23 septembre 2008

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Home – Accueil

TUNISNEWS

8 ème année, N° 3045 du 23.09.2008

 archives : www.tunisnews.net  


Reporters sans frontières: Vives inquiétudes pour le journaliste indépendant Slim Boukhdir Reporters Without Borders: Plain-clothes police threaten independent journalist Slim Boukhdir Committee to Protect Journalists: Tunisia: Recently freed journalist is abducted, threatened La Princesse Enchantée: Le journaliste Slim Boukhdhir a été enlevé par la flicaille tunisienne La Sénatrice Alima Boumediene-Thiery (Les Verts) apporte son soutien à Mouhieddine Cherbib Solidarité avec le president de la FTCR victime de la repression du pouvoir tunisien Mohamed Ettaieb: Condoleezza Rice encore et toujours Fethi jerbi: De quel bilan économique et social parle t-on ? Tribune des droits humains: Main basse des diplomates sur les droits de l’homme à l’ONU Tribune des droits humains:: Lowering the boom on diplomats as human rights experts

Reporters sans frontières Communiqué de presse 23 septembre 2008 TUNISIE

Vives inquiétudes pour le journaliste indépendant Slim Boukhdir

 
Reporters sans frontières exprime ses plus vives inquiétudes suite à l’interpellation, dans la nuit du 20 au 21 septembre 2008, du journaliste indépendant Slim Boukhdir par quatre individus, identifiés comme des policiers en civil. Le journaliste a été abandonné à dix kilomètres de la ville de Sfax (230 km au sud de Tunis) après avoir été menacé pour ses écrits. Il s’agit du premier incident sérieux depuis sa sortie de prison, il y a deux mois. ‘Slim Boukhdir a repris son travail peu de temps après sa sortie de prison. Il a d’abord écrit sur les moments difficiles passés en réclusion, puis a renoué avec ses chroniques politiques. Son engagement en faveur de la libre expression n’a pas faibli malgré sa condamnation abusive à douze mois de détention. Au final, il en aura purgé sept, mais cette séance d’intimidation prouve que le journaliste est toujours étroitement surveillé dans sa vie et dans son travail’, a déclaré l’organisation. Slim Boukhdir a été interpellé, le 20 septembre 2008, à la sortie d’un cybercafé dans la ville de Sfax, où il se rend habituellement en début de soirée. Quatre agents l’ont conduit de force, en voiture, dans un commissariat. ‘Nous n’y sommes restés pas plus de dix minutes. Nous sommes repartis en voiture vers une destination inconnue. Pendant le trajet, les quatre hommes m’ont affirmé que j’avais eu de la chance de ne pas me faire violer pendant mon séjour en prison et que ce ne serait pas toujours le cas. Ils m’ont menacé de me réserver le même sort que Daïf Al Ghazal [journaliste libyen, assassiné en 2005]’, a indiqué Slim Boukhdir à Reporters sans frontières. Le journaliste est de plus en plus inquiet pour son intégrité physique. ‘Je ne serais pas étonné si les autorités venaient à me coller sur le dos un nouveau procès fabriqué ‘, a ajouté le journaliste. Slim Boukhdir, 39 ans, avait été arrêté le 26 novembre 2007 lors d’un contrôle d’identité des passagers d’un taxi collectif reliant Sfax à Tunis. Il avait été immédiatement déféré devant la justice et condamné, au terme d’un procès inique, à un an de prison pour “outrage à fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions”, “atteinte aux bonnes moeurs” et “refus de présenter ses papiers d’identité” par le tribunal cantonal de Sakiet Ezzit, une banlieue de Sfax. Depuis sa sortie de prison, le 21 juillet 2008, Slim Boukhdir a publié, sur des sites Internet basés pour la plupart à l’étranger, plus d’une vingtaine d’articles sur le mépris des autorités tunisiennes pour les libertés civiles. Le journaliste a notamment commenté la censure du site de socialisation Facebook ou encore les arrestations arbitraires de militants syndicaux et politiques. Le 10 septembre 2008, Slim Boukhdir a publié une chronique, sur le site du quotidien égyptien Al-Masryoun, suite à la visite en Tunisie de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, qui a appelé le président Zine el-Abidine Ben Ali a ‘accélérer le rythme des réformes politiques’. Lire l’article : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=28670  
 

Reporters Without Borders Press release 23 September 2008 TUNISIA

Plain-clothes police threaten independent journalist Slim Boukhdir

 
Reporters Without Borders is very concerned about independent journalist Slim Boukhdir following his arrest in the southern city of Sfax on the night of 20 September by four plain-clothes policemen, who threatened him because of his articles and then dumped him 10 km outside the city. It was the first serious incident since his release from prison two months ago. “Boukhdir went back to work soon after coming out of prison,” Reporters Without Borders said. “At first he wrote about his trying prison experiences, then he resumed writing his political columns. His commitment to free expression has not weakened despite serving seven months of an abusive 12-month sentence. Last weekend’s attempt to intimidate him proves that both his work and his private life are still being closely monitored.” Boukhdir was arrested in Sfax (230 km south of Tunis) as he left an Internet café which he often visits in the early evening. Four policemen forced him into a car and initially drove him to a police station. “We did not spend more than 10 minutes there,” Boukhdir told Reporters Without Borders. “We left in the car again for an unknown destination. On the way, the four men told me I was lucky not to have been raped while in prison and that it was not always like that. They also threatened me with the same fate as Daif Al Ghazal [the Libyan journalist murdered in 2005].” Boukhdir is becoming more and more concerned about his physical safety. “I would not be surprised if the authorities did not prosecute me again on new trumped-up charges,” he added. Aged 39, Boukhdir was arrested in Sfax on 26 November 2007 during an ID check of the passengers in a collective taxi bound for Tunis. He was summarily tried a few days later before a court in the Sfax suburb of Sakiet Ezzit and was sentenced to a year in prison on charges of “insulting behaviour towards an official in the exercise of his duty,” “violating decency” and “refusing to produce identity papers.” Since his release on 21 July, Boukhdir has written more than 20 articles about Tunisian government human rights violations, including its censorship of the social networking website Facebook and the arbitrary arrests of political and labour activists. Most of the articles were published on websites based abroad. An article he wrote for the Egyptian website Al-Mesryoon on 10 September, after a visit to Tunisia by US secretary of state Condoleezza Rice, called on President Zine el-Abidine Ben Ali to “step up the pace of political reforms.” Read the article: http://www.rsf.org/article.php3?id_article=28683


