24 juin 2007

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
8 ème année, N° 2588 du 24.06.2007

 archives : www.tunisnews.net


 
 

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques: Communiqué Ramzi Bettibi: Une prison secrète des renseignements américains dans la banlieue de Bizerte CounterPunch:The Story of Lofti Lagha, Prisoner 660 A Tunisian in Guantánamo

Mizaanoun: Le lobby pro-Israël et la politique des États-Unis au Moyen Orient de (James Petras)


 

Association Internationale de Soutien aux Prisonniers Politiques Communiqué Tunis, le 19 juin 2007

Dépassements graves et brimades répétées à l’encontre de Lassaad Jouhri

 

L’ex prisonnier politique et militant des droits de l’homme Lassaad Jouhri, est en butte à des brimades répétées et des dépassements graves du fait de son activité au sein de L’AISPP. Il a été détenu au centre de la Sûreté sans motif légal le 24 mai dernier, et ce pour l’empêcher d’accompagner une délégation d’une organisation internationale de droits de l’homme au Kef où est incarcéré Mohammed Abbou. Récemment, il a eu la surprise de se voir convoquer pour une comparution devant le tribunal pour une affaire de circulation, il n’aurait pas respecté un stop et un ordre d’un agent de la Sûreté, alors qu’il n’était pas au courant. Le procès verbal allègue qu’on serait remonté jusqu’à lui à travers le numéro d’immatriculation de sa voiture, alors qu’elle est enregistrée au nom de sa femme. L’immunité de son domicile a été violée à trois reprises sans mandat judiciaire ou justification légale : tentatives répétées d’enlever sa voiture à une heure extrêmement tardive de la nuit au moyen d’une grue de la municipalité et d’une voiture d’agents relevant du district de la Sûreté de La Mannouba. Il a été mis au courant par des voisins d’une tentative d’enlèvement de la voiture de sa femme au petit matin par une grue de la municipalité conduite par des agents locaux, mais l’encombrement de la fourrière les en ont empêchés. Ils sont donc revenus la nuit suivante à la même heure (trois heures du matin), mais le gardien de la fourrière leur a demandé le justificatif légal. Pour autant, l’opération a été répétée la nuit dernière pour la troisième fois, de la même façon (…) (…) Pour l’AISPP Le coordonnateur : Mokhtar Yahyaoui (traduction d’extraits, ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)


Une prison secrète des renseignements américains dans la banlieue de Bizerte

 

Ceci est un message envoyé depuis la prison civile de Bizerte et un SOS face au péril qui menace mon intégrité. A la fin du mois d’avril, j’ai été conduit dans une prison qui se trouve à un quart d’heure environ de la prison civile de Bizerte. J’ai été terriblement surpris de me retrouver dans une prison secrète relevant du renseignement américain où se trouvaient enfermées des personnes dans des cages. Une personne parlant le français a mené une investigation avec moi sur mes rapports avec les groupes jihadistes en Irak, par le biais du net. Je lui ai fait remarquer que ses informations étaient erronées, que j’étais un prisonnier d’opinion, que des organisations internationales comme Human Rights Watch ou Amnesty International avaient parlé de moi. L’Américain a été surpris et a interpellé les agents tunisiens. Ceux-ci m’ont violemment agressé et m’ont menacé de me monter une affaire de tentative de fuite de la prison ou de me transférer dans la prison secrète si j’informais ma famille de ce que j’avais vu. L’affaire ne s’est pas arrêtée là. Deux semaines plus tard, ils sont revenus me voir dans mon cachot et après que des agents de la Sûreté de l’Etat m’aient attaché, et j’ai été interrogé par un officier américain qui les accompagnait sur mon rôle dans (…) le secteur de l’information de l’organisation El Qa’ida. Il m’a aussi questionné sur le site du réseau des Akhlas et sur le forum d’Al Ansar. Ils m’ont laissé le choix entre deux documents, entre mon certificat de décès et mon papier de libération. (…) Je suis en danger. Sauvez les détenus de cette prison américaine. Parmi eux, il y aurait le Saoudien Saïd Elghamdi et le Tunisien Abou Omar Tounsi. Cherchez cette prison. Elle n’est guère éloignée de Bizerte, peut-être s’agit-il d’une caserne militaire comme le lieu le laisse penser (…) Ramzi Bettibi Prison de Bizerte 9 juin 2007 (Traduction d’extraits, ni revue ni corrigée par l’auteur de la version en arabe, LT)
 

  A CounterPunch Exclusive

The Story of Lofti Lagha, Prisoner 660

A Tunisian in Guantánamo

By ANDY WORTHINGTON

Overlooked in the reports about Guantánamo detainee Abdullah bin Omar, a Tunisian who, on Sunday, was sent back to the country of his birth, where there are fears that he will be subjected to torture and abuse, is the story of the other Tunisian who, shackled and bound, shared a US plane with him. Unlike bin Omar, who was represented by lawyers who have done their best to publicize his case, there was no one to speak out for 38-year old Lofti Lagha, and no way of knowing if he too faces persecution on his return. Even his identity has so far remained concealed, revealed neither by the US nor the Tunisian authorities.

In the wake of the Supreme Court’s decision, in June 2004, that the prisoners in Guantánamo had the right to challenge their detention in the US courts (a right that was taken away by Congress last October), around 200 detainees availed themselves of this hard-won opportunity, but for some reason–either because he did not trust American lawyers, or because he found no way of establishing contact–Lofti Lagha was not one of them. Like hundreds of other men in Guantánamo without legal representation, the only people he met for five and a half years who were not part of the US administration that imprisoned him without charge or trial were, on occasion, representatives of the Red Cross, and, almost certainly, representatives of the intelligence services of his home country–in his case, a secretive, repressive regime dominated, for 20 years, by the dictator Zine El Abidine Ben Ali.

Although Lagha was not one of Guantánamo’s completely voiceless prisoners–a dubious accolade reserved for 22 detainees whose names, reprinted from lists released by the Pentagon last year, can be found on page after page of the internet, but for whom no story whatsoever has been reported–all that exists in the public domain to mark his 2,000-day imprisonment are three pages of notes from the Unclassified Summary of Evidence for his Administrative Review Board hearing in 2005–convened to assess whether he should still be regarded as an « enemy combatant »–which, like his earlier tribunal, he did not attend.

What can be gleaned from this jumble of biographical details, conflicting claims and unsubstantiated allegations masquerading as evidence is that Lagha served in the Tunisian army as a young man, and then, allegedly, « stole a boat to enter Italy illegally with an Egyptian and another Tunisian, » where he used a false ID card. In Milan, where he seems to have settled, it was claimed that he « associated with various Tunisians » at a cultural center (which is hardly surprising), and that « among those who frequented the cultural center » was « at least one individual that belonged to a terrorist network that ensures financial support to terrorist groups while also actively recruiting for Osama bin Laden-sponsored training camps in Afghanistan. » It was also noted that he « frequented elements of the Jamaat-al-Tablighi » (sic). A vast worldwide missionary organization with millions of members, Jamaat-al-Tablighi–founded in India in the 1920s–declares itself non-political but has caused concern in the West because of its rigorous conservatism, although none of the criticism levelled at it has come close to the hyperbole used in Guantánamo, where, as in the « evidence » against Lagha, it is regularly described as « a Pakistan-based Islamic missionary organization, » which is « used as a cover to mask travel and activities of terrorists including al-Qaeda. »

Moving on to Lagha’s reasons for leaving Italy, it was alleged that he travelled to Afghanistan in early 2001, when he was « sent by the head of a terrorist network for military training, » although it was also alleged that he travelled in April 2001 « after being inspired to perform jihad » by a recruiter at a mosque in Italy, and it was also claimed that he travelled with a companion who was a « member of a terrorist network and a convicted terrorist. » According to US military intelligence, his Italian contact put him in touch with a Tunisian in the eastern city of Jalalabad, who had previously run the Durunta training camp, and this man in turn introduced him to two other Tunisians, a « reported » member of the Algerian Armed Islamic Group (GIA) and another connected to Hezb-e-Islami Gulbuddin, an Afghan militia commanded by Gulbuddin Hekmatyar, a renegade warlord heavily funded by the Americans in the 1980s, but now described as a terrorist who « ran terrorist training camps in Afghanistan » and « staged attacks in an attempt to force US troops to withdraw from Afghanistan. »

Captured after crossing from Afghanistan to Pakistan in December 2001, it was alleged that, after his arrest, Lagha « told others that he was coming from the mountains of Tora Bora, » although this does not prove that he was in Tora Bora with Osama bin Laden’s men, and it may be that, like countless others (many of whom are still in Guantánamo), he was passing through the mountains on his way to Pakistan. The most risible allegation of all was that he « saw members of the Taliban while in Afghanistan, » a predicament that only a blind man could avoid. Lagha’s own explanation for his presence in Afghanistan is found in a section of the « evidence » described as « factors favouring release or transfer, » in which it was noted that he said that he went to Afghanistan as a tourist, that he spent his time « fishing and recreating » in Jalalabad, and that once the war started he left Afghanistan. He insisted that he never trained in a camp in Afghanistan, never took up arms against the Americans or anybody else, and added that he « thinks al-Qaeda’s belief system strange and that they are not good. »

Extracting reasons for his release from the garbled semi-narrative presented by the US authorities is, of course, all but impossible. Were his acquaintances really whom the authorities said they were, or was the whole story revealed as a tissue of lies? Did he, perhaps, rat on his fellows to escape Guantánamo, or did the authorities let him go because they concluded that they had drained him of all possible intelligence value? We may never know. What can be stated with absolute certainty, however, is that attempting to glimpse a flicker of the truth through a fog of innuendo is a poor substitute, after five and a half years, for an older, swifter, and far more effective system: a court of law, with proper charges, transparent evidence, prosecution and defense attorneys, and a judge and a jury.

Andy Worthington (www.andyworthington.co.uk) is a British historian, and the author of ‘The Guantánamo Files: The Stories of the 774 Detainees in America’s Illegal Prison’ (to be published by Pluto Press in October 2007). He can be reached at: andy@andyworthington.co.uk  

(Source: CounterPunch le 22 juin 2007)

Lien: http://www.counterpunch.org/worthington06222007.html


 

Le lobby pro-Israël et la politique des États-Unis au Moyen Orient de (James Petras

[1])

Mizaanoun

« L’objectif fondamental de la ZPC (Zionist Power Configuration) dans la guerre était la défaite de Saddam Hussein, la destruction de l’État d’Irak (en particulier son appareil militaire et ses services de renseignement), la destruction des infrastructures sociales et ainsi l’élimination d’un support inconditionnel du nationalisme séculaire arabe au Moyen Orient  et un puissant défi devant le plan d’Israël d’imposer son hégémonie sur toute la région. La guerre orchestrée par les Zioncons[2], est considérée comme une victoire totale ayant atteint tous les objectifs stratégiques israéliens :la résistance palestinienne a perdu un grand protecteur politique et financier. L’opposition à Israël au Moyen Orient s’est réduite considérablement et se limite à quelques états ou mouvements musulmans cléricaux. En même temps un cadre est créé pour une nouvelle phase de guerres contre les adversaires d’Israël qui englobe Hezbollah, la Syrie, et, le plus important de tous, l’Iran. Et comme conséquences directes de la destruction de l’Irak, lsraël a plus que jamais les mains libres pour envahir et dévaster la Palestine spécialement la bande de Gaza, compléter la construction du gueto avec un mur isolant les villes et les villages palestiniens entre eux, de leurs marchés, de leurs activités quotidiennes et finalement étendre ses installations coloniales. »

« Jamais, dans l’histoire contemporaine, la politique des États-Unis et particulièrement au Moyen Orient n’a été aussi soumise à un tel bombardement de pressions de la part d’anciens alliés, clients et adversaires. Les points de divergeance renferment des questions fondamentales sur la guerre et la paix parmi lesquelles les plus importantes sont les différentes approches portant sur le conflit palestino-israélien, l’occupation de l’Irak et l’invasion suivie de l’occupation de la Somalie entreprise conjointement par l’Éthiopie et les Etats-Unis.

