8 juillet 2001

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 418 du 08/07/2001

 

 .
  • LES TITRES DE CE JOUR:

  1. C.I.S.P.P.T: Appel Urgent

  2. Sayyed Ferjani: Mise au point

  3. Tentative d’agression à l’encontre de deux membres du CRLDHT

  4. Surur Marzouki: Suggestion

  5. Extraits de l´Audace numéro 75/76


هيئة الدفاع في محاكمة النهضة 1992 تصدر بيانا بمناسبة اليوم العالمي للعفو التشريعي العام في تونس

قصيدة : أجميلة

 
Comite International de Solidarité
pour les Prisonniers Politiques en Tunisie

  

Nous, citoyens tunisiens, défenseurs des Droits de l´Homme, personnalités politiques, scientifiques et organisations dans le monde entier,
 
lançons un appel mondial aux autorités tunisiennes à mettre fin aux souffrances de plus de 1000 Prisonniers Politiques qui sont détenus dans des conditions extrêmement inhumaines à cause de leurs opinions politiques et intellectuelles.

Appel urgent pour:

  1. Mettre fin aux souffrances continues des victimes de la torture et de leurs familles,
  2. Une amnistie générale pour tous les prisonniers politiques, et la garantie de tous leurs droits constitutionnels,
  3. Dédommager moralement et matériellement toutes les victimes de la torture.

 

SOUSCRIVEZ VOTRE SOLIDARITÉ

Envoyez un e-mail à: icsppt@hotmail.com

contenant: votre nom, nationalité, pays, profession et e-mail

Le Comité vous appelle à distribuer son appel et son site web par tous les moyens aux Tunisiens et autres, à collecter les signatures de ceux qui n’ont pas une connexion Internet ou une adresse e-mail (avec noms, nationalités, pays de résidence et professions) et les envoyer au Comité.

 

Nous vous appelons à visiter régulièrement le site du Comité et proposer toutes informations ou liens appropriés.

Cite web http://membres.tripod.fr/polprisoners/

   

 

هيئة الدفاع في محاكمة النهضة 1992 تصدر بيانا بمناسبة اليوم العالمي للعفو التشريعي العام في تونس

   

الحمد لله 

، الكاف في 26 جوان ‏2001‏‏

بـــــــلاغ

نحن المحامين النائبين عن النهضويين الذين أحيلوا على المحكمة العسكرية في أوت 1992،

نذكر مرة أخرى الرأي العام الوطني والدولي بمأساة موكلينا الذين تمت محاكمتهم إثر متابعات جماعية وبالجملة انتهكت فيها الحرمة الجسدية وديست فيها كل الحقوق والحريات الفردية وخرقت أثناءها كل المبادئ والأصول القانونية وخاصة حق الدفاع لتختم بأحكام لا سند لها واقعا وقانونا حيث لم يثبت في حق موكلينا سوى ممارستهم لحريتهم في الرأي والتعبير والتنظيم.
ولم تقف معاناتهم عند هذا الحد، حيث كان دخولهم السجن بداية تنفيذ عملية منظمة استهدفت تحطيمهم بدنيا وماديا ومعنويا.
ثم كان خروج بعضهم منه بداية عملية ثالثة في التنكيل والهرسلة والحرمان من أبسط الحقوق الآدمية.
ولأن عددا هاما منهم لازال قابعا في السجون منذ أزيد من عشر سنوات كاملة بعضهم أمضاها ويمضيها في عزلة تامة خرقا للأعراف الدولية التي تعتبر السجن الانعزالي ضربا من ضروب التعذيب.

ولأن منوبينا أبرياء ومأساتهم فاقت كل الحدود فإننا:
– نعلن إكبارهم للمجلس الوطني للحريات وتقديرهم لمناداته منذ مدة بعفو تشريعي عام.
– تثمينهم مبادرة المجلس بمشاركة بعض المنظمات الوطنية والدولية إعلان يوم 29 جوان 2001، يوما دوليا للمطالبة بسن قانون العفو التشريعي العام بتونس.
ونعبر عن استعدادنا للمساهمة في تحقيق هذا الهدف المنشود من طرف الجميع.
آملين أن يجبّ نص العفو كل الأضرار التي لحقت المنوبين.

عن العميد: الأستاذ محمد شقرون
رئيس مجموعة المحاميبن النائبين أمام المحكمة العسكربية –أوت 1992-

المنسق: الأستاذ نجيب الحسني
هاتف 09344762

 

Mise au point

Sayyed Ferjani
 Bonjour a’ tous.
C’est avec un grand plaisir que j’ai appri la formation du comite national de la defense de: Dr Moncef Marzouki, Mme Sihem ben Sedrine et Mr Mohamed Moaada, en faveur de leurs droits humains .Mais c’est avec un gout amer que j’ai note la segregation a base de difference ideologique puisque le comite a clairement ignore le sort de plus de mille prisonniers politiques tunisiens, qui croupissent dans les geoles du regime repressif tunisien dans des chambres isoles datants de l’ere coloniale. Il est a’ noter que les droits de l’homme sont parfois utilises par des politiciens mediocres pour scorer des points politiques contre l’autre et
dans ce cas les islamistes.
Les droits de l’homme sont devevus,pour certains une arme terrible a’ utiliser pour demunir les victimes les plus souffrants par le biais de l’exclusion de leur cause ou sa defense.Il faut que l’etre humain  demuni de ses droits humains soit defendu quelque soit son ideologie,sa race, sa religion, sa couleur ou ses croyances et faire face a’ ceux qui se comportent tendacieusement  par leur selectivite adopte sur la base de
leurs buts n’ ayant surement pas avec les droits de l’homme Mais j’attire l’attention de tout le monde qu’ on aucun cas on doit assimiler ces quelques persnnes avec la majorite qui lutte bien pour les droits de l’homme et sa noble cause en Tunisie et dans le monde. Merci a tous et qu’ on accelere la lutte contre les violations des  droits de l’homme pour tous et partout.

Merci a tous.
Sayyed Ferjani   Islamiste Tunisien et victime de la torture.

 

Tentative d’agression à l’encontre de deux membres du CRLDHT

  

 Dans la nuit du vendredi au samedi 7 juillet 2001, pendant qu’ils affichaient devant l’entrée du port de Marseille  dans le cadre de la campagne internationale pour la libération des détenus d’opinions, deux membres du comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie, Jelloul Ben Hamida et Oueslati Ramzi, ont fait l’objet d’une tentative d’agression par des agents du RCD (rassemblement constitutionnel démocratique – parti au pouvoir).

