5 mai 2001

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS
Nr 363 du 05/05/2001
 

 .

LES TITRES DE CE JOUR:
  1. le prisonnier politique FATHI EL OUERGHI, en gréve de la faim depuis 20 jours est en danger de mort!

  2. äÏÇÁ ÈÅØáÇÞ ÓÑÇÍ ÍãÇÏí ÇáÌÈÇáí æÚÈÏ Çááå ÇáÒæÇÑí
  3. Swissinfo: Un nouvel article d’analyse de Slaheddine jourchi de Tunis

  4. Le Monde: La visite de Charles Josselin en Tunisie est remise en question  
  5. Taoufik Ben Brik: DES MOTS CONTRE LES BALLES

  6. UN JOURNAL ALGERIEN PRETEND QUE DES TUNISIENS, QUI SERAIENT DES MEMBRES D’ENNAHDHA, FONT PARTIE D’UN GROUPE ARME ALGERIEN.

 
 äÚí

ÇáÃÎ ÝÑÌ ÇáÝÑÌÇäí

ÅäÇ ááå æÅäÇ Åáíå ÑÇÌÚæä 

ÈßÇãá ÇáÍÓÑÉ æÇáÃÓì ÊáÞíäÇ äÈÃ

æÝÇÉ ÇáÃÎ ÝÑÌ ÇáÝÑÌÇäí

ÈÃæÓáæ Çáíæã ÇáÌãÚÉ

4 ãÇí 2001 ÈÚÏ ãßÇÈÏÉ æÕÑÇÚ ãÚ ãÑÖ áÇÒãå ØæÇá ÇáÓäíä ÇáãÇÖíÉ.

æÌãÚíÉ ÃäÕÇÑ ÇáÍÑíÉ ÊÑÝÚ ÊÚÇÒíåÇ ÇáÍÇÑÉ Åáì ÒæÌÊå æÃÈäÇÆå æÅáì ßÇÝÉ ÃÍÈÇÆå æÃÕÏÞÇÆå¡ ÓÇÆáÉ Çáãæáì ÚÒø æÌáø Ãä íÔãáå ÈÑÍãÊå ÇáæÇÓÚÉ æíÑÒÞ Ãåáå æÐæíå Ìãíá ÇáÕÈÑ æÇáÓáæÇä.

æÇáÃÎ ÝÑÌ ÇáÝÑÌÇäí åæ ÃÍÏ ÇáÐíä ÇÖØÑæÇ Åáì ãÛÇÏÑÉ ÊæäÓ Ýí äåÇíÉ ÇáËãÇäíäÇÊ ãä ÇáÞÑä ÇáãÇÖí åÑÈÇ ãä ÈØÔ ÂáÉ ÇáÙáã æÈÍËÇ Úä ãßÇä Âãä Ýí ÃÑÖ Çááå ÇáæÇÓÚÉ. æÞÏ ÚÇÌáÊå ÇáãäíÉ æåæ Ýí ÇáãäÝì æÞÏ ÍÑã áÞÇÁ ÃÞÑÈÇÆå æÃÍÈÇÆå ØæÇá Óäíä¡ æÝÇÖÊ ÑæÍå ÇáØÇåÑÉ Åáì ÈÇÑÆåÇ ÊÔßæ Ùáã ÇáÅäÓÇä áÃÎíå ÇáÅäÓÇä.

äÓÃá Çááå Ãä íÚæÖå ÚãÇ ßÇÈÏå Ýí åÐå ÇáÍíÇÉ ÇáÏäíÇ ãä ÝÑÇÞ ÇáÃåá æÇáÈáÏ æÃä íÌÇÒíå Úáì ÕÈÑå æËÈÇÊå ÎíÑ ÇáÌÒÇÁ¡ ãÕÏÇÞÇ áÞæáå ÊÚÇáì:(

íÇ ÃíÊåÇ ÇáäÝÓ ÇáãØãÆäÉ ÇÑÌÚí Åáì ÑÈß ÑÇÖíÉ ãÑÖíÉ ÝÇÏÎáí Ýí ÚÈÇÏí æÇÏÎáí ÌäÊí) ÕÏÞ Çááå ÇáÚÙíã

 

ÌãÚíÉ ÃäÕÇÑ ÇáÍÑíÉ

ÊãÇã ÇáÃÕÈÚí

 

 
Le prisonnier politique FATHI EL OUERGHI, en gréve de la faim depuis 20 jours est en danger de mort!

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãÇä ÇáÑÍíã
ÈÇÑíÓ Ýí 3 ãÇí 2001

ÈÜáÇÛ ÚÇÌá

ÃäÞÐæÇ ÇáÓÌíä ÝÊÍí ÇáæÑÛí ãä ÇáãæÊ

äÞá ÇáÓÌíä ÝÊÍí ÇáæÑÛí Ýí ÍÇáÉ ÛíÈæÈÉ Åáì ãÓÊÔÝì ÔÇÑá äíßæá ÈÊæäÓ ÇáÚÇÕãÉ æÍÇáÊå ÇáÕÍíÉ ÎØÑÉ ÌÏÇ ÈÚÏ ËãÇäíÉ ÚÔÑ íæãÇ ãä ÇáÅÖÑÇÈ Úä ÇáØÚÇã.

ÇáÓÌíä ÝÊÍí ÇáæÑÛí ÃÕíá ãäØÞÉ ÞáÚÉ ÓäÇä ÈÇáÔãÇá ÇáÛÑÈí¡ æåæ ØÇáÈ íÈáÛ 33 ÚÇãÇ ãä ÇáÚãÑ¡ æíÔßæ ãä ÇäÒáÇÞ Ýí ÇáÚãæÏ ÇáÝÞÑí æÇáÊåÇÈ ÔÏíÏ Ýí ÇáãÚÏÉ æÇÖØÑÇÈ Ýí ÇáÞáÈ ßãÇ íÚÇäí ãä ÓÞæØ Ýí ÇáÚíä ÇáíÓÑì æÇáÊåÇÈ Ýí ÇáÎÕíÊíä ãä ÂËÇÑ ÇáÊÚÐíÈ ÇáÔÏíÏ ÇáÐí ãæÑÓ Úáíå.

Úä ÇááÌäÉ
ÒåíÑ ÇáÚíÓÇæí

 

äÏÇÁ

ÈãäÇÓÈÉ Çáíæã ÇáÚÇáãí áÍÑíÉ ÇáÕÍÇÝÉ

3

ãÇí 2001

ÈÚÏ ãÑæÑ ÃßËÑ ãä ÚÔÑÉ ÃÚæÇã Úáì ÅíÞÇÝ ÇáÒãíáíä ÇáÕÍÝííä ÍãÇÏí ÇáÌÈÇáí ãÏíÑ ÕÍíÝÉ ÇáÝÌÑ æÇáÓíÏ ÚÈÏ Çááå ÇáÒæÇÑí ãÍÑÑ ÈäÝÓ ÇáÌÑíÏÉ æÇáÐíä íÞÖíÇä ÚÞæÈÉ ÈÇáÓÌä ãä ÃÌá ÂÑÇÆåãÇ¡ íÊÔÑÝ ÇáÕÍÝíæä ÇáÊæäÓíæä ÇáããÖæä ÃÓÝáå ÈãäÇÔÏÉ ÇáÓíÏ ÑÆíÓ ÇáÌãåæÑíÉ áÇÓÊÚãÇá ãÇ Îæáå áå ÇáÏÓÊæÑ ãä ÕáÇÍíÇÊ¡ ÈÇáÅÐä ÈÅØáÇÞ ÓÑÇÍ ÇáÒãíáíä ÍãÇÏí ÇáÌÈÇáí æÚÈÏ Çááå ÇáÒæÇÑí ææÖÚ ÍÏ áãÚÇäÇÊåãÇ.

