17 juillet 2008

Home – Accueil

TUNISNEWS
8 ème année, N°2977 du 17.07.2008
 archives : www.tunisnews.net 


Worldblog: Fighting for Press Freedom in Tunisia Yahyaoui Mokhtar: De troublantes manipulations entachent le congrès de la section tunisienne d’Amnesty Balha Boujadi: Tarek  Dhiab  et  la main  de  ministre Nadia Omrane: L’UPM entre l’euphorie d’effet d’annonce et le désenchantement de projets sans fonds Tunisia Watch: Entretien avec Meriam Azizi, critique de cinéma tunisienne AFP: Un fils du colonel Kadhafi arrêté à Genève pour violences Reuters: Le rapporteur turc contre une dissolution de l’AKP – TV

Martin Bright : Not all news is bad news


 
 

FIGHTING FOR PRESS FREEDOM IN TUNISIA

By Cheryl Gould, NBC News Senior Vice President
 
TUNIS, Tunisia – Every once in a while you run across people whose courage makes you ask of yourself if you would act equally heroic should you find yourself in their shoes. That certainly was the question I kept asking myself during my recent trip to Tunisia. I was there as part of a two person delegation from the Committee to Protect Journalists (CPJ), a non-profit organization for which I am a board member. CPJ advocates for the freedom of expression wherever journalists are threatened, harassed, imprisoned or otherwise prevented from doing their jobs. My travelling companion on the trip, Joel Campagna, is a CPJ staff member whose expertise in press-freedom abuses in the Middle East (not to mention his fluency in Arabic) make him a known and respected press advocate among journalists in the Arab world. Arriving at the Tunis-Carthage airport is a study in contrasts. On the one hand, efficiency and modernity are in full display: You could just as easily be in an airport somewhere in Europe, especially since all the announcements and signage are in French, and the duty-free shops are filled with over-priced French and Italian luxury items. But that’s where the similarities end.  A journalist not doing ‘journalism’ In the passport-control area run by the police, I was kept waiting. On my official entry document, I perhaps stupidly, but at least truthfully, listed « journalism/news executive » as my profession. A uniformed bureaucrat who looked like he hadn’t cracked a smile in 15 years asked me questions in rapid succession. What business do you have in Tunisia? Why are you traveling alone? Who is this colleague you say you’re joining up with and where is he right now? What meetings do you have planned? Where will you be staying?  Do you have permission and the requisite paperwork to come here in a journalistic capacity?  What news organization are you from?   I was there with CPJ, not NBC News, so how to explain that I was there as a journalist, but not to do « journalism »? I wasn’t about to say that I was there to show solidarity with all Tunisian journalists who can’t freely report the news; or that we sought to obtain the  release of a Tunisian reporter who has been languishing in prison because he dared to criticize the ruling government. I ended up saying something bland about participating in some conferences to discuss international journalism. By then my interrogator got bored and grumpily stamped my passport. From the general hush of the passport control area, I was immediately thrust into the chaotic arrivals waiting area filled with the cacophony of hundreds of Tunisians waiting for relatives returning home. The call to prayer emanating from a nearby mosque competed with the honking horns, yelling taxi drivers, and Air France and Alitalia announcements. I knew I wasn’t in Kansas anymore. Boom time, with caveats As a nation, Tunisia has so much promise. In many ways, this beautiful Mediterranean and Sahara Desert country stands out for the West as the teacher’s pet in the Arab world. Its economy has been booming. Foreign investment has contributed to an admirable 5 to 6 percent growth rate. Construction sites are more common than mosques. There’s a vibrant tourism industry, relatively modern transportation, health care, and secular education systems. Significant progress has been made for women’s rights. There’s an effective military and a large middle class – which is of course fundamental to the growth of democracy. And then there’s the ultimate polished apple: The Tunisian government cooperates with the West in the fight against terrorism and even dictates what’s allowed to be said in sermons at the mosques.  While the U.S. and Europe have heaped praise on Tunisia and have encouraged it to continue to act as a bulwark against Islamist extremism, they have turned a blind eye (or at least a severely myopic one) to human rights abuses, most notably the freedom of expression. Journalists in jeopardy The regime of President Zine El Abidine Ben Ali, for all the progress it has made elsewhere, has jailed more journalists than any other Arab country since 2001. And the situation is growing worse, especially as signs emerge of mounting unrest among those who are being left out of the growth benefits. Ben Ali and his regime have in many ways gotten away with their bullying because they say it’s all part of the fight against terrorism. But how does jailing a reporter who has uncovered corruption in the highest places (including within Ben Ali’s family) help to fight terrorism? « Opposition » newspapers are allowed to exist, but they cannot criticize Ben Ali and are severely constrained by small circulations and relentless government harassment. How is the war on terrorism served by shutting down the Internet connections of newspapers whose reporters believe it is their job to raise hard questions? Are we all safer when the Tunisian police remove from the newsstands magazines containing articles that detail police harassment of journalists and their families?  Is it not a problem when those yearning for democratic freedoms in the Arab world feel the need to hide their opposition magazines behind government-supported newspapers when reading in a public place? Is the Tunisian government made more secure by blocking press coverage of uprisings over severe unemployment and rising food prices in the least developed parts of the country?  Even the most educated young people, including many we spoke with, complain they can’t get jobs because they don’t have the right connections at the top, or lack the palm-greasing money necessary to buy their way into a job.  The dissident reporters we spoke with are concerned about the swelling ranks of young, disaffected men drawn to Islamic fundamentalism and willing to go to Iraq as suicide bombers. We heard about this over and over again in all our meetings, but never would you be able to read about it in the Tunisian press.    Small steps Months before our trip, CPJ corresponded with various government agencies and bureaucrats asking for high level meetings to discuss these issues, and in particular, the case of journalist Slim Boukhdir, who has been imprisoned on trumped up charges since November 2007, shortly after he wrote an article critical of the regime.   CPJ’s requests generally result in official meetings, even if they don’t always produce the desired results. But, Tunisia refused to grant us any such meeting, even with lower-level bureaucrats. They knew we were there, since we called and left messages every day.  We were followed and monitored, but no one from the government bothered to reach out to us.   Nevertheless, we accomplished an important part of our mission. Though our efforts to visit Boukhdir in prison and obtain his release were frustrated, he did learn, through his wife and family, that we had made the two-hour trek to the prison on his behalf.  While he has suffered harsh and unsanitary conditions that have resulted in scabies, his wife Dalinda told us his spirits have soared just knowing CPJ is focusing attention on his plight and that of other Tunisian journalists. When I asked his wife if she thought Bouhkhdir would go back to journalism when he is finally released, Dalinda matter-of-factly responded of course he would, she would not want him to act otherwise. Indeed, our fact-finding revealed that the more the government tries to silence the independent press, the more emboldened these journalists become. All of the journalists and human rights activists we talked with throughout the week told us how much our visit meant to them in their struggle for freedom of the press.  Even though they risk imprisonment; even though their newsrooms have old, beat up computers with frequent Internet outages and e-mail that is often mysteriously wiped out; even though they have to work several jobs to support their families; even though they are routinely harassed by officials and never know when they’ll be picked up by the police on spurious charges; and even though they see even bigger problems for Tunisians down the road – they keep on going.  Such dedication encourages their fellow Tunisian reporters to follow suit.  Surely now that CPJ has conducted this mission, they reasoned, the West will be awakened, will put pressure on Ben Ali, and will actively promote freedom and democracy in a country so vital to our own self-interests. One can always hope. (*) Cheryl Gould is an NBC News Senior Vice President and serves on the Board of the Committee to Protect Journalists. (Source: “Worldblog” de Msnbc, le 16 juillet 2008) Lien: http://worldblog.msnbc.msn.com/archive/2008/07/16/1202158.aspx

