23 novembre 2011

 

 

TUNISNEWS
11 ème année, N°4164 du 23.11.2011

 


Amnesty International: Human rights must be cornerstone of new Tunisian constitution

Houcine Ghali: Tunisie : reveil tardif et opportuniste des bourgeois tunisois

Le Nouvel Observateur: TUNISIE. Mustapha Ben Jaafar élu président de l’Assemblée constituante

RFI: Tunisie : première séance de l’Assemblée constituante

Gnet: Tunisie, la constituante ouvre ses travaux dans une ambiance solennelle

France soir: Tunisie : Printemps arabe ou hiver islamiste ?

Slate Afrique: Islamisme: l’étrange jeu américain en Tunisie

Business news: Agression de Souad Abderrahim, élue d’Ennahdha

Investir en Tunisie: Tunisie : les erreurs de Hamadi Jebali, selon Afek Tounes

Gnet: Tunisie, couacs pendant la première séance de la constituante

Liberte – Algerie: Les conseils des islamistes algériens à El-Ghannouchi


AMNESTY INTERNATIONAL PUBLIC STATEMENT 22 November 2011 Index: MDE 30/022/2011  

Human rights must be cornerstone of new Tunisian constitution


 

 

Amnesty International urges the National Constituent Assembly (NCA), as it meets today for the first time to draft the new constitution of Tunisia, to ensure that theshortcomings of the old constitution are addressed and that fundamental human rights guarantees are incorporated.

The NCA must, above all, reflect Tunisia’s international human rights obligations in the new constitution, in particular with regard to the supremacy of international human rights law over domestic law; the principle of non-discrimination; the protection of the rights to freedom of expression, association and peaceful assembly; the independence of the judiciary; judicial guarantees in the criminal justice system; protection from torture and other forms of ill-treatment; the right to life; and the protection of economic, social and cultural rights.

Provisions in the old Tunisian constitution – suspended on 23 March 2011 – failed to protect Tunisians’basic human rights and essential freedoms. Members of the political opposition, activists, human rights defenders and in effect any dissenting voices were ruthlessly repressed and faced arbitrary arrest and detention. The security forces and the judiciary were part of the repressive machinery of the authorities rather than institutions protecting the rights of people. Prison conditions and the treatment of prisoners were notoriously poor; laws were passed to further repress rather than protect Tunisians. Torture was widespread and impunity pervasive and counter-terrorism rhetoric was used to justify abuses. Tunisia’s “economic miracle” was celebrated while trade unionists faced imprisonment and large sectors of Tunisia’s population have been denied minimum essential levels of economic, social and cultural rights.

· First and foremost, the new constitution must maintain the supremacy of international law over domestic law and ensure that the human rights enshrined in international treaties to which Tunisia is a party are enforceable in a court of law.

· The independence of the judiciary, particularly from the executive, needs to be guaranteed, as do the safeguards protecting judges from pressures and influence. The principle of security of tenure (inamovibilite) must be included. Furthermore, the constitution should clearly stipulate the appointment of judges based on their abilities and qualifications without resort to any form of adverse discrimination.

· The NCA should uphold the rights to freedom of expression, association and peaceful assembly and ensure that any restrictions to these rights are limited only to those allowed in international law and standards.

· Discrimination needs to be prohibited and the grounds for prohibition clearly identified in line with international law, that is, on the basis of race, colour, sex, language, religion, sexual orientation, gender identity, political or other opinion, national or social origin, property, birth or other status. Amnesty International also recommends that the NCA include a provision in the new constitution which clearly states that women and men have equal rights in law and in practice and equal opportunities in the political, economic, cultural and social sphere.

· To ensure fair trial and to end impunity, existing judicial guarantees must be further developed and defined in the new constitution to ensure that the necessary safeguards are put into place. In light of the legacy of impunity which prevailed in Tunisia, the constitution should state that no member of the security apparatus is allowed to act above the law; Other safeguards should include the presumption of innocence, the right to have a lawyer, the conformity ofconditions of detention with international standards, the right to be immediately informed of the reason of arrest, the right to promptly challenge the lawfulness of one’s detention, the exclusive use of civilian courts to try civilians, the right to have ample time to prepare a defence, the exclusion of evidence extracted under torture or other forms of ill-treatment, the right to appeal and compensation for unlawful arrest. Furthermore, the new constitution must provide guarantees that end impunity and ensure the accountability of perpetrators of human rights violations.

· An absolute and clear prohibition of torture and other cruel, inhuman or degrading treatment or punishment must be included. The provisions also need to stipulate that the right to be free from torture and other ill-treatment is absolute and non-derogable and that evidence extracted under torture or other forms of ill-treatment can never be admissible.

· The right to life should also be guaranteed in the new Constitution and the death penalty prohibited as a punishment for any crime. Amnesty International believes that the death penalty should be abolished as it violates the right to life and is the ultimate cruel, inhuman and degrading punishment and that it is not possible for a country to fully respect human rights and sentence people to death at the same time.

· Economic, social and cultural rights must be guaranteed, including by ensuring the minimum essential levels of these rights and ensuring non-discrimination in access to essential public services. It is also necessary to uphold the right of workers and trade unions and to ensure that victims of violations of economic, cultural and social rights have the ability to access effective remedies.

Although it will take more than a new constitution to fully prevent human rights violations, a constitution that enshrines human rights and freedoms is a powerful tool for preventing them. The constitution can be the guiding instrument for institutions and officials in Tunisia and an ultimate guarantor of rights for Tunisians.

—————————————————————————————————————–

Background information

The Tunisian interim president passed a decree on 23 March 2011 suspending the 1959 Constitution until the election of a national constituent assembly that was tasked with creating a new constitution and appointing a new government. The decree stated:

“Considering that the current situation of the State after the final vacancy of the Presidency of the Republic on 14 January 2011…does no longer allow the regular operation of the public authorities and that the full implementation of the constitution provisions has become impossible.

