18 juin 2006

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
7 ème année, N° 2218 du 18.06.2006

 archives : www.tunisnews.net


ACTLCMG: Mondial de football et trafic de billets pour les matchs de la Tunisie

Balha Boujadi: Des  sionistes  a plein les bras…

Patriote : Le Ministre A Toujours Le Dossier Bien En Main !

Le Journal : Tunis : Des murs qui croulent: sous le poids des annees et du laisser-aller

La Presse: Mariah Carey, les 22 et 24 juillet à El Menzah –  Un méga-événement

Le Temps: Inauguration de la Maison de France à Sfax AFP: Bush diffère à nouveau de six mois le transfert de l’ambassade à Jérusalem

 

Communiqué de l’Association des Contribuables Tunisiens pour la Lutte Contre la Corruption et la Mal Gouvernance

 

Mondial de football et trafic de billets pour les matchs de la Tunisie

 

Après la coupe du monde 1998 où l’on a vu le RCD avoir le monopole de la vente du quota de la billetterie des matchs de la Tunisie, en 2002 nous avons vu le président de la fédération tunisienne de football impliqué, dans le trafic de billets (ce qui lui a valu une exclusion mais pas de poursuite judiciaire).

 

Cette année la fédération tunisienne de football a délégué à des officines clandestines très proches du R.C.D, le soin de commercialiser ces billets.

 

C’est ainsi que l’association des contribuables tunisiens pour la lutte contre la  corruption et la mal gouvernance a repéré un garagiste dans la banlieue parisienne, qui non content d’avoir le monopole de la vente de la billetterie, s’est octroyé le droit  de ventre des pacquages comprenant billets de stades, d’avions et même d’hôtels et tout ceci en vente liée ! ! !

 

Bien entendu il ne possède aucune autorisation d’organiser des voyages ni de réserver des hôtels.

 

L’association l’ACTLCMG a décidé de porter plainte contre pareille pratique qui handicape les supporters de l’équipe tunisienne au profit de bandits.

 

Pour l’association, le Président

Khemais Toumi

 

DES  SIONISTES  A PLEIN LES BRAS…

BALHA BOUJADI Parfois je me demande qu’est-ce que ces islamistes nous préparent-ils le jour qu’ils auraient le pouvoir entre leurs mains, et chaque fois je me rends compte qu’il vaut mieux avoir n’importe quel régime que celui de ces barbus bornés et abrutis. Hier, samedi 17, Tunisnews nous a présenté un article de Islam On-line, sur l’épreuve du français au baccalauréat tunisien de cette année. Parait-il que le poète du texte choisi par une commission honnête et intègre est un certain André Spire, et que ce poète est juif, et par conséquent il pouvait être sioniste. Par curiosité, j’ai lu le poème et je ne l’ai trouvé que très beau et qu’il ne fait aucune allusion ni à Israël ni au sionisme : Pauvres, Qu’est-ce que j’ai à vous dire ? Je vous aimais. Mes livres, mon Dieu m’avaient parlé de vous Je suis parti vers vous pour vous porter ma force… Ces barbares ignorants ne veulent pas que nos jeunes lisent ce genre de littérature, ni pour le style, ni pour le contenu, mais simplement parce que l’auteur est un juif. Si on continue à raisonner de la même logique tordue de ces abrutis, on peut dire adieu à la littérature, à la philosophie, à l’économie, à la médicine, au cinéma, à la peinture… car il y’a tellement de supposés sionistes qu’il est impossible de trier. On doit laisser tomber la physique de Albert Einstein, la psychanalyse de Freud, la philosophie de Bernard-Henri Levi, l’érudition de Maxime Robinson, les romans d’André Maurois, les analyses économiques et sociologiques de Karl Marx… D’après ces stupides islamistes, il ne faut pas admirer les tableaux de Marc Chagall, ni les films de Claude Lelouch, ni la musique de Michel Berger et de Jean Jacques Goldman, ni les chansons de Jean Ferrat ni de Richard Antony… tous sont des juifs à brûler vifs. On doit fermer les oreilles quand Bernard Kouchner lance ses appels pour aider les déshérités de la planète en Palestine, en Irak et au Soudan… il est juif et derrière ses paroles humanitaires il y’aurait sûrement une mauvaise intention… et quand Michel Boujnah pleure chaque fois qu’il cite le nom de la Tunisie, il ne fait que de la comédie pour se faire une publicité… Et on continue à citer Albert Memmi, Dominique Strauss-Khan et sa femme Anne Sinclair, Richard Anconina, Pierre Arditi, Yvan Attal, Roger Hanin, Serge Moati… et autres Agnès Jaoui, Enrico Macias et Michel Jonasz… Faites attention, d’après cette élite intellectuelle islamiste, ils sont tous des sionistes qui ne cherchent que le malheur des musulmans… Fichez-nous la paix, c’est vous la cause de nos malheurs, et laissez-nous juger les gens d’après ce qu’ils sont et non pas d’après leur croyance religieuse.  Est-ce que votre Ben Laden ou Zarkaoui ont donné quelque chose à l’Humanité comme l’a fait Einstein ou Kouchner ? Tout ce que vos idoles barbus ont fait est d’enfoncer le clou de la misère morale et intellectuelle de cette nation qui traîne et traînera encore au dernier wagon de la culture et de la civilisation par votre faute et par votre barbarie. BALHA BOUJADI, le 18/6/2006 balahaboujadi@yahoo.es


