13 janvier 2008

Home – Accueil

TUNISNEWS
8 ème année, N°  2790 du 13.01.2008

 archives : www.tunisnews.net


 

AISPP: L’affaire de Slimane, un précédent dans l’histoire de la justice tunisienne

SGES: Pourquoi les professeurs du secondaire en TUNISIE observeront-ils une grève de deux jours les 16 et 17 janvier 2008 ? AP: Tunisie: naissance du premier syndicat des journalistes Le site web de la FIJ enfin « Libéré »

AP: Tunisia creates first union for journalists Panapress: Dénonciation des violences contre les journalistes Le Temps: Attribution du permis « Le Kef » à la société « PRIMOIL » CAN-2008/préparation:  le match amical Tunisie-Iran annulé

 


Liberté pour tous les prisonniers politiques Liberté pour Abdallah Zouari, le journaliste exilé dans son propre pays Association Internationale de Soutien aux prisonniers politiques 43 rue Eldjazira, tunis e-mail : aispptunisie@yahoo.fr Tunis, le 12 janvier 2008

L’affaire de Slimane, un précédent dans l’histoire de la justice tunisienne

L’affaire connue comme celle de « Slimane » prend décidément une tournure extraordinaire […] les avocats, les accusés et leurs familles ont eu la surprise d’apprendre que le procès en appel avait été fixé pour le 15 janvier devant la vingt septième chambre de la cour d’Appel de Tunis, présidée par le juge Mannoubi Hamidane L’association […] Après des condamnations à mort et à perpétuité, voici venue la saison des réductions de peine ! * La vingt septième chambre criminelle de la Cour d’Appel de Tunis, présidée par le juge Mannoubi Hamidane a prononcé vendredi 11 janvier tard dans la soirée son jugements dans : – l’affaire n ° 10512 dans laquelle sont déférés Ameur Alia, Abdelmajid Ghabi et Ali Chaouch, accusés d’adhésion sur le territoire de la République à une entente ayant fait du terrorisme un moyen de concrétiser ses desseins, d’appel à adhérer à une organisation terroriste, de fourniture d’armes, d’explosifs, de munitions, de matières et d’équipements analogues à une organisation terroriste; de fourniture d’informations à une organisation terroriste. Elle les a condamnés à trois ans d’emprisonnement, or le tribunal de première instance avait prononcé à leur encontre une peine de quinze ans d’emprisonnement; * la même chambre, dans l’affaire n° 10484, a condamné à une peine de trois ans d’emprisonnement Samir Hannachi. Il avait été condamné en première instance (avec Hassen Saadi, condamné par contumace) à une peine d’emprisonnement de cinq ans et à une amende de cinq mille dinars. […] Mehrez Hammami poursuit son « combat contre le terrorisme » ! La quatrième chambre criminelle du Tribunal de Première Instance de Tunis, présidée par le juge Mehrez Hammami, a examiné aujourd’hui 12 janvier 2008 : * L’affaire n °11434 dans laquelle sont déférés Khaled Gannoudi, Monji Mansouri, Choukri Jendoubi, Makram Dakhlaoui, Mohammed Ali Talbi, Mounir Eleuchi, Mohammed Rabah, Khaled Layouni, Lotfi Gannouchi, Safouane Ayari, et Houssine Rhili, accusés notamment d’adhésion à une organisation ayant fait du terrorisme un moyen de concrétiser ses desseins, d’utilisation d’un nom, d’un mot et d’un symbole pour identifier une organisation terroriste, ses activités et ses membres, d’hébergement clandestin des membres d’une organisation ayant un rapport avec les crimes terroristes, cela pour avoir pensé à rejoindre la résistance irakienne. La commission de la défense était composée de Maîtres Samir Ben Amor, Radhia Nasraoui, Anouar Aouled Ali. La séance a été levée pour les délibérations et le prononcé du jugement. Les plaidoiries ont vu une controverse entre le juge et les avocats qui tenaient à faire valoir les violations de procédure, notamment l’utilisation de la torture pour extorquer des aveux de leurs clients et la falsification des dates d’arrestation. * l’affaire n°13695, dans laquelle sont déférés Saber Ksila, Malek Chrahili et Khaled Layouni, accusés d’adhésion sur le territoire de la République à une entente ayant fait du terrorisme un moyen de concrétiser ses desseins, d’utilisation du territoire de la République pour mandater des personnes en vue de commettre une action terroriste en dehors du territoire de la République, d’appel à adhérer à une organisation ayant un rapport avec les crimes terroristes, d’utilisation d’un nom, d’un mot et d’un symbole pour identifier une organisation terroriste, son activité et ses membres, d’entraînements militaires hors du territoire de la République en vue de commettre un crime terroriste à l’étranger, de mise à disposition d’un local de réunion pour les membres d’une organisation et des personnes ayant un rapport avec les crimes terroristes. La commission de la défense était composée de Maîtres Ali Mansour, Samir Ben Amor, Abderraouf Ayadi, Anouar Aouled Ali et Radhia Nasraoui. Après la lecture de l’acte d’accusation et l’interrogatoire des accusés, les avocats ont plaidé, faisant valoir la nullité de la procédure, les procès verbaux reposant sur des aveux extorqués sous la torture et des dates d’arrestation et des procès verbaux de garde à vue falsifiés, ainsi que la non constitutionnalité de la loi du 10 décembre 2003. Les plaidoiries se sont poursuivies tard dans la soirée aujourd’hui. […] Pour la commission de suivi des procès Le secrétaire général de l’Association Maître Samir Dilou (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)

