24 novembre 2005

Home – Accueil الرئيسية

 

 

TUNISNEWS
6 ème année, N° 2013 du 24.11.2005

 archives : www.tunisnews.net


 

 
 
 
 

Solidarité tunisienne: Le journaliste Hamadi jebali dans un état critique!! Comité International pour la Libération de Mohamed Abbou: Mohamed Abbou en danger ! Wahida Jebali:Please help me and my family Letter of the wife of the prisoner Adel Ben Mohammed Tahar Rahali, imprisoned at the prison of April 9 in Tunis Lettre conjointe des acteurs de la societe civile (tunisienne et internationale) au secretaire general de l’ONU Association des Magistrats Tunisiens : Lettre à l’Union Internationale des Magistrats Vérité-Action: Message à Samuel Schmid Lettre de remerciement et d’excuses de l’Association Ez-Zeitouna au Président suisse M. Samuel Schmid Chokri Yacoub: Merci, M. Schmid! Sami Ben Gharbia: Soutien : Échos des Pays-Bas Sami Ben Abdallah: Dernières nouvelles de la Tunisie Alternatives citoyennes – Le Numéro 17  est en ligne Swissinfo: La Suisse proteste auprès de la Tunisie InfoSud: Swissinfo media non grata en Tunisie Le Temps (Suisse): Délit de bêtise Après le SMSI de Tunis, les espaces publics numériques AFP: Mobilisé par la course au pouvoir, Sharon sera absent à l’Euromed AFP: Le roi de Jordanie sera absent au sommet de l’Euromed Committee to Protect Journalists: Bush, Blair should set record straight on leaked Al-Jazeera threat

 

SOLIDARITE TUNISIENNE

40 rue du Landy 93300 Aubervilliers

Tél/ Fax: 01 43 52 09 86

soltunis@hotmail.com

 

 

 

Aubervilliers le 24 novembre 2005

Le journaliste Hamadi jebali:

dans un état critique!!

 

     En grève de la faim depuis le 05 novembre, monsieur Jebali, selon sa femme a décidé de ne pas mettre fin à sa grève de la faim  avant que les autorités pénitentiaires tiennent ses promesses qu’elles avaient  promit à mainte reprise  pour lui libérer.

 

Il est utile de rappeler que la dernière grève de la faim mené par Monsieur Jebali a duré presque un mois. Il n avait pas mis fin que le 21 octobre dernier, après une promesse des autorités tunisienne pour sa libération  à l’occasion des commémorations du 7 novembre (le jour de l’arrivé  de Ben Ali au pouvoir en 1987 qui est devenu une fête nationale).

 

La reprise de la grève de la faim, par  monsieur Jebali avec cinq de ses camarades, dans la prison de El Mahdia (200 km sud de Tunis), marque un  désespoir total, en fixant  Leur objectif cette fois ci l’élargissement ou  la mort. Nous craignons fort pour leurs vies.

 

Nous considérons que les autorités tunisienne malgré la contestation de la société civile tunisienne et les organisations internationales, lors du sommé mondial de la société de l’information (SMSI), qui à eu lieu à Tunis la semaine dernière, continuent de faire la sourde oreille vis-à-vis le problème des prisonniers politiques.

 

Monsieur Jebali 56 ans,  directeur en chef du journal « El fejr » interdit depuis 1990, organe d’information du mouvement Ennahdha parti politique non reconnu.

Condamné à 16 ans et demi de prison férme, derrière les barreaux depuis 15 ans, reconnu par reporter sans frontière comme journaliste prisonniers d’opinion et qui na pas cessé de réclamer sa libération aux autorités tunisiennes (*).

 

Solidarité tunisienne exprime ses inquiétudes pour les conséquences de cette décision, de la grève illimitée, sur l’état de santé de ces prisonniers, fragilisés par des séries de grèves allongées (la quatrième durant l’année 2005 pour monsieur Jebali).

 

Solidarité tunisienne appelle les autorités tunisiennes de mettre fin à cette tragédie et  libérer tous les prisonniers politiques qu’elles continuent à nier leur existence malgré la reconnaissance internationale de ces derniers.

 

Secrétaire général

Fathi Ennaes 

(*)-http://www.rsf.org/article.php3?id_article=55

 

Comité International pour la Libération de Mohamed Abbou (CILMA)

Mohamed Abbou en danger !

Mohamed Abbou, « l’avocat de la liberté », arrêté arbitrairement puis emprisonné injustement par le régime tunisien depuis presque neuf mois dans des conditions effarante, est à sa troisième semaine de grève de la faim.

Contre le gré de ses geôliers, Maître Abbou refuse de s’alimenter pour protester contre son incarcération et les conditions de sa détention.

 Il est à rappeler que M.Abbou n’est pas à sa première grève de la faim. Il a eu recours systématiquement à ce mode d’action périlleux pour son intégrité physique afin d’aviser les opinions nationales et internationales sur le triste sort que lui a réservé la dictature tout simplement pour avoir osé exprimer ses opinions par le biais d’un moyen de communication (Internet) paradoxalement célébré par la Tunisie à l’occasion du Sommet Mondial sur la Société de l’Information !

Samia Abbou « femme courage », épouse de ce grand amoureux de la liberté, est vivement inquiète pour son mari. Elle vient de vérifier par elle-même la détérioration inquiétante de Mohamed après ces interminables journées d’abstention. Elle vient de lancer un cri d’alarme afin de sauver son mari d’une mort lente et tragique.

Le Comité International pour la Libération de Mohamed Abbou s’indigne contre le silence criminel des autorités tunisiennes. Il rappelle au régime qu’il serait tenu pour responsable pour toute atteinte à la santé et à la vie de Maître Abbou.

Le CILMA réclame encore une fois la libération inconditionnelle et immédiate de Mohamed Abbou ainsi que tous les prisonniers politiques. 

 

Paris, le 24 novembre 2005

Imad Daïmi, Vincent Geisser, Chokri Hamrouni

Comité International pour la Libération de Mohamed Abbou (CILMA)      

 
 

 

Wahida Jebali:

Please help me and my family

 

Sousse 24-11-2005

 

 

To whom it may concern,

 

 

Dear Sir, Madam or miss ; As I promised you before, I am emailing you concerning the last news of my husband in his jail.

 

First, let me announce the words that Hamadi insist to pass it to you and to media around the world.

 

Hamadi said :

 

“There are no options for us. We are suffering ; we will not stop our hunger strike as some others did. If the government will not liberate us, they will release our bodies soon after we will pass away.”

 

The situation in jail is the worst. The jail forces treated my husband very bad.

 

I observed the last Tuesday (23-11-2005) a terrible conversation between my husband and the jail principal.

 

This previous chief abused my husband in front of my eyes and he insulted him many times. Hamadi refused the food I brought.

 

He announced that polices and jail forces changed their behaviour suddenly.

 

They treated his group badly. They disregarded all the processes they gave before. The government is punishing the poor people in jail after the SMSI. I am not seeing any hope after the scene of the last Tuesday.

 

Please help me and my family. It is true that I want to see my husband soon, but I don’t want to only see his body. I tried to convince him many times to stop the hunger strike, but I couldn’t.

