19 mai 2011

TUNISNEWS
11 ème année, N°4013 du 19.05.2011


An-Nahdha Movement: Statement on the events of 18May 2011

Global Campaign for Free Expression: Draft election decree must protect freedom of expression, cautions ARTICLE 19

AFP: Tunisie: les « terroristes » visaient des « sites touristiques » (presse)

Ruters: Tunis dément la présence de la famille Kadhafi en Tunisie

Reuters: Tripoli dément le départ de l’épouse et de la fille de Kadhafi

AFP: Situation tendue en Tunisie notamment en raison de la Libye (Essebsi)

AFP: Tunisie et Egypte au menu des assemblées de la Banque africaine de développement, les 9-10 juin à Lisbonne

AFP: Les quatre journalistes libérés en Libye sont en route pour la Tunisie

Houcine Ghali: Tunisie : règne de la subjectivite et du defoulement


REVUE DE PRESSE

An-Nahdha Movement

Statement on the events of 18May 2011


 
In the name of God, MostBeneficent, Most Merciful
Followingthe events of the town of Rouhiyya, governorate of Siliana, this morning 18 May2011, which led to the death of an officer and a soldier from our nationalarmy, an-Nahdha Movement, while expressing grave concern over these events andits condemnation of this crime committed against the country:
1.Prays for mercy for the souls of the martyrs of our national army who join thecaravan of Tunisia’s martyrs for freedom and dignity, and expresses heartfeltcondolences to their families and its solidarity with them.
2.Values the role played by our national army in protecting the country andstanding against anyone who attempts to undermine its security.
3.Strongly condemns any attack on the country’s sanctity and anyone behind them,regardless of their identity.
4.Calls on all Tunisian citizens to be vigilant and to stand firm against anyattempts at undermining the country’s security, stability and unity, to protecttheir glorious revolution and support the efforts of the national army andstand united with it.
5.Alerts all political and social forces to the dangerous attempts to infiltratethe country in order to sabotage the revolution, and calls on them to place thecountry’s interests above any other consideration, to unite further to defendthe country’s independence, unity and revolution, and to stand against all attemptsat destabilisation to obstruct the progress of the democratic transition, abortthe revolution and prevent the achievement of its aims.
« Cooperate in goodnessand piety, and do not cooperate in sin and aggression »
An-Nahdha Movement
Rached Ghannouchi
Tunis, 18 May 2011

Alert – Tunisia

18 May 2011

Draft election decree must protect freedom of expression, cautions ARTICLE 19


SOURCE: ARTICLE 19: Global Campaign for Free Expression (ARTICLE 19/IFEX) – 17 May 2011 – Today marks the launch of ARTICLE 19’s legal analysis of the Draft Decree pertaining to the election of the National Constituent Assembly. The Draft Decree is an essential step in preparation of the Tunisian elections for the Constituent Assembly, set for 24 July 2011, which will in turn be responsible for drafting the new Constitution. ARTICLE 19 recognises the historical importance of the upcoming election for building a free and democratic society in Tunisia and is ready to assist the Tunisian Government and other stakeholders in finalising the text of the Draft Decree and other freedom of expression related regulations. Although ARTICLE 19 welcomes the timely introduction of the Draft Decree, the organisation also notes that the speed of the reform cannot overtake the key human rights principles that should guide free and fair elections. ARTICLE 19’s analysis of the Draft Decree calls for an improved framework that would fully incorporate relevant international standards on freedom of expression, right to political participation and to guarantee the respect for freedom of expression and media freedom during the election process. « ARTICLE 19 welcomes the efforts of the Tunisian Interim Government to pass a new regulation on elections as an important step in preparing credible and peaceful nationwide elections in 2011. After decades of repression, Tunisians will finally be able to influence decisions that affect their lives, » said Dr Agnes Callamard, ARTICLE 19 Executive Director. « However, we are concerned that the current draft does not sufficiently address the role of the media in the electoral process and that it does not provide adequate protection for freedom of expression in an election period. Freedom of the media is particularly important ahead of an election period. In addition, voters, parties and candidates should not be prevented from imparting, seeking and receiving information and ideas relevant to their participation in elections, » continued Dr Callamard. In this context, ARTICLE 19 makes a number of recommendations on how the text of the Draft Decree could be brought in line with international freedom of expression standards. In particular, ARTICLE 19 recommends the Draft Decree explicitly recognises the protection of the right to freedom of expression and information, as well as the right to participate in election campaigning as basic principles in both election information provision and election campaigning. The Draft Decree should also improve the framework for election campaigning and for the protection of media independence during the election process. In addition, it should ensure that the media can carry out its work without harassment and prosecution. Special measures should be undertaken to ensure impartiality of public/state broadcasters and in absence of self-regulatory mechanisms, it should impose a duty on the state/public media and private broadcasters to provide fair, balanced and impartial information in their reporting of news and current affairs during election campaigning. The Draft Decree should also expand the mandate of an independent Electoral Commission to carry out voter education programmes and provide for transparency of its operations. ARTICLE 19 believes these recommendations are particularly important in the light of ongoing reform of other media-related laws. ARTICLE 19 fully supports this reform as well as the initiative undertaken by journalists, media, broadcasters and experts to introduce a comprehensive system of media self-regulation. Read ARTICLE 19’s analysis: comment_on_draft_decree_on_election.pdf (376 KB) For more information: ARTICLE 19: Global Campaign for Free Expression Free Word Centre 60 Farringdon Road London EC1R 3GA United Kingdom info (@) article19.org Phone: +44 20 7324 2517 Fax: +44 20 7490 0566 http://www.article19.org/  
 

AFP, le 19 mai 2011 à 10h27 GMT

Tunisie: les « terroristes » visaient des « sites touristiques » (presse)


 
 
TUNIS, 19 Mai 2011 (AFP) – Les deux membres présumés d’Al-Qaïda abattus mercredi dans des échanges de tirs avec les forces de l’ordre tunisiennes à Rouhia, dans le nord de la Tunisie, « projetaient d’attaquer des sites touristiques », a affirmé jeudi le quotidien tunisien Le Temps.
 
Dans un article intitulé « les terroristes projetaient d’attaquer des sites touristiques à Bizerte, Tabarka et Hammamet », Le Temps écrit que « selon des informations recueillies » par ce journal, « les forces de l’ordre ont trouvé deux passeport périmés (…) falsifiés, portant de fausses identités et des tampons d’entrée et de sortie de Libye ».
 
« Par ailleurs, selon le journal, « dans la valise des terroristes on a trouvé une carte géographique de la Tunisie avec des sites indiqués comme cible. Et cela corrobore les indices selon lesquels les terroristes avaient d’autres +projets+ pour la Tunisie », ajoute le journal sans donner d’autres précisions.
 
Cette information n’a pas pu dans l’immédiat être confirmée de source officielle.
Quatre personnes – un colonel et un soldat de l’armée tunisienne ainsi que deux Libyens – ont été tués mercredi dans des échange de tirs à Rouhia située à environ 200 km de la frontière algérienne.
 
Les « deux terroristes » abattus « portaient des ceintures d’explosifs » et sont « fortement suspectés d’appartenir au réseau Al-Qaïda », avait indiqué à l’AFP une source sécuritaire.
 
D’autre part, Le Temps qui titre « le spectre du terrorisme en Tunisie », publie une photo d’un des « terroristes » abattus, le visage sanguinolent.
 
Dans un autre article intitulé « les Islamistes et Ennahda (Renaissance, parti interdit sous Ben Ali et autorisé depuis sa chute en janvier) descendus en flammes », le journal s’interroge sur la « menace » pesant sur la Tunisie.
 
« Sommes nous en face d’un vrai danger, celui d’Al-Qaïda? Pour le compte de qui agissent ceux qui se sont infiltrés sur notre territoire? », écrit-il.
 
Un autre journal francophone tunisien, Le Quotidien, titre en une sur « la piste de l’Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) privilégiée ».
 
Dans un article intitulé « Unis contre les forces de l’obscurantisme », le journal écrit que « les terroristes agissent à la manière des charognards (..) ces suppôts de Satan ne chôment pas ces derniers jours et prennent pour cible notre pays ».
 
Enfin, Le Quotidien s’interroge sur la question de savoir qui « sont les commanditaires ». « S’agit-il de membres présumés d’Aqmi comme le pensent certains spécialistes ou simplement des mercenaires à la solde d’un régime voisin qui cherche à étendre le conflit et partant se venger de cette Tunisie, berceau des révolutions arabes? ».

 
Reuters, le 19 mai 2011 à 04h02 GMT

Tunis dément la présence de la famille Kadhafi en Tunisie


 
 
 
LE CAIRE, 19 mai (Reuters) – Le ministère tunisien de l’Intérieur a démenti mercredi la présence de membres de la famille de Mouammar Kadhafi sur le sol tunisien, rapportent les chaînes de télévision Al Djariza et Al Arabiya.
 
Les autorités tunisiennes arrêteront tout membre de la famille du dirigeant libyen qui entrerait dans le pays, a déclaré le porte-parole du ministère cité par Al Djazira.
 
Un peu plus tôt mercredi, une source proche des services de sécurité tunisiens avait indiqué à Reuters que l’épouse et la fille du colonel Kadhafi avaient franchi la frontière tunisienne il y a plusieurs jours.
 
Safia Kadhafi et sa fille Aïcha se sont rendues en Tunisie le 14 mai avec une délégation libyenne et se trouvent toujours sur l’île méridionale de Djerba, avait indiqué cette source.
 
« Elles devaient partir hier mais elles sont encore à Djerba », a ajouté la source, interrogée par Reuters.
 
Il semble qu’elles n’aient pas voyagé en compagnie de Chokri Ghanem, président de la compagnie pétrolière libyenne, qui serait lui-aussi en Tunisie et qui aurait fait défection.
 
Selon une source de l’opposition libyenne, les deux femmes accompagnaient le mari d’Aïcha blessé lors des affrontements en Libye et venu se faire soigner à Djerba.
 
Aïcha Kadhafi s’était adressée en avril aux partisans de son père à Tripoli, déclarant qu’en exigeant la démission du dirigeant libyen, les Occidentaux insultaient tous les Libyens.
 
« Parler de la démission de Kadhafi est une insulte à tous les Libyens, parce que Kadhafi n’est pas en Libye mais dans le cœur de tous les libyens », avait-elle lancé.
 
Mardi, une source proche de la sécurité tunisienne a confirmé la fuite du président de la compagnie nationale pétrolière libyenne (NOC), Chokri Ghanem, venu se réfugier en Tunisie.

 
 
 
 
 
Reuters, le 19 mai 2011 à 11h44 GMT

Tripoli dément le départ de l’épouse et de la fille de Kadhafi


 
 
* L’épouse et la fille de Kadhafi seraient toujours en Libye
 
* Le régime de plus en plus isolé, affirme l’Otan
 
par Tarek Amara et Joseph Logan
 
TUNIS/TRIPOLI, 19 mai (Reuters) – Tripoli a démenti jeudi que Safia, l’épouse du colonel Mouammar Kadhafi, et leur fille Aïcha aient quitté la Libye, comme l’affirmaient l’opposition et une source proche des services de sécurité tunisiens.
 
Le gouvernement libyen a également démenti la défection du patron de la NOC, la compagnie nationale pétrolière, Chokri Ghanem.
 
Il n’en reste pas moins que le régime libyen, pas plus que ses adversaires, n’apporte aucun élément concret à l’appui de ses assertions.
 
Selon l’opposition libyenne et la source tunisienne, Safia Kadhafi et sa fille se trouveraient depuis le 14 mai dans l’île tunisienne de Djerba, non loin de la frontière libyenne. Ghanem serait aussi en Tunisie.
 
Les deux femmes accompagnaient le mari d’Aïcha blessé lors des affrontements en Libye et venu se faire soigner à Djerba.
 
Aïcha Kadhafi s’était adressée en avril aux partisans de son père à Tripoli, déclarant qu’en exigeant la démission du dirigeant libyen, les Occidentaux insultaient tous les Libyens.
 
« Chokri Ghanem est à son poste, au travail. S’il se trouve hors du pays, il reviendra », a déclaré jeudi à Reuters Khaled Naïm, le vice-ministre libyen des Affaires étrangères.
 
« En ce qui concerne (les membres de) la famille du guide, ils sont toujours en Libye. Où pourraient-ils être ? », s’est-il interrogé.
 
Mercredi soir, le ministère tunisien de l’Intérieur a également démenti la présence de membres de la famille de Mouammar Kadhafi en territoire tunisien.
 
ÉTAT AU RALENTI
 
Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a affirmé jeudi que l’armée libyenne avait été significativement affaiblie par les frappes de l’Otan, depuis deux mois, et que son régime était davantage isolé jour après jour.
 
