19 janvier 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

8 ème année,N° 3163 du 19.01.2009

 archives : www.tunisnews.net  

Reporters sans frontières: Tunisie : Un magazine censuré pour avoir évoqué les revenus du chef de l’Etat Hend Harouni : Mon frère Abdelkarim Harouni est assigné à résidence Abdelkarim Harouni: Preventing me from participating in the march of solidarity with Gaza AFP: Tunisie: 26 disparus dans le naufrage d’une barque de migrants clandestins AP: Tunisie: naufrage d’un bateau de clandestins AP: Tunisie: manifestations contre l’offensive israélienne à Gaza AP: Manifestation pro-palestinienne à Tunis Tunisia Watch: Tunisie : Autorisation de marches indépendantes de solidarité avec Gaza ATS: Tunisien condamné avec sursis par la justice bernoise AFP: Christian Ganczarski: itinéraire d’un « admirateur » des talibans AFP: Italie/crash ATR-72 tunisien: le parquet requiert jusqu’à 12 ans de prison Le Temps Lundi: Mustapha Ben Jaâfar :  » Nous ne jouerons pas la carte de la  » victimisation «  » Le Temps : Livres: Ahmed Ben Salah « pour rétablir la vérité » – Parler sans rompre le silence Le Temps Lundi : T’SAHAL – BHL : Prix Nobel AFP: Le Hamas affirme que sa capacité à frapper Israël n’est pas amoindrie AFP:Le Hamas affiche son autorité à Gaza, visite attendue de Ban AFP: La Turquie appelle à ne pas marginaliser le Hamas RAP 21: La presse indépendante en Algérie : Une cible permanente Sami Ben Abdallah: 100% Gaza. 0% langue de bois


Liste actualisée des signataires de l’initiative du Droit de Retour : http://www.manfiyoun.net/fr/listfr.html Celles et Ceux qui veulent signer cet appel sont invités à envoyer leur: Nom, Pays de résidence et Année de sortie de la Tunisie sur le mél de l’initiative : manfiyoun@gmail.com

Tunisie :

Un magazine censuré pour avoir évoqué les revenus du chef de l’Etat

 
Le 14 janvier 2009, les autorités tunisiennes ont interdit la diffusion du dernier numéro du magazine Chebab ‘Ashrin sans explication officielle. Or ce numéro 37 du mensuel émirati comprend notamment un article sur les revenus des principaux leaders arabes, dont le président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali. Reporters sans frontières condamne ces pratiques devenues malheureusement courantes en Tunisie ; mesures qui visent à censurer tout sujet politiquement sensible ou dérangeant pour les autorités politiques en exercice. (Source : Le site de « Reporters sans frontières » le 14 janvier 2009) http://www.rsf.org/article.php3?id_article=30005


Communiqué urgent

Mon frère Abdelkarim Harouni est assigné à résidence

 

Tunis, le 17 janvier 2009 Aujourd’hui, vers dix huit heures et pour la deuxième fois, la police politique a interdit à mon frère Abdelkarim de sortir de la maison pour se rendre à Tunis en raison de l’existence de directives visant à l’assigner chez lui. Mon frère Abdelkarim se rendait à la conférence organisée les 16 et 17 janvier par l’Institut Arabe des Droits de l’Homme dans un hôtel de la capitale sur le sujet : l’Ijtihad, les droits de l’homme et la démocratie, quel rapport ? Rappelons que mon frère s’était vu interdire ce matin de sortir de la maison pour participer à la marche organisée par l’Union Générale Tunisienne du Travail dénonçant l’agression sioniste sur Ghazza et en solidarité avec le peuple palestinien assiégé, pour résister à l’agression, lever le blocus et décider de son destin. Hend Harouni Source : Tunisnews du 17 janvier (traduction ni revue ni corrigée par l’auteure de la version en arabe, LT)


 

-Translation from Arabic to English by Hend Harouni-

 

In the name of Allah, Most Gracious, Most Merciful. And Prayer and Peace Be Upon our Prophet Muhammad and All His Family and Companions

Urgent Release The imposition of house arrest on Abdelkarim Harouni

Tunisia on 17.1.2009-20 Muharram 1430

Today at about six o’clock in the evening and for the second time, the political police prevented my brother Abdelkarim in front of our house to go to Tunis, under the pretense of given instructions saying that he must remain at home, my brother Abdelkarim was on his way to attend a symposium organized by the Arab Institute for Human Rights held on 16 and 17 January 2009 in one of the hotels of the capital on the theme : diligence and human rights and democracy any relationship?.

As a reminder, my brother Abdelkarim was also prevented this morning to get out of the house to participate in the march organized by the UGTT (Tunisian General Union of Workers ) to condemn the zionist  aggression on Gaza and express his solidarity with the besieged steadfast resistant Palestinian people for  repelling aggression, lifting the siege and deciding for self-destiny. Hend Harouni

 


 

In the name of Allah, Most Gracious, Most Merciful. And Prayer and Peace Be Upon The Sincere and Trustee Prophet Muhammad Preventing me from participating in the march of solidarity with Gaza

Tunisia, on 17 January 2009 – 20 Muharram 1430

ALLAH The Almighty said : Allah will not leave the believers in the state in which ye are now, until He separates what is evil from what is good nor will He disclose to you the secrets of the Unseen.

Surah 3.179. Al ‘Imran (The Family Of ‘Imran, The House Of ‘Imran)

 

This morning and when I got out of the house to go to participate in the march organized by the UGTT (Tunisian General Union of Workers ) to condemn the savage zionist aggression on Gaza and for solidarity with the besieged Palestinian people and his persistent and courageous resistance fighters, I found waiting for me, a number of the political police people who asked me:  » Mr Abdelkarim, where are you going?  » I replied :” I will not answer to this question” and asked them why you are asking this question, they responded that they have instructions for me to stay at home and that they were obliged to implement them, which I considered as a ruling on house arrest and a serious assault on my freedoms of movement, expression assembly and peaceful demonstration.

I expressed to them my disappointment and my pain to be prevented in my country without any right from defending the Palestinian people and Gaza and told them that those who gave you these instructions are wrong in their conduct and also abuse the reputation of the country, it is a shame that Tunisia remains an exception where the assemblies  and  marches in solidarity with the Palestinian people are prohibited contrary to what the Arab and Islamic worlds and all the world know  as  considerable and continuous  movements to defend Gaza, they said that the heart solidarity is enough, so I said, we are able to do  more than heart solidarity, including demonstrations in the street and they also said that Tunisia is better than other Arab countries who have relations with Israel, I said this is true, but in these countries there is a big popular movement against the zionist enemy better than Tunisia and  I asked them why are you afraid of demonstrations in Tunisia and look for  preventing them by force .

So, they replied that they are afraid of  infiltration of sabotage elements within the marches, so I said to them that this fear is misplaced and means a grave police obsession that made  the presence of the police force in the march, be more than the number of participants and that in reality the demonstrators come to express their solidarity with the Palestinian people and do not allow anyone to turn the point of the march or attack public properties, and do not wait for that to  use police forces either and marches that took place in Tunisia have proved in their small number and out of Tunisia in their big number that they were far from any excess or sabotage, then I asked them, is it for your benefit the image that was constituted of the security men who repress their people for their solidarity with Gaza and the state is that the police man himself is in solidarity with the Palestinian people and if allowed he will participate in the marches.

After that, I came back home and our house remained under siege by three political police cars and I feel great bitterness because I am not only deprived from participating with my people in solidarity with our people in Gaza, but also for the extent that my country has reached under the manipulation of the police mentality in dealing with the political and social issues of the society and even those of the nation on top of which comes the Palestinian cause.

From inside this siege, I send my salutation to  the besieged Palestinian people in Gaza and pray for ALLAH’s Mercy to be on the righteous martyrs and express my solidarity with the prisoners and detainees in occupation prisons and support the free resistants and I call upon my people in Tunisia to more effective and peaceful action along with their brothers in the Arab and Muslim countries for stopping  the aggression on Gaza , withdrawing of occupation forces, opening of the crossings , lifting of the siege , respect of the right of the Palestinian people forself-destiny and to freely choose who represent them without  trusteeship or bargain and breaking off relations with the zionist entity and stop all forms of normalization with him and working for bringing war zionists criminals to court.

ALLAH The Almighty said :and defend themselves only after they are unjustly attacked. And soon will the unjust assailants know what vicissitudes their affairs will take!.