Article one – The public authorities in the Republic of Tunisia shall be provisionally organized in accordance with the provisions of the decree-law herein, until a national constituent assembly elected with universal, free, direct and secret vote according to an electoral system chosen for this purpose, takes its functions.”

Members of the NCA were elected in nationwide elections that were held on 23 October 2011.

Since former president Zine El Abidine Ben Ali was ousted, the caretaker government has ratified a number of international human right including the Optional Protocol to the International Covenant on Civil and Political Rights, the Optional Protocol to the Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment, the International Convention for the Protection of All Persons from Enforced Disappearance, and the Rome Statute of the International Criminal Court All were published in the Official Gazette on 22 February 2011.

The caretaker government has also withdrawn its reservations to the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women. Amendments have also been made to national laws including the laws governing the press and audiovisual material, the law on associations and the law on torture. Amnesty International welcomes these as steps in the right direction although more work needs to be done to ensure human rights are the cornerstone of Tunisia’s future.

 


TUNISIE : REVEIL TARDIF ET OPPORTUNISTE DES BOURGEOIS TUNISOIS


Houcine Ghali, Genève

 

 

Les bourgeois de Carthage, la Marsa, Sidi Bousaïd, Gammmarth et le reste de la banlieue du Grand-Tunis ont débarqué sans prévenir dans la révolution du 14 janvier 2011.

Ils ont pris le train du changement en marche sans avoir participé en quoique ce soit au le processus de la révolte qui est partie du sud du pays avec l’ immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, la féroce répression qui a touché un grand nombre des villes où la misère règne depuis des deécennies.

 

Pour se défaire de leur poids du passé, des traumatismes et de leur culpabilité en excédent de mémoire, les bourgeois tunisois ont enfin pensé à la nécessité de l’ instauration de la démocratie, à participer aux processus qui amènent les droits humains et la liberté, et se sont tout à coup réveillés avec une âme révolutionnaire qu’ il faut concrétiser.

Ils ont aussi pensé aux pauvres et se sont engagés à les aider en créant des associations qui oeuvreront à soulager la grande misère du quart de la population tunisienne.

En effet, c’ est seulement après le 14 janvier dernier que nos bourgeois du Grand – Tunis, bien nantis et ayant largement profité du pouvoir répressif de Ben Ali durant 23 ans, ont découvert qu’ il y a 25% de pauvres dans leur pays dont chacun vit avec seulemnt deux dinars par jour, sans compter le million de chômeurs et les nombreuses familles qui subissent la précarité. Ils se sont émus en regardant à la télévision Tunis 1 les taudits où s’ entassent dans la promiscuité des familles sans eau, sans électricité et dont les enfants font plus de dix kms à pieds pour rejoindre leurs écoles.

 

Quand la vie devant soi nous tire par derrière, quand il est difficile de s’ émanciper des maux qu’ on a créés et de s’ affranchir de sa propre participation à l’ appauvrissement d’ une grande tranche de la population tunisienne, alors on prend le train de la révolution en marche en créant une association humanitaire pour venir en aide aux pauvres et ainsi soulager sa conscience et s’ extraire de sa propre responsabilité. Ou en s’ inscrivant dans un parti ou une organisation pour participer à la bonne marche des étapes de la révolution.

Ainsi le riche demeure riche, le pauvre reste pauvre mais bénéficie de quelques miettes des aisés pour lui faire oublier sa véritable condition d’ exploité, de marginal, d’ oublié, et ainsi faire évacuer de sa pensée toute idée de révolte et de mise en cause du système de classe établi et de l’ exploitation de la majorité par une minorité, but suprême de tout pouvoir libéral, aussi démocratique soit-il.

 

Car durant ces 23 ans de règne de la dictature de Ben Ali, les bourgeois tunisois se sont tus dans leur aisance, n’ ont exprimé aucune critique à l’ égard du pouvoir, se sont enrichis encore plus en profitant du libéralisme sauvage,de la corruption et du laisser faire du régime. Il rechignaient à créer des associations caritatives et à aider même les partis de l’ opposition sociale-démocrate et s’ adonnaient à une vie luxueuse dans l’ ignorance totale de la misère qui ronge une grande partie de la population de l’ intérieur de leur pays.

 

La révolution tunisienne s’ est faite stopper après l’ ,échec de l’ occupation Kasbah 2. Sa récupération s’ est ensuite mise en place grâce à l’ installation à la tête de l’ Etat d’ un président ( Fouad Mbazzaa ) et d’ un Premier ministre ( Beji Kaïed Essebsi ), tous deux grands serviteurs de Bourguiba et de Ben Ali. La présence dans la grande Administration et surtout au ministère de l’ Intérieur de barrons aguerris par la pratique de la répression et de l’ opportunisme durant ces dernières 23 années a fait le reste.

Enfin, la collaboration des divers partis de l’ opposition sociale-démocrate, au seul but d’ accéder au pouvoir, a porté le coup de grâce à une quelconque révolution digne de ce nom.

La coalition Ennahdha, CPR et Ettakattoul a fait dévier la révolution de sa véritable voie pour longtemps et nos bourgeois tunisois se mettent à trembler de nouveau car avec des islamistes détenteurs du véritable pouvoir politique, leur mode de vie à la française risque fort de prendre un sale coup et leur mépris pour les pauvres gens se voir réprimé.

 

Houcine.ghali@bluewin.ch

 


TUNISIE. Mustapha Ben Jaafar élu président de l’Assemblée constituante


 
Publié le 22-11-11 à 18:34 Modifié à 20:32 par Le Nouvel Observateur
 
Le dirigeant du parti de gauche Ettakatol, Mustapha Ben Jaafar, a été élu mardi 22 novembre président de l’Assemblée constituante tunisienne issue du scrutin du 23 octobre, qui se réunissait pour la première fois à Tunis.
 
