7 juin 2001

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 395 du 07/06/2001

 

 .

LES TITRES DE CE JOUR:

  1. LTDH:Appel pour une Journée pour «L’amnestie genérale en Tunisie»

  2. Procès LTDH: la cour retient son verdict en vue d’un règlement à l’amiable

  3. Vérité-Action:Appel à une journée de grève de la faim solidaire

  4. NARO PRESSE SERVICES:La Tunisie en débat à Marseille

  5. Dr Salah Karker:A propos de la visite de M. Josselin en Tunisie

  6. Mobilisation mondiale en faveur de l’ancien candidat a la presidence en Tunisie Dr. Moncef Marzouki..

  7. Tunisie: majoration de 50% de la subvention accordée à la presse des partis

 

  • مساجين حركة النهضة في إضراب عن الطعام

  • أسرة معارض تونسي تبحث عن إبنها المفقود الذي مرعلى إختفائه عشر سنوات 

  • عائلة الهادي البجاوي تدخل إضراب عن الطعام

 
LA REALITE TERRIBLE DES PRISONS TUNISIENNES CONTINUE A HANTER LES CONSCIENCES DANS NOTRE PAYS..
DES PRISONNIERS ISLAMISTES POURSUIVENT UNE GREVE DE LA FAIM..

UN NOUVEAU PRISONNIER DE DROIT COMMUN MORT DANS LA PRISON D’EL HOUAREB (KAIROUAN)…

ET LA LTDH APPELLE A L’ORGANISATION D’UNE JOURNEE POUR UNE AMNISTIE GENERALE EN TUNISIE LE 29 JUIN 2001

 LTDH
Ligue Tunisienne pour la Défense des Droits de l’Homme

Appel pour une Journée pour

«L’amnestie genérale en tunisie»

La ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme organise avec d’autres ONG tunisienne une journée de sensibilisation et d’action sur le thème «L’AMNESTIE GENERALE EN TUNISIE» et ce le 29 JUIN 2001

Le comite directeur de la LTDH appelle toutes les composantes de la societé civile tunisienne (associations, partis politiques, personnalités) ainsi que toutes les ONG internationales pour la défense des droits de l’Homme et des libértés et toutes les personnlités sensibles à cette questions à se joindre a la LTDH pour faire progréssé la cause de l’amnestie generale en Tunisie; en participant à cette journée de sensibilstion et d’action et à mettre en œuvre toutes les initiatives suceptibles de hater l’adoption d’une loi sur l’amnestie generale.

Le comité directeur de la  ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme invite toutes les parties concernées à coordonner les actions pour la réussite de cette initiative.

Pour le comité directeur
Le president
Mokhtar Trifi

Pour contact:
La ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme
7 rue d’angleterre Tunis, tet 002161326449- fax 002161326862
E-mail: mokhtrifi@yahoo.fr or hayrsou@yahoo.fr ltdh-tunisie@voilà.fr

 
وصلنا البيان التالي من حركة النهضة.

الدفاع عنهم واجب وطني وأخلاقي

مساجين حركة النهضة في إضراب عن الطعام

  

15 ربيع الأول 1422 الموافق 7 جوان 2001

يعيش حوالي ألف سجين رأي مضت عليهم أكثر من عشرية كاملة في سجون لا تليق حتى بالحشرات، ظروفا قاسية نتيجة حرمانهم من مجرد الحقوق البسيطة التي يضمنها القانون لأي سجين، كالحق في التداوي، والتغذية الصحية. ورغم مضي كل هذه المدّة وتوالي نداءات المنظمات الإنسانية المحلية والدولية والشخصيات الفكرية والدينية فقد ترك هؤلاء يسيرون إلى موت محقق. بل منع بعضهم من زيارة ذويه، وأصيب المئات منهم بإعاقات مزمنة ما حملهم على الدخول في إضرابات دورية عن الطعام باعتباره السلاح الأخير للفت أنظار الرأي العام إلى مأساتهم. وآخر هذه الإضرابات بدأ يوم الاثنين 4 جوان 2001 ويشارك فيه ثلة من أعضاء وقيادات الحركة المساجين وعلى رأسهم المهندس حمادي الجبالي الرئيس الأسبق لحركة النهضة ورئيس تحرير جريدة الفجر وقد أعلن السيد أحمد العماري عن هذا الإضراب في قاعة المحكمة.

ومن جهة أخرى ينهي اليوم السيد الهادي البجاوي السجين السياسي السابق شهره الأول من إضرابه عن الطعام مطالبا بأبسط حقوقه: الحق في المعالجة والشغل اللذين حرمته منهما السلطة تنكيلا به وبآلاف المساجين السياسيين المسرحين وقد علمنا أن زوجته وأبناءه قد التحقوا به في الإضراب.

إزاء هذه الوضعية المأساوية التي يعيشها أكثر من ألف سجين وآلاف المساجين السابقين المسرحين فإن حركة النهضة:

1-    تعبر عن تضامنها مع أبطالها المضربين عن الطعام داخل السجون التونسية وتعاهدهم على المضي قدما في الدفاع عن قضيتهم حتى استرجاع حقوقهم كاملة.

2-     تطالب بالعفو التشريعي العام الذي غدا مطلب وطنيا ملحا لا يمكن تجاهله.

3-     تحمل رئيس الدولة زين العابدين بن علي شخصيا المسؤولية القانونية على هذه الأرواح التي تحتضر بين يدي جلاديه من دون أن يحرك ساكنا بما يرتقي إلى مستوى الجرائم ضد الإنسانية.

4-     تدعو السيد الهادي البجاوي إلى تعليق إضرابه عن الطعام حفظا لحياته واستجابة لنداءات الهيئات الحقوقية المساندة له ومراعاة لوضع أسرته التي ليس لها من عائل بعد الله سواه.

5-    تتوجه بهذا النداء إلى كل صاحب ضمير إنساني وديني من مسؤولين سياسيين ودينيين وحقوقيين ومفكرين أن يبادروا إلى التدخل لدى رئيس الدولة التونسية لمناشدته كف أيدي جلاديه عن عشرات من المساجين المضربين في حالة احتضار ومئات آخرين في الطريق في هذه اللحظة الحرجة قبل فوات الأوان إن لم يكن قد فات فعلا.  

حركة النهضة بتونس
الشيخ راشد الغنوشي

 
قائمة أولية في أسماء المضربين
 

عادل السوفي
فرج الحامي
قدور اللغموشي
حبيب البجاوي
علي السلطاني
أحمد العبدلي
سعد الحنزولي
منير العبيدي
منير اللطيف
توفيق السعيدي
رضا الشين


كمال بسباس
حسونة النايلي
عبد الرؤوف التونكتي
منصف الحجري
لطفي العمدوني
ناصر المخ
عبد الؤوف البدوي
عبد الرزاق مزقريشو
طاهر الحراثي
مختار الغربي
عبد الله دريسة
عبد الكريم بعلوش
هشام الحرابي
يونس الكحلاوي
علي الرواحي
توفيق الزايري
بدر الدين عبد الكافي
الشاذلي محفوظ
نجيب اللواتي
الهادي الغالي

حمادي الجبالي
لطفي السنوسي
عبد الله الزواري
محمد القلوي
إبراهيم الزغلامي
أحمد لعماري
رضا البوكادي
رضا السعيدي
محمد العيادي
محمد الطرابلسي
خالد الكواش

 

 

CDPPT
Comité de Défense des PrisonniersPolitiques en Tunisie

 

عائلة الهادي البجاوي تدخل في إضراب

تضامني مع أبيهم 

 

بسم الله الرحمــن الرحيم

باريس في 8 جوان 2001

التحقت أمس الخميس 7 جوان 2001 بقية أفراد عائلة السيد الهادي البجاوي بإضراب الجوع الذي يشنه هذا الأخير منذ يوم 5 ماي 2001 احتجاجا على افتقاده لأبسط حقوق المواطنة كالعلاج والسفر.

وللتذكير فإن السيد البجاوي أصيب برصاصة في ركبته من طرف البوليس السياسي التونسي منذ سنة 91 .وقضى هذا الأخير تسع سنوات سجنا دون أن تقع معالجته.

وإذ يضحي اليوم السيد البجاوي بما تبقى له من صحة يلتحق به كل من:

 

  1. ابنته سارة : 14 سنة

  2. ابنته سلسبيل : 15 سنة

  3. ابنه موحد : 18 سنة

  4. زوجته : 43 سنة

 

كما نذكر أيضا أن العديد من الشخصيات الوطنية التونسية دعت إلى يوم تضامني مع السيد البجاوي الثلاثاء الفارط .

عن اللجنة

زهير العيساوي

 
 
“Free Tunisia”(ong tunisienne basée en Hollande) ouvre le dossier des DISPARUS en TUNISIE.

OU EST DONC KAMEL MATMATI???

 

أسرة معارض تونسي تبحث عن إبنها المفقود الذي مر على إختفائه عشر سنوات

 

Free Tunisia
freetunisia@hetnet.nl
Tel: 0031703667191

دعت أسرة كمال المطماطي المناضل المفقود منذ عشر سنوات المنظمات المحلية والدولية لمساعدتها في البحث عن إبنها الذي مر على إختفائه عشر سنوات دون أن تعلم مصيره . وكمال من مواليد 3 مارس 1956 أب لطفلين عثمان15 سنة وعائشة 11 سنة . عمل بالشركة التونسية للكهرباء والغاز إقليم قابس حتى 8 أكتوبر 1991 حيث تم إيقافه من قبل ثلاثة من أعوان الشرطة السياسية بشهادة زملائه. في اليوم التالي إتصلت زوجته بمنطقة قابس للتعرف على مكان إيقافة حيث أنكرت هذه الأخيرة أن تكون على علم بمكان وجوده

في الوقت نفسه تؤكد زوجته أنها رأت إسم زوجها أثناء تصفح عون الأمن لقائمة الموقوفين. على إثرها رفعت شكوى الى وكيل الجمهورية حيث نفى هذا الأخير أيضا أن يكون كمال قد أوقف أو أعتقل بالمرة .

