22 juin 2010

Home – Accueil

TUNISNEWS
10 ème année,N° 3682 du 22.06.2010
 archives : www.tunisnews.net 


Tunisia / Parliament adopts amendment further criminalizing the defense of human rights, just as Tunisia negotiates advanced partner status with European Union

Jeune Afrique: Tunisie –On ne badine pas avec la sécurité économique
Mourad Zitouni: Mohamed Sayah ou le sens de l’Etat
AFP: L’UE soutient l’intégration des marchés de l’électricité du Maghreb
Reuters: EU sees solar power imported from Sahara in 5 years
AFP: Israël a lancé un satellite espion d’une base du sud du pays


Tunisia / Parliament adopts amendment further criminalizing the defense of human rights, just as Tunisia negotiates advanced partner status with European Union


 

The Observatory for the Protection of Human Rights Defenders, a joint programme of the International Federation of Human Rights (FIDH) and the World Organisation Against Torture (OMCT), the Euro-Mediterranean Human Rights Network (EMHRN), Reporters Without Borders (RWB), Amnesty International and Human Rights Watch condemn the Tunisian Parliament’s adoption on 15 June of a bill designed to directly criminalise the efforts of Tunisian human rights defenders to promote awareness of the situation in Tunisia.
This law will add the following category of persons to those who can be prosecuted under article 61b of the criminal code: “persons who establish, directly or indirectly, contact with officials of a foreign state, institution or foreign organisation with the aim of inciting them to harm Tunisia’s vital interests and its economic security”. Persons convicted under this article will face prison terms ranging from five to twenty-five years (article 62 of the Criminal Code, on internal security). The adoption of this amendment will enable the authorities to prosecute and imprison human rights defenders who are supported by foreign and multilateral organisations. In his reply to statements made by parliamentarians, Justice and Human Rights Minister Lazhar Bououni said that “harming Tunisia’s vital interests” included “inciting foreign parties not to grant loans to Tunisia, not to invest in the country, to boycott tourism or to sabotage Tunisia’s efforts to obtain advanced partner status with the European Union”[1]. The approval of this provision comes just one month after a meeting on May 11, 2010 of the Council of Association between the EU and Tunisia, and at a time when Tunisia has begun negotiations to obtain advanced partner status. “This repressive decision is a flagrant violation of freedom of expression and is unquestionably designed to criminalise the act to bringing the human rights situation in Tunisia to the attention of international organisations”, FIDH president Souhayr Belhassen said. “This constitutes yet another blow to Tunisian civil society, which aim is to keep dissidents from being heard on the international stage,” OMCT Secretary-General Eric Sottas added. “This provision completes the Tunisian government’s repressive arsenal against those figures who, internationally, dare to challenge the regime’s policies. It opens the door to all kinds of abuses. The EU must not grant Tunisia advanced partner status as long as its government tries to gag all dissidents, as long as it makes systematic use of harassment, intimidation and censorship and as long as the criminal code is used to punish all dissenting views”, RWB Secretary-General François Julliard said. “Human rights defenders are directly targeted by the new law,” said EMHRN President Kamel Jendoubi. “Even before its adoption, articles published in newspapers such as Al-Hadath, Kol an-nass, As-Sarih, As-Sabah, La Presse and Ach-Chourouk were branding certain Tunisian activists[2] as ‘traitors,’ ‘agents’ and ‘mercenaries’ who ‘should be brought to trial’[3] for being in contact with the EU. But the law also aims to silence Tunisians who would speak critically to the international community”. These attacks have intensified in recent weeks, with activists being openly held responsible for any “failure in the negotiations for advanced partner status with the EU”[4]. In addition, when Khémaïs Chammari arrived at Tunis International Airport from Paris on 15 June, he was subjected to an abusive and humiliating customs inspection that lasted 65 minutes and led to the confiscation of one of his books. “After trying to suppress all those who express independent views inside Tunisia, the authorities want to use this measure to extend their control to the international arena, where they would control activists and prevent denunciation of the violations being committed on a daily basis in Tunisia,” said Hassiba Hadj Sahraoui of Amnesty International. The Observatory, EMHRN, RWB, Amnesty International and Human Rights Watch fear that the adoption of this law will result in an increase in harassment of human rights activists in Tunisia and will allow the authorities to bring arbitrary prosecutions against activists and all those who urge the international community to do what is necessary to encourage an improvement in the human rights situation in Tunisia. Our organisations hereby call upon the Tunisian authorities to repeal this law without delay, inasmuch as its provisions are clearly contrary to the spirit and letter of the International Covenant on Civil and Political Rights, which Tunisia ratified on 23 March 1976; and to comply with the Declaration on Human Rights Defenders adopted by the General Assembly of the United Nations on 9 December 1998 and with the regional and international instruments on human rights ratified by Tunisia. Our organisations also call upon the EU institutions to examine any upgrading of EU relations with Tunisia by the yardstick of significant and measurable progress in respect for international human rights standards and to immediately implement the EU Guidelines on Human Rights Defenders. For more information, please contact: · FIDH – Karine Appy / Fabien Maître: + 33 1 4355-2518 (French and English) · OMCT – Delphine Reculeau: + 41 22 809-4939 (French and English) · EMHRN – Shaimaa Abou Elkhir: +45 3264-1716 (Arabic, French and English) · RWB – Soazig Dollet: + 33 1 4483-8478 (Arabic, French and English) · Amnesty International – Hassiba Hadj Sahraoui: +44 20 7413-5643 (Arabic, French and English) · Human Rights Watch – Rasha Moumneh: +961 71 323-484 (Arabic and English)  [1]

