13 janvier 2006

Home – Accueil الرئيسية

TUNISNEWS
6 ème année, N° 2062 du 13.01.2006

 archives : www.tunisnews.net


Création d´un comité de soutien au sit-in des ouvrières et ouvriers de l´usine Jannet à Haffouz Le Foreign Office accroit le « risque » Tunisie Reuters: France – Prison ferme requise contre le fils Pasqua AP: GEC-Alstom: deux ans requis contre le fils de Charles Pasqua Reuters:  France – Pasqua accusé de « racket » par l’ex-P-DG d’Alstom AFP: La création d’un système d’asile européen au menu des 25 à Vienne Reuters: Immigration – Des équipes européennes d’intervention en vue Babelmed : L’apport des mathématiciens arabes à l’œuvre d’Euclide AFP: Nouveaux modèles féminins en Egypte AFP: 1/3 des prisons françaises touchées par le prosélytisme islamiste (rapport) Malek El Ansari : Avancerions nous mieux, si nous avancions, pour ainsi dire, masqués ?  Le Monde: L’impact des Frères musulmans Le Monde: François Burgat: « Une réhabilitation de ce que j’appelle « le droit de parler musulman » » AFP: Irak : les services allemands ont informé les USA sur des sites civils Le Matin : «La Suisse est-elle à la solde des Américains?» Le Temps : Les Suisses et la CIA, ou l’histoire d’un vieux couple

 

CREATION D’UN COMITE DE SOUTIEN AU SIT-IN DES OUVRIERES ET OUVRIERS  DE L’USINE JANNET A HAFFOUZ

Le sit-in des ouvriers de l’usine Jannet –  production de l’eau minérale – à Haffouz entamera bientôt sa troisième semaine. Les ouvrières et les ouvriers sont résolus à aller jusqu’au bout de leur action pour se défendre contre toutes les formes de travail précaire et contre le licenciement abusif.
Le propriétaire de l’usine persiste, quant à lui , à  ignorer les droits  légitimes des ouvriers , bafouant ainsi toutes les lois en vigueur, fort du laxisme manifesté par les autorités locales et régionales ,supposées arbitrer ce conflit et opérer les pressions que la loi leur confère .
Face à ce conflit qui ne cesse de s’aggraver, un comité de soutien au sit-in a été formé par des syndicalistes et des activistes des droits de l’homme.
Ce comité exprime : –         son soutien aux ouvrières et ouvriers, saluant leur courage et leur détermination à défendre leurs droits légitimes. –         son engagement à sensibiliser l’opinion régionale et nationale en l’informant des conditions de travail alarmante qui prévalent dans cette usine.   La comité, tout en précisant qu’il n’est pas dans son intention d’empiéter sur les prérogatives des structures syndicales, tient à  saluer le soutien moral et matériel infaillible manifesté par l’UGTT aux niveaux local, régional et national. Il demeure entendu que le comité reste ouvert pour quiconque désire y faire part.
Les membres du comité :
–         Naceur Agili , professeur –         Fethi Ltaief , technicien –         Samir ben Rayana, cadre de banque –         Massaoud Romdhani, professeur –         Abdelmajid Mselmi, chirurigien –         Jamel Mselmi, cadre de santé –         Rachid Chemli, universitaire –         Mongi ben Salah, professeur –         Mohammed Attia, docteur en biologie   
Pour le comité Massaoud Romdhani.


Maghreb Confidentiel, 12-1-2006

 

Conseils aux voyageurs : le Foreign Office accroit le « risque » Tunisie

 

 

     Pour Londres, la Tunisie présente un risque terroriste « élevé ». De quoi faire bondir le président Ben Ali.

 

.. ET VOICI LE TEXTE INTEGRAL DE LA MISE A JOUR SUR LE SITE DU « FOREIGN OFFICE »

 

Still Current at: 13 January 2006 

Updated: 6 January 2006

 

Tunisia

This advice has been reviewed and reissued with amendments to the Summary and Terrorism section. The overall level of the advice has not changed.

 

SUMMARY

 

Tunisia shares with the rest of the North African region a high threat from terrorism.

 

There was a serious attack on a synagogue in Djerba in Tunisia in 2002, for which Al Qaeda claimed responsibility.

 

There is little violent crime and most visits to Tunisia are trouble-free, but visitors should watch out for petty criminals such as pickpockets, particularly in crowded market places.