 


De troublantes manipulations entachent le congrès de la section tunisienne d’Amnesty

 
Yahyaoui Mokhtar La section tunisienne d’Amnesty International vient d’accomplir son 20ème anniversaire d’existence. Son dernier congrès tenu à la salle el Hamra à Tunis le 5 et le 6 juillet 2008 n’en fini pas de susciter des questions sur son avenir, comme sur celui de la société civile indépendante en général en Tunisie cernée entre le marteau de la dictature et l’écume des groupuscules politiques harcelées à leur tours et qui ne trouvent plus que l’ingression des quelques ONG tolérées par le pouvoir pour exister. Ce congrès qui coïncide aussi avec la publication d’une série de documents par Amnesty international sur la Tunisie qui dénoncent avec une rare fermeté une situation d’atteinte systématique aux droits de l’homme par la pratique de la torture et la manipulation de la justice. Ce congrès se tenait aussi dans des circonstances exceptionnelles de blocage politique sur fond de répression politique, sociale et de toute forme de liberté d’expression. Le 20ème congrès été aussi appelé à statuer sur la révision des statuts de l’ONG pour se conformer avec la nouvelle stratégie d’AI appelant les sections à s’impliquer directement dans la défense des causes des droit de l’homme à l’intérieure de leurs propres pays. Le premier constat qu’on peut relever suite à ce congrès est la large désaffection des adhérant qui ont marqué par leur absence le plus grand échec de cette organisation. Sur 375 adhérents actifs parmi plus de 600 seuls 127 se sont déplacés pour assister au congrès dont seulement 105 ont pris part aux élections du nouveau comité directeur. Cette présence réduite n’a pas empêché les tensions qui ont marqués la tenue des opérations de renouvellement de la direction de la section. Présenté sur une liste bloquée d’affiliés au Parti Communiste Ouvrier Tunisien (interdit en Tunisie) seuls candidats monocolore à leur propre réélection, l’opération n’a pas manqué de délier les langues dénonçant l’hégémonie de cette groupuscule sur l’organisation et la manipulation des ses activités selon leur agenda et l’affectation de ses locaux et ses moyens au service de leurs activités de parti. La présence en personne du chef du parti concerné et le rôle qu’il a joué dans ce congrès allant jusqu’à payer lui-même les cotisations des adhérents appartenant à son parti, non acquittés depuis trois ans, en plus des marchandage publiques que son parti à opérer sur les votes d’autres adhérant en contre partis du payement de leur cotisations ont laissé un goût d’amertume face à ces pratiques qualifiés de milices. « Une Milice mobile qui se déplace de la LTDH à l’UGET à la section d’AI » disait Mohamed Khmiri rapporté par le journal Mouatinoun dans un article critique de ce qui vient de se passer dans ce congrès. Si le congrès n’a connu cette fois aucune mesure ou tentative de la part des autorités pour empêcher sa tenue comme ils ont l’habitude de se mobiliser chaque fois auparavant il semble que la largesse de cette ouverture trouve son explication dans la décision de la majorité au sein de l’organisation d’ajourner sine die le vote des amendement des statuts. Des amendements qui devaient ouvrir les activités de la section sur la situation des droits de l’homme en Tunisie. « Ces amendements auraient constituer un argument aux profit des autorité pour interdire les activités de la section d’Amnesty International en Tunisie » ont-ils expliqués pour justifier leur position. Section POCT comme prétends certains à la section Amnesty, la situation doit connaître son dénouement par les mesures que la direction internationale de cette illustre organisation ne manquera pas de prendre car il en va de sa propre crédibilité. Yahyaoui Mokhtar – Tunis le 12 juillet 2008 (Source : « Tunisia Watch, le blog de Mokhtar Yahyaoui, le 15 juillet 2008) Lien : http://tunisiawatch.rsfblog.org/

