24 octobre 2001

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 525 du 24/10/2001

 
  • LES TITRES DE CE JOUR:
  1. l’OMCT preoccupÉe par l’agression subie par Dr. Sahbi Amri.

  2. Conseil National Pour Les Libertés en Tunisie : Guerre en Afghanistan

  3. Comite  National  de  Soutien à Abdelmoumen  Belanes: Communiqué  No 2

     

  4. A.F.P: Transport aérien: Ibéria suspend tous ses vols sur la Tunisie

  5. Ali Lmrabet : a la recherche de la Tunisie nouvelle

  6. Omar  Kayyam : La rue qui n’existe pas.

  7. T.H: Drame à Ezzahrouni- Elle fracasse la tête de son mari avec un bloc de ciment


  8. التونسي سامي الصيد يدفع ببراءته من التهم الموجهة اليه في ايطاليا
    اجتماع قادة الشرطة العرب في تونس بحضور الامين العام لانتربول
    الرئيس التونسي يدعو الي التصدي للارهاب ومعالجة أسبابه
    فائزة الكافي تبدأ عملها سفيرة لتونس في باريس
    « الموساد  » يجند فريقا لرصد مواقع الانترنت العربية 

 

TOUT EST INTERDIT

CE MESSAGE TERRIBLE VIENT DE NOUS PARVENIR DIRECTEMENT DE TUNIS

les salauds ils ont tout modifié . ils ont modifié les configurations dans chaque ordinateur pour ne plus visiter les sites interdits  même en passant par les proxies !! islamonline.. islamway .. hotmail.. maktoob.. africaintelligence …
C’est ça la guerre contre le terrorisme avec l’aide des americains….
(Fin du message)

 

التونسي سامي الصيد يدفع ببراءته من التهم الموجهة اليه في ايطاليا

 

روما- اكد التونسي سامي بن خميس الصيد، المتهم بانه رئيس خلية اسلامية في ايطاليا على علاقة بشبكة ارهابية والمعتقل منذ بداية نيسان/ابريل في ميلانو (شمال ايطاليا)، في رسالة وجهها الى صحيفة « كوريري دي لا سيرا » اليومية اليوم الثلاثاء براءته من التهم الموجهة اليه وادان ما سماه « مظلمة من جملة المظالم ».
واكد الصيد (33 سنة) في رسالة من اربع صفحات كتبت باللغة العربية بعث بها من سجنه انه « لا يعرف اسامة بن لادن ولا اي شىء عنه باستثناء الشريط الذي وجده المحققون في بيته ».
واشار الى ان الشريط « موجود في كل مكان وانه تم تسجيله خلال حصة تلفزيونية لقناة الجزيرة ».
يشار الى ان الشرطة الاسبانبة تحقق في ملف سامي بن خميس لمعرفة ما اذا كان التقى في اسبانيا محمد عطا قائد الكوماندوس الذي خطف احدى الطائرتين اللتين اصطدمتا ببرجي مركز التجارة العالمي في نيويورك في 11 ايلول/سبتمبر.
وكانت النيابة الايطالية قررت منذ اسبوعين تمديد الحجز المؤقت لخمسة اشخاص اعتقلتهم في نيسان/ابريل لمدة ثلاثة اشهر بينهم خميس. وهم من الجنسيات التونسية والجزائرية ويشتبه في انهم اعدوا لاعتداء في ستراسبورغ (شرق فرنسا). وامكن احباط هذا الاعتداء بسبب اعتقال اربعة اشخاص في 25 و 26 كانون الاول/ديسمبر 2000 في فرانكفورت (المانيا). ويقول المحققون الايطاليون ان اولئك الاشخاص الذين كانت بحوزتهم اسلحة ومتفجرات على علاقة ب »الخلية » الايطالية.
وهذه الخلية كان لها ايضا اتصالات مع مجموعات مماثلة في انكلترا والجزائر حسب الاتهام.
وقال المدعي دامبروسو ان الانشطة الرئيسية للمجموعة الايطالية قد تكون تقديم الدعم اللوجستي وايواء اشخاض ينتمون الى شبكة الارهابيين التابعة لاسامة بن لادن في شقق في لومباردي (شمال ايطاليا).(أ ف ب)

 
L’OMCT PREOCCUPEE PAR L’AGRESSION SUBIE PAR Dr. SAHBI AMRI.

Cas TUN 221001

Le Secrétariat International de l’OMCT vous prie d’intervenir DE TOUTE URGENCE dans la situation suivante en Tunisie.

Brève description de la situation

 

Le Secrétariat International de l’OMCT a été informé par une source fiable de l’agression dont a été victime le Docteur Sahbi Amri.

Selon les informations reçues, le Dr Sahbi Amri a été attaqué par quatre hommes le mardi 16 octobre 2001 vers 21 heures alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez son père à El Manar, près de Tunis. Après l’avoir mis à terre, les agresseurs l’ont roué de coups au visage et aux côtes, le laissant dans un état de semi- inconscience. C’est un voisin qui a averti les secours. Outre une dent cassée et deux autres sérieusement abîmées, M Amri souffre d’un traumatisme cervical, d’ecchymoses multiples – le pourtour des yeux et des lèvres tuméfiés – et de blessures aux doigts. Une incapacité de travail de 45 jours lui a été délivrée.

Les hommes qui l’ont molesté appartiendraient, selon le Dr Amri lui- même, à la police politique. Il aurait alors voulu déposer une plainte au Commissariat local en stipulant que ses agresseurs étaient des policiers politiques, mais les gendarmes présents auraient refusé d’accepter une telle référence dans la plainte et lui auraient proposé de signer simplement «contre X», ce que le Dr Amri aurait refusé. Aucune plainte n’est donc actuellement en cours.

Selon nos sources, les activités récentes du Dr Amri ont été à l’origine de cette agression. Particulièrement, ce sont ses dénonciations, faites lors des Jeux Méditerranéens de septembre dernier, sur la mort du Comandant Mansouri en 1987, ainsi que sa volonté affichée de mettre sur pied un Comité Légal Contre la Torture qui lui auraient valu cet acte d’intimidation.