Parmi les principaux postulants à exercer une influence sur la politique des États-Unis au Moyen Orient, on y trouve d’un côté, le « parti de la guerre », dirigé par le bloc du pouvoir sioniste et ses partisans au Congrès ainsi que ses alliés entre les militaristes civils de la Maison Blanche, piloté à leur tour par le vice-président Cheney, la Secrétaire d’État Rice, le Conseiller de Sécurité Nationale pour le Moyen Orient, Elliot Abrams, et un ensemble de scribes installés aux postes les plus importants de la scène médiatique. De l’autre côté, se trouve une petite minorité de congressistes ex-fonctionnaires liés au Big Oil, un mouvement pacifiste composé en partie par les états arabes du Golfe avec à leur tête l’Arabie Saoudite et un certains nombre de pays européens pour une série de raisons spécifiques.

Jusque là, la Zionist Power Configuration  a réussi à modeler ses partisans au Congrès et à la Maison Blanche de manière à ce qu’ils consitituent un rouleau compresseur capable d’aplatir l’opposition interne et de s’assurer le soutien inconditionnel des États-Unis aux positions d’Israël au Moyen Orient. Un des exemples les plus récents sur l’influence politique et médiatique de la ZPC, trouve son illustration dans le rejet ou l’omission volontaire d’un très important document, (Publié le 09 mars 2007 par les Nations Unies) concernant les droits humanitaires et civils en Israël et portant sur l’Élimination de la Discrimination Raciale. L’étude a été réalisée par 24 experts et formule 19 recommandations afin qu’Israël mette fin à la discrimination raciale dans 25 secteurs contre les citoyens arabes d’Israël. Israël ayant rejetté le rapport, la ZPC lui a automatiquement emboîté le pas suivie immédiatement par Washington.

Néanmoins, il y des signes (certainement faibles et sans lendemain) que le pouvoir visible et invisible de la ZPC se trouve soumis publiquement à un examen critique qui comporte même des « actions juridiques » de la part des clients des Etats-Unis. Le Conseil de Coopération du Golf [Council of Gulf Cooperation], composé du Koweit, Qatar, Oman, Arabie Saoudite, Bahrein et les Émirats Arabes Unis, le plus grand fournisseur de pétrole du monde (Au-dessus des 40%) ; il s’agit de régimes conservateurs et pro-étatsuniens qui abritent des bases militaires américaines et sont liés aux entreprises financières  et pétrolières étatsuniennes les plus importantes. Tous ces régimes sont aussi parmi les principaux clients du matériel militaire du complexe militaro-industriel étatsunien. Lors d’une rencontre vers la fin du mois de mars 2007, ils ont souhaité que les Etats-Unis résolvent la question nucléaire de  l’Iran par voie diplomatique et non militaire en lui imposant des sanctions économiques ou du genre. Alors qu’Israël préfère une option diamétralement opposée et fait pression pour les sanctions économiques les plus dures suivie de l’intervention militaire comme on a procédé avec l’Irak. Immédiatement, la ZPC s’est fait l’écho de la ligne du Parti israélien (Daily Alert 26-30, 2007). Le Congrès et Bush ignorèrent à Big Oil, au complexe militaro-industriel, à ses clients arabes et optèrent pour la ligne sioniste : Ils intensifièrent les sanctions économiques, renforcèrent les opérations de commandos, augmentèrent les activités navales autour des côtes iraniennes et offrirent même d’envoyer des avions de combat vers l’Iran lors de la capture des marins britanniques impliqués dans les opérations d’espionnage (Blair, pour une fois, a récusé la provocation de guerre). Une fois de plus – à l’heure de dicter la politique à suivre par les Etats-Unis au Moyen Orient – la ZPC a eu le dessus sur Big Oil et le complexe militaro-industriel.

Le même sort a eu l’offre des principaux « alliés » arabes des Etats-Unis au Moyen Orient qui ont dévoilé une série de propositions et d’options politiques qui sont diamétralement opposés à l’agenda de la ZPC-israélienne. Par exemple la proposition de l’Arabie Saoudite entérinée par la Ligue Arabe, offrant la reconnaissance d’Israël et la normalisation des relations avec tous les régimes arabes, en échange de l’application des résolutions de l’ONU sur le retrait des territoires occupés en 1967. Ces initiatives arabes qui avaient rencontré des dispositions favorables de la part de plusieurs gouvernements de l’Union Européenne et de la Turquie vont s’ajouter à tous les efforts inutiles qui vont dans le sens contraire de  la direction israélo-ZPC dans la politique étatsunienne au Moyen Orient. Quelquefois des désertions dans la cause du lobby isrélien se font remarquer, spécialement parmi les conservateurs comme par exemple la cas de Robert Novack (« US War in Iraq – The Sharon War », Haaretz, 04/04/2007)

 

Nouvelles options de la politique étatsunienne : simplifier l’agenda arabe ?

La principale préoccupation des régimes arabes modérés du Golf Persique (Ainsi indiqué dans le texte original) est de se voir assurer la stabilité politique, éviter les conflits régionaux et internes et consolider un climat financier favorable aux projets dynamiques d’un processus de développement en marche. L’invasion, l’occupation et la guerre impériale estatsunienne sans fin en Irak, est une source d’instabilité et de conflits internes dans toute la région. Les assauts et occupations violentes des territoires en Palestine, l’invasion du Liban, les menaces lancées contre l’Iran, et, le plus important, son bras politique – la grande capacité de la ZPC de garantir sans faille le soutien des États-Unis – le tout a fini par créer une atmosphère de « haute tension » permanente. L’incessant antagonisme entre les objectifs des états arabes, orientés plutôt vers un climat conservateur de négoces et d’affaires et les politiques « radicalement militaristes » déstabilisantes de Washington et de Tel Aviv, a rendu inévitable une brèche qui ne cesse de se creuser entre les États-Unis et leurs traditionnels alliés et clients.

Avec un large superavit, une immense liquidité en dolars et en euros, l’Orient arabe s’oriente surtout vers la construction d’empires financiers aussi bien dans la région que dans le reste du globe. Pour eux le plus urgent c’est surtout la constitution d’une « base d’opérations » sûre qui sert de support aux réseaux financiers et commerciaux appropriés à  un niveau mondial.»

[Les élites arabes au pouvoir de facto et où qu’elles se trouvent, dans les vingt deux « états » reconnus comme tels, par la « légalité internationale » et qu’ils soient pétroliers ou non, elles sont parfaitement intégrées dans le système occidental aussi bien dans la forme de vie que dans sa conception hégémonique de l’économie mondiale qu’elles approuvent dans ses moindres détails. Avec la légère différence, géographiquement parlant, qui situe ces élites en dehors de l’épicentre, elles ne se privent ni des authentiques produits de consommation occidentaux, ni des larges moyens financiers pour leur acquisition. Dans certains cas les moyens des élites arabes dépassent de loin ceux de leurs homologues occidentaux et  particulièrement les élites du pétrole. Par conséquent ces élites n’ont jamais eu un projet quelconque de construction propre digne de tel. De toute manière dans une dictature, il ne peut avoir de projet de construction autre que celui de la dictature elle-même.

Tout ce que  ces élites considèrent progrès se limite strictement à un appendice de l’hégémonie économique occidentale, identique à celui des colons dans l’esprit et avec une forme qui s’adapte mieux à notre temps. D’ailleurs pour décrire ces élites on emploie l’expression courante des colons de l’intérieur.  

De la livraison à l’Occident des matières premières, toute sorte de matière première, à la livraison des toutes les autres richesses terrestres et marines  y compris l’énergie humaine, la matière grise  et tout ce qui est susceptible d’intéresser l’épicentre. On appelle ça échanges commerciaux. Ces élites non seulement elles livrent le « beurre », mais en même temps l’argent du beurre.

Ce qui fait que les élites avec l’esprit colonial, qui s’identifient sans gêne et sans scrupule aux réalisations techologiques de l’Occident, comme si elles leur sont propres, vivent depuis déjà plusieurs générations dans les mêmes, sinon meilleures, conditions  et confort que les élites en Occident, alors que les populations, il ne leur reste, qu’à vivre sur les poubelles de ces élites. De toute manière cette question nécessite beaucoup plus d’espace que celui qui est possible et un autre cadre. Donc quand J.Petras parle des élites qui ne se préoccupent que pour la « stabilité » qui favorise leurs affaires financières, il ne se trompe point, les élites séparément ou ensemble, n’ayant aucun projet de construction susceptible de déplacer les intérêts des « maîtres de l’univers » ne peuvent pas être en conflit ni avec l’Occident dans son ensemble, ni avec Israël en particulier. Même l’élite palestinienne, celle constituée par Abbes, Dahlan, Qrea, Abd Rabbou, Aareekat etc. n’a aucun conflit. Elle est de la même infâme nature]. Revenons à l’article de J.Petras.

« La tenue du récent sommet des états arabes, à l’initiative des saoudiens, à Riyad, se voulait cette plateforme qui permet de tracer les grandes lignes d’un programme de stabilisation au Moyen Orient y ainsi mettre fin aux activités violentes et déstabilisatrices. Aussi bien dans la forme de leurs propositions que dans leurs déclarations courantes, les dirigeants conservateurs arabes ont mis sur la table un agenda permettant une réorientation de la politique étatsunienne au Moyen Orient, loin de la ligne israélo-ZPC de confrontation militaire, tournée vers la négociation diplomatique, la reconciliation de l’élite et le renforcement de la stabilité économique  dans la région. Dans ce cadre régional conservateur et la haute priorité accordée à cette stabilité, la « nouvelle situation » sur le terrain (c’est-à-dire, la position critique à l’égard des États-Unis et l’offre de paix à Israël) constitue l’indicateur clef au moment de d’analyser la politque au Moyen Orient.

Nouvelles situtation et nouvelles réalités au Moyen Orient.  

