28 mars 2008

Home – Accueil

 

TUNISNEWS
 8 ème année, N°  2865 du 28.03.2008

 archives : www.tunisnews.net

 


Luiza Toscane: Les conditions d’emprisonnement de Slim Boukhdhir se dégradent encore Rue89: Tunisie: Ben Ali ou le syndrome d’Iznogoud au pouvoir Gnet: Des journalistes de «La Presse» montent au créneau AFP :Les « Versets sataniques » au théâtre en Allemagne: émotion des musulmans AFP:Film néerlandais anti-islam: son réalisateur rejette toute responsabilité (ENTRETIEN) AFP: Film anti-islam: la communauté musulmane des Pays-Bas appelle au calme AFP: Un film néerlandais anti-islam provoque des remous sur YouTube AFP: Film anti-islam : le monde musulman entre indignation et appels au dialogue Reuters: Turquie – Le rapport sur l’AKP remis à la Cour constitutionnelle Reuters: Turkish court receives party closure report-papers Associated Press: Turkish court becomes stage for conflict between Islamic-rooted government and opposition

AFP: Ban Ki-moon condamne la diffusion sur internet du film anti-islam


 
De l’acharnement au sadisme

Les conditions d’emprisonnement de Slim Boukhdhir se dégradent encore

Depuis qu’il a été incarcéré à la prison civile de Sfax, Slim Boukhdhir n’a eu de cesse de protester contre ses conditions d’emprisonnement lamentables : cellule exiguë, absence de lumière et d’air, fenêtre bouchées, latrines infectes, puanteur, eau coupée. Il a acquis de haute lutte son droit aux visites et à un couffin, mais n‘a pu obtenir son transfert vers une cellule où l‘air soit respirable ; lors de la visite qu’elle lui a rendue jeudi 27 mars, son épouse, Dalenda Boukhdhir, a appris que ses conditions d’emprisonnement s’étaient à nouveau dégradées. Slim Boukhdhir a été transféré dans un autre cachot, aussi infect que le précédent, et de surcroît, rempli d’une épaisse couche de poussière : sans doute une attention spéciale de l’administration pénitentiaire envers un prisonnier souffrant de problèmes respiratoires, confinant, aux dires de son épouse, à de l’asthme… Pour rappel, Slim Boukhdhir, journaliste indépendant et militant pour les droits de l’homme, marié et père de deux jeunes enfants, effectue une peine d’un an d’emprisonnement.
Ecrivez-lui : Slim Boukhdhir, n°27312, prison civile de Sfax, Tunisie
Luiza Toscane

Tunisie: Ben Ali ou le syndrome d’Iznogoud au pouvoir

Par Wicem Souissi (journaliste)    17H40    28/03/2008
Allié de l’Europe dans l’Union pour la Méditerranée, le président tunisien est idéal-typique de ses homologues régionaux du Sud. Vingt ans de cris contre sa gouvernance dictatoriale ne l’ont guère infléchie.

 

Dirigeant son pays aujourd’hui comme hier, il est même aux commandes, selon son slogan, de « la Tunisie de demain »: tout de Zine Ben Ali peinturluré, le présent est projeté dans un avenir du même coup inscrit dans une simple répétition du passé. Une énième reconduction en 2009 est ainsi banalisée. Mais plutôt que de continuer de mettre ces plébiscites renouvelés sur le seul compte d’un pouvoir tout-puissant, les opposants ne devraient-ils pas, au contraire, s’interroger enfin sur leurs propres responsabilités dans ce succès?

En fait, cette question se heurte à un sérieux handicap: certes interdit par le pouvoir, le débat n’a pas davantage lieu au sein de l’opposition. Celle-ci reproduit, de son côté, une démarche improductive en entretenant le tabou de ses illusions perdues.

La première est de faire accroire que le discours inaugural du général Ben Ali répondait aux revendications des démocrates. Or, il n’y a nulle contradiction entre sa quasi constitutionnelle déclaration-programme du 7 novembre 1987 et l’autoritarisme du régime. Car lorsque le successeur de Habib Bourguiba affirmait incarner une rupture en promettant d’instaurer le pluralisme, c’est, précisait-t-il aussitôt, « dans le cadre de l’ordre et de la discipline ». Conjuguée ou pas avec le curriculum militaro-policier de son auteur, cette précision trahissait d’emblée sa conception de la démocratie: casernée.

Quant à la croyance dogmatique en une première période libérale du régime, elle est aussi aveugle. Aucun détenu politique durant 1988 et 1989? Victime d’un coup d’Etat, placé en résidence surveillée, le vieux « Combattant suprême » entamait la liste des prisonniers d’opinion. Des espaces d’expression? Uniquement pour acclamer le putschiste. Une liberté de la presse? Deux journaux emblématiques d’un esprit critique, Le Phare et Erraï, ont été contraints de disparaître dans l’indifférence.

Pendant ce temps, la classe politique, islamistes compris, signait, le jour du premier anniversaire de sa prise de pouvoir, un Pacte national avec le nouveau chef de l’Etat. Avant de porter religieusement sa candidature unique aux élections. Cette logique de compromission suffit à rendre illusoires les années suivantes de promesses présidentielles prétendument oubliées, puis trahies.

Mais, aujourd’hui encore, on reproche à M. Ben Ali de ne pas traduire ses propos dans les faits. N’avait-il pas déclaré, en s’installant à Carthage, que

« l’époque que nous vivons ne peut plus souffrir ni présidence à vie, ni succession automatique à la tête de l’Etat desquelles le peuple se trouve exclu »?