En effet, ces barbouzes portant de badges du RCD et accompagnés par un chien (du type rodweller), étaient encadrés par des agents de la sûreté nationale tunisienne planqués dans une voiture ayant une immatriculation diplomatique.

 Ces agissements et menaces à l’encontre des défenseurs des droits de l’homme commencent à s’exprimer de plus en plus fréquemment sur le sol français à l’image de ce qui se passe en Tunisie.

 Les autorités françaises ne devraient pas « tolérer » longtemps ce type d’interventions de la part  de policiers tunisiens déguisés en faux diplomates en France. De même, on ne peut tolérer que des agents tunisiens puissent agir en toute impunité sur le territoire portuaire sous le prétexte de l’accueil et de l’accompagnement des tunisiens qui se rendent dans leurs pays en passant par Marseille. En effet, il n’est pas rare que ces mêmes agents exercent des intimidations sur les passagers afin de les contraindre à exprimer leur soutien y compris financier au parti au pouvoir qui viole systématiquement les libertés fondamentales et organise la répression sous toutes ses formes à l’encontre des defenders des droits de l’homme, des démocrates, des opposants et des citoyens tunisiens.

 Nous appelons les autorités françaises à faire cesser ces agissements exercés sur le territoire français en toute illégalité.

 CRLDHT, 8 juillet 2001  

 
 

بقلم أبو إلياس (هولندا)

المتابع للوضع السياسي في تونس والسجال القائم بين السلطة والمعارضة في الفترة الأخيرة التي سبقت 19 جوان أي قبل إعتقال محمد مواعدة الأمين العام لحركة الدمقراطيين الإشتراكيين يقرأ تصريحات لمسؤوليين في الدولة تلمّح الى العزم على محاسبة المسؤوليين عن التجاوزات والمزيد من الإنفتاح والديمقراطية وهو ما عبّر عنه رأس النظام وعدد من وزرائه في تصريحاتهم سواء الى صحيفة الوحدة التي عادت الى الصدور أو صحيفتي الشروق والصباح وغيرهم من وسائل الإعلام الأخرى مما فسح المجال أمام بعض المراقبين والمحللين ليتحدثوا عن مرحلة جديدة من المنتظر أن يسلكها العهد الجديد في معالجة عدد من القضايا العالقة على رأسها الملف الحقوقي والسياسي والإعلامي وقضية إحترام الدستور …

وتحدثت بعض الأقلام على أن تونس تدخل مرحلة من تاريخها وأنه آن الأوان لتتصالح السلطة مع نفسها ومع معارضيها ولم يقف الأمر عند هذا الحد بل أن أكثر المتضررين من سياسة النظام (حركة النهضة) تدعو في تصريح لزعيمها السيد راشد الغنوشي الرئيس بن علي الى أن يقود مسيرة الإصلاح حتى سنة 2004 بنفسه ويدخل التاريخ من باب آخر.

رد فعل النظام

سرعان ما ضاق صدر النظام بهذه التصريحات وغيرها وخاصة منها التي لم تثق في وعوده وواصلت هجومها وفضحها لممارساته اللإنسانية وبسرعة كشّر عن أنيابه وبدأ حملته الشرسة على كل من يحمل إسم معارضة. وجّند لهذه الحرب كالعادة صحفا وأقلاما مؤجورة تتلقى أوامرها  من السلطات العليا مباشرة ووصف الجميع بأوصاف تعبر على المستوى الهابط لهذه الصحافة. علما أنها نفس الأقلام التي قادت حملة التخوين وتلفيق الأراجيف وإنتهاك الأعراض منذ90 أو حتى قبل ذلك. وشارك في هذه الحملة الأخيرة مليشيات النظام ووحدات الأمن العام والخاص وتكثّفت المراقبة على الناشطين الحقوقيين والإعلاميين والسياسيين وأستخدم القانون عبثا سلاحا مسلطا على المخالفين وخادما لنظام الحكم ليس أكثر وتم اعتقال نشطاء بارزين في حقوق الإنسان وسياسيين ووضع البقية الباقية منهم تحت الإقامة الجبرية المعلنة والخفية وعاود المداهمات على المسرّحين والضغط على المعتقلين والتهديد بالتصفية الجسدية لرموز بعينها وهذا ليس غريبا على النظام الذي لا يفتؤ يستقر على أمر حتى ينقلب عليه ضاربا عرض الحائط كل الإتفاقيات والمواثيق المحلية والدولية.

وضع المعارضة

غير أن ما يميز فعل المعارضة في المدة الأخيرة هو مسكها بزمام المبادرة والتحول من سياسة رد الفعل الى صناعة الحدث وإحراج النظام وإقامة الحجة عليه مما تسبب في إرباكه وتفويت الفرصة عليه في تمرير المشاريع تحت أي تسمية من المسميات, ثانيا أن هذه المعارضة أبدت إنسجاما وتوافقا حول العديد من القضايا كقضية إنتخابات 2004 والموقف من السياسة الإقصائية والإستئصالية التي يسلكها النظام تجاه معارضيه بالإضافة الى تبنيهم مشروع فرض الحريات فتمكنوا بذلك من كسر التعتيم الذي فرضه النظام عليهم كما تبنت حركة المعارضة علنا الديمقراطية منهجا وأسلوبا بعد أن ظلت تونس لعقود من الزمان تراوح مكانها تحت سيطرة النظام الواحد والرئيس الواحد والصوت والصورة الواحدة والقلم الواحد .

ولذلك فإن المعارضة مؤهلة أكثرمن أي وقت مضى للتصدي لهذه الحملات المتعاقبة عليها بل ومواصلة الضغط على النظام وحمله مكرها على القبول بمطالبها العادلة والمشروعة.

