26 avril 2002

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Accueil

 

 

 

 
TUNISNEWS
3ème année, N° 708 du 26.04.2002

Pour consulter les archives de notre liste, cliquez ici: : http://site.voila.fr/archivtn

LES TITRES DE CE JOUR:
 

CPSCNT: Assemblée à la Faculté de Mannouba
AFP: Un million d’euros pour les victimes allemandes de l’attentat de Djerba
AFP: Entretiens tuniso-espagnols sur les relations bilatérales et le PO
Dr Sahbi El Amri: Information gratuite de Sidi Bouzid
ettounsi de TUNeZINE: Conseil ministériel très restreint
Bochra BelHaj Hmida: Touche pas à mon Juif !
Frankfurter Rundschau : Aucune odeur d’enfer sur la plage ensoleillée
Aziz Krichen: Tunisie : pour sortir de la dictature
Reuters: Fitch affirms ratings for Tunisia


رويترز: الهجوم على المعبد يشوب صورة تونس المستقرة
مجلة « مـــــرايـــا  » في عــدد هـا الثاني
الحياة: تونس تحض رجال الاعمال البريطانيين على الاطلاع على فرص الاستثمار في البلاد
الحياة: بولعراس : القمة المغاربية نهاية حزيران

 

Comité Populaire de Soutien au peuple palestinien et de lutte Contre la Normalisation avec l’ennemi sioniste en Tunisie

 

Communiqué 

Assemblée à la Faculté de Manouba


     Mettant en pratique son choix de travail sur terrain auprès des masses,le Comité populaire de soutien au peuple palestinien et de lutte contre la normalisation avec l’ennemi sioniste en Tunisie a célébré la journée internationale de la jeunesse anti-impérialiste sous le slogan :
               

« GLOIRE A LA RESISTANCE PALESTINIENNE »

Une assemblée générale en collaboration avec des étudiants de gauche ,a été à cet effet organisée le mercredi 24 Avril 2002 à la faculté des Lettres de Mannouba,dont les murs étaient ornés des banderoles et des textes du Comité.
    En présence d’un grand nombre d’étudiants,et de syndicalistes du corps enseignant,la délégation du Comité, composée de :
Chokri Latif , Faouzi Ben M’Rad, Jilani Hammami, Sadok Omrani;a présidé à l’ouverture de l’assemblée générale.

Les intervenants ont mis l’accent sur leur fierté d’être parmi les masses estudiantines qui furent par le passé ainsi qu’actuellement fidèles à la tradition militante du mouvement depuis le 5 Février 1972,constituant le fer de lance de la lutte anti-impérialiste et de la solidarité internationaliste avec les peuples et nations opprimées, et en particulier avec le peuple palestinien frère.

Les membres du Comité ont également présenté sa plate-forme constitutive, et ses orientations démocratiques progressistes de gauche , et ont mis en évidence les initiatives pratiques entreprises et à entreprendre prochainement dans le cadre de la consolidation et de la concrétisation de la solidarité avec le peuple palestinien, et en particulier à travers le lancement de la campagne de signature de l’Appel du Comité, et de la Campagne Populaire de Boycottage des marchandises américaines.

Le représentant du Syndicat de base de l’Enseignement Supérieur de la Faculté de Mannouba a ensuite pris la parole, saluant la constitution du Comité populaire, et estimant qu’il représente un nouveau jalon dans l’édifice démocratique tunisien, partant de sa plate-forme, de ses orientations et de l’ancrage progressiste des militantes et des militants qui l’ont constitué. Il a également rappelé les multiples actions entreprises par les syndicalistes universitaires en faveur de la cause palestinienne, et proclamé la disponibilité du Syndicat enseignant à être partie prenante dans la coordination des initiatives visant à consolider la lutte du peuple palestinien.

Des militants syndicalistes étudiants ont ensuite pris la parole pour marquer leur estime à cette initiative du Comité Populaire d’être présent parmi les masses estudiantines, faisant ainsi voler en éclats les « barrières »érigées le long de la décennie écoulée par le pouvoir entre le mouvement démocratique populaire progressiste et le mouvement étudiant qui en est une composante active.

Ils ont également renouvelé la ferme disposition du mouvement et de la jeunesse en général à accentuer la lutte contre l’impérialisme et le système capitaliste mondial et son bastion avancé l’entité sioniste, et ses supplétifs les régimes réactionnaires  arabes .
                                                                                                          Tunis le 24 Avril 2002
Pour Le Comité

Chokri Latif

 

Un million d’euros pour les victimes allemandes de l’attentat de Djerba

 

AFP, le 26.04.2002 à 15h16

TUNIS, 26 avr (AFP) – La Tunisie a contribué pour un million d’euros au dédommagement des victimes allemandes de l’attentat contre la synagogue de Djerba, dans le sud tunisien, au cours duquel onze touristes allemands ont trouvé la mort, a rapporté vendredi le quotidien tunisien en langue arabe Assabah.

Selon le journal, des hôteliers tunisiens ont participé à la collecte de cette somme qui sera reversée au fonds allemand, créé à l’initiative du chancelier allemand Gerhard Schroeder pour indemniser tous les Allemands victimes d’attentats, dont celui commis le 11 avril à Djerba.

Lors de sa visite les 21 et 22 avril en Tunisie, le ministre allemand de l’Intérieur, Otto Schily, avait évoqué avec les responsables tunisiens de dédommagement aux familles des victimes.

Le journal ne précise pas si les autres victimes de l’attentat vont recevoir une réparation, celui-ci ayant fait seize morts, dont les onze touristes allemands, trois Tunisiens, un Franco-Tunisien et un Français.

Plusieurs blessés allemands se trouvent toujours en danger de mort.

AFP

 

الهجوم على المعبد يشوب صورة تونس المستقرة


تونس (رويترز) شاب هجوم انتحاري على معبد يهودي اسفر عن سقوط 17 قتيلا الصورة التي حاولت تونس ان ترسمها لنفسها كواحة للسلام وسط الشرق الاوسط المضطرب والصراع الدامي الذي تشهده جارتها الجزائر.
لكن المحللين قالوا ان التفجير وهو اول هجوم من نوعه على ارض دولة حليفة للولايات المتحدة في العالم العربي منذ هجمات 11 سبتمبر ايلول سيكون له تأثير محدود على صناعة السياحة الرئيسية في البلاد.
واسفر التفجير الذي وقع في 11 ابريل نيسان عن مقتل 11 سائحا المانيا وخمسة تونسيين وفرنسي في معبد يهودي هو الاقدم في شمال افريقيا في جزيرة جربة الجنوبية التي تعد محورا للسياحة.
ويرى المحللون السياسيون ان المخاطر طويلة الاجل على الاستقرار في البلاد ستكون محدودة نظرا للحضور القوي لما يسميه المعارضون في الداخل والخارج بالدولة البوليسية.
واعترفت الحكومة هذا الاسبوع بان تونسيا كان يعيش في الخارج نفذ الهجوم وان احد اقاربه في تونس ساعده بعد ان كانت قد ذكرت في البداية ان الانفجار مجرد حادث.
وقالت السلطات التونسية في محاولة للرد على تكهنات ذكرت ان المهاجم قد يكون عضوا في شبكة متطورة ان التحقيقات اظهرت ان المواد المستخدمة في الهجوم وطريقة تنفيذه « بدائيتان ».
وقال مدير كبير في شركة لدراسة المخاطر مقيم في لندن طلب عدم نشر اسمه « حتى لو كان المهاجم الانتحاري عضو في شبكة فان ذلك ليس مدعاة لقلق كبير للمستثمرين في الاجل الطويل لان لتونس ومصر سجلا في القضاء على الشبكات الارهابية. »
ومضى يقول « اجسر على القول بان هذه واحدة من المزايا القوية للدولة البوليسية. »
وقالت الحكومة التونسية ان الهجوم « عمل فردي » وان تونس ما زالت مكانا امنا للسياح والمستثمرين الاجانب.
ويزور نحو خمسة ملايين سائح من بينهم مليونان من المانيا وفرنسا تونس كل عام. والاستثمارات والصادرات الاجنبية هما المحرك الرئيسي للنمو الاقتصادي الذي بلغ اكثر من خمسة بالمئة في المتوسط خلال العقد الماضي.
وتحظى صناعة المنسوجات على معظم الاستثمارات الاجنبية في تونس حيث يعمل نحو 250 الف عامل في حوالي 2000 شركة. وبلغت قيمة صادرات المنسوجات التي تذهب اساسا الى المانيا وفرنسا وايطاليا نحو 027ر4 مليار دينار (76ر2 مليار دولار) عام 2001 اي 42 بالمئة من اجمالي الصادرات التونسية.
وقال المدير « هجوم واحد ليس له تأثير على الاستثمارات التي جرى التخطيط لها طوال سنوات… لا يقلق المستثمرون الا حين يستهدف الارهابيون البنية الاساسية للطرق والموانيء والمطارات. »
لكن تظل رغم ذلك التساؤلات معلقة عن امكانية حدوث مزيد من الضربات ويعزز تلك المخاوف محدودية المعلومات التي كشفت عنها السلطات الى الان.
ويقول المحللون والدبلوماسيون ان مدبري الهجوم اختاروا بدقة هدفا يرمز لشيء يقدره القادة التونسيون كثيرا.. معبد يهودي يرمز للتسامح الديني في مجتمع مسلم علماني وهو في الوقت نفسه معلم رئيسي لصناعة السياحة.
وبدأت السياحة في تونس بالفعل تستعيد نشاطها بعد التباطوء في حركة السفر التي شهدها العالم في اعقاب هجمات 11 سبتمبر ايلول.
وطبقا لاحدث البيانات الحكومية المتاحة تراجعت حصيلة السياحة في تونس بنسبة 23 بالمئة الى 7ر267 مليون دينار (183 مليون دولار) خلال الفترة بين 20 يناير كانون الثاني و20 مارس اذار من هذا العام مقارنة بالفترة نفسها في عام 2001 .
وقال مسؤولو السياحة في تونس ان اعداد الليالي السياحية التي قضاها سياح اجانب في تونس قبل تفجير المعبد اليهودي اظهرت بداية انتعاش.
وتوقعت الحكومة زيادة متواضعة في حصيلة السياحة هذا العام لترتفع الى 25ر2 مليار دينار (54ر1 مليار دولار) بدلا من 24ر2 مليار دينار عام 2001 .
واصدرت المانيا تحذيرا للسياح القاصدين تونس قائلة ان هناك الان « مخاطر امنية كبيرة ».
لكن مسؤولا تونسيا كبيرا تمسك يوم الخميس بان « التفجير المؤسف في جربة عمل فردي. تونس ستظل واحدة من اكثر مناطق العالم سلاما وتسامحا وامنا. »
وسلطت الاضواء هذا الاسبوع على قلق الحكومة من المعلومات الخاصة بالهجوم عندما قاطع عبد الله الكعبي وزير الداخلية التونسي وسائل الاعلام. وفضل الوزير التونسي الانتظار في قاعة كبار الزوار في مطار تونس بينما كان نظيره الالماني اوتو شيلي يعقد مؤتمرا صحفيا.
وغضب تونسيون من اصرار الحكومة في البداية على ان التفجير كان حادثا عرضيا. وقالت جماعات لحقوق الانسان ان الحكومة « اختارت التضليل الاعلامي مما يكشف تجاهلها لحق التونسيين في الحصول على معلومات موضوعية. »

26.04.2002 12:30, Reuters

 

Entretiens tuniso-espagnols sur les relations bilatérales et le PO

 

AFP, le 26.04.2002 à 07h39

TUNIS, 26 avr (AFP) – Le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, s’est entretenu jeudi à Tunis avec le secrétaire d’Etat espagnol aux Affaires étrangères, Miguel Nadal, des relations bilatérales et de la situation au Proche-Orient, apprend-on vendredi de source officielle.