La réponse tient en ceci. Il l’y inclut! De gré ou de force, sans parler des réfractaires incorrigibles, punis par la réclusion.

En réalité, le « tort » de M. Ben Ali est qu’il n’a pas satisfait, non les désirs, mais les fantasmes démocratiques de ses opposants, qui avaient été subjugués à son avènement. Sceau d’une tradition trentenaire de tentatives d’éviction de celui qui, pour avoir fondé un Etat-nation en Afrique du Nord, se comparait à un Jugurtha qui a réussi, l’ »Artisan du changement » réussit, lui, là où des générations successives d’Iznogoud avaient lamentablement échoué.

Les Tunisiens ont dès lors trop vite cru qu’ils allaient enfin participer à la gestion de leurs affaires, partager en quelque sorte avec lui son rêve concrétisé. Mais l’homme qui veut être Calife à la place du Calife est monomaniaque. Parvenu à ses fins, sorti de son rôle, c’est plutôt un cauchemar qu’il endure.

De crainte qu’un comploteur ne le déloge à son tour, il verrouille de l’intérieur. Isolé du monde, il n’a d’autre choix que de s’en prendre à lui-même, et soulage sa souffrance en conjuguant son leitmotiv au futur antérieur: Zine aura été dégommé quand Ben Ali lui succèdera, et vice-versa. Le tout au prix de l’imposition de son tourment à ses compatriotes, sommés d’accepter sa douleur en partage.

Contre la pérennité de cette emprise, les contestataires peuvent néanmoins réunir un front du refus, pour l’heure disséminé. A condition toutefois d’un aggiornamento: rompre avec la croyance en une liberté octroyée par le haut. Cela constitue d’ailleurs un préalable au tarissement des deux principales sources de légitimité du potentat. La sécurité de la société? La lutte contre l’intégrisme est contredite par une politique de surenchère religieuse favorisant au contraire fanatisme et terrorisme. La prospérité? Les fruits d’une forte croissance économique somme toute naturelle dans un pays en développement sont pourris par une corruption étendue, qui nourrit les sirènes de l’extrémisme religieux.

C’est en dessillant les yeux sur cette double faiblesse structurelle du pouvoir que l’opposition ouvrira la voie à l’émergence de forces d’alternance que le processus euro-méditerranéen initié à Barcelone, trop timoré en matière de respect de la démocratie et des droits de l’homme, devra bien prendre en considération.

 

 

Reactions des lecteurs:

 
Caius (Expert en management)
 
19H21 28/03/2008

Rien de nouveau sous le soleil de Tunisie depuis 1987. Le « pluralisme dans l’ordre et la discipline » le laissait augurer dès le départ. Ce qui signifiait clairement : « Vous êtes entièrement libres de m’approuver, ou alors de m’approuver ».

C’est un régime qui finira par tomber… à l’usure. Mais peut-être est-ce faire preuve de trop de pessimisme ?

 
………………..
Spartel (Sur son île)
 
19H58 28/03/2008

Tunisie, Tunis…Carthage. Voilà un pays qui me fait toujours remonter le temps et dont l’enracinement est si lointain et si proche à la fois qu’il demeure comme un appel à la vigilance (Ben Ali—Hannibal ou Jugurtha). En novembre 1997, disparition de Bourguiba. Coup d’Etat sur ordonnance de Ben Ali. Les militaires au pouvoir au Maghreb, c’est d’abord la défense des prébendes, des marchés, des entreprises de l’import-export. Un corps qui se sert si bien avant de servir ( allons vers les grands mots) la Nation, la Patrie, l’Etat, le Peuple… C’est aussi le pouvoir de la bêtise, de l’inculture et du kitch scandés par les grands officiers ventrus et gras. Un etat-major de film méxicain violentant et débilisant un pays. Mars 2008, Toujour le même scénario avec une pseudo démocratie, une liberté surveillée, une police tsariste, une corruption endémique, une absence de projet politique le tout pimenté par quelques extrémistes religieux le plus souvent manipulés, quelques articles de journaux alarmistes pour faire peur aux chalands, pour inquiéter les chancelleries, les capitales occidentales et les princes du Golfe. Bingo. Armes, argent et salamaleks Comme les droits de l’homme ne sont plus rien pour nos intellectuels médiatiques, comme la démocratie est maintenant liée au simple fait de mettre un bulletin dans l’urne, ( à quand un véritable régime parlementaire) comme la liberté est réduite à l’économique comme les militaires se sont proclamés les garants de la pérennité, de la beauté et de la stabilité du pays, il ne reste plus qu’à les saluer bien-bas, à les recevoir comme des sauveurs et à partager leurs propos fétides, leur vilain humour et leurs sourires de cobras. Alors qu’ils sont à l’origine de la débacle et de la faillite de ces territoires.

Le président Eisenhower avait prévenu J.F Kennedy des risques que représente le complexe militaro-industriel avec les conséquences que l’on sait jusqu’à nos jours ; De Gaulle aurait dû prévenir Les Bourguiba, Ferhat Abbas, Ben Bella et Hassan II du pouvoir de nuisance de ces officiers qui entreront les uns après les autres en rebellion pour garantir et accroitre leurs pactole ; avec là aussi les conséquences que l’on sait, une faillité généralisée des sociétés maghrébines et donc des risques anticipés. Est-ce trop tard ? Tout cela est d’abord d’une grande tristesse.

