2 mai 2003

Accueil

TUNISNEWS

  4 ème année, N° 1078 du 02.05.2003

 archives : www.tunisnews.net

 


 

LES TITRES DE CE JOUR:

 

Collectif de la Communauté Tunisiènne en Europe: Arrestation du frère de Bechir Ferchichi CIDT-Tunisie: Un jeune tunisien est mort vraisemblablement entre les mains de ses tortionnaires « Tunisie reveille toi » : Maher Osmani, une autre jeunesse assassinée. Radio « Funkhaus Europa »: émission consacré à Mme Sihem Ben Sedrine le samedi 03 mai à 12 h. Nouvelles de Tunisie: « Hiram de Tyr et le Roi Salomon : dialogue, entente et coopération » thème d’une conférence dans le cadre de la Chaire Ben Ali Le Haut Commissaire Rend Hommage Aux Journalistes Qui, Par Leur Travail d’Enquête, Contribuent Au Respect Des Droits De l’Homme Omar Khayyâm: L’étrange cas du PPK La Colombe: Comment preparer l´avenir politique au pays? JA/L’Intelligent: Un don du ciel JA/L’Intelligent : Djerba et Casablanca à l’unisson


حزب العمال الشيوعي التونسي : غرة ماي : عيد العمال العالمي – ذكرى وامل مواطن تونسي: حول تواصل إغلاق مسجد المركب الجامعي قدس برسّ : عائد مغربي : الحرس العراقي أعطانا أسلحة فاسدة إسلام أون لاين: « السلام الأخضر » تنافس البنتاجون بـ »كوتشينة »  ماهر عبدالجليل  : رسالة الى شاب أميركي: اكتشفنا قوتكم فمتى نرى طيبتكم؟

COLLECTIF DE LA COMMUNAUTE TUNISIENNE EN EUROPE

1, rue Cassini, 75014 Paris ; Tél : 01 43 29 68 98 – Mél : msfar@wanadoo.fr

 

Après la fuite de Béchir Ferchichi en France

le régime tunisien se venge sur son frère Tarek

en le détenant au secret depuis trois jours

 

A l’Attention de

 

            Nous venons d’apprendre l’arrestation le mardi 29 avril de Tarek Ferchichi à son domicile à la Marsa (banlieue de Tunis). Les autorités tunisiennes refusent de donner de ses nouvelles.

            Tarek Ferchichi, 27 ans, est le frère de Béchir Ferchichi poursuivi par la police tunisienne dans le cadre d’une répression féroce déclenchée contre de jeunes internautes et qui a coûté la vie le 22 avril dernier à Maher Osmani, copain de Béchir, mort sous la torture suite à son arrestation. En effet, Maher a été arrêté le 20 avril, deux jours après la fuite de Béchir de Tunis vers Roissy où il a été autorisé à accéder au territoire français ce mercredi 30 avril.

            Mais, le soulagement de Béchir n’a été que de courte durée, puisqu’il vient d’apprendre aujourd’hui-même l’arrestation il y a trois jours de son frère Tarek. Cette nouvelle arrestation n’a sans doute pour autre motif que la vengeance de la police politique suite à la fuite de Béchir.

            Cette nouvelle affaire de répression contre des internautes tunisiens n’a rien de politique. Les deux internautes Maher et Ferchichi, passionnés d’internet, ont répondu à un appel lancé sur le site Tunezine pour aider des familles nécessiteuses. En tout cas, ces jeunes n’ont jamais fait de politique et leur geste n’a été qu’un simple élan de solidarité humaine. Mais pour le régime, c’est un acte hautement politique punissable de plusieurs années de prison, sans parler d’autres atrocités qui sont le lot de tous les prisonniers politiques.

            Nous appelons, au nom de Béchir Ferchichi, toutes les personnalités civiles ou politiques pour intervenir auprès des autorités tunisiennes afin qu’elles donnent des nouvelles du disparu et rassurent sa famille sur son état de santé.

 

Pour plus d’infos, contactez

– Le Juge Mokhtar Yahyaoui : membre du Bureau de l’AISPP : Portable : 00-216-98-342231 ;

– Maître Samir Ben Amor : Portable : 00-216-98-340964.

 

 

Le Bureau

Paris, le 2 mai 2003


 

CENTRE  D’INFORMATION  ET  DE  DOCUMENTATION  SUR  LA  TORTURE CIDT-TUNISIE

Association de citoyens du monde pour le droit des Tunisiens à ne pas être torturés Membre du Réseau SOS-Torture de l’OMCT-Genève Comité d’honneur : M. Jacques  FRANÇOIS Mgr. Jacques  GAILLOT Dr. Hélène  JAFFÉ M. Gilles PERRAULT M. François DE  VARGAS Président : Jean-Marc MÉTIN

Besançon, le 1er mai 2003

Maher OSMANI a été enterré par la police sous haute surveillance UN JEUNE TUNISIEN EST MORT VRAISEMBLABLEMENT ENTRE LES MAINS DE SES TORTIONNAIRES

Des sources dignes de confiance ont confirmé le décès du jeune Maher OSMANI, internaute tunisien récemment arrêté pour liens présumés avec des opposants et navigation sur des sites internet interdits. Dans un communiqué pour  l’Association internationale de défense des prisonniers politiques, l’ancien juge Mokhtar YAHYAOUI, indique que la victime, âgée de 27 ans, était cadre à Tunisie-Télécom. Il a été arrêté entre le 18 et le 20  2003. Sa famille a été informée du décès le 22 avril. Le corps a été inhumé le 24 au cimetière de Kasr Essaïd, dans la banlieue de Tunis. Les sources que nous avons interrogées se sont accordées sur les faits suivants :

* La police a annoncé le décès à la famille le 22 avril, sans livrer la dépouille. * Celle-ci a été présentée au domicile familial le 24 avril sous une escorte policière impressionnante. * La police a prétendu avoir rempli elle-même toutes les exigences du rituel funéraire. * La famille a été privée de voir le corps du défunt, avec ordre de suivre la procession d’inhumation menée par la police. L’ensemble de ces faits constituent les caractéristiques habituelles d’enterrement des victimes de la torture dont la police cherche à se débarrasser, y compris en contraignant la famille à jouer les figurants lors de l’enterrement. Il s’agit d’une véritable signature du forfait. Nos sources nous ont confirmé que Maher Osmani était féru d’internet et ne se privait pas d’aller sur des sites mal vus des autorités. Il était en lien avec un groupe de jeunes cyberdissidents, dont un, M. Béchir FERCHICHI, est arrivé en France le 18 avril, où il a demandé l’asile politique.

 

Le lendemain, la police politique a effectué une descente chez lui. Il avait réussi à rallier l’aéroport parisien de Roissy où sa première demande d’entrée sur le territoire avait été rejetée. Mais il a réussi à alerter des militants tunisiens qui ont pu informer les autorités françaises et les convaincre de laisser l’intéresser accéder à la procédure d’asile habituelle. M. Ferchichi est actuellement libre en France, où il s’apprête à déposer sa demande auprès de l’Office compétent.  Ce décès est d’autant plus scandaleux que l’arrestation est liée – M. Ferchichi en est convaincu – à l’activité du défunt sur internet, notamment sur le site Tunezine.com dont le fondateur, Zouhair Yahyaoui est en prison depuis juin 2002. Consternés par la poursuite des actes de torture et de leurs suites tragiques, nous appelons à faire pression sur le gouvernement tunisien en vue de faire la lumière sur les circonstances du décès et de l’inhumation de Maher Osmani. Il faut empêcher que la mort sous la torture, dans les locaux de la police ou en prison, se banalisent, comme risquent de le faire les annonces répétées de ce genre de crimes jusqu’ici impunis. Il y va de l’avenir de toute une génération de Tunisiens. Khaled BEN M’BAREK, Coordinateur __________________________________________________________________________

Centre d’information et de documentation sur la Torture (CIDT-TUNISIE). Association Loi 1901 23, rue Brulard F25000 Besançon. FRANCE.

Tél/Fax : (33 3) 81 41 33 22 . E-mail : cidtunisie@aol.com CCP N° : 6 458 94 X   DIJON

 


 

Maher Osmani, une autre jeunesse assassinée.

Par: hasni

 

Maher Osmani, une autre jeunesse assassinée.

Comment est-il mort ?

Est-ce que je veux vraiment le savoir ?

Est-ce que la Tunisie veut vraiment savoir comment meurt un jeune d’à peine 24 ans dont on refuse à sa famille de voir le corps ?

Veut-on vraiment imaginer la violence des coups et de la torture subis ?

peut-on en gardant raison approcher l’innommable sur un corps martyrisé ?

sentir les coups, les brûlures, les os qui craquent et qui cassent ?

veut-on vraiment plonger nos yeux dans les siens pour voir cette lueur qui s’en va violemment ou doucettement ?

Est-ce que je veux vraiment le savoir ?

savoir sa peur, ses pleurs, sa douleur ?

A quoi pense-t-on quand on a 24 ans, que l’on veut vivre en liberté, que l’on cherche à comprendre et à grandir et que l’on va être encore torturé ?

peut-on penser ?

est-ce que l’on meurt avant son corps ?

est-ce que la tête résiste encore quand la matraque cogne ?