Surah 26. 227. Ash-Shu’ara'(The Poets)

 

From inside the siege: Abdelkarim Harouni


 

Tunisie: 26 disparus dans le naufrage d’une barque de migrants clandestins

TUNIS – Vingt-six personnes sont portées disparues et neuf autres ont été secourues après le naufrage, près de Tunis, d’une barque de migrants clandestins vers l’Italie, a appris l’AFP auprès des autorités locales. La barque a fait naufrage dans la nuit de dimanche à lundi avec 35 migrants à bord, tous des Tunisiens clandestins, selon la même source. Parmi les rescapés, cinq ont regagné la côte à la nage et quatre autres ont été repêchés en mer à quelques kilomètres au large de la Marsa, en banlieue nord de Tunis, a-t-on ajouté de même source. Un responsable interrogé par l’AFP a confirmé la seule présence de cinq rescapés parmi « un groupe de personnes ayant tenté d’émigrer illégalement à bord d’une barque ». Ces rescapés ont affirmé aux autorités que leur embarcation avait chaviré dans la nuit de dimanche à lundi, selon ce responsable s’exprimant sous couvert d’anonymat. Des recherches menées en mer par hélicoptère et avec des unités de la marine et de la protection civile se poursuivaient lundi après-midi, a-t-il indiqué. Le littoral méditerranéen des pays du Maghreb sert de point de départ aux migrants clandestins cherchant à gagner le sud de l’Europe, souvent via les îles du sud de l’Italie. (©AFP / 19 janvier 2009 16h00)


Tunisie: naufrage d’un bateau de clandestins

THE ASSOCIATED PRESS 19 janvier 2009 12:15 TUNIS – Une embarcation transportant plus de 30 migrants clandestins a fait naufrage par mauvais temps au large de Tunis dans la nuit de dimanche à lundi, a-t-on appris de sources concordantes. Les autorités de la cité de La Marsa, une station balnéaire située à environ 20km au nord de Tunis, ont été alertées lundi matin par cinq rescapés qui ont réussi à gagner à la nage la côte. On ignore le nombre de victimes, leur(s) nationalité(s) et les causes du naufrage. Les recherches, menées par un hélicoptère militaire et des vedettes de l’armée et de la garde nationale ainsi que des plongeurs de la protection civile, n’ont permis jusqu’à présent de repêcher aucun autre migrant, vivant ou mort, selon les autorités. En dépit d’une surveillance renforcée, le littoral tunisien long de 1.300km sert de point de départ ou de transit de migrants clandestins maghrébins et d’Afrique saharienne en raison de sa proximité des côtes italiennes, notamment l’île de Lampedusa vers laquelle convergent la plupart des embarcations de migrants illégaux.

Tunisie: manifestations contre l’offensive israélienne à Gaza

ap Dimanche 18 janvier, 00h17 Des milliers de syndicalistes, défenseurs des droits de l’homme, artistes et autres représentants de la société civile tunisienne ont protesté samedi contre l’offensive israélienne et manifesté leur solidarité avec la population de Gaza. Organisée à l’appel de la centrale syndicale, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), une première marche a rassemblé dans la matinée quelque 4.000 manifestants qui ont parcouru pendant plus d’une heure l’avenue Mohammed V, l’une des principales artères de Tunis, sous une forte escorte policière. « Stop war against Gaza », « la normalisation (avec Israël) équivaut à un appui au sionisme », pouvait-on lire sur certaines banderoles, tandis que des slogans stigmatisaient « les régimes arabes, valets de l’impérialisme » aux cris de « honte à vous dirigeants (arabes), vous avez vendu Gaza pour des dollars ». Dans l’après-midi, plus de 2.000 défenseurs des droits de l’homme et autres cinéastes, musiciens, femmes et hommes de théâtre ont répondu à l’appel notamment de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), du Syndicat des journalistes tunisiens (SJT) et de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD) pour dénoncer « les crimes de l’armée israélienne à Gaza ». « Halte au génocide », « les femmes tunisiennes solidaires avec les femmes palestiniennes », « les criminels sionistes doivent être jugés par le Tribunal pénal international », lançaient les manifestant(e)s qui appelaient au boycott d’Israël. AP

Afrique Manifestation pro-palestinienne à Tunis

 
AP | 19.01.2009 | 17:05 De nouvelles manifestations de solidarité avec la population de la Bande de Gaza se sont déroulées lundi à Tunis pour réclamer notamment la réouverture des points de passages et la levée du blocus israélien, deux jours après la trêve des combats meurtriers et destructeurs dans l’étroit territoire palestinien. Pour l’opposant Néjib Chebbi, de telles mesures « sont aujourd’hui nécessaires pour acheminer l’aide alimentaire et les secours médicaux pour les milliers de blessés, et entamer la reconstruction de Gaza ». Quelque 2.000 militants de plusieurs partis de gauche dont le Parti démocratique progressiste (PDP), le Forum démocratique pour les libertés et le travail (FDLT) et le mouvement Ettajdid ont participé à une marche au centre de la capitale tunisienne quadrillée par les forces de sécurité. Plusieurs dirigeants du mouvement islamiste interdit Ennahdha, dont Ali Larayedh, ont été empêchés de se joindre au cortège, selon les organisateurs. Plusieurs slogans dans la manifestation stigmatisaient les régimes arabes « complices de l’agression » israélienne dans la Bande de Gaza et qualifiés de « valets des Américains ». « C’est révoltant d’assister impuissants devant la division du monde arabe », s’est exclamée l’universitaire Khadija Chérif, imputant cet état de fait à « l’absence de démocratie dans les pays arabes ». Cette dirigeante de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), une organisation laïque, a estimé qu’il n’y avait « pas de prise de conscience régionale, voire internationale, et que, finalement, l’opinion s’est rangée du côté des islamistes, le Hamas en tête, qui sont sortis gagnants de cette épreuve ». « Ce n’est pas bon pour nous », s’est-elle désolée. AP


Tunisie : Autorisation de marches indépendantes de solidarité avec Gaza

Depuis le déclenchement de la guerre israélienne contre les palestiniens à Gaza le 27 décembre dernier les autorités tunisienne ont opposés un refus catégorique à tous les initiatives de manifestations de solidarité présentés par la société civiles, les syndicats et les partis d’opposition et mobiliser la police pour bloquer toute tentatives de passer outre cette interdiction. Le dimanche 11 janvier le gouvernement a organisé une manifestation officielle conduite par le premier ministre et à laquelle été convié à participer les syndicats et les partis d’opposition pour contenir la pression.

La suite dramatique des événements à largement mobilisé la rue dans des marches spontanées de solidarité à Tunis comme à l’intérieure du pays. Des Etudiants, des lycéens ainsi que les syndicalistes et les avocats ont maintenu une pression quotidienne pour manifester leur solidarité bravant la répression et les dispositifs mis en place pour contenir leur mouvement.

Ce n’est qu’a quelques jours de la fin des confrontations que le ministère de l’intérieure à consentie à autoriser quelques manifestations indépendante de solidarité dans le pays. Ainsi le jeudi 15 jan 2009 une marche de solidarité avec le peuple palestinien à Gaza, a été organisée, par le conseil de l’ordre des avocats tunisiens, avec la participation de centaines d’avocats des différentes régions du pays, conduits par le bâtonnier, Me Béchir Essid et les membres du conseil de l’ordre. La marche a démarré devant le palais de la justice, à Bab Bnet, et s’est poursuivie tout au long de l’avenue 9 avril rapporte l’agence officielleTAP

Le samedi 17 jan 2009 matin, l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a organisé, une marche de solidarité à laquelle ont pris part les syndicalistes des différentes régions du pays, avec à leur tête, M. Abdessalem Jrad, secrétaire général de la centrale syndicale et les membres du Bureau exécutif, ainsi que les représentants des organisations syndicales, dans les cinq pays maghrébins. La marche a démarré devant la Bourse de travail, à Tunis, et s’est poursuivie tout au long de l’avenue Mohamed V et jusqu’au niveau de l’avenue Kheireddine Pacha.Rapporte l’agence aussi.

Le même jour à l’après-midi, une autre manifestation autorisée à été organisée par des associations indépendante de la société civile avec le syndicat des journalistes tunisiens. « Il s’agit du Syndicat National des Journalistes Tunisiens « SNJT », de l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates « ATFD », de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme « LTDH » et de l’Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement « AFTURD ». Cette manifestation a suivi un itinéraire en boucle. Elle a pris son départ devant le siège du SNJT sur l’avenue des Etats-Unis. Elle a suivi l’avenue Taïeb Mhiri, la place Pasteur, l’avenue de la liberté et elle est revenue à son point de départ sur l’avenue des Etats-Unis. » D’après le journal « Le Temps »

Aujourd’hui, c’est au tour des Partis de l’opposition de manifester. Le Mouvement Tajdid, le PDP et le FDTL ont diffusé unappel commun pour une marche « autorisée » de solidarité avec le peuple palestinien de Gaza ce lundi 19 Janvier qui part de la rue Lumière à 11 heure. « Quelque 2.000 militants de plusieurs partis de gauche dont le Parti démocratique progressiste (PDP), le Forum démocratique pour les libertés et le travail (FDLT) et le mouvement Ettajdid ont participé à une marche au centre de la capitale tunisienne quadrillée par les forces de sécurité. Plusieurs dirigeants du mouvement islamiste interdit Ennahdha, dont Ali Larayedh, ont été empêchés de se joindre au cortège, selon les organisateurs » selon l’AP. (Tunisia Watch – Le 19 Janvier 2008)

(Source: « Tunisia Watch » le blog du juge Mokhtar Yahyaoui le 19 janvier 2009)