Mustapha Ben Jaafar a été élu par un vote à bulletins secrets par 145 voix contre 68 à Maya Jribi, dirigeante du parti démocrate progressiste (PDP, centre gauche). Sur les 217 députés de l’Assemblée, deux n’ont pas pris part au vote et il y a eu deux bulletins nuls.
 
Avant le vote, Mustapha Ben Jaafar avait brièvement pris la parole. « Je serai fidèle à la grande révolution tunisienne, fidèle à ses objectifs quoi qu’il m’en coûte. Pour moi, les objectifs de la révolution se résument en la rupture avec le système totalitaire qui n’a pas encore disparu », a-t-il dit. « Cette révolution est née du chômage, des disparités régionales, de la pauvreté et du besoin de réformes politiques (…) La Tunisie se trouve à un tournant crucial de son histoire », a-t-il ajouté.
 
« Les temps de la candidature unique sont définitivement révolus »
 
De son côté, Maya Jribi a estimé que la première réunion de l’Assemblée constituante représentait une « journée historique » pour la Tunisie. « Ma candidature est un message à vous, élus du peuple, et au peuple tunisien pour dire que les temps de la candidature unique sont définitivement révolus », a-t-elle déclaré avant le vote.
 
Les trois partis vainqueurs de l’élection du 23 octobre, les islamistes d’Ennahda, et les deux partis de gauche CPR et Ettakatol, se sont mis d’accord sur le partage du pouvoir au sommet de l’Etat avant la première réunion de l’Assemblée.
 
Outre Ben Jaafar à la présidence de la Constituante, Moncef Marzouki, chef du CPR, doit accéder à la présidence de la République, et Hamadi Jebali, numéro 2 d’Ennahda, est appelé à diriger le prochain gouvernement.

Tunisie : première séance de l’Assemblée constituante


 

En Tunisie, l’Assemblée constituante a pris officiellement ses fonctions ce mardi 22 novembre 2011. Elle devra donner au pays une nouvelle Constitution et valider l’accord signé entre les trois principaux partis : les islamistes d’Ennahda, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol qui se sont partagés les postes-clés du pouvoir.  

Il était 11 heures et quart lorsque les travaux de l’Assemblée constituante ont été ouverts à Tunis. Cette Assemblée a été élue le 23 octobre dernier lors des premières élections libres dans le pays, moins d’un an après la chute et la fuite de l’ancien président Ben Ali. Il y a eu beaucoup d’émotion lors de cette première séance au palais du Bardo, malgré quelques centaines de manifestants hostiles aux islamistes devant l’entrée du Parlement. La cérémonie d’inauguration a commencé très solennellement par une passation de pouvoirs, avec un discours du président par intérim Fouad Mebazaa, venu passer la main symboliquement aux 217 élus de cette Assemblée constituante.

Dans l’hémicycle, se sont réunies toutes les grandes personnalités de la nouvelle Tunisie post-Ben Ali, du Premier ministre de transition Beji Caïd Essebsi, au chef du parti islamiste Rached Ghannouchi, jusqu’au chef d’Etat major de l’armée, le fameux général Rachid Ammar, connu pour avoir refusé de tirer sur la foule pendant la révolution. N’étant pas élu, il est venu encourager les 217 élus de cette nouvelle assemblée. On a vu Rachid Ammar donner chaleureusement l’accolade au chef du parti islamiste Ennahda et bien-sûr au nouveau président tunisien, l’ancien opposant de centre-gauche Moncef Marzouki, ainsi qu’au futur président de la Constituante, le chef du parti Ettakatol Mustapha Ben Jaafar.

L’une de premières décisions de cette Assemblée constituante sera de valider par le vote la nomination de ses deux présidents et du Premier ministre proposés par la coalition islamiste de centre-gauche. Les élus ont tous fait part de leur grande émotion en prenant place dans l’hémicycle. «Imaginez le chemin parcouru, nous disait l’un d’eux.Il y a un an, jour pour jour, Ben Ali était encore là. Notre part islamiste Ennahda était interdit. Et, aujourd’hui, nous voila au cœur du pouvoir tunisien »

Reste la question du partage du pouvoir entre le parti islamiste arrivé en tête à l’élection du 23 octobre et les deux partis de gauche avec lesquels Ennahda a conclu un accord de coalition. Selon cet accord, annoncé lundi à Tunis, Moncef Marzouki, du Congrès pour la République (CPR), va devenir le nouveau président tunisien. L’ancien opposant farouche au régime Ben Ali était très ému, en déclarant : « C’est le plus beau jour de ma vie. C’est le jour de la libération. C’est le jour le plus long, aussi, pour nous tous».

Source: “RFI” Le 22-11-2011

Lien: http://www.rfi.fr/afrique/20111122-moment-historique-tunisie-premiere-seance-assemblee-constituante


Tunisie, la constituante ouvre ses travaux dans une ambiance solennelle


 

La séance inaugurale de l’assemblée nationale constituante s’est ouverte dans une ambiance solennelle, à l’ancien siège de la Chambre des députés au Bardo, en présence du ban et de l’arrière-ban de Tunis : le gouvernement au complet, dirigé par le Premier ministre, Béji Caïd Essebsi, les chefs de partis, dont Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha, et Mohamed Louzir, président d’Afek Tounes, assis côte à côte. Etaient également présents Moncef Marzouki, SG du CPR, Mustapha Ben Jaâfar, SG d’Ettakatol, Hamadi Jebali, SG d’Ennahdha, Nejib Chebbi, chef historique du PDP, Ahmed Brahim, SG d’Ettajdid, ainsi que les présidents des instances, comme Yadh Ben Achour, président de la haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Kamel Jendoubi, président de l’Instance supérieure indépendante des élections, Abdelfattah Omar, président de la commission d’investigation sur les affaires de corruption et de malversation, et des personnalités indépendantes comme Mustapha Filali et bien d’autres.  