مراجعات

لعل ما يميز مسيرة المعارضة أيضا هي القراءة النقدية التي أقدم عليها عدد من الأحزاب في مسيرتها السياسية

والفكرية بدأت بمراجعة الموقف والتصالح مع إنتماء تونس وهويتها مما أحدث تقاربا ملحوظا بين اليمين واليسار, كما أن التقييم الذي قامت به حركة النهضة في ممارستها السياسية وتأكيدها على عدم إحتكارها أو وصايتها للدين ثم ما أكده مؤتمرها الأخير من أنها شريك وليست وصية على المعارضة جعل المعارضة تطمئن أكثرلمشاركتها وتبني مشروع التحول الديمقراطي الذي لا يستثني أحدا كما أمتدت هذه المراجعات لتشمل أحزابا أخرى كحزب العمال الشيوعي والديمقراطيين الإشتراكيين والحزب الاشتراكي التقدمي… وعمت هذه المراجعات أيضا لتشمل أحزابا وشخصيات عرفت بقربها من النظام. غير أنه تجدر الإشارة هنا الى أن هذا التوجه الذي عم الغالبية العظمى من المعارضة لم يخل من بعض الأقلام التي لا زالت تقف مع النظام في خندق واحد تتبنى عقلية الإستئصال والإبعاد ونسوا أو تناسوا أنهم أنفسهم ضحايا هذا الأسلوب الإقصائي.

خيارات النظام

أمام توفر وتعدد عوامل إجتماع وإلتقاء المعارضة من مثل التصدي للحملة الشرسة التي يقودها ضدهم النظام بالإضافة الى رفض الخيار الإستئصالي وتبني مشروع فرض الحريات … تجد السلطة نفسها أمام خيارين أحلاهما مر.

أولا : المواصلة في تبني سياسة العصا الغليظة والوصاية على المجتمع المدني وضرب كل مظاهر  التعدد والإختلاف في نفس الوقت الإبقاء على ديكور زائف محيط بها ومجموعة من الشعارات الجوفاء ترفعها كالبناء الديمقراطي المتدرج أو التوفيق بين التنمية الإقتصادية والتنمية السياسية وهذا الأسلوب أحرج الأصدقاء قبل الأعداء مما وسع من عزلته وجعل عددا من المؤيدين له بالأمس يلازمون الصمت في حين تحول البعض وحتى من أركان حكمه الى صف المعارضة بعد أن أعلنوا خيبة أملهم في الإصلاح. كل هذا يبين مدى إفلاس هذا الخيار وإن إمتد عمره فهو لا يجلب إلا الخراب والدمار للبلاد ولأصحابه بدرجة أولى ويكفي أن ننظر من حولنا أو قليلا الى الوراء لقلنا أنها لو دامت لكانت لملوسفيتش أو تشاوسيسكو أوموبوتو وغيرهم كثيرون.

ثانيا: أن يتدارك هذا النظام ويقود سياسة الإصلاح من الداخل ويقوم بمعالجات جذرية في النظام السياسي السائد الآن والملف الحقوقي والملف الإعلامي بالإضافة الى إحترام الدستور وعدم مصادمة هوية البلاد وكل هذا يستوجب سعة صدر النظام لتحمل الرأي الآخر وإعلان العفو التشريعي العام والتداول على السلطة والمحاسبة العلنية للمتجاوزين وأفساح الرأي لصحافة حرة

وكل هذه المطالب ومطالب أخرى أصبحت من متطلبات ضمان الحياة الكريمة لأي مجتمع.غير أن هذا الخيار أيضا يتطلب من النظام دفع فاتورة وصايته على الشعب لعقود من الزمن فيؤول مصير التجمع الدستوري الديمقراطي الغول الذي لا يقهر الى ما آلت اليه جبهة التحرير في الجزائر هذا إذا كان محظوظا.

وحتى نكون أكثر عقلانية ونضع قواعد الجمهورية ونعيد للشعب سيادته ويعيش التونسي يفتخر بتونسيته وتصبح تونس لكل التونسيين بدون أقصاء ولا إستخفاف ولا إستهزاء. إن مصلحة البلاد العليا التي يرفعها النظام التونسي في كل مرة تفرض على النظام نفسه أن يراعيها حتى وإن أدى الأمر الى أن يتزحزح عن كرسي السلطة ولكن في المقابل تنعم تونس بحريتها وتعود الفرحة الى قلوب الأمهات والأطفال ويأمن الشعب حاكمه ويأمن الحاكم شعبه.    

 
Suggestion
Surur Marzouki
  Chers amis et compatriotes,
J’ai une proposition a suggerer a tous ceux qui sont interesses « a sauver ce qui peut encore etre sauve » de la Tunisie. C’est bien d’etre informe, et de savoir les nouvelles de ce pays, mais c’est encore mieux d’agir
positivement, et de ne pas rester les bras croises devant autant de choses qui se passent. Ne me dites pas  que c’est trop tard, car mieux vaut tard que jamais. Je ne veux pas parler de politique ici, mais plutot des droits de l’homme, et plus specialement, des droits de l’enfant, des hommes du futur et de la base de toute civilisation, s’il nous en reste une.
Ma proposition concerne un sujet qui vout paraitra peut etre derisoire, mais il a des effets secondaires a ne pas negliger.Ca concerne la TV tunisienne, et les programmes destines aux enfants.Voyons par exemple « petites vedettes » ou « Noujoum Sighar » anime par « ammi Radhouane », a chaque dimanche. Ce monsieur est un talent de comedie (ou plutot de comique), mais il est loin de comprendre quoi que ce soit des
sciences psychologiques et de leur influences sur les enfants, ni des bonnes methodes de construction de la personnalite des petits. C’est pour cela, que durant ses conversations avec les petits, il ne fait que les faire rigoler, ou les intimider par ses questions « stupides ».
Lors des presentations qu’il organise, les enfants apparaissent sur ecran, les filles toutes maquillees comme des tableaux de peintures, et dansant sur les rythmes de chansons incompatibles avec leur age.
Au  lieu de faire le choix et « tamiser » ce qu’il presente, il laisse tout passer, et je pense que son but est de remplir les minutes de l’emission.Resultats:
1  Les enfants spectateurs et participants ne gagnent rien de l’emission, aucune information utile ou educative, tout au contraire, ils apprennent les chansons d’amour, apprennent a danser et a prendre toutes les choses a la legere.
2  Le sens de l’enfance avec tous ses liens a l’innocence sont tues chez les petits, ce qui nous donnera une generation desequilibree sur tous les plans.
3  Les comediens « nobles » sont devalues, et ceux qui ne donnent aucune plus value deviennent les heros des scenes, alors qu’ils valent des zeros.

