19 avril 2001

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 349 du 19/04/2001

 

 .

LES TITRES DE CE JOUR:
  1. EXCLUSIF:

    LA RUMEUR POPULAIRE PERSISTE…& KALLEL ENCORE…

  2. MAGHREB CONFIDENTIEL :TUNISIE TRAFIC DE DEVISES ?
  3. موقع إخباري عربي يؤكد أن لجنة من الخبراء القانونيين تضع اللمسات الأخيرة على تحوير الدستور

  4. C.H.R.Tunisia: A TOUSAND POLITICAL PRISONERS LAUNCH A HUNGER STRIKE IN TUNISIA’S PRISONS
  5. AU MAROC COMME EN TUNISIE: LES ISLAMISTES ONT ILS LE DROIT D’EXISTER LEGALEMENT COMME TOUS LES AUTRES COURANTS POLITIQUES?

   

Exclusif


LA RUMEUR POPULAIRE PERSISTE…

Les rumeurs circulent toujours concernant le désaccord de Ben Ali avec Leila Trabelsi. Ainsi on murmure à tunis qu’il a fait le voyage en Turquie pour l’amener de force.

Ensuite, il a invité le président syrien ainsi que sa femme (peu améne à se montrer en public..) pour « démentir »  les rumeurs concernant leurs différends.

Les rumeurs courent toujours pour dire qu’il l’a répudiée et qu’il s’est re-re..marié encore.

Cette fois, il paraît qu’il s’agit d’une fillette de l’âge de sa petite fille (17 ans ! ) originaire de Beni Khalled !!!!!

 

.. ! feuilleton à suivre ..è 


KALLEL ENCORE…

On apprend de source sure, que la fuite de KALLEL de la Suisse a été organisée grace à la falsification de documents.

Kallel a pu quitter le territoire helvétique comme tout le monde mais avec un passeport bien falsifié !  D’ailleurs, on connaît bien la maîtrise des responsables  tunisiens  dans l’art  de la falsification ( des procès anti-islamistes, anti-ONG…, des résultats des  votes , des documents d’exportation fer forgé / tabac …) .

De toute façon, il paraît qu’il se trouve actuellement dans un état grabataire

 
MAGHREB CONFIDENTIEL N°507 du 19/04/2001

TUNISIE TRAFIC DE DEVISES ?

La Banque centrale et la douane tunisiennes enquêtent sur une évasion massive de devises par des banques de la place. Les autorités s’inquiètent de « l’exportation » à l’étranger des précieuses subventions accordées aux entreprises exportatrices
 

 
موقع إخباري عربي يؤكد أن لجنة من الخبراء القانونيين تضع اللمسات الأخيرة على تحوير الدستور!


 

تونس: بن على رئيسا مدى الحياة

تونس – محيط:

 شكلت شخصيات مقربة جدا من الرئيس التونسى زين العابدين بن على لجنة قانونية لتعديل الدستور بما يسمح للرئيس بالبقاء فى الرئاسة مدى الحياة حسبما ذكرت مصادر تونسية مطلعة لموقع القناة الاخباري.

وقالت المصادر المقربة من اللجنة القانونية التى تم تشكيلها قبل عدة أيام فى سرية تامة من قانونيين برئاسة الجمهورية وعدد من أساتذة كلية الحقوق من أعضاء حزب التجمع الدستورى الحاكم عقدت بالفعل أول اجتماع لها قبل يومين للبحث فى تعديل بعض الفقرات بالدستور والتى تسمح للرئيس بن على بولاية رابعة وربما ولايات أخرى حيث يسمح الدستور الحالى بالتجديد لولاية ثالثة فقط بعد الولايتين الأولى والثانية وهو ما ينطبق على الرئيس بن على، حيث تنتهى ولايته الثالثة والأخيرة عام 2004 طبقا للدستور الحالى.

وتشير المصادر إلى أنه عندما بدأ اجتماع اللجنة الأول والذى عقد برئاسة شخصية قانونية مقربة من الرئيس بن على، فوجئ الحضور بأحد أساتذة كلية الحقوق وهو عضو بالتجمع الدستورى الحاكم ويكتب بصفة ثابتة فى عدد من الصحف التونسية خاصة الناطقة بالفرنسية، يوزع عليهم نسخا من الدستور ويطلب منهم مراجعة فقرة واحدة فى أحد البنود قائلا  » .. فى هذه الفقرة مربط الفرس  » . وتوضح المصادر أن أستاذ القانون استدرك قائلا باللهجة التونسية  » لا توجد بارشا حاجات للتغيير  » وأضاف  » هى فقرة واحدة وبمعنى آخر كلمة واحدة وينتهى كل شىء  » مشيرا إلى أنه بدلا من ( ويسمح الدستور للرئيس « بولاية  » أخرى عقب الولايتين الأولى والثانية ) تصبح الفقرة ( ويسمح الدستور للرئيس « بولايات  » أخرى عقب الولايتين الأولى والثانية ) .. أى تستبدل كلمة  » بولاية  » .. بكلمة  » بولايات  » .
وأشارت المصادر إلى أن أعضاء اللجنة أبدوا سعادتهم بفكرة الفقيه القانونى باعتبارها مخرجا يتيح ما تشكلت اللجنة من أجله بأقل قدر من التعديل فى الدستور خشية إثارة المعارضة ومنظمات المجتمع المدنى .
وتوضح المصادر أن اللجنة ستعرض ما توصلت إليه على الرئيس بن على وبعد موافقته ستبدأ حملة إعلامية مكثفة لتهيئة الرأى العام للتعديل وذلك تحت شعار الحفاظ على الاستقرار فى ظل الظروف الحالية وخشية وصول الإسلاميين للحكم، وبعد ذلك ستحمل التعديلات إلى مجلس النواب الذى سيقرها ثم يطرحها على الشعب فى استفتاء عام ليشارك الرئيس بن على مرشحا فى انتخابات 2004.

