18 juin 2009

Home – Accueil

TUNISNEWS

9 ème année, N° 3313 du 18.06.2009

 archives :www.tunisnews.net  


Amesty International: Tunisia: Behind Tunisia’s ‘Economic Miracle’: Inequality and criminalization of protest AP: Maghreb: la croissance devrait chuter à 2,7% en 2009 du fait de la crise, selon le FMI AFP: Algérie: 18 gendarmes tués dans l’attentat le plus meurtrier depuis dix mois AFP: Les Etats-Unis demandent à l’Espagne d’accueillir 4 détenus de Guantanamo AFP: Ahmadinejad à nouveau accusé du meurtre d’un opposant kurde à Vienne en 1989 AFP: Iran: Moussavi, l’ex-Premier ministre de guerre devenu chef de l’opposition (PORTRAIT) Le Monde: Moussavi signifie encore l’espoir pour l’Iran, AFP: France: Burqa: une commission d’enquête jugée plus inopportune qu’efficace


Liste actualisée des signataires de l’initiative du Droit de Retour : http://www.manfiyoun.net/fr/listfr.html Celles et Ceux qui veulent signer cet appel sont invités à envoyer leur: Nom, Pays de résidence et Année de sortie de la Tunisie sur le mél de l’initiative : manfiyoun@gmail.com


Amesty International

Tunisia: Behind Tunisia’s ‘Economic Miracle’: Inequality and criminalization of protest

TUNISIA’S ‘ECONOMIC MIRACLE’ HAS NOT BENEFITED ALL, NOR HAS IT BEEN MATCHED BY GREATER ENJOYMENT OF HUMAN RIGHTS. THIS WAS VIVIDLY ILLUSTRATED DURING UNREST IN THE SOUTH-WEST REGION OF GAFSA IN 2008, WHEN PEACEFUL PROTESTS BY WORKERS AND UNEMPLOYED YOUTHS WERE MET WITH EXCESSIVE USE OF FORCE BY SECURITY FORCES, ARBITRARY ARREST, TORTURE OR OTHER ILL-TREATMENT, AND IMPRISONMENT AFTER UNFAIR TRIALS.

THE PROTESTS WERE SPARKED IN REDEYEF BY WHAT WAS SEEN AS AN UNFAIR RECRUITMENT PROCESS BY THE GAFSA PHOSPHATE COMPANY (GPC), AND SOON SPREAD TO OTHER CITIES. THEY DREW IN A WIDE RANGE OF PEOPLE DISAFFECTED BY ECONOMIC AND OTHER SOCIAL ISSUES, AND COINCIDED WITH SIMILAR PROTESTS IN CAMEROON, EGYPT, HAITI, INDONESIA, MOROCCO AND ELSEWHERE.

“The level of prosperity and progress our country has achieved today mirrors the sound choices and policies we have adopted” “We have based our policy on the [indivisibility] between development, democracy and human rights… We have insisted on involving all political parties, organizations, and civil society components in all issues of concern to our society and our country.”

Tunisian security forces arbitrarily arrested and detained some 300 protesters in the Gafsa region, many of whom were tortured or otherwise ill-treated. At least 200 people were prosecuted in connection with the protests and some are now serving eight years in prison after unfair trials.

This document is being published as part of Amnesty International’s Demand Dignity Campaign, launched in May 2009. The campaign aims to expose and combat the human rights violations that drive and deepen poverty. It is initially focusing on issues, such as those raised in Gafsa in 2008, that demonstrate the connection between deprivation, insecurity, exclusion and denial of opportunities for participation by people in decisions that affect their lives. The overall goal of the campaign is to end the human rights violations that keep people poor.

 

ECONOMIC DEVELOPMENT

In recent decades, economic development and government efforts to eradicate poverty have been accompanied by improved living standards for many Tunisians. According to the UN Development Programme (UNDP), Tunisia has made substantial progress towards achieving the Millennium Development Goals, especially in terms of poverty alleviation, universal primary education for boys and girls, and lowering rates of infant mortality, although it noted that efforts were still needed to reduce maternal mortality rates.

However, the progress has not been evenly spread. While the northern and coastal regions as well as Tunisia’s tourist destinations have benefited, the south and rural areas have become further marginalized. Indeed, the centre, west and south of the country have been left far behind in terms of access to basic infrastructure and social services. As a result, they have higher rates of illiteracy and unemployment. They also lack or have inadequate access to drinking water, sewage and sanitation services, electricity, household equipment and adequate housing. As early as 1999, the UN Committee on Economic, Social and Cultural Rights called on Tunisia to “develop an immediate national plan of action in order to reduce the disparities of living standards that exist between the various regions”. Ten years later, these disparities persist.

The Tunisian government and its economic partners such as France have trumpeted the economic and social developments in the country, and cited this as a justification for authoritarian governance. The 2008 events in Gafsa, however, brought to light the stark socio-economic contrast between the north and south of the country, and highlighted Tunisia’s dire human rights situation. The Gafsa region, just 350km from the capital Tunis, has lagged behind economically and suffers higher rates of unemployment and poverty than other regions, even though its phosphate industry is a significant source of income for the country as a whole.

SUPPRESSION OF HUMAN RIGHTS

Tunisians continue to live in a climate where criticism of the government or its policies is not tolerated and where social protest is relentlessly repressed. The rights to freedom of expression, assembly and association – the prerequisites for protest – are all severely restricted in Tunisia.

