30 novembre 2007

Home – Accueil

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2748 du 30.11.2007

 archives : www.tunisnews.net
 

 

 


Fatma Ghodhbane: Lettre ouverte de la mère du prisonnier politique Kamel Ghodhbane au Président Ben Ali

Liberté et Equité: Réunion de solidarité au local du PDP pour la libération des otages de la loi sur le terrorisme

The World Press Freedom Committee: Letter to the Tunisian Ambassador in Washington

Slim Bagga: Mezri Haddad: Hue…La barbe!!!

Bakchich : Tunisie : Les Trabelsi encore et toujours


Photos des étudiants islamistes agressés par les ultras gauchistes

 

http://www.yousendit.com/download/UXlpcmxWT01oMlhIRGc9PQ


 

Le numéro 38 de Mouwatinoun (organe du Forum Démocratique) est en ligne

http://www.fdtl.org/IMG/pdf/mouwatinoun_38.pdf

 

 


 

Lettre ouverte de la mère du prisonnier politique Kamel Ghodhbane

au Président Ben Ali

 

 Bousalem, le 27 novembre 2007 Lettre ouverte à Monsieur Zine El Abidine Ben Ali, Président de la République Tunisienne Monsieur le Président C’est à titre tout à fait exceptionnel que je vous adresse ces  quelques lignes. Je suis Fatma Ghodhbane, mère du prisonnier politique Kamel Ghodhbane. Je suis âgée de 90 ans et souhaite par ces quelques mots obtenir de vous la libération de mon fils, ce fils qui a passé une partie de sa jeunesse loin de moi en France et qui a été arrêté quelques mois après son retour en 1994. Ce fils que je n’ai jamais eu le bonheur de voir vivre auprès de moi, que l’émigration puis la prison m’ont ravi. Monsieur le Président, mon seul espoir est de revoir mon fils une seule fois dans ma vie. Je suis si âgée, fatiguée et malade, que je ne peux me rendre en prison comme par le passé pour lui rendre visite. Et quand bien même irais-je que ma vue basse et ma surdité m’empêcheraient de converser avec lui tant les visites sont courtes. Mon fils a été condamné à trente cinq ans de prison, dont il a déjà effectué treize, et il a bénéficié de remises de peine qui me font  espérer une libération prochaine. Monsieur le Président, ayez à cœur de précipiter ce jour, pour que j’aie, ne serait-ce qu’une seule fois dans ce qui me reste de temps à vivre, la joie de le serrer dans mes bras. Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’expression de ma considération et celle de mon espoir que mes vœux seront bientôt exaucés. Fatma Ghodhbane

 


 

Liberté et Equité URGENCE : sauvez la vie de l’ex prisonnier politique Ahmed Bouazizi 33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis Tel/fax : 71 340 860 Email: Liberté_équité@yahoo.fr

Réunion de solidarité au local du PDP pour la libération des otages de la loi sur le terrorisme

 

Aujourd’hui, vendredi 30 novembre 2007 à quatre heures et demi de l’après midi s’est tenue au siège du parti démocratique progressiste à Tunis une réunion politique de solidarité avec le jeune Mohammed Yassine Jlassi, incarcéré actuellement à la prison de Mornaguia en vertu de la loi sur le terrorisme. Khemaïs Chamari, militant des droits de l’homme, qui assistait à la réunion, a affirmé que la Tunisie avait ratifié nombre de conventions internationales mais qu’elle les transgressait constamment, et que ces dernières n’étaient que de l’encre sur du papier. Il a ajouté que les deux jeunes Yassine Jlassi et Zyed Fakraoui avait été adoptés par une organisation de jeunesse européenne et que cette dernière leur apportait soutien et solidarité. En conclusion, il a dit que la Tunisie devait rédiger tous les deux ans un rapport sur la situation des droits de l’homme, mais qu’aucun rapport n’avait été rédigé depuis 1991, ce qui posait bien des questions. Quant à Maître Khaled Krichi, il a concentré son intervention sur les dépassements constatés lors de la garde à vue et de l’instruction et a insisté sur l’existence de graves violations telles que la torture et les traitements dégradants. Cette réunion s’est déroulée sous le slogan lancé par le Parti démocratique progressiste : « soutenir Yassine Jlassi, c’est soutenir toute la jeunesse otage de la loi sur le terrorisme ». Des représentants de Liberté et Equité ont assisté et soutenu cette initiative. Liberté et quité […] Pour le bureau exécutif de l’organisation Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)