Je propose d’agir sur ce plan, en ecrivant a la tele, et aussi a « Ammi Radhouane » lui meme et a tous ceux qui lui ressemblent, tout en essayant d’etre diplomate et constructif.Insister sur l’importance de l’information educative pour les enfants.Pour que la chose n’apparaisse pas pre organisee, je propose que ceux qui veulent faire part a cette initiative agissent comme suit:
Prenoms A – E commencent a ecrire immediatement jusqu’au 31.07.2001
Prenoms F – J ecrire au choix du 01.08  au 15.08
Prenoms K – O ecrire au choix du 15.08  au 31.08
Prenoms P – T ecrire au choix du 01.09  au 15.09
Prenoms U – Z ecrire au choix du 15.09  au 30.09
eventuellement, pousser les enfants (vos enfants) a ecrire eux meme!!
Si vous vous etes vraiment decides, alors marquez le rendez vous qui vous correspond dans votre agenda…
Merci a tous, et a bientot.

Surur Marzouki

sourur@hotmail.com 
 

أحمد  2/7/2001
 

قصيدة : أجميلة

   

قصيدة : أجميلة

 

أجميلة..

وعدنا وعد الرجال..

لن نكف عن النضال..

لن نخون العهد..

أو ننسى الوصال..

لن تموتي وعد حق..

مرتين..

سيظل صوتك..

فينا نشيدا..

و يقينا مشرعين..

أجميلة..

أذكرينا..

واسألي الرحمان تثبيتا..

لصف قد أحبك..

و يغنيك لتبقي..

حذو سحنون و طيب..

حذو عثمان و سيد..

حذو حسن البنا..

و أبطال تشيد..

نحن نفرح..

نحن نحزن..

نحن ندعو الله أن تبقى..

على الدرب زياتينا و نخلا..

كلمات تمنح الأحباب..

آمالا إلى الأرض البديلة..

يا جميلة..

يا جميلة..

مهرنا المدفوع للأرض البديلة..

يا جميلة..

 

                                                                                    أحمد  2/7/2001

 
 L’AUDACE VIENT DE METTRE EN LIGNE L’ESSENTIEL DES ARTICLES PUBLIES DANS SON NUMERO DOUBLE 75/76 DE MAI-JUIN 2001
NOUS AVONS FAIT UN PETIT CHOIX DE LA RUBRIQUE “MIEUX VAUT LE DIRE”. BONNE LECTURE.
   

N°75/76 mai-juin 2001

Sommaire


EDITORIAL


Libérez tous
les prisonniers !!

A en croire les thuriféraires et autres laudateurs du régime du non-droit, la Tunisie a déjà accompli de grands pas vers la démocratie dont l’instauration totale serait parachevée à l’horizon de 2004. Ces hypocrites de tous bords sont-ils seulement convaincus de leur propre propagande ? Nous en doutons fort. Et les faits récents ne font que confirmer la triste réalité dans laquelle se débat la Tunisie.
En effet, les gesticulations des ministres et du Parti du Général Ben Ali pour convaincre l’opinion internationale que le régime est sur la bonne voie, sont accompagnées de faits qui les contredisent.
L’on peut, à ce sujet, nous pencher sur le calvaire des prisonniers politiques et d’opinion. Plus d’un millier de prisonniers islamistes, injustement incarcérés et placés dans l’isolement le plus total, sont en train de s’éteindre à petits feux dans ce vaste goulag qu’est devenue la Tunisie depuis qu’elle est écrasée sous une botte policière, et qu’un Général corrompu préside à sa destinée. Des morts, il y en eut par dizaines qui doivent interpeller la communauté internationale sur les centaines d’autres morts en sursis, quotidiennement en butte à l’humiliation, à la torture et aux mauvais traitements. Oui, dans la Tunisie qui accueille cinq millions de touristes par an, les prisonniers d’opinion ne quittent souvent l’enfer carcéral que pour un grand et dernier voyage…
Dans ce sens, une grande mobilisation à l’échelle internationale devrait être effectuée sans délai afin de sauver ces âmes humaines des griffes d’un régime brutal et de son chef meurtrier.
La libération de Me Néjib Hosni ne peut que nous démontrer encore une fois la nécessité de la mobilisation générale parce que ce régime ne plie que sous la pression. Un Général au pouvoir n’est, somme toute, qu’un exécutant de son chef. Il obéit aux ordres. C’est pour cela que nous lui disons sans complexe: libérez, libérez et laissez circuler. Il a pour ordre maintenant d’élargir toute les victimes de son enfer carcéral. Il faut qu’il commence par régler le problème de Hamma Hammami, et laisser se mouvoir tranquillement sa femme Radhia Nasraoui, Moncef Marzouki ; il faut qu’il laisse les enfants de ces militants en paix, et il faut surtout, surtout … qu’il s’en aille et qu’il laisse laisse la Tunisie à ceux qui sont dignes de la gouverner : ces enfants intègres, ces fils et ces filles probes, ceux qui n’ont pas volé et ceux qui ne voleront jamais… tant qu’il est encore temps.
A ce titre l’occasion m’est prêtée de répondre publiquement au Général corrompu et à tous ceux qui l’entourent que « L’Audace » n’a pas de prix. Je croyais personnellement avoir répondu à une première offre en disant que c’était « Non » ; avoir répondu à une seconde offre en affirmant : « Allez vous faire voir, c’est encore non ». La troisième démarche que je rends publique et qui vise à soudoyer ce journal, a pour réponse : « Non, non et non ». Ni les pressions sur la famille n’infléchiront ce journal, pas plus que les propositions alléchantes qui ont fait plier plus d’un…
Le métier de journaliste est un dur métier dont un flic inculte ne peut évaluer les valeurs : probité, honnêtété. Notre moteur principal est de participer à faire sortir la Tunisie de la diète intellectuelle dans laquelle l’a installée Ben Ali, de reconstruire une génération d’enfants « sous-éduqués » et de redonner à la presse la place qu’elle mérite dans un pays de droit.
Le combat de ce journal fut d’avant-garde ; « L’Audace » demeurera en quelque sorte le gardien du temple tant que perdurera la dictature et ne pliera sous le poids d’aucune surenchère. Nos amis, ce sont les prisonniers, les exilés et les bannis de la Tunisie.
Ils ne seront jamais les membres d’une caste mafieuse qui a pillé notre pays.