 

Please help us…

 

 

Best regards

 

 

Wahida Jebali

wahida_hamadi@yahoo.fr

 

(Source : www.reveiltunisien.org, le jeudi 24 novembre 2005)

 


Amman, November 23, 2005

 

Letter of the wife of the prisoner Adel Ben Mohammed Tahar Rahali, imprisoned at the prison of April 9 in Tunis

 

 

Adel Ben Mohammed Ben Tahar Rahali continues his hunger strike since November 6, 2005

 

My husband, Adel Rahali, began a hunger strike on November 6, 2005, unlimited strike and savage (without water nor sugar), one of the forms of the most dangerous strikes.  It will go until the end this time, until God delivers it because it is oppressed, condemned to five years of oppression, all that for a pseudonym or a membership of a terrorist organization. By this means, he wants that his voice arrives at the whole world, because it was not heard in Tunisia, where he is repressed and innocent. My husband let know that it would carry out this strike until its term, the victory or martyrdom, it is that five years of his life were mown to him! I ask by this mail all the defenders of the rights of the political prisoners and particularly those who are in Ireland, to help my husband by making pressure on Tunis to release him. I ask for the assistance of the international media and all the organizations of humans right and defense of the press, to help my husband to be heard by the Irish authorities so that these last require in Tunis to release Adel. He was returned from Ireland to Tunisia only for one infringement with the law on immigration in force to Ireland. It has nothing to do with terrorism, neither of near nor by far.

 

I invite the Tunisian and Irish persons in charge to say why my husband is in prison so far. I know that the reaction of the Tunisian authorities to the hunger strike could be very hard:  refeeding of force or transfer in another prison, distant. This is why is needed that the Irish persons in charge examines that seriously, that they take makes and causes for him and contribute to its release by specifying the way in which it was returned at the time to Tunisia. I want that all is done so that it ceases his strike. I invite the Irish authorities to intervene and make pressure on Tunisia to release him. Irish authorities have to provide Tunisia with a document proving that Adel was returned to Tunisia only for infringement with the rules of immigration to Ireland. Myself and my husband tenons for persons in charge for what Adel endured: prison, torture, oppression following its expulsion in Tunisia on April 14, 2004.

 

Mervat Yaghi

Amman, Jordan

 

I undersigned, Adel Rahali, currently imprisoned with the civil prison of April 9 in Tunis, informs solemnly of my entry in unlimited hunger strike as from November 6, 2005: I refuse the injustice which fell down on me at the time of my last lawsuit which was held on last 3 October, at the time I was condemned to five years of imprisonment, ten years of administrative control, and to a fine of five thousand dinars, all that to have used a pseudonym.  I feel that my life is broken.  I lost any hope, because it was stolen five years of my life wrongfully and I did not do anything so that I am condemned. I was shown terrorism and I am innocent.  My only sin is to have resided abroad, in Ireland where I asked for asylum to obtain documents of stay.  I am a victim of the war against terrorism, a victim of the recent law antiterrorist in Tunisia. Here where it starts to condemn it’s own children for saying to the world that they fight terrorism! Where are the United Nations?  Where are the committees of humans right? Where are the defenders of the victims of the war against terrorism? I am their victim, if not they would have defended me after I lost any hope with the lawsuit before the Court of Appeal, when I was not released.  I do not rely any more on whoever and I decided this time to carry out this strike until one restores me my freedom or that God delivers me. any person concerned, with whoever refuses the injustice in this world.  I ask for my release and to be able to join my wife of Jordanian nationality, Mervat Yaghi, which I did not re-examine since two years.

 

The prisoner Adel Rahali

civil Prison of April 9

 

 

 

Committee to Protect Journalists

Website: http://www.cpj.org

E-mail: info@cpj.org


 

APRES LE SOMMET DE TUNIS, LETTRE CONJOINTE DES ACTEURS DE LA SOCIETE CIVILE (TUNISIENNE ET INTERNATIONALE) AU SECRETAIRE GENERAL DE L’ONU

WSIS/United Nations

 

Joint Open Letter

 

His Excellency Kofi A. Annan

Secretary-General United Nations

Novembre 23rd 2005

 

Dear Mr. Secretary-General,

 

This week in Tunis, at the World Summit on the Information Society, both inside and outside the official Summit, we have witnessed serious attacks on human rights and the right to freedom of expression. These attacks have included harassment of delegates, assaults on Tunisian and international journalists and human rights defenders, denial of entry to the country, the blocking of websites, the censorship of documents and speeches, and the prevention and disruption of meetings.

 

In advance of the Tunis Summit, civil society organisations expressed to you, in a joint letter of 1 October 2005, very serious concerns about the suitability of Tunisia as a host country. You kindly replied on 27 October 2005, when you indicated that you shared those concerns. You also outlined the measures the United Nations was taking to persuade Tunisia to comply with its international commitments on human rights.

 

The events this week in Tunis are the culmination of a preparatory process, commencing in Hammamet in June 2004, in which civil society participation and modus operandi have been severely disrupted as a result of the invasive presence of Tunisian government officials and their spokespeople throughout civil society meetings and structures. The holding of the Summit in Tunisia, under the auspices of the Tunisian government has not only put the spotlight on the host country’s poor human rights record, it has also brought into question the adequacy of United Nation’s mechanisms for civil society participation.

 

We believe it is essential that lessons are learnt from what has taken place here this week and we therefore call upon you, the Secretary General of the United Nations, to launch a full investigation into the attacks on human rights and freedom of expression that we have witnessed in Tunisia both in the run-up to and during the World Summit on the Information Society. We ask you to closely monitor the follow-up period in Tunisia.

 

We also ask you to undertake a thorough-going review of procedures leading up to the choice of host country, the protocols for host country agreements with UN agencies and the commitments required of the host country. We further ask you to revise the UN rules for civil society accreditation to ECOSOC and to UN conferences in order to end the exclusion of civil society organisations where the basis for that exclusion is a decision of an individual government with no right of appeal to any independent commission.

 

This week has reminded us of the importance of being constantly vigilant and of the courage of those who speak out in the face of repression and censorship. We know you share many of our concerns and we sincerely hope you will act swiftly on our requests.

 

Yours,

Meryem Marzouki, President, IRIS (Imaginons un réseau Internet solidaire – France) Steve Buckley, President, AMARC (World Association of Community Radio Broadcasters) Sidiki Kaba, President, FIDH (Federation Internationale des Droits de l’Homme) Chantal Peyer and Wolf Ludwig, Comunica-CH (Swiss Platform on the Information Society) Anriette Esterhuysen, Executive Director, APC (Association for Progressive Communications) Eric Sottas, Director, OMCT (Organisation Mondial Contre la Torture) Sean O Siochru, CRIS (Communication Rights in the Information Society) Mark Bench, Executive Director, WPFC (World Press Freedom Committee) Agnes Callamard, Executive Director, Article 19 Rikke Frank Joergensen, Digital Rights – Denmark Robin Gross, IP Justice Sara Wyatt, International PEN Writers in Prison Committee Bob Carty, CJFE (Canadian Journalists for Free Expression) Mokhtar Trifi, President, LTDH (Ligue Tunisienne pour la Defense des Droits de l’Homme) Sihem Bensedrine, Spokesperson, CNLT (Conseil National pour les Libertés en Tunisie) Naziha Rjiba, Deputy President, OLPEC (Observatoire pour la Liberté de Presse, d’Edition et de Création) Radhia Nasraoui, President, ALTT (Association de Lutte contre la Torture en Tunisie) Lotfi Hajji, President, SJT (Syndicat des journalistes tunisiens) Ali Ben Salem, President, ANAR (Amicale Nationale des Anciens Résistants) Mohamed Nouri, President, AISPP (Association Internationale pour le soutien aux prisonniers politiques) Fathi Chamkhi, Président, RAID-Attac (Rassemblement pour une Alternative Internationale de Développement) Jalloul Azouna, Président, AEL (Association des Ecrivains Libres) Carlos Afonso, RITS, (Rede de Informações para o Terceiro Setor, Brazil) Milena Bokova, Executive Director, BlueLink Information Network, Bulgaria Hamada Tadahisa, JCANet, Japan Al Alegre, Director, FMA (Foundation for Media Alternatives, Philippines) Roberto Bissio, Executive Director, ITeM (Instituto del Tercer Mundo, Uruguay) Ziad Abdel Samad, Executive Director, ANND (Arab NGO Network for Development) Alexis Krikorian, IPA (International Publishers Association) Tuula Haavisto, WSIS Coordinator, IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions) William Drake, President, CPSR (Computer Professionals for Social Responsibility) Danièle Lenzin and Roland Kreuzer, Co-presidents of comedia – the Swiss media union.