M. Nadal, qui effectue une visite de travail en Tunisie, a également rencontré les ministres tunisiens des Affaires étrangères et de la Coopération internationale et de l’Investissement extérieur, MM. Habib Ben Yahia et Fethi Merdassi.

Dans une déclaration à l’agence tunisienne TAP (officielle), M. Nadal a indiqué que son pays est « fermement attaché à une solution politique définitive au problème du Moyent-Orient qui soit à même de répondre à l’aspiration légitime du peuple palestinien à un Etat indépendant ».

Concernant les relations économiques tuniso-espagnoles, M. Nadal a fait état de la disposition de l’Espagne à contribuer au processus de développement en Tunisie au niveau bilatéral ou multilatéral dans le cadre de l’espace euro-méditerranéen.

Il a indiqué à cet effet que la réunion Euro-Méditerranée de Valence (Espagne) qui vient de s’achever, « ne manquera pas de donner un nouvel élan » à la coopération entre les deux pays.

De son côté, M. Merdassi a fait part à son hôte de la nécessité de renforcer les relations économiques entre les deux pays, notamment au niveau du secteur privé, précisant que seules 30 entreprises espagnoles sont installées en Tunisie, « un nombre en-deça des aspirations des deux pays.

AFP

 
FLASH INFOS

 

Un livre de Mezri Haddad


Notre collègue Mezri Haddad annonce la sortie très prochaine d’un livre sur la Tunisie, publié par un grand éditeur parisien. Il a précisé :  » Mon livre contient une critique positive et réformiste du système, mais son thème central tourne autour de la campagne anti-tunisienne, de l’exploitation politicienne des droits de l’homme et, surtout de l’alliance implicite ou explicite entre la mouvance islamistes et certains progressistes de gauche tunisienne « .

Nous espérons que cet ouvrage suscitera un large débat et qu’il contribuera au progrès de la démocratie et du pluralisme dans notre pays.

(Source: Réalités du 25 avril 2002)

Des marques américaines boycottées

En guise de solidarité avec le peuple palestinien, une campagne de mobilisation a été lancée en vue d’inciter les consommateurs tunisiens à boycotter toutes les marques américaines commercialisées sur le marché tunisien. La liste comprend une soixantaine de marques dans les différents domaines : agroalimentaire, cosmétique, habillement….

(Source : Réalités du 25 avril 2002)

Jerad et la CISL


Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture du séminaire d’Amilcar d’encadrement des négociateurs représentant l’UGTT, M. Abdessalem Jerad, Secrétaire général de l’UGTT, a déclaré que l’UGTT pourrait geler ses relations avec la CISL et qu’elle incitera les syndicats arabes à boycotter ses manifestations en raison de son silence face aux agressions israéliennes contre le peuple palestinien et au soutien du syndicat israélien à la politique répressive de Sharon. M. Jerad rencontrera le Secrétaire général de la CISL ce jeudi 25 avril à Bruxelles.

(Source : Réalités du 25 avril 2002)

Enquête

La FIDH aurait chargé Mme Souheir Belhassen, membre du Bureau Directeur de la LTDH, d’enquêter sur la situation des réfugiés non palestiniens au Liban. Cette décision a soulevé des polémiques au sein de la Ligue. Des membres du Bureau Directeur ont refusé une telle invitation sous prétexte que les résultats d’enquête pourraient être exploités par les Américains pour justifier leurs agressions contre le peuple américain.

(Source : Réalités du 25 avril 2002)

ORASCOM : un nouveau délai

Un nouveau délai, fixé au 25 avril, a été accordé à ORASCOM pour finaliser l’achat de la deuxième licence du GSM. Notons que le premier délai a été fixé au jeudi 17 avril, mais ORASCOM n’a pas pu réunir le montant exigé de 454 millions de dollars en s’engageant à payer 50% à la signature du contrat et 50% à la fin de l’année.
Au cas où ORASCOM ne réunirait pas le fonds nécessaires, deux options sont envisageables : soit on refait l’Appel d’Offres (ce qui est peu probable), soit on fait appel à Telefonica, qui a proposé une offre inférieure de 4 millions de dinars : 450 millions de dinars dont 50% seraient débloqués à la signature du contrat et 50% pour le 1er septembre 2002.

(Source : Réalités du 25 avril 2002)

Accord dans l’aviation


Un accord de coopération entre les campagnes aériennes tunisiennes a été signé mercredi 17 avril par MM. Rafaa Dekhil, P-DG de TUNISAIR, Belhassen Trabelsi, P-DG de Carthago Airlines, et Aziz Miled, P-DG de Nouvel Air. Cet accord répond aux défis de la conjoncture actuelle et de l’évolution du transport aérien dans l’avenir et porte sur divers secteurs dont le développement des vols charters, le marketing, la location des avions et la promotion des ressources humaines. Il stipule également que des cadres d’une compagnie de transport aérien ne peuvent pas être recrutés par une autre compagnie sans un accord préalable.
L’accord prévoit aussi un alignement des salaires entre les différentes sociétés signataires et porte sur le volet de la formation. Au cours de la même cérémonie, MM. Rafaa Dekhil et Belhassen Trabelsi ont signé un accord de coopération entre TUNISAIR et Carthago Airlines.

(Source : Réalités du 25 avril 2002)

 

Loi d’avril 1972 « fête » ses 30 ans !!!

Une table ronde marquant le 30ème anniversaire de la loi d’avril 1972 se tiendra le 7 mai prochain au siège de l’API.

De hautes personnalités seront présentes à cette rencontre commémorative afin de passer en revue l’ensemble des évolutions de cette initiative en faveur des entreprises off-shore et l’impact socio-économique dégagé par la présence en Tunisie de ces entreprises.

En parallèle, se tiendra une mini-exposition retraçant les différentes étapes franchies par cette loi et son incidence sur la création d’entreprises et sur l’emploi. Les premières entreprises installées en Tunisie sous ce régime, encore en activité, seront présentées et témoigneront de leurs expériences.

(Source: www.lapresse.tn)

Le tribunal annule la dissolution du syndicat de l’enseignement supérieur

Le tribunal de 1ère instance a émis hier après midi un jugement qui annule la décision du bureau exécutif concernant la dissolution du syndicat de l’enseignement supérieur de la recherche scientifique.

(Source : Le Quotidien du 26 avril 2002, d’après le portail Babelweb)

Les familles animent la place financière de TunisAvec l’ouverture de la place financière de Tunis, les traditions de la maîtrise des nouveaux outils financiers s’amplifient. et si Hachemi (Le fils de Hédi Jilani) a choisi le leasing en créant « Hannibal leasing », Yazid, le fils de Noureddine Skandarani, l’un des ténors du secteur des assurances a choisi de créer une SICAF pour laquelle il a choisi le nom de Sigma SICAF

(Source : Le Quotidien du 26 avril 2002, d’après le portail Babelweb)

La clinique Ettaoufik, dans le collimateur de BouchemmaouiLes « Bouchammaoui » qui sont sûrement avec les « Elloumi » le groupe d’affaire le plus international, parmi les groupes tunisiens s’intéressent de plus en plus à l’investissement en Tunisie.

Aux dernières nouvelles le groupe a acquis la polyclinique Ettaoufik au prix de 17 millions de dinars, en contre partie des son actif net.

(Source : Le Quotidien du 26 avril 2002, d’après le portail Babelweb)

 

 

مجلة « مـــــرايـــا  » في عــدد هـا الثاني

يسعدنا أن نعلمكم بصدور العدد الثاني من مجلة « مرايا » ربيع 2002 وهي مجلة فصلية

فكرية ثقافية تصدر من باريس عن منتدى فكر المستقبل

 

 

تقرؤون في هذا العدد :

مقاربات

ـ الحجاز في مذكرات مالك بن نبي ـ

ـ هل يمكن قيام مجتمع مدني أممي معارض وفعّال ؟ ـ

ـ مقاربة للاقتصاد والتنمية : من التنمية العابدة إلى المجتمع الصالح المصلح ـ

ـ العروبة بالإسلام..ضرورة منهجية..وفلسفية ـ

ـ الاستنساخ والطفل الكامل قضية خاسرة! ـ

ـ آفاق عمل المؤسسات المالية الإسلامية ـ

فلسطين

ـ اعذريني يا فلسطين..إنها لحظة الصفر الحضارية! ـ

ـ عناوين على رفات صلاح الدين ـ

ـ عذراء جنين.. ووقائع العرس المغتال ـ

عابر سبيل

ـ الرجاء عدم الإزعاج..نحن في غرف الإنعاش ـ

تحقيق

ـ الانتخابات الفرنسية في عيون الجالية ـ

مائدة مستديرة

ـ الإعلام المهجري والبحث عن الذات ـ

فقيه ومجتمع

ـ فقه الأقليات بين التحديد والتحدي : حوار مع د.عبد المجيد النجار ـ

لغة الحضارة

ـ فقهاؤنا وعلماؤنا : الوجه الآخر لهم [جزء2]

منابر حرة

ـ بعيدا عن حمّى المنابر.. همسات إلى أهل الجزائر ـ

ـ ولم لا يراهن الغرب على الإسلام الديمقراطي؟ ـ

مروج الأدب

ـ لقاء العدد: مع الكاتبة حميدة قطب [جزء 2] ـ

ـ إلى أن تشرق ـ

مراصد وإصدارات

 
Amnesty International

 

PUBLIC        AI Index: MDE 30/009/2002

26 April 2002

Further information on UA 28/02 (MDE 30/002/2002, 30 January 2002) and follow-up (MDE 30/006/2002, 4 February 2002) – Fear of torture / Possible arrests / Possible prisoners of conscience

TUNISIA                

Hamma Hammami (m)
Abdeljabbar Madouri (m)
Samir Taamallah (m)
Ammar Amroussia (m)

The four members of the Tunisian Workers’ Communist Party named above are being held in better conditions of detention and are no longer in danger.

