16 juin 2007

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2580 du 16.06.2007

 archives : www.tunisnews.net


Petition: Stop à la torture en Tunisie

Voix Libre: Communiqué Ligue tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme: Info express FTCR : La reunion du comite de suivi du Forum Social Maghrebin interdite par la police tunisienne Kalima: La police choisit les participants à une réunion du 18 octobre Kalima: La police charge violement les syndicalistes à Kasserine et en blesse un grièvement Un film réalisé et produit par Zouhir Latif va être diffusé demain 17 juin 2007 sur la chaine Aljazeera international (en anglais) M C: Ben Ali demande le soutien économique de Washington AFP: Affaire Borrel: prélèvement d’ADN sur un suspect à Tunis (source judicaire) Le Temps: Me Abdessatar BEN MOUSSA, bâtonnier sortant fait le bilan de son mandat « Non, je n’ai pas échoué » Le Temps: La Tunisie classée première en termes de compétitivité Le Figaro: La Tunisie obtient un satisfecit de ses créanciers


Stop à la torture en Tunisie

           Le bureau juridique et d’information de l’Association Ez-zeitouna de Suisse condamne les agressions répétées que pratiquent les autorités tunisiennes sur les citoyens innocents et les organisations de la société civile. Le bureau condamne également avec rigueur toutes les formes de torture et toutes les pratiques inhumaines que subissent les prisonniers et les militants, des pratiques qui ont causé la mort et l’infirmité de nombreuses personnes. Le cas du prisonnier politique M. Layouni Walid. Ses capacités intellectuelles se sont altérées suite à la torture sauvage qu’il a subie. Devant cette situation juridique détériorée, le bureau demande aux autorités tunisiennes de mettre fin à toutes ces agressions et violations et appuie toute initiative appelant à l’arrêt de la politique de torture, d’harcèlement et d’opérations d’enlèvement de l’appareil de sécurité tunisien.         A l’occasion de la journée internationale de soutien aux victimes de la torture, en date du 27 juin 2007, et qui coïncide avec la journée internationale pour l’amnistie générale en Tunisie, le bureau juridique et d’information vous soumet cette pétition pour une collecte de signatures en vue de la remettre à l’Organisation des Nations Unies le vendredi 22 juin 2007 où nous organiserons un                            RASSEMBLMENT DEVANT SON SIEGE A GENEVE Et nous réitérons nos demandes pour : 1. La mise en liberté du prisonnier politique M. Layouni Walid et tous les prisonniers d’opinion en Tunisie. 2. L’arrêt de toute forme de torture que pratique le régime tunisien contre ses citoyens innocents. 3. L’arrêt de l’harcèlement des militants, des juristes et des journalistes et l’arrêt des violations physiques et psychologiques qui leur sont imposées. REMARQUE : Prière d’envoyer les signatures à l’adresse électronique du bureau : z_militants@yahoo.fr La liste des signataires
1.             Tanich Mohamed /  Menschenrechtsaktivist Deutschland 2.             Arbeitsgruppe Tunis-online.net / www.tunis-online.net 3.             Nait-Liman Abdennacer  AVTT  Genève 4.             Zouhair Trimeche – Schweiz- Suisse  5.             Moursel  Leksibi- auteur et journaliste  Tunisien (directeur du site :  www.tunisalwasat.com) 6.             Ridha Gadri (Italie) 7.             Douiri  Houcine: Bureau juridique et d’information Ez-Zeitouna (Suisse) 8.             Amira Douiri / Suisse 9.             Soumaia Hammami / Suisse 10.         Zitouni Lassâad ben Ali (réfugié politique – paris) 11.          Sellami Jamel (Suise)  12.         Sellami Faiza  (Suisse) 13.         Elbedoui   El Kout Soumaya / Suisse 14.         Haj Belgacem FETHI / Suisse 15.         Maître MATAR Abdelwahab Avocat en Cassation  SFAX – TUNISIE   16.         Chokri YACOUB/ Suisse 17.         Abdelbaki Khalifa  journaliste France 18.         Tahar Guilai  – Bienne- Suisse 19.         Chamakh  ben Chamakh –Suisse 20.         Cherif Mohsen 21.         Larbi Guesmi Rue des Acacias 3 – 2000 Neuchâtel – Suisse 22.         DRIDI   HASSEN (Suisse)           23.         Ibrahim Nawar ancien prisonnier politique                                                               24.         