TAREK  DHIAB  ET  LA MAIN  DE  MINISTRE

 
BALHA BOUJADI Quand le grand footballeur tunisien de tous les temps, Tarek Dhiab a refusé  de serrer la main à un certain ministre de Jeunesse et de Sport, ce n’est qu’un acte de liberté émanant d’un homme libre qui n’a des comptes à rendre à personne. Personnellement j’adore Tarek Dhiab, comme joueur, comme journaliste commentateur et comme personne. Il est raffiné dans son jeu et dans ses paroles mais il est violent tireur des balles et des flèches. D’ailleurs je n’ai jamais compris quelle relation y’a –t- elle entre le foot et le franc-parler. Ça m’a toujours étonné de constater la fluidité de communication chez quelques uns de nos footballeurs : Magid Chetali, Khaled Ben Yahia, Zied Jaziri, Nabil Maaloul, Khaled Hosni, Radhi jaidi, Lotfi H’soumi, Souheil Ben Radhia… et j’en oublie. Tarek Dhiab reste l’exception, meilleur footballeur tunisien du siècle, il a tout réussi, sauf en politique, car il a refusé toujours la démagogie et la médiocrité. Pour lui barrer la route de la fédération ils ont changé tout l’arsénal les lois d’adhésion, exigeant le fameux « bac + 2 » oubliant que ni Platini (Président de la UEFA) ni le Kaiser Beckenbauer n’ont eu leur bac… comme si pour comprendre le foot il faut avoir le doctorat… pauvres misérables. Je comprends Tarek Dhiab qui a beaucoup voyagé et qui a côtoyé les plus grands sportifs de la planète et les plus grands responsables de foot dans le monde, quand il les compare avec nos petits nains de la fédération qui ont fait le ridicule dans l’affaire de Roger Lemerre et qui ont les mains tachées du sang de la violence dans les stades et sur les autoroutes. Ces gens là et à leur tête un ministre taciturne qui n’a jamais pris une seule initiative depuis des années de « pouvoir »,  tout ces « beni oui oui » ne méritent pas qu’un géant comme Tarek Dhiab leur serre la main. La réaction d’un ministre qui se respecte aurait dû être la démission, car être méprisé par Tarek c’est un signe d’échec, et un homme responsable qui n’a pas d’autres ambitions que servir son pays devrait reconnaître le fiasco de son mandat et sortir dignement de la grande porte. Mais voilà que malgré son bac + 2, ce ministre a réagi comme un PDG, ou pire encore, comme un flic. Il a donné l’ordre de jeter dehors à Tarek, comme un simple salarié ou un petit coursier ou chaouch. Cependant, ce ministre offensé et offusqué doit savoir que dix millions de tunisiens ont applaudi le geste de Tarek et même après deux siècles, les générations futures sauront qui a été et qu’est-ce qu’il a fait Tarek Dhiab, alors que personne, dans deux ans, ne se rappellera du nom d’un ministre machin. Merci Tarek, même si je suis étoiliste, j’ai adoré ton geste comme j’ai adoré tes commentaires (parfois je ne voyais pas le match mais je n’ai jamais raté tes commentaires). Sois sûr que le public espérantiste, clubiste, étoiliste et sfaxien vont produire une chanson spéciale pour obliger ce petit ministre à démissionner, pour ne pas dire devenir fou. Balha Boujadi, 17 juillet 2008 balhaboujadi@yahoo.es


L’UPM entre l’euphorie d’effet d’annonce et le désenchantement de projets sans fonds « Où est le problème ? »

 
Nadia Omrane Ce 13 juillet 2008, au bout de 180 minutes de discussions dévolues à une quarantaine de chefs d’États et de gouvernements, l’Union pour la Méditerranée (UPM) que « nous avions rêvée » est devenue une réalité. En démiurge, habitué aux prescriptions incantatoires, le président Nicolas Sarkozy a déployé ses effets spéciaux dans un grand show médiatique et un tour de force diplomatique. Mais l’euphorie inaugurale a peu à peu glissé vers le désenchantement de projets concrets sans fonds, dans le cadre d’une union a maxima quant au rêve et a minima quant au réel. À défaut d’un espace élaboré de gouvernance, voilà tout de même un formidable lieu de débats et de remue-méninges pour notre classe politique qui ne palpite plus pour rien. C’est dans l’exaltation d’un discours inaugural que le président Sarkozy a écrit les premiers mots « d’une histoire commune » et d’un destin partagé que « nous réussirons ou échouerons ensemble ». Comment au premier abord ne pas s’en émouvoir ou refuser de s’y associer ? Sur la rive sud, 272 millions d’habitants, près de 400 millions d’ici 2030, entendent s’arrimer et être tirés vers le haut par un continent certes vieilli mais encore prospère, et surtout si riche de valeurs d’humanisme et de démocratie. Voici le côté jardin de ce théâtre d’ombres, d’effets spéciaux et de faux semblants, de coulisses obscures sous des apparences sémillantes, scène virtuelle où quelques mesquines tyrannies et quelques démocraties dominatrices projettent leurs silhouettes grandies, magnifiées dans l’esquisse d’un merveilleux et décuplé quadrille. Au creux de la conférence de presse qui s’ensuivit, pointait déjà le mensonge. Car à une question perfide sur l’éclipse du président Assad qui quitta la salle au moment où le premier ministre israélien discourait, Nicolas Sarkozy s’évertue à nier cette sortie symbolique, dissimulation française que le président Moubarek s’empresse de corriger tout en banalisant l’incident : « Où est le problème ? » questionnera-t-il à la cantonade. Où sont-ils donc tous les problèmes de ce lancement ? D’abord à l’évidence, dans le caractère uniquement symbolique de certaines postures, et dans la virtualité d’effets d’annonces : on ne retiendra que l’ouverture réciproque d’ambassade à Damas et Beyrouth. Mais au-delà, quelles réelles semences portent-elles les promesses des fruits de la paix, même si le grand élu de cette grand messe, le président Bachar El Assad, annonce une paix magique dans un délai de 6 mois à 2 ans ? Magique semble devoir être aussi la réalisation de projets concrets dont nul ne contestera l’opportunité voire l’urgence : la dépollution de la mer la plus sale, la plus toxique au monde, le plan solaire au grand astre méditerranéen, l’extension du programme Erasmus à une université euromediterranéenne nous en semblent les phares les plus étincelants. Mais qui paiera ? À défaut de la Libye absente et de l’Algérie dont le président Bouteflika menace déjà qu’« elle ne sera pas la vache à lait », l’émir du Qatar – qui versa, semble-t-il, déjà la rançon des infirmières bulgares – était là, en ami bienveillant de Nicolas Sarkozy qui semble pour sa part prévenir sans états d’âme l’OPA des fonds souverains du Golfe sur le patrimoine industrialo-financier de l’Europe. Celle-ci ne propose que 3 milliards d’euros pour l’étape 2008-2013 dans l’opération méditerranéenne, à condition que de la Méditerranée à Riga – la capitale lettone préparant ses camions de bois à destination du Maghreb – les 27 pays européens encadrent les pays de la rive sud. Le processus de Barcelone prolongé en Union méditerranéenne continue de conduire le coaching d’une mise à niveau de ce marché méridional qu’il tente de faire évoluer vers une gouvernance démocratique. La Turquie est rejetée au niveau de ce voisinage inférieur et peut désespérer de s’intégrer à l’Union européenne. La Mauritanie atlantique et le Qatar, ainsi que la Ligue arabe, se retrouvent aussi associés à cette bien curieuse géopolitique. Que d’embûches à dépasser, que de scepticisme à transcender, que de malédictions à conjurer ! « Il n’y a pas de fatalité », dit M. Sarkozy, qui psalmodie à l’égal de Moubarek que tout est affaire de confiance. Celle des Tunisiens est échaudée : il faudra attendre novembre pour savoir si le Secrétariat général de l’UPM et son siège sont dévolus à la Tunisie. Quant au président Ben Ali, il n’a pas attendu, pour sa part, les festivités du 14 juillet pour rentrer chez lui gérer les affaires du pays. Il nous faudra donc former des voeux pour ne pas être déçus, mais au-delà de l’incantation, ou du tour de force diplomatique, ou du show médiatique, voilà un cadre et un forum de débats : nous y discuterons en partenaires de commerce équitable, de développement solidaire et de paix dans cette grande bleue où nous espérons que le projet d’écologie durable visera le respect de la faune et flore marines autant que de l’humaine diversité. (Source : « Alternatives Citoyennes », (Journal en ligne – Tunis), le 17 juillet 2008) Lien :http://www.alternatives-citoyennes.sgdg.org/2008-07/170708-w.html