Le Ministre A Toujours Le Dossier Bien En Main !

Par: Patriote 2005

 

Fin septembre dernier, TunisNews publiait, sur deux parties, (voir les éditions des 24 et 29 septembre 2005), un témoignage d’une « ancienne fonctionnaire du ministère de l’information » dans lequel elle étalait les frasques et les turpitudes du premier responsable de l’une des plus importantes entreprises de presse en Tunisie.

 

La dame se déclarait, à la fin de son article, tout à fait convaincue que l’actuel ministre de la communication, « un homme intègre et vertueux », avait le dossier bien en main et qu’il était déterminé à «jeter un coup d’oeil» dans les affaires de cette entreprise pour sanctionner les abus et mettre fin aux exactions qui s’y opèrent.

 

Huit mois après, qu’en est-il exactement ?

 

Le responsable en question est non seulement toujours en place mais, ayant déjà atteint l’âge de la retraite, il est en passe de bénéficier d’une année supplémentaire, sous forme de gratification. Deux autres directeurs, travaillant dans la même boite, avaient déjà bénéficié, avant lui, du même privilège, voire même doublement, pour l’un d’entre eux. C’est, semble-t-il, dans le cadre d’un nouveau mécanisme appelé «l’emploi des seniors » ou plus communément « tachghil es-chiyeb »

 

L’entreprise en question est, de nouveau, à la Une de l’actualité (voir Al Mawqef de cette semaine), à la suite d’une affaire de moeurs, harcèlement sexuel plus précisément, dans laquelle est impliqué un responsable de la rédaction travaillant dans cette entreprise et qui est, de surcroît, membre d’une importante organisation nationale censée défendre le consommateur.

 

Là encore, non seulement le coupable n’a été ni inquiété ni sanctionné, (comble de l’ignominie, il est lui-même le président du conseil de discipline), mais il est en passe de recevoir, lui aussi, une gratification, sous forme de détachement, en qualité de chargé de mission, dans un ministère qui à la charge de l’éducation de nos enfants !!!.

 

Les mauvaises langues disent que c’est son supérieur hiérarchique direct, le directeur qui joue les premières prolongations, un grand manoeuvrier et un manipulateur bien connu dans les cercles des médias et de la presse, qui a incité la journaliste victime de harcèlement à porter l’affaire devant le PDG, pour se débarrasser d’un rival et dégager la voie devant l’une de ses protégées prétendante au poste de chef de desk.

 

Le second directeur, qui joue, lui, les deuxièmes prolongations, et que tout le monde appelle «le Prince de Monaco », vu que sa puissance dépasse celle du PDG, voire même celle du ministre, se trouve actuellement en Allemagne, en compagnie de sa maîtresse attitrée, pour couvrir le Mondial 2006.