ÇáÇÓã                             ÇáÕÝÉ

ÚÈÏ ÇááØíÝ ÇáÝÑÇÊí             ÑÆíÓ ÓÇÈÞ áÊÍÑíÑ ÇáÕÈÇÍ

ÓåÇã Èä ÓÏÑíä                 ÑÆíÓÉ ÊÍÑíÑ ÇáßáãÉ

ÑÔíÏ ÎÔÇäÉ                     ÑÆíÓ ÊÍÑíÑ ÇáãæÞÝ

ÓåíÑ ÈÇáÍÓä                     ÕÍÝíÉ ãÓÊÞáÉ

ÕáÇÍ ÇáÏíä ÇáÌæÑÔí             ÕÍÝí ãÓÊÞá

äÒíåÉ ÑÌíÈÉ(Ãã ÒíÇÏ)             ÕÍÝíÉ ÈÕÍíÝÉ ÇáßáãÉ

Èä ÚíÓì ÇáÏãäí                 ÑÆíÓ ÊÍÑíÑ ÕÍíÝÉ ÇáÝÌÑ

äæÑÉ ÇáÈÑÕÇáí                    ÕÍÝíÉ

ÒíÇÏ ÇáåÇäí                     ÕÍÝí ãÓÊÞá

ÍÇÊã ÇáÔÚÈæäí                    ÕÍÝí ÇáØÑíÞ ÇáÌÏíÏ

ÇáØÇåÑ ÇáåãÇãí                 ÌÇãÚí æãÍÑÑ ÕÍÝí

ãÍãÏ ÇáßíáÇäí                 ÕÍÝí ÇáãæÞÝ

ÚÈÏ ÇááØíÝ ÇáåÑãÇÓí         ÌÇãÚí æãÍÑÑ ÕÍÝí

ãÍãÏ ÇáÞæãÇäí                 ÚÖæ åíÆÉ ÊÍÑíÑ ÇáãæÞÝ

åÔÇã ÇáÍÇÌí                 ÕÍÝí ÇáæÍÏÉ

ÚÈÏ ÇáÚÒíÒ ÇáÊãíãí             ÕÍÝí ãÓÊÞá

ÚÈÏ ÇáßÑíã ÇáÍíÒÇæí            ÌÇãÚí æãÍÑÑ ÕÍÝí

ÈÏÑ ÇáÏíä ÈæÓäíäÉ             ÕÍÝí ãÓÊÞá

ÚÈÏ ÇáÚÒíÒ ÈÇáØíÈ             ÕÍÝí ãÓÊÞá

ÊæÝíÞ ÇáíæÓÝí                 ÕÍÝí ãÓÊÞá

ÇáãäÌí ÇááæÒ                 ÚÖæ åíÆÉ ÊÍÑíÑ ÇáãæÞÝ

 
La situation tunisienne continue à flotter entre l’ouverture timide et l’enfermement .
Un nouvel article d’analyse de Slaheddine jourchi de Tunis :

ÇáÊæÞíÊ ÇáãÍáí ÇáÓæíÓÑí 22:36, ÇáÌãÚÉ 04.05.2001


ÝÑÕÉ ÖÇÚÊ áßä ÇáãÚÑßÉ áÇÊÒÇá ãÝÊæÍÉ


ÇÒãÉ ÇáÇÚáÇã ÇáÊæäÓí áÇ Êßãä Ýí ÞáÉ ÇáäÕæÕ ÇáÞÇäæäíÉ Çæ ÞÕæÑåÇ Èá Ýí ÇáãäÇÎ ÇáÓíÇÓí ÚãæãÇ [SRI]
áÇÒÇáÊ ÇáÓÇÍÉ ÇáÓíÇÓíÉ ÇáÊæäÓíÉ ãÊÞáÈÉ Èíä ãÄÔÑÇÊ ÊÏÚæ Çáì ÇáÇãá Ýí ÍÕæá ÇäÝÊÇÍ ÍÞíÞí æÈíä ÇÔÇÑÇÊ ãÎíÈÉ ááÂãÇá¡ ßÊáß ÇáÊí ÑÇÝÞÊ ãÕÇÏÞÉ ÇáÈÑáãÇä Úáì ÊäÞíÍÇÊ ÌÏíÏÉ Úáì ÞÇäæä ÇáÕÍÇÝÉ áã ÊáÈ ØãæÍÇÊ ÇáÚÇãáíä Ýí ÞØÇÚ ÇáÇÚáÇã

ÇÍÊÝá ÇáÕÍÝíæä ÇáÊæäÓíæä ãÚ ÇáÃæÓÇØ ÇáÏíãÞÑÇØíÉ ÈÇáÚíÏ ÇáÚÇáãí ááÕÍÇÝÉ Ýí ÃÌæÇÁ ÊßËÝÊ ÎáÇáåÇ ÇáÃÎÈÇÑÛíÑ ÇáãÄßÏÉ¡ æÓÇÏ ÝíåÇ ÇáÔÚæÑ ÈÇáÎíÈÉ ÈÚÏ ÊÕæíÊ ãÌáÓ ÇáäæÇÈ Úáì ÇáÊÚÏíáÇÊ ÇáÃÎíÑÉ ÇáÊí ÃÏÎáÊ Úáì ÞÇäæä ÇáÕÍÇÝÉ¡ æÐáß ááãÑÉ ÇáËÇáËÉ ãäÐ Êæáí ÇáÑÆíÓ Èä Úáí ãÞÇáíÏ ÇáÓáØÉ.

åÐå ÇáÊÚÏíáÇÊ ÇáÊí æÕÝÊåÇ ÃÍÒÇÈ ãÊÚÇæäÉ ãÚ ÇáÍßæãÉ ÈßæäåÇ ãÍÏæÏÉ ÇáÃËÑ æÏæä ÇáãÃãæá. ÝÇáäÇÆÈ ÇáÈÑáãÇäí ÇáÓíÏ ÇáÕÍÈí ÈæÏÑÈÇáÉ ãä ÍÑßÉ ÇáÏíãÞÑÇØííä ÇáÅÔÊÑÇßííä¡ ÃßÏ Úáì ÓÈíá ÇáãËÇá Ãä åÐå ÇáÊäÞíÍÇÊ áä íßæä áåÇ Ãí ãÝÚæá ÅíÌÇÈí Úáì ÊØæíÑÇáÅÚáÇã.

ÝÞÏ ÇßÊÝì ÇáÞÇäæä ÇáÌÏíÏ ÈÊÈÓíØ ÇáÅÌÑÇÁÇÊ ÇáÅÏÇÑíÉ ÇáãÊÚáÞÉ ÈÇáÅíÏÇÚ ÇáÞÇäæäí¡ æÑÝÚ Ýí ÍÕÉ ÍÇãáí ÇáÔåÇÏÇÊ ÇáÚáíÇ Öãä ÇáÚÇãáíä ÈÝÑÞ ÇáÊÍÑíÑ ÏÇÎá ÇáãÄÓÓÇÊ ÇáÕÍÝíÉ.

æÈÏá Ãä ÊÍÐÝ äåÇÆíÇ ÚÞæÈÉ ÇáÍÈÓ Ýí ÞÖÇíÇ ÇáÑÃí ßãÇ Ýåã ãä ÎØÇÈ ÇáÑÆíÓ Èä Úáí íæã 7 äæÝãÈÑ ÊÔÑíä ÇáËÇäí ÇáãÇÖí¡ Êã ÇáÇßÊÝÇÁ ÈÍÐÝ ÇáÚÞæÈÉ ÇáÈÏäíÉ Ýí ÌÑíãÉ ÅÚÇÑÉ ÇáÅÓã áãÇáß ÇáäÔÑíÉ Ãæ ããæáåÇ.

ÃãÇ ÈÞíÉ ÇáÝÕæá ÇáÌÒÑíÉ ÇáÊí ÊÖãäÊ ÃÍßÇãÇ ÈÇáÓÌä ÝÞÏ æÞÚ ÊÍæíáåÇ ãä ãÌáÉ ÇáÕÍÇÝÉ Åáì ÇáãÌáÉ ÇáÌäÇÆíÉ ¡ æåæ ãÇ ÇÚÊÈÑå ÈÚÖ ÇáÕÍÇÝííä ÇáÊÝÇÝÇ Úáì ÇáÞÑÇÑ ÇáÑÆÇÓí æÅÝÑÇÛå ãä ãÍÊæÇå. æßÇäÊ ÇáäÊíÌÉ Ãä ÖÇÚÊ ÝÑÕÉ ÇäÖãÇã ÊæäÓ Åáì ÇáÈáÏÇä ÇáÊí áÇ íÓÌä ÝíåÇ ÇáãæÇØäæä ÈÓÈÈ ÂÑÇÆåã æãÚÊÞÏÇÊåã.


ÇáæÒíÑ íÄßÏ æÌæÏ ÇÑÇÏÉ ÓíÇÓíÉ

æÑÛã ãÍÇæáÇÊ ÇáÓíÏ ÕáÇÍ ÇáÏíä ãÚÇæí ááÊÎÝíÝ ãä ÍÌã ÇáÎíÈÉ¡ ãÄßÏÇ Úáì ÃåãíÉ ÇáÊÏÑÌ¡ ÑÇÝÖÇ ÇÎÊÒÇá ÇáãÔåÏ ÇáÅÚáÇãí Ýí ÕæÑÉ ÞÇÊãÉ¡ ãÄßÏÇ ÈÇáÎÕæÕ Úáì æÌæÏ ÅÑÇÏÉ ÓíÇÓíÉ áÊØæíÑ ÇáÃÏÇÁ ÇáÕÍÝí æãæÇÕáÉ ÇáÅÕáÇÍ¡ ÅáÇ Ãäå ÊÌäÈ ÇáÊÚáíÞ Úáì ßáÇã ÃÍÏ äæÇÈ ÇáÈÑáãÇä ÇáÐí ÃÔÇÑ Åáì ãäÚ ÊæÒíÚ ÕÍíÝÉ áæãæäÏ ÇáÝÑäÓíÉ¡ ÇáÊí ÊÖãäÊ ÍÏíËå ÇáÔåíÑ ÈÕÝÊå æÒíÑ ÇáÇÊÕÇá æÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä.