L’Association des Magistrats Tunisiens (A M T) adresse une lettre à l'Union Internationale des Magistrats (U I M)
 

Monsieur

le Président de l’Union Internationale des Magistrats

 

 

Le Bureau Exécutif des Magistrats Tunisiens vous met au courant que ses membres ont présenté des demandes à Monsieur le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme en vue d’octroyer une autorisation de quitter le territoire tunisien comme l’exige l’article 39 des statuts des Magistrats et ceci afin de participer à la 48ème réunion annuelle de l’UIM et qui se tiendra à Montevideo du 20 au 24 novembre 2005. Mais ces demandes sont restées sans réponse, ce qui s’explique par un refus. Les mêmes demandes ont été  rejetées lors de l’invitation de 5 membres du Bureau Exécutif par la Commission Internationale des Juristes et en marge de la 3ème réunion préparatoire du Sommet Mondial sur la Société de l’Information destinée à discuter des questions relatives à « l’administration de la justice ».

Il est à signaler que l’attitude hostile du Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme envers le Bureau Exécutif actuel élu démocratiquement lors du congrès tenu le 12/12/2004 et jugé « trop indépendant » a conduit l’autorité de tutelle à :

–                     l’utilisation du mouvement dans le corps de la magistrature pour annoncer des mutations collectives dans une réunion préliminaire du conseil supérieur de la magistrature tenue au Ministère de la Justice pour disloquer l’AMT et vider ses structures légales et ce par l’approbation des mutations à caractère répressif à l’encontre de Mmes Kalthoum Kennou (secrétaire générale) et Wassila Kaabi (membre du bureau exécutif) et de 9 membres de la Commission  Administrative et d’un grand nombre de Magistrats en raison de l’exercice de leur droit d’_expression, dans des tribunaux éloignés de leurs domiciles de plus de 600km,

–                     des pratiques vidant à étouffer les activités du Bureau Exécutif dans son siège au Palais de Justice et ce en arrachant les communiqués affichés, la coupure des moyens de communication et l’intensification du contrôle policier,

–                     une demande adressée le 29/08/2005 au Bureau Exécutif pour libérer le siège de l’Association et rendre ses clés,

–                     une fermeture le 31/08/2005 du siège de l’Association sans base légale ni décision administrative ou judiciaire,

–                     le refus de Monsieur le Ministre de la Justice de recevoir le Président de l’Association malgré la demande déposée le même jour de la fermeture, au bureau d’ordre sous le n° 84807 et ce suite à ce que lui a communiqué Monsieur le Procureur de la République auprès du Tribunal de Première Instance de Tunis que la fermeture a lieu sur ordre de Monsieur le Ministre de la Justice. De même, Monsieur le Procureur de la République a refusé d’autoriser un huissier notaire à établir un constat quant à la fermeture du siège,

–                     la réouverture du dit siège à un comité « fantoche » créé au sein du Ministère de la Justice chargé de gérer les affaires de l’Association et ceci en dehors de toute légalité.

 

Monsieur le Président,

La fermeture du siège de l’Association des Magistrats Tunisiens a été précédée par l’enchaînement d’un certain nombre d’agissements sur une période de 7 mois mettant au clair la diversités des atteintes visant l’indépendance de l’Association, la représentativité des ses structures et les droits de ses membres à exprimer leurs opinions dans le cadre légal ;  à cet égard on note :

–                     le refus de Monsieur le Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme de tout dialogue avec le nouveau Bureau Exécutif. En effet, dès l’annonce des résultats des élections du 10ème congrès tenu le 12/122004, il n’a répondu à aucune des demandes de réunion de travail présentées par le bureau élu.

–                     le Président de l’Association n’a pas été invité à assister aux débats budgétaires relatifs au Ministère de la Justice et ce contrairement à l’usage,

–                     le Ministère a procédé  à l’encouragement aux appels à signer des pétitions pré écrites ayant pour objet de discréditer  la représentativité de l’Association,

–                     la campagne menée par certains quotidiens et hebdomadaires depuis de 23/03/2005 sur des « différents entre les Magistrats » au sujet de l’exercice du Bureau Exécutif puis la propagation à partir du 13/06/2005 de l’éventualité de retrait de confiance et la tenue d’une assemblée électorale à la fin du mois de décembre 2005 (alors que selon le statut de l’Association, le Bureau Exécutif  est élu pour 2 ans),

–                     la mobilisation d’un groupe de magistrats constitué principalement des Procureurs Généraux, des Procureurs de la République et des Présidents des Tribunaux (tout en exploitant les moyens logistiques des tribunaux qui dépendent directement de l’autorité de tutelle),  pour la tenue d’un rassemblement le même jour et sur le lieu même où devrait se tenir le Conseil National du 12 juin  2005.  Ainsi, les membres du Bureau Exécutif se sont trouvés dans l’impossibilité de tenir cette réunion du Conseil et de la reporter ultérieurement.

–                     des tentatives échouées pour organiser une Assemblée Générale extraordinaire le 10 juillet 2005 en dehors de toute légalité et des tentatives d’entraver la tenue d’une Assemblée Générale extraordinaire le 03/07/2005 sur invitation du Bureau Exécutif légitime afin de discuter du projet de modification des statuts des Magistrats, du mouvement de mutation et des avancements.

 

Monsieur le Président,

Si le bureau Exécutif de l’AMT relate les faits précédents, c’est parce qu’ils constituent une grave atteinte à la liberté d’Association pourtant garantie par la Constitution Tunisienne du 1er juin 1959, par les Traités Internationaux et par les principes fondamentaux de l’Indépendance de la Magistrature.

 

Monsieur le Président,

Le Bureau Exécutif de l’AMT considère que les Magistrats ne peuvent exprimer leurs opinions sur des sujets relatifs à leur justice que dans le cadre d’une Association indépendante qui défend les intérêts collectifs des Magistrats Tunisiens. Il est à noter à cet égard que tous les efforts du Bureau Exécutif ont été orientés dès les élections de décembre 2004 vers la revendication d’un statut plus protecteur de l’indépendance de la justice stipulant le principe de l’inamovibilité du juge (qui constitue la garantie traditionnelle de l’indépendance de la justice) ainsi que le principe interdisant la mutation ou la nouvelle affectation du juge sans son consentement même en situation d’avancement car ces principes fondamentaux n’étaient pas assurés  par la loi du 14 juillet 1967 régissant le statut des Magistrats, il en est de même pour l’amendement apporté à cette loi le 30/07/2005 sans le consentement  ni la consultation des Magistrats.

Le Bureau Exécutif a insisté sur :            

–                     la réforme du Conseil Supérieur de la Justice à travers la fixation de son siège en dehors du Ministère de la Justice, l’élargissement de la base élective dans sa composition, le renforcement de ses compétences, la réglementation de son administration, l’amélioration de ses méthodes de travail afin de garantir la participation de ses membres. L’Association a révélé que le mode d’élection des représentants des juges au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature réglementé par un arrêté du 9/01/1973, est caractérisé par une candidature obligatoire de tous les juges, un scrutin  par correspondance ne remplissant pas les garanties minimales d’une opération secrète et personnelle et l’absence de toute garantie dans les procédures de dépouillement des voix par un comité désigné par le Ministre de la Justice et en l’absence des Magistrats concernés et à ce propos l’Association et afin de renforcer la participation des juges dans la réforme du Conseil Supérieur de la Magistrature et instaurer une représentativité réelle de leurs institutions, a approuvé pour la première fois l’exercice du droit d’opposition consacré par l’arrêté de 1973 à l’encontre des derniers résultats des élections du Conseil Supérieur de la Magistrature.

