, première région productrice de marbre du pays.

 

(Source : Le Quotidien du 7 mars 2003, d’après le portail Babelweb)

 

 

Tunisia gets 50 million euro French loan

TUNIS, March 7 (Reuters) – The French government’s aid development term abroad, Agence Francaise de Developpement, has lent Tunisia 50 million euros to finance local community development projects, government officials said on Friday.

The loan brought to 552 million euros the total amount of money lent by the same French agency to the North African country in the last nine years.

((Reporting by Lamine Ghanmi, Tunis newsroom, +216-71 787538 fax +216-71 787454, tunis.newsroom@reuters.com))

REUTERS

 
 

 

Entretien téléphonique Chirac-Ben Ali sur l’Irak et la Palestine

 
AFP, le 06.03.2003 à 20h29               TUNIS, 6 mars (AFP) – Les présidents français Jacques Chirac et  tunisien Zine El-Abidine Ben Ali ont eu un entretien téléphonique  sur la crise irakienne et la question palestinienne, a rapporté  jeudi l’agence tunisienne TAP (officielle).             L’entretien a porté sur ces deux questions « à la lumière des  événements au Moyen-Orient et des efforts déployés pour éviter la  dégradation de la situation et parer aux dangers qui pèsent sur la  région », selon la TAP.             M. Ben Ali a souligné « la ferme volonté de la Tunisie de faire  prévaloir l’option pacifique dans le réglement de la question  irakienne, conformément à la légalité internationale (pour) éviter à  la région davantage de dangers et de périls et épargner au monde les  conséquences de la guerre ».             La France est opposée à une nouvelle résolution du Conseil de  sécurité ouvrant la voie à une usage de la force contre l’Irak,  comme le souhaitent les Etats-Unis et ses alliés.             M. Ben Ali a également exprimé « la profonde préoccupation de la  Tunisie face aux graves développements que connaît la cause  palestinienne du fait de la recrudescence de la violence et de  l’escalade militaire », appelant à « la protection du peuple  palestinien et à bannir la logique de la violence et de la force ».             « Le processus de négociation et la voie pacifique représentent  un choix impératif pour garantir la sécurité et la stabilité aux  peuples de la région », a dit M. Ben Ali, cité par la TAP, qui ajoute  que le président français a salué « le souci constant de la Tunisie  de promouvoir les valeurs de paix, de sécurité et de dialogue dans  le monde ».              MM. Chirac et Ben Ali ont enfin évoqué les relations d’amitié  « excellentes » entre Tunis et Paris, l’évolution de la coopération  bilatérale et les perspectives de renforcement dans le cadre du  partenariat « privilégié », selon la TAP.             Ils ont convenu de multiplier les échanges de vues, en prévision  du sommet euro-méditerranéen des 5+5 prévu en 2003 à Tunis et évoqué  la visite prochaine de M. Chirac en Tunisie.   AFP

MM. Ben Ali et Chirac s’entretiennent de la crise irakienne et de la situation dans les territoires palestiniens

 
Associated Press, le 06.03.2003 à 21h42                          TUNIS (AP) — Les présidents tunisien et français, Zine El Abidine Ben Ali et Jacques Chirac, ont eu jeudi soir un entretien téléphonique, axé notamment sur la crise irakienne et la situation dans les territoires palestiniens.             Selon l’agence tunisienne TAP, l’entretien, qui s’inscrit « dans le cadre de la concertation établie entre les deux dirigeants et les deux pays amis sur les questions d’intérêt commun », a porté sur la situation internationale et les questions d’actualité, en particulier la question irakienne et le problème palestinien, « à la lumière des développements au Proche-Orient et des efforts déployés pour éviter la dégradation de la situation et parer aux dangers qui pèsent sur la région ».             Au cours de la conversation, le président Ben Ali a fait part à son homologue français de « la ferme volonté de la Tunisie – tout comme c’est le cas de la France – de faire prévaloir l’option pacifique dans le règlement de la question irakienne, conformément a la légalité internationale et de manière à éviter à la région davantage de dangers et de périls et à épargner au monde les conséquences de la guerre ».             Tout en exprimant sa « profonde préoccupation face aux graves développements » que connaît la scène palestinienne du fait de la recrudescence de la violence et de l’escalade militaire, le chef de l’Etat tunisien a plaidé pour « la conjugaison des efforts de toutes les parties internationales influentes pour assurer la protection du peuple palestinien et bannir la logique de la violence et de la force ».             Il s’est dit convaincu que « le processus de négociation et la voie pacifique représentent le choix impératif pour garantir la sécurité et la stabilité aux peuples de la région ».             Le sommet « 5 plus 5 » qui se tiendra a Tunis en 2003, ainsi que la visite « attendue » que doit effectuer le président Jacques Chirac en Tunisie au cours du deuxième semestre de 2003, ont été également évoqués par les présidents tunisien et français.             Mécanisme de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée créé à l’initiative de la France au début des années 90, ce forum regroupe les cinq pays du Maghreb (Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) et cinq pays européens (France, Italie, Espagne, Portugal et Malte). Il avait marqué le pas durant plusieurs années en raison de l’embargo onusien qui frappait la Libye dans l’affaire de Loucherie.   Associated Press
 

 

Relations tuniso-américaines : Les patrons disent non à la guerre

 

Zyed Krichen   Choisir aujourd’hui comme thème de débat “Les relations tuniso-américaines et maghrébo-américaines dans la conjoncture actuelle” est indiscutablement un acte de courage, d’autant plus que c’est la Chambre de Commerce Tuniso-Américaine (TACC) qui l’organise. Ajoutons à cela le fait de choisir un non-officiel comme invité d’honneur, en l’occurrence M. Béji Caïd Essebsi, l’ancien ministre tunisien des Affaires étrangères. L’objectif, vous l’avez deviné, était comme l’a précisé M. Moncef Barouni, président de la Chambre, d’avoir un débat franc et libre sur un sujet aussi délicat. La présence effective de M. Rust Deming, ambassadeur des USA à Tunis, n’a fait que conforter les présents dans l’idée qu’ils ne sont pas venus perdre leur temps. Une rupture historique Ainsi, une cinquantaine d’hommes et de femmes d’affaires ont oublié, l’espace d’un déjeuner-débat, la pression du business quotidien pour réfléchir et discuter de la guerre et de la paix dans le monde. Dans son exposé introductif, M. Béji Caïd Essebsi a rappelé les relations d’amitié qui lient la Tunisie aux USA avant même l’occupation française de notre pays. L’aide et le soutien des USA pour l’indépendance de notre pays n’ont fait que renforcer et conforter davantage ces liens. Mais, pour faire court, l’Amérique a changé de stratégie depuis le 11 septembre 2001. Nous sommes face à une véritable rupture historique. Du coup, l’ordre des priorités est devenu le suivant : éradiquer le terrorisme, désarmer l’Irak et loin, très loin dernière, trouver une solution pour le conflit israélo-palestinien et engager le Monde arabe dans la voie des réformes. Et M. Béji Caïd Essebsi d’ironiser : espérons que la solution du conflit israélo-palestinien interviendra avant la disparition totale de ce peuple martyr. Une seule question était sur toutes les lèvres : quand la guerre va-t-elle avoir lieu ? M. Rust Deming a essayé de rassurer un auditoire manifestement inquiet. Pour l’ambassadeur, les armes de destruction massive de l’Irak sont un danger pour la paix mondiale. Il a réitéré la volonté de son pays de participer à la modernisation du Monde arabe et à son développement économique et social. “Nous sommes tous des Arabes” Mais les hommes d’affaires tunisiens n’étaient ni convaincus par les arguments de l’Administration Bush ni rassurés par les propos de l’ambassadeur. L’un d’eux a même piqué une crise contre un de ses collègues qui a voulu établir des différences entre les Maghrébins et les Machrékins. Ce membre du Bureau de la TACC a même martelé : “ Je ne me suis jamais senti aussi Arabe que maintenant ”. Un tonnerre d’applaudissements, fait rare dans ce genre de réunion, exprima très nettement l’état d’esprit des présents. On peut comprendre l’attitude américaine, disait un autre intervenant, mais à l’unique condition d’adopter la même fermeté et la même rigueur vis-à-vis d’Israël. Un autre tonnerre d’applaudissements… Et à M. Béji Caïd Essebsi d’ôter les dernières illusions de quelques rares présents : l’Administration américaine actuelle se fonde sur une alliance entre la droite conservatrice la plus extrême et le lobby sioniste le plus influent. Tant que cette alliance restera au pouvoir, il ne faut espérer aucune initiative américaine digne de ce nom pour une quelconque résolution juste et équitable du conflit israélo-palestinien. En quittant les lieux du déjeuner-débat, les hommes d’affaires étaient persuadés d’avoir assisté à un débat libre et franc. Ils ont exprimé des peurs et des espérances dépassant de loin le cadre strict de leurs activités professionnelles. Ils se sont sentis, durant au moins deux heures, beaucoup plus citoyens que businessmen.