 

We strongly recommend that you obtain comprehensive travel and medical insurance before travelling. You should check any exclusions, and that your policy covers you for the activities you want to undertake. Please see: Travel Insurance.

 

 

SAFETY AND SECURITY

 

Terrorism

 

Tunisia shares with the rest of the North African region a high threat from terrorism.

 

A group of German tourists was caught up in a terrorist suicide car bomb attack outside a synagogue on the island of Djerba on 11 April 2002, which resulted in 19 deaths. An al-Qa’ida spokesman later acknowledged responsibility for the attack. There have been no incidents since then.

 

You should be aware of the global risk of indiscriminate terrorist attacks, which could be against civilian targets, including places frequented by foreigners. Please read « Risk of Terrorism when Travelling Overseas » and « Security and General Tips » pages on the FCO website for further information and advice.

Crime

There is little violent crime but visitors should watch out for petty criminals such as pickpockets, particularly in crowded market places.

 

There have been numerous instances recently where British nationals wishing to buy property in Tunisia have been advised to do so through a Tunisian « friend » on the pretence that it is illegal for foreign nationals to purchase property in Tunisia. If you are considering purchasing property in Tunisia, you should immediately consult a local lawyer who will be best placed to offer advice. Do not make private arrangements, which in themselves may be illegal and may result in large financial loss.

 

There has also been a noticeable increase in incidents of bag snatching in tourist areas and you are strongly advised to ensure that, when carrying bags etc they are kept close to your person at all times. Where possible, you should avoid carrying all your important documents, money etc in the same bag. You should take similar precautions to protect yourself and your belongings, as you would do at home.

 

Crime

 

There is little violent crime but visitors should watch out for petty criminals such as pickpockets, particularly in crowded market places.

 

There have been numerous instances recently where British nationals wishing to buy property in Tunisia have been advised to do so through a Tunisian « friend » on the pretence that it is illegal for foreign nationals to purchase property in Tunisia. If you are considering purchasing property in Tunisia, you should immediately consult a local lawyer who will be best placed to offer advice. Do not make private arrangements, which in themselves may be illegal and may result in large financial loss.

 

There has also been a noticeable increase in incidents of bag snatching in tourist areas and you are strongly advised to ensure that, when carrying bags etc they are kept close to your person at all times. Where possible, you should avoid carrying all your important documents, money etc in the same bag. You should take similar precautions to protect yourself and your belongings, as you would do at home.

 

Political Situation

 

You should be aware of the impact that the situation in Iraq, as well as the violence between the Israelis and Palestinians, has across the Arab world and the risk of public disturbance in response.

 

You should follow news reports and be alert to developments, which might trigger public disturbances. You should take sensible precautions for your personal safety and avoid political gatherings and demonstrations.

 

Local Travel

 

You should seek specific advice from tour operators or the British Embassy when travelling independently to the desert areas in the south.

 

You are strongly advised not to attempt to cross the border into Algeria as we advise against all but essential travel to some provinces of Algeria.

 

Road Safety

 

Driving in Tunisia can be erratic and sometimes dangerous. There is little lane discipline and pedestrian crossings are ignored. You should take particular care when crossing roads, even where there is a signal allowing you to do so. Driving tends to be fast, even in towns.

 

Roads are of a reasonable standard although large pot-holes can appear quickly following heavy rain. There are only three motorways in Tunisia, running from Tunis to Bizerte in the north, to Sousse in the south and to Beja to the West. These roads are in good condition and well maintained. Motorway driving can be fast, usually exceeding the 110kmph (68mph) speed limit. Further motorway expansion is planned.

 

Air Safety

 

Internal air travel is safe and airports provide a reasonably high level of security to passengers and aircraft.

 

Rail Safety

 

Rail travel is also safe, but passengers should ensure that they remain vigilant against petty criminals at all times.

 

LOCAL LAWS AND CUSTOMS

Local laws reflect the fact that Tunisia is a Muslim country. You should respect local customs and sensitivities at all times, especially during the holy month of Ramadan. You must not become involved in drugs. The possession of even a small amount of ‘soft’ drugs could result in a prison term. If you have any concerns about taking medication with you to Tunisia, you should contact the Tunisian Representation in the UK, for further information. Additionally in the case of prescription medication, we recommend that you carry a note from your GP confirming that the medication has been prescribed for an existing condition.