هذا وقد سرب أحد الذين أوقفوا معه أنه قد تعرض للتعذيب الشديد نقل على إثره الى المستشفى ثم إنقطعت عنه أخباره .

وظلت عائلته تحاول تقصى أخباره من المستشفيات ومصالح السجون دون جدوى الى أن علمت في أفريل 1992 من منطقة الشرطة بقابس أن إبنها قد حوكم ب 17 سنة سجنا واهو الآن يقبع بواحد من السجون التونسية دون أن يضيف تفاصيل أخرى .

أكتوبر 1993 أنكرت السلطة من جديد أن يكون لها أي معلومة عن كمال المطماطي أو سبب إختفائه وذلك في ردها عن أستفسارات منظمة العفو الدولية حول حيفيات أختفائه.

وإزاء هذه المعلومات المتناقضة من قبل أجهزة السلطة المختلفة فإن أسرته تطالب الرئيس بن علي للتدخل شخصيا لمعرفة مصير أبنها كما تهيب بالمؤسسات الحقوقية المحلية والدولية للتدخل ومساعدتها في الكشف عن مصير المفقود.

 

LA DEVISE DU REGIME DEVIENT CES JOURS: LAISSER LE TEMPS..AU TEMPS!!

AFP, le 7 Juin 2001 à 14h51 
 

LTDH: nouvelle audience le 14 juin

 
   TUNIS, 7 juin (AFP) – La Cour d’appel de Tunis a suspendu ses délibérations sur la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) et renvoyé une nouvelle fois l’affaire lors d’une audience le 14 juin prochain, apprend-on jeudi auprès des avocats de la Ligue.
   La cour, qui devait rendre son verdict ce jeudi, a demandé aux avocats de la LTDH de lui fournir d’ici sa prochaine audience les statuts de la Ligue en vigueur lors de son 5ème congrès d’octobre 2000.
   La suspension des délibérations dans l’attente du verdict peut être décidée par la Cour lorsque celle-ci découvre l’absence d’une pièce essentielle au jugement de l’affaire, indique-t-on de source
judiciaire.
   Or, le document demandé, en l’occurence un exemplaire des statuts de la LTDH en vigueur lors de son dernier congrès, est celui-là même sur lequel s’est basé un jugement de première instance, le 12 février dernier, pour annuler le congrès et suspendre les activités de la LTDH.
   Le dernier congrès de cette organisation avait élu, en octobre 2000 une direction affichant une plus grande autonomie d’action à l’égard du pouvoir en Tunisie et la LTDH avait été assignée par quatre candidats battus aux élections, pour non-respect de certaines dispositions de son statut.
   La suspension des délibérations de la Cour d’appel et le report de son verdict lors d’une nouvelle audience le 14 juin pourraient, de l’avis des observateurs à Tunis, permettre de laisser le temps aux antigonistes de trouver un compromis en vue d’une reprise des activités de la Ligue.

 
AFP

 


APF, le 7 juin 2001 à  16h25
 

L’affaire de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme de nouveau renvoyée


 
   TUNIS (AP) — La cour d’appel de Tunis a de nouveau renvoyé jeudi l’affaire de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH) au 14 juin, a annoncé à l’Associated Press le président de cette
organisation, Me Mokhtar Trifi.

 
   Le 28 mai dernier, après avoir entendu les plaidoiries des avocats des deux parties, la cour avait initialement fixé au 7 juin le prononcé du verdict dans cette affaire qui fait l’objet d’un marathon judiciaire depuis plus de cinq mois. Elle a demandé aux avocats de la LTDH de lui fournir les statuts qui régissaient cette organisation avant son 5e congrès tenu en octobre dernier, un document qui semble manquer au dossier.
 
   Le 25 décembre dernier, quatre membres de la LTDH avaient saisi la justice pour demander l’annulation des actes de ces assises dont ils contestaient la régularité pour « vices de forme et violation de son statut et de son réglement intérieur ». Le congrès s’était soldé à l’époque par l’élection d’une nouvelle direction hostile à la politique du régime tunisien en matière de libertés publiques et dans laquelle ne figurait plus de membres du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir).
 
   Le tribunal de première instance de Tunis avait donné gain de cause aux plaignants. Portée devant la cour d’appel, cette affaire n’a cessé d’être renvoyée, tandis que des tractations en coulisses se poursuivent entre les deux parties par l’intermédiaire de Me Taoufik Bouderbala, prédécesseur de Me Trifi à la tête de la LTDH, dans le but d’aboutir à un compromis.
 AP


 
jeudi 7 juin 2001, 18h14

Procès LTDH: la cour retient son verdict en vue d’un règlement à l’amiable

TUNIS, 7 juin (AFP) – La justice tunisienne a retenu le verdict en appel du procès de la Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme (LTDH) et renvoyé de nouveau l’affaire en audience pour le 14 juin, afin de favoriser des discussions en cours pour un règlement à l’amiable.
Au lieu de prononcer son verdict ce jeudi, date fixée par le président de la Cour d’appel le 31 mai à l’issue de ce qui devait être une ultime audience, la cour a décidé de suspendre ses délibérations et renvoyé l’affaire, qui doit être examinée de nouveau le 14 juin.
Ce retour à la case départ devant la Cour d’appel a été motivé par la nécessité pour la LTDH de lui fournir d’ici la prochaine audience une copie des statuts de la Ligue en vigueur lors de son 5ème congrès d’octobre 2000.
Or, selon les avocats, le document demandé est celui-là même sur lequel s’est basé le jugement de première instance, le 12 février dernier, pour annuler le congrès et suspendre les activités de la LTDH. La procédure de suspension des délibérations a été engagée en fait, selon les observateurs, pour laisser aux protagonistes le temps de négocier un règlement à l’amiable et une issue satisfaisante de la crise qui secoue la LTDH depuis plus de six mois.
Le dernier congrès de cette organisation avait élu en octobre 2000 une direction affichant une plus grande autonomie d’action à l’égard du pouvoir, qui l’a aussitôt critiquée.
Elle avait alors été assignée par quatre candidats battus aux élections, pour non-respect de certaines dispositions de son statut.
« Nous essayons d’arriver à une entente pour dépasser ensemble la crise », a indiqué à l’AFP sous couvert de l’anonymat un des principaux protagonistes.
Il a confirmé que des concertations sont en cours et a affirmé qu’elles devaient se poursuivre pour obtenir les meilleures conditions d’entente.
Selon la même source, même en cas de prononcé du verdict la semaine prochaine, la LTDH et ses quatre détracteurs peuvent passer outre à son application, au profit d’un règlement amiable.
La justice « a accordé un temps de réflexion supplémentaire » aux antagonistes, car « il n’est pas facile (pour les plaignants) de retirer purement et simplement » leur plainte, a expliqué un avocat non constitué.
« Les uns et les autres sont à la recherche d’un compromis susceptible de sortir de la crise sans perdre la face », a-t-il ajouté.
Le président sortant de la LTDH, Tawfik Bouderbala, est notamment mis à contribution dans cette recherche, a-t-on appris dans les milieux concernés.
Le président actuel de la LTDH, Mokhtar Trifi, s’est refusé jeudi à confirmer l’existence de tractations. Mais, le 31 mai, il avait déclaré que son équipe était « disposée à discuter de toutes les propositions pour peu qu’elles respectent la légalité et l’indépendance » de l’association.
A la dernière audience devant la Cour d’appel, certains avocats avaient laissé entendre que la LTDH était prête à appliquer, dès la reprise de ses activités, les dispositions de son statut pour lesquelles elle avait été assignée: renouvellement des structures régionales et distribution de nouvelles cartes d’adhésion.
Ce procès s’était ouvert le 25 décembre 2000, mais dès novembre la Ligue avait été mise sous administration judicaire et ses locaux évacués, tandis
que d’autres poursuites judicaires étaient menées à l’encontre de certains de ses dirigeants.

 
 
 
 
 
LES DERNIÈRES NOUVELLES DE LA LIGUE LTDH

Mort d’un autre prisonnier

sous la torture à la prison d’el-hwareb

La LTDH a été informée que le prisonnier de droit commun Mohamed ben janeb (originaire de Msaken) a été agressé par le directeur de la prison Riadh laamari et les agents Abderrahman idoudi, Mustapha Seboui et Sassi Mlat et il est mort sous la torture à la prison d’el- hwareb (Kairouan) et ce fin mai/début juin 2001 (source: LTDH)


Procès de la ltdh

La cour d’appel de tunis a décidé de reporter le delibéré et a demandé aux appelants (la LTDH) de fournir une copie juridique du statut de la ligue en vigueur lors du 5 em congrés de la LTDH (27-28-29 octobre 2000), l’affaire a été repoussé au 14 juin 2001 (source: LTDH)


Les prisonniers condamnés à mort à la prison 9 avril entament une grève de la faim

Selon les sources de La LTDH, les prisonniers condamnés à mort de la prison de Tunis (26 prisonniers prison 9 avril-pavillon cellulaire) auraient entamé une grève de la faim depuis le 8 mai dernier pour revendiquer l’amélioration des conditions pénitentiaires. Pour avoir entamer cette grève, un nombre de grévistes a été agressé, a confirmé la même source

 
ناشطون في تونس يضربون عن الطعام تضامنا مع سجين سابق

 
الأربعاء 14/3/1422هـ الموافق 6/6/2001م، (توقيت النشر) الساعة: 15:6(مكة المكرمة)،12:6(غرينيتش)
ناشطون في تونس يضربون عن الطعام تضامنا مع سجين سابق

أعلنت مجموعة من الناشطين السياسيين والحقوقيين وأعضاء المجتمع المدني التونسيين في الداخل والخارج الإضراب عن الطعام تضامنا مع السجين السابق الهادي البجاوي الذي دخل في إضراب مفتوح عن الطعام منذ مطلع مايو/ أيار الماضي.