Hajjej Mohamed / Suisse                                                                                                     25.         Mohamed Moncef Gara (Zurich Suisse)                                                                            26.         Timoumi Abdelhedi München Deutschland 27.         Nabil Ben Mohamed (Suisse) 28.          Mdimagh Anouar, Suisse       29.         Elhaamdi Abderrahmen : E-mail: abder58@hotmail.com                         30.         Ben Amor Boukthir (Suisse)              31.         Doghri Kais – Paris 32.         Mokdad Lazhar/Suisse 33.         Chniter Mohsen  /Suisse 34.         Bouchiba Bechir / Suisse 35.         Hamza Chedli / Suisse 36.         L’équipe du site: www.alhiwar.net  (pour contacter : info@alhiwar.net) 37.         MOHSEN JANDOUBI – RIESENGEBIRGS STR.6 (53119.BONN) 38.         El Kout Ismail : Bureau juridique et d’information Ez-Zeitouna (Suisse) 39.         Abderrahman Khalledi – ancien prisonier politique et l’un des victimes de torture en Tunisie 40.         Ayda Jounit                                                                                                              41.         Nabil Essaadawi – Allemagne              42.         Lassad Alhammi – Allemagne                                                                                       43.         Abdessattar Weniss – Allemagne              44.         Mohamed Ali Belgacem – Allemagne              45.         Kadri Zarrouki  – Allemagne                                                                                           46.          Nassreddin Souilmi   – Allemagne                                                                                 47.         Amor Bouazza– Allemagne              48.         Noureddine Labidi   – Allemagne                    49.         Hechmi Ben Hamed    – Allemagne                                                                                                                           50.          Hédi Brik– Allemagne              51.         Luiza Toscane, France 52.         Laifi Kamel , France 53.         HAJLAOUI Riadh (Docteur en physique France) 54.         HAJLAOUI Mohamed  (France) 55.         Abdelhamid Eladdaci  (Danemark) 56.         DHIBI Mohsen 57.         Fakreddin Malouch 58.         Malika Bouallagui 59.         DHIBI Mohsen 60.         Issam hammami 61.         Karim Messaoudi – Allemagne – Germany 62.         Taher Labidi (journaliste – Paris)    63.         Zied Chedli  Suisse 64.         Nefzi Taoufik – SUISSE. 65.         Touil Lamia – SUISSE. 66.         Tahar boussafa 67.         Moncef Makdoud 68.         Abdallah Nouri– Allemagne 69.         Amna Abderrahim– Allemagne 70.         Mohamed Kasem – Kurde – La Syrie 71.          Mohamed Salah Mahfoud 72.         Haddaji Ammar /Suisse 73.         Chedli Ridha /Suisse 74.         Chedli Ibrahim /Suisse 75.          Messoud Béchir /Suisse 76.         Kibsi Sadok /Suisse 77.         Msaddak Boubaker /Suisse 78.         Masrouhi Jalel 79.          Amdouni Mohamed Ali 80.         Bousnina Abdelaziz /Suisse 81.         Falfoul Ali /Suisse 82.         Yehiaoui Moustafa /Suisse 83.         Taher Hechmi /Suisse 84.         Beltifa Abdelmonam /Suisse 85.         Dhahak Ridha /Suisse 86.         Faillèch Abdelhamid /Suisse 87.         Nifissi Najet /Suisse 88.         Fraj Mansour /Suisse 89.         Grira Lazhar /Suisse 90.         Gaidi Amor /Suisse 91.         Noureddine Ferjani (Suisse) 92.         Elbedoui Mohamed Ali (ASPP) SUISSE. 93.         Ridha Rjibi  (France)

Voix Libre ONG oeuvrant pour les droits de l’Homme contact@voixlibre.org Tel: 06 26 37 49 29 – Fax : 01 43 63 13 52 www.voixlibre.org

 

Communiqué

 

Paris le 16 juin 2007

 

Le  conseil d’administration de l’organisation Voix Libre s’est réuni samedi  16 juin 2007 et a passé en revue la situation des droits humains en Tunisie et dans le reste du monde.

 

Le conseil déplore la dégradation continue et l’absence de volonté politique d’amélioration de l’état des droits de l’Homme en Tunisie, avec la perpétuation des injustices commises à l’égard des opposants politiques et des acteurs de la société civile.

 

Le journaliste Abdallah Zouari continue de subir la déportation forcée au sud tunisien à 500 km de sa famille, et ce depuis son élargissement en 2002 après 11 ans de détention.

