19 juin 2010

Home – Accueil

 

TUNISNEWS
10 ème année,N° 3679 du 19.06.2010
 archives :www.tunisnews.net 


Europe1: Tunisie: Des ONG veulent l’abrogation d’une loi Econostrum: Une loi de sécurité économique pour faire taire les opposants RTL: Tunisie/loi sur la sécurité économique: Tunis dément viser les libertés Reuters: Blocking investment now crime in Tunisia INews: Tunisia’s New Law May Strangle Unalienable Rights Omar Khayyem: Retour à l’amère-patrie


Tunisie: Des ONG veulent l’abrogation d’une loi


Par Europe1.fr Publié le 18 Juin 2010 à 14h21 Mis à jour le 18 Juin 2010 à 14h22 Six organisations de défense des droits humains réclament que la Tunisie abroge une loi décrite comme menaçant les libertés et appellent l’Union européenne à définir ses relations avec Tunis à l’aune de ses progrès en la matière. Les six organisations (la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme, l’Organisation mondiale contre la torture, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme, Reporters sans frontières, Amnesty international et Human rights watch) réclament que les autorités tunisiennes abrogent « sans délai » cette loi et appellent « les institutions de l’UE à évaluer tout rehaussement des relations avec la Tunisie à l’aune d’un progrès notable et mesurable en matière de respect des standards internationaux des droits de l’homme ».

Une loi de sécurité économique pour faire taire les opposants


TUNISIE. Sous couvert de « sécurité économique » et « d’atteintes aux intérêts vitaux » du pays, la Tunisie s’apprête à adopter une loi qui fait frémir les démocrates. Les organisations non gouvernementales et l’opposition tunisienne critiquent ce texte adoptée mardi 15 juin par la chambre de députés en lui reprochant de criminaliser les critiques portées à l’encontre du gouvernement. Les Tunisiens n’auront plus le droit désormais de nouer des contacts, « de manière directe ou indirecte », avec des « agents d’une puissance étrangère ou d’une institution ou organisation étrangère » si ces derniers portent préjudice « aux intérêts vitaux de la Tunisie ». Ce texte extrêmement vague pourrait conduire devant les tribunaux les militants tunisiens des droits de l’homme qui correspondent avec des ONG ou des médias étrangers. Rappelons que l’Union Européenne met en balance la démocratisation de la Tunisie en échange de la signature d’un accord de partenariat avancé. D’un point de vue strictement économique, les dénonciations de tortures et autres agissements antidémocratiques nuisent bien au intérêts vitaux de la Tunisie. Le ministre tunisien de la justice et des droits de l’homme Lazhar Bououni, a expliqué que « les crimes visés concernent notamment l’incitation de parties étrangères à ne pas accorder de crédits à la Tunisie, à ne pas investir dans le pays et à boycotter le tourisme ». La Ligue tunisienne de défense des droits de l’Homme estime que cette loi constitue « un danger pour les libertés publiques ». (Source: econostrum.info le 17 juin 2010)  

Tunisie/loi sur la sécurité économique: Tunis dément viser les libertés


 jeudi 17 juin, 22:25 Les autorités tunisiennes ont affirmé jeudi que la loi sur la sécurité économique votée récemment ne visait pas à restreindre les libertés et les défenseurs des droits de l’Homme, rejetant la condamnation d’Amnesty international (AI). Le Parlement tunisien a adopté mardi une loi controversée portant amendement de l’article 61bis du code pénal pour réprimer les actes jugés contraires aux intérêts économiques du pays à l’étranger. « La loi (…) ne concerne ni la liberté d’opinion et d’expression ni la criminalisation de la défense des droits de l’homme », a assuré le ministère tunisien de la Justice et des droits de l’homme dans un communiqué. Elle « incrimine l’établissement de contacts avec des agents d’un Etat étranger, d’institutions ou d’organisations étrangères dans le but de les inciter à porter atteinte aux intérêts vitaux de la Tunisie relatifs à sa sécurité économique », a-t-il ajouté. Pour Amnesty international, cette loi renforce les restrictions auxquelles font face les militants des droits de l’homme en visant ceux qui s’expriment sur la situation tunisienne dans des instances internationales. Cette nouvelle législation apparaît comme « une réponse directe aux réunions tenues en mai dernier par des défenseurs tunisiens de droits de l’homme avec des parlementaires et responsables européens à Madrid et Bruxelles », avait estimé l’organisation dans un communiqué à Londres. L’adoption de cette loi contestée par des organisations de défense des droits de l’homme et une partie de l’opposition a lieu au moment où Tunis cherche à obtenir un « statut avancé » auprès de l’Union européenne. (JDO) (Source: rtlinfo le 17 juin 2010) http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/717224/tunisie-loi-sur-la-securite-economique-tunis-dement-viser-les-libertes