La séance s’est ouverte par l’intonation de l’hymne national. La parole a été donnée par la suite au président de la séance, le doyen de l’assemblée, Tahar Ben Hmila, qui a souligné en substance que « cette assemblée nationale constituante va mettre le premier jalon pour la construction de la deuxième république, celle de la liberté, de la dignité et de la justice, pour laquelle se sont sacrifiés des Tunisiens de tous âges ». Après la récitation de la Fatiha, des voix ont scande timidement « Fidèles au sang des martyrs » ; « nous serons tous fidèles au sang des martyrs, et celui qui le trahira sera maudit par l’histoire », rétorque le Président de séance.

Dans une allocution émouvante, Foued Mebazaa, président de la République par intérim a fait le bilan de la première période transitoire ayant balisé le terrain à la période actuelle que vit la Tunisie.

Il a salué ce rendez-vous historique de l’ouverture de l’assemblée nationale constituante, et a rendu hommage au peuple tunisien qui a montré « sa capacité à assurer la réussite des élections, en faisant montre d’un haut sens de citoyenneté, prouvant qu’il est le rempart et la soupape de sécurité pour la bonne marche de ce processus transitoire dans notre pays ».

« La Tunisie entame une nouvelle étape féconde en aspirations », dit Foued Mebazâa, s’attardant à la première période transitoire « qu’il est difficile d’évaluer d’une manière scientifique, seule l’histoire sera capable de faire ce travail dans un cadre d’objectivité, et loin de toute partialité », relève-t-il.

Le président de la République par intérim a rappelé la continuité du service public pendant l’étape post-révolutionnaire, avec le fonctionnement sans interruption de l’administration et des institutions. Il a rendu un hommage appuyé au gouvernement provisoire « dont les membres se sont acquittés de leur tâche avec dévouement et un haut degré de patriotisme, malgré les difficultés et la sensibilité de la période », indique-t-il. Il a également salué « le rôle de l’armée nationale et des forces de sécurité qui ont veillé à l’invulnérabilité du pays, au maintien de la sécurité, et ont joué un rôle crucial dans le bon déroulement de l’opération électorale ».

Foued Mebazaa a rendu hommage aux instances formées après la révolution dont « la haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution qui a réussi à franchir la période passée et à assurer la préparation légitime et institutionnelle de la nouvelle étape ». Il a salué le rôle joué par l’instance électorale, et a appelé « à étudier avec sérieux la possibilité de transformer ces instances en institutions permanentes, afin qu’elles participent à la construction de la Tunisie ».

Le Président de la République par intérim a loué « le rôle capital joué par les partis politiques, en matière d’encadrement des citoyens sur une scène politique jadis déserte, et de mobilisation des citoyens afin qu’ils participent à l’action politique et à l’opération électorale »

Le rôle important joué par les médias était aussi évoqué par le Président de la République intérimaire. « Les médias constituent désormais un pouvoir réel, avec lequel il sera inévitable de composer », dit-il, appelant à impliquer activement les médias dans la construction et la prospérité de la Tunisie.

Il a mis l’accent sur le caractère sensible de cette période, émaillé de nombreux défis, ce qui impose un haut degré de responsabilité des députés.

Mebazaa qui s’apprête à tirer sa révérence pour céder la place à son successeur, probablement Moncef Marzouki, qui est candidat pour occuper la fonction suprême, dit s’être acquitté de sa mission avec sens de patriotisme et de responsabilité nationale et avoir respecté les engagements a pris devant le peuple tunisien.

« J’ai veillé à assurer les conditions pour le transfert des pouvoirs dans le cadre d’une institution légitime qui s’engage à assurer la transition démocratique », affirme-t-il dans un discours qui entrera dans les annales de l’histoire tunisienne, comme étant celui donnant le coup d’envoi de l’assemblée nationale constituante qui rompra totalement avec le passé despotique pour instaurer une démocratie réelle et plurielle en Tunisie. Lecture a été donnée par la suite aux noms des députés de l’assemblée nationale constituante.

Source: “GlobalNet” Le 22-11-2011

Lien: http://www.gnet.tn/temps-fort/tunisie-la-constituante-ouvre-ses-travaux-dans-une-ambiance-solennelle/id-menu-325.html


Tunisie : Printemps arabe ou hiver islamiste ?


 

Mezri Haddad, ancien ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco qui avait démissionné pour soutenir la révolution ayant renversé Ben Ali, s’inquiète aujourd’hui de l’évolution de cette révolution au profit des islamistes.

Le parti islamiste Ennahda est sorti vainqueur des élections tunisiennes. Partagez-vous l’avis de ceux qui affirment que ce parti serait devenu « démocrate » et qu’il aurait rompu avec toute pensée totalitaire ?

M. H. Je ne partage pas cet avis. Si je ne juge pas les dirigeants d’Ennahda, je constate que son idéologie est fondée sur la confusion totale du religieux et du politique. Elle ne peut donc être que philosophiquement totalitaire.

F.-S. Avez-vous des exemples précis de la volonté des islamistes tunisiens d’instaurer progressivement un régime religieux, liberticide, étouffant les voix discordantes, notamment celles des laïques ?