åÐÇ ÇáÍÏíË ÇáÐí ÊãÍæÑÊ Íæáå ãäÇÞÔÇÊ ÇáÕÍÝííä ÇáÐíä ÇÌÊãÚæÇ ÈÇáãÞÑ ÇáÌÏíÏ áÌãÚíÊåã Ýí ÛíÇÈ ãáÍæÙ ááãÓÄæáíä Úáì ÞØÇÚ ÇáÅÚáÇã æãÏíÑí ÇáÕÍÝ.

æÞÏ ÃßÏ ÈÚÖ ÇáÕÍÝííä ÇáÐíä ÊÏÇæáæÇ Úáì ÇáßáãÉ ÈÃä ÃÒãÉ ÇáÅÚáÇã Ýí ÊæäÓ áíÓÊ Ýí ÌæÑåÇ ÃÒãÉ ÞÇäæäíÉ ÈÞÏÑ ãÇ åí ÓíÇÓíÉ ÈÓÈÈ ÛíÇÈ ÍÑíÉ ÇáÊÚÈíÑ.

ßãÇ ÝæÌÆ ÇáãÔÇÑßæä ÈÇáäÞÏ ÇáÔÏíÏ ÇáÐí æÌåå ÚÏÏ ãä ÇáÒãáÇÁ¡ ÇáÚÇãáíä ÈÇáÕÍÇÝÉ ÇáÍßæãíÉ áÃÓáæÈ ÅÏÇÑÉ ãÄÓÓÇÊåã æÊÖÇÑÈ ÇáÊæÌíåÇÊ ÇáãæÌåÉ Åáíåã.

ãä ÌåÉ ÃÎÑì¡ ÑÍÈÊ ÇáÃæÓÇØ ÇáÕÍÇÝíÉ æÇáÏíãÞÑÇØíÉ ÈÇáãÑÕÏ ÇáæØäí ááÏÝÇÚ Úä ÍÑíÉ ÇáÕÍÇÝÉ æÇáäÔÑ æÇáÅÈÏÇÚ¡ ÇáÐí íÑÃÓå ÇáÏßÊæÑ ãÍãÏ ÇáØÇáÈí¡ æÖã Ýí åíÆÊå ÚÏÏÇ ãä ÇáÅÚáÇãííä æÇáãËÞÝíä ÇáãÓÊÞáíä.

æÞÏ ÊÚåÏÊ ÇáÅÏÇÑÉ ÈÊãßíä ãÄÓÓíå ãä ÇáæÕá ÇáãËÈÊ ááÅíÏÇÚ íæã ÇáÇËäíä ÇáÞÇÏã¡ ÈÚÏ Ãä ÊÞÈáÊ ãäåã ãáÝ ØáÈ Êßæíä ÇáÌãÚíÉ¡ æåæ ãÇ ÇÚÊÈÑå ÇáÈÚÖ ãÄÔÑÇ ÅíÌÇÈíÇ ãä ÇáäÇÍíÉ ÇáÔßáíÉ¡ æÑÃì Ýíå ÂÎÑæä ÏáíáÇ Úáì ÖÚÝ ÌãÚíÉ ÇáÕÍÝííä æÚÏã ÞíÇãåÇ ÈæÇÌÈ ÇáÏÝÇÚ Úä ÇáÍÑíÇÊ ÇáÕÍÇÝíÉ.

ÑÛã åÐÇ ÇáÇÖØÑÇÈ ÇáãáÍæÙ Ýí ÇáÑÄíÉ¡ æÊÚÏÏ ÇáÅÔÇÑÇÊ ÇáãÊäÇÞÖÉ Ýí ÇáÅÊÌÇå æÇáÏáÇáÉ¡ ÝÅä ßËÑÉ ÇááÞÇÁÇÊ ÇáÊí äÙãÊ ÈãäÇÓÈÉ Çáíæã ÇáÚÇáãí ááÕÍÇÝÉ¡ ÚßÓÊ Åáì ÍÏ ßÈíÑ ÑÛÈÉ ÇáÊæäÓííä Ýí ÊÛííÑ ãÔåÏåã ÇáÅÚáÇãí¡ æåí ÑÛÈÉ ØÇáÊ æÊÚãÞÊ.

áßä Ýí ÇáãÞÇÈá¡ ÝÅä ãÇ íÏæÑ Ýí ÇáßæÇáíÓ Íæá ÊÛííÑÇÊ ãÍÊãáÉ áãÓÄæáíä Ýí ÇáÞØÇÚ ÇáÅÚáÇãí íÞÇæãæä ÈÞæÉ ßá ÊæÌå äÍæ ÇáãÑÇÌÚÉ æÇáÅÕáÇÍ¡ æãÇ íÞÇá Ýí ÇáãÌÇáÓ Úä æÌæÏ ÕÑÇÚ ÍÞíÞí Íæá ßíÝíÉ ÊäÇæá ÇáãáÝÇÊ ÇáÓíÇÓíÉ æãä ÈíäåÇ ãáÝ ÇáÕÍÇÝÉ¡ íÌÚá ÇáãÊÇÈÚ ááÔÃä ÇáÊæäÓí íÔÚÑ ÈÃä ÇáÝÊÑÉ ÇáÞÇÏãÉ ÓÊßæä ãÎÊáÝÉ Úä ÓÇÈÞÇÊåÇ.

ÕáÇÍ ÇáÏíä ÇáÌæÑÔí – ÊæäÓ


04.05.2001 – 17:53

 
Selon le journal “le Monde” du 3 mai 2001, les autorités tunisiennes auraient informé les français qu’ils considéraient que la sociologue, Khedija Chérif, l’avocate Radhia Nasraoui, le professeur de droit, Mohamed Charfi, la vice-présidente de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) Souhayer Belhassen et la porte-parole du Conseil national des libertés en Tunisie (CNLT), Sihem Ben Sédrine comme des TERRORISTES!

 

La visite de Charles Josselin en Tunisie est remise en question

LE MONDE | 03.05.01 | 13h34

CHARLES JOSSELIN ira-t-il, le 8 mai, en Tunisie ? Bien que le voyage du ministre délégué à la coopération ait été préparé de longue date, bien qu’il soit souhaité à la fois par l’Elysée et par Matignon, la question se pose depuis que le régime du général-président Zine El Abidine Ben Ali a édicté ses conditions.

Le 1er mai, de toute urgence, par un message que les autorités françaises peinent à qualifier de diplomatique, le ministère tunisien des affaires étrangères, agissant sur ordre du palais de Carthage, a en effet revu et corrigé le programme de la visite du ministre, depuis de longs mois le premier membre du gouvernement français à vouloir se
rendre à Tunis.

Il n’est plus question que M. Josselin, porteur d’un message de Jacques Chirac, voie le chef de l’Etat. Il n’est même plus sûr qu’il puisse s’entretenir avec le ministre des affaires étrangères. En revanche, on lui propose une rencontre  avec le secrétaire général du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), la formation du président Ben Ali avec laquelle le PS français, auquel M. Josselin appartient, vient de rompre.

La Tunisie réagit ainsi à ce que le télégramme du 1er mai appelle « un geste hautement inamical », à savoir un petit déjeuner que Charles Josselin comptait partager avec des représentants de la société civile et des défenseurs des droits de l’homme. Outre une sociologue, Khedija Chérif, une avocate, Raadia Nasraoui, et un professeur de droit, Mohamed Charfi, les porte-parole des étudiants devaient y être conviés, ainsi que le président et la vice-présidente de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et la représentante du Conseil national des libertés en Tunisie (CNLT), Sihem Ben Sédrine.

Dès la préparation de cette « rencontre d’information », la partie tunisienne a fait savoir qu’elle considérait les interlocuteurs du ministre français comme des « terroristes ». Or, la « paranoïa absolue » du regime tunisien, selon l’expression d’une source au Quai d’Orsay, est l’objet du déplacement de M. Josselin.
 
« MESSAGE AMICAL »
 
A Paris, on se défend d’avoir voulu « faire de la provocation ». L’exaspération d’Hubert Védrine à l’égard de l’Etat policier tunisien étant de notoriété publique, Charles Josselin devait faire le voyage à la place du chef de la diplomatie française. Muni d’un « message amical » de Jacques Chirac en guise d’introduction, il avait pour mission de « dire les choses clairement, mais dans le huis clos du cabinet présidentiel ». Apparemment, au palais de Carthage, on n’y tient pas.
 