Un nombre important et inconnu à l’heure actuelle de jeunes tunisiens et tunisiennes sont arrêtés et incarcérés en dehors de tout cadre légal et sous prétexte de lutte contre le terrorisme, subissant la torture systématique et des traitements inhumains (rappelons le cas du jeune Layouni ayant perdu la mémoire).

 

Le harcèlement continu des défenseurs des droits de l’Homme et des familles des prisonniers politiques. La LTDH est empêchée de tenir son 6ème congrès national depuis 2005

Monsieur LASSAD JOUHRI subi toujours les poursuites et les arrestations répétées la dernière en date le 24 mai 2007.

Le sort réservé à la famille du Maître Abbou témoigne également de cette politique de répression systématisée.

 

En Syrie VOIX LIBRE exprime sa solidarité avec les victimes de la répression des défenseurs des droits de l’Homme, le dernier en date est Monsieur Michel Kilou.

 

En Egypte le CA exprime sa vive inquiétude quant à la recrudescence des procès intentés contre les opposants politiques civils devants des tribunaux militaires d’exception en violation flagrante des principes élémentaires des droits humains.

 

L’organisation VOIX LIBRE ré affirme son attachement aux valeurs universelles de respect des droits de l’Homme ainsi que sa détermination à défendre et à soutenir les victimes de la répression sans distinction.

CA de VOIX LIBRE- France


Ligue tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme 21, rue Baudelaire – El Omrane – 1005 Tunis Tél : 71.280596 – Fax : 71.892866 E-mail : ltdhcongres6@yahoo.fr Info express
Pour le 4ème samedi consécutif, les forces de l’ordre imposent un encerclement hermétique autour du siège central de la Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme (LTDH) à Tunis (Rue Baudelaire – El Omrane) sans raison apparente.
Les forces de l’ordre avaient empêché le samedi 26 mai dernier, la tenue au local sus indiqué d’un séminaire autour du Forum social tunisien. Le même blocus a été imposé les 02 et 09 juin courant autour du local central sans qu’il y ait aucune activité programmée.
Aujourd’hui samedi 16 juin, le local a été encerclé des premières heures de la matinée, toutes les issues menant à ce local ont été bloquées par des barrières métalliques et surveillées par un nombre impressionnant de policiers en civil et en tenue pour en interdire l’accès à toute personne autre que les membres du Comité Directeur de la LTDH.

 

 La police choisit les participants à une réunion du 18 octobre

 
Sihem Bensedrine 16 juin 2007 Le 15 juin courant, le comité du 18 octobre avait prévu d’organiser une réunion au local du FDTL ; Cette fois-ci la police postée à l’entrée de l’immeuble a décidé de filtrer les invités et de choisir les participants en lieu et place des organisateurs. Mis à part les membres du PDP et du FDTL, tous les autres invités (Hamma Hammami, Ayachi Hammami, Ali Ben Salem, Lotfi Hajji, Zied Daoulatli..etc) ont été empêchés d’accéder au local.
 
(Source : « Kalima » (Mensuel électronique – Tunis), N° 54 – juin 2007)

La police charge violement les syndicalistes à Kasserine et en blesse un grièvement

Sihem Bensedrine 16 juin 2007
Le jeudi 14 juin la police politique a violement chargé des syndicalistes rassemblés devant le siège de l’Union Régionale du Travail de Kasserine, occasionnant des blessures parmi les protestataires. Cette fois les adjoints du général, fiers tabasseurs de femmes et de vieillards, ont été à deux doigts de provoquer un drame : Mr Khaled Dalhoumi, membre de l’Union Régionale et du syndicat de l’enseignement de base qui avait appelé au mouvement, a été gravement atteint au crâne ; les médecins ont diagnostiqué une embarrure (fracture avec enfoncement d’une partie de l’os). Fort heureusement, ses jours sont hors de danger ; Il y a cependant à craindre que sa blessure ne laisse des séquelles.
 