 

Ce que je veux savoir c’est pourquoi il est mort.

 

Est-il mort pour rien ? Est-il pour mort pour nous avoir lu ? Est-il mort pour y avoir cru ? Est-il mort parce que simplement ceux qui osent sont une infime partie par rapport aux spectateurs de leurs vies ? Est-il mort parce que nous sommes lâches ? lents ? bordéliques ? égoïstes ? absents ? incapables ? passifs ? …

 

J’ai honte de notre impuissance, de notre manque d’envergure, de notre inaction. J’ai honte de l’insulte faite à sa mémoire car je ne sais toujours pas comment et qui va nous mener sur cette terre de liberté qui doit être la notre. Je ne vois rien dans l’avenir, ni personne capable de nous apporter cette victoire. Pourtant nous lui devons cette victoire sur la dictature.

Pour Maher Osmani.

 

Pour les autres assassinés, torturés, enterrés rapidement et lâchement.

Pour les anciens gamins arrêtés il y a 20 ans.

Pour ceux d’aujourd’hui dont nous sommes sans nouvelles.

 

Pour eux ou parce que ils sont vos sœurs et vos frères, vos proches, vos voisins : bougez-vous ! Réveillez-vous ! Ce régime assassine hommes, femmes et enfants, que ce soit par meurtre ou par le chômage et la faim. Ils tuent même les rêves.

 

J’en ai parfois marre d’écrire ces textes, d’appeler l’opposition non reconnue à être moins conne, moins vieille et plus efficace. J’ai envie de te mettre des gifles de mots, qu’ils te secouent. Oui envie que cette colère soit contagieuse. Que tu m’en veuilles à moi à défaut d’en vouloir par l’action à Ben Ali. Que tu vives pour Maher Osmani ou un autre.

 

J’en ai parfois marre de toi, illustre lecteur inconnu et silencieux. Parfois. Comme maintenant.

 

Mais les internautes meurent sous la violence policière, d’autres disparaissent, un autre encore aura bientôt fait un an de prison et là, non, mille fois non, je ne laisserai pas tomber. Ben Ali est responsable de ces morts et nous sommes responsables des vivants. Nous tous, collectivement.

 

« Si tu fends le cœur d’une seule goutte d’eau, il en émerge cent purs océans. »

Mahmûd Shabestarî Poète soufi, Iran (XIVè s.)

 


 

حزب العمال الشيوعي التونسي

 

غرة ماي : عيد العمال العالمي

ذكرى وامل

 

 

 

يحيي العمال التونسيون يوم غرة ماي كسائر العمال في العالم عيد العمال العالمي ، هذه الذكرى التي تعيد كل سنة للاذهان واحدة من ملاحم النضال التي خاضتها الطبقة العاملة ضد الاستغلال والقمع والتعسف.

ويجري الاحتفال هذه السنة في ظروف خاصة ومليئة بالمستجدات والاحداث الخطيرة التي لا فقط تزداد معها قناعة الشعوب وجماهير العمال على وجه الخصوص بالطبيعة الاستغلالية للبرجوازية وبحجم الاطماع والجشع الذي يقودها ويحدد سياساتها داخل المجتمع وعلى النطاق العالمي وإنما ايضا بطبيعتها المتوحشة التي تجعلها لا تتوانى لحظة عن اقتراف أبشع أعمال العنف والتقتيل وعن إشعال فتيل أكثر أنواع الحروب دمارا كلما استشعرت خطرا على مصالحها أو كلما لمست معارضة  لسياساتها في الداخل أو في الخارج.

إن الطبقة العاملة وهي تحتفل اليوم بذكرى عيدها العالمي المجيد ما تزال تستحضر شريط الفضاعات التي ارتكبتها الآلة العسكرية الأمريكية البريطانية في العراق الشقيق والدمار الذي خلفته بعد ثلاثة أسابيع من العمليات العسكرية الوحشية التي لم تستثن شيئا بشرا وبنى تحتية ومرافق حياتية وثقافية وعلمية فحتى الآثار التاريخية التي تعتبر ملكا للإنسانية وللتاريخ البشري لم يسلم من دمارها.

ومعروف لدى الجميع أنه ما كان لهذه الحرب أن تقع لو لا إصرار ساسة الإمبريالية الامريكية وأداتها البريطانية على تنفيذ مخططها الإستعماري الجاري تحضيره منذ سنوات في إطار خطة إعادة إقتسام مناطق النفوذ وفي أفق تعزيز الهيمنة الامريكية على العالم كله.

ومعلوم أيضا أن مدبّري هذه الحرب ليسوا سوى ممثلي كبرى الإحتكارات العالمية في ميدان البترول ومؤسسات المضاربات المالية وشركات التصنيع الحربي المدعومين باللوبي الصهيوني الماسك بكبريات المؤسسات الإعلامية          ( فوكس نيوز مثلا ) والمتنفذ في أسواق المال والذي بات له من يصنع ويوجه السياسات والقرارات داخل البيت الأبيض الأمريكي والبنتغون ( ريتشارد بيرل وبول فولفويتس وغيرهم كثيرون…) .

لقد لجأ هذا الفريق اليميني المتطرف المستند للإحتكارات الرأسمالية متعددة الجنسيات ولمنظري التوجه المسيحي اليميني المتطرف واليهودي الصهيوني ذو النزعة الفاشستية الجديدة بعد حملة طويلة من ابتزاز الرأي العام  والمنظمات الدولية ومن الضغوط على الدول الأخرى منتهكا كل الأعراف الدولية والأسس التي انبنى عليها النظام العالمي منذ ما يزيد عن نصف قرن.

ذلك ما يؤكد مرة أخرى أن الرأسمالية العالمية وخاصة في مرحلة تطورها العليا، مرحلة الإمبريالية لا تتورع عن حل تناقضاتها الداخلية  بالحروب لا فحسب لفرض موازين القوى الجديدة بل وكذلك لإعادة تنشيط آلتها الإنتاجية وأسواقها ومجمل علاقاتها الإقتصادية كطريقة لتجاوز حالة الكساد والأزمة العامة التي يمرّ بها نظامها.

وبطبيعة الحال تدفع الشعوب من دمها وحياتها وقوتها وحريتها واستقلالها فاتورة الحرب رغم كل الشعارات التضليلية التي تحت يافطتها شنت وباسمها اقترفت الجرائم.

لقد فشل النظام الرأسمالي في كل نسخه، وآخرها عولمة النمط الليبرالي الجديد، في تحقيق التنمية والرفاه الشعبي وفي تخليص الإنسان من الإستغلال والتعسّف والإغتراب وتسارعت في العقود الأخيرة وتيرة أزماته الأمر الذي جعل الدول الإمبريالية وخاصة الأمريكية منها تلجأ اكثر فأكثر للحروب ( العراق والبلقان وافغانستان والعراق مجددا ) . لقد انكشف على حقيقته كنظام مثير للنزاعات والحروب فضلا عن كونه متسببا في تخلف عديد البلدان وفي انتشار الفقر والبطالة والمجاعات وفي تدهور حالة البيئة وظهور انواع جديدة من الأوبئة والأمراض الإجتماعية والنفسية.

وفي خط متعارض مع ذلك شهدت حركة المقاومة العامة نهضة كبيرة بعد أن غالطتها شعارات التضليل وحملات الهجوم على الإشتراكية والفكر الماركسي.

لقد شهدت السنوات الأخيرة من عقد التسعينات حركة نشيطة وقوية مناهضة للعولمة وانعكاساتها، واجهتها الحكومات البرجوازية بالقمع والتعسف.

وكانت التحرشات ثم الحرب على العراق مناسبة لاندلاع حركة احتجاج دولي ضخمة هزتّ عواصم اغلب بلدان العالم في كل القارات تقريبا دون أن تفلح في منع الحرب ونتائجها المدمّرة.

لذلك بات من الواجب اليوم التفكير في سبل تطوير هذا الرصيد حتى يكون في مستوى المهام المطروحة بصورة مباشرة  لمواجهة نزعة التهافت على الحروب ونظام العولمة وآثار الأزمة العامة للرأسمالية وما ينعكس عنها في كل بلد من مآسي وأضرارا متفاوتة الحجم والكيفية.

إن الطبقة العاملة في العالم مطالبة اليوم بتطوير أشكال نضالها وتنظيم صفوفها وقد بات واضحا ان الأطر التي قادت تحركات الإحتجاج على العولمة ( نقابات وجمعيات …) رغم أهميتها ومع ضرورة الحفاظ عليها ومزيد تنويعها، غير كافية ولا هي قادرة على طرح المهمة المركزية لعمال العالم ألا وهي القضاء على نظام الإستغلال الرأسمالي.

وتعتبر مهمة الشعوب العربية والطبقة العاملة في الوطن العربي أعسر وأشد باعتبارها أكثر مناطق العالم اليوم عرضة للهجوم الامبريالي وأكبر ضحاياه لما تتوفر عليه من خيرات وما لموقعها الاستراتيجي من خطورة وبصفتها المنطقة التي    » تحضن » الكيان الصهيوني الذي يكرس الوجه الصارخ للإستعمار المباشر في العصر الراهن ويجسّم ميدانيا أكثر النظريات البرجوازية عنصرية وفاشية وعدوانا.

