23 février 2010

Home – Accueil

TUNISNEWS
9 ème année, N° 3563 du 23.02.2010
 archives : www.tunisnews.net 


Liberté et Equité:  Des dizaines de prisonniers d’opinion poursuivent leur grève de la faim à la prison de Mornaguia Liberté et Equité: L’ex prisonnier Abdessatar Belghith est privé de carte d’identité depuis 12 ans Reporters sans frontières: Report du procès de Fahem Boukadous au 23 mars 2010 IFJ seeks release of Tunisian journalist and end to media « intimidation » Affaire de l’Universite Libre de Tunis – Une Organisation académique américaine monte au créneau AFP: Tunisie: un militant pour les droits de l’Homme suspend sa grève de la faim AFP: Tunisie: le militant des droits de l’Homme Khémaïs Chammari suspend sa grève de la faim Touensa Lucides: La dictature n’est pas éternelle AFP: Turquie: Rafle majeure contre d’ex-chefs militaires pour complot présumé AFP: Turquie/complot: Les militaires arrêtés interrogés après une rafle inédite AFP: Turquie: la « loi sur le chapeau » a violé la liberté de religion (CEDH) Reuters: Turkey detains top military brass in conspiracy probe AP: Prosecutors interrogate 51 Turkish officers


Liberté pour le Docteur Sadok Chourou, le prisonnier des deux décennies Liberté pour tous les prisonniers politiques Liberté et Equité Organisation de droits humains indépendante 33 rue Mokhtar Atya, 1001 Tunis Tel/fax : 71 340 860 Adresse électronique : liberte.equite@gmail.com Tunis, le 22 février 2010

Nouvelles des libertés en Tunisie


1)     Des dizaines de prisonniers d’opinion poursuivent leur grève de la faim à la prison de Mornaguia Des dizaines de prisonniers d’opinion poursuivent leur grève de la faim à la prison de Mornaguia pour le onzième jour d’affilée pour protester contre les mauvais traitements dont ils sont victimes et leurs déplorables conditions d’incarcération […] 2)     Interruption de la visite de la famille du prisonnier d’opinion Mohammed Lafi L’administration de la prison de Mornaguia a interrompu lundi 22 février la visite du prisonnier Mohammed Lafi juste quand il commençait à relater la violente agression perpétrée par des agents pénitentiaires qui l’avaient menacé de représailles s’il en faisait état aux siens. Sa famille qui lui a rendu visite aujourd’hui a noté les traces de coups, à savoir bleus et enflures sur son visage et son cou. [ …] Pour le Bureau exécutif de l’Organisation Le Président Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)


Liberté pour le Docteur Sadok Chourou, le prisonnier des deux décennies Liberté pour tous les prisonniers politiques Liberté et Equité Organisation de droits humains indépendante 33 rue Mokhtar Atya, 1001 Tunis Tel/fax : 71 340 860 Adresse électronique : liberte.equite@gmail.com Tunis, le 15 février 2010
 

L’ex prisonnier Abdessatar Belghith est privé de carte d’identité depuis 12 ans


L’ex prisonnier Abdessatar Belghith est privé de sa carte nationale d’identité depuis sa sortie de prison en 1998. Il a passé plus de sept ans incarcéré pour son appartenance au mouvement En Nahdha. A sa sortie de prison il a fait une demande de carte nationale d’identité au district de police de l’Ariana Nord. L’agent lui a demandé de présenter une attestation de travail. Dans la mesure où il venait de sortir de prison et n’avait pas d’emploi, on lui a demandé de présenter une attestation d’emploi journalier délivrée par l’autorité compétente. Lorsqu’il a contacté avec celle de Sbalat Ben Ammar, le dénommé Béchir Zouaoui a refusé de lui délivrer l’attestation en dépit du fait qu’il lui a déclaré sur l’honneur être au chômage. Cette épreuve dure depuis douze années et a ruiné les intérêts de la famille […] […] Pour le Bureau exécutif de l’Organisation Le Président Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)


Reporters sans frontières

TUNISIE Report du procès de Fahem Boukadous au 23 mars 2010


Fahem Boukadous, correspondant de la chaîne El Hiwar Ettounsi, et Hassan Ben Abdallalh, coordinateur du comité local des diplômés au chômage à Redeyef, ont comparu ce matin devant le tribunal de Gafsa. Une trentaine d’avocats étaient présents et ont pu plaider. Le juge a décidé de suspendre le procès après 5 minutes d’audience suite à la demande de monsieur Boukadous parce qu’il manquait le document qui récapitule les précédents. Le procès est donc reporté au 23 mars 2010. Les deux affaires, celle de Boukadous et celle de Hassan Ben Abdallah, ont été liées. Plusieurs barrages policiers ont empêché trois journalistes Slim Boukhdir, Zakia Dhifaoui et Mohamed Dhawadi, d’accéder au tribunal ce matin

 