Le Secrétariat International de l’OMCT condamne avec vigueur cette agression et exprime son inquiétude devant la pression continue exercée sur le Dr Amri depuis plus de 10 ans et l’impunité qui l’accompagne.

Action requise

Nous vous prions de bien vouloir écrire aux autorités de Tunisie, leur demandant:

1. de prendre toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder l’intégrité physique et psychologique du Dr Amri; 
2. d’ordonner une enquête immédiate sur les circonstances de cette agression afin d’en identifier les responsables, de les traduire devant un tribunal compétent et de leur appliquer les sanctions pénales, civiles et/ou administratives prévues par la loi; 
3. de mettre fin à la persécution et au harcèlement de Dr Amri; 
4. de garantir le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans tout le pays, conformément aux lois nationales et aux normes internationales.

Adresses

M. Mohamed Ghannouchi, Premier Ministre, Fax: +216 1 510 777, E-mail: prm@ministeres.tn

M. Zine El Abidine Ben Ali, Chef de l’Etat, Palais présidentiel de Carthage, Tunis, Tunisie. Fax: + 216 1 744 721/7310009

M. Abdallah Kaabi, Ministre de l’Intérieur, Ministère de l’Intérieur, Avenue Habib Bourguiba, Tunis, Tunisie. Fax: + 216 1 340 888 E-mail: mint@ministeres.tn

M. Béchir Tekkari, Ministre de la Justice, Ministère de la Justice, Boulevard Bab Benet, Tunis, Tunisie. Fax: + 216 1 568 106/567 070, E-mail: mju@ministeres.tn

Monsieur Dali JAZI, Conseiller Spécial auprès du Président de la République chargé des droits de l’homme, Palais Présidentiel, Tunis, Tunisie. Fax: + 216 1 571314

Monsieur Salaheddine Maâoui, Ministre chargé des Droits de l’Homme, Bureau du Premier Ministre, Blvd du 7 Novembre, Tunis Tunisie

Prière d’écrire à l’ambassade de la Tunisie dans votre pays.

Veuillez nous informer de toute action entreprise en citant le code de cet appel dans votre réponse.

 
Conseil National Pour Les Libertés en Tunisie

Tunis le 24 octobre 2001

 

Guerre en Afghanistan

 

La paix et la sécurité dans le monde sont tributaires de la volonté de la communauté internationale à instaurer un ordre équilibré où tous les peuples auraient un accès égal à la justice, à la paix, à la démocratie et au développement.

 

        Depuis le 7 octobre, une pluie de missiles américains recouvre le ciel de l’Afghanistan et des centaines de tonnes de bombes creusent ce pays dévasté par plus de 20 ans de guerres. Nous avions espéré que la réponse à la tragédie du 11 septembre ne soit pas habitée par un désir aveugle de vengeance, mais par une volonté à travailler davantage pour la paix et pour un monde juste.

 

Dans ce contexte douloureux, le CNLT tient à réaffirmer ce qui suit :

 

         1– Ces massacres, commis au nom de la  « justice infinie » ou de la «paix durable», ciblant des populations traumatisées par des dizaines d’années de guerre et soumises à la répression d’une dictature de la pire espèce, sont conduits par deux pays (USA et UK) qui se présentent comme les justiciers du monde, outrepassant le rôle de l’ONU, réduite au même moment à légitimer les frappes et à assurer les secours à leurs victimes. Comment justifie-t-on, selon les principes du droit international, des opérations militaires massives conduisant à une catastrophe humanitaire, pour capturer des suspects en dehors de toute procédure judiciaire ? Qui répondra de ces morts et qui répondra de ces déplacements forcés de populations vers des frontières incertaines? La vie des Afghans ferait-elle partie de celles qu’on ne comptabilise pas.

         2- Les attentats du 11 septembre constituent un acte de violence injustifiable qui doit être condamné de la façon la plus énergique. Ce n’est pas seulement à des milliers de vies innocentes qu’on a attenté, mais également à l’espoir d’une intégration multiconfessionnelle et pluriethnique que suscitait l’Amérique. Les blessures du traumatisme causé par ce crime laisseront pour longtemps leurs traces dans l’âme des survivants et des familles des victimes de cette catastrophe. Le crime ne doit pas rester impuni et les coupables doivent être jugés.  Mais, c’est à la justice de déterminer les criminels après avoir recherché et produit les preuves leur garantissant un procès équitable.

Ce traumatisme ne peut en aucun cas justifier les agressions et la chasse aux sorcières contre les Américains d’origine arabe effectuées ou tolérées par les autorités policières aux USA.

          3- L’Islam est aujourd’hui suspect d’être intrinsèquement générateur de terrorisme, mais on oublie vite que le terrorisme, au sens où l’on entend la violence politique qui vise la destabilisation, n’est pas une spécialité islamique. L’Europe l’a connu notamment en Italie, en Espagne, en Irlande ainsi que les USA…et ils ont su lui faire face jusque-là sans avoir à aliéner le choix démocratique de leurs sociétés.

Le terrorisme islamique est une menace et une réalité inquiétante. Il constitue un phénomène généré par les dictatures dans cette aire géographique avec l’appui des démocraties occidentales, surprises aujourd’hui que la menace se répande jusque sur leur sol.

L’administration américaine, en particulier, devrait s’interroger sur  sa responsabilité dans l’encouragement d’un «terrorisme  islamique» qui s’est aujourd’hui retourné contre elle; ils ont promu ce «terrorisme», dans l’objectif de mieux contrôler les « routes du pétrole » et d’assurer leurs intérêts dans cette région, en créant des réseaux à leurs services et en soutenant des régimes répressifs qui terrorisent leurs propres peuples.

          4- Des enfants palestiniens sont tués chaque jour par des fusils mitrailleurs, et leurs maisons rasées par les bulldozers de l’armée israélienne sans que la communauté internationale ne se mobilise contre ce terrorisme d’état. Plus d’un demi million d’enfants irakiens (selon les chiffres de l’ONU) sont morts des conséquences de l’embargo et des dizaines de milliers de civils ont été tués dans des raids aériens anglo-américains depuis dix ans.