Footnotes

[1] See Agence Tunis Afrique Presse article of June 15, 2010 and La Presse de Tunisie article of June 16, 2010.

[2] Kamel Jendoubi, EMHRN President and member of OMCT Executive Council, Sihem Bensedrine, spokesperson of the National Council for Freedoms in Tunisia (CNLT), Khémaïs Chammari, member of the board of the Euro-Mediterranean Support Foundation for Human Rights Defenders (FEMDH) and former FIDH Vice-President, and Omar Mestiri, editor of the newspaper Kalima.

[3] See Al-Hadath articles of May 19 and 26, 2010.

[4] See La Presse article of May 31, 2010.


Tunisie

On ne badine pas avec la sécurité économique


Par Abdelaziz Barrouhi, à Tunis

Cinq ans de prison, plus une sanction civile : c’est ce que risque désormais tout Tunisien qui entrerait en « contact direct ou indirect » avec des étrangers afin de porter préjudice à la « sécurité économique » du pays. Cet amendement gouvernemental à l’article 61 bis du code pénal a été adopté par le Parlement, à la quasi-unanimité, le 15 juin. Qui est visé ? Devant les députés, Lazhar Bououni, le ministre de la Justice et des Droits de l’homme, a estimé que « la formulation d’une opinion, même si elle entraîne un préjudice, ne saurait être criminalisée ». En revanche, la loi punira à l’avenir toute personne « incitant des parties étrangères à ne pas accorder de crédits à la Tunisie, à ne pas investir dans le pays ou à boycotter le tourisme ». Le même jour, Abdelwahab Abdallah, ministre-conseiller auprès du président Ben Ali chargé des Affaires politiques, mettait en cause une « minorité dépourvue de tout sens patriotique » qui rêve « d’entraver la promotion de la Tunisie au rang de “partenaire avancé” de l’Union européenne ». Parmi les ténors de la société civile pris pour cible figureKhemaïs Chammarri, un vétéran des droits de l’homme que des médias locaux qualifient volontiers de « traître ». La Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme (LTDH) voit dans la nouvelle loi « un danger pour les libertés publiques ». Elle est faite pour « terroriser l’opposition », renchérit Mustapha­ Ben Jaafar, le très modéré secrétaire général du Forum démocratique pour le travail et les libertés (FDTL). Avant le vote du Parlement, le mouvement Ettajdid avait quant à lui demandé le retrait pur et simple du projet de loi. (Source: jeuneafrique.com le22/06/2010 à 17h:26 )


