20 octobre 2003

Accueil

TUNISNEWS

  4 ème année, N° 1248 du 20.10.2003

 archives : www.tunisnews.net


المجلس الوطني للحريّات بتونس : تفشّي الأمراض المعدية داخل السجون التونسيّة -« الجرب » والتهاب العيون-
يو بي آي: الهجرة السرية مصدر قلق مستمر بين الاتحاد الأوروبي والمغرب العربي البعث السورية: الأحزاب السياسية في تونس تستعد لسنة حافلة بالمواعيد الانتخابية الهادي بريك : في الذكرى التاسعة لاستشهاد سحنون خالد بن سليمان: المتشددون الجدد من السلفيين التوانسة – مرحبا بكم في الساحة..ولكن عفوا.. وصلتم و الناس يغادرون!!!
علي أحـمد: بـحالة يأس رشيد خشانة : خطر منظمات حقوق الانسان…


Voix Libre: Campagne internationale pour la liberté en Tunisie – Communiqué

C.R.L.D.H.  Tunisie: Flash infos

Reporters sans frontières: Classement mondial de la liberté de la presse – La Tunisie classée 149ème !!

AFP:Treize morts dans un drame de l’immigration clandestine à Lampedusa AFP: L’Italie accuse l’Europe et l’Afrique d’un nouveau drame de l’immigration Reuters: Immigration – Odyssée cauchemardesque au large de la Sicile AFP: Prochaine conférence sur la migration en Méditerranée occidentale à Rabat

AFP: Procès Cools: les tueurs tunisiens, témoins capitaux, sont introuvables

Le Quotidien d´Oran: 63 Tunisiens demandeurs d’asile en Algérie reconduits à la frontière

Abdel Wahab Hani: Le Général Habib Ammar fait parler de son retour…

Réalités: L’Agraâ, l’un des martyrs de la bataille de Bizerte

Réalités : La langue arabe domine le lectorat de la presse en Tunisie

AFP: Journée de la République (en Turquie): controverse autour du voile islamique

Yacine Saadi: Le voile qui dévoile !

AFP: Restrictions des libertés dans le monde arabe après le 11/9, selon l’Onu


Pour afficher les caractères arabes  suivre la démarche suivante : Affichage / Codage / Arabe ( Windows )

To read arabic text click on the View then Encoding then Arabic (Windows).

الحملة الدولية من أجل الحرية بتونس

  نـــداء   الهيئة الوطنية للمحامين المجلس الوطني للحريات مركز تونس لاستقلال القضاء والمحاماة الجمعية التونسية للمحامين الشبان الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين التجمع من أجل بديل عالمي للتنمية  

تعلن يوم 24 أكتوبر 2003 انطلاقا للحملة الدولية من أجل الحرية بتونس :    وتعقد بهذه المناسبة تظاهرة بمقر المجلس الوطني للحريات بتونس 4 نهج أبو ظبي – البساج. في نفس اليوم على الساعة الرابعة مساءا.   ندعو جميع المنظمات المستقلة والمناضلين للمشاركة.   تونس في 17 أكتوبر2003   البشير الصيد، عميد الهيئة القومية للمحامين نجيب الحسني، الناطق باسم المجلس الوطني للحريات المختار اليحياوي، رئيس مركز تونس لاستقلال القضاء و المحاماة يوسف الرزقي، رئيس جمعية المحامين الشبان محمد النوري، رئيس الجمعية الدولية لمساندة المساجين السياسيين فتحي الشامخي، الناطق باسم التجمع من أجل بديل عالمي للتنمية.  
 

Campagne internationale pour la liberté en Tunisie

  Appel   Le Conseil de l’ordre des Avocats Le conseil National pour les libertés en Tunisie Le centre Tunisien pour l’indépendance de la justice L’association Tunisienne des jeunes Avocats L’association internationale pour le soutien des prisonniers politiques Le rassemblement pour une autre alternatives de développement ( RAID Attac – Tunisie )  

 
Déclarent le 24 Octobre 2003 début de la campagne internationale pour la liberté en Tunisie.   Une manifestation se tiendra au siége du CNLT (Le conseil National pour les libertés en Tunisie) 4 rue d’Abou Dhabi – le passage – Tunis. Le même jour a 16 Heures.   Nous appelons tous les association indépendante et les militant à y participer.     Tunis le 17 Octobre 2003   Béchir Essid, Bâtonnier de l’ordre des avocats Mohammed NajibHosni ,Porte parole du CNLT Mokhtar Yahyaoui, Président du CTIJ Youcef Errizgui, président de l’ATJA Mohammed Ennouri, président de l’AISPP Fathi Chamkhi, porte parole du RAID

Internationale Kampagne  für die Freiheit in Tunesien

 

الحملة الدولية من أجل الحرية بتونس

AUFRUF

 

Der Rat der Anwaltskammer

Der Nationale Rat für die Freiheit in Tunesien (CNLT)

Das tunesische Zentrum für die Unabhängigkeit der Justiz (CTIJ)

Der tunesische Verein der jungen Rechtsanwälte (ATJA)

Der internationale Verein für die Unterstützung der politischen Gefangenen (AISPP)

Die Versammlung für eine andere Entwicklungsalternative (RAID Attac-Tunesien)

 

 

erklären dass, am 24. Oktober 2003 der Beginn vom internationale Kampagne für die Freiheit in Tunesien.

 

Eine öffentliche Kundgebung wird in sitzt vom CNLT (der Nationale Rat für die Freiheit in Tunesien) stattfinden. 4 rue d’Abou Dhabi – le passage – Tunis. Am gleichen Tag um 16 Uhr.

 

Wir rufen alle unabhängigen Vereine und die freiheitsliebenden Menschen dazu auf, daran teilzunehmen.

 

 

 

 

Tunis, den 17. Oktober 2003

 

 

Béchir Essid, Präsident der Anwaltskammer Mohammed Najib, Hosni Sprecher der CNLT

Mokhtar Yahyaoui, Präsident der CTIJ

Youcef Errezgui, Präsident der ATJA

Mohammed Ennouri, Präsident der AISPP

Fathi Chamkhi, Sprecher der RAID (Attac)


Voix Libre Association oeuvrant pour les droits de l’Homme Paris le 20 octobre 2003

Campagne internationale pour la liberté en Tunisie الحملة الدولية من أجل الحرية بتونس

  Communiqué

Suite à l’appel lancé par différentes composantes de la société civile tunisienne pour débuter une « Campagne internationale pour la liberté en Tunisie » à partir du 24 octobre 2003, nous apportons notre soutien total et nous considérons qu’il est temps pour le peuple tunisien de vivre en paix et de profiter de toute sa liberté sans crainte ni sanctions.   A l’occasion, nous demandons la libération immédiate de tous les prisonniers d’opinion. Nous appelons tous les Tunisiens et les amis de la Tunisie de participer activement à cette initiative.   L’association Voix Libre participera par les différents moyens et activités afin de faire entendre notre voix, la voix de la liberté..   Pour l’association Voix Libre Dr AMRI Ahmed.   Voix Libre: 12 rue Sadi Carnot – 93170 Bagnolet- France. Tel : 33 6 11 59 13 74 – Fax : 33 1 43 63 13 52 – Email : voixlibre2003@yahoo.fr

 

 
المجلس الوطني للحريّات بتونس
تونس في20 أكتوبر2003

تفشّي الأمراض المعدية داخل السجون التونسيّة -« الجرب » والتهاب العيون-

      تقبّل المجلس الوطني للحريّات بتونس في الفترة الأخيرة العديد من الشكاوي من أهالي المساجين ومن السادة المحامين تشير إلى تفشّي عدد من الأمراض المعدية داخل السجون التونسيّة في الأسابيع القليلة الماضية وخاصة السجن المدني بتونس (سجن 9 أفريل) الذي يضمّ حوالي 6.000 سجين رغم أن طاقة استيعابه لا تتجاوز الـ 1500 سجين !!!   وتتمثّل الخطورة الصحيّة في انتشار مرض « الجـرب » وتفشي مرض العيون، وأهم من كل ذلك تقاعس إدارة السجن عن تقديم الرعاية الصحيّة اللازمة للمساجين وتوفير أدنى حد من  ظروف الإقامة  الإنسانيّة.   كما أبلغنا السيد عبد المجيد بوحجيلة والد السجين السياسي عبد اللطيف بوحجيلة أنّه منع للأسبوع الثاني على التوالي من زيارة ابنه. ورغم رفض إدارة السجن تقديم أيّ معلومات عن سبب الرفض فإنّ والد السجين يتوقّع أنه تمّت معاقبته بسبب احتجاجه على الوضعيّة الصحيّة والإهمال الطبّي بسجن المسعدين، وبسبب إعلام والده بالأمراض المعدية المتفشية هناك.     إنّ المجلس الوطني للحريات بتونس يذكّر مرّة أخرى بالأوضاع اللاإنسانيّة داخل السجون التونسيّة خاصة وأنّ مرض « الجرب » لا يمكن أن يصاب به الإنسان إلاّ في غياب الظروف الصحيّة المعقولة.     وينبه المجلس  الرأي العام الوطني والدولي إلى خطورة الظروف التي يعيش فيها آلاف المواطنين التونسيين داخل سجون تجاوز عدد نزلائها الـ 4 مرات طاقة استيعابها. ويوجّه المجلس  اتهامه إلى سياسة الدولة التي حاولت حلّ كل قضايا المجتمع عبر الجهاز البوليسي والخيار الأمني، ووظّفت القضاء للزجّ بمخالفيها في السجون.    الناطق باسم المجلس الأستاذ محمّد نجيب الحسني


C.R.L.D.H.  Tunisie Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie 21 ter rue Voltaire 75011  Paris- France – tél. : (33)321964099 – E-Mail : crldht@aol..com membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme ——————————————————————————————–
 