Libération de Samir Kuntar…un coup de maître d’Israël

Bassem Khlaf Act 1 Samir Kuntar est accueilli, par les autorités de l’Etat libanais au complet. Le président, le premier ministre, le président du parlement et l’ensemble de la classe politique à l’aéroport de beyrouth. Act 2 Un meeting géant est organisé dans un stade de la banlieue sud de Beyrouth, ou Samir Kuntar est reçu en Héro par une foule immense et par le leader de Hezbollah en personne. Act 3 Les familles des deux soldats israéliens, entourés de proches, voisins et des inconnus, qui avaient allumé des bougies Sont devant la télévision. Ils éclatent en sanglots à la vue des cercueils. C’est par ces images, que les téléspectateurs du monde entier étaient informés sur un échange de prisonniers entre Israël et Hezbollah. On apprend aussi, que Samir Kuntar, l’un des prisonniers échangé étaient condamné par Israël, pour avoir, entre autres, fracassé à coup de crosse le crâne d’une fille de 4 ans. Quant aux deux soldats israéliens, ils étaient enlevés par Hezbollah, justement pour servir comme monnaie d’échange. En d’autres termes, le monde entier a assisté à un film, ou les pauvres juifs, pour récupérer les dépouilles de braves soldats qui ne faisaient que patrouiller chez eux avant d’être enlever par des cyniques chiites, sont condamnés à remettre en liberté des musulmans barbares qui ont tué froidement un enfant juif. Aussi le monde entier a suivi, comment ces criminels sont reçus en héros par les pouvoirs politique et religieux et les masses arabes. Alors que tout le peuple juif est en deuil, pleure ses braves soldats. Il est incontestable, qu’Israël, vient de réussir un bon coup médiatique. Reste à savoir, à quel prix ? On peut citer au moins trois conséquences évidentes à cette opération. Le renforcement de Hezbollah, un sentiment de fierté et de victoire chez les masses arabes (casser le mythe Israël) et un signal fort à Hamas, pour suivre la même tactique de Hezbollah (enlèvement d’israéliens et ne pas céder aux pressions). Il ne s’agit là, en réalité que de la face visible de l’iceberg, qui ne fait apparaître que les profits engorgés par Hezbollah. Alors que la face invisible de cet iceberg, cache une manœuvre politique de haute importance pour Israël. Le leader de Hezbollah, Hassan Nasrallah veut nous faire croire que l’un des clefs de la réussite de cette opération, c’était la capacité de ces négociateurs à maintenir le doute autour du sort des deux soldats. Et que si les négociateurs israéliens avaient su, que les deux soldats étaient morts. L’échange n’aurait jamais eu lieu. Pourquoi ce message, alors qu’il est évident, que du moment que Hezbollah n’a pas confirmé que les soldats étaient en vie les autorités Israéliennes étaient sur de leurs mort. C’est une déviation en terme d’échec. Le leader de Hezbollah, veut nous faire comprendre que l’objectif des israéliens était juste de récupérer leurs soldats. Et il n’y à aucun autre but recherché. Aussi les israéliens ont fait semblant qu’ils avaient un doute sur le sort des deux soldats parce qu’ils voulaient que cette opération aboutissent. Samir Kuntar et ces quatre camarades étaient les derniers prisonniers libanais dans les geôles israéliennes. Cela veux dire qu’a présent Mazera’ Chab’a est le seul contentieux qui oppose les deux pays. Il n’est pas impossible que dans quelques jours, on entendra parler de négociation entre l’Etat libanais et israéliens pour un règlement définitif des problèmes frontaliers. Aujourd’hui, Hezbollah, représente une menace réelle pour Israël, ce qui justifiera largement l’abandon de quelques lots de terre. Il est fort à parier donc, qu’Israël, négociera son retrait de Mazera’ Chab’a contre le désarmement de Hezbollah. Samir kuntar, ne compte pas s’abandonner à une retraite paisible, et après tout méritée après une trentaine d’années en prison. Il l’a dit lui-même : «  je ne suis rentré au Liban que pour revenir en Palestine ». Il est Durzi de la communauté de Walid Jumblat, un allié des occidentaux. Il est intéressant de savoir comment il sera reçu dans sa communauté, et quel rapport aura-t-il avec W. Jumblat. Ce qui est sur c’est qu’il s’agit là, d’un élément  perturbateur plus qu’autres choses. Et que Nasrllah, ne manquera pas de l’utiliser contre Jumblat. D’ailleurs, il a déjà commencé, en lançant dans son discours, qu’il demande le maintien d’une conférence nationale rapidement pour débattre de tous les problèmes. Et que son mouvement n’a pas le monopole de la résistance, et que les autres communautés à leurs tours doivent s’impliquer dans cette résistance. Les israéliens sont conscient du danger que représente Hezbollah. C’est une base avancée de l’Iran. Leur objectif est de le neutraliser. D’un coté, ils aident le gouvernement libanais à négocier et réussir le désarmement du mouvement chiite en réglant tous leurs contentieux. De l’autre coté favorisé l’installation d’une ou de plusieurs forces nouvelles capable de rivaliser avec Hezbollah. Au-delà, des déclarations, cette opération confirme le choix des israéliens d’isoler l’Iran et de neutraliser sa force dans la région. (Source: le blog de Bassem khlaf le 17 juillet 2008)