(Source : « Kalima » (Mensuel électronique – Tunis), N° 54 – juin 2007)

LA REUNION DU COMITE DE SUIVI DU FORUM SOCIAL MAGHREBIN INTERDITE PAR LA POLICE TUNISIENNE

Les participants au comité de suivi du forum social maghrébin qui devait se déroulait aujourd’hui à hôtel Amilcar à Carthage en Tunisie ont été empêchée d’enter à l’hôtel par la police. Les délégués venant du Maroc, de Maurétanie, d’Algérie et de France dont le président de la FTCR sont maintenu hors de l’enceinte de l’hôtel. Au delà des mots dont se gargarise le gouvernement tunisien, voilà un triste témoignage réel claire et précis de l’état lamentable et dégradé des libertés et des droits de l’homme en Tunisie. La FTCR dénonce ce déni de démocratie et demande aux autorités tunisiennes de respecter le droit des tunisiens de se réunir conformément aux conventions internationales ratifiées par le gouvernement tunisien. Il est plus que temps de rompre avec ces pratiques autoritaires d’un autre âge. FTCR le 16 juin 2007 ;


 

Un film réalisé et produit par Zouhir Latif va être diffusé demain 17 juin 2007 sur la chaine Aljazeera international (en anglais)

Human wrongs

A protester who went on hunger strike to protest against the government’s treatment of dissenters Zine El Abidine Ben Ali, the Tunisian president who came to power in 1987, has since led one of the most economically stable countries in the region.

His co-operation in fighting the ‘war on terror’ and emphasis on women’s rights have won praise from Western governments. 

But as People & Power discovers, Tunisia’s polices towards its press and political dissenters do not quite reflect the liberal image it has in the West and Ben Ali has been accused of using torture against opposition activists.

This episode of People & Power airs from 17 June 2007

(Source: le site d’aljazeera en anglais, le 16 juin 2007)

Lien : http://english.aljazeera.net/NR/exeres/D751B946-4B20-4B64-AB31-3E7AC812C489.htm


MAGHREB CONFIDENTIEL N° 791 du 14/06/2007 Tunis

Ben Ali demande le soutien économique de Washington

La délégation du congrès américain à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, conduite début juin à Tunis par le démocrate John Tanner, avait comme ordre du jour la sécurité et la lutte contre le terrorisme… Mais c’est le dossier économique qui a animé l’entretien entre le président Ben Ali et Tanner.   Le chef de l’Etat tunisien a profité de cette rencontre, qui a duré une heure et demi au lieu des trente minutes prévues, pour demander le soutien de Washington dans la lutte contre le chômage des jeunes diplômés de l’université, ainsi que son appui en vue d’augmenter le flux d’investissements américains en Tunisie.  

Affaire Borrel: prélèvement d’ADN sur un suspect à Tunis (source judicaire)

TUNIS, 16 juin 2007 (AFP) – Un prélèvement d’ADN a été pratiqué sur un Tunisien suspecté d’être impliqué dans la mort du juge français Bernard Borrel, à la demande de la justice française, a indiqué samedi à l’AFP une source judiciaire. Hamouda Hassan Adouani, a été entendu le 12 juin par le doyen des juges d’instruction au Tribunal de première instance de Tunis, qui agissait sur commission rogatoire internationale lancée par la juge française Sophie Clément. Ce Tunisien, qui était assisté par un avocat, « a nié toute implication dans ce crime », a affirmé la même source. Il s’est « présenté au rendez-vous en liberté et s’est prêté de son plein gré au prélèvement d’ADN ordonné par le juge » tunisien en application de l’accord franco-tunisien en matière pénale, a-t-on ajouté de même source. Hamouda Hassan Adouani fait objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la juge Sophie Clément, qui avait ordonné le prélèvement d’ADN pour le comparer à des empreintes génétiques inconnues retrouvées sur le short du juge Borrel retrouvé mort en 1995 à Djibouti. Bernard Borrel avait été retrouvé mort en 1995, le corps en partie carbonisé, en contrebas d’un ravin à 80 km de Djibouti. L’enquête française a privilégié dans un premier temps la thèse d’un suicide avant de retenir celle d’un assassinat, après de nouvelles expertises (coup sur la tête, utilisation de deux liquides inflammables différents, empreintes génétiques…). Sa veuve, Elizabeth Borrel, va être reçu mardi par le président Nicolas Sarkozy à qui elle avait fait appel pour faire respecter l’indépendance de la justice dans l’enquête sur les circonstances du décès suspect de son mari. Mme Borrel et ses avocats, Mes Olivier Morice et Laurent De Caunes, ont dénoncé « des pressions politiques incontestables » de l’Etat français dans cette enquête.  