 

You should also be aware that it is not permitted to remove antiquities from Tunisia without first obtaining permission from Customs authorities. Failure to do so could result in lengthy delays on departure, fines and/or imprisonment. In the coastal holiday resorts and main cities, the dress code is very much like any European city or tourist areas. If visiting religious sites or more remote areas of Tunisia, you should dress more modestly and avoid any articles of clothing which may cause offence. Only married couples are permitted to cohabit in Tunisia. Homosexuality is illegal. You should avoid taking any photographs near sensitive political or military sites.

 

ENTRY REQUIREMENTS

British passport holders do not require visas for a stay of three months or less. On arrival, security checks are sometimes run on British passport holders who are not UK-born. This can take a few hours and such visitors are advised to be patient until clearance is given. There is unlikely to be a similar checking process or delay on departure. You should ensure that your passport is valid for the entire duration of your proposed stay. Single parents or other adults travelling alone with children should be aware that some countries require documentary evidence of parental responsibility before allowing lone parents to enter the country or, in some cases, before permitting the children to leave the country. For further information on exactly what will be required at immigration please contact the Tunisian Representation in the UK.

 

HEALTH

We strongly recommend that you obtain comprehensive travel and medical insurance before travelling. You should check any exclusions, and that your policy covers you for the activities you want to undertake. Please see: Travel Insurance There is no provision for free medical attention for non-Tunisians. All doctors’ fees, medication and hospitalisation in private (as opposed to state run) clinics have to be paid for on the spot. These costs can be quite high. There are no serious threats to health in Tunisia, but you should contact your GP before travelling for advice on any inoculations which might be advisable. For further information on health, check the Department of Health’s website at: www.dh.gov.uk

 

GENERAL

If things go wrong when overseas, please see: What We Can Do To Help Tunisian regulations require visitors to declare on entry any large amounts of money being brought in. You will also be asked to declare if you expect to have more than £500 on you when you leave. The export of Tunisian dinars is expressly prohibited. You could be required to show the currency declaration on departure. ATMs are widely available in Tunisia. Almost all ATMs will accept Visa cards, and many (most notably Bank of Tunisia and BIAT) will also accept Maestro (Switch) cards for cash withdrawals. Visa and Mastercard are widely acceptable for payment in shops, restaurants and hotels although there are frequent problems in obtaining authorisation for Mastercard purchases. The Consular Section at the British Embassy in Tunisia offers a full passport issuing service. If you lose your passport while on holiday, you should immediately report the loss first to the nearest police station, and then to the Consular Section, who will advise on the arrangements for a replacement passport to be issued. An « Emergency Passport », valid for a single journey back to the United Kingdom, can normally be issued on the day of application. You should carry a copy of your passport for identity and leave the passport itself in a safe place such as a deposit box at your hotel. You should remember that Tunisia is a Muslim country and respect its laws and customs.

 

OTHER

Tunisia Country Profile

 

CONTACT DETAILS

 

 

Address:

 

British Embassy Rue du Lac Windermere Les Berges du Lac Tunis 1053

 

Telephone:

 

(216) 71 108 700

 

 

Facsimile:

 

(216) 71 108 749 Management

(216) 71 108 789 Consular

(216) 71 108 779 Visa

(216) 71 108 769 Commercial

 

 

Email:

 

TVI.tunis@fco.gov.uk Visa

TunisConsular@tunis.mail.fco.gov.uk Consular

 

 

Office Hours:

 

GMT: Summer: 0630 – 1330 (mon-fri) Winter: 0700 – 1530 (mon-thur) 0700 – 1300 (fri)

 

Website:

 

http://www.britishembassy.gov.uk/tunisia

 

(Source : le site officiel du Foriegn Office, visité le 13 janvier 2006)

URL : http://www.fco.gov.uk/servlet/Front?pagename=OpenMarket%2FXcelerate%2FShowPage&c=Page&cid=1007029390590&a=KCountryAdvice&aid=1013618386811


L’affaire Tlili refait surface en Suisse

 

 

 L’entrée en Bourse de la société suisse Dufry (ex-Weitnauer) en décembre 2005 à Zurich a été l’occasion pour l’Observatoire du crime organisé (Zurich) de rappeler les mésaventures d’Abderrahmane Tlili. (…)  [ 96 mots ] [ 1EUR ] Lire la suite

 

 

Proposition de relance du débat sur le nucléaire

 

 