 

Voilà où en est, en gros et non en détail, la situation dans l’une de nos plus importantes entreprises de presse.

 

Entre-temps, les journalistes de la boîte, les jeunes et les moins jeunes, continuent de fulminer contre la mauvaise gestion qui sévit à tous les niveaux, les injustices et les passe-droits et la dégradation effarante des rapports humains, en l’absence totale de toute forme de dialogue et de concertation au sein de l’entreprise.

 

Aux dernières nouvelles, le ministre a toujours le dossier bien en main !

 

Patriote 2005

 

(Source : www.nawaat.org, le 18 juin 2006 à 04h35 PM)

URL: http://www.nawaat.org/portail/article.php3?id_article=1044

 

Ottawa vient de nommer un nouveau représentant dans notre pays

Notice bibliographique du nouvel ambassadeur canadien en Tunisie

Le 16 juin 2006, Le ministre des Affaires étrangères et ministre de l’Agence de promotion économique du Canada Atlantique, M. Peter MacKay, a annoncé  plusieurs nominations diplomatiques dont celle de M. Bruno Picard en Tunisie. M. Bruno Picard (B.Sc., administration des affaires [économie de gestion], Université Laval, 1977) est entré au Service extérieur en 1978. Il a exercé les fonctions de délégué commercial au Caire, à Guatemala, à Rabat et à Bruxelles. De 1999 à 2002, il a été ambassadeur du Canada auprès de la République dominicaine. À titre de jeune agent en poste à Ottawa, il a travaillé à la Direction de la promotion du commerce avec les Antilles et l’Amérique centrale, à la Direction de la liaison avec le Cabinet et des affaires parlementaires, de même qu’à la Direction de l’Europe de l’Ouest. Il a été adjoint ministériel auprès du ministre d’État au Commerce international en 1989, puis directeur des communications au cabinet du ministre du Commerce international, de 1994 à 1996. Il a ensuite été nommé directeur (perfectionnement professionnel) de l’Institut canadien du service extérieur et, en 2002, il a été directeur de la Liaison avec le Cabinet et le Parlement. M. Picard est actuellement haut-commissaire auprès de la République du Guyana, avec accréditation simultanée auprès du Suriname et du Secrétariat du CARICOM. Il est marié à Nicole Proulx, et le couple a trois enfants. M. Picard succède à M. Wilfrid-Guy Licari. (Source: le site du Ministére des affaires étrangéres canadien, le 16 juin 2006) URL: http://w01.international.gc.ca/minpub/Publication.asp?publication_id=384088&language=F