 

The World Press Freedom Committee
November 28, 2007

Ambassador Mohamed Nejib Hachana Embassy of Tunisia

1515 Massachussets Avenue, NW Washington, DC 20005 Tel: (202) 862 1850; Fax: (202) 862 1858 Dear Ambassador Hachana, I am writing to you to thank you for sending to our former Chairman, James Ottaway, Jr., the summary of the measures “to promote democracy and human rights” announced by President Zine El Abidine Ben Ali in a speech he delivered on November 7 to mark his twentieth anniversary in power. As a member of the International Freedom of Expression eXchange (IFEX) Tunisian Monitoring Group (TMG), the World Press Freedom Committee welcomed previous presidential measures, including the release of scores of political prisoners; and would naturally welcome any new measures to genuinely promote and protect human rights in Tunisia. Unfortunately, according to research documented by local and international human rights groups, including the IFEX-TMG – which undertook six fact-finding missions to Tunisia since January 2005, none of the highly publicized presidential measures taken over the past two decades seemed to have prevented the continuous deterioration of the basic right to freedom of expression, association, assembly and movement. Most of the IFEX-TMG recommendations were not taken into account. Its latest report was made public in April: http://campaigns.ifex.org/tmg/IFEXTMGreport_April2007.doc Such an alarming conclusion was also highlighted this year on November 13 in Washington during a conference on Tunisia held at Georgetown University Law Center. Prominent academics and international human rights researchers and six Tunisian activists of the most beleaguered and independent NGOs in the country, found it strange and saddening that Arab countries enmeshed in problems related more to social issues, illiteracy, the economy and security are offering today more room for freedom of association, expression and movement than Tunisia under President Ben Ali. Two other Tunisian civil society advocates invited to participate in this conference and meet with US civil society figures and government officials and legislators were arbitrarily prevented from traveling to Washington: Ahmed Rahmouni, president of the Association of Tunisian Magistrates, whose democratically elected board members were ousted in 2005; and Mohamed Abbou, a human rights lawyer who spent 28 months in prison for criticizing President Ben Ali and writing about torture in Tunisian prisons and the lack of independence of the judiciary for a locally blocked Tunisian news website. Although Tunisia is a party to the International Covenant on Civil and Political Rights (ICCPR), which obligates it to guarantee the right of everyone to leave their own country, travel bans seem to have become a tool to silence and punish President Ben Ali’s critics and often their relatives. Many of them have reluctantly resorted to hunger strike to protest the abuse of this basic right. Human rights lawyer Mohamed Ennouri and journalists Slim Boukhdhir stopped a long and life-threatening hunger strike earlier this month. Other Tunisians living in exile also saw their right to travel and return to their country arbitrarily restricted. For instance, Kamel Jendoubi, president of the Euro-Mediterranean Human Righs Network and of the Paris-based Committee to Protect Liberties and Human Rights and Kamel Labidi, a consultant for IFEX and representative of the Committee to Protect Journalists in the Middle East and North Africa, have been waiting for their passports to be issued respectively in Paris for 7 years and Washington for 4 months. To date, hundreds of former political prisoners like Abdallah Zouari and Hamadi Jebali of the now-defunct weekly Al-Fajr, whose sole crime was to peacefully exercise their right to freedom of association and expression, remain not only deprived of the right to freedom of movement and regularly harassed by the police after several years of unfair custody, but also prevented from earning a living. Furthermore, prominent lawyers, academics, independent journalists and educated women in a country which prides itself on granting women unparalleled status in the Arab world more than 50 years ago are often assaulted and called names in the streets of Tunis by plainclothes police. I personally witnessed with IFEX-TMG colleagues during five trips to Tunisia in 2005 how former political prisoners were prevented from leading a decent life and how human rights activists and independent journalists were denied the right to freedom of assembly and to establish an independent newspaper or press syndicate. The decision earlier this month by President Ben Ali to increase the public grant allocated to minor political parties mainly loyal to his Excellency and to their newspapers, and to allow them to get more public and official TV, would certainly have a minor impact on Tunisian citizens’ thirst for freedom of expression and pluralism. It would also do little to help the country abide by its commitment to international human rights standards and particularly the ICCPR. So would be any other presidential measure aimed at improving the image of the state-run Higher Communication Council, “lowering from 20 to 18, the minimum voting age,” and “amending the Electoral Code,” or “preparing a bill that consolidates the judicial guarantees offered during the period of custody,” as long as freedom of expression and civil society remained under tight siege and the Legislative and Judiciary branches heavily influenced by the Executive Branch. President Ben Ali’s measures “to promote democracy and human rights” would sound less cosmetic if it came along with concrete steps toward ending the drastic restrictions on the right to freedom of association, expression and movement and the judicial and police harassment of the Tunisian Human Rights League, the first of its kind in the Arab world, and of all the other NGOs yearning for the same freedoms. Such measures would certainly prompt hope among human rights defenders and democracy advocates, the day politically motivated imprisonment and unfair trials were brought to an end. The latest victim is journalist Slim Boukhdhir, according to local and international human rights groups. He was arrested and prosecuted on November 26 in Sfax allegedly for “aggression against a public employee” and “affront to public decency.” He faces up to 18-month imprisonment. Boukhdhir’s main crime apparently is his public published criticism of President Ben Ali and members of the first family. I would much appreciate it if you could convey to your government our deep concern about the worrying lack of attention for more than two years to IFEX-TMG recommendations and our call to allow UN rapporteurs to visit Tunisia upon request, particularly the Special Rapporteur on Torture and the Special Rapporteur on Free Expression, as well as your Special Representative on the situation of human rights defenders. Thank you for your attention. I look forward to your reply at your earliest convenience. Sincerely, E. Markham Bench Executive Director cc: Richard N. Winfield       WPFC Chairman

