15 février 2010

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur reddit

Home – Accueil

TUNISNEWS
9 ème année, N° 3555 du 15.02.2010
 archives : www.tunisnews.net 

Liberté  et Equité: En solidarité  avec l’étudiant Mohammed Lafi, des prisonniers d’opinion mènent une grève de la faim à la prison de Mornaguia Kalima: Les avocats Taoufik Ben Brik refusent d’aller en Cassation Kalima: Une vague de froid sévit dans le Nord-ouest Kalima: Le maire de Bir al Akhdar devant la justice pour harcèlement sexuel El Maoukef: Om Khaled, porte-parole du comité des familles et des mères des jeunes victimes de la loi sur le terrorisme – « La tragédie de nos familles se poursuit » Mag Securs: 4 ans de prison en Tunisie pour un hacker


Liberté  pour le Docteur Sadok Chourou, le prisonnier des deux décennies Liberté  pour tous les prisonniers politiques Liberté  et Equité Organisation indépendante de droits humains 33 rue Mokhtar Atya, 1001, Tunis Tel/fax : 71 340 860 Tunis, le 14 février 2010

En solidarité  avec l’étudiant Mohammed Lafi, des prisonniers d’opinion mènent une grève de la faim à la prison de Mornaguia

 


De nombreux prisonniers d’opinion de la Mornaguia sont en grève de la faim illimitée depuis trois jours en solidarité avec leur codétenu l’étudiant Mohammed Lafi, qui a été sauvagement agressé par des agents de la prison, ce qui lui a occasionné une fracture du nez, et pour protester contre les mauvais traitements dont ils font l’objet de la part de l’administration de la prison. […] Pour le Bureau exécutif de l’Organisation Le Président Maître Mohammed Nouri (traduction d’extraits ni revue ni corrigée par les auteurs de la version en arabe, LT)

Les avocats Taoufik Ben Brik refusent d’aller en Cassation


 

Proposé par redaction Le collectif des avocats qui défendent Taoufik Ben brik a décidé de ne pas casser le jugement de 6 mois de prison ferme prononcé en Appel par la cour d’appel de Tunis. Le délai de pourvoi en cassation a été dépassé et on a appris que ses avocats n’ont pas jugé nécessaire de porter l’affaire en cassation. Déjà lors de l’Appel, il a été question dans les milieux de la défense de Taoufik Ben Brik de ne pas interjeter appel à l’approche du délai d’appel, tants les violations des droits de la défense ont été nombreux et les conditions d’un procès équitable étaient absentes. Le Mardi 9 Février 2010, l’administration pénitentiaire de la prison civile de Siliana où est incarcéré Taoufik avait empêché maître Mohammed Abbou de rendre visite à son client malgré la présentation d’une autorisation délivrée par le procureur. Maitre Mohammed Abbou a indiqué dans une déclaration à Radio Kalima qu’il est sous haute surveillance policière et que son domicile est assiégé par des agents de la police depuis mercredi passé. (Source: le site de Radio Kalima le  le Dimanche 14 février 2010) Lien:http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Les-avocats-Taoufik-Ben-Brik-refusent-d-aller-en-Cassation-157.html
 

Une vague de froid sévit dans le Nord-ouest


 

Proposé par Mouldi le Samedi 13 février 2010 Une vague de froid frappe plusieurs régions du Nord- ouest depuis vendredi 9 février, accompagnée de chutes importantes de neige, notamment à Ain Draham et à Fernana. A Ain Draham, les routes ont étaient coupées suite à l’accumulation des chutes de neige. Le seul chasse neige dont dispose la commune n’a pas pu dégager les routes. Suite à ces intempéries, plusieurs villages frontaliers prés de Tabarka, Ain-Draham et Fernana, se trouvent isolés. D’autres villages tels que Sidi Amar, Sidi Saïd, DJawawda et Adissa ont connu des glissements de terrain et des avalanches à proximité des montagnes. Pendant ces intempéries, les citoyens se sont plaints de l’absence de toute assistance des pouvoirs publics, et certains commerçants ont profité de cette situation pour augmenter les prix des matériaux de chauffage. (Source: le site de Radio Kalima le  le Dimanche 13 février 2010) Lien: http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid-Une-vague-de-froid-sevit-dans-le-Nord-ouest–158.html