A l’Elysée, on se demande « s’il faut précipiter une crise avec la Tunisie à cause d’un petit déjeuner ». D’autant que Jacques Chirac « pourrait sans doute arranger l’audience avec M. Ben Ali », si M. Josselin renonçait à sa rencontre avec les défenseurs des droits de l’homme. Le ministre délégué à la coopération l’acceptera-t-il, pour pouvoir se rendre en Tunisie mardi prochain ? A Matignon, on observe un mutisme prudent.
 
Stephen Smith

 

ATTENTION CETTE NOUVELLE SENT LA MANIPULATION DE LA SECURITE MILITAIRE ALGERIENNE

 MAIS NOUS LA PUBLIONS JUSTE POUR INFO.
UN JOURNAL ALGERIEN PRETEND QUE DES TUNISIENS, QUI SERAIENT DES MEMBRES D’ENNAHDHA, FONT PARTIE D’UN GROUPE ARME ALGERIEN DANS LA REGION DE TEBESSA (EST DE L’ALGERIE).

La dépéche de l’agence France Presse:
 
AFP, le 2  Mai 2001à  12H15 
 

Cinquante islamistes armés tués et chute d’un hélicoptère de l’armée (presse)


 
   ALGER, 2 mai (AFP) – Une cinquantaine d’islamistes armés ont été tués ces derniers jours dans la région de Tébessa (630 km à l’est d’Alger) lors d’une opération de l’armée qui a perdu un hélicoptère dans une chute, ont indiqué mercredi des journaux d’Alger.
   Au cours d’un vaste ratissage entrepris la semaine dernière après la mort d’une quarantaine de membres des forces de sécurité tués dans une embusacade à Ras El-Ach, 70 kilomètres au sud de Tébessa, l’armée a engagé d’importants moyens contre un maquis du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) d’Hassan Hattab.
   Selon des premiers bilans, une cinquantaine d’islamistes ont été tués, dont trois émirs (chefs) ont déjà été identifiés.

 

Parmi les islamistes abattus figureraient des membres du parti islamiste tunisien Ennahda, selon Le Jeune Indépendant.

   Un hélicoptère engagé dans cette opération a chuté provoquant la mort du pilote et et du copilote, tandis que deux officiers supérieurs à bord ont réussi à s’extirper, indemnes, de l’appareil, selon Liberté et El Khabar.
   Dix personnes ont été assassinées dans la nuit de lundi à mardi à Chiffa, près de Blida (50 km au sud d’Alger), par des islamistes armés, selon les services de sécurité.
   Ce nouveau massacre a eu lieu dans un secteur où opère le Groupe Islamique Armé (GIA) d’Antar Zouabri.
   Depuis le début avril, plus de 200 personnes ont été tuées dans des violences liées à des actions des groupes armés en Algérie, selon des bilans de presse.
   Dix personnes avaient été assassinées dans la nuit de lundi à mardi à Chiffa, près de Blida (50 km au sud d’Alger), par des islamistes armés.
   Ce massacre a eu lieu dans un secteur où opère le Groupe
Islamique Armé (GIA) d’Antar Zouabri.
   Le nombre des morts s’élève à plus de 1.000, dont plus de 400 islamistes armés, selon les mêmes sources depuis le 1er janvier 2001.
 
AFP
****************************************************************************
VOICI LE TEXTE INTEGRAL DE LA NOUVELLE DE CET INCIDENT COMME ELLE A ETE PUBLIEE PAR LE JOURNAL ALGERIEN “ LE JEUNE INDEPENDENT” DU JEUDI 3 MAI 2001.
(Adresse du site: http://www.ji-algeria.com)

 
Ratissage de grande envergure à Tébessa
37 terroristes abattus
 
Par A. Lemili
 
Les massifs et les maquis de Tébessa sont depuis dimanche l’objet d’une opération de ratissage de grande envergure, notamment dans les régions de Tlydjène et Chéria, suite à l’embuscade dans laquelle 22 membres des GLD ont trouvé la mort.
Les services de sécurité ont recouru à un très fort pilonnage par l’aviation et dépêché des troupes au sol fortement équipées : lunettes à infrarouge, FM et RPG ainsi que des lances-grenades.
 
Selon nos informations, parmi les terroristes abattus figurent trois émirs. Il s’agirait de Belkhodja Mourad, 29 ans, originaire de Tissemsilt (ex-membre actif du parti dissous), Guedouar Labaci, 33 ans, originaire de Mechria, et Aït Bélaïd, 32 ans. Les identifications ont été effectuées au vu des documents saisis sur leurs cadavres.
L’identification du reste des terroristes abattus est en cours.
 
Par ailleurs, les forces combinées ont pu découvrir dans le secteur de Djorf des casemates regorgeant d’armes, de vivres et médicaments, de vêtements neufs, de carburant, de matériel audio, six bombes artisanales prêtes à l’utilisation, des cassettes subversives mais surtout de matières entrant dans la fabrication d’explosifs, notamment du C4, un explosif très puissant. 29 armes ont été récupérées sur les terroristes, dont dix dérobées aux victimes de l’embuscade : 10 kalachnikovs, 6 Seminov, 3 fusils à pompe et 6 PA Makarov, 4 Beretta 7,65 mm.

Il n’en demeure pas moins que le refuge de l’émir Abderezak n’a pas encore été découvert malgré les renseignements pris auprès d’éléments tunisiens, activistes  d’Ennahda, le parti extrémiste tunisien, qui faisaient partie du groupe terroriste.

 
A. L.
 
COMMENTAIRE:
 
Nous constatons une différence de taille entre la nouvelle rapportée par le quotidien algérien et le contenu de la dépéche de l’agence france presse.
Le journal ne parle pas d’ “ISLAMISTES TUNISIENS ABATTUS” parmi les victimes mais de “L’EXISTENCE” d’éléments tunisiens, activistes d’Ennahdha, dans le groupe selon les dires du “le jeune indépendant”!
Il s’agit d’une certaine différence entre les deux choses! 

 

DES MOTS CONTRE LES BALLES

Par Taoufik Ben Brik

 03 Mai 2001 – INTERNATIONAL

· l’occasion de la 11e Journée internationale de la liberté de la presse, le journaliste tunisien Taoufik Ben Brik, persécuté jusque l’an dernier par le régime du président Ben Ali, évoque, en exclusivité pour l’Humanité, l’espoir que représente sa victoire sur l’arbitraire, la sienne et aussi, dit-il, celle des journalistes, des opinions publiques qui l’ont soutenu.

Par Taoufik Ben Brik

Le 3 mai, Journée internationale de la liberté de la presse, a toujours été un anniversaire de lamentations. On pleure les journalistes disparus, on compte nos prisonniers et montre du doigt les prédateurs de la presse. Pour une fois qu’on peut fêter cet anniversaire dans la liesse et clamer notre victoire sur les silences qui gouvernent, on ne va pas bouder notre plaisir. D’autant que cette victoire nous vient d’un pays, la Tunisie, dont on disait :  » Si en Algérie on assassine les journalistes, en Tunisie on a assassiné le journalisme.  »

3 mai 2001. Premier anniversaire de la victoire de la Tunisie militante sur le front de la propagande. Le 3 mai du siècle dernier, la Tunisie, par on ne sait quel sortilège, est devenue une image planétaire, un commentaire, un reportage écrits dans toutes les langues mortes et vivantes. Ben Ali, sur le podium des tyranneaux, reçoit sa médaille d’or, devançant d’une tête Milosevic et autres Sadam. La victoire a été totale et sans équivoque. Inouïe ! Comme le sont toutes les victoires gagnées par les David contre les Goliath.

Lorsque Ben Ali, dès son ascension en 1987, a fait régner l’omerta, la loi du silence, on avait que dalle. Tout ce qui pouvait colporter l’information, les nouvelles, la pensée a été brûlé au napalm : presse écrite, radio, TV, livres, théâtre, cinéma, musique, festivals, meetings, manifestations de rue. Tous les relais de la société, ces traditionnelles caisses de résonance de la vox populi, ont été disloqués (syndicats, associations, partis, ordres professionnels, mosquées.). Qu’un quidam soit torturé dans les locaux d’un commissariat d’une sous-préfecture, qu’une émeute éclate pour des raisons obscures de hausse du prix du pain, qu’une grève sauvage se déclare dans les mines du Nord-Ouest, on en entendra parler qu’une dizaine d’années après. Si jamais un journaliste farfelu ou un observateur de Human Rights Watch ou d’Amnesty International débarque dans ce bled perdu et pourri pour collecter l’information et enjoliver ses rapports indigestes. Nous étions isolés dans des enclos calfeutrés où rien ne passait, ni lumière ni son. En face, Ben Ali, pour que perdure le temps du silence, s’est doté d’une machine de propagande redoutable : des boîtes à penser, une police des idées et des agents, par tout le monde, pour blanchir son ignominie. Tout est mijoté au Palais : les trains qui arrivent à l’heure, le banquier qui mord le chien, l’enfant qui agonise dans un puits. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil au pays de l’Artisan du Changement.