23 February 2010

(IFJ/IFEX) – February 18, 2010 – The International Federation of Journalists called on the Tunisian government to secure the freedom of journalists Tawfiq Ben Brik and Fahem Boukaddous and to end the « atmosphere of intimidation » which has descended over Tunisian journalism since last year’s Presidential elections. The IFJ has also repeated calls for a new inclusive congress for the Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT), to end the divisions that have hampered the journalists’ community since the disputed congress last summer. « The authorities should stop prosecuting critical journalists and put an end to this atmosphere of intimidation, » said Aidan White, IFJ General Secretary. « The media crisis means that Tunisian journalists must also act to resolve their divisions that have weakened the union’s ability to defend its members. » The IFJ Executive Committee refused to endorse the August congress during their meeting in November and instead called for new inclusive elections to end the divisions. Since last summer numerous journalists have been imprisoned, censored and harassed. Tawfiq Ben Brik was condemned to six months for assault in November where he was framed for his outspoken criticism of the government. His colleague Zoheir Makhlouf was jailed for three months and fined 3000€ for posting a report on the Internet about environmental, economic and social problems in an industrial district. Fahem Boukaddous, correspondent for the satellite channel ‘Tunisian Dialogue’ received four years in prison for reporting on demonstrations in Gafsa in 2008. His appeal against the sentence is to be heard on the 23rd February 2010. Two leaders of the SNJT elected in 2008 have been subjected to harassment. Neji Bghouri, SNJT President, was harassed and blocked from entering his place of work in December, while Zied-el-Heni, SNJT International Affairs officer, was assaulted in October and has had his blog repeatedly blocked and censored by the government. The courts are set to rule on the legality of the SNJT Extraordinary Congress organized in controversial circumstances last summer on 1st March. « Regardless of the court decision, the divisions will only be properly healed through a new congress with the full participation of all Tunisian journalists, » added White. For more information: International Federation of Journalists International Press Centre, Residence Palace Bloc C, second floor, Rue de la Loi, 155 1040 Brussels Belgium Phone: +32 2 2352207 Fax: +32 2 2352219 International Federation of Journalists http://www.ifj.org

 


 

Invitation    L’ATF, l’ATF-Paris, le CRLDHT et la FTCR   ont le plaisir de vous inviter à une rencontre-débat avec    Tarek CHAABOUNI, député tunisien, membre du parti Ettajdid (opposition légale), autour du thème :  

« Les perspectives économiques et sociales en Tunisie face à  la crise économique mondiale »

                                                 Le 25 février 2010 à 19h00   Espace Farabi   3, rue Louis Blanc, 75010 Paris,    M° Colonel Fabien, Ligne 2


AFFAIRE DE L’UNIVERSITE LIBRE DE TUNIS

Une Organisation académique américaine monte au créneau


La commission sur la liberté académique de l’Association américaine des Etudes du Moyen-Orient (MESA) vient d’adresser une lettre sans équivoque au président tunisien Zine El Abidine Ben Ali en vue de faire infléchir la décision ministérielle de fermeture de l’Université Libre de Tunis (ULT).
Cette Organisation, fondée en 1966, insiste sur le fait que l’Université Libre de Tunis ne devrait pas faire les frais d’une décision politique sanctionnant le droit à la liberté d’expression de M. Mohamed Bouebdelli.
Slim Bagga
 

18 février 2010

 

Son Excellence Monsieur Zine El Abidine Ben Ali

Président de la République tunisienne

Palais Présidentiel

Tunis, Tunisie

 

par fax: +216 71 744 721

 

Monsieur le Président,

 

Je vous écris au nom de la Commission sur la liberté académique de l’Association nord-américaine des Etudes du Moyen-Orient (Middle East Studies Association of North America – MESA) en vue d’exprimer notre profonde préoccupation concernant la fermeture récente de l’Université Libre de Tunis (ULT) et le retrait de son autorisation pour les trois prochaines années universitaires. Il convient de souligner que cet établissement éducatif prééminent est la première université privée  en Tunisie. Après un examen minutieux des renseignements dont nous disposons, nous sommes dans l’obligation de conclure que ladite décision, signée par le Ministre tunisien de l’Enseignement supérieur, n’est pas fondée sur des irrégularités administratives et pédagogiques. Elle est plutôt le point culminant d’un long processus consistant à infliger un mauvais traitement à cet établissement en particulier ainsi qu’à ses fondateurs. Nous sollicitons de votre bienveillance, Monsieur le Président, de restituer l’autorisation à l’ULT, établissement hautement respecté, pour lui permettre de poursuivre son importante mission de formation des jeunes tunisiens, hommes et femmes, dans les disciplines essentiels à la croissance et au développement de votre pays.

 

La MESA a été fondée en 1966 pour promouvoir l’apprentissage et l’enseignement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Organisation prééminente dans le domaine, la MESA publie la Revue internationale d’études sur le Moyen-Orient (International Journal of Middle East studies) et compte plus de 3000 membres à travers le monde. L’engagement de la MESA vise à garantir la liberté académique et la liberté d’expression, tant au sein de cette région que dans le cadre des études sur la région menées en Amérique du Nord et ailleurs.