Entretien avec Meriam Azizi, critique de cinéma tunisienne

 
Un film tunisien sur nos écrans… L’occasion pour nous d’aller prendre quelques nouvelles de cette belle géographie, avec la critique de cinéma Meriam Azizi. 1. Quel a été votre premier souvenir en tant que spectatrice sur le cinéma tunisien ? Mon tout premier souvenir, qui m’a bien marqué d’ailleurs, c’est, sans la moindre hésitation, Les Silences du Palais, de Moufida Tlatli. C’était une projection en plein air sous le ciel étoilé d’une journée d’été, dans la cour d’un palais beylical, et organisée par la municipalité de la Manouba, quartier périphérique au centre de Tunis. Ayant à cette époque l’âge d’Alia, jouée par Hend Sabri, je me suis tout de suite identifiée au personnage, ce qui m’a permis de vivre intensément ses souffrances et sa résistance. Je me rappelle le grand flash back qui figurait le passé de Alia vivant entre les murs d’un palais mystérieux, d’où elle s’était enfuie dix ans auparavant. J’ai admiré ce caractère combatif qu’elle mettait en avant contre la suprématie oppressive du système phallocratique, contrairement à sa mère khedija, qui protégeait sa fille des convoitises des maîtres des lieux ,quitte à supporter leur brutalité, voire même à y perdre sa vie. Les images étaient percutantes et chargées d’émotion. C’était un voyage labyrinthique dans la vie secrète des palais, une approche inédite de la société tunisienne de l’après- indépendance. Social, avec un arrière fond historique, le film est sous cet angle, foncièrement féministe. Il s’agissait, et j’en suis consciente aujourd’hui, d’un sujet tabou que la réalisatrice a eu le double mérite de révéler à l’époque où le film est sorti. 2. Selon un critique de cinéma tunisien, le cinéma dans ce pays est passé par trois étapes, La libération et la résistance tunisienne, l’indépendance, et la mémoire nationale. Que pensez-vous de ce résumé ? Je pense qu’effectivement, l’histoire du cinéma tunisien est tripartite. En cela votre résumé est légitime. A cette différence près que, dans la phase deuxième, j’inclurais la première car le volet Indépendance englobe la résistance et la libération qui ne sont que des figures de ce mouvement. Cependant, j’ajouterais en troisième lieu une période distinctive et spécifique au cinéma tunisien : la génération des femmes réalisatrices, dont je cite les deux pionnières, Kalthoum Bornaz (Keswa, le fil perdu, 1997) et Moufida Tlatli (Les Silences du palais, 1994, La saison des hommes, 2000), qui a osé explorer d’un regard perspicace les rapports homme-femme dans la société tunisienne, en campant sa caméra dans un village traditionnel à Djerba. La vague de l’Indépendance est représentée par les films d’Ammar Khlifi (Sourakh wa Soujana, et Dhil al Ardh), où la célébration de la résistance trouve son compte. Naturellement, après l’indépendance, le cinéma oriente ses préoccupations vers les problèmes internes du pays, ce qui a donné naissance à l’emprunt d’une approche critique des réalités sociales de l’époque. C’est les années Nourid Bouzid, dont l’esthétique et l’écriture cinématographique ont fait de lui une référence dans le cinéma tunisien. L’homme des cendres (1987), Les sabots en or (1989) puis Bezness (1992), témoignent d’une audace incomparable pour l’époque. En effet, N.B brise les tabous en transposant à l’écran des sujets comme la torture ou l’homosexualité. Malgré les problèmes de censure, ses films ont réussi à atteindre les spectateurs, bien que le contexte socio- politique, marqué par la montée de l’intégrisme, ait été des plus dévaforables. Parallèlement, Férid Boughdir a cultivé une autre écriture, moins politique si l’on peut dire, et plus intimiste. Nous référons ici à Halfaouine, enfant des terrasses qui a enregistré un succès international. 3. Le cinéma est apparu en Tunisie avec les prises de vue des frères Lumières dès 1896. Le premier film de fiction réalisé en Afrique s’est déroulé en Tunisie. La première société de distribution…en Tunisie ! Pensez-vous que ce pays ait, réellement, toujours été ancré dans l’histoire du cinéma mondial ? La Tunisie, ancrée dans l’histoire du cinéma mondial ? C est certainement un idéal à atteindre, car avec la configuration du paysage audiovisuel actuel en matière de cinéma, je n’irais pas jusqu’à ce point. Certes l’engouement précoce pour le cinéma en Tunisie est très symbolique, sans oublier la réputation cinéphilique du public tunisien qui atteint son apogée avec la création des clubs de cinéma en 1946. En revanche, aujourd’hui, il s’agit plus d’un souvenir nostalgique que d’une réalité. Par ailleurs, ce passé glorieux ne concerne que le Maghreb, puisqu’en Afrique il y a l’éminent exemple de la puissante industrie cinématographique égyptienne. Je ne sais pas si le fait que le paysage attise la convoitise des producteurs étrangers pour en faire le décor de leurs films suffit à justifier que la Tunisie soit ancrée dans l’histoire du cinéma mondial. Personnellement, je crois que le jour où un film tunisien touchera, de par son contenu (histoire, décor, casting…), à l’universel, la Tunisie pourra, à ce moment là, s’enorgueillir de ce titre. 4. Comment se déroule la production en Tunisie ? Existe t-il de nombreuses sources d’aides ? La Tunisie compte 12 sociétés de productions répertoriées sur le site www.cinémasfrancophones.com. Les projets de fiction, à l’opposé des films industriels, peinent à se concrétiser. En effet, la seule source d’aide connue en Tunisie, dont dépend la majorité des producteurs, est l’Etat, via le ministère de la culture. Les subventions sont accordées aux projets de longs métrages au total d’un demi-million de dinars. Plusieurs dossiers se voient refuser à l’issue des commissions qui se tiennent aléatoirement (tantôt deux sessions par an, tantôt une seule par an, et parfois même une seule en deux ans). Il faut signaler l’absence d’un centre cinématographique équivalent au CNC en France, ce qui n’est pas le cas en Algérie et à plus forte raison au Maroc, où les secteurs du cinéma et de l’audiovisuel tirent un grand bénéfice du CCM, qui s’est fixé comme objectif de veiller à la promotion locale et internationale du cinéma marocain. 