 
Committee to Protect Journalists 330 Seventh Avenue, New York, NY 10001 USA     Phone: (212) 465‑1004     Fax: (212) 465‑9568     Web: www.cpj..org    ; E-Mail: media@cpj.org  
 
Contact:  Mariwan Hama-Saeed Telephone:  (212) 465-1004 ext 104 E-mail: mariwan@cpj.org

Tunisia: Recently freed journalist is abducted, threatened

 

 
New York, September 22, 2008—The Committee to Protect Journalists is alarmed by the abduction for nearly two hours on Saturday of Internet journalist Slim Boukhdhir, who has been continuously harassed since he was freed in July after a politically motivated imprisonment. Boukhdhir, who spent eight months in prison for writing articles critical of President Zine El Abidine Ben Ali, told CPJ that he was abducted Saturday evening as he was heading to an Internet café in Sfax, Tunisia’s second-largest city. He said he was forced into a small French-made car and taken first to a police station near the city’s old district and then to an isolated area about nine miles (15 kilometers) west of Sfax. There, he said, his captors threatened him before forcing him from the car. Boukhdhir, noting that he was taken initially to a police station, said he believes his captors were plainclothes state security agents. “After leaving the police station, they started insulting me and threatened to inflict on me the same fate of Libyan Internet journalist Daif Al Ghazal, kidnapped and killed in neighboring Libya in 2005. They even claimed they had nothing to do with Tunisian police and were hired by a fictitious man allegedly to teach me a lesson for having and affair with his wife,” Boukhdhir told CPJ. He said he was not injured. “We are shocked by this menacing treatment of our colleague who has already paid a heavy price for independent journalism,” said CPJ Executive Director Joel Simon. “This ironically comes as a response to U.S. Secretary of State Condoleezza Rice, who earlier this month in Tunis called on President Ben Ali to make significant steps toward reform and to let journalists do their jobs.” Boukdhir told CPJ he believes the abduction was sparked in large part by his recent article urging Ben Ali to follow Rice’s advice to loosen the state’s grip on civil society. The September 9 piece was posted on the officially banned Tunisian news site Tunisnews and the Egyptian news site Al-Masryun. He argued that Rice’s call for reform was an opportunity Ben Ali should not miss. “There is no doubt that this abduction has something to do with Boukhdhir’s risky commitment to independent reporting and has been masterminded by the state security police,” human rights lawyer Abderraouf Ayadi told CPJ. In August, CPJ wrote a letter to Ben Ali to protest his government’s refusal to grant Boukhdhir a passport. Boukhdhir was freed this summer after an intensive advocacy campaign by CPJ and many other organizations and individuals. He had been arrested on November 26, 2007, after police stopped his cab and demanded identification, according to his lawyers. Officers alleged that Boukhdhir insulted them, triggering a prosecution that was rife with irregularities. Witnesses interviewed by Boukhdir’s lawyers and family members said police falsified statements to incriminate the journalist. The judge at Boukhdir’s trial prohibited prosecution witnesses from being cross-examined. And the one-year sentence he eventually received for insulting police was unheard of for such offenses, defense lawyers said. “My release from jail is a victory for freedom and independent journalism. The Tunisian regime failed to break my will and determination to carry on with independent and ethical journalism,” Boukhdhir told CPJ after he was freed in July. Web Link: http://cpj.org/news/2008/mideast/tunisia22sep08na.html


 

Le journaliste Slim Boukhdhir a été enlevé par la flicaille tunisienne

22 septembre à 15h25 La flicaille tunisienne a encore frappé un coup contre la liberté d’expression au pays du jasmin. Selon l’association de lutte contre la torture en Tunisie (ALTT) dirigée par la célèbre avocate et militante des droits de l’homme Radhia Nasraoui, le journaliste Slim Boukhdhir a été enlevé par quatre policiers en tenue civile, le dimanche 21 septembre vers 21h30. Il se trouvait alors devant le cybercafé qu’il fréquente à Sfax. Slim Boukhdhir a été emmené au district de police où il a passé environ dix minutes sans être informé de l’objet de son interpellation. Les quatre policiers l’ont ensuite emmené en voiture, direction la route de Sidi Mansour puis celle dite de « Tarik el Aiin ». Ils l’ont l’insulté, traité d’espion et menacé de viol et de meurtre… Charmant ! « Le problème c’est qu’on ne t’a pas baisé quand tu étais à la prison de Sfax … C’est pour cela que tu continues d’écrire… » lui ont-ils même jeté au visage. Décidément les moeurs policières n’évoluent guerre au pays du jasmin et de la torture… Après avoir fait des kilomètres, Slim Boukhdhir a finalement été relâché et abandonné dans un lieu sombre et désertique. La Princesse Enchantée
(Source : le blog « CHAKCHOUKA TUNISIENNE, UN BLOG PARFUMÉ AU JASMIN » hébergé par  « Bakchich » (Hebdomadaire satirique – France), le 23 septembre 2008)