 

La décision de fermeture de l’ULT a apparemment été précédée d’une inspection réalisée par le Ministère de l’Enseignement supérieur en décembre 2009. Cependant, il semblerait que les cinq irrégularités reprochées à l’ULT dans le rapport de la mission d’inspection sont sans fondement, comme l’a démontré la Fondation Bouebdelli dans sa réponse minutieuse et documentée. Il est regrettable de constater que la décision de fermeture de l’ULT constitue, en réalité, le prolongement de certaines procédures auxquelles le Gouvernement tunisien a eu recours par le passé pour fermer des établissements tels que l’Ecole Jeanne d’Arc et le Lycée Pasteur, qui font partie intégrante de la Fondation Bouebdelli. Par conséquent, ces faits nous donnent des raisons de croire que la décision de fermeture de l’ULT n’a pas été prononcée pour un constat d’irrégularités commises par ladite université mais pour des raisons plutôt personnelles qui ne devraient pas entrer en ligne de compte dans la prise décision. Par exemple, les opinions exprimées par Mohamed Bouebdelli, pionnier de l’enseignement supérieur privé en Tunisie et fondateur de l’Université Libre de Tunis (ULT-INTAC) en 1973, dans son récent livre, ne devaient pas entraîner la fermeture de l’ULT. Ce qui suscite notre préoccupation, c’est que la décision de fermeture de l’ULT constitue, en réalité, une mesure de représailles  à l’encontre de Monsieur Bouebdelli pour avoir exprimé ses opinions et non pas pour cause d’irrégularités administratives; et c’est la raison pour laquelle  nous vous adressons cette lettre. La décision de fermeture semble être une tentative flagrante de priver M. Bouebdelli de sa liberté d’expression.

 

Monsieur le Président, nous vous prions instamment de reconsidérer la décision du Ministère de l’enseignement supérieur et d’ordonner la réouverture de la très respectable Université libre de Tunis, qui compte 1500 étudiants tunisiens et étrangers, et qui comporte des écoles d’ingénieurs et d’architecture,  ainsi que des facultés de droit et de gestion. Nous vous prions instamment de permettre à l’ULT de fonctionner avec autant de succès qu’avant la prise de cette décision, sans aucune ingérence susceptible de porter atteinte à l’intégrité académique de cet établissement. Nous vous prions instamment de faire ce pas en avant pour sauvegarder l’intégrité et la rigueur qui font la renommée de l’ULT, et confirmer ainsi l’attachement de la Tunisie au respect des pratiques démocratiques.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments respectueux.

 

M. Roger A. Allen

Président de la MESA

Professeur d’arabe et de littérature comparée

Université de Pennsylvanie

 

 
Voici le contenu intégral de cette lettre et le lien de l’Organisation:


 Tunisie: un militant pour les droits de l’Homme suspend sa grève de la faim

AFP, le 23 février 2010 à 14h23

TUNIS, 23 fév 2010 (AFP) – Le militant tunisien pour les droits de l’Homme, Khémaïs Chammari, qui avait cessé de s’alimenter pour protester contre « un abus de pouvoir », selon lui, a annoncé mardi avoir suspendu la veille sa grève de la faim.

Après « trois journées d’une grève éprouvante en raison de mon état de santé et compte tenu de l’évolution de la situation qui s’est amorcée, je suspends cette grève de la faim », a annoncé M. Chammari dans un communiqué transmis à l’AFP.

M. Chammari, 67 ans – ancien dirigeant de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme – avait entamé samedi une grève de la faim pour protester, selon lui, contre « le blocus arbitraire et illégal » de son domicile « avec interdiction de toute visite » hormis par les membres de sa famille.

Il a indiqué avoir cessé son action après avoir remarqué « la levée du blocus » et de la « filature massive, ostensible et collante » dont, il faisait l’objet. Il a également fait état de la levée d’une interdiction d’accés « aux locaux des partis légaux non vassalisés et des associations non gouvernementales indépendantes ».

Cet ancien vice-président de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (Fidh) a ajouté qu’il avait pu se rendre dans des locaux des partis tunisiens d’opposition et qu’il a également pu recevoir des militants de droit de l’Homme.

Il a d’autre part précisé à l’AFP qu’il allait se rendre à Paris le 2 mars pour « se soigner ».

« Je me fixe toutefois comme délai le 2 mars pour considérer que cette levée des principales mesures arbitraires qui m’ont frappé mettra un terme à ce long épisode d’atteinte à mes droits fondamentaux », selon les termes de son communiqué.

Les autorités tunisiennes avaient démenti les « allégations » de M. Chammari, précisant que ce dernier n’avait jamais connu des entraves et qu’il était libre dans ses déplacements à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, comme tous les citoyens ».