These rights are enshrined in Article 8 of the Tunisian Constitution: “Freedoms of opinion, expression, the press, publication, assembly and association are guaranteed and exercised within the conditions defined by the law. The right of unionization is guaranteed”. These constitutional rights are, however, limited by other laws, decrees and ministerial circulars as well as by the practices of the security forces. Some legislative provisions restrict the scope of these fundamental rights and others are interpreted and applied by the authorities to curb their full exercise. These limitations not only violate Tunisia’s Constitution but are also contrary to Tunisia’s international human rights obligations.

In particular, certain provisions of the Penal Code criminalize social protest and repress all its manifestations, including peaceful demonstrations and public gatherings; speeches and articles, including those posted on the web, that are critical of the authorities or allege corruption; and independent trade unions. The provisions justify restrictions to these rights on the basis of “threats to public order”, but in reality they are often used against peaceful protesters.

 

GAFSA PROTESTS

On 5 January 2008 the results of a recruitment competition by the GPC, the region’s major employer, triggered a wave of protests because they were widely seen as fraudulent by candidates and some members of the General Union of Tunisian Workers (Union générale tunisienne du travail, UGTT). Candidates who did not get jobs at the GPC along with unemployed youths gathered in the regional UGTT office in Redeyef.

They were later joined by other unemployed workers as well as widows and relatives of miners who had been killed or injured at work. The protests soon spread to Metlaoui, Mdhilla and Oum Larayes, with people protesting against what they considered to be unfair employment practices, nepotism and lack of transparency by the GPC’s administration. They believed the administration had denied employment to well-qualified candidates and caused others to lose their jobs.

The protests, joined by many local people, were also in response to the general concerns of rising unemployment, poverty and increasing living costs, as well as the corruption widely believed to have contributed to the region’s poverty. At the request of the Governor of Gafsa, negotiations began in early January between the local authorities and a committee representing the population of Redeyef, which included local trade union leaders. The aim was to find proposals to counter unemployment and ease tension in the region. These negotiations continued until May 2008 without tangible results.

In response to the protests, on 16 July 2008 President Zine El Abidine Ben Ali acknowledged that “in some delegations [districts] of the mineral basin, some events occurred as a result of some irregular practices committed by the executives of the Gafsa phosphate company, in their recruitment operations, arousing disillusionment and disappointment among the youths concerned by these operations”. The Governor of Gafsa and the President of GPC were subsequently replaced by the authorities.

The protesters were not, however, simply calling for the recruitment results to be annulled. They were also demanding an enhanced employment programme targeting graduate unemployed youths; the creation of industrial projects in the region; respect for international environmental norms; and accessibility for the poorest people to public services, including electricity, clean running water, education and health care against the backdrop of rising prices. In short, they were demanding their right to work and to human dignity. Under the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights, Tunisia must take steps to achieve the full realization of the right to work entailing at least the right to access employment without discrimination and free choice of employment. It must also provide a supportive structure that aids access to employment, including appropriate vocational education (Articles 6 and 7); and protect the right to form and join trade unions, which must be able to function freely, and the right to strike (Article 8).

 

REPRESSION OF THE PROTESTS

The protests, which were on the whole peaceful, continued intermittently until July 2008. The demonstrations, meetings, sit-ins and strikes – all involving people simply exercising their rights to freedom of expression, association and peaceful assembly – are legitimate under the Tunisian Constitution and international law. From the start, however, security forces, including brigades specializing in securing public order, were heavily deployed against the protesters and were later reinforced by military contingents. All these forces committed serious human rights violations, including excessive use of force resulting in the deaths of two protesters and injuries to others.

Hafnaoui Maghzaoui, aged 25, was shot dead on 6 June 2008 when security forces used live ammunition to disperse protesters in Redeyef. Other protesters were injured, one of whom, 31-year-old Abdelkhalek Amaidi, died in September 2008. The authorities said that eight people, including three police officers, were injured; according to unofficial sources, at least 26 people were injured.

Eyewitness accounts allege that the police opened fire on the demonstrators without warning and that many of the wounded sustained gunshot injuries to the back and legs. In addition to firearms, the police are reported to have used sticks, tear gas, dogs and water cannon to disperse protesters.

The same day, according to the national press agency Tunis Afrique Press, a judicial investigation was opened by the Public Prosecutor to determine the circumstances of the events and identified those responsible. The following day, 7 June, the Minister ofJustice and Human Rights, Béchir Tekkari, said that he regretted the incident but denied that there had been unlawful action by the police, thereby prejudging the results of an investigation opened only hours earlier. Since then, no sign of the investigation has been reported and no result made public. Amnesty International’s requests to the Tunisian authorities for information and clarification have remained unanswered.

After the death of Hafnaoui Maghzaoui, the Governor offered 10,000 dinars (about US$7,500) to his father in compensation, which he refused. Since then, Department of State Security officers have regularly threatened and intimidated the family, especially when they have tried to contact human rights organizations, including Amnesty International, human rights lawyers and journalists. On 11 May, Hafnaoui Maghzaoui’s father was arrested after his daughter had contacted a human rights lawyer. He was interrogated all day and released.