(Source: le site du  » World Press Freedom Committee » le 28 novembre 2005)

 

 


 

 

 

Mezri Haddad: Hue…La barbe!!!

 
 » Il change à tout moment d’esprit comme de mode;
il tourne au moindre vent, il tombe au moindre choc:
Aujourd’hui dans un casque
Et demain dans un froc »
 
           Nicolas Boileau
17ème siècle

 

 

Par slim Bagga

 

Comme à son habitude, « l’ouvrier »-philosophe Mezri Haddad a manqué une autre occasion de se taire. Après nous avoir exposé sa litanie concernant son enfance et ses origines modestes, ce qui, un instant m’a fait un pincement au cœur (mais de là à verser des larmes sur son sort, il ne faut pas exagérer!), Narcisse reprit son droit et versa la ritournelle du « moi, je » qui l’a toujours caractérisé. Mais passons…Il est de ces tares incurables, et contre lesquelles ni la médecine ni les hommes ne peuvent rien.

 

Comme je le lui ai promis, à la moindre réaction, je déballerai et rendrai publiques ses turpitudes. Et c’est ce que je ferai à présent en exposant et sa cupidité et sa vénalité, longtemps cachées, du moins tant qu’il était dans l’opposition. Dans ces matières, Mezri est passé maître, et je dirais aussi maître-chanteur.

 

A ce sujet, que l’on se remémore ensemble le chantage qu’il avait exercé sur Maïtre Abdelmajid Bouden lorsque nous avions assisté ensemble, et accidentellement, à sa prise de bec sur les Champs-Elysées avec un agent de la sécurité militaire tunisienne. Me Bouden nous avait demandé de rédiger un témoignage accompagnant son dépôt de plainte. Et le probe Mezri Haddad de lui imposer un rendez-vous sur le périphérique parisien le jour même de la remise du témoignage pour exiger une contre partie…financière. Je vous laisse deviner le reste!

 

Encore sur le registre de la vénalité pour celui qui se présente comme M. Propre: en 1995, je l’ai présenté à l’ancien ministre des Affaires étrangères de Bourguiba, Mohamed Masmoudi. Il avait insisté pour m’accompagner chez lui, prétextant d’une demande de dédicace de son livre « Les Arabes dans la tempête », publié quelques années auparavant. L’ancien ministre, dans une volonté d’encouragement de « L’Audace », me remit une enveloppe lorsque nous prenions congé de lui. Et c’est dans un souci de transparence qu’arrivés au métro, j’ouvris l’enveloppe devant Mezri et y trouvai 5000 francs. A l’époque c’était mon épouse et elle seule qui, malgré son salaire modeste, finançait « L’Audace » à hauteur de 4000 francs par mois. Je remis donc généreusement 500 francs à notre « ouvrier »-politologue, m’attribuant la même somme à moi-même, et en lui disant: « Pour la prochaine parution, je vais soulager ma femme puisqu’on a le financement du journal ». Quelle fut alors sa réponse? « Non, je veux 2500 francs », et il ne me quitta pas jusqu’au bout de la nuit sans les empocher.