Mohamed Sayah ou le sens de l’Etat

 


   

Par Mourad Zitouni 
L’objet propre de ce deuxième volet de notre réflexion consacrée à Mohamed Sayah n’est point de défendre ou d’attaquer l’homme, mais de mieux le connaître. S’efforcer de comprendre est devenue dans la Tunisie d’aujourd’hui une position révolutionnaire et qui ne va pas sans risque. Etre, si l’on peut dire, du côté de Ben Ali, c’est voir en lui le type même de toute autorité. Point de partage. Il est conçu avec sa puissance souveraine pour régner en maître. Alors à quoi bon de réfléchir et de penser, notre « bien faiteur » le fait pour nous. Et cette force quasi divine Ben Ali la transmet sous forme de privilège à sa famille. Une famille mue par des mobiles politiques, économiques et sociaux. C’est parce qu’une certaine organisation de l’Etat lui paraît s’opposer à son intérêt qu’elle l’attaque. Rien, absolument rien, ne doit lui échapper. Il faut s’approprier tout. La psychanalyse nous a révélé que cette frénésie totalisante d’appropriation sans relâche des biens d’autrui (publics et privés) est la résultante d’une haine inconsciente d’un passé qui ne passe pas. Mais ce trouble psychologique qui aurait pu rester dans la sphère privée encombre aujourd’hui le pays et menace son avenir. Il relève de la politique. Il est même devenu la principale préoccupation des tunisiens. Tout ce que le pays est capable de créer, d’inventer, de produire et de transformer se trouve (directement ou indirectement) entre les mains des différents clans de la famille. Et tous les services de l’Etat (ministères, administrations) et tous les compartiments de la société tunisienne sont mobilisés pour les servir. C’est un dû. Que fait alors Ben Ali au sujet de ce phénomène ? Rien. Il ne fait rien. Au contraire, il s’est érigé en président facilitateur.   Que dit Mohamed Sayah à l’égard de cette appropriation du pays et de sa richesse par une minorité d’individus dont le seul mérite est d’être membre ou proche de la famille régnante ? Même s’il ne s’est jamais exprimé publiquement sur cette question, son attitude, son action et ses dires sont un rejet sans concession  de cette spoliation. Il la rejette non seulement pour ce qu’elle représente en tant que valeur déformante de l’éthique, mais également en tant que fléau dangereux pour la stabilité du pays. En effet, voir la Tunisie  se transformer petit à petit en lots privatifs à distribuer au plus gourmand ne doit  produire en lui que dégoût et rejet. C’est un « choc des cultures ». Lui, qui a consacré sa carrière politique à servir l’Etat et à être au service de ses compatriotes, cette Tunisie de Ben Ali et de sa famille ne pourrait que le révolter. Il y dénonce la disparition du sens de l’Etat et la perte des valeurs. Or  que signifie, dans la bouche de Mohamed Sayah, le sens de l’Etat? Que représente une telle notion pour un grand commis de l’Etat comme lui ? Reprenons, pour dégager notre réponse, le procédé déjà employé lors de la première partie de notre étude : nous allons nous référer à l’attitude de l’homme et à son œuvre.   Pour lui, l’Etat n’existe ni dans l’instant ni dans l’éternité, mais dans une durée qui se nourrit d’éternité. Et c’est pourquoi, comme tout ce qu’il y a de grand et d’important, le sens de l’Etat est une valeur, c’est-à-dire une croyance dans la durée : plus elle dure, plus elle s’accomplit. Ainsi la sagesse des gouvernants légitimes, contre la courte sagesse des imposteurs, place-t-elle le sens de l’Etat avant les intérêts personnels et voit dans l’intérêt général un enrichissement collectif qui ne cesse pas. Dans son action passée et son discours actuel, Mohamed Sayah considère que le pouvoir n’appartient qu’à