فإلى جانب تطوير الدعم لمقاومة الشعب الفلسطيني تنضاف اليوم مهمة النضال لمساعدة الشعب العراقي الشقيق على التخلص من الإستعمار الأمريكي البريطاني وتقرير مصيره بنفسه وبحرية بعيدا عن كل وصاية .

لقد أثبت العدوان الأخير على العراق الشقيق، تماما كما أكدت ذلك الإنتفاضة الفلسطينية الثانية، أن الرجعيات العربية الحاكمة تمثل العقبة الأساسية في وجه نهضة الشعوب العربية ونضالها من أجل التحرر والتقدم. وتبيّن أن أولى مهمات المستقبل تمرّ في الحقيقة عبر فرض الديمقراطية والحريات ومن دون ذلك وفي ظل الموازين القوى الدولية الراهنة يصبح صعبا إن لم يكن مستحيلا طرد المحتل وتحرير الوطن وإفشال مناورات القوى المعادية.

إن الطبقة العاملة في تونس جرّبت وعلى مدى أكثر من خمسة عقود الإستغلال والقهر والغبن مع النظام الدستوري ، وعلى خلاف كل الوعود والديماغوجيا التي صاحبت ما يسمى بالعهد الجديد فإن حالتها المادية والمعنوية لم تزد إلا سوءا. وليس ثمة من مؤشر على أن تتحسن في قادم الأيام ما لم ترفّع في نسق ونوعية نضالها من اجل الحريات العامة والفردية ومن أجل تحسين ظروف عيشها على جميع الأصعدة وما لم تتجاوز سقف ما يريده لها النظام العميل والديكتاتوري .

وهي تعلم أيضا أن الأحزاب السياسية المرتمية في أحضان السلطة والمنظمة النقابية في ظل وهن البرقراطية النقابية لا يمكن أن يشكلوا الأدوات الحقيقية للنضال ولإحراز المكاسب المرجوة.

إن النضال الجريء وحده حول المحاور المذكورة سيفتّح أعين العمال التونسيين على أبنائها ومناضليها الحقيقيين الأوفياء المخلصين لقضية تحررالطبقة العاملة والمجتمع.

 

ليسقط الإستغلال البرجوازي

لتسقط الإمبريالية

لتسقط الرجعية العربية

عاش نضال الطبقة العاملة

عاش عيد العمال العالمي

 حزب العمال الشيوعي التونسي

 (  Source: Liste de discussion et d’information sur les droits humains au Maghreb)

 

حول تواصل إغلاق مسجد المركب الجامعي

 السلام عليكم و رحمة الله و بركاته
 
وبعد
 
بسم الله الرحمن الرحيم
وَمَنْ أَظْلَمُ مِمَّن مَّنَعَ مَسَاجِدَ اللّهِ أَن يُذْكَرَ فِيهَا اسْمُهُ وَسَعَى فِي خَرَابِهَا أُوْلَـئِكَ مَا كَانَ لَهُمْ أَن يَدْخُلُوهَا إِلاَّ خَآئِفِينَ لهُمْ فِي الدُّنْيَا خِزْيٌ وَلَهُمْ فِي الآخِرَةِ عَذَابٌ عَظِيمٌ
صدق الله العظيم
البقرة114
يتواصل غلق السلطات التونسية لمسجد المركب الجامعي منذ شهور عديدة أمام المصلين بداعي وجود أشغال بداخله وهو كذب خسيس و السبب الذي يعلمه كل المواطنين الذين تعودوا الصلاة فيه من طلبة و أساتذة الجامعة و غيرهم من المواطنين هو أن النظام الجبان يشترط لفتح المساجد أن يذكر فيها اسمه مع اسم الله و العياذ بالله
 
فِي بُيُوتٍ أَذِنَ اللَّهُ أَن تُرْفَعَ وَيُذْكَرَ فِيهَا اسْمُهُ
النور 36
وَأَنَّ الْمَسَاجِدَ لِلَّهِ فَلَا تَدْعُوا مَعَ اللَّهِ أَحَدًا
 18 الجن
لذلك فالرجاء المساهمة قدر الجهد من أجل الضغط على منتهكي الحمى و الدين من أجل ترك المساجد لله وحده مع تمسكنا الشديد بإمامه الأستاذ الخطيب حسن السالمي , و إننا نرفض أي زنديق ينصبونه مكانه بأموال ضرائبنا
يُرِيدُونَ أَن يُطْفِؤُواْ نُورَ اللّهِ بِأَفْوَاهِهِمْ وَيَأْبَى اللّهُ إِلاَّ أَن يُتِمَّ نُورَهُ وَلَوْ كَرِهَ الْكَافِرُونَ
التوبة 32
 
الإمضاء
مواطن تونسي مسلم قرف ككل التونسيين الإستماع إلى خطبة الجمعة من الزنادقة و المنافقين الجبناء

 


 

FLASH INFOS
 

 

Emission radio Mme Sihem Ben Sedrine

Le samedi 03 mai 2003 et entre 12 et 13 h. dans l´émission « Vis à vis » dans la chaîne radio « Funkhaus Europa » il y aura une émission consacré à la journaliste tunisienne Mme Sihem Ben Sedrine. On peut capter l´émission sur (UKW 96,7). Traduction allemande de son interview.
 
(Info envoyée à Tunisnews par un ami)

 

1er mai : Liste des personnes décorées

Voici la liste des personnes décorées et récompensées, à l’occasion de la célébration de la Fêté du Travail Médaille d’or du travail, catégorie exceptionnelle M.Abdennour Meddahi, secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) chargé du secteur privé – M.Mohamed Ben Yahia, secrétaire général de l’Union régionale du travail de Bjéa -M.Mouldi Sayari,,secrétaire général dé l’Union régionale du travail de Siliana – M.Abderrazak Béjaoui, secrétaire général de l’Union régionale du travail de Bizerte – M.Béhir Abid secrétaire général dé l’Union régionale du travail de Kebili – M.Fethi Bkir, secrétaire général de l’Union régionale du travail de Tataouine – M.Mongi Abderrehim secrétaire général de la Fédération générale des métiers divers – M.Noureddine Louati, secrétaire général de la Fédération générale des agents de manutention – M.Badr Hermassi, secrétaire général du syndicat général des surveillants et surveillants généraux. – M.Moücef Zahi, secrétaire général du syndicat général de 1 enseignement de base – M.Mohamed Naceur Nciri, secrétaire général de la Fédération générale des métaux – Mme Mongia Zbidi coordinatrice de la Commission nationale de la femme au travail – Prix du Travailleur exemplaire . – Secteur productif M.Lotfi Oueslati (Compagnie internationale du progrès industriel, CIPI), gouvernorat de l’Adana – M.Abdallah Ben Nosra (Société tunisienne du . Sucre), gouvernorat de Béja – M.Mohamed Abbour (Société africaine de peinture, Valentine), gouvernorat de Ben Arous – M.Fethi Ayari (Société de la cimentrie de Jebel ouest, Groupe Simpor), gouvernorat de zaghouan – M.Fadhel Ben Mansour (Société tunisienne de fabrication de peinture, SOFIFAP Fleurtex), gouvernorat de Sfax – M.Hassen El Bech (Usine de l’acide phosphorique, Groupe chimique de Tunisie), gouvernorat de Gabès – M.Abdelhamid Ltaief (compagnie des phosphates de Gafsa), gouvernorat de Gafsa – Mme Habiba Bouderbala Laouini (Société Valéo embrayages Tunisie), gouvernorat de la Manouba -. M.Hamadi Gara (coopérative agricole et industrielle « Zouila ), gouvernorat de Mahdia – Fonction publique 1 – M.Lazhar Hadfi (Présidence de la République) 2 – Mme.Nahid Mghirbi (Chambre des députés) 3 – M.Abderrahman Hedhli (ministère de la Culture de la Jeunesse et des Loisirs) 4 – M.Mahmoud Karindi (ministère de l’Éducation et de la Formation), gouvernorat de Bizerte – Prix du Progrès social 1 – Société Siditex  » de confection, gouvernorat de Bizerte, dirigée par M.Hanifi Beikin. (nationalité turque) 2 – Société tuniso-saoudienne d’élevage et commerce du bétail TUSALCO gouvernorat de Kairouan, le prix a été décerné à M.AIi Abou Nacira 3 – Société de la cimenterie Oum El Kelil, gouvernorat du Kef, dirigée par M.Majid Khamassi 4 -, Société la Briquetterie Karoui gouvernorat de Tatouine, dirigée par M.Mohamed Ben Belgacem Karoui – Prix des commissions consultatives des entreprises et des délégués des personnels: 1 – Société ‘Shell-Tunisie » gouvernorat de Tunis, présidée par M.Moharned Mbarek 2 -Société Tunisienne de l’Industrie des Pneumatiques (STIP), gouvernorat de Sousse, dirigée par M.Mohamed Besbès 3 – « Union Internationale de Tissage » gouvernorat de Monastir, dirigée par M. Abderrazak Tekaya.