La combinaison de la pression militaire et politique et du soutien de l’opposition finiront par faire tomber le régime libyen, a-t-il ajouté, promettant de maintenir une forte pression militaire sur Kadhafi, qui est au pouvoir depuis 1969.
 
Les objectifs principaux de la coalition internationale sont la fin des attaques contre les civils, le retrait des forces kadhafistes du terrain et le libre accès des travailleurs humanitaires aux zones de conflit, a ajouté le diplomate danois.
 
Un habitant de Tripoli, interrogé par Reuters, a déclaré que malgré la forte présence des forces de sécurité dans la capitale, l’activité gouvernementale semblait désormais au point mort, après des semaines de raids aériens occidentaux.
 
« Il n’y a plus de gouvernement. On appelle les gens au téléphone et personne de répond. On ne voit même plus les gens de l’entourage de Kadhafi », a-t-il dit.
 
TRÊVE EN NÉGOCIATION
 
Sur le terrain, la situation militaire n’évolue guère. Sur le plan diplomatique, les contacts se poursuivent. Une délégation du gouvernement de Tripoli s’est rendue à Moscou et les Nations unies cherchent toujours à mettre au point un accord pour mettre fin à trois mois de conflit.
 
Le dossier libyen devrait figurer en bonne place lors du sommet du G8 les 27 et 28 mai à Deauville.
 
L’Onu négocie avec les rebelles libyens, les forces gouvernementales et l’Otan une trêve de un à trois jours qui permettrait d’apporter une aide médicale et alimentaire aux civils.
 
Les Nations unies ont par ailleurs lancé un appel aux dons, de 407 millions de dollars, de manière à aider la population libyenne de juin à aoât. Le premier appel aux dons, de 310 millions de dollars, a été financé à moins de 50%.
 
Panos Moumtzis, coordinateur de l’action humanitaire en Libye, a annoncé une rencontre avec les autorités vendredi à Tripoli pour négocier des garanties sur la sécurité des travailleurs humanitaires de l’Onu se rendant dans l’Ouest, à Misrata et dans les monts du djebel Nefoussa.
 
La pause, qui pourrait ne pas être un cessez-le-feu formel, permettrait aussi l’évacuation de migrants, de blessés et d’autres civils souhaitant quitter ces zones de guerre.

 
 
 
 
AFP, le 19 mai 2011 à 14h58 GMT
 

Situation tendue en Tunisie notamment en raison de la Libye (Essebsi)


 
 
PARIS, 19 Mai 2011 (AFP) – Le Premier ministre tunisien de transition Béji Caïd Essebsi estime que la situation dans son pays est « tendue » en termes de sécurité, notamment en raison de la guerre en Libye voisine, dans une interview au quotidien français Le Monde daté de vendredi.
« Nous avons une situation tendue, nous faisons le maximum pour que ça reste localisé », dit M. Essebsi qui était mercredi à Paris où il a rencontré le président français Nicolas Sarkozy. « Bien sûr, il y a une situation particulière qui tient aux événements en Libye », ajoute-t-il.
« Nous avons tout d’abord reçu 374.000 réfugiés dont de nombreux Libyens qui sont logés par la population et qui ne pourront pas rentrer chez eux tant que ces événements ne seront pas terminés. Comme nous avons une frontière commune nous recevons aussi des projectiles de temps en temps. Mais ils ne sont pas dirigés contre la Tunisie, il y a des incidents pour le contrôle de points de passage », poursuit-il.
« Il y a peut-être aussi des infiltrations (…) Mais notre armée est déployée et nous ne faisons pas de catastrophisme même si on ne peut rien exclure », ajoute-t-il.
Quatre personnes – un colonel et un soldat de l’armée tunisienne ainsi que deux Libyens – ont été tuées par des tirs mercredi à Rouhia, située à environ 200 km de la frontière algérienne. Selon une source autorisée, les deux militaires ont été tués dans des échanges de tirs avec des hommes « fortement suspectés d’appartenir à Al-Qaïda ».
Dimanche, les autorités avaient annoncé l’arrestation d’un Algérien et d’un Libyen, suspectés d’appartenance à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et en possession d’explosifs, à Nekrif (sud), dans la région de Tataouine.
Par ailleurs, des obus sont tombés à plusieurs reprises en territoire tunisien lors d’affrontements entre troupes loyales à Kadhafi et rebelles libyens près du poste-frontalier de Dehiba. Mardi Tunis a menacé de saisir l’ONU.

Tunisie et Egypte au menu des assemblées de la Banque africaine de développement, les 9-10 juin à Lisbonne


AFP 19/05 | 18:49
Les Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) se tiendront les 9 et 10 juin à Lisbonne et seront l’occasion de « tirer les leçons » des bouleversements survenus en Tunisie et en Egypte, a indiqué jeudi sa secrétaire générale Cecilia Akintomide.
« La situation actuelle dans ces pays a des implications majeures pour le développement et il y a de vraies leçons à tirer sur la façon dont nous intervenons et le type de dialogue que nous avons avec ces pays », a déclaré Mme Akintomide lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Tunis.
« Ce débat sera une partie clé des assemblées annuelles et du dialogue entre les actionnaires », a-t-elle ajouté.
La 46e réunion du conseil des gouverneurs de la BAD, placée sous le thème d' »une croissance inclusive en Afrique », sera précédée à partir du 6 juin par une série de séminaires et de conférences, axés sur la jeunesse et l’emploi, le développement du secteur privé et les questions énergétiques.
C’est seulement la troisième fois que les assemblées annuelles de la BAD, qui compte 77 pays membres, se tiendront hors d’Afrique. Le Portugal est « un des tout premiers pays non-africains » à avoir adhéré à l’organisation, en 1983, a précisé Mme Akintomide.

Les quatre journalistes libérés en Libye sont en route pour la Tunisie


 
AFP, le 19 mai 2011
 
BUDAPEST (AFP) – Les quatre journalistes étrangers libérés en Libye mercredi sont en route pour la Tunisie, a indiqué jeudi le ministre hongrois des Affaires étrangères, dont le pays assure la présidence tournante de l’Union européenne.
« Ils vont arriver sous peu en Tunisie », a déclaré le ministre, Janos Martonyi, aux journalistes.
Les Américains James Forley et Clare Morgana Gillis, l’Espagnol Manu Brabo et le Sud-africain Anton Hammerl ont été relâchés par les autorités libyennes mercredi puis remis à l’ambassade de Hongrie à Tripoli.
L’Union européenne, dont la Hongrie assure la présidence tournante jusqu’au 1er juillet, ne dispose par d’autre représentant en Libye, en proie aux troubles depuis la mi-février, a expliqué M. Martonyi.
« Nous sommes très reconnaissants envers la Hongrie pour son aide à ce sujet », a déclaré l’ambassadrice des Etats-Unis à Budapest, Eleni Tsakopoulos Kounalakis.
Les journalistes avaient disparu le 4 avril alors qu’ils couvraient le conflit en Libye.

TUNISIE : REGNE DE LA SUBJECTIVITE ET DU DEFOULEMENT


 

Houcine Ghali, Genève

 

Dans leurs commentaires, leurs interventions et leurs échanges dans les mas medias et l’ ensemble des supports d’ internet, les Tunisiens usent souvent de subjectivisme, d’ étalage de leurs états d’ âme, de sentiments, de critiques gratiutes, d’ affects et même d’ insultes et de règlements de comptes.

C’ est le résultat de 23 ans de réression, de mutisme, d’ obéissance passive au Prince et d’ auto-censure.

L’ irruption de la révolution spontannée dans le pays, sans le moindre apport des intellectuels, leaders politiques de toute obédience, défenseurs des droits humains bien lotis dans le Grand Tunis et bourgeois libéraux loin de la misère des régions de l’ intérieur, a ouvert la porte toute grande aux citoyens pour un défoulement collectif non maîtrisé, une revanche sur un pouvoir qui les a longtemps méprisés, une haine contre la police qui les a dépossédés de leur dignité.

 

L’ absence de culture politique, d’ acquisition des matériaux intellectuels et des connaissances nécessaires pour pouvoir analyser, critiquer objectivement et ainsi participer positivement à l’ émancipation du pays, faisait défaut à la majorité de la population. Même un nombre appréciable de ceux qui se gargarisent d’ être intellectuels se sont distingués par l’ étalage de leurs états d’ âme, une critique acerbe contre tous ceux qui ne partagent pas leurs idées et un défoulement inoui contre les symboles de l’ ancien pouvoir, tellement cette frange de l’ élite tunisienne se sent aujourd’ hui coupable d’ avoir accepté une humiliation durant 23 ans sans bouger, sans se révolter et sans oser affronter les difficultés inhérentes à tout engement révolutionnaire.

 

On a le droit de ne pas apprécier les idées et la stratégie d’ un leader d’ une formation politique ou d’ autres intervenants sur la scène médiatique, mais en démontrant le pourquoi, dans le respect, au nom justement de la démocratie qui nous permet de nous exprimer aujourd’ hui.

Si par exemple Sihem Ben Sedrine se prenait et se prend encore pour Rosa Luxembourg, c’ est son droit, mais ce n’ est pas une raison pour l’ insulter, la diminuer ou la dénigrer sur Facebook, et personne n’ est obligée de la suivre puisqu’ il y a tellement d’ autres courants politiques qui peuvent répondre aux diverses attentes des citoyens. Au contraire, il aurait fallu démonter ses arguments par d’ autres arguments contraires et ainsi peut être persuader les gens pour ne point suivre ses desseins.

 

De la même manière pour Ennahdha. Face aux discours, prises de position et interventions de ses leaders, ils ont eu droit à un flot d’ insultes, de moqueries, d’ affirmations gratuires, de défoulement haineux, mais peu d’ analyses et de réflexions pour démonter le discours de ce mouvement islamiste.

 

Dans toute révolution et dans toute société il y a des extrémistes, c’ est au citoyen de choisir la voie qui lui convient mais en laissant aux autres le droit de s’ exprimer. La polémique et les crises sont même nécessaires pour voir plus clair et avancer en connaissance de cause et ainsi bâtir la maturilé politique du peuple. Et ce sont les urnes qui départagent après les diverses opinions.

Mais en Tunisie, et à ce moment précis et important pour réussir la révolution, on constate que la majorité des citoyens demeure en dehors des formations politiques et des organisations de la société civile. Près de 80/% du peuple se trouve dans ce cas de figure. L’ absence d’ encadrement politique, de l’ appartenance à un parti, permet la flauraison du défoulement individuel et l’ indigence de la culture politique et du choix idéologique. C’ est ce qui explique l’ installation d’ une pagaille sur la scène des revendications et de l’ expression.

Il vaudrait donc mieux, au moins se mettre d’ accord pour cibler ceux qui freinent la révolution, à savoir tous ceux qui ont servi, à un haut niveau l’ ancien régime, réprimé le peuple, volé les fruits de son labeur et piétiné sa dignité, en attendant une prise de conscience plus salutaire.

 

Houcine.ghali@bluewin.ch


Al-Qaida pointe le bout de son nez


Deux militaires ont été assassinés le 18 mai à Rouhia, dans le sud du pays, par un groupe armé. Deux des assaillants ont aussi été abattus. Ils seraient Tunisiens et sont fortement suspectés d’appartenir à Al-Qaida au Maghreb islamique.

Les événements enregistrés ces derniers jours sur les frontières de notre pays avec la Libye sont préoccupants et dangereux. Ils annoncent que la Tunisie, comme les autres pays de la région, est une cible potentielle d’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Les forces de sécurité nationale – la police, la garde nationale et, surtout, l’armée qui avait pourtant semblé, la dernière période, s’enivrer de sa sortie dans les villes et se prendre au jeu de la politique – ont répondu présents à l’appel et étaient d’une vigilance exemplaire à la frontière tuniso-libyenne. Par contre, les partis politiques de tous bords, dont le nombre n’a cessé de gonfler, ont brillé encore une fois par leur mutisme comme si rien ne les concernait dans ce pays sinon leurs petits intérêts et leurs magouilles.

Depuis une semaine, les services de la douane tunisienne ont intercepté des armes et des munitions en provenance de Libye, à Dhehiba. C’était le signal que nos frontières n’étaient plus aussi hermétiques et qu’il fallait redoubler de vigilance. Quelques jours plus tard, un homme s’est même permis de brandir son arme, un pistolet mitrailleur, dans un café de Gafsa. Entre-temps, des fusils, des munitions, des bombes, des détonateurs et de la dynamite ont été découverts ici et là dans les régions frontalières du Sud. Mais l’interception la plus importante a été, le 15 mai [à Nekrif, dans la région de Tataouine, dans le sud-est tunisien], celle de deux individus en possession d’une ceinture explosive, d’une bombe et de munitions. L’un d’eux est d’origine libyenne et l’autre de nationalité algérienne. Tous deux ont avoué appartenir au mouvement Aqmi et ont signalé aux enquêteurs l’existence d’autres complices planqués dans une maison de Tataouine [ville du sud-est].