(المصدر موقع محيط الاخباري: www.moheet.com)

 

 

Campaign for Human Rights in Tunisia
  For a Tunisia free of torture and oppression
e-mail : mail@chrtunisia.org


 A TOUSAND POLITICAL PRISONERS LAUNCH A HUNGER STRIKE IN TUNISIA’S PRISONS 

Over one thousand political prisoners remain in Tunisia’s prisons for over a decade. Most of these prisoners are affiliates of An-Nahdha movement of Tunisia, who have been subjected to a slow death policy inside prisons and detention centers lacking in the most elementary requisites for human life. As a result, they have fallen prey to a wide range of severe physical conditions and chronic disabilities such as asthma, allergies, heart disease, high blood pressure.. etc.

And in an attempt on their part to draw the attention of local and international public opinion to their ongoing plight, and highlight the cruel forms of repression and tyranny to which they are subjected, they have resolved to launch a hunger strike on April 15th, 2001. At the forefront of this campaign inside prisons are An-Nahdha’s political leaders most of whom have been in solitary confinement for over a decade, including the engineers Ali Larayedh and Hamadi Jebali, Dr. Sadok Chourou, Sheikh Habib el-Louz and Mohammed Akrout. Various Tunisian prisons are taking part in this strike including Al-Mahdia and 9 Avril prisons.

It is worth noting that a number of former prisoners of conscience, who had been victims of this slow death policy have lost their lives inside detention centers and prisons either under torture, or due to negligence and absence of any health care; martyrs of the likes of Mr. Suhnoun al-Jouhri, the human rights activist and former member of the Tunisian Human Rights League, Mr. Abd al-Raouf Laribi the former Legislative Council member, MR. Mabrouk Zran the former member of Secondary School Teachers Union, Mr. Ali Nouir, Ismail Khemira, Fethi Khiari, Faysal Barakat, to name but a few.

In view of the gravity of the situation, the Campaign for Human Rights in Tunisia:

1- appeals to humanitarian and human rights’ organizations as well as to all those of free consciences to intervene on the side of the strikers and exercise pressure on the Tunisian authorities to release them unconditionally.

2. reiterates its demand for a general amnesty to purge all Tunisian prisons of prisoners of conscience, and compensate victims of oppression for all emotional and physical damages.

3- calls upon the Tunisian authorities to stop its torture and harassment of citizens and put an end to its repressive brutal practices, in conformity with the international treaties and declarations of which it is a signatory.

18-04-2001

 
AU MAROC COMME EN TUNISIE, LA QUESTION FONDAMENTALE RESTE POSEE:

LES ISLAMISTES ONT ILS LE DROIT D’EXISTER LEGALEMENT COMME TOUS LES AUTRES COURANTS POLITIQUES?

THIS IS THE « BIG » QUESTION!

LE DERNIER EXEMPLE VIENT DE RABAT..

 

Le site Internet d’un journal islamiste bloqué



Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, Ahmed Midaoui, Reporters sans frontières (RSF) a protesté contre le blocage du site Internet de l’hebdomadaire Rissalat Al Foutouwa (www.fotowa.com), organe de la section estudiantine de l’association islamiste Al-Adl Wal Ihsane (Justice et Spiritualité). Robert Ménard, secrétaire général de RSF, a demandé au ministre de l’Intérieur de « lever les mécanismes de blocage qui pèsent sur le site ». « Après avoir saisi ce journal de tendance islamiste début avril, les autorités marocaines s’en prennent désormais à son site. C’est d’autant plus regrettable que, jusqu’à présent, le Maroc était connu pour n’imposer aucune restriction concernant l’accès à Internet » a-t-il ajouté.

Pour Reporters sans frontières, la liberté de la presse s’applique à tous les médias quelle que soit leur orientation politique ou religieuse tant qu’ils ne diffusent pas des propos racistes, discriminatoires ou n’appellent pas à la violence. L’organisation a également demandé au ministre d’intervenir pour que cessent les pressions auprès des imprimeries et des distributeurs sollicités par les publications d’Al-Adl Wal Ihsane.