FLASH INFOS 21 octobre 2003
 
Après une période de réflexion et d’évaluation, le CRLDHT reprend la publication de son bulletin d’informations. Convaincus de la nécessité d’interroger leur propre engagement commun et les attentes et propositions de leurs partenaires à leur égard, les militantes et les militants du CRLDHT ont pris, il y a quelques mois, l’initiative de l’élaboration collective d’un bilan des 6 années d’existence du Comité à la lumière notamment des mutations enregistrées aussi bien sur le plan national qu’au niveau international depuis l’automne 2001. Ce bilan participatif a permis, au-delà de la réflexion et du débat interne, de questionner plusieurs dizaines d’acteurs, associations ou expression politique impliqués dans les luttes pour les libertés, la démocratie et les droits humains en Tunisie. Les résultats de cette consultation seront débattus à l’occasion de la prochaine assemblée générale du Comité. D’ores et déjà, et compte tenu de la quasi-unanimité des points de vues qui se sont exprimés en faveur de la poursuite du travail d’information du CRLDHT, il a été décidé de reprendre la publication du bulletin d’information en attendant que les activités du Comité soient recadrées à l’occasion de son assemblée générale et à la lumière des résultats de la consultation dont nous avons pris l’initiative en octobre 2002 GREVE DE LA FAIM DE RADHIA NASRAOUI L’avocate Radhia Nasraoui, inlassable militante pour la défense des libertés et des droits humains en Tunisie a entamé le 15 octobre 2003, à l’occasion de l’ouverture de l’année judiciaire, une grève de la faim « pour la défense de [sa] dignité en tant qu’avocate et en tant que citoyenne ». Dans une déclaration, Radhia Nasraoui évoque les actes d’intimidation et de harcèlement ainsi que les agressions dont elle n’a cessé de faire l’objet. Elle met l’accent sur « la pression exercée par la police politique sur [ses] clients afin de les intimider et de les dissuader de recourir à ses services ». Rappelant que ce harcèlement s’étend à toute sa famille et que les autorités n’ont plus le prétexte de la recherche de son mari Hamma Hammami porte-parole du PCOT pour justifier la présence constante de la police aux abords de son domicile, Radhia Nasraoui estime que devant cette situation, et dans la mesure où les démarches entreprises sont restées vaines, elle se trouve « contrainte d’entreprendre une grève de la faim pour défendre « sa dignité de citoyenne et d’avocate, ainsi que le droit de [sa] famille et surtout de [ses] filles à vivre loin de toute forme de harcèlement ». Le CRLDHT a exprimé sa solidarité avec Maître Radhia Nasraoui et des contacts ont été pris pour contribuer à renforcer le mouvement international de solidarité qui s’est amorcé à l’occasion de cette grève de la faim. Sur le plan national les réactions de solidarité ont été immédiates et le bâtonnier de l’Ordre des Avocats a fait part à Maître Radhia Nasraoui du soutien actif du Conseil de l’Ordre réuni le 17 octobre 2003. Le Conseil de l’Ordre a décidé par ailleurs de charger un médecin de suivre l’état de santé de Maître Nasraoui durant sa grève de protestation. Un comité de soutien est en cours de constitution en Tunisie alors que la journée du mercredi 24 octobre 2003 sera une journée d’action et de solidarité à l’initiative des confrères avocats de Radhia Nassaroui. La LTDH organisera quant à elle une réunion sur la situation des défenseurs des droits humains en Tunisie le vendredi 24 octobre 2003. Le CRLDHT appelle toutes les organisations et toutes les personnalités à se mobiliser pour apporter leur soutien et exprimer leur solidarité à Radhia Nassraoui . Une réunion d’information aura lieu le vendredi 24  octobre 2003 au CICP 14 rue de Voltaire 75011 Paris à 18h30. Cette réunion rentre dans le cadre de la journée internationale pour la liberté en Tunisie appelée par le CNLT. CONFIRMATION DU VERDICT CONTRE LE JOURNALISTE ABDALLAH ZOUARI Arrêté le 12 avril 1991 et condamné en août 1992 par le tribunal militaire à 11 ans d’emprisonnement pour « appartenance à une organisation illégale » (le mouvement En Nahdha interdit), et à 5 ans de contrôle administratif, le journaliste Abdallah Zouari (du journal Al Fajr aujourd’hui interdit) avait été libéré le 6 juin 2002. Deux mois plus tard le 19 août 2002, et au terme d’un harcèlement continu, il a été à nouveau arrêté alors qu’il avait introduit un recours devant le tribunal administratif concernant l’assignation à résidence dont il a fait l’objet de façon arbitraire. Condamné le 4 septembre 2002 à huit mois d’emprisonnement pour non respect du contrôle administratif, il avait été libéré le 5 novembre 2002 à la suite d’une importante campagne de  solidarité. En butte à un acharnement policier de tous les instants, Abdallah Zouari a été condamné le 18 juillet 2003 à 4 mois d’emprisonnement pour diffamation. Arrêté le 17 août 2003 et condamné le 29 août à 9 mois d’emprisonnement pour  » infraction à une mesure de contrôle administratif » il avait fait appel. Ce sont ces deux peines de 4 et 9 mois qui ont été confirmées par la Cour d’Appel de Médenine au terme de procédures qui ont suscité les protestions indignées des avocats de la défense en raison des manquements graves au droit à un procès équitable qui ont entaché ces procédures. Le calvaire d’Abdallah Zouari continue et sa situation fait l’objet d’une nouvelle campagne nationale et internationale de solidarité, à laquelle le CRLDHT s’associe. Comme l’a affirmé Robert Ménard, le secrétaire général de Reporters Sans Frontières (RSF), « on se demande quel nouveau stratagème les autorités vont inventer pour briser ce journaliste qui sort déjà de 11 ans de prison. Le gouvernement de Zine El Abidine Ben Ali continue dans sa stratégie de musellement de la presse. Ce régime n’hésite pas à organiser des festivals sur les médias voire même à accueillir le sommet mondial de la société d’information prévu en 2005 mais en en confiant l’organisation à un ancien directeur des services spéciaux connus pour leur pratique systématique de la torture. Dans le même temps, il impose une chape de plomb sur la liberté de l’information ». LA DEGRADATION DE LA SITUATION DES PRISONNIERS POLITIQUES Dans la lettre ouverte adressée le 26 septembre 2003 aux participants au Conseil d’Association entre l’Union européenne et la Tunisie (qui s’est tenu les 29 et 30 septembre 2003), la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme (FIDH), le Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme (REMDH) et l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) ont notamment rappelé que « Près de 700 prisonniers politiques sont encore aujourd’hui détenus dans les prisons tunisiennes. Les prisonniers tunisiens et notamment les prisonniers d’opinion sont encore victimes de traitements inhumains et dégradants et sont souvent privés des soins vitaux que requiert leur état de santé. Le cas de M. Habib Raddadi, détenu politique condamné à 17 ans de prison et  récemment décédé en cours de détention est une nouvelle illustration tragique de cet état de fait. A cela il faut ajouter le maintien en isolement auquel sont soumis 37 détenus politiques, dont certains depuis plus de 12 ans, en violation flagrante de la Convention internationale contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains et dégradants. Les prisonniers libérés sont continuellement harcelés et régulièrement (une fois par semaine et quotidiennement pour certains) tenus de se présenter au poste de police. De plus, ces derniers se voient interdire l’exercice de toute activité professionnelle que ce soit dans l’administration publique ou dans le secteur privée. Ces harcèlements et ces tracasseries concernent plus d’un millier de personnes et certains de leurs  proches ». Cette situation intolérable est à l’origine de la multiplication des grèves de la faim des détenus politiques (islamistes dans leur très grande majorité). Dans un communiqué en date du 9 octobre 2003, l’Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques (AISPP) met particulièrement l’accent sur la gravité de la situation de Ali Zouaghi détenu à la prison de Borj El Amri, de Zyad Daoulatli en isolement depuis 13 ans, de Mohamed Akrout et de Jallal Mabrouk dont l’état de santé physique et psychique s’est gravement dégradé. Il est plus urgent que jamais de relancer les actions nationales et internationales de solidarité dans le cadre de la campagne pour l’amnistie générale des victimes de la répression en Tunisie. « LA TUNISIE JOUE LES HERAUTS DU NET MAIS EMPRISONNE SES INTERNAUTES »:POUR LA LIBERATION DE ZOUHAIR YAYAOUI Grâce à l’action conjuguée de l’Organisation TRIAL (l’association suisse contre l’impunité) et de l’OMCT, relayés de façon efficace par plusieurs initiatives (en particulier RSF, les associations démocratiques tunisiennes en Suisse et le travail d’information de Abdelwahab Hani), le passage à Genève de l’ancien ministre de l’intérieur Habib Ammar Président du Comité préparatoire de la deuxième phase du sommet mondial sur la société de l’information, n’est pas passé inaperçue. La procédure judiciaire engagée contre Habib Ammar n’a certes pas abouti en raison de l’immunité d’arrestation et de détention accordée par la Confédération suisse aux représentants des pays membres de l’Union Internationale des Télécommunications (IUT). La campagne médiatique et politique qui a été menée s’est toutefois soldée par un bilan des plus positifs. Le sommet sur la société de l’information a pour objectif de réduire la fracture numérique entre pays riches et pays pauvres. Il doit, comme le rappelle RSF, également adopter une déclaration de principes qui devrait régir la politique des états concernant le Réseau. De nombreuses ONG internationales se sont légitimement inquiétées du projet actuel de déclaration largement influencé par les états les plus répressifs de l’Internet. Ces inquiétudes ont été réitérées à l’occasion de la tenue le 14 octobre à Tunis du Congrès sur la fracture numérique organisé par la Fédération Mondiale des Organisations d’Ingénieurs (FMOI). Comme le souligne avec force RSF, « la Tunisie qui prend une place de plus en plus importante au sein des instances de régulation du « Web » est pourtant un des pays les plus répressifs envers le Réseau ». La Tunisie joue les hérauts du Net mais emprisonne ses internautes contestataires et dissidents dont Zouhair Yayiaoui est la figure la plus emblématique. Arrêté le 4 juin 2002, il a été condamné le 10 juillet 2002 par la Cour d’Appel de Tunis à 2 ans de prison pour propagation de fausses nouvelles. Zouhair Yayiaoui, neveu du juge Mokhtar Yayiaoui limogé dans les conditions que l’on sait, est le fondateur du site TUNeZINE. Torturé, Zouhair Yayiaoui fait l’objet en prison d’un acharnement systématique en dépit de l’ampleur de la campagne nationale et internationale de soutien dont il a bénéficié et qui doit se poursuivre avec vigueur jusqu’à sa libération. LA JOURNEE INTERNATIONALE POUR LA LIBERTE EN TUNISIE Annoncée le 16 septembre 2003 par le Conseil National pour les Libertés en Tunisie (CNLT), La journée internationale pour la liberté en Tunisie est prévue pour le 24 octobre 2003 à l’appel de 6 associations tunisiennes : Le Conseil de l’ordre des Avocats, le Conseil National pour les libertés en Tunisie, Le centre tunisien pour l’indépendance de la Justice, L’association tunisienne des Jeunes Avocats, l’association internationale pour le soutien des prisonniers politiques, le Rassemblement pour une autre alternative de développement (RAID Attac – Tunisie). Cette journée sera marquée notamment à Tunis par un rassemblement au siège du CNLT. Le CRLDHT s’associe à cette initiative qui, outre les associations citées ci-dessus, a le soutien de Ligue tunisienne pour la défense de droits de l’homme ( LTDH). L’ALIBI DE LA LUTTE ANTI TERRORISTE A l’occasion de la tenue du Conseil d’Association, Amnesty International a diffusé un important document intitulé « Tunisie : le projet de Loi anti terroriste porte un nouveau coup aux droits humains ». Au terme d’une analyse rigoureuse, Amnesty International appelle notamment à mettre un terme à la pratique consistant à faire juger des civils par des tribunaux militaires et à abroger ou modifier toutes les lois permettant l’incarcération de prisonniers d’opinion, notamment l’article 52 bis du code pénal et l’article 123 de code de justice militaire. Amnesty International met l’accent sur la nécessité de « réviser le projet de loi antiterroriste afin de le mettre en conformité avec les normes internationales relatives aux droits humains ». Trois semaines plus tard, le 13 octobre à l’occasion de la 27ème   conférence des responsables de la police et de la sécurité dans les pays arabes réunie à Tunis, le Ministre de l’intérieur tunisien Hedi M’Henni s’est félicité de ce que la politique tunisienne dans la lutte contre le terrorisme a valu à la Tunisie et au Conseil des Ministres arabes de l’Intérieur la considération des organisations régionales et internationales. Le Ministre de la police tunisienne persiste donc et signe évoquant toutefois dans le registre de la langue de bois son attachement à « une approche globale et exhaustive des droits de l’Homme, au dialogue sincère et au refus de l’utilisation des droits de l’Homme comme prétexte pour camoufler les campagnes tendancieuses ». !! LA LTDH REAGIT A LA POSITION ARBITRAIRE DU GOUVERNEMENT UNISIEN A PROPOS DES FINANCEMENTS SERVIS DANS LE CADRE DE L’IEDDH La question des financements décidés par l’Union européenne dans le cadre de l’Initiative européenne pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (IEDDH) a été évoquée au cours de la récente session, fin septembre 2003 du Conseil d’Association entre l’Union européenne et la Tunisie. Le gouvernement tunisien a en effet décidé de bloquer arbitrairement la deuxième tranche du contrat de subvention passé entre la LTDH et l’UE conformément aux procédures régulières de financement acceptées par le gouvernement tunisien en vertu des engagements pris dans le cadre du partenariat Euro-Méditerranéen. Dans le même temps la question de la mise en œuvre du programme MEDA-Justice a été posée en raison de l’attitude dilatoire de la partie officielle tunisienne. L’attitude obstinément négative adoptée par le ministre tunisien des affaires étrangères ne change rien au fait qu’il s’agit là de deux graves précédents que les autorités communautaires européennes auront des difficultés à cautionner. S’agissant de la LTDH la mesure de blocage de la deuxième tranche du contrat de 2001 fait suite à l’annonce de l’obtention récente par la Ligue d’un financement IEDDH sur la question de l’accès à la justice. Dans une lettre adressée le 19 septembre au PDG de la banque de domiciliation du compte de la Ligue, celle-ci a rejeté les arguties du gouvernement tunisien concernant le « manque d’autorisations requises ». Cette lettre a été suivie d’une note explicative récusant  les arguments prétendument juridiques du gouvernement tunisien. Le CRLDHT qui dénonce avec force l’attitude gouvernementale tunisienne a décidé de rendre publiques cette lettre et cette note qui constituent deux éléments importants du nouveau bras de fer engagé par le gouvernement tunisien contre la LTDH. —————————————————– Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme      Tunis le, 19 septembre 2003 Note explicative de la réaction de la LTDH concernant la position du Gouvernement Tunisien à propos des financements servis dans le cadre de l’IEDDH Le 29 août 2003, j’ai été convoqué par le Directeur des Affaires Politiques au Ministère de l’Intérieur qui avait pour mission de me notifier l’interdiction du gouvernement tunisien de recevoir les financements européens servis dans le cadre de l’IEDDH. Le 12/09/2003, c’est au tour de la Banque (BIAT) où est domicilié notre compte spécialement consacré aux sommes transférées dans le cadre du contrat de subvention passé entre la LTDH et la Commission Européenne, de nous informer que le virement de la deuxième tranche prévue par le contrat n° B7-7010/2001/3185 ne pouvait  » être mis à notre disposition et ce, pour manque des autorisations requises ». Comme l’avait déjà déclaré le Directeur des Affaires Politiques au Ministère de l’Intérieur lors de notre entretien cité plus haut, la banque nous demandait dans les mêmes termes de produire les autorisations prévue par la loi n° 154 du 7 novembre 1959, notamment les dispositions des articles 8 et 14. Le Directeur des Affaires Politiques au Ministère de l’Intérieur ajoutait également l’obligation pour la LTDH de produire les autorisations requises dans le cadre du décret du 8 mai 1922. Compte tenu de l’importance des décisions des autorités tunisiennes qui sont en totale contradiction avec l’esprit et la lettre de l’article 2 de l’accord d’association Tunisie-Union Européenne, je me permets de vous fournir des éclaircissements sur les lois et décret cités plus haut, qui, à nos yeux ne peuvent en aucun cas justifier le blocage de fonds décidé aujourd’hui. Décision qui vise dans l’immédiat, l’arrêt brutal des engagements pris et qui sont en cours d’exécution et, à court terme, l’asphyxie des activités d’une association indépendante, la LTDH, militant pour le développement des Droits de l’Homme et de la Démocratie. S’agissant de la loi n° 154 du 7 novembre 1959, notamment les articles 8 et 14, ils ne concernent en rien la LTDH qui ne doit justifier d’aucune autorisation pour recevoir des subventions. En effet, l’article 8 est très  clair et sans équivoque possible. Il impose l’agrément du Ministère de l’Intérieur aux seules associations qui poursuivent  » un but d’assistance et de bienfaisance « . Cela n’est pas le cas de la LTDH (voir les statuts de celle-ci dont ci-joint copie). Quant à l’article 14 de cette même loi, il évoque la nécessité de l’autorisation pour  » toute association d’intérêt national  » (dont les statuts sont définis par l’article 12 et suivants de cette loi). Or, vous pouvez en vous référant à nos statuts, vous rendre compte sans peine que la LTDH n’est pas non plus  » une association reconnue d’intérêt national  » et ne peut donc être assujettie aux obligations édictées par l’article 14 en question. A propos du décret du 8 mai 1922, il est tombé en désuétude. Il a été en effet promulgué par les autorités du protectorat français pour empêcher la collecte de fonds par les leaders du Mouvement National, qui avait pour but de financer les actions visant à réaliser l’indépendance de la Tunisie. De plus, ce décret ne peut en aucun cas concerner les subventions accordées à la LTDH puisqu’il parle de  » fonds recueillis par voie d’appel à la générosité publique « , à travers les souscriptions réalisées auprès du public. Il est évident que cela ne peut concerner les subventions accordées par la Commission Européenne à la LTDH. Enfin, à propos des statuts de la LTDH, ces derniers sont très clairs. A aucun moment ils n’imposent d’autorisations à celle-ci pour recevoir des subventions. L’article 12 de ces statuts spécifie à ce propos, que les ressources de la LTDH sont constituées par : 1- Les cotisations de ses membres. 2- Les subventions qui lui sont accordées. 3- Les revenus provenant des manifestations autorisées conformément aux lois en vigueur. Le visa accordé par le Ministère de l’Intérieur pour la création de la LTDH l’a été sur la base de ces statuts (visa n° 4438 Journal Officiel n° 35 du 20 mai 1977). L’obligation d’autorisation n’ayant pas été alors imposée par le Ministère de l’Intérieur, il n’y a par conséquent, aucun empêchement à mettre à notre disposition de la part de l’institution bancaire, le montant de la subvention objet du virement du 05/09/2003. Je souhaiterai par ailleurs, rappeler que la Tunisie est parmi les pays qui ont adopté, le 9 décembre 1998, la Résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies n° 53/144 promulguant  » la déclaration sur le droit et la responsabilité des individus, groupes et organes de la société de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus  » (Déclaration connue communément sous le nom de déclaration sur la protection des droits de l’homme et des défenseurs des droits humains). Cette déclaration stipule dans son article 13 ce qui suit  » chacun a le droit, individuellement ou en association avec d’autres, de solliciter, recevoir et utiliser des ressources dans le but express de promouvoir et protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales par des moyens pacifiques conformément à l’article 3 de la présente Déclaration « . Dans cette conjoncture inquiétante pour l’avenir de notre projet en cours, mais également pour celui encore plus important et qui porte vers  » une plus grande indépendance de la justice et un meilleur accès au droit en Tunisie » (projet qui vient d’être approuvé par vos instances), ce qui nous préoccupe au plus haut point, c’est qu’à travers l’interdiction et le blocage de fonds accordés dans le cadre du partenariat Euro-Tunisien, c’est le principe même de la coopération en matière de Démocratie et de Droits de l’Homme qui est remis en question. Pourtant, ce principe était de nouveau réaffirmé au cours de l’année 2002 par les parties tunisienne et européenne. Les mesures arbitraires prises aujourd’hui à l’encontre de la LTDH, visent à plus long terme  toutes les associations indépendantes qui risquent d’être victimes de leur désir de consolider leur indépendance et de pérenniser leurs structures. Le président de la LTDH Mokhtar TRIFI Pièces jointes : -Lettre de la BIAT -Statut de la LTDH -Loi n° 154 du 07 novembre 1959 -Décret du 8 mai 1922 -Résolution de l’A.G des Nations Unies. 21, rue Baudelaire – El Omrane – 1005 Tunis – tél : 71.894145 – fax : 71.892866 E-mail : ltdh.tunisie@laposte.net – site : www.ltdh.org ————————————————- Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme Tunis le, 19 septembre 2003 A l’attention de Monsieur le Président Directeur Général  de la BIAT Objet : Votre lettre du 12/09/2003. Pièces jointes : Copie du contrat de subvention entre la LTDH et la Commission de l’UE Monsieur le Président, En réponse à la lettre citée en objet dans laquelle le Conseiller Juridique et Fiscal de la BIAT nous informe que le virement reçu en date du 05/09/2003, ne peut être mis à notre disposition et ce  » pour manque d’autorisations requises « , je vous prie de noter ce qui suit : 1- Nous vous envoyons ci-joint copie du contrat de subvention passé entre la LTDH et la Commission Européenne. 2- Votre Conseiller Juridique et fiscal nous demande de fournir  » les autorisations requises  conformément à la loi n° 154 du 07 novembre 1959 notamment les articles 8 et 14 « , mais les dispositions citées ne concernent en rien la LTDH qui n’a besoin d’aucune autorisation pour recevoir des subventions. En effet, l’art 8 de la loi du 07 novembre 1959 est très clair et sans équivoque possible : il impose l’obligation d’un agrément du ministre de l’intérieur au seules associations qui  » poursuivent un but d’assistance et de bienfaisance  » (???????? ??????? ??????????) ce qui n’est pas le cas de la LTDH qui n’est pas une association d’assistance ou de bienfaisance  (les statuts de la LTDH sont déposés auprès de votre banque). 3- L’art 14 de la loi du 07 novembre 1959, citée par votre lettre, ne concerne pas non plus la LTDH puisqu’il parle de  » toute association d’intérêt national  » (le statut légal d’association reconnue d’intérêt national étant défini par l’article 12 et suivants de cette loi). Vous pouvez sans peine vous rendre compte en vous référant à nos statuts que la LTDH n’est pas  » une association d’intérêt national  » pour être assujettie aux obligations édictées par l’art 14 en question. 4- Les statuts de la LTDH déposés auprès de votre banque n’impose aucune autorisation à la LTDH pour recevoir des subvention. En effet, l’art 12 de ces statuts prévoit que les ressources de la LTDH sont constituées par …  » les subventions qui lui sont accordées « … Par conséquent, il n’y a aucun obstacle à mettre à notre disposition le montant de la subvention, objet du virement du 05/09/2003. Veuillez agréer, Monsieur le Président Directeur Général, l’expression de mes salutations les meilleures. Le Président de la LTDH Mokhtar TRIFI BREVES … BREVES … BREVES … · Le CRLDHT a fait part à Madame Néziha Rejiba plus connue sous son nom de plume d’Oum Zied, de l’expression de sa solidarité après les menaces inadmissibles dont elle a fait l’objet le 25 septembre 2003 à la suite de sa convocation par le bureau des infractions de change de la direction des enquêtes douanières. Oum Zied, dont la plume acérée lui vaut depuis de longues années les inimitiés des spadassins de l’Etat-RCD, est en effet accusée d’avoir donné à un jeune tunisien 170 Euros en devises. Ce « crime » non prouvé risque de lui valoir … 5 ans de prison ferme et une substantielle amende !!. Membre du CNLT et de l’équipe du magazine en ligne Kalima, Oum Zied subit depuis des années les brimades et les harcèlements d’un pouvoir qui recourt aujourd’hui au lamentable stratagème de cette grotesque machination dénoncée notamment par RSF. · L’Institut arabe des Droits de l’Homme a mis en ligne dernièrement son site internet accessible sur l’adresse www.aihr.org.tn. Le site prévu en trois langues n’est disponible qu’en arabe pour le moment. · Hôte de l’Organisation de la Conférence Islamique, le Premier Ministre de Malaisie Mohamad Mahatir s’est laissé aller dans sons discours d’ouverture à un abject dérapage raciste en évoquant les « juifs qui dirigent le monde par procuration » ! A l’heure de la montée d’une inquiétante vague d’islamophobie et alors que le Peuple Palestinien fait l’objet d’une offensive politique et militaire rarement égalée, les déclarations racistes et irresponsables de M. Mahatir doivent être dénoncées avec force par les militants anti-racistes et les défenseurs conséquents des aspirations légitimes du peuple palestinien qui ne confondent pas anti-sionisme et racisme anti-juif. Exploités par les pires adversaires des causes arabes, ces déclarations ont fait pourtant l’objet sur plusieurs sites internet de commentaires ambigus, voire franchement approbateurs de la part d’un certain nombre d’internautes arabes ! Heureusement qu’il y a eu, face à ces inqualifiables dérives, des réactions de vigilance d’une grande fermeté qui honorent leurs auteurs. Au nombre de celles-ci signalons sur TUNeZINE le commentaires de Taieb Moalla journaliste tunisien et représentant de la coalition Québec/Palestine intitulée « un cadeau empoisonné pour les palestiniens et ceux qui les appuient. Paris, le 21 octobre 2003 ___________________________________________________________ Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie CRLDHT 21 ter, rue Voltaire 75011 Paris. tél -fax  00 33 3 21964099 Email : crldht@aol.com

Reporters sans frontières

Liberté de la presse Lundi 20 octobre 2003

Deuxième classement mondial de la liberté de la presse

Cuba, avant-dernier, juste devant la Corée du Nord Les Etats-Unis et Israël montrés du doigt pour leur comportement à l’extérieur de leurs frontières
Reporters sans frontières publie son second classement mondial de la liberté de la presse. Comme en 2002, c’est en Asie que la situation est le plus catastrophique, avec huit des dix pays les plus mal classés : la Corée du Nord, la Birmanie, le Laos, la Chine, l’Iran, le Viêt-nam, le Turkménistan et le Bhoutan. Dans ces Etats, la presse indépendante est soit inexistante, soit réprimée quotidiennement par les autorités. Les journalistes y travaillent dans des conditions extrêmement difficiles, sans aucune liberté ni sécurité. Plusieurs d’entre eux sont emprisonnés en Birmanie, en Chine et en Iran. Cuba (165e) occupe l’avant-dernière place dans ce classement mondial. Au printemps 2003, 26 journalistes indépendants ont été arrêtés et condamnés à des peines allant de 14 à 27 ans de détention, faisant de ce pays la plus grande prison du monde pour les journalistes. On leur reproche de publier à l’étranger des articles qui font le jeu des « intérêts impérialistes ». L’Erythrée (162e) affiche la pire situation du continent africain. Depuis deux ans, la presse privée n’a plus le droit de paraître et quatorze journalistes sont détenus au secret. Pour établir ce classement, Reporters sans frontières a demandé à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme de remplir un questionnaire permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. 166 nations figurent dans cet index (contre 139 l’an passé). Les autres sont absentes, faute d’informations fiables et étayées. Richesse ne rime pas toujours avec liberté de la presse Comme en 2002, ce classement démontre que le respect de la liberté de la presse n’est pas uniquement lié au développement économique des Etats. Ainsi, des pays parmi les plus pauvres de la planète, comme le Bénin (29e), le Timor-Leste (30e) ou Madagascar (46e), figurent dans les cinquante premiers.Inversement, des nations riches comme Bahreïn (117e) ou Singapour (144e) se classent dans les cinquante pays qui respectent le moins la liberté d’expression. La situation particulière des Etats-Unis et d’Israël Dans ces deux cas, le classement distingue les situations à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Si les Etats-Unis et Israël se trouvent respectivement en 31e et 44e positions pour le respect de la liberté d’expression sur leur propre territoire, ils dégringolent aux 135e et 146e places pour leur comportement hors de leurs frontières. Les exactions répétées de l’armée israélienne contre des journalistes dans les territoires occupés et la responsabilité de l’armée américaine dans la mort de plusieurs reporters pendant la guerre en Irak sont des actes inadmissibles pour deux nations qui ne cessent de rappeler leur engagement en faveur de la liberté d’expression. Dégradation générale dans le monde arabe La guerre en Irak est pour beaucoup dans le durcissement de la répression des régimes arabes contre la presse. Soucieux de préserver leur image et confrontés à une opinion publique majoritairement anti-guerre, ces Etats ont renforcé leur contrôle sur la presse et accentué leurs pressions sur les journalistes contraints à l’autocensure. Le Liban (106e) a perdu sa position de leader du monde arabe en matière de respect de la liberté d’expression au profit du Koweït (102e), en raison de cas de censures, de poursuites judiciaires abusives et d’un attentat contre la chaîne Futur TV. L’Arabie saoudite (156e), la Syrie (155e), la Libye (153e) et Oman (152e) utilisent tous les moyens à leur disposition pour empêcher l’émergence d’une presse libre et indépendante. Au Maroc (131e), les espoirs placés en Mohammed VI, au moment de son accession au trône en juillet 1999, ont été déçus. Les journaux indépendants demeurent sous la pression constante des autorités. Ali Lmrabet, directeur de publication de deux hebdomadaires satiriques, a été condamné, en juin 2003, à trois ans de prison pour « outrage à la personne du roi », suite à une série d’articles et dessins touchant des sujets tabous.
 