Derrière toutes ces interpellations, il y a bien entendu beaucoup d’efforts et un gros travail de surveillance et de contre-espionnage. Dans l’état actuel de désorganisation des services de la police et de la garde nationale, désorganisation somme toute compréhensive et attendue, on peut parier que les services de la sécurité militaire étaient la pièce maîtresse du dispositif sécuritaire mis en place dans le sud du pays, ce qui a permis ces interpellations. L’armée nationale a été en effet épargnée par les développements tumultueux qui ont frappé les structures du ministère de l’Intérieur et a gardé son dispositif intact. C’est pourquoi elle a réussi sans peine à gagner l’estime des Tunisiens, si ce n’était son intervention pour bloquer des sites hostiles à l’armée. Toutefois, les dernières interpellations dans les régions frontalières du Sud ont montré que l’armée est bien présente là où elle doit l’être.

Par contre, on attend toujours que nos partis politiques daignent s’intéresser à quelque chose d’autre que leurs petits calculs politiciens. Aucun parti n’a en effet publié ne serait-ce qu’un seul communiqué sur la situation sécuritaire dans le Sud et les risques d’implantation du terrorisme international sur le sol tunisien. Aucun parti politique n’a à ce jour appelé à une manifestation contre le terrorisme. La sécurité du pays est-elle l’affaire de l’Etat ou est-elle une affaire nationale qui implique tous les Tunisiens ?

Les partis politiques tunisiens s’étaient pourtant insurgés contre les exactions policières sur les manifestants il y a deux semaines. Ils auraient pu aussi s’intéresser à la vie des Tunisiens en condamnant le terrorisme qui pointe son nez chez nous ou en appelant à une mobilisation nationale contre la violence politique en général. Au lieu de cela, ils continuent toujours à se chamailler au sein de la haute commission, à se bousculer dans les médias et sur les plateaux de télévision, à séduire plutôt qu’à convaincre les Tunisiens de leurs programmes qu’ils n’ont toujours pas. Autant l’armée ne doit pas être soudoyée par la politique, autant les politiques ne doivent pas laisser le pays s’altérer par leurs calculs politiciens et sectaires.

Source : « Courrier international » Le 19-05-2011

Tunisie : la fragile transition démocratique


Quatre mois après la fuite de Ben Ali, les Tunisiens redoutent une reprise en main du pays par les cadres de l’ancien régime. Les attentes sociales, elles, restent impérieuses. Tunis, envoyée spéciale.

Il y a les bouleversements manifestes. Ces petits riens et ces grands changements qui esquissent une Tunisie nouvelle. Comme ces vitrines de librairie où trônent fièrement les livres de Sihem Bensedrine ou de Taoufik Ben Brik, opposants naguère traqués, insultés, jetés dans les geôles du régime de Ben Ali. Comme ces mouvements sociaux qui secouent sans répit le pays. Comme cette inextinguible soif de débat qui attire les citoyens dans les réunions des innombrables associations ou partis politiques créés depuis la fuite du dictateur, le 14 janvier. Il y a les changements, et puis il y a l’inquiétude. La peur du retour en arrière, la terreur de voir les séides de l’ancien régime reprendre le pays en main en semant la confusion, le trouble et le désordre. « Chaque révolution a sa contre-révolution. Sous des formes diverses, toutes les forces qui craignent de voir leurs intérêts menacés par la transition démocratique tentent de déstabiliser le pays », résume Abdelaziz Messaoudi, membre du comité politique du parti Ettajdid (gauche).

En mettant des mots sur ces craintes, en incriminant un « gouvernement de l’ombre » tirant, selon lui, les ficelles de la transition, l’ex-ministre de l’Intérieur Farhat Rajhi a suscité une onde de choc dans tout le pays. Après ses déclarations début mai, les manifestations appelant à une « seconde révolution » se sont succédé. Sur l’avenue Habib-Bourguiba, des policiers cagoulés ont durement réprimé les contestataires, blessant même des journalistes. Depuis, le couvre-feu décrété le 7 mai dans le Grand Tunis a été allégé. Mais le climat reste lourd.

Un climat de peur entretenu

Dans un pays qui comptait un policier pour 70 habitants et un nombre incalculable d’indics, le poids de l’appareil sécuritaire et de la police politique du régime se fait toujours sentir. Dans le même temps, le sentiment d’insécurité est attisé, si besoin à grand renfort de rumeurs, pour entretenir un climat de peur. Le 5 mai, une soixantaine de détenus s’évadaient de la prison de Sfax, après des faits similaires à Kairouan, Kasserine et Gafsa. « Tout cela est très suspect. Comme les Tunisiens parlent de politique, tout est fait pour qu’ils ne parlent plus que d’ordre et de sécurité », explique Massaoud Romdhani, militant des droits de l’homme et membre de la haute instance pour la transition démocratique.

Sur le front social aussi, le climat est à l’orage. Le premier ministre, Béji Caïd Essebsi, n’a pas de mots assez durs pour fustiger les « grèves sauvages » préjudiciables, selon lui, à une économie guettée par le ralentissement (le FMI prévoit une croissance de 1,3 % en 2011, contre 3,7 % en 2010). Pour faire taire les revendications salariales, certains investisseurs étrangers n’hésitent pas à brandir la menace de fermeture. La fracture entre les régions côtières et celles de l’intérieur, minées par la misère et le chômage, est plus profonde que jamais. Les attentes sociales restent impérieuses.

Autant de facteurs qui nourrissent la défiance vis-à-vis du gouvernement de transition. Premier ministre de Ben Ali, Mohamed Ghannouchi avait « dégagé » sous la pression des manifestants de la Casbah, aux yeux desquels il incarnait la continuité. À quatre-vingt-six ans, son successeur, Béji Caïd Essebsi, vétéran du bourguibisme, apparaît, lui, en décalage complet avec les aspirations d’une jeunesse refusant de voir « sa » révolution voler aux quatre vents. « Tant que les élections à l’Assemblée constituante n’auront pas eu lieu, le problème de la légitimité restera posé », se résigne Abderrazak Zouari, ministre du Développement régional. Prévu le 24 juillet, ce premier scrutin libre depuis l’indépendance pourrait être reporté. Officiellement pour des raisons « techniques ».

Source : « L’humanite » Le 19-05-2011

Tunisie – Partis : Omar S’habou fait son entrée dans l’arêne politique


 

Lors d’une conférence de presse tenue jeudi 18 mai 2011 à El Teatro (El Mechtel), M. Omar S’habou a présenté le nouveau Parti du nom de Mouvement Réformiste Tunisien dont il présidera la destinée, ainsi qu’un nombre important de ses cofondateurs dont font parties des journalistes, des avocats et des hommes d’affaires pour l’essentiel.

En guise d’introduction, M. S’habou a déclaré qu’il reste avant et après tout un communicateur et un journaliste, mais que les événements qu’a connus le pays, conjugués avec les péripéties qu’il a lui-même connues et qui l’ont contraint à l’exil, l’ont amené à se convertir en homme politique, aujourd’hui doté d’un Parti, ajoutant que de ‘‘retour de l’exil, j’ai le plus naturellement du monde innocenté les journalistes tunisiens de toute implication dans le système du président déchu, tant je savais les contraintes qui pesaient sur eux dans l’exercice de leurs fonctions’’.

Le slogan du MRT étant ‘‘Liberté, Modernité et Sécurité’’, le président du MRT a présenté les contours de sa politique générale qui repose essentiellement sur un train de réformes tous azimuts, allant de la liberté individuelle et d’expression jusqu’à la sécurité des citoyens, en passant par la modernisation des systèmes socio-économiques. Sur ce dernier point, il a précisé que ‘‘le MRT veillera à ce que la liberté d’entreprendre soit non seulement assortie d’une exigence sociale contraignante mais aussi d’un corpus éthique qui lui soit consubstantiel; la confiance, la loyauté dans la concurrence et le respect des règles de jeu propre à l’économie de marché devant en être les valeurs motrices et organisatrices’’.

L’adieu à Voltaire?

Surprise!… Avec M. S’habou, tout semble s’acheminer vers le rejet, partiel en tout cas, de la langue française. Son explication: «Le MRT préconise l’instauration du bi, voire trilinguisme, dès la première année de la scolarité. Il s’appliquera à substituer, dans les plus brefs délais, l’anglais au français comme deuxième langue de base à côté de l’arabe. Les Tunisiens n’ont pas tissé avec la France des liens de dépendance. La deuxième langue est celle qui permette aux Tunisiens de rester dans un rapport d’interaction avec les évolutions actuelles et futures de l’humanité.Ce sera par conséquent l’anglais».

L’esprit réformateur

Pour revenir à l’esprit du MRT, le conférencier, en s’inscrivant dans la droite ligne des premiers réformateurs tunisiens (Tahar Haddad, Farhat Hached, Bourguiba…) qui, par une succession de réformes structurelles (libération de la femme, démocratisation de l’enseignement, modernisation de l’enseignement, développement intégral), ont fait éclore une société modèle dans le monde arabo-musulman, entend ‘‘poursuivre le même souffle réformiste structurel pour relever les défis qui attendent la nation tunisienne aujourd’hui et demain’’.

Signalons que dans les coulisses du MRT, on parle avec beaucoup d’enthousiasme du retour du ‘‘Maghreb’’, revue fondée par M. S’habou et interdite depuis bien des années maintenant.

Source: ”wmc” Le 19-05-2011

Pour un référendum et non pas une Constituante

Tunisie-Politique: Pour un référendum et non pas une Constituante


 