(Source :  Réalités du 6 Mars 2003)

 

 

La Tunisie lance un mandat d’arrêt international contre le No3 d’Al-Qaïda

 
Associated Press, le 06.03.2003 18h51                          TUNIS (AP) — La Tunisie a lancé un mandat d’arrêt international contre le dirigeant de l’organisation terroriste Al-Qaïda, Khalid Cheikh Mohammed, qui vient d’être arrêté au Pakistan, rapporte jeudi le quotidien « Achourouk » de Tunis.             Selon le journal, qui cite des sources judiciaires tunisiennes, le mandat a été lancé par le doyen des juges d’instruction du tribunal de première instance de Tunis en se fondant sur « les données disponibles selon lesquelles (le dirigeant d’Al-Qaïda) avait eu des contacts avec l’auteur de l’attentat perpétré contre la synaguogue de Djerba, le 11 avril 2002 ».             Lors de cet attentat, 21 personnes avaient trouvé la mort, dont 14 Allemands, deux Français et cinq Tunisiens.             Son auteur, Nizar Nawar, est mort carbonisé en faisant exploser un camion citerne rempli de gaz devant le lieu de culte juif de cette île du sud tunisien, selon les autorités tunisiennes.             Des sources concordantes avaient rapporté que, peu avant de commettre son acte, Nizar Nawar avait appelé Khalid Cheikh Mohammed soupçonné d’être un « donneur d’ordres ».             La démarche judiciaire tunisienne intervient après celle engagée lundi dans le même sens par le juge antiterroriste français Jean-Louis Bruguière, suite à une plainte déposée par la famille d’une victime française.             Le téléphone cellulaire dont s’était servi l’auteur de l’attentat de Djerba avait été acheté par son frère, Walid Nawar, établi en France, d’après les enquêteurs. Ce dernier a été dernièrement mis en examen en même temps que deux autres hommes.             En Tunisie, l’oncle du kamikaze, Belgacem Nawar, a été arrêté au lendemain de l’attentat sous l’accusation de complicité dans une entreprise terroriste. Son affaire est en cours d’instruction en attendant son jugement.             Khalid Cheikh Mohammed, qui a été transféré mardi à la base américaine de Bagram (Afghanistan), est considéré par le président George W. Bush comme le « cerveau opérationnel » d’Al-Qaïda. De son côté, le ministre américain de la Justice, John Ashcroft, l’a qualifié de « principal instigateur des attentats du 11 septembre ».   Associated Press  

Report: Tunisia issues arrest warrant for suspected al-Qaida leader

 
 
Associated Press, le 06.03.2003 à 19h41             TUNIS, Tunisia (AP) _ Tunisia has issued an arrest warrant for al-Qaida’s suspected No.3 leader, linking him to a deadly bombing at a Tunisian resort, a newspaper reported Thursday.             The warrant for Khalid Shaikh Mohammed, arrested in Pakistan last weekend, follows a similar arrest order drawn up by France.             The daily Achourouk, citing Tunisian judicial officials, said investigators suspect Mohammed of being in contact with an organizer of a synagogue bombing on the Tunisian resort island of Djerba last April.             The attack killed 21 people _ 14 Germans, two French citizens and five Tunisians.             French officials want to question Mohammed about the bombing, suspecting that he gave the order by satellite telephone to the suspect who carried out the attack.             Mohammed was nabbed in a stunning pre-dawn raid in Rawalpindi, Pakistan, on Saturday. He is thought to be the most senior leader in the al-Qaida terror network after Osama bin Laden and his deputy, Ayman al-Zawahri.   Associated Press


 

Infrastructure : développer et élargir la coopération entre la Tunisie et l’Union européenne

 

M. Slaheddine Belaïd, ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, s’est entretenu hier avec M. Marc Pierini, chef de la délégation de la Commission européenne en Tunisie, de la situation et des perspectives de coopération tuniso-européenne.

M. Pierini a mis l’accent sur les résultats positifs enregistrés en Tunisie en matière de développement, indiquant que l’Union européenne est prête à soutenir cet effort dans le cadre du partenariat tuniso-européen.

M. Pierini a réaffirmé la volonté de la Commission européenne d’approfondir la coopération tuniso-européenne dans tous les secteurs, et ce, dans le cadre du programme «Meda», des interventions de la Banque européenne d’investissement (BEI) et de l’accord d’association de manière à appuyer les efforts déployés par la Tunisie pour relever le défi de la concurrence internationale.

De son côté, M. Belaïd a donné un aperçu de la politique tunisienne dans le domaine de l’infrastructure, notamment de l’infrastructure routière (autoroutes, routes structurées…), soulignant la nécessité de consolider la coopération avec l’UE dans le cadre de la libéralisation du secteur des services tels que l’ingénierie, les bureaux d’études et l’architecture.

 

(Source: La Presse du 7 mars 2003)


 

Tunisia: paesi gruppo comessa pensano a area libero scambio

 

 
Ansa, le 07.03.2003 à 01h09    (ANSA) – ROMA, 7 MAR – L’obiettivo da perseguire è la  creazione  di un’unione economica basata sulla libera  circolazione delle  persone, delle merci e dei capitali, oltre  alla promozione dei  trasporti e delle comunicazioni. L’Unione  Europea fa scuola anche  per l’altra sponda del Mediterraneo.  Proprio con l’obiettivo di  delineare una serie di  raccomandazioni su questo progetto da  presentare poi al prossimo  summit, previsto in Nigeria, si è  svolta questa settimana a  Tunisi la seconda conferenza dei  ministri del commercio dei  Paesi membri della Comunità degli stati  del Sahel e del Sahara  (Comessa). Il ministro tunisino del  commercio, Mondher Zenaidi,  ha sottolineato come la convenzione di  libero scambio tra i 18  Paesi che aderiscono al gruppo Comessa  sarebbe un segnale forte  agli investitori finanziari per  incrementare i commerci, la  crescita e l’afflusso di capitali  nella regione.  Al momento gli scambi tra i Paesi di Comessa non   rappresentano più del 10% dell’insieme del commercio estero di   questi Paesi mentre c’è un interesse strategico per il settore   agricolo e per i prodotti alimentari. Secondo uno studio  regionale  dell’Organizzazione dell’Onu per l’Alimentazione e  l’Agricoltura  (Fao), le importazioni dei prodotti alimentari di  base dei Paesi  del gruppo Comessa si attestano intorno a 10  miliardi di dollari  contro un ammontare di esportazioni valutato  intorno ai 4 miliardi  di dollari. Il segretario generale del  gruppo, Mohamed Madani al-  Azhari, ha affermato la necessità di  accelerare i passaggi  giuridici, fiscali e monetari.   ANSA


 
 
 

 

Billet : Faut-il recapitaliser le système bancaire ?

 

Par Ridha Lahmar   Le système bancaire a beaucoup de mérite en ce sens qu’il y a une véritable armature bancaire, qu’elle soit publique, privée ou internationale, qu’il s’agisse de banques de développement ou de banques commerciales, spécialisées ou de plus en plus universelles avec un réseau dense de 800 agences réparties à travers le pays. Ensuite, ces banques sont à l’origine de l’émergence et du développement d’un véritable tissu économique et entrepreneurial industriel, hôtelier et de services. Cependant, pour diverses raisons, ces banques se sont essoufflées à la fin des années 80 et le système s’était sclérosé : créances carbonisées, manque de liquidités, encadrement du crédit, non respect des ratios… C’est au début des années 90 qu’une réforme a été engagée et réussie, avec une recapitalisation et la mise en place de normes prudentielles ainsi que la reprise d’une croissance macroéconomique stable sur le long terme, le maintien des équilibres financiers globaux et l’émergence d’un secteur privé actif et entreprenant, ont permis au système bancaire de connaître une expansion remarquable. D’où la diversification des produits bancaires et la multiplication des crédits. Cependant, dès l’année 2001, les prémisses de la crise économique mondiale n’ont pas épargné les banques tunisiennes, ni d’ailleurs les entreprises, les unes étant réactives des autres. En 2002, les choses ont empiré avec les difficultés de paiement et de remboursement des crédits. Alors que l’épargne, au lieu de se stabiliser ou d’augmenter, a légèrement régressé : on se complait dans la surconsommation au lieu de verser dans l’économie des frais et charges. Nos banques, avec des capitaux nominaux de l’ordre de 100 millions de dinars tunisiens, n’ont pas la masse critique nécessaire pour digérer les créances douteuses, mieux s’organiser, se mettre à niveau et améliorer la qualité de leurs services et de la formation de leurs cadres afin de faire face à la concurrence. En plus, elles doivent financer l’économie. Or, une nouvelle étape qui nous attend, celle du 10ème Plan de développement, avec la mise en chantier de grands projets, les défis de création de 80.000 emplois par an, la promotion de l’exportation… Il importe de doubler le capital de toutes les banques, par étapes certes, par appel à l’épargne publique, par l’ouverture si nécessaire à des investisseurs étrangers, les nationaux devant rester majoritaires et constituer des noyaux durs. Cela ne manquera pas de dynamiser la Bourse et surtout de donner du tonus à nos entreprises qui en ont bien besoin. (Source :  Réalités du 6 Mars 2003)


 

Tunisia’s STB bank profits fall 52 pct

TUNIS, March 7 (Reuters) – Tunisia’s largest bank Societe Tunisienne de Banque (STB) said on Friday its net profit last year tumbled 52.70 percent to 19.556 million dinars ($15.2 million) as sluggishness in the country’s economy caused less banking revenue and rising operating costs.

Local analysts said the majority state-owned bank, the North African country’s largest bank in terms of assets, was still suffering from its merger with two local banks in December 2000.

They said the merger with Banque de Developpement Economique de Tunisie (BDET) and Banque Nationale de Developpement Touristique (BNDT) increased the proportion of STB bad loans from an estimated pre-merger level of 16 percent to 42 percent.

STB’s net profit slumped to 19.556 million dinars in 2002 from 41.345 million in the previous year.

Its gross earnings inched down 2.6 percent to 260.633 million as revenue from investments shrank 12.86 percent.