Slim Bagga

 


MIEUX VAUT LE DIRE

Arrogance
Pour la première fois dans l’histoire de la diplomatie franco-tunisienne, le premier responsable de la DGSE à l’ambassade de France à Tunis a été renvoyé. Diplomate, celui-ci aurait dû bénéficier de l’immunité diplomatique.
Quand on sait que trois cents flics tunisiens se meuvent dans la capitale de l’Hexagone et agressent parfois en toute impunité les opposants tunisiens, l’on peut se demander comment et avec quelle arrogance un responsable français a pu être éjecté de l’ambassade, sans que la presse en soit informée.
Nous nous interrogeons, par ailleurs, sur ce que va chercher M. Josselin, ministre français de la Coopération, chez Ben Ali lors de son voyage le 2 juin.
Les observateurs s’inquiétent, en cette période de cohabitation, sur la personne qui se « déculoterait » en faveur d’un régime dictatorial.
Vive les marchés, nous dit-on…

Commençons par une blague: « LPDVENAN 11 »
Comme nous l’avions annoncé dans des éditions précédentes de « L’Audace », la villa de Sidi Dhrif appartenant au Général-président, construite sur les deniers de l’Etat, s’est bel et bien fissurée.
L’on raconte que le jour où les murs ont craqué et que des tonnes de pierres glissèrent dans la piscine, les agents de sécurité ont contacté Carthage pour en informer le Président. Le téléphonne sonna plus de dix fois sans que nul ne décrochât. Le Général écouteur, se trouvant à côté de ses ordinateurs, finît par décrocher lui-même, apprit la nouvelle et annonça qu’il arrivait immédiatement.
Sur place, il remarqua que 5 agents étaient plaqués contre le seul mur non fissuré. Prenant peur pour eux, il leur demanda de s’éloigner, ce qu’ils refusèrent de faire avant d’obtempérer. Quelle ne fut pas sa surprise en découvrant peinte sur ce mur l’inscription « LPDVENAN 11 ».
Il fit venir illico son ministre de la Sécurité, Mohamed Ali Ganzoui, et lui intima l’ordre de déchiffer ce graffiti. Deux heures plus tard, le ministre lui téléphonna et demanda à le voir. Ben Ali, pressé, lui ordonna alors de communiquer sur le champs les résultats de cette investigation:
« LPDVENAN 11, Monsieur le Président, signifie : »La Politique De Votre Excellence Nous A Niqués Un à Un ».
(voir la partie arabe pour l’original de la blague).

Blague encore : la baleine
Le peuple tunisien, qui ne tarit pas d’histoires drôles sur son Président adoré, raconte dans les cafés de l’avenue Bourguiba comment Ben Ali rencontre les présidents Bush et Chirac qui lui proposèrent une sortie en mer en barque.
Survint alors une tempête, la barque est renversée et chacun des trois Présidents essaye de sauver sa peau. Chirac râme de son côté, Bush râme lui-aussi. Arrivés sur la rive, les deux hommes trouvèrent Ben Ali installé sur une chaise longue.
– Comment avez-vous fait pour arriver si vite, alors que nous avons mis des heures à atteindre le rivage ?
– Je me suis trouvé dans la gueule d’une baleine qui m’a demandé comment je m’appelais. Au nom de Ben Ali, elle m’a recraché et c’est ainsi que je me retrouve sur le sable.

Les biens et les vêtements de Bourguiba
A l’approche de l’été peut-être, mais c’est surtout aussi par cupidité, le lit, le peu de vêtements du président Bourguiba sont en train de disparaître du Palais de Monastir-Skanès.
Courageux voleurs… du bout de la nuit puisque ces opérations ont lieu vers 2h du matin. Pour les historiens qui se souviennent de Kamel Ataturk, ces spoliations sont révélatrices d’un état d’esprit d’une famille assoiffée d’argent avant le pouvoir. « Par exemple, nous affirment-ils, lorsque le fondateur de la République turque mourut alors qu’il dînait de pois-chiche, son assiette non-finie fut conservée dans un musée à Ankara (capitale de Turquie), à proximité de son mausolée. Aujourd’hui on déménage le lit et les casseroles de Bourguiba, allez savoir vers où ? »

Belhassen Trabelsi, l’honneur de la Tunisie
Dans nos précédentes éditions, nous vous avons raconté les péripéties de Leila avec les douanes françaises qui ont fini par déposer plainte. Nous savons aujourd’hui que ce ne sont pas les services de sécurité de la première dame de Tunisie qui eurent maille à partir avec la douane française au sujet de la TVA de ses achats, mais bien son propre frère Belhassen, chef de gang ou chef de bande de la famille ripoux des Trabelsi.
Arrêté menottes au main (ce qui signifie une garde à vue), c’est sur l’intervention de l’ambassade de Tunisie qu’il fut relâché et que le Falcon présidentiel put décoller immédiatement.
Voilà pour l’honneur de la Tunisie. Cela nous rappelle la triste affaire de 1992 impliquant le propre frère du Présdent, condamné par contumace à 10 ans de prison pour traffic de drogue… Lors de son arrestation, ce fut l’ambassadeur d’alors qui intervint pour le relâcher. Le juge Ricard avait alors transmis un dossier étayant sa culpabilité et la Commissaire des renseignements généraux, Joêlle Pontneau, dans un livre tristement célébre « Paroles de flics, la brigade des stups », avait évoqué ce Paolo, Mina, « ce type bien sapé » (Moncef Ben Ali) et leurs deux kilos de « fanta » dans le quartier de l’Opéra.
Par discrétion, l’affaire était connu sous le nom Gazzini, pour ne pas dire Ben Ali.

Les révélations d’un expert financier
Selon un expert financier, dont nous taisons le nom par crainte de représailles, deux fléaux menacent l’avenir économique de la Tunisie : le marché parallèle et la corruption. Selon ce même expert, Ben Ali est devenu prisonnier des groupes financiers tunisiens notamment les Chiboub, Mzabi, Chaïbi, Gilani, Trabelsi, Miled, Abbes, El Kateb, Hamrouni, etc…
Au sujet de la famille Mzabi, ne serait-il pas opportun de signaler ici que les richissimes Mzabi sont les gendres de Taieb Zahar, actuel Pdg du méconnaissable « Réalités »?