    

 


 Le syndicat général de l’enseignement secondaire:

Pourquoi les professeurs du secondaire en TUNISIE observeront-ils une grève de deux jours les 16 et 17 janvier 2008 ?

 

Le syndicat général de l’enseignement secondaire a publié un communiqué le 10 janvier 2008 adressé aux professeurs du secondaire les incitant à participer massivement à la grève du 16 et 17 janvier 2008 en réponse au licenciement abusif de 3 enseignants et aux mutations arbitraires de 97 enseignants du secondaire .

Cette forme d’injustice instituée par le ministère de l’éducation et de la formation est dirigée contre les syndicalistes et plus particulièrement contre les maîtres auxiliaires catégorie A (MACA) en raison de leur engagement syndical.

Le syndicat général de l’enseignement secondaire affirme que le droit syndical est légitime pour tout employé quelle que soit sa situation administrative et que de telles pratiques du ministère ne visent qu’à instaurer un climat de peur chez les enseignants.

Le recours à cette grève est mû par la volonté d‘assurer la réintégration des professeurs : messieurs Moez Zohglami, Ali Jallouli et Mohamed Moumni qui ont observé une grève de la faim durant 39 jours afin de faire revenir le ministère sur sa décision illégale.

Cette grève du 16 et 17 janvier 2008 vise également à l’annulation de la décision d’avoir éloigné 97 professeurs de leurs établissements d’origine pour avoir participé à la grève du 11 avril 2007.

Le syndicat précise que cette lutte est engagée pour défendre le droit syndical, contre la précarité de l’emploi et ce, malgré les accords conclus entre le syndicat et le ministère (17 octobre et 15 mai 2007) préconisant la suppression du recrutement des enseignants à titre de MACA.

Il est à préciser également que les trois enseignants en question ont été licenciés malgré leur compétence professionnelle attestée par leurs inspecteurs respectifs.

Cette grève vise, donc, à défendre :

·         le droit syndical.

·         le droit à un emploi stable.

·         La réintégration des professeurs abusivement licenciés et ceux arbitrairement éloignés. 

         

 

                                 Le syndicat général de l’enseignement secondaire


 