Scènes d’exécutions sur des sites islamistes

Tunisien condamné avec sursis par la justice bernoise

ATS, le 15 janvier 2009 à 15h41

Berne (ats) La Cour suprême du canton de Berne a condamné jeudi un Tunisien de 42 ans à 56 heures de travaux d’intérêt public avec sursis pour représentation de la violence. L’accusé a téléchargé puis stocké des vidéos d’exécutions depuis des sites islamistes. La plus haute instance judiciaire du canton n’a ainsi pas suivi le Tribunal d’arrondissement de Bienne-Nidau qui avait en mai 2008 acquitté le prévenu. Celui-ci avait affirmé qu’il avait enregistré ces scènes de décapitation pour répondre à un intérêt historique. Cette version n’a pas convaincu la Cour suprême qui a relevé que le Tunisien, islamiste convaincu, n’avait évoqué un intérêt soudain pour l’histoire qu’après trois ans et demi de procédure et à l’issue de son dernier interrogatoire. Auparavant, il avait affirmé avoir agi par curiosité. (Source : www.tsr.ch , le 15 janvier 2009)


Christian Ganczarski: itinéraire d’un « admirateur » des talibans

AFP, le 16 janvier 2009 à 18h21 Par Michel MOUTOT PARIS, 16 jan 2009 (AFP) – L’Allemand Christian Ganczarski, accusé de complicité dans l’attentat de la synagogue de Djerba en 2002, a retracé vendredi devant la cour d’assises spéciale de Paris son parcours de petit émigrant polonais germanophone, converti par hasard à l’islam, admirateur des talibans. Il est né en 1966 à Gleiwitz (Pologne) au sein de la communauté d’origine allemande. « Mes parents étaient persécutés sur le plan politique. Tous les ans, mon père demandait à être autorisé à s’installer en Allemagne », a-t-il assuré aux sept juges professionnels devant lesquels il comparaît avec deux autres accusés. Le permis d’émigrer est accordé alors qu’il a neuf ans. La famille s’installe en Allemagne et élève Christian dans la foi catholique, avec catéchisme et communion. Après des études techniques, il devient soudeur. C’est là, au contact de collègues turcs musulmans, nombreux dans l’entreprise qui l’emploie, qu’il va découvrir l’islam. « Petit à petit, ils m’ont expliqué les similitudes avec ma foi, mais cela m’a aidé aussi à relever les contradictions de la religion catholique », a-t-il raconté à la cour, s’exprimant en allemand avec l’aide de deux interprètes. Il se convertit à l’islam en 1986, devient de plus en plus religieux, fait son service militaire, épouse une jeune Allemande, elle aussi convertie. En 1999, alors que les talibans sont au pouvoir en Afghanistan, il s’y rend pour la première fois. « J’ai de la sympathie, de l’admiration pour les talibans. C’était le seul véritable Etat islamique. Je voulais les soutenir, à tous points de vue: soit en étant soudeur, soit en les aidant pour l’informatique, soit en allant au front contre les hommes de Massoud ». C’est ce qu’il fait peu après: on lui confie une Kalachnikov, quatre chargeurs et deux grenades. Il grimpe sur le plateau d’un pick-up en direction des tranchées, au nord de Kaboul. « Je n’ai pas utilisé mes armes, ai beaucoup attendu, réfléchi. J’ai compris que je préfèrerais faire le jihad autrement, en aidant le régime et le peuple afghans ». Peu après, il rentre en Allemagne et convainc son épouse « qui n’était pas satisfaite de sa vie en Allemagne, où il est difficile pour un musulman pratiquant de vivre depuis le 11 septembre 2001 », d’émigrer en Afghanistan. Ils s’installent d’abord à Kandahar, puis à Kaboul, mais ses projets professionnels échouent les uns après les autres (exportation de pierres précieuses, cours d’informatique, importation de vieux réfrigérateurs allemands). « Mais je touchais toujours mes allocations de chômage », précise-t-il. « En Afghanistan, vous avez besoin de 50 euros par mois, alors avec ce que je touchais on peut vivre comme un roi ». Il reconnaît aussi avoir côtoyé les chefs d’Al Qaïda, y compris Oussama ben Laden, à Kandahar et ailleurs, et avoir mis ses compétences informatiques et en matière de télécoms au service du mouvement. Après plusieurs aller-retours infructueux, la famille Ganczarski rentre en Allemagne. C’est là qu’il recevra, le 11 avril 2002, l’appel téléphonique du jeune Tunisien Nizar Nawar, qu’il avait rencontré en Afghanistan, et lui demande « sa bénédiction », quelques minutes avant de faire sauter son camion piégé devant la synagogue de Djerba, tuant 21 personnes. Arrêté, longuement interrogé par la police allemande, il est relâché, faute d’éléments suffisants pour l’incriminer, aux termes de la loi allemande de l’époque. Poursuivie par la presse, la famille tente de s’installer en Arabie Saoudite, d’où il sera expulsé en juin 2003. Mis dans un avion pour l’Allemagne, mais via Paris, il est arrêté par les services français le 3 juin 2003.


Italie/crash ATR-72 tunisien: le parquet requiert jusqu’à 12 ans de prison

 
AFP, le 16 janvier 2009 à 17h45 ROME, 16 jan 2009 (AFP) –  Le parquet de Palerme a requis vendredi des peines de 12 à 8 ans de prison contre neuf membres de la compagnie tunisienne Tuninter, poursuivis pour l’accident d’un avion qui s’est abîmé en mer en août  2005 au large de la Sicile, faisant 16 morts et 23 blessés. La peine la plus lourde, 12 ans de réclusion, a été requise contre le  pilote et le copilote de l’ATR-72, tandis que 9 ans et quatre mois ont été  réclamés contre trois dirigeants de la compagnie tunisienne, dont le directeur général Moncef Zouari, selon l’agence Ansa. Le parquet a requis en outre des peines de 8 ans à 10 ans et 8 mois contre quatre autres personnes, selon la même source. Les neuf prévenus sont accusés d’homicides involontaires et lésions graves. Une erreur d’installation d’une jauge de carburant sur l’ATR-72 de la  Tuninter est à l’origine de l’accident qui a fait 16 morts et 23 blessés le 6  août au large de la Sicile, selon l’enquête des autorités italiennes. Ce jour-la, l’équipage de l’ATR-72 croyait avoir 3.000 litres de kérosène dans ses réservoirs au moment où l’avion s’est ravitaillé à Bari, dans le sud de l’Italie. Pour retourner à Djerba, il n’a donc demandé que 240 litres supplémentaires de carburant. Faute d’essence, les deux moteurs se sont arrêtés à peu près en même temps,  empêchant l’avion de faire un atterrissage d’urgence à Palerme et le forçant à  un amerrissage au large de la Sicile. « Ce fût un vol géré tragiquement au rabais », a dénoncé Ascanio Amenduni, avocat d’une des parties civiles, selon Ansa. Les avocats de la défense s’exprimeront lors d’une audience fixée au 23  janvier.  

 

PUP: 2009; l’année de la Palestine

Le Parti de l’Unité Populaire (PUP) a décidé de placer 2009 sous le signe l’année de la Palestine et ce, pour exprimer sa solidarité avec le peuple palestinien de Gaza. A cet effet , le PUP va organiser des manifestations culturelles et des séminaires auxquels vont participer des représentants  de la société civile et des personnalités palestiniennes.

PDP: report au 24 janvier de l’affaire d’El Mawquef

Le Tribunal de première instance de Tunis a décidé de reporter au 24 janvier l’affaire « d’El Mawquef » organe de presse du Parti Démocratique Progressiste (PDP). Cinq sociétés de distribution de l’huile de table ont porté plainte contre la direction du journal suite à un article insuniant que l’huile en question est frelatée. C’est le 6ème report depuis le 10 mai dernier.

Avocats: Report de l’AG extraordinaire

Le Conseil national de l’ordre des avocats qui a décidé de tenir le 17 janvier   une assemblée générale extraordinaire consacrée à l’examen du projet du règlement intérieur de la profession a été reportée à une date ultérieure à cause des événements à Gaza. (Source : « Le Temps Lundi » (hebdomadaire – Tunis), le 19 janvier 2009)


 
 
VIE POLITIQUE/SOCIETE CIVILE

Mustapha Ben Jaâfar :  » Nous ne jouerons pas la carte de la  » victimisation «  »