 

(Source: La Presse du 2 mai 2003, d’aprés le portail Babelweb)

 

Monastir : Création d’un pôle technologique de textile

Un pôle technologique de textile figure parmi les projets qui seront créés dans le gouvernorat de Monastir, dans le cadre du Xème Plan de développement 2002/2006. S’étendant sur une superficie de 100 hectares environ, ce nouveau pôle comportera notamment une zone industrielle abritant 170 unités, une pépinière d’entreprises ainsi que des établissements d’enseignement supérieur (informatique, mathématiques, métiers de mode, commerce et comptabilité), des centres de recherche, une cité et un restaurant universitaires.

 

(Source: La Presse du 2 mai 2003, d’aprés le portail Babelweb)

 

 

Le Kef : Consolidation des taux de desserte en eau potable

La poursuite des actions visant l’amélioration des conditions de vie en milieu rural, notamment à travers la consolidation des taux de desserte en eau potable, constitue l’un des objectifs majeurs arrêtés dans le gouvernorat du Kef au cours du dixième plan. Un nouveau programme a été élaboré à cette fin en vue de porter le taux de desserte global de 77 à 88% à la fin de l’an 2006. Il sera conjointement mené par les services du génie rural et de la société nationale d’exploitation et de distribution des eaux ( SONEDE). Les projets programmés à cet effet portent sur la consolidation des ressources hydriques à Sakiet Sidi Youssef et l’amélioration de la qualité de distribution des eaux potables à Dahmani et au Ksour La concrétisation de tels projets devra ainsi permettre de porter le taux global d’alimentation en eau potable dans les deux milieux rural et urbain à 93,7%.

 

(Source: Le Temps du 2 mai 2003, d’aprés le portail Babelweb)
 
 

TUNISIA SEEKS INDIAN INVESTMENT IN ENERGY, PHARMACEUTICALS

NEW DELHI, May 01, 2003 (AsiaPulse via COMTEX) — Tunisia on Wednesday invited Indian entrepreneurs to invest in energy, textiles, pharmaceuticals, IT and tourism sectors in that country.

Addressing the interactive session of Assocham, visiting Tunisian Minister for Industry and Energy Moncef Ben Abdullah said the Tunisian economy was growing at the rate of 5.6 per cent despite global downswing for the last six years and the privatisation process was yielding significant results.

There were tremendous opportunities for the Indian investors since more than 75 per cent of trade was with European countries which gave preferential treatment to market access to the Tunisian products, he said.

(PTI)

 

(C) 2003 Asia Pulse Pte Ltd

 

 

 

« Hiram de Tyr et le Roi Salomon : dialogue, entente et coopération » thème d’une conférence dans le cadre de la Chaire Ben Ali

 

01/05/2003– « Hiram de Tyr et le Roi Salomon: dialogue, entente et coopération » est le thème d’une conférence qui a été donnée mercredi soir par le Professeur Edward Lipinski (université de Louvain, Belgique), à l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis, dans le cadre de la Chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions, en présence de M.M’hamed Hassine Fantar, titulaire de cette Chaire et de nombreux universitaires. Le conférencier a parlé de la coopération qui existait entre Hiram, le Roi de Tyr et le Roi Salomon, indiquant que ces relations ont servi de cadre à une série d’épisodes racontés d’abord dans la bible, puis développés par des historiographes hellenistiques que cite Flavius Josephe. Le professeur Lipinski a fait remarquer que les diverses formes de coopération évoquées dans la bible, d’ordre architectural et artistique, voire commercial et maritime, entre Hiram et Salomon, semblent dater du 9ème et 8ème siècle avant l’ère chrétienne. A noter qu’Edward Lipinski est professeur de philosophie et d’histoire biblique à l’université de Louvain en Belgique et auteur de nombreux ouvrages sur les civilisations et langues sémitiques. Il est également président de l’Institut d’études orientales et slaves à Louvain et titulaire du prix de l’Académie royale des sciences, lettres et arts de Belgique.

 

(Source: www.infotunisie.com, le 1er mai 2003)

 

 

 

L’étrange cas du PPK

Omar Khayyâm

 

« Avril, mois des poussières et des mensonges. »

Première phrase du roman de Néjib Mahfoudh « Dérives sur le Nil » (Titre original : « Thartharatun fawka al-Nil »).

 

A 8H32 du matin du premier jour d’avril le téléphone sonne chez Omar Khayyâm, dans sa maison arabe sise au 13, rue Kaâ el-Mezoued au quartier populaire de Bab Souika. A l’autre bout du fil, une douce voix féminine, qui appelle du Ministère de l’intérieur, lui annonce la bonne nouvelle : la demande de légalisation de son parti a été acceptée.

 

C’est à peine croyable, car le dossier de constitution du nouveau parti a été déposé exactement sept jours plutôt ! Y a-t-il une révolution bureaucratique dans le pays ou quoi ? Le docteur Ben Jaâfar, par exemple, a dû patienter plus de huit ans avant d’avoir son visa. D’autres partis « sans papiers » ont même oublié qu’ils avaient déposé le siècle dernier une demande de visa.

 

Dès que la nouvelle est fut annoncée, le siège du nouveau parti est bombardé par des centaines de télégrammes de félicitations émanant des ONG et des OVG nationales (Organisations Véritablement Gouvernementales), de la société civile au complet et même de quelques représentants de la société « incivile ». Le lendemain, tous les organes de presse salueront cette nouvelle étoile montante dans le firmament politique tunisien.

 

Le jour de l’inauguration du nouveau local du parti, sis au 13 bis rue Sidi Kaddhaï Lahouayej, 1006 Bab Souika, il y a tellement d’invités que certains d’entre eux seront obligés de se rassembler dans les rues adjacentes. Khayyâm est ému par cet élan spontané de solidarité.

Hélas ! Cette joie est de courte durée. La triste histoire de cet éphémère parti, un mort-né ou presque, restera gravée à jamais dans la mémoire politique collective du pays et fournira une riche matière à réflexion pour les politologues et les historiens.

 

J’ai oublié de mentionner un détail important. Ce nouveau parti a un seul membre fondateur : Omar Khayyâm. L’article 7 de ses statuts est univoque : « Le nombre des adhérents au Parti Progressiste Khayyamien (PPK) ne peut en aucun cas être supérieur à un ». Khayyâm est à la fois le président, le secrétaire général, le porte-parole et l’unique membre du parti.

Pourtant, malgré cette simplicité apparente, l’organisation du premier congrès du PPK a nécessité des semaines de préparation. Après de longues et ardues négociations, le Palais des Congrès de Tunis a finalement accepté d’abriter le premier, et malheureusement dernier, congrès du PPK.

 

Pendant le premier jour du congrès, la gigantesque salle du Palais des Congrès est pleine à craquer. A part la centaine de journalistes présents, tunisiens et étrangers, des représentants des partis de l’opposition, légale et illégale, des ONG nationales et internationales, ainsi que des centaines de délégués de partis frères et amis, venus des quatre coins de la planète prennent part à ce congrès historique.

 

Dès l’ouverture des travaux du congrès constitutif du PPK, les représentants de la presse et les invités assistent, stupéfaits, à un manège intrigant : Le PSG (président secrétaire général) du PPK – qui est en train de prononcer un discours-fleuve sur le programme ambitieux du parti et son avenir radieux- interrompt parfois son discours pour regagner une chaise vide de la première rangée et commence à applaudir -cette fois en sa qualité de « base » du parti- les passages les plus émouvants du discours du chef. Cette scène se répétera une douzaine de fois avant que n’éclate la tempête qui fera couler le navire du parti, corps et biens.

 

Une seule phrase suffira pour semer la pagaille dans les rangs du parti et créer un schisme irréparable. « Je me présenterai à la prochaine élection présidentielle en 2004 » déclarera le PSG à la fin de son discours. En prononçant ces mots, le chef du parti ne sait pas encore qu’il vient de prononcer l’arrêt de mort du parti. Cette déclaration a l’effet d’une bombe dans les rangs de la base. Les invités et les journalistes ont été abasourdis par la violence avec laquelle cette base a réagi. En regagnant son siège de délégué au congrès, Omar Khayyâm se lève de sa chaise et commence à huer le chef du parti et à lui lancer des slogans hostiles. La base crie à la trahison et dénonce de vive voix la direction du parti.

 

La faille n’était pas encore irréparable, mais au lieu de calmer le jeu, le chef du parti réitère sa décision irrévocable : « Ma candidature est au-dessus des intrigues de coulisses et des conflits internes du parti », déclare-t-il en reprenant le micro. Cette déclaration ne fait qu’attiser l’hostilité de la base. L’altercation entre la direction et la base se transformera bientôt en un échange d’insultes et de menaces de violence physique. Sans l’intervention des agents du service d’ordre du congrès, on en serait venu aux mains. Les gorilles ont dû carrément séparer Omar de lui-même pour éviter la bagarre.

 

La rupture est consommée. La direction campe sur sa position et la base refuse tout compromis. La base ira jusqu’à faire circuler une motion, connue maintenant sous le nom de « Motion des trois non » (Non au dialogue avec Ben Ali. Non à la reconnaissance du régime de Ben Ali. Non à farce électorale de Ben Ali ). Pour la base du parti, présenter sa candidature à l’élection présidentielle c’est jouer le rôle de comparse dans une farce dont le scénario et la conclusion sont connus d’avance. Le chef du parti n’est pas, bien sûr, de cet avis et veut tenter sa chance contre vents et marée. Que faire ?