Les Tunisiens, quelle que soit leur appartenance politique, sociale, culturelle ou religieuse, sont unanimes pour une nouvelle Constitution pour le pays. Les motivations de leur refus des dispositions constitutionnelles actuelles concernent particulièrement le code électoral, les pouvoirs du président de la République, la séparation des pouvoirs et, par effet induit, l’indépendance de la justice. Ils abhorrent la présidence à vie ainsi que les prolongations éhontées des mandats présidentiels. Ils souhaitent des garanties démocratiques susceptibles d’écarter un retour possible au despotisme. Pour satisfaire ces attentes légitimes du peuple, que faudrait-il faire, que pourrait-on faire pour réaliser les objectifs partagés? Deux voies s’offrent dès lors aux Tunisiens: 1) L’élection d’une Assemblée nationale constituante qui aura la légitimité de désigner un chef d’Etat provisoire (encore un…), un gouvernement provisoire, de rédiger une nouvelle Constitution. Et probablement de légiférer. 2) Présenter au peuple en référendum 3 variantes de la Constitution: – un régime présidentiel – un régime parlementaire – un régime semi-présidentiel. Des élections présidentielles et/ou législatives suivront trois mois plus tard. La première option (Assemblée constituante) semblait avoir la faveur des partis et groupuscules actifs, des syndicats et d’une partie de la société civile. L’Instance supérieure… a entamé ses travaux sur cette base et achevé le projet du code électoral. Dès son apparition, ce projet fut contesté. On pouvait penser qu’il était contesté car il prévoyait l’exclusion de citoyens n’ayant pas fait l’objet de jugement d’être éligibles (article 15). Non, car en dépit de son caractère antidémocratique et contraire à l’article 5 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (2e alinéa) qui stipule que «tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché». L’opinion publique semble l’avoir admis vu l’énormité des actes commis sous l’ancien régime… Mais ce code est rejeté par les indépendants et certains nouveaux partis créés après le 14 janvier 2011 qui risquent de se trouver exclus de la compétition au profit des partis d’avant cette date. La majorité de ces nouveaux partis est composée de jeunes, de cadres, de citoyens ayant participé activement à la Révolution. Après l’exclusion des jeunes chômeurs et des diplômés au profit de ceux qui travaillent et qui réclament à force de grèves et de si-tin des augmentations de salaires, c’est au tour des jeunes indépendants et des cadres d’être sur le bas-côté. Mais au fur et à mesure que les préparatifs de la Constituante avançaient, les Tunisiens, y compris ceux-là mêmes qui la réclamaient, se rendirent compte de l’ampleur des risques non pas politiques mais idéologiques. La société est entrée du coup dans une turbulence idéologique et civilisationnelle. En fait, il semble que dans la foulée et l’ardeur révolutionnaire de vouloir remettre tout en cause, l’on ait oublié purement et simplement que la Constitution de 1959 contient dans sa première version des dispositions générales (17 articles sur 78) qui constituent en fait la nature, l’âme de la Tunisie moderne. Ces dispositions rédigées quelques semaines après l’indépendance par un groupe de leaders historiques sous la conduite et l’animation du père de la nation n’ont jamais été modifiées. Elles affirment que la Tunisie est un Etat indépendant, souverain, l’arabe est sa langue et l’Islam sa religion (art. 1). Que le peuple est le seul détenteur de la légitimité (art. 3), que la devise de la République est «liberté, ordre, justice», que la liberté de culte et de l’individu est garantie (art. 5), que les citoyens sont égaux devant la loi (art. 6), que le citoyen jouit de ses droits entièrement limités seulement par le respect de la liberté d’autrui, que la liberté d’opinion, d’expression, de presse, de réunion est garantie (art. 8) ainsi que le droit syndical (2e alinéa art. 8). L’inviolabilité du domicile est assurée (art. 9). Tout accusé est présumé innocent jusqu’à preuve de sa culpabilité (art. 12). La punition est individuelle (art. 13). Le droit de propriété est garanti (art. 14), etc. Les membres de l’Instance supérieure, se rendant compte qu’ils sont devant une situation de blocage, se sont mis à débattre, à partir de cette semaine, de ce qu’ils appellent le «pacte républicain». Une manière de sauvegarder les dispositions avant d’envisager de les démolir. On peut penser que les Tunisiens ont appris à couper les cheveux en quatre. Comment s’en sortir ? Alors comment s’en sortir pour de bon ? Revenir à la 2e option, c’est-à-dire le référendum. Les objections que certains citoyens peuvent apporter sont de deux ordres. 1) Le référendum peut être «manipulé» par le pouvoir en place pour en faire un plébiscite. 2) Quelle est la légitimité du groupe de rédaction de la nouvelle Constitution ? Certes, les pouvoirs en place désirent se perpétuer. Mais force est de souligner que ce ne sera pas le cas pour ce référendum car les autorités sont provisoires et quitteront les affaires dès que la transition sera achevée. Le peuple ne va pas voter par oui ou non, mais il va choisir entre 3 variantes: — Un régime présidentiel — Un régime semi-présidentiel — Un régime parlementaire. Quant à la légitimité du comité de rédaction, on peut confier à l’Instance supérieure… le soin d’élire ou de désigner ce comité qui sera chargé de la rédaction de ces trois variantes. Celles-ci peuvent même être adoptées par l’Instance avant de les soumettre à référendum. Cette instance a bien proposé le Code électoral. La tenue de ce référendum aura le mérite de mettre de côté les turbulences idéologiques qui ne font que diviser les Tunisiens, pour replacer la problématique uniquement au niveau politique. Le peuple qui, jusqu’ici, observe, un peu perplexe, n’a pas dit son dernier mot. Un référendum lui donnera la parole. Chaque parti politique fera campagne pour le régime de son choix. Les médias auront un rôle pédagogique important. Il sera mis fin à la précipitation et à l’improvisation. L’annonce d’un calendrier clair et cohérent est de nature à restaurer la confiance. Le référendum peut avoir lieu le 24 juillet. Des élections présidentielles et législatives ou seulement législatives auront lieu trois mois plus tard. Les autorités provisoires assureront la transition jusqu’à l’achèvement du processus. On aura ainsi le temps de cerner le problème du financement des partis, d’élaborer des audits financiers préalables à la participation des partis aux élections. Les petits partis auront le temps de débattre entre eux et avec la société. En conclusion, quel que soit le type de régime qui sera choisi, l’important est la séparation des trois pouvoirs et les verrouillages nécessaires pour éviter le despotisme de l’un sur les deux autres. «Lorsque dans la même personne ou dans le même corps de magistrature, la puissance législative est réunie à la puissance exécutrice, il n’y a point de liberté parce qu’on peut craindre que le même monarque ou le même sénat ne fasse des lois tyranniques pour les exécuter tyraniquement. Il n’y a point de liberté si la puissance de juger n’est pas séparée de la puissance législative et de l’exécutrice. Si elle était jointe à la puissance législative, le juge serait législateur. Si elle était jointe à la puissance exécutrice, le juge pourrait avoir la force d’un oppresseur», disait Montesquieu dans L’esprit des lois.

Source: “Afrique en ligne” Le 19-05-2011

La Tunisie sous le choc de l’affaire Oussama Achouri


 

Onde de choc après les déclarations d’un manifestant qui dit avoir été violé par un agent de police

Un jeune manifestant, Oussama Achouri, déclare dans une vidéo publiée sur facebook qu’il a été violé par un agent le 12 mai 2011 après son arrestation. Les tunisiens avaient découvert ce jeune homme de 22 ans dans le journal télévisé du jeudi soir avouant qu’il avait commis des actes de vandalisme sur ordre de Hamma Hammami et Siham ben Sedrine, respectivement secrétaire général du parti communiste POCT et célèbre militante des droits de l’homme.

Dans sa vidéo, Oussama revient sur ses déclarations à la tv nationale et explique qu’il a été obligé de tenir ces propos a la suite d’actes de violence dont le viol subi. Il n’expliquera pas la présence de la caméra ni les circonstances de l’enregistrement. Al jazzera relaye l’info, et dans la foulée le secrétaire d’état à la jeunesse déclare sur sa page officielle avoir lui même emmené Oussama à l’hôpital où un certificat médical lui a été délivré. Puis samedi 14, nouvel émoi, Oussama se serait fait arrêter à nouveau et la communauté du web s’enflamme. Communiqué aussitôt sur la page facebook de la police, Oussama n’a pas été arrêté, il aurait juste été entendu dans le cadre de cette affaire » prise très au sérieux » par le ministère de l’intérieur et il est libre de ses mouvements.

Joint par afrik.com, le syndicat de la police, reste égal à lui même : tout dépassement de la loi, même par un agent sera réprimé, mais de rappeler que tout reste au stade d’allégations tant que cela n’a pas été prouvé. Les investigations seraient en cours et la communication sera transparente et sereine.

Slim amamou, le secrétaire d’état à la jeunesse, confirme les faits indiqués sur son blog, il ne connait pas directement Oussama, c’est un autre blogueur qui l’a joint pour solliciter son aide après avoir constaté le refus d’ausculter Oussama.

Taoufik bouderbala, dit avoir eu connaissance de ce fait d’actualité, mais que ce jeune homme ne s’est pas présenté à sa commission, il est important qu’il vienne exposer son cas pour être pris en charge et permettre toute la lumière sur cette affaire. Il rajoute que le président de la commission a la latitude pour solliciter les hôpitaux pour les expertises en vertu de la circulaire du premier ministre de février 2011.

Bechir Warda, président de l’Observatoire National de la presse, interrogé par afrik.com sur la déontologie des chaines qui ont diffusé des séquences de personnes en détention sans vérification, sans publier de démenti quand la personne est revenue sur ses déclarations, trouve que le procédé est contraire à la déontologie, le travail journalistique a manifestement été bâclé, les conditions d’enregistrement restant floues. Sur les déclarations du jeune Oussama, M. Warda a beaucoup de doutes, il s’interroge notamment sur le fait qu’en tant que victime il n’ait toujours pas porté l’affaire devant la justice. Il rajoute par ailleurs que la haute autorité n’a été saisie d’aucune plainte.

Oussama Achouri, lui, reste jusqu’à ce mercredi matin injoignable, il serait caché par des camarades qui ne précisent pas ce qu’ils craignent. Le plus actif d’entre eux, Naim Jouini, un jeune de 22 ans, fait le relais entre lui, les médias, les avocats, et même la police qui l’a joint alors qu’afrik.com recueillait ses propos. Il enregistre au passage des témoignages sur facebook et donne des précisions sur l’affaire lorsque afrik.com tente de poser les interrogations directement à Oussama : Oussama n’est pas un blogueur, ce serait un manifestant de la kasbah, c’est là qu’ils auraient fait connaissance. Il aurait été arrêté jeudi 12 en début d’après midi lors d’un contrôle d’identité à Tunis. Relâché, il aurait parlé a ses amis du viol qu’il aurait subi par un agent suite à un premier refus de faire des aveux dictés à la tv. L’affaire commence par la publication de la vidéo de Oussama sur facebook. Naim et un autre camarade l’auraient emmené pour effectuer un constat médical, mais ils se seraient heurtés à un refus, sans plus de précision. C’est là qu’ils ont eu l’idée de faire appel à Slim Amamou.

Sur les faits du samedi 14, Naim déclare qu’Oussama aurait été interpellé à la terrasse d’un café alors qu’il était en sa compagnie avec d’autres amis. Il aurait eu un malaise en découvrant son agresseur dans le camion de police. Les agents auraient indiqué qu’ils voulaient entendre Oussama pour lui rendre justice et comprendre ce qui s’était passé. Il aurait été donc entendu dans les locaux de la police judiciaire et on lui aurait montré des pages facebook et un historique internet démontrant un penchant homosexuel, ce qu’il aurait refusé de signer. il sorti libre du poste le jour même et il n’est pas en détention comme le suggèrent les internautes.

Afrik qui est sur l’affaire depuis dimanche n’arrive pas à avoir accès à Oussama, son protecteur ne donne pas de raisons précises, il dit juste avoir mis deux avocats sur l’affaire et indique se méfier beaucoup. Il pointe aussi un manque de soutien logistique et financier, mais refuse l’accès d’un avocat supplémentaire conseillé par afrik.com au dossier et à Oussama.

Oussama est apparu entre temps dans une nouvelle vidéo datant du 15 mai en réponse au communiqué du ministère de l’intérieur, pointant du doigt des incohérences grossières dans leur déclaration, notamment le fait de dire qu’il a été arrêté vendredi alors qu’il s’agit de jeudi, l’intervention tv du jeudi soir au poste, et le certificat médical datant de vendredi faisant foi. Il donne aussi plus de détails sur le viol qu’il aurait subi ; il aurait été immobilisé par un agent corpulent pendant qu’un autre le sodomisait. Ce dernier, lui aurait déjà fait des gestes et allusions obscènes alors qu’il montait les escaliers une heure avant l’agression. Toujours selon Oussama dans sa vidéo, pour Nawat.org, le chef de poste qui nie avoir eu connaissance des faits, aurait admis lors de la 2eme arrestation d’Oussama qu’il savait qu’on l’avait séparé des autres jeunes et qu’on l’avait placé seul dans une pièce. Concernant la présence des caméras, il ne fournit pas d’explication sur les circonstances de leur présence et si elles étaient là depuis le début, on apprendra que NESSMA TV a été la première à recueillir ses propos 1 quart d’heure après le viol et qu’il était en pleurs dans la séquence. Impossible de mettre la main sur cette séquence aujourd’hui, une heure plus tard il fait les déclarations à la tv nationale déterminé, dit-il, à dire ce qu’il faut pour sortir du poste. Autre caméra présente, celle du ministère de l’intérieur qui aurait dépêché une équipe sur place.

Autre apparition de Oussama, au micro de Shems FM et de Mosaïque FM et à au haut comité de réalisation des objectifs de la révolution, le quel comité s’est montré très concerné.

L’émoi est vif sur la toile, le spectre policier refait surface, et déjà, on se divise : Ce jeune qui a déjà tenu des propos sur lesquels il est revenu est-il crédible ? Autre question récurrente, le timing de ces déclarations : le lendemain de l’interview de Baji Kaid Sebsi qui avait désigné sans les nommer des partis politiques derrière les actes de vandalisme.

Mais au delà de ces divisions en pour et contre, la grande question est : les arrestations après le 14 janvier sont elles toutes saines et sereines ? Ceux que la télévision nationale exhibe comme des casseurs et criminels, le sont-ils vraiment ? Comment en être certain, alors que tout le monde est tourné vers les faits précédent le 14 janvier, que les médias versent encore dans le sensationnel et que le ministère de l’intérieur n’a pas encore atteint la phase ou il désigne et se détache publiquement des éléments qui ont mal agi et entaché sa réputation durant et avant la révolution. Le doute est permis et bénéficiera toujours, tant que l’enquête ne s’est pas prononcée, à ceux qui se déclarent victimes de bavures de la part de l’état.

Afrik ne manquera pas de revenir sur l’affaire.