(…)La diversification économique et le dynamisme de développement interne ont créé au Golf une nouvelle bourgeoisie liée au capital européen et asiatique qui (Sur le plan étatique, comme sur le plan privé) de plus en plus dépendant politiquement des Etats-Unis, certes, mais moins au niveau du pouvoir militaire « extérieur ». Cette nouvelle réalité économique donne des idées sur la nouvelle « situation politique » sur le terrain y incluses les discrètes – mais franches – critiques de la part de l’Arabie Saoudite au sujet de l’occupation étatsunienne de l’Irak et les exigeances de retrait des troupes. Les états du Golf qui apportent leur soutien aux « Accords de la Mecque » conclus, sous les auspices de l’Arabie Saoudite, pour la formation d’un gouvernement d’unité entre le Fatah (l’auteur écrit OLP) et Hamas, ont ouvertement réagi contre la politique (de la Maison Blanche-israélo-sioniste) d’isolement de Hamas, tout comme avait été la position de l’Arabie Saoudite et des Émirats pour rejeter aussi ouvertement les préparatifs de guerre de la part des Etats-Unis et des israéliens contre l’Iran. [L’article date d’avant les derniers évènements de Gaza qui ont démasqué la nature de l’élite palestinienne, c’est des Autorités Nationales Palestiniennes créées pour la première fois dans l’histoire – sous cette dénomination spécifique – à la mesure des colons de l’intérieur dirigés par Mahmoud Abbes]

Ils ont repoussé la politique de Washington et celle israélo-sioniste [Isareli-Zionist] qui consistent à rejeter toute rencontre avec l’Iran pour maintenir séparément des réunions et des discussions à haut niveau.L’offre de la Ligue Arabe – créée et autorisée par l’Arabie Saoudite – pour la paix et la reconnaissance en échange du retrait des territoires palestiniens occupés en 1967 a mis au découvert tous les prétextes d’Israël pour la colonisation et l’annexion progressives des territoires palestiniens ainsi que la subordination des Etats-Unis à la Zionist Power Configuration. 

La nouvelle réalité économique et politique au Moyen Orient met en confrontation une élite étatsunienne, pour une politique extérieure de plus en plus militarisée sous une forte influence de la ZPC contre une élite arabe de plus en plus engagée dans la sphère mercantilisée [marketized]. Les industries militaires israéliennes, pièces fondamentales dans l’économie, l’influence politique des partis des colons ainsi que la dépendance de l’État d’Israël des multimillionnaires donnations du Trésor nordaméricain et des riches juifs militaristes de droite, signifie qu’Israël se trouve structurellement dans l’interdit d’arriver à un quelconque accord basé sur la prémice de « paix pour territoires ». La réinstallation d’un demi-million de fanatiques colons armés dans l’Israël d’avant 1967, la reconversion pacifique des industries militaires israéliennes et le maintien des appuis des ploutocrates sionistes sans la réthorique des « menaces militaires existentielles », tout ça dépasse de loin les limites de la classe politique israélienne telle qu’elle est constituée aujourd’hui. La profonde intégration et subordination de la ZPC dans la structure du pouvoir israélien conduit inévitablement au résultat qui fait que les exigences du complexe militaro-colonialo-industriel d’Israël soient transmises au Congrès et à l’Exécutif nortaméricains pour se transformer en politique.

Dans la mesure où les choses sont ce qu’elles sont, la ZPC est responsable de l’intransigeance de la politique nortaméricaine au Moyen Orient illustrée par sa ferme position dans la ligne de la guerre permanente et son aveuglement devant l’abîme qui séparent les états arabes – fermement engagés vers le marché –et le militarisme isréalo-étatsunien. La ZPC porte la responsabilité dans l’appui inamovible et inconditionnel à un régime colonial anachronique à une époque de croissance dans les relations globales du marché. La paralysie de la politique nortaméricaine est la résultante du pouvoir d’un groupe de pression [lobby] des chefs d’entreprises modernes du 21ième siècle, extraordinairement riches (24% des 453 riches nortaméricains de Forbes sont des juifs) qui agissent au nom d’une série de revendications territoriales de la part des fondamentalistes juifs qui remontent à, pour le moins, 2500 ans en arrière.

La rigidité des paramètres structurels de la politique isrélienne se transmet, via la ZPC, à la base de la réalité contradictoire dans les relations entre les Etats-Unis et Israël : La politique, structurellement rigide, d’un petit état, « isolé, militarisé, controlé par des colons » qui bloque les transactions économiques dans une économie globalisée, la poussant ainsi à s’engager dans des aventures militaires désastreuses.

Le pouvoir sioniste et la majorité démocrate au Congrès.

Contrairement aux déclarations de beaucoup de critiques de la guerre, particulièrement de ceux qui ont osé même s’attaquer au lobby sioniste néoconservateur qui défend la guerre, l’invasion étatsunienne de l’Irak n’a pas été « un desastre » ou « une débâcle » ou une « défaite ». Et comme corollaire d’un tel argument,  qui veut insinuer que « le désastre en Irak » ait provoqué une « fuite massive » des Zioncons (sionistes conservateurs) de l’Administration Bush c’est une chose qui n’est pas claire du tout.

En tout cas l’objectif fondamental de la ZPC était la défaite de Saddam Hussein, la destruction de l’État d’Irak (en particulier son appareil militaire et ses services de renseignement), la destruction des infrastructures sociales, de telle manière on élimine un support inconditionnel du nationalisme séculaire arabe au Moyen Orient  et un puissant défi devant les tentatives d’Israël d’imposer son hégémonie sur toute la région. La guerre orchestrée par les Zioncons, est considérée comme une victoire totale ayant atteint tous les objectifs stratégiques israéliens :la résistance palestinienne a perdu un grand protecteur politique et financier. L’opposition à Israël au Moyen Orient s’est réduite considérablement et se limite à quelques états ou mouvements musulmans cléricaux. En même temps un cadre est créé pour une nouvelle phase de guerres contre les adversaires d’Israël qui englobe Hezbollah, la Syrie, et, le plus important de tous, l’Iran. Et comme conséquences directes de la réduction en décombres de l’Irak, lsraël a eu les mains libres pour envahir et dévaster la Palestine spécialement la bande de Gaza, compléter la construction du gueto avec un mur isolant les villes et les villages palestiniens entre eux, de leurs marchés, de leurs activités quotidiennes et finalement étendre ses installations coloniales. Les Zioncons usaméricains dans l’Administration ont été capables de saboter toutes les négociations de paix en se servant habilement su scénario de la « Guerre contre le terrorisme ». Le départ de certains Zioncons de l’Administration après l’occupation de l’Irak, est dû au fait qu’ils ont achevé leur tâche qui consiste à avoir servi avec un succès total les intérêts stratégiques d’Israël en se servant massivement des ressources militaires et économiques des Etats-Unis. Au moment où cette guerre commençait à devenir longue, coûteuse et impopulaire et où des observateurs bien renseignés, des chercheurs et des hauts gradés militaires commençaient tous à pointer du doigt pour signaler publiquement les fonctionnaires sionistes du Gouvernement comme les tenants, l’origine de la guerre catastrophique, les Zioncons se sont mis à présenter leur « démission ». C’est ce qui a courtcircuité toute possibilité de mener à bien une enquête susceptible de mettre au découvert la connection entre les Zioncons etatsuniens, les architectes de la guerre, le Ministère des affaires étrangères israélien et son commandement militaire.

 Malgré le succès de l’opération « guerre d’Irak », les Zioncons vont souffrir quelques pertes colatérales. Irving « Scooter » Libby, Chef du Bureau de planification militaire du vice-président Cheney, a été traduit en justice pour parjure [peripheral perjury charges] (Dans l’affaire de l’agent de la CIA Plame et le faux concernant l’uranium du Niger que le rapport de son mari Wilson, contredisant à la veille de l’invasion, avait dévoilé dans un article du New Yord Times), un procès qui a curieusement éffacé toute implication directe du réseau Zioncons pendant la période antérieure à la guerre et sa continuation par la suite. Deux chefs – un important et un subalterne –  de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) sont accusés d’espionnage au profit d’Israël. L’affaire de ces deux espions n’a, d’aucune manière, affaibli, ni physiquement ni politiquement, la forte présence de l’AIPAC au Congrès et à la Maison Blanche tout en continuant de jouir des appuis inconditionnels de la part des chefs des deux partis politiques au sein du Congrès ainsi que de la part du vice-président et de la Secrétaire d’Etat (Condoleeza Rice). D’ailleurs tous les deux avaient prononcé des discours lors de la Convention annuelle de l’AIPAC en 2006 et 2007.

Ayant considéré la guerre d’Irak comme « marché conclu » et afin d’améliorer encore plus la position d’Israël au Moyen Orient, la ZPC  a déplacé ses efforts sur l’objectif stratégique suivant, qui n’est autre que la destruction de l’Iran,  chose qui est à la source de quelques fissures visibles entre eux et les fonctionnaires principaux de la Maison Blanche qui se trouvent embourbés dans les craintes de perdre la guerre en Irak. (…) Les Zioncons cherchent à présent de tirer le maximum de profit des appuis, à leur nouvelle fourbe guerre  «existentielle » [Existencial en anglais dans le texte] contre l’Iran. Ils captent ces appuis au sein des libéraux juifs qui se sont tournés contre la guerre d’Irak et chargent les sacs de plastic, contenant les cadavres des soldats morts, sur le compte de Cheney et de Bush. Cheney qui n’est pas un néophyte dans ce genre d’intrigues et des coups de couteau dans le dos, lors précisément de son discours à la Convention de l’AIPAC, a bien offert d’accroitre les menaces dans l’escalade contre l’Iran mais à condition que les sionistes maintiennent leurs appuis à Bush, Cheney et Rice en Irak. Donc au moment où le premier ministre israélien Olmert réitère formellement l’importance que les Etats-Unis continuent avec leur occupation de l’Irak pour la sécurité d’Israël, dans la pratique tous les ministres qui ont assisté aux plus importants congrès sionistes avaient avec insistance souligné, à l’égard de leurs acolytes, la menace iranienne et la nécessité d’éliminer toutes les centrales nucléaires, détruire toutes les structures de l’état et finalement remplacer le régime iranien actuel par un autre. Au moment où les Etats-Unis saignent dans la guerre d’Irak et malgré le fait que les trois quarts de la population nortaméricaine en ont assez des guerres au Moyen Orient, tout cela n’a pas évité ou – le plus important – affaibli les efforts de la ZPC ni l’a découragée dans sa ferme entreprise de mettre sur les rails les Etats-Unis vers plus de guerres, avec le soutien enthousiaste de la majorité des leaders du Parti Démocrate.

Tout en gardant un œil sur la campagne des contributions financières, tous les candidats démocrates et républicains, ne cessent de promettre leurs appuis inconditionnels aux intérêts d’Israël, y inclus les promesses faites spécifiquement à la ZPC-AIPAC.