Operating costs were up 4.3 percent at 137.719 million dinars while net banking revenue shrank 9.4 percent to 122.914 million dinars and operating profit fell 64.8 percent to 16.026 million dinars.

STB is the latest of Tunisia’s leading banks to report a fall in net profits last year, when the country’s economy grew by an estimated 1.7 percent– its lowest rate in 16 years.

Analysts said banks had less revenue from foreign exchange operations as the country’s tourism receipts declined more than 13 percent following a bomb attack on a Jewish shrine in April on the southern island of Djerba.

The attack on the synagogue killed 21 people, including 14 German tourists, and caused a 19 percent drop in European tourism.

Tourism receipts account for about 17 percent of Tunisia’s total hard currency revenue. The industry is the second main employer after agriculture.

Listed on the Tunis bourse, STB shares were last trading at 7.9 dinars. The share lost 11.24 percent so far this year and 13.93 percent last year.

((Reporting by Lamine Ghanmi, editing by Greg Mahlich; Tunis newsroom, +216-71 787538 fax +216-71 787454, tunis.newsroom@reuters.com))

($1=1.287 dinar)

REUTERS


 
 
Lettre d’information du site « Tunisie Réveille Toi ! » (http://www.reveiltunisien.org/fr), qui recense les articles et les bréves publiés depuis 4 jours.

 

 

** Interview avec Ameur Larayed, Président du bureau politique d’Ennahdha, sur le thème de l’union de l’opposition ** par Rédaction de reveiltunisien.org le jeudi 6 mars 2003 Reveiltunisien Plusieurs personnalités de la société civile, comme de différents mouvements politiques, évoquent l’idée de constituer une union des différents partis politiques de l’opposition tunisienne. Etes-vous favorable à cette idée et si oui quel serait le ou les objectifs principaux de cette union ?

Ameur Larayed Ennahdha a toujours participé à l’idée de rencontre de l’opposition tunisienne et de l’ensemble de ses courants politiques sérieux et considère celle-ci comme une question essentielle afin de créer une nouvelle dynamique promouvant la résistance politique et civile afin de répondre au défis de la société civile et de la vie politique tunisienne. (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleF2 ** Un centre d’Etudes et de Recherches pour l’Union de l’opposition ** par hasni le jeudi 6 mars 2003 Enfin tous d’accord ! Passer d’une opposition contestataire à une opposition de proposition, comme le soulignait bruyamment le Docteur Hachmi AYADI (n°15 du Résistant ), semble devenir le point d’accord des représentants des partis d’opposition et ceux de la société civile. La lecture des articles reçus à la demande du groupe « Tunisie, réveille-toi ! » sur la question de l’Union de l’opposition et les récentes échanges avec différents partenaires de la vie politique vont également dans ce sens. Qu’on nomme ce mouvement inéluctable Front de salut national, Conférence nationale démocratique, Union de l’opposition… l’objectif est clair pour tous : le départ de Ben Ali et la mise en (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleE6 ** Critiques ** par  Mokhtar Yahyaoui le jeudi 6 mars 2003 La passivité face aux défis constitue incontestablement la plus grande démonstration de crise que peut connaître un pays. Peuple soumis sans traditions de liberté et de démocratie, les Tunisiens agissent souvent par réaction aux événements. La politique n’a pas toujours dépassé le stade des revendications attentistes portant la critique à l’excès : c’est toujours ce que le pouvoir a fait ou n’a pas fait qui est avancé pour justifier tous les inconvénients et les déboires qu’on rencontre. L’initiative est laissée toujours à l’autorité, on ne s’est jamais doté des moyens de réaliser nos revendications. Cette stagnation dans la marginalité de l’action et de la politique n’a que trop duré, si (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleE9 ** Interview avec Moncef Marzouki, Président du CPR, sur le thème de l’union de l’opposition ** par Rédaction de reveiltunisien.org le jeudi 6 mars 2003 Reveiltunisien Plusieurs personnalités de la société civile comme de différents mouvements politiques évoquent l’idée de constituer une union des différents partis politiques de l’opposition tunisienne. Etes-vous favorable à cette idée et si oui quel serait le ou les objectifs principaux de cette union ? Moncef Marzouki La responsabilité de libérer la Tunisie incombe à tous les Tunisiens. Ils doivent s’unir contre la dictature comme nos pères se sont unis contre le colonialisme. Le seul cadre que je vois pour une telle union est la Conférence Nationale Démocratique (CND) à laquelle j’appelle depuis plusieurs années. Elle a le mérite de rassembler des hommes et des (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleE7 ** Stratégie de l’union de l’opposition ou stratégie unique de l’opposition ** par Ivan (Mourad) le jeudi 6 mars 2003 La Tunisie se dirige vers des temps de plus en plus difficiles si un changement de régime n’intervient pas rapidement. Contrairement aux dires de la propagande, la situation tunisienne du point de vue économique, social et politique est plus que catastrophique, sans parler des violations quotidiennes des droits de l’homme. Or, depuis plus de dix ans, les formations politiques de l’opposition tunisienne cherchent les moyens politiques de faire partir du pouvoir le régime de Ben Ali et de son état-RCD, sans vraiment beaucoup de succès, et ce n’est pas le dernier subterfuge politique en la candidature aux élections présidentielles de Nejib Chebbi qui remplira le vide (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleE5 ** Un front de salut national, est-il nécessaire pour le pays ? ** par Salah Karker le jeudi 6 mars 2003 Est-ce qu’on a besoin d’un front de salut national en Tunisie, regroupant le maximum des composantes de l’opposition tunisienne ? Ou, en face de cette question, est-ce qu’une de ces composantes de l’opposition, qui soit importante en terme de poids et de crédibilité, serait capable de libérer le pays, toute seule, du joug de la dictature et d’instaurer une vraie alternative démocratique dans le pays ? Aucune des formations de l’opposition n’est, à elle seule, capable d’accomplir cette mission. Alors, un rassemblement de plusieurs formations dans un même front est une nécessité impérieuse pour mener à bien cette tâche. L’éparpillement et la division, ne jouent qu’en faveur de la (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleF1 ** Edition Spéciale sur le thème de l’union de l’opposition ** par Rédaction de reveiltunisien.org le jeudi 6 mars 2003 Pour cette édition, la rédaction de Reveiltunisien.org réalise une édition spéciale autour du thème de l’union des partis de l’opposition tunisienne. Afin de représenter les différents courants de pensée de la vie politique tunisienne, la rédaction de Reveiltunisien.org a invité différentes personnes de l’opposition, qu’elles soient membres ou pas d’un parti politique, pour débattre d’un thème qui devient de plus en plus récurrent, à savoir celui de l’union de l’opposition, sans avoir pour autant aucunement la prétention d’avoir été exhaustif dans les invitations. La rédaction de Reveiltunisien.org a contacté directement les partis suivants : le Congrès Pour la République, Ennahdha, le (…)  http://www.reveiltunisien.org/fr/spip_redirect.php3?id_articleF0

 

 


 

 

Interview avec Ameur Larayed, Président du bureau politique d’Ennahdha, sur le thème de l’union de l’opposition

 

 

Reveiltunisien Plusieurs personnalités de la société civile, comme de différents mouvements politiques, évoquent l’idée de constituer une union des différents partis politiques de l’opposition tunisienne. Etes-vous favorable à cette idée et si oui quel serait le ou les objectifs principaux de cette union ?

 

Ameur Larayed Ennahdha a toujours participé à l’idée de rencontre de l’opposition tunisienne et de l’ensemble de ses courants politiques sérieux et considère celle-ci comme une question essentielle afin de créer une nouvelle dynamique promouvant la résistance politique et civile afin de répondre au défis de la société civile et de la vie politique tunisienne. Si on est d’accord sur la primauté des libertés individuelles et collectives et que celles-ci soient la même pour tous les citoyens alors une des conditions de la réalisation de l’union de l’opposition est l’appel à la rencontre ou la création d’un front d’opposition des partis politiques de l’opposition et de ses acteurs.

 

بسم الله الرحمان الرحيم

أشكر السيد مراد على مبادرته إدارة هذا الحوار الهام.

حركة النهضة ساهمت في بلورة فكرة التقاء المعارضة بتياراتها الوطنية الجادة المختلفة وهي تعتبر ذلك مسألة حيوية جدية لترقية النضال السياسي والمدني من أجل تحقيق مكاسب للمجتمع والحياة السياسية.

وإذا اتّفقنا على أولوية الحريات العامّة والفردية وأن تكون كلّ الحقوق لكلّ المواطنين بالتساوي فإنّ من شروط تحقق خطوات في هذا الطريق بناء اللّقاء أو الجبهة المعارضة من أحزاب وفعاليات.

 

RT Quels sont selon vous les préalables à mettre en œuvre pour aboutir à cette union ? AL L’union de l’opposition a besoin de la conviction de toute ou d’une grande majorité de l’opposition tunisienne dans la supériorité de l’intérêt général du pays sur les petits calculs politiques des partis et cela nécessite un débat sérieux au sein et entre tous les partis politiques de l’opposition. On a remarqué que certains d’entre eux vivent un déchirement entre le courant politique qui pousse vers le travail avec les autres composantes de l’opposition tunisienne sans exclusion et le courant idéologique extrémiste qui pousse au renfermement sur soi-même.

تحتاج هذه الجبهة إلى اقتناع كلّ او أغلب مكوّنات الساحة السياسية المعارضة لتقدير مصلحة

البلاد بما يجعلها فوق الحسابات الحزبية الضيقة وهذا يتطلب حوار جاد بين وداخل الأحزاب السياسية المتردّدة.. فقد لاحظنا أنّ بعضها يعيش صراعا بين تيار سياسي يدفع إلى التعاون مع بقية مكوّنات المعارضة دون إقصاء وبين مجموعات إيديولوجية طائفية منغلقة رثة.