Selon une source gouvernementale, les déclarations de M. Chammari « entraient dans le cadre de ses tentatives d’attirer l’attention et d’induire en erreur l’opinion publique ».


Tunisie: le militant des droits de l’Homme Khémaïs Chammari suspend sa grève de la faim


 

AP | 23.02.2010 | 16:38 Le militant tunisien des droits de l’Homme Khémaïs Chammari a annoncé mardi avoir suspendu la grève de la faim qu’il observait depuis samedi dernier pour protester contre le « harcèlement » et « l’abus de pouvoir » dont il se disait victime. « Au terme de trois journées d’une grève éprouvante en raison de mon état de santé et compte tenu de l’évolution de la situation, je suspend cette grève de la faim que j’ai entamée avec détermination, mais contraint et forcé », déclare-t-il dans un communiqué transmis à l’Associated Press. Son action visait essentiellement à dénoncer « le blocus policier arbitraire et illégal » de son domicile lui interdisant toute visite à l’exception des membres de sa famille ainsi que « l’escalade répressive » dont il était la cible, selon lui. Ces « allégations » ont été démenties par les autorités qui ont assuré que M. Chammari n’était soumis à « aucune restriction ». Cofondateur de la fondation euro-méditerranéenne de soutien aux défenseurs des droits de l’Homme (FEMDH), cet ancien dirigeant de la fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et de la ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) a motivé sa décision par « la cessation de la filature ostensible et collante » dont il faisait l’objet, selon lui. Il s’est félicité que des « amis » défenseurs des droits humains aient pu lui rendre visite dimanche et d’avoir pu se rendre, en compagnie de plusieurs personnalités de la scène associative, à une rencontre à la délégation européenne à Tunis. Il a également mentionné la levée de l’interdiction qui lui était faite d’accéder aux locaux « des partis légaux non vassalisés et des associations non gouvernementales indépendantes ». Il s’est toutefois fixé un « délai », le mardi 2 mars prochain, pour considérer qu’il a été mis un terme aux « mesures arbitraires » qui le frappaient, selon lui et la fin de « ce long épisode d’atteinte à (ses) droits fondamentaux ». A cette date, il compte se rendre à Bruxelles pour participer à une réunion du réseau Euromed des droits de l’Homme, avant de gagner Paris pour y être hospitalisé. AP

 

La dictature n’est pas éternelle

Touensa Lucides

Depuis Octobre 2009 et la mascarade électorale que le régime lui a joué pour la cinquième fois consécutive le peuple tunisien semble en état d’errance entre la hantise de voir perdurer le joug qui l’opprime et l’incertitude qui pèse sur son avenir.  La majorité silencieuse consomme et se tait dans la souffrance. La masse des démunis ronge son frein en attendant l’étincelle. Pour preuve, les tristes évènements du bassin minier qui nous renvoient sans cesse à la dure réalité de notre pays tout en préfigurant un dénouement chargé de tous les périls.

En effet, après presque un quart de siècle de privations des libertés élémentaires, de répression  brutale, de mensonges et de pillages, le constat est aussi implacable qu’amère : le « voyou de sous-préfecture » et son associée la Régente-coiffeuse se sont octroyés un nouveau mandat  (ou peut-être un sursis)  jusqu’en 2014.  Le dernier, pensent les plus optimistes. Mais les tunisiens échaudés par les sordides manipulations du « bunker » n’en sont pas convaincus. 2014 c’est demain et si le lugubre « squatter de Carthage » est encore debout, il y a fort à parier que l’Association des Pêcheurs de Nefza, l’Amicale des malvoyants de Tataouine etc…supplieront le « sauveur de la nation de continuer de guider la marche glorieuse de la patrie vers plus d’invulnérabilité et plus de prospérité ».

Quelques analyses et prises de position lucides, sont publiés régulièrement avec courage, dignité et patriotisme par les Partis politiques de l’opposition authentique, les ONG indépendantes, quelques centaines de syndicalistes et d’intellectuels libres ainsi que des dissidents irréductibles parmi lesquels : Mme S. ben Sedrine,  Mme. R. Nasraoui, Tawfik ben Brik, Khemaies Chammari, Maître Mohammed Abbou, le Juge Mokhtar Yahyaoui et bien d’autres, chacun dans son style particulier, ont tiré la sonnette d’alarme.  Les « Touensa Maqhourin / Responsables » auxquels il faut ajouter les milliers d’internautes jeunes et moins jeunes toutes sensibilités politiques confondues, ont de leur côté contribué à dénoncer et à démasquer la supercherie grotesque et obscène que nous jouent le despote et sa sinistre cour.

Des institutions intergouvernementales tel le Parlement Européen, le FMI et la Banque Mondiale, les ONG internationales, les sociétés civiles, les médias tant dans les pays arabes que dans les pays occidentaux ont de leur côté dénoncé les dérives répressives et mafieuses du régime. En témoignent les très nombreuses prises de position diffusées à travers les médias ainsi que dans l’édition francophone et arabophone qui à travers une dizaine de titres éloquents mettent à nu  la dure réalité que vivent les tunisiens.