(Source:Le site Rue89 le 28 mars 2008)

 


Des journalistes de «La Presse» montent au créneau

    

      Sept journalistes attitrés de « La Presse » se sont constitués, de leur propre initiative, en comité de réflexion et de sauvetage et ont rendu public un document pour «sauver leur journal dont la qualité se dégrade de jour en jour»… Soufiane BEN FARHAT, H’Mida BEN ROMDHANE, Olfa BELHASSINE, Fadhila BERGAOUI, M’Hamed JAÏBI, Faouzia MEZZI et Raouf SEDDIK- tous journalistes de longue date à “La Presse” et Rédacteurs en chef en grade, s’élèvent dans un document de neuf pages, contre « les conditions de travail inacceptables  » au sein de leur journal, organe du gouvernement. A travers « cette démarche qui se veut revendicative mais aussi constructive », les membres du comité se disent ouverts à toutes les propositions. Contacté par téléphone, l’un d’eux nous confie : « Nous sommes prêts à s’asseoir à la même table avec la direction du journal ou le ministère de tutelle pour trouver des solutions », Car comme ils le soulignent dans leur rapport, «leur motivation est strictement professionnelle, et dénuée de toute considération d’ordre politique ou personnel ». Leur initiative est née d’un constat peu reluisant, « la détérioration de la qualité du journal a vu tant de lecteurs se détourner vers d’autres quotidiens parce que, comme beaucoup d’entre eux l’affirment, ils ne reconnaissent plus leur journal, devenu le véhicule d’une information insipide et stéréotypée, traitée d’une manière très peu professionnelle et qui ne sert ni le gouvernement, ni les lecteurs, ni l’image du pays. Sans parler de la langue de bois imposée au journal et qui est pour beaucoup dans le découragement des lecteurs ». Ils évoquent notamment la situation matérielle des journalistes qui « laisse à désirer », le cadre de travail « délabré et vétuste », l’absence de dynamique de groupe « les journalistes sont atomisés, dispersés, cloîtrés dans des tâches spécifiques », le contenu et la forme qui ne répondent pas aux exigences journalistiques «la qualité du contenu se trouve fortement affectée et le produit journalistique réduit à une masse d’informations insipides, qui rebutent le lecteur.(…) La « Une », qui est la vitrine du journal, est quasi-exclusivement réservée aux dépêches des agences de presse (TAP, Reuters et AP). Les genres, appelés dans le jargon journalistique « nobles », tels que les enquêtes, les reportages, les dossiers, les portraits, les commentaires pluridisciplinaires, sont en voie de disparition ». Les signataires du rapport s’élèvent, par ailleurs, contre la censure, « un fléau qui menace le journal d’anémie profonde ». Ils expliquent : « La dégradation brutale de la qualité du journal n’est pas due aux journalistes, qui restent attachés à l’obligation de faire correctement et consciencieusement leur travail, mais à la pratique systématique d’une forme de censure et de transformation autoritaire des articles, et cela dans tous les domaines : politique nationale et internationale, société, économie, culture, sports, magazine. Même le « Supplément Jeunes » et les articles sur la météo ne sont pas épargnés. Les articles partiellement « corrigés » sont tellement changés que leurs auteurs ne les reconnaissent plus » Les sauveteurs autoproclamés de « La Presse » se demandent : quels intérêts est-on en train de servir en gérant la rédaction du journal à coups de ciseaux ? On ne sert pas les intérêts du gouvernement, puisque le niveau lamentable atteint par le journal ne fait sûrement pas honneur à son propriétaire. On ne sert pas les intérêts des journalistes qui y travaillent, puisqu’ils sont brimés, frustrés et empêchés de faire correctement, consciencieusement et honorablement leur travail. Elle ne sert pas les intérêts des lecteurs, puisqu’elle leur présente un produit journalistique d’une médiocrité rebutante. Elle ne sert pas les intérêts du pays, puisqu’elle nie ses problèmes et interdit absolument d’en parler. Alors quels intérêts sert-on ?, s’interrogent les sept membres du comité de sauvetage, parmi lesquels figurent quatre responsables de suppléments, le chef de service politique et le chef de service International. Des vieux de la vieille dont les propos dépassent la simple critique pour exprimer « une disposition à concevoir un projet cohérent » à même d’injecter du professionnalisme, du vrai, dans les colonnes de «La Presse ». Synthèse de la Rédaction
(Source: Le site de GNET  le vendredi 28 mars 2008 à 10:15)


 
Institut international de la pensée islamique (IIIT France) 9-11, avenue Michelet, 9e étage, 93400 Saint Ouen Tél : 0140102446 Fax : 0140102447 – http://www.iiitfrance.net

Parutions 2007-2008 IIIT Editions :

