14 novembre 2008

Home – Accueil

TUNISNEWS

8 ème année, N° 3097 du 14.11.2008

 archives : www.tunisnews.net  

 


Voix Libre: La police tunisienne met en danger la vie d’un ex prisonnier d’opinion en salle de réanimation Amnesty International: Tunisia: Former political prisoners face harassment Le Temps: « Kairouan, capitale de la culture islamique en 2009 » – Pourvu qu’on sorte des sentiers battus ! AFP: Menace sur le thon rouge en Méditerranée: l’heure des choix AFP: Un livre antisémite américain retiré de la Foire du livre de Zagreb


Le site provisoire de KALIMA: http://kal.mediaturtle.com


Voix Libre
 
URGENT URGENT URGENT URGENT

La police tunisienne met en danger la vie d’un ex prisonnier d’opinion en salle de réanimation

Nous alertons l’opinion publique sur les agissements criminels de la police tunisienne mettant délibérément en danger La vie de Monsieur JLASSI Abdel Hamid, ex prisonnier d’opinion, opéré d’un cancer du Larynx et hospitalisé dans un état critique en réanimation au service  ORL de l’hopital Salah Azaiez de Tunis. Madame Jlassi fait part de sa grande inquiétude devant le non respect par la police tunisienne de l’interdiction absolue de toute visite à son mari qui a déjà été victime de plusieurs épisodes de surinfection ayant nécéssité des interventions itératives de ses médecins. Passant outre cette décision médicale, les agents de la police se sont introduits à maintes reprises dans la salle de réanimation pourtant intérdite à toute personnes étrangère au corpd médical, lui même contraint à se conformer à des mesures drastiques de désinfection et d’hygiène, en raison de l’état des patients. Les agissements de la police tunisienne sont d’autant plus incompréhensibles que Mr JLASSI Abdel Hamid qui a passé 17 ans dans les géoles du régime tunisien a été élargi en 2007 sans aucune mesure de controle judiciaire, et combien même ça aurait été le cas, un tel comportement reste condamnable. Voix libre dénonce le non respect de la vie humaine par la police tunisienne. Considère le régime tunisien comme le seul responsable de toute complication de l’état de Monsieur JLASSI. Appelle tous les défenseurs des droits humains à condamner vigoureusement ses agissements et à oeuvrer de façon urgente pour y mettre fin. Vous pouvez contacter Mme Jlassi Monia au numéro suivant 0021622933600. Voix Libre ONG oeuvrant pour les droits de l’Homme contact@voixlibre.org Tel : 01 46 58 55 44 – Fax : 01 46 58 55 45 Port : 06 60 37 68 16  – www.voixlibre.org  


Amnesty International Public Statement AI Index: MDE 30/012/2008 14 November 2008