–                     La prise en considération du consentement du juge et de sa situation familiale et sociale avant toute décision de mutation.

–                     L’élargissement des garanties nécessaires pour l’avancement et la mutation et ce notamment par :

§         La motivation des décisions arrêtées par le Conseil Supérieur de la Magistrature concernant la mutation des juges et leur avancement.

§         L’instauration d’un système objectif d’évaluation de l’activité professionnelle du juge lui garantissant le droit de discuter cette évaluation selon une procédure transparente.

§         La réglementation des procédures d’opposition à l’encontre du tableau d’avancement et du tableau d’aptitude

 

Monsieur le Président,

Toutes les positions de principe prises à propos de sujets en rapport direct avec la défense des intérêts moraux et matériels des Magistrats et la défense de l’intégrité morale des Tribunaux ont été à l’origine des  mesures abusives prises à l’encontre des membres actifs de l’Association.

 

Monsieur le Président,

Le coup de force contre une Association dont le Bureau Exécutif est élu démocratiquement dans un congrès qui a connu la participation de plus de mille Magistrats constitue une grave atteinte à la liberté d’Association et d’_expression.

Le bureau juge qu’il est de son devoir de vous demander d’examiner la situation de l’Association et les atteintes au droit d’association et les menaces encourues par ses membres et vous prie de prendre des décisions adéquates conformément au statut de l’UIM et de désigner un rapporteur pour constater la situation actuelle de l’Association.

 

 

Monsieur le Président,

Nous avons informé Madame la Présidente de Groupe Africain de la situation. Elle nous a envoyé une lettre de soutien ; nous avons eu aussi le soutien de plusieurs organisations nationales telle que la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme, l’Ordre des Avocats, les Syndicats (de l’Enseignement Supérieur, de l’Enseignement secondaire, …) et d’organisations indépendantes comme Amnesty Internationale, le Syndicat des Magistrats Français, …

 

Comptant sur votre soutien pour nous aider à remonter les difficultés vécues par notre Association et par les membres de son Bureau Exécutif ainsi que par ses adhérents, Veuillez, Monsieur le Président, agréer nos salutations les plus distinguées.

 

Pour le Bureau Exécutif

Le Président de l’Association des Magistrats Tunisiens

M. Ahmed Rahmouni

 

 

Message à Samuel Schmid

Vérité-Action

Case postale 1569

CH-1701 Fribourg

Suisse

 

Fribourg, le 23 novembre 2005

 

 

A l’attention de Son Excellence, Monsieur Samuel SCHMID, Président de la Confédération Helvétique

 

 

Monsieur le Président, 

 

Vérité-Action est une organisation non gouvernementale fondée et basée dans le canton de Fribourg en Suisse selon le Code Civil Suisse (CCS). Elle a été créée dans le but d’Observer et d’Agir pour défendre les droits de l’Homme en Tunisie.

 

Nous avons entendu avec attention et pleine satisfaction votre discours prononcé, au nom de la Confédération Suisse, lors du Sommet Mondial pour la Société de l’Information (SMSI) qui s’est déroulé, en Tunisie, du 16 au 18 novembre 2005.

 

Nous tenons à saluer votre engagement solennel en faveur du développement de liens étroits et indispensables entre la démocratie et la société de l’information étant donné, pour reprendre vos propres paroles qu’ «il n’est pas acceptable – et je le dis sans détours – que l’Organisation des Nations Unies compte encore parmi ses membres des Etats qui emprisonnent des citoyens au seul motif qu’elles ont critiqué leur gouvernement ou leurs autorités sur Internet ou dans la presse ».

 

Cet engagement a été largement salué par tous les tunisiens qui craignaient que l’organisation de ce sommet en Tunisie ne soit instrumentalisée pour cacher la démocratie de façade et qui étaient soulagés d’entendre le président du pays co-organisateur du SMSI dire qu’il «il va de soi qu’ici à Tunis, dans ces murs mais aussi à l’extérieur, tout un chacun puisse discuter en toute liberté ».

 

Monsieur Le Président,

 

En réitérant, au nom de tous les Tunisiens, notre parfaite reconnaissance pour la clarté du message et de l’engagement contenu dans ce témoignage, nous nous permettons de vous interpeller afin que la Confédération suisse continue à soutenir les aspirations légitimes du peuple tunisien à l’instauration d’une vraie démocratie et à l’abolition de toutes les lois d’exception et à la libération de tous les prisonniers politiques et d’opinion en Tunisie.  

 

Veuillez croire, Monsieur le Président, à l’assurance de notre parfaite considération.

 

 

Pour Vérité-Action

Safwa AISSA, présidente


 

 

Lettre de remerciement et d’excuses de l’Association Ez-Zeitouna au Président suisse M. Samuel Schmid

 

Excellence, le Président de la Confédération, M. Samuel Schmid,

 

Je ne trouve pas de mots appropriés pour vous remercier suffisamment pour votre discours historique prononcé au Sommet Mondial de la Société de l’Information à Tunis.

Dans notre culture nous disons : « Le meilleur mot est le mot véridique que vous dites en face d’un oppresseur » et vous l’avez fait ! BRAVO.

 

En tant que victime de la dictature de Ben Ali, déraciné de chez moi comme tant d’autres et exilé de mon pays sans raison depuis maintenant 14 ans, je n’aurais pas pu dire mieux ni autant.

 

Monsieur le Président,

 

Vous avez peut être laissé de côté le principe de la neutralité, pilier fondamental de la politique Suisse, mais pour quelle cause ? Pour défendre des VALEURS HUMAINES et non des intérêts personnels ni même d’un état. Vous étiez, et vous l’êtes à jamais, BRAVE et EXCELLENT, et Vous avez montré à quel point vous êtes un Homme de principe et un Homme d’Etat. Vous avez honoré la Suisse.

 

Monsieur le Président,

 

Votre discours a fait tomber le décor démocratique derrière lequel se barricade le régime dictatorial de Ben Ali pour mater le peuple tunisien et entraver toutes ses aspirations à la Liberté, à la Démocratie, au respect des Droits de l’Homme et à une vie meilleure.

Les échos qui nous parviennent de notre pays à propos de votre discours, dépassent toute imagination et notre peuple ne trouve le moyen de vous remercier et de s’excuser pour le manque de respect à votre égard de la part du régime tunisien, en censurant votre discours, qu’à travers des ONG comme la notre (Ez-zeitouna) ou des voix libres à travers le monde qui ont pu échapper à la dictature de Ben Ali. Je Vous présente donc officiellement, Monsieur le Président, mes excuses et celles de tous les réfugiés politiques tunisiens, membres de l’association Ez-zeitouna, sur le sol helvétique. C’est un devoir national.

 

Monsieur le Président,

 

Si Vous, hôte de marque de la Tunisie,  avez été censurés devant les caméras du monde entier, que dire alors du sort du simple citoyen Tunisien qui ose réfléchir et s’exprimer loin de la vue et de l’ouie de tout le monde!

Il subira, certainement, la censure, le harcèlement ou carrément la prison et la torture.

Les descentes policières nocturnes et les représailles de vengeance contre l’opposition ont déjà repris, bien qu’elles n’ont jamais cessé, de plus belle alors que les participants au sommet n’ont pas encore quitté la Tunisie.

 

Monsieur le Président,

 

500 prisonniers politiques croupissent toujours en prison depuis 15 ans dans des conditions inhumaines d’isolement cellulaire et certains d’entre eux sont en grève de la faim depuis quelques semaines. Il subissent la torture, le harcèlement, l’humiliation, les agressions sexuelles et ne mangent même pas à leur faim alors que les pions du régime tunisiens osent le défendre sur le sol helvétique !!!