 

La seule solution qui reste est la démission. C’est ce qui est fait sans tarder. Aussi bien Omar « base » qu’Omar « direction » présentent leur démission au congrès du PPK. Les travaux s’arrêtent automatiquement. La direction, accompagnée par la base, quitte précipitamment la salle du congrès sans dire un seul mot d’adieu aux invités. Aucun des cinq cents hôtes et aucun des cent journalistes ne s’est jamais attendu à un tel scénario. Ils sont restés seuls dans la salle !

 

Engagées qu’ils étaient dans les insultes et les invectives et impatients d’en découdre avec la partie adverse, ni la direction ni la base n’ont pensé à un petit détail : voter l’auto-dissolution du parti. Ce petit détail se révélera par la suite aussi difficile à résoudre qu’une équation de cinquième degré.

 

En effet, la démission du seul membre du parti ne signifiait pas automatiquement la disparition légale du parti. La seule solution qui restait était d’interdire le parti. Mais, d’après les experts en droit, cette mesure pourrait conduire à une impasse juridique. Consulté par la direction générale des affaires politiques du Ministère de l’intérieur, le conseillé conseiller juridique du gouvernement a donné un avis qui rendait l’interdiction pratiquement impossible. Selon le juriste gouvernemental, l’interdiction ne peut devenir effective que si cette mesure est signifiée à au moins un responsable du parti. Mais, puisque le PPK est maintenant vide et dépourvu de direction, il n’y a aucun membre du parti à qui les autorités pourraient signifier cette mesure.

 

Donc, le PPK, qui compte maintenant zéro membre, continue d’exister, du moins du point de vue strictement légal. Le nom de ce parti figure toujours sur la liste des partis de l’opposition établie par la propagande officielle et la Présidence n’oublie jamais de l’inviter à toutes les cérémonies officielles. Chaque jour ouvrable, le gardien du local du PPK, qui est aussi un indic de la police, ouvre la porte principale du siège du parti et s’installe sur une chaise à l’entrée pour recevoir des visiteurs dont le nombre ne dépasse jamais zéro.

 

D’ailleurs, cette coquille vide reste étroitement surveillée par les Renseignements Généraux et la Direction de la Sûreté de l’Etat. Bien que le siège du PPK ressemble maintenant à un navire-fantôme, il est surveillé de jour comme de nuit par une douzaine de policiers politiques. La ligne téléphonique, coupée le lendemain du premier et dernier jour du congrès, est toujours sur écoutes. La ligne de fax, elle aussi coupée, n’échappe pas à la surveillance de la police politique.

 

Pourquoi cet acharnement ? Le journaliste scientifique tunisien H.J. a trouvé une explication intéressante. « Ce parti est maintenant à l’état virtuel. Remplaçons « parti » par « particule » et écoutons ce que disent les lois de la physique quantique : toute particule virtuelle peut passer en une fraction de seconde de l’état virtuel à l’état réel. Les responsables de la Sûreté de l’Etat ont tout calculé. Leur beau travail de réflexion force mon admiration. »

 

Mais le détail le plus troublant reste celui du site web du PPK. Ce site, www.ppk.org, hébergé à l’étranger pour éviter la censure, fonctionne encore, mais n’affiche depuis la démission de Khayyâm q’une seule page. Une page blanche. Incroyable mais vrai, cette page immaculée a été censurée par la Cyberpolice ! L’ATI (Agence Tunisienne de l’Internet) a bloqué l’accès au site le lendemain du tragi-comique congrès du PPK. A première vue, cette mesure semble absurde. Ce n’est pas, apparemment, le cas.

 

Comment la police politique pourrait-elle avoir peur d’une page blanche ? J’ai posé cette question au docteur F.K., sémiologue à la faculté des lettres de Manouba, et il a facilement trouvé la réponse : « Vous savez, le vide peut aussi avoir un sens. Cette page blanche pourrait avoir mille et une interprétations. Je comprends très bien les motivations des censeurs tunisiens. Certains internautes pourraient y déceler, entre autres, le message suivant : voici à quoi ressemble la vie politique en Tunisie. Rien que du vide ! C’est un message très dangereux pour le régime. Il a, donc, préféré censurer le site pour ne courir aucun risque. »

 

La tragédie du PPK, cet ensemble vide qui fait peur au régime, c’est qu’il n’a plus de voix pour dénoncer l’encerclement de son siège par des policiers en civil, la censure de son site par l’ATI et le sabotage quotidien de ses inactivités politiques.

 

Mais cette tragédie n’est rien devant la guerre verbale qui continue de faire rage entre l’ancienne base et l’ex-chef du PPK. Dans deux interviews séparées, Omar Khayyâm a annoncé la création de deux nouveaux partis issus du PPK : Le Néo-PPK et le Nouveau PPK. Comment une seule personne peut-elle créer deux partis ? Seuls ceux qui ne connaissent pas la réalité tunisienne peuvent poser cette question absurde.

 

(Source: le N°111 de l’e-mag tunisien TUNeZINE,

 
 

 

 

 Comment preparer l´avenir politique au pays?

Par : La Colombe
 
Pour reussir la transition democratqiue, il faudrait que tous les efforts soient concentres sur l’unite de toutes les forces democratiques de l’opposition. Aujourd’hui, le monde a change et notre opposition devrait s’accepter mutuellement. C’est l’unique chemin pour faire des avancees considerables. Le regime innove pour faire taire toutes les voix contestatires de sa politique dictatoriale. L’opposition doit innover pour faire imposer sa place sur la scene politique d’une facon pacifique. Je fais appel a ces forces parce que ceux parmi elle qui avaient l’opportunite de prendre le flambeau avaient beaucoup hesite et ainsi retarde notre travail. Aujourd’hui, le defi est de ne plus hesiter mais de se montrer en vrai partenaire sur la scene politique. Le partenariat est une simple etape faisant partie du dialogue qu’il faudrait imposer en le faisant parrainer par la Communaute Internationale afin de raccourcir au plus vite la duree de vie de cette dictature. Cette derniere n’a jamais manifeste aucun interet pour le dialogue. Elle se croit vivre dans un etat de droit mais ses exemples sont si rares dans notre monde libre lequel a realise que ce sont ces types de dictatures qu’il est important de rayer. La notre devrait faire partie du projet de ce monde libre pour la faire rayer pacifiquement et au plus vite. Les tunisiens ont besoin de democratie, de liberte et d’un vrai etat de droit et non pas d’une dictature reconnue pour son bafouage des droits des citoyens et pour ses supercheries.

Un regime qui controle le va et vient des citoyens a savoir leur quotidien est a faire denoncer partout dans le monde. Un regime qui n’ecoute pas ses citoyens est a bannir. Un regime qui s’impose par la force est a faire disparaitre. Un regime qui rejete toute voix discordante est a en finir avec. Nous avons la certitude qu’il n’est plus utile pour notre societe et ne le sera jamais. D’ailleurs, il n’a aucune utilite pour ce monde libre car il freine le developpent social, il tue l’esprit d’initiative, de creativite et d’innovation. Son discours est un simple plagiat. En l’entendant parler de dialogue, de tolerance et de toutes ces formes d’ouverture moderne on crairait vite que ce regime est un paradis sur terre. Or la realite est l’inverse. Ce discours est fait pour avoir une soupape de detende afin d’alleger la pression car il n’en peut plus. Ne soyez pas surpris qu’il va se forcer a mettre tout en oeuvre pour isoler les forces vives de l’opposition. Donc, c’est aux forces vives de travailler ensemble pour faire echec au plan de ce regime dictatorial. C’est aux forces vives de constituer au plus vite l’entite sur laquelle j’ai travaille depuis fin 2000 afin qu’elle soit la seule qui representera l’opposition democratique dans toutes les discussions aussi bien sur le plan national que sur le plan international. Cette entite doit mise en oeuvre le plus tot possible. Il y a du travail a faire. Il y avait du travail qui a ete mis en instance a cause de ce manque d’entite transparente. C’est cette entite qui sera representative de toutes les forces vives democratqiues de l’opposition. A l’occasion j’invite ces forces a se rassembler autour de cette entite et a s’adresser a elle aussitot qu’elle sera formee. Le travail de sensibilisation pacifique devra commencer methodiquement. Je commence personellement a en tracer les grandes lignes pour une Tunisie libre, democrate commandee par un vrai etat de droit ou toute tendance et toute croyance confondues peuvent y vivre en harmonie. Une partie de ce travail a ete deja entame et elle concernera aussi bien l’entite que je suppose qu’elle est en cours de preparation. Resserrez vous autour de cette entite et vous gagnerez. Mettez-vous bien dans vos esprits que la dictature souhaiterait repeter l’ancien scenario: apaiser pour diviser et lorsque elle retrouverait sa force elle farpperait de nouveau. Ce scenario est bien compris PAROUT!!!!!!!
L’art revient aux forces vives democratques de l’opposition de maitriser convenablement la scene afin d’en finir doucement et pacifiquement avec la dictature. De la maniere, nous aurions accompli notre devoir de citoyens libres appartenant a ce monde libre dans un futur pays libre et ouvert au monde en vrai.
La Colombe @ tous droits reseves
 
(Source le forum de TUNeZINE le 02-05-2003 14:11)

 
 

 