Hamma Hammami, Abdeljabbar Madouri and Samir Taamallah were sentenced in absentia to nine years and three months’ imprisonment for membership of the banned Tunisian Workers’ Communist Party in 1999. They went into hiding until 2 February 2002, when they attended their retrial at the First Instance Court in the capital Tunis. Following the confirmation of their original sentences, the men were arrested and imprisoned. Abdeljabbar Madouri received an additional two years’ imprisonment for contempt of court.

On 30 March, the appeal court in Tunis reduced the sentences against Hamma Hammami, Abdeljabbar Madouri and Samir Taamallah to three years and two months’, three years and nine months’ and one year and nine months’ imprisonment respectively.

The men’s trial and appeal, which were observed by lawyers mandated by Amnesty International and many other international observers, failed to comply with international standards. The men are now imprisoned at 9 avril prison in Tunis and their lawyers have serious difficulties obtaining permission to visit them.

Ammar Amroussia, who also came out of hiding on 2 February, is imprisoned in Gafsa prison, southern Tunisia. His prison sentence of two years and four months had already been confirmed by an appeal court in 1997. He is now receiving regular visits from his family, but is not allowed to receive books or exchange letters with them.

No further action is requested from the Urgent Action network. Many thanks to all who sent appeals.

 

INFORMATION GRATUITE DE SIDI BOUZID

        Le village de SOUK EJDID vient de faire ses derniers adieux au defunt Mr. HEDI AMMARI agé de  QUARANTE-SEPT ANS ,policier , marié  , père de deux filles et un garcon déja policier . Ses funérailles se sont déroulées sous hautes surveillances policieres  le jeudi 26 Avril 2002 à 16 heures .

       Il ne s’agit pas d’une mort d’un detenu politique ou d’un greviste de la faim dans les prisons du General Dictateur Le President BEN ALI , mais simplement  D’UNE VICTIME parmi tant d’autres ayant succombées à L’ATTENTAT DE DJERBA DU 11.AVRIL 2002 aprés une lucidité de quinze jours de souffrances hospitalières .

      Le defunt Mr.HEDI AMMARI ,policier ,originaire du DOUAR GARET HADID limitrophe de SIDI BOUZID,habitant en famille à Djerba ,affecté en poste de travail à l’Aeroport de Djerba a été appelé en SERVICE DE RENFORT et MISSION DE VIGILENCE à proximité de la SYNAGOGUE D’EL GHRIBA  dès la matinée du 11 Aril 2002 pour la SUPERVISION sinon LA REPRESSION POLICIERE des turbulences et manifestations scolaires en SOLIDARITE avec le PEUPLE PALESTINIEN.

      Le hasard , la coincidence et le pur destin ont voulu que le defunt  Mr. HEDI  AMMARI soit parmi l’effectif des vicimes du desastre de Djerba.

      Gavement atteint par une brulure massive étendue surtout au visage ,le defunt Mr.HEDI AMMARI a été transféré à L’HOPITAL MILITAIRE DE TUNIS sous une surveillance policiere interdisant tout droit de visite aux membres de sa famille afin de ne pas divulguer la thèse veridique de l’attentat criminel que le pouvoir en place a tenté de dissuader de facon mensongere flagrande.

      Le defunt Mr. HEDI AMMARI a été ensuite tansféré à L’HOPITAL LA RABTA à TUNIS trois jours avant sa mort suite à un etat febrile resistant à toute therapeutique medicamenteuse .

     Il est decedé le Mercredi 24.Avril.2002 aux environs de 10 H.du matin .

     Aussitot informée , sa famille n’a pu recupérer sa depouille que le lendemain après une autopsie qui etait pratiquée à la recherche du PYOCYANIQUE  ,principal germe et responsable essentiel des infections hospitalieres mortelles bien repandues en TUNISIE DE BEN ALI dont n’ont pu echapper les autres victimes decedées  par contaminations hospitaliéres aprés soins entamés dans les milieux hospitaliers Tunisiens infectes dans un decor sterile .

      Mr.HEDI AMMARI n’est ni la premiere victime , ni la derniére du REGIME DU MENSONGE ET DU LAISSER-ALLER DU GENERAL PRESIDENT LE DICTATEUR BEN ALI  ou tout est en apparence est à merveille.

      Ses collegues policiers déja interpelés et arretés pour complements d’enquetes doivent à leur tour payer la facture d’un virage de declarations officiellles d’un regime qui perd de jour en jour sa credibilité .

      D’ailleurs si le defunt Mr.HEDI AMMARI a echappé à la mort , il ne pouvait echapper à la prison de BEN ALI   et orchestration de procés avec le presumé responsable de l’attentat NIZAR NOUAR qui a violé la securité fragile d’une police qui se dit et pretend combattre le terrorisme mais cultive l’horreur et la haine.

                                                               Docteur   SAHBI EL AMRI

 N.B. Une vague campagne policiere est lancée en Tunisie pour imposer  la suppression des lecteurs de disquettes et des lecteurs de CD au niveau des publinets afin de comprimer et de filtrer au maximum la fuite des verités ameres de l’autre face de la triste TUNISIE qui vit le cauchemar  de la terreur  horrible BEN ALI qui cultive et pratique le terrorime d’etat pour instaurer sa theorie dictatoriale policiere democratique qui va bientot mettre le pays en peril .

 

Proxy n°10

Conseil ministériel
très restreint

 

Vu la dégradation de la situation aux territoires occupés et préoccupés (Jenine, Jerba, Campus universitaire…) et la gestion funeste de l’attentat accidentel de Jerba un nouveau gouvernement de cohabitation s’est réunit en conseil ministériel restreint sous le haut patronage de ZABA, le roi des cons constitutionnels, et avec la présence de :

• Otto Schilly, ministre de l’intérieur et de l’information.
• Perez Trabelsi, ministre de l’équipement et de l’intégration.
• Philippe Seguin, ministre par intérim des affaires étrangères.
• Abdelwahab Abdallah, ministre sans portefeuille et sans utilité aucune.
• Mondher Zenaïdi, invité d’honneur et ministre du tourisme et du terrorisme.

Studio Mansouri

Perez Trabelsi, le nouveau Goujat de la république, a ouvert les ébats en soulignant :  » la Tunisie demeure le pays de la tolérance, de la sécurité et de la stabilité et cette action n’aura aucun effet sur notre vie quotidienne, grâce à la sollicitude permanente et à l’affection dont nous entoure le Président et à la protection dont nous bénéficions auprès des services de sécurité… « 
Otto agacé l’interrompt (avant qu’il ne soit trop tard) :  » Pour une fois vous allez arrêter votre cirque, je n’ai pas de temps à perdre en écoutent vos banalités car j’ai un avion à prendre dans deux heures. « 
ZABA intervient pour calmer les esprits en s’adressant à son nouveau ministre de l’intérieur et de la communication avec les citoyens :  » Faut que tu m’expliques comment tu es arrivé à la conclusion que nos services secrets sont infiltrés par des islamistes ? « 
Otto :  » Ce n’est pas sorcier à expliquer, vendredi dernier j’étais en compagnie de Abdallah Kâabi et des chefs des services de sécurité à l’intérieur de la synagogue quand soudain l’appel à la prière retentit de la mosquée voisine et à ce moment là tous mes compères se sont éclipsés l’un après l’autre « 
ZABA :  » C’est dramatique ça ! Ne me dis surtout pas que mes gorilles sont redevenus islamistes du jour au lendemain ? « 
Perez ajoute avec consternation :  » Selon un sondage préparé par un institut parisien, qui était de grande renommée avant le premier tour des élections françaises, plus il y a de morts en Palestine plus les mosquées sont pleines ! « 
Otto :  » Tout ça est de votre faute monsieur le président comment avez vous osé nommer un Ghannouchi à la tête du gouvernement, c’est une offense à la démocratie et une atteinte aux droits de l’homme ! « 
ZABA :  » Ma femme m’a dit, avant de se taire définitivement, que je suis très tolérant envers mes subordonnés mais cette fois je vais sévir et ils vont me le payer très cher cet accident de la Ghriba « 
Otto :  » Ce n’est pas un accident, c’est un attentat terroriste qui a fait coûté la vie à 3 personnes innocentes « 
ZABA :  » Trois ? Mais ils m’ont dit que 16 innocents ont laissés leurs vies ! « 
Otto :  » Les autres sont morts sous la torture aux locaux de la Dakhilia car ils ont refusé d’admettre que c’était un accident « 
ZABA :  » Ah bon ! « 
Zenaïdi :  » Eh oui, ils ont refusé de collaborer avec la justice tunisienne « 
Otto :  » Ce sont les risques du métier on ne va pas en faire un drame, de toute façon dans cent ans on sera tous morts « 
ZABA est terrorisé par l’idée qu’il va un jour ou l’autre mourir et décide de changer de sujet :  » Est ce que vous pensez qu’il faut encore dévaluer le dinar pour attirer d’avantage de touristes ? « 
Ab-Ab :  » Surtout pas ça, la dévaluation du dinar n’a pour effet que de nous attirer d’avantage de terroristes, de nos jours le tunisien est prêt a faire le kamikaze pour un Leblebi chez Oueld Ebbà « 
ZABA fait semblant de ne pas entendre et s’adresse à Perez :  » J’ai oublié de vous féliciter pour la rapidité avec laquelle vous avez maîtrisé le feu et effacé les traces de l’attentat à la synagogue mais je n’ai pas compris comment vous avez fait ? « 
Perez :  » On a pulvérisé de la chaux vive sur toute l’île à l’aide d’un Canadair israélien « 
ZABA :  » Ah bon ! « 
Perez :  » Eh oui, on a en plus découvert des câbles électriques sous la synagogue lors des opérations de déblaiement du terrain « 
ZABA :  » Et alors ? « 
Perez :  » Vu que la synagogue est vieille de 2500 ans ça prouve que les juifs ont inventé l’électricité « 
Ab-Ab ajoute :  » Nous aussi ont a fait des fouilles sous la mosquée de Jerba l’année dernière et on a rien trouvé « 
ZABA  » Et pourquoi tu me dis ça connard ? « 
Ab-Ab :  » Non c’était juste pour vous rappeler qu’on utilisait l’infrarouge et le sans-fil avant l’arrivée des juifs à Jerba « 
Otto :  » Je proteste c’est de l’antisémitisme ça, comment ose tu faire une allusion pareille ? « 
Ab-Ab :  » Ne te mêle pas de ce qui ne te regarde pas ! Nous aussi les tunisiens musulmans on était sémites avant le changement du 7 novembre 1987 mais ZABA a décidé sous la pression du lobby sioniste américain de n’octroyer ce privilège qu’aux juifs pour pouvoir faire souffrir le reste de la population sans l’intervention agaçante de la communauté internationale « 
ZABA :  » T’en fait pas Otto, Ab-Ab à des fois un sursaut d’orgueil chaque fois qu’il passe sa nuit à regarder Al-Jazeera et consœurs, il va se calmer et oublier dans quelques jours « 
Zenaïdi :  » Je vais vous raconter une histoire afin de détendre un peu l’atmosphère :
C’est une vipère qui croise une souris dans un tunnel tout noir… La vipère commence par tâter la souris :
– Heu tu as des poils partout, tu as de longues moustaches, tu as une longue queue… tu doit être un Arabe !
– Heu tu est tout froid, t’as pas de cheveux, t’as pas de couilles… tu doit être un Sioniste ! « 
Seguin :  » Sale raciste ce n’est pas une blague ça, c’est encore de l’antisémitisme ! Je vais te dénoncer à la Cour pénale internationale et tu seras son premier inculpé de l’histoire « 
Zenaïdi :  » Vas te faire voir par un psychiatre, je n’ai pas dis juif mais sioniste de toute façon tu n’es qu’une chèvre qui ne sais même pas faire la différence entre le Canal de Suez , la rue de la liberté à Tunis et Jerba « 
Perez :  » Et qu’elle est la différence entre eux selon toi ? « 
Ab-Ab intervient précipitamment  » Au Canal de Suez les juifs sont de l’autre côté, à la rue de la liberté ils sont des deux côtés et à Jerba, ils sont des quatre côtés. « 
Otto :  » Celle là est bonne, reste qu’à Jenine ils sont des 5 côtés si on compte le ciel aussi « 
Seguin :  » Tais toi nazi et vas prendre ton avion, j’espère qu’un kamikaze te conduira illico presto en enfer « 