Tunisia: Former political prisoners face harassment

The hunger strike staged since 2 October by former political prisoner, Abdellatif Bouhajila, to protest against the authorities’ denial to grant him access to medical care and to issue him a passport is a stark reminder of the harassment faced by former political prisoners in Tunisia, said Amnesty International today. The organization urges the Tunisian authorities to accord Bouhajila his rights and to end the harassment and stigmatization of political prisoners following their release. Since his conditional release in November 2007 following a presidential pardon, Abdellatif Bouhajila was unable to get his medical files from the hospital where he was treated during his imprisonment and his hospital appointments have been systematically postponed, in an apparent attempt to prevent him from receiving the medical care needed. In protest, he started a hunger strike on 2 October. On 12 November, he was visited by two officials from the Tunisian Ministry of Public Health, who asked him about his medical condition and promised to provide medical assistance. At the time of writing, he was still on hunger strike at his home. Abdellatif Bouhajila had undergone kidney surgery when in prison in 2002 and continues to suffer from heart and kidney problems and his health is said to be poor due to ill-treatment in prison and his multiple hunger strikes. He was charged with membership of a terrorist organization in 2000 and sentenced to 17 years in prison, reduced to 11 years on appeal in 2002. The dire situation of Abdellatif Bouhajila is emblematic of the difficulties former political prisoners face in Tunisia. Many of them continue to serve an additional sentence of “administrative control”, requiring them to report at specific police stations several times per week, to be subjected to close police surveillance, to face difficulties obtaining jobs and medical care, as well as confronting restrictions on movement and travel. The authorities refuse to issue them and, in some cases, their immediate family members with passports in violation of Tunisia’s Constitution and international human rights obligations, including Article 12 of the International Covenant on Civil and Political Rights to which Tunisia is a party. Some political prisoners are ordered after their release to reside in a remote area away from their families. For instance, a former political prisoner and member of the banned Islamist organization, Ennahda (Renaissance), Abdallah Zouari, has had his freedom of movement within Tunisia restricted by the authorities since his release in June 2002. He is not allowed to move more than 30km away from Hassi Jerbi, a village near Zarzis, southern Tunisia, some 500km from his home in Tunis, without permission and his requests for permission to visit his wife and children in Tunis have routinely gone unanswered. Former political prisoners who were able to receive medical care have been subjected to police intimidation inside hospitals. On 13 November 2008, a police officer entered the room of former political prisoner Abdelhamid Jallasi one hour after he had undergone surgery and refused to leave, in spite of instructions from medical staff, contending that he was following instructions given to him. On 5 November, President Ben Ali ordered the conditional release of 44 political prisoners, including 21 long term prisoners belonging to Ennahda. While Amnesty international welcomes these recent releases, the organization fears that the pattern of harassment against political prisoners will continue unabated following their release and is urging the Tunisian authorities to end such practices. All 44 prisoners were released to mark the 21st anniversary of President Ben Ali coming to power. Most of the 21 long term political prisoners were held for over 15 years because of their membership of Ennahda,after unfair trials before the Bouchoucha and Bab Saadoun military courts in 1992. They were the last group of Ennadha detainees to remain in prison. Some are reported to be in poor health and in urgent need of medical treatment because of ill-treatment in detention and harsh prison conditions, including prolonged solitary confinement, for many years. These include Mondher Bejaoui, Wahid Serairi and Ridha Boukadi. On 11 November, the Mornaguia prison administration refused to hand Ridha Boukadi his medical file when he went to collect it for further treatment. He suffers from severe kidney problems. The remaining 23 were released following their arrest and imprisoned in connection to the protests in the mining region of the Gafsa governorate in 2008. They were sentenced on charges such as setting up a group with the aim of causing damage to public and private property and assault on public officials. They included teacher and human rights activist, Zakia Dhifaoui, who was sentenced in July 2008 to four and a half months in prison for her participation in a peaceful demonstration. The demonstration had been organized to call for the release of those detained in connection to previous protests in the region since January 2008. Despite Zakia Dhifaoui’s release, no investigation into her allegation of torture and sexual abuse is known to have been ordered. Hundreds of detainees continue to be held in connection with alleged anti-terrorism offences and are serving sentences imposed after unfair trials. The organization urges the Tunisian authorities to repeal or amend all laws that permit prison sentences for the peaceful exercise of the right to freedom of expression and association.  


« Kairouan, capitale de la culture islamique en 2009 »

Pourvu qu’on sorte des sentiers battus !