La politique du double standard entache la crédibilité des états qui affichent des principes de lutte anti-terroriste. Car on ne peut affirmer l’universalité des droits de l’homme et accepter que le prix de la vie ne soit pas le même d’un pays à l’autre.

          5- Certains médias occidentaux, relayant les appels à la vengeance et prenant  des raccourcis que nous avions connu durant la guerre du Golfe, cultivant la psychose, la haine et les réflexes d’enfermement, ont instauré une censure des voix différentes.

Ceux qui, comme la chaîne qatarie Al Jazira, ont cherché à expliquer, à nuancer et à montrer les effets pervers de conclusions simplistes et hâtives… se sont trouvés en butte aux pressions de l’administration américaine qui abuse des motifs sécuritaires pour censurer la couverture du conflit par les médias.

Il faudrait cependant rendre hommage à tous les médias occidentaux qui ont essayé  de couvrir objectivement les événements et qui ont fait des efforts pour multiplier les débats, éclairant l’opinion sur les vrais enjeux et les différents acteurs.

 

Le CNLT rappelle à cette occasion l’urgence de :

 

          1- Ne pas céder à la tentation de troquer les libertés fondamentales contre la sécurité collective. C’est là le meilleur moyen de les perdre toutes les deux, car les régimes totalitaires se nourrissent de ce chantage.

          2- Instaurer la paix et la liberté « durables » sur la légalité, la justice et le respect du droit. Hypothéquer la légalité et le droit pour des motifs sécuritaires c’est faire le jeu du terrorisme. Dans ce contexte, il est important de restaurer le rôle de l’ONU, en tant cadre de résolution des conflits.

         3- Agir pour la ratification urgente du statut de la Cour pénale internationale et la qualification du terrorisme comme crime contre l’humanité relevant du principe de justice pénale universelle. Auparavant, il est impératif d’unifier les concepts définissant le terrorisme.

        4- Reconstruire les ponts entre l’Orient arabe et islamique et l’Occident. On nous a annoncé « doctement »  un « choc des civilisations », et il nous appartient de construire des espaces de dialogue et « d’engagements communs » en refusant cette lecture du monde manichéenne.

        5- Encourager les mouvements citoyens dans ces sociétés et combattre cette politique profondément raciste que l’Occident promeut depuis des décennies en soutenant avec constance dans le monde arabe et islamique les pires dictateurs.

        6- Appuyer le pluralisme de l’information en toutes circonstances. Et dénoncer sans distinction les atteintes à la liberté des médias et toute forme de censure sur Internet et les moyens de communication.

 

      La paix et la sécurité dans le monde sont tributaires de la volonté de la communauté internationale à instaurer un ordre équilibré où tous les peuples auraient un accès égal à la justice, à la paix, à la démocratie et au développement.

Pour le Conseil

La porte-parole

Sihem Bensedrine

 
COMITE  NATIONAL  DE  SOUTIEN à ABDELMOUMEN  BELANES    

                         
                                                                                             

COMMUNIQUE  No 2

             

        Le militant Abdelmoumen  Belanes a comparu  lundi 22 Octobre 2001 devant le tribunal d’appel de Monastir en opposition à la condamnation de prison ferme de 1 an et 16 jours dont il est victime pour «
complicité d’appartenance à une association non reconnue »(Parti Communiste des Ouvriers de Tunisie.PCOT),et de « distribution de tracts hostiles au régime »,affaire remontant  au mois de décembre 1991.
       A la demande de la défense,le procès a été reporté pour le 5 novembre2001.
       Etaient présents à l’audience du lundi 22/10/2001 à Monastir en signe de solidarité avec A/Belanes :
1- des membres de son comité national de soutien :
            -Salah  Hamzaoui
            -Abderrahmen  Hedhili
            -Chokri  Latif
2-Salem  Hadded :syndicaliste,membre de la section Monastir de la LTDH
3-Bechir  Abid :ex-détenu politique(PCOT)
4-Me Habib  Ziadi,représentant la défense en son nom,et au nom de ses confrères :Me Fawzi Ben Mrad,et Me Youssef Lahmar.
  
      Reétirant son appel au mouvement démocratique et progressiste pour appuyer son action ,le Comité National de Soutien à A/BELANES  se réjouit de voir ses rangs rejoints par de nouveaux membres :
       -Ben  Ticha  Noureddine :Réseau euro-méditerranéen de la jeunesse citoyenne,
       -Ben  Brik  Tawfik :journaliste,
       -Derwiche   Imen:secretaire generale du Réseau euro-méditerranéen de la jeunesse citoyenne,ex-détenue politique
       -Jellouli   Ali :ex-détenu politique 
       -Withney  Anthony :syndicaliste UNEF

                                                                      
TUNIS-le 23 Octobre ‏‏2001      
                                                                                       
Pour le Comité
                                                                                        
CHOKRI  LATIF  

 
اجتماع قادة الشرطة العرب في تونس بحضور الامين العام لانتربول

التوقيت المحلي السويسري 21:16, الأربعاء 24.10.2001

 

 

قادة الشرطة العرب بين ملاحقة الخصوم والأهداف الأمريكية

صلاح الدين الجورشي 

]
فاجأ الأمين العام لمنظمة الشرطة العالمية المعروفة باسم « الأنتربول » الحاضرين في جلسة افتتاح مؤتمر أمني كبير عقد بتونس عندما نوه بالدرجة العالية للتنسيق بين منظمته وبقية الدول العربية، وهو ما جعل المراقبين يتوقعون أن تشهد الفترة القادمة مزيدا من تعزيز التعاون الأمني بين الطرفين.

وحتى يعطي السيد « رونالد نوبل » الأمريكي الجنسية، دليلا على أن العرب سبقوا الولايات المتحدة في مقاومة الارهاب ذكر أن « ليبيا كانت أول بلد في العالم قد دعا إلى اعتقال أسامة بن لادن، وأن مصر هي أول بلد يطالب بوقف المصري أيمن الظواهري القيادي الثاني في تنظيم القاعدة ».