Source: “Afrik.com” Le 18-05-2011

Démocratie linguistique Le tunisien, ma langue


C’est le moment ou jamais de se pencher sur le débat linguistique en Tunisie, débat qui nous a toujours été interdit pendant la dictature et considéré tabou au nom d’un panarabisme faux, inexistant et obsolète. Selon une définition linguistique de la langue, celle-ci précise que «c’est un système de signes doublement articulés, c’est-à-dire que la construction du sens se fait à deux niveaux d’articulation». Dans une perspective sociolinguistique (étude des langues dans leur rapport aux sociétés), le terme «langue» «définit tout idiome remplissant deux fonctions sociales fondamentales : la «communication» (c’est au moyen de la langue que les acteurs sociaux échangent et mettent en commun leurs idées, sentiments, pensées, etc.) et l’«identification» (de par son double aspect individuel et collectif, la langue sert de marqueur identitaire, quant aux caractéristiques de l’individu et de ses appartenances sociales). Par conséquent, les «langues» sont des objets vivants, soumis à multiples phénomènes de variations et les frontières entre les langues sont considérées non hermétiques, car elles relèvent d’abord des pratiques sociales. Ce qui nous intéresse plus particulièrement est justement la langue liée à la sociolinguistique, et spécifiquement à la Tunisie. En tant que linguiste et maître de conférences en philologie romane, je me suis toujours penché sur le problème «Langue» en Tunisie. J’ai d’ailleurs toujours refusé que le tunisien soit défini comme un dialecte et pas comme une langue au vrai sens du mot. Les raisons de ce refus sont multiples et d’autres linguistes en conviennent. Toute langue est synonyme d’appartenance à une identité individuelle et collective, personnelle et sociale. La langue est celle que chaque individu utilise pour exprimer ses états d’âme, ses émotions, sa rage, son amour, ses sentiments… La langue est aussi celle que nous utilisons avec nos parents, nos amis… Et encore celle que nous entendons à la radio, ou encore utilisons au bureau. Bref, la langue est celle de tous les jours. Mais la langue est aussi celle qui est utilisée du nord au sud et de l’est à l’ouest d’un pays, par toutes (ou presque) les couches sociales. La langue est l’élément d’identification et d’appartenance à chaque société. Je défie donc chaque Tunisien de me dire quelle est la langue qu’il utilise tous les jours. Serait-ce l’arabe littéraire ou bien le tunisien ? Sans doute aucun, je pense que la seule réponse est bien la seconde. Des collègues, linguistes et non linguistes, soutiennent la thèse du tunisien comme dialecte, ou bien un charabia, à cause de l’apport innombrable de mots d’origine étrangère, notamment française et italienne. Mais dans quelle langue n’existent pas des prêts ou des calques linguistiques d’origine étrangère‑? Prenons l’exemple de l’italien, où une multitude de mots français et anglais sont présents. Idem pour le français ou l’espagnol, etc. La langue vit grâce à ces apports linguistiques, qui la rendent riche et actuelle. Une langue qui ne se modifie pas, qui n’évolue pas, qui n’accepte pas d’apports étrangers, n’est pas une langue. Pour revenir donc à la Tunisie, l’arabe littéraire n’est pas notre langue, car c’est une langue dans laquelle nous ne nous exprimons presque jamais, sauf si vraiment on est obligé à le faire. Il s’agit bien d’une obstination de tous les gouvernants des pays arabes qui veulent s’imaginer une unité linguistique, politique, culturelle et sociale entre tous les pays de culture arabo-musulmane, grâce au seul «élément d’unification» qui serait la langue arabe. Nous savons bien que c’est faux ! Chaque pays arabe a sa propre langue et sa propre culture et ces éléments ne font que discréditer le panarabisme, ce mouvement politique, culturel et idéologique qui vise à réunir et à unifier les peuples arabes, proposant la défense de l’identité arabe et le destin partagé. Tout ça est dépassé et relève du faux‑!

Source: ”Jetsetmagasine” Le 19-05-2011

Tunisie. Le financement des partis en question


 

Par Imed Bahri

Sous la dictature, il y avait un nombre réduit de partis, pour la plupart satellisés par le gouvernement, qui émargeaient – légalement, mais au prorata de leur allégeance au régime de Ben Ali – sur des financements publics.

Quels financements et selon quels critères? Après le 14 janvier, des dizaines de nouveaux partis ont vu le jour. Leur nombre a déjà dépassé la soixantaine. D’ici l’élection de l’Assemblée constituante, ils pourraient dépasser les 70. Comment ces partis vont-ils financer leurs activités et leurs campagnes? L’Etat a-t-il les moyens de tous les financer? Sur quelle base et selon quels critères? Les apports des membres et les dons des sympathisants doivent-ils être plafonnés? Et si certains de ces partis acceptaient des financements extérieurs? Comment contrôler ces flux de financement? Comment établir un minimum d’équité entre les partis en matière de financement? Ce sont là autant de problèmes que les pouvoirs provisoires devraient régler afin d’assurer la transparence et l’équité, conditions sine qua non d’une élection dont les résultats seraient acceptés par toutes les parties. Pour contribuer au débat national sur cette question, le Centre Kawakibi pour la transition démocratique et le Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud), ont organisé, vendredi, une conférence sur «les législations et le financement des partis politique en Tunisie: approches comparatives». Les travaux de la conférence ont porté sur les législations relatives à la réglementation, à l’organisation de l’activité des partis, et à leur financement public et privé, ainsi que sur les mécanismes de suivi et de contrôle de l’Etat vis- à-vis des partis, sans porter atteinte à leurs droits et à leur liberté d’action. Des juristes et des experts, tunisiens et étrangers, des représentants des partis politiques et de la société civile ont pris part à la conférence qui a abouti à des recommandations dans la perspective de l’élaboration de la loi de financement des partis politiques en Tunisie et de la campagne électorale pour l’élection de l’assemblée constituante.

Comment garantir la transparence des financements Lors de la séance d’ouverture, Mustapha Beltaief, membre de la commission d’experts de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, a souligné que la démocratie nécessite la mise en place de règlements pour l’action politique. Une situation, a-t-il ajouté, qui explique l’importance de la loi dans l’organisation de l’activité des partis et dans la garantie de leur financement en toute transparence. Il a fait aussi remarquer que le grand nombre de partis qui ont émergé en Tunisie est une conséquence normale et saine, qui reflète la soif de l’élite à participer à la gestion des affaires publiques «après des décennies de refoulement et de peur». Mohamed Belhocine, représentant résident du Pnud à Tunis, a mis en exergue, de son côté, le besoin des partis politiques, notamment les nouveaux, d’un financement public, à l’approche de la campagne électorale, relevant la nécessité de tirer profit des législations des pays ayant des traditions démocratiques, en matière de promulgation de lois des partis, dans la mise en œuvre de réformes politiques, particulièrement sur le plan du dialogue national, de l’opération électorale et du développement de la société civile.

Pour un conseil national des partis politiques Mohsen Marzouk, président du comité exécutif du centre Kawakibi, a, pour sa part, appelé à la mise en place d’un conseil national des partis politiques tunisiens qui aura pour mission d’approfondir le dialogue civil pluraliste entre tous les partis et de consolider leurs capacités organisationnelles et de communication. Il a, dans ce contexte, souligné l’importance du pacte républicain dans l’engagement des différentes sensibilités politiques à respecter les règlements juridiques et civils qui défendent le processus de réforme politique. Au cours de la première séance, qui a porté sur «les législations des partis politiques», les interventions ont souligné la nécessité que la loi sur les partis mette en place la plateforme institutionnelle de la transition démocratique, en accord avec les lois électorale, des associations et de la presse. Eric Thiers, conseiller des services de l’Assemblée nationale française, a évoqué l’expérience de son pays, dans le domaine de l’organisation de la vie politique, soulignant l’importance du rôle du cadre juridique dans la l’organisation de la vie politique. Il a insisté sur la nécessité de créer des mécanismes de contrôle de la transparence du financement afin de garantir une compétition équilibrée entre les partis et lutter contre la corruption et les groupes de pression. De son côté, Henady Foued, du Centre Al Qods, a exposé l’expérience de la Jordanie dans l’élaboration d’une loi sur les partis, loi qui a connu deux amendements importants, en 1992 et 2007, et qui «n’a pas pu répondre aux attentes des partis dans l’instauration d’un climat politique démocratique pluraliste», en Jordanie. Traduire : il ne s’agit pas d’avoir des lois – sous le règne de Ben Ali, les Tunisiens en ont été gavés –, mais d’en avoir de bonnes et, surtout, de les mettre en application. Mme Foued a ajouté que les réformes législatives revendiquées par le peuple jordanien, lors des dernières manifestations, ont conduit à la création d’une commission de dialogue national qui va se pencher sur l’élaboration d’une nouvelle loi électorale et une autre pour les partis consacrant leurs droits de bénéficier d’un financement public permanent et équitable.

L’interdiction des financements extérieurs La deuxième séance, qui a porté sur «le financement des partis politiques» a comporté deux interventions. Dans la première, Ingrid Van Biezen, professeur de politique comparée à l’université de Leiden, a insisté sur la nécessité pour l’Etat de créer un mécanisme de contrôle des financements et de la gestion financière des partis, lui permettant de prendre connaissance de l’origine et du volume des aides et des dons accordés aux partis. En parallèle, l’Etat doit prévoir l’interdiction totale des financements provenant de l’étranger et des administrations publiques, ainsi que la sanction des partis qui ne respectent pas la loi ou dont les financements ne sont pas transparents. La deuxième intervention a porté sur «le contrôle des financements des partis par la cour des comptes». Le juge près la cour des comptes de Tunis, Houcine Haj Massaoud, a mis l’accent sur l’obligation pour les partis politiques de présenter un rapport annuel à la cour et qui explique la méthode de gestion des financements publics. Il a souligné la nécessité d’accorder l’indépendance à la cour des comptes afin qu’elle accomplisse sa mission sans contraintes gouvernementales, et de créer une commission nationale de contrôle des financements des partis. La troisième séance de la conférence s’est déroulée dans le cadre de trois ateliers de travail autour du «financement entre le secteur public et du secteur privé», «les comptes et les partis politiques» et «les moyens de l’Etat pour le contrôle des partis».

Source : « Kapitalis » Le 19-05-2011

Enseignement

La mise et le niveau


 

 

Le système éducatif tunisien est depuis le 16 jusqu’au 21 mai soumis à des enquêtes menées par des organismes internationaux chargés d’évaluer des résultats des élèves tunisiens visant à déduire des conclusions sur le niveau général des élèves et sur le système éducatif suivi en Tunisie. Ces enquêtes seront menées sous les auspices du ministère de l’Education et avec la collaboration du CNIPRE (Centre National d’Innovation Pédagogique et de Recherches en Education).

Il est à rappeler que ce n’est pas la première fois que ce genre d’enquêtes se fait en Tunisie : Depuis 1999, la Tunisie a participé à cinq évaluations internationales (1999, 2001, 2003, 2006 et 2009), mais les résultats étaient souvent peu probants pour des raisons diverses touchant au système éducatif et à d’autres facteurs socio-culturels bien expliqués dans les rapports respectifs des organisateurs. A son tour, le CNIPRE a mené des enquêtes périodiques à l’échelle nationale dont la première revient à 2004 concernant les élèves de 4è année de l’Enseignement de Base et a porté sur 4 disciplines : les mathématiques, l’arabe, le français et l’éveil scientifique, ce qui a permis de diagnostiquer des lacunes au niveau de l’apprentissage et la progression des acquis des élèves. Ces différentes évaluations visent à l’amélioration du rendement du système éducatif en Tunisie.

Les deux organismes internationaux concernés par ces évaluations de 2011 sont TIMSS (Trends in International Mathematics and Siensce Study) qui s’intéressera à l’enseignement et à l’apprentissage des mathématiques et des sciences dans les classes de 4ème et de 8ème années de l’enseignement de base et PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves), une enquête organisée tous les trois ans par l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique) dans plus de 65 pays dont la Tunisie et qui se penchera sur l’évaluation de l’écrit (lecture), la culture mathématique et scientifique chez les élèves de 15 ans au moyen de tests internationaux communs à tous les pays participants. Le but de ces enquêtes est d’évaluer l’acquisition de savoirs et savoir-faire essentiels à la vie quotidienne au terme de la scolarité obligatoire. Les tests portant sur la lecture, les mathématiques et les sciences se présentent sous forme d’un questionnaire de fond. Les élèves tunisiens sélectionnés doivent passer des tests écrits avec des questions ouvertes ou à choix multiple. À chaque évaluation, un temps d’épreuve plus long est prévu pour le sujet principal par rapport aux autres sujets. Les exercices porteront sur les leçons du programme relatif à chaque niveau et ont pour objectif d’évaluer la capacité de l’élève à utiliser des connaissances scientifiques et mathématiques pour faire face aux défis de la vie réelle. La durée de l’épreuve est fixée à 2 x 36 minutes pour les élèves de 4ème année de base et à 2 x 45 minutes pour ceux de la 8è année. Concernant les élèves âgés de 15 ans qui seront testés par PISA, la durée de l’épreuve est fixée à 2x 60 minutes. Les exercices relatifs à toutes les épreuves sont au nombre de 50 environ. Les résultats de ces différentes évaluations feront l’objet de rapports qui seront publiés par les deux organisateurs internationaux TIMSS et PISA. Des annonces portant le slogan « Soyons dans la course ! » ont été affichées dans les écoles primaires et les collèges pour informer les élèves de ces évaluations et les inciter à y participer.