Le classement N° Pays Note

 

1 Finlande 0,50 – Islande 0,50 – Norvège 0,50 – Pays-Bas 0,50 5 Danemark 1,00 – Trinidad et Tobago 1,00 7 Belgique 1,17 8 Allemagne 1,33 9 Suède 1,50 10 Canada 1,83 11 Lettonie 2,25 12 Estonie 2,50 – République tchèque 2,50 – Slovaquie 2,50 – Suisse 2,50 16 Autriche 2,75 17 Irlande 2,83 – Lituanie 2,83 – Nouvelle-Zélande 2,83 20 Slovénie 3,00 21 Afrique du Sud 3,33 – Hongrie 3,33 – Jamaïque 3,33 24 Costa Rica 3,83 25 Uruguay 4,00 26 France 4,17 27 Royaume-Uni 4,25 28 Portugal 5,17 29 Bénin 5,25 30 Timor-Leste 5,50 31 Etats-Unis (territoire américain) 6,00 – Grèce 6,00 33 Pologne 6,17 34 Albanie 6,50 – Bulgarie 6,50 – Nicaragua 6,50 37 Bosnie-Herzégovine 6,83 – Chili 6,83 – El Salvador 6,83 40 Paraguay 7,17 41 Maurice 7,25 42 Equateur 7,67 – Espagne 7,67 44 Israël (territoire israélien) 8,00 – Japon 8,00 46 Madagascar 8,17 47 Cap-Vert 8,25 48 Ghana 8,75 49 Corée du Sud 9,17 50 Australie 9,25

51 Bolivie 9,67 – Macédoine 9,67 53 Italie 9,75 – Panama 9,75

55 Pérou 10,25

56 Hong-Kong 11,00

– Mali 11,00 – Namibie 11,00 59 Fidji (îles) 11,50 – Roumanie 11,50 61 Taïwan 12,00 62 Botswana 13,00 63 Congo 14,00 – Mozambique 14,00 65 Honduras 14,17 66 Sénégal 14,50 67 Argentine 15,17 68 Niger 15,75 69 Croatie 16,50 – Tanzanie 16,50 71 Brésil 16,75 72 République dominicaine 17,00 73 Géorgie 17,33 74 Mexique 17,67 75 Lesotho 17,75 76 Burkina Faso 18,00 77 Gambie 18,25 – Mongolie 18,25 79 Comores 18,50 – Kenya 18,50 81 Cambodge 19,50 82 Thaïlande 19,67 83 Chypre 20,83 84 Malawi 21,00 85 Serbie-Monténégro 21,33 86 Zambie 23,25 87 Sierra Leone 23,50 88 Tchad 24,00 89 Sri Lanka 24,83 90 Arménie 25,17 91 Ouganda 25,75 92 Burundi 26,25 93 Seychelles 26,75 94 Moldavie 27,00 95 Togo 27,50 96 Venezuela 27,83 97 Angola 28,00 98 Cameroun 30,50 99 Guatemala 30,83 100 Haïti 31,00 101 Gabon 31,25 102 Koweït 31,33 103 Nigeria 31,50 104 Kirghizistan 32,00 – Malaisie 32,00 106 Liban 32,50 107 République centrafricaine 32,75 108 Algérie 33,00 109 Guinée 33,17 110 Egypte 34,25

– Indonésie 34,25 – Rwanda 34,25

113 Azerbaïdjan 34,50 – Tadjikistan 34,50 115 Qatar 35,00 – Turquie 35,00 117 Bahreïn 35,17 118 Guinée-Bissau 35,25 – Philippines 35,25 120 Djibouti 35,50 121 Mauritanie 36,67 122 Emirats Arabes Unis 37,00 – Jordanie 37,00 124 Ethiopie 37,50 – Irak 37,50 – Swaziland 37,50 127 République démocratique du Congo 38,50 128 Inde 39,00 – Pakistan 39,00 130 Autorité palestinienne 39,25 131 Maroc 39,67 132 Liberia 40,00 – Ukraine 40,00 134 Afghanistan 40,17 135 Etats-Unis (en Irak) 41,00 136 Yémen 41,83 137 Côte d’Ivoire 42,17 138 Kazakhstan 42,50 139 Guinée équatoriale 44,75 140 Somalie 45,00 141 Zimbabwe 45,50 142 Soudan 45,75 143 Bangladesh 46,50 144 Singapour 47,33 145 Maldives 47,50 146 Israël (territoires occupés) 49,00 147 Colombie 49,17 148 Russie 49,50

149 Tunisie 50,83

150 Népal 51,50 151 Bélarus 52,00 152 Oman 57,75 153 Libye 60,00 154 Ouzbékistan 61,50 155 Syrie 67,50 156 Arabie saoudite 71,50 157 Bhoutan 77,33 158 Turkménistan 82,83 159 Viêt-nam 89,17 160 Iran 89,33 161 Chine 91,25 162 Erythrée 91,50 163 Laos 94,83 164 Birmanie 95,50 165 Cuba 97,83 166 Corée du Nord 99,50


Treize morts dans un drame de l’immigration clandestine à Lampedusa

AFP, le 20.10.2003à 07h54

 

   

            ROME, 20 oct (AFP) – Treize personnes ont trouvé la mort lors  d’un nouveau drame de l’immigration clandestine survenu dimanche au  large de l’île de Lampedusa, au sud de la Sicile, selon un nouveau  bilan publié lundi par les autorités.

            Un premier bilan dans la nuit de dimanche à lundi avait fait  état de 11 morts et de 14 survivants à bord d’une embarcation  transportant des clandestins, vraisemblablement d’origine  somalienne.

            Une fois le bateau remorqué à Lampedusa, la capitainerie a  précisé lundi matin que le nombre de morts s’élevait à 13 personnes,  mais qu’en revanche on avait retrouvé une femme encore en vie au  milieu des cadavres de ses compagnons de traversée. Le nombre des  survivants s’élève donc à 15 personnes.

            Son état de santé a été jugé grave par les médecins qui l’ont  fait transporter en hélicoptère vers un hôpital de Palerme en  Sicile.

            Selon les survivants, accueillis dans un centre d’hébergement  d’urgence, le nombre des victimes de ce drame serait bien plus  élevé.

            Dans un anglais hésitant, les clandestins, épuisés et affamés,  ont affirmé qu’ils étaient plus de 80 au départ de cette traversée  et que leur embarcation de 12 mètres avait été ballottée par les  flots 20 jours durant dans le canal de Sicile.

            « Nous avons jeté à la mer les corps de nos compagnons qui  mouraient de froid et de faim », a déclaré l’un d’eux aux  secouristes.

            Vendredi, quelque 25 immigrés somaliens avaient été secourus au  large de Lampedusa. Au cours de leur voyage, au moins quatre  personnes étaient mortes, dont trois enfants, ont indiqué les  autorités. Les clandestins affirment de leur côté que le bilan de ce  drame était, au total, de sept à huit morts.

             


 

Une survivante retrouvée parmi les corps des migrants retrouvés dans un bateau au large de l’Italie

Associated Press, le 20.10.2003 à 11h59

 

           

            ROME (AP) — Les garde-côtes italiens ont retrouvé lundi matin une nouvelle survivante parmi les corps des migrants morts dans une petite embarcation, portant le nombre des survivants à quinze, ont annoncé les autorités. Au moins treize passagers du petit bateau ont péri, selon un bilan encore provisoire qui pourrait être revu à la hausse.

            La jeune femme, qui avait d’abord été tenue pour morte par les sauveteurs, a été transférée par hélicoptère vers un hôpital sicilien après avoir été menée sur l’île italienne de Lampedusa en compagnie des autres passagers de la petite embarcation en bois de 12 mètres sur laquelle ils se trouvaient.

            Certains survivants ont affirmé aux secouristes que de très nombreux autres migrants avaient trouvé la mort au cours de la traversée, qui a vraisemblablement débuté en Afrique du Nord. Les autorités tentaient de déterminer si leur témoignage était crédible.

            « Il est trop tôt pour disposer d’un bilan final », a commenté Michele Rossi, commandant de l’autorité portuaire de Lampedusa, une île sicilienne proche de la Tunisie. « Les déclarations des survivants sont en fait confuses, en partie en raison de leur condition physique », a déclaré M. Rossi, interrogé par l’agence de presse italienne ANSA.

            Dimanche soir, les garde-côtes italiens avaient repéré une petite embarcation surchargée avec à son bord 14 survivants très affaiblis et 11 morts.

            Au moins plusieurs des passagers de l’embarcation seraient originaires de Somalie.

 


 

 

Immigration – Odyssée cauchemardesque au large de la Sicile

REUTERS, le 20.10.2003 à 13h21

 

 

Par: Wladimiro Pantaleone

 

            PALERME, Sicile, 20 octobre (Reuters) – Les cadavres de 13 immigrants clandestins africains ont été découverts lundi à bord d’une petite embarcation au large de l’île italienne de Lampedusa, près de la Sicile, mais des dizaines d’autres corps auraient été jetés par-dessus bord pendant la traversée.

 

            Un porte-parole des garde-côtes italiens a indiqué que 15 autres immigrants, provenant apparemment de Somalie, avaient survécu à cette odyssée cauchemardesque mais une femme est dans un état grave.

 

Giuseppe Pisanu, ministre italien de l’Intérieur, a qualifié cette affaire de tragédie humaine pesant d’abord sur les consciences européennes. Mais il a également exhorté les pays africains à empêcher de manière plus active les candidats à l’émigration de quitter leurs pays d’origine.

 

C’est la deuxième fois en trois jours qu’un tel drame survient dans le secteur de Lampedusa. Vendredi, sept Africains dont trois enfants ont trouvé la mort avant que leur embarcation n’atteigne les côtes de la petite île méditerranéenne. Vingt-cinq autres ont survécu.

 

« Le froid et la faim sont les principales causes des décès, selon les survivants », a dit le porte-parole des garde-côtes.

 

Les rescapés ont raconté que leur embarcation avait quitté la Libye il y a 20 jours avec au moins 80 passagers à bord.

 

Ils ont ajouté que la plupart avaient péri durant la traversée et que la majorité des corps avaient été jetés par-dessus bord.

 

Il ne faut normalement que quelques jours pour naviguer de la Libye à Lampedusa. Rien ne permet d’expliquer avec certitude la longueur du voyage de ces clandestins. Reste que la mer au large des côtes de Libye a été très agitée ces derniers jours.

           

1.200 EUROS POUR LA PENINSULE

 

            Le bateau a été découvert dimanche soir puis remorqué lundi à l’aube à Lampedusa. Les garde-côtes ont d’abord compté 11 cadavres mais une fouille plus poussée a abouti à un bilan de 13 morts.

            Une femme assoiffée et affamée a été découverte parmi les corps et a été hospitalisée d’urgence. Tous les autres rescapés se trouvent à Lampedusa et seront transférés en Sicile ou sur le continent cette semaine.

 

            Le gouvernement de Silvio Berlusconi a mis en place une législation sévère pour réprimer à la fois les immigrés et les passeurs qui extorquent des centaines d’euros pour transporter les candidats à l’immigration vers les côtes italiennes.

 

            Certains rescapés ont raconté avoir payé 1.200 euros pour leur voyage vers la Péninsule.

 

   Le ministère italien de l’Intérieur affirme avoir presque réussi à faire disparaître l’immigration clandestine albanaise. L’Italie a par ailleurs signé il y a quelque mois un accord avec Tripoli pour tenter d’empêcher les embarcations de clandestins de quitter les côtes libyennes.

 

   Lors des six premiers mois de l’année, le nombre de clandestins accostant en Italie a diminué de 8.881, soit une baisse de 40% par rapport au premier semestre 2002.

 

 Les frêles embarcations se dirigent droit vers Lampedusa, plus proche du continent africain que la Sicile.

 

            Lorsque les immigrants arrivent sains et saufs, ils sont transférés en Sicile par les autorités italiennes, qui ordonnent leur expulsion. Mais certains parviennent à se fondre dans la masse des clandestins qui cherchent du travail en Europe continentale.

 

 


 

Bodies Seen on Boat Towed Near Sicily

Associated Press, le 19 octobre 2003

 

 

A boat carrying the bodies of 11 illegal immigrants and 14 survivors was being towed by an Italian coast guard motorboat near Sicily on Sunday, authorities said. The vessel was spotted some 70 miles southeast of Lampedusa, a barren Mediterranean island that is closer to Tunisia than it is to the Italian mainland, said Nicolo Benenati, an official from the port authority office in the Sicilian capital, Palermo. Just two days earlier, Italy’s coast guard rescued 25 would-be immigrants from a small boat in waters off Lampedusa, but seven or eight others were believed to have died, including at least two children whose bodies had been tossed overboard, authorities said. At least some of the passengers rescued on Sunday were believed to be Somali, as were some of those in Friday’s tragedy. While authorities estimate thousands of immigrants manage to reach Italian shores undetected, thousands more are intercepted at sea or on land and are deported unless they can prove they need political asylum or have a job waiting. Among other clandestine sea voyages to Italy ending in tragedy was one in 1996 in which 15 Tunisians died. In 1997, when a vessel jammed with Albanians collided in the Adriatic with an Italian military ship on patrol, and more than 50 immigrants died.

 


 

Migrants die in boat tragedy off Italy

Reuters, le 20 Octobre 2003 à 12h17

 By Wladimiro Pantaleone

 

PALERMO, Sicily (Reuters) – Coastguards have found the bodies of 13 African immigrants aboard a small boat off southern Italy, and survivors say at least 50 more corpses were dumped at sea.

 

A spokesman for the Italian coastguards on Monday said 15 illegal immigrants, all believed to come from Somalia, survived their nightmarish, 20-day odyssey in the Mediterranean sea.

Survivors told their rescuers that at least 80 Africans had boarded the boat in Libya and that most of them had died at sea.

 

Interior Minister Giuseppe Pisanu called it a « human tragedy that weighed, above all, on Europe’s civil conscience ». He also called on African states to do more to halt desperate migrants leaving their countries in search of a better life in the West.

 

Coastguards were greeted by a scene from hell when they boarded the battered boat on Sunday evening in international waters south of the tiny Italian island of Lampedusa.

Bodies were stuffed inside the engine room and under the deck. Survivors, some too weak to stand, begged for help and were whisked to Lampedusa aboard a coastguard launch.

 

« Cold and hunger was the reason for the deaths, according to the survivors, » said the coastguard spokesman, speaking from operational headquarters on the island of Sicily.

It normally takes just a couple of days to sail from Libya to Lampedusa, and it was not immediately clear why they had spent so long at sea.

 

LIVING AMONG THE DEAD

 

The stricken boat was towed to port with all the remaining corpses aboard. Once they docked shortly after dawn, rescuers realised that a woman thought to be dead was still alive.

« She was lying among the bodies and seemed lifeless. It was only after they got to Lampedusa that they saw her move, » said the coastguard spokesman. She and five other immigrants were later flown to a hospital in Sicily.

 

It was the second tragedy involving illegal immigrants off Lampedusa in the last three days. On Friday, seven Africans, including three children, died before their boat could reach the barren, remote island. A further 25 people survived.

 

Prime Minister Silvio Berlusconi’s government has enacted tough legislation to crack down on both illegal immigrants and on the people-traffickers, who charge hundreds or thousands of euros (dollars) to deliver them to Italy’s porous shoreline.

 

The Interior Ministry says it has succeeded in virtually eliminating once-thriving illegal immigration routes from Albania and earlier this year signed an accord with Libya aimed at preventing immigrant boats leaving the north African country.

 

In the first six months of the year the number of illegal immigrants landing in Italy fell to 8,881 — some 40 percent down on the same period last year.

 

However, rickety old boats are still leaving Tunisia and Libya on a regular basis, packed with immigrants, and heading straight for Lampedusa, which is closer to north Africa than either Sicily or mainland Italy.

 

Once they reach the island they are transferred to Sicily where they rapidly vanish, merging into the vast army of migrant workers across continental Europe.

(Additional reporting by Roberto Landucci )

 


 

  

L’Italie accuse l’Europe et l’Afrique d’un nouveau drame de l’immigration

AFP, le 20.10.2003 à 12h14

 

Par Nicole MARTICHE

             

            ROME, 20 oct (AFP) – L’Italie a accusé lundi l’Union européenne  et l’Afrique d’avoir sur la conscience un nouveau drame de  l’immigration clandestine qui a coûté la vie à 13 personnes au large  de l’île de Lampedusa (sud de la Sicile) et même peut-être à 70,  selon les témoignages des rescapés.

            « Cette tragédie pèse sur la conscience de l’Europe, mais elle  met aussi en cause les gouvernements africains qui ne contrôlent pas  les flux migratoires », a déclaré le ministre de l’Intérieur Giuseppe  Pisanu, depuis La Baule (ouest de la France).

            « Les immigrants clandestins qui se sont noyés depuis le début de  l’année en Méditerranée sont des centaines », n’a pas hésité à  affirmer le ministre qui participe à une réunion du G5 avec ses  homologues français, espagnol, allemand et britannique.

            Le bilan du drame survenu au large de Lampedusa – officiellement  13 morts – pourrait être beaucoup plus lourd, font ressortir les  témoignages des rescapés qui affirment être partis à 85 des côtes  d’Afrique, sans préciser le pays de départ.