Tunis : Des murs qui croulent

SOUS LE POIDS DES ANNEES ET DU LAISSER-ALLER

Par Tarek ZARROUK Cela s’est passé à Gabès récemment. Cela s’est passé à Tunis plusieurs fois, tantôt un mur, tantôt un balcon style colonial ou carrément un étage, quand ce n’est pas une bâtisse entière et ses dommages collatéraux. Ces murs qui s’écroulent de temps à autre, spécialement à Tunis, capitale à la «ville européenne» vieillie, posent vraiment problème et mènent à s’interroger sur les causes profondes de ce phénomène désormais endémique. Jetez un coup d’œil à la photo, elle représente l’exemple même de l’indifférence érigée en «force du destin». Un immeuble de la rue Cyrus Le Grand présente une nette inclinaison qui s’accentue lentement et sûrement, mais qui n’inquiète plus les voisins, qui ont fini par se déconcentrer, après avoir attendu sur le qui-vive pendant de longs mois, que le bâtiment s’effondre. Cela rappelle à s’y méprendre l’histoire du loup, ou encore le scénario classique des volcans «éteints». Cela n’arrive qu’aux autres, et au moment où personne ne s’y attend ou ne s’y attend plus. Certes, le problème le plus sérieux se posant à la ville de Tunis, a trait aux biens d’étrangers, toujours en cours de négociations depuis l’indépendance ou presque. Ces immeubles ont sans doute des propriétaires au regard de la loi, mais n’appartiennent concrètement à personne. Leurs locataires paient, certes, un loyer à quelqu’un ou à la SNIT, pour le compte du propriétaire ou de ses héritiers, vrais ou présumés, ou encore de l’Etat, en litige avec les anciens proprios. Mais le loyer, déjà dérisoire, est géré de manière si complexe et problématique qu’il est rare qu’il serve à restaurer la bâtisse où à y mener des travaux. D’autant plus que le propriétaire «incriminé» est absent et injoignable. Restent les mesures d’urgence, auxquelles il s’agit de recourir lorsqu’il y a péril en la demeure. Et là, il faut le reconnaître, les Tunisiens, non seulement ont le cœur tendre, mais n’ont pas les moyens. Car il faut bien loger quelque part les familles en danger. La décision de faire évacuer l’immeuble ne suffit pas. Soyons clairs, l’immeuble qui se penche sur la chaussée de la rue Cyrus Le Grand a été effectivement évacué de la manière la plus totale. Un grand bravo à la mairie de Tunis. Mais si tant est qu’il menace de s’écrouler, qu’attend-on pour le démolir dans les normes, avant que les faits divers des journaux ne le prennent en charge ? Afin que la communauté tunisienne reste, selon la formule d’usage, en bonne santé. Y compris ceux qui fréquentent Cyrus le Grand et qui n’ont rien fait au Bon Dieu pour mériter de faire les frais d’un laisser-aller tout à fait malheureux. Tel ce mur de la rue du Caire bordant un parking, sur lequel, durant des mois, on pouvait lire : «Attention, ce mur risque de s’écrouler !». Alors, de grâce, réglons une bonne fois pour toute cette affaire de biens d’étrangers, qui traîne et croule sous le poids des années et mettons fin à ces négociations franco-tunisiennes qui n’en finissent pas de finir. Même si l’Etat tunisien doit y perdre un peu de fric. Sinon, c’est les citoyens tunisiens qui y laisseront encore des plumes. (Source : « Le Journal », N° 31 du Samedi 17 juin 2006)  

Des kouttabs obtiennent des prix nationaux et régionaux

A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la santé dans les établissements éducatifs préscolaires, l’école coranique relevant de la mosquée Errahma à Moknine (gouvernorat de Monastir) a obtenu le premier prix national de dessin, organisé sur le thème : «L’enfant et le sommeil». Le kouttab de Souat Charahil de Moknine a obtenu le premier prix régional. Ces deux écoles sont soumises au nouveau régime des kouttabs, lequel régime doit être généralisé par le ministère des Affaires religieuses aux établissements éducatifs similaires, en concrétisation de l’appel du Chef de l’Etat à porter un intérêt accru à l’éducation religieuse des enfants dès leur jeune âge afin de promouvoir les valeurs sublimes de l’Islam, notamment les valeurs de modération, de tolérance, de juste milieu et de dialogue. Ce régime d’enseignement vise à assurer la mise à niveau des encadreurs des kouttabs qui sont choisis parmi les diplômés de l’université de la Zitouna et qui bénéficient de sessions de formation organisées par l’Institut supérieur de théologie relevant du ministère des Affaires religieuses, en collaboration avec le Fonds national de l’emploi 21/21. Notons que M. Boubaker El Akhzouri, ministre des Affaires religieuses, a rendu hommage récemment à ces deux kouttabs lors de sa visite d’inspection dans le gouvernorat de Monastir. (Source : « La Presse » du 18 juin 2006)  