 

Pourtant, je le répète: Mezri Haddad n’a jamais été mon associé dans quoi que ce soit. Il a été interviewé au premier numéro, à sa demande, en tant « qu’intellectuel et opposant ». Il a usé d’un droit de réponse comme tout lecteur au 2ème numéro; il a évité d’écrire au 3ème prétextant de l’interview de l’ex-Premier ministre Mohamed Mzali. Bref, il n’a fait que prendre le train en marche avec la volonté de le détourner en isolant son véritable conducteur. Il est vrai que le journal prenait de l’ampleur et faisait parler de lui. La fibre de son fondateur risquant de faire de l’ombre à l’activisme calculé de « l’ouvrier-politologue ». Je tiens à préciser en passant que je n’ai rien contre les ouvriers, mais les larmes condescendantes de Mezri Haddad étalant son enfance m’ont incité à tourner en dérision notre infâme polonais ou portugais, comme il vous siéra…

 

Autre acte ignoble de ce monsieur: en 1996, suite à une querelle avec cette girouette de légende (Mezri Haddad dont j’ai accepté qu’il fût associé dans Idyl Médias exigeait sans rire 51% des parts du journal, ce qui me mettait de facto hors circuit et sous sa botte. Imaginez « L’Audace » entre les mains de Ben Ali puisque ses tractations avec le pouvoir étaient engagées par l’intermédiaire du funeste Abderrahmane Tlili), Mezri Haddad fit le tour des kiosques parisiens à mon insu pour y percevoir les recettes des ventes. Cela porte un nom;: ESCROQUERIE. Voilà quelques exemples qui en disent long sur la personne. Mais il y en d’autres. J’y reviendrai plus loin.

 

Venons-en à ceux qui m’auraient formé. Le dépité Mezri Haddad soutient que Moncef Ben M’Rad, un ministre et lui-même m’ont formé.. Commençons par Moncef. Oui, c’est vrai. J’en étais fier et j’en suis toujours honoré. Je fus même pendant de longues années son plus proche collaborateur. Où est le mal à cela? Le ministre (des noms, poltron). Si tu penses à Abdelwaheb Abdallah, l’actuel ministre des Affaires étrangères ne m’a jamais formé en rien. Mais j’admets honnêtement que ce cacique du RCD, ce porte -parole de la Présidence qui a verrouillé l’information, cet ambitieux au service des clans mafieux n’était pas le même homme vis-à-vis de ses étudiants. Il avait prodigué de bons cours sur le droit de la presse entre autres, et sa défaillance politique ne saurait à mes yeux atténuer ses qualités d’enseignant. Où est le mal encore une fois?

 

D’autant que j’avais eu aussi comme enseignants Fathi Houidi, l’actuel ambassadeur à Paris, Raouf Najar au CAPJC (centre africain de perfectionnement des journalistes et même le sinistre et opportuniste Zouhaïr M’Dhaffer. On ne choisit pas ses prof à ce que je sache…Reste toi-même qui m’aurait injecté la flamme de l’opposition ou de la rébellion. Encore une ineptie ou une incurie qui relève de la psychanalyse. J’ai passé des années à corriger ton français plus qu’approximatif, d’une part, et, d’autre part, ne vaudrait-il pas mieux que tu te renseignes sur mon parcours à Carnot avant de faire tes déjections verbales et écrites? Et puis qu’ ‘avais tu pu m’apporter toi, dont les références longtemps cachées et à présent connues de tous sont « le patriote Zine EL Abidine Ben Ali », dont je combats le régime sanguinaire sans modération, ce qui n’est pas sans bousculer ta petite conscience ou ce qu’il en reste…?

 

Te souviens-tu ce que tu as eu l’outrecuidance de me dire en 2002? « Pense à stopper « L’Audace », j’interviendrai en ta faveur auprès de Ben Ali. D’ailleurs, ajoutais-tu dans ta minable ingéniosité, je suis intervenu pour régler plusieurs cas, y compris celui de Mohamed Mzali. On m’appelle aujourd’hui Mezri-cas, car à chaque voyage je plaide pour un cas ». 