            Quinze d’entre eux sont arrivés lundi dans l’île, épuisés,  affamés, tremblant de froid et pour certains en état de délire,  selon les secouristes.

            Les clandestins, vraisemblablement d’origine somalienne,  auraient erré dans le canal de Sicile pendant 20 jours.

            « Au départ des côtes africaines, nous étions 85 », a déclaré l’un  d’entre eux au commandant de la capitainerie du port, Michele  Niosi.

            Au fur et à mesure de la traversée, les clandestins affirment  avoir dû jeter à l’eau les corps de compagnons morts de faim et de  froid, a ajouté le commandant, précisant que les témoignages étaient  encore confus.

            Quand les secouristes ont retiré lundi à l’aube les 13 cadavres  entassés dans l’embarcation, ils ont découvert au milieu d’eux une  femme encore vivante. Elle a été transportée en hélicoptère vers un  hôpital de Palerme (Sicile).

            L’alarme avait été donnée dimanche par un bateau de pêche.  « Lorsque nous nous sommes approchés de l’embarcation à la dérive des  clandestins, c’était une vision d’enfer », a déclaré Stefano Valfre,  34 ans, commandant du bateau de pêche.

            « Les morts étaient empilés. Nous nous sommes approchés, mais pas  trop, de peur de faire chavirer l’embarcation. Nous avons lancé du  pain et des bouteilles d’eau aux survivants en attendant les  secours », a ajouté Stefano Valfre.

            Ce nouveau drame a aussitôt pris une ampleur politique en Italie  où l’immigration clandestine est toujours d’actualité. Vendredi,  quatre personnes, dont trois enfants, sont morts en tentant de  gagner Lampedusa, et les survivants ont affirmé que trois ou quatre  personnes s’étaient noyées pendant la traversée.

            Le président de la Chambre des députés, Pier Ferdinando Casini,  s’est rendu à Pantelleria : le centre d’accueil d’urgence est  submergé et son directeur a affirmé n’avoir jamais vu des rescapés  aussi squelettiques.

            Le ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, a appelé  l’Europe à « mettre au point un programme sérieux pour que  l’immigration soit un phénomène gouverné ».

            M. Pisani a, pour sa part, appelé « l’Europe et l’Afrique à  collaborer intensément pour réguler l’immigration et combattre les  organisations qui exploitent les clandestins ».

            Il a plaidé pour un examen rapide des propositions italiennes  faites à l’UE. L’Italie, qui a plus de 7.000 kilomètres de côtes,  propose notamment des patrouilles communes en mer.

            Elle souhaite également que l’UE offre des quotas d’immigrants  réguliers aux pays qui signent avec elle des accords de réadmission  de leurs clandestins.

            Rome juge que cette méthode a été payante afin d’endiguer les  clandestins d’Albanie. Elle a récemment passé un accord similaire  avec la la Libye, mais le dispositif semble encore avoir des  failles.

             

AFP


Prochaine conférence sur la migration en Méditerranée occidentale à Rabat

    AFP, le 19.10.2003 à 12h30                       RABAT, 19 oct (AFP) – Une conférence ministérielle sur les  problèmes migratoires en Méditerranée occidentale, réunissant les  pays du « dialogue 5+5 », se tiendra à Rabat les 22 et 23 octobre,  a-t-on appris dimanche auprès du ministère chargé des Marocains  résidants à l’étranger.                        Les membres du « dialogue des 5+5 » sont les cinq pays de l’Union  du Maghreb Uni (UMA) – Maroc, Algérie, Tunisie, Libye et Mauritanie  – et cinq Etats du sud de l’Europe: France, Espagne, Portugal,  Italie et Malte.                       Les travaux porteront principalement sur la régulation des flux  migratoires, l’émigration illégale, l’intégration des migrants et le  co-développement, a indiqué le ministère.                        Plusieurs organismes internationaux participeront à cette  rencontre qui prépare une conférence des chefs d’Etat de la  Méditerranée Occidentale sur la migration. Parmi eux l’Organisation  internationale pour les migrations (OIM), la Banque Mondiale et  l’Union Européenne.                        Une première édition de cette conférence consacrée à la  migration en Méditerranée occidentale s’était tenue à Tunis les 16  et 17 octobre 2002.                       Le « dialogue 5+5 » est un forum informel inauguré en 1991 et  réactivé en 2001 lors d’une réunion à Lisbonne. 

الهجرة السرية مصدر قلق مستمر بين الاتحاد الأوروبي والمغرب العربي

مدريد ـ يو بي آي:   أصبحت مكافحة الهجرة السرية تشكل خلال السنتين الأخيرتين نقطة أساسية في أجندة قمم قادة الاتحاد الأوروبي وآخرها ما جري في نهاية الأسبوع الجاري في بروكسل خلال قمة قادة الدول الـ15 الأعضاء والعشرة التي ستنضم لاحقا، وتستأثر كل مرة بتوصيات وخطط عمل ترمي للتقليص من هذه الظاهرة المستمرة في التنامي والتي تأخذ أبعادا مقلقة تسبب في توترات سياسية مع دول المغرب العربي. وحضرت الهجرة بشكل مكثف في قمة زعماء أوروبا في اشبيلية في حزيران/يونيو 2002 وخلال قمة سالونيكا اليونانية في حزيران/يونيو الماضي ويومي الخميس والجمعة الماضيين في بروكسل. وهذا يثبت الأولوية التي يحظي بها هذا الموضوع وجعل التعاطي معه في مستوي التعاطي مع الارهاب. وكانت قمة اشبيلية قد أوصت بضرورة التعاون مع الدول المصدرة للهجرة السرية دون استبعاد تبني عقوبات في حق هذه الدول التي لا تبدي تعاونا كبيرا، في حين ركزت سالونيكا علي منح مزيد من الحقوق للمهاجرين المقيمين في القارة الأوروبية، أما قمة بروكسيل فالتوصية الرئيسية كانت تعزيز حراسة حدود الاتحاد الأوروبي ضد الهجرة السرية مع تحديد نسبة المهاجرين الذين ستستقبلهم دول الاتحاد سنويا. وسيتم تنفيذ هذا المخطط عبر إنشاء وكالة الاشراف علي حراسة الحدود التي ستولي أهمية كبيرة لحراسة الحدود الشرقية للاتحاد الأوروبي بحكم ان الدول التي ستنضم لاحقا للمجموعة الأوروبية تجمعها حدود بدول تأتي منها نسبة كبيرة من المهاجرين. والي جانب الاجراء الأمني، اتفق قادة أوروبا الرهان علي العلاقات الدبلوماسية لإقناع دول ثالثة بضرورة التعاون في محاربة الهجرة السرية. كما تمت تزكية اقتراح وراء داخلية الاتحاد الأوروبي في اجتماعهم في روما خلال الشهر الماضي والقاضي بتحديد حصة معينة بشأن استقدام مهاجرين من دول ثالثة، لكن شريطة ان تتولي كل دولة الاشراف علي استقدام نسبة المهاجرين حسب ما يتطلب المحافظة علي اقتصادها أو ما يتطلبه سوق العمل من يد عاملة. وأحال قادة الدول الأوروبية تحديد سياسة موحدة للجوء السياسي والانساني علي وزراء الداخلية والعدل الأوروبيين، في حين ستتولي المفوضية الأوروبية وضع تصور متكامل لوكالة حراسة الحدود وترحيل المهاجرين السريين لأنها صاحبة المقترح الأصلي. وأوصت القمة بضرورة الانتهاء من العمليتين قريبا لدخولها حيز التنفيذ في بداية السنة الجارية. وستكون دول المغرب العربي من أكثر الدول تأثرا بهذه التوصيات وخاصة المغرب والجزائر، فالمفوضية الأوروبية تشير بأصابع الاتهام الي الجزائر والمغرب بالتغاضي عن محاربة الهجرة السرية وترك المهاجرين الأفارقة يمرون عبر أراضيهم للوصول الي أوروبا عبر الشواطئ الاسبانية ضمن ما يعرف قوارب الموت. وبدأ هذا الموضوع يشكل توترا حقيقيا، فقد هيمن موضوع مكافحة الهجرة علي العلاقات الثنائية بين مدريد والرباط من جهة وبين روما وطرابلس وتونس من جهة أخري. فدول المغرب العربي تطالب المجموعة الأوروبية باتفاقية شاملة وليس أحادية لمعالجة هذه الظاهرة، وخاصة المغرب الذي يؤكد مسؤولوه ان بلدهم يعتبر بوابة افريقيا نحو القارة الأوروبية ولا يمكن لوحده وقف جيش المهاجرين القادمين من العديد من الدول التي تعيش حروبا أهلية ومواجهات اثنية، كما لا تتردد في تقديم معطيات تفند أطروحة الأوروبيين وهي ان نسبة الهجرة التي تصل من شمال افريقيا لا تتعدي 10% من الهجرة السرية في حين ان الباقي يصل عبر المطارات الأوروبية والحدود الشرقية الأوروبية. كما لا تتردد دول المغرب العربي في انتقاد المخططات الأمنية لمواجهة الهجرة السرية وعدم تبني حل شامل يعطي للبعد الانساني حقه بإعادة النظر في العلاقات الاقتصادية بين الشمال والجنوب، وتتساءل حول مخططات الاتحاد باستقبال نسبة محددة من المهاجرين، وخاصة الأطر التي أنفقت عليها هذه الدول أموالا كبيرة لتكوينها وعدم استقبال الباقي. وفي انتظار الجدل الدائر بين الطرفين، تبقي حقيقة واحدة ماثلة للعيان: موت آلاف الأفارقة سنويا إما في الصحاري جوعا وعطشا خلال رحلتهم الشاقة للوصول الي الجزائر والمغرب، أو في مياه مضيق جبل طارق خلال محاولتهم العبور علي متن قوارب صغيرة الي الشاطئ الاسباني، ولهذا سميت بـ قوارب الموت ..   (المصدر: صحيفة القدس العربي الصادرة يوم 20 أكتوبر 2003)   
 

Procès Cools: les tueurs tunisiens, témoins capitaux, sont introuvables

AFP, le 20.10.2003 à 09h54

 

 

LIEGE (Belgique), 20 oct (AFP) – Les deux tueurs tunisiens du  ministre d’Etat belge André Cools, considérés comme capitaux dans le  procès des commanditaires présumés qui s’est ouvert vendredi, sont  actuellement introuvables, a indiqué lundi le président de la Cour  d’assises de Liège.

            Les deux hommes, Ben Almi Abdelmajid Ben Lamin et Ben Brahim  Abdeljelil Ben Regeb, ont été condamnés à 20 ans de prison dans leur  pays en 1998 pour l’assassinat de l’ancien homme fort du parti  socialiste (PS) belge. 

            Contactées par le ministère belge des Affaires étrangères pour  organiser le transfert temporaire à Liège des deux hommes, « les  autorités tunisiennes ne savent pas très bien où ils se trouvent », a  révélé M. Godin.

            « Ils ne savent pas s’ils sont encore détenus ou non », a-t-il  ajouté.

            Les deux hommes ont toujours nié être au courant de l’identité  de leur « cible », qui leur avait été désignée selon eux par certains  des inculpés du procès de Liège.

            Leur témoignage devant le jury populaire, rendu encore plus  important par l’absence au procès de plusieurs inculpés ayant fait  des révélations sur leurs co-accusés, est « prévu à la fin du mois  d’octobre », a indiqué le président de la Cour d’assises, Henri-Paul  Godin, au cours de la deuxième audience du procès, lundi matin.

            L’audience de lundi matin a par ailleurs été consacrée à un  débat de procédures, l’avocat de l’un des accusés, Luigi Contrino,  souhaitant faire écarter du dossier des cassettes vidéos  enregistrées lors d’une confrontation réalisée en 1998 par  télé-conférence entre les deux Tunisiens et les inculpés liégeois.

            Leur client, contrairement à ses accusateurs, n’a pas pu  bénéficier à cette occasion du soutien d’un avocat, ce qui constitue  une « violation des droits de la défense », a estimé Me René Swennen.

            Le tribunal tranchera cette question en début d’après-midi,  avant d’entendre la lecture de l’acte d’accusation.

            André Cools, ancien vice-Premier ministre et ancien président du  Parti socialiste (PS), a été abattu au petit matin sur les hauteurs  de Liège le 18 juillet 1991.

            Les huit inculpés du procès de Liège, dont trois font défaut,  étaient liés au cabinet d’un autre ministre socialiste, Alain Van  der Biest, ancien « fils spirituel » d’André Cools tombé en disgrâce.  Alain Van der biest, inculpé pour l’assassinat de son ancien mentor,  s’est suicidé en mars 2002 avant de savoir s’il serait renvoyé  devant les assises. Le procès de Liège devrait durer au moins deux  mois.

 

AFP

 


 

الأحزاب السياسية في تونس تستعد لسنة حافلة بالمواعيد الانتخابية

تونس- ­البعث – ­محمد بوعود

 

لم تكن بداية الموسم السياسي الجديد على مايرام لعدد من احزاب المعارضة المعترف بها. فقد برزت على السطح بعض الملفات الداخلية اربكت هذه الاحزاب وجعلتها تبحث عن الحلول لفضها والحفاظ على وحدتها وتماسكها بعد ان كانت تستعد وتخطط لرهانات وتحديات المرحلة المقبلة وهي المرحلة التي ستشهد استحقاقات مهمة سواء على مستوى الانتخابات الرئاسية او التشريعية وصولا الى البلديات والغرفة الثانية والمجالس المحلية.‏

 

ولعل إلقاء نظرة سريعة على اهم المشاكل التي تواجه الاحزاب السياسية في تونس يمكننا من إمكانية الحكم على مردوديتها ونجاعتها وكيفية أدائها في الاستحقاقات القادمة.‏

 

فالاتحاد الديمقراطي الوحدوي، وجد نفسه منذ شهر آب الماضي في دوامة لم يكن مستعدا لها بالمرة، فقد تم إيداع امينه العام، السيد عبد الرحمن التليلي، السجن بتهمة لاعلاقة لها بنشاطه السياسي، ورغم مايظهر من تمسك الوحدويين بعبد الرحمن التليلي امينا عاما، كعلامة على تماسك الحزب في مواجهة هذه « المحنة المفاجأة» فإن ذلك لم يمنع من بروز كتل اصبحت تعبر عن نفسها استعداداً للمؤتمر الوطني القادم الذي سيحدد تاريخه اجتماع المجلس الوطني للحزب في شهر نوفمبر المقبل.‏

 

اما حزب الوحدة الشعبية الذي لايزال يفخر بتماسك مناضليه وانكبابه على تطوير ادائه الحزبي والتأسيس لـ «قطب يساري عربي موحد» فقد تعرض بدوره الى محاولات تشكيك تمثلت في سلسلة من الاستقالات في اغلبها وهمية ومن اشخاص لم ينتموا للحزب، وان كان فيهم بعض مناضلي الحزب، الا ان الحجم الاعلامي المضخم والمبالغ فيه الذي صحب هذه الاستقالات يدل على ان هناك ربما من يحاول اعتراض مسيرة هذا الحزب وتعطيلها وإلهائه عن أداء دوره، وهو الذي اصبح يحتل عمليا المرتبة الثانية من حيث الحجم والتوجهات والتماسك والبرامج بعد الحزب الحاكم على الساحة الوطنية، خاصة بعد مؤتمره الوطني السادس المنعقد السنة الماضية، والذي فاجأ، سواء من حيث ضخامة عدد الضيوف من كل انحاء العالم او من حيث عدد ومستوى المؤتمرين وكذلك من حيث نوعية ونسبة الشباب الذي ميّز الحزب عن سائر الاحزاب السائرة نحو الشيخوخة العمرية، اغلب المتابعين للشأن الوطني.‏

 

اما بخصوص الحزب الاجتماعي التحرري، فرغم حالة التفكك والعطالة التي عليها هياكله منذ مدة بسبب تعدد المجموعات والكتل داخله، فقد طغت على السطح خلال المدة الاخيرة مشكلة اخرى تمثلت في الاعلان عن قيادة جديدة للحزب وسحب الثقة من القيادة القديمة ومطالبتها بتسليم ممتلكات الحزب من وثائق ومقر وحساب بنكي.‏

 

ويظهر من خلال البيان الصادر عن هذه القيادة الجديدة ان المعركة داخل التحرري ستحتدم خلال الفترة القادمة رغم تقليل منير الباجي رئيس الحزب من اهمية هذه المبادرة، والتي شرع اصحابها في توزيع الانخراطات والعمل داخل الحزب بحكم تحصيل الحاصل.‏

 

اما حركة الديمقراطيين الاشتراكيين فإنها مازالت تبحث عن المصالحة داخلها بين مختلف مجموعاتها التي «تناسلت» خلال السنوات الاخيرة بشكل ملفت للانتباه. ومازالت هذه الحركة غير قادرة على استعادة المساحات التي فقدتها بسبب الخلافات الداخلية وتعددها.. رغم مساعي المصالحة التي يبدو انها طالت اكثر من اللزوم.‏

 

الحزب الديمقراطي التقدمي الذي يبدو انه عرف كيف يتجاوز مخلفات انسحاب مجموعة الكتلة ( مجموعة محمد الكيلاني) لم يعرف خلال المدة الاخيرة احداثاً تذكر باستثناء الجدل الداخلي حول قرار الامين العام للحزب السيد نجيب الشابي الترشح للانتخابات الرئاسية المقبلة رغم ان القانون لايخول له ذلك، رغم حالته الصحية التي حدت بالمكتب السياسي الى تكوين لجنة قيادية من ثلاثة اعضاء تتولى مساعدة الامين العام في النهوض بمهامه. وقد كان لاستقبال الملحقة الصحفية للسفارة الامريكية في تونس في مقر الحزب، وقع المفاجأة ومثار الخلاف، حيث اعتبره احد اعضاء المكتب السياسي والذي يمثل المجموعة العروبية داخل الحزب، انه تجاوز لبقية الاعضاء وانه تجاوز للمكتب السياسي نفسه الذي لم يتخذ اي قرار في هذا الصدد.‏

 

اما التكتل الديمقراطي من اجل العمل والحريات الذي حصل على تأشيرة العمل القانوني منذ نحو السنة فإنه شبه غائ ب عن الحياة السياسية.. البعض يؤكد انه منهمك في هيكلته الداخلية واعداد برنامجه.. والبعض الآخر يشير الى ان التأشيرة التي حصل عليها فاجأته لأنه لم يكن مستعدا لها.‏

 

وتبقى حركة التجديد( الحزب الشيوعي سابقا) الحزب السياسي الوحيد من جملة الاحزاب السياسية المعترف بها والحائزة على تأشيرة العمل القانوني، تشهد حالة من الهدوء الذي هو اقرب الى « الخمول» على مستوى ادائها او نشاطها الفكري، والذي قد يخلق إحساسا بالسكينة لكنه قد يولد ايضا حالة من النسيان الجماهيري لهذه الحركة.‏

 