Un don du ciel Les précipitations exceptionnelles enregistrées depuis le mois de septembre laissent présager d’excellentes récoltes. Quand la météorologie donne un coup de pouce à la croissance…

 
ABDELAZIZ BARROUHI, correspondant à Tunis   En cette année d’incertitudes pour l’économie internationale, les pays maghrébins peuvent rendre grâce au ciel. Depuis septembre dernier, les pluies sont tombées en quantités largement supérieures à la moyenne dans quasiment toutes les régions de la zone. Du coup, un spectacle relativement rare s’offre aux yeux : un sol recouvert d’un tapis de verdure s’étend à perte de vue, les barrages sont pleins à craquer, la terre est gorgée d’eau, les sources taries depuis des années reprennent vie, et le cheptel, qui dispose d’une nourriture abondante, reprend des forces après une longue période de « vaches maigres » due à la sécheresse qui a affecté, ces quatre dernières années, l’ensemble du Maghreb. Prudents, comme à l’accoutumée en début de saison, les paysans de la région ne cachent plus leur satisfaction à quelques semaines des moissons. En Algérie, au Maroc et en Tunisie, les pluies ont été encore au rendez-vous au mois de mars et durant la première quinzaine d’avril, où elles sont habituellement cruciales pour la croissance des céréales. Autant dire que la récolte qui commencera en juin sera faste. La croissance de l’agriculture et des secteurs qui lui sont liés, comme le commerce et les transports, laisse présager des effets positifs sur le Produit intérieur brut (PIB) dans les trois pays du Maghreb. En Algérie, les pluies enregistrées en six mois et jusqu’à la mi-février ont atteint un maximum de 1 239 mm dans les régions littorales. Dans les grandes zones céréalières, comme celles de Constantine, Sidi Bel-Abbès, Sétif, Guelma et Médéa, le cumul a varié entre 284 mm et 738 mm, indique-t-on au ministère de l’Agriculture. Dans l’ensemble du pays, les pluies sont supérieures à celles des moyennes annuelles. Ce qui a permis d’emblaver trois millions d’hectares de terres réservées à la céréaliculture. Si l’on n’a pas semé plus, c’est que l’État a volontairement exclu de ces surfaces un demi-million d’hectares à bas rendement. D’autre part, les précipitations ont été tellement fréquentes qu’elles ont gêné la campagne de labour-semailles dans certaines régions, comme celle de Tizi-Ouzou. « Le sol est bien humide grâce aux précipitations enregistrées depuis le début des labours, se réjouit Si Mansour, un agriculteur de la région de Médéa. Les pluies de mars ont été les bienvenues. » Dans la région de Ain Defla, l’une des principales zones agricoles du pays, les paysans sont de retour, depuis l’an dernier, après avoir fui les violences terroristes durant la dernière décennie. L’optimisme est aussi de rigueur du côté du ministère de l’Agriculture. « La campagne céréalière se présente dans les meilleures conditions, déclare Ammar Assabah, directeur central de la régulation et du développement de la production agricole. Nous sommes en train de poursuivre nos efforts en matière de désherbage et de fertilisation. » Se fondant sur ces bonnes perspectives, et sur une envolée des recettes d’exportation d’hydrocarbures liée à la crise irakienne, le gouvernement n’hésite pas à prévoir un taux de croissance du PIB de l’ordre de 4,2 %. Actuellement, le secteur agricole occupe près de 25 % de la population active et représente 12 % du PIB. L’Algérie importe l’équivalent de 3 milliards de dollars par an de produits agroalimentaires. Les importations de blé varient entre 3 millions et 8 millions de tonnes par an. Chaque année, l’Algérie achète environ la moitié des stocks mondiaux de blé dur. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime à 4,9 millions de tonnes les importations algériennes de blé entre juillet 2002 et juin 2003, soit la même quantité qu’en 2001-2002, à la même période. Au Maroc, l’agriculture domine l’économie. Le secteur emploie 40 % de la population active totale – 70 % dans les zones rurales – et représente 12 % à 20 % du PIB, selon les années. Ses vingt-deux barrages fournissent 15 % de l’électricité produite dans le pays. À la fin de janvier 2003, le cumul pluviométrique moyen pour l’ensemble du Maroc s’est situé à 256 mm, bien au-dessus de la moyenne de 184 mm dans les années normales, et le pays a été régulièrement arrosé depuis. Cela a permis l’emblavage de 5,3 millions d’hectares, soit 29 % de plus que la saison précédente. De quoi faire oublier les années de sécheresse de 1995, 1997, 1999, et 2000. Mais les précipitations ont aussi occasionné des dégâts matériels et des pertes humaines lors des inondations qui ont affecté les régions de Settat, Mohammedia, Shirat-Temara et Kénitra le 17 novembre 2002 : en vingt-quatre heures, quatre-vingt-neuf personnes ont trouvé la mort et quelque cent mille autres ont été sinistrées. Les responsables de l’agriculture marocaine anticipent une forte production agricole pour 2003. Le secteur primaire devrait connaître une croissance estimée à 12,3 %, ce qui autorise le gouvernement à réviser à la hausse le taux de croissance du PIB à 5,5 %, contre 4,5 % initialement prévus. Une bonne récolte céréalière réduirait sensiblement la facture des importations du pays, qui représentent entre 70 % et 25 % de sa consommation céréalière, selon les années. D’après les prévisions de la FAO, le Maroc devrait avoir importé 2,95 millions de tonnes de blé, 900 000 tonnes de maïs et 500 000 tonnes d’orge entre juillet 2002 et juin 2003. Pluviométrie exceptionnelle, également, en Tunisie. Selon Habib Haddad, ministre de l’Agriculture, des Ressources en eau et de l’Environnement, le cumul des précipitations enregistrées depuis six mois sur l’ensemble du pays a dépassé de loin les moyennes habituelles. Il a atteint 747 mm dans le nord-ouest du pays, soit 175 % de plus que l’an dernier à la même période, 497 mm dans le Nord-Est (+ 141 %), 217 mm dans le Centre-Ouest (+ 117 %), 203 mm dans le Centre-Est (+ 87 %), 84 mm dans le Sud-Ouest (+ 107 %), et 102 mm dans le Sud-Est (+ 80 %). À tel point qu’en janvier des inondations, les plus violentes depuis une dizaine d’années, ont eu lieu dans plusieurs régions du nord et de l’ouest du pays (notamment dans les gouvernorats céréaliers de Jendouba, Beja, Manouba et Bizerte). Elles ont fait plusieurs victimes et recouvert des centaines d’hectares de terres céréalières, ont emporté une partie du cheptel et endommagé des maisons d’habitation de 27 500 personnes, pour la plupart des paysans et des ouvriers agricoles. Les surfaces emblavées ont atteint 1,4 million d’hectares, y compris la totalité des terres réservées à la céréaliculture dans le Nord. « Le mois de mars est déterminant, quel que soit le niveau des précipitations pendant les semaines qui suivent les semailles. Et heureusement, cette année, mars a été bien arrosé », note Hadj Ali, un paysan de la région de Beja. La contribution de l’agriculture au PIB se situe entre 14 % et 16 % selon les années. Le secteur emploie 22 % de la population active et représente 12 % des exportations. L’an dernier, la récolte n’a atteint qu’une demi-tonne. La Tunisie a donc importé, en 2002, pour 639 millions de dinars rien qu’en céréales (blé dur, blé tendre, orge, maïs). Entre juillet 2002 et juin 2003, ces importations devraient avoisiner les 1,8 million de tonnes, selon la FAO. Les prévisions budgétaires pour 2003, faites avant les pluies, tablaient sur une récolte céréalière de 1,3 million de tonnes, soit un peu plus que la moyenne habituelle. Après les pluies d’avril, les agriculteurs estiment qu’elle sera beaucoup plus importante. Rarement les trois pays du Maghreb ont bénéficié ensemble, la même année, de ce don du ciel.   (Source : JA/L’Intelligent N°2207 du 27/04 au 03/05 2003 )  

Renaissance de la médina

Depuis 1979, la médina de Tunis est classée par l’Unesco parmi les « villes du patrimoine mondial ». C’est en tout cas l’une des villes arabo-méditerranéennes les mieux conservées. Sur une superficie totale de 270 ha, elle compte pas moins de sept cents monuments classés : palais, demeures, mosquées, zaouïas (mausolées), médersas (écoles), fondouks (caravansérails)… Certains de ces monuments ont été transformés en musées, galeries d’exposition, centres culturels ou restaurants gastronomiques. Centre historique d’une cité moderne, la médina tombait en ruines il y a moins d’un demi-siècle. Aujourd’hui, elle revit. De nombreux artistes et hommes d’affaires y ont acquis de vieilles demeures qu’ils ont restaurées avec l’aide de l’Association de sauvegarde de la médina (ASM). Le mouvement n’en est qu’à ses débuts, mais il a d’ores et déjà permis de sauvegarder et de mettre en valeur un patrimoine urbain demeuré inchangé depuis le XVIIIe siècle. R.K.   (Source : JA/L’Intelligent N°2207 du 27/04 au 03/05 2003 )  