 Tunisie: naissance du premier syndicat des journalistes

AP | 13.01.2008 | 19:25
TUNIS – Revendiqué depuis plus de vingt ans, le premier Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a vu le jour dimanche à l’occasion du congrès constitutif tenu par la corporation. La nouvelle structure prend la relève de l’Association des journalistes tunisiens (AJT), jugée trop proche du pouvoir et dissoute la veille par quelque 400 congressistes présents sur le millier de journalistes professionnels que compte le pays. Après plus de quarante ans d’existence, l’AJT, qui n’avait pas d’attributions syndicales, disparaît avec un constat d’échec unanimement admis quant à la promotion de la profession et à l’amélioration de la condition des journalistes. L’un des griefs résidait dans les liens rapprochés que la plupart des comités directeurs entretenaient avec le pouvoir, voire « l’allégeance » que certains lui faisaient. Près de 40 candidats briguent la direction du nouveau syndicat, dont deux listes « indépendantes » et deux autres proches du pouvoir. Aussi, plusieurs chefs de file entendent-ils rétablir la profession dans sa « dignité ». Car « le journaliste tunisien est aujourd’hui humilié », constate l’un d’eux, Abdelhak Tarchouni. « La situation de la presse en Tunisie est déplorable et ne répond ni à nos aspirations ni à celles du citoyen », déplore un autre candidat indépendant, Néji Boughouri. Dénonçant « la marginalisation » du secteur, Mongi Khadhraoui prône quant à lui « l’indépendance de la profession vis-à-vis aussi bien du pouvoir que des autres acteurs ». Présent à ces assises qui doivent déboucher ce dimanche en fin de soirée sur l’élection d’un bureau exécutif de neuf membres, le président de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Jim Boumelha, a formé l’espoir que le nouveau syndicat « marquera le début d’une ère nouvelle pour le journalisme tunisien ». Un autre syndicat autonome fondé en 2004 par un groupe de journalistes, dont plusieurs opposants au régime, demeure non reconnu par les autorités et n’a pas pu jusqu’ici tenir son congrès. AP


Le site web de la FIJ enfin « Libéré »

 

Le site web de la FIJ (Fédération Internationale des Journalistes : http://www.ifj.org ) est redevenu ce matin accessible en Tunisie, son blocage a été levé.

 

Info envoyée le 13 janvier 2008 par « Zied ELHENI »


Tunisia creates first union for journalists

Associated Press, le 13 janvier 2008 à 19h32

 

TUNIS, Tunisia (AP) _ Tunisian journalists created their first union on Sunday in hopes of promoting the profession and improving the lot of journalists in a country where press freedom is tightly controlled.

 

The National Union of Tunisian Journalists replaces an association that is more than 40 years old, most of whose leaders were closely linked to the power structure.

 

The president of the International Federation of Journalists, Jim Boumelha, said he hoped the new union « will mark the start of a new era for Tunisian journalism. »

 

About 40 journalists were running for leadership posts in the new union, half of them listed as independents and half considered close to the power structure.

 

« The Tunisian journalist has been humiliated, » said one independent candidate, Abdelhak Tarchouni, running for a post on the executive committee.

 

« The situation of the Tunisian press is deplorable, and responds to neither our aspirations nor those of

citizens, » said another independent, Neji Boughouri.

 

This small North African nation credited with combining its Muslim culture with modernity keeps a tight hold on the press, with independent reporting stifled. Seizures of French newspapers carrying reports critical of Tunisia are typically pulled from kiosks. International human rights organizations have long criticized Tunisian authorities’ refusal to move toward press freedom.

 

There are about 1,000 journalists in Tunisia.


 

Dénonciation des violences contre les journalistes

 

Tunis, Tunisie – Le président de la Fédération internationale des journalistes (FIJ), Jim Boumelha, a dénoncé samedi à Tunis les assassinats de journalistes, estimant que le phénomène avait atteint « des niveaux extrêmes » au cours des trois dernières années. S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture du congrès constitutif du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT), il a affirmé que 171 journalistes et travailleurs des médias ont été tués pendant les trois dernières années. « Le danger que rencontre ces journalistes est en grande partie local, à l’occasion de reportages sur la pauvreté, la corruption ou les abus de pouvoir », a déclaré M. Boumelha. « Des centaines d’autres journalistes sont harcelés, attaqués ou emprisonnés et pas seulement dans les zones de conflit. Cette vague de violence contre les médias et les assassinats de journalistes sont devenus la question la plus importante pour tous les journalistes du mondeé, a-t-il ajouté, estimant que le métier de journaliste est devenu plein de risques. « Nous subissons de plus en plus les pressions des pouvoirs politiques, nous sommes soumis de plus en plus à une surveillance plus étroite et à des restrictions croissantes », a déploré le président de la FIJ. Il s’est par ailleurs félicité de la création, il y a quelques semaines à Abuja, au Nigeria, de la naissance de la Fédération africaine des journalistes. « La première action syndicale de cette Fédération a été d’appeler l’Union africaine (UA) et la Commission des droits de l’Homme des Nations unies à mener une enquête, à dénoncer et prendre des actions appropriées contre les pays qui violent les droits fondamentaux des journalistes », a déclaré M. Boumelha. « Il est difficile aujourd’hui de parler pompeusement de liberté de presse alors que les journalistes vivent dans des conditions fragilisées ou dans des conditions de corruption, de pauvreté ou de peur », a-t-il soutenu.   Tunis – 13/01/2008 Panapress

 

 


 

Voici le numéro 89 d’ELKHADRA.