وقال بيان صادر عن المضربين وقعه الرئيس الأسبق للرابطة التونسية للدفاع عن حقوق الإنسان والرئيس السابق للمجلس الوطني للحريات الدكتور المنصف المرزوقي, إن عددا من المحامين والناشطين الحقوقيين والسياسيين في الداخل -الذين شكلوا قبل أيام لجنة وطنية للتضامن مع السجين السابق الهادي البجاوي يرأسها المرزوقي- ونحو 17 فردا آخرين من بريطانيا وبلجيكا والسويد وألمانيا وعلى رأسهم رئيس حركة النهضة « المحظورة » راشد الغنوشي, بدؤوا إضرابا عن الطعام تضامنا مع البجاوي.

وقال بيان اللجنة الذي أرسلت نسخة منه إلى وكالة « قدس برس » إن إضراب السجين السابق الهادي البجاوي « ومطالبته بالتمتع بأبسط حقوق المواطنة مثل حق العلاج والعمل والعيش بأمان في وطنه, ليست سوى عينة من آلاف العينات والمآسي السياسية التي يتخبط فيها الآلاف من المواطنين المحرومين من حقوقهم المدنية والسياسية ».

وأضاف البيان أنه « على الرغم من أن القمع مركز بصفة خاصة على الإسلاميين التونسيين إلا أن مداه اتسع ليشمل كل القوى الأخرى, مما عمم الالتجاء لإضرابات الجوع وشتى أشكال الاحتجاج السلمية الأخرى ».

واعتبر البيان أن « تكاثر إضرابات الجوع في تونس في السنوات الماضية يكشف استمرار القمع والتضييق على الحريات, واستمرار السلطة في تعنتها برفض مطلب شعبي عارم هو العفو التشريعي العام » الذي قال البيان إن من شأنه « أن يضع حدا لهذه المآسي ».

واتهم البيان الحكومة بصم آذانها عن مطلب الشعب في العفو التشريعي العام وإطلاق الحريات الفردية والجماعية, وعن مطلب الهادي البجاوي المضرب عن الطعام للمطالبة بحقوقه, وهي تتحمل كامل المسؤولية على استشراء إضرابات الجوع وتعميق الاحتجاج الشعبي.

يذكر أن السجين السابق الهادي البجاوي دخل في إضراب مفتوح عن الطعام منذ الثامن من مايو/ أيار الماضي بعد أن منع من العمل والتداوي والحصول على جواز سفر للعلاج في الخارج لنزع رصاصة مستقرة في ركبته منذ عام 1991 حين أطلقت عليه الشرطة التونسية النار أثناء اعتقاله.

المصدر :قدس برس

 
Vérité-Action

 

Vérité-Action
verite_action@hotmail.com

Appel à une journée de solidarité avec les prisonniers politiques en Tunisie

 
le lundi 11 juin 2001

Vérité-Action appelle ses membres, ses amis, ses partenaires, tous les militants des droits de l’Homme et les personnalités politiques intéressées par le respect des droits fondamentaux et le rétablissement des libertés en Tunisie à une journée de grève de la faim solidaire l u n d i 11 j u i n 2 0 0 1 Pour : Protester contre la dégradation de la situation des droits de l’Homme et des libertés en Tunisie Et réclamer : 1. La promulgation d’une loi d’amnistie générale 2. Le rétablissement total des ex-prisonniers politiques et de tous les opposants dans leurs droits.

Madame, Monsieur,

De sources concordantes, nous venons d’apprendre qu’un vaste mouvement de grève de la faim se déroule depuis le lundi 4 juin 2001 dans les prisons tunisiennes notamment la prison de 9 avril de Tunis (où, on a recensé pas moins de 70 grévistes), de Mahdia, de Houareb (Gouvernerat de Kairouan) et de Nadhour (Gouvernerat de Bizerte). Dans ce cadre la situation de M. Abdellatif Bouhejila est préoccupante selon un appel lancé par son avocate Me Radhia Nasraoui. Il a entamé une grève de la faim depuis le 15 mai 2001 pour protester contre la dégradation de ses conditions de détention. De plus, M. Ahmed Lamari, vient de rejoindre le mouvement depuis le lundi 4 juin. A travers les prisons du pays, des grévistes de toutes tendances suivent ce mouvement.

D’autres ex-prisonniers ont entamé de leur part des actions de protestation contre le régime spécial de contrôle administratif qui les prive de tous leurs droits de citoyen pour les plonger dans la misère et le harcèlement. Le cas de M.Hédi Bejaoui est illustrant. En grève de la faim depuis le 8 mai 2001, il réclame ses droits aux soins médicaux (intervention pour lui retirer une balle qui date de son arrestation il y a maintenant 10 ans.), au travail et à vivre en sécurité dans son pays.

Choqué par l’ampleur de sa souffrance qui est en fait partagée par l’ensemble des ex-prisonniers politiques, un groupe d’avocats et de défenseurs des Droits de l’homme a entamé, le 5 juin 2001 une grève de la faim. Parmi les grévistes nous citons Dr Moncef Marzouki et Dr.Malek Kefif, Me Saida El-Akremi, MM. Omar Mestiri, Fethi Ben Younes, Rachid Najar et Lassaad Jouhri. Des syndicalistes se sont joints à cette action ainsi que dix-sept autres personnes à l’étranger en Belgique, au Suède, en Allemagne, en Grande Bretagne et en France.

Pour Vérité-Action 
Service d’information

———————————————————————————————————-
NB: Veuillez confirmer votre participation à cette journée de solidarité par 
Email verite_action@hotmail.com ou 
par fax au +41 21 922 80 27 
ou au +41 32 724 47 03

 

La Tunisie en débat à Marseille

 
 

 

 » L’Europe ne peut pas se construire dans l’indifférence au reste du monde et à quelques minutes de ses rives abandonner un monde entièrement ligoté par des régimes despotiques !  » Kamel Jendoubi

Le 5 / 06 / 01, Naro Presse services a invité élus, journalistes, avocats, syndicalistes, membres d’associations de défense des Droits de l’Homme, universitaires, magistrat,

à débattre de la situation en Tunisie. Pendant près de trois heures les 27 personnes présentes ont écouté Moktar Trifi, Président de la Ligue Tunisienne des Droits de l’Homme ( LTDH ) et Kamel Jendoubi, Président du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie ( CRLDHT ), membre du comité central de la Ligue des Droits de l’Homme, vice-Président du Réseau Euroméditerranéen des Droits de l’Homme ( REDH ) qui ont brossé un tableau peu flatteur du régime imposé par le Président Ben Ali à son peuple.

La situation actuelle

 

Me Moktar Trifi a présenté la situation actuelle en Tunisie. Il a rappelé que les associations tunisiennes sont régies par la loi du 7 novembre 1959 amendée en 1988. Cette loi fait que les associations sont sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur. Toute association ou organisation doit se déclarer auprès du Ministère de l’Intérieur qui lui délivre un récépissé. Selon la loi cette délivrance doit être immédiate. Mais il en est autrement dans les faits et plusieurs personnes qui ont déclaré leur association ou organisation et n’ont pas obtenu ledit récépissé ont connu la prison pour formation d’association illégale. C’est le cas notamment du Comité National pour les Libertés en Tunisie ( CNLT ) dont presque tous les animateurs ont été traduits en justice. Cependant la société civile bouge et les organisations de défense des Droits de l’Homme ont le soutien de partis très proche du pouvoir comme le mouvement Ettadjid (ancien Parti Communiste Tunisien ). Les récentes libérations du marseillais Medhi zougha, de Maître Najib Hosni et de deux autres prisonniers politiques sont les conséquences de la mobilisation des défenseurs des Droits de l’Homme.

La presse

La presse Tunisienne est régie par un code de la presse. Jusque là tout va bien mais ledit code sert depuis 1975 à trouver des motifs d’inculpation pour les opposants sous prétexte de diffamations diverses. On a applaudi les amendements apportés à ce code en mai 2001 en oubliant que ces amendements ont purement et simplement été transférés dans le code pénal. Le résultat est similaire à ce qui existait précédemment. Le résultat ? Les journalistes et la presse s’auto censurent ou sont censurés. La presse est muselée, les journalistes indépendants licenciés et condamnés. Quant à la publicité, elle est entre les mains de l’Etat. Les Tunisiens ne lisent plus la presse et même Ben Ali reconnaît que la situation de la presse est catastrophique. La situation de la télévision d’Etat est similaire : personne ne la regarde et tous se tournent vers les télévisions étrangères grâce aux antennes satellite pour avoir une information indépendante.

La justice

La justice constitue un problème majeur. C’est une justice aux ordres du pouvoir. Le statut des magistrats qui date de 1967 donne au Président le contrôle du Conseil Supérieur de la Magistrature dont les membres sont désignés par le gouvernement. Un juge peut être, par exemple, muté pour les nécessités du service. Le pouvoir exécutif a donc la haute main sur le judiciaire et les condamnations prononcées par des juges aux ordres sont automatiques. La situation des personnes condamnées ne s’améliore pas une fois celles-ci libérées. Elles sont bien souvent dans l’incapacité de travailler car l’on veille à ce que l’employeur sache qui il embauche et ce qui pourrait lui arriver s’il gardait dans son personnel la personne en cause. Par ailleurs, un libéré peut devoir pointer plusieurs fois par jour dans différents commissariats ce qui ne lui laisse guère le temps de faire autre chose. Et s’il ne s’acquitte pas de cette obligation, retour à la case prison ! Alors on cite l’exemple de cet homme qui est allé vendre ses enfants sur un marché en expliquant qu’il ne pouvait pas les nourrir car il lui était impossible de travailler, de cet homme qui s’est suicidé publiquement, d’autres qui ont fait des grèves de la faim pour sortir de l’impasse dans laquelle on les avait mis.