 

RT Au-delà du cadre formel de cette union, comment celle-ci peut-elle permettre d’atteindre ses objectifs ? Comment imaginez-vous le travail de fond (informations, laboratoire d’idées) ou d’action qu’elle peut fournir ou organiser ? Comment le travail devra-t-il s’organiser pour être le plus efficace possible ? (groupes de travail thématique, méthodologie, restitution des travaux, …) Pour votre formation quels sont les sujets et les points incontournables que devra traiter cette association pour atteindre ses buts ?

AL Pour Ennahdha on n’a besoin d’une décision claire, nette et sérieuse pour un travail en commun sur le terrain du politique et non pas idéologique et après cela on pourra construire plus d’un groupe de travail sur le terrain pour focaliser tous nos efforts sur des initiatives communes et regrouper tous les moyens d’informations aux fins de réalisations plus efficaces. Ainsi la rencontre des partis de l’opposition doit être dans le but d’agir et de faire évoluer le rapport du politique et de la société pour les libertés et les réformes de fond nécessaires.

 

نحن نحتاج أوّلا إلى قرار جريء وجاد بالعمل المشترك على الأرضية السياسية وليس على الإيديولوجي ثمّ بعد ذلك يمكن تأسيس أكثر من هيئة عاملة في الميدان فتنصب جهودنا على بلورة المبادرات المشتركة وتجتمع الإمكانات الإعلامية لتحقيق تأثير انجع.

على أنّ لقاء المعارضة يجب أن يكون نضاليا ومن أجل الفعل وتطوير الأداء السياسي والمجتمعي لتحقيق الحريات والإصلاحات الجوهرية المطلوبة.

 

RT Comment peut-on structurer cette entité et comment les différents partenaires peuvent s’inscrire dans cette structuration ? Comment ses partenaires devront-ils se lier pour que le fonctionnement soit optimum et quels devront être leurs rapports ? AL Il y a eu beaucoup d’expériences similaires de travail en commun des partis politiques d’opposition dans le monde arabe et autre part aussi. D’ailleurs l’opposition tunisienne a elle aussi son lot d’expériences de travail en commun, il y a eu beaucoup de signatures de communiqués, de débats, de conférences de presse et d’actions communes entre les différentes composantes de l’opposition tunisienne dans les débuts des années quatre-vingt. Ainsi, il est possible de constituer un organe commun de liaison entre les différents partis prenants.

Ce qui était prévu c’était l’amélioration de l’expérience passée pour aller de l’avant et elle aurait pu être plus concluante que plusieurs autres expériences internationales si certains de nos alliés n’ont pas par leurs positions antagonistes et hésitantes participé à l’arrêt net de cette évolution souhaitée.

 

 

هناك تجارب كثيرة من العمل المعارض المشترك في البلاد العربية وغيرها كما أنّ للمعارضة التونسية رصيدها من النضال الجماعي منذ بداية الثمانينات إذ أمضت البيانات المشتركة ونظمت التحركات الجماعية والندوات الصحفية والحوارية معا فيمكن أن تتأسس هيئة اتّصال مشتركة بين مختلف الأطراف مثلا.

والذّي كان منتظرا هو أن تتطوّر التجربة السابقة إلى الأمام وربّما تفوقت حتّى على تجارب وطنية أخرى في فلسطين واليمن والأردن وحتّى بنغلادش، ولكن اضطراب مواقف بعض شركائنا وتردّدهم ساهم في إيقاف هذا التّطور.

RT Quel genre de personnes physiques ou morales peuvent en faire partie et sur quels critères ?                                                                                               AL Ennahdha ne voit aucune raison d’exclure telle ou telle composante ou personnalité de l’opposition à condition d’être effectivement avec l’opposition et pour la défense des libertés de tous sans exclusion. Ainsi, la condition essentielle n’est pas celle de la couleur idéologique mais plutôt le but d’une telle rencontre et la portée de la croyance en son succès. Et si dans ce cas le but est la réalisation des réformes politiques et sociales nécessaires alors tous ceux qui croient en ce combat nécessaire participent dans un travail commun loin de tout esprit d’exclusion.                                                                                                                              

Le travail commun n’est pas l’union des idées ou des idéologies des différentes composantes de l’opposition. Il n’est pas la négation du pluralisme mais plutôt la coordination de l’ensemble des partis de l’opposition autour d’un ensemble de nécessité renforçant le cadre des débats et du dialogue sérieux pour relever les défis de la renaissance de la Tunisie.

 

النهضة لا ترى مبررا لاستثناء أي طرف أو شخصية بشرط الالتزام بالمعارضة والدّفاع عن الحريات للجميع،  فالمحدد إذن ليس اللّون الإيديولوجي وإنّما الهدف من لقاء المعارضة ومدى الالتزام به… وإذا كان الهدف هو تحقيق الاصلاحات السياسية والاجتماعية الضرورية فإنّ كلّ من يلتزم بهذا النّضال مطلوب انخراطه في عمل مشترك بعيدا عن عقلية الإقصاء.

العمل المشترك ليس توحيدا فكريا أو إيدلوجيا لمكونات معارضة متنوعة.. ليس هو إلغاء للتعدد وإنّما تنسيق حول المشترك من ضرورات وجود الإطار الذّي نختلف ضمنه وندير حوارا جادّا حول استحقاقات بلادنا وتحديات نهضتها.

 

RT Vous-même ou votre formation seriez-vous disposés à y participer ? Pourriez-vous expliquer pourquoi ?

AL Oui nous-mêmes sommes disposés à y participer dans un front uni sérieux de l’opposition tunisienne, mais la question qu’on peut se poser, pourquoi certaines composantes de l’opposition tunisienne sont hésitantes ? Est-ce que les lignes rouges qui se trouvent sur le chemin d’un travail commun de l’opposition tunisienne sont dues à la pression du régime sur elles ou ce sont des lignes internes qui les tirent vers l’arrière. Et à qui profite que certaines composantes de l’opposition restent tirées ver l’arrière. Ne serait-il pas mieux et plus efficace pour l’opposition qu’elle soit unie et insistante autour des demandes politiques essentielles qui la rendrait plus crédible à l’opinion tunisienne et à ceux de l’opinion internationale qui s’intéresse aux affaires tunisiennes.

Ennahdha n’a aucune hésitation ou conservatisme autour de l’idée de l’entre aide, de la coordination ou de l’union avec les autres partis de l’opposition dans leur diversité.

 

نعم نحن مع جبهة جادة للمعارضة التونسية، والسؤال لماذا تتردّد بعض الأطراف الأخرى، هل الخطوط « الحمراء » التّي تقف في طريق العمل المشترك بسبب ضغط النظام عليها أم هي خطوط داخلية تشدّها إلى الوراء.

ثمّ لمصلحة من يتمّ هذا الشدّ إلى الوراء.. أليس أفضل وأنجع للمعارضة أن تكون موحدة حول المطالب السياسية الرئيسية والملحة بما يجعلها مقنعة أكثر لدى الرأي العام التونسي ولدى كلّ المهتمين بالشأن التونسي.

ليس عند النهضة أي تحفظات أو تردّد حول التعاون والتّنسيق أو التّحالف مع الأطراف السياسية الأخرى باختلاف اتّجاهاتها.

 

RT Pensez-vous qu’un certain nombre de freins ou de difficultés internes comme externes peuvent empêcher cette association de fonctionner et si oui lesquels ? De la même manière quelles difficultés les partenaires devront-ils résoudre pour la création de cette association ? AL Bien sûr, mais toute initiative sérieuse subira forcément des pressions extérieures pour la saboter et l’essentiel pour les partis de l’oppositions et ses personnalités est de ne pas céder à toutes ces pressions. L’union de l’opposition est un combat réel pour des objectifs concrets, alors des voix vont s’élever pour appeler à l’exclusion et nuire au travail commun. Il pourrait même arriver que certaines de ces voix s’allient avec le régime pour faire échec à cette union nationale. Aussi, il est possible que ces mêmes voix soient porteuses des slogans attachés à l’union de l’opposition pour faire leur travail de sape progressivement avec le temps pour faire échouer l’attente d’un travail commun.

Enfin, le travail commun de l’opposition est une décision qui doit être prise par des partis soucieux de fournir les meilleurs conditions à son existence et son dynamisme.

 

بالتأكيد ولكن هذا شأن كلّ عمل وكلّ مبادرة جادّة ستعترضها ضغوط من خارج المعارضة لإفشالها والعبرة بعدم خضوع الأطراف السياسية والشخصيات الفاعلة لهذه الضغوط فنضال المعارضة صراع حقيقي من أجل أهداف مشروعة، ستتعالى أصوات إقصائية لتعرقل هذا العمل وقد يصل الأمر ببعض هذه الأصوات إلى حدّ التحالف مع النظام الحاكم لضرب المعارضة الوطنية.. ويمكن أن تتّخذ هذه الأصوات شعارات وكلمات في ظاهرها حرص على الواقعية أو المرحلية أو حسن البناء المعارض بل بعضها ينطلق من حجة التّدرج في تطوير موقف الاستئصاليين ليصل إلى إفشال مسعى العمل المشترك..

في النهاية العمل المعارض المشترك هو قرار تتخذه الأطراف الجادة بناء على حيويته وتوفر شروطه الأساسية.

 

RT Pour votre formation quels sont les sujets et les points incontournables que devra traiter cette association pour atteindre ses buts ?