Mariah Carey, les 22 et 24 juillet à El Menzah Un méga-événement
Chokri GHARBI • Des «packages» comprenant un billet d’avion, un séjour en Tunisie et un billet d’entrée au concert seront vendus • Une scène gigantesque sera conçue et montée, à l’instar du concert de Michael Jackson en 1996 • Mariah Carey a vendu 160 millions de disques dans le monde et a reçu un disque de platine six fois pour son dernier album Le gala qui sera organisé les 22 et 24 juillet prochain au stade olympique d’El Menzah par la célèbre chanteuse internationale Mariah Carey constitue certainement l’événement artistique cet été. D’autant que de nombreuses personnes, habitant dans les pays européens, ont manifesté leur souhait d’assister à ce gala. Depuis 2003, Mariah Carey n’a pas fait de concert, et sa venue en Tunisie marquera le point de départ des «Aventures de Mimi», c’est-à-dire le début de sa tournée estivale et exclusivement américaine. Considéré comme un événement « majeur », ce concert a mobilisé plusieurs intervenants dont le ministère du Tourisme et celui du Transport qui se sont bien préparés. On croit savoir que la manifestation sera bien médiatisée à l’étranger où des points de vente des billets sont prévus, ainsi que dans les vols de Tunisair et les voyages de la Compagnie tunisienne de navigation (CTN). Des « packages » comprenant un billet d’avion, un séjour en Tunisie et un billet d’entrée au concert seront vendus. Pas moins de 200 personnes seront engagées pour la préparation du concert sur le terrain et une scène gigantesque sera conçue et montée à l’instar de ce qui a été fait pour la star Michael Jackson en octobre 1996. On espère vendre 80.000 billets (40.000 pour chaque spectacle). La vente des billets a commencé le 12 juin au stade olympique d’El Menzah. Les prix des billets sont de 35, 40, 50 et 200 dinars. Mariah Carey doit sa célébrité notamment à la vente dans le monde de 160 millions de disques et au «disque platine reçu six fois pour son dernier album The Emancipation of Mimi, dont neuf millions d’exemplaires ont été achetés. Plusieurs sites sur le Net, aussi bien tunisiens qu’étrangers, ont annoncé cette manifestation grandiose. Une telle manifestation, au-delà de sa valeur artistique, n’est pas sans avoir de retombées positives sur l’image de la Tunisie, ainsi que sur le secteur touristique, dans la mesure où plusieurs touristes et des médias étrangers vont assister au concert. Les organisateurs veulent aussi que les jeunes, résidant à l’intérieur du pays, assistent au concert. C’est pourquoi des spots publicitaires seront diffusés aussi bien à la radio et à la télévision nationales que dans les radios régionales. En outre, un centre de presse, équipé de tous les moyens de travail modernes, sera disponible pour les journalistes qui vont couvrir cet événement artistique. (Source : « La Presse » du 18 juin 2006)


Inauguration de la Maison de France à Sfax – Son Excellence Serge Degallaix, ambassadeur de France à Tunis, expose les grandes lignes

Synergies culturelles entre le français et l’arabe

 

Visa : célérité, rapidité : désormais, le délai d’obtention n’excèdera pas les trois jours

 

L’historique et monumental bâtiment (il date de la fin du XIXème siècle), à la beauté, certes discrète, mais combien irrésistible, prônant majestueusement au centre de la ville de Sfax qui abritait le consulat de France dans la capitale du Sud aura désormais une autre mission, une nouvelle vocation.

 

Cette structure baptisée la Maison de France  aura, en effet, à accomplir plusieurs  fonctions à dominante culturelle. La nouvelle institution française a été officiellement inaugurée avant hier,   en fin d’après-midi, par Son Excellence Serge  Degallaix, ambassadeur de France  en Tunisie. Une ambiance  bien sympathique a marqué cet événement. Son Excellence Degallaix, ainsi que ses collaborateurs omniprésents, n’ont rien laissé au hasard pour que cette cérémonie  soit une totale   réussite. L’ambassadeur français a tenu, dans un point de presse, à préciser la mission dévolue à la Maison  de France, une institution venue consolider davantage les liens historiques, notamment culturels, unissant la France  à la Tunisie. Son Excellence Serge Degallaix, a souligné que la Maison de  France dont la marche  sera assurée par  le personnel de l’ancien consulat de France à Sfax, est appelée à assumer la mission qui incombait  auparavant au Centre culturel français, à savoir   la diffusion de la culture française   à Sfax, dans un esprit d’ouverture et de partenariat avec les institutions culturelles, éducationnelles et scientifiques locales. A cette fin elle s’appuiera  sur son centre  de  langue qui propose   des cours  de langue française pour enfants et adultes  sur sa médiathèque qui met à la  disposition  du public  près de 20000  documents et ouvrages en français et  arabe, traduits du français et sur son centre pour les études en France. Ce  dernier service veillera à l’accueil  des étudiants  désireux de poursuivre  leurs études supérieures en France.