 

Monsieur le Président,

 

Avec votre discours vous avez beaucoup fait, mais il reste aussi beaucoup à faire. Le peuple tunisien, ainsi que la Liberté, la Démocratie et les Droits de l’Homme attendent de vous davantage et ni les moyens ni les manières ne manqueront à un Homme d’Etat comme vous.

 

Monsieur le Président,

 

MERCI et BRAVO encore une fois et excusez-moi d’avoir écrit VOTRE NOM et celui de ben ali dans la même page.

 

 

 

Neuchâtel, le 23.11.2005

 

Président de l’Association Ez-Zeitouna

 

Larbi Guesmi

 


 

Merci, M. Schmid!

Chokri Yacoub, Renens (VD)

 

 

Il y a des moments où l’on se sent fier d’appartenir à un pays. Ce sentiment de fierté je l’ai ressenti lors du discours prononcé par M. Samuel Schmid le 16 novembre lors de l’ouverture du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI) qui s’est tenu en Tunisie. Sur ordre des autorités de ce pays, le discours diffusé en direct par la télévision a été brusquement interrompu. Plus censuré que ça, tu meurs.

 

Devant des milliers de personnes et en présence du général Zine El Abidine Ben Ali et de M. Kofi Annan secrétaire général des Nations unies, le président de la Confédération a clairement signifié au dictateur de Carthage qu’il n’est pas acceptable que l’ONU compte encore parmi ses membres des Etats qui emprisonnent des citoyens au seul motif qu’ils ont critiqué leur gouvernement sur Internet ou dans la presse.

 

Etant originaire de Tunisie, je peux vous assurer que les propos de M. Schmid ne sont aucunement exagérés. Le régime policier tunisien est répressif et n’autorise aucune liberté d’expression. D’ailleurs, toute personne se rendant pour la première fois en Tunisie est frappée par le nombre impressionnant de policiers. Sans des interventions courageuses et franches telles celles du président de la Confédération, le régime de Ben Ali continuera la répression à l’encontre de ces concitoyens et le verrouillage de toute information libre.

 

Je voudrais, en mon nom et au nom de tous les défenseurs des libertés, vous dire, Monsieur le Président de la Confédération, un grand merci.

 

(Source: “Le Temps” (Suisse), le 24 novembre 2005)


 

Soutien : Échos des Pays-Bas. Par Sami Ben Gharbia mis en ligne le jeudi 24 novembre 2005

Lors de son message de soutien à la cause tunisienne qu’il a adressé aux dizaines de manifestants tunisiens rassemblés devant le siège du gouvernement néerlandais à La Haye le 16 novembre 2005, le député du Parti Socialiste (SP) Harry Van Bommel, tout en soutenant la décision du professeur Cees Hamelink de ne pas se rendre au sommet de Tunis, a regretté la volonté du ministre des affaires économiques Laurens Jan Brinkhorst de bien s’y rendre.  

Harry Van Bommel s’est engagé à interpeller le ministre néerlandais des affaires étrangères sur la situation des droits de l’Homme en Tunisie. Chose qu’il a faite le mardi 22 novembre 2005. (voir sur le site du SP – en néerlandais)  

Ayant pris connaissance de l’initiative yezzi, il a voulu participer à la manifestation en ligne et placer sa photo parmi les manifestants. (voir sa photo sur yezzi.org).  

Outres l’intervention de Harry Van Bommel du Parti Socialiste, deux députés du Parti du travail, le PVDA ( social-démocrate), Khadija Arib, d’origine marocaine, et Bert Koenders ont à leur tour interpellé, aujourd’hui 24 novembre 2005, le ministre des affaires étrangères sur le cas de la Tunisie. Ils lui ont adressé des questions sur la situation des droits de l’homme et des libertés dans le pays. Les deux députés du Parti du travail, le PVDA, ont appelé le gouvernement néerlandais à réagir aux violations répétées des droits humains en Tunisie et à faire pression sur le régime tunisien pour qu’il respecte ses engagements en vertu de l’accord de partenariat euro méditerranéen conclu avec l’Union Européenne.
 
(Source: Le Forum Thet Essour de www.nawaat.org le 24-11-2005)

 


 
Dernières nouvelles de la Tunisie
 
Demain les grévistes de la faim ainsi que des partis politiques se réuniront afin d’adopter une position commune à propos du geste de Ben Ali que tout le monde est unanime à trouver en deçà des attentes. Moncef Marzouki est souffrant, c’est ce qui explique son absence. Il a pu quand même aller au Kef vendredi dernier afin de rendre visite à Maitre Abou. Plusieurs amis à Tunis et à Paris soutiennent que « le CPR a explosé et que les anciens cpristes qui font actuellement partie du groupe Al-Karama ne sont plus au CPR ou ne considèrent plus que Moncef Marzouki les engage politiquement ». Ces déclarations sont à rendre avec beaucoup de réserves dans l’attente d’une confirmation ou une infirmation du porte parole du CPR ou à défaut, Chokri Hamrouni ou Imed Daimi. Par ailleurs, sachant que plusieurs membres de ce forum sont ou proches du PDP ou adhérents à ce parti (ceci les intéressera), Il semble que de nombreux dissidents ne sont pas satisfaits de la couverture qu’a faite Al-Mawquif de la grève de la faim (d’autres se disent au contraire satisfaits) et se disent mécontents de voir des personnes très contestées « parachutées » au PDP. Faut voir ça avec Nejib Chebbi . Sami Ben Abdallah

Alternatives citoyennes – Numéro 17 – 24 novembre 2005
 
Bonjour à tous, Le numéro dix-sept de la revue en ligne « Alternatives citoyennes – Des Tunisiens, ici et ailleurs, pour rebâtir ensemble un avenir » est paru,  en date du 24 novembre 2005. Si vous voulez être tenu(e) au courant de nos parutions, nous vous  proposons de vous abonner à notre liste de diffusion. Vous trouverez  également d’autres possibilités, notamment celle de soumettre des  articles pour contribuer à la revue. Tout cela est accessible, comme le numéro dix-sept de la revue, à  partir de la page d’accueil du site : http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org

Vous trouverez ci-dessous le sommaire complet de ce numéro et les références de chaque article. La revue Alternatives citoyennes, comme bien d’autres journaux et sites  tunisiens indépendants, est toujours censurée en Tunisie. Depuis le  numéro onze, nous maintenons donc deux listes d’abonnés : – La liste « somm-altcit », qui ne reçoit que ce message d’annonce et de présentation du numéro, – La liste « diff-altcit », qui reçoit en plus par courrier électronique l’intégralité des articles publiés, à raison d’un message par article. Vous trouverez en fin de message des indications pour vous abonner à l’une ou l’autre liste, selon que vous avez accès librement à l’information, ou que, résidant en Tunisie, vous êtes privé(e) de cette  Liberté fondamentale. Pour tout contact, veuillez utiliser exclusivement l’adresse : redaction@alternatives-citoyennes.sgdg.org
 

 Merci et bonne lecture.