حصل ذلك في المؤتمر الخامس والعشرين لقادة الشرطة والأمن العرب الذي طغت عليه الأجواء الدولية المشحونة بالتوتر وتضخم الهاجس الأمني. إذ يبدو أن العالم دخل من جديد بعد هجمات 11 سبتمبر مرحلة انتعاش النشاط المخابراتي على الاصعدة المحلية والدولية.

الجميع يتحدثون عن الأمن في مفهومه الضيق، والجميع يجتمعون وينسقون من أجل تبادل المعلومات والأسماء والخبرات حول كيفية اصطياد « الإرهابيين ». وبما أن لكل طرف « إرهابييه « ، فقد تباينت الرؤى حول مفهوم الارهاب، كما تعمل كل جهة من أجل استغلال الأوضاع الدولية لإعادة ترتيب أوضاعها الأمنية الداخلية بعيدا عن ملابسات الأمس وقيوده.

تحدث الأمين العام لمجلس وزراء الداخلية العرب، د. محمد بن علي كومان، باسم كل الأجهزة الأمنية العربية، فانتقد ما وصفه ب « التسهيلات التي يتمتع بها الارهابيون في بعض الدول باسم حقوق الإنسان أو اللجوء السياسي »، وهو يلتقي في ذلك مع مختلف الأنظمة العربية التي لها خصوم من ذوي التوجه الديني نجحوا في تسوية أوضاعهم القانونية داخل بعض العواصم الغربية، واتخذوا منها قاعدة لاستمرار نشاطهم السياسي المعارض لحكوماتهم.

تشترك في ذلك عديد الدول، مثل مصر واليمن والسعودية وليبيا والجزائر. وفي هذا السياق ذكر وزير الداخلية التونسي السيد عبد الله الكعبي بتجربة تونس التي تعتبرها دول عربية وكذلك أوروبية « تجربة نموذجية ».

وقد سبق لوزير الخارجية الفرنسي روبير فيدرين، أن سمع عند زيارته الرسمية إلى تونس في الأسابيع الأخيرة، الانتقادات التي وجهها مسؤولون تونسيون إلى بريطانيا بالخصوص بسبب منحها الغنوشي وبعض قياديي حركة النهضة المحظورة مجالا آمنا للنشاط المعادي لنظام الرئيس بن علي.

كما اعتبرت عديد الصحف التونسية أن إثبات الجدية في مقاومة « التطرف والارهاب » يمر ابتداء بتسليم الدول الأروبية ما لديها من معارضين إسلاميين. وقد سبق للرئيس الجزائري عبد العزيز بوتفليقة أن أكد في تصريحات له بجنوب إفريقيا أنه  » لا يوجد إرهابيون متطرفون وآخرون معتدلون ».

واعتبر أن الولايات المتحدة في حالة دفاع شرعي. كما ذكر الرئيس مبارك مؤخرا أنه طلب من رئيس الوزراء البريطاني طوني بلير، تسليمه بعض الأسماء، غير أن هذا الأخير اعتذر عن تلبية الطلب مؤكدا أن القوانين البريطانية تمنع تسليم اللاجئين السياسيين.


مخاطر اعتقال عرب وملسمين دون حجج

موضوع الارهاب لم يمنع قادة الشرطة والأمن العرب من الاعتراض على حملة التحريض ضد الجاليات العربية والإسلامية في أمريكا وأوروبا، وقد كشف الأمين العام لمجلس وزراء الداخلية العرب (السعودي الجنسية)، أن الكثير من الأبرياء هم الآن رهن الاعتقال « من دون أي سبب أو مبرر سوى كونهم من المسلمين والعرب »، وأن  » قسما من هؤلاء المعتقلين لا يزالون رهن الإيقاف، وقد أوردت التحقيقات أنهم يعانون ظروفا قاسية ».

وقد سبق للأمير نايف بن عبد العزيز وزير الداخلية السعودي أن نبه لمخاطر التسرع في اعتقال مواطنين عرب بدون حجة أو دليل، بل إن وزير الدفاع الأمير سلطان بن عبد العزيز ما زال يستبعد في آخر تصريح له أن يكون بن لادن وتنظيم القاعدة هما اللذان يقفان وراء عملية تفجيرات نيورك وواشنطن.

هذا ما أيدته الأمانة العامة لمجلس وزراء الداخلية العرب في بيان أكدت فيه أن « التحقيقات المكثفة الجارية منذ وقوع تلك التفجيرات لم تسفر حتى الآن عن إيجاد أي دليل مادي قاطع يدل على أنهم مرتكبيها أو المحرضين عليها ».

وحتى يؤكد قادة الشرطة العرب تمييزهم بين الارهاب والمقاومة المشروعة، أوصوا من جديد بتقديم كل أشكال المساعدة المتاحة للشرطة الفلسطينية حتى تتمكن من « حماية الشعب الفلسطيني والجبهة الداخلية ».

لقد علق أحد المراقبين على كل ذلك بالتساؤل : بما أن هناك إقرار بأن المنعرج الأخير الذي اتخذته الإدارة الأمريكية لا يرتكز على دليل مادي مقنع، فما الداعي لهذا الحماس في تأييد واشنطن وتقديم الدعم لها؟ إن ذلك يعكس الوضع الصعب الذي وجدت حكومات نفسها واقعة فيه.

فهي من جهة تدراك بأن للإدارة الأمريكية أهداف تتجاوز بكثير الاتهام المتسرع لأسامة بن لادن، كان آخرها مطالبة واشنطن السعودية بالتوقف عن تمويل المدارس الدينية.

ومن جهة أخرى هناك رغبة في التخلص من طالبان، وهذا التنظيم الهلامي المسمى ب » القاعدة « ، وهو ما جعل أحد المراقبين يعتبر أن المهم ليس في تحديد هوية الذين قاموا بالتفجيرات، وإنما الأهم عند الكثير من الأطراف الدولية والعربية هو التخلص من نظام طالبان والقضاء على بن لادن وجماعته، بل إن أكثر من نظام عربي تمنى أن يكون من بين الذين اشتركوا في تلك الهجومات أحد رعاياه حتى يثبت مشروعية سياساته الداخلية.