بمثل هذه التفاعلات الداخلية الاقرب الى الانقسامات في جل الاحزاب السياسية المعترف بها والتي تشكل المشهد السياسي الموازي، تستقبل الساحة الوطنية سنة جديدة حُبلى بالرهانات السياسية والاستحقاقات الانتخابية والتي تعتبر ربما سنة الفصل والانتقال الى مرحلة جديدة من التفاعل السياسي الوطني الذي اتسم في السنوات الاخيرة بطابع من التعددية الفكرية والسياسية وبروز الاصوات المغايرة ولو بنسبة قليلة لكنها تؤشر على مستقبل افضل للعمل السياسي والحزبي في تونس.‏

 

فهل ستكون هذه الاحزاب قادرة فعلا على كسب هذه الرهانات والتحديات كما تؤكد ذلك بياناتها وتصريحات قيادتها؟ وهل فعلا سيكون لها دور في الانتقال الفعلي نحو الديمقراطية الحقيقية؟ ذلك ما سوف تجيب عليه الايام القادمة.‏

 

(المصدر: صحيفة البعث السورية الصادرة يوم 19 أكتوبر 2003)


 

63 Tunisiens demandeurs d’asile en Algérie reconduits à la frontière

par harda Zammazia Le tribunal de Souk Haras a connu dimanche, une effervescence peu coutumière à l’occasion de la présentation par-devant le procureur de la République, de cinquante et un (51) ressortissants tunisiens, poursuivis pour entrée et séjour illégaux sur le territoire national. Parmi les prévenus, originaires de la mechta tunisienne «  Sidi-Rebbah  », figuraient 24 hommes, 15 femmes et douze (12) mineurs…   Fuyant, selon les déclarations de l’un d’entre-eux, la misère et la famine qui les guettent, les mis en cause, ont résolu de s’introduire frauduleusement sur le sol algérien, en quête de conditions de vie meilleure. Interceptés par des gardes-frontières algériens, ils n’opposèrent aucune résistance et furent immédiatement conduits à la commune de Merahna, où ils furent rassemblés à la salle omnisports. Là, ils ont été soumis à une visite médicale, avant d’être pris en charge, via la mise en place de toutes les commodités, par les éléments de la gendarmerie nationale et des autorités civiles. Et c’est au moment où les réfugiés s’apprêtaient à rejoindre le tribunal de S/Hras, qu’ils furent rejoints par un nouveau groupe de douze (12) mineurs animés par la même volonté de quitter la Tunisie et de s’installer définitivement en Algérie. Lundi après-midi, l’ensemble des réfugiés a comparu devant le président du tribunal de S/Ahras, en présence de trois (03) représentants consulaires tunisiens et de quatre (04) avocats, commis d’office dans leur plaidoirie. Les défenseurs ont mis l’accent sur les conditions sociales épouvantables des accusés, rongés par un train de vie infra-humain. L’un des avocats, Me Aggouni, ira plus loin, en regrettant l’absence, durant ce procès qui s’est déroulé au milieu d’un impressionnant dispositif de sécurité, d’organisations humanitaires pour, a-t-il dit, «  éviter à ces malheureux immigrants, un sort répressif à leur retour en Tunisie  ». Le président du tribunal s’est, lui, tenu aux seuls faits  : «  Vous êtes en situation illégale et vous devez rentrer chez-vous, la misère existe partout dans le monde et ce n’est pas une raison pour transgresser les lois, fussent-elles celles d’un pays frère et voisin… » A la fin de la séance, le verdict tomba : 6 mois de prison avec sursis et reconduction immédiate aux frontières, ce qui ne manqua pas de provoquer des pleurs et des récriminations des mis en cause, dont l’un dira : « Mr le président, je préfère la prison que le retour en Tunisie ».   Le tout est de savoir à présent, quel accueil leur sera réservé à leur retour en Tunisie.
(Source : la liste « Raid-Attac Tunisie » du 20 octobre 2003 d’après le journal algérien « LE QUOTIDIEN D’ORAN » du jeudi 16 octobre 2003)

 


 

FLASH INFOS

450 agents de voyages français en conclave à Djerba

Meïmoun ETTOUNSI

Le groupe «Nouvelles frontières» et le tour opérateur allemand TUI ont créé un nouveau tour-opérateur en France. Ce dernier a choisi l’île de Djerba pour la tenue de sa réunion annuelle du 17 au 19 octobre.

En marge de cette rencontre de grande importance, à laquelle 450 agents de voyages ont pris part, M. Férid Fetni, représentant de l’Ontt à Paris, nous a précisé que le choix de la Tunisie pour abriter cette rencontre de taille est une marque de crédibilité et de confiance en la Tunisie et au produit touristique tunisien.

Cette manifestation devrait permettre aux hôtes de découvrir les multiples facettes du Sud tunisien et plus particulièrement de l’île de rêve Djerba, ainsi que des produits tunisiens pour l’été 2004, sachant que le tour-opérateur a des prévisions de réalisation, pour l’année prochaine, de plus de 15% par rapport à l’année 2003.

M. Férid Fetni ajoute que, dans le cadre des actions de promotion, l’Ontt de Paris travaille à l’élaboration d’un grand spectacle programmé à Djerba («Studio de variétés») qui sera retransmis par la chaîne française M6.

(Source : www.lapresse.tn, le 20 octobre 2003)

5 + 5

Une vingtaine de journalistes pour chacun des neuf Chefs d’Etat attendus pour le sommet «5 + 5». Voilà qui promet une grande animation médiatique.

Tunis se prépare, et l’ATCE, sur le pied de guerre, mobilise tous ses efforts afin que nos amis des presses et radio-télévisions étrangères puissent travailler dans les meilleures conditions.

Tunis, capitale de la Méditerranée

Tunis sera la capitale de la Méditerranée durant le Sommet 5 + 5.

Et l’on croit savoir que la ville fera fête à nos hôtes étrangers.

Illuminations, projections de murs d’images, animations musicales, spectacles euroméditerranéens seraient prévus pour ces journées exceptionnelles.

(Source : www.lapresse.tn, le 20 octobre 2003)

Kuwait pavilion popular at Tunisia’s International Charity Exhibition

TUNIS, Oct 19 (KUNA) — Kuwait’s pavilion at the International Charity Exhibition in the Tunisian capital had so far proved popular with its array of traditional artifact, clothing and items traditionally used in everyday life in Kuwait.

The pavilion, supervised by the Kuwaiti ambassador’s spouse, introduced glimpses of traditions and culture in Kuwait through the displayed items and answered queries and questions on use and tradition in relation to the displaced items. The embassy did not neglect traditional Kuwaiti cuisine in the international cuisine section at the exhibition.

This is an annual event with spouses of ambassadors and diplomats taking part and the revenues are given to Tunisian charities that tend to the poor, the sick and the needy including people with special needs, orphans, elderly and the handicapped.

(Source : l’agence KUNA, le 19 octobre 2003)

Coopération tuniso-britannique : Développement des organismes d’information

Le projet «Aide au développement des organismes d’information», initié par des partenaires anglais dont la BBC et le British Council au profit de l’Ertt, la Tap et l’Ipsi, est arrivé à son terme.

Aussi, et après trois années de coopération entre les différents partenaires, le projet a-t-il permis notamment d’élaborer de nouveaux programmes de formation à l’Ipsi et de développer les compétences des participants à travers des ateliers de travail organisés en Tunisie et au Royaume Uni au profit de journalistes de l’Ertt et de la Tap ainsi que des enseignants de l’Ipsi.

A cette occasion, une réception sera donnée par le British Council demain en l’honneur des participants à ces ateliers et des représentants des organes de presse concernés et de l’Ipsi.

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après La Presse du 20 octobre 2003)

 

Sousse : Inauguration d’une école à l’hôpital Farhat-Hached

Réalisation unique en son genre en Afrique et dans le monde arabe, cette école a vu le jour grâce à l’amitié, au concours de plusieurs clubs rotariens qui ont répondu à l’appel du Rotary Club de Sousse. En effet, les clubs d’Aix-en-Provence (France), Fribourg (Suisse) et Marbourg (Allemagne) ont d’emblée laissé parler leur cœur et ont été enthousiasmés par l’idée. Cette école, créée à l’hôpital Farhat Hached, est destinée aux enfants hospitalisés pour une longue période.

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après La Presse du 20 octobre 2003)

 

Pluviométrie : De bonnes réserves en eau au Cap Bon

La pluviométrie enregistrée ces derniers temps au Cap Bon est des plus notables cette année. En plus de ses bienfaits directs sur l’agriculture, elle a permis une amélioration sensible des réserves en eau de la région. A titre indicatif, les réserves recueillies du début du mois de janvier jusqu’à la fin septembre sont de 40,5 millions de m3, contre 11,7 millions pour la même période de l’année dernière.

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après La Presse du 20 octobre 2003)

 

Campagne oléicole : Une augmentation de 400%

Une réunion des exportateur d’huile d’olive, a été consacrée à l’examen de la collecte, du stockage de l’huile d’olive, et à l’organisation de l’exportation ainsi qu’au financement de la campagne. A noter à titre d’exemple que la récolte d’olives dans le gouvernorat de Kasserine qui compte 2,6 millions d’oliviers, a été, en 2003 de 28.000 tonnes d’olives et 5.570 tonnes d’huile, soit une augmentation de 400% par rapport à l’année dernière. L’importance du secteur se traduit par un dynamisme économique générateur d’emplois avec la création de 383.000 journées de travail dont 11.000 sont offertes par les huileries.

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après Le Temps du 20 octobre 2003)

 

Musique en Tunisie sur la BBC

Sur les traces de la Yehudi Menuhin School, la très prestigieuse école de virtuoses de la musique, est arrivée à Tunis la BBC World Service. Cette chaîne, qui compte 40.000.000 d’auditeurs, a couvert ce concert pas comme les autres, mais également profité de son séjour en Tunisie pour réaliser une émission sur le tourisme musical : festivals de musique classique, traditionnelle ou contemporaine.

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après La Presse du 20 octobre 2003)

 

Prix Mohamed Mahfoudh : Les lettres et le cinéma primés

Au cours d’une cérémonie officielle marquant l’ouverture de l’année culturelle 2003-2004, le Prix Mohamed Mahfoudh de la ville de Sfax pour la culture et les arts (2002) a été décerné à l’homme de lettres Mustapha Fersi et au cinéaste Nouri Bouzid, tous deux originaires de la région. Le même jour était programmé, toujours à Sfax, un colloque sur «La relation entre la littérature et le cinéma».

 

(Source : le portail www.bab-el-web.com, d’après La Presse du 20 octobre 2003)

 

 

Les investisseurs étrangers reviennent en force   Les investisseurs étrangers reviennent en force sur le marché tunisien. En effet, le volume de leur participation a été de l’ordre de 3,056 MioDT: le marché boursier reprendra. Alors que le volume des échanges sur le marché central a enregistré un net affermissement en dépassant les 8 MioDT, l’indice de capitalisation – TUNINDEX- a cumulé trois baisses consécutives et a clôturé la semaine en se repliant de 0,36% à 1 207,3 points. Le secteur bancaire a été d’un dynamisme remarquable, et a totalisé 3,67 MioDT. En effet, la BH a été la valeur la plus échangée sur le marché central, accaparant 36% du total. On signalera que sur les 363 729 titres échangés, 307 250 titres ont été acquis par les étrangers. En parallèle, la participation étrangère a augmenté de 2 000 titres pour la BIAT. Au niveau de ce secteur, la balance de variation a été nettement dans le rouge, et les titres les plus affectés furent l’UIB (2,85% à 12,630 DT), la BS(-2,37% à 9,420 DT) et l’AB (-2,2% à 17,800 DT). Dans l’assurance, le fait le plus marquant est la réservation à la baisse de la STAR pendant deux journées consécutives. Le cours de cette dernière valeur a enregistré une contre performance de 8,77% à 5,720 DT. L’industrie s’inscrit dans le même registre que celui du bancaire de point de vue volume et tendance. En effet, ce secteur a totalisé 2,95 MioDT au cours de cette dernière semaine et a affiché trois variations baissières. Ceci dit, il faudrait préciser que la SOMOCER a été la valeur la plus transigée avec la rotation de 150 934 titres, ce qui représente 2,867 MioDT. En ce qui concerne l’agroalimentaire, et suite à l’abaissement des notes attribuées à El Mazrâa (BBB pour le long terme et F3 pour le court terme), cette valeur a vu son cours chuter de 5,94% à 6,020 DT. De l’autre côté, la SFBT se reprend et porte son cours à 47 DT. La SOTETEL, qui demeure l’un des titres les plus demandés, a accaparé 8% du volume total et ce, suite à la rotation de 14 735 titres (5 170 titres acquis par les étrangers). Au cours de cette semaine, la SOTETEL a touché un plus haut de 45 DT avant de clôturer le vendredi à 44,120 DT.

 

(Source : Réalités N°929 du 16 octobre 2003)

 

بعد مؤتمر الفيفا فى الدوحة

منحة لتونس ب 770 ألف دينار و لجنة تفتيش الفيفا تزور تونس

تختتم اليوم الاثنين فى العاصمة القطرية الدوحة أشغال المؤتمر الاستثنائي للاتحاد الدولي لكرة القدم ( فيفا) الذي يشارك فيه ممثلو 204 اتحاد وطني منخرط فى الفيفا .

وتم الاتفاق على تمكين تونس من مبلغ مالي يقدر بحوالي 600 ألف دولار (حوالي 770 ألف دينار) لبناء المقر الجديد للجامعة التونسية لكرة القدم وتأثيثه. والتقى السيد حمودة بن عمار بالبلجيكى يان بيتارس رئيس لجنة التفتيش التابعة للفيفا و أكد له ان اللجنة ستزور تونس بعد شهر رمضان وقد تتم الزيارة بمناسبة إقامة كاس إفريقيا للأمم (تونس 2004).

(المصدر: موقع أخبار تونس الرسمي بتاريخ 20 أكتوبر 2003)

 


 

 

في الذكرى التاسعة لاستشهاد سحنون

بقلم: الهادي بريك   ودعنا الشهيد سحنون الجوهري مساء الاربعاء الثالث والعشرين من شعبان من عام 1415 واليوم حق علينا حقيق الاحتفاء بذكرى رحيله راجين المولى العلي الكبير ان يشفعه في اهله واخوانه وجيرانه وان يمد من بقي من اهله وابنائه سيما شقيقه الكريم لسعد بموفور العافية والسعة وان يجمع شملهم على الحق ويورثهم الرضى والسكينة والامان.   لم تجمعني اقدار الله سبحانه بالشهيد سحنون غير مرات قليلة ربما كان اخرها اعتصاماتنا المتعددة امام الوزارة الاولى وبعض المصالح الاخرى مطالبين بحقنا في ارجاعنا الى وظائفنا المهنية السابقة بعد خروجنا من السجن عام 1989 وكنا في كل مرة نوكل الشهيد ين سحنون والزرن عليهما جميعا رحمة الله سبحانه نيابة عن سائر المعتصمين فكانا لا يابهان بما يصيبهما في سبيل ذلك ولا يخافان في الله لومة لائم بل كانا اشدنا جميعا على مقارعة ازلام الحكم الجائر بالاصرار والمضاء وعلو الهمة .  بينما كان الامر مختلقا مع شقيقه لسعد المجاهد المبتلى الذي دوخ نظام الفسق وطغمة العربدة في تونس اذ جمعتني به اقدار الله تعالى لمدة طويلة في مخافر وزارة الداخلية التي اذيق فيها من العذاب الوانا ومن التنكيل اصنافا صحبة المجاهد العكروت بسبب استهانته بتهديدات الزبانية وثباته الذي يذكرك والله يومها بما كان يفعل بالصحابة الكرام وخاصة ذوي الاجسام النحيفة منهم واذا كانت النفوس كبارا كما قال الشاعر تعبت في مرادها الاجسام ..   حري بالشعب الصامد صمود القابض على الجمر وبالصحوة المباركة ان تتعرف على سيرة سلفها من الرجال الذين اصطفاهم المولى تعالى ليكونوا شهداء ونباريس منيرة فالتاريخ مراة حاضرنا ورافد نصنع به مستقبلنا وبئست الامة امة لا ذاكرة لها وبعدت الامة امة اختفت ذاكرتها فمصحات الامراض النفسية والعصبية اولى بها.   نشا الشهيد سحنون في بيت علم وجهاد على يد والده الشيخ حمادي  وهو أي الشيهد حافظ لكتاب الله تعالى متخصص في العلوم الاسلامية وعمل لسنوات طويلة قبل تشريده واعتقاله استاذا في اختصاصه كما كان صحفيا لامعا باللغتين العربية والفرنسية ومشرفا على دار الراية المعروفة وهو من مؤسسي الحركة الاسلامية ومن الذين تحملوا المسؤوليات فيها دون انقطاع في جندية اسلامية عجيبة . نالته يد الغدر بالتشريد منذ عام 1981 فظل كبشا لكل عدوان متجدد من قبل قطعان الهمجية العربية المتدثرة باسمال سمجة رديئة من الكذب والدجل.   كما كان الشهيد فارسا مغوارا في ساحات الجهاد الحقوقي والانساني ضمن الرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الانسان رسالته في الحياة ان يقرئ الضيف ويكسب المعدوم ويعين على نوائب الحق ويصل الرحم ويكرم الجار ويتجاوز عن المعسر ويهدي الضال ـ للخير  مفتاحا للشر مغلاقا ـ..   ومناقبه  الكثيرة في الحقيقة تتأبى عن الحصر ولكم أن ترصدوا سيرة كل شهيد مضى على درب الحق مخلصا عاملا صابرا محتسبا فانكم لافون تحقيقا بذرا شب واستوى يسقى بماء التقوى يثمر مع مطلع كل شمس لياكل الجائع ويبيت هو على الطوى طاويا لا بل لو صدقتكم احداسكم لعرفتم شهداءكم وهم بين ظهرانيكم ياكلون الطعام ويمشون في الاسواق فاصيخوا سمعا واحدوا بصرا زرقاويا يماميا نسبة الى زرقاء اليمامة ..   الشهداء في ارضنا كثر ولا يكاد يمضي شهر حتى نذكر واحدا منهم فما يحسن في حقنا وحقهم التغافل والتناسي انما يحسن الاحتفاء وذكر المناقب والاشادة بالشمائل الموصلة الى مصاف الشهادة لعل امة اثخنتها الجراحات الغائرة تثوب او شعبا كبله الاستبداد الاعمى وارهقته سنون العجف المادي وسياسات تجفيف المنابع يحكي صولات اساد في اجامها فبالتاريخ نتعرف على انفسنا ونكتشف حقيقتنا ونستلهم العبر والا لما شغل القران نفسه بذكر الموتى والذين قضوا ..   سلامي الحيي اننا لم نوف الشهيد سحنون ومن معه حقه الى عائلته وابنائه الثلاث وشقيقه لسعد وسائر من يحبه ويذكره ويعمل جاهدا لتحرير تونس العزيزة من نير الاستبداد ووهدة الدكتاتورية ..   20 أكتوبر 2003