M. H. Les islamistes tunisiens ne couperont pas la main aux voleurs, ils ne reviendront pas tout de suite sur le Code du statut personnel bourguibien qui accorde aux femmes des droits comme nulle part ailleurs dans le monde arabe. Ils ne fermeront pas non plus les hôtels, mais ils feront appel au tourisme islamique. Ils ne reviendront pas sur les orientations libérales de l’économie tunisienne, mais ils accentueront au contraire les pratiques de l’économie de marché, selon l’orthodoxie américaine. Ils ne forceront pas les femmes à porter le voile, mais c’est la pression sociale qui les y contraindra. Ils n’aboliront pas le système de l’éducation nationale modernisé par Mohamed Charfi, mais ils réformeront les manuels scolaires dans le sens contraire. Ils ne changeront pas radicalement les lois civiles et pénales, mais ils travailleront à leurs progressive « chariatisation »… Dans tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle, ils procéderont par petites touches, de façon graduelle, par islamisme « modéré ». Tout dépendra aussi du poids et de l’action des mouvements progressistes.

F.-S. Comment expliquez-vous que tant de femmes tunisiennes et tant de jeunes modernes, « mondialisés », branchés Facebook et Twitter, aient pu voter en faveur des islamistes ?

M. H. Je ne pense pas que les femmes modernes et les jeunes, ouverts sur le monde, aient pu voter pour les islamistes. Mais que représentent ces catégories sociales en Tunisie ? Peu de monde. La majorité des électeurs pensent réellement que l’islamisme incarne la pureté morale, que voter pour eux c’est agir en « bon musulman ». C’est cette confusion entre islam et islamisme qui constitue la force majeure d’Ennahda. Si l’acte d’élire est psychologiquement conditionné par la crainte de l’enfer ou la convoitise du paradis, le jeu démocratique est d’emblée faussé.

F.-S. Dans ces conditions, comment voyez-vous le futur de la Tunisie ? Les acquis progressistes de Bourghiba sont-ils à termeen danger ?

M. H. En politique, c’est comme dans les mathématiques : il y a des équations à plusieurs inconnues et il y a aussi des impondérables. Tout pourrait arriver, mais tout dépendra aussi de la résistance des forces de progrès, de la société civile, des musulmans éclairés. Il est certain que les islamistes cultivent à l’égard de Bourguiba une haine pathologique. Ces acquis ne sont donc pas irréversibles. Ils ne sont pas pour autant menacés dans l’immédiat. D’abord parce que les islamistes adopteront le « gradualisme » comme tactique. Ensuite parce que les stratèges américains ont encore besoin du bon modèle démocratique tunisien pour faire tomber la Syrie, ensuite probablement l’Algérie. Comme disait le pape Jean-Paul II aux Polonais, « N’ayez pas peur », Obama dira aux Arabes « l’islamisme, c’est l’avenir » ! A vous la charia, à nous le pétrole. Chacun sa religion !

F.-S. D’après vous, l’hiver islamiste peut-il être pire dans d’autres pays, comme l’Egypte ou la Libye, moins enracinés dans la liberté et moins avancés que la Tunisie ?

M. H. Tout à fait. En Egypte, je pense que les islamistes en général et les Frères musulmans en particulier vont faire un score encore meilleur que celui d’Ennahda. Pour la Libye, si elle parvient à sauvegarder son unité territoriale, le régime sera au mieux une copie du wahhabisme du Qatar, au pire une réplique du talibanisme afghan. Dans chaque pays touché par le « printemps arabe », l’islamisme prendra la forme sociologique et psychologique des peuples en question.

F.-S. Quid du fameux « modèle turc », qui incarnerait une voie « islamiste modérée », conciliant démocratie, modernité, islam politique et capitalisme ?

M. H. C’est en effet un « modèle » en matière d’atteinte à la liberté d’expression, de répression des populations kurdes, et même de gestion économique, de diplomatie et d’atlantisme ! Soyons sérieux, l’AKP n’a jamais été un parti exclusivement islamiste. C’est plutôt un rassemblement de plusieurs sensibilités. De plus, l’AKP n’a pas choisi d’être ce qu’il est, mais il y a été contraint par une démocratie qui lui est antérieure, par une armée qui veille à l’héritage kémaliste et par un parti nationaliste qui conserve son poids politique. Toutes ces conditions n’existent pas en Tunisie, en Egypte, et encore moins en Libye. L’islamisme modéré est une symphonie anesthésiante que certains spécialistes ou observateurs occidentaux nous chantent depuis déjà quelques années. L’islamisme turc est évidemment aux antipodes de l’islamisme taliban et de l’islamisme du Qatar. Il est sans commune mesure avec l’islamisme iranien. Il n’en reste pas moins vrai que l’islamisme est une doctrine théologico-politique où la foi est loi. Si l’islamisme modéré existe, pourquoi M. Sarkozy ne le reconnaîtrait-il pas en France ? Après tout, il y a plus de musulmans en France qu’en Libye ! Une députée en burka ou un sénateur enturbanné, ce serait l’expression même de la diversité culturelle.

F.-S. Quel serait votre mot de la fin ?

M. H. Allah est grand et Bernard-Henri Lévy est son prophète !

Un musulman anti-islamiste

Mezri Haddad est un philosophe atypique. Ce docteur en philosophie morale et politique de la Sorbonne, musulman, a toujours combattu l’islamisme, dont il avait pourtant défendu les militants au début de l’ère Ben Ali. Résistant de la première heure contre le président tunisien Ben Ali, il s’est exilé en France pendant douze ans. Il s’était ensuite rallié au régime en 2002, préférant le réformisme de l’Etat plutôt que l’alliance avec les islamistes. En 2009, il a été nommé ambassadeur de la Tunisie à l’Unesco, poste dont il a courageusement démissionné avant la chute de Ben Ali. Il vient de publier La Face cachée de la révolution tunisienne. Islamisme et Occident : une alliance à haut risque.

Source: “France soir” Le 22-11-2011

Lien: http://www.francesoir.fr/actualite/international/tunisie-printemps-arabe-ou-hiver-islamiste-158955.html


Islamisme: l’étrange jeu américain en Tunisie


 

Par Akram Belkaïd

En Tunisie, Washington est accusé de favoriser l’accession au pouvoir des islamistes. Mais la réalité est beaucoup plus complexe.