صلاح الدين الجورشي- تونس


24.10.2001 – 17:53

 
Le célèbre journaliste marocain ALI LMRABET était à Tunis en septembre dernier….

A LA RECHERCHE DE LA TUNISIE NOUVELLE

Quand j’ai quitté Casablanca et le « faste » marocain pour aller rejoindre le journaliste Taoufik Ben Brik, qui revenait le 7 septembre en Tunisie après un court exil à Paris et une grève de la faim de cinq semaines, je m’attendais à être fraîchement accueilli par les policiers de la petite dictature tunisienne. Un an auparavant, pour avoir écrit un violent réquisitoire contre le président Ben Ali, j’avais eu droit à la visite d’un commis de l’ambassade tunisienne à Rabat, qui m’avait prévenu de ne pas songer à aller bronzer sous les palmiers du pays.
Finalement, la police tunisienne ne fera pas des siennes. Je passe sans encombre. Le lendemain, je repars pour l’aéroport de Tunis, ou une foule bigarrée attend le troublion escorte par trois anges gardien, trois députés européens. Au grand étonnement du petit monde qui attend, Taoufik et ses compagnons passent également sans problème le contrôle de police.

 » NOUS SOMMES SEULS, ET LE REGIME A REPRIS DU POIL DE LA BETE »

Le soir, comme prévu, je vais à la rencontre des Tunisiens de Taoufik Ben Brik, c’est-à-dire des derniers Gaulois fous qui résistent encore au rouleau compresseur de Ben Ali, le « Combattant minime ». Dans le local de la Maison d’édition Aloes, une demeure de style mauresque située dans un quartier populaire, il y a foule. Il y a bien évidemment Sihem Ben Sedrine, la maîtresse des lieux, une petite femme énergique qui, en dépit des interdictions et des menaces, continue de faire son métier d’éditeur, même si le dernier livre de Taoufik Ben Brik en arabe est interdit et bloqué à l’imprimerie. « Je suis un éditeur sans livres », dit-elle en souriant. Il y a aussi Radhia Nasraoui, avocate et épouse de Hamma Hammami, secrétaire général du PCOT.

Mme Nasraoui, en larmes, se lance dans un vigoureux plaidoyer pour la démocratisation de son pays. « Nous sommes seuls, et le régime a repris du poil de la bête. Aidez-nous. » Plus loin, Mustapha Ben Jaafar, le secrétaire général du Forum Démocratique, un parti illégal, tente d’expliquer aux journalistes français, que le fait qu’il y ait à Tunis une avenue de la Liberté ne signifie nullement qu’il y ait réellement de la liberté. Raisonnement logique.
Vendredi matin, après les salamalecs et les salutations d’usage, je décide de quitter le groupe Ben Brik pour aller à la rencontre du groupe Ben Ali-c’est-à-dire des Tunisiens « qui acquiescent et qui se taisent », comme dit Ben Brik. Mais mon projet de faire parler les Tunisiens fait rire mes hôtes. « Tu te crois où, en France, aux Etats-Unis…à la rigueur au Maroc? » me lance Jalel, le frère de Taoufik. Tout de même, les gens ne sont pas muets.
Dehors, je commence par le chauffeur de taxi. Comme le monsieur à l ‘air sympathique et qu’il s’intéresse à mon accent, je me laisse aller à ma nature méditerranéenne et je commence à lui poser des questions banales et bêtes, si on les relatent dans un contexte marocain. »Vivez-vous bien? Pouvez-vous dire ce que vous pensez réellement de ce régime? » Je n’ai pas de réponse. Juste un mutisme soudain du chauffeur et une façon bizarre de me regarder. Je comprends qu’il faut que je descende, sinon le prochain arrêt, ce sera un commissariat de police. Comme je ne suis pas loin de l’avenue Habib Bourguiba, je décide d’aller faire un tour à la Maison du Journaliste.
Au deuxième étage d’un immeuble sale dont l’ascenseur ne fonctionne pas, je suis chaleureusement accueilli par des confrères. Des « frères confrères » tunisiens, selon la terminologie hypocrite maghrébine. Cette Maison n’est pas à proprement parler un club ou quelque chose du genre. C’est un bar, comme celui que Driss Basri a offert aux journalistes marocains à Rabat afin qu’ils se saoulent pour pas cher et oublient leur métier de journalistes.

« LE JOURNALISME EST MORT EN TUNISIE. MORT ET ENTERRE »

Alors que je réponds à une question sur M6[Mohamed VI] et la « nouvelle ère » marocaine, j’aperçois deux « confrères » titubant et marchant difficilement vers la sortie. Je me force à croire que ces deux gaillards sont des irréductibles au régime et qu’ils sont dans cet état à cause de leur opposition acharnée à Ben Ali. En réalité, nos deux amis sont complètement bourrés et, quand ils sortent du bar, le patron les suit des yeux afin de s’assurer qu’ils ne vont pas tomber dans les escaliers. Triste fin, me dis-je, pour cette race de seigneurs de la plume qui a perdu ses plumes.
Je ne reste pas longtemps avec mes nouveaux « amis » journalistes. D’abord, il n’y a rien à dire. Mes questions sont restées sans réponse, et seul un rédacteur d’un quotidien national, sous couvert de l’anonymat(bien entendu), me confiera plus tard ce que je redoutais le plus:  » Le journalisme est mort en Tunisie. Mort et enterré. »
C’est vrai. Quand je me décide enfin à acheter la presse locale, j’opte pour La Presse et Le Renouveau. C’est un énorme gâchis. Il n’y a ni presse ni renouveau dans les deux torchons. Et c’est pire, je l’avoue, que notre Matin du Sahara national. A la une des deux journaux, on retrouve presque les mêmes photos, les mêmes débilités: « Ben Ali au sommet du millénaire », « Ben Ali propose… », « Ben Ali a conseillé Arafat », « Ben Ali par-ci… », « Ben Ali par-là… » Même le magazine bilingue Réalités n’échappe pas à la règle. Dans la page Confidentiel, une rubrique censée donner à ses lecteurs des informations « confidentielles », on lit au tout début, comme si genre d’information avait sa place dans cette rubrique, « Bon anniversaire, Monsieur le Président. Taieb Zahar [le directeur de l’hebdomadaire] et toute l’équipe de Realites présentent leurs meilleurs vœux au président Zine el-Abidine Ben Ali à l’occasion de son anniversaire. » Franchement, c’est de la rigolade. Seul élément positif dans cette mare de canards boiteux : la publicité. Il y en a un sacré paquet. Partout. Comme l’Etat contrôle le marché de la publicité, elle fait la pluie et le beau temps, distribue les bons et les mauvais points.