 » Il faut en finir avec cette guéguerre contre tous ceux qui pensent autrement que l’Etat-parti  » Légalisé en octobre 2002, le Forum Démocratique pour le Travail et les Libertés (FDTL) tiendra dans les prochaines semaines  son congrès constitutif. A cette occasion nous avons invité son secrétaire général Dr Mustapha Ben Jaâfar. Il nous parle ici des préparatifs de e congrès, de l’année préélectorale 2009 et de la participation de son parti à ces échéances électorales, des réformes majeures à entreprendre pour préparer ces élections  et leurs permettre de se dérouler dans des bonnes conditions avec une vraie compétition et d’autres questions. Interview. Le Temps : Que représente pour vous cette année 2009 ? Mustapha Ben Jaâfar : La vérité c’est que les dernières semaines de 2008 nous laissent un goût amer. Les conditions de déroulement du procès intenté contre les acteurs de la contestation du bassin minier de Gafsa et le verdict confirment la prévalence sécuritaire.  Et ce traitement, appliqué depuis longtemps dans le règlement des conflits politiques, est utilisé aujourd’hui pour mater la contestation sociale exacerbée par la montée du chômage des jeunes et la répartition inégale des richesses dans le pays. L’année 2009 devra apporter  des remèdes à ces problèmes et concrétiser des changements dans les relations entre l’Etat et la société. Au FDTL, en dépit des difficultés constantes que nous rencontrons pour tenir nos réunions publiques et diffuser notre journal  » Mouatinoun « , nous évitons de jouer la carte de la victimisation et gardons quelque espoir en comptant sur le bon sens politique qui devrait inciter le pouvoir à assainir le climat  social et politique au démarrage d’une année d’élections présidentielle et législatives. Une vraie ouverture politique est indispensable. Elle doit répondre aux attentes de la société et de ses élites, et le pouvoir en place ne peut en tirer que des avantages. . Quelles sont d’après vous les réformes nécessaires pour mieux préparer les échéances  électorales? – Pour être franc, je trouve que ce genre de question frise la rengaine. En fait le pouvoir sait exactement ce qu’il faudrait faire pour mettre le pays sur la voie de la démocratie et du progrès. Nous avons les mêmes revendications depuis tant d’années ! C’est d’apaisement dont le pays a besoin. Il faut tourner la page de cette guéguerre contre tous ceux qui pensent autrement et qui revendiquent leur indépendance vis-à-vis de l’Etat-parti. Mais jusque là les autorités ont toujours fait la sourde oreille. Quant aux  échéances électorales, elles n’auront de sens que si elles sont précédées par une ouverture qui permette de rompre avec le système de pensée unique. L’accès de l’opposition réelle à l’espace public et aux médias audio visuels doit se concrétiser au plus tôt et ne pas se limiter à une  » récréation  » de quelques minutes accordées pendant la campagne électorale. Enfin pour être crédibles les élections doivent être justes et assurer à ceux qui seront en compétition, sinon des moyens égaux, tout au moins des chances égales. Dans ce sens une révision du code électoral est indispensable pour éviter toute manipulation et garantir la neutralité de l’administration. Une commission indépendante du pouvoir exécutif doit superviser les élections de bout en bout. . Quels sont les préparatifs pour votre parti? – Tout d’abord nous allons organiser un congrès qui se déroulera, je l’espère, dans les meilleures conditions possibles. En tout état de cause c’est l’image de la Tunisie qui est en jeu. Nous nous emploierons pour faire de ce congrès  un temps fort de la vie politique. L’actualisation de nos orientations et notre position face aux échéances électorales seront  au centre du débat. Mais de toute façon, les préparatifs internes comme la mise à jour de nos sections régionales ou les  travaux des commissions thématiques qui ont déjà commencé, vont être menées de pair avec la recherche d’une plateforme d’action commune avec les autres partis de l’opposition réelle pour que le processus démocratique soit introduit pour les prochaines élections. Pour le  FDTL c’est la priorité des priorités. Il faut tout faire pour que les règles du jeu soient modifiées afin  qu’un pluralisme réel puisse se concrétiser. Un tel projet doit rassembler et mobiliser tous ceux qui luttent pour que le processus de transition démocratique se déclenche afin de débloquer la situation. Nous allons continuer à œuvrer pour rassembler les forces d’opposition et pousser le pouvoir à engager une ouverture politique crédible. Et si cette occasion est perdue, tout peut arriver. . Et concernant votre éventuelle candidature à l’élection présidentielle ? – L’idée fait son chemin dans les instances du parti et, comme je l’ai dit, le dernier mot reviendra au congrès. Il me faudra le convaincre que les conditions des prochaines élections offriront la possibilité d’une vraie compétition. L’objectif essentiel de ma candidature est certes de convaincre qu’il existe une alternative à la politique du gouvernement, mais surtout de mobiliser les citoyens et ces centaines de milliers de jeunes qui arrivent à l’âge de voter. Les conditions actuelles sont décourageantes pour les acteurs politiques et poussent la majorité des citoyens à l’indifférence. La crédibilité des prochaines élections dépendra largement de l’amélioration effective de ces conditions. A cet égard, le débat prévu prochainement  sur le code électoral à la chambre des députés offre une opportunité à saisir pour adresser à l’opinion publique un message fort qui lui redonne goût à la chose publique. Interview réalisée par Néjib SASSI  (Source : « Le Temps Lundi » (hebdomadaire – Tunis), le 19 janvier 2009)

 
 

Livres: Ahmed Ben Salah « pour rétablir la vérité »

Parler sans rompre le silence

Ponctuel, sourire aux lèvres, Ahmed Ben Salah ne s’est pas fait attendre à la librairie Claire Fontaine qui l’a reçu pour une séance dédicace. Le public présent était conscient de l’envergure de cette personnalité marquante dans la vie économique, sociale et politique de la Tunisie. C’est plus en auteur, dépositaire de  » vérités  » sur une histoire encore récente que son livre édité aux éditions  » Cérès  » est une œuvre précieuse, aussi bien pour les hommes et femmes de sa génération, mais surtout pour la nouvelle génération et les jeunes chercheurs en quête de sources authentiques. Du haut de ses 83 ans, c’est un regard perçant et pétillant, de l’éclat des esprits vifs et alertes qu’Ahmed Ben Salah prend place pour signer son livre et échanger quelques propos. Contrairement à notre attente, pas de discours, aucune présentation. Les derniers propos publics qu’on lui accorde ont eu lieu à la fondation Témimi. Depuis, l’auteur coule une retraite paisible et s’abstient de toute activité publique. C’est dire combien cette irruption était inédite. En réalité, le propos est de focaliser sur l’ouvrage qui lui concentre toute la littérature requise pour faire le tour d’une biographie exceptionnelle qui revient sur la vie politique, militante, engagée d’Ahmed Ben Salah. Un parcours dont l’exemplarité réside dans le contenu principal de ce livre, qui est en fait la publication de sa thèse de Doctorat d’ Etat, soutenue à l’université de la Sorbonne. Cette thèse, tout comme son auteur, a une origine et une histoire atypiques. Les débuts de la rédaction de cette thèse se sont fait à une période où il était incarcéré à la prison civile de Tunis -1970- où il purgeait une peine de 10 ans de travaux forcés. Les écrits premiers de cette thèse se sont fait  » de manière quasi clandestine « , puisque Ahmed Ben Salah les a transcrits sur des morceaux de papiers de journaux ou d’emballage (papier kraft de boucher) qu’il numérotait et confiait clandestinement aux membres de sa famille qui venaient lui rendre visite en prison, dont notamment son frère, feu le docteur M’hamed Ben Salah, militant aussi de tout temps. En suivra un courrier, l’unique qu’il recevra durant son incarcération, un courrier émanant de l’université parisienne, La Sorbonne, l’informant qu’il était retenu pour soutenir une thèse. Il y a là, sans conteste, une matière, non seulement scientifique, mais fortement connotée d’un militantisme convaincu, que seuls les esprits épris de justice et de liberté peuvent connaître et reconnaître. Plus concrètement, la teneur de ce livre réside dans ce retour sur certaines vérités authentifiées parce qu’émises par un auteur directement impliqué dans le processus des réformes et de développement de la Tunisie durant la période circonscrite entre 1961-1969. Deux arguments font la qualité de ce livre. D’abord, le lecteur y trouvera une lecture et une compréhension inédite de l’apport d’Ahmed Ben Salah dans l’architecture d’une économie rationnelle et structurée. Au lendemain de la colonisation, la Tunisie se devait d’opter pour des orientations stratégiques à même de façonner son devenir. S’inscrivant dans cette ambition, Ahmed Ben Salah, alors ministre du Plan et des Finances tentera  » de rationnaliser l’économie tunisienne, par le plan et/ou la planification, dotant le pays de ses infrastructures et de ses moyens de production « , pour sa mise au devant de la scène internationale, dans le rang des pays modernes. Cette renaissance de la Tunisie n’était pas sans contraintes, tant les schémas préconisés par les instances internationales, restreignaient les ambitions des pays des tiers mondes, soit à l’alternative communiste soit à un libéralisme sauvage, écrasant ou inhibant du coup toute velléité de concevoir des politiques de développement économique et sociale en dehors de ces référents. L’autre argument, s’articule à travers une lecture sous l’angle de la réflexion scientifique de l’auteur, qui par un retour sur certaines définitions explicite une pensée, une conception propre, subjective non pas dans le sens commun, sur cet homme d’Etat, ce penseur, cet auteur qui a façonné une spécificité, voire les prémices de  » l’exception  » tunisienne. Faten AOUADI (*)  » Pour rétablir la vérité  » : Ahmed Ben Salah – Editions Cérès (12dt) (Source : « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 18 janvier 2009)


 
 