5. Le cinéma algérien est souvent qualifé de cinéphile. En Tunisie, certains cinéastes osent aborder des thématiques tabous, et risquent de se voir hués par la critique ou le public. Pensez-vous que ma question est légèrement exagérée ou bien est-ce une réalité conséquente ? Permettez-moi de rectifier. Nous ne pouvons pas qualifier un cinéma de cinéphile. D’autre part, le cinéma tunisien, cinéma d’auteur, possède un large spectatorat réputé foncièrement cinéphile. La mission des cinéastes tunisiens, comme celle de tout cinéaste, est d’ébranler le spectateur, quitte à emprunter parfois un ton provocateur, pour l’amener à réfléchir sur sa condition humaine. Si en retour, ils ne récoltent que des huées, c’est généralement la réaction d’un public non averti. La critique, elle, opte pour des discussions fondées autour des tables rondes. Votre question reflète donc une réalité conséquente, si l’on voit que jusqu’à nos jours le nu dans le cinéma tunisien en particulier, et arabe en général, est interdit à l’écran, alors que le cinéma est censé parler de la vie. 6. Comment expliquez-vous une production de films documentaires rare ? Le genre du documentaire est un secteur-clé du cinéma. En Tunisie, sa production était prolifique, mais on a tendance à oublier qu’il a ses pionniers en les personnes de Abdelatif Bouâssida, Sophie Firchiou, Hmida Ben Ammar, et puis au sein même de la génération qui a pris la relève, dont la figure de proue aujourd’hui est Hichem Ben Ammar, et à ses côtés Mokhtar Laâjimi, Fatma Skandarani, Kalthoum Bornaz, Mahmoud Ben Mahmoud, Hichem Jerbi…Ce qui constitue un écueil à l’épanouissement de ce secteur, c’est le manque de suivi. Par conséquent, les œuvres des réalisateurs cités, bien qu’elles représentent une sauvegarde de la mémoire collective et du patrimoine national, sont vouées à la disparition de la conscience spectatorielle. Ce qui réduit davantage l’intérêt pour ce genre cinématographique est la sensibilisation lacunaire du public à l’égard de ce genre filmique. Cette instance représente, à l’évidence, la raison majeure pour continuer à produire dans le documentaire. Entraîner son désintérêt signifie geler l’ambition même de créer dans cette filière. 7. On cite souvent – et à tort – pour présenter le cinéma tunisien, Férid Boughedir avec son film Halfaouine. Pourquoi selon vous, la critique des pays occidentaux a du mal à développer une certaine curiosité envers des auteurs tels que Nouzid, Baccar ou Belkhadi ? L’espace où se déroule l’histoire de Halfaouine est la Médina de Tunis, autrement dit ce qui représentait tout Tunis jusqu’à l’époque du protectorat français, avant la construction des édifices de la ville moderne. Cette image constitue dans l’imaginaire occidental un cliché historique et exotique, qui facilite la classification du film. Car pour comprendre un phénomène extérieur à notre culture, on est naturellement enclin à le renvoyer à une réalité déjà existante, en l’occurrence ici le Tunis des Beys avec ses souks, ses portes et ses traditions. Halfaouine se transforme alors en une sorte de carte postale, à l’instar de celles prises par les colons en noir et blanc, et qui en présente les mêmes composantes. Cependant, je suis optimiste car avec le succès de ce que j’appelle le cinéma populaire, qui prend l’identité actuelle du tunisien comme objet principal de ses préoccupations, la critique des pays occidentaux est contrainte de questionner le cinéma tunisien autrement qu’à travers le prisme des stéréotypes 8. Comment le cinéma est perçu en Tunisie ? En dehors du cercle cinéphilique, le cinéma tunisien est presque étranger, dans son propre pays. Une raison principale, selon moi, sous-tend cette situation. Il s’agit d’un cercle infernal. Les exploitants des salles de cinéma évitent de passer des films tunisiens qui présenteraient le risque de ne pas être rentabilisés, puisque la faculté de réception chez le spectateur tunisien est interférée par l’ancrage des films commerciaux (U.S.A et Egypte), ce qui rend la tâche de le sensibiliser à un cinéma social, ardue. C’est ici où l’association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique peut jouer un rôle déterminant, mais, entendons-nous : à long terme. Le public tunisien emprunte le chemin des salles de cinéma essentiellement pour le plaisir de se divertir. Si le film incite à la réflexion sur sa condition, en portant à l’écran les problèmes auxquels il est constamment confronté, même si le film a été primé par tous les festivals, il est taxé de nul. 9. La vie associative se développe t-elle, et qu’apporte t-elle au sein de l’industrie cinématographique ? Il existe trois structures associatives qui accompagnent de près l’évolution du cinéma tunisien. Leur présence, concrétisée par un programme d’activités bien étudié, contribue à évaluer la qualité des films depuis le récit jusqu’à l’image. FTCA (Fédération tunisienne des cinéastes amateurs), membre de l’union internationale du cinéma non professionnel, rassemble tous les clubs de cinéma qui offrent aux adhérents, pour une participation annuelle au prix modique, des formations en écriture scénaristique encadrées par des professionnels du métier, et le matériel requis pour assurer les tournages des projets. Le deuxième pôle, non moins important, est l’FTCC (Fédération tunisienne des clubs de cinéma). A la différence de l’FTCA, les clubs qu’elle réunit prodiguent une formation théorique sur les divers courants cinématographiques qui ont traversé le XXème siècle. Au menu, des projections de films phare dans l’histoire du cinéma, accompagnées de débats. Finalement, je cite l’ATPCC (association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique) dont le rôle est de jeter la lumière sur le secteur du cinéma, sous forme de critiques et de débats. Par ailleurs, on lui doit l’organisation de cycles du cinéma mondial, étalés sur l’année. Ce qui représente une aubaine pour les cinéphiles tunisiens. L’ATPCC est une section nationale membre de la FIPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique) 10. Cette dernière question va vous paraitre insolente. Existe t-il aujourd’hui un cinéma en Tunisie ? Il existe des cinéastes tunisiens. Par contre, on ne peut pas parler réellement de cinéma tunisien, tant que la survie du film dès sa gestation est tributaire de la co-production. Néanmoins, le cinéma tunisien en pleine acception du terme, commence à voir le jour. Cela signifie que le pays est en train de prendre son indépendance, de construire une certaine autarcie, de cultiver une production locale capable d’attirer le spectateur tunisien. A noter que la journée consacrée à la Tunisie et organisée par le village international au festival de Cannes 2006, est un événement prémonitoire d’une nouvelle vague. VHS Kahloucha, production intégralement tunisienne (Propaganda productions), est l’illustration de cette embellie. (Source : « Tunisia Watch, le blog de Mokhtar Yahyaoui, le 16 juillet 2008) Lien : http://tunisiawatch.rsfblog.org/