De Rabat au Caire, en passant par Alger et Tunis, le même discours a tendance à se répandre dans les milieux démocrates et modernistes: les Etats-Unis conspireraient pour que l’islamisme politique s’installe définitivement à la tête des pays d’Afrique du nord. L’objectif? Garantir la stabilité de cette région à long terme en la dotant de gouvernements qui seraient enfin légitimes aux yeux de leurs propres populations. Il faut le dire, cette thèse n’est pas nouvelle. Cela fait des années que l’Oncle Sam est régulièrement accusé de vouloir favoriser l’émergence de pouvoirs islamistes «soft» en lieu et place de régimes dictatoriaux qui ont démontré, comme ce fut notamment le cas pour la Tunisie ou pour l’Egypte, qu’ils étaient de plus en plus impopulaires. Maisla récente victoire électorale du parti islamo-conservateur Ennahdhaen Tunisie et celle annoncée des Frères musulmans en Egypte – en attendant que le nouveau régime libyen ne clarifie ses intentions – ont renforcé la thèse d’une main étasunienne agissant secrètement dans les coulisses pour imposer aux peuples arabes un nouvel ordre islamiste.

Ainsi, à Tunis, nombreux sont les adversaires d’Ennahdha qui mettent en cause les Etats-Unis pour avoir facilité la récente victoire électorale du parti religieux. Il suffit de tendre l’oreille ici et là pour entendre des accusations qui attendent néanmoins d’être étayées par des preuves. Petit florilège : «Les Américains ont permis au Qatar definancer Ennahdha», «Les Américains veulent installer les islamistes parce qu’ils ont le modèle de l’Arabie Saoudite en tête», «Des experts américains ont aidé Ennahdha à organiser et à bien mener sa campagne électorale».

Victoire électorale des islamistes

Dans la foulée, certains, à l’image de Sofiane, jeune militant sfaxien du Pôle démocratique moderniste (PDM) en arrivent même à accuser Washington d’avoir «volé leur révolution aux Tunisiens»en permettant aux islamistes d’Ennahdha d’arriver en têtelors du scrutin pour l’élection de l’Assemblée constituante. A l’inverse, et plus étonnant encore, il n’est plus rare d’entendre des propos qui déprécient la révolution tunisienne en la ramenant à de simples jacqueries dont auraient profité les Etats-Unis pour abattre le régime de Ben Ali et lui substituer des islamistes.

Comme c’est souvent le cas dans pareille contexte, il est toujours difficile de démêler le vrai du faux. Il faut d’abord noter que la thèse d’un complot occidental, ou du moins américain, pour remettre en selle le parti d’Ennahdha est du pain béni pour les caciques et obligés de l’ancien régime.Nombre d’entre eux ne se privent pas de jubiler, en public comme en privé, et rappellent que leur ancien patron et maître avait justement empêché les islamistes de prendre le pouvoir. Et, comme pour se redonner une nouvelle légitimité patriotique,des anciens ministres de Ben Alicomme des anciens cadres du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, aujourd’hui dissout) affirment quel’ancien dictateur était un rempart pour la souverainetédu pays face aux appétits économiques des Occidentaux. Une souveraineté, que les islamistes d’Ennahdha seraient, selon eux, prêts à remettre en cause du fait de leurs convictions néolibérales en matière d’économie. Certes, la ficelle paraît grosse – surtout quand on se souvient dans quel état de déprédation se trouvait la Tunisie sous Ben Ali – mais en ces temps de désarroi pour une partie de la société tunisienne sonnée par la victoire électorale des islamistes, ce discours produit ses petits effets.

Il faut dire aussi qu’il y a quelques éléments tangibles qui renforcent les certitudes de celles et ceux qui sont persuadés que les Etats-Unis ont trahi les démocrates tunisiens. En effet, depuis mars dernier, la capitale tunisienne a été investie par nombre d’Organisations non-gouvernementales américaines ayant pour mission officielle d’aider à l’instauration de la démocratie en Tunisie. «Ces organisations ont frappé à toutes les portes des partis qui ont participé au scrutin du 23 octobre dernier. La grande majorité de ces formation a accepté leur expertise notamment en matière d’organisation d’une campagne électorale» raconte une personnalité politique tunisienne qui souhaite garder l’anonymat.

A Tunis, il se dit ainsi que les islamistes d’Ennahdha sont ceux qui ont été le plus aidés et que ce soutien a aussi été financier et logistique. Une accusation balayée par les nahdhaouis qui, affirme l’un d’eux, n’avaient nul besoin du «moindre dollar pour gagner l’élection du 23 octobre». Pour autant, nombreux sont les observateurs (journalistes, politologues, diplomates) qui l’assurent : Ennahdha a bel et bien bénéficié d’un large soutien de la part des Etats-Unis et de leurs alliés, notamment le Qatar.

Générosité américaine

Est-ce à dire que Washington a gagné? Pas si sûr. Il semblerait en effet que la générosité américaine n’a pas concerné que les seuls islamistes. De nombreux partis démocratiques ont aussi bénéficié de conseils avisés voire de financements indirects pour la campagne électorale. Une stratégie que décrypte, sous le sceau de l’anonymat, un cadre d’Ettakatol, l’un des partis démocrates qui ont réussi à faire un bon score lors du dernier scrutin. «Les Américains ont aidé les deux camps et de manière plutôt équilibrée. Leur objectif était de favoriser une bipolarisation de la vie politique tunisienne. Cela n’a pas été le cas car même si Ennahdha n’a enregistré que 40% des votes, on ne peut pas dire que les démocrates représentent les 60% restant. En réalité, ceux qui s’opposent vraiment à ce parti sont entre 20% et 25% des suffrages. Les Américains espéraient plus afin que les islamistes ne se sentent pas en position de force».