Irrité par le langage ordurier et obscène de ses subordonnés ZABA décide unilatéralement de dissoudre pour la nième fois son gouvernement dans un bain d’acide chlorhydrique et de traduire tous les « responsables » devant le service d’embouteillage de la Dakhilia.

ettounsi de TUNeZINE
Tunis, jeudi 25 avril 2002.

http://site.voila.fr/tunezine/index.html

 
TRIBUNE PUBLIEE SUR LE DERNIER NUMERO DE REALITES :

Touche pas à mon Juif !

Par Bochra BelHaj Hmida*

Je sais à quel point il est difficile dans la conjoncture actuelle d’avoir les idées claires, de ne pas faire tous les amalgames. Mais essayons ensemble, malgré les crimes de Sharon, malgré la complicité des Etats-Unis, malgré la lâcheté de nos Etats, de ne pas nous tromper de combat.

Essayons parce que nous, militants et militantes des Droits humains, nous sommes différents, nos rêves ne sont pas les leurs, nous n’avons pas les mêmes références. Nous luttons pour un monde meilleur dans lequel nul ne peut être inquiété à cause de sa race, sa religion, son sexe, son ethnie, ses idées…

Il est impardonnable qu’on approuve par la parole ou par le silence toute atteinte à nos concitoyens juifs, à leurs biens ou à leurs lieux de culte. Nous sommes appelés à jouer pleinement notre rôle pour qu’ils se sentent en sécurité. Nous ne pouvons pas faire semblant de ne pas être au courant qu’ils vivent dans la terreur.

Les appels à l’assassinat des Juifs dans chaque pays arabe leur sont parvenus, mais ils n’ont pas entendu les autres voix, celles qui ne font pas l’amalgame entre les Juifs et les sionistes, entre une guerre de libération et une guerre de religions. Ces voix qui sont partout dans le monde mais qui ont du mal à se faire entendre parce qu’aujourd’hui il semble que seuls la haine, le racisme et la xénophobie ont droit de cité.

Mais n’est-ce pas contre ces maux que nous luttons et que nous crions haut et fort pour que cesse toute forme de racisme et de discrimination, quel qu’en soit l’auteur ou la victime.
Alors, aux Juifs tunisiens n’ont pas quitté la Tunisie malgré les tentations et les pressions, je dis tout simplement : ici c’est votre pays et personne n’est plus Tunisien que vous.

A tous et toutes celles qui essayent de justifier ou d’expliquer le racisme contre les Juifs, je dis tout simplement c’est trop facile d’être avec la foule, de surenchérir sur la cause palestinienne ; c’est facile de fermer les yeux sur les atteintes aux Droits humains au nom de la  » situation exceptionnelle « , au nom des priorités, au nom des atrocités, au nom des injustices.

Il est certes difficile d’être à contre-courant, d’oser dire que rien ne justifie le racisme, que les valeurs universelles sont inaliénables et de se sentir seul face à une opinion publique quasi unanime et une élite méconnaissable. Mais n’est-ce pas là le combat que nous avons choisi de mener ? Un combat difficile, long, souvent solitaire mais combien noble !

Alors secouons-nous tant qu’il est encore temps ! Rappelons que nous n’avons pas le droit à l’erreur, que nous paierons cher toute concession sur les Droits humains et sur les valeurs universelles car ces droits ne souffrent aucune exception.
Bien au contraire, ils sont plus exigibles et nous sommes plus crédibles quand nous revendiquons leur respect dans les circonstances les plus difficiles, et également pour nos adversaires et nos ennemis.

Si nous décidons de nous taire face à la montée du racisme, si nous acceptons que soient scandés des slogans non seulement racistes mais parfois même sanguinaires, cela veut dire que ce n’est pas nous qui allons  » changer le monde, mais c’est lui qui nous a déjà changés « .

*Avocate

 

Notre ami Omar KHAYYAM a bien voulu re-traduire pour les lecteurs de Tunisnews cet article publié par le journal allemand Frankfurter Rundschau . Pour être plus fidèle au texte original.

Merci à lui.

 

Aucune odeur d’enfer sur la plage ensoleillée

Le déluge de feu de Djerba est considéré maintenant comme un attentat –c’est officiel. Mais les touristes veulent qu’on leur épargne les détails.

par Axel Veiel (Er-Riadh, Djerba)

Une demi-douzaine de policiers, quelques barrières, c’est tout ce qu’il y a à voir. Rien de plus n’indique ici à la sortie d’Er-Riadh que l’enfer est passé par là. Même la présence de policiers et de barrière rappelle plus à un petit coin de villégiature qu’à une garnison qui monte la garde d’un lieu touché par les flammes de l’enfer. Des hommes, qui ont trouvé refuge dans l’ombre d’un olivier, sont accroupis devant l’entrée de la synagogue. Deux parmi eux ont l’air de somnoler, un autre homme est en train de lire, les autres causent et rigolent. En face d’eux, au bout de la rue menant au lieu de culte juif, les grillages ont la forme, plus ou moins, d’un carré qu’on peut contourner facilement. Le vent apporte des bruits d’enfants. C’est la fin des cours à l’école. Garçons et filles quittent la cour de l’école en courant vers la rue. Un des policiers dit que la synagogue va être réouverte aux visiteurs dans deux, trois jours et tout sera comme avant.

La majorité des victimes meurt quelque part plus loin, très loin d’ici. Elles succombent à leurs brûlures dans un pays lointain, l’Allemagne. Ici sur l’île de Djerba, une île qui vit, presque exclusivement, du tourisme, les gens veulent tirer un trait sur le passé, refouler oublier. Certes, le fait que, dix jours auparavant, un chauffeur kamikaze se fasse sauter en l’air avec son camion plein de bonbonnes à gaz, provoquant la mort de 17 personnes, ne peut plus être expliqué par un accident, comme le laissaient entendre les autorités au début. Mais, pour les habitants du lieu, comme lors d’un accident, la tragédie ne concerne que ceux qui ont eu le malheur d’être impliqués dans l’attentat. Et exactement comme dans le cas d’un accident de voiture, les riverains pensent que le prochain accident de la route n’aura certainement pas lieu devant chez eux.

La Tunisie est une terre de tolérance, c’est ce qu’a déclaré le président Ben Ali après l’attentat. La tolérance de ses concitoyens envers les gens d’autres confessions n’était-elle pas jusqu’ici exemplaire? Juste en face de la synagogue d’el-Ghriba brillent les coupoles blanches d’une mosquée baignée par le soleil de midi. « Maison de prière musulmane », c’est ce qu’on peut lire sur une pancarte placée à côté du portail. Ces pancartes n’ont de sens que dans les lieux où existent des maisons de prière appartenant à d’autres confessions. Jusqu’ici, des milliers de Juifs d’Afrique du Nord se sont déplacés chaque année à Djerba pour célébrer les Pâques juives, et ont longé les murs de cette mosquée.

Les pèlerins vont-ils revenir? L’imam de la mosquée en est convaincu. L’homme de religion, ferme bruyamment la porte en fer encastré, regarde en direction de l’énorme silhouette du temple juif, à la forme carrée et dont l’architecture diffère de celle de la mosquée. Il pointe du doigt l’amas de gravats et de sable devant la synagogue et dit : « Les travaux de rénovation sont presque achevés. » Rénovation? Les ouvriers ne sont-ils pas en train d’éliminer les traces de l’incendie? Non, dit l’imam, ce sont des travaux de rénovation prévus depuis longtemps.

Mais quelqu’un a perturbé la marche collective vers la normalité. Otto Schily est arrivé lundi, pour rendre hommage aux victimes et poser des questions incongrues. Deux actes qui ont indisposé ses hôtes. Le ministre l’a, d’ailleurs, remarqué. Il avait dû déposer le bouquet de fleurs, préparé en l’honneur des victimes, contre un grillage rouillé placé à l’entrée de la synagogue, loin du lieu de l’explosion. A l’intérieur du lieu de culte, il a vu des braves artisans à l’oeuvre perchés sur des échelles ou des échafaudages. Le chef de la communauté juive, Perez Trabelsi, lui expliquait les insignes, lui traduisait les inscriptions murales et lui donnait des explications sur le calendrier juif. Malgré l’empressement de Trabelsi, l’hôte de Berlin a réussi quelques fois, à évoquer « le terrible événement « . « Le véhicule se trouvait où? » a-t-il demandé ou encore: « Le feu est parvenu jusqu’où? »

Seulement pendant son entrevue avec le président Ben Ali à Tunis, que les choses étaient tirées au clair, derrière les portes fermées du palais. Après cette entrevue, le responsable allemand était en mesure de déclarer, en son nom et même au nom du chef de l’Etat tunisien: « La certitude fait maintenant place aux doutes quant à la thèse de l’attentat. » Schily a dit aussi, clairement, que l’enquête resterait entre les mains des enquêteurs tunisiens. L’enquête se fera dans le calme, sans trop de détails pour ses concitoyens et pour les touristes, dans le but de ne pas nuire à l’image du pays où règne une paix céleste au milieu d’un Maghreb agité par les troubles.