AL Premièrement, il faudrait une reconnaissance mutuelles entre les différents participants à ce travail commun de l’opposition et une déclaration solennelle et honnête de la part de chaque courant politique du droit de l’autre composante à un travail politique. J’insiste sur le fait que ceci n’a rien avoir avec les droits de l’homme, droit à la vie ou qu’il ne soit pas en prison ou sous la torture mais plutôt le droit à chaque tunisien et tunisienne d’être égal à ses semblables… le droit d’_expression, le droit d’association, la liberté de pensée et les droits civiques et politiques complets.

Deuxièmement, il est important que l’union de l’opposition sur le problème des violations politiques qui constituent le défi essentiel et ainsi le combat pour les libertés devienne plus que essentiel et constitue par la même occasion un terrain solide d’entente pour un travail commun de l’opposition. Ce combat commun pour les libertés commence par la libération des prisonniers politiques, l’amnistie générale, l’arrêt de tous les procès politiques, l’indépendance de la justice, la neutralité de l’administration, les réformes sociales nécessaires et sauver le pays de crise générale.

Troisièmement, Il est plus qu’important de se rendre compte que la Tunisie ne pourrait jamais se moderniser si la culture et l’esprit d’existence mutuelle entre les différentes composantes politiques et culturelles ne deviennent pas partagées par tous, autrement la Tunisie ne peut être que plurielle et pour tous ses enfants.

 

أوّلا لا بدّ من الاعتراف المتبادل بين الجميع والإقرار العلني والصريح من طرف كلّ التيارات بحق غيرها في العمل السياسي والتنظم، أؤكد هنا على أنّ الأمر لا يتعلق بالحقوق الإنسانية الدنيا كحق الحياة وأن لا يكون الإنسان في السجن أو تحت التعذيب وإنّما في أن يكون الحق لكلّ تونسي وكلّ تونسية بالتساوي مع غيره.. حق التعبير وحق التّنظم وحرية التفكير وحقوق المواطنة السياسية والمدنية كاملة.

وثانيا لا بدّ من الاجتماع على أنّ مشكلة الاستبداد السياسي هي التّحدّي الرّئيسي وبالتّالي فمعركة الحريات ذات أولوية كاملة وهي أرضية متينة للقاء والعمل المشترك وأنّ هذه المعركة تبدأ بإخلاء السجون والعفو التشريعي العام وإيقاف المحاكمات السياسية واستقلالية القضاء وحياد الإدارة والإصلاحات الاجتماعية الضرورية لإنقاذ البلاد من الأزمة الشاملة التّي تتردّى إليها.

ثالثا : لا بدّ من القطع بأنّ تونس لن تتطوّر إذا لم تترسخ ثقافة وعقلية التعايش بين مختلف مكوناتها السياسية والفكرية أي أنّ تونس لن تكون إلاّ تعددية ولكلّ أبنائها.

 

عامر العريض

رئيس المكتب السياسي لحركة النهضة

 

(Source: le site Tunisie, réveille-toi!, le 6 mars 2003)


 

Un centre d’Etudes et de Recherches pour l’Union de l’opposition

 
jeudi 6 mars 2003, par hasni  Enfin tous d’accord ! Passer d’une opposition contestataire à une opposition de proposition, comme le soulignait bruyamment le Docteur Hachmi AYADI (n°15 du Résistant), semble devenir le point d’accord des représentants des partis d’opposition et ceux de la société civile. La lecture des articles reçus à la demande du groupe « Tunisie, réveille-toi ! » sur la question de l’Union de l’opposition et les récentes échanges avec différents partenaires de la vie politique vont également dans ce sens. Qu’on nomme ce mouvement inéluctable Front de salut national, Conférence nationale démocratique, Union de l’opposition… l’objectif est clair pour tous : le départ de Ben Ali et la mise en place de l’ةtat de droit (Cf. article de M. Marzouki). Mais si cet objectif est effectivement limpide, les moyens d’y parvenir ne sont pas encore identifiés. « Il faut que » est un début de phrase que nous devons maintenant bannir de notre vocabulaire pour la remplacer par « voilà comment faire ». Nous ne manquons pas de bonnes idées et de bonnes volontés quelques soient les opinions des uns et des autres, mais nous n’avons pas de méthodes. Créer cette association de l’opposition revient à créer un cadre, une coquille vide si on ne propose pas en même temps un minimum de démarche et de méthode. Si cette manière de procéder recueille un accord quasi général, les critiques fondées sur les excès, la personnalisation, le goût du pouvoir, n’auront plus lieu d’être. Nous sommes tous sur le même bateau pour aujourd’hui proposer des solutions, car comme l’a écrit le Juge M. Yahyaoui : « la mission de l’opposition ne se réduit pas seulement à déloger le gouvernement pour le remplacer … » (Cf article du juge M. Yahyaoui). Mais comment travailler sur ces solutions ? Comment trouver le matériel propre au débat et à la réflexion ? ce cadre vide de l’union de l’opposition doit être rempli. M. Marzouki nous dit : « démarrons le processus par des réunions et décidons ensuite ». Bien sur, nous avons perdu tellement de temps pendant des dizaines d’années qu’il faut se mettre ENFIN au travail, d’autant que les échéances électorales alliées à une pression sociale énorme risquent de mettre l’ensemble des Tunisiens, militants ou non, devant une réalité effrayante : un peuple qui a faim dans la rue. Et l’on sait qu’un ventre affamé n’a pas d’oreilles, comme on sait que le terreau des extrémistes comme des dictateurs sont la pauvreté et l’ignorance.   L’impasse tunisienne : « qui détient l’information, détient le pouvoir » La démarche est complexe et longue tant nous partons de loin et presque de rien. Les travaux des uns et des autres sont confidentiels et éparpillés, les recherches sont menées dans l’anonymat, les réseaux d’échange se créent de manière clandestine. Pour commencer, ne serait-il pas pertinent de rassembler, de capitaliser l’ensemble de l’existant afin que chacun en profite ? De définir les besoins d’études, d’enquêtes, de recherches et les moyens à mettre en place pour y parvenir ? Car ce n’est qu’à partir de données fiables que l’on pourra construire des idées qui devront être confrontées à des détracteurs avant d’être confrontées à la réalité.   Un laboratoire d’idées ? Un laboratoire d’idées, un centre d’études et de recherches sur la Tunisie est la tâche parallèle indispensable à réaliser, avec la création du cadre de l’union de l’opposition. Chaque « unioniste » pourra puiser la matière première, la matière grise et y proposer des travaux. En s’appuyant sur un centre de documentation, en concevant et en réalisant des enquêtes et des études, en concevant les bases de données fiables, en développant la coopération et les échanges, ce centre d’études et de recherches permettrait d’avoir une approche multidisciplinaire et comparative en réalisant un triple objectif pour l’Union : recherches, expertises et formation. Aujourd’hui la création d’un tel centre est plus que souhaitable : elle est possible. Les compétences existent, économistes ou financiers, sociologues ou philosophes, juristes ou gestionnaires, ouvriers ou étudiants… tous ces profils de personnes sont identifiables parmi les « unionistes » et chacun est à même de participer à ce type de travaux. Créer, pour orienter les recherches, un conseil scientifique composé de personnes participant à l’Union est à la portée de n’importe quelle volonté. Nous avons les objectifs, nous avons le cadre, nous avons les femmes et les hommes, et nous avons une dictature : aurons nous la volonté de créer ce laboratoire de et pour l’Union ?   Travailler ensemble ! Il faut ajouter à ce développement un des atouts majeurs d’un centre d’études et de recherches : le travail en commun. Tous ceux qui ont été amenés à participer à l’organisation du plus mineurs des évènements militants sait que ce travail collectif, même si les intentions sont bonnes, est difficile. Ainsi, des travaux menés en commun apprendraient aux gens à se connaître, à voir leurs points communs tout en reconnaissant les différences, et représenterait un travail en salle qui pourrait utilement précéder un travail de terrain pour la mise en place de relais et de réseaux. Et puis, pour l’utopiste que je suis, ce travail collectif nous apporterait entre nous et par rapport à l’extérieur ce que nous n’avons plus l’habitude de recevoir et de donner : le respect.   (Source: le site Tunisie, réveille-toi!, le 6 mars 2003)

 

 


 

 

 

  Critiques

jeudi 6 mars 2003, par Mokhtar Yahyaoui

La passivité face aux défis constitue incontestablement la plus grande démonstration de crise que peut connaître un pays. Peuple soumis sans traditions de liberté et de démocratie, les Tunisiens agissent souvent par réaction aux événements. La politique n’a pas toujours dépassé le stade des revendications attentistes portant la critique à l’excès : c’est toujours ce que le pouvoir a fait ou n’a pas fait qui est avancé pour justifier tous les inconvénients et les déboires qu’on rencontre. L’initiative est laissée toujours à l’autorité, on ne s’est jamais doté des moyens de réaliser nos revendications. Cette stagnation dans la marginalité de l’action et de la politique n’a que trop duré, si on cherche la démocratie il ne suffit plus de la souhaiter on doit nous doter des moyens de la réaliser.

Cette situation nous a conduit à une dualité d’esprit qui n’imagine le changement que par l’insurrection ou les concessions des gouvernants. C’est un esprit qui exclue de facto la politique dans la construction de la pluralité et de la démocratie. La politique comme un projet autonome de construction collective de la conception d’un avenir pour la société, est délaissée au profit d’un schéma d’options que tout le monde revendique sans que personne ne soit capable de s’entendre sur les moyens de sa réalisation. La dispersion de l’opposition n’a pas à être démontrée ; au lieu d’être un moyen d’intégration, de mobilisation et de rassemblement, la politique est en train de sombrer dans les dissensions, les querelles de clans, les litiges et les divergences d’options sans véritables fondements. Cette situation identifie de plus en plus le débat autours de personnalités au lieu d’avancer et d’approfondir les idées. Cela ne fait que rétrécir d’avantage son champ et détourner le public désabusé d’une situation qui n’augure d’aucun lendemain.