 

Me Abdessatar BEN MOUSSA, bâtonnier sortant fait le bilan de son mandat

« Non, je n’ai pas échoué »

Plus que quelques jours nous séparent des élections chez les avocats prévues pour le 1er juillet prochain. Certains avocats pensent que la situation actuelle est grave et seules des réformes de fond peuvent changer les conditions de travail et l’exercice du métier dans un cadre de transparence.

A cet effet, nous avons déjà entamé une série d’interviews sur les colonnes de notre journal, notre invité aujourd’hui est Me Abdessatar Ben Moussa, le bâtonnier actuel. Après trois ans, Me Ben Moussa a décidé de ne pas renouveler sa candidature pensant que c’est plus démocrate de laisser la place à quelqu’un d’autre.

Le Temps : Comment évaluez vous la situation actuelle des avocats ? et comment voyez vous les remèdes ?

Me Abdessatar Ben Moussa : La profession va mal pour plusieurs raisons : lenteur, manque de transparence, manque de cadres et de personnel, manque de moyens..

Tous ces facteurs accablent bien évidemment le barreau à tel point que les droits de la défense sont souvent bafoués. A citer un exemple : le problème que rencontrent les avocats lors de la visite de leurs clients dans les prisons. La situation matérielle ne cesse de se dégrader à cause de plusieurs facteurs essentiellement la restriction du champ d’action des avocats qui rétrécit comme une peau de chagrin. Une grande partie des avocats n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires et à s’acquitter des dépenses nécessaires tel que le paiement des loyers. Les statistiques dont disposent l’Ordre à ce propos sont alarmantes.

 

Les conditions de travail des avocats sont de plus en plus difficiles. Les procédures judiciaires ne sont pas souvent respectées. Même chose pour les circulaires à tel point que l’avocat peine quotidiennement.

Tout ceci nécessite une réforme radicale qui reconnaisse au barreau sa véritable place en tant qu’organe constitutionnel et reconnaisse à la défense sa légitimité en tant que condition primordiale à toute justice équitable. Cette réforme ne pourra se faire que s’il y a une volonté réelle et une conscience des avocats quant à leur solidarité et quant à la sauvegarde de la confraternité. Cette réforme consiste à élargir le domaine d’action des avocats dans tous les domaines (consultation, rédaction des contrats, défense et plaidoirie ). A titre d’exemple, il convient d’obliger les sociétés commerciales à partir d’un capital déterminé d’avoir un avocat conseil à l’image des experts comptables.

Il s’agit également d’améliorer les conditions de travail des avocats et de leur garantir une certaine immunité à l’instar de leurs confrères partout dans le monde que ce soit par l’élimination de l’article 46 de la loi actuelle concernant les délits d’audience et aussi protéger les avocats pendant l’exercice de leur fonction des atteintes dont ils font l’objet. Par exemple dans le droit égyptien toute atteinte à un avocat dans les tribunaux est similaire à l’atteinte portée à un juge et si l’atteinte est commise dans la salle d’audience, elle est similaire à l’atteinte portée à la Cour. Alors que chez nous l’atteinte à un avocat même dans une salle d’audience est traitée comme une atteinte à un simple citoyen.

La réforme consiste aussi à résoudre le problème de la couverture sociale en se basant sur les projets présentés par le Conseil et il faut amender la loi en instituant le Corps des barreaux. Cette loi a marginalisé le rôle de l’avocat dans la direction de l’Institut supérieur et dans la formation des avocats. Cette loi a fait de l’institut un établissement public à caractère administratif unique et dans son genre puisque la plupart des écoles de barreaux sont sous forme d’utilité publique.

 

Comment évaluez-vous le bilan de votre mandat ?

Comme pour toute personne, il y’a du positif et il y’a du négatif. J’ai travaillé et qui travaille commet des fautes. Je n’ai pas profité et la tentation était tellement facile.

J’ai essayé d’être le bâtonnier de tous les avocats et je le suis jusqu’au 30 juin. J’espère que le prochain bâtonnier œuvrera dans ce sens, sauvegardera notre indépendance et aura plus de chances. Je serais aussi à la disposition du prochain bâtonnier et de toutes les structures tant qu’ils resteront garants des principes essentiels du métier d’avocat.

Pourquoi n’avez-vous pas renouvelé votre candidature ?

Comme je suis pour la transparence, je suis aussi pour l’alternance. Je ne crois pas aux personnes, je crois aux institutions. Et comme l’a dit Nelson Mandela « nul n’est indispensable ». Ce que je peux faire les autres pourront le faire. Les exemples dans l’occident montrent bien qu’il y a alternance du bâtonnier et chacun essaie de mieux faire.