Les prisons

Il existe deux catégories de prisonnier en Tunisie :
– les droits communs
– les spéciaux ou prisonniers d’opinion
La situation de ces derniers est difficile car ils ont moins de droits que les droits communs. Ainsi lorsqu’ils reçoivent un membre de leur famille, la présence d’un maton est obligatoire. N’oublions pas non plus la torture, les sévices divers et les mesures vexatoires.

Un préjugé favorable pour la Tunisie

Kamel Jendoubi du CRLDHT a exposé les raisons pour lesquelles, selon lui, la Tunisie continue à bénéficier d’un préjugé favorable en dépit des atteintes manifestes à la liberté d’expression. Tout d’abord le touriste lambda peut penser que ce qu’il entend à ce sujet n’est pas vrai car la répression n’est pas visible hormis une présence policière ostentatoire. La répression est aussi considérée comme normale car la proximité de l’Algérie et de ses troubles  » justifient  » les poursuites envers les islamistes et l’opposition démocratique. Cependant, M. Jendoubi note qu’il y a peu d’articles à la gloire de Ben Ali dans la presse occidentale. Et puis la Tunisie est un pays dont les performances économiques sont supérieures à celles de ses voisins, dont la scolarisation est supérieure à celles de l’Algérie et du Maroc, dont le statut des femmes est le plus avancé du monde musulman. Toutes ces avancées, réelles, constituent des excuses pour le régime Tunisien. Pour M. Jendoubi ces acquis du pays, confisqués à son profit par la dictature policière, ont été réalisés avant l’accession au pouvoir de Ben Ali alors qu’Habib Bourguiba était encore au pouvoir.

Ces aspects positifs ont certainement influés sur la position de l’Europe à l’égard de la Tunisie. L’Europe ne tient compte que du volet économique et commercial et oublie les plans sociaux et politiques. C’est aussi le cas pour des pays tels que l’Iran, la Syrie, le Liban et l’Algérie. Il semble que l’exemple Tunisien montre qu’il y a un double standard pour l’Europe et que dans le cas du Maghreb et du Moyen-Orient l’aspect économique importe plus que l’aspect social et politique.  » L’Europe ne peut pas se construire dans l’indifférence au reste du monde et à quelques minutes de ses rives abandonner un monde entièrement ligoté par des régimes despotiques !  » M. Jendoubi demande en conséquence un réel partenariat avec l’Europe dans les domaines des Droits Humains et politiques.

Comment et pourquoi la dictature de Ben Ali s’est-elle instaurée ?

Lors du débat, Jacques Soncin a posé une question à la fois pertinente et dérangeante : pourquoi et comment un pays gouverné par des partis de gauche ( le Rassemblement Constitutionnel Démocratique de Ben Ali adhère à l’Internationale Socialiste ) est-il devenu une dictature ?

Kamel Jendoubi a répondu en expliquant qu’après la prise du pouvoir par Ben Ali le 7 novembre 1987, la majorité écrasante des partis, même les Islamistes, ont applaudi Ben Ali. Les deux premières années, celui-ci a pris de bonnes mesures telles que l’amnistie générale des prisonniers politiques. Cependant les élections de 1989 ont montré l’importance électorale des Islamistes ( près de 14 % des suffrages ). Le pouvoir a pris peur et lors des élections municipales de 1990, il s’est accaparé tous les conseils municipaux. Cette date marque le début de la chasse aux sorcières. Le gouvernement s’est érigé en rempart contre les Islamistes : les procès bidons et les parodies de justices se sont succédés. Les intégristes ont été écrasés mais la société s’est vue quadrillée avec succès par des milices de quartier et le pouvoir a senti qu’il pouvait tenir ainsi le pays.

En définitive ce sont les démocrates qui ont fait les frais de cette situation. M. Jendoubi donne l’exemple du Parti d’Union Populaire dont le Secrétaire Général est mis en prison en 1990, de la LTDH qui gêne parce qu’elle dénonce la torture. Alors on vote la loi du 3 avril 1992 destinée à l’anéantir. Cette loi décrète que la LTDH est classée parmi les associations d’intérêt général ce qui permet à tout un chacun d’y adhérer sans que l’organisation puisse s’y opposer, le résultat attendu est que les affidés du pouvoir l’envahissent et la contrôlent. Par la suite les partis d’opposition ont annoncé qu’ils étaient devenus des partis de soutien au pouvoir et en 1995 sur 4695 conseillers municipaux, il n’y a eu que 6 élus de l’opposition. En 1999, une loi sur mesure pour la désignation des candidats aux élections présidentielles a été votée : il n’y a eu que trois candidats correspondants aux critères dont Ben Ali, qui a été élu avec 99, 46 % des suffrages !

M. Jendoubi ajoute que le RCD au pouvoir est dans la continuation de l’ancien Parti Destourien de Bourguiba. Il rassemble un million d’adhérents pour une population de neuf millions d’habitants soumise à l’ordre moral du régime. 99 % des victimes de la répression sont accusés d’appartenir à la mouvance Islamiste, ce qui est parfois bien pratique. Il semble que le système veuille détruire toute forme d’opposition conforté en cela par le manque de réactions officielles extérieures. On peut prendre pour exemple des syndicalistes Tunisiens licenciés appartenant à l’Union Générale des Travailleurs Tunisiens ( UGTT ) et qui entament une grève de la faim sans que les syndicats européens ne les soutiennent ( la situation évolue cependant sur ce point ).

Quelle alternative possible ?

Pour l’heure, le RCD contrôle la Tunisie à l’interne mais aussi à l’externe. La communauté Tunisienne immigrée a peur. A Marseille, par exemple, le flicage des Tunisiens s’accomplit à travers le consulat et avec la collaboration, semble t’il, des Renseignements Généraux. Le RCD est très organisé entre Nice et Montpellier et surveille de près ce qui se passe dans la communauté. Tout cela pose le problème d’une alternative politique au régime actuel, alternative qui n’a pas d’existence actuellement et que le mouvement des Droits de l’Homme de par sa nature ne peut incarner mais celui-ci pourrait servir de base dans cette perspective.

Le débat s’est conclu par l’énoncé des perspectives du mouvement des Droits de l’Homme :
– comment aider les démocrates à mener leur projet ?
– où en est-on de l’action contre l’impunité des tortionnaires ( cf. la liste de tortionnaires établie et publiée par le CNLT )
– organisation d’une journée internationale de solidarité avec les citoyens Tunisiens privés de passeport ( cas de Kamel Jendoubi )
– organisation d’une journée d’action pour l’amnistie générale en Tunisie
Comme on peut le constater ce premier dîner-débat de Naros a été riche en informations, en questions, qui seront à l’ordre du jour en Tunisie mais aussi en Europe et en France.

Jacques BECKER

 
 
Dr. SALAH KARKAR COMMENTE L’ETAT DES RELATIONS FRANCO-TUNISIENNES APRES LA VISITE DE JOSSELIN..

A propos de la visite de M. Josselin en Tunisie


Dr Salah Karker

       

M. Josselin, ministre français de la coopération, a effectué une visite officielle en Tunisie, le jeudi et le vendredi, le 31 mai et le 1 juin 2001. Il est le bien venu dans notre pays, terre d’accueil chaleureux et carrefour de rencontre et de dialogue, ainsi qu’à tous les amis de la Tunisie. Ce n’est pas la visite en elle-même qui pose problème. Ce qui pose problème c’est le  sens donné à cette visite, et à qui précisément elle a été effectuée? De notre côté, nous sommes pour de très bonnes relations entre la Tunisie et  l’Union européenne. Et plus particulièrement entre le peuple tunisien souverain sans le régime dictatorial du Général Ben Ali et  la France. Nous avons avec la France depuis une très longue date, de très bonnes relations, non seulement politiques, mais aussi économiques et surtout culturelles. L’un des points forts de la Tunisie, à travers tout son histoire est son ouverture sur le monde extérieur.

        Le Général Ben Ali, ainsi que son régime dictatorial, n’ont jamais été légitimes. C’est à dire, ils n’ont jamais été l’émanation de la souveraineté du peuple. Le Général a accédé au pouvoir suite à un complot qu’il a mené contre son prédécesseur le président Bourghiba.. Ensuite, il s’est vu renouvelé les mandats, l’un après l’autre, par des simulacres d’élections qui n’ont rien à voir avec la volonté du peuple, ni avec son libre choix. Conscient de son illégitimité, le Général n’a pas épargné le moindre  effort dans la répression et l’humiliation du peuple, en s’imposant à lui par la violence et la terreur, en s’appropriant les institutions de l’Etat et la loi dans le pays au lieu de les défendre et de les respecter. Il a aussi complètement  détruit l’économie nationale en s’appropriant les fruits de la privatisation du secteur public de l’économie, en empochant les recettes en devises de l’Etat, surtout l’aide qu’a reçue la Tunisie au titre de la mise à niveau de l’économie nationale par suite de la signature de l’accord de partenariat avec l’Union européenne. Il a aussi imposé, illégalement une dîme obligatoire, à tous les Tunisiens pour financer sa fameuse et mafieuse caisse 26-26. Il a pillé, ainsi que ses proches et son entourage, toutes sortes de richesse dans le pays, des terres publiques en zones vertes et des terres agricoles publiques et privées expropriées sauvagement, ou achetées de force à des prix insignifiants. Il les a ensuite transformées, abusant de son pouvoir, en zones constructibles, et vendues aux particuliers à des prix exorbitants. En résumé, il a généralisé la corruption dans le pays. Cette dernière a dépassé toutes les limites qu’elle a connues, non  seulement auparavant en Tunisie, mais aussi dans tous les pays tenus par les régimes les plus mafieux dans le monde. D’ailleurs, dans les médias internationaux, on n’hésite plus, depuis quelques temps, à traiter le régime dictatorial de Ben Ali de «régime délinquant». Le Général Ben Ali et son entourage mafieux ont, depuis longtemps déshonoré la Tunisie et son peuple, souillé son honneur et terni leur image. Ben Ali est un dictateur sanguinaire brutal et corrompu, il ne doit plus représenter la Tunisie ni son peuple. Il doit partir et le plus vite serait le mieux. 