Djerba et Casablanca à l’unisson

C’est à Toulouse que Jémil, le Djerbien, rencontre en 1979 la Casablancaise Souad, qui deviendra son épouse. À cette époque, les universités françaises n’ont pas leurs pareilles pour provoquer les coups de foudre et les mariages entre Nord-Afriqcains. Certes, la configuration a changé depuis quinze ans, et les unions mixtes voient désormais le jour à l’intérieur du Maghreb grâce aux flux d’étudiants entre Tunis et Alger, à la naissance de sociétés de service intermaghrébines, voire au tourisme. Mais tel n’était pas le cas pour la génération qui, en mai 68, battait le pavé parisien. Jémil et Souad annoncent leur intention de se marier à leurs parents restés au pays. À Djerba, la nouvelle n’est pas vraiment réjouissante et les langues chuchotent qu’il « vaut mieux une diablesse dans la maison qu’une Marocaine dans les environs ». L’attitude de la famille de Souad fut différente. Son alliance avec un Maghrébin est jugée de loin préférable à celle qu’elle aurait pu contracter avec un « Roumi ». Sa cousine venait en effet de provoquer le scandale en se mariant à un Allemand. Ainsi, lorsque Jémil lui passe la bague au doigt en 1982, ses parents poussent un ouf ! de soulagement. « Chez moi, on s’est dit : c’est un musulman, donc un moindre mal. Et Jémil a été bien accepté par rapport à d’autres beaux-frères si lointains ! » Décision est prise de s’installer en Tunisie. Jémil défend son choix en avançant que sa famille est connue et qu’il n’aura pas « à supporter l’anonymat au Maroc ». Son métier d’avocat et celui de banquière de sa femme leur permettent de s’installer confortablement dans un faubourg résidentiel de Tunis. Souad se fait des amis, s’intègre dans son travail et, s’il lui est arrivé dans le passé d’être harcelée par un de ses patrons, « ce n’est pas par ostracisme, mais par misogynie », assure-t-elle. La nostalgie du pays natal la tenaille parfois, mais elle confie, la larme à l’oeil : « Ma vie est désormais là où est mon foyer. Mon époux, c’est toute ma famille. » Ce sont surtout ses deux filles, aujourd’hui adolescentes, qui ancrent désormais son couple dans les réalités du pays d’accueil. Si elles n’ont pas la nationalité de leur mère, elles revendiquent les héritages respectifs de leurs parents, et le Casablanca maternel leur est aussi cher que l’île de Djerba. En les observant, on comprend que ces jeunes filles équilibrées poursuivent avec bonheur le parcours de leurs parents. F. Z   (Source : JA/L’Intelligent N°2207 du 27/04 au 03/05 2003 )  

عائد مغربي : الحرس العراقي أعطانا أسلحة فاسدة

 
الإسلام اليوم/قدس برسّ  28/2/1424   10:44 م 01/05/2003 كشف المجاهد المغربي محمد سيسين أن الدروع البشرية والمقاتلين العرب أحسوا برائحة الخيانة قبل سقوط العاصمة العراقية بغداد في أيدي القوات الأمريكية، بل وقبل بداية الحرب.وقال سيسين, الذي سافر إلى العراق كدرع بشري ممثل عن حزب الاستقلال قبل أن يقرر البقاء وحمل السلاح إلى جانب بقية المجاهدين العرب ؛ إن المجاهدين العرب عندما استقبلوا كمتطوعين لمواجهة القوات الغازية سلم لهم ضباط من الحرس الجمهوري أسلحة فاسدة لا تصلح للاستعمال في الوقت الذي كانوا فيه قادرين على الدفاع عن بغداد لأيام، لو كانت لديهم أسلحة حقيقية.وأضاف « لقد أعطونا سلاحا فرديا يتكون من رشاشات كلاشينكوف، وقاذفات « آر بي جي » و »بي كي سي » و »آر بي كي »، وللأسف وجدنا هذا السلاح لا يصلح لشيء ». وقال « كل من له دراية ولو بسيطة بالسلاح تأكد منذ الوهلة الأولى بأن الرشاشات تتوقف بعد الطلقة الرابعة، وأنها لو استعملت عن طريق الرش، فإنها تنفجر أشلاء، والقاذفات كانت كلها مصابة بالرطوبة ».وتؤكد هذه الواقعة وأنها كانت متعمدة ما أكده سيسين بأن الضباط لم يهتموا بعد أن وجه المجاهدون هذه الملاحظات إليهم، بل كانوا يوهمونهم أن هذه خطة مدبرة لإيقاع العدو، إلى أن سقطت العاصمة بغداد، وتأكد للمجاهدين من خلال سلوكيات أخرى أن ضباط الحرس الجمهوري كانوا لا يأبهون لمواجهة قوات التحالف، ولا يريدون ذلك، وأنهم يتخلون عن الأسلحة ويرمونها في أي مكان؛ مما جعل المجاهدين يخافون على أنفسهم من هؤلاء الضباط، وبدأ التفكير في الخروج من العراق، الذي نجح فيه البعض، وفشل فيه آخرون.وأكد المجاهد المغربي أن المئات من هؤلاء المجاهدين استشهدوا بعد أن استهدفت مواقعهم من قبل القوات الأمريكية؛ فيما حاول الناجون التسلل إلى التراب السوري. واختتم المجاهد المغربي قوله بأن الخيانة لم تأت من صفوف الجيش العراقي فقط ؛ ولكن شاركت فيها أطراف مدنية، إذ إن الدروع البشرية الغربية كان من بينها مجموعات تمثل القوات الغازية، تمكنت من التسلل إلى العراق قبل الغزو، وقامت بنشاطات مشبوهة، شارك فيها عراقيون وعرب من جنسيات مختلفة.
المصدر: الإسلام اليوميوم 1 ماي 2003)

 

 

 

« السلام الأخضر » تنافس البنتاجون بـ »كوتشينة »

 

ضمير أحمدإسلام أون لاين.نت/ 2-5-2003

بوش وبوتين أبرز الوجوه على أوراق اللعب

وزعت منظمة السلام الأخضر الدولية المهتمة بشئون البيئة أوراق لعب (كوتشينة) تضم صور وأسماء أبرز رؤساء وقادة الدول المالكة لأسلحة دمار شامل على غرار الأوراق التي نشرتها وزارة الدفاع الأمريكية (البنتاجون) التي تضم قائمة بأسماء المسئولين العراقيين الملاحقين من قبل القوات الأمريكية.

واستبدلت المنظمة الدولية صور الرئيس العراقي صدام حسين وأبنائه الموجودة على أوراق البنتاجون بصور الرؤساء: الأمريكي جورج بوش، والروسي فلاديمير بوتين، والفرنسي جاك شيراك، والصيني هو جيسماو، ورئيسا الوزراء البريطاني توني بلير، والإسرائيلي إريل شارون، بالإضافة إلى عدد آخر من قادة الدول التي تمتلك أسلحة دمار شامل.

وقال وليام بيدين سكرتير منظمة السلام الأخضر في تصريحات لصحيفة سالزبرجر ناشيرشتين نشرتها وكالة أنباء إنترفاكس الروسية الجمعة 2-5-2003: إن أوراق لعب السلام الأخضر تشبه أوراق وزارة الدفاع الأمريكية بنسبة 90%، مشيرا إلى أن الشيء الوحيد المختلف هو استبدال أسماء وصور المسئولين العراقيين برؤساء دول تنتج وتمتلك أسلحة دمار شامل.

وأضاف بيدين أنه تم توزيع 600 نسخة من أوراق اللعب هذه على المشاركين في المؤتمر العالمي لنزع الأسلحة النووية والذرية الذي بدأ أعماله في 30 أبريل ويستمر حتى الأحد 4-5-2003 بمدينة جنيف.

وقال: إن جميع المشاركين في المؤتمر المنظم تحت رعاية المنظمة أعربوا عن إعجابهم بتلك الكوتشينة، مشيرا إلى أن المعلومات التي جاءت بها تم الاستدلال بها أثناء كلمات المشاركين.

إسرائيل تمتلك 200 صاروخ قادر على حمل رءوس نووية

وأشار بيدين إلى أن عدد الصواريخ النووية التي تم إنتاجها في العالم منذ عام 1945 حتى الآن بلغت 128 ألف صاروخ، موضحا أن « الدول التي تنتج أو تمتلك أسلحة دمار شامل تزداد عاما بعد عام، ويأتي في مقدمتها إسرائيل التي أنتجت خلال العشر السنوات الأخيرة قرابة 59 صاروخا باليستيا قادرا على حمل رءوس نووية ».

وكانت منظمة السلام الأخضر قد أنشئت على يد مجموعة من المدافعين عن البيئة عام 1956 وتتخذ من مدينة جنيف مقرا لها، وتعتبر أكبر منظمة في مجال البيئة، حيث يبلغ عدد أعضائها قرابة 300 مليون عضو.