 D’après vous qu’est ce qui vous a empêché de réussir ?

Je n’ai pas échoué. Mais c’est vrai qu’il y’avait certaines contraintes comme les difficultés à résoudre radicalement le problème de notre métier. Il y’a aussi le manque de conscience chez certains et le manque de militantisme chez d’autres.

Comment voyez-vous le profil du bâtonnier ?

Le bâtonnier doit être indépendant, démocrate, militant et courageux. En pratique il doit être le bâtonnier de tous les avocats. Le bâtonnier c’est quelqu’un qui travaille avec âme et conscience et doit rester pour un seul mandat.

Pensez vous que ce profil existe chez l’un des candidats au bâtonnat ?

Les discours et la phraséologie ne sont pas des indices suffisants pour évaluer un bâtonnier. Seules la pratique et l’expérience nous permettront de juger le bâtonnier de l’Ordre après coup.

Quel avenir pour les jeunes avocats ?

La situation des jeunes avocats est alarmante. Il faut bien repenser à leur situation. Il convient d’instaurer des réformes radicales qui permettent de repenser à l’exercice effectif de la formation et à l’encadrement. Il est impératif d’améliorer leur condition matérielle et morale.   

Etes vous optimiste pour la période à venir ?

On ne peut qu’être optimiste.

Interview réalisée par Afef BEN ABDELJELIL

(Source: « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 16 juin 2007)


 

Rapport du Forum de DAVOS sur l’Afrique

La Tunisie classée première en termes de compétitivité

Un nouveau rapport sur la compétitivité africaine, élaboré par le Forum Economique de Davos, en collaboration avec la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement a été publié, avant-hier, en prélude au forum économique sur l’Afrique qui se tient du 13 au 15 juin courant  à Cape Town (Afrique du Sud ). Il s’agit d’un premier rapport sur l’environnement conjoncturel des entreprises africaines. La Tunisie a été classée 1ère en Afrique en matière de compétitivité et 29ème à l’échelle mondiale.

Le rapport reconnaît trois clés de succès permettant de rendre les pays africains dont la Tunisie plus compétitifs à savoir : l’accès au financement, les infrastructures de bases adéquates et la crédibilité des institutions. « La difficulté d’accéder aux services financiers constitue le principal obstacle à surmonter pour les entreprises africaines mais les infrastructures déficientes, la corruption et la faiblesse des institutions nuisent également à la compétitivité des biens et des services africains », souligne le rapport.  Ainsi, cinq thèmes communs ont été retenus pour analyser la compétitivité des pays : le cadre politique, l’accès au financement, l’infrastructure, la corruption et les exemples de réussite. 

Devançant l’Afrique du Sud, la Tunisie a été classée 19ème en matière de corruption, 36ème en matière de protection des droits de propriété, 34ème pour son système judicaire et 20ème pour la performance de son environnement sécuritaire. La Tunisie a été également classée cinquième en terme de participation de la femme à la vie active ou encore au travail.

Le rapport juge le marché de travail tunisien « flexible et performant » et classe le pays au 32ème rang en la matière et au 29ème rang en terme de relation entre employé et employeur. « Les rapports entre l’employeur et le travailleur se caractérisent par une bonne coopération », indique l’étude.

Par ailleurs, et en matière de qualité des institutions privées et les valeurs éthiques des entreprises, la Tunisie a été placée au un même pied d’égalité avec l’Espagne et le Portugal. Il va sans dire que des efforts doivent être encore fournis pour améliorer le climat des affaires en Tunisie, notamment en matière d’accès au financement, de taxes élevées d’imposition et de régulations mais aussi le volet de la bureaucratie.

Le rapport présente ainsi une vision intégrée des défis politiques auxquels les nations africaines sont confrontées tandis qu’elles jettent des bases d’une croissance et d’une prospérité durables. « L’Afrique a toutes les cartes en main pour devenir un acteur beaucoup plus compétitif » , affirme Obiageli Katryn Ezekwesili, vice-présidente de la Banque Mondiale, chargée de l’Afrique. « La clé de l’avenir pour les économies africaines est le commerce et l’investissement », ajoute Donald Kaberuka, président de la Banque Africaine de Développement.