Le maire de Bir al Akhdar devant la justice pour harcèlement sexuel


Proposé par redaction le Mardi 09 février 2010 Le Procureur de la république auprès du Tribunal de première instance de Jendouba a ordonné l’ouverture d’une instruction concernant le maire de Bir al Akhdar, suite à une plainte déposée par une femme accusant le maire de harcèlement sexuel. La brigade de recherche et d’inspection de la Garde nationale a procédé à des investigations en vertu de l’ordre numéro 396/2010.  Le maire devrait comparaitre devant le juge d’instruction le 22 Février dans l’affaire numéro 15234.  Dans sa déclaration à la Radio Kalima, la plaignante craint l’influence du maire sur la justice, et a exprimé son inquiétude suite aux menaces sur la sécurité de sa famille. (Source: le site de Radio Kalima le  le Dimanche 9 février 2010) Lien:http://www.kalima-tunisie.info/fr/News-sid–Le-maire-de-Bir-al-Akhdar-devant-la-justice-pour-harcelement-sexuel–145.html


Om Khaled, porte-parole du comité des familles et des mères des jeunes victimes de la loi sur le terrorisme

« La tragédie de nos familles se poursuit »


Entrevue réalisée par Mohammed Hamrouni Quel bilan global faites-vous de la visite récente de monsieur Martin Scheinin, le Rapporteur spécial chargé de la promotion et de la protection des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans la lutte antiterroriste ? Nous l’avons rencontré  et nous lui avons brossé le détail de nos souffrances et celles de nos enfants depuis la promulgation de la loi non constitutionnelle, dite antiterroriste, de l’année 2003. Nous lui avons dit comment ces épreuves ont évolué avec l’entrée en guerre contre l’Irak des pays de la coalition et comment les manifestations autorisées par le pouvoir ont été mises à profit par les services de sécurité pour y repérer les éléments actifs, notamment les jeunes de 18-19 ans, les répertorier comme « terroristes » et les harceler d’une manière inédite, ce qui en a poussé une partie à fuir en Algérie et en Libye. Nous voulions à travers cette présentation dire au représentant du secrétaire général que nous n’avions pas entendu parler de terrorisme avant 2003 et que nous considérons que c’est cette loi qui a créé ce phénomène dans notre pays. Que pensez-vous du rapport fait par l’envoyé de l’ONU à l’issue de sa visite ? Personnellement, le rapport n’est pas équitable parce qu’il ne prend pas en considération, ou ne reflète pas la dimension du calvaire que nous vivons, calvaire dont nous lui avons parlé en détail, comme je vous l’ai déjà  dit. Il s’est contenté de signaler quelques dépassements dans le domaine des droits de l’homme, tels les conditions d’enquête des détenus et le non respect des délais légaux de garde à vue. Nous espérons que le rapport final de sa visite rendra compte de toutes nos souffrances. Nous comprenons que monsieur Scheinin est venu suite à une invitation officielle et que les autorités ont tenté de se montrer coopératives pour influer sur le cours de la visite. Etes-vous d’accord avec ce qu’a dit l’envoyé spécial sur la situation dans les prisons ? Non, car la situation y est assurément très mauvaise et nous le ressentons d’autant plus que la vie en prison est partie prenante de notre vie. Nous faisons des visites en prison chaque semaine et nous voyons bien qu’elles sont surpeuplées, qu’elles manquent d’hygiène et parfois que l’hygiène y fait totalement défaut, que les maladies s’y propagent, notamment les maladies cutanées, et ce sans parler des mauvais traitements dont nos enfants sont l’objet. Nous avons attiré l’attention de l’envoyé de l’ONU sur le fait que le gouvernement tient à peaufiner la « vitrine ». Et nous savions qu’on lui permettrait de visiter des prisons qui auraient été préalablement préparées, à l’instar de ce qui se passe lors des visites de la Croix Rouge. Nous savons par nos enfants qu’à cette occasion les autorités transfèrent des prisonniers considérés comme fauteurs de troubles. Elles nettoient les prisons qui vont être visitées, fournissent des lits et des couvertures neuves aux prisonniers et mettent en garde ces derniers de ne pas ouvrir la bouche pour se plaindre. Pour parer à ce genre d’artifice, nous avons demandé au rapporteur de l’ONU de faire des visites inopinées dans les régions de l’intérieur ou des prisons connues pour leurs mauvaises conditions et leurs mauvais traitements, mais cela n’a pas eu lieu, malheureusement. Dans tous les cas, la prison est toujours négative et inacceptable surtout quand on y jette la jeunesse dont le seul pêché est d’avoir tenu à accomplir la prière. Comme l’a dit un intellectuel, la prison est la pire institution découverte par l’humanité, et celui qui en a fait l’expérience comprend la signification de ce propos. L’envoyé  de l’ONU a exhorté le gouvernement à investir dans l’éducation et le développement pour lutter contre le terrorisme ? Cela voudrait dire que la misère et l’ignorance sont les causes principales du terrorisme. C’est contraire à tout bon sens car la majorité  écrasante des jeunes condamnés dans des affaires de terrorisme ont des niveaux d’études qui vont de la fin du secondaire (niveau du bac), à différents niveaux de l’enseignement supérieur. Quant à la question sociale, les prisonniers dans ces affaires appartiennent à toutes les couches sociales, riches ou pauvres. La majorité appartient à la classe moyenne tunisienne… les postulats erronés conduisent à des conclusions erronées, et si on veut traiter la question du terrorisme sur de tels présupposés, on aboutit à un échec comme c’est le cas pour les pays de la coalition aujourd’hui. Les vraies raisons du terrorisme sont celles que refusent de voir les pays occidentaux : l’absence de liberté et de démocratie dans les pays arabes, car le despotisme qui écrase nos sociétés est la cause de l’émergence de tendances extrémistes dans une partie infime de la jeunesse. La solution pour remédier au terrorisme c’est de faire émerger des régimes démocratiques, un climat de liberté et de permettre la participation à la vie politique, de promouvoir l’égalité économique et la transparence. Cela encouragera la productivité et la création des emplois et sera à même de rendre espoir à la jeunesse. La grande imposture des pays qui prétendent lutter contre le terrorisme, c’est de ne pas tenir compte des raisons réelles du terrorisme ou parce que ces dernières sont cachées par une propagande dévoyée de nos pays qui ont imposé aux pays occidentaux une équation bien étrange qui consiste à laisser tomber les projets de démocratisation en échange d’un engagement contre la lutte antiterroriste. C’est ainsi que nous avons vu par exemple, des députés justifier leur soutien à la Tunisie lors de la dernière réunion au siège du Parlement Européen sur l’examen de la détérioration des droits de l’Homme en Tunisie par l’engagement de notre pays dans la lutte contre le terrorisme. Je reviens à 2003, les pays arabes, et en premier lieu la Tunisie, ont dû  créer le phénomène du terrorisme pour pouvoir se vendre à l’ouest puisque l’engagement à lutter contre ce phénomène est devenu une condition essentielle pour s’attirer le soutien économique et politique occidental. Source : El Maoukef du 12 février 2010 (traduction : Luiza Toscane)