Le Général Habib Ammar fait parler de son retour…

par: Abdel Wahab Hani   Le Sieur Ammar pose dans un appareil militaire qui transporte son sourire jaune d’Ange de la mort. Meme avec les plus grands spécialistes de communication, ces gens là sont reconnaissables et haissables de loin. Aux Jeux Méditerranéens de Septembre 2001, le monde a désavoué le tortionnaire, en Septembre 2003, la honte et la peur de la vérité l’ont poussé à fuire Genève, à l’instar du ministre Kallal et du vice-consul Ben Said, recherchés par les polices helvétiques et françaises pour crimes de torture. Et la fuite est l’aveux le plus parlant de la faute et du crime, pour ces laches qui n’ont pas le courage d’affronter la justice et la vérité.   Rendez-vous à la prochaine PrepCom4, du 10 au 14 novembre prochain, puis au Sommet Mondial sur la Société de l’Information en décembre à Genève… On verra qui va l’emporter: la détermination des victimes et des militants de la Tunisie libre ou le faux sourire jaune de l’Ange de la mort… Meme dans un appareil de la Navy, de l’Armata, de l’US Army, ou sur un Char Leclerc, un tortionnaire est un tortionnaire, il sera traité comme tel et il n’aura point la vie tranquille tant que la Tunisie libre restera debout et elle le sera…   Est-ce compris Général? Rompez! Le Bourget, le 19 octobre 2003   Texte de l’article publié par « Arabies, N° 199, Octobre 2003”

Tunisie Fonctions gouvernementales

La vie de ministre à une fin. Une fois sorti du gouvernement, celui-ci peut être nommé ambassadeur, P-DG, à la tête d’une organisation ou se retrouver à la retraite. Enquête sur les multiples façons de « recycler » un ex-ministre.   Par Moncef Mahroug   Habib Ammar est de retour. Sans affectation depuis vingt et un mois, le premier ministre de l’Intérieur tunisien de l’après-Bourguiba vient d’être désigné par le président Zine el-Abidine ben Ali à la tête du comité d’organisation du Sommet mondial sur l’information, dont la première phase se tient en décembre 2003 à Genève et la seconde en 2005 en Tunisie.   Son parcours montre les contorsions que peut connaître la carrière d’un ministre, après son départ du gouvernement. Ministre de l’Intérieur en novembre 1987, il quitte ce département en novembre 1988 pour le palais de Carthage où il sera ministre d’État conseiller spécial auprès du président de la République, avant d’être nommé ambassadeur à Vienne, pendant près de quatre ans. En 1995, retour au pays pour occuper la fonction de ministre de la Communication, pendant deux ans. Ce sera son dernier poste gouvernemental. Les Jeux méditerranéens, que la Tunisie organise en 2001, lui permettent d’effectuer un retour en tant que président du comité d’organisation. Une fois les lampions des Jeux éteints, il rentre dans l’ombre pour en ressortir à la fin de mai 2003.   Autre recyclage : le secteur privé. C’est une voie empruntée par les ministres ayant eu un départ mouvementé du gouvernement, comme cela se passe souvent. Toutefois, ce choix semble garantir leur indépendance matérielle et politique. Grand argentier, Mansour Moalla dirigea cinq ministères (Industrie et Commerce, PTT, Plan et Finances), avant de quitter le gouvernement en 1983, à la suite d’un différend avec le Premier ministre de l’époque, Mohamed Mzali. Reconverti dans les affaires, il décide  dans les années soixante-dix de monter la Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT), avec des investisseurs du Golfe. Aujourd’hui, il a des intérêts dans diverses entreprises et est l’un des principaux actionnaires de la BIAT à hauteur de 5,5 millions de dinars (1 DTU = O,771 $US). Il a vendu une partie de ses actions à Hédi Djilani, président de l’UTICA (patronat tunisien), ce qui a permis à ce dernier d’entrer au conseil d’administration.   Autre exemple : parti du gouvernement au bout de huit mois seulement, Kamel Mustapha Nabli, ministre du Développement économique dans les années quatre-vingt-dix, choisit de réintégrer la Banque mondiale où il est actuellement économiste en chef du Département Afrique du Nord et Moyen-Orient.   Le secteur bancaire, autre secteur d’accueil pour les anciens ministres, parfois en raison de leur savoir-faire, souvent pour leur carnet d’adresses. À titre d’exemple, le groupe Amen Bank compte aujourd’hui deux anciens dans ses rangs : Ismail Khelil, diplomate de carrière, ministre du Plan sous Bourguiba, gouverneur de la Banque centrale, puis patron de la diplomatie, après 1987 ; et Salah Jebali, ancien secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie chargé des Mines et de l’Énergie (novembre 1987-juillet 1988) et ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du territoire. Chacun d’eux dirige une filiale du groupe.   Slaheddine Bouguerra est aujourd’hui patron de l’Union bancaire pour le commerce et l’industrie (UBCI), filiale du groupe BNP, après avoir été directeur d’HEC, conseiller auprès du président Ben Ali, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, puis ministre de l’Industrie. Centralien, ancien P-DG de Tunisair et ministre du Transport, Faouzi Belkahia dirige une banque privée, la Banque de Tunisie, dont la Société générale était actionnaire jusqu’en 2002.   Avant d’être en 2003 à la tête de la filiale tunisienne d’Orascom, en tant que président du conseil d’administration, Fethi Houidi, dernier titulaire, quelques mois, du portefeuille des Droits de l’homme, de la Communication et des Relations avec la Chambre des députés, a été secrétaire d’État chargé de l’Information auprès du Premier ministre, président de l’Établissement de la radio-télévision tunisienne (ERTT) et ambassadeur au Liban pendant deux ans (2000-2002).   Mais le recrutement peut se faire sur recommandation gouvernementale. C’est le cas de Tijani Chelli. Il est d’abord ministre de Bourguiba (Travaux publics et des Télécommunications, et Économie nationale) pendant près de quatre ans (1969-1973). Sorti du gouvernement en janvier 1973, il est nommé, en quelques mois, à la tête de l’Agence de promotion de l’industrie (aujourd’hui Agence de promotion de l’investissement) puis de l’Agence foncière industrielle – son dernier poste officiel avant de lancer une entreprise privée de travaux publics (c’est le premier à s’être mis à son compte). Rappelé en  1987 pour diriger le ministère de l’Éducation nationale, il quitte de nouveau le gouvernement – définitivement – en avril 1988 et revient à ses affaires. Similaire à celui de Tijani Chelli, le parcours de Moncef Belaïd débute dans la fonction publique et se termine dans le privé. Centralien, il est successivement P-DG de trois entreprises publiques, puis d’une société semi-publique – la Société de commerce international de Tunisie (SCIT) – et ministre de l’Économie (1988-1990). Enfin, il reprend les rênes de ses entreprises, qui constituent aujourd’hui un groupe actif principalement dans l’industrie (chimie, équipements électriques).   Ministre pendant quinze ans (1969-1984), successivement chargé de quatre ministères (Affaires sociales, Habitat, Transport et Communications, et Équipement), Sadok ben Jemaa quitte une première fois le gouvernement, en 1972, pour réintégrer un poste de fonctionnaire au ministère de l’Équipement. Lassé de l’inactivité, il lache la fonction publique, pour créer un bureau d’études. Rappelé quelques années plus tard par Bourguiba, il claque de nouveau la porte du gouvernement en 1984. Trois ans plus tard, on le retrouve dans le premier gouvernement post-Bourguiba, comme ministre de l’Équipement. Remercié huit mois plus tard,  l’aîné des Ben Jemâa réintègre tout naturellement le groupe familial, fort d’une demi-douzaine de sociétés, dont l’une est concessionnaire de la firme BMW.    Le secteur public semble lui aussi attractif, quand on se retrouve à la tête d’organisations ou d’organismes nationaux, dans des organisations régionales ou internationales, etc. La filière diplomatique semble être la plus utilisée. Bon nombre de ministres de Bourguiba ont, au moins une fois dans leur carrière, effectué une intrusion dans le monde de la diplomatie. Comme plusieurs ministres de Ben Ali, parmi lesquels Mohamed Jegham (Rome), Faiza Kéfi (Paris), Fethi Mardassi (Berlin), Slaheddine Maaoui (Jeddah), Salah Baccari (Rabat) et Tahar Sioud (Bruxelles).   D’autres coiffent la casquette de chef d’entreprise dans le secteur public, à un moment donné de leur carrière. Originaire de Sousse, gouverneur de Bizerte, ambassadeur à Mascate puis P-DG de la Radiodiffusion et Télévision tunisienne sous Bourguiba, Abdelmelak Lâarif entre au bureau politique du parti au pouvoir et au gouvernement après le changement du 7-Novembre 1987. Ministre de la Culture puis de l’Information pendant une année (avril 1988-avril 1989), il termine sa carrière comme P-DG de quatre entreprises publiques – successivement : Société nationale immobilière de Tunisie (SNIT), Société tunisienne d’aconage et de manutention (STAM), la Régie de tabac, Tunisair – et d’une compagnie pétrolière mixte, la Société d’études et de recherches pétrolières de Tunisie (SEREPT).   Bénéficiant du poids et de l’influence de la Tunisie sur le plan régional et international, certains ministres ont pu depuis les années soixante-dix accéder à la direction d’organisations régionales ou internationales. Comme Chadli Ayari et le défunt Habib Chatti, respectivement ministre de l’Économie et ministre des Affaires étrangères sous Bourguiba. Le premier, aujourd’hui enseignant à l’université et conférencier très sollicité, y compris à l’étranger, a dirigé la Banque arabe de développement économique en Afrique (BADEA) dans les années soixante-dix. Le second a été secrétaire général de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). Ministre de la Culture, avant 1987, ambassadeur au Caire à partir de 1988, puis ministre de la Culture et de l’Information, conseiller spécial des Affaires étrangères, de la Défense et président de la Chambre des députés, Habib Boularès est secrétaire général de l’Union du maghreb arabe (UMA). Il succède à Mohamed Amamaou, à ce poste pendant douze ans (après avoir été secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Affaires maghrébines, puis conseiller auprès du Président).   Mongi Bousnina, qui a fait partie du gouvernement pendant cinq ans (secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation et des Sciences, puis ministre de la Culture) et qui a porté la casquette diplomatique (Rabat et Paris), est depuis deux ans directeur général de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences. Enfin, Noureddine Hached, ministre avant 1987, est, depuis quelques mois, secrétaire général adjoint de la Ligue des États arabes. L’organisation panarabe a même eu un patron tunisien, après son transfert à Tunis en 1979 : Chadli Klibi, successivement ministre de l’Information, de la Culture et directeur du Cabinet présidentiel entre 1961 et 1979.   Les organisations nationales sont souvent confiées à des ministres ayant quitté leur fonction. Ancien secrétaire général du gouvernement, puis ministre de l’Intérieur, Abdallah Kaabi est président du Conseil économique et social. Il a succédé à Chadli Neffati, actuel ministre des Affaires sociales. Ministre de l’Éducation (1994-1997), Hatem ben Othman accède, en 2001, à la présidence de l’Organisation tunisienne de l’Éducation et de la Famille.   Enfin, un ministre peut partir en retraite. Tel est le cas de Mahmoud Mestiri. Secrétaire d’État, puis ambassadeur représentant de la Tunisie auprès des Nations unies à New York, avant 1987, il devient ministre des Affaires étrangères de novembre 1987 à juillet 1988. Nommé ambassadeur à Paris, il prend ensuite sa retraite avant d’être sollicité en 1994 par le secrétaire général des Nations unies, qui en fait son représentant en Afghanistan pendant deux ans.   Certains membres de l’actuel gouvernement ont effectué le va-et-vient au moins une fois dans leur carrière. Le recordman en la matière est Abderrahim Zouari, actuel ministre du Sport. Il est secrétaire d’État auprès du ministre de la Production agricole et de l’Agroalimentaire, le 7 novembre 1987. En juillet 1988, il quitte le gouvernement, après avoir été nommé secrétaire général du RCD (parti au pouvoir), et est réintégré au gouvernement en février 1991 comme ministre de la Justice. En août 1992, il perd sa casquette ministérielle pour un poste d’ambassadeur au Maroc, où il ne reste que dix mois, puis effectue un deuxième retour. Après avoir dirigé trois ministères en six ans (la Jeunesse et l’Enfance, Affaires étrangères et Éducation), il reprend en main le parti au pouvoir en novembre 1999, et fait un troisième retour en décembre 2000, en tant que ministre de la Jeunesse, de l’Enfance et des Sports.   Sortir du gouvernement n’est donc pas toujours synonyme de disgrâce. Après avoir passé le témoin à Mohamed Ghannouchi, Hamed Karoui est nommé vice-président du RCD – premier titulaire à ce poste – et se situe dans le protocole officiel avant même son successeur à la tête du gouvernement.   Plusieurs ministres réintègrent le gouvernement au bout d’un certain temps. Premier chef de gouvernement de l’après-Bourguiba, Hédi Baccouche, parti à la retraite après avoir été remplacé par Dr Hamed Karoui, le 27 septembre 1989, n’a pas coupé tout lien avec le pouvoir, puisqu’il continue à être invité et à assister à toutes les manifestations et les cérémonies officielles.     Source: http://www.arabies.com 92, rue Jouffroy d’Abbans, 75017 Paris – France Tél. : (33) 1 47 66 46 00 – Fax : (33) 1 43 80 73 62 E-mail : editor@arabies.com
 

 


 

تعقيبا على الأخ نوفل المعاوي

 

المتشددون الجدد من السلفيين التوانسة:

مرحبا بكم في الساحة..ولكن عفوا.. وصلتم و الناس يغادرون!!!

 

بقلم: خالد بن سليمان/باحث في الفكر الإسلامي.

الجزء الأول: حول علاقة الحركة الإسلامية بتونس بالثورة الإيرانية

 

تفاعلا مع الحوار الدائر على نشرة تونس نيوز الممتازة- و التي أحي القائمين عليها- حول السلفية و التشيع و الحركة الإسلامية وخاصة مساهمات الأخوين أبو يعقوب الجندوبي و نوفل المعاوي أود المساهمة في هذا الحوار بهذا الجزء الأول وهو حول توضيح العلاقة بين الحركة الإسلامية بتونس والثورة الإيرانية.و قد جاء في المساهمات المذكورة آنفا أن مساندة الحركة لإيران إبان ثورتها يعتبر موقفا منحرفا من الناحية العقائدية و الشرعية إضافة إلى أنه كان السبب في إدخال التشيع إلى تونس.وأبدأ بالجانب الأول وهو بيان سلامة موقف الحركة من الثورة الإيرانية من الناحية العقائدية و الشرعية.و قبل ذلك أشير إلى أن مصطلح السلفية في حد ذاته مستحدث و يصر بعض المنتسبين إليه على التمسك به و التميز به عن بقية المسلمين إلى درجة الاستعلاء عليهم ، رغم حرص هؤلاء الشديد على استعمال الألفاظ الشرعية و اشتراطهم أن تكون غير مستحدثة!!و لكن لا مشاحة في المصطلح و المهم المسميات و ليس الأسماء.

 

و ما يلاحظ هو محاولة احتكار هذا الاصطلاح من طرف بعض شرائح السلفيين كمدخل لحصر الانتساب للكتاب و السنة والقرون الخيرة الأولى لأنفسهم و إخراج القطاعات الواسعة من أهل القبلة من دائرة الخط السني الأصيل و الوسطي،وهم بذلك يضيقون واسعا. وقد حولوا السلفية من حيث لا يشعرون إلى طائفة جديدة و فرقة كلامية  أخرى تضاف إلى الركام التاريخي منها في حين أنهم ينتقدون أهل الكلام و بقية الفرق،كما أنهم يمارسون المذهبية و التقليد و التعصب للطائفة من حيث يدعون العودة للكتاب و السنة و فتح باب الاجتهاد.

 

و الحقيقة أن هؤلاء يمثلون فئة قليلة من التيار السلفي المعاصر المليء بالعلماء الراسخين و الدعاة المتبصرين و المفكرين الواعين وبالحركات الإسلامية العاقلة و الفاعلة و العاملة لتوحيد الأمة  و لتجميع مختلف التنظيمات النشطة في مجال العمل الإسلامي على اختلاف اجتهاداتها، و مجلة البيان-  التي استشهد بها الأخ نوفل عدة مرات -تمثل  نموذجا من جملة النماذج المتعددة للتيار السلفي الناضج بعيدا عن السلفيين المبتدئين ممن أصيبوا بسوء هضم فكري نتيجة تخمة ثقافية متعجلةو غير متوازنة تغرق صاحبها في الجزئيات فيعود كحاطب ليل لا يعرف رأسه من رجليه و تختلط عنده الأمور فلا يتبين الأولويات  من الثانويات ولا الأصول من الفروع ولا القطعي من الظني و لا الواجب من المستحب و لا العزيمة  من الرخصة و لا الأهداف من الوسائل و لا النقد و النصيحة من التحامل و الإلغاء فتفرز مواقف فكرية و عملية تفسد أكثر مما تصلح و تهدم أكثر مما تبني و من أمثلتها الواضحة أحداث 11 سبتمبر التي يسميها بعضهم « غزوة نيويورك » و أحداث الرياض و الدار البيضاء التي تبرأ منها القطاع الأوسع من السلفيين و خاصة في السعودية فكانت مناسبة لتتبرأ الدعوة السلفية من بعض أدعيائها ممن شوهوا السلفية بل و شوهوا الإسلام نفسه.

 

و المسلم الغيور على دينه الملتزم بمنهج الكتاب و السنة- كما ذكرنا بذلك الأخ نوفل مرارا- يحرص على صورة الإسلام لدى الآخر كما علمنا رسول الله صلى الله عليه و سلم  حينما كان يقول كلما استأذنه بعض الصحابة في قتل بعض المنافقين في حوادث معروفة: »أتحبون أن يقول الناس أن محمدا يقتل أصحابه » و بذلك تكون تحسين صورة الإسلام من أولويات العمل الإسلامي في إطار الثوابت و القطعيات الإسلامية، مع ملاحظة أن الرسول صلى الله عليه و سلم اعتبر المنافقين من أصحابه!! قارن ذلك بموقف الشق المتشدد من التيار السلفي من مخالفيهم من داخل الملة !! و لنا عودة في الجزء الثاني من هذه المساهمة بإذن الله تعالى لبيان مختلف المدارس و الاجتهادات التي تنسب نفسها للسلفية و بيان الغث منها و السمين و ما يكتنفها الآن من تحولات و مخاض يبشر بخير كثير يدعم الرصيد الإسلامي السابق و يضيف إليه أبعادا أخرى كما سنبين موقع الحركة الإسلامية في تونس و الحركات المشابهة من السلفية عموما ومن المخاض الذي تشهده .