La rédaction d'Alternatives citoyennes.
=+=+=+=+=+=+=+=+=+=+
 
Alternatives citoyennes - Numéro 17 - 24 novembre 2005
 
Au sommaire de ce numéro :
 
Éditorial :  Cette « toute petite minorité hostile » - Au SMSI, une répression en haut  débit, par la rédaction
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/editorial-w.html>
 
Actualité : La grève de la faim ressource l'opposition tunisienne, ses méthodes et ses enjeux - Néjib Chebbi sera-t-il le leader de l'alternance ?, par Nadia Omrane
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/actualite-w.html>
 
Politique :
  - Présentation : Mouvement du 18 octobre : unanimité ou unanimisme ?, par la rédaction
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/politique-w.html>
  - Où en sommes-nous ?, par Neïla Jrad
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/pol-jrad-w.html>
  - La grève de la faim, et après ?, par Ilhem Marzouki
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/pol-marzouki-w.html>
 
Démocratie :
  - Présentation : La Tunisie est-elle une dictature laïque ?, par la rédaction
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/democratie-w.html>
  - La vraie laïcité dérange les régimes despotiques, par Slah Jourchi
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dem-jourchi-w.html>
  - Un despotisme musulman plutôt qu'une dictature laïque, par Neïla Jrad
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dem-jrad-w.html>
  - Dictature laïque ?, par Latifa Lakhdar
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dem-lakhdar-w.html>
  - La laïcité, un attribut de la démocratie, par Ilhem Marzouki       
<http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dem-marzouki-w.html>
  - Un système ni dictatorial ni laïque, mais anachronique et pervers, par Salah Zeghidi
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dem-zeghidi-w.html>
 
Économie :
  - Présentation : Décryptages à deux voix, par la rédaction
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/economie-w.html>
  - Dictature et développement peuvent-ils faire bon ménage ? Entretien  
avec Mahmoud Ben Romdhane, entretien conduit par Nadia Omrane
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/eco-benromdhane- 
w.html>
  - Un ciel bas et lourd pèse-t-il sur l'économie  tunisienne ?  
Entretien avec Hassine Dimassi, entretien conduit par Nadia Omrane
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/eco-dimassi-w.html>
 
Dossier : SMSI
  - Présentation : Quel bilan du SMSI pour la Tunisie ?, par la rédaction
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dossier-w.html>
  - Pendant les travaux, le gâchis  continue,  par Meryem Marzouki
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dos-bilan-w.html>
  - Mais qui donc conseille Ben Ali avant le  SMSI ?, par la rédaction
               
<http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dos-prepcom3-w.html>
  - À la veille du SMSI, mes démêlés avec l'ATI, bras virtuel de la tyrannie - Rendez-moi mon Internet !,  par Nadia Omrane
               <http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dos-ati-w.html>
  - Le caucus des droits de l'homme tire le bilan de la phase de Tunis du SMSI, document
<http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dos-caucusddh-w.html>
  - Lettre ouverte à Kofi Annan, avec appel à  signatures, document
<http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/dos-lettreONU-w.html>
 
Champ libre : L'exemplarité du putsch d'Ely Ould Mohamed Vall (Mauritanie) - Y a-t-il de « bons » coups d'État ?, par Nadia Omrane
<http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/num17/champlibre-w.html> 

 

 

« Tunisie Réveille Toi ! », (http://www.reveiltunisien.org )

 

Nouveaux articles mis en ligne le 23 novembre 2005

          ————————–

 

** Internetsurfer von Zarzis / Internetzensur **

par Rédaction de reveiltunisien.org 

 

Voici les scripts des émissions radio de l’ARD diffusés à l’occasion du SMSI. Nous tenterons de les traduire de l’allemand vers le français dans la mesure de nos possibilités *.

 

(*) La rédaction de RT recherche un traducteur allemand/français pour une mission ponctuelle non rémunérée.

 

è     http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=2000

 

 

** Ce qui est à César doit rester à César **

par Kacem le 23 novembre 2005

 

-> http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=1987

 

** Tunisie, le sommet de l’intox – émission Temps présent (Télévision Suisse Romande 1) **

è     http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=1997

 

 

** Un pouvoir qui ne représente en rien la TUNISIE

par Néjib Hosni **

 

 

-> http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=1999

 

** Tunisie : La légitimité du Sommet des Nations unies est remise en cause ar les manoeuvres de harcèlement du gouvernement **

 

-> http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=1998

 

** Ceux qui vont mourir vous saluent **

par Tunisie, réveille-toi ! le 23 novembre 2005

 

è     http://www.reveiltunisien.org/article.php3?id_article=2002

 


 

La Suisse proteste auprès de la Tunisie

 

Le Conseil fédéral réagit à la censure du discours de Samuel Schmid lors du sommet de l’information en protestant auprès des autorités tunisiennes.

 

Marc Furrer, chef opérationnel de la délégation helvétique pour la conférence onusienne, va aussi se plaindre auprès de l’Union internationale des télécommunications.

 

La Suisse a formellement protesté mercredi auprès de la Tunisie contre la censure du discours prononcé la semaine passée à Tunis par Samuel Schmid lors du Sommet mondial de la société de l’information (SMSI).

 

Berne était en effet l’hôte d’honneur de ce sommet pour avoir accueilli la première phase du SMSI à Genève en 2003.

 

L’ambassadeur de Tunisie en Suisse a donc été convoqué mercredi après-midi par le ministère suisse des affaires étrangères (DFAE). Le chef de la Division politique II du DFAE (Afrique/Moyen Orient), Paul Fivat, lui a transmis oralement la protestation des autorités helvétiques, selon Jean- Philippe Jeannerat.

 

Et le porte-parole du DFAE de préciser à swissinfo : «Le Conseil fédéral a également chargé Marc Furrer (chef opérationnel de la délégation suisse à Tunis, NDLR) d’écrire à l’Union internationale des télécommunications, organisatrice du SMSI, pour protester contre l’ensemble des entraves mises à la liberté d’_expression et au travail des journalistes lors du sommet.»

 

Un journaliste a en effet été violemment aggressé en marge du sommet et plusieurs de ses collègues ont été pris à partie en couvrant l’action de la société civile tunisienne et internationale dans les rue de Tunis.

 

A l’intérieur même du centre de conférence, les participants n’avaient pas accès à une série de site web (dont swissinfo)qui déplaisent au régime du président Ben Ali.

 

Un discours censuré

 

Le président de la Confédération Samuel Schmid avait représenté la Suisse lors de l’inauguration du SMSI mercredi dernier à Tunis. Dans son discours, il avait eu des mots durs contre la situation des droits de l’homme en Tunisie.

 

Le discours était diffusé en direct par la télévision tunisienne, mais la transmission s’était brusquement interrompue au moment des passages critiques contre le régime du président Ben Ali. La traduction distribuée dans la salle de conférence ne comportait pas non plus les passages incriminés.

 

«La censure du discours de Samuel Schmid est une violation de la liberté d’_expression », a martelé le ministre suisse des télécommunications mercredi devant les médias.

 

Avant de critiquer les conditions dans lesquelles s’est déroulée la conférence de presse qu’il a lui-même tenue à Tunis le lendemain de la prestation du président de la Confédération.

 

Et Moritz Leuenberger d’ajouter : « Lors de cette conférence de presse, il y avait des personnes qui n’étaient pas des journalistes. Ces agents ont attaqué la Suisse comme pays de l’argent sale.»

 

Swissinfo et les agences

 

 (Source : Swissinfo.org (Suisse), le 23 novembre 2005 à 22h23)

 


 

Swissinfo : media non grata en Tunisie

par Carole Vann (InfoSud) , Rachid Khechana (InfoSud)

 

Le site du multimedia pour les Suisses à l’étranger a été bloqué en Tunisie y compris dans l’espace du Sommet de l’info. Cela depuis le coup d’éclat de Samuel Schmid contre la répression du régime de Ben Ali.

 

Le site de swissinfo inaccessible en Tunisie ? « C’est bien sûr une violation de plus de la liberté d’expression que je déplore et condamne. » Moritz Leuenberger, ministre des télécommunications et chef de la délégation suisse en Tunisie, ne savait plus qu’ajouter lors de sa conférence de presse jeudi au Sommet de l’information (SMSI). Son président, Samuel Schmid, avait déjà tout dit la veille : inacceptable de la part d’un Etat d’emprisonner des citoyens dont la seule faute a été de s’exprimer dans un média ou sur internet. Inacceptable aussi d’interdire par la force des réunions dans le pays.