Pourquoi Ben Ali ne changera pas L’imposture selon laquelle le Général-président démocratiserait bientôt la vie publique en Tunisie, véhiculée par son ministre des droits de l’homme dans le quotidien « Le Monde », peut être démontée à travers cette information dont nous vous donnons la primeur :
Récemment, Marouène Mabrouk, époux de la troisième fille Cyrine du Général, demanda à le rencontrer en tête à tête et lui tint à peu près ces propos : « La famille est très contestée par la population; pour prévenir le pire, il vaut mieux calmer le jeu et sommer certains membres de la famille Trabelsi de faire attention à leurs comportements ostentatoires ».Réponse du beau père :  » Ne me répète plus jamais ça, ma famille est la tienne ». Quinze jours plus tard, le beau fils aurait eu une crise cardiaque.

Une haine incurable
Deux émissions enregistrées par la chaîne ANN, propriété de Rifaat El Assad à Damas, avec l’ancien Premier ministre Mohamed Mzali et l’ancien super ministre Ahmed Ben Salah n’ont pas été diffusées… Suite à un paiment de US$ 400 000 de Ben Ali pour les interdire !
Voilà à quoi sert le compte 26/26 et comment l’argent du pauvre contribuable est détourné vers des chaînes étrangères.

Incident à Carrefour, Sidi Daoud La Soukra
L’ouverture de Carrefour courant avril suscita de violentes réactions populaires. Il faut savoir que le magasin français affichait de grandes promotions à l’occasion de son ouverture, et ce sans aucune mesure de sécurité particulière. Peut être que les RG n’avaient pas fait « convenablement » leur travail.
Résultats : raz de marée à l’ouverture, vol à l’arrachée de téléphones portables et autres produits qui ne sont pas de première nécessité. Dès le lendemain, le magasin fut quadrillé et les entrées filtrées. Mais ce n’est là qu’un aspects du problème. Le second relève de la guerre des clans : « miraculeusement », Belhassen Trabelsi requisitionna le terrain juste en face, propriété de l’AFH (Agence foncière de l’habitation) pour y installer une filiale d’Auchan. Comme quoi les couteaux sont tirés entre ces deux familles proches. Après tout peu importe que ces ripoux s’entretuent, le problème est que des familles entières candidates à un logement depuis des années ne sont pas prêtes de voir s’ériger leurs nouveaux immeubles.
Nous ne comprenons pas pourquoi Gérard Mulliez, Pdg d’Auchan, qui avait promis, il y a quelque années, « de ne pas investir dans une république bananière » a soudainement changé d’avis.
Quant au troisème aspect, il faut savoir que ce terrain Carrefour était à vocation agricole et que là, ce sont les paysans qui ont été spoliés.

Cartes « Privilège »
Maintenant c’est fait et ça commence à exaspérer l’opinion publique : les cartes « Privilège » délivrées par Carthage sont de véritables passedroits.
Du format de la carte d’identité avec photo du détenteur, ces cartes sont acceptées par les commercants sans aucun commentaires… et permettent aux membres de la nomenclature d’accéder gratuitement aux grandes surfaces, aux agences de voyages, aux hotels pour les réceptions et les consommations d’alcool.
A titre d’exemple, une nièce de Ben Ali vient de se marrier dans un grand hotel de la capitale, aux frais de l’aubergiste…

Scandale à Sidi Sahloul dans le Sahel
La femme de Kaïs Ben Ali, le neveu du Général, a été à l’origine d’un incident à Sousse, où elle a giflé le professeur Sakkouhi, chef du servic de chirurgie et professeur à la fac.
La femme de Kaïs Ben Ali s’est présentée à l’hopital pour rendre visite à une parente malade se trouvant dans le service de réanimation. Le réglement de l’hopital interdisant les visites dans ce service, elle a été empêchée d’y entrer. Elle a alors insulté et giflé le professeur en présence de tout le personnel.
Du coup, les médecins ont observé une grève en signe de protestation. Quant au professeur Sakkouhi, il refusa de rejoindre ses fonctions.

Kaïs Ben Ali toujours
Toujours dans le Sahel et plus précisement à Menzel Kamel, des grincements de dents se font entendre au sujet d’un trafic sur le marché des pièces de rechanges automobiles volées, importées de Monaco et de la Cote d’Azur grâce à la complicité d’un important réseau, chapeauté en Tunisie par ce même neveu.
Un autre motif de mécontentement concerne le marché de l’électroménager dans la ville d’El Jem, lui aussi sous la houlette de Kaïs Ben Ali.
Ce trafic s’est enraciné aussi à Menzel Harb, Sousse et Msaken…

La coiffeuse de Hillary Clinton à Tunis
« Hair line 2001 Seminar » est le grand événement destiné aux professionnels de la coiffure et a été organisé par « International cosmetics laboratories », partenaire de Wella, leader allemand de la coiffure et de la coloration.
L’événement a eu lieu les 6, 7 et 8 mai à l’hôtel « Résidence Gammarth » et a été animé par Miss Teri Dougherty, artiste coiffeuse de renommée internationale.
Rappelons que Miss Dougherty est directrice artistique d’un des plus gands salons de coiffure au monde (San Francisco) et compte, entre autres clientes célèbres, Madame Hillary Clinton.
Une grande manifestation qui permettra aux professionnels de la coiffure en Tunisie de se familiariser avec les dernières nouveautés de la mode. Ndlr : dont acte.

Kasserine : Affaire Kamel Hamzaoui
Dans nos précédentes éditions, nous avions évoqué le cas de Kamel Hamzaoui, membre du Comité central du RCD, sacrifié sur l’autel du 26-26 pour avoir refusé de se prêter au jeu malsain dans lequel excellent, depuis le 7 novembre, les hommes voués aux courbettes.
Victime des magouilles de Abdallah Kallel; condamné à 13 ans de prison dans le cadre d’un procès expéditif qui a même vu l’un des juges obligé de démissioner du Tribunal du Kef, Kamel Hamzoui, aujourd’hui sous écrou depuis 32 mois, ne supporte plus de se taire. Du fond de sa prison, il crie sa révolte et dévoile un dossier compromettant le trésorier du RCD, ce même Abdallah Kallel, fugitif, soustrait aux recherches de la Justice suisse et du Tribunal pénal international pour crimes de torture, grâce aux moyens de l’Etat. Ce dossier qui vient de parvenir à « L’Audace », met en lumière les interventions en haut-lieu sur ordre de A. Kallel, pour que la Justice ne joue pas son rôle en toute indépendance.
Et qu’un innocent, qui a mis l’essentiel de son existence à servir son pays, se trouve jeté derrière les barreaux comme un vulgaire malfrat. Une issue à cette affaire est aujourd’hui indispensble. Les 300000 habitants de Kasserine sont éprouvés par l’injustice qui frappe Kamel Hamzaoui. Et « L’Audace » se fera le devoir de dénoncer les magouilles d’un fugitif et du régime qui le protège.