Les guerres d’Israël- AIPAC-USA au Moyen Orient

Le rôle d’Israël dans la mobilisation du lobby sioniste favorable à de plus amples pouvoirs de guerre à Bush se fait bien évident dans le discours tranchant prononcé par la ministre des affaires étrangères israélienne Tzipi Livni au congrès annuel de l’AIPAC à Washington en mars 2007. Selon le quotidien israélien Haaretz du 12/03/2007, Livni lança un avertissement aux États-Unis afin de ne pas donner des signes de faiblesse en Irak. Et d’insister sur l’importance d’exercer la violence et la puissance de feu. Dans une région où les impressions sont importantes, les pays ne devaient pas montrer des signes de faiblesse et capituler devant les extrémistes. « Les arabes ne comprennent que le langage de la force », telle est la forme grossière et bien familière à Israël de voir et de présenter les choses, une bien connue et durable justification raciste et coloniale qui a servi à étendre et à perpétuer la repression du peuple arabe assujetti.

Ainsi entre ovations successives, Livni a dû instruire les milliers des fidèles de l’AIPAC et les centaines de leurs partisans dans le Congrès des Etats-Unis sur la menace iranienne pour les inciter à intensifier l’escalade des attaques médiatiques contre Tahéran comme prélude à l’apocalypse. « L’Iran a toujours été à l’avant-garde des menaces extrémistes contre Israël, contre le Gran Moyen Orient et contre le monde en général, raison de plus avec ses ambitions nucléaires. Combattre l’extrémisme veut dire s’affronter à l’Iran » disait-elle en insistant sur l’emploi de toutes les  pressions indispensables pour un durcissement des sanctions aux Nations Unies relatives au programme nucléaire (Haaretz, 12/03/2007). Les paroles de Livni insuflèrent l’émotion que nécessitent spécialement le discours agitateur et la propagande qui, à leur tour, enflamment le fanatisme chez les leaders de l’AIPAC, leurs partisans et les congressistes. « L’Iran – signalait-elle encore – est un régime qui nie l’Holocauste tout en menaçant le monde d’un nouveau ». Et puis pour conclure elle ajouta : « A tous ces Etats qui sont conscients de la menace mais continuent d’hésiter à cause de leurs mesquins intérêts économiques et politiques, laissez-moi leur dire le suivant : L’Histoire s’en souviendra ! »

Le discours de Livni va servir plusieurs buts à la fois. D’un côté il  trace la « ligne » à suivre par les fidèles pro-Israël aux Etats-Unis afin de continuer avec leurs appuis à la politique de Bush et Cheney dans la guerre d’Irak, indépendemment des sentiments de la majorité des votants judéo-américains. De l’autre, il renforce la main du lobby et ses partisans au Congrès, obligeant ainsi les libéraux de la Maison, juifs y gentils, à ôter leurs restrictions (exigées par le votant) aux pouvoirs de guerre de Bush. Pour ultimo il établit l’agenda des grandes priorités et des campagnes à mener par les affiliés  sionistes dans l’affaire de l’Iran. Ainsi en colmatant  la brèche ouverte entre Cheney-Bush d’un côté et le lobby de l’autre sur l’ordre des priorités entre une nouvelle guerre contre l’Iran et l’ancienne et impopulaire d’Irak pour n’en faire qu’une seule en ligne continue.

L’intrusion directe du Ministère des Affaires Étrangères israélien dans les affaires intérieures des Etats-Unis, son soutien flagrant à la guerre de Cheney et Bush et les agressions des sentiments anti-belliqueux de l’opinion publique nortaméricaine, rappellent parfaitement les pires ingérences des Etats-Unis dans les républiques bannanières en Amérique Centrale et pourtant pas un seul, des membres du Congrés, n’avait eu le courage de dénoncer une telle situation aussi grossière qu’invraisemblable. Beaucoup moins aujourd’hui pour s’opposer à l’intromission israélienne dans la politique étatsunienne de crainte de se voir exposer à une virulente réplique de la part de la masse enfiévrée des « Israël-Firsters » (Les pour-Israël d’abord). Pas un seul des commentateurs « de gauche » ou « progressiste » n’a trouvé matière à critiquer dans les propos intentionnels de Livni dans sa tentative démagogique d’universaliser l’hostilité d’Israël à l’égard de l’Iran. Plusieurs sondages d’opinion publique, réalisés en Europe, dans leurs amples majorités, considèrent Israël, comme l’État le plus dangereux et le plus négatif de la planète, bien avant l’Iran, la Corée du Nord et la Syrie. (..) La question au Ministère des Affaires Étrangères israélien, n’est pas la diffusion  délibérée des contre-vérités qu’on peut vérifier, mais l’éficacité avérée des mensonges de nature à déclencher l’action chez ses agents nortaméricains pour  dissuader et intimider tout candidat éventuel à la critique d’Israël. À tant pontifier sur « l’Holocauste » et ses corollaires, tel que « l’Histoire s’en souviendra » a fini  par garantir à Israël la stricte et fanatique discipline de la ZPC dans sa belliqueuse politique, et, condamner au silence et à la capitulation des inopérants et sceptiques libéraux juifs qui s’opposent théoriquement à la guerre. Dans une ironique et perverse rétorque au cri contre la guerre – Non à la guerre pour le  pétrole – [No War for Oil] Livni a exigé – Non à la paix pour le pétrole – [No Peace for Oil]. La recommandation de Livni destinée à ces états « qui connaissent bien le poids d’une telle menace mais qui hésitent encore à cause de leurs mesquins intérêts économiques et politiques » la référence aux Etats-Unis est bien claire. Un tel avertissement reste spécifiquement dirigé à ces hommes politiques qui pourraient envisager la négociation pacifique avec l’Iran ou accepter le plan de paix saoudien pour sauvegarder les intérêts pétroliers nortaméricains. Sacrifier ces intérêts au service de la suprématie politique et militaire d’Israël au Moyen Orient, c’est ce que Livni veut dire en s’adressant aux « Pour Israël d’abord » [Israël Firsters] aux Etats-Unis afin d’en terminer avec tous ceux qui cherchent à rasséréner les assoiffés de pétrole [Oil Appeasers dans le texte en anglais] et intimider tout politicien qui place une quelconque préoccupation pour les intérêts commerciaux des Etats-Unis au dessus des exigences belliqueuses du sionisme israélien.

Au moment où la perception de Livni des dangers qui menacent Israël, découle  d’une optique de paix et de diplomatie centrée, selon elle, sur les « mesquins intérêts économiques ou politiques, le mouvement pacifiste aux Etats-Unis se joint au chœur de ceux qui accusent l’industrie pétrolière d’être derrière la guerre au Moyen Orient. Il y a là une singulière coïncidence entre les faucons israéliens et les colombes étatsuniennes dans leur inculpation commune du Big Oil. Aussi curieuse qu’elle puisse, à première vue,  paraître cette coincidence, elle cesse de l’être dès qu’on découvre l’immense influence des plus éminents sionistes sur le mouvement pacifiste de la gauche qui combinent avec habilité machiavélique, les critiques contre la « guerre de Bush » ou contre le belliqueux est semeur de discorde lobby sioniste tout en excluant la moindre allusion à Israël. Avant comme après le congrés de l’AIPAC à Washington plusieurs milliers de fanatiques se sont attaqués aux bureaux des membres du Congrés et des Sénateurs. Plus de la moitié des membres du Congrés et pratiquement tous les Sénateurs ont reçu des menaces durant les plus de 500 rencontres et réunions pour soutenir inconditionnellement l’agenda militaire israélien contre l’Iran.

Fin mars 2007 la Ligue arabe, sous les auspices de l’Arabie Saoudite, avait présenté le fameux plan de paix complet afin de mettre un terme au conflit palestino-israélien. Le plan  offre une reconnaissance arabe générale avec des relations commerciales et diplomatiques en bonne et due forme, la fin de l’état de belligérance et des sanctions économiques, le tout, en échange de l’accomplissement par Israël des résolutions des Nations Unies et de son retrait de tous les territoires palestiniens occupés à la suite de la guerre de 1967. Le Premier Ministre israélien rejetta catégoriquement l’offre saoudienne argumentant qu’elle ne pourrait servir que de « base de négociation ». La ZPC se fait immédiatement l’écho et se range sur la ligne israélienne mettant en doute la forme et la substance de la proposition tout en s’attaquant aux régimes arabes. Le 29 mars  2007, l’organe des présidents  des organisations juives américaines les plus importantes publie quatre pamphlets de propagandes dans lesquels tout en s’attaquant à son tour à la proposition de paix arabe, souligne  sans réserve son soutien à Israël. Quant au lobby, il s’est chargé de mettre le Congrés et l’Exécutif des Etats-Unis devant un curieux choix : soit ils appuient la position israélienne, soit ils rejettent de cautionner le plan saoudien ! Une fois encore les 150 membres à plein temps du lobby ont été plus malins que toutes les multinationales nortaméricaines du pétrole pro-arabes réunies.

La chef de la majorité à la Maison voyage à titre de messager d’Israël.

Le voyage en Syrie de Nancy Pelosi, la présidente de la majorité démocrate, a provoqué l’hostilité de la Maison Blanche et les éloges des libéraux et progressistes. Bush a exprimé son désaccord de voir Pelosi s’immiscer dans sa politique étrangère et sa position de « ne pas entrer en négociation » avec la Syrie. Les libéraux, eux, applaudirent la visite de Pelosi dans laquelle ils y virent une nouvelle possibilité pour « la diplomatie » face aux menaces et au bruit de bottes. Aucun des deux n’a perçu que la principale et essentielle tâche de Pelosi était de servir comme messagère – avec pouvoirs spéciaux – de l’État d’Israël. Car durant sa visite à Israël, antérieure à celle de Syrie, le régime israélien a donné à Pelosi les instructions de faire pression sur les syriens afin qu’ils retirent leurs appuis à Hamas, Hezbollah et se démarque de l’Iran. Le premier ministre israélien a indiqué à sa messagère – Pelosi – de retransmettre aux syriens que rompre leurs liens en s’éloigner des leurs uniques alliés. Ce sont les conditions d’Israël pour l’ouverture des négociations. Tout cela s’est passé alors que jusqu’au voyage de Pelosi à Damas, l’AIPAC et sa machine politique sioniste dans son ensemble avait insulté tous les membres du Congrés qui osent insinuer la moindre possibilité de visite à la Syrie. Néanmoins, dès que des fuites étaient lachées par Israël et qui indiquent bien que Pelosi avait été chargée de transmettre des messages isréliens, le lobby a immédiatement cessé d’objecter. La ligne du parti de Tel Aviv avait changé et la cinquième colonne israraélite aux USA a automatiquement modifié sa conduite et aucun des ses « fonctionnaires » n’a plus protesté. (…)

Les pirouettes presque ridicules et les gesticulations idéologiques qu’exhibent les « Pour Israël d’abord » ou les IF (Israël Firsters) pour suivre les zigzags de leurs dresseurs israéliens on les retrouve avec évidence méridionnale dans leur manière d’aborder les États arabes du Golf. Durant longtemps les IF ont fait tout le possible pour calomnier ces États despotiques et en décrépitude et ont tourné au ridicule et à la dérision l’étiquette que le Département d’Etat utilise pour les définir comme « arabes modérés ». Récemment quand Olmert a fait allusion à ces mêmes états comme « modérés », justement parce qu’ils sont impliqués dans des affaires commerciales secrètes à travers des intermédiaires   et a critiqué l’Iran, le lobby a tout de suite revisé son comportement et le ton a changé. Mais quand les saoudiens  avaient réussi à ce que Hamas et l’OLP forment un gouvernement, Israël a immédiatement accusé l’Arabie Saoudite d’appuyer le terrorisme de Hamas. Les sionistes ont pris la balle au bond et ont suivi l’exemple accusant à leur tour les saoudiens  du financement de Hamas. L’aveugle asservissement du lobby à « une puissance étrangères » aurait pu relever d’une affaire judicière, s’il n’avait pas sa profonde répercussion dans la politique étatsunienne au Moyen Orient dans laquelle les modalités israéliennes se réflètent dans toute la politique nortaméricaine. (…)