 Le Conseil supérieur de la recherche scientifique, organe consultatif présidé par Sadok Ben Jemaa, vient d’adresser au président Ben Ali une note dans laquelle il propose d’ouvrir le débat sur le nucléaire. (…)  [ 42 mots ] [ 1EUR  GRATUIT! ] Lire la suite

 

 

Le groupe Planet se lance dans l’immobilier

 

 

 Le groupe Planet de Cyrine Ben Ali, l’une des filles du premier mariage du président – elle est l’épouse de Marouane Mabrouk – va créer une société immobilière au capital d’1 million DR. (…)  [ 57 mots ] [ 1EUR ] Lire la suite

 

 

Un fonds d’investissement pour des projets américains au Maghreb

 

 

 Selon nos informations, une banque d’affaires tunisienne tente de monter un tour de table d’investisseurs des pays du Golfe pour créer un fonds d’investissement. (…)  [ 65 mots ] [ 1EUR ] Lire la suite

 

 

(Source : « Maghreb Confidentiel », URL : http://www.africaintelligence.fr/mc-/default.asp )


 

DERNIERS DEVELOPPEMENTS DE LAFFAIRE

DES PASQUA .. FILS ET PERE

 

France – Prison ferme requise contre le fils Pasqua

 

Reuters, le 12.01.2006 à 19h13

    PARIS, 12 janvier (Reuters) – Une peine de deux ans de prison ferme et 200.000 euros d’amende a été requise jeudi à Paris contre Pierre-Philippe Pasqua, fils de l’ex-ministre de l’Intérieur jugé dans une affaire de corruption et actuellement en fuite à l’étranger.

            Pierre-Philippe Pasqua, qui se trouverait en Tunisie, ne s’est pas présenté à l’audience. Un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui pendant l’enquête.

             Il lui est reproché d’avoir perçu 613.000 euros, soit la plus grande partie d’une commission de 5,2 millions de FF (environ 790.000 euros) versée en 1994 par Alstom  pour obtenir l’autorisation administrative de déplacer le siège de sa société.

            Le tribunal doit mettre son jugement en délibéré vendredi.

            Le substitut du procureur Marie-Christine Daubigney a mis directement en cause Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur au moment des faits, considérant qu’il était à l’origine de l’ensemble de l’opération.

            « Au plus haut niveau de l’Etat, au plus haut niveau décisionnel d’un groupe industriel mondialement reconnu, chacun a failli à son devoir de probité, chacun a contribué à donner à son pays une excellente note au palmarès de la corruption », a-t-elle dit.

            Elle a aussi réclamé deux ans de prison dont six mois fermes contre Pierre-Henri Paillet, ancien délégué à l’aménagement du territoire au ministère de l’Intérieur, et ex-homme de confiance de Charles Pasqua.

   Deux ans de prison avec sursis et 150.000 euros d’amende ont été demandés contre l’ancien P-DG d’Alstom Pierre Bilger, 65 ans, qui a dirigé la société de 1991 à 2003.

            A l’audience, ce dernier a reconnu les fait et accusé Charles Pasqua de l’avoir « racketté ». Le procureur a objecté qu’il aurait dû refuser et dénoncer les faits à la justice.

            Deux peines de deux ans et 18 mois de prison avec sursis ont été requises enfin contre deux cadres d’Alstom, respectivement Claude Darmon et Bernard Lebrun.

            L’agrément pour déménager le siège d’Alstom de Nanterre à Saint-Ouen a été délivré par la Datar, dépendant du ministère de l’Intérieur, le jour-même du versement de la commission litigieuse, le 11 mai 1994.

            L’argent d’Alstom a été versé par une « caisse noire » de la société en Suisse vers un compte bancaire suisse d’Etienne Leandri, un personnage proche de Charles Pasqua décédé en 1995.

            L’équivalent de 613.000 euros a été reversé en juin 1994 à Pierre-Philippe Pasqua sur un autre compte bancaire suisse ouvert pour l’occasion.

            Charles Pasqua, qui est âgé de 78 ans, est mis en examen depuis octobre 2004 pour ces mêmes faits, mais dans une procédure distincte instruite par la Cour de justice de la République, seule compétente pour enquêter sur des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

            Son procès pourrait attendre plusieurs années.