        Depuis avril 1989, le Général Ben Ali a privé le peuple du minimum des libertés, de considération et de dignité. Il a vidé complètement l’Etat de son sens. Sous son régime, nous sommes très loin de l’Etat de droit et des institutions, et nous sommes devant un parfait cas  d’école de l’Etat-parti ou même de l’Etat propriété personnelle du Général tout court. Les mains de ce dernier sont entâchées du sang de plusieurs dizaines d’innocents. Dans une situation normale, il devrait comparaître devant une cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

        Tout ce que nous venons de dire n’est plus un secret pour personne. Dans ce contexte, il est complètement déshonorant pour une grande puissance internationale et la première puissance régionale qui est la France, de sacrifier le peuple tunisien, son combat pour les libertés, la démocratie et la dignité humaine pour aller soutenir un dictateur sanguinaire et délinquant, dans le simple but de préserver ses intérêts très immédiats. Comme si la chute de ce dictateur allait les menacer. Ne devrait-elle pas plutôt aider le peuple tunisien voisin, à combattre la dictature et la tyrannie pour s’émanciper et accéder à la dignité, aux libertés et à la démocratie? Le dictateur Ben Ali serait-il moins dangereux que ne l’était Milozévich?
        La visite de M. Josselin en Tunisie, ne peut pas aider, dans les circonstances actuelles, à l’instauration des libertés ni à la démocratie dans ce pays. Au contraire, elle va totalement à l’encontre de cette orientation, dans la mesure où elle apporte un nouveau souffle au régime épuisé du dictateur. Elle lui permet de se cramponner davantage sur ses positions totalitaires. De ce fait, elle ne peut pas être accueillie comme visite amicale pour le peuple tunisien et pour l’opposition tunisienne, du moment où elle est exclusivement pour Ben Ali et son régime dictatorial et oppressif. Que le ministre français ait reçu, au cours de sa visite, quelques figures parmi les militants des droits de l’homme ou parmi l’opposition tunisienne, cela ne change absolument rien dans la nature inamicale de cette visite pro-gouvernementale.

        Nous rappelons que lorsque le Docteur Ben Jaafar, président du forum démocratique pour les libertés et le travail en Tunisie, a été reçu par Monsieur François Hollande, premier secrétaire du parti socialiste français au siège de son parti au début du mois d’avril dernier, toute l’opposition tunisienne a bien accueilli cet acte sage, et l’a analysé comme un changement de position de la France vis à  vis du régime du Général Ben Ali en faveur de l’opposition. Elle avait alors souhaité que le gouvernement français appuie cette initiative et confirme la position du parti de la majorité. Elle espérait que cela entraîne, à son tour, un changement de même nature au niveau de l’union européenne et mette fin à son aide politique et surtout économique au régime dictatorial du Général Ben Ali. La dernière visite de Monsieur Josselin a infirmé toutes ces attentes optimistes et confiantes en la France.

        Si l’Etat français reste seul maître pour déterminer l’orientation de sa politique étrangère, cela ne nous empêche pas, pour notre part, de dire que le soutien que porte le gouvernement français au Général dictateur ne peut pas jouer ni en faveur de l’instauration des libertés et de la démocratie en Tunisie, ni même en faveur des intérêts français. Si au de cette visite, Monsieur Josselin avait reçu les représentants de l’ensemble de l’opposition tunisienne, cela aurait pu être plus bénéfique pour les intérêts des deux peuples, tunisien et français.

                                                                Salah Karker
                                                                 4 juin 2001
   
   

 
 

MOBILISATION MONDIALE EN FAVEUR DE L’ANCIEN CANDIDAT A LA PRESIDENCE EN TUNISIE Dr. MONCEF MARZOUKI.

 
Aprés les avocats qui ont sorti Me Hosni de sa prison, les médecins du monde entier se mobilisent en faveur de M.Marzouki, contre une atteinte à la liberté et à la médecine .


 
Les médecins du monde entier se mobilisent contre une atteinte  à la liberté et à la médecine .
 


Les médecins Suisses qui ont conçu le site www.globalprevention.com pour soutenir leur collègue le Pr Moncef Marzouki et faire connaitre ses idées et son apport à la santé publique  , viennet d’adresser cet appel à tous les médecins du monde .
Contribuez à libérérer notre Collègue le Professeur Moncef Marzouki projeter systématiquement sa photo et quelques extraits de sa pensée avant les interventions dans les manifestations scientifiques. Par exemple,commencez tout exposé dans les Congrès, Colloques, Séminaires, etc. en projetant une photo et une citation du Dr Marzouki avec son lien et positionnez-le dans votre site(7K)et en ajoutant « J’ai la chance d’avoir pu répondre librement à votre invitation et ainsi d’avoir pu venir  librement devant vous. Je peux librement prendre la parole ici et librement vous parler de santé publique. D’autres, dont notre Collègue, le Professeur tunisien Moncef Marzouki, n’ont cette liberté, étant retenu malgré eux  dans leur pays!
D’avance merci!


 ALLEBECH Peter
Président de SSSP Société Suédoise de santé publique Vasa Suède
ALLEMAND Hubert
Professeur de santé publique Médecin Conseil National de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés France
AMBROSELLI Claire
Chercheur Inserm Paris France
d’ANGLEJAN Jacques
Neurologue Versailles France
APTEL Isabelle
Médecin de Santé Publique – Toulouse – France
ARENE Marguerite
Mission Toxicomanie Saint Denis France
ASSOCIATION DES VICTIMES DE LA TORTURE EN TUNISIE – Genève
Le Président Abdennacer Nait-Liman
AUBRY Lily-Henriette
ex médecin de santé publique – Paris
AUQUIER Pascal
Professeur de Santé Publique Marseille France
BAERTSCHI Bernard
Département de philosophie – Université de Genève – CH-1211 Genève 4
BAH Agbou
Médecin Le Mans France
BAILLY Marc
Chirurgien France
BALBIN Nathalie
Santé Publique Nancy France
BANTUELLE Martine
Education à la santé Charleroi Belgique
BARA Christine
Médecin Inspecteur de la Santé Haut Rhin France
BARATCHART Béatrice-Anne
Médecin Santé Publique France
BARD Denis
Enseignant Ecole Nationale de la Santé Publique Rennes France
BARATCHART Béatrice-Anne
Médecin Santé Publique France
BARA Christine
Médecin Inspecteur de la Santé Haut Rhin France
BARBIER Geneviève
Médecin coordinateur Réseau ville-hôpital « Ressource » – 157 rue de la porte de Trivaux – 92140 CLAMART
BARRO Giovanni
BAUBEAU Dominique
Médecin Inspecteur Ministère emploi de la solidarité France
BAUBEAU Dominique
Présidente de l’AMIS France
BAUMAN Michèle
MCU Sociologie Santé Publique Nancy France
BENICHOU Jacques
Professeur Biostatistiques CHU Rouen France
BEREZIAT Gilbert
Vice-Président de Université Paris VI Paris France
BERJON J.J.
MCU Praticien Hospitalier CECOS France
BERNARD Catherine
Médecin Santé Publique Bordeaux France
BERTOLOTTO Fernando
Epidémiologiste Montpellier France
BESSAOUD Dalila
DIM – Clinique Beau Soleil – 119, Avenue de Lodève – 34070 Montpellier
BHةRER Luc
Médecin conseil Régie Régionale de la Santé et des Services Sociaux de l’Outaouais 104 rue Loi sHull Qc CANADA J8Y 3R7
BILLETTE DE VILLENEUR Agathe
Médecin Conseil Général de l’Isère France
BLANCHARD Isabelle
Médecin Département d’information médicale France
BLANCHARD François
Professeur de santé publique gériatre Université de Reims France
BLANCHY Sixte
Présidence Européenne Ministère des Affaires Etrangères Stockholm Suède
BLANC-PARDIGON Michèle
Pédiatre Salon de Provence France
BLAYAC Jean-Pierre
Chef de Service Pharmacologie Médicale Montpellier France
BLOCH-LAINE Jean-François
Médecin Paris France
BOIGE-FAURE Sylvaine
Médecin Directeur Hygiène santé environnement France
BOISSONNAT Vincent
Epidémiologiste MIRE Ministère de la Santé Paris France
BOITTE Francis
Biologiste Amiens France
BOSMAN Johe
Project Manager Nivel Utrecht Pays Bas
BOUCHARLAT Anne
Médecin Inspecteur DDASS de la Guadeloupe France
BOUVIER Paul
Médecin-Directeur Service de santé de la jeunesse Genève Suisse
BOY-LEFEVRE Marie-Laure
Université Paris VII-Diderot Paris France
BRASSAC Carole
SFSP Nancy France
BRESLOW Norman
Biostaticien University de Washington Seattle USA
BRIANCON Serge
Professeur Santé Publique UFR Médecine Nancy France
BRIAND Alain
Médecin Inspecteur de la Santé Ministère de la Santé France
BRIXI Omar
Médecin Santé Publique Montreuil France
BRIXI Zahida
Epidémiologiste France
BRODIN Marc
Professeur de santé publique Université Paris VII France
DE BROUWERE Vincent
Médecin, Professeur de santé publique Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold Anvers
BRـCKER Gilles
Vice-Président Haut Comité de la Santé Publique Professeur de santé publique Université Paris VI France
BRUGIERE Michel
Médecin Directeur Général de Médecins du Monde France
BRUNNER Eric
UCL Dept Epidémiology UK
BUCHS Bertrand
Médecin
CABANES Alain
acabanes@amorce.asso.fr – France
CAMBON-THOMSEN Anne
Chercheur CNRS Toulouse France
CANAGUY André
Santé Publique La Réunion France
CANONNE François
Professeur de Santé Publique France
CANTERO Alain
CAPDEPON Pascal
Médecin inspecteur de santé publique Tarbes (Hautes-Pyrénées)
CAPEK Isabelle
Epidémiologiste Institut de Veille Sanitaire France
CAU Daniel
Pédiatre Secrétaire Général du Syndicat National des Pédiatres des Etablissements Hospitaliers(SNPEH) Cherbourg France
CHABERNAUD Jean-Louis
Pédiatre Hôpital Antoine Béclère Paris France
CHAGNON Jean Luc
Médecin Valenciennes France
CHAMBAUD Laurent
Président de la Société Française de Santé Publique France
CHEVIT Pascal
Médecin Santé Publique France
CHEVREUL Karine
Médecin Santé Publique Rennes France
CHILDERIC Isabelle
Responsable mission précarité ODLC Meylan France CHIRAC Pierre
Pharmacien Paris France
CHIRON Mireille
Chargée de Recherche Membre de la SFSP UMRETTE Unité mixte de recherche épidémiologique Transport Travail Environnement INRETS
CHOUAID Christos
Pneumologue Paris France
CHOUCOT Marie-Jeanne
Médecin Santé Publique DRASS Besançon France
COHEN Jean-Marc
Chercheur Paris France
-COHEN Jean Marie
médecin – Open Rome, 39 rue St Antoine F-75004 Paris
COLLIN Jean-François
Enseignant Santé Publique Vandoeuvre France
COLLOMB Micheline
Infirmière de santé publique à domicile
CORBEAU M
Médecin Santé Publique CRES Montpellier France
COSTA Nuno
Portugal
CSASZAR-GOUTCHKOFF Michel
Médecin de santé publique Grenoble France
CZORNY Eugénie
Anthropologue Besancon France
DANZON Arlette
Médecin de santé publique Ecole Nationale de Santé Publique Rennes France
DARET Simone
Chargé de Mission URCAM Lyon France
DARTIGUE-PGYROU Marie
ةducatrice santé CODES France
DAVELOOSE Pierre
Médecin de Santé Publique – Bruxelles – Belgique
DEBEUGNY Christophe
Médecin de Santé Publique Paris France
DEBIONNE François-Paul
Médecin Inspecteur DRASS Alsace France