Les préparatifs vont bon train, à tous les  niveaux, pour assurer le succès de la manifestation « Kairouan, capitale de la culture islamique, en 2009 » et en faire un moment de grande joie et de découvertes enrichissantes. Les intellectuels et hommes de culture espèrent que le programme des festivités répondra à cet objectif, en sortant des sentiers battus et de la rumination de ce qui est, généralement,  rapporté dans les livres et ouvrages en circulation à propos de la ville de Kairouan et de son histoire et que tout le monde connaît parfaitement. Nouvel éclairage La manifestation devrait avoir le mérite d’enrichir nos connaissances dans ce domaine, et à défaut, présenter ce qui est connu sous un nouvel éclairage plus scientifique, au sens moderne du terme. Justement, sur ce plan, des chercheurs croient pouvoir affirmer que l’histoire de Kairouan remonte très loin dans le passé et que la ville de Kairouan existait et était un centre religieux florissant et un sanctuaire religieux vénéré, longtemps avant l’établissement des premières communautés islamiques sur le site de cette ville et en Tunisie, en général. Ils ajoutent qu’une telle ancienneté historique – si elle se vérifie –  est de nature à renforcer le prestige et la place historique de ce grand bastion de l’Islam, de tous les temps. Selon ces chercheurs, le site de Kairouan avait été, tour à tour, un temple religieux berbère à vocation païenne, puis un monastère chrétien, avant de devenir un haut lieu de l’Islam, avec la construction de la grande mosquée de la ville par la première communauté islamique venue, en Tunisie, aux environs de l’an 45 de l’hégire, et 665 de l’ère chrétienne. Des arguments directs et indirects corroborent cette hypothèse. Ainsi, l’histoire des différents peuples de la terre confirme que chaque fois qu’un pays change de maîtres, les anciens sanctuaires religieux du pays ne sont pas démolis, mais ils sont conservés et changent tout simplement de vocation, en devenant des lieux de culte suivant la religion des nouveaux maîtres. Il est historiquement établi que la grande mosquée de la Zitouna de Tunis, la grande mosquée de Damas, en Syrie et la grande mosquée d’Al Aksa, à EL Qods, en Palestine, avaient été, tour à tour, des temples à vocation païenne, puis des églises chrétiennes avant d’être reconverties en mosquées islamiques. Les mosquées de l’ancienne Andalousie arabe et islamique en Espagne ont été transformées en églises chrétiennes, alors que les églises chrétiennes de Constantinople, dans l’actuelle Turquie, ont été reconverties en mosquées. Or, dans son livre  »Ryadh Ennoufousse », l’ancien auteur et historien arabe Al Maliki rapporte que la ville de Kairouan a été fondée vers 45 de l’hégire à l’initiative du commandant arabe Mouawyia Ibn Houdayje, chef de l’une des toutes premières troupes islamiques venues en Tunisie de l’Arabie, bien avant la venue du commandant Okba Ibn Nafâa, à qui l’histoire attribue la fondation de Kairouan, vers 50 de l’hégire. L’historien Al Maliki signale que c’est Mouawyia Ibn Houdayje qui lui aurait donné le nom de  « Kairouan », et  Al Maliki indique littéralement « qu’il y avait à la place de Kairouan un important fort byzantin et une église chrétienne dont on a pris les deux colonnes rouges ayant servi à la construction de la mosquée de Kairouan ». Arguments directs D’un autre côté, dans son traité d’histoire et de géographie universelles intitulé « Al Massalek wa Al Mamalek », l’ancien historien et géographe arabe et maghrébin Al Békri signale la pratique du chamanisme et du culte des prêtres et magiciens appelés « Chamans »,  chez beaucoup de tribus berbères de l’Afrique du Nord, avant et après l’Islam, indiquant que les chamans berbères étaient désignés par un nom berbère qui signifie en arabe « Rakkada », c’est-à-dire les dormants, car ces prêtres ou chamans berbères pratiquaient la divination et lisaient l’avenir en entrant en extase pendant trois à quatre jours consécutifs, comme les chamans des tribus d’Asie du Nord. Les anciens auteurs grecs signalaient, déjà,  dans leurs livres, la pratique de cette forme de divination, depuis l’antiquité, chez les habitants d’Afrique du Nord ou libyens, comme ils les appelaient. Or, la ville de Kairouan comporte, encore, un quartier dans sa banlieue, appelé «  Rakkada ». D’ailleurs, le culte des dormants est resté répandu en Tunisie et en Algérie, jusqu’à nos jours, sous diverses formes. De très nombreux villages algériens et tunisiens comportent, encore,  des lieux plus ou moins consacrés, appelés «  les dormants »  ( Roukoud ). Enfin, d’après les chercheurs cités, le nom de « Kairouan » que porte la ville, incite à la réflexion et à une discussion plus approfondie, car il n’est pas arabe et même si le mot  « Kairouan »fait, apparemment, partie du vocabulaire de la langue persane et iranienne et y est utilisé, entre autres, au sens de « campement »,  il est très peu probable qu’il ait été emprunté par l’une des premières communautés arabes, envoyée répandre l’Islam à l’étranger, pour désigner une ville qu’elle venait de fonder, dans une terre n’ayant aucun rapport avec la Perse, au moment où la langue arabe est en mesure de lui fournir des centaines d’appellations plus appropriées et mieux adaptées aux circonstances.
Salah  BEN  HAMADI (Source: “Le Temps” (Quotidien – Tunis), le 14 novembre 2008)
 