 

Le soir, je sors déçu d’un hôtel miteux, le Comodor, plein de contrebandiers algériens et de filles pas trop claires, pour aller faire un tour dans la médina. Devant le café qui est accolé à l’ambassade anglaise, je m’attable et je commence à parler avec un jeune moustachu sympathique. Surprise : il ne mâche pas ses mots. Dès qu’il est arrivé à la certitude que je ne suis pas un flic, il me lâche une phrase, la plus courageuse, je présume, de sa vie, avant de s’éclipser. « Le pouvoir au palais de Carthage, siège du général, se divise en trois factions, le clan de Ben Ali, celui de sa femme et celui de ses gendres. C’est-à-dire le pouvoir de Ben Ali 1, Ben Ali 2 et de Ben Ali 3 .» J’ai tout compris. En me baladant dans la médina, je me rends compte que je suis dans la maison particulière de Zine el-Abidine. Il n’y a pas un seul commerce, pas une seule boutique, pas un seul café ou il n’y a pas un minimum de deux ou trois portraits du successeur du Combattant Suprême. Une overdose de photos. Il y en a infiniment plus que de Mohammed V, Hassan II et Mohammed VI réunis. Et pourtant, le Maroc, c’est trois fois la Tunisie en territoire et en population.

 
OMAR KHAYYAM REVIENT A LA CHARGE …

La rue qui n’existe pas.


« Viele Gruesse aus der Strasse, die es nicht gibt ! » (Meilleures salutations de la rue qui n’existe pas !) C’est par là que le scandale est arrivé. Cette petite phrase en allemand a été envoyée, écrite sur une jolie carte postale, par une touriste allemande de l’Hôtel Lido à Dar Chaabane El Fehri au quotidien berlinois Berliner Zeitung, qui a alerté la presse et l’opinion publique mondiales.

Le 13 octobre 2001 le Conseil Municipal de la ville de Chaabane El Fehri a pris une décision qui a été, tout de suite, interprétée par Carthage comme un acte de rébellion. Le Conseil Municipal a tout simplement décidé de rebaptiser l’Avenue du 7 novembre 1987. Elle portera désormais le nom du Commandant Mohamed Mansouri (Mohamed Mansouri, originaire de Dar Chaabane, a succombé à la torture quatre semaines après le coup d’Etat du 7 novembre 1987). Un conseiller municipal a proposé l’appellation « Avenue du martyr Mohamed Mansouri », mais ses collègues ont rejeté cette proposition. Ajouter le mot « martyr » serait considérée par Carthage comme une provocation. Dès que la décision a été votée à la majorité absolue et signée par le maire, le délégué de Dar Chaabane donna l’alerte aux autorités. Les foudres de Carthage ne se sont pas fait attendre. Il a été décidé de dissoudre le Conseil Municipal de Dar Chaabane et de nommer un conseil provisoire en attendant les prochaines élections. Mais l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Apprenant la nouvelle de la destitution de leur conseil municipal, certains Chaabanis décidèrent d’agir. A l’aube du 15 octobre 2001 certains individus ont pris l’initiative d’effacer toutes les plaques de l’Avenue du 7 novembre 1987. On a collé sur toutes ces plaques des affiches portant le nom « Avenue du Commandant Mohamed Mansouri ». Le gouverneur de Nabeul a décidé, sans attendre les instructions, de faire enlever les affiches et repeindre toutes les plaques endommagées. Les plaques de l’avenue du 7 novembre sont désormais gardées, 24 heures sur 24, par des policiers armés. Des voitures appartenant à tous les corps de la police patrouillent la ville à la recherche des provocateurs. Mais les provocateurs ont changé de tactique. Ils ont posté des centaines de lettres adressées à l’avenue du Commandant Mohamed Mansouri. Le Receveur Régional des Postes de Nabeul alerta le Ministère de l’intérieur. Le Ministre de l’intérieur a ordonné la saisie de toutes ces lettres. Ces lettres seront examinnees par tous les services specialisees, esperant retrouver des indices pouvant mener aux provocateurs.

Les habitants de Dar Chaabaane persistent et signent. Désormais dès qu’un touriste leur demande une adresse, qu’elle soit celle du Magasin Général, de l’hôtel Lido ou de la pharmacie la plus proche, ils lui disent que sa destination se trouve à l’avenue du Commandant Mohamed Mansouri. Ainsi, dès qu’un touriste met les pieds dans un taxi, il dit au chauffeur de le conduire à l’avenue Mohamed Mansouri. Les chauffeurs de taxi informèrent la police de cette nouvelle forme de provocation. D’ailleurs, les chauffeurs de taxi n’étaient pas les seuls à avoir affaire à des touristes intoxiqués par les provocateurs. Les réceptionnistes des hôtels passent leurs journées à expliquer à leurs clients que l’avenue Mansouri n’existe pas. L’Office du Tourisme a décidé de placer des affiches en gros caracteres dans tous les hôtels de Dar Chaabane :

Die Mansouri Strasse git es nicht
There is no Mansouri Street
La via Mansouri non esiste
L’avenue Mansouri n’existe pas
Niet Ulitsii Mansouri
Nincs Utca Mansouri
No hay la calle Mansouri

Cette affiche est devenue une attraction touristique. Tous les touristes en quête d’exotisme voulaient prendre une photo à coté d’elle. Les plus curieux parmi eux voulaient visiter cette rue qui n’existe pas. D’ailleurs elle était facile à repérer. C’est la seule rue dont les plaques sont gardées par des policiers armés jusqu’aux dents. Ils voulaient tous prendre la photo de la rue inexistante. La police a décidé d’interdire la prise de photos dans tout ce secteur « sensible ». La plaque INTERDIT DE PHOTOGRAPHIER n’a fait qu’augmenter le nombre des touristes curieux. Le comble c’est que certains policiers ont commencé à parler de cette rue fictive. Il n’est pas rare qu’un policier dise à ses collègues ou à sa famille : « Demain je vais garder les plaques de l’avenue Mansouri ». Le Ministre de l’intérieur etait fou de rage, Il a donné un ordre très strict : Tout policier qui prononce le mot Mansouri passera devant le conseil de discipline.