 

و أعود إلى توضيح سلامة الموقف الشرعي لمناصرة الحركة الإسلامية في تونس للثورة الإيرانية.وأذكر في هذا المقام مفتتح سورة الروم فيقول تعالى: »الم غلبت الروم في أدنى الأرض و هم من بعد غلبهم سيغلبون في بضع سنين لله الأمر من قبل و من بعد و يومئذ يفرح المؤمنون بنصر الله ينصر من يشاء و هو العزيز الحكيم « (الروم 1-5 ). وفي تفسيرها أن الصحابة و هم في مكة و في حضور النبي صلى الله عليه و سلم  تفاعلوا مع هزيمة الروم أمام الفرس بالحزن و التأثر ،فنزلت الآيات السابقة لتطمئنهم أن الروم سينتصرون في بضع سنين  و يومئذ سيفرح المؤمنون بنصر الله !!و جاء في تفسير » و يومئذ يفرح المؤمنون بنصر الله » ثلاثة أقوال أوردها القرطبي في تفسيره و هي:القول الأول: يفرح المؤمنون بانتصار الروم أي أن الآية حسب هذا القول اعتبرت انتصار الروم نصرا لله (عجيب!!)وهو ما ذهب إليه الإمام الشوكاني (وهو سلفي!! )(انظر زبدة التفسير من فتح القدير وهو مختصر لتفسير فتح القدير للشوكاني عند تفسيره سورة الروم. ).

 

و القول الثاني أن المؤمنين يفرحون بنصر الله في غزوة بدر أو صلح الحديبية -على اختلاف في ذلك- والذي تزامن مع انتصار الروم على الفرس.

 

أما القول الثالث فهو فرح المؤمنين بإنجاز الله وعده بالنبوءة القرآنية بغلبة الروم للفرس بعد بضع سنين.و رجح القرطبي أن تكون الأقوال الثلاثة صحيحة(راجع تفسير القرطبي لسورة الروم).أي أن من المعاني الصحيحة لهذه الآية أن الصحابة – العالمين بدينهم العارفين لزمانهم  الواعين بمحيطهم – لم يكتفوا بمجرد متابعة الأخبار و الوعي و المعرفة بما يجري بل انخرطوا وتفاعلوا بوجدانهم و عقولهم و سلوكهم مع الحدث فتمنوا أن ينتصر الروم- الكفار الذين يؤمنون بأن الله ثالث ثلاثة و أن المسيح ابن الله و يتبعون كتابا محرفا أبعدهم عن الحق فسماهم القرآن الضالين- أن ينتصر هؤلاء على الفرس الكفار المجوس الذين يعبدون النار!لماذا هذا الموقف من الصحابة؟ تجيب الروايات الواردة في التفسير: لأن الروم من أهل الكتاب و الفرس ليسوا كذلك(لاحظ هنا أن الله عز و جل سجل هذا الحدث و هذا الموقف من الرسول الكريم و من الصحابة في قرآن يتلى في الصلوات إلى يوم القيامة ولاحظ أيضا أن السورة تحمل اسم الروم مثلما تحمل سورة أخرى اسم نبي من الأنبياء  فتأمل!!  ) . بما يعني أن الكفر ملة واحدة من حيث ابتعادهم عن العقيدة الصحيحة على الجملة، و لكنهم ليسوا ملة واحدة من حيث أسلوب التعامل معهم.

 

و هذا واضح في الكتاب العزيز فقال تعالى »ليسوا سواء »(آل عمران 113 )،و ذلك في سياق الحديث عن أهل الكتاب ويقول أيضا »لتجدن أشد الناس عداوة للذين آمنوا اليهود و الذين أشركوا و لتجدن أقربهم مودة للذين آمنوا الذين قالوا إنا نصارى »(المائدة 82 ).و تصور معي أن أحد المتشددين المعاصرين حضر الموقف و شاهد الصحابة يفرحون بنصر الروم الكفار،أغلب الظن أنه سيتهم عقيدتهم في الولاء والبراء وسيقوم بتفجيرهم ثم يفر إلى الروم ليطلب اللجوء السياسي!!(و لا أقصد هنا الأخ نوفل إذ من الواضح من خلال مساهمته أنه ضد العنف و الدموية من الناحية العملية لكن موقفه الفكري  يبقى غير واضح في هذه المسألة).

 

و عودة إلى الموقف من الشيعة وبعيدا عن الخلاف بين العلماء حول دخولهم أو خروجهم من الملة فإن آيات الروم تدل على جواز التفاعل الإيجابي مع الأقرب من المخالفين على الأبعد من خارج الملة فما بالك بمن كان داخلها بالطرق المناسبة لكل وضعية.بل إن الصحابة وظفوا هذا الحدث لتحدي مشركي قريش و اتخذوها مناسبة للدعوة و بيان ربانية الكتاب العزيز: فقد جاء في التفسير أن العديد قد دخلوا في الإسلام بعد تحقق النبوءة القرآنية بانتصار الروم.وتمثل هذا التوظيف الدعوي في حض النبي صلى الله عليه و سلم لأبي بكر رضي الله عنه على مراهنة المشركين على انتصار الروم بعد سنوات و ذلك قبل تحريم الرهان (أنظر تفسير القرطبي).

 

والخلل الأساسي في الطرح المتشدد لصيغة العلاقة مع المخالف في الدين أوفي المذهب الاعتقادي هو عدم التفريق بين بيان التصنيف العقائدي وبالتالي التمايز بين عقيدة الإسلام و العقائد المنحرفة و الكافرة(لكم دينكم و لي دين )فلا تداخل و لا تنازل و لا تغيير في العقيدة هذا من جهة و بين بيان الأحكام الشرعية الفقهية التي تحكم التعامل مع المخالفين من جهة أخرى. فالمسلم مسلم و الكافر كافر في مجال البيان العقائدي أما في مجال التعامل فليست الطريقة الوحيدة في التعامل مع المخالفين هي الحرب أ و الاستئصال ،فهناك الحرب بشروطها و أخلاقها و هناك الهدنة و هناك الأمان و هناك العهد و هناك الدعوة وهناك المجادلة بالتي هي أحسن و هناك المحاورة و هناك التعارف و هناك الاستعانة بهم و هناك التحالف…الخ و لكل  واحدة من هذه شروطها و ظروفها.

 

و المتبع الحقيقي لمنهاج النبوة هو من يحسن التصرف المناسب لكل وضعية مثلما فعل النبي ذلك من خلال سيرته العطرة و تنقله بين هذه الأشكال من التعامل مع المشركين و أهل الكتاب.و الخلل الأهم للطرح المتشدد هو النظرة الجزئية لنصوص الكتاب و السنة  فيأخذون الآية الواحدة أو الحديث الواحد ويبنون عليها حكما في حين أن المنهج السليم الذي عليه  العلماء من المجتهدين و الأصوليين و الفقهاء يتمثل في النظر في كل  النصوص  الواردة في المسألة الواحدة و إعمالها كلها عبر عملية الجمع(و القاعدة الأصولية تقول أن إعمال النص أولى من إهماله)و إن تعذر الجمع للتعارض الظاهر بين النصوص يقع الترجيح بينها حسب عدة معايير كدرجة قوة الورود و درجة القطعية و النظر في المحكم منها والمنسوخ و غير ذلك ا مما هو معلوم في أصول الفقه.

 

و عودة إلى موقف الحركة الإسلامية في تونس من الثورة الإيرانية فنقول بعدما سبق بيانه أن موقف المناصرة الإعلامية و السياسية لا غبار عليه إن من جهة رفع الثورة الإيرانية للشعار الإسلامي بقطع النظر عن مدى مصداقية ذلك الشعار أو تفاصيله، أومن جهة أن الثورة مثلت نصرا للمستضعفين على أحد أعتى الطواغيت في العصر الحديث »ومالكم لا تقاتلون في سبيل الله و المستضعفين من الرجال و النساء و الولدان »(النساء75)و الحركة لم تقاتل بل عملت أقل من ذلك بكثير مما هو متاح من الفرح و المساندة الإعلامية والسياسية.و هل كان المطلوب أن نكون في صف الشاه؟؟.

 

على أن الحركة الإسلامية قامت بعمل آخر لم ينتبه له دعاة الطرح المتشدد من السلفيين الجدد وهو توظيف الحدث الإيراني المزلزل آنذاك في معركتها مع اليسار و العلمانيين الذين يرفعون شعار الدين أفيون الشعوب لتبرز و بالبيان العملي المحسوس و بالصوت و الصورة و على الهواء مباشرة تهافت الأطروحات الماركسية و العلمانية المتطرفة و أن الدين لازال فاعلا في الواقع و له أدوار ممكنة بل و ضرورية في تغييره وهي مسائل هامة في الدعوة و الفكر والسياسة و التغيير خاصة لدى القطاعات الحية و بالأخص الشبيبة.وجل المؤرخين لمسيرة  العمل الإسلامي في البلاد العربية وغيرها  منذ السبعينات يقرون بأهمية الحدث الإيراني في انتعاش الصحوة الإسلامية آنذاك و هي الخارجة من محنة طويلة و عسيرة بصرف النظر عن موقف هذه الحركة أو تلك من الشيعة.

 

فالحركة إذا وظفت الحدث الإيراني مثلما وظف النبي صلى الله عليه و سلم والقرآن الكريم و الصحابة الأجلاء الحدث الرومي.على مستوى آخر لم تتبن الحركة الإسلامية في تونس المحتوى العقائدي الشيعي للثورة الإيرانية بل إلى جانب التوظيف المشار إليه سابقا استفادت الحركة من التجربة الإيرانية في أسلوب الطرح الفكري للقضايا المطروحة و إعادة الاعتبار للجانب الاجتماعي في العمل الإسلامي و الاهتمام بدور الجماهير في عملية الإصلاح و التغيير..الخ.

 

و كما ترى فهي كلها جوانب عملية و ليست عقائدية ومن المعلوم أنه و في المجال العملي و الوسائل تبقى أبواب الاستفادة مفتوحة ومساحة الاقتباس  واسعة حتى من غير المسلمين و »الحكمة ضالة المؤمن أنى وجدها فهو أحق بها »و قد اتخذ النبي صلى الله عليه و سلم الخندق كوسيلة دفاعية لم تكن معروفة لدى العرب قبل ذلك و هي من الجوانب العملية لدى الفرس،هؤلاء الفرس هم أنفسهم الذين سبق للنبي و الصحابة أن حزنوا بسببهم  من جراء انتصارهم على الروم!!لكن ذلك لم يمنع من الاستفادة من تجاربهم العملية بعيدا عن الاختلاف في الدين!فتأمل!!

 

ومع مرور الوقت بدأ الوجه الطائفي و المذهبي يطغى على الشعار الإسلامي العام في الثورة الإيرانية و بدأت تفقد تألقها و ضعف تفاعل الإسلاميين التونسيين شيئا فشيئا.فأين المشكل في ذلك؟إذ لا يدل تغير الموقف على خطأ الموقف الأول بل الصحيح أن لكل حالة موقف يناسبها.قارن ذلك بالموقف الإسلامي العام من الجهاد الأفغاني و تحوله من المساندة المطلقة إلى اللامبالاة إلى القطيعة معه بعد بداية التقاتل الداخلي بين المجاهدين و تطاول ذلك لسنوات.و الحركة الآن و أغلب التيارات الإسلامية تساند حزب الله- و هو الحزب الشيعي المعروف-في مناضلته للاحتلال الإسرائيلي.لكننا مع ذلك نرفض أن توظف الدولة الإيرانية و دعاتها من الشيعة العرب نجاحات حزب الله لاختراق الساحة السنية مذهبيا.فنحن نرفض ظاهرة ما يسمى بحزب الله التركي أو حزب الله الأردني أو حزب الله الفلسطيني أو حزب الله التونسي… فنحن مع حزب الله لكن في جنوب لبنان فحسب.و من هنا يأتي الموقف الأخير للشيخ راشد الغنوشي من مسألة التشيع في تونس. أما تفسير الوجود الشيعي في تونس بموقف الحركة الإسلامية من الثورة الإيرانية فهو تبسيط شديد إضافة لكونه اتهام فيه نوع من تصفية الحسابات لكن بأثر رجعي بعد بروز وعي طفولي و متأخر عن وقته لدى بعض الأشخاص.

 

و إلا فمن المسؤول عن الوجود الشيعي في المغرب و الأردن و مصر و السودان و فلسطين و غيرها… فالأولى إذا البحث عن أسباب أعمق من الأسباب التي سيقت من طرف هؤلاء الاخوة و على رأسها وجود دولة تنصر هذا المذهب بتخطيط محكم و إمكانيات كبيرة،ووجود حركات شيعية تحسن التخطيط و تحقيق الانتصارات مثل حزب الله الذي كتل كل الشعب اللبناني بمختلف طوائفه حول المقاومة و ليس مثل بعض التنظيمات التي ترفع شعار السنة و الجماعة و السلفية والتي تقوم بالأعمال الاستعراضية تحت اسم الجهاد فيكون من نتائج ذلك سقوط طالبان و احتلال العراق و ضرب الانتفاضة و المقاومة الإسلامية في فلسطين و ضرب العمل الخيري في العالم و التضييق على الوجود الإسلامي الصاعد و الواعد في الغرب و ضرب و تهميش   حركات الجهاد في الشيشان وكشمير ومورو وتركستان الشرقية في الصين و التضييق على أغلب الحركات الإسلامية وخاصة في مصر و اليمن و تونس و أخيرا في السعودية و المغرب و لا ندري ماذا تخبئ الأيام و الله المستعان. ومن أسباب الوجود الشيعي أيضا القصور التنظيمي و الفكري للحركات الإسلامية في البلاد السنية لأسباب ذاتية و لكن و هذا الأهم بسبب القمع المسلط عليها و المحاربة و الملاحقة و المنع وتكتيف الأيدي على أرضية هذا التحالف الخبيث بين بعض الأنظمة القمعية و دعاة التشيع لتخريب الصحوة الإسلامية و إفساد الثقافة والفكر والعقيدة الصافية.

 

( بقية النقاط التي أثارها الأخ نوفل في جزء آخر يأتي لاحقا بإذن الله).

20 أكتوبر 2003


 

بـحالة يأس  
نظم علي أحـمد
 
نفانـي الدهر ع دنيا بعيدة بشواكو1 خدّش الورده الـخصيـبة بـهاك الأرض ما عندي مـحامي ولا عندي مين يـحكيلو لـحبـيـبـي بـهاك الأرض ما عندي مـحامي يرفع راية البـيضا أمامي فراشي تراب فـي غرفة منامي وسادي عكـفة زنودي الـنحيلة وخيوط الدمع لعيوني قطيـبة وسادي عكـفة زنودي الـنحيلة ولـحافـي عـتمـة الليل الـثقيلة وعملـنـي الرب للعالم متيلة2 وبعد مـجدي مع شباب العريقة نفانـي وحطم طباعي الأديـبة وبعد مـجدي مع شباب العريقة شتّل بصدري ألف غصة وألف ديقة وما عندي مين بعطينـي الـحقيقة حكمنـي الرب بس الـحكم صارم صرت مـجرم بعيون الشبـيـبة حكمنـي الرب بس الـحكم صارم وبعـنقي غلّفوا أربع صوارم وعيونـي دمعها بلّ المـحارم بـحالة بأس ما عندي مساعد وبغيـري مين صارت هالمصيـبة بـحالة يأس ما عندي مساعد وصعبة أمور الدهر عاند وتَ صد الـهم ما عندي سواعد ترد الدهر لظروفي القديـمة وعمّر كرستـي لِ صارت خريـبة نظم علي أحـمد 1 . بشواكو = بأشواكه 2. متيلة = امثولة

 

 


 

Bizerte (évocation) :

L’Agraâ, l’un des martyrs de la bataille de Bizerte

Par: Mohamed Lahbib Sta (Bizerte)   L’Agraâ, c’était le surnom populaire d’un jeune homme qui habitait l’ancien quartier de la Kasbah, dont s’énorgueillit tout Bizerte en raison de son long passé historique, fait à la fois de joie et de pleurs, de jours de victoires et parfois de moments d’angoisse. Ici, l’Agraâ a vu le jour ; il y grandit, dans une ambiance, profondément teintée de civisme et de propos patriotiques. Rien d’étonnant à cela puisqu’il s’agit du fief que dominait alors le fervent militant destourien, feu Boubaker Bekir. Comme tous les enfants de son époque, l’Agraâ alla au koutab du cheikh Sidi Menaouer, où il apprit, au terme de deux ans, tout le Coran : il le récitait sans risque de se tromper, avec une aisance certaine. Car le père du jeune n’était point partisan des écoles franco-arabes d’antan. Elevé dans cette culture de lutte contre l’occupant étranger, l’Agraâ en profita, et le moment venu, il participa à la guerre de Bizerte, un certain juillet de l’année 1961. Bizerte, c’est sa ville natale et le berceau de son enfance ; c’est là où l’Agraâ apprit la mauvaise et la bonne plaisanterie, c’est là, aussi, où il acquit les premières vertus, et peut-être quelques mensonges souvent innocents. Bref, l’Agraâ aimait, de toutes ses forces, sa ville de Bizerte, et surtout ce quartier d’“El Medina”. En 1961, il fut extrêmement menacé, par les paras français qui venaient de débarquer d’Algérie, alors en lutte pour sa libération du joug colonial. Ces militaires avançaient, d’abord, sur le terrain, à pas prudents. Puis, déchaînés, ils livraient aux jeunes volontaires, sans expérience guerrière, un combat sans merci. Si bien que toute la ville moderne (européenne) fut occupée sans difficulté.