L’excès est une autre fatalité qui a infesté le débat politique dans notre société. Droitdelhommistes ou syndicalistes dans leurs totalité, s’ils ne sont pas formés à l’école à laquelle ils prétendent s’opposer, nos politiciens ont du mal à se débarrasser d’un discours non approprié et risquent de se cantonner dans des positions groupusculaires de révoltés. Simplifier la situation en une simple opération de changement que certains réduisent à la personne du président ne me paraît pas conforme aux règles de l’évolution ni a celle du bon sens, sauf si l’objectif recherché se réduit à l’exercice du pouvoir avec la même nomenclature et sur la voie des mêmes traditions de bureaucratie et de clans.

Nous sommes condamnés à évoluer avec cette conception de politique de tranchées. Le sens du débat dont la politique constitue aujourd’hui l’essence dans son contenu et ses objectifs, doit évoluer vers une ouverture qui laisse des voies de croisement avec toutes les composantes du pouvoir et de l’opposition. Seule cette interpénétration peut donner à la politique son objet. Il n’est pas du ressort de la politique d’énoncer des vérités que personne ne trouvera les moyens de réaliser. La politique en tant qu’œuvre de mobilisation et d’intégration par excellence doit parvenir à trouver son discours mobilisateur et formateur si elle veut se réaliser. Ce n’est plus par enchérissement qu’on peut avancer mais par la pression, à force de mobilisation et d’arguments.

La mission de l’opposition ne se réduit pas seulement à déloger le gouvernement pour le remplacer mais consiste aussi à porter le débat d’actualité à un niveau de pression en direction de ses revendications, de façon à bouleverser les forces sociales dont le pouvoir tire ses soutiens et l’amener à se soumettre à sa volonté. C’est par cette constante activité de pression que se réalise la bonne gouvernance qui est l’objectif ultime de la société.

Nous nous trouvons aujourd’hui devant une situation répétée, comme si depuis 1987 rien n’avait changé. Le pouvoir est monopolisé en exclusivité par une seule personne à l’ombre de qui sont en train de se produire tous les débordements et les excès. Cette situation est ingouvernable et ne pourra jamais durer.

C’est à partir de ces deux constats que j’ai appelé à un front de salut.

Notre pays risque de s’installer aux bans de la dynamique de l’évolution que connaît le monde aujourd’hui, si on ne règle pas le problème sclérosé de l’arbitraire que constitue l’exercice du pouvoir depuis 50 ans par un seul parti, qui s’identifie a l’ةtat et investit toutes ses institutions, et s’obstine à l’exclusion et à la pratique des complots et des manipulations pour déstabiliser toute tentative d’autonomie ou de transparence en son sein. Le plus concerné et celui qui à le plus d’intérêt au changement maintenant, c’est bien le RCD, faute de quoi il se trouvera définitivement acculé au banc de l’accusé devant la société. Pour l’histoire c’est déjà fait.

Ne serait-ce pas un faux départ que de dire que La Tunisie est autant une fausse République qu’une fausse Démocratie ? C’est dans le cadre de cette République chèrement conquise au prix du sacrifice de nos martyrs et des mémorables moments de soulèvements de notre histoire qu’il faut agir. Elle n’a plus à être proclamée. Le pouvoir peut être confisqué mais la République JAMAIS. C’est là commencer par consolider son principal rempart. Si la République n’existe plus, ne doit-on pas se soulever et appeler à la lutte armée ? Je pense qu’on doit prêter plus d’attention à la qualification des situations. Contester l’arbitraire ne doit pas dépasser la dénonciation du pouvoir totalitaire.

Que signifie une monarchie roturière ? A-t-on intérêt à avancer cette interprétation de la réalité ? Ne perdons-nous pas là le sens de notre action et sa légitimité au sein-même des institutions ? C’est au sein d’une République que s’institue ce mouvement. Aucun mouvement n’a à s’octroyer aucune exclusivité dans sa réalisation. Je crois qu’on doit éviter de pêcher par excès de prétention. Seule la lucidité de la situation peut assoir une véritable modération. Je ne parle pas d’une modération de compromis sur les principes, mais une modération dans la conception de l’action pour parvenir à déclencher les véritables mécanismes d’intégration capables d’apporter la plus grande mobilisation susceptible d’inverser définitivement la situation. Je pense aussi qu’il est temps de dépasser les notions de libérateur, homme ou parti, et qu’on doit concevoir la politique en dehors de notre propre ego car ainsi on ne fait que prouver qu’on est atteint du mal qu’on s’emploie a dénoncer.

Notre mission se limite à amener nos concitoyens à avoir conscience de leur liberté et de leur devoir de l’exercer pour ne plus être mis sous tutelle et être guidé comme du bétail dépossédé de toute volonté. C’est cette volonté qui nous anime et qu’on doit transmettre à nos concitoyens pour agir sur leur situation et par là changer toutes les données au profit de la majorité.

Une conception de politique de confrontation et de conflit n’est pas la meilleure façon de promouvoir la démocratie. Nous savons, et l’histoire nous l’a montré, que toute opposition de confrontation à besoin d’une idéologie. La liberté a souvent servi de rampe de lancement à de tels projets, mais la démocratie n’a jamais été appropriée pour un dessein de confrontation, car chacun a plus besoin de concurrence dans la transparence pour sa survie, que de dominer tous les autres partis. Elle ne peut pas prendre comme point de départ l’élimination des adversaires, même si ce dernier est l’essence-même de l’arbitraire. La démocratie est une méthode de gouvernement et non un moyen de conquérir le pouvoir, seul le scrutin populaire souverain peut décider du dépositaire du pouvoir, il est la seule autorité pour accéder au gouvernement.

Le salut national que tout Tunisien est appelé aujourd’hui à promouvoir, n’est pas exclusif à l’opposition. Je le conçois comme un devoir national devant la gravité des défis que présente la situation. Il doit s’inscrire dans l’institution concrète de l’ةtat de droit et des institutions, et procéder d’un débat qui implique l’opposition réelle dans une perspective d’avantager l’_expression de la souveraineté populaire et la transparence de toute consultation électorale.

En attendant : des décisions urgentes qui mettent fin aux conséquences humaines de la répression politique et aux persécutions seront la meilleure indication dans ce sens de responsabilité et de rapprochement.

 

(Source: le site Tunisie, réveille-toi!, le 6 mars 2003)


في صعوبة وجود منبر لها في ظل الخلاف مع سلطات بلدانها:

كيف استخدمت الحركات الإسلامية منبر الانترنت؟

بقلم: يحيي اليحياوي(*)