Dorénavant il est interdit de mettre les pieds dans cette avenue sans un laissez-passer spécial.

(TEXTE PUBLIE SUR LE FORUM TUNEZINE)

*petite correction amicale de Tunisnews:

Le commandant Mohamed Mansouri (rahimahoullah) n’est pas originaire de Dar Chaaban el fehri mais de la ville de Nefza au nord du gouvernorat de Béja.

 
Transport aérien: Ibéria suspend tous ses vols sur la Tunisie

Posté le 22/10/2001 16:28:00

TUNIS, 22 oct (AFP) – La compagnie aérienne espagnole Ibéria a annoncé la fermeture de ses bureaux en Tunisie et l’arrêt de toutes ses dessertes sur ce pays, a annoncé la compagnie.Présente depuis 21 ans en Tunisie, Ibéria assurait cinq vols hebdomadaires aller-retour entre Madrid et Tunis, via Barcelone.

La cessation d’activité d’Ibéria en Tunisie est justifiée par un programme de restructuration de la compagnie aérienne espagnole, en raison de la crise consécutive aux attaques terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis.

Désormais, la liaison Tunis-Madrid ne sera plus assurée que par la compagnie étatique tunisienne, Tunisair, qui maintient deux vols hebdomadaires, les mardi et vendredi.

La fermeture de la représentation d’Ibéria serait en outre liée au recul du tourisme espagnol en Tunisie, en baisse de 6,3% depuis les attentats du 11 septembre, selon un bilan officiel partiel.

Les Espagnols occupent la 8ème place sur la liste des visiteurs de la Tunisie, avec plus de 100.000 entrées en 2000.

 

الرئيس التونسي يدعو الي التصدي للارهاب ومعالجة أسبابه

تونس ـــ الزمان:
دعا الرئيس التونسي زين العابدين بن علي امس الي ضرورة تأمل الظروف العالمية الراهنة والتطورات الجارية والمرتقبة، من جراء الاعتداء الارهابي الآثم علي الولايات المتحدة الامريكية يوم 11 ايلول (سبتمبر) الماضي، والذي ذهب ضحيته آلاف الأبرياء ،
وبعد ان جدد التنديد بكل أشكال الارهاب وتعاطفه مع الشعب الامريكي وعائلات الضحايا دعا بن علي في خطاب القاه امس بمناسبة افتتاح المؤتمر 13 للاتحاد التونسي للصناعة والتجارة والصناعات التقليدية (نقابة أرباب العمل) الي التصدي لظاهرة الارهاب و معالجة اسبابها بصورة جذرية بالتعاون والتضامن بين الدول كافة وفي اطار المبادئ والاتفاقيات الأممية ، مشيرا الي ان ما حدث أثر وسيؤثر بعمق في الاوضاع العالمية بمختلف ابعادها ، واضاف الرئيس بن علي قوله: لئن تعددت القراءات و التحاليل واختلفت في درجات التشاؤم او التفاؤل، بخصوص هذه المعطيات، فان ذلك يدعو الفاعلين الاقتصاديين الي مزيد اليقظة ومضاعفة الجهد والاقدام، والبحث عن المعلومة، واستباق التحولات، والتأقلم السريع معها، حتي نحافظ علي مكاسبنا، ونمكن تونس الآمنة المستقرة من مواصلة طريقها بثبات في محيط دولي شديد التقلبات .
وبهدف تعزيز الشراكة والاستثمار اعلن الرئيس بن علي عن اجراءات عدة هامة منها تنظيم بعثات ترويجية متجولة نحو الاسواق الواعدة بافريقيا والبلدان العربية كما اعلن عن الترفيع في قيمة المنحة التي يسندها صندوق النهوض بالصادرات في مجال البحث عن الاسواق الخارجية وتنظيم البعثات الترويجية لتبلغ حدود 40 في المائة من التكلفة عوضا عن 30 في المائة.
واختتم الرئيس بن علي خطابه بقوله: اننا بقدر ارتياحنا لما تحقق لبلادنا من نتائج ايجابية تدعم اقتصادنا، وتتقدم بمسارنا التنموي الي الافضل، واعون كذلك بجسامة التحديات والرهانات المقبلة، وبأهمية الأهداف التي رسمناها في برنامجنا المستبقلي .

 