 

Quant à la ville arabe, elle se révéla imprenable. Solidement défendue par l’armée tunisienne, elle offrit aux envahisseurs une résistance opiniâtre ; l’Agraâ fut de la partie, il y prit part en menant une opération d’un courage sans limites : il réduisit à néant tout un groupe de paras qui avait pris position sur la terrasse de l’actuel cercle militaire, car celui-ci domine toute la médina, ainsi que son vieux port. La résistance, tant militaire que civile, a pu empêcher les forces ennemies de continuer leur avancée vers la médina. Au moment propice, l’Agraâ, armé d’un fusil, sema la terreur parmi les paras de la terrasse. Grâce à son coup d’œil précis, ne ratait puisque jamais sa cible, à telle enseigne que le groupe des paras disparut rapidement, tel un éclair, après avoir perdu cinq de ses hommes. Après un duel de deux heures environ, l’Agraâ fut mortellement touché par une myriade de balles, puis il tomba en martyr, en face du café dit aujourd’hui “Derbal”. Etendu à même le sol, pitoyablement couvert de trous rouges, l’Agraâ Si Ali… avait l’air de lancer , sur son quartier préféré, un dernier regard, doux comme un baiser. A l’observer gisant dans une fierté indescriptible, je ne savais si je devais pleurer ou retenir mes larmes. Si Ali, tu as donné, sans compter, à ta ville natale, tu as tout offert, y compris ta jeunesse. Au nom de tous tes amis et proches encore en vie, au nom de tous les citoyens, mille mercis. Si Ali, le Vieux port de Bizerte, pour lequel tu t’es sacrifié, vit, aujourd’hui, son plus beau rêve, celui de redonner à la ville sa vocation touristique, et de retrouver son âme depuis longtemps égarée. (Source : Réalités N°929 du 16 octobre 2003)


Lectorat de la presse quotidienne et recettes publicitaires 2003 :

La langue arabe domine le lectorat de la presse en Tunisie

Selon les enquêtes par sondage réalisées en 2003 par le bureau d’études SIGMA Conseil auprès des habitants des grandes villes tunisiennes, près de 40% des individus de plus de 15 ans appartenant au Grand Tunis déclarent lire (ou parcourir) la presse au quotidien, contre moins de 30% dans les autres grandes villes telles que Sfax ou Sousse. Dans le Grand Tunis, la presse écrite d’expression arabe accapare 61% du lectorat, contre 39% qui lisent la presse en langue française. A Sfax, 90% du lectorat est en arabe contre seulement 10% en français. Le journal Echourouk est le premier quotidien en Tunisie, avec une pénétration de 17% dans le Grand Tunis et de 8 à 12% respectivement à Sousse et à Sfax. La Presse de Tunisie arrive en second avec 11,7% de pénétration dans le Grand Tunis et moins de 3% dans les autres grandes villes. Essabah et Le Temps viennent ensuite avec respectivement 4,7 et 3,5% de pénétration. Le Quotidien ferme la marche avec 0,8% de pénétration. Profil du lectorat Le profil du lectorat des quotidiens en arabe diffère selon le sexe, l’âge et la catégorie socioprofessionnelle des lecteurs. Le quotidien Echourouk (tirage estimé à 80.000) est lu par un public plutôt jeune, de classes moyennes, voire populaires. Il s’agit d’un public plus féminin que les autres quotidiens, quoique la femme est sous-représentée en matière de lecture de la presse quotidienne en général. Echourouk garde le leadership de la presse quotidienne à l’intérieur du pays, contrairement à La Presse de Tunisie qui voit son lectorat concentré sur le Grand Tunis. Essabah (tirage estimé à 50.000) demeure le quotidien des enseignants arabisants et des retraités de la fonction publique notamment. Il se maintient relativement bien à Sfax pour des raisons historiques. Quant aux quotidiens de langue française, La Presse de Tunisie (tirage estimé de 75.000) demeure le quotidien de référence des cadres moyens et supérieurs de la Capitale. Près de 30% des dirigeants des PME ou des grandes entreprises déclarent le lire chaque jour. La Presse bénéficie d’un fort taux de pénétration le dimanche. Le Temps (tirage estimé de 30.000) dispose d’un lectorat ayant les mêmes caractéristiques que La Presse de Tunisie. Recettes publicitaires La Presse de Tunisie occupe la part du lion des recettes publicitaires des quotidiens Contrairement à la Télévision, l’achat d’espace publicitaire sur la presse quotidienne est assez stable d’un mois à l’autre. En été, c’est le lot des hôteliers (surtout cette année) pour annoncer leurs offres, en automne ce sont les établissements privés de l’enseignement, en hiver c’est l’alimentaire, au printemps ce sont les produits d’électroménagers et les enseignes de grande distribution, préparant les ventes estivales, qui prennent le relais, l’ensemble sur fond de publicité pour les services téléphoniques payants (horoscope, gags, chansons…). Le secteur de l’hôtellerie a, cette année, représenté à lui seul près de 40% de la publicité en valeur sur La Presse de Tunisie. Les services audiotel (téléphonie payante) ont pesé à hauteur de 36% dans les recettes publicitaires d’Echourouk et près de 60% de sa consœur Essarih. Les produits électroménagers (dont les téléphones mobiles) ainsi que les enseignes de distribution ont représenté respectivement près de 60% des recettes du journal Le Temps et 36% du journal Essabah. Dix secteurs d’activité ont représenté 80% des 14 millions de dinars de recettes publicitaires réalisées par les quotidiens de janvier à octobre 2003. Source des données : SIGMA Conseil, 67, rue Alain Savary 1002 Tunis, bureau d’études Marketing, Tél : (216) 71 286 927, Fax : (216) 71 286 534

 

(Source : Réalités N°929 du 16 octobre 2003)


 

خطر منظمات حقوق الانسان…

بقلم: رشيد خشانة        تضاءلت مصادر تهديد الامن العربي حتى لم تجد وزارات الداخلية العربية من خطر ينذر بتقويض الاستقرار سوى منظمات حقوق الانسان التي اعتبرتها فيروساً فتاكاً ينبغي الاستعداد لمكافحته باقتناء الاقنعة الواقية وشن حملة على خلاياه النائمة واليقظة وتجفيف منابعه المالية.   والمتأمل في مداولات الاجتماع السنوي لقادة الشرطة والامن العرب الذي عقد اخيراً يستغرب من المكانة التي منحوها لـ »الخطر الداخلي » والتهوين، في المقابل، من الاخطار الخارجية وفي مقدمها الخطر الاسرائيلي، مع ان الضربات التي الحقت بمنظومة الامن القومي اتت في غالبيتها من الدولة العبرية.   فالغارات الجوية بدءاً بلبنان شرقاً الى حمام الشط (في تونس) غرباً وصولاً الى عين الصاحب (في سورية) تدل الى ان الذراع الاسرائيلية قادرة على اختراق الاجواء والاراضي العربية ولو كانت في المغرب العربي، مثلما نبه الى ذلك اسحق رابين وزير الدفاع في سنة 1985. هذا عدا عن دس شبكات التجسس وفرق القتل أسوة بعمليتي اغتيال خليل الوزير في تونس وجهاد جبريل في بيروت وآخرين كثر.   لكن ذلك لا يعني أنه لا توجد قوى داخلية تعمل على زعزعة الامن مثلما حصل في الرياض والدار البيضاء، ولو اكتفت اجهزة الامن العربية بالتنسيق في مكافحة تلك الخلايا لكان الامر مفهوماً، إلا أنها ركزت على جمعيات لا علاقة لها باعمال العنف وخصصت وقتاً طويلاً للبحث في وسائل قطع قنوات التمويل عنها.   أول ما يدل اليه هذا الهوس الجديد القديم بمحاربة نشطاء حقوق الانسان انه ليست هناك قناعة بضرورة وجود تلك المنظمات أصلاً ولا برسالتها السياسية – التربوية في التصدي لمدارس العنف ونشر ثقافة التغيير السلمي. وبالعودة الى التقرير الشهير للتنمية البشرية في العالم العربي يتضح ان لمثل تلك المنظمات دوراً مركزياً في تغيير المناخ السلبي الذي يعيش في ظله المواطن العربي وبخاصة اشعاره بالكرامة وتحفيزه على الدفاع عنها. فهل تنزعج وزارات الداخلية العربية ممن يعمل لتقوية مناعة المواطن وتبصيره بحقوقه، علماً أن منظمات حقوق الانسان معروفة بحرصها الشديد على العمل في اطار القانون ومن داخل ضوابطه؟   ولقائل ان يقول « ليس هذا هو المأخذ عليها وانما نعيب على قادتها تلقي أموال من الخارج على نحو يضرب استقلالها ويحولها الى صدى للدعايات الخارجية المغرضة ». لكن أصحاب هذا الموقف يتناسون ان منظمات حقوق الانسان العربية لم تلقَ المساعدة من سلطات بلدانها وعوملت دائماً بمنطق الشك والاقصاء ان لم يكن بالملاحقة والتشهير. وكلما سعت المنظمات اليافعة الى جمع المال من المؤيدين والانصار، كي تمول نشاطها، سنت السلطات القوانين لحجب التبرعات عنها وردع المتبرعين مما جعلها مضرب مثل في الفقر وضيق ذات اليد وبعد ذلك يعاب عليها قبول دعم مالي من منظمات غير حكومية في الخارج مع ان الجمعيات والهيئات العربية « المنسجمة » تتلقى من مؤسسات أوروبية وأميركية أضعاف أضعاف ما يعرض على المنظمات الأهلية من دون أن يثير ذلك غيرة او حسرة على ضياع « استقلال القرار ».   الثابت ان المجتمعات العربية تريد الديموقراطية وان اميركا، وفي درجة اقل اوروبا، تسعيان الى الاستفادة من صناعة الديموقراطية للعب دور في التطور الداخلي. لكن لو وجد لدى النخب الحاكمة ادراك لحيوية هذه المسألة لكفّت عن التعاطي مع المنظمات الاهلية والاحزاب بمنطق شرطة السير ولأقلعت، ربما، عن محاولات حقنها بنقص المناعة أملاً بإضعافها فيما هي تضعها في موقع الحاجة للدعم الخارجي.   (المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 20 أكتوبر 2003)   


 

 

Restrictions des libertés dans le monde arabe après le 11/9, selon l’Onu

AFP, le 20.10.2003 à 11h10

 

Par: Randa HABIB

 

            AMMAN, 20 oct (AFP) – Le deuxième rapport sur le Développement  humain dans le monde Arabe (RDHA), diffusé lundi à Amman, accuse  certains régimes arabes d’avoir pris prétexte de la situation qui a  suivi les attentats du 11 septembre 2001 pour restreindre les  libertés civiles et politiques.

             « Après les événements sanglants du 11 septembre 2001 (…) un  certain nombre de pays ont adopté des réglementations et des  politiques extrêmement sévères dans le cadre de ce qu’on appelle la  +guerre contre le terrorisme+ », écrit ce rapport 2003, établi par le  Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) et le Fonds  arabe pour le développement économique et social.

            « Mais les conséquences les plus désastreuses de l’adoption de  réglementations (…) sont dans certains pays arabes où les  autorités ont pris prétexte de la situation pour faire de nouvelles  lois restreignant les libertés civiles et politiques », ajoute le  rapport rédigé par des penseurs et universitaires arabes en  collaboration avec l’Onu.

            Le rapport souligne que les pays arabes ont « adopté une  définition très large du terrorisme, qui a trouvé au niveau arabe  une expression institutionnelle dans le +Protocole arabe de lutte  contre le terrorisme+ ».

            Cette politique a été critiquée par les défenseurs des droits de  l’Homme pour qui « cette définition très large du terrorisme peut  être utilisée de façon plus que douteuse et servir pour autoriser la  censure », ajoute le rapport.

            Ainsi, cette politique « ne prohibe ni les arrestations  arbitraires ni la torture, elle ne permet pas de recours légal  contre une arrestation et ne respecte pas la vie privée », explique  le RDHA.

            Le rapport se penche également sur la situation dans les  territoires palestiniens et en Irak.

            « Entre septembre 2000 et avril 2003, les forces d’occupation  israéliennes ont tué 2.405 citoyens palestiniens et en ont blessé  41.000 autres. La plupart des tués (80%) sont des civils, dont une  importante proportion d’enfants (20%) », indique le rapport.

            Il souligne par ailleurs la nécessité de « mettre un terme à  l’occupation de l’Irak, de rendre au pays ses richesses et  d’installer un pouvoir compétent et représentatif de l’ensemble du  peuple irakien, qui veillerait à la reconstruction de l’Irak et au  développement humain ».

            Le rapport relève en outre que « le défi du développement, pour  lequel il faudrait combler des lacunes dans les domaines du savoir,  de la liberté et de la condition féminine, reste extrêmement  difficile à relever », dans la région.

            Le RDHA insiste sur le fait que la religion musulmane « encourage  le savoir, malgré des interprétations hostiles au développement » et  constitue une base pour une prospérité économique à long terme.

            Il fait état d’une « alliance qui s’est formée entre des systèmes  de gouvernement coercitifs et un groupe de savants musulmans  conservateurs » et qui « a produit des interprétations servant les  intérêts des gouvernements mais hostiles au développement humain ».

            « Dans les pays arabes, l’autorité politique apporte son soutien  au modèle d’organisation du savoir qui convient le mieux à ses  orientations et à ses objectifs politiques et, bien entendu, combat  les modèles qui s’y opposent », dit le rapport.

            Le « savoir est un devoir sacré » et il appartient pour cela aux  Arabes de « réformer les structures (économiques et sociales) pour  que leur communauté occupe enfin la place qui lui revient dans le  monde en ce début de millénaire », conclut-il.


Journée de la République (en Turquie): controverse autour du voile islamique

AFP, le 20.10.2003 à 12h56

 

   

            ANKARA, 20 oct (AFP) – Une invitation du chef de l’Etat turc  Ahmet Necdet Sezer priant les députés de participer à une réception  officielle à l’occasion de la fête nationale, le 29 octobre, a  provoqué une controverse autour du voile islamique dans ce pays  musulman au régime strictement laïque.

            Le président a expressément omis d’inviter les épouses dans les  invitations adressées aux députés du parti de la justice et du  développement (AKP, issu de la mouvance islamiste, au pouvoir).

            Nombre des femmes de députés de l’AKP, notamment celle du  Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, sont voilées et ne peuvent se  présenter dans cette tenue à des réceptions officielles.

            Les invitations adressées aux députés du principal parti  d’opposition pro-laïque au Parlement, le CHP (parti républicain du  peuple), mentionnent en revanche les épouses, selon la presse.

            Certains dirigeants de l’AKP n’ont pas hésité à crier au  scandale en raison de cette attitude de M. Sezer, fervent défenseur  des principes laïques.

            « Je dénonce cette discrimination. Cette fête appartient à tout  le monde », a lancé Salih Kapususz, vice-président du groupe  parlementaire AKP, cité par l’agence Anatolie. « Il s’agit d’une  attitude erronée, ce n’est pas chic ».

            Le chef du parlement Bulent Arinc, membre influent de l’AKP,  dont la femme voilée a été dans le passé au centre de plusieurs  controverses, a souligné qu’il se rendrait à la soirée pour marquer  le 80ème anniversaire de la proclamation de la république de  Turquie, fondée en 1923 sur les ruines de l’empire ottoman.

            Un autre député de l’AKP, Mahmut Kocak, a pour sa part menacé de  braver les interdictions, affirmant qu’il se rendrait à la réception  accompagnée de sa femme voilée, « même si elle est refoulée à la  porte ».

            L’armée turque, qui se proclame la gardienne des principes  laïques, et la hiérarchie pro-laïque considèrent le port du foulard  — strictement interdit dans la fonction publique et les universités  — comme un signe ostensible de soutien à l’islam politique.

 


 

Le voile qui dévoile !

Par: Yacine Saadi

Les voies de l’intolérance sont insoupçonnables, l’ignorance et les carences intellectuelles qui caractérisent le débat actuel sur le voile « islamique » témoignent d’une poussée inquiétante d’un racisme feutré, emballé dans les draps de la laïcité.

Vouloir interdire le port du voile dans les établissements scolaires par la force de la loi est un aveu d’échec.

En premier lieu c’est l’échec de l’intégration des populations musulmanes qui est dû à l’histoire complexe et tumultueuse de la première génération d’immigrés, sans instruction, souvent illettrés. Parqués dans des ghettos urbains à la lisière de villes, exclus de la vie culturelle et politique du pays d’accueil.

la pratique de la religion en milieu clos et l’enseignement de l’islam administré par des imâms auto- proclamés sans formation adéquate, souvent archaïque a favorisé la greffe du discours rigoriste importé par des étudiants à la fin des années soixante.

C’est dans ces conditions que les parents ont transmis leur héritage religieux aux enfants, un héritage plus rituel que spirituel.

A la pratique presque honteuse pour ne pas dire clandestine de la religion par les aînés, les jeunes eux sont plus revendicatives et prosélytes.

Le voile est l’expression visible d’une mémoire enfouie et non assumée. La question du voile « islamique » a le mérite de nous ouvrir les yeux sur une réalité terrible, les champs de réflexion sont en jachère, les intellectuels tétanisés par les grands bouleversements qui ont transformé le monde, n’arrivent plus à penser une grille de lecture à travers laquelle les masses interprètent les nouveaux courants qui traversent la société.

L’émergence de la « pensée réalité » à l’instar de la « TV réalité » nous privent des outils de la compréhension et du recul nécessaire pour décoder des sujets aussi complexes que la question du voile. Cela nous oblige à trancher dans le vif, sans chercher les paramètres sociaux psychologiques et les références religieuses. Le seul point communs entres les tenant d’un islam talibanisé et les défenseurs d’une laïcité rigide, c’est l’exclusion !

Le débat est biaisé d’avance, les extrémistes des deux bords ont pris la décision de penser à la place des jeunes filles, sans tenir compte de leur avis, ni respecter la notion fondamentale du libre arbitre, « reconnu » par les deux écoles antagonistes.

Les laïcistes extrémistes focalisent leur attention sur le fichu qui couvre la tête de certaines jeunes filles pour mieux jeter un voile sur une réalité plus grave et beaucoup plus urgente à régler, le problème du racket, de l’échec scolaire, tabagisme et toxicomanie, violence à l’égard des élèves et des professeurs, l’absentéisme … !

En cette période trouble, idéologiser le débat sur le foulard « islamique » c’est prendre le risque de renforcer les prophètes de la guerre de civilisation, et donner du grain à moudre aux fondamentalistes qui ne voient en l’occident que les visées colonialistes.

Plusieurs enquêtes réalisées par des magazines et des journaux assez sérieux ont démontré que dans la plupart des cas, les jeunes filles concernées par l’affaire du voile l’ont adopté sans contrainte, ni pression du milieu familial, contrairement à une idée assez répondue, souvent les filles font ce choix malgré les réserves voir l’hostilité des parents, parfois par réaction au rejet injustifié de la société d’accueil, par provocation ou pour exprimer un mal de vivre.

La théorie selon la laquelle la communauté musulmane en France est travaillée par une force occulte liée à l’intégrisme islamiste dont le voile est la partie émergente de l’iceberg, avec le risque de voir des légions de jeunes basculés dans les bras des djihadistes et de menacer les fondements de la République, n’est qu’un fantasme aux relents racistes en vogue depuis le 11 septembre. Alors que souvent les fondamentalistes sont accusés par leurs adversaires de vouloir régenter la vie privée des gens. Il est étonnant de voir une question d’ordre strictement personnel et privé, à savoir le choix de porter le voile ou non, se transformer en un enjeu politico-médiatique qui occupe totalement l’espace du débat.

Il se trouve qu’il y ait une explication assez rationnelle à ce phénomène spécifique à la France. Les laïcistes de gauche en panne de projet et de sujet de réflexion, essaient de s’inventer des causes mobilisatrices pour combler la faillite intellectuelle et stopper la transhumance des « intellectuels » vers les sentiers du libéralisme triomphant, leur alter ego de droite souvent issue des cercles à la périphérie de l’extrême droite xénophobe surfent sur la vague ascendante.

Yacine Saadi Consultant International

(Source : www.oumma.com, le 20 octobre 2003)

Accueil

 

Lire aussi ces articles

17 avril 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2520 du 17.04.2007  archives : www.tunisnews.net C.R.L.D.H. Tunisie: Des violations caractérisées,

En savoir plus +

15 janvier 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2429 du 15.01.2007  archives : www.tunisnews.net Vérité-Action: Le cycle de la

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.