COMMUNIQUE DE PRESSE 23 septembre 2008

La Sénatrice Alima Boumediene-Thiery (Les Verts) apporte son soutien à Mouhieddine Cherbib,

président de la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) et aux habitants du bassin minier de Gafsa (Tunisie)  
 
La sénatrice Alima Boumediene-Thiery apporte tout son soutien à Mouhieddine Cherbib, président de la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), fervent défenseur des libertés publiques en Tunisie et du droit des habitants du bassin minier de Gafsa au travail. Son engagement contre la répression qui sévit depuis plusieurs mois dans cette région de la Tunisie lui a récemment valu de faire l’objet d’une inculpation par un tribunal de Gafsa pour ‘ appartenance à une bande, participation à une entente établie dans le but de préparer ou de commettre un attentat contre des personnes ou des biens’ et ‘ distribution, mise en vente, exposition au regard du public, détention en vue de la distribution, de la vente, de l’exposition dans un but de propagande de tracts et de bulletins de nature à nuire à l’ordre public’. La sénatrice Alima Boumediene-Thiry dénonce fermement toute tentative qui viserait à museler l’action des associations luttant pour le respect des libertés individuelles en Tunisie. Elle condamne toute criminalisation des mouvements de solidarité et de protection des droits des citoyens. Elle appelle les autorités tunisiennes au dialogue avec les habitants de Gafsa, dans un souci d’apaisement et de respect de leurs revendications. Pour témoigner de son soutien aux habitants de Gafsa et au Président de la FTCR , la sénatrice se rendra à une manifestation Mardi 23 septembre à 18h métro St François Xavier (ligne 13) près de l’Ambassade de Tunisie.

SOLIDARITE AVEC LE PRESIDENT DE LA FTCR VICTIME DE LA REPRESSION DU POUVOIR TUNISIEN

 

    Depuis janvier 2008, les habitants du bassin minier de Gafsa (sud-ouest de la Tunisie) luttent de manière pacifique pour le droit au travail et pour une vie décente. Le pouvoir tunisien refuse de dialoguer et de répondre à leurs revendications. Au contraire, il renforce la répression qui a déjà entraîné la mort de jeunes militants. Les procès se succèdent avec des condamnations arbitraires à des peines de prison ferme.     Le pouvoir tunisien vient de franchir un nouveau pas dans l’escalade de la répression en visant la solidarité des Tunisiens de l’étranger. Mouhieddine Cherbib, président de la FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives), qui anime en France le combat pour le soutien aux habitants de Gafsa et plus généralement pour la défense des libertés en Tunisie,  a été inculpé par le parquet de Gafsa pour ‘ appartenance à une bande, participation à une entente établie dans le but de préparer ou de commettre un attentat contre des personnes ou des biens’ et ‘ distribution, mise en vente, exposition au regard du public, détention en vue de la distribution, de la vente, de l’exposition dans un but de propagande de tracts et de bulletins de nature à nuire à l’ordre public’. Il s’agit bien entendu de purs mensonges fabriqués par la police tunisienne pour essayer de déconsidérer et de criminaliser le mouvement de solidarité.     L’Association des Amis de la RASD (AARASD), l’Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), l’Association des travailleurs sahraouis en France (ATSF), l’Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA) et le Comité pour le respect des libertés et des droits humains au Sahara occidental (CORELSO) apportent tout leur soutien au président de la FTCR, Mouhieddine Cherbib, et dénoncent la répression en Tunisie qui, comme au Maroc et au Sahara occidental occupé, vise particulièrement les défenseurs des droits de l’homme. Ils demandent l’arrêt des poursuites contre le président de la FTCR et la libération des prisonniers du mouvement de Gafsa. Ils s’engagent à poursuivre leur action aux côtés des associations tunisiennes des droits de l’homme pour la défense des libertés et des droits humains et appellent à participer au rassemblement mardi 23 septembre à 18h métro St François Xavier (ligne 13) près de l’Ambassade de Tunisie.                                                                        Paris, le 22 septembre 2008 AARASD 356 rue de Vaugirard 75015 Paris  bur.aarasd@wanadoo.fr AFAPREDESA  afapredesa@afapredesa.org  www.afapredesa.org AFASPA 13 rue Pierre et Marie Curie  93170 Bagnolet  afaspa@wanadoo.fr CORELSO  10 Promenée Gérard Philipe 94200 Ivry corelso@yahoo.fr
 

Condoleezza Rice encore et toujours

23 septembre à 12h33 Alors que la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice a quitté la Tunisie depuis près de deux semaines, son court séjour au pays du jasmin continue de provoquer bien des remous. Cité dans un communiqué de l’association non reconnue par le régime du président Ben Ali « Liberté Équité », le journaliste Slim Boukhdhir pense que la brimade policière qu’il a subie le 21 septembre résulte d’un article qu’il a récemment publié dans des organes de la presse arabe. Un article dans lequel il revenait sur les déclarations censurées de Condoleezza Rice. Décidément, la vie « politico-répressive » tunisienne se déroule un peu trop au rythme des propos de cette chère Condi Rice. Mohamed Ettaieb
 
(Source : le blog « CHAKCHOUKA TUNISIENNE, UN BLOG PARFUMÉ AU JASMIN » hébergé par  « Bakchich » (Hebdomadaire satirique – France), le 23 septembre 2008)
 

 

De quel bilan économique et social parle t-on ?