Plusieurs touristes à Djerba ne veulent pas qu’on la joie des vacances soi troublée par des souvenirs insupportables. Dans l’hôtel Royal Garden Palace les touristes se précipitent, comme toujours, vers la plage, la piscine ou le buffet. De vendeurs ambulants déambulent entre les corps luisants oints par la crème de bronzage et offrent aux touristes des plants de palmier ou des roses du désert. L’attentat à la synagogue n’est pas à l’ode du jour. « Si nous nous laissons influencer par de tels actes, nous ne pourrions plus aller nulle part », dit une touriste qui jouait aux pétanques Tous les présent acquiescent. Selon elle, la Tunisie est un pays pacifique, accueillant. Elle assimilerait l’attentat, plutôt, à un crash d’avion, qui pourrait se passer n’importe où dans le monde, même à Djerba.

Brigitta Göring, aussi, trouve cet attentat « absolument atypique pour ce pays, où le mode de vie occidental a pu s’intégrer mieux qu’ailleurs au Maghreb ». Ce qui irrite cette touriste de Francfort « c’est la politique de camouflage adoptée après l’attentat ». Mais, cette Allemande essaye d’être compréhensive. Si le tourisme disparaît à Djerba, ce serait comme si l’île était engloutie par la mer, pense cette femme de 68 ans. S’il y a un autre attentat . . ., a-t -elle ajouté, absorbée par ses pensées, laissant ouverte la question de ce qui se passerait alors.

Mais il n’y aura pas d’autre attentat, le coiffeur d’Er- Riadh en est sûr à 100%. « Car, il y un peu de police partout en Tunisie », C’est ce qui explique la certitude de ce jeune homme 26 ans, aux cheveux bouclés. Alors comment expliquer que le premier a pu avoir lieu? L’homme au tablier blanc dit qu’il n’a jamais entendu parler d’un attentat et qu’il n’était pas prêt à en parler. Puis il ajoute, en souriant, qu’en Tunisie il vaudrait mieux ne rien entendre, ne rien dire, car il y a un peu de police partout en Tunisie.

Pourtant, il dit quelque chose. La faute est au journal Le Quotidien, lu et relu par ses clients et laissé sur l’un des deux fauteuils de son salon. Presque la moitié du journal est consacrée qux souffrances des Palestiniens. Les photos du journal montrent des corps déchiquetés, des yeux d’enfants qui reflètent toutes les horreurs de la guerre, des femmes qui essayent d’évacuer des blessés ou des corps en lambeaux.

Ce que font les Israéliens révolte même quelqu’un comme lui, dit le coiffeur, qui tient à la tolérance religieuse. Même un Chrétien doit être révolté par ça. Chacun réagit à sa manière à cette situation pleine de souffrances et d’injustice. Il dit qu’il a donné son sang aux Palestiniens à l’hôpital de Houmt Souk. Sa sœur a fait un don en espèces. « Et peut être », ajoute t-il, « en voyant ces images, un islamiste perd-t-il la raison et sème-t-il la pagaille. »

(Source :

http://www.f-r.de/fr/spezial/2048/ )

 

Tunisie : pour sortir de la dictature

Aziz Krichen

*

 

Nous sommes nombreux, depuis les années soixante, à avoir combattu et à continuer de nous battre pour la liberté et la démocratie. Beaucoup ont payé un lourd tribut à leur engagement : prison, torture, privation de droits, interdits professionnels, séparation familiale, marginalité, exil… Nous savions pourtant, ou nous avions fini par comprendre, que le désir d’émancipation restait une réalité minoritaire dans la société – non seulement en termes politiques, mais aussi culturels, moraux, psychologiques. Dans ces conditions, notre itinéraire historique ressemblait à une sorte de longue marche, ponctuée de flux et de reflux, sans perspective prévisible de victoire, du moins à l’échelle des générations actuelles.

Depuis 40 ans, le mouvement démocratique connaît ainsi des périodes d’essor et de recul, en raison d’un rapport de force inégal, mais sans cesse fluctuant. Aujourd’hui, les événements semblent reprendre une tournure positive. De nouveaux secteurs, de nouveaux agents commencent à rallier l’action, certains pour la première fois : des journalistes officiels, des magistrats, des syndicalistes, des dirigeants d’entreprises. Tout cela suggère un nouvel approfondissement de la lutte et fournit, par conséquent, de nouvelles raisons d’espérer. Que convient-il de faire dès lors ? Consolider ces acquis inédits ? Ensuite, comme d’habitude, préparer au mieux la prochaine étape, inévitable, de tassement ?

Je crois que les choses se présentent autrement cette fois. Le contexte actuel est marqué, en effet, par des données qui peuvent tout modifier. L’histoire avance par bonds, en opérant des ruptures qualitatives, apprenait-on dans notre jeunesse. Ma conviction est que nous nous trouvons devant un tel cas de figure. C’est la raison pour laquelle, malgré l’éloignement, j’estime de mon devoir de rendre publiques ces quelques réflexions. J’en attends un échange approfondi, une confrontation fraternelle des points de vue.

L’élément central de l’analyse se rapporte au nouveau mandat brigué par Ben Ali, pour ouvrir la voie à une présidence à vie. Cette question ne fait pas qu’introduire un facteur supplémentaire de tension, elle constitue une opportunité formidable. Elle transforme la donne politique. Pourquoi ? Parce que, pour la première fois depuis 1956, elle pose un redoutable problème de légitimité. En Tunisie, depuis longtemps, l’arbitraire est la règle des gouvernants. Ce n’est donc pas de cela qu’il s’agit. L’illégitimité va bien plus loin que l’illégalité. Elle est synonyme de scandale absolu, de cassure irréparable du contrat par lequel la population accepte de se soumettre aux autorités. Elle indique que les limites du tolérable sont franchies. En cela, elle peut susciter des réactions imprévisibles, passionnelles, une véritable fureur populaire, potentiellement mortelle pour le pouvoir en place parce qu’incontrôlable.

La mascarade de la modification constitutionnelle, qui conféra la présidence à vie à Bourguiba en 1974, était profondément choquante du point de vue de la légalité républicaine. Bourguiba, «père de la nation», «fondateur de l’Etat moderne», ne fut cependant pas perçu comme un imposteur. Si ses accommodements avec le droit ne lui valurent pas un surcroît de considération de la part des intellectuels et de la jeunesse, ils n’entamèrent pas vraiment son crédit aux yeux de la grande majorité des citoyens. Le coup de force du 7 novembre 1987 s’inscrit dans la même lignée. Il n’était pas légal, malgré tous les artifices «médicaux» dont on chercha à l’affubler. Arrachant le pays à une situation de fin de règne lourde de périls, opéré sans effusion de sang, le putsch fut généralement accueilli avec un certain soulagement, voire
quelque gratitude. L’espèce de ferveur dont le Premier ministre félon bénéficia dans les mois qui suivirent la déposition le prouve abondamment.

Fruit d’une réforme constitutionnelle de convenance, le troisième mandat de 1999 créait, à cet égard, une difficulté sérieuse. L’initiative restait malgré tout justifiable. En un sens, chacun semblait admettre que Ben Ali n’était pas encore prêt. Le troisième mandat devait lui permettre de trouver un successeur, de manière à assurer une passation sans drame. Différents scénarios avaient été mis au point, y compris parmi les principales chancelleries, et des noms de dauphins éventuels commencèrent à circuler. Légalement, d’ailleurs, le mandat supplémentaire de cinq ans ne s’inscrivait pas dans une optique d’accaparement indéfini du pouvoir. C’est pour cela que la réforme en question s’était bornée à introduire un troisième mandat, et non à mettre en cause le principe de leur limitation.

Avec le quatrième mandat, l’opération change de nature. Ben Ali ne veut plus s’en aller. L’homme qui déclarait, à l’aube du 7 novembre 1987, que le peuple tunisien était «trop évolué pour tolérer une présidence à vie, fût-elle confiée à un fils illustre», lui-même, qui n’a rien d’illustre, tombe maintenant le masque et se donne à voir pour ce qu’il est réellement : un vulgaire aventurier, sans parole et sans honneur. Le seul titre de légitimité dont il pouvait se prévaloir, à l’intérieur et à l’extérieur, provenait de cette déclaration d’intention, lue à la radio quelques heures après le putsch. En la bafouant, il détruit du même coup, et à jamais, le cadre politique et moral qui validait sa présence à la tête de l’Etat. Les ressorts de la légitimité ne relèvent ni des élections ni du droit, mais d’une espèce de justice immanente. Il était juste, selon cette logique, de déposer Bourguiba et, par conséquent, juste de le remplacer. Si le renversement n’a plus de sens, alors le maintien au pouvoir de Ben Ali ne peut en avoir. Son autorité devient illicite et lui-même un usurpateur.

Ben Ali ne veut plus partir. La tragique ironie de l’affaire vient de ce qu’il ne veut plus s’en aller parce qu’il ne le peut plus. Cette impossibilité résulte du type de régime qu’il a installé. Ben Ali est pris là-dedans sans échappatoire possible. Il ne peut pas se représenter et il ne peut pas ne pas se représenter. Parce qu’il n’est pas en mesure de s’appuyer sur un vrai groupe dirigeant, disposant d’une vraie idéologie
dominante. Parce que son pouvoir n’est rien d’autre que la tyrannie d’un homme et de son clan, maintenue en place depuis 14 ans par des méthodes de banditisme d’Etat. Ne serait-ce que pour des raisons de sécurité, il ne peut avoir confiance en personne pour accepter de se retirer.

Je prendrai une comparaison pour fixer les idées. Les dictatures «classiques» que le dernier siècle a connues – communistes, fascistes, nationalistes – n’excluaient pas le pouvoir personnel. Mais, autour du chef, et parfois au-dessus de lui, il y avait un collectif, un groupe de dirigeants, qui veillaient à la perpétuation du système. Lorsque le «numéro 1» avait fait son temps ou que, pour tel ou tel motif, il ne faisait plus l’affaire, il était remplacé, et le groupe dirigeant se chargeait de mettre en selle le nouveau promu et d’asseoir son autorité. Ces moments de transition étaient toujours délicats et, comme tels, redoutés. Les techniques existaient, cependant, et le changement pouvait finalement s’avérer profitable. De son côté, le leader remplacé pouvait compter sur la solidarité du groupe, pour veiller à sa sauvegarde et lui
assurer un train de vie digne de son rang. De temps à autre, lorsqu’un contexte particulièrement critique l’exigeait, on pouvait être tenté d’en faire un bouc émissaire et le donner en pâture pour soutenir la légitimité du remplaçant. Le métier de dictateur n’est jamais totalement sans risques. En général, toutefois, on ne cédait pas facilement pas à ce genre de tentation. Les groupes dirigeants sont tenus de veiller au sort de tous leurs membres, parce que chacun pense d’abord à ce qui pourrait lui arriver, s’il se trouvait lui-même projeté sur le devant de la scène.