Les candidats du Parti Démocrate courbe l’échine devant le lobby

Les aspirants les plus importants du Parti Démocrate ont fait un travail extraordinaire pour s’assurer les faveurs du lobby : Tous soutiennent « l’option militaire » contre l’Iran ; tous appuient le paquet de l’aide destinée à Israël, qui se chiffre à 2,4 milliards de dollars et ce malgré la rente per capita en Israël qui atteint les 25.000 dollars et son boom industriel de haute technologie. La Sénatrice de New York, Hillary Clinton, s’adressant au Conseil Démocrate Juif [National Jewish Democratic Council] a appelé sans détour à l’intervention militaire contre l’Iran. (Jérusalem Post, 26/04/2007). Le quotidien Haaretz, mettant à profit l’attitude courtisane de tous les candidats a fomenté la création d’une grille « d’experts » israéliens afin d’évaluer tous les candidats sur la base du niveau de la réelle volonté et des habilités de chacun d’eux à mieux servir les intérêts d’Israël. C’est ce qui a conduit le sénateur Obama à envoyer à cette grille d’experts israéliens ses plus récentes, grossières et belliqueuses déclarations au sujet de l’Iran. (Voir Robert Kagan, « Obama the interventionist », Washington Post 29/04/2007). Toutefois c’est Hillary Clinton qui est à la tête du peloton dans la course et qui est assurée de la campagne de financiation juive. (…) Les Clinton ont un historial plus qu’honorable aux yeux du lobby. L’ancien président Clinton a entre autres a créé un précédent en accordant la grâce présidentielle à un criminel et un escroc, le millardaire March Rich, aujourd’hui citoyen israélien et ami intime des leaders du lobby. Hillary Clinton a démontré aussi bien elle-même, ainsi que son époux Bill que non seulement ils disent des mots, sinon ils agissent en conséquence et en premier lieu, comme il se doit, dans les intérêts israéliens même quand cela implique d’aller à l’encontre du service de sécurité nationale et du système légal. Cette histoire sordide est réellement une preuve claire et nette que les Clinton sont à cent pour cent des partisans de bonne foi de la bande israélienne, chose qu’aucun autre candidat ne peut jamais prétendre. (…)

Le lobby contre l’accusation fédérale : Le procès des espions de l’AIPAC

Le 4 août 2005 deux dirigeants de l’AIPAC et un chercheur du Pentagone –  Larry Franklin – ont été conduits  devant  un grand jury fédéral, accusés d’espionnage au profit d’Israël. Dans la liste d’accusation sont énumérées plusieurs délits d’espionnage qui remontent à 1999, l’année au cours de laquelle les deux dirigeants de l’AIPAC avaient canalisé diverses informations confidentielles de Washington vers Tel Aviv. Dans un enregistrement du FBI dans lequel il a avoué sa collaboration, Franklin, reconnaît avoir rencontré Rosen et Weissman (Deux autres espions israéliens détenus aux EU) dans l’affaire de la livraison, à des agents de l’ambassade d’Israël, des documents de haute sécurité de la Maison Blanche et portant sur la politique des EU vis-à-vis de l’Iran. Devant une avalanche de preuves sur les activités d’espionnage, l’AIPAC avait fini par « limoger » Rosen et Weissman et a cessé de payer les avocats, alors qu’au début on avait nié toute responsabilité des deux personnages. Néanmoins plus tard l’AIPAC et plusieurs autres organisations satellites sont revenues à la charge pour transformer un procés pour espionnage en une campagne pour la « liberté d’expression ». Et en conséquence, les membres du lobby – libéraux et conservateurs – avaient réussi à inciter les plumes célèbres dans la presse de « gauche », les présentateurs de télévision progessistes et académiciens à prendre la défense de Rosen et Weissman. La journaliste Dorothy Rabinowitz « Prix Pulitzer », prenant effectivement la défense de ces deux personnages de l’AIPAC, ne s’est pas embarassée le moindre du monde pour prétendre que passer des docuements de haute sécurité à des agents de l’ambassade d’Israël, « c’est quelque chose qui a lieu tous les jours à Washington et c’est protégé par la loi du Premier Amendement » (Wall Street Journal, 02/04/2007). A l’approche du jugement, les organisations pro-israéliennes les plus importantes, les producteurs milliardaires de Hollywood et la plupart – sinon toute –  la presse juive aux États-Unis, tous à l’unisson, se sont engagés avec tout leur considérable poids dans la défense de Rosen et Weissman (Transformée ainsi en l’affaire Dreyfus version américaine). À l’exception d’une poignée de bloggers sur Internet, pas un seul parti politique, mouvement social ou simple homme politique n’a jamais osé critiquer la livraison de docuements secrets à Israël ou froncer les sourcils de stupeur devant l’équation « liberté d’expression » égale à espionner au profit d’une puissance étrangère. C’est un cas unique ! Sous l’énorme poids de l’omniprésente pression du lobby, le juge fédéral T.S Ellis a dû effectuer tellement de modifications dans la procédure judiciaire, il a bien fini par  réduire les chefs d’accusation à la plus simple expression. Une fois de plus la ZPC paraît avoir triomphé des institutions nortaméricaines – dans ce cas il s’agit des avocats fédéraux de l’accusation et du FBI –  dans une épreuve de force.

AIPAC et Israël : un agent stratégique dans la Maison Blanche.

Le procès pour espionnage des deux hauts fonctionnaires de l’AIPAC qui avaient admis avoir passé des documents stratégiques à des diplomates israéliens et qui sont défendus par une troupe progressiste composée de sionistes américains de gauche,  gardiens de la « liberté d’expression », révèle à quel point sont profondément enracinnés les tentacules de l’AIPAC dans les hautes hiérarchies de la Maison Blanche. Dans les cessions préliminaires au procès, l’avocat défenseur, Abby Lowell, dans une épreuve  qui tend à exonérer les suspects d’espionnage, a affirmé que les accusés avaient reçu une information « explosive » et même à conséquences imprévisibles de la part de l’ancienne Conseillère pour la Sécurité Nationale, Condoleeza Rice (Jewish Telegraph Agency, 10/04/2007). Il n’y a aucun doute que l’information confidentielle en matière de sécurité passée par Rice à l’AIPAC ne soit finalement arrivée aux mains de l’ambassade d’Israël et de ses agents secrets de la Mossad actifs à Washington. (…)

Selon la Jewish Telegraph Agency, citée par l’avocat Abby Lowell, Rice n’a pas seulement été le lien de Rosen, sinon qu’elle a filtré identique information – et même plus sensible que  les exemples cités dans l’accusation – à d’autres destinataires. Lowell affirme qu’à côté de Rice il y a trois autres anciens fonctionnaires et fonctionnaires chargés de la politique au Moyen Orient en actif qui ont tous passé des informations aux israélites de l’AIPAC accusés d’espionnage.

Configuration du Pouvoir Sioniste (ZPC) : Repression culturelle au service d’Israël.   

La routine qui consiste à lancer la horde contre les musulmans est bien étendue parmi les fanatiques sionistes qui se trouvent à l’intérieur de l’Administraition US comme en dehors et qui se répartissent à travers les principales organisations pro-Israël apparemment sans rien à se reprocher. Le Congrés des Présidents des Principales Organisations Juives (En anglais – Conference of Presidents of the Major Jewish Organisation –  CPMJO) a appuyé Michael Chertoff, le co-auteur de la double nationalité nortaméricaine-israélienne et directeur du Département de Sécurité Patrie (En anglais : Departement of Homeland Security). Dans ses efforts continus afin de restreindre les voyages des musulmans aux Etats-Unis,  Chertoff a inclus les citoyens britanniques que le New York Times (02/05/2007) appelle habilement «  britanniques d’origine pakistannaise ». La campagne de xénophobie est constante. L’article en première page du bulletin d’informations The Daily Alert du 09/05/2007, signé par  Josh Meyer et Erika Hayasaki sous le titre : « Six islamistes radicaux » étrangers sont accusés d’avoir planifié un attentat contre la base militaire de Fort Dix » en est un exemple. Quand les fanatiques pro-Israël, détenant des postes clefs, s’embarquent ouvertement dans des chasses aux sorcières racistes contre les musulmans et des organisations sionistes distinguées publient ce genre d’articles avec des rhétoriques xénophobes et incendiaires, aucun membre du Congrés, aucun fonctionnaire du Département de Justice n’ose demander l’ouverture d’une enquête publique.

Le pouvoir de la ZPC dépasse de loin la simple pression politique [En anglais dans le texte : Political lobbying] de l’AIPAC. Il s’étend à tous les milieux de la vie intellectuelle et culturelle des Etats-Unis. Les virulentes et débridées attaques personnelles lancées par les médias  contre l’ex-président Jimmy Carter pour avoir écrit un livre critique dans lequel il décrit, documents à l’appui, le système d’apartheid israélien, constitue un exemple sur l’étendu et la puissance du réseau de la propagande sioniste. Beaucoup de ces sionistes sont installés dans les institutions et dans les moyens de communication les plus décisifs. Ils sont unanimes quant aux profondes croyances de la doctrine infallible d’Israël. La même attitude malicieuse a été réservée au professeur de Harvard Mersheimer et le professeur Walt de l’Université de Chicago, pour avoir écrit ensemble un essai contenant des critiques du lobby sioniste nortaméricain. À part la vague des pages idéologiques pour censurer l’essai des deux professeurs et les calomnies couvrant les auteurs accompagnées par les banalités d’usage les qualifiant « d’antisémites »,  plusieurs riches juifs philantropes ont exercé des pressions sur la corporation Harvard afin qu’elle dénonce, sur son site Internet Kennedy School, tout lien avec l’essai. Le même succès a réussi l’octopode du sionisme avec la fermeture d’une rencontre sur le thème Israël, à débattre avec la présence du Professeur de l’Université de New York, Tony Judt, connu pour ses critiques modérées sur l’Etat d’Israël et sur son lobby. Encore plus pernicieux et dans certains aspects plus instructif est le rôle culturel manisfestement repressif de la Zionist Power Configuration est son puissant pouvoir d’empêcher la représentatation d’une œuvre basée sur les rapports des employés de l’organisation des droits humains [En anglais dans le texte : Human rights worker] témoins de la mort de la nortaméricaine Rachel Corrie, assassinée dans la bande de Gaza, écrasée sous les rouleaux compresseur d’un énorme bulldozer pour s’être interposée contre la destruction de maisons de palestiniens le 16 mars 2003. A New York, Miami et Toronto toutes les représentations publiques de « Je m’appelle Rachel Corrie » [My Name is Rachel Corrie] ont été annulées sous les fortes pressions et menaces de boycott économique lancées par les « philanthropes et mécènes juifs locaux. Le dramatique dans ces procédés de censure politique et culturelle évidente, révèle combien est profonde et évidente la farouche hostilité de la ZPC envers les meilleurs exemples de solidarité humaine aux Etats-Unis  et son adhésion organique à la pire classe de la violence israélienne. Pas un seul des érudits de gauche ou progressiste n’a osé soulever la question de la complicité du sionisme nortaméricain dans cet atroce crime chargé de  haine  commis par une puissance étrangère contre une nortaméricaine qui travaille pour les droits humains. Aucun autre groupe ne peut cautionner avec tant de succès les impitoyables assassins d’une citoyenne nortaméricaine en toute impunité et anonymat et continuer à détenir ses lettres de crédits  d’arts et de culture. Aujourd’hui et quarante ans après,  la même horde continue à défendre et à  disculper, un autre cas d’assassinat massif et prémédité : l’attaque délibérée d’Israël de la corvette nortaméricaine, USS Liberty, désarmée et naviguant dans les eaux internationales, tuant d’un seul coup 150 marins étatsuniens. Cette bande des « Pour Israël d’abord » [Israël Firsters] magnifiés au sein de leurs communautés ici, aux Etats-Unis, sont bienvenus dans les hautes sphères et assurés de la prosperité matérielle de leur entourage.