Fethi jerbi   L’analyse de l’économie et du social d’un quelconque pays n’est pas purement une démarche comptable ou une lecture simple des statistiques celles que l’on veut mettre à la disposition du public, c’est surtout une observation, un constat, une démarche scientifique qui consiste à chercher les vérités, à confronter les statistiques, les sources, voire à produire par soi-même les chiffres.   Dans le cas de la Tunisie, il est autant prétentieux d’évaluer des bilans économiques et sociaux, que d’analyser le résultat d’un quelconque scrutin électoral orchestré par un pouvoir qui régit la chose publique par la mystification de la réalité et .   Dans le cas de la Tunisie, il est absolument difficile d’évaluer des bilans économiques et sociaux dans un contexte où les statistiques produites sont instrumentalisées par ceux là mêmes qui gèrent les politiques économiques et sociales du pays. Que ceux qui reproduisent les statistiques telles que le FMI, la BM, leurs pouvoirs sont limités ; leurs plans, en règle générale, sont dictés de Washington ainsi que de l’Atce (agence tunisienne de communication extérieure), et mis en forme au cours de brèves missions par des hauts responsables qui dès leur descente d’avion, s’immergent dans les chiffres du ministère des finances et de la banque centrale et, pour le reste, résident confortablement dans les hôtels de la capitale. La plupart de ces institutions internationales, on le comprendra, n’ont pas les moyens de contrôler la véracité des données et encore moins d’auditer les comptes des nations.   Bien qu’ils se positionnent, comme faisant partie de l’opposition tunisienne au régime de Ben Ali, fervents défenseurs des idéaux de la pensée économique socialisante, certains adeptes de l’économisme font l’écho hystérique et grossier d’un développement certain de la Tunisie, des acquis et des réalisations du régime dans le domaine de l’économique et du social. Ils vont jusqu’à élaborer des diagnostics et prescrire des remèdes. 5% de croissance… c’est un taux insuffisant pour ceci et pour cela…, 15% de chômage… c’est une catastrophe, 4% d’inflation… c’est un dérapage dangereux, etc…comme si ces indices reflètent réellement leurs niveaux.   Ces mêmes fervents défenseurs des idéaux de la pensée économique socialisante, colportent aussi et paradoxalement les quelques performances macroéconomiques à teneur ultralibérale (monétariste) que tentent désespérément à exécuter les responsables incuries de la politique budgétaire et monétaire de la Tunisie à savoir : la libéralisation des marchés, la réduction des déficits budgétaires, la diminution des fonctionnaires, la vente des entreprises publiques, l’assainissement des secteurs bancaires.   Outre qu’ils passent sous silence comme le font les sherpas du régime, le constat fait par ces mêmes experts des institutions financières internationales sur les critères utilisés par les autorités tunisiennes pour mesurer le degré de développement socio-économique et sectoriel du pays et qui sont de moins en moins en phase avec ceux des organismes internationaux[1]. Ces mêmes adeptes de l’économisme passent aussi sous silence le constat de ces mêmes experts de l’état de non performance des vrais indicateurs macroéconomiques.  Car, dans toutes les conclusions des consultations au titre de l’Article IV avec la Tunisie, le FMI, pour ne citer que celui-ci, ces mêmes experts notent la fragilité structurelle de l’économie, le surendettement extérieur, les déséquilibres chroniques de la balance commerciale, en somme sur l’insuffisance et l’absence d’une croissance économique soutenue pour résoudre le problème du chômage, la faiblesse de la demande intérieure, le manque d’investissement privé intérieur et extérieur. Cinquante ans plus tard, l’économie tunisienne est à bout de souffle. Et ce n’est pas faire preuve de pessimisme que de dire que la situation est particulièrement grave et les perspectives qu’elle implique pour le pays à moyen et long terme le sont d’autant. Piètre cette performance ; quand on songe que rien n’a été fait pour la génération d’aujourd’hui et surtout celle de demain, qui viendra, mal éduquée et sans perspectives d’emploi, exprimer avec force leur désir d’émigrer.   Certes que la Tunisie est plus riche qu’elle n’est développée et qu’elle vient d’être classée parmi les cinq pays africains les plus performants par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA). Mais à l’exception de l’Afrique subsaharienne, la croissance moyenne et réelle du revenu du tunisien qui était supérieur à celui de l’Asie dans les années 1960, déclinait depuis lors. Alors que les habitants de certaines régions en développement doublent leurs revenus en une décennie, on estime qu’il faudrait, au rythme actuel, cent quarante ans à la Tunisie pour réaliser la même performance. Tandis que, dans les autres zones de la planète, la productivité augmentait à un rythme accéléré depuis 1960, elle déclinait en Tunisie.   En l’absence de ressources propres pour financer l’économie, l’équilibrisme macro-économique et financier, auquel se livrent depuis plusieurs années les autorités (depuis 1986), ne reflète que les conditionnalités imposées par l’ajustement structurel et par le code de conduite fixé par le consensus de Washington : austérité budgétaire, privatisations massives, ouverture de l’économie aux investisseurs étrangers, instauration du régime du taux de change flottant et ouverture du compte capital. Et que parallèlement à la problématique du développement, qui est une problématique propre, se greffe une problématique financière qui résulte de ce recours aux capitaux extérieurs libellés en devises fortes.   En fait, derrière ces équilibres de façade des plus aléatoires, des enjeux autrement plus graves se jouent en permanence.   Dès lors, dans l’attente d’un réel audit des comptes de l’économie tunisienne, toute démarche sérieuse ne peut consister qu’à constater les prolégomènes à l’inefficacité des politiques économiques et sociales, à savoir :   A.   Les causes structurelles (distorsions) relatives au cadre politique et institutionnel des politiques socio-économiques. B.   Les prolégomènes relatifs aux contraintes des politiques socio-économiques.   Première Partie :   Les causes structurelles (distorsions) relatives au cadre politique et institutionnel des politiques socio-économiques   La crise économique qui frappe actuellement la Tunisie, liée entre autres aux dépenses sécuritaires pharaoniques et à la corruption généralisée du régime, a de graves incidences sur les violations des droits humains particulièrement ceux des journalistes, des syndicalistes et de la population. L’arsenal législatif répressif, les intimidations, et les emprisonnements se combinent pour faire taire ceux qui osent critiquer la politique économique et sociale du régime ou encore dénoncer la corruption des élites, la pauvreté et les violations des droits économiques et sociaux.   