 

Depuis mercredi matin, date de l’ouverture à Tunis du SMSI, les tracasseries envers la Suisse se sont succédées. Le discours corsé du président helvète a été censuré par la télévision et les médias tunisiens. Schmid et Leuenberger ont reçu un accueil glacial à leur arrivée à Tunis. Et, enfin, le site de swissinfo a été bloqué. La page est inaccessible, au même titre que Amnesty international, Human Rights Watch, Reporters sans frontières… Même dans l’enceinte du sommet onusien qui parle d’information, les stand des organisations internationales (comme l’UNESCO), et évidemment le stand suisse, étaient soumis au même « filtrage » que les cafés internet utilisés par la population tunisienne.

 

« Notre service technique a fait des vérifications et a constaté que le site est effectivement bloqué du côté tunisien, confirmait hier au téléphone James Jeanneret, membre de la rédaction en chef de swissinfo à Berne. Difficile de passer par les serveurs tunisiens pour voir si le verrouillage est volontaire… Mais nous partons de l’idée que ça l’est et qu’il s’agit d’une mesure de rétorsion des autorités. Depuis le début de l’année, notre site fonctionnait parfaitement dans le pays. Et comme par hasard, tout d’un coup, juste après le discours de Samuel Schmid, ça ne s’affiche plus sur l’écran… »

 

A noter que le service en arabe de swissinfo est assidûment consulté dans le Maghreb et le Moyen-Orient pour la qualité et l’indépendance de ses informations. C’est donc une cible de choix pour les censeurs tunisiens.

 

Swissinfo, versant multimedia de l’ancienne Radio suisse internationale, est un portail d’informations sur la Suisse en huit langues destiné au reste du monde. « Il ne faut pas confondre la voix de la Suisse à l’étranger et celle du gouvernement, précise Jeanneret. Cet incident est d’autant plus regrettable que notre media assure un service public totalement indépendant. Nous appliquons les règles déontologiques du métier et nous ne faisons aucune différence entre les pays que ce soit la Chine, la Suisse, la France ou la Tunisie. »

 

Swissinfo avait envoyé trois journalistes pour une couverture trilingue du Sommet : arabe, français, anglais. Elle avait, comme tous les médias suisses présents, relaté les tensions entre Berne et Tunis et les incidents qui ont suivi. Mais seul son site a été verrouillé. « Nous avons bien sûr immédiatement averti la délégation suisse. Pour l’instant, nous ne comptons pas porter l’affaire plus loin. Mais si ça se prolonge, nous demanderons au Conseil fédéral de réagir. »

 

(Source : Infosud (Suisse), le 19 novembre 2005)

URL: http://www.infosud-wsis.info/article.php3?id_article=122


 

 

 

Délit de bêtise

Fredy Gsteiger

 

Si l’on en croit les médias tunisiens, le Sommet mondial sur la société de l’information a été la plus grande rencontre planétaire des Nations unies, l’événement le plus important pour la nation tunisienne depuis son indépendance il y a 49 ans, un succès gigantesque pour le monde, surtout pour le tiers-monde. Que de superlatifs!

 

Même si ces éloges sont un peu exagérés, ils ne sont pas totalement immérités. Les Tunisiens ont été des hôtes gentils et disponibles pour les 20 000 visiteurs qui ont participé au sommet, dont 2000 journalistes. Le service navette fonctionnait, les hôtels n’ont pas abusé au niveau des prix – contrairement à ce que font chaque année ceux de Francfort à l’occasion de la Foire du livre -, les taxis ont été corrects. Et il est vrai que même la Tunisienne et le Tunisien lambda ont été fiers d’avoir eu la possibilité d’organiser une telle rencontre mondiale. Comme disait un vieillard fumant sa shisha dans un café: «C’est évidemment un énorme succès pour notre président…» Mais, alors qu’on croyait discerner dans ses propos une critique voilée, il rajoutait: «… et également pour nous tous.»

 

Pour cette raison, il est encore plus regrettable que la Tunisie officielle n’ait pas pleinement profité de la chance offerte par ce sommet. Bien qu’on sache que ce pays, malgré les efforts qu’il met en œuvre pour apparaître comme une destination touristique ouverte, n’est pas une démocratie, ne respecte ni les droits de l’homme, ni la liberté de la presse, la Tunisie avait là une possibilité unique de se donner une autre image. La plupart des participants se trouvaient pour la première fois dans ce pays. Si le régime de M. Ben Ali avait présenté un visage ouvert, s’il avait, au moins pendant le sommet, donné la liberté de parole aux opposants, à la société civile, s’il n’avait aucunement empêché un contre-sommet annoncé, s’il avait encouragé les journalistes étrangers à faire des enquêtes pendant ces quelques jours, il aurait évité la lourde critique qui est tombée sur lui. L’image qu’il aurait donnée au monde n’aurait peut-être pas été tout à fait vraie, mais aurait joué en sa faveur. Chaque conseiller en communication un tant soit peu compétent aurait recommandé aux autorités de se comporter ainsi – et de présenter des villages potemkines.

 

Les dictatures ne sont pas seulement autoritaires et parfois brutales (la Tunisie n’étant de loin pas le pire des régimes), mais elles sont surtout bêtes. Incapables de changer leurs habitudes, même pas pour quelques jours, d’écouter des bons conseils, d’apprendre du monde alentour, de se laisser influencer par ce qui avance ailleurs.

 

Mais c’est peut-être un bon signe. Du moins si on acquiesce, contrairement aux fondamentalistes chrétiens des Etats-Unis, aux thèses de Darwin: celui qui ne se développe pas, qui reste trop bête, disparaîtra tôt ou tard.

 

(Source : « Le Temps » (Suisse), le 24 novembre 2005)


jeudi 24 novembre 2005, 10h59 

Après le SMSI de Tunis, les espaces publics numériques

 