ومن أبرز قادة العالم الذين ظهرت صورهم على أوراق اللعب:

– فلاديمير بوتين – رئيس روسيا – عدد الصواريخ القادرة على حمل رءوس نووية التي تمتلكها بلاده : 18 ألف صاروخ

– جورج دبليو بوش – رئيس الولايات المتحدة الأمريكية – عدد الصواريخ : 10 آلاف و 600 صاروخ

– هو جيسماو – رئيس الصين – عدد الصواريخ : 400 صاروخ

– جاك شيراك – رئيس فرنسا – عدد الصواريخ : 350 صاروخا

– إريل شارون – رئيس وزراء إسرائيل – عدد الصواريخ : 200 صاروخ

– توني بلير – رئيس وزراء بريطانيا – عدد الصواريخ : 200 صاروخ

– برويز مشرف – رئيس باكستان – عدد الصواريخ : 50 صاروخا

– أتال بيهاري فاجبايي – رئيس وزراء الهند – عدد الصواريخ : 35 صاروخا

 (المصدر: إسلام أون لاين.نت/ 2-5-2003 )

 


 

 

رسالة الى شاب أميركي: اكتشفنا قوتكم فمتى نرى طيبتكم؟

 
أبو ظبي – ماهر عبدالجليل       لا أعلم كيف ستصل رسالتي هذه الى الجهة المقابلة غداة انهمار القنابل وتفشي الموت والخراب والدمار في أرض العراق؟ ولكنني أعلم أن مشهد تهاوي الصنم في ساحة الفردوس، حررني من كابوس الخوف الجاثم على صدري وأسقط « تابوات » كثيرة في مخيلتي، لعل أهمها الكليشيهات الصدئة والأفكار المحطمة… والأهم من ذلك سأسعى هنا الى اكتشافك، لتشكيل صورة عنك… فلقد سأمت صور الجنود والطائرات، وتغطية « سي ان ان » و »فوكس نيوز »، لمثلث الهرم الأعلى عندكم الطيب والشرير والقبيح، أو كما صوّر لنا. سئمت أميركا الرسمية ووجه مارد القوة فيها وأحلم بالاقتراب من طيبتها، منك، ومن شبابها الطامح بمستقبل مشترك ضد الكراهية ومن أجل السلم. سقط الصنم في التاسع من نيسان (أبريل)، وغاب بسقوطه الرئيس والعائلة والحزب، وغداً سيغيب عندكم الرئيس والعائلة والحزب بانتخابات ديموقراطية، ولكن العراق باق وكذلك أميركا. والأهم من ذلك سأبقى أنا وستبقى أنت. يعاني الشباب مخلفات حروب الآباء وتداعيات الحقد والكره والانتقام… ألم يقل كونفوشيوس حكمته الشهيرة « في السلم يقتل الابناء آباءهم وفي الحرب يقتل الآباء أبناءهم »؟ وما كتابتي لك الا انتصار للحياة. فأبطال المسرح العالمي حالياً، من المختبئ في الكهوف الى سيد البيت الأبيض الى الرئيس المخلوع، غالبيتهم في العقد السادس، عاشوا حياتهم بالطول والعرض في القرن الماضي. اكتشفتم قدرة بعضنا على الايذاء وتلمسنا قدرتكم على الانتقام والتشفي والدمار. خلفيتي الرياضية ونزعتك البراغماتية تحيلاننا انتصاراً بهدفين مقابل واحد لكم. ولكننا جميعاً خسرنا الاحساس بالأمن والأمان، تعززت مشاعر الكراهية ضدكم وتزايدت مخاوفكم منا وامتعاضكم من كل ما هو عربي ومسلم وأصبح مستقبلنا في مهب الريح. أذكر أنني اكتشفت متعة السينما في فيلم « القيامة الآن » وحرب آبائكم وأجدادكم في فيتنام. كلمة الحب الأولى لحبيبتي الأولى، غادرت شفتيّ بعفوية ونطقت I LOVE YOU، وما زلت اتابع بطولات الـNBA ودوري السلة عندكم. كنت استيقظ في ساعة متأخرة من الليل لأشاهد بطل الملاكمة العالمي محمد علي كلاي، لفارق التوقيت بيننا. أتابع متعة أداء الممثل ريتشارد غير وقفشات « البرنس وليامس »، وأغاني مادونا لا تزال تعيش معي، وحفل مايكل جاكسون في بلدي تونس لن يمحى من ذاكرتي… ربما تعجبت ولكنها الحقيقة! وكان الذهاب الى مطعم « الماكدونالدز » أول مطمح لي منذ وصولي الى الخليج العربي، لغيابه عندنا في تونس. عجزت عن متابعة دراستي العليا في بلدكم لضيق ذات اليد ولكنني كنت أخطط – سابقاً – الى أن أحقق هذا الحلم لابنتي. كانت أميركا ترمز في مخيلتنا وذاكرتنا الى قوة العلم وفردوس الحرية وفضاء الرفاهية. لم نكن نتبع أهواء الايديولوجيين من بقايا الشيوعية، ولم نعتز بأحلام المؤمنين منا في المدينة الفاضلة. كانت في القلب غصة منكم لانحياز ادارتكم في جرحنا النازف في فلسطين. ولكن ايماننا بالسلام وانخراطنا في مساره دفعانا للصبر من أجل تعديل الانهزام واللاتوازن… لم نكن من جيل النكبات في عام 1948ولم نعش هزيمة 1967، ولكنني أشعر بأن الحرب الأخيرة مهما كانت مبرراتها ولدت لدى جيلي ولدى الغالبية الصامتة عندنا جرحاً غائراً وغصة. قال نديم شحادة من المعهد الملكي البريطاني ان العالم العربي في زمن حاسم الآن، فلا أحد يعرف « هل ستنتصر راية البيسبول والقمصان الأميركية أم سيتعزز التطرف… ». ربما عانت الشركات الأميركية تجاهل جمهور المستهلكين العرب والمسلمين لبعض الوقت، ربما عانيتم من مئة بن لادن جديد ولكن الأهم من ذلك انني شعرت بأن أبناء جيلي تزعزعت لديهم الثقة في الأفكار الكبرى والقيم العظيمة التي طالما حلمنا بها وسعينا للالتحاق بها في مجتمعاتنا. لن أعيد كتابة التاريخ، ولن أنظر للأحداث بمرآة السياسي أو الخبير العسكري ولكنني أبحث عن الرسائل المتبعثرة والقيم المقبلة. كان السيد بليكس وزميله البرادعي يمثلان لدينا نموذجاً لقدرة العلم والعلماء في اتقاء الحروب ونصرة السلام بأقل التكاليف. وعلى رغم ما قيل وما يقال، وثقنا في قدرتهما على احداث تغيير، ولكن ازاحتهما قبيل استكمال مهمتهما بعث برسالة محبطة. هل تذكر يوم الملايين في 15 شباط (فبراير)؟ يوم احتشد الناس في شوارع العالم وأزقته منادين « نعـــم للسلام لا للحرب »؟ كنا نعتقد بأن للرأي العام عندكم قوة ضاربــة يحسب لها ألف حساب. كنا نخجل من واقعنا وبأس أمننا المرتعد من تجمع ثلاثة أشخاص فاكتشفنا ان لا عزاء لكلمة مسموعة فـــي الشارع وأن ارادة الحاكم فوق الجميع وفوق القانون عندنا وعندكم. كنا وما زلنا أمماً ضعيفة لكنها طامحة من أجل الأفضل. ربحتم الحرب بلا شك ولكن الأهم من ذلك هل ستربحون السلام ومعركة القلوب والعقول؟ لا شك في اننا عانينا القمع والتسلط طويلاً . وربما بدا ذلك مفارقاً ولكنكم جعلتمونا نقترب من قادتنا أكثر من ذي قبل. نحن نقبل الاذلال الذي يعيشه رئيس منتخب من شعبه وقاد طويلاً حركة تحرير قاسية. تربينا على ان المجرم يقدم لمحاكمة عادلة، فكيف نبرر نزعتكم الدائبة لقتل الطاغية، فهل ان قمعه وبطشه لا يرتقيان لافعال ميلوشيفيتش الذي يحظى بسجل أسود وبمحاكمة دولية… ان استخفافكم بنا وبقدرتنا على التغيير يلقي بظلال شك كثيفة على اهدافكم الحقيقية، فهل نحن أقل شأناً من شعوب أوروبا الشرقية لن أبحث طويلاً في مسألة النفط، ولا في أفكار قادتكم حول صيغة شرق أوسط جديد فهذه اشياء تتجاوزني. ولكنني قرأت في وثائقكم عن مخططات جدية لتحويل مناهج التعليم والدين لدينا… فأحيلك على تجربتين في منطقتنا العربية الاسلامية دفعتا دفعاً غير ذاتي لاستحداث مناهج تعليمية ودينية جديدة، فماذا كانت المحصلة في تركيا التي تحطمت فيها الاحزاب العلمانية؟ وتونس التي تخيم عليها نزعــة ايمانيــة عجيبـــة بعد معركة تجفيف المنابع؟ رحل الرأس والعائلة والحزب وغداً سيرحل الرأس والعائلة والحزب عندكم، ربما فتحت الحرب حروباً اخرى صغيرة ولكنها دفعت مستقبلي ومستقبلك نحو المجهول… زعزعت الثقة لدى الشبيبة بقلبكم وعدلكم… اكتشفنا قوة أميركا فمتى نشاهد طيبتها…؟ (المصدر: صحيفة الحياة الصادرة يوم 29 أفريل 2003)

 

Accueil

 


Lire aussi ces articles

17 octobre 2003

Accueil TUNISNEWS   4 ème année, N° 1245 du 17.10.2003  archives : www.tunisnews.net « رَادْ أتَاكْ تونس »: بيـان مساندة وتضامن اف

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.