Les performances macro-économiques servent aujourd’hui de couverture à l’échec économique et à l’exploitation, avec peu d’empressement officiel pour remédier à l’inefficacité des institutions ou pour s’engager dans des réformes structurelles majeures comme celles préconisées par le FMI[2].  Les causes de cette situation sont toutefois bien antérieures à la crise actuelle.   L’histoire économique et sociale de 50 ans d’indépendance est celle des occasions manquées.  Les responsables de la politique économique et sociale de la Tunisie se sont condamnés eux-mêmes à répéter les erreurs tragiques qu’ils avaient déjà commises dans les années 1970 et 1980..   En réalité, le problème n’est pas fondamentalement économique, mais il est aussi institutionnel et politique.  Tant que les dysfonctionnements induits par des structures institutionnelles et politiques archaïques ne seront pas traités, il n’y a guère d’espoir d’une prospérité économique et encore moins d’un bien être social.   Peu de choses ont été faites pour répondre à la question essentielle, à savoir que les raisons internes du manque de performance de l’économie tunisienne et de l’utilité sociale ou collective des interventions publiques sont la conséquence logique d’une triple défaillance :   1) L’absence de contrôle – sanction ;   2) Des politiques tatillonne et de l’évitement ;   3) La mauvaise gouvernance.   4) L’absence de nationalisme économique   1) L’absence de contrôle – sanction    De fait, le pouvoir de Ben Ali autant que celui de Bourguiba, ont fonctionné pendant plus de 50 ans, sans ‘ régulateur ‘, sans ‘ sanction ‘ : ni sanction démocratique (parti unique), ni sanction de marché (jadis économie administrée et de nos jours économie parallèle), ni sanction financière internationale (prêts abondants), ni sanction morale (soumission des intellectuels tunisiens et exil des récalcitrants). Portés par une idéologie populiste et unanimiste qui niait toute différence d’intérêts, les deux pouvoirs n’ont jamais pu arbitrer entre les intérêts des différents secteurs économiques (entreprises publiques, privées, salariés..) ni définir avec la population un contrat social explicite et crédible.   Quand des options de socialisation ou de libéralisation économique sont prises, ils ne parviendraient pas à les faire appliquer par leurs administrations et par le lobby du parti psd et plus tard le rcd.   Nul doute que dans un contexte où la problématique des prises de décision dans l’économie et dans le social est appréhendée sans débats publics. Qu’elle est non assortie d’un processus répondant à certaines normes d’utilité collective et par le canal desquels les désirs des agents économiques peuvent être déterminés et enregistrés (la souveraineté par le vote). Ces prises de décision dans l’économie et dans le social ne peuvent être qu’assez mal saisies par les pouvoirs publics. Mal saisies, donc mal mises en œuvre ; constat primaire, avouons-le.   2) Des politiques tatillonnes et de l’évitement   Pendant cinquante ans les deux pouvoirs qui se sont succédé en Tunisie ont véhiculé des affirmations et des jugements qui n’ont pas toujours des assises solides et objectives. Les arguments avancés et les solutions proposées sont teintés d’éléments irrationnels, leurs discours s’apparentent à celui des années 30 en Europe où, avec la montée du national socialisme, on avance des solutions simplistes et globalisantes à des problèmes complexes.   La mise en œuvre de toutes les réformes ont été et resteront, dans une certaine mesure, contrainte par les hésitations et les revirements et de façon générale, par une discontinuité et une inconstance, reflétant, en dernière analyse, une absence de stratégie dans la démarche dont le volet législatif n’est que, dans son incohérence, l’illustration. Ces indécisions ont souvent altéré toute lisibilité des objectifs réellement poursuivis, ont favorisé la persistance des comportements attentistes, et ont stérilisé en grande partie tout le potentiel d’initiatives. Ces contraintes ne sont pas imputables aux seules résistances éventuelles des intérêts en jeu, mais découlent plus fondamentalement de l’absence d’une ingénierie d’ensemble des réformes.   En dehors même de savoir si les résultats sont en mesure de juger convenablement des performances des politiques économiques et sociales, le fait de concevoir quasiment en parallèle des modèles de politiques sociales avec ceux des politiques de développement économique, manque de rationalité ou fait preuve d’une pure démagogie.  En effet, l’analyse des modèles de politique économique et sociale mis en œuvre dans les différents pays, nous enseigne que si les conditions structurelles d’une économie en croissance soutenue ne sont pas réunies et si tous les agents économiques cherchent à maximiser leur propre optimum, l’allocation des ressources rares autant internes qu’externes ne serait pas efficiente, et les phénomènes d’externalités négatifs se trouveraient amplifiés.    L’élaboration des modèles de politique sociale quasiment en parallèle avec la politique de croissance économique ne saurait être réalisée sur des marchés concrets aussi structurés que ceux des pays développés ! Et qu’aux phénomènes d’indivisibilité, de congestion, de déformation des préférences individuelles et d’imperfection de l’information pouvant entraîner l’échec du marché concurrentiel dans les pays développés, viennent se greffer dans le cas de la Tunisie les éléments d’un système de causalité circulaire et cumulative qui ont tendance à accroître les inégalités et à neutraliser les effets de diffusion de la croissance depuis des centres d’expansion vers les autres.    Dans une économie, où persistent la rareté de l’offre et l’insuffisance d’accumulation du capital physique et financier, les pseudo stratégies d’un développement tout azimut (social et économique en parallèle) ne peuvent nullement aboutir à la réalisation simultanée des objectifs de croissance économique et de bien-être social ; constat primaire, avouons-le.     3) La mauvaise gouvernance   Tous les travaux de diagnostic effectués par des économistes sérieux ainsi que par les experts des institutions internationales montrent que les symptômes de la mauvaise gouvernance constituent un obstacle au développement social et économique. Qu’une mauvaise gouvernance, je cite Mustapha Nabli Economiste en chef pour la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à la Banque Mondiale : « coûte cher aux pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, environ 1 point de croissance par an ». « Que l’économie dans son ensemble va payer les conséquences sous la forme d’une croissance beaucoup plus lente, qui contraste avec celle de quelques groupes puissants qui « achètent » des lois et réglementations pour qu’elles leur servent directement ». « Que les opérations de privatisation des entreprises publiques peuvent faire l’objet d’une ‘capture de l’état’ par les milieux proches du pouvoir en place (nomenklatura, apparatchik) souvent intermédiaires pour de grands groupes étrangers ! »   Comme l’expliquait et concluait le rapport confié à des experts arabes, par le PNUD « qu’au cours des 20 dernières années, le taux d’accroissement du revenu par tête y est le plus bas du monde. La productivité du travail est faible et en baisse continue entraîne une baisse des salaires réels …que les pays arabes ne se sont pas développés, ni quantitativement, ni qualitativement, aussi rapidement ou harmonieusement que d’autres pays de régions comparables. Le produit intérieur brut cumulé des 22 pays arabes est inférieur à celui de l’Espagne ».   