 
 Pluralisme et reconnaissance : Défis des particularismes et des minorités, sous la direction de Mohamed Mestiri & Dimitri Spivak  Islamophobie dans le monde moderne, sous la direction de Mohamed Mestiri, Ramon Grosfoguel & Soum El Yamine  Oumma : La communauté charismatique, Mona Abul Fadl  Le problème de la méthodologie dans la pensée islamique, Abdulhamid Abu Sulayman      1er Forum Social Maghrébin le 25-26 et 27 Juillet 2008 au Maroc.*   *Comité de suivi du FSMaghrébin*   *22-23 mars 2008, Casablanca*      *ANNONCE*   Bien qu’avec un certain retard par rapport à la décision prise en janvier, le Comité de Suivi Elargi du Forum Social Maghreb a tenu sa réunion à Casablanca le 22 et 23 mars 2008.     Ayant évalué le processus mis en place depuis l’Appel de Rabat en 2004, lors du premier Forum Social Maroc , en passant par le tournant décisif de l’Assemblée préparatoire du Forum Social Maghrébin en 2006 qui a posé les fondements de la mise en place du FSMagh, la réussite du Forum Maghrébin poly centré lors des mobilisations internationales des mouvements sociaux en janvier 2008, ainsi que les retombées positives catalysées par ce processus dans l’ensemble de la région maghrébine, et tenant compte de l’agenda international des mouvements sociaux, de l’exacerbation des conflits sociaux dans la région, et du débat international sur la portée et la finalité des forums sociaux, le Comité de Suivi du FSMaghreb :     1. Réitère son attachement au projet, plus que jamais à l’ordre du jour, de l’édification d’un Maghreb des Peuples     2. Considère que le Forum Social Maghreb est un espace et un outil fondamental pour la réalisation du projet du Maghreb des Peuples     3. Décide, tenant compte de l’évolution de la situation politique et sociale dans les différentes régions de l’espace maghrébin, et compte tenu de la nécessité de faire avancer le processus, qui risque par les multiples reports, d’aboutir à une démobilisation des forces sociales porteuses de ce projet , d’apporter un réaménagement à l’agenda du Forum Social Maghrébin.     4. Partant de ce qui précède, ainsi que du souci de préserver les acquis des dynamiques et réseaux mobilisés depuis l’Assemblée Préparatoire de Bouznika,  le Comité de Suivi Elargi décide :     *a. **De tenir le 1er Forum Social Maghrébin les 25-26 et 27 Juillet 2008 au Maroc.*   *b. **De mettre tout en œuvre pour la tenue du 2ème Forum Social Maghrébin en 2009 en Mauritanie, étant entendu que la décision finale repose sur la dynamique sociale en Mauritanie.*   * *        1. Par ailleurs, le Comité de suivi appelle à :   a. – La mobilisation des acteurs sociaux à travers le Maghreb, pour la commémoration du 50ème Anniversaire de l’Appel de Tanger dans le cadre des échanges pour l’élaboration de la Charte du Maghreb des Peuples     b.- L’organisation de manifestations à même de renforcer les réseaux mis en place lors de l’Assemblée Préparatoire du FSMagh en 2006 et du Forum Bouznika2 tenu en janvier 2008, et essentiellement, la consolidation de la coordination syndicale, la coordination des droits de l’homme, la coordination des femmes et le mouvement des jeunes maghrébins.     c.- Porter un intérêt particulier au rapprochement des divers mouvements sociaux de la région qui se mobilisent contre la cherté de la vie, conséquence directe des politiques néolibérales.      d.- Veiller à ce que les dynamiques porteuses de ce projet puissent l’ancrer dans la proximité et le vécu quotidien des peuples de la région.     Le comité de suivi du Forum Social Maghrébin appelle l’ensemble des dynamiques sociales dans la région à se mobiliser pour la réussite de ces différentes étapes de mobilisation pour l’édification d’un Maghreb des Peuples, pour un autre Maghreb possible.     *Le Comité de Suivi du FSMaghreb*     * *   *P.S : Compte rendu détaillé de la réunion suivra*


AFP, le 28 mars 2008 à 14h13 Les « Versets sataniques » au théâtre en Allemagne: émotion des musulmans

 

BERLIN, 28 mars 2008 (AFP) – Une importante association musulmane allemande a estimé vendredi « regrettable » la programmation d’une adaptation des « Versets sataniques » de Salman Rushdie, dont la première mondiale doit avoir lieu dimanche dans un théâtre proche de Berlin. « Nous regrettons que les sentiments religieux des musulmans soient traités de manière si provocatrice », a dit à l’AFP Ali Kizilkaya, le président du Conseil de l’islam d’Allemagne. « Toutefois ne voulons en aucune manière tenter d’empêcher la représentation », a-t-il ajouté. La pièce « Les Versets sataniques », conçue par Uwe Eric Laufenberg et Marcus Mislin d’après le roman qui avait valu à Rushdie une fatwa de l’imam Khomeiny le condamnant à mort, doit être présentée pour la première fois dimanche au théâtre Hans-Otto de Potsdam, près de Berlin. Elle met en scène les pérégrinations de deux Indiens de Londres qui, après avoir été victimes d’un attentat terroriste, reviennent sur Terre sous les traits d’un ange et d’un démon. L’oeuvre évoque les relations complexes entre le diable et l’ange Gabriel, qui prend également les traits du prophète Mahomet. A cette occasion la police locale a prévu de mettre en place des mesures de sécurité renforcées, a-t-elle indiqué vendredi à l’AFP. « Nous allons renforcer notre dispositif habituel », a dit Diane Jende, porte-parole de la police de Potsdam. Salman Rushdie, qui a dû pendant des années vivre caché sous protection policière après la « fatwa » prononcée contre lui en 1989 à cause des « Versets sataniques », a été invité à assister à la pièce dimanche, mais les organisateurs n’étaient pas en mesure de dire si l’auteur britannique, d’origine indienne, serait présent. De son côté un autre responsable de l’islam d’Allemagne, le président du conseil central des musulmans Aiman Mazyek, a appelé les musulmans à garder leur calme dans cette affaire et à engager un « dialogue critique et constructif » avec les auteurs de la pièce. « La liberté d’expression et de l’art est importante, mais l’offense à ce qu’il y a de sacré dans une religion ne fait pas partie de nos valeurs », a-t-il dit à la radio régionale RBB.   AFP