Bonne lecture http://elkhadra.over-blog.com/ elkhadra@hotmail.com  

 

#  LA GALERE DES CONS.   # Marzouki dans le texte # Marzouki dans le texte # Marzouki dans le texte # BOUBUSCH # BOUBUSCH # BOUBUSCH # BOUBUSCH # LES VASES COMMUNIQUANT # NABOLEON # Le monde comme il tourne # Egypt’s new golden age of television # A Muslim Superman # UN MERCENAIRE DE LA SOURIS # En finir avec Al-Qaeda # Rapport Attali # LA QUESTION ARABE EN 2008-العام الجديد والقضية العربية… # Vérité-Action # BUSH’S TYRANNY # BLANC BONNET-BONNET BLANC # Tendances et événements au Proche-Orient . # Nouvelle année hégirienne 1429 # Islam, laïcité et droits humains # Algérie : Quand Tocqueville légitimait les boucheries ul de France # EXIL INTERIEUR # La découverte dangereuse de Cossiga (07/01/2008 ) # Faut-il craindre la science ? # L’illégitimité d’Israël

 


 

Attribution du permis « Le Kef » à la société « PRIMOIL »

 

Une convention relative à l’octroi du permis de recherches d’hydrocarbures dit permis « le Kef » vient d’être signée au profit de la société « PRIMOIL », filiale de la société française « SOPRODIS » et de la société australienne « Oil Search (Tunisia) Limited », en association avec l’entreprise tunisienne des activités pétrolières (ETAP).

 

La superficie de ce permis qui s’étend sur les gouvernorats du Kef et de Jendouba, est de 2836 km2. Le programme des travaux de la période initiale, fixée à quatre ans, correspond à la réalisation d’une campagne sismique et d’un puits d’exploration avec un investissement estimé à 5 millions de dollars.

 

(Source : « Le Temps » (Quotidien – Tunis), le 13 janvier 2008)


CAN-2008/préparation:  le match amical Tunisie-Iran annulé

 

AFP, le 13 janvier 2008 à 16h23

 

TUNIS, 13 jan 2008 (AFP) – Le match amical entre la Tunisie et l’Iran prévu le 16 janvier à Tunis dans le cadre de la préparation de la sélection tunisienne à la Coupe d’Afrique des nations CAN-2008) au Ghana a été annulé, a indiqué dimanche la Fédération tunisienne de football (FTF).

Cette annulation serait due à l’impossibilité pour l’Iran d’aligner ses joueurs titulaires en raison de leur engagement avec leurs clubs, a-t-on ajouté de même source.

Un autre rencontre amicale contre la Guinée Equatoriale prévue le 8 janvier avait été annulée en raison du « refus » de plusieurs clubs européens de libérer les joueurs de cette équipe qui ne s’était pas qualifiée pour la CAN-2008.

Fin décembre, la FTF avait annoncé le « désistement » du Maroc et de l’Egypte qui « préféraient jouer devant leurs publics », selon la presse tunisienne.

L’équipe tunisienne qui s’envolera le 18 janvier pour Accra avait disputé quatre matches de préparation à la CAN-2008 depuis novembre 2007 contre la Namibie à Tunis (2-0) et l’Autriche à Vienne(0-0)avant d’affronter à deux reprises la Zambie les 6 et 8 janvier

à Radès, près de Tunis (1-2, 1-0).

Durant la phase finale de la CAN-2008 (20 janvier-10 février au Ghana), la Tunisie jouera dans le groupe D contre le Sénégal, l’Afrique du sud et l’Angola.

 

 


 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

22 juillet 2004

Accueil TUNISNEWS   5 ème année, N° 1524 du 22.07.2004  archives : www.tunisnews.net قدس برس: جمعية القضاة التونسيين تستنكر الضغوط التي

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.