Par François Vescia, sa biographie
Cet article a été rédigé par un reporter d’AgoraVox, le journal média citoyen qui vous donne la parole.
Le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication est-il un facteur de diminution des autres fractures – sociales, culturelles, économiques et Nord-Sud- ou bien contribue-t-il à les aggraver ?
Nul doute que ces T.I.C. apparaissent comme un enjeu à chacun et que l’on trouve les opinions les plus diverses sur leur impact. Elles sont convoitées de tous, facteur de légitimation, signe ostentatoire d’avancement, faux nez d’une surenchère pour consommer des produits à l’obsolescence planifiée. Et en même temps, elles sont une nouvelle chance.
Pour les pays du Sud, aux infrastructures moins développées, pour des individus rétifs aux formes classiques de scolarisation, pour les réseaux d’affinités ou de solidarité qui y trouvent un formidable outil, pour tous, à vrai dire, elles ouvrent la possibilité de donner à l’individu comme à la collectivité des moyens de mieux “vivre ensemble”.
Mais rien n’est jamais acquis… Pour lutter à l’échelle planétaire contre la fracture numérique, l’ONU a organisé le Sommet mondial de la société de l’information, qui s’est tenu ces derniers jours à Tunis. Vitrine de la modernité pour les pays du Sud, de la sollicitude pour eux des pays du Nord (pour combien de journaux télévisés ?) ce sommet exprimait la volonté de faire émerger, par la négociation, des règles du jeu acceptables par tous, puissants comme faibles, acteurs publics ou privés. Des petits pas furent faits face à des États-Unis réticents. On a vu aussi comment une société de l’information pouvait avoir pour corollaire une censure, qui s’est abattue, brutale, médiatique, quand le président de la Confédération helvétique a été coupé en direct à la télévision tunisienne, ou technologique, à la manière des Chinois qui exportent désormais leurs technologies de filtrage.
Ce sommet a cependant permis de rappeler les disparités, de fédérer les efforts pour mettre au service des populations du Sud (et du Nord) ordinateurs, logiciels et services à faible coût. En particulier, il a confirmé la pertinence des “logiciels libres” comme facteurs d’accès au savoir. Ces logiciels sont adoptés par des collectivités locales de tous les continents. En France, par exemple, le ministère des finances bascule de Microsoft Office à Open Office qui fonctionne désormais aussi sous Windows. Les 29 millions d’euros annuels économisés ne seront pas de trop pour lutter contre la fracture numérique ici ou là-bas. Car il ne suffit pas d’équipements, et d’ordinateurs performants, et de réseaux à haut débit, pour lutter contre cette nouvelle forme d’exclusion.
En France, des espaces publics numériques ont fleuri avec l’appui du ministère de la culture (les espaces culture multimédia) ou de la Caisse des dépôts et consignations (les cyber-bases). C’est une chance qu’en France nous ayons (encore) cette volonté d’agir dans des espaces publics pour lutter contre la fracture numérique et autres déclinaisons des exclusions d’aujourd’hui. Les pays du Sud, aux besoins encore plus grands, n’ont pas autant de moyens, ceux du Nord, pas forcément autant de besoins. L’un de ces espaces publics s’appelle le Carrefour numérique, il fait partie de la Cité des sciences et de l’industrie à Paris, de sa grande médiathèque. Il bénéficie à ce titre de parrainages éclairants, comme celui de Joël de Rosnay, qui y anime régulièrement des rencontres. Il propose salle d’autoformation et ateliers d’initiation gratuits à des publics n’accédant pas à ces technologies, une “classe numérique” pour permettre à des écoles du voisinage (Paris 19-20 et 93) de s’approprier le numérique. Il accueille régulièrement des “install party” pour des utilisateurs de logiciels sous Linux. Il propose également des rencontres, ce mois-ci et jusqu’au 18 décembre, sur le thème des solidarités numériques, avec pour partenaire l’association VECAM (Veille européenne et citoyenne sur les autoroutes de l’information et le multimédia), par exemple pour tirer un bilan du sommet de Tunis, le mardi 29 novembre à 18h30. Un autre jour, c’est l’expérience de l’association Docteur Souris, ou celle du cyberespace d’Emmaüs, qui sont présentées. Le vendredi 18 novembre, une viso-conférence était programmée entre jeunes de Paris et de Tunis, et devinez ce qui arriva. La visio-conférence fut tout bonnement annulée par la… mairie de Tunis.
 
(Source: Le site Agora Vox le 24-11-2005)

 

ABSENCES ANNONCEES AU SOMMET EURO-MEDITERRANEEN

CE WEEKEND A BARCELONE….

 

 

AFP, le 22.11.2005 à 18h40

Mobilisé par la course au pouvoir, Sharon sera absent à l’Euromed

 

   

            JERUSALEM, 22 nov 2005 (AFP) – Le Premier ministre israélien  Ariel Sharon a indiqué mardi qu’il ne pourra pas participer au  sommet euro-méditerranéen les 27 et 28 novembre à Barcelone, en  raison de la situation politique en Israël.

            Selon un communiqué de son bureau, M. Sharon a appelé le roi  d’Espagne Juan Carlos pour lui expliquer qu’il ne pourrait  s’absenter de son pays alors que des élections législatives  anticipées se profilent.

            « Le Premier ministre l’a remercié (le roi) et lui a dit qu’il  aurait été heureux de participer à ce sommet, mais que c’était  malheureusement impossible en raison de la situation politique  intérieure » en Israël, a indiqué ce texte.

            Cette décision de M. Sharon écarte donc une rencontre de ce  dernier avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas en marge de ce  sommet.

            Le « processus de Barcelone », ou partenariat euro-méditerranéen,  a été lancé en novembre 1995 dans la capitale catalane lors d’une  conférence réunissant les quinze pays de l’Union européenne de  l’époque et les douze pays du pourtour méditerranéen (Algérie,  Chypre, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Palestine,  Syrie, Tunisie et Turquie).

 

 

 

Le roi de Jordanie sera absent au sommet de l’Euromed

AFP, le 23.11.2005 à 10h08 AMMAN, 23 nov 2005 (AFP) – Le roi Abdallah II de Jordanie ne se rendra pas au sommet euro-méditerranéen qui se tient les 27 et 28 novembre à Barcelone (Espagne), a-t-on appris mercredi auprès du palais royal. Le souverain jordanien, qui devait au départ se rendre à Barcelone dimanche, sera représenté par son frère le prince Fayçal al-Hussein, qui prononcera lundi en son nom un discours au sommet, a ajouté la source. Ce discours sera axé sur « la volonté du royaume d’aller de l’avant dans son processus de réformes, ainsi que le développement du partenariat euro-jordanien », a indiqué à l’AFP une source officielle. Aucune raison n’a été fournie à ce changement de programme du roi, qui intervient deux semaines après le triple attentat qui a fait 60 morts le 9 novembre à Amman.


 

Bush, Blair should set record straight on leaked Al-Jazeera threat

 

 

New York, November 23, 2005—U.S. President George Bush and British Prime Minister Tony Blair should clarify reports by a British newspaper that Bush had raised the idea of bombing the headquarters and other offices of the Qatar-based satellite television network Al-Jazeera during an April 2004 meeting with Blair in Washington.

 

The London-based tabloid the Daily Mirror reported that Bush raised the idea of bombing Al-Jazeera’s offices but that Blair advised against it, saying such action would provoke a global backlash. The paper’s sources disagreed on the nature of Bush’s alleged suggestion. One government source dismissed the remark as « humorous, not serious, » and an unidentified source claimed the president was « deadly serious. » The Washington Post quoted a senior U.S. diplomat as saying the report « sounds like one of the president’s one-liners that is meant as a joke. »

 

According to international and British press reports two British civil servants face prosecution under the Official Secrets Act for leaking a classified memo of the meeting between the two leaders. The memo turned up in May last year in the office of a British member of parliament, the Daily Mirror said.

 

Blair’s office declined comment. Yesterday, White House spokesman Scott McClellan told the Associated Press in an email statement that the White House was « not interested in dignifying something so outlandish and inconceivable with a response. »

 

« This is a very serious charge with grave implications for the safety of media professionals. President Bush and Prime Minister Blair should at once set the record straight about what was said or not said during their April 2004 meeting, » said Ann Cooper, Executive Director of the Committee to Protect Journalists. « Refusing to address these reports in a substantive way only fuels suspicions. »

 

The Bush administration has been a harsh and frequent critic of Al-Jazeera for its coverage of Iraq and Afghanistan but has dismissed allegations that it had ever targeted the network. Officials have labeled Al-Jazeera’s programming inflammatory and anti-American. U.S. Defense Secretary Donald Rumsfeld last year accused the network of « consistently lying » and « working in concert with the terrorists. »

 

In April 2003, a U.S. missile struck Al-Jazeera’s Baghdad bureau, killing reporter Tareq Ayyoub. The military claimed it was responding to hostile fire at the time, an assertion vehemently denied by Al-Jazeera. CPJ has repeatedly demanded that the U.S. military conduct and make public a thorough investigation into the incident, but is unaware of any military inquiry that was ever launched. The U.S. military bombed Al-Jazeera’s bureau in Kabul, Afghanistan, in November 2001. The Pentagon asserted, without providing additional detail, that the office was a « known Al-Qaeda facility, » and that the U.S. military did not know the space was being used by Al-Jazeera.

 

(Source: le site du CPJ, le 23 novembre 2005)

URL: http://www.cpj.org/news/2005/USA23nov05na.html

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.