DECHAMP Chantal
Allergologue, Lauréat de l’Académie de Médecine, Présidente Association Française d’Etudes des Ambroisies (AFEDA), 25 Rue Ambroise Paré F 69 800 Saint-Priest
DةFENSE DES ENFANTS-INTERNATIONAL SECTION SUISSE
Case postale 618 1212 Grand-Lancy Genève Suisse – Dannielle Plisson Secrétaire générale
DELABY Maïthé
Pédiatre France
DELIENS Christine
Coordinatrice Education à la santé Bruxelles Belgique

DELOUR Marcelle
Médecin PMI Vice présidente SFSP Paris France
DELTOUR Isabelle
Biostatisticienne Institut National de Veille Sanitaire Saint Maurice France
DEPPE Ully
Médecin sociologue Institut fur Medizinische Soziologie, Universitaetsklinikum Frankfurt am Main Allemagne
DERRIENNIC Francis
Directeur de Recherche Inserm – France
DESCHAMPS Jean-Pierre
Professeur de santé publique Université de Nancy France
DESPRES Caroline
Médecin de santé publique Paris France
DEVELAY Aude
Santé Publique Ecole Nationale de Santé Publique France
DIGARD Laurence
Mission Toxicomanie France Saint Denis France
DOMMERGUES Jean Paul
Professeur de Pédiatrie Paris-Sud France
DONNARD Jean-François
Médecin inspecteur régional par intérim DRASS Alsace France
DORVILLIUS Evelyne
Mission Toxicomanie France Saint Denis France
DOUCET Thérèse
Secrétaire SFSP Nancy France
DOUCET-BON Jacques
Médecin France
DOUCHAIN François
Praticien Hospitalier Pédiatre Arras France
DOUINEAU Gérard
médecin coordinateur du Réseau Ville Hôpital Toxicomanie du Loiret CHRO 1 rue Porte Madeleine 45000 Orléans France
DRESSEN Christiane
Sociologue Chef du service Etudes et Evaluation Comité Français d’Education à la Santé Paris France
DUBOIS Henri
Médecin Inspecteur Santé Publique DDASS 71 France
DUFRICHE Odile
Médecin Santé Publique DDASS Haut Rhin France
DUGAS Sylvie
Médecin de Santé Publique-Institut de Médecine Tropicale-Anvers
DUMOULIN Jérôme
Chercheur Economiste Grenoble France
DUONG QHYNH Hoa
Pédiatre Professeur de santé communautaire Ho Chi Minh-Ville Vietnam
DUPERREX Olivier
MD (Pédiatre FMH) MSc (Community Paediatrics) – Maître-assistant Institut de Médecine Sociale et Préventive – Centre médical universitaire – GENEVE-Suisse
DURIEUX Sophie
Médecin Santé Publique Unité de médecine des voyages et des migrations Hôpital cantonal 1211 Genève Suisse –DURVAL Mario
Médecin Santé Publique Barreiro Portugal
EBOKO Fred
Centre d’ةtudes d’Afrique Noire Sciences Politiques Bordeaux France
ECHEVARRIA Patricia
Mission Toxicomanie France Saint Denis France
ELGHOZI Bernard
Médecin Créteil Solidarité France
EL GHOZI Laurent
Médecin Maire adjoint chargé de la santé Nanterre France
EMOND Christiane
Intervenante Drogue Info service France
ESNAOLA Santiago
Epidemiologiste – Chef du Service d’ةtudes et de la Recherche en Santé – Departement de la Santé du Gouvernement Basque – Vitoria-Gasteiz (Espagne)
FABRY Jacques
Professeur de santé publique Lyon France
FARSI Fadila
Médecin CRICC Lyon France
FASHAD Ali
Public health offices Social Medicine University Hospital Malme Suède
FEHLMANN RIELLE Laurence
Carrefour Prévention Députée au Grand Conseil République et canton de Genève Suisse
FERNET Pierre
Médecin Président du Syndicat National des Médecins Hospitalo-Universitaires France
FONDATION PORTUGAISE DE SANTE PUBLIQUE Portugal
FONTAINE Alain
Médecin Santé Publique Paris France
FORTIN Jacques
Pédiatre Professeur de psychologie Université Lille
FOURNIER Jean Claude
Chef de Service Pédiatrie CHR Tulle France
FRIDMAN-WENGER Miriam
Psychologue Service médico-pédagogique Genève Suisse
FUHRER Rebecca
Chercheur Inserm Villejuif France
GACHE Pascal
Alcoologue CHU Genève Suisse
GALINSKI Raymond
Professeur des universités Paris France
GALLET Serge
Pédiatre Montluçon France
GARNIER Anne
Médecin Santé Publique ODLC Dépt du Cancer Grenoble France
GAZIN Pierre
Parasitologiste IRD Paris France
GENTET Jean Claude
Oncologie pédiatrique Marseille France
GERBER Mariette
Epidémiologiste INSERM D.G. CRLC France
GIAUX Marie-Paule
GIGONNET Jean-Marie
Pédiatre CHR Tulle France
GIRARD Sylvie
Santé Publique Nancy France
GIUSANO Bernard
Médecin Santé publique Information médicale Marseille France
GLEIZE Laurence
Médecin épidémiologiste – Registre des cancers de Martinique
GOHIN PE RIO
Bénédicte Médecin inspecteur de santé publique DRASS France
GOLDBERG Marcel
Epidémiologiste INSERM Paris France
GOMEZ-ARACENA Jorge
Professor Faculte medicine Malaga Espagne
GOTTOT Serge
Médecin santé publique Faculté Xavier Bichat Paris France
GOUPIL Marie
Secrétaire Générale Institut Santé Publique Nancy France
GOURAUD François
Médecin Meaux France
GRANGE Catherine
Pédiatre France
GREMY François
Médecin de santé publique Montpellier France
GROTH-FUSI Nicola
Hygiéniste Santé Publique Sierra Italy
GUILLAUD-BATAILLE Sylvie
Médecin Conseil Général du Rhône France
GUILLAUME Evelyne
Directrice de Crèche Levallois Perret France
GUILLEMIN François
Professeur Santé Publique Nancy France
GUILLET Pierre
Haut Comité de la Santé Publique France
HAERINGER-CHOLET Anouk
Médecin Santé Publique DDASS du Doubs Besançon France
HALLEY Des FONTAINES Virginie
Médecin de santé publique Université Paris VI France
HALPERIN Daniel
Pédiatre Médecine et Prévention de la Violence Hôpitaux Universitaires de Genève Suisse
HELLARA Cristina
HENNART Philippe
Professeur, Président de l’Ecole de Santé Publique de l’Université Libre de Bruxelles.
HERSKOWICZ A.
Médecin Santé Publique Orly France
HERVE Christian
Professeur Ethique médicale Université Paris V France
HIRSCH Albert
Professeur pneumologue Université Paris VII France
HIRSCH Emmanuel
Professeur ةthique médicale Hôpitaux de Paris France
HIRTZ Francine
Médecin Santé Publique IA SPSFE Le Chesnay France
HORNEZ Thérèse
AFSSAPS Saint Denis France
HOUIOUX Geneviève
Chercheur Observatoire de la santé du Hainaut Belgique
HUGUES Jean-Pierre
Santé publique CPAM Rubelles France
-HURLIMANN Claire
Médecin de santé publique Groupe Hospitalier Lariboisière Fernand Widal PARIS 10ème
ILIEV Dimo
Administrateur Paris France
INPH (Intersyndicat National des Pratiiciens Hospitaliers, Psdte Dr Rachel BOCHER)
cette organisation regroupe 17 syndicats de médecins hospitaliers et représente lors des élections professionnelles les suffrages de 40% des 15000 praticiens. – 15 rue Beaugrenelle 75015 PARIS
JACQUEMUS Nelly
Formatrice CAMPS Salon de Provence France
JACOB Elizabeth
Mission Toxicomanie France Saint Denis France
JADOULLE Patrick
Dr, Président de la Fédération des Maisons Médicales et Collectifs de Santé Francophones, Belgique.
JALLIER Annie
Médecin Santé Publique Montpellier France
JAQUARD Elizabeth
Drogue Info service France
JAY-RAYON Françoise
Médecin Santé Publique Foix France
JEHAES Michel
Place Ferrer, 2 – 6043 Ransart
JةSU Frédéric
Pédopsychiatre diplômé en santé publique et santé communautaire 118, avenue Jean Jaurès 75019 Paris