Plan visant à favoriser l’émergence de deux blocs cohérents

Ce qui vient de se passer en Tunisie ne serait donc pas le triomphe d’une stratégie américaine dédiée à la victoire des islamistes. Ce serait plutôt l’échec d’un plan visant à favoriser l’émergence de deux blocs cohérents mais adversaires. D’un côté, Ennahda, ses satellites (listes indépendantes, petits partis religieux) et ses alliés de fait comme le Congrès pour la République (CPR) de Moncef Marzouki. Et, de l’autre, le camp démocrate opposés à toute négociation avec les islamistes, parmi lequel figurent le Parti démocrate progressiste (PDP, longtemps donné comme principal challenger d’Ennahdha), le PDM ainsi que de nombreuses listes issues de la société civile tunisienne. En somme, l’oncle Sam se retrouve une nouvelle fois dans le rôle de l’arroseur arrosé. Mais, pour en être sûr, il reste tout de même à connaître la réalité du soutien qu’il a offert aux partis politiques tunisiens. Il faudrait pour cela que ces derniers fassent preuve de transparence…

Source: “Slate Afrique” Le 22-11-2011

Lien: http://www.slateafrique.com/70997/islamisme-etrange-jeu-americain-tunisie


Agression de Souad Abderrahim, élue d’Ennahdha


Souad Abderrahim a été agressée mardi 22 novembre 2011 avant qu’elle ne puisse entrer au siège de l’Assemblée constituante. Mme Abderrahim, indique la TAP, a été agressée par l’une des manifestantes regroupées devant le Palais du Bardo. Les manifestants ont crié « dégage » à l’adresse de l’élue. Souad Abderrahim est élue sur les listes d’Ennahdha et a été sévèrement critiquée dernièrement suite à ses déclarations aux médias au sujet de sa position à l’égard des mères célibataires. Elle avait déclaré « qu’il est inconcevable d’élaborer une loi portant protection des mères célibataires dans une société arabo-musulmane, sauf dans le cas où la naissance de l’enfant intervient à la suite d’un viol. »

Source: “Business news” le 22-11-2011

Lien: http://www.businessnews.com.tn/Tunisie—Agression-de-Souad-Abderrahim,-%C3%83%C2%A9lue-d%C3%82%E2%80%99Ennahdha,520,27780,1


Tunisie : les erreurs de Hamadi Jebali, selon Afek Tounes


 

Le dernier discours de M. Hamadi Jebali, secrétaire général du parti Ennahdha, à Sousse a fait éclater la polémique. « M. Jebali a commis plusieurs fautes lorsqu’il a évoqué le sixième calife, dans ce discours », a indiqué Faouzi Abderahman, membre du comité central d’Afek Tounes, lors d’une conférence de presse, tenue lundi 21 novembre, au siège du parti, à Montplaisir.

« M. Jebali a indiqué au début de son intervention qu’il y a des gens qui vont considérer que ce discours est religieux, mais nous nous ne faisons pas la distinction. Alors que tout le monde approuve la civilisation de l’Etat, Hamadi Jebali dit ne pas faire la différence entre le religieux et le politique! A mon avis, la séparation entre mouvement et parti n’est plus mise en œuvre au sein d’Ennahdha. J’invite ce parti à s’identifier en tant que parti civil et non pas islamiste », a précisé le membre d’Afek Tounes. La deuxième faute, selon M. Abderahman, porte sur les évocations de « Takfir » (déchéance du statut du musulman). Le secrétaire général a fait référence à la sourate d’An-Nasr qui dit : « lorsqu’arrive l’heure de la victoire de l’Islam et que les gens commencent à suivre la religion d’Allah en masse… ».Cela veut dire que ceux qui n’ont pas voté pour Ennahdha sont des mécréants! Dans ce même contexte, M. Abderahman, a appelé ce parti à éviter dans ses discours les évocations de djihad et de takfir, apparus avec les mouvements islamistes dans les années 1970. Autre faute ; Samir Dilou a révélé que ce discours est adressé aux partisans d’Ennahdha. Cela veut dire qu’il y a des Tunisiens qui ne peuvent être mobilisés que par un discours religieux ; ne pouvons-nous pas les mobiliser par le drapeau, la République ? « Ennahdha est appelé à réunir les Tunisiens ensemble pour l’intérêt du pays. Ces tentatives de séparation entre les citoyens nous écartent des problèmes réels de la société civile », a expliqué M. Abderahman. En marges de cette rencontre M. Mohamed Louzir a déclaré à la presse que le congrès d’Afek Tounes se tiendra le dimanche 05 février 2012.

Source: “Investir en Tunisie” Le 22-11-2011

Lien: http://www.investir-en-tunisie.net/index.php?option=com_content&view=article&id=12199

 


Tunisie, couacs pendant la première séance de la constituante


L’allocution de Tahar Ben Hmila, président de séance, étant le doyen de l’assemblée constituante, a suscité les objections de certains élus. Tout allait bien jusqu’à ce que le président de séance critique ceux qui se disent insatisfaits des résultats des élections : « je dis à ceux qui ne sont pas satisfaits des résultats des élections, et qui disent que le peuple n’est pas mûr et qui comptent créer une assemblée constituante parallèle : c’est une honte, c’est une honte ». Des propos qui ont suscité les objections d’Iyed Dahmani, élu PDP, qui assène à l’endroit du Président de séance, « vous n’avez pas le droit d’exprimer un avis, votre allocution n’est pas à l’ordre du jour de la séance ». Et au président de séance de le rétorquer : « votre objection est notée, c’est cela la démocratie », et termine son allocution. Mais Issam Chebbi et puis Khemais Kssila ont protesté, à leur tour. Devant l’insistance du Président de séance de continuer son discours, et face à ces échanges houleux, Moncef Mazouki a tenté d’apaiser la tension : « le peuple nous regarde, il faut qu’on fasse preuve d’un haut degré de responsabilité », et appelle le président à interrompre son discours à la demande de la salle et à passer au vote. Un autre élu a proposé de fixer l’ordre du jour de la séance, pour éviter le cafouillis. Noôman Fehri, député d’Afek Tounes, a proposé qu’une lecture soit donnée des noms des martyrs. Une proposition acceptée par le Président de séance. Après qu’il ait terminé son discours, les noms des martyrs ont été cités de suite. Les élus de l’assemblée constituante avaient, auparavant, prêté un serment collectif.