Beaucoup sont les candidats, hautement qualifiés et avec des excellents curriculums, sont interdits d’accès aux postes académiques ou professionnels, uniquement pour avoir osé critiquer Israël. Les cas de la nomination du professeur Juan Cole à l’université de Yale et celle du professeur Norman Finkelstein à l’université De Paul sont assez notoires. Pour ce qui est de l’académicien palestino-étatsunien mondialement célèbre, Edward Said, il a été pratiquement persécuté et calomnié par les chiens d’attaque du lobby durant toute sa vie. E.Said est décédé le 25 novembre 2003.

Théoriquement et pratiquement la ZPC est composée de centaines d’organisations locales et de dizaines de milliers d’individus qui se chargent, au niveau local, de la défense de la politique d’Israël, de son image et de ses intérêts tout en piétinant la liberté constitutionelle et académique des autres nortaméricains.

Pour chaque œuvre censurée, pour chaque producteur sanctionné et théâtre boycotté, d’autres plusieurs milliers de travailleurs et institutions culturelles  sont menacés.Ils intériorisent les codes de répression imposés par les sionistes et s’auto-censurent. Ils se soumettent aux dictats de la ZPC en fonction de ce qu’on peut ou non représenter, de ce qui est ou non offensif à la « sensibilité juive », ce raffiné eupheumisme de la puissance sioniste.

L’hégémonie culturelle sioniste qui s’exerce au niveau local est étroitement liée aux campagnes nationales du monopole de la totalité de la discussion se rapportant à la politique étatsunienne au Moyen Orient, orientée fondamentalement vers l’exclusion de n’importe quel type de critique à Israël et au potentiel rôle que joue le lobby sioniste. Ce monopole incontestable on le retrouve dans n’importe quelle étude approfondie des pages d’opinion, des éditoriaux des moyens de presse à grand tirage ainsi que dans ce qu’on appelle les grilles des « experts » dans les programmes de radio et de télévision. Le rôle repressif de l’hydre pro-israélienne au niveau culturel et idéologique atteint son apothéose et sa quintessence au sein de la grande majorité des critiques « progessistes ». Des nombreux idéologues « marxistes » et défenseurs de la « paix » ignorent sciemment, délibérément et  d’une façon complète, l’énorme influence de la ZPC dans le Congrès ainsi qu’au sein de l’Exécutif comme dans la vie culturelle dans son ensemble. Et à la place ils se donnent à cœur joie, dans leurs critiques systématiques de Bush, de Cheney, des républicains et des démocrates, sans pour autant faire la moindre allusion ni aux centaines de milliers de fanatiques sionistes, ni aux  milliers de donnants politiques parmi eux et classés à la tête des promoteurs des candidats de l’un comme de l’autre des deux partis politiques. Il n’est point étonnant que la Zionist Power Configuration ait à Washington plus de pouvoir et d’influence que n’importe quel autre groupe de pression ou lobby : C’est l’unique clan avec tant de force, qu’aucun autre groupe ou organisation ne serait en mesure ni de le signaler, encore moins le défier ou lutter contre sa tenaille avec laquelle il étrangle littéralement le Congrés. Bien pire encore, certains des analystes des plus influents dans la guerre d’Irak, afin de dévier l’attention, ils fournissent tout un écran idéologique intégral qui dément le rôle prédominant de la ZPC et du coup met sur la sellette d’autres prétendus responsables (Big Oil) ou d’acteurs politiques secondaires.

Le réarmement des clients : Washington et la machine de guerre de la ZPC en action.

Malgré les revers politiques et militaires de la politique israélo- étatsunienne au Moyen Orient durant l’année 2006-2007, rien n’indique que des signes, pour un penchant  vers une diplomatie véritable ou des négociations, ne soient visibles à l’horizon. Tout au contraire, les seules leçons apprises par Washington et Tel Aviv, sont celles qui consistent à intensifier l’escalade militaire des groupes de la clientèle habituelle pour provoquer des guerres civiles et des guerres ethniques.

En réponse à l’échec de l’attaque israélienne – avec la complicité évidente des Etats-Unis – du Liban avec comme objectif principal la destruction de Hezbollah, Washington s’est adonné à un réarmement à grande échelle des milices druzes, sunnites et de la droite chrétienne à Beyrouth, dans tout le nord et centre du Liban (Guardian, 11/04/2007). L’objectif est de provoquer un affrontement avec Hezbollah, ce qui l’obligerait à déplacer ses combattants de la résistance [Resistance Fighters] vers le nord et ainsi affaiblir la défense de la frontière sud. Enfin une guerre civile provoquée par les Etats-Unis et Israël finirait – pense-t-on – par diviser les forces armées du Liban, ce qui les conduirait inévitablement à un rôle auxiliaire insignifiant que pourraient jouer pour la défense contre les attaques israéliennes aux frontières ou aux invasions. À la vue de la grande extension de la violence, qui a résulté de l’attaque israélienne,  l’aviation israélienne qui ne cesse d’effectuer des vols de reconnaissance quotidiens, aura les mains libres pour bombarder et détruire toute reconstruction ainsi que les défenses de Hezbollah.

L’opération d’envoie d’armes des États-Unis, avec le consentement israélien, pour équiper les forces militaires palestiniennes dirigées par le collaborateur de la CIA, Mohammed Dahlen, et aux ordres actuellement du « président » Abbas, avance à grande vitesse. En même temps des centaines d’officiers palestiniens pré-sélectionnés en fonction des paramètres de loyalisme par les fonctionnaires et experts nortaméricains et israéliens  sont entraînés en Jordanie. Donc une force de douze milles mercenaires palestiniens, très bien équipés et payés par les États-Unis, seraient en mesure de jeter Hamas du pouvoir, détruire sa police et ses défenses, ouvrir la chasse à ses dirigeants et finalement réduire par l’intimidation tout l’électorat. Le lobby sioniste avait réussi à introduire une clause extraordinaire dans toute cette opératrion d’aide militaire de Bush à la faction d’Abbas. Le lobby a réussi qu’Israël et les États-Unis se chargent de passer au crible politique et idéologique toutes les recrues palestiniennes avant de leur permettre le voyage en Jordanie ou en Égypte pour l’entraînement signalé. Dans son allégation au sujet de la nécessité de la clause, le lobby a prétendu que la défense de l’État juif exige la supervision par celui-ci de l’aide militaire étatsunienne. Le tout est justifié par les « craintes » israéliennes, c’est-à-dire les « intérêts » à maintenir la Palestine en tant que colonie sous surveillance par une troupe de mercenaires palestiniens sous le contrôle d’Israël. (Adam Entous, Reuters News Service, cité par le Daily Alert du 29/03/2007)

[Plusieurs sources occidentales ont confirmé ces préparatifs militaires ou de mercenariat. Le dernier est signé par le journaliste franco-israélien Amnon Kapeliuk[3]. Sous le titre « Stratégie d’Israël, l’auteur écrit entre autres : « (…) Le projet national de la création d’un État (Palestinien) souverain dans la stratégie israélienne est renvoyé au jour du jugement final. » Retraçant la politique alambiquée des dirigeants israéliens dans ce qui est appelé par pur euphémisme négociations de paix, des négociations qui dureraient par conséquent jusqu’au jour du jugement dernier, l’auteur cite plusieurs de ces arguments topiques propres aux sionistes des deux bords, celui en Israél et ceux des E.U, dont on parle l’article de J.Pétras, comme par exemple : « Absence d’un interlocuteur valable. » Ou « que Mahmoud Abbes n’a aucun poids, à peine s’il a des capacités pour exercer comme maire de Ramallah. » Plus loin l’auteur rejoigne toutes les analyses sur les évènements qui se sont déroulés dernièrement à Gaza et écrit : « Abou Mazen ne pourra jamais résister devant Hamas sans l’apport des forces armées israéliennes. » Il nous rappelle aussi le dédain avec lequel auparavant Ariel Sharon traitait le président Abbas : Un poussin sans plumes. » Quant à Olmert, il ne l’a pas traité avec moins de dédain et de mépris. « Il n’est pas difficile d’imaginer  la réaction de l’opinion publique palestinienne devant les nons (pluriel de non) crachés par le chef israélien à la figure du président… À chaque fois que les israéliens fassent quelque chose (pour aider Abbes) ils le font avec un tel tintamarre. » Ce qui d’après l’auteur ne bénéficie pas à Abbes et son clan, mais sans le moindre doute à Hamas. Il cite d’une manière sans équivoque aucune, la source de la dernière déflagration de Gaza : « Les nortaméricains qui ne voyait d’un bon œil (Comme on l’a vu déjà auparavant dans l’article de J.Pétras) le gouvernement d’union nationale issu des accords de la Mecque et présidé par Hanya, ont ordonné à Israël de fournir des armes aux forces de Mahmoud Abbes pour se préparer à un conflit ouvert avec les intégristes palestiniens. L’ordre – malgré le mécontentement manifesté par les militaires israéliens – a été exécuté. Mais ni Olmert, ni Bush n’avaient tenu en cosidération la réaction hostile de l’opinion publique palestinienne devant le cadeau israélo-nortaméricain  empoisonné… D’ailleurs c’est la presse israélienne qui avait dévoilé avec grand vacarme cette affaire. Toutes ces armes, munitions et moyen de transports se trouvent à présent entre les mains de Hamas qui disposent déjà de quatre brigades bien équipées. » On comprend à présent beaucoup mieux  l’ordre désespéré, lancé pendant le déroulement des opérations, par Abbes à ces partisans qui se trouvaient à l’époque à Gaza. Il les sommé de repousser à tout prix et avec tous les moyens les attaques de Hamas. Mais la différence entre Hamas et les mercenaires d’Abbes a donné le résultat qu’on connaît.