Comme si tous ses forfaits ne lui suffisaient pas, le Flic Président et son épouse et alter ego inaugurent leur cinquième hold up par l’acquisition d’un Airbus A340, avec intérieur aménagé VIP dans le plus vulgaire « style prince levantin du pétrole » soit une facture totale de plus de 300 Millions de Dollars US piochés dans les deniers publics. Entre Bahamas, Dubaï et les Omras au frais du contribuable, il ne fait aucun doute qu’avec ses 16 heures d’autonomie de vol, le transport de fonds mal acquis et détournés sera également assuré périodiquement.

Ce dictateur inculte et paranoïaque n’a visiblement pas médité les exemples de ceux qui l’ont précédé un peu partout dans le monde. Maintenus au pouvoir par une trop longue guerre froide, Mobutu, Marcos, Bokassa, le Shah d’Iran, Somoza, Idi Amin Dada, Ceausescu  etc…, on fini leur vie en cavale désespérée et parfois sommairement exécutés. Entourés de charlatans et de gourous politico-affairistes et de proches stupides et cupides ils avaient mis leurs pays à genoux. Aveuglés par le pouvoir absolu ils n’ont rien vu venir jusqu’à finir dans les poubelles de l’histoire. Comme eux, l’usurpateur  de Carthage s’imagine qu’une fois son règne achevé, sa progéniture, ses proches, ses familles sans cesse élargies et les clans qui gravitent autour d’eux continueront  le pillage et l’enrichissement illicite sur le dos du peuple tout en jouissant de l’impunité et des protections rapprochées qu’il leur a généreusement accordées de son vivant.

A court de guerre froide et soucieux d’assurer son règne par une soumission totale à l’alliance antiterroriste, le Flic Président s’est mis à croire à sa propre pérennité. Il n’a pas compris que la donne est en train de changer et que les puissances occidentales, hormis quelques cyniques comme Berlusconi et son acolyte des bords de Seine, ceux qui comptent et pèsent vraiment l’ont lâché. De dictateur, soi disant allié, garant de stabilité et de lutte antiterroriste il est aujourd’hui déclassé au rang de despote corrompu plus dangereux qu’utile.

Les Tunisiens n’ignorent rien des combines qui se trament dans les hideux « salons mauves » d’un pouvoir aux abois. Après avoir, deux décennies durant,  procédé à la « familialisation » de l’économie voila que le dictateur nous concocte une « familialisation » de sa succession. Les citoyens n’accepteront jamais que leur pays soit laissé en héritage à qui que ce soit. Pour cette raison nous exhortons nos compatriotes à garder espoir et refuser toutes les fatalités. Il faut le dire, l’écrire et le répéter : un tyran tombe systématiquement dans  son propre piège. Il finit toujours seul face à ses propres mensonges et manipulations. Il est obsédé par ce qui apparaît comme inéluctable : sa fin proche ainsi que l’effondrement de l’édifice qu’il a érigé pour se protéger du peuple. Il n’est guère loin le jour où les laissés pour compte, les sans emplois sans présent et sans avenir convergeront de tous les bassins de la misère et de l’oubli en direction de Carthage et Sidi Bousaid, pour réclamer leur droit au pain et à la liberté. Ce jour là  ils ne se contenteront ni de « classement de Davos » bidon  ni de publireportage dans Madame Figaro et autres publications mercenaires payés au prix fort sur le budget de l’Etat.

23 février 2010


Turquie: Rafle majeure contre d’ex-chefs militaires pour complot présumé  


 

AFP, le 22 février 2010 à 22h26 ISTANBUL, 22 fév 2010 (AFP) – Quarante-huit militaires, dont les ex-chefs de l’aviation et de la marine, ont été arrêtés lundi en Turquie lors d’un coup filet historique dirigé contre l’armée dans le cadre de complots visant à renverser le gouvernement, c’est ce qu’ont rapporté les médias.    Pas moins de 18 généraux à la retraite et 4 amiraux actuellement en service, figurent parmi les militaires interpellés à Ankara, Istanbul et Izmir (ouest), selon les chaînes de télévision.   Le chef d’état-major, le général Ilker Basbug, a reporté un déplacement en Egypte, a indiqué l’agence de presse Anatolie.   De son coté, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, en visite en Espagne, a annoncé que « plus de 40 personnes ont été interpellées », refusant de commenter « une affaire devant la justice ».   Jamais dans l’histoire de la Turquie, on n’avait assisté à une vague d’arrestations d’une telle ampleur dans les milieux militaires.   Les militaires arrêtés ont été conduits à Istanbul où ils étaient interrogés par la police avec les autres suspects interpellés.   Ils devaient ensuite être entendus par des procureurs qui pourraient les déférer devant un tribunal, selon les chaînes d’information NTV et CNN-Türk.   Ces arrestations s’inscrivent dans le cadre de l’enquête pour déjouer un plan dénommé Balyoz (marteau de forge), révélé en janvier par un journal libéral, qui aurait eu pour objectif d’organiser une série d’attentats à la bombe contre des mosquées et des musées, afin d’inciter les Turcs à descendre dans les rues pour manifester violemment.    Ces activités de déstabilisation visant le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP), issu de la mouvance islamiste et au pouvoir depuis 2002, auraient été planifiés en 2003.   L’instigateur supposé de ce plan, l’ex-général quatre étoiles Cetin Dogan, figure parmi les personnes arrêtées.   Plusieurs complots présumés contre le gouvernement ont été mis au jour, provoquant une succession de procédures judiciaires qui ont attisé les tensions entre les partisans du gouvernement, accusé d’avoir un plan caché d' »islamisation du pays », et leurs opposant laïcs. AFP
 