Au début du règne sans partage, de la parole unique du Résident de Carthage, la résistance tâtonnait, piétinait, se mordait la queue. Désespérément frêle. Il y a eu quelques optimistes qui, face à l’arsenal médiatique moderne et soldatesque de Ben Ali, ont utilisé des samizdats, des tracts, des graffitis, des journaux muraux, des pétitions, un humour assassin et la photocopie à gogo, sous le manteau pour contourner la palissade. Comme durant l’Intifada, un jet de pierre contre une rafale de balles réelles. Miracle, cette résistance chétive et peu prometteuse a enfanté petit à petit, dans la douleur, des poches de liberté où se côtoient des maquisards trempés dans l’art de guerroyer avec des mots. Des véritables stratèges de la parole et des médias. Des sous-commandants Marcos.

Au tout début, en 1992, lorsque tout le monde croyait Ben Ali invincible, Nejib Hosni, ce prince du barreau, à partir de son Kef natal, au nord-ouest du pays, bazarde l’information, vend la mèche et ouvre une brèche dans la citadelle de Macbeth. Ce fut notre Stalingrad. On a semé le doute autour de cette Tunisie qui chante et danse. Fin 1994, un petit chef de bande, Mohamed Hedi Sassi, un prisonnier politique soupçonné d’appartenance au Parti ouvrier communiste tunisien (POCT), une sorte de Luc la Main Froide, refuse de se soumettre aux humiliations de ses geôliers et tient bon jusqu’à ce que Ben Ali ordonne une enquête, annoncée par la télévision étatique. Ben Ali recule. · partir de 1998, la Tunisie militante sort de sa léthargie. Mi-juin, un groupe de jeunes avocats dirigé par Chwaki Tabib, un militant bon teint qui ne paie pas de mine, trop modéré, se lance à la conquête de l’Association tunisienne des jeunes avocats. C’est la première fois que l’on fait déloger les hommes du président d’une position stratégique et qu’on y plante notre drapeau. Le mythe de Tsahal s’est effondré. Le 10 décembre 1998, une quarantaine de personnalités, issues pour la plupart de la petite bourgeoisie scolarisée, défie le régime et proclame la constitution du Conseil national pour les libertés tunisiennes (CNLT). Le 12 décembre, alors que tout le monde avait déjà rédigé son épitaphe, le mouvement étudiant redresse la tête et déclenche une vaste vague de protestation. Les autorités arrêtent les sept meneurs et leur concoctent un procès sur mesure. Mais sous la pression de la rue, le pouvoir fait marche arrière et les libère.  » Les étudiants font plier Ben Ali  » titrent les médias. Début 1999, des jeunes lycéens, dans les villes du Centre et du Sud-Ouest, font vaciller le pouvoir local. Avril de la même année : une dissidence syndicale affiche de plus en plus clairement son désir de croiser le fer avec un régime qui a miné de l’intérieur l’Union générale des travailleurs tunisiens en lui imposant une direction ripoux. Le 15 mai 1999, lors du procès de Radhia Nassraoui, célèbre avocate des prisonniers d’opinion, inculpée dans une affaire d’association de malfaiteurs avec vingt autres personnes accusées d’appartenir au POCT, le régime met lui-même en scène ce qu’il ne veut pas laisser voir. Une délégation armée de stylos, de magnétophones et d’appareils photos rendra compte de ce procès métamorphosé en procès du régime. Il faut attendre mars 2000 pour que le CNLT, avec ses deux rapports sur les prisons et l’état des libertés en Tunisie, déclenche une offensive totale et concertée contre la propagande dépeignant la Tunisie comme un havre de paix. C’est le débarquement en Normandie.

Le 3 avril 2000, marcher sur Carthage est à notre portée. Toute la presse internationale est à nos côtés, à commencer par la presse suisse qui dès le 8 avril a ouvert les représailles. Fabrice Boulé d’Infosud, Laurence Bezaguet de la Tribune de Genève, Michael Roy du Courrier de Genève réduisent à néant les lignes rouges du régime. Le jour même, Baudouin Loïs du Soir de Belgique fait survoler ses mots furtifs au-dessus de Carthage. Le 12, l’entrée en scène de la presse algérienne, marocaine, libanaise, égyptienne illumine le ciel du Palais. Dans ce combat inégal des mots contre des balles, l’entrée de la presse française, devenue notre presse nationale, sonne comme l’entrée de la VIe armée américaine dans la Seconde Guerre mondiale. Pour les Tunisiens, un Daniel Mermet, de France-Inter, avec son micro, est une division de parachutistes, une Florence Aubenas de Libération, est notre aile gauche qui peut foutre la merde dans les rangs de l’ennemi, un Nicolas Beau du Canard enchaîné, un Jean-Pierre Tuquoi du Monde ou un Hassan Zerrouki de l’Humanité sont les fantassins qui nous font gagner du terrain. Quinze amis : Berlin est occupé et tous les Goebbels du Palais ont capitulé…

 

ÛíÇÈ ááÇÈÏÇÚ æÍÖæÑ ááÅäÊåÇßÇÊ

ÇáßÊÈ ÇáÚÑÈíÉ ßÇäÊ äÇÏÑÉ Ýí ãÚÑÖ ÌäíÝ áßä ÓÌá ÇáÇäÊåÇßÇÊ ÇáÚÑÈíÉ áÍÞæÞ ÇáÇäÓÇä ßÇä ÍÇÖÑÇ ÈÞæÉ [SRI]
ÇÛáÞ ãÚÑÖ ÇáßÊÇÈ ÇáÏæáí ÈÌäíÝ ÃÈæÇÈå ãÓÇÁ ÇáËáÇËÇÁ ÈÚÏ Ãä ÓÌá ÑÞãÇ ÞíÇÓíÇ Ýí ÚÏÏ ÇáÒæÇÑ ÇáÐíä ÊÌÇæÒæÇ ÇáãÇÆÉ æÚÔÑíä ÃáÝ ÔÎÕ æãÔÇÑßÉ ÚÇÑÖíä ãä ÎãÓíä ÏæáÉ áßä ÇáÍÖæÑ ÇáÚÑÈí Ýíå ßÇä ãËíÑÇ ááÅÓÊÛÑÇÈ æÇáÃÓÝ

 

ÇáÊæÞíÊ ÇáãÍáí ÇáÓæíÓÑí 23:45, ÇáÌãÚÉ 04.05.2001

 
ÝÝí Ííä ÇÓÊãÑ ÛíÇÈ ÇáÇäÊÇÌ ÇáËÞÇÝí ÇáÚÑÈí æÇáÅÓáÇãí Úä ÃßÈÑ ÊÙÇåÑÉ ÝßÑíÉ æËÞÇÝíÉ Ýí ÓæíÓÑÇ¡ ÊæáÊ ãäÙãÇÊ ãÏÇÝÚÉ Úä ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä Ãæ ÊíÇÑÇÊ ãÚÇÑÖÉ áÈÚÖ ÇáÃäÙãÉ ÇáÚÑÈíÉ Çæ ØæÇÆÝ ÏíäíÉ ãäÔÞÉ ÅÈÑÇÒ ÌæÇäÈ ÓáÈíÉ Úä ÇáÃæÖÇÚ ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ ÚãæãÇ.

ÇáãÚÑÖ ÇáÏæáí ááßÊÇÈ æÇáÕÍÇÝÉ ÃÛáÞ ÃÈæÇÈå ãÓÇÁ ÇáËáÇËÇÁ ÈÊÍÞíÞ ÑÞã ÞíÇÓí ÌÏíÏ Ýí ÚÏÏ ÇáÒæÇÑ¡ ÊÚÏì ÇáãÇÆÉ æÚÔÑíä ÃáÝ ÒÇÆÑ¡ ÞÏã ÞÓã ãäåã ãä ÎÇÑÌ ÓæíÓÑÇ. æÞÏ ÓÌáÊ ÒíÇÏÉ Ýí ÚÏÏ ÇáÏæá ÇáãÔÇÑßÉ ÈÍíË ÝÇÞÊ ÇáÎãÓíä ÈáÏÇ. æÚáì ÇáÑÛã ãä Ãä ÇáãÚÑÖ íÎÊÕ ÃÓÇÓÇ ÈÇáßÊÇÈ ÇáäÇØÞ ÈÇáÝÑäÓíÉ ÅáÇ Çä ÈáÏÇäÇ ÈÚíäåÇ ÍÑÕÊ ãäÐ ÇäØáÇÞÊå ÞÈá ÎãÓÉ ÚÔÑ ÚÇãÇ¡ Úáì ÇáÇÍÊÝÇÙ ÈãÔÇÑßÉ ÑãÒíÉ ÍÊì Ýí Ùá ÛíÇÈ ÝÇÆÏÉ ÊÌÇÑíÉ ãÌÒíÉ.