Source: “GlobalNet” Le 22-11-2011

Lien. http://www.gnet.tn/revue-de-presse-nationale/tunisie-couacs-pendant-la-premiere-seance-de-la-constituante/id-menu-958.html


Le leader d’ennahda reçu en grande pompe à alger

Les conseils des islamistes algériens à El-Ghannouchi


Par : Nadia Mellal

Rached El-Ghannouchi s’est enquis de l’expérience du MSP au sein des institutions, notamment du gouvernement, expérience marquée par l’entrisme bien connu de ce parti. Le voile se lève sur les principaux objectifs de la visite du président du mouvement tunisien Ennahda, Rached El-Ghannouchi, en Algérie. En effet, c’est lors des échanges entre le leader d’Ennahda et les responsables du MSP que les desseins partagés des deux partis se révèlent au grand jour. Fait significatif : Rached El-Ghannouchi a été reçu par le président du MSP, Abou Djerra Soltani, en présence de deux ministres (El-Hachemi Djaâboub et Amar Ghoul) ainsi que des parlementaires et des membres de la direction au siège du parti, à Alger. Les entretiens ont duré trois heures et demie, selon notre source. À cette occasion, El-Ghannouchi s’est enquis de l’expérience du MSP au sein des institutions, notamment du gouvernement, expérience marquée par l’entrisme bien connu de ce parti. Il a été bien servi, les cadres du MSP lui ayant prodigué des conseils à même d’exorciser l’angoisse suscitée à Tunis, mais aussi à Alger, par l’arrivée d’Ennahda au pouvoir. “Il ne faut pas se précipiter dans la prise de décisions, ne pas chambouler la vie de tous les jours des Tunisiens et ne pas déstabiliser tout ce qui existe actuellement en Tunisie”, ont préconisé les responsables du MSP à leur hôte tunisien. El-Ghannouchi, qui a demandé des précisions sur la participation des animateurs du MSP au sein du gouvernement, mais aussi au sein du Parlement algérien, n’a pas manqué d’avoir des explications ou encore des orientations à ce sujet. “Il faut travailler à la stabilité du pays, aller doucement dans la gestion et impliquer l’ensemble des forces politiques en présence et ne pas marginaliser les gens pour leur appartenance idéologique”, lui a-t-on indiqué. Surtout que cette année “est décisive pour la préparation de la Constituante et d’autres échéances électorales tunisiennes”, ont souligné les responsables du MSP, selon une source proche du parti. “Il faut rechercher le consensus et ne pas accaparer tous les ministères importants du gouvernement”, ont-ils encore recommandé. Les ministres MSP ont, de leur côté, souligné à l’endroit d’El-Ghannouchi l’impératif de dissocier le statut de ministre de celui de militant de parti : “On n’est pas ministre d’un parti, il faut rechercher la cohésion gouvernementale au-delà des idéologies.” Les membres du parti de Soltani n’ont pas manqué, à leur tour, de poser des questions. Interrogé par rapport à sa position sur la liberté de la presse et d’expression, El-Ghannouchi a noté qu’il “ne va pas imposer la vision d’Ennahda sur l’information et les médias”. Questionné sur le statut et les droits de la femme, le chef d’Ennahda a indiqué clairement : “Je ne toucherai pas au code de la famille.” “Si révision il doit y avoir, ce sera au peuple de la faire”, a-t-il indiqué. Sollicité à propos de la place de la culture et de l’éducation au sein de son parti, “El-Ghannouchi a dit que la culture et l’éducation ne sont pas une priorité pour Ennahda. D’ailleurs, leurs ministères ne seront pas détenus par des militants de ce parti”, selon les confidences rapportées par notre source. Il a indiqué aussi qu’en la matière il va “laisser les choses évoluer normalement”. “Il veut mettre en confiance les gens qui l’ont stigmatisé en disant qu’il allait instaurer une éducation islamique ou partisane”, commente notre source. Questionné sur ses priorités, le responsable tunisien a expliqué qu’elles étaient d’ordre économique. Et à El-Ghannouchi d’appeler les Algériens à privilégier la destination Tunisie pour leurs vacances. Dans le même ordre d’idées, Abou Djerra a expliqué à son hôte que “cette phase ne doit pas être celle des conflits idéologiques mais plutôt celle des défis à relever, surtout avec la crise économique mondiale”. Interrogé sur l’impression qu’il a laissée chez ses hôtes, notre source a fait part de son sentiment qu’“El-Ghannouchi avait bien sa vision de l’exercice du pouvoir et qu’il était fixé sur un certain nombre de questions, mais qu’il voulait aller doucement dans la gestion”. Par ailleurs, le leader d’Ennahda a été reçu par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, par le président de l’APN, Abdelaziz Ziari, ainsi que d’autres formations politiques, à l’instar du FLN.

Source: “Liberte – Algerie” Le 22-11-2011

Lien: http://www.liberte-algerie.com/actualite/les-conseils-des-islamistes-algeriens-a-el-ghannouchi-le-leader-d-ennahda-recu-en-grande-pompe-a-alger-166530

Lire aussi ces articles

9 février 2009

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année,N° 3184 du 09.02.2009  archives : www.tunisnews.net   OLPEC: La police continue de harceler les

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.