Comparaison

Force est de constater que ce genre d’enquêtes effectuées par ces organismes internationaux dans plusieurs pays mèneront à des comparaisons entre les différents systèmes éducatifs dans plusieurs coins du monde et seront d’un grand apport pour les pays où les méthodes d’apprentissage sont encore arriérées ou inefficaces, d’autant plus que les enquêtes comparatives portent sur plusieurs aspects des systèmes éducatifs respectifs, notamment les contenus des programmes officiels, les filières et les disciplines, les méthodes d’apprentissages, l’horaire imparti à chaque activité, le temps scolaire. Selon le CNIPRE, les enquêtes précédentes effectuées en Tunisie par ces mêmes organismes ou d’autres ont permis de tirer des conclusions objectives dont on retient au moins deux concernant les mathématiques : d’abord, l’inexistence dans les programmes tunisiens d’un certain nombre de concepts et de matières figurant dans la plupart des programmes des pays participants ; ensuite, le manque d’initiation des élèves à la résolution des problèmes et à l’utilisation de leurs connaissances dans des situations significatives. Espérons que les évaluations de 2011 seront meilleures que celles des années précédentes où la Tunisie occupait un classement plutôt médiocre par rapport à la moyenne générale. En effet, en 2009, les résultats obtenus par la Tunisie en mathématiques comme en lecture n’étaient pas fameux. En mathématiques, avec un score 401 pour une moyenne 501 ODCE, la Tunisie a vu diminuer sa proportion d’au moins 5 points de pourcentage par rapport à l’enquête PISA 2006. En lecture, elle était classée en dessous de la moyenne avec un score 404, alors que le score OCDE était 493, la Corée était en tête avec 539, le Japon avec 520, la France avec 496, les Emirats Arabes Unis avec 459 et Qatar avec 372. Décidément beaucoup reste à faire pour hisser notre système éducatif au niveau international !

Source: “Le Temps” le 19-05-2011

Tous révolutionnaires, rcédistes : et les khobzistes ?


 

Par Abdelhamid GMATI Ben Ali est parti, depuis un peu plus de quatre mois. Le peuple tunisien l’a chassé. C’est une certitude. Beaucoup pensent: «Bon débarras, il nous a suffisamment empoisonné la vie». D’autres, insatiables, veulent le voir rapatrié, pour qu’il paie pour ses innombrables crimes. Et ils s’impatientent, soupçonnant, voire accusant, le gouvernement de tergiverser. Et d’aucuns enragent en se disant qu’il se la coule douce, profite de ses milliards volés et se moque de nous. La vérité est tout autre. Rappelons qu’un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui, contre son épouse, Leïla Trabelsi, et contre plusieurs de ses proches depuis le 26 janvier, que plusieurs demandes d’extradition ont été faites, que le juge d’instruction du Tribunal militaire permanent de Tunis vient d’entamer l’instruction de l’affaire dans laquelle sont impliqués l’ex président Zine El Abidine Ben Ali, l’ancien ministre de l’Intérieur, Rafik Belhaj Kacem, l’officier de police à la retraite Jalel Boudriga, ainsi que contre le commissaire général de police, Lotfi Zouaoui, ancien directeur de la sécurité publique, et l’ancien directeur des services spéciaux, Rachid Ben Abid, tous deux impliqués dans l’affaire. Au total, dix-huit actions en justice ont été engagées à Tunis contre l’ancien chef de l’Etat. De plus, on apprend que Ben Ali ne peut sortir de l’Arabie Saoudite, ainsi que sa femme et ses compagnons. Il vit très mal son exil. Il suit les événements qui secouent le monde arabe à la télévision, sur Internet et Twitter. Et il enrage au point d’avoir des crises d’«hypoglycémie». C’est dire si le bonhomme est heureux. Mais les Tunisiens ne sont pas heureux, non plus. Ils sont entrés dans l’ère du soupçon. Tout le monde soupçonne tout le monde. On est tous révolutionnaires et tous les autres sont rcédistes, ou, pire, bénalistes. La rue, les réseaux sociaux bruissent de rumeurs, et d’après un sondage de la TV tunisienne «Watanya 1», 75% des Tunisiens estiment que la contre-révolution est en marche. Mais qui sont les contre-révolutionnaires ? Personne et tout le monde. Notre consœur, Sihem Ben Sedrine, rédactrice en chef de Radio Kalima (et passant pour le clan des «béni non-non»), estime que «les caciques de l’ancien régime cherchent à se protéger. Comme il y a une certaine vacance à la tête de la révolution qui n’a pas encore placé ses hommes au pouvoir. Les élites du régime Ben Ali tentent de sauver une partie au moins de leurs privilèges, voire de reprendre le pouvoir politique et économique». Et elle «pointe le système judiciaire et une partie des forces de l’ordre, en particulier l’ancienne police politique, qui seraient, selon elle, toujours contrôlés par les partisans de l’ancien régime».De fait, la justice est lente et manque de communication concernant les affaires de malversations et de corruption ; en particulier concernant les affaires impliquant Ali Seriati, les membres des clans Ben Ali, Trabelsi, Materi et alliés ; jusqu’ici, il n’y eut qu’un procès contre Imed Trabelsi, une affaire de consommation de drogue. Pour les anciens conseillers, ministres et responsables du RCD, un seul interrogatoire a été suffisant pour les garder en prison mais on ne sait pas encore les motifs de leur incarcération. Leurs avocats et leurs proches parents, eux, communiquent et assurent que les dossiers sont encore vides et ne contiennent pas de preuves à charge. Mais du côté des magistrats, rien. On estime que les magistrats sont préoccupés par leur implication dans les affaires de l’Etat et délaissent leurs obligations professionnelles. On citera ce que fait leur association (AMT) sur le bras de fer qu’elle a engagé avec l’Armée nationale. Et on se demande si la justice tunisienne, composée d’hommes qui ont servi le régime, soumise comme elle l’est aux impératifs de la réhabilitation et aux passions de la rue, est en mesure d’assurer un procès équitable et serein à Ben Ali, aux siens et aux anciens responsables malfaiteurs. Certains médias ne sont pas en reste dans la surenchère : soupçonnés, pour certains, d’être manipulés par les politiques, ils se livrent à la chasse aux sorcières (avec de faux documents et des informations tronquées) et se laissent aller au populisme pour des raisons commerciales. C’est à celui qui révélera le plus juteux «scandale». Il est temps d’être sérieux, c’est-à-dire de se montrer digne de la révolution, sans s’improviser porte parole mais en s’engageant à la faire réussir. Et d’abord, il faut se défier de l’exclusion. Parlons des Rcédistes. Les adhérents à ce parti ont, dit-on, atteint le nombre de 2 millions et demi, soit à peu près le quart de la population. On nous dit qu’ils étaient intéressés. OK. Mais qui irait adhérer et militer à un parti sans intérêt, matériel, psychologique, idéologique ou politique ? Soyons sérieux et honnêtes. Disons que ce nombre a été gonflé. Soit. Combien sont-ils en réalité ? 1 million et demi ? 1 million ? 500.000 ? C’est toujours énorme et on ne peut exclure une partie importante de la population. Votre partenaire au travail, au café, votre ami, votre directeur d’hôtel, le paysan du coin, le préposé à la clientèle à la Steg, ou à la Cnss ou ailleurs, est peut-être rcédiste. Vous-mêmes ? Êtes vous sûrs de n’avoir jamais servi ou participé à une activité du RCD ? Ne jetons pas la pierre aux autres. Au cours d’une émission débat à la TV «Watanya 1» à laquelle il était convié, pour une rare fois, Moncef Marzouki, médecin, opposant, exilé et militant, a surpris plus d’un. Lui qui passait pour un membre des «béni non-non» a tenu des propos d’un dirigeant responsable, positif, efficace, clairvoyant, patriote. Il invite tout le monde à combattre la peur, la suspicion, à avoir confiance en nous-mêmes. Il ne faut pas se lancer dans la chasse aux sorcières : combien étaient les malfaiteurs du RCD ? 4, 5, 10.000 ? Laissons la justice faire le tri et son travail. Faisons la différence entre les êtres et les choses. Il y en a d’autres, non-RCD, qui sont à revoir et qui ont commis des choses. Que ceux qui ont acquis des biens, normalement, honnêtement, n’aient aucune crainte. Il n’y a que les biens mal acquis qui soient en cause. Et puis, et puis… Il faut aller de l’avant, politiquement, en donnant la parole au peuple, à travers les élections, en instaurant et en consolidant les institutions, en réhabilitant les corps de métiers, les entrepreneurs, en assurant la cohésion. Alors ? Nous sommes tous, tunisiens, révolutionnaires ou anciens rcédistes, ou islamistes, ou communistes, ou fascistes, ou même maraboutistes. En fait : où sont les khobzistes ?

Source: ”La Presse” Le 19-05-2011

Pour la Banque Centrale du Koweït, Ben Ali et Ben Laden dans le même sac


Selon le journal Koweïtien, alraynews.com, la Banque Centrale du Koweït a élargi la liste des poursuites aux comptes de 48 membres de la famille de l’ancien président, son épouse ainsi que certains associés d’affaires de l’ancien régime. Citant des sources ayant préféré garder l’anonymat, le journal évoque parmi les noms figurant sur la liste adressée à tous les opérateurs financiers du Kpweït, l’ancien président, son épouse, Sakhr El Materi, Belhassen Trabelsi, Nesrine Ben Ali, Slim Chiboub et Kaies Ben Ali. La Banque Centrale du Koweït, indique le journal, a demandé à toutes les sociétés d’investissement de lui préciser si les noms, mentionnés dans la liste des 48, possèdent des contributions ou des participations dans des entreprises figurant dans leur portefeuille-clients. Les résultats des investigations devraient êtres communiqués à la Banque Centrale du Koweït dans un délai de trois jours, soit au plus tard, vendredi 20 mai 2011. Le même article révèle que la Banque Centrale du Koweït suit de près les comptes personnels d’Oussama Ben Laden, avant d’ajouter que si ces comptes existent, la BCK a exigé un délai de cinq jours pour que les résultats des investigations lui soient communiqués. Elle a, à cet égard, procédé au gel des avoirs et des comptes, des transactions et des actifs financiers de Ben Laden.

Source: “Business News” Le 19-05-2011

Arab uprising disturbing flow of anti-terror intel


 

Western security officials worry crucial intelligence on terror groups in North Africa will dry up as repressive — but effective — security services are dismantled or reorganized following the Arab revolts.

Those concerns, expressed by European and Israeli intelligence officers in interviews with The Associated Press, add urgency to reports of foreign fighters with suspected al-Qaida crossing into Tunisia.

Extremist groups such as al-Qaida in the Islamic Maghreb (AQIM) are not believed to have played a big role in the uprisings in Tunisia, Egypt and Libya. But concerns are mounting they will exploit the instability caused by the sudden collapse of autocratic regimes that clamped down hard on terrorism and cooperated with the West.

« The intelligence coming from our partners in North Africa has been very important over the years, » one European security official told AP.

« Although the agencies were seen as being particularly brutal, they were often very effective, » he said. « I think it’s too soon to say what will happen in North Africa, but it’s fair to say that we’re concerned further instability could affect intelligence exchanges. »

Another intelligence official from a different European country said there already is a noticeable drop in the flow of intelligence from North Africa. « It’s already happening, » he said, calling it a bigger concern for Europe than the risk of reprisals by Islamist extremists for the killing of Osama bin Laden.

The officials spoke on condition of anonymity because of the sensitivity of the matter.

While Pakistan, Afghanistan and Yemen are considered priority countries in the fight against al-Qaida, North Africa has been a staging ground for various terror groups affiliated with, or inspired by, al-Qaida leaders.

In a message recorded shortly before his death and released online Wednesday, bin Laden praised the protest movements in Tunisia and Egypt and predicted that revolutions would spread across the region. Bin Laden and his followers saw many Middle East governments as corrupt and hoped their collapse would lead to rule based on their austere interpretation of Islamic law.

North Africa has featured in several major terror plots in Europe, including the 2003 ricin plot in Britain in which a suspected al-Qaida operative from Algeria was convicted for trying to spread the deadly poison. Moroccans or people of Moroccan origin made up most of the 29 people tried for the 2004 Madrid train bombings that killed 191 people in Europe’s deadliest Islamist terror attack.