 

Toujours,  dans le volet culturel, la Maison de France,  proposera une programmation culturelle  diversifiée comportant des spectacles  variés, concerts, films,  conférences  et autres expositions.

 

 Des services consulaires  assurés

 

Outre ses activités culturelles,  la Maison de France par le biais  de  son antenne consulaire  assurera  aussi des services consulaires rapides et efficaces au profit des citoyens  français de passage  ou  résidant à Sfax et dans le sud  tunisien. Les prestations de cette antenne  consistent notamment dans la préparation  des dossiers pour l’inscription  au registre des Français  établis  hors de France, l’établissement  ou le renouvellement  de la carte   nationale d’identité sécurisée, du passeport, des transcriptions d’actes, et de l’accueil des Français.

 

La Maison de France aura aussi vocation d’accueillir  les conseillers  économiques  et commerciaux  et les chercheurs  en mission à Sfax.

 

 Meilleurs délais  pour l’obtention du visa

 

L’ambassadeur de France,  a tenu ensuite à souligner  que l’octroi du visa pour la France sera assuré dans un meilleur délai  qu’auparavant  ne devant   pas dépasser les trois jours.

 

A cette fin, un serveur vocal sera mis à la disposition des prétendants au visa. Par le biais  de ce service  un rendez-vous sera fixé pour la personne sollicitant  un visa   et les passeports visés  seront acheminés à Sfax par les services du consulat général de France. Les intérêts  des anciens combattants  tunisiens  et leur suivi seront de même assurés par un service attaché à la Maison de France.

 

M. Serge Degallaix  a noté  aussi que  la diffusion de la culture  française ne sera pas limitée  aux grandes villes  tunisiennes mais sera généralisée dans d’autres villes telles que Gabès, Gafsa, Jendouba, Le Kef, etc…

 

Notons pour terminer que cette  cérémonie d’inauguration a été  suivie par   une réception   dans le jardin de la Maison de France.

 

Une manifestation théâtrale « George Dandin » présentée par la Compagnie des Tréteaux  de France au Théâtre municipal de Sfax et un dîner-gala  à l’hôtel Mercure-Sfax du groupe Accord.

 

Ameur KERKENNI

 

(Source : « Le Temps » (Tunisie), le 18 juin 2006)

 

Bush diffère à nouveau de six mois le transfert de l’ambassade à Jérusalem

AFP, jeudi 15 juin 2006

 

WASHINGTON – Le président américain George W. Bush a de nouveau différé de six mois le déménagement controversé de l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem, a annoncé la Maison Blanche jeudi. Cette décision est « nécessaire à la protection des intérêts relevant de la sécurité nationale des Etats-Unis », explique M. Bush selon une formule convenue dans une note transmise à la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice.

 

« Mon administration tient toujours à engager le processus de déménagement de notre ambassade à Jérusalem », dit M. Bush. M. Bush avait affirmé son soutien au transfert de l’ambassade lors de la campagne présidentielle en 2000.

 

Israël a fait de Jérusalem sa capitale en 1950, une décision inscrite dans la loi en 1980, bien que le statut définitif de la ville ne soit pas arrêté aux yeux d’une grande partie de la communauté internationale. Le Conseil de sécurité a déclaré cette loi « nulle et non avenue ». La plupart des Etats membres de l’Onu conservent leurs représentations diplomatiques à Tel Aviv.

 

Aussi bien M. Bush que son prédécesseur Bill Clinton ont constamment utilisé la possibilité de différer le transfert donnée par la loi de 1995 prévoyant le déménagement.


Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

19 janvier 2008

Home – Accueil – TUNISNEWS 8 ème année, N°  2796 du 19.01.2008  archives : www.tunisnews.net Liberté et Equité:Harcèlement collant des

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.