ãä åÐå ÇáÈáÏÇä íãßä ÐßÑ ÅÓÑÇÆíá ÇáÊí ÊÔÇÑß ÓäæíÇ ÈÌäÇÍ ÑÓãí æÈÃÌäÍÉ áÏæÑ äÔÑ ÚÈÑíÉ¡ ÈÇáÅÖÇÝÉ Åáì ãÔÇÑßÉ ãÊæÇÕáÉ ãä ØÑÝ ÈÚÖ Ïæá ÃæÑÈÇ ÇáÔÑÞíÉ ãËá ÑæãÇäíÇ æÇáãÌÑ æÊÔíßíÇ æÛíÑåÇ.

Ýí ãÞÇÈá Ðáß äáÇÍÙ Ãä ÇáãÔÇÑßÉ ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ ÇáÊí ßÇäÊ Ýí ÇáÈÏÇíÉ ãÍÊÔãÉ æãÞÊÕÑÉ Úáì ãÔÇÑßÉ ÌÒÇÆÑíÉ æÊæäÓíÉ æÅíÑÇäíÉ¡ ÊæÇÕáÊ ÎáÇá ÇáÓäæÇÊ ÇáãÇÖíÉ ÈãÔÇÑßÉ áíÈíÉ « áãÑßÒ ÏÑÇÓÇÊ ÇáßÊÇÈ ÇáÃÎÖÑ » æÌäÇÍíä ááãáßÉ ÇáÚÑÈíÉ ÇáÓÚæÏíÉ ÃÍÏåãÇ áæÒÇÑÉ ÇáãÚÇÑÝ æÇáËÇäí áæÒÇÑÉ ÇáÃæÞÇÝ¡ ÅáÇ Ãä åÐå ÇáÓäÉ ÔåÏÊ ÇäÍÓÇÑ åÐÇ ÇáÍÖæÑ æÇÞÊÕÇÑå Úáì ÌäÇÍ ÊÇÈÚ á »ãÑßÒ ÏÑÇÓÇÊ ÇáßÊÇÈ ÇáÃÎÖÑ ».

æÞÏ ÍÇæáÊ ÈÚÖ ÇáÌãÚíÇÊ ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ ÊÛØíÉ åÐÇ ÇáäÞÕ ÈÍÓÈ ÞÏÑÇÊåÇ æÊæÌåÇÊåÇ ÇáÓíÇÓíÉ æÇáØÇÆÝíÉ. äÐßÑ ãäåÇ Úáì ÓÈíá ÇáãËÇá ãäÙãÉ  » åÌÑÉ  » ÛíÑ ÇáÍßæãíÉ ÇáãÞÑÈÉ ãä ÇáÃæÓÇØ ÇáÅÓáÇãíÉ¡ æÇáÊí ÊÏÚã ØÇáÈí ÇááÌæÁ ÇáÞÇÏãíä ãä ÈáÏÇä ÇáãÛÑÈ ÇáÚÑÈí¡ ÅÖÇÝÉ Åáì ÇáÌãÚíÉ ÇáËÞÇÝíÉ ááäÓÇÁ ÇáãÓáãÇÊ Ýí ÓæíÓÑÇ¡ æÇáÌãÚíÇÊ ÇáÓæíÓÑíÉ ÇáÏÇÚãÉ ááÔÚÈ ÇáÝáÓØíäí.

æÞÏ áæÍÙ Ýí ÇáÃÚæÇã ÇáÞáíáÉ ÇáãÇÖíÉ ÍÖæÑ ãÊäÇã æãÊÚÏÏ ÇááÛÇÊ áÊíÇÑÇÊ Ãæ ØæÇÆÝ ÏíäíÉ ãËá « ÇáÃÍãÏíÉ  » æ »ÇáÈåÇÆíÉ » Ýí ÃÌäÍÉ ÝÎãÉ æÌÐÇÈÉ ããÇ íËíÑ ÊÓÇÄáÇ ãÔÑæÚÇ íÑÏÏå ÇáÈÚÖ Ýí ãËá åÐå ÇáãäÇÓÈÉ ãä ßá ÚÇã: « Ãáã ÊÚÏ ÇáÏæá ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ ÛíæÑÉ Úáì ËÞÇÝÊåÇ æÑÇÛÈÉ Ýí ÅÈÑÇÒåÇ ÎÇÑÌ ÍÏæÏåÇ¿

æÈÇáÊÇáí ÃáíÓÊ ÇáÏæá ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ¡ ÇáÊí ÊÔßæ ÚÇÏÉ ãä « ÊÔæíå ÇáÅÚáÇã ÇáÛÑÈí ááÕæÑÉ ÇáãäÞæáÉ ÚäåÇ » ãÓÄæáÉ Úä ÊÝæíÊ ÝÑÕÉ ÚÑÖ ÈÚÖ ãä ÇáÌæÇäÈ ÇáÅíÌÇÈíÉ ÇáÞáíáÉ ÇáãÊæÝÑÉ áÏíåÇ Åáì äÝÓ åÐÇ ÇáÅÚáÇã¿ Ëã ÃáÇ ÊÔÚÑ åÐå ÇáÏæá ÈÇáãÓÆæáíÉ Úä ÊæÝíÑ ÝÑÕÉ ááãæÇØä ÇáÚÑÈí æÇáãÓáã ÇáãÞíã Ýí ÓæíÓÑÇ ááÊæÇÕá ãÚ ËÞÇÝÊå¡ ÚáãÇ Ãä ÚÏÏ ÇáÚÑÈ æÇáãÓáãíä íÝæÞ ÈßËíÑ ÚÏÏ ÑÚÇíÇ ÈÚÖ Ïæá ÃæÑæÈÇ ÇáÔÑÞíÉ ÇáÊí áÇ ÊÊÎáÝ Úä åÐÇ ÇáãæÚÏ ÇáËÞÇÝí ÇáåÇã¿


ÍÖæÑ ÚÑÈí Ýí ãÌÇá ÇäÊåÇß ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä
ÅÐÇ ßÇäÊ ÇáÏæá ÇáÚÑÈíÉ æÇáÅÓáÇãíÉ ÛÇÆÈÉ Úä ÇáÇÈÏÇÚ Ýí ÇáãíÏÇä ÇáËÞÇÝí Ýí ãÚÑÖ ÇáßÊÇÈ ÈÌäíÝ ÝÅä ÇáÚÏíÏ ãä ÒæÇÑå ÃÊíÍÊ áåã ÝÑÕÉ ÇáÅØáÇÚ Úáì ÌÇäÈ áÇ íÓÊåÇä Èå ãä ÇäÊåÇßÇÊ ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä Ýí åÐå ÇáÏæá¡ ãä ÎáÇá äÏæÇÊ æÔåÇÏÇÊ ÇÍÊÖäåÇ ÌäÇÍ ãäÙãÉ ÇáÚÝæ ÇáÏæáíÉ ÇáÊí ßÇäÊ ÖíÝ ÇáÔÑÝ Ýí ÏæÑÉ åÐÇ ÇáÚÇã Åáì ÌÇäÈ ÇáÈÑÊÛÇá.

ÇáÌãåæÑ ÇáÓæíÓÑí ÇÓÊãÚ ÎáÇá ÃíÇã ÇáãÚÑÖ Åáì ÔåÇÏÉ ÇáãäÇÖáÉ ÇááÈäÇäíÉ Óåì ÈÔÇÑÉ ÚãÇ ÊÚÑÖÊ Åáíå Ýí ãÚÊÞá ÇáÎíÇã æÅáì ÔåÇÏÉ ÇáãÍÇãí ÇáÌÒÇÆÑí ÑÔíÏ ãÓáí ÇáãÚÑæÝ ÈäÔÇØå Ýí ãÌÇá ÇáÏÝÇÚ Úä ÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä Ýí ÈáÇÏå ÞÈá Ãä íÊÚÑÖ ááãÖÇíÞÇÊ æÇáÊåÏíÏ ÈÇáÞÊá æíÓÊÞÑ Ýí ÓæíÓÑÇ ßØÇáÈ áÌæÁ ÓíÇÓí.

ßãÇ ÇÓÊÚÑÖ ÇáØÇáÈÇä ÇáÊæäÓíÇä ÅíãÇä ÏÑæíÔ æäæÑ ÇáÏíä Èä äÊíÔÉ ãÇ ÊÚÑÖÇ áå ãä ÊÚÐíÈ Úáì ÃíÏí ÃÌåÒÉ ÇáÃãä ÇáÊæäÓíÉ áßæäåãÇ ãä ÇáäÞÇÈííä ÇáãÏÇÝÚíä Úä ÍÞæÞ ÇáØáÈÉ.