1ـ لا يمكن أن ندعي التكوين والتخصص في الإسلام أو في الحركات الإسلامية أو فيما يسمي منذ مدة ب الإسلام السياسي حتي يكون بمستطاعنا الحديث فيها حديث المتخصص الفاقه. فالموضوع يحيل علي أكثر من تخصص ويفترض استحضار أكثر من حقل معرفي، ويتطلب فضلا عن ذلك فقه العلوم المعاصرة لتلمس مستويات الالتقاء والتوظيف واستكشاف عوامل الممانعة والتنافر. وعلي هذا الأساس، فالحديث في علاقة الإنترنيت بالحركات الإسلامية مثلا لا تكتنفه الصعوبة فقط كون الدراسات والأبحاث في ذات العلاقة نادرة وسبل استقرائها محدودة، ولكن أيضا لأن طبيعة الشبكة متحركة ومواقع الحركات إياها بداخلها غير ذات أهداف واضحة. ولئن كان من الثابت تزايد وتيرة إنشاء المواقع علي الإنترنيت تهتم بالإسلام (دينا وحضارة ونظام قيم)، فإنه من الثابت أيضا تزايد الإقبال علي إقامة مواقع بالشبكة تهتم بالفكر الإسلامي والفلسفة الإسلامية، تماما كما تتزايد مواقع الحكومات والمنظمات و الحركات التي تدفع بتمثلها للإسلام أو تدافع من خلالها علي مرجعيتها في ذلك. لا نستهدف، في هذا المقام، خوض قراءة تحليلية في المواقع إياها ولا تقييم طرق هيكلتها أو أنماط تصنيفها للمضامين أو إعمال مبدأ المقارنة لترتيب درجات أهمية بعضها البعض (فذاك أمر لا يقدم إشكالنا هنا كثيرا)، بقدر ما نتغيأ بالأساس محاولة استنباط الآية واستخراج الفلسفة الثاوية وراء لجوء الحركات الإسلامية لشبكة الإنترنيت وإنشاء مواقع لها. والحركات الإسلامية التي نقصدها هنا لا تشمل فقط الأفراد والتنظيمات التي تتخذ من الإسلام مرجعية في الفعل السياسي، ولكن أيضا تلك التي تعتبر نفسها متمردة علي الإسلام الرسمي الذي لا تسمح الحكومات في ظله لباقي التيارات الإسلامية أن تنشأ أو تنشط داخل حدودها، فاتخدت (التيارات هاته أعني) من الشبكة أداة احتجاج ووسيلة نضال وقبل كل هذا وذاك موطأ قدم لها بها. 2ـ والواقع أنه لو كان لنا أن نقيم مواقع الحركات الإسلامية علي شبكة الإنترنيت علي خلفية من أهدافها، لاستوقفتنا في ذلك ثلاثة أهداف كبري: ـ الهدف الأول ويتمثل أساسا في اتخاد الشبكة كوسيلة من وسائل فك الحصار عن هذه الحركات سيما في جانبه الإعلامي. فالحركات إياها لا تري نفسها فقط ضحية حصار قانوني يحول دون قيام هذه التنظيمات ودون ممارستها لنشاطها السياسي أو الثقافي أو غيره، ولكنها تري نفسها أيضا ضحية حصار إعلامي يمنع بموجبه رواج منشوراتها وتداول مطبوعاتها وتغطية أنشطتها. لا تري الحركات الإسلامية في الإنترنيت هنا فضاء افتراضيا يتجاوز ضيق الحدود ويتحايل علي تضييق الحكومات، بل وسيطا واقعيا يمكنها من نشر معلوماتها ومعطياتها ومن تمرير بياناتها ومواقفها ومن ترويج تمثلها للإسلام، وبالتالي محاربة إن لم يكن الإسلام الرسمي فعلي الأقل الحكومات القائمة عليه في الخطاب كما في الممارسة. لا يقتصر الأمر، من جهة أخري، علي الحركات التي تناوئ حكوماتها علي خلفية من توظيف الدين من لدن كليهما، بل قد يتعدي ذلك ليخص حركات إسلامية وظفت افتراضية الشبكة كامتداد لجهادها علي أرض الواقع كما هو الشأن بالنسبة لحركات حماس والجهاد الإسلامي وحزب الله وغيرها. ـ الهدف الثاني ويكمن (من لدن الحركات الإسلامية) في توظيف شبكة الإنترنيت لتقديم صورتها وتصورها عن الدين الإسلامي ولخلق الوعي والتواصل بين زوار مواقعها. لا ينحصر الأمر هنا، كما في الهدف الأول، فقط في تمكين الزوار من المادة الضرورية لذلك (وثائق ومراجع وغيرها)، بل يتعداه إلي الندوات الحوارية التي غالبا ما تعمل الحركات إياها علي تأطيرها وتوجيهها والعمل علي خلق النقاش في إطارها. بالتالي، فبقدر ما توظف الشبكة هنا كوسيط، بقدر ما تتطور إلي فضاء تعتمل بداخله أدوات التواصل والتحادث والمشاركة… بغرض التفاهم. وعلي هذا الأساس، فالحركات الإسلامية لا تري فقط في الإنترنيت فضاء يجمع، افتراضيا من بين ظهرانيه، الزوار من كل بقاع العالم، بل وأيضا منبرا حقيقيا للتحايل علي المنبر الواقعي الذي تحول دون هذه الحركات ودونه الدول والحكومات. ـ الهدف الثالث ويتعلق (في خطاب الحركات الإسلامية) فيما تمرره من كون شبكة الإنترنيت ستكون حتما مكمن توحد الأمة الإسلامية (وإن افتراضيا) وستساعد علي إقامة ما فشل في إقامته الإسلام الرسمي علي مستوي الواقع. بالتالي، فما دام بإمكان كل مسلم من مسلمي الأرض بلوغ الشبكة والدفاع عن مرجعيته الدينية بواسطتها والتعبير علي انتمائه للأمة الإسلامية وهويته عبر فضائها، فإنه سيصبح الإمكان خلق فضاء إسلامي موحد علي المستوي السايبيري (يقول ذات الخطاب) ما دامت الحكومات قد فشلت في إقامته كواقع حال أو حال دونه ودون ذلك تشبتها ب الإسلام الرسمي . 3ـ ليس ثمة أدني شك في أن شبكة الإنترنيت قد خدمت، وإلي حد بعيد، الحركات الإسلامية وزادت من قوتها وأشاعت رسالتها علي أكثر من جهة من جهات العالم. فهي حالت دون تضييق الحكومات عليها (عبر منعها ومنع منشوراتها وسحب كاسيطاتها من السوق وما إلي ذلك). وهي جمعت حول مواقعها جماهير جديدة تتطلع مجتمعة لخلق خطاب حول أمة إسلامية افتراضية علي أنقاض خطاب الإسلام الرسمي …الخ. لكن تقييم المحصلة، بالقياس إلي الأهداف، هو أبعد من أن يكون إيجابيا في المطلق: ـ فالحصار الممارس علي هذه الحركات لم يقتصر علي وجودها الواقعي كتنظيمات قائمة، بل تعدي ذلك ليطال مواقعها علي الشبكة أو بعضا منها علي الأقل. لا يتعلق الأمر هنا فقط بالإغلاق المستمر الذي تتعرض له مواقعها داخل الحدود (من خلال حكوماتها) أو أشكال التدمير المعلوماتي التي تدس فيروساتها الحكومات في مواقعها، بل وأيضا بالرقابة (والمقاضاة أحيانا) التي تتعرض لها الحركات إياها (من خلال مواقعها) عندما تكون المواقع عابرة للحدود لكن موطأ القدم لآويها معروف وبريدها الإلكتروني كما ملتقياتها الحوارية مخترقة. ولئن كان بمستطاع الحركات الإسلامية حماية مواقعها من استهداف حكوماتها لها (عبر تنقيلها لها باستمرار أو دسها بعناوين لا فائدة من التشويش عليها)، فإنه لن يكون بمقدورها الانفلات من مضايقات دولة كبري كالولايات المتحدة (سيما بعد أحداث الحادي عشر من سبتمبر) لها الإمكانات والقدرات في ذلك. ـ ثم لو سلمنا بإمكانية تعذر التضييق (لأسباب تقنية أو في غياب مسوغ كمسوغ 11 سبتمبر يجعل الولايات المتحدة لا تأبه بممارسات هذه الحركات)، فإن توظيف مواقعها لأغراض تحاورية (بجهة التواصل والمشاركة) يبقي محدودا وضيق الأفق. والسبب في ذلك لا يتأتي فقط من الأمية المعلوماتية الجد مرتفعة بمختلف الدول الإسلامية ولا من تعذر بلوغ الشبكة (لضعف التجهيزات أو بسبب تكلفة الارتباط) ولكن أيضا لأن الزوار المحتملين غالبا ما تكون معرفتهم بالحركات إياها مسبقة واستمالتهم بجهتها مضمونة أو صعبة المنال بالنسبة للزوار الجدد. بالتالي تبقي الملتقيات الحوارية محصورة علي أعضاء الحركة الواحدة أو بين الحركات المتواجدة، لكنها نادرا ما تتعدي ذلك لاستمالة أعضاء جدد كما كان الأمر، من ذي قبل، مع الكاسيط أو مع شرائط الفيديو. ـ ثم أن خلق أمة إسلامية افتراضية هو إلي الخطاب أقرب منه إلي واقع الحال، وإلي الإيديولوجيا أقرب منه إلي حقائق الأمور. فالشبكة (شبكة الإنترنيت) نخبوية الطبع والطبيعة، وبلوغها محصور في شرائح اجتماعية وثقافية جد محدودة وتكوينها غربي وهوس التوحيد لا يخامرها ونظرتها للحركات الإسلامية قد لا تختلف كثيرا عن نظرة الغرب لها. والحركات الإسلامية، فضلا عن ذلك، ذات تمثلات مختلفة (لحد التضارب) عن الإسلام وعن الوسيلة التي من شأن اعتمادها جعل الإسلام ركن الأمة الإسلامية . نحن إذن، بهذه النقطة كما بغيرها، بإزاء خطاب مثالي، إيديولوجي المنحي، تجنيدي النبرة لكنه أبعد ما يكون عن حقيقة واقع الأمور. ونحن أيضا بإزاء مواقع سياسية ومذهبية لا بإزاء مواقع دينية تستهدف تقديم الإسلام وحضارته ومنظومة قيمه. 4ـ لسائل يتساءل: ما السر في كون هذه الحركات مكمن اضطهاد في الوجود وتضييق في سبل التعبير من لدن حكوماتها كما من لدن العديد من دول الغرب؟ أو ليس لكونها تتطرف في تأويل الإسلام وتتخذ منه مطية لبلوغ أهداف سياسية هو براء منها؟ قد يجوز ذلك، لكن الثابت أن العديد من الحركات هاته هي علي طرفي نقيض فيما بينها، ليس فقط تناقض السنة والشيعة أو تجافي المذاهب المختلفة، ولكن أيضا لأن من المواقع علي الإنترنيت ما لا يتعدي كونها تقديما للإسلام كقرآن وسنة واهتمامات فقهية إسلامية وطروحات فلسفية وعقدية، ومنها أيضا (من المواقع أعني) ما يقتصر علي جانب الإسلام الجهادي كما هو شأن الحركات الفلسطينية واللبنانية وغيرها. بالمقابل، فهناك من مواقع الحركات الإسلامية (من مضامينها أقصد) ما يجعلها تضع سماحة الإسلام في المحك: ـ فهناك أكثر من موقع (لأكثر من حركة) تتم عبره عمليات الإفتاء بالعنف (ضد الأفراد والجماعات) والتكفير والقتل…موظفة حرية الشبكة لاستهداف حريات الأفراد والجماعات والتشنيع بأفكارهم وتمثلهم للإسلام. ـ وهناك أكثر من موقع علي الشبكة يشنع بمواقع مذاهب أخري أو يشوش عليها أو يفتي علماؤه بعكس ما يفتي به هؤلاء، لدرجة يختلط فيها علي الزائر التثبت من الفتوي الأصح، فيفسح من هنا في المجال لدعاوي الحيرة لدي الزائر العادي بقبول هذه الفتوي أو تلك. ـ ثم هناك من مواقع الحركات الإسلامية ما تجعلها ارتباطاتها بجهات محددة لا ضد حكوماتها فحسب، بل كذلك ضد الحصار المضروب علي شعوبها كما هو حال بعض المنظمات الإسلامية العراقية بالخارج وغيرها. 5ـ هل أحسنت الحركات الإسلامية استخدامها لشبكة الإنترنيت كوسيط وكفضاء؟ من دون شك بالنسبة للعديد منها سيما بالنسبة لتلك التي عملت وتعمل لتقديم الإسلام كدين تسامح وكحضارة وكمنظومة قيم وركزت، في جانبها العملي، علي رفع الغموض عن تمثل الغرب للإسلام. وهي لم تنجح في هذا المسعي لأنها انطلقت من مسلمة أن تمثلها هو الأقوي والأمثل، ولكن لأنها أدركت أن تقديم صورة عن المسلمين صحيحة هي من تقديم إسلام متوازن يعرف بالاختلاف ضمنه دونما غلو أو تشدد… هل من شأن تواجد مواقع لحركات إسلامية متعددة علي الإنترنيت خلق هوية إسلامية جديدة في إخفاق الحكومات والدول؟ من الوارد ذلك، يقول البعض، لكن شريطة تفعيل الحوار بين الإسلام الرسمي و الإسلام الحركي علي أرض الواقع كما بشبكة الإنترنيت. ومن الجائز، يقول البعض الآخر، شريطة الأخذ بما يجمع بين المذاهب في الإسلام وترك ما يفرق فيما بينها. لكن الأساسي، فيما نتصور، هو التمثل المتوازن للإسلام بدون غلو أو إقصاء أو هضم للحق في الاختلاف… حينها لن يكون الإنترنيت وسيلة فك حصار أو أداة تحاور، بل فضاء سايبيريا يخدم الإسلام والمسلمين.