 

Maintenant ma fille dont j’aurais cédé l’éducation « à un autre homme ». Je ne sais pas ce que vient faire ma fille ici. D’un autre côté, tu es le premier à savoir que du temps où sa maman résidait à Neuilly, la garde était équitablement partagée. Installée à Toulouse, ce devenait moins évident; mais son beau-père n’est jamais intervenu dans son éducation. Ce que tu ne sais pas, en revanche, c’est qu’elle te méprise toujours et depuis son enfance à cause de tes cris hystériques. Et pour cause, comment oublierait-elle cette fameuse soirée chez moi, au cours de laquelle tu avais ôté tes lunettes et posé sur la table de ma salle à manger et commencé à te donner des gifles ressemblant à une gommeuse de hammam au bord de la syncope. C’était devant témoins (Amor Mezzi, Kaouther Benjemia qui s’est réfugiée dans sa cuisine et Idyl elle-même). Alors Mezri stop ou encore? En un mot, ma fille avait décelé le tartuffe qui sommeille en toi bien avant que je te découvre à mon tour…

 

Allons une ou deux autres parmi tes turpitudes. Pour la route, comme l’on dit. « Tes amis à Tunis vont se régaler à coup sûr. Toujours en 1996, nous avions été invités par une université grnobloise dans le cadre d’un débat sur la Tunisie regroupant intellectuels, avocats, sociologues, universitaires etc. La veille, tu m’appelas à une heure tardive pour me demander de convaincre Habib Mokni (mon voisin à l’époque) de nous avancer les frais de déplacement et d’hôtel. Ce qu’il accepta sur son argent personnel. Quelle ne fut ma surprise d’apprendre sur place que les mêmes frais étaient pris en charge par les organisateurs. C’est ce même Habib Mokni que tu fustiges depuis qu’il a pris des distances avec l’escroc que tu es…

 

Ou encore cette envolée digne d’un maquereau à l’occasion des rares visites autorisées àç Moncef Marzouki à Paris à l’époque. Tu le logeais chez toi assez régulièrement et tu poussas l’indécence jusqu’à me confier: « Mohamed Mzali et Ahmed Bennour me harcèlent pour le rencontrer et faire sa connaissance. Eh bien non, il faut qu’ils payent avant ». Devant mon étonnement, tu ajoutas: eh oui, cela se monnaye ».

 

Enfin les deux agents français avec lesquels je serais souvent attablé. Mais mon petit Mezri, ces agents étaient des officiers de la 6ème section anti terroriste qui avaient sollicité notre rencontre conjointe au lendemain de l’interview avec Salah Karker en juin 1994. Nous les avons rencontrés ensemble et, au bout de 3 ou 4 rencontres, on m’avait dit que « L’Audace » ne les intéressait pas car le journal, en gros, n’entrait pas dans leurs compétences à savoir le renseignement sur le terrorisme.

Mais ce que tu ne dis pas c’est que si pour ma part, je ne leur ai jamais demandé un service, tu les as sollicités pour faire sauter tes PV de stationnement. Et, pour les remercier, tu as balancé leurs noms aux rédacteurs des « Masques » dont tu étais l’informateur attitré, croyant m’atteindre ou voulant me nuire. Ce qui n’était que peine perdue. Car ton propre masque était tombé à temps.

 

Pour ce qui est du professeur Liauzu, de Kamel Jendoubi et de Khemais Chammari qui auraient usé de leur influence pour saboter ton obtention d’un poste à Paris VII, loin de les accabler, je trouve même qu’ils ont commis un acte de salubrité publique, tant tu es néfaste et dangereux pour les générations à former…

 

J’en dirais bien d’autres choses sur ton triste et funeste itinéraire. Mais en vaux-tu la peine? peut-être une prochaine fois même si je considère que je traiterai désormais par la seule attitude convenable: le mépris pour un être méprisable et qui a vendu son âme au diable.

 

Sache que c’est le dernier service que je te rends à travers cette réponse publique. Peut-être Ben Ali s’apitoierait-il sur ton sort en t’offrant un strapontin sous l’autorité de l’un de ces innombrables transfuges qui l’ont suivi tels Moncef Gouja, Zoughair Dhaouadi, Moncer Rouissi etc. Il y a tellement d’affinités entre vous.