CONTROVERSES

T’SAHAL – BHL : Prix Nobel

Par Hechmi GHACHEM  Je vous en supplie: soyons magnanimes avec ce philo-journaliste de Bernard- Henry Lévy qui n’a de la plume que le poids et qui s’enorgueillit et s’émerveille, dans l’avant-dernier numéro de « Le Point », devant la splendeur et la sagesse tout en humanisme éclectique de Tsahal qui s’est retenue pendant huit ans, alors que pas moins de 3000 roquettes ont été tirées sur Israël, avant de réagir à ses multiples et incessantes agressions. « Quel état démocratique aura autant résisté au devoir d’y répondre? » Et si certains trouvent que la réaction de Tsahal est démesurée, nous leur répondrons qu’il est de notoriété publique que lorsqu’un organisme se retient pendant si longtemps, le résultat ne peut-être qu’une colite néphrotique impossible à contrôler et sanguinolente de surcroît. Et puis argumente t-il, Tsahal est la seule armée au monde à prévenir ceux qu’elle va bombarder et à leur conseiller de quitter leurs abris pour la rue avant de les … bombarder. Quel bel exemple de charité… chrétienne! Le seul hic c’est que quand vous sortez dans la rue, il y a les chars de Tsahal qui vous attendent. Quel bonheur et quelle grande leçon de démocratie qui donne aux habitants de Gaza le choix entre mourir brûlés ou mutilés par les bombes pondus du ciel ou par les balles tirées par les forces terrestres! C’est trop beau pour être vrai. De là à ce que le comité du Prix Nobel pour la Paix soit octroyé pour 2009 à Tsahal, il n’y a qu’un pas que BHL qui plaide (selon ses dires) depuis quarante ans pour un état palestinien viable, au côté d’Israël – franchira allègrement par la justesse de ses analyses et la largesse de ses conneries. D’ailleurs ne le voilà t-il pas qui continue à déblayer le terrain pour cet état sans lequel il perdrait illico son poids plume arraché à la sueur de son front (aussi borné soit -il) pour n’être plus qu’une infime bulle de phosphore échappée d’une bombe, superbement T’sahalienne mais qui n’a rien d’une bombe à phosphore selon… Israël. Dans le dernier numéro de « Le point », BHL s’en prend à ceux qu’il appelle « Les douteux  « amis  » du peuple palestinien (contrairement à lui qui est on ne peut plus clair). Qui sont-ils? Eh bien, ce sont tous ces malades dangereux qui sont sortis dans les rues de France pour exprimer leur révolte contre les horreurs et les crimes perpétrés à Gaza. En réalité ceux-là sont les pires criminels qui s’attaquent à des synagogues selon BHL. Alors les centaines de milliers de manifestants qui sont sortis de L’Est à l’Ouest et du Sud au Nord de la planète pour exprimer leur désaccord avec la douce politique humanitaire de T’sahal-Israël ne seraient en réalité que des « palestiniens imaginaires », faux frères, selon BHL, des vrais palestiniens qui eux ont compris les bienfaits de la suprématie indiscutable du grand peuple d’Israël sur ceux de la région et même ceux de toute la planète et, qui se tiennent depuis, sagement, les bras croisés et les yeux baissés car il n’y a en vérité pou BHL que deux sortes de palestiniens réels, ceux qui se soumettent et ceux qu’il faut liquider. Ces manifestations ne sont ne sont donc que des assassins déguisés qui ne cherchent qu’à semer la haine contre un État qui est tout amour et qui, si ces méchants « palestiniens imaginaires » n’arrêtent pas leurs injustes attaques contre ses fondements ancestralement modernes, pourra évoluer d’un État- Amour vers un « État- Folamour » et leur  balancer sur la tête, quelques gentilles petites bombes nucléaires qui mettront définitivement fin au débat. Car tout le monde semble l’oublier: face aux terribles roquettes des méchants barbus de Gaza et de leurs souteneurs qui ont envahi les rues de toutes les capitales du monde, Israël (outre angéliques chars et avions-bombardiers) possède aussi -malgré ses convictions humanistes- la si charmante et si gentille bombe atomique. Et cette bombe -tout le monde le sait- n’est pas une arme de guerre mais une arme dissuasive pour la paix. Il n’y a qu’à voir comme les Japonais ont été dissuadés. Plus aucun d’entre eux ne moufte. Allez BHL, sois courageux comme on t’a toujours connu, et conseille à tes braves amis d’en balancer une, rien qu’une, sur ces horribles créatures qui grouillent dans les sous-sols de Gaza et qu’on n’en parle plus. Il n’y a que par de tels gestes de courage que T’sahal  -à travers toi- pourra décrocher cette année le Prix Nobel de la Paix ou du moins celui du cynisme audacieux et froid à la fois. Après le grand Bernard et « Le Point », voyons ce qu’il en est du côté du « Nouvel Obs » où le stagiaire Jean Daniel nous raconte qu’en roulant en compagnie de sa … compagne, il eût comme  une surdose d’images montrant les horreurs perpétrées sur les habitants de Gaza. Il stoppe, descend de voiture et déclare à sa compagne qu’ayant vu et entendu la réalité  du drame de Gaza: « Si j’étais arabe je tirerais sur le premier être que je vais rencontrer ». Nous demandons au jeune et impétueux Jean Daniel de se calmer. On n’est plus à l’époque des mouvements de libération nationale du siècle dernier au Maghreb. Et puis les Arabes n’ont pas besoin d’être encouragés pour tuer. Ils sont spécialistes en la matière. C’est pour cela qu’on les tue. D’autant que BHL pourra l’accuser d’encouragement à la haine raciale et -partant- d’antisémitisme et porter cette affaire devant les tribunaux. Car, quel est le premier être qu’un Arabe va rencontrer à Paris? Si cet être est un brave soldat de T’sahal à Gaza, à Paris ce sera forcément un militant de l’association qui défend « Les valeurs juives ». Comme cela est arrivé à cet adolescent d’origine tunisienne qui pour avoir gentiment décliné le tract que des membres de cette association lui offraient, s’est vu tout bêtement passer à tabac. Personne n’a bougé le petit doigt. Alors qu’à peine divulguée la nouvelle d’un attentat au Cocktail-Molotov d’un synagogue M.A.M (Ministre de l’intérieur) a illico presto crié au scandale. Qui pourra nous faire croire que de tels lieux de culte ne sont pas gardés de jour comme de nuit par les temps qui courent? Manque d’effectifs chez les forces de l’ordre de l’État français ou chez les « défenseurs des valeurs juives »? Ils n’ont qu’à engager des jeunes arabo-musulmans comme gardiens. Ils ne coûtent pas cher et il y en a même parmi eux qui le feront gratuitement tellement ils sont éblouis par les bienfaits de l’État d’Israël et de tous ses défenseurs à travers le monde. Retenez-vous donc M. Jean Daniel comme l’a fait T’sahal pendant huit années entières. Ne tirez sur personne et ne rêvez surtout pas d’être un jour arabe. C’est une bénédiction qui n’est pas donnée à tout le monde. Et puis je vous rassure, l’ennemi réel d’Israël qui mettra à bas ses fondements, ne viendra ni du monde arabe, ni d’Iran ni même de Chine. Car le vers est déjà dans le fruit. L’ennemi réel est dans Israël. Oui, car l’ennemi mortel d’Israël, c’est…. Israël. H.G (Source : « Le Temps Lundi » (hebdomadaire – Tunis), le 19 janvier 2009)


Le Hamas affirme que sa capacité à frapper Israël n’est pas amoindrie

GAZA – Le mouvement islamiste palestinien Hamas a affirmé lundi que les tentatives d’Israël d’empêcher son armement étaient vouées à l’échec et que sa capacité à tirer des roquettes sur l’Etat hébreu n’était pas amoindrie. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a aussi affirmé n’avoir perdu que 48 combattants lors de l’offensive israélienne de 22 jours dans la bande de Gaza, où les combats ont cessé dimanche à la faveur d’un cessez-le-feu que chacun des belligérants à unilatéralement proclamé. « Qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Introduire des armes pour la résistance et les fabriquer est notre mission et nous savons très bien comment acquérir des armes », a déclaré lors d’une conférence de presse à Gaza Abou Oubeida, le porte-parole de la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine Al-Qassam. Lors de son offensive, l’armée israélienne a notamment bombardé et détruit les tunnels de contrebande à la frontière entre Gaza et l’Egypte. « Nous annonçons à notre peuple le martyre de 48 combattants du Qassam », a ajouté Abou Obeida alors qu’Israël affirme avoir tué plus de 500 combattants du Hamas lors de ses opérations militaires. Au total, l’offensive israélienne a fait plus de 1.300 morts palestiniens, dont plus de la moitié de civils, selon des sources médicales. Abou Oubeida a en outre soutenu qu' »au moins 80 soldats » israéliens avaient été tués dans les combats. Israël a annoncé la mort de dix de ses militaires, dont les noms ont été publiés. Selon le porte-parole du Hamas, la capacité du mouvement à tirer des roquettes sur Israël n’a pas été amoindrie alors que le principal objectif déclaré de l’armée israélienne était de mettre fin à ces tirs. « Notre arsenal de roquettes n’a pas été affecté et nous avons continué à en tirer pendant la guerre sans interruption. Nous sommes toujours en mesure d’en tirer et, grâce à Dieu, nos roquettes atteindront d’autres cibles » en Israël, a-t-il dit. Il a ajouté que « 345 roquettes de type Qassam, 213 Grad et 422 obus de mortier » avaient été tirés sur Israël et l’armée lors de la guerre. Israël n’a atteint « aucun des objectifs qu’il s’était fixés pour la guerre », a-t-il soutenu. « L’ennemi sioniste barbare n’a fait que tuer par centaines des enfants, des femmes et des vieillards ». « L’objectif principal de la guerre était d’abattre le Hamas et cet objectif s’est soldé par un échec retentissant », a encore dit le porte-parole. « Nous avons enregistré une victoire grâce à notre résistance et au ralliement du peuple autour de nous. Nous avons triomphé car nous avons refusé de nous mettre à genoux ou de hisser le drapeau blanc », a-t-il poursuivi. Rappelant que les groupes armés palestiniens ont exigé en proclamant leur cessez-le-feu un retrait israélien sous une semaine, le porte-parole a menacé d’une reprise des attaques si ce délai n’était pas respecté. « Nous avons accordé à l’ennemi sioniste une semaine pour se retirer de la bande de Gaza, faute de quoi nous allons poursuivre la résistance », a-t-il martelé. (©AFP / 19 janvier 2009 11h11)