The Tunisian authorities are duty bound to uphold law and order and may sometimes be required to use forcible means in response to activities that genuinely threaten public safety. In such circumstances, however, the government and law enforcement agencies must act strictly in accordance with the law and the conditions of necessity and proportionality set out in the International Covenant on Civil and Political Rights.

Any action to disperse protesters must also comply with international standards governing the use of force by law enforcement officials, as set out in the Code of Conduct for Law Enforcement Officials and the Basic Principles on the Use of Force and Firearms by Law Enforcement Officials, and with full respect for the human rights of the demonstrators. These standards specify that the use of firearms is an extreme measure and that force should not be used unless strictly necessary and to the extent required for the performance of law enforcement officers’ duties.

 

ARBITRARY ARRESTS, TORTURE AND OTHER ABUSES

Tunisian security forces arrested around 300 protesters in Gafsa, including labourers, teachers, trade unionists, members of the Movement of Families of Striking Miners, and human rights defenders, especially between April and June 2008. Many of those arrested were reported to have been tortured or otherwise ill-treated while in the custody of Department of State Security officers; some were later charged and brought to trial; others were released without charge.

On 7 April 2008, for example, the security forces arrested dozens of people in Redeyef, including Boujemaa Chraiti, Tayeb Ben Othman and Adnan Hajji, spokesperson for the Movement of Families of Striking Miners and Secretary-General of the local section of the UGTT. The three were arrested when they went to express solidarity with job-seekers staging a sit-in at the UGTT building in Redeyef. They said that they were tortured and otherwise illtreated by security officers while in custody.

Boujemaa Chraiti was arrested when he tried to protect Adnan Hajji from police violence. He was kicked all over his body during arrest and again at Redeyef police station until he fainted. He was then taken to Gafsa police station, stripped of his clothes, beaten and kicked by police officers. All three were released on 10 April without charge.

At least 150 other people were arrested in Redeyef following demonstrations in June and July. Some were detained in the street and taken away in unmarked cars; others were arrested at their homes or workplaces without being informed of the reason for arrest or shown an arrest warrant – in violation of the Tunisian Code of Criminal Procedure (Articles 78 and 81).

Many detainees told their lawyers, relatives and in some cases the trial judge that they had been kicked, beaten all over the body and on the soles of the feet, burned with cigarettes on sensitive parts of the body, suspended in contorted position, raped by the insertion of objects in the anus, or threatened with rape or sexual abuse of female relatives. In virtually all cases, the authorities failed to carry out investigations or bring alleged perpetrators to justice.

For example, Jaber Tabbabi, 26, who was arrested on 5 June 2008, says that police stripped him of his clothes in the street, beat him repeatedly and dragged him for about 400 metres to the police station in Redeyef where he was tortured and otherwise ill-treated. Later, he was taken to the police station in Metlaoui, where he was blindfolded, put in a contorted position and had a stick inserted into his anus. A cut on his head required 16 stitches. He was kept naked until he was taken before the investigating judge in the Gafsa Court of First Instance, which rejected his lawyers’ request that he be medically examined with a view to establishing whether he had been tortured. However, the court did order the release of Jaber Tabbabi without charge, and he was freed on 9 June 2008.

Amnesty International fears that the arbitrary arrests, torture and other human rights violations were intended to punish or intimidate people in Gafsa for seeking to exercise their right to freedom of expression and assembly.

UNFAIR TRIALS

The authorities have prosecuted at least 200 people in connection with the protests, including human rights defenders and trade unionists, some of whom have been sentenced to up to eight years in prison after unfair trials. Protesters, most of whom had acted peacefully, were charged with an array of criminal offences, including setting up a criminal group with the aim of destroying public and private property (Article 131 of the Penal Code), and assault of public officials during the exercise of their duties (Article 119 of the Penal Code), and referred to trial. In most cases, Tunisian procedural rules on arrest and detention were breached, including falsification by police of the date and place of arrest. Such breaches were not investigated even though they were brought to the attention of the authorities by defendants’ lawyers. Courts also accepted as evidence statements and information allegedly extracted under torture or other ill-treatment when detainees were held incommunicado in pre-arraignment custody.

In December 2008 on first instance and in January and February 2009 on appeal, 38 trade unionists and protesters were sentenced after unfair trials to prison terms for leading the unrest. Before the lower court in December 2008, the defence lawyers could not present the case of their clients, the defendants were not interrogated in court, and the lawyers’ demands to call and cross-examine witnesses and for their clients to be medically examined for evidence of torture were rejected by the court.

On appeal in February 2009, the defendants were interrogated in court in a marathon hearing that lasted a whole day and night, with only short breaks. The lawyers presented their arguments to the court, but were again denied the right to call and cross-examine witnesses. Demands of the lawyers that their clients be medically examined were once more rejected and the torture allegations disregarded. A heavy security presence marked both trials, with security forces deployed along the roads leading to the court and the main access roads to Gafsa city, as well as inside the tribunal and the courtroom.