One-third of terror suspects arrested in the European Union in 2010 were of North African origin, according to Europol, the EU’s police agency.

French authorities have long trumpeted strong counterterrorism cooperation with Algeria, which suffered a bloody Islamic insurgency that peaked in the 1990s. Relatively small anti-government protests have erupted in Algeria in recent months, but nothing on the scale of that in Egypt, Tunisia and Libya.

Still, Europol’s latest terror assessment in April said « the instability of state security forces may weaken the ability of states such as Algeria to effectively tackle a group such as AQIM. » Such groups « may be able to take advantage of the temporary reduction of state control for terrorist purposes, » Europol said.

Those concerns were underscored by the recent influx of foreign fighters near the Tunisian-Algerian border. A Tunisian colonel was killed Wednesday in a clash with an armed group of Libyans, Algerians and Tunisians, local Tunisian officials said. The group’s identity wasn’t immediately known.

A French official, speaking on condition of anonymity because of the sensitivity of the matter said « I’m not convinced » that the incidents in Tunisia had links to AQIM as some local media suggested. He noted that some people — including the Libyan opposition Transitional National Council — have an interest in trying to draw some links as part of efforts to provoke greater Western participation in the region.

« I don’t rule it out, but I don’t have proof either, » the official said.

Egypt, Libya and Tunisia had varying records of cooperation with the West. Under Hosni Mubarak, Egypt was long seen as a key ally for the West. Tunisia, while also a Western ally, kept quiet about many of its internal counterterrorism efforts under President Zine El Abidine Ben Ali and was seen as sparing on intelligence sharing. Moammar Gadhafi’s Libya — once a state sponsor of terror — developed cooperative ties with the West only after he renounced his nuclear program.

An Aug. 10, 2009, U.S. diplomatic cable released by WikiLeaks described Libya as a « critical ally in U.S. counterterrorism efforts » and « one of our primary partners in combating the flow of foreign fighters. »

Egypt’s State Security Investigations Service (SSIS) had close relations with both the FBI, which offered its members training, and the CIA, « from whom the SSIS received prisoners for interrogation under the U.S. rendition program, » Canadian security analyst Andrew McGregor wrote in an April analysis published by the Jamestown Foundation, a Washington think tank.

The Egyptian security service was also blamed for the worst human rights abuses during Mubarak’s rule, using the fight against terrorism as an excuse to crack down on political dissent.

After Mubarak stepped down on Feb. 11, protesters stormed the security service’s main headquarters and other offices, seizing documents to keep them from being destroyed to hide evidence of human rights abuses. The SSIS was dismantled and the new interior minister, Maj. Gen. Mansour el-Essawy, said a new agency in charge of national security and fighting terrorism will be formed.

In Tunisia, the Interior Ministry of the interim government in March dissolved the dreaded political police — one of Ben Ali’s greatest tools of repression — and the state security apparatus, but it remains unclear what will replace them.

Magnus Ranstorp, terror expert at the National Swedish Defense College, said it may just be a matter of replacing the top leaders, while keeping the structure of the agencies intact.

« You may change the leadership but you won’t change the entire security service, » he said.

Nevertheless, Western intelligence partners are likely to see the flow of information « strangled » temporarily as established lines of communication disappear. « You don’t recreate that overnight, » Ranstorp said.

Mathieu Guidere, a professor at Toulouse University who studies Islamic fundamentalism, said around 30 top officials had been replaced in Tunisia’s Interior Ministry.

« The new people are not used to the protocols. They don’t have the personal contacts » with Western intelligence agents that their predecessors did, said Guidere. « So intelligence is more difficult to get. »

A key concern in Egypt — not least for neighboring Israel — is the release of thousands of prisoners during the uprising, potentially including hardened terrorists. For years Egypt and Israel enjoyed close security cooperation, including a joint effort to stop weapons smuggling into Gaza from the Sinai desert.

Israeli security officials, speaking on condition of anonymity because they were not authorized to speak to the media, said there is « complete chaos » in Sinai that has caused immediate damage to its intelligence collection efforts.

With no strong regime to deal with, Israel is concerned about the way it will collect intelligence on the Gaza front, they said.

Ritter reported from Stockholm. Associated Press writers Paisley Dodds in London, Jamey Keaten in Paris, Aron Heller in Jerusalem, Katharine Houreld in Nairobi and Colleen Barry in Milan contributed to this report.

Source:”AP” Le 19-05-2011

G8 to give $10 billion to Tunisia to jumpstart its economy


ByAMMAR BEN AZIZ

Wealthy nations belonging to the Group of Eight (G8) plan to provide Tunisia with $10 billion in aid to help its languishing economy, a well-placed source told Al Arabiya on Thursday. The disclosure came after Tunisian Prime Minister Beji Kaed Essebsi’s visit to Paris where he met his counterpart Francois Fillon last Tuesday. Mr. Essebsi then met French President Nicolas Sarkozy on Wednesday. The source told Al Arabiya, “It is a strong and clear message from the G8 to the Arab world.” France, which holds the rotating presidency of the G8, has invited Tunisia and Egypt to participate in the next summit of the Group.

Paris emphasized that this initiative aims to “support the democracy transition in the Arab world.” The eight major industrialized countries of the group were expected to use the opportunity of the summit to bring forward “action plans” to help Tunisia and Egypt overcome economic difficulties, thus ultimately promoting democratic reform in the region. “If we let them (Egypt and Tunisia) get bogged down in economic difficulties, the political transition will be threatened,” said French Foreign Minister Alain Juppe. Leaders of the United States, Canada, Britain, Germany, France, Italy, Japan and Russia will get together on May 26 and 27 in Deauville, a port city in northern France. It is clear that the summiteers will discuss adopting an action plan to help both countries succeed in their path to democracy. Many European and American politicians emphasis that the eruption of pro-democracy movements in the Middle East and North Africa was “the most important development of the early 21st century,” with long-term consequences potentially more profound than 9/11 or the 2008 financial crash. Last month Mr. Juppé offered 350 million euros ($499.3 million) in aid in a bid to improve relations between the two countries, after what was widely seen as France’s bungled response to Tunisia’s popular uprising earlier this year. Recently too, 200 international bankers, business leaders, academics and other figures called for investment in Tunisia. In a petition released ahead of this month’s G8 summit, to which Tunisia has been invited, the signatories praised the country as a prime investment destination, citing its educated workforce. Tunisia faces short-term instability following former President Zain Elebedin Ben Ali’s departure, said the “Invest in Democracy” petition, which is to appear in international newspapers ahead of the May 26-27 summit in France. But “we are confident that the establishment of democratic institutions will be a major factor in improving the attractiveness and the economic performances on medium and long term,” it said. “That is why we are more than ever confident in the economic development prospects of Tunisia,” according to the statement on the organization’s Website. The former president was in power for 23 years before being ousted in January and moving to Saudi Arabia. His removal kicked off similar uprisings across the Arab world, with Egypt’s long-time ruler Hosni Mubarak falling in February.

Source: “Alarabiya” Le 19-05-2011

 

Omar Shabou revendique l’héritage de Bourguiba


 
«Je suis journaliste, fier de l’être et je continuerais à l’être. Mais, l’évolution de la situation dans le pays et mon ambition personnelle m’ont jeté dans la politique»…
 
Par Zohra Abid
 
C’est ce qu’a déclaré Omar Shabou, lors d’un point de presse, mercredi, à l’espace El Teatro de Tunis.
 
La salle n’était pas pleine à craquer comme on s’y attendait. La salle était juste à moitié pleine. Ni drapeaux ni affiches géantes ni encore petits fours et gourmandises pour les invités du jour, comme font souvent d’autres partis. Mais à l’entrée, sur la table, on a soigneusement posé une pile de dépliants… Sur un fond vert pistache, ces dépliants mettent en relief la philosophie du Mouvement réformiste tunisien (Mrt). Sur la Une, des photos des membres du bureau exécutif. Quant aux journalistes, ceux qui ont répondu à l’invitation de leur collègue et doyen Omar Shabou – une figure emblématique des médias des années 1970-1980 qui vient de rentrer au pays après de longues années d’exil –, se comptent tout au plus sur les doigts des deux mains. La conférence prévue à 10h30 n’a commencé qu’après une demi-heure. La raison: attendre les journalistes retardataires de la chaîne Nessma TV.
 
Le bourguibisme qui renaît de ses cendres
 
Entouré de ses camarades, le leader du Mrt a voulu commencer par rendre hommage à ses collègues journalistes, présents ou absents, d’hier ou d’aujourd’hui. «J’étais à l’étranger et en lisant les journaux tunisiens, je sentais que mes collègues étaient contraints d’écrire ce qu’ils écrivaient. J’appelle aujourd’hui tous les journalistes à lever leur tête et d’être à la hauteur de leur responsabilité historique. Nous sommes le quatrième pouvoir et nous avons notre mot à dire dans la construction de la nouvelle Tunisie», a-t-il lancé, cherchant par tous moyens des circonstances atténuantes aux médias pour tout le mal qu’ils ont fait au pays. Et d’innocenter aussi une majorité de Tunisiens pour leur implication involontaire. «Ce n’est qu’une parenthèse de 23 ans», a-t-il dit. Selon cet ex-opposant à Ben Ali, maintenant, la boucle est bouclée et l’avenir est entre les mains des jeunes qui l’ont impressionné le 14 janvier.
 
«Comme vous le saviez déjà, j’avais auparavant des responsabilités au Destour. Puis, j’ai dû arrêter toute activité en 1980», a dit cet ancien militant qui a préféré ne pas revenir sur les chapitres noirs du passé. Mais de s’arrêter sur celui qui le tient à cœur pour toujours. «J’ai entendu tout le monde parler de réforme. Tout le monde cite en exemple les réformistes du pays. Mais il ne cite presque jamais le réformateur Bourguiba», a-t-il rappelé. Ces propos indiquent l’orientation du Mrt. C’est le bourguibisme qui renaît de ses cendres. «Le jour de la commémoration de l’anniversaire de la mort Bourguiba qui a eu lieu début avril à Monastir, vous n’avez pas idée sur la foule présente. Ils étaient des jeunes et moins jeunes et c’est là que j’ai compris que Bourguiba avait laissé quelque chose», a précisé M. Shabou.
 
L’heure est à la réconciliation
 
Mais Shabou ne prend pas tout de Bourguiba. Il dit que le premier président du pays a réussi la modernisation de la Tunisie, mais il a échoué la deuxième partie qui est la démocratie. «Je n’ai pas compris pourquoi Bourguiba a-t-il cherché à développer l’esprit individualiste. Le projet du Mrt est de garder la modernité et de corriger la deuxième partie pour réaliser la démocratie ratée par Bourguiba», a-t-il dit.
 
Dans le discours de M. Shabou, on sent un appel au rassemblement de tous les Tunisiens qui doivent faire la paix entre eux et tourner la page du passé. «Ceux qui étaient membres au Rcd ne sont pas tous mauvais. Parmi eux, des personnes efficaces et ils ont les mains propres. Il ne faut pas les laisser orphelins», plaide M. Shabou. Et d’ajouter qu’il faut attendre la liste des cadres de l’ex-parti au pouvoir qui sera définie prochainement pour savoir qui vont être sanctionnés. «Ceux qui figureront sur la liste, bien sûr, n’auront pas leur place au Mrt. Nous nous positionnons au centre et nous sommes contre la sanction gratuite», insiste-il.
 
Interrogé sur le possible report de la date des élections du 24 juillet, M. Shabou a répondu qu’en tant que jeune parti, cela l’arrangerait que la date soit reportée, d’autant qu’il y a au moins 600.000 Tunisiens encore sans cartes d’identité et qui pourraient être privés de vote. «Mais vu la situation fragile du pays, il vaut mieux garder cette date. L’intérêt général doit l’emporter. Nous ne devons pas être égoïstes», a dit cet ancien journaliste qui a fait le tour de quasiment tous les grands journaux du pays et du Maghreb (‘‘Dialogue’’, ‘‘Jeune Afrique’’, ‘‘Maghreb’’) avant de se retrouver en exil en France des années durant.
 
Quelle est la plate-forme du Mrt? Réponse de M ; Shabou: «Nous nous proclamons les héritiers et les continuateurs de la pensée réformiste tunisienne de Khaïreddine à Bourguiba en passant par Bayrem, Béchir Sfar, Tahar Haddad, Farhat Hached». Selon lui, le Mrt entend poursuivre le même souffle réformiste structurel pour relever les défis qui attendent la nation tunisienne aujourd’hui et demain.
Autrement dit, les fondateurs du parti ambitionnent d’élaborer une idéologie sculptée sur mesure pour la Tunisie nouvelle avec la fierté d’appartenir à la société arabo- musulmane, mais qui sera tournée vers le monde extérieur et la modernité.
 