AFP, le 28 mars 2008 à 14h39 Film néerlandais anti-islam: son réalisateur rejette toute responsabilité (ENTRETIEN)

 

Par Stephanie van den BERG   LA HAYE, 28 mars 2008 (AFP) – Le député d’extrême-droite néerlandais Geert Wilders a rejeté toute responsabilité en cas de représailles contre les Pays-Bas, vendredi dans un entretien avec l’AFP au lendemain de la diffusion de son film anti-islam, qui suscitait l’indignation de pays musulmans. « Je suis content des réactions positives, et du fait que nous avons eu une nuit calme (…). Ce n’était pas mon intention de provoquer des émeutes, bien au contraire, je veux encourager le débat », a déclaré M. Wilders. Quant aux condamnations qui commençaient à venir de pays musulmans, comme l’Iran ou le Bangladesh, le chef du parti de la liberté (PVV, 9 sièges sur 150) a estimé qu’il ne serait pas responsable en cas d’atteinte aux intérêts néerlandais. « J’espère que cela n’arrivera pas, mais même si cela arrive les responsables seront ceux qui auront commis ces actes, pas moi », a-t-il affirmé. Le député à la fameuse coiffure peroxydée, âgé de 44 ans, apparaissait détendu vendredi, même si à l’intérieur du bâtiment bien sécurisé du Parlement ses gardes du corps ne le quittent pas d’une semelle. Il vit sous protection policière depuis l’assassinat en novembre 2004 du polémiste Theo van Gogh par un islamiste radical. M. Wilders a mis jeudi soir sur internet « Fitna » (la discorde), un court-métrage de 17 minutes amalgamant terrorisme et islam, déjà vu par plusieurs millions de personnes. Sa diffusion n’avait pas provoqué d’incident aux Pays-Bas vendredi en milieu de journée, mais les autorités redoutent une crise comparable à celle des caricatures danoises de Mahomet, avec des conséquences sur les intérêts ou les ressortissants néerlandais dans les pays musulmans. L’Iran a vu dans le film une « action répugnante », qui « démontre la poursuite d’une vendetta de la part de citoyens occidentaux contre l’islam et les musulmans ». A Amman, des responsables de médias ont annoncé qu’ils allaient poursuivre M. Wilders devant la justice jordanienne et commencer une campagne de boycott de produits néerlandais. Et fin février les talibans ont menacé d’attaquer les quelque 1.660 soldats néerlandais déployés en Afghanistan dans le cadre de la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) si ce « film insultant » était diffusé. « Au cours des derniers mois, notre Premier ministre (Jan Peter Balkenende) a raconté que j’allais faire un film horrible qui violerait des (lois). Si c’est ce que vous attendiez, le film a pu voir décevoir », a déclaré M. Wilders. Dans la nuit de jeudi à vendredi, M. Balkenende, dont le gouvernement a tenté à plusieurs reprises de dissuader M. Wilders de mener à terme son projet, a fait une déclaration en néerlandais et en anglais sur un ton solennel « regrettant » la diffusion de ce film. M. Balkenende « devrait avoir honte d’avoir crié au loup » et d’avoir créé « une atmosphère de crise », s’est enflammé le député. « Je veux maintenant organiser des soirées-débats pour parler du film, également avec les musulmans », a-t-il ajouté, précisant avoir déjà été invité aux Etats-Unis et au Danemark. Il s’est défendu d’être anti-musulman, disant « établir une distinction entre l’idéologie, que je trouve méprisable, et les gens ». « Je n’ai pas de haine contre les musulmans », a-t-il assuré. « Je veux stopper l’immigration, pas parce que je juge les gens mauvais, mais parce que leur culture est tellement éloignée de la notre, et qu’elle risque de noyer notre société et nos convictions », a expliqué M. Wilders. « J’ai le sentiment que ma mission, cela peut sembler pédant mais c’est ainsi que je vois les choses, est tellement importante que je vais continuer ». Une « mission » qu’il a définie comme: montrer que « l’islamisation de notre société nous coûte notre liberté ».   AFP


AFP, le 28 mars 2008 à 12h10 Film anti-islam: la communauté musulmane des Pays-Bas appelle au calme

 

AMSTERDAM, 28 mars 2008 (AFP) – Des responsables de la communauté musulmane aux Pays-Bas ont lancé vendredi des appels au calme en direction des pays musulmans, au lendemain de la diffusion d’un film anti-islam par le député d’extrême-droite Geert Wilders,déjà critiqué notamment par l’Iran. « Nous voulons faire savoir à nos frères musulmans à l’étranger que nous sommes les mieux placés pour analyser les Pays-Bas et analyser Wilders et savoir comment réagir à la situation », a déclaré le président de Conseil national des Marocains, Mohamed Rabbae, lors d’une conférence de presse avec des représentants de plusieurs communautés musulmanes et des imams dans une mosquée de Slotervaart à Amsterdam C’est dans ce quartier à majorité immigrée qu’a grandi l’islamiste radical maroco-néerlandais Mohamed Bouyeri, meurtrier en novembre 2004 de Theo van Gogh, réalisateur d’un film sur la femme et l’islam. « Nous appelons (nos frère musulmans) à suivre notre stratégie et à ne pas réagir par des attaques contre des ambassades ou de touristes néerlandais », a-t-il ajouté. « Causer du tort aux Pays-Bas, c’est nous causer du tort. Nous conseillons aux mosquées de conseiller le calme ». « Nous nous sentons offensés par le lien entre la violence et l’islam, mais nous connaissons le bonhomme (Geert Wilders, ndlr): la meilleure réponse est une réponse responsable », a encore déclaré M. Rabbae, en anglais cette fois-ci. Geert Wilders (Parti de la liberté, 9 députés sur 150) a mis jeudi soir sur internet « Fitna », un court-métrage amalgamant terrorisme et islam déjà vu par plusieurs millions de personnes. Sa diffusion n’avait pas provoqué le moindre incident aux Pays-Bas vendredi en milieu de journée, mais les autorités redoutent une crise comparable à celle des caricatures danoises de Mahomet, avec des conséquences sur les intérêts ou les ressortissants néerlandais dans les pays musulmans.   AFP