The repression and harassment have continued since then. For example, following a three-day gathering on 9-11 May 2009 and a peaceful demonstration in front of the UGTT and police headquarters in Redeyef on 10 May by the wives and mothers of the detainees, some 30 men were reportedly arrested in Redeyef on 11 May and ill-treated. Eight were charged with petty offences and sentenced to up to a year in prison. At the time of writing in May 2009, 31 of the 38 convicted trade unionists and protesters remain in prison. Five received a two-year suspended prison sentence. Fahem Boukadous is still on the run and Mohieddine Cherbib is in France. The inquiry on the events that led to the death of two demonstrators on 6 June 2008 has not been concluded, and the situation in the Gafsa region remains largely unchanged, despite plans to develop the region announced by President Ben Ali in July 2008.

RECOMMENDATIONS

Amnesty International calls on the Tunisian government to:  

  1. repeal all laws criminalizing peaceful protest to ensure full respect of the rights to freedom of expression, assembly and association;
  2. immediately and unconditionally release all prisoners of conscience held solely for the peaceful exercise of their rights to freedom of expression, association or assembly;
  3. provide equal access in all regions to essential public services, including water, sewerage and healthcare;
  4. open independent, impartial and thorough investigations into deaths of protesters at the hands of security forces, and make the findings public;
  5. instruct Tunisian security forces that they may not use firearms or other lethal force except when this is strictly necessary to protect their own lives or the lives of others, as set out in the UN Code of Conduct for Law Enforcement Officials and the UN Basic Principles on the Use of Force and Firearms by Law Enforcement Officials;
  6. initiate full and impartial investigations into allegations of torture and other abuses by security forces, hold accountable those responsible, and provide reparation to the victims.

Amesty International, June 2009 – Index: MDE 30/003/2009 (Download PDF version)

(Source: ‘Tunisia Watch’ le blog du juge Yahyaoui Mokhtar le 17juin 2009)

 


 

Maghreb: la croissance devrait chuter à 2,7% en 2009 du fait de la crise, selon le FMI

 
Associated Press, le 18 juin 2009 à 00h07 TUNIS (AP) -La croissance dans les pays du Maghreb devrait chuter de 4,4% en 2008 à 2,7% en 2009, en raison de la crise économique et financière mondiale, prévoit le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport présenté mercredi à Tunis. Le document intitulé « perspectives économiques régionales pour le Maghreb et le Moyen-Orient » explique le ralentissement de la croissance dans les pays non producteurs de pétrole par la baisse des exportations, des recettes du tourisme, des envois de fonds (des ressortissants maghrébins établis notamment en Europe) et de l’IDE (investissement direct étranger). Dans le cas des pays exportateurs de pétrole, il résulte notamment de la contraction des exportations de pétrole et de gaz naturel. Pour la Tunisie, les projections du FMI tablent sur une croissance de 3,3% pour 2009 contre 4,5% en 2008, un taux « positif » favorisé par les réformes et mesures prises par le gouvernement face à une « crise très grave ». Au Maroc qui s’attend à une saison agricole « exceptionnelle », l’impact de la crise serait moindre (4,4% contre 5,4%). L’Algérie devrait passer d’un taux de 3% à 2,1%, tandis que la Libye enregistrerait le PIB le moins élevé de la région: 1,1% contre 6,7% une année auparavant. L’impact et l’ampleur du ralentissement dans la région dépendront en partie de l’intensité et de la durée de la récession de l’économie mondiale et notamment celle de l’Europe, premier partenaire du Maghreb, analyse le directeur-adjoint du FMI, Amor Tahari. Ils sont également conditionnés par la riposte budgétaire et autres politiques économiques des pays concernés, selon lui. M. Tahari considère que le « principal défi » pour les pays de la région demeure le problème du chômage. Il estime à 500.000 le nombre de postes d’emploi à créer pour maintenir le taux de chômage à son niveau actuel. Le responsable du FMI a cependant relativisé ces projections en faisant état de « signes positifs » de relance apparus récemment aux Etats-Unis, en Europe et en Asie. « On n’est pas sorti de la crise et les mois qui viennent vont être cruciaux pour tous les pays », a-t-il insisté. AP