Le courage du Président
C’était en plein Conseil des ministres. Slaheddine Maaoui, exaspéré par l’interdiction du journal « Le Monde », qui a publié son interview, a exprimé son mécontentement à l’égard de cette mesure, d’autant plus que c’était Ben Ali qui avait donné son accord sur le contenu de cet entretien.
Le ministre des droits de l’homme prit alors à partie le porte-parole du Président, et ce dernier de répondre : « J’ai exécuté des directives du Président ». Ben Ali, présent, s’est bien gardé d’intervenir…

Divergences entre Ben Ali et le Bureau politique du RCD
Au lendemain du communiqué du PS français, le Bureau politique du RCD jugeait que la référence au colonialisme français était inadéquate. C’est Ben Ali qui imposa son point de vue, soutenant que les dirigeant français n’étaient pas ses amis et n’avaient jamais toléré « qu’il gouverne ». (voir p 12 et 13 la haine de Ben Ali envers la France. Il y eut l’affaire Mermet, celle de Jean François Poirier et maintenant celle de Pierre Leost). Sans oublier bien sûr le renvoi de Tunisie du premier patron de la DGSE).
Mais sur quelle corde donc joue le gouvernement de Jospin ?

Censure
La télévision d’Abou Dhabi aux Emirats arabes unis a consacré une série de reportages sur Bourguiba. Parmi les personnalités contactées, Mohamed Mzali (ancien Premier ministre) interviewé à la capitale des Emirats puisqu’il ne peut pas rentrer en Tunisie, Mohamed Masmoudi et Beji Caïd Essebsi (anciens ministres des Affaires étrangères), … et Mohamed Sayah, considéré comme le fils spirituel de Bourguiba.
Toutes ces émissions ont été programmées hormis la dernière, celle de Mohamed Sayad.
Mieux encore, l’ambassadeur des Emirats à Tunis a été convoqué et le journaliste émirati menacé d’expulsion immédiate de la Tunisie en cas de diffusion de cet épisode dans lequel l’ancien directeur du Parti s’était exprimé.

Menace de mort contre un journaliste franco-tunisien
Dans un fax adressé tout récemment à Taoufik Mathlouthi, président de Radio Méditerranée à Paris, des menaces de mort l’avertissaient « de subir bientôt le sort de Mohamed »… Le « Mohadmed  » fait allusion au garçonnet mort sous les balles israéliennes tout au début de l’Intifada.

Un juge tunisien condamné aux Etats-Unis par une « vraie justice », accusé d’actes indécents
A Williamburg, un juge tunisen en visite au Centre national de la Cour fédérale est passé lui-même en Cour pour « exhibitionisme »
Mohamed Habib Ghariani a été arrêté par la police et accusé de deux comptes d’exhibitionnisme devant une Université, et sur la rue Duke of Gloucester Lors d’une brève audience, Mohamed a reconnu l’un de ses torts et a été condamné à 30 jours d’emprisonnement, après lesquels il sera refoulé vers son pays.
Quelle honte pour la Tunisie.
Et dire qu’il s’agit d’un juge…

Auto-mutilations en prisons
Fin mai, trente prisonniers politiques se sont auto-mutilés dans la prison du 9 avril à Tunis. Ils sont tous jeunes, ils ont entre 25 et 30 ans et protestent contre leurs conditions de détention.
Mais il n’y a pas que ça, puisque des cadres et des militants d’Ennahdha ont entamé le 24 mai une grève de la faim dans la même prison. Il s’agit de Sadok Chourou, ancien président d’Ennahdha et de Habib Trabelsi, Faouzi Amdouni, Mounir Tarhouni, Béchir Ben Amor, Mohamed Mathlouthi, Walid Ferchichi, … La liste est encore longue…
Eux aussi seront libérés… bien avant 2004…

Reporters sans frontières
Dans sa lettre n¡160 de mai 2001 « Attention prédateurs », Reporters sans frontières publie une liste de 31 chefs d’Etats qui « veulent tuer les mots de la liberté. Arrêtons-les ». Dont Zine El Abidine Ben en Tunisie : « En dix ans, il a muselé toutes les voix discordantes. La censure est systèmaique. La presse, privée ou publique se caractérise par son uniformité de ton. toute information susceptible de constituer une critique du régime est interdite. entre avril et mai 2000, Taoufik Ben Brik a fait une grève de la faim pour protester cotnre la saisie de son passeport et le harcèlement dont il était l’objet » .

La délocalisation gagne la Tunisie
C’est ainsi que plusieurs chefs d’entreprises tunisiens se sont installés en Afrique du Sud et aux Philippines.
On nous parle de l’accroissement des investissements en Tunisie. Alors est-ce la rapacité des sept familles qui fait hésiter les investisseurs étrangers et qui fait fuir les investisseurs tunisiens ?

Il était une fois l’opposition
Depuis 1989 et la dérive autoritaire qui s’est abattue sur le peuple tunisien, des milliers d’opposants sont, en effet, déconcertés.
Voilà un opposant qui insulte un autre opposant… Et il faut dire que l’affaire Taoufik Ben Brik qui avait mis sur la scelette ce régime ripoux, a facilité les choses. Il se trouve qu’un « rat » ne parvenant même pas à émerger des égouts, tempête, insulte et menace un lion.
Mais où allons nous?
Il faut dire que la médiocrité de Ben Ali a permis toutes ces dérives dans la mesure où la porte qu’il a ouverte a suscité le délire de tous les salauds bercés dans les bras des dictateurs.
« L’Audace » ne demandra pardon à personne, ni à ceux qui s’en sont portés éphémèrement la voix.
« L’Audace » a des amis, farouches et tenaces. Il s’essayera toujours de sortir ces rats de leurs égouts. C’est vrai qu’il n’y parvient pas, mais c’est vrai que ce journal est en marche, et comme le disait Zola : « Rien ne l’arrêtera ».


DANS CE MEME NUMERO DOUBLE DE L’AUDACE, MONSIEUR AHMED BENNOUR REPOND AUX ACCUSATIONS PORTEES CONTRE LUI DANS UN ARTICLE PUBLIE PAR UN ANCIEN COMMANDANT DE LA GARDE NATIONALE SUR LES PAGES DE “REALITES”.
 