ÃãÇ ÇáãæÇØä ÇáÕÍÑÇæí ãÍãÏ Èäøæ ÇáÐí ÐÇÞ ãÑÇÑÉ ÇáÇÚÊÞÇá áãÔÇÑßÊå Ýí ÇáãØÇáÈÉ ÈÇáÅÝÑÇÌ Úä ÇáãÚÊÞáíä ÇáÕÍÑÇæííä¡ ÝÞÏ ÇÓÊÚÑÖ Ýí ÔåÇÏÊå ãÇ ãæÑÓ Úáíå ãä ÊÚÐíÈ Ýí ÇáÓÌæä ÇáãÛÑÈíÉ æãÇÚÇíäå ÔÎÕíÇ ãä ÇäÊåÇßÇÊ áÍÞæÞ ÇáÅäÓÇä Ýí ãÎíãÇÊ ÇááÇÌÆíä ÇáÕÍÑÇæííä Ýí ÊíäÏæÝ ÛÑÈ ÇáÌÒÇÆÑ¡ ÞÈá Ãä íÓÊÞÑ åæ ÇáÂÎÑ ßáÇÌÆ Ýí ÓæíÓÑÇ.

æÈÅãßÇäßã ÇáÇÓÊãÇÚ Åáì Ãåã ãÇ ÌÇÁ Ýí åÐå ÇáÔåÇÏÇÊ ãä ÎáÇá ÇáÊÓÌíá ÇáÕæÊí ÇáãÕÇÍÈ áåÐÇ ÇáÊÞÑíÑ.

ãÍãÏ ÔÑíÝ – ÌäíÝ


02.05.2001 – 17:22

 

 

ÇáãæÓã ÇáÇÍÊÑÇÝí ÇáÃæá ÝÔá.

 ÇáÏæÑí ÇáÊæäÓí … áÇ áÚÈ æáÇ ÝÑÌÉ æáÇ åã íÍÒäæä !

 

ÈÞáã: ãÇåÑ ÚÈÏ ÇáÌáíá 

(äÞáÇ Úä ÕÍíÝÉ ÇáÍíÇÉ áíæã 2 ãÇí 2001.)

æÏÚ ÇáÊæÇäÓÉ ÇáÏæÑí ÇáãÍáí ÇáÍÇáí ÈÇßÑÇð æÓØ ÍÇá ãä ÇááÇãÈÇáÇÉ ÌãÇåíÑíÇð ÚßÓÊ Ýí ÈÇØäåÇ ãÔÇÚÑ ãáÊåÈÉ ãä ÇáÇÓÊíÇÁ æÇáÍÓÑÉ áãÇ ÂáÊ Çáíå ßÑÉ ÇáÞÏã ÇáÊæäÓíÉ ãÍáíÇð æÊÑÇÌÚ ÇÓãåÇ ÚÑÈíÇð æÞÇÑíÇð æÏæáíÇð Ýí ÈÏÇíÉ ÇáÃáÝíÉ ÇáÌÏíÏÉ æÝí ÇáãæÓã ÇáÃæá ááÇÍÊÑÇÝ ÇáÊæäÓí.


æÊæÌ ÇáÊÑÌí ÇáÊæäÓí ÈáÞÈ ÇáÏæÑí ÍÇÕÏÇð ßá ÇáÃáÞÇÈ ÇáÝÑÚíÉ¡ ÝÞÏ ÌãÚ 57 äÞØÉ Ýí 22 ãÈÇÑÇÉ ãÊÞÏãÇð Úáí ÇáæÕíÝ ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí ÈÜ19 äÞØÉ æÊáß Ãæáí ÇáãÝÇÑÞÇÊ¡ ÝÝí ÃßËÑ ÈØæáÇÊ ÇáÚÇáã ÈÏÇÆíÉ¡ ãä ÇáÕÚÈ ÍÕæá ãËá åÐÇ ÇáÝÇÑÞ ÇáßÈíÑ Èíä ÇáÈØá æÇáæÕíÝ ãÇ íÚßÓ ÍÇá ãä ÛíÇÈ ÇáÊæÇÒä æÇäÚÏÇã ÇáÊäÇÝÓ ÇáÐí åæ ÑãÒ áßÑÉ ÇáÞÏã æíãËá ÇáãÐÇÞ ÇáÍáæ ÝíåÇ. æÌÇÁÊ ÇäÏíÉ ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí æÇáäÇÏí ÇáÇÝÑíÞí æÇáäÇÏí ÇáÕÝÇÞÓí Ýí ÇáãÑÇÊÈ ÇáÃæáí ÈÚÏ ÇáÊÑÌí ØÈÚÇð¡ ããÇ ÓíÓãÍ áåÇ ÈÇáãÔÇÑßÉ Ýí ÇáãÓÇÈÞÇÊ ÇáÚÑÈíÉ æÇáÇÝÑíÞíÉ… áßä åÐå ÇáãÔÇÑßÉ áÇ ÊÚäí ÔíÆÇð áÌãÇåíÑåÇ áÃä åÐå ÇáÃäÏíÉ ÚÌÒÊ Úä åÒíãÉ ÇáÊÑÌí Çæ ÇáÊäÇÝÓ ãÚå ÈäÏíÉ áÃÑÈÚÉ ãæÇÓã ãÊÊÇáíÉ… ÝßíÝ áåÇ Çä ÊæÇÌå ÇáÃäÏíÉ ÇáÇÝÑíÞíÉ æÇáÚÑÈíÉ¿

 
áÞÏ ßÇäÊ ãÃÓÇÉ ÇáÕÝÇÞÓí Ýí ßÃÓ ÇáäÎÈÉ ÇáÚÑÈíÉ ÇáÃÎíÑÉ ÎíÑ ÔÇåÏ Úáí ÚÌÒ ÇáÃäÏíÉ ÇáÊæäÓíÉ¡ ÇÐ ÊßÈÏå ËáÇË åÒÇÆã ËÞíáÉ æåæ ÇáÐí íãáß ÃÝÖá ÑÕíÏ ÈÔÑí ãä ÇááÇÚÈíä ÇáãÍáííä æÇáÇÌÇäÈ.
æÊÊÚÐÑ ÇáÌãÇåíÑ ÇáÊæäÓíÉ ÈÃä ÇáÏæÑí ÇáãÍáí ÈÃäÏíÊå ÇáÜ12 æÌæáÇÊå ÇáÜ22 áã íÚÑÝ ãä ÇáßÑÉ æÇááÚÈ Óæí ÔæØ æÇÍÏ ÌãÚ Èíä ÇáÃÎæÉ – ÇáÇÚÏÇÁ ÇáÊÑÌí æÇáÇÝÑíÞí ÇáÐí ßÇÏ íØíÍ ÈÇáÇÎíÑ áæáÇ ÇáÎÈÑÉ ÇáÊí ÃÍÏËÊ ÇáÝÇÑÞ æÍÇÝÙÊ Úáí ÚÐÑíÉ äÇÏí ÈÇÈ ÓæíÞÉ ÇáÐí ÇÍÊÝÙ ÈÓÌáå ÎÇáíÇð ãä ÇáåÒÇÆã ËáÇË ÓäæÇÊ ãÊÊÇáíÉ!

æÊÏÍÑÌ äÇÏíÇ ÔÈíÈÉ ÇáÞíÑæÇä æÌãÚíÉ ÌÑÈÉ Çáí ÇáÏÑÌÉ ÇáËÇäíÉ¡ Ýí Ííä Êãßä ÍãÇã ÇáÃäÝ æÇæáãÈíß ãÏäíä ãä ÇáÚæÏÉ Çáí ÇáÏæÑí ÇáããÊÇÒ. æÇÐÇ ßÇä ÓÞæØ ÌãÚíÉ ÌÑÈÉ áã íßä ãÓÊÈÚÏÇð¡ ÝÅä ÇäÍÏÇÑ ÔÈíÈÉ ÇáÞíÑæÇä¡ ÇÍÏ ÇáÃäÏíÉ ÇáÚÑíÞÉ ÇáÊí ÃäÌÈÊ ÃÌíÇáÇð ãä ÇááÇÚÈíä ÇáßÈÇÑ ÃÈÑÒåã ÎãíÓ ÇáÚÈíÏí æãÑÇÏ ÇáÚÞÈí¡ ÏÝÚ Çáí ÇáÊÓÇÄá Úä æÌåÉ ÇáÃäÏíÉ ÇáãÍáíÉ Ýí ÈÏÇíÉ ÚÕÑ ÇáÇÍÊÑÇÝ.