Algérie: 18 gendarmes tués dans l’attentat le plus meurtrier depuis dix mois

AFP – le 18 juin 2009 Dix-huit gendarmes au moins ont été tués mercredi près de Bordj Bou Arreridj, à 200 km environ au sud-est d’Alger, dans l’attentat le plus meurtrier commis par les groupes islamistes en Algérie depuis dix mois, ont indiqué jeudi des sources locales. Deux journaux arabophones, Echourouk et En Nahar, ont pour leur part fait état de 24 gendarmes tués dans l’embuscade tendue par les islamistes à un convoi d’au moins cinq voitures de la gendarmerie, intercepté vers 20H00 (19H00 GMT) à proximité de Mansourah, près de Bordj Bou Arreridj, sur le grand axe routier de la région allant vers les villes de l’Est, dont Constantine, la nationale 5. D’autres sources donnent un bilan de 20 morts, mais aucune information officielle n’a été publiée. Selon les sources locales, les gendarmes revenaient d’accompagner des employés chinois travaillant sur un chantier de la future autoroute qui traversera l’Algérie d’Est en Ouest. La société chinoise CITIC/CRCC a été chargée de la construction d’un tronçon entre Alger et Bordj Bou Arreridj. Le convoi a été surpris sur le chemin du retour par l’explosion sur la route de bombes artisanales suivie de tirs nourris qui ont tué les victimes. Les assaillants ont réussi ensuite à prendre la fuite, en emportant des armes et des uniformes. Les forces de sécurité, appuyées par des hélicoptères, ont lancé une vaste opération pour tenter de les intercepter, ont ajouté ces sources. Cet attentat est le plus meurtrier commis par les islamistes se réclamant d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) depuis août 2008. L’Algérie avait alors connu une vague d’attaques suicide dont une avait fait 48 morts devant l’école supérieur de la gendarmerie aux Issers, à l’est d’Alger. Un kamikaze avait fait exploser son véhicule au milieu d’une foule de jeunes gens qui devaient participer à un concours d’entrée dans cette institution et dont certains étaient accompagnés de leurs familles. Depuis, les attentats suicide avaient cessé, les islamistes s’attaquant aux forces de sécurité dans des opérations ponctuelles menées par de petits groupes. Le 2 juin, huit policiers et deux enseignants qu’ils accompagnaient avaient été tués dans un attentat à la bombe visant un convoi de véhicules suivis d’une fusillade à Timezrit, près de Boumerdès (50 km à l’est d’Alger). Le 26 mai, au moins neuf militaires avaient trouvé la mort et une dizaine avaient été blessés dans une embuscade près de Biskra (425 km au sud-est d’Alger). De leur côté, les forces de sécurité ont infligé de lourdes pertes aux groupes islamistes réfugiés dans les massifs montagneux, principalement en Kabylie et dans l’est du pays. Au moins cinq membres d’un de ces groupes ont ainsi été tués le 12 juin près de Constantine (430 km à l’est d’Alger) ainsi que plusieurs émirs (chefs) de l’Aqmi dans différentes régions. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, réélu en avril pour un troisième mandat, a ouvert dès 1999 une politique de réconciliation nationale après une décennie de violences lancée par les islamistes dans les années 90 qui ont fait au moins 150.000 morts dans des attentats, des assassinats ciblés ou de masse. Des milliers d’islamistes ont depuis quitté les maquis et M. Bouteflika a évoqué durant sa campagne électorale un éventuel référendum visant à une amnistie générale pour tous ceux qui rendraient définitivement et volontairement les armes.
 

Les Etats-Unis demandent à l’Espagne d’accueillir 4 détenus de Guantanamo

 
AFP / 17 juin 2009 16h19
MADRID – Les Etats-Unis ont demandé à l’Espagne d’accueillir quatre détenus de la prison de Guantanamo au cours d’une réunion qui s’est déroulée mercredi à Madrid, a annoncé le chef de la diplomatie espagnole, Miguel Angel Moratinos. Les autorités américaines « ont présenté au cours de cette première réunion quatre cas » de prisonniers de Guantanamo pouvant être transférés en Espagne, a indiqué le ministre des Affaires étrangères pendant une conférence de presse. « Nous allons étudier au cas par cas » ces dossiers et « nous répondrons dans un esprit positif », a ajouté M. Moratinos sans se prononcer sur la réponse finale de Madrid. De son côté le chef du gouvernement socialiste espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a indiqué, dans une interview à la chaîne de télévision privée Cuatro, que Madrid serait diposé à accueillir « un nombre réduit » de prisonniers. M. Moratinos n’a pas fourni l’identité ou la nationalité de ces prisonniers. Selon le quotidien El Pais, il s’agirait de détenus de nationalités syrienne et tunisienne ayant demandé à être transférés en Espagne. L’envoyé spécial américain Daniel Fried (bien Fried) a rencontré mercredi des représentants des ministères espagnols des Affaires étrangères, de l’Intérieur et de la Justice. « Le gouvernement espagnol a indiqué au gouvernement américain qu’il était disposé à contribuer à la fermeture de Guantanamo dans toute la mesure du possible », a indiqué, à l’issue de la rencontre, le ministère des Affaires étrangères. Le gouvernement n’a toutefois pas confirmé une information du quotidien El Pais selon laquelle Madrid serait disposé à accueillir entre trois et cinq prisonniers de Guantanamo. L’Union européenne a entériné lundi une déclaration négociée avec Washington précisant les conditions de transfert d’ex-détenus de Guantanamo vers l’Europe, et l’Italie a accepté d’accueillir trois détenus de cette prison. La semaine dernière, le président américain Barack Obama avait accéléré le processus de transfert des détenus de ce centre de détention situé sur l’île de Cuba, avec le départ de neuf d’entre eux vers le Tchad, l’Irak ou encore les Bermudes. M. Obama, qui compte fermer le camp d’ici à janvier 2010, espère convaincre d’autres pays d’accueillir la cinquantaine de détenus libérables de Guantanamo. Depuis 2002, plus de 540 détenus ont été transférés de Guantanamo vers au moins 30 pays. Mais le centre de détention ouvert en 2002 et devenu le symbole des excès de la « guerre contre le terrorisme » lancée par George W. Bush après les attentats du 11-Septembre, compte encore quelque 230 prisonniers.  