On comprend mieux, sous cet éclairage, le piège dans lequel s’est enfermé Ben Ali. Depuis son accession au pouvoir, il a brisé toute autorité ne provenant pas de lui. Dans l’exécutif, au parlement, dans le parti, les syndicats, l’armée, la justice, la presse, l’administration, etc., tous les rouages sont régulièrement purgés. De sorte qu’il est littéralement entouré aujourd’hui par un néant d’hommes et d’institutions. Sans groupe dirigeant pour le soutenir, son leadership apparaît également dépourvu de toute forme d’idéologie dominante, cet ensemble de valeurs et d’éléments culturels et psychologiques qui servent à cimenter une élite au pouvoir, tout en la soudant à une fraction significative de la population. Pour couronner le tout, Ben Ali s’est de plus en plus appuyé sur son clan familial. Pour assurer son enrichissement, celui-ci a achevé d’isoler son chef de file en pillant, de façon planifiée, non seulement les ressources publiques, mais aussi les biens et la fortune des possédants non-membres du clan. Tous les moyens ont été jugés bons dans cette vaste entreprise de spoliation : l’utilisation de la force publique contre les récalcitrants comme le recours aux procédés les plus crapuleux.

Racket, violence, chantage, contrebande, commissions occultes, marchés truqués, prises de participations forcées, c’est en effet avec de telles méthodes que Ben Ali et les siens ont organisé leur main-mise sur le pays. Il n’est pas étonnant qu’ils soient aujourd’hui à ce point exécrés par la population et le régime aussi peu considéré par la communauté internationale. (Le propre frère du Président a été impliqué dans une sombre affaire de trafic de drogue en France, il y a quelques années. De retour à Tunis, il aurait été abattu, selon la rumeur publique, par un tueur venu de Sicile.) Devant pareille situation, on comprend aisément que n’importe qui, choisi par Ben Ali pour lui succéder, n’hésiterait pas un instant, une fois intronisé, à dénoncer son bienfaiteur. Pour détourner sur lui la colère populaire et tenter de bâtir, sur cet exorcisme, sa propre autorité. Quelles que soient les illusions que l’on peut garder sur la gratitude humaine, un tel dénouement est couru d’avance. Ben Ali, qui n’est pas naïf, ne peut s’y tromper*.

C’est pour cela qu’il se représente. Pour cela qu’il ne peut pas ne pas se représenter. Commandée par des impératifs de survie personnelle et non par les intérêts stratégiques d’un groupe dirigeant inexistant, cette fuite en avant n’est pas réellement soutenue dans l’appareil d’Etat – malgré les efforts maladroits de la propagande pour donner le change. On peut même ajouter que l’initiative est, sinon combattue, du moins insidieusement sabotée par différents secteurs, dont les membres doivent estimer que leurs privilèges seraient mieux défendus sans lui qu’avec lui. Certaines manifestations «démocratiques» actuelles, pour le moins inhabituelles, ne s’expliquent pas autrement. Nous entrons ainsi dans une période où l’assise du pouvoir est appelée à se réduire sans cesse.

Face à cette évolution en peau de chagrin, Ben Ali est contraint de multiplier les tentatives intempestives de remise en ordre. Ce qui a pour effet automatique d’accentuer son isolement, en donnant à ceux dont il
piétine les intérêts ou le prestige social, des arguments supplémentaires pour vouloir se débarrasser de lui. On observe, notamment depuis le décès de Bourguiba en 1999, divers indices dans ce sens, en particulier dans l’armée et parmi les milieux d’affaires. Même quand il est obligé de lâcher du lest, cela se retourne également contre lui, parce que c’est perçu comme une preuve de faiblesse, qui encourage de nouvelles oppositions.

Telles sont les caractéristiques du cadre politique : un pays humilié, supportant de plus en plus mal de vivre sous le joug ; une autorité illégitime, rejetée par la population, isolée y compris parmi les possédants. Tout laisse penser que ces tendances vont aller en s’aggravant d’ici la date butoir de 2004. Dans cette optique, l’enjeu ne réside plus seulement dans le départ d’un despote doublé d’un voyou, mais, plus radicalement, dans un changement de régime, dans la sortie de la dictature.

Ben Ali donne l’impression aujourd’hui de concentrer tous les leviers de commande entre ses mains. En apparence, il est tout-puissant ; en réalité, sa position n’a jamais été aussi incertaine et précaire. Une transition politique peut être engagée sans que la totalité des conditions sociologiques et culturelles du changement aient été réunies au préalable. Il faut, pour cela, identifier le maillon faible : en le brisant, on met la chaîne entière hors d’usage. La mise en échec de Ben Ali peut provoquer l’effondrement du système totalitaire en vigueur depuis l’indépendance. Cette mise en échec peut entraîner une dynamique qui rende inconcevable le retour au passé, la domestication de la société par l’Etat, la confiscation des libertés par un parti unique, la dégénérescence de la dictature en pouvoir personnel…

L’Histoire ouvre une brèche devant les Tunisiens. Faut-il encore qu’ils sachent s’y engouffrer. Tout dépendra, en fait, de la façon dont les événements seront perçus par la population, notamment les forces politiques ; tout dépendra de leur détermination, leur capacité à surmonter la répression, leur constance et leur lucidité. Tout dépendra, en particulier, de la compréhension de la stratégie à développer : isoler au maximum Ben Ali en ne s’attaquant qu’à lui ; rassembler l’ensemble de ceux qui peuvent trouver un avantage à son départ, même s’ils ne s’accordent que sur ce point. En caricaturant, on dira qu’il faudra parvenir à réaliser l’union de tous contre un seul, la levée en masse du peuple contre le tyran prédateur. C’est la condition sine qua non de la victoire. Comme c’est la meilleure garantie de préserver la paix civile.

Considérons à présent la situation de l’opposition. En raison de la pression incessante de la violence policière, à cause aussi de l’absence de perspectives que cette violence favorise, l’opposition montre de nombreux signes de fragilité. Et, corollaire de sa faiblesse, elle est morcelée et divisée.  Elle est divisée et morcelée par les classes d’âge, les origines sociales, les références culturelles et les idéologies politiques. Elle souffre notamment d’une division majeure entre démocrates laïcs et militants islamistes. Il semble évident que si les choses devaient rester en l’état, rien de décisif ne pourrait se produire. Mais elles ne peuvent pas rester en l’état. Le rassemblement de l’opposition paraît inéluctable et, avec lui, son renforcement.

Le rapprochement des laïcs et des islamistes entraînerait des transformations considérables dans la scène politique nationale. Séparés, ni l’un ni l’autre camp ne peuvent prétendre sérieusement inquiéter Ben Ali. Réunis, c’est une autre affaire : leur poids commun est largement supérieur à l’addition de leurs forces respectives. Leur unité aurait une valeur symbolique de première importance. D’une certaine manière, en reliant islam et modernité, elle scellerait la réconciliation du pays avec lui-même. Elle rouvrirait le champ des possibles. Redonnant confiance à la jeunesse, elle ferait reculer la peur et la résignation, permettant la mobilisation de la population et son entrée dans l’action.

Les conceptions et l’état d’esprit du mouvement islamiste tunisien ont beaucoup évolué depuis 10 ans. On n’y trouve plus, en particulier, de courants organisés, partisans du recours à la force. Restent de lourdes divergences en termes de projets de société. Il ne s’agit pas aujourd’hui de les gommer artificiellement ni d’essayer, pour un camp, de se subordonner l’autre. Il est simplement question d’agir de concert pour abattre la tyrannie et instaurer le pluralisme. Je sais bien que les discours ne suffisent pas en la matière. Mais je sais aussi que la vie réelle ne s’épanouit pas sans prise de risque. Quoi qu’il en soit, le travail unitaire n’interdit pas les mesures de précaution.

La lutte engendre l’unité, parce que l’efficacité en dépend. Depuis deux ans, de réels progrès ont été réalisés sur ce terrain. Il reste à passer du niveau humanitaire au domaine proprement politique.  L’unité est
le seul moyen de peser et d’espérer obtenir que la société se lance à son tour dans le combat. L’opposition est désormais présente sur tout le territoire national. On retrouve des adversaires au régime non seulement à Tunis et dans les grandes villes côtières, mais jusque dans les plus petites bourgades de l’intérieur. On peut donc raisonnablement estimer que, dans les prochains mois, les différents groupes et mouvements vont poursuivre leur renforcement interne, affermir leurs identités – et en même temps se rapprocher les uns des autres. En rejetant sans doute quelques outrances symétriques, qui peuvent avoir un sens quand on se situe dans le pur témoignage, mais deviennent nocives et irresponsables quand il s’agit de traduire des orientations en activité politique pratique.

D’ailleurs, le problème n’est pas tellement d’élaborer un programme commun, que de garantir le minimum indispensable de coordination et d’unité d’action. Le but est de barrer la route à Ben Ali, d’exprimer, contre lui, un rejet unanime et universel. Mais l’union par la négative ne suffit pas. Il faut donner un contenu positif à la démarche et, pour cela, proposer une alternative. Si l’on a bien intégré la nécessité d’isoler l’adversaire, on comprend le besoin de réaliser contre lui le rassemblement le plus large. Il faut opposer à une candidature solitaire et illégitime, une candidature légitime, soutenue massivement par le pays. Il s’agit, par conséquent, d’opposer à Ben Ali une seule candidature, une candidature unique non seulement de l’opposition, mais de la société tout entière.

Nous en avons plusieurs à notre disposition aujourd’hui, déclarées de façon plus ou moins explicite. Dans l’état actuel des choses, cette diversité ne présente pas de graves inconvénients. A la limite, elle revêt même un certain avantage, puisqu’elle peut permettre de fractionner les représailles. Mais à l’approche de l’échéance de 2004, le pays devra offrir un front soudé. Et il faudra bien que l’on y parvienne. La candidature alternative unique jouera un rôle capital dans la  mobilisation populaire. Sa crédibilité dépendra de l’ampleur des soutiens qu’elle recueillera au-dedans et au-dehors. C’est la raison pour laquelle elle devrait provenir des rangs de l’opposition démocratique et laïque.

Les conseillers de Ben Ali voudraient faire entériner le quatrième mandat par une opération référendaire, une sorte de plébiscite fascisant. Initialement, le référendum était prévu pour le premier semestre 2003. Il
semble à présent qu’on veuille en avancer la date, pour profiter sans doute de ce que la politique mondiale est focalisée sur les développements de la crise au Proche-Orient. Ce changement de calendrier doit nous pousser à accélérer nos propres préparatifs. En dehors du travail d’explication interne, pour voter massivement non au référendum, il est essentiel de déjouer la manœuvre sur le plan extérieur, spécialement aux Etats-Unis et en Europe. Il faudrait parvenir à convaincre le plus grand nombre de gouvernements de dénoncer le caractère antidémocratique du procédé et demander, à titre préventif, la présence d’observateurs durant la consultation. L’objectif, ici, n’est pas de laisser l’étranger arbitrer entre Tunisiens, mais de marquer la défiance de l’opinion publique nationale et internationale à l’égard d’une dictature qui ne vit que
de fraude et de tricherie. La campagne du référendum doit servir de répétition générale à la campagne présidentielle. Plus Ben Ali sortira discrédité du premier acte, moins il aura d’arguments à faire valoir au second.