 

Mais surtout redescends sur terre: on n’a ni lu ni relu tron livre. Je te mets au défi si une une dizaine de personnes faisaient leur coming out et reconnaissent m’avoir lu. Moi, je n’en connais que deux qui l’ont lu et relu plusieurs fois: Mezri Haddad et Haddad Mezri. Peut-être un troisième du comité de censure du ministère de l’Intérieur pour autoriser sa vente à Tunis.

 

Tu vois, personne ne te jalouse, comme tu le prétends. Ton sort n’est pas enviable.

Pourquoi personnellement je serai jaloux de toi: je suis franc et spontané, tu es menteur et calculateur; je combats une dictature, tu la sers et tu en vis; je suis reconnaissant, tu es ingrat; je suis moi-même avec mes défauts et mes qualités, tu es un caméléon; je suis désintéressé de l’argent car repu depuis mon enfance, tu es cupide et vénal. Il n’y a vraiment pas de quoi t’envier mon pauvre homme.


 

 

Tunisie : Les Trabelsi encore et toujours

 

par Kader Atoum

 

On ne se lasse jamais de rapporter les dernières magouilles des grands saigneurs tunisiens.

 

Belhassen Trabelsi, le frère aîné de Leila, l’épouse du président Trabelsi, vient encore de frapper un coup en s’associant avec le mensuel économique libanais Al-Iktissad Ouaâmal (Economie et affaires). Ce dernier étant spécialisé dans l’organisation de colloques, Belhassen a profité des festivités du 20ème anniversaire de la prise du pouvoir par beau-papa pour faire débourser à l’État 475000 dinars (répartis à égalité entre Belhassen et ses associés) en contrepartie de l’organisation de cette manifestation.

 

Très pot de colle ce soir-là, le fiston de Leila en a profité pour draguer les nombreux hommes d’affaires du Golfe présents. Dans sa ligne de mire : Mohamed Al-Guergawi, ministre émirati et président de Dubaï Hoding qui a annoncé 15 milliards de dollars d’investissements en Tunisie. Ne souffrant aucune concurrence, Belhassen a même ordonné aux membres du service du protocole présidentiel de ne laisser personne s’approcher de sa poule aux œufs d’or !

 

 

Le clan Ben Ali pas en reste

 

La soeur du Général-Président, Najet Ben Ali, a raflé plus de 60% du marché tunisien de la friperie. N’étant pas de ce milieu, elle a décidé de “vendre” cette concession à des professionnels triés sur le volet et qui, moyennant finances, revendent les fripes en question. Il leur est toutefois formellement interdit de mettre la main sur les vêtements de luxe (soieries, fourrures…) qui représentent en moyenne 10 % de la marchandise.

 

Celles-ci sont réservées à sœur Najet qui les asticotte et les revend au prix fort (et du neuf) dans les sept boutiques de luxe qu’elle possède en Europe : trois à Paris, deux à Bruxelles et deux à Rome. Si seulement ses clientes s’en doutaient…

 

Tous les invités de la manifestation – une petite centaine – ont été logés au prix fort à l’hôtel Le Palace, dans la banlieue chic de Gammarth. Croustillant quand on sait que ce cinq étoiles a été repris pour un franc symbolique par Belhassen. À l’époque, ses propriétaires saoudiens et koweïtiens se battaient au sujet de la gestion de l’établissement aux pertes abyssales et à l’ardoise bancaire carabinée. Belhassen a alors demandé aux associés de lui céder l’hôtel avec son passif et de disparaître de la circulation. Ce qu’il obtient en quelques semaines. Puis il a ordonné aux banques de ne plus parler de créances mais de « créances irrécouvrables ». Les pauvres peinent à s’en remettre.

 

(Source : « Bakchich », (Satirique – France), le 28 novembre 2007)

Lien : http://www.bakchich.info/article2014.html

 

 


 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

23 juin 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 1860 du 23.06.2005  archives : www.tunisnews.net المجلس الوطني للحريات بتونس: استدعاء سامي نصر من

En savoir plus +

4 février 2008

Home – Accueil –   TUNISNEWS spp8 ème année, N°  2812 du 04.02.2008  archives : www.tunisnews.net AISPP: Libération provisoire d’Aymen

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.