Turquie/complot: Les militaires arrêtés interrogés après une rafle inédite


AFP, le 23 février 2010 à 11h56 ISTANBUL, 23 fév 2010 (AFP) -Plus de 40 officiers turcs de haut rang étaient interrogés mardi par la justice sur leur implication présumée dans un complot visant à renverser le gouvernement islamo-conservateur, au lendemain d’un coup de filet sans précédent dirigé contre l’establishment militaire laïc. 17 généraux à la retraite et quatre amiraux actuellement en service, l’élite de l’armée, figurent parmi 49 militaires interpellés à travers la Turquie et conduits à Istanbul. Cette offensive judiciaire d’une ampleur inédite contre l’armée, qui se considère le garant du régime laïque, a attisé les tensions entre partisans du gouvernement du Parti de la Justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) et l’opposition. L’ex-chef de l’armée de l’air, le général Ibrahim Firtina, et l’amiral Özden Örnek, ex-commandant de la marine, figurent parmi les personnalités arrêtées. Les gradés arrêtés, dont au moins une dizaine étaient entendus par des procureurs mardi, sont accusés d’avoir cherché à fomenter le chaos en faisant sauter des mosquées pour déclencher une prise de contrôle militaire dans le cadre d’une opération baptisée Balyoz (masse de forgeron), dont le projet remonte à 2003, selon la presse. Ce plan avait été révélé en janvier par un journal. Ils sont également soupçonnés d’avoir voulu abattre un avion de chasse turc pour provoquer un conflit armé avec la Grèce et déstabiliser le gouvernement. L’instigateur supposé du plan, l’ex-général Cetin Dogan, a été arrêté. Il a nié toute implication, indiquant qu’il s’agissait d’un « jeu de stratégie » militaire conçu à l’époque où il portait l’uniforme. L’état-major, qui a rejeté les accusations et dénoncé une campagne de dénigrement, a néanmoins reconnu une existence à ce plan, évoquant lui aussi un « scénario » de wargame préparé en 2003. L’armée turque, qui a démis quatre gouvernements depuis 1960 et exerçait une influence sur la vie politique, a vu ses prérogatives diminuer après des réformes du gouvernement AKP (au pouvoir depuis 2002), dans le cadre du respect des normes européennes. L’institution militaire a vu son image ternie à cause d’enquêtes sur des conspirations présumées visant à compromettre le gouvernement. Des officiers mais aussi des universitaires et des journalistes figurent parmi les 200 prévenus d’une procédure judiciaire controversée sur un réseau, dénommé Ergenekon, qui aurait cherché à renverser le gouvernement. Aucune condamnation n’a encore été prononcée. La procédure, dans un premier temps saluée comme une avancée démocratique, a perdu de sa crédibilité quand les arrestations se sont étendues à des personnalités connues pour leur seule opposition à la politique du gouvernement, accusé de vouloir islamiser la Turquie. Les deux grands partis d’opposition, victimes de putschs militaires dans le passé, ont pointé du doigt le gouvernement. Le chef de l’opposition laïque, Deniz Baykal, s’est interrogé sur le timing de la rafle menée contre d’ex-généraux « regardant la télévision en pyjama et pantoufles », au sujet d’allégations remontant à sept ans et qui ne se sont jamais concrétisées. « C’est visiblement un processus de revanche politique », a-t-il estimé. La plupart des cadres de l’AKP étaient membres d’un parti pro-islamiste interdit par la justice en 2008 après avoir été chassé du pouvoir par l’armée l’année précédente. Le chef de l’opposition nationaliste Devlet Bahçeli a accusé le gouvernement d’agir avec « haine » et avec « des sentiments de revanche ». Le chef d’état-major, le général Ilker Basbug, a récemment affirmé que le temps des coups d’Etat était révolu. AFP


Turquie: la « loi sur le chapeau » a violé la liberté de religion (CEDH)