AFP, le 28 mars 2008 à 02h28 Un film néerlandais anti-islam provoque des remous sur YouTube

 

SAN FRANCISCO, 27 mars 2008 (AFP) – Un film anti-islam d’un député d’extrême-droite néerlandais mis en ligne jeudi soir en dépit des appels de responsables des Pays-Bas craignant une crise internationale comparable à celle des caricatures de Mahomet, provoquait aussitôt des remous sur YouTube. Comme il l’annonçait depuis novembre, Geert Wilders, 44 ans, a diffusé sur internet un court-métrage de 17 minutes pour montrer ce qu’il appelle le caractère « fasciste » du Coran, et le film est très vite passé du site d’échange de vidéos britannique liveleak.com au mondialement connu YouTube. « Fitna » (en arabe: division et discorde au sein de l’islam) mêle notamment des images violentes d’attentats terroristes à New York et Madrid, des exécutions dans des pays musulmans non identifiés, et la lecture de textes du Coran justifiant généralement les châtiments exemplaires pour les non-musulmans.Des extraits du film de 2 à 10 minutes ont rapidement été consultés des milliers de fois sur YouTube et ont incité les spectateurs à diffuser des commentaires acerbes ou leurs propres vidéos hostiles envers Geert Wilders. Une douzaine de vidéos titrées « Nous sommes désolés pour Geert Wilders » ont ainsi fleuri sur YouTube montrant différentes personnes gesticulant devant un mur sur lequel était écrit « Sorry » (désolé) en grosses lettres. « N’accusez pas le Coran, mais ceux qui font ces choses », écrit un utilisateur du YouTube hollandais portant le pseudo mV33rs. « Tous les musulmans ne sont pas comme ça. Geert Wilders parle de tous les musulmans, de tous ceux qui lisent le Coran comme des terroristes/fascistes, etc. Donc Geert Wilders est raciste », poursuit-il. D’autres en revanche apportent leur soutien au député néerlandais. Commentant les images sanglantes d’attentats, Growlcub, utilisateur de YouTube au Danemark affirme: « Malheureusement, c’est une pollution quotidienne en Europe. (…) Geert! Si tu as besoin de frapper à ma porte à 3 heures du matin, ma vie, ma famille, mon pays, mes économies… Tout est à toi! ». YouTube a mis en ligne un avertissement indiquant que certaines scènes pouvaient être offensantes et déconseillées aux mineurs. Le site exige que les utilisateurs confirment qu’ils sont majeurs avant de voir les extraits. Interrogé par l’AFP, YouTube a répondu par courriel qu’il voulait « offrir une communauté où les gens à travers le monde peuvent s’exprimer (…) d’une façon sûre et légale ». « La diversité du monde dans lequel nous vivons (…) fait que les croyances et opinions de certains individus peuvent en offenser d’autres », a ajouté YouTube. En janvier et février 2006, la publication par un journal danois de caricatures du prophète Mahomet avait provoqué une vague de colère et de violence dans le monde musulman.   AFP


Reuters, le 28 mars 2008 à 10h50 Turquie – Le rapport sur l’AKP remis à la Cour constitutionnelle

ANKARA, 28 mars (Reuters) – Les juges de la Cour constitutionnelle de Turquie ont reçu jeudi soir les conclusions de son rapporteur sur la demande d’interdiction du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, rapporte vendredi le presse turque.   La Cour devrait engager dès lundi prochain l’examen de cette demande.   Un procureur a demandé à la Cour constitutionnelle d’interdire l’AKP, affirmant que le parti du président et du Premier ministre cherchait à créer un Etat islamique en Turquie.   REUTERS


Reuters, le 28 mars 2008 à 10h13 Turkish court receives party closure report-papers

 

ANKARA, March 28 (Reuters) – Turkey’s Constitutional Court has received its rapporteur’s opinion on a bid to close the ruling AK Party for trying to undermine the country’s secular system, newspapers said on Friday. Earlier this month a chief prosecutor asked the court to shut the party on the ground that it was trying to create an Islamic state in secular but predominantly Muslim Turkey. The AK Party, which has Islamist roots, denies the charge. The court’s chairman said on Thursday that the court would begin assessing the bid to close the party on Monday providing the rapporteur presented his report by Friday. « The completed report was distributed to (court) members last night for their consideration, » Hurriyet newspaper said. The court has yet to decide whether to pursue the case and the rapporteur’s opinion is non-binding. Milliyet newspaper said the court was expected to decide on Monday whether to press ahead with the case. Turkey’s secular elite, which includes the judiciary, army generals and university rectors, believes the AK Party is trying   to undermine the separation of state and religion. The prosecutor has also tried to ban 71 party officials, including Prime Minister Tayyip Erdogan and President Abdullah Gul, from politics for five years for anti-secular activity. Turkey’s financial markets have been unsettled by the prospect of months of political instability if the court takes up the case. Hurriyet said the rapporteur’s opinion set out reasons for and against taking up the case. « The indictment can be rejected if solid evidence of a crime cannot be gathered, » the paper quoted the report as saying. The court rapporteur declined to comment on the reports.   REUTERS