Ahmadinejad à nouveau accusé du meurtre d’un opposant kurde à Vienne en 1989

 
AFP / 18 juin 2009 15h42 VIENNE – Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad est de nouveau accusé d’être impliqué dans l’assassinat d’un opposant kurde à Vienne en 1989, a révélé jeudi un parlementaire autrichien, qui a rendu public un témoignage inédit dans cette affaire. Toutefois, l’Iran a toujours nié toute implication dans cet assassinat. Selon Peter Pilz, porte-parole des Verts autrichiens (opposition) pour les affaires de sécurité, un marchand d’armes allemand a ainsi affirmé avoir livré à Mahmoud Ahmadinejad à Vienne des armes liées à l’assassinat d’Abdel Rahman Ghassemlou, secrétaire général du Parti démocratique du Kurdistan/Iran (PDKI), un mouvement d’opposition interdit par Téhéran, et de deux de ses collaborateurs. Les trois opposants avaient été assassinés à Vienne le 13 juillet 1989 par un commando dont les membres ont pu prendre la fuite. Ce témoin, entendu le 6 avril 2006 par les autorités antimafia italiennes alors qu’il purgeait une peine de prison à Trieste, a indiqué avoir été en contact régulier avec les services iraniens en 1989 dans le cadre de trafics d’armes. Il a affirmé avoir, peu de temps avant les assassinats, livré une demi-douzaine d’armes légères lors d’une rencontre à l’ambassade d’Iran à Vienne, à laquelle prenait part Mahmoud Ahmadinejad. « La troisième rencontre a eu lieu à l’ambassade d’Iran au cours de la première semaine de juillet 1989. Etaient présents trois Iraniens dont un certain Mohamed, qui est devenu par la suite président de la République d’Iran », a déclaré ce témoin, selon une copie du procès-verbal présentée par Peter Pilz au cours d’une conférence de presse. « Ce document corrobore en tous points le grave soupçon que Mahmoud Ahmadinejad ait procuré les armes qui ont servi aux assassinats », a affirmé Peter Pilz. L’audition s’était déroulée en présence de policiers autrichiens et le procès-verbal avait été transmis aux autorités autrichiennes, a indiqué le député. Le Parquet de Vienne a confirmé à l’AFP être en possession de ce document: « Nous disposons de ce témoignage depuis longtemps et l’avons étudié. Il n’a cependant pas été jugé suffisant pour motiver un soupçon criminel », a déclaré une porte-parole, Michaela Schnell. En juillet 2005, Peter Pilz avait déjà produit le témoignage d’un journaliste iranien qui assurait avoir recueilli les confidences détaillées d’un membre présumé du commando, le général pasdaran Nasser Taghipoor, décédé en 2002, et qui accusait également Mahmoud Ahmadinejad. L’ex-président iranien Bani Sadr, en exil en France, avait précisé que l’entretien s’était déroulé à son domicile de Versailles, près de Paris. La police autrichienne n’avait cependant pas été autorisée par la France à entendre ce témoin, selon Peter Pilz. Vienne, qui entretient des liens commerciaux privilégiés avec l’Iran, n’a jamais souhaité ni confirmer ni infirmer une éventuelle présence de Mahmoud Ahmadinejad à Vienne à l’époque des faits. Après les assassinats, les autorités autrichiennes avaient permis à l’Iran de rapatrier les membres présumés du commando, dont l’un avait été blessé dans l’attentat et hospitalisé.  

Iran: Moussavi, l’ex-Premier ministre de guerre devenu chef de l’opposition (PORTRAIT)

AFP, le 18 juin 2009 à 15h02     Par Farhad POULADI En quelques jours, l’ex-Premier ministre iranien Mir Hossein Moussavi, qui avait disparu de la scène pendant 20 ans, s’est imposé comme le chef de l’opposition à la réélection du président ultra-conservateur Mahmoud Ahmadinejad. Officiellement battu à la présidentielle du 12 juin, il en a contesté les résultats. Il a ensuite appelé ses partisans à manifester, malgré l’interdiction des autorités. Et il demande maintenant l’annulation pure et simple du vote et l’organisation de nouvelles élections. La discrétion, la voix douce et l’absence de charisme de cet architecte de 67 ans sont trompeurs. Il a fait preuve d’une détermination sans failles en tant que chef du gouvernement pendant presque toute la guerre de l’Irak contre l’Iran (1980-1988). Il a même tenu tête à l’époque au président Ali Khamenei, sur la façon de gérer l’économie de guerre, notamment en défendant une étatisation des circuits économiques et un contrôle strict des prix. L’ayatollah Khamenei est devenu ensuite le guide suprême, à la mort de l’ayatollah Rouhollah Khomeyni, fondateur der la République islamique, alors que M. Moussavi replongeait dans l’obscurité avec la suppression du poste de Premier ministre la même année. Il est sorti de cette éclipse de vingt ans en annonçant en avril sa candidature à la présidentielle de juin 2009. Il s’y est présenté en tant que « réformateur attaché aux principes » de la révolution islamique. Autrement dit un conservateur modéré, susceptible de rallier aussi bien les voix des partisans de l’ex-président réformateur Mohammad Khatami, que celles des conservateurs proches de l’ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani. Il a officiellement obtenu le soutien du premier, et le ralliement à sa personne de l’essentiel de ses proches. Le deuxième, qui est un des plus hauts personnages de l’Etat en tant que chef du Conseil de discernement et de l’Assemblée des experts, est resté dans l’ombre. Mais le président Mahmoud Ahmadinejad l’a nommément accusé d’être le celui qui a orchestré la campagne de M. Moussavi. Au cours d’un débat télévisé avec M. Ahmadinejad, il a justifié son retour par le « danger » que ferait courir ce dernier à l’Iran en restant à sa tête. Né le 29 septembre 1941, il a été un des fondateurs du Parti islamique qui a soutenu l’ayatollah Rouhollah Khomeiny après le départ du chah. Il est nommé Premier ministre en 1981, l’année ayant suivi l’attaque de l’Iran par l’Irak de Saddam Hussein. Après la suppression de son poste il sert de conseiller aux présidents Akbar Hachémi Rafsandjani (1989-1997) puis Mohammad Khatami (1997-2005), ainsi qu’au sein du Conseil de discernement. Son programme n’a rien de radical ou révolutionnaire. Il s’est engagé à rétablir la stabilité dans une économie secouée par la politique dispendieuse et inflationniste du président Ahmadinejad. Il entend aussi utiliser de nombreux experts dans son administration, alors que M. Ahmadinejad a été accusé par ses détracteurs de privilégier la fidélité à sa personne. En politique étrangère, il veut changer l’image « extrémiste » de son pays à l’extérieur. Une allusion aux déclarations incendiaires du président actuel, que ce soit contre Israël ou les Occidentaux. En revanche, il est fidèle à la ligne officielle de la République islamique sur le dossier nucléaire iranien, et exclu tout retour en arrière sur ce dernier. Au mieux il pense que l’Iran peut fournir des garanties sur sa vocation pacifique. Outre le soutien de M. Khatami, il bénéficie d’une bonne réputation dans les cercles intellectuels. Architecte de formation, il dirige l’Académie des arts d’Iran, et son épouse Zahra Rahnavard est à la tête de l’Université Al-Zahra de Téhéran.