Blocking investment now crime in Tunisia


 
 Reuters Last Updated (Thursday, 17 June 2010 09:50)
TUNIS: Tunisia has made it a crime for anyone to incite foreigners not to invest in the country, give loans or sign trade deals with it, in new legislation that government opponents say could be used to stifle criticism. The legislation comes at a time when Tunisia’s application to the EU for « advanced status », which would give it preferential trade terms, could be complicated by opposition allegations about the government’s human rights record. Justice and Human Rights Minister Lazhar Bououni said the amendments to the penal code, adopted by parliament on Tuesday, were in line with legislation in other countries and were needed to protect citizens. « The country’s vital interests are anything that has to do with its economic security, » the minister said. He denied that the legislation in any way limited freedom of expression. Examples of crimes under the new law included « inciting foreign parties not to give a loan to Tunisia, or to not invest in the country, as well as incitement to boycott tourism and obstructing Tunisia’s efforts to obtain advanced partner status with the EU », Bououni said. President Zine al-Abidine Ben Ali says he is committed to democracy and free speech. Opposition parties and human rights organisations say the Tunisian authorities suppress dissent and harass their opponents, allegations the government denies. Human rights campaigner and Ben Ali opponent Mohamed Abbou said the law could be used to imprison anti-government activists who sought help from foreigners. Lawyer Samir Ben Amor said anyone found guilty of the offences set out in the law could get between five and 12 years in prison. –  


Tunisia’s New Law May Strangle Unalienable Rights

By Gordon Aldridge

Published: June 19, 2010

There were responses of doubt and anger from many people in both Tunisia and the international community regarding the Tunisian government’s adoption of a new law that may restrict freedom of speech and press..even more than it is.

Under the leadership of Tunisia’s President Zine El Abidine Ben Ali, who’s been winning the elections since 1987,  the Majlis al-Nuwaab or ‘The Chamber of Deputies’ voted to pass this law after the Chamber of Councillors which states any Tunisian to “contact agents of a foreign state” with the intention of harming “Tunisia’s vital interests” will be persecuted by the government for ‘treason’.

Defending its decision, the Tunisian government argued that the law will protect Tunisia’s economy which has seen a positive growth. The government has also taken pains to participate more in the global market by closely observing the euro and creating a national commission to hammer out measures which should protect Tunisia’s economy from the current financial environment of the world.

Yet, human rights groups and activists warily see this new law as the government’s latest attempt to suppress human rights. According to the Canadian Press, “five leading internationals rights groups Thursday said the law will allow an increase of harassment against Tunisians”.

Going against what a law should be, specifically specific, the law is very vague which should allow the government a lot of room to exercise their power to “protect” its “interests”.

Human rights groups have a reason to be worried by this legal move as cases of torture and death alongside “dissapearences” has been piling up in recent years.

Of course, like other certain governments the Tunisian government denied all this and said that the law will only be used to protect the economy.

Tunisia, ever since President Ben Ali took power in the 1980’s, has seen a bulky increase in police forces with a gradual, strangling hold on certain unalienable rights of the Tunisian people. The government’s efficiency in battling corruption and such is at best questionable. Its history of arresting political opponents, controlling the media including the Internet, sanctioning violence, and imprisoning journalists have grown throughout the years.

Strangely enough, freedom of speech and press is actually guaranteed in the Tunisian constitution, but that seems to have been ignored for the time being.

The government is aware of this which explains the President’s previous law that prevents him from being legally prosecuted in the event he no longer holds the presidency.

The Committee to Protect Journalism criticized the Tunisian government for passing a bill“that reinforces an existing arsenal of legislation used to silence critical journalists”. According to CPJ the President of the Tunisian League for Human Rights, Mokhtar Trifi, expressed that the “bill and its vague provisions would constitute a major threat to… freedom of expression and opinion.”

(Source: INews le 19 juin 2010)

Lien: http://inewp.com/?p=3287

 


Retour à l’amère-patrie                                                                           Petits vers sur un retour


 

Omar Khayyem O Tunisiens, brûlez du b’khour (1) Lecteur Assidu (2) est de retour Son coeur bat comme un tambour Pour Sidi Bou et son nadhour (3) La ville du saint Sidi Mansour L’attend aussi pour un p’tit tour Neuf ans durant il attend ce séjour Le café de maman et ses petits fours La Tunisie, son premier amour A perdu son sens de  l’humour Le temps là-bas est très lourd Mais la gaieté reviendra un jour Poésie et rêve n’y ont plus cours Adieu bohémiens de Taht Essour… (4) — 1) b’khour = encens 2) Lecteur Assidu = pseudo de Taïeb Moalla sur TUNeZINE 3) nadhour = phare (de Sidi Bou Saïd) 4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Taht_Essour

.

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

2 novembre 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 1991 du 02.11.2005  archives : www.tunisnews.net حملة الكرامة من أجل التغيير الديمقراطي: نـداء إلى

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.