L’échéance de 2004 concerne l’élection présidentielle et les élections législatives. S’agissant des législatives, il est compréhensible que chaque courant d’opposition  cherche à se compter, à renforcer son influence, à inscrire un rapport de force favorable à son projet spécifique. C’est la loi de la démocratie et il n’y a là rien de répréhensible. Il faudra cependant prévoir des candidatures d’union partout où cela sera nécessaire et, surtout, prendre les dispositions nécessaires pour être présent dans l’ensemble des circonscriptions électorales et des bureaux de vote. La présence d’observateurs et de contrôleurs étrangers devra être requise systématiquement.

Mais, encore une fois, le combat principal, c’est l’élection présidentielle, pour faire barrage à l’imposteur. Le programme alternatif pour cette consultation devrait être à la fois modéré et ferme dans son inspiration. Il devrait être modéré pour rallier tous les groupes sociaux et tous les courants politiques. Il devrait être ferme pour assurer une transition irréversible vers la démocratie : amnistie générale, liberté d’organisation et d’expression, liberté d’opinion et de conviction religieuse, égalité des droits entre hommes et femmes, liberté d’entreprendre, droit de propriété, indépendance de la justice, neutralité de l’administration. Sur le plan extérieur, il faudrait définir une diplomatie au service du développement national, soucieuse des intérêts du monde arabe et qui ancre définitivement le pays dans le camp de la liberté, à travers un partenariat politique renforcé avec l’Union européenne – en s’inspirant, par exemple, des mesures prises par le Portugal après la révolution des Oeillets. La nouvelle équipe présidentielle devrait pouvoir assurer cette transition avec toute la vigueur nécessaire et avoir la capacité de neutraliser les obstacles qui se dresseraient sur son chemin.

Comme le pire, le meilleur n’est jamais certain. L’analyse qui précède trace une sorte de trajectoire idéale maximale. Rien, aujourd’hui, ne peut encore permettre de dire ce qui va réellement se produire.
L’issue, de toute façon, dépendra des Tunisiens, de ce qu’ils feront, de ce qu’ils oseront, des risques qu’ils consentiront. Tout a un prix. Les Tunisiens obtiendront ce qu’ils accepteront de payer par leurs luttes et leurs sacrifices.

Dans la mesure où l’opposition s’unifie et parvient à entraîner la population dans le combat, nul ne peut prévoir à l’avance les péripéties de l’affrontement. Le départ de Ben Ali peut être arraché avant, pendant ou
après les présidentielles. Lorsque l’on étudie les expériences analogues vécues dans d’autres pays – en Asie, en Europe de l’Est, en Amérique latine -, on constate que les scénarios de sortie de crise sont
multiples. Ben Ali peut s’enfuir ; certains de ses lieutenants peuvent chercher à négocier son retrait ; l’armée ou d’autres forces de sécurité peut estimer nécessaire d’intervenir, dans une tentative de rééditer
le coup de novembre 1987. Comment se comporter en pareilles circonstances ? Se satisfaire du départ du dictateur et laisser faire ceux qui le remplacent, on sait déjà que cela ne débouche sur rien de bon. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut jamais négocier. Mais simplement qu’il ne faut pas lâcher la proie pour l’ombre. Il s’agira de maintenir la pression populaire jusqu’au bout : des élections libres et la fin de notre
minorité politique. Si le cap est maintenu, personne ne volera sa victoire au peuple.

Aziz Krichen
Janvier 2002

* Ce texte à été publié sur la liste Maghreb des Droits de l’Homme le 26 avril 2002. M. Aziz Krichen est l’une des figures importantes de la gauche tunisienne dans les années 60. Il a été emprisonné sous Bourguiba. Il est le frére de M. Ziad Krichen, journaliste au Maghreb et à Réalités

 

بولعراس : القمة المغاربية نهاية حزيران

 

رشيد خشانة

اكد الامين العام لاتحاد المغرب العربي السد حبيب بولعراس انه (يجري حالياً الاعداد لقمة مغاربية في الجزائر في اواخر حزيران (يونيو) المقبل), بعد ارجائها مرات عدة بسبب خلافات جزائرية – مغربية على تسوية النزاع على الصحراء الغربية.
وقال بولعراس الذي كان يتحدث امس في ندوة اقامتها مجلة (حقائق) التونسية ان (الهيئات المغاربية تسعى الى البقاء على قيد الحياة على رغم الشلل الذي اصاب الاتحاد منذ ســـبعة اعوام), ملاحظاً ان (كل بلد يحاول الحفاظ على الهيئة التي يوجد مقرها فيه), الا انه اشار الى ان (تونــس والمغرب هما الوحيدان اللذان استمرا بدفع حصتيهما في موازنة الاتحاد).
ولـــم يجتـــمع مجـلس الرئاسة المغاربي منذ العام 1995. وكـان مقــــرراً عقــــد قمـة في نهاية العــــام الماضي الا انها أُرجئت.
وقال بولعراس الذي تسلم الامانة العامة في مطلع آذار (مارس) الماضي انه رأى (انتعاشة في الهياكل المغاربية منذ ثلاثة عشر شهراً), موضحاً ان 24 اجتماعاً رفيع المستوى, بينها اجتـماعان لوزراء الخارجية, عقدت خلال الفترة الماضية. واعرب عن اعتــقاده بأن (العـــنصر الخارجي) خصوصاً العلاقات مع الاتحاد الاوروبي, لعب دوراً مهماً في احياء الاتحاد اضافة الى تحسين العلاقات الثنــائية بين اعضائه.
واشار الى وجود (مشاريع استراتيجية) جاهزة للتنفيذ على الصعيد المغاربي لكنها لم تبصر النور بسبب الخلافات السياسية ومن ضمنها مشروع وحدة جمركية.
وانتقد قاعدة الاجتماع التي تم تكريـــسها في البيان التأسيسي للاتحاد العام 1989. وحض على (تليينها) ورأى ان احد العــــوائق الرئيسية امام تقدم الاتحاد يتمثل بحصر صلاحية اتخاذ القرارات بمجلس الرئاسة واقترح تحويل بعض صلاحياته الى الهيئات الاخرى خصوصاً مجلس وزراء الخارجية.

(نقلا عن صحيفة الحياة اللندنية ليوم 26 أفريل 2002)

 
 

تونس تحض رجال الاعمال البريطانيين على الاطلاع على فرص الاستثمار في البلاد

في اطار موسم تونس في لندن, نظمت السفارة التونســـية في المـــملكة المتــحدة بالتعاون مع الوكالة التونســية للاستثمار الخارجي, ندوة حــــول (فرص الاسـتثمار والشــــــراكة في تونس) أول من امس في مقر غرفة التجارة والصناعة في لندن.
واشرف على افتتاح هذه الندوة حمودة حمدي, كاتب الدولة لدى وزير التعاون الدولي والاستثمار الخارجي في حضور سفير تونس في المملكة المتحدة خميس الجهيناوي وعدد من رجال الاعمال ومستثمرين بريطانيين.
وتحدث حمدي عن مناخ الاستقرار السائد في تونس وما يوفره من تشجيعات وحوافز لاستقطاب الاستثمار الخارجي, منوهاً في هذا المجال بالتطور المشجع الذي يشهده الاستثمار البريطاني في تونس, وما يعرفه التعاون الثنائي من حيوية في مختلف الميادين.
كمـــا دعـــا كاتب الدولة رجال الاعمال البريطـــانيين الى المبادرة في تكثيف الزيارات لتونس للاطلاع عن كثب عما يوفره الاقتصاد التونسي من فرص الشراكة والاستثمار, مذكراً في هذا الصدد بوجود اكثر من 2300 شركة اجنبية متمركزة حالياً في تونس وان هذا العدد يتطور كل سنة.
تجدر الإشارة الى ان 70 شركة بريطانية تعمل في تونس برأس مال يقارب 500 مليون جنيه استرليني (720 مليون دولار) وتشغل اكثر من 8000 تونسي, فضلاً عن مشروع شركة (بريتش غاز) في ميدان الطاقة وهو أكبر مشروع اجنبي في تونس من حيث الحجم والتمويل.

(نقلا عن صحيفة الحياة اللندنية ليوم 26 أفريل 2002)

 

Fitch affirms ratings for Tunisia

 The following statement was released by the ratings agency).

LONDON, April 25 – Fitch Ratings has today affirmed Tunisia’s ‘BBB’ Long-term foreign currency rating. The Long-term local currency rating is also affirmed at A-, and the Short-term at F2. The Outlook on the Long-term ratings is Stable.

Tunisia continues to deliver robust and sustainable growth, combined with low inflation and gradual fiscal consolidation. Structural reform remains slow, but with clear direction, and recent economic diversification and industrial restructuring are beginning to pay dividends. Political risk is low, and a proposed constitutional amendment later this year should allow President Ben Ali to stand for a fourth and final term, pushing the issue of political succession and transition back to the end of the decade. While financial and trade integration with Europe presents major challenges, the government is already well advanced with the reforms necessary to address these issues.

Fiscal consolidation remains a priority in view of general government debt that is well above the ‘BBB’ rating median. A further reduction of the budget deficit should be possible in 2002, while the government will also start to run a small primary budget surplus. Together with robust economic growth and low real interest rates, the general government debt stock should fall consistently as a share of GDP during the next several years. However, some fiscal challenges remain, including the need to rationalise a very high public wage bill and to offset the impact of declining import tariffs on government revenue.

Tunisia’s external economic position is comfortable, despite a larger than expected current account deficit in 2001 and an even further widening expected for 2002. A large part of the deficit is being financed with non-debt creating flows, while the country continues to have good access to bilateral and multilateral funding. Access to the capital markets is also good, aided by good credit fundamentals, a sustainable debt structure and servicing burden, as well as Tunisia’s unblemished debt servicing record. Tunisia has just raised USD650mn in a ten-year Global Bond, which received strong interest despite the terrorist bomb blast at the island of Jerba. This should allow the government to close its external financing gap for 2002. Foreign reserves are low by ‘BBB’ standards, but external liquidity has held up well through past stress tests.

The Outlook on the ratings is Stable as the country copes well with the effects of slow growth in Europe and the fallout in its tourism sector. The external financing outlook for this year is comfortable despite a large current account shortfall, while ongoing fiscal consolidation will both improve public solvency indicators and help raise domestic savings rates. Further moves up the rating scale will hinge on sustained fiscal consolidation and debt reduction, together with deeper structural reform. ((London Capital Markets +44 20 7542 7970, fax +44 20 7542 5285, jon.laycock@reuters.com))

© Reuters Limited.

 

Nette baisse du bénéfice prévu de Preussag au 1er trimestre


HANOVRE (Reuters) – Preussag, premier voyagiste d’Europe, démarre 2002 avec une nette baisse de son bénéfice et de ses ventes, particulièrement sur le marché allemand où les réservations d’été ont diminué de 8,5% par rapport à la même époque l’an dernier.