 

REUTERS 


GEC-Alstom: deux ans requis contre le fils de Charles Pasqua

par Pierre-Antoine Souchard

           

Associated Press, le 12.01.2006 à 19h09

PARIS (AP) — Le procureur de la République de Paris a requis mercredi une peine de deux ans ferme contre Pierre-Philippe Pasqua, le fils de l’ancien ministre de l’Intérieur, soupçonné d’avoir bénéficié d’une commission occulte de 700.000 dollars à l’occasion du transfert du siège social de GEC-Alstom en 1994.

            Le parquet a également requis une amende de 200.000 euros et le maintien du mandat d’arrêt international.

            A l’encontre de trois anciens dirigeants d’Alstom, Pierre Bilger, l’ancien PDG, Claude Darmon, ex-directeur de la branche transport, et Bernard Lebrun, ex-directeur financier, le parquet a requis deux ans d’emprisonnement avec sursis et, respectivement, des amendes de 150.000, 100.000 et 50.000 euros.

            A l’encontre de Pierre-Henri Paillet, ancien délégué à la Datar, une peine de deux ans dont six mois ferme ainsi qu’une amende de 200.000 euros a été requise. Contre un intermédiaire, Christian Roos, le parquet a requis deux ans avec sursis et 200.000 euros d’amende.

            « Chacun a participé à donner de ce pays une excellente note au palmarès de la corruption », a estimé jeudi Marie-Christine Daubigney. « Le principal bénéficiaire de cette commission est le fils du ministre qui a autorisé le transfert du siège social ».

            Mis en examen pour « abus de biens social », Pierre Bilger a expliqué avoir autorisé le versement d’une commission occulte de cinq millions de FF (750.000 euros) à Etienne Léandri, un proche de Charles Pasqua -décédé depuis-, pour obtenir l’agrément de la Datar  afin de transférer le futur siège social de l’entreprise.

            Lors de l’audience, les anciens dirigeants ont assuré qu’ils n’avaient pu faire autrement que de verser cette commission, destinée à obtenir un agrément du ministère de l’Aménagement du territoire, placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, pour la construction du nouveau siège social de la division transport à

Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

            L’agrément sera donné en mai 1994 et la commission virée à la même période sur plusieurs comptes avant d’atterrir sur un compte en Suisse dont l’ayant droit était Pierre-Philippe Pasqua.

            Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur de 1993 à 1995, est aussi poursuivi dans ce dossier, mais devant la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à juger des ministres pour des délits commis en l’exercice de leurs fonctions.

            Le sénateur des Hauts-de-Seine a été mis en examen le 8 octobre 2004 par la commission d’instruction de la CJR pour « complicité et recel d’abus de biens sociaux » dans le dossier Alstom, ainsi que dans un dossier visant la Sofremi, une société dépendant du ministère de l’Intérieur.

            Le jugement devait être mis en délibéré à l’issue des plaidoiries de la défense qui ont commencé jeudi soir.

 

Associated Press


France – Pasqua accusé de « racket » par l’ex-P-DG d’Alstom

 

REUTERS, le 12.01.2006 à 17h02

    PARIS, 12 janvier (Reuters) – L’ancien P-DG d’Alstom Pierre Bilger, jugé à Paris pour abus de biens sociaux, a accusé jeudi l’ex-ministre de l’Intérieur Charles Pasqua de l’avoir « racketté » lorsqu’il a voulu déménager le siège de sa société en 1994.

            « Il s’agissait d’une demande de rançon, de racket. On a versé cette commission la mort dans l’âme », a dit à la barre Pierre Bilger, 65 ans, qui a dirigé Alstom de 1991 à 2003.

            L’ancien patron a précisé avoir accepté en 1994 de verser clandestinement 5,2 millions de FF (environ 790.000 euros) pour obtenir l’autorisation administrative de déplacer le siège de sa société de Nanterre (Hauts-de-Seine) à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis).

            Cet agrément a été délivré par la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar), dépendant du ministère de l’Intérieur, le jour-même du versement de la commission litigieuse, le 11 mai 1994.

            L’argent d’Alstom a été versé sur un compte bancaire suisse d’Etienne Leandri, surnommé « le petit monsieur », un personnage proche de Charles Pasqua décédé en 1995.

            La majeure partie de cette somme a été reversée en juin 1994 à Pierre Pasqua, fils du ministre, sur un autre compte bancaire suisse.

            Pierre Pasqua, qui se trouverait en Tunisie, ne s’est pas présenté à l’audience. Un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui.