Menace sur le thon rouge en Méditerranée: l’heure des choix

AFP, le 14 novembre 2008 à 09h35 Par Jérôme CARTILLIER PARIS, 14 nov 2008 (AFP) – L’avenir du thon rouge en Méditerranée, menacé par la sur pêche, pourrait se jouer à partir de lundi à Marrakech (Maroc), où doivent être examinées les différentes options pour le protéger, pouvant aller jusqu’au moratoire, réclamé avec force par les écologistes. La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Iccat) aura huit jours pour trouver un accord sur ce sujet passionnel, aux lourdes implications environnementales, mais aussi économiques et sociales. Accentué par la flambée des prix, sur fond de forte demande des Japonais, très friands de cette espèce, l’effondrement du stock de thon rouge est réel. Des quotas existent certes. Mais outre le fait qu’ils sont jugés trop élevés par nombre de spécialistes, ils ne sont jamais respectés. En 2007, alors que le niveau de capture autorisé était de 29.500 tonnes, 61.000 tonnes, soit plus du double, ont été capturées, selon les chiffres du comité scientifique de l’Iccat, qui juge qu’une limite maximale de 15.000 tonnes par an devrait être fixée. « La réunion de Marrakech est cruciale. C’est une question de crédibilité. L’Iccat doit faire comprendre à ses Etats membres qu’on ne peut plus continuer comme cela, que cette histoire devient ridicule », estime François Simard, conseiller pour la pêche et les affaires maritimes à l’Union mondiale pour la nature (UICN). Mi-octobre, l’UICN s’est prononcée pour une suspension de la pêche au thon rouge en Méditerranée. Fait notable, cette décision a été approuvée par le Japon et l’Espagne. Quinze jours plus tard, les ministres européens de la Pêche ont réclamé une gestion plus « rigoureuse » grâce à une réduction des quotas et de la durée de la saison de pêche. Ils n’ont cependant pas retenu l’hypothèse d’un moratoire international, qu’ils jugent inapplicable. Six pays de l’UE sont concernés par cette pêche: la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, Malte et Chypre. Pour Sergi Tudela, responsable pêche au WWF Méditerranée, une fermeture de la pêche est indispensable « dans l’attente de l’imposition de contrôles adéquats, d’une réduction de la capacité de pêche et de la mise en oeuvre effective d’un plan de sauvetage sur une réelle base scientifique ». De son côté, l’Association européenne des thoniers méditerranéens (AETM), qui affirme regrouper 2.500 professionnels de France, d’Italie et Malte, demande que les niveaux des quotas de pêche ne soient pas réduits et insiste pour que les contrôles soient renforcés « pour tous ». Les pêcheurs de l’Union européenne dénoncent régulièrement le manque de contrôles sur la flotte des pays du Maghreb, de la Libye, de la Turquie ou encore de la Croatie. « C’est un point sur lequel nous devons être extrêmement vigilants et même intransigeants », soulignait il y a deux semaines le ministre français de la pêche Michel Barnier. Les discussions, qui s’annoncent houleuses, devraient être compliquées par le fait que les populations de thon rouge restent mal connues. Le manque de données fiables sur les tailles, les classes d’âge, les lieux de capture, rend difficile une analyse sereine de l’ampleur exacte du problème. « La pression n’a jamais été aussi forte », estime François Chartier, chargé de la campagne Océan Greenpeace. « L’idée d’un moratoire était totalement utopique l’année dernière ou il y a deux ans, cela fait désormais partie des scénarios crédibles. Aujourd’hui, le thon rouge incarne la crise des océans et le problème de la gouvernance des pêcheries », explique-t-il. Les décisions de l’Iccat devraient être annoncées le 24 novembre. AFP

Un livre antisémite américain retiré de la Foire du livre de Zagreb  
 
AFP, le 14 novembre 2008 à 16h55 ZAGREB, 14 nov 2008 (AFP) – Un livre antisémite signé par le pionnier de l’automobile américain Henry Ford et réédité par l’Iran a été retiré de la Foire internationale du livre à Zagreb à la suite d’une protestation de l’ambassade d’Israël, a-t-on appris vendredi auprès des organisateurs. L’ouvrage « Le Juif international » (The International Jew) qui a été publié pour la première fois dans les années 1920 était présenté au stand de l’Iran. « C’était une provocation totalement inutile », a dit à l’AFP un responsable des organisateurs, Jaksa Depolo. Le livre était proposé à la vente pour l’équivalent de sept euros. A la suite d’une protestation de la mission diplomatique israélienne il a été retiré. « Le Juif international » contient une série d’articles antisémites initialement publiés par Ford dans son hebdomadaire « The Dearborn Independent ». Henry Ford est mort en 1947 à l’âge de 83 ans en reniant ses écrits.  

 

 

Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

10 mars 2009

Home – Accueil   TUNISNEWS 8 ème année, N° 3213 du 10.03.2009  archives : www.tunisnews.net   Liberté et Equité:  Arrestation de

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.