Le Hamas affiche son autorité à Gaza, visite attendue de Ban

AFP Lundi 19 janvier, 17h45  Adel ZAANOUN Le Hamas s’est efforcé lundi d’afficher son autorité au lendemain de l’arrêt d’une offensive meurtrière israélienne de 22 jours à Gaza, où certains ont rompu le silence en critiquant le mouvement islamiste palestinien qui a crié victoire. Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon prévoit d’effectuer mardi une visite dans le territoire palestinien où plusieurs bâtiments relevant de l’organisation internationale ont été endommagés dans les raids israéliens, a indiqué un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères. Aucune confirmation de cette visite, qui serait sans précédent à Gaza pour un dignitaire étranger depuis la violente prise de pouvoir par les islamistes du Hamas en juin 2007, n’a pu être obtenue auprès de l’ONU. Le Hamas, dont le Premier ministre Ismaïl Haniyeh a proclamé dimanche une « victoire historique » contre Israël, a minimisé les pertes subies lors de l’offensive, se disant toujours en mesure de tirer des roquettes sur Israël. Dans sa première apparition depuis le début de la guerre le 27 décembre, le porte-parole de la branche armée du Hamas, Abou Oubeida, a ainsi assuré que son mouvement n’avait perdu que « 48 combattants » alors qu’Israël affirme en avoir tué plus de 500. Il a aussi affirmé que les tentatives d’Israël d’empêcher l’armement du Hamas, notamment en détruisant les tunnels de contrebande entre Gaza et l’Egypte, étaient vouées à l’échec. « Qu’ils fassent ce qu’ils veulent. Introduire des armes pour la résistance et les fabriquer est notre mission et nous savons très bien comment acquérir des armes », a-t-il dit. Des groupes liés au parti Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas ont pour leur part annoncé la mort de 37 de leurs combattants, le Jihad islamique 34, les Comités de la résistance populaire 17 et le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP) 13. Dans les rue de Gaza, des policiers du Hamas en tenue se sont déployés aux principaux carrefours alors que d’autres régulaient la circulation. Des députés du Hamas, emmenés par le chef de son groupe parlementaire Moushir Al-Masri ont inspecté des quartiers dévastés par les frappes israéliennes dans le nord de la bande de Gaza, allant à la rencontre de propriétaires de maisons détruites ou endommagés. « Ces destructions montrent que la bataille était dirigée contre le peuple palestinien. Ils veulent une terre sans peuple pour prendre le contrôle de la bande de Gaza », a déclaré lors de la tournée l’un des députés, Fathi Hammad. « Nous proclamons la victoire contre l’ennemi sioniste », a-t-il ajouté, debout devant les ruines d’une maison détruite. A Gaza-ville de nombreux commerces ont rouvert. Des employés de la municipalité ramassaient les ordures et les gravats des bâtiments détruits dans les attaques. Abou Ihab, un homme d’affaires de 55 ans, contemplait les ruines. « Cette guerre nous a ramenés 50 ans en arrière. C’est comme la Nakba de 1948 », a-t-il dit, en se référant à la « catastrophe » que fut pour les Palestiniens la création d’Israël. « A mon avis, le Hamas a commis une erreur car toute guerre doit avoir des objectifs politiques et s’appuyer sur des plans militaires. Le Hamas n’a compté que sur des promesses mensongères de l’Iran et de la Syrie », a-t-il ajouté. Selon le Bureau palestinien des statistiques, 4.100 habitations ont été totalement détruites et 17.000 autres endommagées. Douze corps ont été retirés des décombres lundi. Des centaines de Palestiniens ont profité du cessez-le-feu proclamé séparément par Israël puis par le Hamas pour se ruer dans les banques, qui ont rouvert après 22 jours de fermeture. « La peur pour nos enfants nous a empêchés de dormir pendant la guerre. Qu’est-ce que le Hamas et toutes ces organisations nous ont apporté à part la destruction? Elle est où cette victoire dont ils parlent? », s’est interrogé Karim Abou Chariah, en faisant la queue devant un guichet. Dimanche, les chars israéliens se sont redéployés aux frontières, côté palestinien, afin de faire face à d’éventuelles attaques palestiniennes. Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a affirmé que les troupes sortiraient de Gaza « le plus vite possible, dès que la sécurité du sud du pays sera assurée ». En trois semaines, au moins 1.315 Palestiniens ont été tués, dont 410 enfants et 108 femmes, et plus de 5.300 blessés, selon les services d’urgence de Gaza. Côté israélien, 10 militaires et trois civils sont morts. Parallèlement, le président égyptien Hosni Moubarak a obtenu la veille à Charm el-Cheikh le soutien de dirigeants arabes et européens à son plan prévoyant la fin totale des violences à Gaza. Au Koweït, les dirigeants arabes étaient réunis en sommet pour discuter des résultats de l’offensive à Gaza, qui les a divisés, et évoquer la reconstruction du territoire palestinien. Le roi Abdallah d’Arabie saoudite y a annoncé l’octroi d’un milliard de dollars à cette fin. Mahmoud Abbas, présent à Koweït, à quant à lui proposé au Hamas qui l’a délogé de Gaza en juin 2007 la formation d’un gouvernement « d’entente nationale » en vue de la tenue d’élections législatives et présidentielle simultanées.


 

La Turquie appelle à ne pas marginaliser le Hamas

BRUXELLES – Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a appelé lundi la communauté internationale à respecter le succès électoral du Hamas et à ne pas chercher à le marginaliser, après les cessez-le-feu décrétés tant par Israël que le groupe radical palestinien à Gaza. « Nous ne devrions pas les acculer dans une impasse car ne peut que renforcer l’extrémisme » de la sorte, a-t-il déclaré lors d’un colloque organisé à Bruxelles par le centre de réflexion European Policy Center. Rappelant que le Hamas avait largement remporté les élections législatives dans les territoires palestiniens en janvier 2006, il a estimé que « si nous voulons faire progresser la démocratie dans cette région, nous devrions respecter la décision des gens qui se sont rendus aux urnes ». « Voulons-nous d’une démocratie ou d’une démocratie encadrée? Nous plaidons en faveur de la démocratie mais, dans le même temps, nous ne respectons pas le choix des gens », a ajouté le chef du gouvernement turc, à Bruxelles pour tenter de relancer les négociations que mène son pays en vue d’adhérer un jour à l’Union européenne. L’UE, comme les Etats-Unis, considère le mouvement radical palestinien comme une organisation terroriste et se refuse à avoir des contacts avec lui tant qu’il ne reconnaîtra pas Israël et ne renoncera pas à la violence. Cette règle a été édictée par le Quartette pour le Proche-Orient, qui réunit l’UE, les Etats-Unis, la Russie, et l’ONU. M. Erdogan a rappelé que son propre parti, le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, issu de la mouvance islamiste, avait été victime de préventions similaires au début. Il a plaidé pour qu’on laisse du temps au Hamas pour voir ce qu’il est capable de faire. En cas d’échec à améliorer les conditions de vie des Palestiniens, il sera battu dans les urnes, a-t-il assuré. M. Erdogan a par ailleurs une nouvelle fois critiqué l’opération militaire israélienne à Gaza, parlant d’une « tragédie humaine », eu égard au nombre important de victimes civiles, femmes et enfants notamment. Il s’est dit « attristé » par le comportement du Premier ministre israélien Ehud Olmert, regrettant que ce dernier n’ait aucunement averti Ankara de ses intentions à Gaza fin décembre alors que la Turquie jouait les intermédiaires entre l’Etat hébreu et la Syrie. « Israël doit remédier à ce manque de respect » à l’égard de la Turquie, l’un des rares pays musulmans dans le monde à être bien disposé à l’égard de l’Etat hébreu, a déclaré M. Erdogan. La Syrie et Israël, qui sont officiellement toujours en état de guerre depuis le premier conflit israélo-arabe de 1948, ont entamé en mai une série de pourparlers indirects par l’entremise de la Turquie. Des négociateurs israéliens et syriens se sont rencontrés à quatre reprises à Istanbul par l’entremise de diplomates turcs, sans résultats probants. Malgré l’offensive à Gaza, M. Erdogan a réaffirmé qu’il n’était pas question de rompre les relations avec Israël. « Il ne peut être question de vengeance et de haine », a-t-il dit, « nous allons continuer à mener des discussions à différents niveaux ». Il a insisté sur la nécessité pour Israël de maintenir « ouverts » tous les points de passage de Gaza vers l’extérieur, afin de rendre le territoire viable. (©AFP / 19 janvier 2009 11h23)