            Quatre autres prévenus, deux anciens cadres d’Alstom, un intermédiaire et Pierre-Henri Paillet, ancien délégué à l’aménagement du territoire au ministère de l’Intérieur, sont aussi au banc des prévenus.

            Pierre-Henri Paillet aurait servi d’intermédiaire entre les dirigeants d’Alstom et Etienne Leandri, qui avait demandé initialement dix millions de francs. « Adressez-vous au ‘petit monsieur' », a lancé Pierre-Henri Paillet aux cadres du groupe industriel, selon leurs dépositions.

            Le parquet devrait requérir dans la soirée. Les prévenus encourent jusqu’à cinq ans de prison.

            Charles Pasqua, 78 ans, est mis en examen depuis octobre 2004 dans une procédure distincte instruite par la Cour de justice de la République, seule compétente pour enquêter sur des actes commis par des membres du gouvernement dans l’exercice de leurs fonctions.

 

Immigration – Des équipes européennes d’intervention en vue

 

Reuters, le 13.01.2006 à 10h44

    VIENNE, 13 janvier (Reuters) – L’Union européenne devrait se doter bientôt d’équipes d’intervention rapide pour aider ses Etats membres à faire face à un afflux soudain d’immigrés illégaux ou de demandeurs d’asile sur leur territoire.

            Les ministres de la Justice et de l’Intérieur des Vingt-Cinq se sont réunis vendredi à Vienne pour débattre notamment de la gestion de ce phénomène, qui frappe surtout les pays riverains de la Méditerranée, comme l’Espagne et l’Italie.

            Cet afflux est encore plus difficile à gérer quand il s’abat sur des îles comme Lampedusa, un morceau d’Italie situé à quelques encablures de la Tunisie, et des petits pays comme Malte, qui ne dispose pas des infrastructures pour accueillir les 1.800 personnes arrivées l’an dernier chez elle.

            L’idée, avancée par la Commission européenne, est de constituer des équipes mobiles d’interprètes, de psychologues et de gestionnaires venant de tous les pays de l’UE pour aider les autorités nationales, notamment pour définir le pays d’origine et accorder un statut aux personnes arrivant sur place.

            La présidence autrichienne de l’Union européenne s’est prononcée vendredi en faveur de cette proposition.

            « Nous sommes intéressés par la création de ces équipes parce quelques fois il y a une très forte pression sur certains pays », a déclaré le ministre autrichien de l’Intérieur, Liese Prokop.

            Le ministre bavarois de l’Intérieur, Günter Beckstein, s’est également rangé à l’idée, de même que son homologue luxembourgeois Nicholas Schmit, qui l’a jugée « très bonne ».

DES « CAMPS » EN AFRIQUE DU NORD?

            Le HCR s’y était déjà déclaré favorable, tout en mettant en garde contre la tentation d’utiliser ces équipes uniquement dans le but de refouler les candidats à l’obtention du statut dans l’Union européenne.

            Mais il ne s’agit que d’une mesure ponctuelle dans la problématique de la gestion de l’immigration légale et illégale.

            Ainsi, si les Vingt-Cinq envisagent d’aider les pays d’Afrique du Nord à créer des centres d’accueil des candidats à l’immigration dans l’UE, certains redoutent qu’il s’agisse de « camps » où les droits de l’homme risquent d’être bafoués.

            « Ce ne sont pas seulement des camps, ce sont des programmes pour créer de l’emploi, pour leur offrir un enseignement, pour les aider à commencer une vie par eux-mêmes », a dit Prokop.

            Les Vingt-Cinq utiliseront la première réunion ministérielle sous la présidence de l’Autriche pour répondre aux critiques qui l’accusent d’avoir surtout adopté des mesures répressives pour lutter contre le terrorisme.

            Depuis les attentats du 11 septembre 2001, l’UE a mis en œuvre un mandat d’arrêt européen, approuvé une législation permettant la rétention des données téléphoniques et électroniques et adopté une liste noire des organisations ou des personnes soupçonnées de soutenir le terrorisme.

            L’accent devrait maintenant être mis sur la protection de la vie privée, estime-t-on de source diplomatique.