JOSEPH Carole
Nutritioniste Hôtel Dieu Marseille France
JOSSERAN Loïc
Médecin de santé publique Université Paris VI France
JOUBERT Michel
Chercheur Sociologue Mission Toxicomanie France Saint Denis France
KAMINSKI Monique
Epidémiologiste Chercheur INSERM Unité 144 Villejuif France
KATLAMA Christine
Professeur de Maladies Infectieuses CHU Pitié Salpétrière Paris France
KARAM Ketty
Santé Publique Prévention SIDA/Toxicomanies Guadeloupe France
KENZI Mohammed
auteur et aide soignant au HUG à Genève
KEROUEDAN Dominique
Médecin de santé publique France
KREMP Brigitte
Professeur de Pédiatrie Faculté Libre de Médecine Lille France
KURTZ François
Médecin Strasbourg France
LABADIE Jean Claude
LACHKAR Eric
Pédiatre Annonay France
LACROIX Brigitte
Médecin enseignant ESP Faculté de Médecine Vandoeuvre France
LACROIX Bernard-François
Médecin France
LACRONIQUE Jean-François
Professeur de santé publique Université Paris XII France
LAGUILLAUME Claude
Médecin Santé Publique Gentilly France
LAMARRE Marie-Claude
Directeur Exécutif Union internationale de Promotion de la Santé et d’Education pour la Santé Vanves France
LANE Timothy
Thames Valley University Londres UK
LAPORTE Jean-Dominique
Médecin – Programme plurifacultaire Action Humanitaire Centre Médical Universitaire 9, av. de Champel – Case Postale – 1211 GENبVE 4
LARCHER Pierre
Médecin de santé publique Paris France
LASSALLE Christian
Médecin Inspecteur DRASS La Réunion France
LASSONDE LOUISE
llassonde@fdd.org
LAURENT-BEQ Anne
Conseillère technique SFSP Nancy France
LAZARUS Antoine
Professeur Santé Publique UFR Médecine Paris XIII Bobigny France
LEBAS Jacques
Médecin Institut de l’Humanitaire Paris France
LEBRUN Louis
Président du Syndicat national des Spécialistes de Santé Publique Paris France
LEDESERT Bernard
Médecin Directeur ORS Languedoc Roussillon Montpellier France
LEDOUX Bénédicte praticien hospitalier Service d’Information Médicale Epidémiologie et Biostatistiques HOPITAL NORD Place Victor Pauchet 80054 AMIENS CEDEX 1
LEFEVRE Philippe
Médecin Institut Renaudot Evry France
LE FOLL Jean Alain
Psychiatre des Hôpitaux Rennes France
LEGEAS Michèle
Enseignante à l’Ecole Nationale de la Santé Publique France
LEMONNIER Pierre
Chef de projet/responsable éditorial tasanté – http://www.tasante.com
LEPICARD Etienne
Historien de la Médecine Jérusalem Israël
LERENDU M
Médecin Santé Publique Conseil Général Lyon France
LEROUX Bernard
Médecine sociale Reims France
LERT France
Directeur de recherche INSERM Saint-Maurice France
LERY Louis
Cardiologue Lyon France
LIEB Christine
Médecin PMI Conseil général de l’Hérault France
LOCHER François
Professeur de Droit et ةconomie de la Santé à la Faculté de Pharmacie de Lyon (Université Claude Bernard Lyon 1) FACULTE DE PHARMACIE – 8 AVENUE ROCKEFELLER – F 69373 LYON CEDEX 08 – FRANCE
LOCUTY Jean
Médecin Centre de Médecine Préventive Vandoeuvre France
LOMBRAIL Pierre
Professeur de santé publique Université de Nantes France
LOTTIN Jean-Jacques
Directeur d’études en santé publique MRPS Lille France
LOUIS Didier
Ingenieur en Chef du Genie Sanitaire, travaillant actuellement a Pristina pour le compte des Nations Unies
LUCKER-BABEL Marie Françoise
Docteure en Droit Présidente du Groupe d’Etude et d’Observation des Droits de l’Enfant Genève Suisse
MAGIOGLOU Thalia
MAGIOGLOU Thalia
86, Rue du Cherche-Midi 75006 Paris
MAGOUDI Ali
Psychiatre DERPAD Paris France
MALVY Denis
Chercheur Maladies Tropicales Bordeaux France
MANGIN-LAZARUS Caroline
Psychiatre Val de Marne France
MANNONI Chantal
Médecin Paris France
MARCHAND A.C.
Médecin Santé Publique CHU Reims France
MARCHESE Jean
Chargé de Mission DDASS du Doubs Besançon France
MARTIN-PREVEL Yves
Epidémiologiste Institut de Recherche pour le Développement Montpellier France
MARTINOT Alain
Pédiatre des Hôpitaux Lille France
MASSOT Christian
Médecin Santé Publique Observatoire de santé de Hainaut Mons Belgique
-MAURIS Anne anne.mauris@medecine.unige.ch
MEAS VANNA Aline
Directrice Sovann Phoum Association Santé Communautaire Pnomh Penh Cambodge
MEGAS Franciase
Médecin Lyon France
MENVIELLE C
Pôle de Santé Publique DAX France
MERCENIER Pierre
Professeur honoraire de Santé Publique à l’Institut de Médecine Tropicale Anvers, Belgique, via San Crispolto, 18, 06065 Passignano Sul Trasimeno Italie
METAIS Patrick
Praticien Hospitalier Gériatre Responsable de la filière Gérontologique Hôpital intercommunal du bassin de Thau Agde France
MEZZADRI Ange
Médecin du travail Secrétaire général de l’AGCMC France
MIAUTON Florence
Assistante technique Antananarivo Madagascar
MIELCK Andreas
GSF Medis Nenhenberg Germany
MILLELIRI Jean-Marie
médecin – 1 avenue Durand de Gros – 12000 Rodez – France
MINO Annie
Psychiatre Faculté de Médecine de Genève Suisse
MOATTI Jean-Paul
Professeur Economiste de la Santé Université de la Méditerranée Directeur INSERM Président du CSCRI INSERM PACA France
MODOLO Maria Antonia
Professore di Igiene e Sanità Pubblica
MONCORGE Claude
Anesthésiste-réanimateur Président de Médecins du Monde Paris France
MONNET Elizabeth
Médecin de santé publique Faculté de Médecine Besançon France
MONOD Henri
Physiologiste Professeur émérite Faculté de médecine de Sousse Tunisie
MORIZOT Catherine
Chef de projet URCAM FC Besançon France
MOUNIR Christian
Santé Prévention Jeunesse Genève Suisse
MOYSE Colette
Médecin Inspecteur de la Santé Paris France
NARRING Françoise
Institut Universitaire de Médecine Préventive et Sociale Lausanne Suisse
NAVARRO Vicente
Editor in Chief of « International Journal of Health services John Hopkins University, School of Public Health Philadelphy USA
NIELSEN Anne
Médecin National Institute of public Health CPHDanemark
NOMINE C.
Santé Publique France
ONYANGO Philista
African Network for the prevention af Child Abuse Nairobi Kenya
OBERLE Daniel
SFSP Nancy France
PAPART Jean-Pierre
Santé Publique Faculté de MEDECINE Genève Suisse
PARIS Valérie
Economiste, Chercheur au Centre de recherches, d’études et de documentation en économie de la santé CREDES 1, rue Paul Cézanne – 75008 PARIS
PASCAL Jean
Médecin Santé Publique CHU de Nantes PIMESP France
PASCAUD Annick
Mission Toxicomanie France Saint Denis France
PATTE Didier
Médecin Santé Publique Bichat Paris France
PAUT Olivier
Pédiatre anesthésiste réanimateur Marseille France
PAULUS Dominique
Bruxelles Belgique