4 ans de prison en Tunisie pour un hacker


Un pirate informatique tunisien, qui réparait des téléphones portables, a écopé de 4 ans de prison car il revendait des numéros de cartes bancaires. Le Journal du Temps, repris par le site Tekiano, révèle l’affaire : un jeune homme prénommé Marouane, qui a échoué au baccalauréat, a ouvert une boutique de réparation de téléphones mobiles qui marchait plutôt bien. Mais c’est son activité parallèle qui lui permettait surtout de gagner sa vie : il trafiquait sur des numéros de carte de crédit sur Internet, et revendait ces numéros. Il a même ouvert des comptes bancaires à l’étranger, où il se déplaçait parfois pour effectuer certaines transactions. Bref, tout allait bien pour lui, jusqu’au jour où la police s’est intéressé à ses agissements. Marouane avait ainsi créé un réseau de complices dans sa propre famille, avec sa soeur qui encaissait des mandats à son propre nom, et sa concubine qui a tenté de cacher les preuves de sa culpabilité, en dissimulant son ordinateur portable. Marouane a été condamné à 4 ans de prison ferme, son amie à deux ans. Sa soeur a été acquittée. Sylvaine Luckx – Mag Securs

 
(Source: « Mag Securs » le 15 fevrier 2010)

Home – Accueil الرئيسية

 

Lire aussi ces articles

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.