 

ÝÈÇáÃãÓ ÓÞØ ÇáÍÏíÏ ÇáÕÝÇÞÓí æãÓÊÞÈá ÇáãÑÓí¡ æÇáíæã ÔÈíÉ ÇáÞíÑæÇä æßáåÇ ÃäÏíÉ ÊÚÌ ÈÇáãæÇÌÈ ÇáßÑæíÉ áßäåÇ áã ÊÊãßä ãä Ýåã ØÈíÚÉ ÇáãÑÍáÉ ÇáÌÏíÏÉ ÇáÊí ÊÍÊÇÌ ÃæáÇð æÃÎíÑÇð ÑÕíÏÇð ãåãÇð ãä ÇáÃãæÇá æÇáÃäÝÓ ÇáÊí ÊÚÑÝ ãä Ãíä ÊÃßá ÇáßÊÝ. ÝÔÈíÈÉ ÇáÞíÑæÇä ÝÑØ ãäÐ ÈÏÇíÉ ÇáãæÓã Ýí ÃÈÑÒ áÇÚÈíå Çáí ÇáÃÎ ÇáÃßÈÑ æÇáÌÇÑ ÈÇáÌÛÑÇÝíÇ ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí¡ Èá Çä ÃÑÝÚ ÕÝÞÉ ÇäÊÞÇá Ýí ÇáãæÓã æÇáÊí ÈáÛÊ 325 ÇáÝ ÏíäÇÑ ßÇäÊ ãä äÕíÈ ÃÍÏ ãÏÇÝÚíå ÇáÐí ÊÍæá Çáí ÇáäÌãÉ ÇáÍãÑÇÁ. æÞÏ ÃÞÏãÊ ÑÆÇÓÉ ÇáÔÈíÈÉ Úáí Ðáß áÊÊãßä ãä ÊæÝíÑ ÍÇÌÇÊåÇ ÇáãÇáíÉ¡ ÝßÇä Çä ÎÓÑÊ ÇáÑåÇä ÇáÈÔÑí æãßÇäåÇ Ýí ÇáÏæÑí ÇáããÊÇÒ.

 
æÍÕá áÇÚÈ ÇáãáÚÈ ÇáÊæäÓí ÇÓÇãÉ ÇáÓáÇÓí Úáí áÞÈ ÃÝÖá ÇáåÏÇÝíä ÈÊÓÌíáå 11 åÏÝÇð¡ æåí ÍÕíáÉ åÒíáÉ ÊÚßÓ ÇáäÒÚÉ ÇáÏÝÇÚíÉ ááÃäÏíÉ æÛíÇÈ ãåÇÌãíä ÞÇÏÑíä Úáí ÇáÊåÏíÝ. æÇÐÇ ßÇäÊ åÐå ÇáÇÔßÇáíÉ áÇ ÊÚÏ ÍÇá ÊæäÓíÉ Èá ÙÇåÑÉ ÊÚÇäí ãäåÇ ßÑÉ ÇáÞÏã ÇáÚÇáãíÉ¡ ÝÇä ÇäÚßÇÓÇÊåÇ ÌÏ ãÄËÑÉ Úáí ãäÊÎÈ ÊæäÓ ÇáÐí ÊäÊÙÑå ÇÓÊÍÞÇÞÇÊ ãåãÉ Úáí ÏÑÈ ßÃÓí ÇÝÑíÞíÇ æÇáÚÇáã. æÌÇÁ áÇÚÈ ÇáÊÑÌí ÇáÊæäÓí ÇÏíáÊæä Ãæá áÇÚÈ ÇÌäÈí Ýí ÊÑÊíÈ ÇáåÏÇÝíä ÈÊÓÌíáå 7 ÃåÏÇÝ. æÔåÏÊ ÈÏÇíÉ ÇáãæÓã ãæÌÉ ßÈíÑÉ ãä ÇááÇÚÈíä ÇáÈÑÇÒíáííä¡ ãä ÇáÏÑÌÉ ÇáËÇäíÉ ØÈÚÇð¡ æÕáÊ Çáí ÊæäÓ æÇÏÊ Çáí ÇäÍÓÇÑÞíãÉ ÇááÇÚÈíä ÇáÇÝÇÑÞÉ æÇáÍÖæÑ ÇáÚÑÈí. æáßä åÐÇ ÇáÊæÌå äÍæ ÇáãÏÑÓÉ ÇáÈÑÇÒíáíÉ ÃÈÑÒ ãÍÏæÏíÊå ÍíË áã ÊÌä ÇáÃäÏíÉ ãäå Óæí åÏÑ ÇáÇãßÇäÇÊ ÇáãÇáíÉ ææÌÚ ÇáÑÃÓ.

 

 ÝÈÚÏ ãÛÇÏÑÉ ÇááÇÚÈ ÇáÈÑÇÒíáí ÓíáÝÇ Ïí ÓÇäÊæÓ ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí Çáí äÇÏí ÓæÔæ ÇáÝÑäÓí¡ áã íÊãßä ÇÈäÇÁ æØäå ãä ÊÞÏíã Çí ÇÖÇÝÉ. ÃãÇ ÇáßæäÛæáí ÇáÚÇÆÏ ááÕÝÇÞÓí Ìæä ÈäÒÇ ÝíÈÏæ Çä ÇáÏæÑí ÇáÃáãÇäí ÇÓÊäÝÏ ßá ÇãßÇäÇÊå æØÇÞÇÊå¡ æáã íÈÞ áå ãä ÇáäÓÑ ÇáÓÑíÚ Óæí ÇááÞÈ.

 æíÈÞí ÇááíÈí ØÇÑÞ ÇáÊÇíÈ ãÚÖáÉ ãÓÊÚÕíÉ Úä ÇáÝåã Ýáã íÊãßä ãä ÇáÊÃÞáã áÇ ãÚ ÇáÕÝÇÞÓí æáÇ ãÚ ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí æÞÖí ãæÇÓã Ýí ÊæäÓ ãÇ Èíä ÇáÝäÇÏÞ æãÞÇÚÏ ÇáÇÍÊíÇØ ÝÐåÈÊ ÈÐáß ãæåÈÉ ÚÑÈíÉ ÍÞíÞíÉ ãä ÇáÒãä ÇáÖÇÆÚ… ÇÏÑÇÌ ÇáÑíÇÍ.


æÇááÇÝÊ Çä ÇááÇÚÈíä ÇáÃÌÇäÈ Ýí ÊæäÓ íÔÊßæä ÏÇÆãÇð ãä ÊÍÑÔ ÇáãÍáííä Èåã æÇÓÊäÝÒÇÒåã¡ æÝí Ðáß ÔíÁ ãä ÇáÕÍÉ ÝÇááÇÚÈ ÚÈÏ ÇáÞÇÏÑ ßÇÊíÇ ÇÔÊÑÇå ÇáäÌã ÇáÓÇÍáí ÈÃßËÑ ãä 500 ÇáÝ ÏíäÇÑ Ëã ÇÞÕí Ýí Ãæá ãÈÇÑÇÉ¡ æÝÖá ÈÚÏåÇ Ýí ÇáÇäÏãÇÌ ãÚ ÈÇÞí ÚäÇÕÑ ÝÑíÞå.

 

æÇÐÇ ßÇäÊ ÇÈÑÒ ÓãÇÊ åÐÇ ÇáãæÓã åí ÝÔá ÇááÇÚÈíä ÇáÇÌÇäÈ¡ ÝÇä ÇáÇãÑ áã íÎÊáÝ ßËíÑÇð Úáí ÕÚíÏ ÇáãÏÑÈíä. Ýãä ÇÌãÇáí ÇáãÏÑÈíä ÃÌÇäÈ áã íÊÃáÞ Óæí ÇáÝÑäÓí ÇíßÓÈÑíÇ ãÏÑÈ ÇáÇÝÑíÞí¡ æÇáÌÒÇÆÑí Úáí ÇáÝÑÞÇäí ãÏÑÈ ÇáÇÊÍÇÏ ÇáãäÓÊíÑí. Ýåá ÊÚßÓ åÐå ÇáÍÇá ãä ÇáÚÏÇÁ ááÃÌÇäÈ¡ ãÖÇÝÇð ÇáíåÇ ÊÏäí ÇáÞÏÑÉ ÇáÊäÇÝÓíÉ ááÝÑÞ ãÄÔÑÇð æÇÖÍÇð áÊÞÏã ÇáßÑÉ ÇáÊæäÓíÉ ÇßËÑ äÍæ ÇáåÇæíÉ… ÎÕæÕÇð Çä ÊÌÑÈÉ ÇáÇÍÊÑÇÝ áã ÊãÓ Óæí ÑæÇÊÈ ÇááÇÚÈíä¿

 
 

Liste publiée grâce à l’aide excquise de l’association :
Freedoms Friends  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail at http://www.hotmail.com.

Yahoo! Groups Sponsor
www.newaydirect.com

To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

Accueil

Lire aussi ces articles

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.