Associated Press, le 28 mars 2008 à 11h45 Turkish court becomes stage for conflict between Islamic-rooted government and opposition By CHRISTOPHER TORCHIA, Associated Press Writer

  ISTANBUL, Turkey (AP) _ A top court could decide as early as next week whether to hear a case for a ban of Turkey’s Islamic-oriented ruling party, in a dispute that threatens to deepen political divisions, hurt the economy and slow an already troubled bid to join the European Union. Over the past year, the battle between a democratically elected government led by pious Muslims and its opposition, loosely defined as the secular elite, has shifted from Parliament, to the ballot box, to the courts. Turkey’s military, an instigator of coups in past decades, has warned that secular ideals are in peril, though an armed intervention seems unlikely for now. Abdurrahman Yalcinkaya, chief prosecutor of the High Court of Appeals, said in his complaint that 71 people, including Prime Minister Recep Tayyip Erdogan and President Abdullah Gul, should be banned from politics for five years. Yalcinkaya cites the government’s efforts to lift a ban on the wearing of Islamic head scarves in universities, attempts to roll back restrictions on religious education and allegedly anti-secular comments by ruling party officials. The head of the 11-member Constitutional Court, Hasim Kilic, said judges could meet as early as Monday to discuss the argument for the dissolution of the Justice and Development Party on grounds that it was trying to scrap secular principles enshrined in the country’s constitution. « Turkey is increasingly straying from peace. It won’t do manyone any good to raise tension in society, » Kilic, a 58-year-old economist, told local reporters in an appeal for national unity. The court’s rapporteur, Osman Can, sent his assessment of the 162-page document to the judges on Thursday night, a court official who has seen Can’s report said on condition of anonymity because he is not authorized to talk to the media. Can suggested that the court hear the case but ask the prosecutor’s office to provide more evidence, the official said. Hurriyet newspaper reported in its Friday edition that the rapporteur also said « closing down parties is not compatible with democratic systems. » The rapporteur’s conclusion is not binding for the court, which needs a majority of at least 6-5 to accept the case. However, any decision to close the party requires a 7-4  vote. In 1998 and 2001, the court closed parties deemed to be anti-secular. The ruling party has a majority in the 550-member parliament, and its members could likely regroup in a new party in order to lead the government despite the disruption of any closure. The government says the case is a desperate act by opponents in the judiciary and other state sectors who resent the erosion of their traditional power, as well as a blow to Turkey’s efforts to model its democratic institutions on Western standards as a condition of EU membership. Turkey’s European campaign has already been damaged by French and German misgivings, a dispute over the divided island of Cyprus and divisions within the predominantly Muslim nation that have sapped domestic support for the project. « Of course, it makes it more difficult for the Turkish government to negotiate with the European Union and close the different chapters when they’re going to sit in the court all the time, » Danish Foreign Minister Per Stig Moller said in Cyprus on Thursday after a visit to Turkey. « We do not make the courtroom the place of political debates. Political solutions should take place in the parliament, not in the courtrooms, » Moller said. The conflict in Turkey, a NATO member with more than 70 million people, intensified last year when the military-backed opposition in Parliament tried in vain to derail Gul’s presidential candidacy. Also in 2007, the ruling party surged to re-election with 47 percent of the popular vote, and national attention shifted temporarily to an escalation in the fight against Kurdish rebels based in Iraq. The roots of the conflict lie in the era of Mustafa Kemal Ataturk, the national founder and early 20th century war hero who viewed Islam as an impediment to modern development and a symbol of the ills of the decrepit Ottoman Empire. Ataturk imposed a secular system with an authoritarian streak, restricting religious dress, education and practices. Today, his ideological heirs spar with a government led by an emboldened class of Muslims who don’t view Ataturk with the same reverence, though they cite a reformist record as proof that they won’t dismantle secularism. Leading business groups in Turkey have urged political parties to reduce tension and focus on economic developmen at a time when global markets have been shaken by the sharp economic slowdown in the United States. The Turkish stock market plunged on March 17, partly in response to the prosecutor’s announcement of the case against the ruling party. « Past experiences have proven that closing political parties has not resolved Turkey’s political, social or economic problems, » the Turkish Industrialists’ and Businessmen’s Association said in a statement. « Rather, it has led domestic and international public opinion to question Turkey’s democratic values and its commitment to universal standards. »   Associated Press


AFP, le 28 mars 2008 à 18h19 Ban Ki-moon condamne la diffusion sur internet du film anti-islam