De son côté J.Pétras continue dans son analyse identique, mais le mérite d’être antérieure aux évènements de Gaza et écrit : « Une Palestine détruite par un « conflit fratricide » provoqué par les Etats-Unis et Israël ne sera plus en mesure d’entrer en négociations de paix susceptible de faire reculer Israël aux frontières d’avant la guerre de 1967. L’idée finale est d’établir un état policier pro-américain dirigé par des palestiniens à l’intérieur de limites territoriales imposées par Israël.

La troisième zone de militarisation concerne le nord de l’Irak, où les Etats-Unis et Israël ont financé la formation d’une armée kurde. Les deux appuient politiquement les séparatistes kurdes, qui à leur tour et par effets pratiques, se comportent comme s’ils étaient dans état indépendant. Selon l’article de Laura Rozen : « Kurdistan : Canaux en coulisse [En anglais : Kurdisan : Covert Back Channels], publié dans Mother Jones (12/04/2007), autant les États-Unis qu’Israël appuient la clientèle de certains serviables kurdes dans un imbroglio qui consiste à dépiécer l’Irak, appauvrir Bagdad et faire d’Irbid la nouvelle capitale. En juin 2004, le vice-roi Paul Bremer avait ordonné le transfert aux kurdes de 1,4 milliard de dollars, de l’argent retenu dans les banques étatsuniennes dans la célèbre opération aliments pour pétrole. Les forces de sécurité kurdes entraînées pour des opérations anti-terroristes, servent comme des escadrons de la mort et sont dirigées par les étatsuniens dans le nord de l’Irak et ailleurs. Seymour Hersh avait affirmé déjà, dans un article dans le New Yorker (Juin/2004), que les commandos kurdes entraînés par les israéliens se sont infiltrés en Syrie comme en Iran. De son côté, Rozen affirme que le haut commandant du Mossad, Eliezer Geizi Tsafrir a mis sur pied, à Irbil, la « capital » du Kurdistan irakien, un service d’espionnage pour le compte du seigneur de la guerre Mustapha Barazani. Ce dernier est connu comme chef mercernaire sous le sobriquet « louez-un-kurde » a déjà loué ses services à la CIA, au Shah d’Iran et à tout celui qui paye. Les kurdes approvisionnent le gros de ce que le général US David Petraeus appelle les troupes irakiennes de confiance qui collaborent avec les forces d’occupation coloniales des Etats-Unis. Ces troupes s’infiltrent à l’intérieur des groupes de la résistance irakienne et  provoquent des conflits ethniques et réligieux. Ils sont à l’origine des déplacements massifs et forcés des arabes irakiens, turcmènes, assyriens chrétiens de la ville de Kirkuk et des autres villes et villages du nord à populations mixtes de la même nature, pour les repeupler uniquement de kurdes. Les dirigeants kurdes du nord de l’Irak ont mis, des bases et des armes, à la disposition de groupes pro-étatsuniens qui exécutent des opérations en Iran, en Syrie et en Turquie. En plus les kurdes servent aussi de guides et de commandos aux forces spéciales nortaméricaines en missions d’assassinats en Iran. En outre ils reçoivent des instructions afin d’inciter les mouvements « séparatistes » régionaux en Iran. Avec l’approbation  et les supports des Etats-Unis, les kurdes ont fini par prendre le contrôle des puits de pétrole de Kirkuk et de la région avoisinnante. Ils ont même signé des contrats d’exploitation avec des compagnies de pétrole étatsuniennes et européennes, privatisant de fait les entreprises publiques irakiennes. Les kurdes tiennent un rôle vital dans la stratégie nortaméricano-israélienne dans le démembrement de l’Irak en une multitude d’entités, divisées en identités ethniques et sectaires, constituant ainsi une mini-clientèle sans aucune influence dans la région et finalement incapables d’achever la défaite des forces nortaméricaines établies dans tout le pays dans des bases militaires conçues pour un espace de temps bien long.

Dans la corne de l’Afrique, les Etats-Unis ont armé et guidé le régime éthopien, son client, dans son invasion de la Somalie pour rétablir au pouvoir à Mogadiscio le « Régime de Transition » celui qui a été totalement balayé et avait perdu toute crédibilité. Plus de mille civils somaliens ont été tués et plus de 300.000 autres – seulement dans la période d’avril-mai 2007 – se sont vus forcés d’abandonner leurs foyers pour se trouver condamnés au déplacement. Les mercenaires éthopiens, conseillés par des officiers nortaméricains et des experts israéliens, dans leur offensive contre les insurgés  ont détruit des biens pour une valeur de plus de 1,5 milliards de dollars. Encore une autre fois, la politique étatsunienne se trouve orientée aussi bien vers la  destruction d’un pays musulman, comme dans la recherche d’abattre un adversaire politique potentiel : Les Conseils des Tribunaux islamiques [Islamic Court Concils].

La confiance mise dans le dictateur éthopien pour envahir et occuper la Somalie, n’aura certainement aucune chance d’installer un régime client valable. Mais la tendance de Washington à recourrir rapidement à l’escalade militaire obéit aux effets des récentes défaites et aux préparatifs appropriés pour les bombardements à grande échelle suivies par les attaques terrestres des troupes mercenaires contre l’Iran. Et justement à ce point précis qu’intervient la ZPC dans son rôle clef dans la  politique US et dans la propagande.  

Au moment où on continue à débattre pour savoir si la dernière vague dans l’escalade militaire est le « cri d’agonie » d’un empire aux abois, un calcul irrationnel et erroné de civils militaristes à la recherche d’une victoire militaire pour réactiver l’enthousiasme et soutien à domicile, ou une suite dans les politiques impériales dans la région, une chose sur laquelle il n’y a aucun doute c’est que le principal support à la maison, dans la stratégie de l’intensification de l’escalade, n’est autre que la ZPC. Aucune autre force politico-économique aussi structurée comme la ZPC, ne appuyer d’une manière systématiquement toutes  les actions militaires nortaméricaines dans toutes les zones de guerre. Aucun autre groupe ne cautionne l’action belliqueuse étatsunienne dans des pays où il n’y a presque pas ou pas du tout de pétrole. Aucun autre groupe ne sous-estime d’une manière aussi absolue, « l’excessive dispersion » de l’armée nortaméricaine, la surexicitation de ces forces armées au Moyen Orient et dans la Corne de l’Afrique, comme prix à payer, dans le but de fournir une défense militaire à d’autres régions impériales stratégiques. De tous les groupes théoriquement concernés, seule la ZPC, a inscrit tous les pays – islamiques ou séculaires – critiques  à l’égard d’Israël sur la liste des objectifs militaires nortaméricaines. Seule la ZPC est à l’origine des manipulations législatives suffisantes pour bloquer des investissements très rentables de plusieurs institutions financières nortaméricaines dans les marchés arabes, comme les fonds de pension ou les entreprises de gaz et de pétrole par exemple. Aucune compagnie pétrolifère n’a bénéficié, ni s’est vue favorisée par la législation restrictive envers l’Iran, écrite par l’AIPC sous les auspices du sénateur sioniste Tom Lantos et approuvée par le Congrès, un Congrès pratiquement séquestré par les « lobbies » sionistes – une soupe de lettres de toutes ces organisations – et dont le principale raison d’être est la renforcement de la puissance de l’état d’Israël. Toutes les grandes compagnies en Europe et en Asie s’opposent au plan étatsunien de guerre contre l’Iran.  Comme le signale le Fiancial Times du 10/05/2007 : « Les plus grandes entreprises pétrolifères d’Europe ont des considérables programmes d’investissement en Iran qui s’élèvent à plusieurs milliards de dollars, mais les sanctions imposées par les États-Unis les ont forcées à faire marche arrière.

Les soi-disant lobbies juifs « alternatifs » qui prétendent parler au nom des juifs critiques à l’égard d’Israël soutiennent que l’AIPAC n’est « qu’un parmi plusieurs autres facteurs » qui déterminent les décisions politiques des États-Unis dans une complexe mosaïque de circonstances variables ». Mettant à profit l’argument des « complexités » et mettant dans le même sac la ZPC et « plusieurs autres groupes », ils enlèvent toute importance et éliminent le rôle essentiel des forces pro-Israël tout en rejoignant leurs frères dans la ligne correcte, accusant « d’antisémites » tous les écrivains qui placent la ZPC au centre de leurs analyses de la politique étatsunienne dans les pays arabes et musulmans. Les libéraux sionistes qui laissent une impression desastreuse au sein du mouvement pacifiste,  avec leurs manœuvres qui consistent à dévier l’attention loin des facteurs primordiaux qui déterminent la politique militaire étatsunienne, laissant ainsi à la ZPC le champ libre pour maintenir leur main mise sur la politique nortaméricaine au Moyen Orient. Le lobby juif ignore volontairement les intérêts géopolitiques d’Israël, la confiance d’Israël dans les moyens militaires au dessus de toute diplomatie, sa course vers un nettoyage éthnique et l’influence de la ZPC dans la politique étatsunienne, dictant les méthodes et les stratégies à suivre par les Etats-Unis. Délibérément et continuellement ils refusent d’accorder la moindre importance à l’opposition de grandes compagnies de pétrole aux sanctions contre l’Iran. 

Conclusion

A partir du 11-S et jusqu’à présent, la configuration du pouvoir pro-israélien n’a cessé d’étendre les contours de « l’espace des intérêts d’Israél », et, par conséquent les affaires qui relèvent de ses priorités, réajustant ainsi selon les circonstances du moment,  les paramètres de discussion et décision politique aux États-Unis. En définissant les limites de l’action du président et du Congrés dans tous les sujets se rapportant à Israël, la ZPC exerce aujourd’hui avec une considérable efficience sa potentielle influence dans toutes les politiques nortaméricaines et particulièrement  au Moyen Orient. Actuellement, les questions de la guerre et de la paix, les accords de commerce et des investissements des compagnies pétrolifères nortaméricaines, européennes ou asiatiques, ainsi que les banques locales au Moyen Orient et les ventes milliardaires d’armes surtout à l’Arabie Saoudite, tous ces sujets avant d’entrer en application sont passés  d’abord au crible de la ZPC. La « nouvelle ampliation » de tout ce qui touche à Israël comporte le cautionnement du lobby à la trituration de toutes éventuelles restrictions constitutionnelles des pouvoirs de guerre de Bush.     