Yosr GUERFEL

(Source: « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 15 juin 2007)


La Tunisie obtient un satisfecit de ses créanciers

Tunis JEAN-FRANÇOIS ARNAUD.  Publié le 16 juin 2007 Actualisé le 16 juin 2007 : 11h48   RÉUSSITE. La Tunisie arrive en tête du continent en termes de compétitivité, devant l’Afrique du Sud.  RÉUSSITE. La Tunisie arrive en tête du continent en termes de compétitivité, devant l’Afrique du Sud.  Le gouvernement a convaincu ses bailleurs de fonds de financer son plan de développement à cinq ans. DES PLATEAUX en argent chargés de pâtisseries orientales et du champagne coulant à flots, le gouvernement Ben Ali avait mis les petits plats dans les grands, cette semaine, pour recevoir ses bailleurs de fonds (Banque mondiale, Banque européenne d’investissement, Union européenne, Banque africaine de développement, Banque islamique de développement, Agence française de développement…). « Nous avons voulu présenter de la manière la plus transparente possible les acquis et les défis de l’économie tunisienne, explique Mohammed Jouini, le ministre du Développement, pour convaincre nos partenaires de continuer à financer nos projets. » Taux de croissance de 6 % De fait, les performances de l’économie tunisienne ont été saluées par les visiteurs. Entre 1997 et 2006, le taux de croissance moyen s’est élevé à 4,5 %. Et, chose rare dans un pays en développement, la misère a été quasiment vaincue, puisque 4 % seulement de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté, alors que 80 % des Tunisiens constituent la classe moyenne, avide de consommation et de confort. « Nous faisons nôtres les objectifs annoncés par le gouvernement tunisien », affirme Philippe de Fontaine Vive, le vice-président de la Banque européenne d’investissement. Heureux hasard du calendrier, les responsables tunisiens venaient d’apprendre que, selon un rapport du Forum économique mondial (WEF) sur l’Afrique, leur pays a devancé l’Afrique du Sud pour arriver en tête des pays africains en termes de compétitivité. Sur un classement de 128 États, la Tunisie est en 29e position. Elle ne veut pas en rester là. Le XIe plan prévoit d’ici à 2011 un rythme annuel de croissance de 6,1 % et un revenu annuel par habitant de 5 700 dinars (environ 3 200 euros). En bref, il s’agit d’atteindre le niveau de prospérité des pays de l’OCDE. « Nous n’avons pas beaucoup de pétrole, et la hausse du baril nous est même défavorable, mais les pays du Golfe investissent beaucoup chez nous », indique Noureddine Zekri, le directeur général de l’investissement extérieur au ministère du Développement. La France reste le premier partenaire du pays, mais l’appétit des monarchies pétrolières est impressionnant. L’exemple le plus spectaculaire a été la privatisation de 35 % du capital de Tunisie Télécom, l’année dernière. Plusieurs groupes français étaient sur les rangs, mais, au dernier moment, le groupe Tecom-Dubai Investment Group a remporté l’affaire en mettant 2,5 milliards de dollars sur la table. Autant dire que, dans ce contexte, Tunis devrait trouver sans mal les 63 milliards de dollars nécessaires à la mise en oeuvre de son plan de développement 2007-2011. D’autant que l’essentiel de l’enveloppe sera fourni par l’épargne tunisienne. « Nous soutenons le plan tunisien, affirme Daniela Gressani, la vice-présidente de la Banque mondiale, même si nous insistons pour que le pays améliore sa gouvernance et libéralise encore son économie. » D’autres critiques sont faites au pays sur son « déficit démocratique », car les ONG lui reprochent de nombreuses atteintes à la liberté d’expression et plusieurs prisonniers d’opinion. La Tunisie répond que son développement économique n’est possible que dans la stabilité et la paix. La menace islamiste, bien réelle, justifie, selon Tunis, un système privilégiant le progrès économique et social au détriment des libertés individuelles. (Source: Le Figaro du 16 juin 2007) Lien: http://www.lefigaro.fr/economie/20070616.FIG000000825_la_tunisie_obtient_unsatisfecit_de_ses_creanciers.html

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

1 juin 2011

TUNISNEWS 11 ème année, N°4026 du 01.06.2011 archives : www.tunisnews.net Reuters: Longuet exclut toute démission pour un séjour

En savoir plus +

6 novembre 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2359 du 06.11.2006  archives : www.tunisnews.net AISPP: Communiqué La communauté Tunisienne

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.