 

La presse indépendante en Algérie : Une cible permanente

La presse privée algérienne est née dans un contexte difficile. Au cours d’une guerre civile qui a duré une décennie, celle des années 1990, les journalistes étaient considérés comme l’ennemi à abattre par deux factions rivales : les groupes islamistes et un gouvernement soutenu par les militaires. Durant cette guerre prolongée, plus de 60 journalistes ont été tués et les médias indépendants ont accusé un sérieux retard. Aujourd’hui, la violence contre les médias s’est atténuée, mais les journalistes restent les adversaires ou les prisonniers des dirigeants politiques, des généraux et des personnalités influentes. “Durant la guerre civile, les journalistes étaient spécifiquement visés et un grand nombre d’entre eux ont été assassinés », a confié à RAP 21 Omar Belhouchet, l’éditeur d’El Watan, un grand quotidien de langue française publié en Algérie. « Notre journal est entré dans la lutte et la résistance. Les groupes islamistes essayaient alors de tuer autant de journalistes que possible et de faire fermer les journaux, tandis que le gouvernement tentait de les censurer pour cacher la réalité. L’avènement du professionnalisme et des formes traditionnelles de traitement de l’information est venu plus tard, à partir de 2000.” Belhouchet, lauréat de la Plume d’Or de la Liberté de l’Association Mondiale des Journaux (AMJ) en 1994, a défendu un agenda démocratique qui a inquiété le régime autocratique au pouvoir et les militants islamistes. Malgré deux tentatives d’assassinat, plus d’une centaine de menaces de mort, un nombre incalculable de procès et de condamnations et cinq suspensions du journal, il a réussi à maintenir à flot El Watan et à le renforcer. “Pour assurer l’indépendance d’El Watan, nous avons dû nous battre sur plusieurs fronts et nous doter de moyens qui sont directement liés à notre industrie : distribution, impression et publicité”, a précisé Belhouchet. Cette indépendance éditoriale ne pouvait être garantie que par l’indépendance financière et la capacité d’imprimer et de distribuer le journal sans faire appel aux installations d’impression et de distribution contrôlées par l’Etat. “Nous avons commencé par investir dans les réseaux de distribution et plus tard dans les outils d’impression. Chaque centime gagné était réinvesti dans l’entreprise.” Cette stratégie a été couronnée de succès et le journal s’est développé en renforçant son contenu, lançant des suppléments thématiques, introduisant la couleur et adoptant une nouvelle maquette. Les journalistes algériens continuent de “travailler avec une épée de Damocles au-dessus de la tête”, a poursuivi Belhouchet. Le code pénal prévoit des peines d’emprisonnement allant de trois à cinq ans pour les journalistes et les éditeurs en cas de diffamation. “Cela a conduit certains journaux à pratiquer l’autocensure”, a-t-il ajouté. Le 23 décembre 2008, Belhouchet et sa collègue journaliste Salima Tlemçani ont été condamnés par une cour d’Alger à trois mois de prison pour diffamation. Cette affaire concernait un article publié en 2004 dénonçant un prétendu guérisseur qui affirmait avoir guéri des malades sans avoir reçu aucune formation médicale. Les accusés ont fait appel du verdict. Dans une autre affaire, Belhouchet a été condamné le 4 mars 2008 à deux mois de prison tout comme Chawki Amari, éditorialiste et dessinateur à El Watan, pour diffamation également. Selon Amari, la seule façon dont ils peuvent à présent éviter de passer du temps derrière les barreaux est si la Cour Suprême décide qu’il y a eu une erreur de procédure durant le procès. Ahmed Ancer, éditorialiste à El Watan et membre du Centre algérien pour la défense de la liberté de la presse, a confirmé que les tribunaux n’hésitaient pas à infliger aux journalistes de sévères amendes et des peines de prison dans les affaires de diffamation. “Il faut abroger les mesures répressives introduites dans le code pénal en 2000 pour mettre fin aux abus, en particulier dans les cas de diffamation. Ces procédures judiciaires ne visent pas à rendre la justice, mais à limiter les libertés”, a dit Ancer à RAP 21. (L’Association Mondiale des Journaux estime que le fait d’emprisonner des journalistes pour l’exercice de leurs activités professionnelles constitue une violation de la liberté d’expression. La diffamation devrait être considérée comme une infraction civile, et non pénale). Commentant la situation de la presse en Algérie, Ancer prévient que “le nombre impressionnant de titres mis sur le marché ne constitue malheureusement pas un indicateur de la liberté d’expression ou du pluralisme. Sur les 67 journaux quotidiens publiés en Algérie, 60 sont légalement liés à l’Etat et adhèrent à la ligne éditoriale définie par le gouvernement.” Pourquoi les autorités publiques financent-elles tant de titres ? “Pour limiter l’audience des journaux qui défendent les droits fondamentaux. De l’extérieur, on pourrait penser que la presse algérienne est diversifiée et dynamique, mais en réalité, elle est principalement sous les ordres des autorités et dépend des subsides publics”, a souligné Ancer. Un rapport publié par le Ministère de la Communication en mai 2006 a estimé la diffusion combinée des journaux quotidiens à 1.376.950 exemplaires. Le quotidien de langue arabe El Khabar vient en tête, avec 430.000 exemplaires par jour, alors que Le Quotidien d’Oran et El Watan sont les principaux quotidiens de langue française, avec des tirages respectifs de 149.900 et 126.000 exemplaires. La diffusion des publications hebdomadaires s’élevait à 1.850.000 exemplaires par semaine en 2006. Ancer se demande comment des journaux ayant des rédactions pour le moins modestes, aucun correspondant dans le pays et une distribution limitée à Alger et aux grandes villes pouvaient se targuer d’être des publications nationales. “Tous ces titres ont pour seul objectif la restriction de la liberté d’expression en compromettant la libre concurrence”, a-t-il estimé. Les carences en matière de formation professionnelle nuisent également à la qualité et au pluralisme des informations publiées dans un pays où il est quasiment impossible d’accéder aux informations détenues par les institutions publiques. Ancer a appelé à des réformes urgentes qui permettraient le développement des médias indépendants, tant imprimés qu’audiovisuels, une concurrence loyale et saine, ainsi que de meilleurs salaires et une meilleure couverture sociale. Jusqu’à la fin des années 1990, la publicité publique dominait le marché. Quand les entreprises privées ont commencé à acheter la plupart de l’espace publicitaire des journaux, on a pu espérer que cela les libérerait de l’influence de l’Etat et consoliderait la liberté de la presse. Mais selon Ancer, il s’est avéré que les pressions d’entreprises privées avaient également un impact négatif sur la liberté d’expression. En 2004, au lendemain de la réélection du Président Abdelaziz Bouteflika, Mohamed Benchicou, l’éditeur du quotidien indépendant Le Matin, a été emprisonné pour deux ans en représailles pour ses positions critiques envers le Président. Le signal donné aux autres éditeurs et journalistes était clair et a été suivi par la plupart d’entre eux. “Je pense que la liberté de la presse a perdu du terrain en Algérie au cours des dernières années. Les autorités ont constamment recours aux pressions économiques et au harcèlement judiciaire pour réduire la presse indépendante au silence. En Algérie et au Maroc, les journalistes se battent d’arrache-pied pour défendre la liberté d’expression. Elle existe encore, même si elle est limitée et continuellement menacée. En Tunisie par contre, il n’y a absolument aucune liberté de presse. La répression là-bas est terrible”, a conclu Belhouchet. (Source : Lettre d’information N° 1/2009 de « RAP 21 », Le Réseau Africain pour la Presse du 21ème siècle, du 8 janvier 2009)  Le réseau africain pour la presse du 21ème siècle (RAP 21) est un réseau de médias panafricains. RAP 21 a été lancé par l’Association Mondiale des Journaux (AMJ) et par l’Union des Editeurs de Presse d’Afrique Centrale (UEPAC). Ce réseau, basé sur e-mail, offre la possibilité aux professionnels des médias de l’ensemble du continent africain de dialoguer et d’échanger des idées et des informations. Il regroupe des journaux, des associations de médias, des directeurs de journaux, des journalistes et des pigistes. Pour plus d’informations, contactez rap21@wan.asso.fr  Pour visiter notre site web, allez sur http://www.rap21.org 