  NEW YORK (Nations unies), 28 mars 2008 (AFP) – Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a fermement condamné la décision d’un député d’extrême-droite néerlandais de diffuser sur internet un film anti-islam, jugeant que rien ne « justifie un discours de haine ou l’incitation à la violence », a rapporté sa porte-parole vendredi.   « Je condamne dans les termes les plus forts la diffusion du film ouvertement anti-islamique de Geert Wilders », a dit M. Ban dans une déclaration lue par sa porte-parole, Michèle Montas. « Rien ne justifie un discours de haine ou l’incitation à la violence. Ce n’est pas la liberté d’expression qui est en jeu dans ce cas », a-t-il ajouté.   Geert Wilders a mis en ligne son film « Fitna » (en arabe: discorde, division et conflit au sein de l’islam), un court-métrage amalgamant islam et violence.   Soulignant que « la liberté doit toujours s’accompagner de responsabilité sociale », M. Ban a pris note des efforts du gouvernement néerlandais pour empêcher la diffusion du film et son appel au calme.   « Les Nations unies sont au centre des efforts pour promouvoir le respect mutuel, la compréhension et le dialogue, » a-t-il dit, en référence à l’Alliance des civilisations, une initiative de l’ONU visant à combattre l’intolérance entre peuples de cultures différentes.   « Nous devons aussi réaliser que la vraie ligne de fracture n’est pas entre les sociétés musulmanes et occidentales, comme certains voudraient nous le faire croire, mais entre des petites minorités d’extrémistes, de chaque côté, dont l’intérêt est d’attiser l’hostilité et les conflits, » a ajouté M. Ban.   AFP

AFP, le 28 mars 2008 à 18h17 Film anti-islam : le monde musulman entre indignation et appels au dialogue

 
  NICOSIE, 28 mars 2008 (AFP) – La mise en ligne du film anti-islam d’un député d’extrême droite néerlandais a suscité vendredi des réactions d’indignation dans le monde musulman, où certaines voix se sont toutefois élevées pour appeler à la modération et au dialogue. Si l’Iran a dénoncé une « vendetta de la part de citoyens occidentaux », les Frères musulmans égyptiens ont jugé qu’il ne fallait pas « grossir » l’événement, deux ans après l’affaire des caricatures du Prophète Mahomet qui avaient déclenché une vague de violences dans les pays musulmans. « Cette action répugnante menée par un député néerlandais et une compagnie britannique (qui a hébergé la vidéo, ndlr) démontre la poursuite d’une vendetta de la part de citoyens occidentaux contre l’islam et les musulmans », a dit dans un communiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Mohammad Ali Hosseini, affirmant que la vidéo aurait des « répercussions ». L’Organisation de la conférence islamique (OCI) a présenté le film de Geert Wilders comme « une incitation à la haine » destinée « uniquement à provoquer la violence et l’intolérance » religieuse. Le Pakistan, où des centaines d’étudiants avaient manifesté la semaine dernière contre la diffusion du film, a pour sa part convoqué l’ambassadeur des Pays-Bas pour demander que M. Wilders soit poursuivi pour diffamation. A Amman, des responsables de médias ont annoncé qu’ils allaient traîner le député néerlandais devant la justice jordanienne et commencer une campagne de boycottage de produits néerlandais. Le gouvernement du Bangladesh, un pays musulman laïc, a jugé que le film pouvait « avoir de graves conséquences (…) parce qu’il va offenser des millions de musulmans dans le monde ». Le ministre marocain de la Communication Khalid Naciri a dénoncé pour sa part un « retard intellectuel » chez M. Wilders, dont le court-métrage de 17 minutes entend montrer, selon son auteur, le caractère « fasciste » du Coran. Mis en ligne jeudi soir, le film, intitulé « Fitna » (en arabe: division et discorde au sein de l’islam), est très vite passé du site d’échange de vidéos britannique liveleak.com au mondialement connu YouTube et vu par des millions d’internautes. « Fitna » mêle notamment des images violentes d’attentats terroristes, des exécutions dans des pays musulmans non identifiés, et la lecture de textes du Coran justifiant généralement les châtiments pour les non-musulmans. « Il s’agit d’un affront qui ne s’inscrit pas dans le cadre de la liberté d’expression », a affirmé Essam al-Aryane, le numéro trois des Frères musulmans, principal groupe d’opposition en Egypte. Mais, « les musulmans se sont habitués à recevoir ce genre de coups de la part de l’Occident. (…) Il ne faut pas grossir » l’évènement, a-t-il ajouté, disant ne pas s’attendre à des violences dans les pays musulmans. S’il a condamné « un coup asséné à la nation » islamique, l’imam de la Grande mosquée de La Mecque, premier Lieu saint de l’islam, cheikh Abderrahman Al-Soudeiss, a prôné le dialogue inter-religieux comme « l’un des meilleurs moyens de défendre le Prophète ». Des responsables de la communauté musulmane aux Pays-Bas ont lancé vendredi des appels au calme en direction des pays musulmans, en affirmant que « la meilleure réponse à opposer à M. Wilders serait « une réponse responsable ». Dès l’annonce du projet, en novembre, des capitales musulmanes avaient menacé Amsterdam d’un boycott économique. Et fin février, les talibans ont menacé d’attaquer les quelque 1.660 soldats néerlandais déployés en Afghanistan. Djakarta avait jugé que la diffusion du film serait « indécente ». La parution de caricatures de Mahomet dans un journal danois avait provoqué en février 2006 des manifestations violentes dans le monde musulman qui avaient fait des dizaines de morts.   AFP

 

 

 

 

 

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

20 décembre 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année,N° 3133du 20.12.2008  archives : www.tunisnews.net   AFP: Droits humains: l’UE critiquée pour le « statut

En savoir plus +

21 mars 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année, N° 3589 du 21.03.2010  archives : www.tunisnews.net  Kalima: L’Algérie censure Radio Kalima Le

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.