Comme l’avait découvert l’ONG américaine Freedom House, les nations les plus pauvres sont en général celles où les droits politiques et les libertés civiques sont restreints, où sévissent la corruption… où le même parti garde le pouvoir des décennies durant et où les femmes ont moins d’opportunités que les hommes. Que se sont les pauvres qui sont les plus touchés par la corruption ! La corruption fausse le plan d’affectation des ressources dans la société.  Elle enlève aux pauvres et aux démunis pour donner à ceux qui ont le pouvoir.    Au déficit de l’inclusion et à l’absence de responsabilisation des gouvernants vient se greffer un nouveau phénomène celui de l’émergence au cours de ces dernières années des groupes criminels (clans et mafias). Ces derniers sont devenus des acteurs politiques et économiques à part entière, enlevant à l’Etat le monopole de la violence légale, en accord ou non avec les responsables officiels. Cette criminalisation croissante ne se fait pas uniquement sentir au niveau local car certaines mafias locales entretiennent des réseaux transnationaux (trafic de drogue, prostitution, immigration clandestine, frappe des faux dollars, etc. Ce caractère transnational des trafics ainsi que les bénéfices qu’il génère ont des répercussions indéniables sur l’appréciation des modèles et des politiques de développement du pays, En récupérant une partie de la manne blanchie le pays permet d’entretenir une économie, juste l’entretenir.   Ainsi il apparaît clairement que la corrélation entre démocratie et développement économique et social est forte. Qu’une mauvaise gouvernance ne peut-être qu’un obstacle au développement social et économique de n’importe quel pays ; constat primaire, avouons-le.     4) L’absence de nationalisme économique   Le Nationalisme économique signifie donc l’indépendance économique.   Le nationalisme économique positif  suppose l’action de l’Etat, notamment par le biais de la politique industrielle. Il faut en effet orienter le capital et le travail vers les industries à haute valeur ajoutée par travailleur, pour maintenir la supériorité économique d’un pays.   La puissance et la grandeur d’un peuple ou d’une nation ne sont jamais le produit de  sa superficie ni de ses richesses potentielles mais les fruits de la qualité des hommes qui composent cette nation.     Mais ici comme ailleurs, comme en toute thèse il y a lieu de dénoncer les lois corollaires de la loi principale. Affronter l’économie européenne de type unitaire avec l’ensemble intégré de l’économie européenne c’est courir à la phagocytose de notre appareil économique par l’appareil économique européen.   Le Nationalisme économique consiste notamment à veiller à ce que la Tunisie soit totalement autonome en matière de production et totalement autonome dans le domaine du ravitaillement en matières premières.     Tant que la Tunisie n’aura pas consolidé son économie par des structures politiques, elle devra se défendre de l’action européenne, s’en protéger. Les formes de libre-échangisme ne doivent être acceptées qu’après la constitution d’une entité économico politique solide.   Bref, que si la Tunisie est un petit pays, elle doit voir grand dès qu’il s’agit d’économie, de culture, d’agriculture, de sciences, d’histoire, de vie artistique, de promotion du bien-être de la société, bien sûr, de sport.     Cependant, on ne construit pas la grandeur d’un pays sur les ruines de son économie. A bien des égards, la revendication obstinée d’une telle exception a laissé croire aux tunisiens que notre pays – par le fait d’un miracle inexpliqué autant qu’inexplicable – serait au-dessus des vulgaires lois de l’économie. Est-ce là la manifestation de notre grandeur ou l’aveu de notre candeur ?   Le résultat est que la succession de politiques économiques malencontreuses a, depuis plus de 50 ans, profondément endommagé le moteur de notre croissance interne au point que l’économie tunisienne est dangereusement tributaire de la conjoncture extérieure, notamment européenne. Sur le désarroi économique, social et politique d’un pays réputé pour ses rêves de grandeur se veut aussi le bilan de crise d’un modèle de société, jugée à l’aune des critères de la réussite des autres, au moment où des économies affichent d’impressionnants indicateurs de bonne santé économique.   Pour le commun des mortels, la Tunisie présente certains signes extérieurs de richesse. Elle donne très bien le change en dépensant sans compter, et en octroyant ses largesses, soigneusement négociées, aux experts et aux vassaux qui aident son image à l’extérieur. En réalité, il n’en est rien, elle est endettée jusqu’au cou ; à un point devenu aujourd’hui quasi insupportable.   À titre de comparaison, un pays qui a une dette extérieure de la moitié de son PIB est déclaré ruiné par la communauté des États et ne peut plus obtenir un sous des organismes prêteurs Ce qui semble inéluctable, c’est que la Tunisie va devoir plus tôt que tard revenir sur terre, quand ses bailleurs de fonds lui couperont les vivre.   [1] Les critères pour calculer le taux de chômage. L’utilisation de 1996 comme année de base pour déflater les composantes du PIB. L’emploi des ratios adéquats. La méthode de calcul des variations de stocks. [2] Chose que l’on ne pouvait pas, au prime abord, lui reprocher, puisque la fameuse déclaration du 7 novembre 1987 ne présageait pas un programme économique en rupture avec le passé. La fameuse déclaration du 7 novembre 1987 a exclusivement dessiné l’évolution du pays vers la démocratie, les libertés civiles et les respects des droits de l’Homme tunisien. Cette volte face de ces dernières années pour mettre en exergue son bilan économique et social n’est en quelque sorte qu’un aveu d’échec de la mission pour laquelle il prétendait se voir confier en 1987, un alibi qui par nature s’est avéré difficile à vérifier.   