Moussavi signifie encore l’espoir pour l’Iran,

par Shahin Shodjai

LE MONDE | 17.06.09

Experts de l’Iran, universitaires patentés, spécialistes tolérés par un régime qui veut faire oublier un espace de débat public sclérosé, ils sont quelques-uns à se succéder dans les médias français pour juger improbable l’hypothèse d’une fraude de grande envergure lors de l’élection présidentielle iranienne. De bonne ou de mauvaise foi, peu importe au fond, ils relaient le message officiel d’une République qui n’en a que le nom.

Nous aurions donc été victimes d’une illusion, nous, jeunes Iraniens nés après la révolution et n’ayant connu qu’elle. Pourtant, pendant ces dix jours de fin de campagne, nous avons pour la première fois entrevu la possibilité de ne pas avoir à trembler en prenant un journal ou en écoutant la radio. Pendant les quatre dernières années, chaque jour a été marqué par un haut fait du président Ahmadinejad, largement relayé par la presse étrangère. Chaque jour, nous avons tremblé en nous remémorant une enfance criblée de balles et de bombes de la guerre Iran-Irak.

Chaque jour, nous nous sommes préparés à être au coeur d’un conflit nucléaire mondial opposant Orient et Occident. Ces dix derniers jours, enfin, nous avons effleuré, nous aussi, le droit d’avoir l’espoir qu’il n’en serait rien. Notre confiance a été jusqu’à croire à cette supercherie électorale, à scander, à Paris, Toronto ou Téhéran, le nom de celui qui nous représentait,Mir Hossein Moussavi. A la lumière de son mandat de premier ministre durant la guerre, nous avons reconstruit notre image ternie de la République islamique, pensant qu’il serait possible d’aller, ensemble, vers un futur moins douloureux.

Bien sûr, dix jours c’est court, mais pendant ces dix jours, nous nous sommes réunis sous le même drapeau. Les rues de Téhéran ont résonné au rythme de ces hymnes anciens, interdits depuis trente ans, et que pourtant nous connaissons tous. Les ambassades, à l’étranger, ont accueilli des foules n’ayant jamais voté pour leur pays d’origine. Coude à coude, se sont côtoyés à Paris anciens royalistes et communistes en tout genre, étudiants iraniens et français d’origine iranienne qui ne sont jamais allés en Iran. Sur le parvis du Trocadéro, les plus courageux se sont rassemblés. Les plus courageux, parce que trente ans de République islamique nous ont laissé les stigmates de la peur du voisin mielleux, de l’espion qui crie « A bas le dictateur ! », du faux frère qui vous dénonce.

Pendant dix jours, Moussavi a été synonyme d’Iran. Nous étions exaltés au point de ne pas nous apercevoir du mutisme de nos chers journaux européens garants de la liberté d’expression de nos belles démocraties, qui semblaient ignorer l’ampleur du phénomène.

Jusqu’au 12 juin au soir, où nous nous sommes vus annoncer les résultats du scrutin. Une première fois par le ministère de l’intérieur iranien, qui présentait, à travers la voix de M. Kharrazi, ancien ambassadeur d’Iran en France, l’arrivée au second tour de MM. Moussavi et Karoubi. Presque instantanément après, la victoire de M. Ahmadinejad avec 69 % des voix au premier tour. Craignant de ressembler un peu trop à ses homologues du Maghreb et du Proche-Orient, le président sortant a, par la suite, revu ses ambitions à la baisse.