AFP, le 23 février 2010 à 14h06 STRASBOURG (Conseil Europe), 23 fév 2010 (AFP) – es 127 membres d’une secte religieuse, condamnés à Ankara en raison de leur tenue vestimentaire et de la « loi sur le chapeau », ont été victimes d’une violation de leur droit à la liberté de religion, selon un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme publié mardi. Ces 127 personnes, membres d’une secte favorable à l’instauration de la charia en Turquie, avaient passé plus de deux ans en détention préventive, puis été condamnés à une amende pour avoir défilé dans les rues d’Ankara revêtus de leur tenue caractéristique, rappelant celle des principaux prophètes: un turban, un « salvar » (saroual), une tunique et un bâton. Ils furent condamnés pour « infraction à la loi relative au port du chapeau » (qui interdit depuis 1925 tout autre couvre-chef que le chapeau) et « infraction à la réglementation sur le port de certains vêtements, notamment religieux, dans les lieux publics en dehors des cérémonies religieuses ». Devant la Cour européenne, les autorités turques ont vainement fait valoir que la secte, qui suit les préceptes du chef islamiste Müslüm Gündüz, visait « l’instauration d’un système basé sur la charia en remplacement du régime démocratique actuel », et que ses membres « n’étaient pas guidés par leurs convictions religieuses mais plutôt leur intention de défier la justice ». Dans son arrêt, la Cour européenne estime « injustifiées » ces condamnations pour le port de tenues vestimentaires dans des lieux publics et alloue à chaque requérant la somme de dix euros pour dommage matériel, soit le remboursement de l’amende qui leur avait été infligée plus les intérêts. Les juges européens soulignent que cette affaire concerne une sanction pour le port de tenues vestimentaires religieuses « dans des lieux publics ouverts à tous, et non, comme dans d’autres affaires dont elle a eu à connaître, la réglementation du port de symboles religieux dans des établissements publics, où la neutralité religieuse peut primer sur le droit de manifester sa religion. Selon la Cour, les plaignants ne représentaient pas une menace pour l’ordre public et ne faisaient pas de prosélytisme lors de leur rassemblement, leur droit à la liberté de manifester leurs convictions religieuses a donc été violé. La Turquie dispose de deux mois pour faire appel de cette décision prise par une majorité de six juges sur sept.
 

Turkey detains top military brass in conspiracy probe


Reuters, le 22 février 2010 à 19h37 * Detentions heighten army-government tensions * Armed forces chief postpones visit to Egypt * PM Erdogan says more than 40 people detained * PM warns of possible referendum on constitutional reform * Turkish markets rattled; stocks, lira currency weaken By Simon Cameron-Moore ISTANBUL, Feb 22 (Reuters) – Turkish police detained former heads of the air force and navy on Monday among 40 people held in an investigation into an alleged plot to undermine the Islamist-rooted government and trigger a military coup. Skip related content The swoop, one of the largest against the secularist armed forces, added to a growing sense of foreboding in the Muslim nation, where a clash between the government and the judiciary had already raised fears of a political crisis. A NATO member with hopes of EU membership, Turkey is locked in a long power struggle between the AK Party, which has its roots in political Islam, and conservative, nationalist secularists, whose bastions remain the military and judiciary. Armed forces chief General Ilker Basbug postponed a trip to Egypt as a result of the detentions, state-run Anatolian news agency said. Among those held, according to broadcasters, were former Air Force Commander Ibrahim Firtina, former Naval Commander Ozden Ornek and ex-Deputy Chief of the General Staff General Ergin Saygun. Speaking in Madrid at the start of an official visit, Prime Minister Tayyip Erdogan said more than 40 people were detained in the raids. News channel CNN-Turk put the number at 49, including 17 retired generals, four serving admirals, 27 officers and one enlisted man. MARKETS UNEASY The detentions would have been unthinkable in the past for a military that has ousted four governments since 1960. But its powers have waned in recent years because of democratic reforms aimed at securing EU membership and most analysts doubt that the armed forces would mount a coup. The suspects held in Ankara were flown to Istanbul for questioning over the « Sledgehammer » plot after police raids in the cities of Istanbul, Ankara and Izmir. According to media reports the plot, denied by the military, dated from 2003 and involved provoking a crisis with old foe Greece and planting bombs in mosques and museums in Istanbul to stir chaos and justify a military takeover. « I don’t know what the result of this is, but after the security forces have finished this process the judiciary will make its assessment, » Erdogan told a news conference. Turkish markets were rattled by the prospects. The lira weakened to 1.5265 lira in Tuesday-dated trade from an intrabank close of 1.5180 on Monday, the level at which it ended last week, and the main share index ended 1.36 percent lower, having begun the day nearly 1 percent higher. « The government is now embroiled in an open and bitter power struggle with the judiciary and the military, raising the risk of a head-on confrontation that would badly damage political stability, » Wolfango Piccoli from the Eurasia political risk consultancy said. REFERENDUM THREAT Erdogan also said he would call a referendum on constitutional reform to overhaul the judicial system, if he fails to get parliament’s backing for change to curb the power of judges and prosecutors. The AK Party, which first swept to power in 2002 ending the secularists’ decades-old grip, has enough votes in the 550-seat parliament to pass a bill calling for a referendum. « The judicial system should be objective and independent at the same time, » Erdogan said. He did not give any timeframe for a possible referendum. Turkey is due to hold its next general elections in 2011 and Erdogan has repeatedly denied he plans to call an early vote. The clash with the judiciary followed the arrest of a prosecutor who had investigated Islamic groups. That prosecutor has been accused of links to an alleged far-right militant network, « Ergenekon. » More than 200 people, including military officers, lawyers and politicians, have been arrested in the case since it came to light 2-1/2 years ago. Critics of the government say the Ergenekon investigation has also been used to hound political opponents. REUTERS