l’Etat, les responsables politiques ne peuvent en aucune façon s’en saisir et en user pour leur profit personnel. La puissance qu’ils détiennent, ils doivent la mettre au service exclusif de la collectivité. Ostensiblement détaché à l’égard de l’argent, Mohamed Sayah a toujours montré que le pouvoir n’a jamais constitué pour lui une jouissance, mais une charge dont il faut s’acquitter avec altruisme. Il a délibérément renoncé à faire fortune. Et c’est cela même qui lui assure aujourd’hui la liberté et la disponibilité d’esprit indispensable pour démontrer aux tunisiens qu’une autre voie demeure possible. Aussi, ce « pas-d’argent » qui le caractérise, l’investit d’une écrasante supériorité morale sur les gouvernants actuels exclusivement préoccupés de satisfaire leurs intérêts particuliers. Par ce biais, se trouve ainsi tracée une coupure décisive entre les valeurs qui sont les siennes et celles d’un Ben Ali et son entourage.   Cette conception le conduit tout naturellement à faire preuve de prudence. La meilleure garantie d’être neutre et au service de l’intérêt général, c’est encore de ne pas mêler « Affaires » et politique. Pour  lui, un homme d’Etat digne de ce nom ne doit en aucun cas confondre ce deux mondes. Son intervention en la matière doit être essentiellement commandée par la volonté de maintenir ou rétablir l’intérêt général qui n’est nullement réductible à la somme des intérêts particuliers. Mieux encore, pour Mohamed Sayah, intérêt général et intérêts particuliers sont en relation d’opposition dialectique : l’intérêt collectif de la société entre inévitablement en conflit avec les intérêts individuels des membres, contre lesquels il doit être défendu et imposé. C’est le sens même de l’Etat, selon lui. Or dans la Tunisie de Ben Ali, l’Etat n’est invoqué que pour s’y mettre à l’abri. C’est le refuge de la lâcheté et de la malhonnêteté. Le retournement est complet. Il n’y a pas lieu de s’enorgueillir, mais plutôt de s’en inquiéter. La vie politique en Tunisie est désormais rythmée par une succession de vols à ciel ouvert et d’affaires malsaines exclusivement menés pour le compte d’un clan notoirement identifié. L’Etat  et ses représentants  sont alors instrumentalisés pour réaliser cet « enrichissement sans cause ». Mohamed Sayah, ne peut en être d’accord. Il faut dire « Non », aime-t-il répéter. Mais il sait aussi que la résistance ne peut être générale et absolue. Qu’il y a plusieurs manières de résister. C’est pourquoi, il cherche à réinjecter cette attitude chez les Tunisiens sans les culpabiliser mais tout en les encourageant à résister, chacun à sa manière et selon ses moyens. Car la confiance en soi, dit-il, rend possible non seulement  une autre démarche, mais surtout un espoir nouveau. L’idée d’un peuple vigilant, courageux était certes inutile à une époque où les citoyens attendaient protection, sécurité et de la bienveillance d’un Etat neutre et au service de tous. Mais aujourd’hui cet Etat s’est désagrégé, il s’est inséré dans le patrimoine de la famille régnante qui a renversé les schèmes et cherche à imposer ses intérêts particuliers par tous les moyens et sans limites. Que voulez-vous ? On ne croit plus maintenant, chez ces gens là, aux « veilles lunes » (le bien commun, le développement du pays, intérêt général….). Le maître mot : c’est piller.   23 ans après le coup d’Etat, Mohamed Sayah reste fidèle aux principes bourguibiens. Comme il ne cesse de le dire, ils sont à la fois porteurs de l’esprit de résistance et de courage, mais aussi d’innovations politiques majeures et d’un progrès social et économique certain. Ici, sans doute, trouvons-nous le sens et l’essence même de son agir en politique.         