Le Bloc-Notes de sami Ben Abdallah :100% Gaza. 0% langue de bois

 Par Sami BEN ABDALLAH www.samibenabdallah.com
 
Boycottez mais…     Dans une manifestation qui s’est déroulée à Paris. J’ai fait connaissance d’un manifestant qui se dit « pro-palestinien ». Durant les 3 heures de la manif, ses cris  appelant au  « Djihad » attirait l’attention de son entourage. Il était habillé d’une écharpe Palestinienne et brandissait un drapeau jaune qui serait celui du Hamas. « Il faut que les arabes boycottent les produits américains » disait-il durant toute la manif en développant une thèse économique sur l’importance du boycott. A la fin de la manif, il m’a proposé d’aller au restaurant.  Nous étions devant une enseigne d’une chaine de restauration américaine. « Allons-y vers  un autre restaurant » lui avais-je dis. Réponse : « C’est pas grave, allons à celle-là ».  et le Boycott ? « Mais, c’est aux états de boycotter » me dit-il ! Mais les Etats ne sont-ils pas la somme des citoyens ?   Dans une réunion de coordination de partis politiques tunisiens et arabes     C’était la première et la dernière fois que j’assistais à une réunion des représentants des partis politiques pour coordonner des actions pour soutenir la Palestine. Ça remonte à 2 ou 3 ans. La réunion a duré 3 h. Une heure passée à remercier les participants qui  sont venus..etc. Puis durant la deuxième heure, un examen des actions possibles. 4 intervenants ont pris la parole pour proposer des actions en France. Cela m’a paru « surréaliste » voir même tragicomique. Je connais en personne ces intervenants et les partis ou les ONG qu’ils représentent et je sais qu’en dehors de quelques communiqués, ils ne font rien. J’ai quitté la salle et un ami m’a rapporté que parmi les actions proposées, il était convenu d’organiser d’autres réunions. Ces dernières n’ont pas vu le jour. Bref, c’était une réunion sans lendemains. Je me dis que les sommets des présidents arabes se déroulent surement de la même façon.   Le Djihad et Hassan Nasrallah     Je lis les discours  des hommes politiques et des foules arabes appelant au « Djihad ». Si ces derniers sont convaincus de ce qu’ils disent, je ne comprends pas pourquoi ne vont-ils pas faire le Djihad? Car c’est facile d’appeler au Djihad sur un plateau de télévision.  Je n’ai aucune sympathie politique pour Hassan Nasrallah, le chef Libanais. Mais, je respecte cette homme qui fait ce qu’il dit et dit ce qu’il fait. En témoigne le fait d’envoyer son propre fils mourir dans la guerre. Au moins, il est cohérent et il mérite du respect pour cette cohérence. Au moins, il n’est pas  comme ces politiques arabes qui sur les plateaux de télévisions disent tout le mal de cet occident mécréant. Et en pratique, passent leurs vacances à Sant Trop’, envoient leurs enfants étudier dans les universités françaises et américaines,  épargnent des fonds dans des comptes  bancaires à l’étranger. Et, rêvent de venir à Paris en janvier et l’été, pour faire… les soldes. Et que dire des foules arabes qui rêvent de la green Card et des « papiers » en France.   Les droits de l’Homme en occident     Je lis des Communiqués démagogiques sur les droits de l’Homme en occident. Ces derniers sont respectés  pour les européens. Je ne suis pas français mais si je l’étais, je ne pourrai que respecter un Nicolas Sarkozy qui se déplace un Dimanche après midi en Afrique pour ramener 4 de ses compatriotes.  Ou faire la navette en Colombie  pour sauver Ingrid Betancourt. Hier encore, dans le quartier parisien où j’habite, une scène m’a arraché quelques larmes. Une voiture de police s’est arrêtée  pour un SDF. Il fait très froid à Paris ces jours et du coup, le gouvernement a donné des instructions strictes pour que les SDF soient secourus. 4 policiers qui sont rejoints plus tard par les 3 sapeurs pompiers pour secourir un SDF. La France a débloqué 3 millions d’euros dés le premier jour des fonds pour aider les victimes à Gaza. Les manifestations à Paris pour soutenir Gaza se déroulent dans le calme et les flics français les accompagnent pour « protéger » les manifestants. Dans la majorité des pays arabes, les  manifestations sont interdites et les flics arabes n’accompagnent pas les manifestants pour les « protéger » mais pour les « tabasser ».   Et il y a des hommes politiques qui dénoncent l’hypocrisie de l’occident alors qu’ils se taisent sur ces faits ?   Je ne sais pas ce que veulent ces politiques ? Veulent-ils que des soldats européens  aillent se sacrifier en Palestine, pour que ces Hommes politiques qui fument le narguilé dans des cafés arabes, qui appellent au Djihad sur les plateaux de télévisions,  leur décernent une attestation de bonne conduite en droits de l’Homme ?   Oui il y a des choses à dire sur les politiques des pays européens. Mais il faut comprendre que quand ces derniers évoquent les droits de l’Homme, ils les évoquent en premier lieu pour leurs citoyens. Et ces derniers sont respectés.   Fumer du narguilé ?   De partout, les analysent fleurissent sur la faiblesse des arabes. Oui, nous sommes faibles. Notre faiblesse n’est pas une fatalité, le mal c’est que nous refusons  d’apprendre à devenir forts.  Nous sommes fideles à la tradition instituée par la poète Al Khansa qui a passé des années de sa vie à pleurer son  frère Sakhr. Que faisons nous sauf pleurer l’Andalousie ? la Palestine ? Que faisons nous sauf nous lamenter et verser dans le verbiage et les discours ?   L’Allemagne a perdu la seconde guerre mondiale et a été divisée en deux. Le japon a été écrasé par la bombe atomique. En 50 ans, ces deux pays sont arrivés à se reconstruire et sont devenus aujourd’hui des forces mondiales. Pour s’en sortir, il n’y a pas de secrets : il faut encourager la culture, la science, les libertés. A propos d’Israël, il semble que le budget consacré à la recherche scientifique dans ce pays, dépasse le budget des pays arabes réunis consacré à la recherche scientifique. Comparons combien il y a de savant, de prix Nobel israélien et combien il y a de savant arabe ? Ce n’est pas une question d’Etats car ces derniers sont la somme des citoyens.  Prenons un Tunisien, sur son budget  annuel, combien consacre-t-il à la bouffe, le téléphone, les sorties, les cigarettes et combien consacre-t-il à la culture ? Nous retrouverons surement la moyenne nationale que nous trouvons tous ridicule. Et pour cause, le double discours et l’hypocrisie, la victimisation font partie de notre culture d’arabes.   Quand les Japonais et les Allemands se sont reconstruits en 50 ans, nous les arabes, nous préférons  faire comme Al-Khansa, nous pleurons la Palestine, nous dénonçons l’hypocrisie des européens, l’injustice de l’ONU, le parti pris des USA. Lucides, nous voyons toutes les pailles dans les yeux de nos voisins. Mais nous ne voyons pas la seule chose pourtant  visible : « La poutre dans nos yeux ».  Est-ce l’effet du narguilé  que nous fumons ?   La culture de la mort. On s’en fout     Je lis des analyses politiques qui évoquent des victoires des uns et des autres. En 1967, les Radios égyptiennes ont diffusé des communiqués annonçant la victoire avant de se rendre compte de l’évidence. En 6 jours, l’armée égyptienne a été écrasée.  Durant la première guerre du Golf, nous avons cru tous à ce mensonge qu’est la mère des batailles et la victoire qu’aurait enregistrée l’armée irakienne qu’on nous a vendu comme étant la quatrième puissance mondiale. Nous y avons cru. Puis nous avons cru que Saddam Hussein a résisté à l’embargo. Puis nous avons cru durant la deuxième guerre du Golf que les Oulouj font échouer sur les murs de Bagdad.   Aujourd’hui, certains politiques soutiennent que le gouvernement israélien tombera car  il y a eu 4 morts israéliens. Nous disons tous que les gouvernements européens sont sensibles aux pertes humaines et,  que du moment où il y aura quelques morts, leurs peuples exigeront qu’ils  se retireront de la guerre. Et nous ? Pourquoi n’avons-nous aucun respect pour la vie humaine ? pourquoi nous ne émouvons pas des milliers de morts palestiniennes ? Pourquoi nous ne sommes pas émus quand le Fatah organisait des assassinats de militants du Hamas ? Et quand le Hamas organisait des assassinats de militants de Fatah ? Pourquoi nous ne sommes pas émus quand Saddam Hussein organisait la liquidation des chiites et des Kurdes ?  Et pourquoi nous nous nous n’emouvons pas quand il y a des victimes israéliennes parmi les civils ? Je ne parle pas des soldats israéliens. Je parle de civils !   Dans notre culture, il faut le reconnaitre, nous n’accordons aucune importance à la vie humaine. Nous voulons que le gouvernement israélien tombe à cause de 4 morts, alors que nous refusons de demander des comptes à nos politiques arabes ? Combien de morts  avons-nous enregistrés à cause de leur politique ?   Combien y-a-t-il eu de morts à cause de la politique de Nasser ? On s’en fout  ! Combien y a-t-il eu de morts à cause de la politique de Saddam ? on s’en fout ! Pour les tunisiens, combien y-a-t-il eu de morts à cause de la politique de Bourguiba pour Bizerte ? on s’en fout. Il faut croire que nos milliers de  morts ne valent pas les 4 morts israéliens.   Paix à leurs âmes   En Palestine, il y a eu des massacres commis par l’armée israélienne.  Paix à leurs âmes.
 

 

 

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

24 décembre 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année,N° 3137 du 24.12.2008  archives : www.tunisnews.net     LTDH: Communiqué Liberté et Equité: Nouvelles

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.