 

Prosecutors interrogate 51 Turkish officers


Associated Press, le 23 février 2010 à 09h52 By SELCAN HACAOGLU, Associated Press Writer ANKARA, Turkey (AP) _  The details and veracity of the latest Turkey coup plot allegations are unknown, but the narrative is clear: The army at the highest levels stands accused of plotting several years ago to overthrow the Islamic-leaning government of Turkey. Turkey was abuzz Tuesday with speculation over whether recordings of the plotters, posted on leading Web sites, could possibly be genuine. In one, a top officer accuses the political leadership of trying to « tear down the country and carry it into another (Islamic) regime. » He vows: « I will unleash (my forces) over Istanbul. … It is our duty to act without mercy. » At the heart of the matter is a fundamental Turkish paradox. The army sees itself as the protector of modernity at a time when democracy and modernity may be on a collision course in Turkey, whose government has strong electoral backing and the European Union’s support. Yet it is telling that the man who headed the military at the time of the supposed plot remains untouched, a stoic emblem of the old system. The wiretap evidence and discovery of alleged military plans to overthrow Prime Minister Recep Tayyip Erdogan’s government led to the detention of 51 ranking officers, including former chiefs of the Air Force, Navy and Special Forces. Prosecutors questioned them Tuesday over the plot, which they supposedly prepared in 2003 when they were on active duty. The military has strongly denied the allegations. The military said in a statement that all top generals and admirals met at the military headquarters on Tuesday to evaluate « the serious situation » regarding the investigation. It made no further statement. It is the highest profile crackdown ever on the Turkish military, which has ousted four governments since 1960 and has viewed Erdogan’s government as a threat to the nation-state they built from the ashes of the Ottoman Empire in 1923. Islam, however, remained a potent force at the grassroots level. Erdogan mobilized those masses with a business-friendly, pragmatist and mildly Islamic approach to become a formidable enemy of Turkey’s senior officers, who were once deemed untouchable. The roots of the conflict in Turkey, a NATO member with more than 70 million people, lie in the era of Mustafa Kemal Ataturk, the founder of the modern state and early 20th century war hero who viewed Islam as an impediment to development. Ataturk imposed a secular system with an authoritarian streak, restricting religious dress, education and practices. Today, his ideological heirs spar with a government that they fear is undermining the secular establishment Erdogan, however, insists his efforts to improve human rights and bring Turkey into line with EU standards is evidence that his government is seeking to enhance democracy, while putting the military under civilian rule as in the West. The alleged secret military plans — dubbed « the sledgehammer » — included blowing up some mosques during Friday prayers and turning stadiums into open-air prisons capable of holding tens of thousands of people if they challenged the troops. Liberal daily Taraf newspaper, the first to publish the alleged coup plans, called the crackdown « the heaviest sledgehammer to military custody. » Deniz Baykal, head of the main opposition Republican People’s Party, accused the government Tuesday of engaging in a « political showdown. » Erdogan denies the crackdown is politically driven. The crackdown has signaled that a major political shift is under way in Turkey, NATO’s sole Muslim member and a U.S. ally. The country’s stability is crucial for Washington and the EU, which want Turkey to develop into a mature democracy. « What is striking about this struggle is that nobody had ever held the military accountable for what it had done. No one ever said what you are doing is wrong, » Henri Barkey, a Turkey expert with the Carnegie Endowment for International Peace, said by telephone from Washington. « A societal change is taking place in Turkey at the moment. » It is widely believed that Gen. Hilmi Ozkok, then head of the military, did not back his subordinates. He was not implicated in the alleged plot. It was the latest in a series of alleged coup plots in recent years. More than 400 people, including academics, journalists and politicians in addition to soldiers, have already been charged in a previous case. No one has been convicted. Associated Press

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

20 janvier 2009

Home – Accueil   TUNISNEWS 8 ème année,N° 3164 du 20.01.2009  archives :www.tunisnews.net   Liberté et Equité: Nouvelles des libertés en

En savoir plus +

6 avril 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2510 du 06.04.2007  archives : www.tunisnews.net AISPP: Communiqué LTDH: Communiqué Panapress:

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.