L’UE soutient l’intégration des marchés de l’électricité du Maghreb


AFP / 20 juin 2010 17h33 ALGER – Le commissaire européen à l’Energie Gunther Oettinger a soutenu dimanche à Alger l’intégration des marchés de l’électricité au Maghreb, avec la perspective d’une intégration avec le marché européen, au cours d’une réunion ministérielle de trois pays du Maghreb. « Il est important que les trois pays pays du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie, NDLR) réaffirment fortement aujourd’hui à Alger leur volonté commune de créer un marché maghrébin de l’électricité avec la perspective d’une intégration avec le marché européen », a déclaré M. Oettinger, selon un communiqué de la délégation de l’Union européenne (UE) en Algérie. M. Oettinger s’exprimait à l’issue de la première réunion du conseil ministériel maghrébin, dans le cadre du projet d’intégration progressive des marchés de ces trois pays du Maghreb au marché de l’électricité de l’Union européenne. Les ministres algérien de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, marocain de l’Energie, Amina Benkhedra et tunisien de l’Industrie, Affif Chelbi ainsi que M. Oettinger ont pris part à cette réunion. M. Yousfi a souligné que l’Algérie, le Maroc et la Tunisie avaient entrepris « la construction de lignes d’interconnexions de grande puissance (…) qui constitue un premier jalon pour le futur marché maghrébin de l’électricité ». Les travaux de la cette réunion ont été sanctionnés par l’adoption d’une déclaration finale et d’un plan d’action pour la période 2010-2015, selon la déclaration finale. Les ministres présents ont confirmé « leur volonté de poursuivre les réformes de leurs secteurs énergétiques nationaux », et sont convenus que l’accès aux réseaux doit être « non discriminatoire et transparent et faire l’objet d’une tarification adéquate », ajoute le texte. La Libye et la Mauritanie ont été invités à rejoindre les trois autres pays du Maghreb et le projet d’intégration des marchés maghrébins au marché de l’électricité de l’UE. Les ministres sont convenus de se réunir en juin 2011 afin d’évaluer les progrès réalisés dans le projet.


EU sees solar power imported from Sahara in 5 years


Mon Jun 21, 2010 5:52am GMT By Christian Lowe ALGIERS (Reuters) – Europe will import its first solar-generated electricity from North Africa within the next five years, European Energy Commissioner Guenther Oettinger said in an interview on Sunday. The European Union is backing projects to turn the plentiful sunlight in the Sahara desert into electricity for power-hungry Europe, a scheme it hopes will help meet its target of deriving 20 percent of its energy from renewable sources in 2020. « I think some models starting in the next 5 years will bring some hundreds of megawatts to the European market, » Oettinger told Reuters after a meeting with energy ministers from Algeria, Morocco and Tunisia. He said those initial volumes would come from small pilot projects, but the amount of electricity would go up into the thousands of megawatts as projects including the 400 billion euro Desertec solar scheme come on stream. « Desertec as a whole is a vision for the next 20 to 40 years with investment of hundreds of billions of euros, » said Oettinger. « To integrate a bigger percentage of renewables, solar and wind, needs time. » The EU is backing the construction of new electricity cables, known as inter-connectors, under the Mediterranean Sea to carry this renewable energy from North Africa to Europe. Some environmental groups have warned these cables could be used instead to import non-renewable electricity from coal- and gas-fired power stations in north Africa. « This is a good question but not a question to destroy our project, » Oettinger said. « This question must be answered by a good answer and so we need ways to ensure that our import of electricity is from renewables. » He said he believed it was technologically possible to monitor electricity imports to the EU and establish if they come from renewable sources or fossil fuels. « This question must be solved in the next years, » he said. SOLAR SUBSIDIES The Desertec consortium includes major firms such as Siemens, RWE and Deutsche Bank. They are expected to seek public money for the project. Oettinger said the EU’s assistance was likely to include help coordinating stakeholders, updating regulations to allow the imported electricity to move across European borders, and financing feasibility studies. On the prospect of EU subsidies, or the European Commission permitting state aid to firms involved in the project, he said that would become clear once the consortium has presented a detailed business plan. Oettinger said all three energy ministers at the meeting in the Algerian capital sent a signal they were willing to build the infrastructure and common market rules needed to allow a trade in renewable electricity with Europe. He countered concerns expressed in the past by some officials in Algeria that the project could involve Europeans exploiting north Africa’s natural resources. « Renewables are a two-way partnership because electricity produced here is for the home market of north African countries, » he said. « Maybe a bigger percentage of the electricity will be exported to Europe but at the same time we have to export the technology, tools, machines, experts, and so it’s a real partnership, not only a partnership by selling and by buying. »