Un fils du colonel Kadhafi arrêté à Genève pour violences

 
AFP, le 17 juillet 2008 à 16h07  
 
GENÈVE, 17 juil 2008 (AFP) – Un fils du colonel Kadhafi a été arrêté par la police suisse pour violences envers des domestiques et a déjà passé deux nuits en détention, a-t-on appris jeudi auprès de l’avocat du fils du guide suprême libyen. Hannibal Kadhafi, 32 ans, a été arrêté mardi à l’Hôtel Président Wilson, un cinq étoiles de Genève, à la suite d’une plainte de deux employés de maison qui l’accusent de les avoir frappés, a annoncé la Radio Suisse Romande (RSR). L’avocat de M. Kadhafi, Robert Assaël, a indiqué à l’agence suisse ATS   avoir demandé la libération de son client en proposant le versement d’une caution de 100.000 francs suisses (66.000 euros). M. Kadhafi et son épouse nient catégoriquement les accusations portées contre eux, a-t-il ajouté, disant espérer une libération dès ce jeudi. Le juge d’instruction genevois Michel-Alexandre Graber, qui a inculpé le couple libyen, a procédé jeudi à une audience de confrontation entre les accusés et les deux domestiques, selon l’avocat. Les deux plaignants, une Tunisienne et un Marocain, présentent des blessures qui sont attestées par un certificat médical, a indiqué Me Assaël, précisant que le couple Kadhafi conteste être à l’origine de ces blessures. Selon le quotidien Le Matin, le quatrième fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a été inculpé de lésions corporelles simples, de menaces et de contrainte, tout comme son épouse. Mme Kadhafi, enceinte de neuf mois, séjourne depuis son interpellation à l’Hôpital universitaire de Genève. Deux gardes du corps, qui se sont opposés aux forces de l’ordre, ont été également placés en détention, selon la presse locale. Le ministère suisse des Affaires étrangères se refusait jeudi après-midi à tout commentaire sur cette affaire, qui pose la question d’une éventuelle immunité diplomatique du fils du numéro un libyen. Selon le quotidien Le Temps, Berne cherche à éviter que l’arrestation du fils du dirigeant libyen ne dégénère en incident diplomatique, Tripoli étant le premier fournisseur de pétrole du pays. Hannibal Kadhafi avait déjà été poursuivi en 2005 à Paris pour des violences sur sa compagne, à la suite d’incidents dans deux grands hôtels qui avaient entraîné l’intervention de la police. L’homme s’était rendu célèbre en 2004 en dévalant les Champs-Elysées à 140 kmh, avant une interpellation mouvementée par la police. AFP