Selon les informations recueillies par RSF, l’accès, depuis le Maroc, au site Internet de l’hebdomadaire Rissalat Al Foutouwa (www.fotowa.com), est rendu impossible depuis le début du mois d’avril. Le 6 avril 2001, les autorités avaient déjà saisi le numéro 34 de l’hebdomadaire. Cette mesure a été effectuée sans qu’aucune explication ne soit fournie aux responsables du journal. Mohamed Aghnaj, directeur de publication de Rissalat Al Foutouwa, détient pourtant un récépissé en bonne et due forme, daté de février 1999, l’autorisant à éditer son journal. Depuis novembre 2000, l’hebdomadaire doit faire face aux refus des imprimeries et des distributeurs de mettre sous presse et diffuser Rissalat Al Foutouwa qui, d’après Mohamed Aghnaj, ont reçu des « instructions d’en haut ». Suite à ces différentes pressions, la direction du journal a été contrainte d’assurer, par ses propres moyens, l’impression et la distribution du journal. Mais mi-avril, elle se résoud à interrompre la publication de Rissalat Al Foutouwa.

De son côté, l’hebdomadaire Al-Adl Wal Ihsane, organe de l’association du même nom, ne paraît plus depuis un an suite également à des pressions exercées par les autorités sur les imprimeries et distributeurs. Le site Internet de l’association (www.aljamaa.org), ainsi que celui du Cheikh Abdesselam Yassine (www.yassine.net), chef de l’association islamiste, sont également bloqués.

Source: www.rsf.fr

http://www.rsf.fr/html/mo/cplp01/lp01/190401.html
 


Le Maroc chasse les islamistes de la Toile

par Eric Mugneret
mis en ligne le 18 avril 2001

Les autorités marocaines auraient bloqué l’accès à deux sites créés par le principal mouvement islamiste du pays.

 
Aljamaa.org et yassine.net ne répondent plus. Les deux sites ont été créés en août dernier par l’association islamiste Justice et bienfaisance et sont hébergés sur des serveurs situés hors du Maroc. Selon les informations collectées par transfert.net auprès d’internautes, il est impossible de s’y connecter depuis des machines localisées au Maroc. En revanche, ces deux urls restent accessibles depuis l’étranger. Un internaute marocain précise qu’il a réussi à accéder à l’une des pages web en passant par un site qui permet de modifier son adresse IP (du type anonimyzer.com). Cette manipulation technique rendant impossible toute identification de la provenance de la requête d’un internaute, on peut ainsi contourner les filtres installés par les fournisseurs d’accès locaux. Selon un journaliste marocain, « l’hypothèse d’un blocage émanant du ministère de l’Intérieur n’est pas à exclure« .

Solide ancrage
Bien que ce ne soit pas un parti politique, l’association (non reconnue, mais tolérée au Maroc) constitue le principal mouvement islamiste au Maroc. Créée en 1979 par Cheikh Abdesselam Yassine, elle contrôlerait près de 700 « associations sœurs ». L’organisation bénéficie d’un solide ancrage dans la société par un investissement du secteur social et culturel. Notamment en développant, sur le terrain, des actions caritatives. Le blocage sur la Toile des vitrines du mouvement islamiste pourrait être le signe d’un durcissement du royaume chérifien vis-à-vis des thèses islamistes. Il y a dix jours, l’hebdomadaire islamiste Rissalat Al-Fotouwa, organe de la section estudiantine de l’association Justice et bienfaisance, avait été saisi sur ordre du ministère de l’Intérieur. Un hebdomadaire que l’on retrouve justement dans la série de liens proposés par yassine.net.

Relations conflictuelles
Le site publie une grande partie des écrits du leader islamiste marocain, libéré en mai 2000 après dix de résidence surveillée. Cheikh Yassine y expose notamment ses relations conflictuelles avec la monarchie chérifienne. L’autre site bloqué est celui de l’association elle-même, aljamaa.org. « Internet est très important pour notre mouvement. Surtout parce que plusieurs de nos publications ont été interdites au Maroc. Internet nous permet de les publier. Mais c’est aussi un des outils que nous utilisons pour se contacter entre militants et avoir une visibilité sur la scène internationale« , explique Fatallah Arsalan, porte-parole de Justice et bienfaisance, interrogé par Transfert.net. Ce dernier dénonce notamment, dans un communiqué officiel, « une atteinte à la liberté et au droit d’expression« . Aucun officiel du gouvernement marocain n’a pu être joint pour répondre à nos questions.

Source: www.transfert.net

http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_rub=87&idx_art=5241

 
Liste publiée grâce à l’aide excquise de l’association :
Freedoms Friends  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail athttp://www.hotmail.com.

Yahoo! Groups Sponsor
www.debticated.com

To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

Accueil

Lire aussi ces articles

6 avril 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 6 ème année, N° 2145 du 06.04.2006  archives : www.tunisnews.net Vérité-Action: Grève de la faim

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.