Israël a lancé un satellite espion d’une base du sud du pays


AFP / 22 juin 2010 22h04 JERUSALEM – Israël a lancé mardi un satellite espion depuis une base du sud du pays, a annoncé le ministère israélien de la Défense, un dispositif qui entre dans le cadre de la surveillance des activités nucléaire de l’Iran selon la radio publique. Avec ce dernier lancement, l’Etat hébreu compte six satellites d’espionnage actuellement en service. « Il y a quelques minutes, l’Etat d’Israël a lancé le satellite Ofek-9 depuis la base de Palmachim », dans le sud du pays, a indiqué le ministère dans un communiqué. « Les résultats de ce lancement vont être examinés par l’équipe technique », selon ce même texte. Aucun autre détail n’a été fourni sur la mission de ce satellite. Mais, selon la radio publique, cet engin, dans la lignée de ses prédécesseurs Ofek, doit être en mesure de prendre des clichés en haute résolution et de surveiller le programme nucléaire controversé de l’Iran. Toujours d’après la radio publique israélienne, ce satellite a été fabriqué par Israel Aircraft Industries et mis sur orbite à l’aide d’une roquette Shavit. En 2004, le lancement d’Ofek-6 s’était soldé par un échec, le satellite terminant sa course en mer Méditerranée en raison d’un problème technique. Israël, qui est considéré comme la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, accuse l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique sous couvert de programme civil, ce que la République islamique dément. Téhéran est l’ennemi juré d’Israël, et son président Mahmoud Ahmadinejad a appelé à « rayer » l’Etat hébreu de la carte. Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté mercredi dernier une quatrième série de sanctions contre l’Iran pour son refus d’arrêter ses activités nucléaires sensibles, un ancien chef des services de renseignement israéliens (Mossad) a préconisé lundi une frappe préventive contre Téhéran. « Je suis d’avis que -puisqu’il y a une guerre en cours (avec l’Iran), puisque la menace est permanente, puisque l’intention de l’ennemi dans ce cas est de vous annihiler-, la bonne doctrine est celle de la préemption et non celle de la riposte », a plaidé Shabtai Shavit, lors d’une conférence à l’Université de Bar Ilan, près de Tel-Aviv. « Recourir à la riposte comme principale stratégie revient à attendre passivement que l’on vienne vous attaquer. Mais nous sommes confrontés à un ennemi qui planifie en permanence et qui n’attend que l’occasion de passer à l’attaque », a expliqué l’ancien patron du Mossad, de 1989 à 1996. « Aussi, quel est l’intérêt, même du point de vue moral, d’attendre et de n’agir seulement qu’en cas d’attaque? », a demandé M. Shavit. Le 12 juin, le journal britannique Times, citant des sources militaires dans le Golfe, avait affirmé que l’Arabie saoudite autoriserait Israël à survoler son espace aérien dans l’éventualité d’un raid contre l’Iran et que Ryad avait procédé à des tests pour adapter sa défense aérienne. Le ministère saoudien des Affaires étrangères avait toutefois catégoriquement démenti « ces allégations mensongères ».

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

2 mai 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 10 ème année,N° 3631 du 02.05.2010  archives : www.tunisnews.net  Reporters sans frontières: Zine el-Abidine Ben Ali,

En savoir plus +

5 mars 2008

Home – Accueil –   TUNISNEWS  8 ème année, N°  2842 du 05.03.2008  archives : www.tunisnews.net   L’OLPEC: La police

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.