PAUNOVIC Petar
spéc. de l’épidémiologie, de la médecine sociale et de l’éducation pour la santé.
PECHEVIS Michel
Pédiatre MDSL Intervention France
PELLAUD BISHOP Nicole
Pédiatre Suisse
PETIT Christian
Pédiatre Draguignan France
PEREZ Paloma
Centre de Documentation GRAD 228 rue du Manet 74130 Bonneville
PHILIPPON Christine
Formatrice Nancy France
PICHEROT Georges
Pédiatre Néo-natologiste Saint-Nazaire France
PISICO-DOMOSE George
Médecin Santé Publique Hôpital de Poissy St Germain France
PISSARRO Bernard
Professeur Santé Publique Paris France
PLISSON Dannielle
Secrétaire générale Défense des Enfants-International Section Suisse Case postale 618 1212 Grand-Lancy Genève Suisse
POINDRON Pierre-Yves
Journaliste France
PORTAS Michèle
Pédiatre des Hôpitaux Marseille France
POUCET Thierry
Journaliste UNMS Bruxelles Belgique
POUGET Elizabeth
Médecin PMI Gard France
POULSTRUP Arne
Medical officer of health Embeaslagerne Vedelsgade Vejl Danemark
PRESSAC Annie
Pédiatre CHR Tulle France
PRةVOST Marianne
sociologue, Fédération des Maisons Médicales et des Centres de santé francophones, Belgique
PREVOT Laurence
Médecin Santé Publique Saint Denis France
PUECHLONG Christian
médecin de santé publique – 86 Poitiers – France
PUECHAL Xavier
Médecin Le Mans France – PUPPINEK Médecin France
RAINHORN Jean-Daniel
Professeur invité Ecole National de sante publique – Universite de Hanoi Vietnam
RAMIREZ DE ARELLANO Antonio
Health Care Advisor Spanish Government Présidencia del Gobierno Complejo de la Moncloa Madrid Espagna
RANDRIAMAMPATI Martial
Paris France
RAPINE Cécile
Inspecteur Principal des Affaires Sanitaires et Sociales Bordeaux France
RAUZY Monique
Psychiatre des Hôpitaux Créteil France
RAVAULT Marie-Christine
Médecin inspecteur de la santé DRASS Rhône Alpes Lyon France
REBUFFEL Paul
Médecin Informatique Médicale Aubagne France
REITH Joëlle
Santé Publique Santé de la Jeunesse Genève Suisse
REMESY M.C.
Médecin Santé Publique SCHS Toulouse France
RERNARD Philippe
REVUE PREVENIR
Paris France
RICHARD Anne
Médecin Agen France
RIELLE Jean Charles
Médecin Santé Publique Service santé jeunesse Genève Suisse
RIFFIOD Anne
Directrice CRES Picardie France
RIGOT Jean-Jacques
Docteur en Médecine – Docteur en Pharmacie
ROBERT Claude-François
DGS Genève Suisse
ROBIN Claude
Santé Publique DDASS Côte d’Or France
ROSARIO Mario
Président de l’AMSPP Association des médecins de santé publique du Portugal
ROPERTS Anne
Médecin ATD Quart Monde Commission Européenne
ROUBAUD François
Economiste Chercheur à l’IRD DIAL Paris France
ROTH Diane
Médecin France
ROZEMBERG Sylvie
Pédiatre Hôpital Necker Enfants Malades Paris France –
SABOURAUD Annette
Réseaux des Villes-Santé Rennes France
SALEM Gérard
géographe de la santé IRD Université Paris X France
-SALOMEZ Jean-Louis
Président du Collège Universitaire des Enseignants de Santé Publique Université de Lille France
SALOMON Laurence
Médecin de santé publique Université Paris VI France
SAN MARCO Jean-Louis
Président de la sous-section de Santé Publique 46-01 du Conseil National des Universités Université de Marseille France
SAUREL-CUBIZOLLES Marie-Jo
Inserm Unité 149 – 16 avenue Paul Vaillant Couturier – 94807 Villejuif cedex – France
SCHMAUSS Annie
Chercheur Inserm St Maurice France
SCHOثNE Marc
Médecin de santé publique Saint-Denis France
SCHWARZENBERG Léon
Cancérologue Ancien Ministre de la santé France
SCHIRM Halmut
Académie de Santé Publique Dusseldorf Allemagne
SERRANO Santiago
Mission Toxicomanie France
SERREAU Raphaël
Médecin de santé Publique – Paris
SIMOS Jean D.
Conseiller scientifique Direction Générale de la Santé Genève Suisse
SIX Patrick
CHU Angers MCU-PH Biostatiques Informatique Médicale
SMITH David
Food Policy Advisor Welsh Food Alliance, Newport UK
SOUAMES Mourad
Dentiste Faculté Dentaire Paris France
SOULIER Jean Louis
Pédiatre Hospitalier CHR Tulle France
SPIRA Alfred
Président de la section Santé Publique du CNU France
SNPEH (Syndicat des pédiatres des etablissements hospitaliers)
France
STEINER-KضNIG Ursula
Dr.med. FMH psychiatrie et psychothérapie – Kirchenfeldstrasse 1, CH-325o Lyss
SZEJNMAN Antoinette
Médecin Mairie d’Argenteuil France
Tassi Patricia
Maître de Conférence à l’Université Louis Pasteur de Strasbourg
TESSIER Stéphane
Médecin Santé Publique Directeur du CRESIF Comité Régional d’Education pour la Santé d’Ile de France Paris
THIRY Sophie
médecin généraliste via San Crispolto, 18, 06065 Passignano Sul Trasimeno Italie
-TSCHOPP JM
Médecin Montana Suisse
TOURE Brigitte
Médecin CREDES Paris France
TRUGNAN Germain
chercheur INSERM France
TURCOTTE Fernand
Professeur de santé publique Département de médecine sociale et préventive Faculté de médecine Université Laval Québec QC Canada
USEL Massimo
Collaborateur scientifique Inspection du Travail Genève et Registre genevois des tumeurs
VAN DER HEYDE Johe
Chercheur Institut Scientifique de santé publique Bruxelles Belgique
VAN DER VENNET Jean
Sociologie de la Santé-Institut de Médecine Tropicale-Anvers
VAN DORMAEL Monique
Sociologie de la Santé-Institut de Médecine Tropicale-Anvers
VAN KRUYSDYK Richard
AV Designer Utrecht Pays-Bas
VAN LEBERGHE Wim
Professor – health care reform office – ministry of public health – bangkok thailand & Department of public health – Institute for tropical medicine – Antwerp Belgium
VARDOULAKIS Sotiris
Santé Publique Environnement Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques France
VAZEILLES Frédéric
Pédiatre Tulle France
VERNAZ Jacky
Médecin Santé Publique MSA Nimes France
VIDAL-TRECAN Gwenaëlle
Médecin de santé publique Paris France
VIGNAT Jean-Pierre
Psychiatre des Hôpitaux, Chef de Secteur, Centre Hospitalier St Jean de Dieu, 69373 Lyon Cedex 08.
WATTINE Joseph
Pharmacien des Hôpitaux Rodez France
WYLER-LAZAREVTCH Claire-Anne
Médecin Directeur Adjoint Service de Santé de la jeunesse Genève Suisse
WINSTERBERGER Barbara
Santé Publique Autriche
WOLFF Hans
Médecin interniste Responsable de l’Unité mobile de soins communautaires Policlinique de Médecine 24, rue Micheli du Crest CH-1211 Genève 14
YVER Laurent
Praticien Hospitalier Angoulème France
ZAKIA Tobie
Médecin Directeur Institut de gestion des Sciences de la Santé Beyrouth Liban
ZEEGERS-PAGET Eupha
Manager Utrecht Pays Bas
ZMIROU Denis
Professeur de santé publique Grenoble France
ZOER VAN DER VEEN
Conference Organiser Utrecht Pays Bas

 
UNE “OPPOSITION”-DECOR MAINTENUE EN VIE GRACE A LA PERFUSION CONTINUE…

vendredi 8 juin 2001, 0h18

Tunisie: majoration de 50% de la subvention accordée à la presse des partis


TUNIS (AP) — Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a annoncé jeudi une majoration de 50% de la subvention accordée par l’Etat à la presse des partis, dont le montant était jusque là de 75.000 dinars par an (environ 41.000 euros).
Cette mesure, la deuxième majoration du genre en l’espace de six mois environ, vise à permettre aux journaux des partis, singulièrement ceux de l’opposition,  »en butte à des difficultés » financières, à assurer  »la régularité de leur parution et de leur diffusion », a précisé M. Ben Ali dans un entretien accordé à l’hebdomadaire  »Al Wahda », organe du parti de l’unité populaire (PUP), l’une des
six formations de l’opposition légale en Tunisie, qui reparait dans les kiosques de Tunis après une longue absence.
Dans cette interview, la première accordée à un journal de l’opposition, le président tunisien a d’autre part annoncé la révision  »dans les jours à venir » des critères de répartition de la publicité publique, fréquemment mis en cause par les médias locaux pour leur caractère  »sélectif ».
Le chef de l’Etat réaffirme par aileurs sa  »détermination à persévérer » dans la mise en place d’un système politique fondé sur la démocratie et le pluralisme, sans toutefois céder  »à l’anarchie ».

 

Liste publiée grâce à l’aide exquise de l’association :
Freedoms Friends  FrihetsVنnner Fِreningen  Box 62 127 22 Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail athttp://www.hotmail.com.

Yahoo! Groups Sponsor

www.

To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groups est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

Accueil

Lire aussi ces articles

2 novembre 2011

فيكليوم،نساهم بجهدنا في تقديمإعلام أفضل وأرقى عنبلدنا،تونس Un effort quotidien pour une information de qualité sur notre pays,

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.