VU QUE NOUS AVONS REPRIS CE MEME ARTICLE, NOUS AVONS DECIDE DE REPRENDRE AUSSI L’ARTICLE DE Mr. BENNOUR (MALGRE LE FAIT QU’IL NE NOUS A RIEN ADRESSE) POUR PERMETTRE A NOS LECTEURS ET ABONNES D’ETRE EN CONNAISSANCE DES VERSIONS DES 2 PARTIES DE CETTE AFFAIRE ..TRES ANCIENNE!


« Révélations »de Salem Sabbagh sur « Réalités »
La mise au point
d’Ahmed Bennour

A la suite de la publication par « Réalités »
d’un « témoignage » de l’ancien commandant
de la Garde nationale, Salem Sabbagh,
Ahmed Bennour a adressé à « Réalités »
une mise au point dont il nous a fait parvenir le texte
et que nous publions intégralement
dans l’intérêt de la vérité historique…

Paris, le 26 mai 2001

A Monsieur le directeur
de la revue  » Réalités « 

Objet : Droit de réponse

Votre revue n¡802 du 10-16 mai 2001 a publié un article de M. Salem Sabbagh, ancien directeur général de la Garde nationale qui m’a cité à deux reprises concernant les responsabilités que j’ai assumées en 1967 et en 1968 au sein de la direction générale de la Sûreté nationale. Je vous prie de publier la mise au point suivante afin d’éclairer les lecteurs de votre revue et de rétablir la vérit, et je vous en remercie par avance.
1- M. Sabbagh affirme page 21 (1ère colonne) qu’il y a eu  » création d’une mini-police parallèle belkhodjienne dont les agents (…) recoivent directement ses ordres et ceux d’Ahmed Bennour en vue de rédiger des rapports orientés, traitant de thèmes préétablis et visant certaines personnalités du régime « . Ce sont des affirmations gratuites et irresponsables. M. Sabbagh était en conflit permanent avec la police dont il connaissait mal les rouages. En effet, il n’est plus un secret pour personne que toute cette cabale était orchestrée de manière artificielle et malhonnête. Il fallait nous discréditer auprès de Bourguiba en raison des plus vives réserves que nous exprimions à l’égard de l’action politico-sociale.
M. Sabbagh et ses services occultaient le mécontentement populaire et le rejet généralisé par l’opinion publique de cette collectivisation à outrance. Les faits étant têtus, l’année 1969 a connu la fin de cette expérience désastreuse.
2- M. Sabbagh affirme page 21 toujours (3ème colonne) que « … après le constat dûment établi de la destruction de certains documents et rapports par Belkhodja et Bennour… « , nous avions effectivement été arrêtés et libérés quelques mois plus tard, sans aucun procès, faut-il le rappeler.
Mais deux ans plus tard, la justice s’est prononcée sur cette affaire de manière claire et sans équivoque.
La Chambre de mise en accusation dépendant de la Cour d’appel de Tunis a prononcé un non-lieu le 24 février 1971 (affaire n¡ 9539).
Par conséquent, M. Sabbagh feint d’ignorer l’autorité de la chose jugée.
Ce qui était en revanche vrai et consternant à la fois, c’est que M. Sabbagh était à l’époque devenu un témoin à charge, mû par l’ambition de construire sa carrière sur la délation et le mensonge. Je ne citerais qu’un seul exemple qui constitue à mon sens un signe évident de sa dégradation morale. Ayant pu obtenir un logement de fonctions, il organisa un déjeûner en octobre 1968 pour fêter cet événement. Y étaient présents, en plus de Tahar Belkhodja, Mohamed Sayah (directeur du Parti), Mongi Kooli (gouverneur de Bizerte), Hassen Kacem (député, membre du Comité central du PSD) et moi-même. Au cours de ce déjeûner, nous parlions comme d’habitude à bâtons rompus des problèmes de l’heure et notamment des difficultés que traversait la Tunisie. De quoi en effet, peuvent bien parler des responsables politiques au cours de leurs rencontres sinon des problèmes quotidiens auxquels ils sont confrontés ?
A cet égard, la situation économique à l’époque était des plus difficiles, et nous percevions des signes de turbulences et d’inquiétude dus à la généralisation du système coopératif tant dans le domaine agricole que commercial.
Mais quelle ne fut pas notre surprise lorsqu’on apprit un mois plus tard que M. Sabbagh avait rapporté le contenu de notre conversation aux Secrétaires d’Etat à la Présidence et à l’Intérieur, MM. Bahi Ladgham et Beji Caïd Essebsi! Je laisse les lecteurs apprécier et juger ce genre de comportement non conforme aux usages et aux bonnes mÏurs.
Je fus convoqué par Bourguiba en avril 1974, alors que j’étais Secrétaire d’Etat à la Défense nationale, en présence de M. Chedli Klibi, directeur du Cabinet présidentiel. Bourguiba m’ordonna sur un ton grave de faire traduire M. Sabbagh devant le Tribunal militaire afin de le juger pour mensonges et atteinte aux institutions de l’Etat. Il me recommanda d’agir de telle sorte que les officiers de l’armée tunisienne sachent qu’il n’est pas permis de mentir au chef de l’Etat qui est le chef suprême des armées. Il voulait un procès pour l’exemple !
Après un entretien très difficile, je suis arrivé à le convaincre qu’un tel procès, cinq ans après, rejaillirait sur le régime, d’autant plus que nous avions d’autres préoccupations et d’autres sujets d’inquiétude, en particulier dans le domaine des relations tuniso-libyennes, et qu’une mesure de mise à la retraite d’office me semblait être suffisante et plus adéquate. Ce qui fut fait. Il fut aussi convenu que la hiérarchie militaire soit informée de tous ces détails. Pour l’anecdote, Bourguiba était si ému de me voir prendre cette positon sage et responsable qu’il se leva et me donna l’accolade.
Je constate avec regret que trente ans plus tard, M. Sabbagh n’en finit pas de dénaturer les faits et de les travestir.

Ahmed Bennour
Ancien secrétaire d’Etat
à la Défense nationale
Ancien secrétaire d’Etat
à l’Intérieur

 

Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :
Freedoms Friends  FrihetsVنnner Fِreningen  Box 62 127 22 Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail athttp://www.hotmail.com. To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groups est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

Accueil

Lire aussi ces articles

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.