 

(*) كاتب من المغرب

 

(المصدر: صحيفة القدس العربي الصادرة يوم 7 مارس 2003)

 

 

Un « café social » à Paris pour les personnes âgées immigrées

AFP, le 6 mars 2003

 

par Christine COURCOL

Le premier « café social » de Paris accueille depuis peu dans le quartier de Belleville les personnes âgées d’origine immigrée qui viennent y boire un verre de thé, profiter d’une aide administrative, d’ateliers santé, de l’internet et des jeux de société. « Paris c’est aussi votre bled, vous êtes autant chez vous », a lancé le maire de Paris Bertrand Delanoë, venu jeudi inaugurer le café. Il a assuré qu’il ne s’agissait pas de créer « un ghetto » mais « un lieu de rencontre, quelle que soit la couleur de la peau » -« de la paix », avait-il dit d’abord dans un lapsus qui a fait beaucoup rire l’assistance. « Nous, les Maghrébins, nous savons qu’il y a d’abord le respect des anciens », a-t-il ajouté, en allusion à ses liens avec la Tunisie où il est né. Ouvert depuis la mi-janvier, le café, créé à l’initiative de l’association Ayyem Zamen (« le temps jadis » en arabe), a été installé dans un ancien atelier de confection. Le long des murs très clairs courent des bancs de bois, couverts de gros coussins de couleurs. Sur les murs, des photos de travailleurs immigrés en France. L’implantation a été choisie en tenant compte d’équipements comme les hôtels meublés, bains-douches, foyers de travailleurs migrants, lieux de prières, mais aussi du quartier, le bas-Belleville : « Pour eux, ça sent la nostalgie », dit la députée de la circonscription et adjointe au maire chargée des personnes âgées, Danièle Hoffman-Rispal. accueil intercommunautaire Selon l’INSEE, on comptait à Paris en 1999, 24.600 migrants âgés de plus de 60 ans, pour les 2/3 des hommes et pour les 3/4 originaires du Maghreb, dont 82% vivent seuls. Arrivés jeunes en France pour travailler, ils ne parviennent plus, devenus vieux, à retourner au pays, explique Céline Perret, l’assistante sociale du café.

« C’est difficile, dit-elle, de se réadapter à la culture, de retrouver la famille ». Et quand ils sont malades, ils savent, dit-elle, qu’ils seront mieux soignés en France. Mohammed Bettaïeb, 62 ans, vient de Tunisie et vit dans un tout petit appartement de 15 m2 -« impossible de faire venir ma femme et notre dernier fils », dit-il. Il vient là « trois ou quatre fois par semaine », pour jouer aux cartes. « C’est plus calme que dans un café normal », dit-il. Sans compter l’aide pour remplir les papiers de CMU ou de retraite. Le café se veut un lieu d’accueil intercommunautaire et espère attirer quelques vieilles personnes qui fréquentent le comité d’action social juif, juste en face. Il a bénéficié de subventions de la mairie de Paris, et aussi de la région et de la préfecture. Le maire de Paris a souhaité que d’autres lieux du même genre se créent dans la capitale.

 


 

Le français, arme de contestation politique ?

 

Le français serait-il en passe de supplanter l’anglais dans les pays arabes ? Face à l’engouement actuel qu’il connaît dans ces Etats, le scénario paraît envisageable. L’enthousiasme vis-à-vis de la langue de Molière est illustré par le nombre grandissant d’élèves désireux de se familiariser avec sa pratique ainsi que par l’ouverture de départements universitaires spécialisés. Selon le ministère français des affaires étrangères, l’institut culturel Voltaire au Koweït a vu ses inscriptions augmenter de 30 % entre 2001 et 2002. Le centre culturel français de Riyad, en Arabie saoudite, a dû doubler sa capacité d’accueil pour répondre à la forte demande. La même tendance s’observe au Qatar, à Oman et à Bahreïn où le français va être introduit à la rentrée 2003 comme matière obligatoire dans les sections littéraires de l’enseignement public. A Abou Dhabi (Emirats arabes unis), le français, supprimé de l’enseignement public en 1998, vient d’être rétabli comme matière obligatoire dans deux écoles pilotes et cette démarche sera élargie à une trentaine d’établissements à la rentrée 2003. « Il y a dans ce mouvement une signification politique évidente » déclare-t-on à la direction de la communication et de l’information (DCI) du Quai d’Orsay. Les étudiants ne se rendent plus aux Etats-Unis, non seulement parce que l’obtention des visas est devenu un véritable parcours du combattant, mais aussi parce que cela leur permet manifester leur désapprobation de la politique américaine. Le Royaume-Uni, qu’ils jugent trop semblable aux Etats-Unis, étant également rejeté, il se tournent vers la France. Ainsi, au Liban, les chiites, à commencer par leur organisation la plus fondamentaliste, le Hezbollah, sont conscients de la nécessité de pratiquer une langue de communication internationale, mais refusent de recourir à la langue du « Grand Satan » et systématisent l’enseignement du français dans leurs écoles communautaires. Selon Katia Haddad, auteur de La Francophonie et le monde arabe : état des lieux, l’introduction du français dans les cursus scolaires de Jordanie, pays de tradition anglophone, semble liée à la position de la France dans le conflit israélo-palestinien ; en effet, la communauté palestinienne est francophone, et les rares écoles francophones en Jordanie ont été créées par des Palestiniens réfugiés en 1948, lors de la création d’Israël. Dans l’ensemble du monde arabe, « le refus d’un modèle uniforme de bilinguisme », qui occulterait la présence ancienne et continue de la France dans cette région, a provoqué ce mouvement de retour vers la francophonie. Le réchauffement des relations entre la France et l’Algérie, symbolisé par la présence remarquée et inédite du président Abdelaziz Bouteflika au sommet de la francophonie, le triomphe de Jacques Chirac lors de sa visite dans cet ancien territoire français, tout comme son positionnement face à une éventuelle guerre en Irak, pourraient également avoir un impact positif sur l’enseignement du français dans les pays arabes. la position affichée de la France devrait lui faire remporter des victoires sur d’autres fronts. Eloïse Cohen   (Source: Le site du journal “Le Monde”, le 7 mars 2003 à 14h02)

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association : Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen) Box 62
127 22 Skنrholmen  Sweden Tel/:(46) 8- 4648308    Fax:(46) 8 464 83 21   e-mail: fvf@swipnet.se
 

Pour contacter la liste envoyer un mail à:Tunis-News-@yahoogroups.com
Pour vous abonner envoyer un mail à: Tunis-News–subscribe@yahoogroups.com
ِArchives complétes de la liste : http://site.voila.fr/archivtn


** En re-publiant des articles, des communiqués, des interventions de toutes sortes tirées d’un grand nombre de sources disponibles sur le web ou envoyés par des lecteurs, l’équipe de TUNISNEWS n’assume aucune responsabilité quant à leur contenu.

** Tous les articles qui ne sont pas signés clairement par « L’équipe TUNISNEWS » n’expriment pas les points de vue de la rédaction.

** L’équipe de TUNISNEWS fait tous les efforts possibles pour corriger les fautes d’orthographe ou autres dans les textes qu’elle publie mais des fautes peuvent subsister. Nous vous prions de nous en excuser.

Accueil


Lire aussi ces articles

9 mars 2011

TUNISNEWS 10 ème année,  N°3942 du 09.03.2011 archives : www.tunisnews.net  Le Nouvel Observateur: [EXCLUSIF] L’histoire secrète de la

En savoir plus +

2 mai 2003

Accueil TUNISNEWS   4 ème année, N° 1078 du 02.05.2003  archives : www.tunisnews.net     LES TITRES DE CE JOUR:

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.