 
 

 Main basse des diplomates sur les droits de l’homme à l’ONU

Tdh (Tribune des droits humains)   istockphoto23 septembre 08 – De plus en plus de diplomates en exercice occupent des postes d’experts dans des comités chargés de vérifier la manière dont les Etats respectent traités et conventions sur les droits de l’homme. Les ONG dénoncent et se mobilisent Juan Gasparini/Tribune des droits humains – Plusieurs ONG ont décidé d’intervenir auprès du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, afin de freiner la prolifération des diplomates au sein des comités d’experts. Ces derniers sont chargés de vérifier que les États respectent les Conventions et les Traités qu’ils ont signés. Ces experts doivent en effet être indépendants, comme le stipule une directive de l’ONU. Mais, pour les ONG, cette autonomie est incompatible avec le statut de diplomate. Une lettre partira bientôt de Genève dénonçant ces abus. Amnesty Internationale (AI), la Fédération International des Droits de l’Homme (FIDH), Human Rights Watch (HRW), le Service Internationale de Droits de l’Homme (SIDH) et Alkarama se mobilisent. Au début de la présente session du Conseil [22-26 septembre], l’affaire avait été évoquée devant son président, le Nigérien Martin Ihoeghian Uhomoibhi. Abdel Wahab Hani, au nom des ONG Alkarama (Dignité) et Commission Arabe des Droits de l’Homme, avait alors critiqué la nomination le 4 septembre dernier de l’actuel ambassadeur d’Égypte aux Pays Bas, Ahmed Amin Fathalla, comme membre du Comité des droits de l’homme de l’ONU. Le rôle de celui-ci est de contrôler l’application du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, l’un des deux piliers de l’ONU. Il avait été désigné en même temps que l’Algérien Lazhari Bouzid, sénateur non élu, nommé par le président de son pays, aux côtés de l’ambassadeur du Pérou en Espagne. « Ces nominations politiques de politiques font peser un risque sérieux sur les organes de surveillance et leur indépendance. Nous appelons tous les États à s’abstenir de présenter des détenteurs de postes politiques, car cela est en totale contradiction avec les critères d’indépendance et d’impartialité [requis pour ces postes] », a souligné Abdel Wahab Hani vendredi 19 septembre lors du débat au Conseil, pour demander leur démission. Sebastien Gillioz, avocat et représentant de HRW à l’ONU, s’inquiète « des conséquences que ce genre de pratiques peut engendrer. Il existe un véritable risque de ne plus faire la nuance entre ce qu’est un expert des droits de l’homme et ce qu’est un diplomate. La confusion ne cesse de s’accroître au péril de l’indépendance des mécanismes institutionnels. » Cette pratique est souvent critiquée par des ONG, qui craignent le manque d’autonomie de ces diplomates-experts. Cela représente « une violation du critère de haute moralité inscrit dans l’article 28 du Pacte », ajoute Abdel Wahab Hani. D’après un communiqué public d’Amnesty International du 7 mars 2008, l’ONU devrait pour ces postes « s’abstenir de nommer des candidats qui occupent une fonction rémunérée ou non au sein du gouvernement susceptible de compromettre leur indépendance et leur impartialité ». Ces experts devraient répondre « aux exigences » en termes de « compétence ». Il doivent être des « membres hautement qualifiés s’engageant vigoureusement en faveur des droits humains ». AI rappelle le contenu d’un document des Nations Unis date de 1997, signé par l’ensemble des présidents des organes de contrôle des traites à l’époque. Ils recommandaient alors aux Etats parties « de s’abstenir de nommer ou d’élire dans les organes de traits des personnes actives à des fonctions politiques ou occupant des positions qui ne seraient pas immédiatement conciliables » avec la charge d’expert. Interrogés dans les couloirs du Palais des Nations à Genève, plusieurs ambassadeurs ont refusé de donner leur position sur le sujet. L’un d’eux a expliqué qu’il pouvait concevoir des exceptions pour des pays ayant de faibles forces diplomatiques et peu d’experts à disposition. Les autres cas signalés par les ONG Dans le Comité qui contrôle le second pacte sur lequel s’appuie l’édifice juridique des Nations Unies, relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, on découvre que le ministre biélorusse des affaires étrangères, Sergei Martynov, siège depuis 2004. Dans le Comité aux Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), on trouve Naéla Gabr, ancienne ambassadrice à Genève, aujourd’hui assistante du ministre égyptien des affaires étrangères pour les organisations internationales. Elle siège en compagnie de Violeta Neubauer et de Dubravka Simonovic, deux coordinatrices pour l’égalité des chances dans les ministères des affaires étrangères de la Slovénie et de la Croatie respectivement. Au Comité contre la discrimination raciale (CERD), on remarque José Augusto Lindgren Alves, ancien ambassadeur du Brésil à Sofia, aujourd’hui en poste à Brasilia, et Fatima-Binta Victoria Dah, diplomate de carrière au Burkina Faso avec le grade de ministre plénipotentiaire de classe exceptionnelle, à la retraite. Au Comité des droits de l’enfant (CRC), les diplomates sont représentés par le Qatar, le Bangladesh et l’Egypte. Il faut ajouter l’ambassadeur d’Équateur à Washington, M. Luis Gallegos Chiriboga, membre du Comité contre la torture (CAT). La mainmise est encore plus flagrante dans le Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles (MWC) où sept des dix membres sont des diplomates. Juan Gasparini
 