La doctrine du Mrt en quelques phrases
 
* «La laïcité est un débat importé. Les Tunisiens n’ont pas tissé avec la France des liens de dépendance. Pour le Mrt, la deuxième langue est celle qui permet aux Tunisiens de rester dans un rapport d’interaction avec les évolutions actuelles et futures de l’humanité. Ce sera l’anglais».
 
* «L’archéologie, la littérature, la poésie, la chorégraphie, le théâtre, la musique, le folklore, les traditions soufies seront revisitées avec un esprit de réhabilitation et de réconciliation».
 
* «La confiance, la loyauté dans la concurrence et le respect des règles de jeu propres à l’économie de marché devant être les valeurs motrices et organisatrices. La fiscalité doit établir progressivement une juste et globale harmonie des revenus sur la base du concept de méritocratie».
 
* «La politique étrangère: une nouvelle configuration géopolitique mondiale articulée avec l’émergence des nouvelles puissances comme la Chine, l’Inde et le Brésil, le concept est de multipolarité qui n’annule pas, chez des nations dites petites, toute ambition de jouer un rôle décisif».
 
* «L’intelligence ne se mesure pas à l’aune du Pib, de la superficie du territoire ou du poids démographique. L’intelligence est une ressource universelle égale».
 
* «Après la révolution, on a découvert une jeunesse éveillée, mûre et sympathique. Le Mrt a foi en les aptitudes des Tunisiens à s’insérer dans la grande aventure de l’humanité, celle qui veut réconcilier l’homme et la nature, l’homme et la planète, l’homme et lui-même».
 
Ces petites phrases ne sont qu’une présentation de la philosophie du parti composé de membres jeunes et moins jeunes venus de tous les horizons et des quatre coins du pays. Ils sont nés à Tunis, à Nabeul, à Sfax, à Kairouan… «Ils ne sont pas tous nés à Tunis. Ils tirent leurs origines du Sahel, du Nord-Ouest, du Sud…», a tenu à préciser le chef du Mrt sur une note d’humour. Enfin, un petit sourire!
 
(Source : « Kapitalis », le 19 Mai 2011)

 
 
 
 
 

Le Mouvement Réformiste Tunisien, un projet moderniste bourguibien


 
Chiraz Kefi
 
Omar S’habou, président du Mouvement Réformiste Tunisien, a présenté ce matin son parti, aux côtés des 21 membres de son bureau politique. Le manifeste du parti présente les fondateurs comme « héritiers et continuateurs de la pensée réformiste tunisienne telle qu’incarnée par Kheireiddine, Bayram, Béchir Sfar, Tahar Haddad, Farhat Hached et Bourguiba ».
 
Omar S’habou journaliste de profession, fondateur du journal «Le Maghreb», a été défenseur du parti de Bourguiba sous le règne de celui-ci mais ayant ensuite quitté le navire protestant contre le monolithisme du parti. Il a été sous Bourguiba et sous Ben Ali, arrêté plusieurs fois, assigné à résidence, puis exilé.
 
Dans sa présentation, Omar S’habou est décrit comme étant un « inflexible opposant à Ennahdha », le parti islamiste. Interrogé sur sa vision de la relation entre l’Etat et la religion, le président du MRT, se dit contre la notion de la laïcité, qui ne correspond ni à la culture, ni à l’histoire de la Tunisie. « Notre lecture du Coran est différente de celle d’Ennahdha. La foi est entre l’individu et Dieu, qui sommes-nous pour faire convertir les gens. Notre vision de l’Etat neutre, est basée sur des versets coraniques», dit Omar S’habou, en citant des versets coraniques pour étayer ses propos. Le manifeste du parti explique que l’Etat civil préconisé « se doit de protéger la religion musulmane et de gérer les mosquées, ainsi que de superviser l’affectation des imams et d’assurer leurs émoluments ».
 
Quant au volet de l’enseignement, le parti prévoit l’instauration du tri-linguisme dès la première année de la scolarité, et substituer l’anglais au français, en tant que deuxième langue du pays après l’arabe.
 
Interrogé sur le modèle économique qu’il pense le meilleur pour la Tunisie, Omar S’habou dit privilégier l’économie de marché «l’homme n’a pas encore inventé un système plus efficace que l’économie de marché. Celle-ci n’est pas forcément soumise à la loi de la jungle et à la concurrence malhonnête, mais elle correspondrait à des règles morales avec une redistribution équitable des richesses, comme dans les pays scandinaves», explique-t-il. Il ajoute qu’à chaque fois qu’il existerait une divergence substantielle autour d’un sujet, le mouvement préconise le recours à un référendum populaire.
 
le président du parti, le seul parmi tout le bureau politique à avoir répondu aux questions des journalistes, a dit soutenir la date du 24 juillet, comme rendez-vous électoral, si celle-ci s’avère la meilleure pour l’intérêt de la Tunisie, même s’il préfèrerait une date antérieure «parce que 600 000 Tunisiens n’ont pas de CIN, et les moyens manquent pour la réalisation de ces élections à la date arrêtée », argue-t-il. Il a par ailleurs nié toute volonté de fusionner avec d’autres partis, mais a évoqué l’éventualité d’un front qui participera aux élections.
 
Quant au sujet de la participation d’anciens membres du parti dissout le RCD à la vie politique, S’habou a déclaré qu’il n’était pas possible d’exclure tout le monde, parce qu’il existe des gens compétents qui ont servi le pays en leur âme et conscience. Toutefois, les symboles de l’ancien régime à éviter, sont en train de faire l’objet d’une liste, affirme Omar S’habou.
 
« Je rappelle que d’autres partis qui étaient très opposés à Ben Ali et qui traitaient son régime de tous les noms, sont en train de faire une opération séduction aux anciens membres du RCD pour renforcer leurs rangs ».
 
Omar S’habou n’a cessé lors de cette rencontre avec les médias et autres adhérents du parti, de rappeler que le MRT croit fort en le rôle moderniste et réformiste de Bourguiba.
 
(Source : « Gnet.tn », le 18 Mai 2011)
Lien:

AFP, le 18 mai 2011 à 23h55 GMT
L’accusatrice de DSK, une jeune mère guinéenne, prête à témoigner

 
Par Stéphane JOURDAIN
 
NEW YORK, 18 Mai 2011 (AFP) – La victime présumée de Dominique Strauss-Kahn, une jeune guinéenne musulmane, femme de chambre et mère célibataire, est prête à venir témoigner devant les tribunaux face au patron du FMI, l’un des hommes les plus influents de la planète jusqu’à il y a quelques jours.
 
La femme de 32 ans qui accuse DSK de l’avoir agressée sexuellement samedi dans une suite de l’hôtel Sofitel élève seule sa fille de 15 ans dans un appartement d’un immeuble du Bronx, l’immense quartier populaire du nord de New York.
 
L’édifice, devant lequel les journalistes défilent depuis trois jours, est un bâtiment sans charme d’une soixantaine d’appartements, en briques rouges typiques de New York, avec des escaliers en fer noir zigzaguant sur sa façade.
 
Selon son avocat Jeff Shapiro, la femme est prête à témoigner. A affronter les journalistes, le public, la pression. Et le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, un ami de Bill Clinton, un ancien ministre des Finances en France que les sondages voyaient remporter la présidentielle à venir, qui figurait en 2010 dans la liste des 100 personnalités les plus influentes du magazine américain Time.
 
« Elle est prête à faire tout ce qu’on lui demandera de faire et à coopérer avec la police ou le ministère public », a dit Me Shapiro.
 
« Elle n’a aucune idée derrière la tête. Elle fait ça parce qu’elle pense qu’il faut le faire et elle va le faire », a-t-il déclaré sur la chaîne de télévision NBC, rejetant, tout comme le frère de l’accusatrice, toute « théorie du complot ».
 
La jeune femme a témoigné mercredi devant la chambre d’accusation (grand jury) chargé de décider si Dominique Strauss-Kahn doit être inculpé, a annoncé son avocat plus tard sur CNN.
 
Les jurés auront découvert une grande –elle mesure près d’1,80 mètre– et belle femme, selon le concierge de son immeuble et son frère, qui a quitté la Guinée pour venir travailler aux Etats-Unis.
 
« Elle est arrivée » aux Etats-Unis « dans des circonstances difficiles, pour trouver l’asile et avoir une meilleure vie pour elle et pour sa fille. Elle a appris son métier, elle était enchantée d’avoir son emploi », a indiqué Me Shapiro sur NBC.
 
Selon le site Slate, elle est la fille d’un commerçant appartenant à l’ethnie peule (40% de la population de Guinée, pays de 10 millions d’habitants). Elle habiterait aux Etats-Unis depuis 13 ans et serait détentrice d’une carte verte, ce qui lui donnerait le droit de travailler.
 
« C’est une bonne musulmane. Elle ne porte pas le voile mais elle se couvre les cheveux », a dit le frère de la victime à l’AFP. Contrairement à son frère, elle n’a pas vécu en France mais parle français parfaitement.
 
« Je la connais depuis qu’elle a emménagé ici il y a environ six mois », a expliqué à l’AFP le concierge de son immeuble. « C’est une fille sympa, qui travaille dur, je la voyais quasiment tous les jours quand elle partait au travail », raconte-t-il.
 
L’employeur de la jeune femme, le Sofitel, a indiqué cette semaine qu’elle travaillait depuis trois ans dans ce grand hôtel du centre de Manhattan et qu’elle donnait « entière satisfaction tant en ce qui concerne la qualité de son travail que de son comportement ».
 
La législation américaine interdit de donner l’identité de la victime présumée.

 
 
 
Reuters, le 19 mai 2011 à 03h42 GMT
DSK – La plaignante menait une vie tranquille et discrète

 
 
* Elle quittait peu le quartier du Bronx
* Un groupe communautaire cherche à lui venir en aide
 
Par: Emily Flitter
 
NEW YORK, 19 mai (Reuters) – Avant d’être embauchée à l’hôtel Sofitel de Times Square à New York, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn d’avoir tenté de la violer samedi dernier ne sortait que très rarement du Bronx.
 
Dans ce quartier autrefois réputé violent, cette veuve originaire de Guinée travaillait dans un minuscule restaurant, l’African American Restaurant, situé au coin d’une intersection très fréquentée et vivait avec sa fille dans un appartement situé à quelques blocs d’immeubles de son lieu de travail.
 
« Elle aidait ma femme », indique le propriétaire du restaurant, Bahoreh Jabbie, 60 ans, qui raconte qu’elle était venue voir sa femme, Fatima, pour qu’elle l’aide à trouver du travail.
 
Jabbie, qui a émigré de Gambie pour venir s’installer aux Etats-Unis et tient son restaurant depuis 2002, explique qu’il ne sait que très peu de choses sur la vie de cette femme, sur ce qu’elle faisait une fois sortie du restaurant, mais raconte que sa fille de 15 ans venait de temps en temps acheter quelque chose à manger.
 
PERSONNE DISCRETE
 
D’autres détails de la vie de cette femme de 32 ans restent mystérieux. Des responsables d’une organisation de soutien aux resortissants de Fouta Djallon pensent qu’elle pourrait être originaire de cette région du centre de la Guinée.
 
« Nous avons appris son existence dans la presse », indique Mamadousidy Barry, 38 ans, porte-parole de l’organisation Pottalfiibhantal, qui tente de prendre contact avec elle pour l’aider.
 
Selon le responsable de la mosquée où se rendent les membres de l’organisation guinéenne, la femme de chambre n’était pas un membre actif de la communauté musulmane.
 
« Il y a des gens qui aiment simplement être seuls et s’occuper, seuls, de leurs affaires », reconnaît Barry.
 
Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, conteste les accusations d’agression sexuelle, de tentative de viol et de séquestration qui pèsent contre lui.
 
L’avocat de la femme de chambre, Jeffrey Shapiro, a écarté mercredi l’idée d’une relation sexuelle consentie.
 
Un jury populaire doit se réunir à huis clos vendredi pour statuer sur l’éventuel renvoi de Dominique Strauss-Kahn devant un autre jury qui serait cette fois chargé de le juger.
 
Une audience doit se tenir jeudi pour examiner une nouvelle demande de remise en liberté sous caution présentée par les avocats de la défense.

 

Lire aussi ces articles

25 mars 2008

Home – Accueil –   TUNISNEWS  8 ème année, N°  2862 du 25.03.2008  archives : www.tunisnews.net   Liberté et Equité:

En savoir plus +

13 juin 2011

TUNISNEWS 11 ème année, N°4038 du 13.06.2011 archives : www.tunisnews.net AFP: Tunisie: grève des douaniers, dénoncée par le

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.