Le rapporteur turc contre une dissolution de l’AKP – TV

 
Reuters, le 16 juillet 2008 à 22h11 par Selcuk Gokoluk ANKARA, 16 juillet (Reuters) – Le rapporteur de la Cour constitutionnelle de Turquie recommande que le parti AKP au pouvoir ne soit pas dissous pour activités islamistes portant atteinte au principe de laïcité, a annoncé mercredi la chaîne CNN Turk. L’avis du rapporteur, dont le dossier a été remis mercredi à la cour, n’est pas contraignant mais sa recommandation doit être présentée aux juges constitutionnels pour que le processus suive son cours. Lors de décisions récentes, la cour n’a pas suivi les recommandations du rapporteur. Un procureur a réclamé la dissolution de l’AKP, parti réformiste issu de la mouvance islamiste, en l’accusant de chercher à introduire la loi islamique en Turquie. Il veut aussi faire interdire d’activités politiques pendant cinq ans le Premier ministre Tayyip Erdogan et d’autres membres du parti. Un verdict est attendu début août. « Le rapporteur Osman Can exprime l’avis que le parti ne devrait pas être dissous », indique CNN Turk son site internet. D’autres médias ont diffusé des informations analogues sur la recommandation, dont la teneur n’a pas encore été confirmée. Les marchés financiers turcs ont été perturbés par cette affaire, qui entretient depuis des mois un climat d’incertitude politique en laissant entrevoir la possibilité d’élections législatives anticipées en cas d’interdiction de l’AKP. Le rapporteur, qui s’appuie sur des éléments présentés à la cour, établit un document sans caractère contraignant qui passe en revue les arguments juridiques applicables à l’affaire. En mars, le même rapporteur avait recommandé à la cour de ne pas se saisir du dossier, mais elle n’en avait pas tenu compte. L’AKP (Parti de la justice et du développement) a rejeté des accusations selon lesquelles il aurait pour dessein d’imposer la loi islamique dans un pays à majorité musulmane mais officiellement laïque. Ses adversaires, refusant de croire qu’il ait rompu avec ses racines islamistes, rappellent que le parti a tenté de faire autoriser le port du foulard islamique sur les campus universitaires. Des analystes estiment de leur côté que la probabilité d’une dissolution de l’AKP s’est renforcée depuis que la Cour constitutionnelle a annulé le mois dernier l’amendement qui aurait autorisé les étudiantes à porter le foulard. REUTERS

Not all news is bad news

Soumaya Ghannoushi insists the media are on a daily mission to equate Islam with fascism. This is patently not the case

 
Martin Bright The obvious response to Soumaya Ghannoushi’s piece, Saying ‘Islamic threat’ over and over doesn’t make it real is: « No Soumaya, what makes it real is the thousands of people who lie dead and mutilated as the result of militants acting in the name of Allah. » The Islamic threat was clearly very real for them and their grieving relatives. As such, the article hardly merits a response. But there is much in the piece that I agree with. It is absurdly hyperbolic to say that « the much hyped Islamic threat is one of the greatest lies of our time ». But as a military threat, or a threat to the existence of western civilisation it has been vastly overstated. The Arab hordes are not about to sweep through Europe. Ghannoushi is right to be concerned that perceptions of the threat of terrorism from a tiny minority of British Muslims risks stigmatising a whole community. I was due to appear on a platform with Soumaya Ghannoushi at an event organised by the leftwing thinktank Demos at IslamExpo this weekend. The title was The Islamist Threat: Myth or Reality? As is so often the case in such debates, the answer is both. But the real question being posed here is whether there was something more sinister at work behind the ideological construction of an Islamic threat. Again, I agree that this may be the case – historically, the threat of terrorism has often provided useful cover for repressive legislation. This applies equally to authoritarian governments intent on cracking down on internal subversion and to colonial powers fighting resistance movements. Neither applies in this case. Ghannoushi agrees about the psychotic nature of al-Qaida inspired terrorism. She would also agree that it is at one and the same time very real and something which has taken in the status of a modern myth. The difficulty for her argument lies in her insistence that newspapers, radio and television are on a daily mission to equate Islam with fascism. This is patently not the case, She herself uses the example of Peter Oborne’s programme for Channel 4’s Dispatches on Islamophobia. Yesterday, Channel 4 began its Islam season with a programme about the Qur’an. This will be followed by programmes on the « wonders of the Islamic world » and a new series of Sharia TV. There are countless other examples of British journalists making genuine attempts to educate people about Islam in all its extraordinary diversity. Some have been authored by me. I say that I was due to speak at IslamExpo because I withdrew last week after I discovered that the organisers were suing the Harry’s Place blog for identifying their alleged links to Hamas, the Palestinian extremist organisation. Douglas Murray of the Centre for Social Cohesion made a similar decision. I had been aware of these links before I agreed to speak (there is no point in inviting further legal action by going into detail). But I was not prepared to appear knowing that those who were promoting IslamExpo as a genuine forum for dialogue were closing down the very debate they claimed to be fostering. I was later pleased to discover that government ministers Stephen Timms and Shahid Malik also made the decision not appear on a Hamas platform. It is true that not all Islamists are violent. Nor should al-Qaida be put in the same category as the Muslim Brotherhood, the Egyptian parent organisation of Hamas. There are important distinctions to be made here. But the Islamist ideology promoted by the British manifestations of the Brotherhood, such as the Federation of Student Islamic Societies, the British Muslim Initiative, the Muslim Association of Britain and IslamExpo itself brings its own dangers. These do not threaten British democracy but they do have a pernicious effect, especially on young Muslims in this country who fall under their influence. This is where the danger lies and the threat is very real. (Source: guardian.co.uk, Tuesday July 15, 2008)

 

 

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

20 février 2007

Home – Accueil – الرئيسية TUNISNEWS 7 ème année, N° 2465 du 20.02.2007  archives : www.tunisnews.net Journée internationale de soutien aux

En savoir plus +

26 septembre 2008

Home – Accueil TUNISNEWS 8 ème année, N° 3048 du 26.09.2008  archives : www.tunisnews.net   Reporters sans frontières: Liberté provisoire accordée

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.