(Source: ‘Tribune des droits humains ‘ le 23 septembre 2008) http://www.droitshumains-geneve.info/Main-basse-des-diplomates-sur-les,3529  

 Lowering the boom on diplomats as human rights experts

 
Tdh   istockphoto23 September 08 – More and more often working diplomats are taking up positions as experts on committees charged with verifying the manner in which member states respect human rights treaties and conventions. Non-governmental organisations are protesting Juan Gasparini/Human Rights Tribune – Several NGOs have decided to ask UN Secretary General Ban Ki-moon to put a brake on the proliferation of diplomats at the heart of committees charged with verifying how well states respect the treaties and conventions they have signed. They say such experts must be independent, as stipulated by a UN directive and that this autonomy is incompatible with the status of a diplomat. A letter will go out from Geneva soon, demouncing this abuse, supported by Amnesty International, the International Federation of Human Rights (FIDH), Human Rights Watch, the International Service for Human Rights (ISHR) and Alkarama, a Geneva NGO that advocates for Arab rights. At the beginning of the current Council Session (September 22-23), the matter was brought up before Council President Martin Ihoeghian Uhomoibhi of Nigeria. Abdel Wahab Hani, speaking for Alkarama and the Arab Commission for Human Rights criticized the nomination on September 4 of the current Egyptian Ambassador to the Netherlands, Ahmed Amin Fathall, as a member of the Human Rights Comittee. The diplomat was charged with overseeing compliance with the International Covenant on Civil and Political Rights, one of the two pillars of the UN. He was named to this post at the time that the unelected Algerian Senator, Lazhari Bouzid was appointed to the same committee, alongside Peru’s ambassador to Spain. ‘These political nominations raise serious problems for the independence of watchdog organizations. We call on all states to refrain from presenting as UN experts those holding political posts since this is in total contradiction with the criteria of independence and impartiality,’ stressed Abdel Wahab Hani on September 19 during a Council debate. He called for their resignation. Sebastien Gillioz of Human Rights Watch is concerned about ‘the consequences that this type of practice could engender. ‘There is a real risk of blurring the line between who is a human rights expert and who is a diplomat. The confusiuon will only increase the dangers to the independence of institutional mechanisms,’ he said. The practice is frequently criticized by NGOs who fear the lack of autonomy on the part of these diplomat-experts. ‘This represents ‘a violation of the criteria and morality inscribed in article 28 of the Covenant,’ said Abdel Wahab Hani. According to a communique by Amnesty International on March 7, 2008, the UN ought to ‘abstain from nominating candidates who occupy paid or unpaid government positions that could compromise their independence and impartiality.’ Amnesty went on to say that these experts should be selected on the basis of competence and be highly qualified to vigorously advocate in favor of human rights. Amnesty reminded that a UN document, signed in 1997 by all the organs presiding over treaty verification at the time, recommended that member states ‘abstain from naming or electing persons active in public office or occupying positions that are not immediately reconciliable’ with the role of expert. Questioned by HRT in the corridors of the Palais des Nations, several ambassadors refused to give their position on the subject. One of them speculated that exceptions might be made for those countries with less diplomatic representation and few available experts. Translated from French by Pamela Taylor
Other cases cited by NGOs
Juan Gasparini/HRT In the committee that controls the second covenant upon which the judicial base of the UN rests, regarding economic, social and cultural rights, one notes the name of Sergei Martynov, the Foreign Minister of Belarus. On the committee to oversee the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women (CEDAW), one finds the name of Naéla Gabr, Egypt’s former ambassador in Geneva, currently assistant to the Egyptian Foreign Affairs Minister for international organizations. She sits alongside Violeta Neubauer of Slovenia and Dubravka Simonovic of Croatia, who are equal opportunity coordinators in the foreign ministries of their respective countries. On the committee against racial discrimination (CERD) one finds José Augusto Lindgren Alves, former Brazilian ambassador to Bulgaria, who is still in government and Fatima-Binta Victoria Dah, a career diplomat from Burkina Faso, currently retired with the grade of Minister Plenipotentary. On the committee overseeing the rights of children (CRC), the diplomats represented are from Qatar, Bangladesh and Egypt. Finally, Ecuador’s ambassador to Washington, Luis Gallegos Chiriboga, is on the committee against torture (CAT). The heavy hand of diplomacy is even more flagrant in the committee to protect the rights of migrant workers and their families (MWC), where seven out of ten members are diplomats.
 
(Source: ‘Tribune des droits humains ‘ le 23 septembre 2008) http://www.droitshumains-geneve.info/The-problem-with-diplomats-as,3528

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

29 juin 2006

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2229 du 29.06.2006  archives : www.tunisnews.net ACAT-France: Cas de M. Tarek

En savoir plus +

3 octobre 2009

Home – Accueil     TUNISNEWS 9 ème année,N° 3420 du 03.10.2009  archives : www.tunisnews.net   AISPP: Qu’est-il advenu de Nourelhak

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.