La conception du lobby de tout ce qui est considéré « en relation avec Israël » – la lumière qui guide l’intervention politique nortaméricaine – s’est dilatée parallèlement à l’extension des intérêts israéliens. Durant les premières 40 à 50 années, l’objectif fondamental du lobby consistait surtout à garantir  l’appui diplomatique  des Etats-Unis dans l’opération du nettoyage ethnique en Palestine. Puis le centre des intérêts s’est étendu vers les guerres d’Israël contre l’Égypte et la Syrie dans les années 60 – 70, par la suite vers le Liban et l’Irak dans les années 80 – 90 et dans la présente décennie contre la Syrie et l’Iran. L’extension de l’intervention du lobby dans la politique étatsunienne au Moyen Orient est le reflet des aspirations régionales croissantes d’Israël. Mais pour Israël aussi bien que pour ses courroies de transmission au sein du lobby, l’état israélien n’aspire pas uniquement à l’expansion régionale, sinon à l’aide économique et militaire ainsi qu’à la vente des armements. C’est-à-dire le droit de regard sur les équipements militaires que pourraient vendre les Etats-Unis aux pays arabes ainsi qu’à la haute technologie militaire que reçoit Israël en tant que deuxième fournisseur d’armes dans le monde et par conséquent concurrent direct des Etats-Unis dans ce domaine.

Tout ce qui se rapporte à Israël, implique qu’à l’heure d’intervenir et de déterminer le vote aux Nations Unies, le genre de pression que devrait exercer le lobby au sein de l’Union Européenne ou au Conseil de Sécurité, de quelle manière doit réagir la Maison Blanche à toute offre de paix de la part de ses clients au sein des États du Golf. Tous les présidents nortaméricains depuis Richard Nixon, comme l’affirme Jeff Blankfort, ont essayé de faire revenir Israël aux frontières d’avant la guerre de 1967 en vain, si on excepte Jimmy Carter qui a réussi à convaincre Israël pour se retirer théoriquement  du Sinai ! Par la suite Israël a incité le lobby pour mobiliser le Congrés  afin de mettre fin définitivement à toute pression présidentielle. Aujourd’hui, les « Pour Israël d’abord », les « Israël Firsters », n’ont pas besoin de mobliser le Congrés Démocrate : les congressistes aussi bien que les présidents des Etats-Unis, tous sont programmés d’avance pour travailler pour Israël, tel que l’avait dit l’ancien premier ministre Ariel Sharon : On lui [Bush] dit ce qu’il faut faire et il le fait. (Autrement dit on lui dicte ce qu’il faut faire et il n’a qu’à obéir)

Avec Bush à la présidence le tableau de la ZPC sur le résultat marque à présent  10 pour le lobby  d’Israël et 0 pour le peuple nortaméricain.

Les dix buts de la ZPC se définissent comme suit :

1-    Non à toutes restrictions de l’agenda militaire du président contre l’Iran.

2-    Non à la fin des sanctions contre la Palestine.

3-    Non à la vente d’armes à l’Arabie Saoudite sans le consentement d’Israël. 

4-    Non au retrait de l’Irak.

5-    Non à l’accord de « paix contre les territoires » pour mettre fin à la colonisation israélienne de la Palestine.

6-    Non à la fin de l’augmentation des troupes en Irak.

7-    Non à la fin du pouvoir et l’intervention du lobby dans l’agenda US au Moyen Orient.

8-    Non à la fin de l’espionnage israélien aux États-Unis (ce qui est  même considéré par eux comme une « liberté d’expression »)

9-    Non à la fin de la censure de la culture et des travaux intellectuels critiques envers Israël et non à la fin du harcèlement continuel des musulmans.

10-                     Non à la fin du silence et du recèlement du mouvement pacifiste à l’égard du pouvoir du lobby dans la politique au Moyen Orient. »

 

Là se termine l’article du professeur James Pétras sur les considérables pouvoirs des lobbies au cœur de l’Empire. Mais les tentacules de la ZPC, de l’AIPAC et une multitude d’organisations sous différentes dénominations, selon le pays où elles sont en action,  s’étendent avec plus ou moins la même virulence sur toute la planète y compris à l’intérieur des pays arabes eux-mêmes ou mieux dit, au sein des élites, dont on a parlé plus haut et qui sont implantées dans l’espace arabe et musulman. Des élites dont les porte-parole – dans l’intelligentsia ou sein de l’affairisme tous azimuts – se relaient sur les écrans des chaînes de télivisions locales, interégionales ou internationales ou sur les espaces médiatiques en papier, pour manœuvrer comme s’ils étaient des membres à plein temps de ces mêmes organisations sionistes. Ces porte-paroles  qui croient que les temps des aspirations des peuples arabes et muslmans sont révolus avec le Mur de Berlin emportant dans sa chute toutes les digues de retenu morale, dorénavant sur le son de la nouvelle symphonie coloniale dite « Mondialisation », ils peuvent se permettre, sans sourciller, de piétiner les droits, les aspirations légitimes des populations arabes et musulmanes, sans la moindre crainte et sans le moindre pincement au cœur et sans rien sur la conscience. Au nom du réalisme, du sens commun et pour les plus « intelligents » parmi eux, au nom d’un certain équilibre de forces, les envahisseurs nortaméricains sont en Irak pour défendre des intérêts légitimes ou ayant libéré le peuple de la tyrannie, ils seraient en train de consolider la « démocratie ». En tout cas pour ces élites ivres de pouvoir et de privilèges et qui se sentent la langue totalement déliée de tout scrupule ne cesse de justifier l’injustifiable. Elles n’agissent plus – comme dans le passé –  par discrétion ou cachette avec la crainte de se faire découvir un jour. Aujourd’hui elles agissent en plein jour et sans masque. Comme il l’a indiqué J.Petras dans son analyse, ces élites ne se sentent concernées par aucune cause autre que la préoccupation pour la stabilité qui favorise leurs affaires financières. Elles vont plus loin que les sionistes eux-mêmes, qui eux, tout en faisant des affaires milliardaires, ils ne cessent de s’armer et de préparer des guerres soit par leurs propres  soins soit conjointement avec les nortaméricains. Et quand quelque part, ces envahisseurs rencontrent une résistance quelconque, nos élites courent au secours de l’ennemi et qualifient les résistants de terroristes. Non seulement, mais elles font tout pour l’élimination non seulement de la résistance, mais aussi du moindre indice ou sentiment de celle-ci que normalement tout être porte en son profond intérieur. Et il ne leur manque pas de moyens pour le faire. Pour un certain temps.

Donc les tentacules de la ZPC, l’APAIC sont en Allemagne où une quantité de politiciens ont été mis à la retraite anticipée, bien anticipée avec suspension définitive de salaire, pour avoir fait un simple commentaire, jugé par les experts locaux qui sont en liaison directe avec leurs homologues à Tel Aviv dont on avait parlé plus haut, de lèse majesté. D’ailleurs tous les hommes et toutes les femmes politiques en Allemagne ou en Europe en général, sont tenus par loi écrite, de se taire sur tout ce que font les israéliens au Moyen Orient soit en bombardant les palestiniens, soit les libanais ou d’autres arabes ou musulmans dans la région ou dans n’importe quel endroit du monde. En France l’affaire de Roger Garaudy en 1996 n’en était qu’un petit exemple. Le philosophe et écrivain n’a trouvé aucune maison d’édition disposée à publier son livre « Les Mythes fondateurs de la politique israélienne ». Alors que pendant un demi-siècle ses ouvrages étaient édités par les plus grandes maisons d’éditions de France.

L’Espagne un pays qui était durant plus de quarante ans exclu de la mouvance sioniste s’est vu brusquement surgir du néant une prépondérance sioniste inimaginable avec une virulence extraordinaire que ça soit au niveau économique, politique, social ou intellectuel. Avant son entrée au sein de l’Union Européenne, l’Espagne a d’abord affirmé son adhésion à la sacro sainte charte. Il a fallu qu’un jour, exactement le 16 juillet 2006, que le président du gouvernement espagnol actuel, José Rodriguez Zapatero « déraille » au cours d’un discours pour découvrir les immenses tentacules sionistes en Espagne.

En effet Zapatero était à Valence et prononçait un discours à l’occasion d’un séminaire habituel de jeunes de différents pays méditerrannéens. On était à la troisième semaine des bombardements intensifs du Liban par l’aviation israélienne qui déchiquetaient le pays. Surtout son sud et le sud de Beyrouth. Et à un détour du discours, il s’est référé à la situation en ton ferme et le visage crispé en ces termes : « Aucune lutte contre la violence ou le terrorisme, ne peut justifier, sous aucune argument la perte de vie humaine d’êtres innocents. Je demande à la communauté internationale d’agir avec l’autorité qui émane de l’ONU afin d’obliger avec toutes ses forces l’état israélien d’arrêter cette folie… » Faut-il encore qu’à la fin du discours, parmi les jeunes qui se sont approchés du président, l’un d’eux vraisemblablement palestinien, lui posa autour du cou l’écharpe symbole qu’il n’a gardée que quelques secondes. Les jours qui vont suivre vont s’avérer terribles. À part les médias et particulièrement ceux de la droite qui ont pris à partie le président non seulement pour avoir critiqué Israël, mais encore pour avoir osé faire ostentation « d’un symbole du terrorisme palestinien ». D’abord un certain Maurice Hachuel – en sa qualité d’hommes d’affaires mais surtout d’ancien dirigeant d’une organisation sioniste locale – s’est attaqué lors d’une réunion présidée par le ministre des affaires étrangères espagnol, Miguel Angel Moratinos, au président l’accusant d’antisémitisme. Ce à quoi le ministre a répondu sur un air outragé, le visage – comme il a été vu à la télévision –  totalement hors d’orbite : « Ça n’a rien à voir une critique loyale et engagée contre les agissements israéliens avec des attitudes antisémites. Je considère que les juifs doivent être reconnaissants pour la préoccupation et l’engagement de l’Espagne pour la paix au Moyen Orient. » Et toujours regardant en colère en direction de l’homme d’affaires, il a ajouté : « Que ça la dernière fois que j’entende quelqu’un taxer le gouvernement espagnol d’antisémite. » Pour ce qui est de la photo du président avec le foulard palestinien autour du cou il a dit : « Il s’agit d’un geste amical envers les jeunes et n’a aucune transcendance particulière. » Enfin presque une excuse. Le déchaînement  orchestré par l’ambassadeur israélien en Espagne,  Victor Harel, s’est poursuivi par la suite. On n’ignore de quelle manière les choses se sont calmées. Mais une chose est certaine, Zapatero est déclaré, quel que soit le président nortaméricain, persona non grata aux USA.

Enfin ce ne sont quelques exemples supplémentaires sur l’infernal réseau des puissants tentacules de l’octopode  ZPC –AIPAC et consorts.


 

[1]Cet artice est composé d’une traduction la plus fidèle possible d’une grande partie d’une analyse de  James Petras (1937) qui est actuellement professeur à l’université de Birghamton dans l’état de New York et auquel vont s’ajouter, hors des guillemets ou entre crochets, des commentaires et des compléments relatifs au sujet de ma part. Les sous-titres viennent dans le texte original de l’auteur.

[2] Les Zioncons: Les sionistes conservateurs.

[3] Voir El Pais du 24 juin 2007

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

16 juillet 2004

Accueil TUNISNEWS   5 ème année, N° 1518 du 16.07.2004  archives : www.tunisnews.net الأستاذ محمد نجيب الحسني: حول الإعتداء على السجين

En savoir plus +

20 août 2010

Home – Accueil TUNISNEWS 10 ème année, N° 3741 du 20.08.2010  archives : www.tunisnews.net  AISPP: Appel Urgent : qu’est-il arrivé

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.