فائزة الكافي تبدأ عملها سفيرة لتونس في باريس

باريس: إنعام كجه جي
اخطأت مذيعة القناة الثالثة في التلفزيون الفرنسي، امس، وهي تقدم فائزة الكافي، سفيرة تونس الجديدة في باريس، باعتبارها اول امرأة من دولة اسلامية تشغل مثل هذا المنصب في فرنسا. وتتولى سفيرتان تمثيل دولتي البحرين وماليزيا في باريس.
وكانت الكافي (52 عاماً) قد شغلت عدة مناصب في تونس، منها وزيرة للبيئة، ووزيرة للتكوين المهني والتشغيل، كما رئست الاتحاد الوطني للمرأة التونسية.
وقالت السفيرة الكافي لدى استضافتها في نشرة اخبار الظهيرة، امس، بمناسبة تسلمها مهام منصبها، ان تعيينها ذو بعد معنوي، نظراً للعلاقات التاريخية التي تربط ما بين فرنسا وتونس، وكذلك للوجود الكثيف للجالية التونسية التي يصل تعدادها الى 400 ألف شخص.
ونفت سفيرة تونس ان يكون تعيينها في هذا المنصب مرتبطاً بالأحداث الاخيرة التي كان العالم مسرحاً لها، لكنها أضافت: «أجد، مع هذا، ان من المهم ان تجيء الى باريس، في مثل هذا الوقت، سفيرة من دولة اسلامية تحمل رسالة سلام». وقالت ان الوقت حان لتغيير الصورة المنطبعة في اذهان بعض الغربيين عن حقيقة المرأة العربية والمسلمة.
ولدى سؤالها عن زيادة تونس في مجال العدالة بين الجنسين، ردت الوزيرة فائزة الكافي بأن بدايات حركة تحرير المرأة في بلدها تعود الى اوائل القرن الماضي، وقد تعززت مع تولي الرئيس بورقيبة للحكم اثر استقلال تونس. وقالت: «لدينا اليوم طليعة نسائية قادرة على اخذ مكانتها في المجتمع، ولدينا قيادة سياسية تؤمن بقدرات النساء ايضاً».
يذكر ان الأردن عيّن أخيراً امرأة، ايضاً، في منصب السفير في باريس، ومع تسلم السفيرة الاردنية دينا قعوار مهام عملها يرتفع عدد سفيرات العرب في باريس الى ثلاث، اولاهن الشيخة هيا بنت راشد آل خليفة، سفيرة البحرين.
كما تشغل ليلى شهيد منصب مفوضة فلسطين في فرنسا منذ سنوات، وتوصف بأنها انشط «السفراء» العرب في باريس.

(نقلا عن الشرق الأوسط ليوم 24 أكتوبر 2001)

 

VIOLENCE ….

Drame à Ezzahrouni- Elle fracasse la tête de son mari avec un bloc de ciment

Récemment, les habitants de la cité Ezzahrouni ont été réveillés par l’annonce d’une terrible tragédie.
 
Une mère de famille âgée de 34 ans venait d’assassiner son mari, son aîné de 10 ans, à l’aide d’un bloc de ciment qui lui a littéralement fracassé la tête.
 
Cette famille nombreuse, neuf enfants en plus des deux conjoints, était en proie depuis un certain temps à de graves problèmes. Le mariage d’amour, selon les dires du père de la victime, a vite tourné au cauchemar lorsque le mari ne supportait plus que son épouse continue d’enfanter en aussi grand nombre. Les disputes se multiplièrent jusqu’à cette nuit fatale.
 
Les instants où tout a basculé ont été racontés par la fille aînée à nos confrères d’”El Akhbar”. Alors qu’elle dormait tranquillement dans la même pièce que sa mère, elle fut réveillée soudainement par le bruit provoqué par sa mère qui quittait son lit. A la question de sa fille qui lui demandait où elle se dirigeait, la mère répondit qu’elle avait été prise d’un besoin urgent. Mais la jeune fille ne fut pas rassurée, d’autant plus que le chien ne cessait d’aboyer. Peu après, elle entendit un énorme bruit, qu’elle a assimilé à une sorte d’explosion. Elle se leva brusquement et se dirigea vers la chambre du père, qui ne répondait pas à ses appels.
 
L’irréparable avait été commis, le père gisant dans une mare de sang. Transporté à l’hôpital militaire de Tunis et soumis à des soins intensifs, il décédera cinq jours plus tard.
 
On a également appris que la meurtrière s’est aussitôt rendue à la police de son plein gré après avoir tué son mari. Sa famille a tenu à préciser que leur fille en avait vu des vertes et des pas mûres avec son époux, qui la violentait souvent.
 

T.H

(Source: tunis hebdo du 22 octobre 2001)

 

« الموساد  » يجند فريقا لرصد مواقع الانترنت العربية

بروكسل ـ خاص بالقناة

24\10\2001

علمت  » القناة  » أن جهاز الموساد الإسرائيلى جند مجموعة كبيرة من منتسبيه ممن يجيدون اللغة العربية لمتابعة ورصد مواقع الانترنت العربية وابلاغ مكتب التحقيقات الفيدرالى الأميركى  » أف . بى . أى  » بما يرد فيها من معلومات بشأن الحرب فى أفغانستان وردود فعل المسلمين عليها .وقالت دوائر أمنية أوروبية استطاعت الاطلاع على عدد من تقارير الموساد ان مهمة هذا الفريق هى المتابعة وخصوصا المواقع التى تتهمها واشنطن بالحض على الكراهية وهذا ما يعنى من وجهة النظر الأميركية نشر وجهات نظر مخالفة للحرب الحالية فى أفغانستان .واشارت المعلومات إلى أن مكتب التحقيقات الفيدرالى ذهل من كم المعلومات الواردة فى تلك المواقع وتقدم وجهة نظر مغايرة لواشنطن وأن الـ  » أف . بى . أى  » صدم من قدرة العرب على استخدام شبكة الانترنت لتكوين رأى عام عربى وإسلامى مناهض للحرب فى أفغانستان وما صاحبتها من اعتداءات على المدنيين والأبرياء .وأوضحت أن بعضا من تلك المواقع قد نشرت معلومات استفادت منها الأجهزة الأميركية خاصة ما يتعلق منها بمعرفة عقلية المسلم وتفكيره وكذلك محاولة فهم رسائل أسامة بن لادن عقب بدء الضربات والتى اعتبرت مشفرة لنقل توجيهات الى أعوانه .وتشير تلك الدوائر إلى أن إسرائيل لا تقدم تلك الخدمة إلى واشنطن من باب التعاون فقط بل تهدف من ورائها الى زيادة الهوة والشقاق بين المسلمين والعرب بصفة خاصة والولايات المتحدة

 
Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :
Freedoms Friends  FrihetsVنnner Fِreningen  Box 62 127 22 Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308    

Fax:(46) 8 464 83 21

   e-mail: fvf@swipnet.se



Get your FREE download of MSN Explorer athttp://explorer.msn.com To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

Accueil

Lire aussi ces articles

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.