La firme, qui détient notamment l’agence de voyage britannique Lunn Poly et l’allemande Hapag-Lloyd, note « chez le touriste allemand un sentiment tangible d’insécurité qui pèse sur les prévisions de l’industrie du tourisme », a déclaré son directeur général Michael Frenzel dans un communiqué.

L’attentat contre une synagogue à Djerba en Tunisie, qui a tué onze touristes allemands, a créé une très mauvaise impression en Allemagne et pourrait retarder la reprise des réservations, a-t-il ajouté.

Près d’un million d’Allemands visitent la Tunisie chaque année et un grand nombre d’entre eux ont recours au voyagiste TUI, principale enseigne de Preussag.

En revanche, le marché se redresse nettement en Grande-Bretagne, constate Preussag, faisant écho au britannique P&O Princess Cruises où les réservations ont repris et le prix des billets est revenu presque à son niveau de l’an dernier.

Preussag, dont le bénéfice d’exploitation a augmenté de 9% à 811 millions d’euros l’an dernier et le C.A. de 2,6% à 22,4 milliards, attend un résultat du même ordre cette année seulement si la situation économique se redresse au second semestre. Mais « actuellement, nous ne pensons pas pouvoir atteindre le même résultat que l’an dernier », a poursuivi Michael Frenzel.

L’entreprise a porté de 40 à 160 millions d’euros son programme de réduction des coûts cette année. Son directeur financier Rainer Feuerhake a précisé que Preussag visait à réduire son endettement d’environ deux milliards d’euros d’ici un an, surtout par la vente d’actifs. La dette s’élève actuellement à 6,2 milliards.

L’agence britannique Thomas Cook, détenue par la compagnie aérienne Lufthansa et le détaillant KarstadtQuelle, a annoncé la semaine dernière qu’elle réduirait ses capacités de réservation et de vol de plus de 10% cet été, même si les réservations se redressent.

Sur ce point, Preussag se veut plus souple et n’a pris pour le moment aucune décision en matière de réduction des capacités. Il anticipe une baisse de 6% à 8% des réservations sur le marché allemand cette année, mais estime que ses propres réservations baisseront moins. « Nous réagirons rapidement si les réservations attendues pour l’été ne se concrétisent pas ces prochaines semaines », a dit Michael Frenzel.

Reuters

 
كم هو سهل ومريح التلويح بفوز « البعبع الإسلامي »! مبالغات ومغالطات عديدة في مقال تنشره اليوم صحيفة الشرق الأوسط حول موازين القوى السياسية في الجزائر عشية الإنتخابات البرلمانية:
لخدمة من يا ترى؟

 

الجزائر: خلافات داخل الأحزاب الوطنية قد تؤدي إلى فوز الإسلاميين بالأغلبية في الانتخابات


الجزائر: خضير بوقايلة
أبدى سياسيون جزائريون قلقا من الخلافات التي تضرب، منذ أيام، أقوى حزبين مقربين من السلطة الحاكمة، اعتقادا منهم أن ذلك من شأنه أن يزيد في حظوظ أحزاب التيار الإسلامي بالفوز بأغلبية المقاعد في البرلمان القادم. وحذر برلماني ينتمي إلى حزب جبهة التحرير الوطني، الذي يقوده رئيس الحكومة علي بن فليس، من «تمادي أطراف في دوائر الحكم من نفث سموم الخلاف وسط أحزاب التيار الوطني».

وأوضح نفس المصدر، في تصريح لـ«الشرق الأوسط»، أمس، من أن التململ الذي يطبع حزبه، بسبب الخلاف حول قوائم المرشحين للانتخابات البرلمانية المقررة يوم 30 مايو (أيار) القادم، «لن يعود إلا بالضرر على سمعة جبهة التحرير، ومن شأن ذلك أن يقلل حظوظنا في إحراز الأغلبية». ورغم أن نفس المصدر يعتقد أن الخلاف الذي يهز قواعد الحزب في مختلف المناطق «ليس بنفس الحدة التي تشهدها أحزاب أخرى»، في إشارة إلى التجمع الوطني الديمقراطي (حزب الأغلبية البرلمانية)، فإنه لم يخف قلقه من «استفادة الأحزاب الأصولية» من مخلفات النزاعات الداخلية في وسط أكبر حزبين في البلد.

ولا يستبعد وزير سابق وقيادي في التجمع الوطني الديمقراطي، الذي يتزعمه وزير العدل أحمد أويحيى، أن يفرز اقتراع 30 مايو القادم نتائج «مفاجئة أشبه بتلك التي أذهلت الرأي العام في فرنسا»، قبل أيام. وقال، في هذا الصدد، ان شبح الإسلاميين المتطرفين لم يبتعد عنا رغم الحرب التي تشنها الدولة ضدهم منذ عشر سنوات، ومن المحتمل جدا أن يخرج علينا هذا البعبع من عنق الزجاجة في الانتخابات التشريعية القادمة. خاصة في ضوء دعوة أهم شخصيات وأحزاب التيار الجمهوري إلى مقاطعة الانتخابات». ولا يتفق، نفس المسؤول الذي يقول إنه رفض الترشح هذه المرة، مع الرأي القائل إن «هناك محاولات من السلطة لتغليب كفة التيار الإسلامي وتحجيم حزب الأغلبية الحالية»، لكنه يشدد على أن «إصرار حكومة الرئيس (عبد العزيز) بوتفليقة على إجراء هذه الانتخابات في موعدها رغم مقاطعة منطقة القبائل وأقطاب التيار الجمهوري، من شأنه أن يؤدي إلى هذه النتيجة».

ووصل الأمر بالغاضبين على كيفية اختيار مرشحي التجمع الوطني الديمقراطي للبرلمانيات القادمة، إلى حد الإعلان عن إنشاء لجنة وطنية لإنقاذ الحزب من أيدي أمينه العام أحمد أويحيى. وبدأ أصحاب المبادرة، وأغلبهم من نواب الحزب في البرلمان، في التحرك من أجل تشنيع صورة كثير من المرشحين، ومن ذلك تسريب معلومات حول ماضي هؤلاء أو تورط بعضهم في قضايا أخلاقية أو متابعتهم أمام القضاء. كما حذر الغاضبون على أويحيى من مغبة تقزيم حجم تمثيل التجمع الوطني الديمقراطي. ويعاتب هؤلاء الأمين العام للحزب على سوء تسييره وذهبوا إلى حد اتهامه بما وصفوه بجر التجمع نحو التفكك الحتمي، اعتقادا منهم أنه «يطبق خطة محكمة أملتها عليه جهات في دائرة القرار تعتقد أن دور حزبنا يجب أن ينتهي».

من جهة أخرى، أعلن الأمين العام لحركة النهضة الإسلامية الدكتور لحبيب آدمي، أمس، أنه لا يمانع في تأجيل الانتخابات البرلمانية، إذا اقتضت الضرورة والمصلحة الوطنية ذلك. وصرح آدمي، في ندوة صحافية عقدها في أحد فنادق العاصمة أن حزبه تلقى ضمانات من السلطة لإجراء انتخابات شفافة ونزيهة وديمقراطية. وكشف أن المرشحين باسم حركة النهضة ليسوا جميعا مناضلين فيها، بل هناك 25 في المائة من المرشحين جاؤوا من خارج الحزب، إلا أنهم يشاطرونه الأفكار ويحملون نفس المشروع لكنه لم يوضح كثيرا ما اذا كان الأمر يتعلق بمرشحين ينتمون إلى الجبهة الإسلامية للإنقاذ، مثلما تردد في السابق.

كما أعلن، بالمناسبة، أن حركة النهضة، المشاركة في الائتلاف الحاكم، سحبت مرشحيها في منطقة القبائل بسبب التهديدات والضغوط التي تعرضوا لها. وكان أهم حزبين يمثلان منطقة القبائل (جبهة القوى الاشتراكية والتجمع من أجل الثقافة والديمقراطية) قد أعلنا مقاطعتهما للانتخابات البرلمانية إلى حين استجابة السلطة لجميع مطالب الحركة الاحتجاجية التي تعيشها المنطقة منذ عام بعد مقتل تلميذ داخل مقر للدرك الوطني في قرية بني دوالة بولاية تيزي وزو (110 كلم شرق العاصمة). وقام راديكاليون في حركة العروش بسرقة عدد كبير من صناديق الاقتراع من داخل البلديات وحرقها كمحاولة منهم للضغط من أجل منع الانتخابات. كما هددوا من يحاول الترشح والتوجه إلى صناديق الاقتراع بالانتقام منه. غير أن الحكومة فضلت عدم الرضوخ لهذه الضغوط وأعلنت تمسكها ونيتها في إجراء الانتخابات في موعدها المحدد. في حين يعتقد ملاحظون أن «اجراء الانتخابات من دون منطقة القبائل ليس من شأنه إلا أن يدفع بالمنطقة نحو مصير مجهول ويعقد حل الأزمة القائمة هناك».

وبالمقابل تبدو الأحزاب الإسلامية الثلاثة، حركة مجتمع السلم وحركة النهضة وحركة الإصلاح الوطني، أكثر انسجاما وانضباطا بعد الانتهاء من إيداع ملفات الترشح وهو ما يدفع الملاحظين إلى الاعتقاد أن ذلك سيكون لصالح هذا التيار الذي أصبح يؤمن بضرورة نبذ الفكر المتطرف والدخول في مرحلة هدنة مع النظام الحاكم إلى حين التمكن من معرفة جيدة لطرق سير دواليب الحكم في الجزائر. ويذكر أن حركة محفوظ نحناح تشارك في الحكومة منذ سنوات، تلتها حركة النهضة بعد الانتخابات الرئاسية لعام 1999، في حين يتردد أن حركة عبد الله جاب الله قد أعلنت موافقة مبدئية على دخولها الحكومة القادمة مقابل تخفيف حدة معارضتها.

(نقلا عن صحيفة الشرق الأوسط ليوم 26 أفريل 2002)

 

TUNISNEWS est une liste de diffusion électronique indépendante spécialisée dans les affaires tunisiennes. Elle est publiée grâce à l’aide précieuse de l’association :
Freedoms Friends (FrihetsVanner Fِreningen)
Box 62 127 22
Skنrholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308   
Fax:(46) 8 464 83 21  
e-mail: fvf@swipnet.se

 



MSN Photos est le moyen le plus simple de partager et d’imprimer vos photos : Cliquez ici.

Yahoo! Groups Sponsor

To Subscribe please send an email to: tunisnews-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe please send an email to: tunisnews-unsubscribe@yahoogroups.com 
Site des archives complétes de la liste de diffusion TUNISNEWS: http://site.voila.fr/archivtn

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation et de laCharte sur la vie privée.

Accueil

Lire aussi ces articles

23 mars 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 9 ème année,N° 3591 du 23.03.2010  archives :www.tunisnews.net  Comité national de soutien aux populations du bassin

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.