Depuis quatre jours, nos vies se sont arrêtées, nous ne dormons plus, suspendus à nos écrans, hébétés par les informations qui arrivent d’Iran. Malgré les coups de fil qui deviennent suspects, et la lenteur d’Internet, chaque minute est marquée par l’envoi d’un article dissident ou d’un nouveau clip sur YouTube. Le scénario est toujours le même. Une artère au centre de Téhéran, des jeunes, mais d’autres aussi, défilent. La police attaque. Ici, on filme les blessés, là on voit un commando moto qui s’écroule parmi la foule. Les slogans restent inchangés : « Pinochet, Ahmadi, l’Iran ne sera pas le Chili ! », est l’un d’eux.

Nous savons tous, pour l’avoir goûtée de près, avec quelle violence les pasdarans sont prêts à s’acharner sur la population, allant jusqu’à défenestrer les étudiants des dortoirs de l’université pendant leur sommeil. Nous savons aussi combien il est suspect que M. Rafsandjani, habituellement si présent dans l’espace public, semble s’être dissous dans l’atmosphère, et combien il est probable que MM. Moussavi et Karoubi disparaissent à leur tour.

Mais notre génération, née après la révolution, qu’elle ait pris tôt ou tard les chemins de l’exil, ou qu’elle soit restée en Iran, se prend encore à rêver. Moussavi, aujourd’hui, veut toujours dire Iran, veut toujours dire espoir. Ici ou à Téhéran, tous maintenant nous sommes prêts à prendre le risque de ne pas revenir chez nous, ce soir pour les uns, jamais pour les autres. Mais nous prenons ce risque pour ne plus subir la violence matérielle et symbolique d’une présidence qui nous place au ban de la société des nations.

Shahin Shodjaiest une étudiante iranienne à Paris, qui signe sous un pseudonyme pour des raisons de sécurité.

(Source: « le Monde » (Quotidien- France) Le 18 juin 2009)


France: Burqa: une commission d’enquête jugée plus inopportune qu’efficace

 
AFP – 18.06.2009, 17h32 La proposition de commission d’enquête parlementaire sur le port de la burqa ou niqab par des femmes musulmanes en France était jugée jeudi plus inopportune qu’utile par plusieurs responsables politiques et religieux. Quand André Gérin, député PCF de Vénissieux (Rhône) a déposé sa proposition de résolution, elle était cosignée par 58 députés (3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI). Jeudi ils ont été rejoints par 6 députés UMP, dont Eric Raoult (Seine-st-Denis), Philippe Meunier (Rhône) et Nicole Ameline (Calvados). Toutefois la proposition est fraîchement accueillie à l’extérieur du Palais-Bourbon, excepté par la secrétaire d’Etat à la Ville Fadela Amara qui « salue l’initiative » et estime qu’il faut « tout faire pour stopper la propagation de la burqa ». En revanche, pour le ministre de l’immigration Eric Besson, « il n’est pas opportun de relancer une polémique » sur les signes religieux. « La loi a déjà énoncé un certain nombre de règles du vivre ensemble, elle dit qu’on ne peut pas porter le voile dans un certain nombre d’administrations, de services publics et à l’école. Un équilibre a été trouvé en France et il serait dangereux de le remettre en cause », a-t-il dit. Le président du CFCM (Conseil français du culte musulman) Mohammed Moussaoui s’est dit « choqué » par le projet de commission d’enquête parlementaire sur le voile intégral qui est pour lui un « phénomène marginal ». « Cette initiative suscite beaucoup d’interrogations sur l’opportunité de s’emparer de ce sujet en période de crise. Les parlementaires auraient proposé une commission d’enquête parlementaire sur les licenciements qui touchent des centaines de milliers de personnes, cela aurait été mieux compris », a-t-il insisté. « Evoquer le sujet de cette façon, par le biais d’une commission parlementaire, revient à stigmatiser l’islam et les musulmans de France », a encore déclaré le président du CFCM. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur s’étonne de voir ressurgir le débat alors que « le problème vestimentaire semblait réglé ». « Cette résurgence montre qu’il y a une intolérance à l’égard des femmes vêtues comme ça (ndlr voilées de la tête aux pieds) mais celles-ci s’habillent de cette façon pour exprimer un libre choix oppositionnel face à la réprobation, pour exprimer leur hyper-identité musulmane », a-t-il estimé. « Le port du hijab marque un retour vers le passé de l’islam, conformément à la vision des fondamentalistes et de leurs prédicateurs radicaux », explique le recteur Boubakeur, lui-même partisan d’un « islam du juste milieu ». Il estime que « la communauté musulmane doit vivre avec son temps et s’adapter à l’espace public où elle vit » ajoutant que la France est « terre d’intégration, laïque et non communautaire ». Le Coran dit que les femmes doivent être vêtues de façon à « préserver leur chasteté », ajoute Dalil Boubakeur précisant que les burqas, hidjabs ou tchadors sont des traditions vestimentaires régionales antérieures au Coran. Quant à la secrétaire générale des Verts Cécile Duflot, elle se dit « heurtée en tant que femme » par le port du voile intégral. Mais elle ne pense pas qu’une éventuelle interdiction de cette tenue puisse « amener quelque chose de positif », le risque étant que les femmes musulmanes concernées « disparaissent de notre vue » et que leur situation soit « pire ».

 

 

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

19 mars 2003

Accueil TUNISNEWS 3ème année, N° 1034 du 19.03.2003  archives : http://site.voila.fr/archivtn LES TITRES DE CE JOUR:   Dr Sahbi

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.