 

REUTERS

 


La création d’un système d’asile européen au menu des 25 à Vienne

Par Fabrice RANDOUX

             

AFP, le 12.01.2006 à 13H52

            BRUXELLES, 12 jan 2006 (AFP) –  Les ministres européens de  l’Intérieur et de la Justice discuteront vendredi et samedi à Vienne  des mesures à mettre en place pour créer un système commun d’asile,  avec pour objectif de réduire le flux d’immigrants vers l’UE.

            Actuellement, un demandeur d’asile venu de Tchétchénie a presque  90% de chances de se voir reconnaître le statut de réfugié en  Autriche, alors qu’il n’a pratiquement aucune chance dans la  Slovaquie voisine.

            En décembre, les ministres ont pourtant achevé, après cinq ans  de travaux, la première phase de l’établissement d’un régime d’asile  commun, en adoptant un texte censé harmoniser les procédures  d’octroi du statut de réfugié dans l’UE.

            Mais cette harmonisation, qui vise à éviter que les demandeurs  d’asile ne se déplacent dans l’UE vers les pays offrant les  conditions les plus favorables, est restée minimale, du fait  notamment de la nécessité d’obtenir l’unanimité des ministres sur  ces sujets.

            Les 25 ont donc décidé d’aller vers un régime commun d’asile  d’ici la fin 2010, en utilisant cette fois-ci pour leurs décisions  la règle de la majorité qualifiée et en codécision avec le Parlement  européen.

            Ces premiers efforts d’harmonisation ont déjà essuyé les  critiques du Haut commissaire de l’ONU aux réfugiés Antonio  Guterres, qui sera présent à la réunion de Vienne.

            En décembre, il a regretté que la politique européenne se résume  « au plus petit dénominateur commun des politiques nationales » et  menace les droits des demandeurs d’asile.

            Pour avancer, la présidence autrichienne a mis notamment deux  questions sur la table: comment parvenir à une même analyse de la  situation dans les pays d’origine des demandeurs d’asile (sur  quelles sources d’informations se fonder: ambassades, rapports  d’ONG, etc) et d’autre part comment aider les pays confrontés à un  afflux de réfugiés, comme actuellement Malte ou l’Italie avec l’île  de Lampedusa.

            Le commissaire européen à la Liberté, la Sécurité et la Justice  Franco Frattini devrait également faire sur le point sur des projets  pilote qui visent à assurer la protection des réfugiés au plus près  des régions d’origine.

            Deux projets sont en cours d’élaboration: l’un pour aider  l’Ukraine, la Moldavie et le Belarus — où transitent de nombreux  réfugiés vers l’UE — à renforcer leurs capacités d’accueil; l’autre  en Tanzanie, qui compte de nombreux réfugiés du Burundi et de  République du Congo. Mais la Commission vient seulement de lancer  les appels d’offres sur ces projets.

            Au cours de cette réunion informelle de deux jours dans la  capitale autrichienne, les ministres vont aussi parler coopération  avec les pays servant de transit sur la route de l’émigration vers  l’UE, tels le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Lybie.

            Les difficultés de ces pays sont apparues au grand jour en  septembre dernier, lorsque des milliers d’émigrants africains ont  tenté de forcer les grilles qui entourent les enclaves espagnoles de  Ceuta et Melilla, dans le nord du Maroc, en quête d’une vie  meilleure de l’autre côté de la Méditerrannée.

            « Les problèmes d’immigration constituent un élément central des  relations de l’Union européenne avec un grand nombre de pays tiers,  en particulier avec les régions frontalières de l’Union », ont  souligné les dirigeants européens dans leurs conclusions du sommet  de décembre à Bruxelles.

            Enfin, les ministres, qui se retrouveront pour la première fois  depuis que l’Autriche a pris la présidence tournante de l’UE,  devraient aussi examiner les moyens de renforcer l’efficacité  opérationnelle de l’agence de police Europol, un débat récurrent  depuis plusieurs années.

 

AFP


 

L’apport des mathématiciens arabes à l’œuvre d’Euclide

 

Bibliothèque arabe

Dans son nouveau livre «Opérer sur le continu», Marouane Ben Miled suit à travers des manuscrits pour la plupart inédits, consultés dans les bibliothèques de Téhéran, Mashad, Istanbul, Le Caire, Tunis et Paris, l’interaction qui lie géométrie et algèbre dans la tradition du Livre X d’Euclide, jusqu’à l’épanouissement de l’agèbre aux XIe-XIIe siècles.

 

Aujourd’hui, manipuler des nombres rationnels et irrationnels, ainsi que des équations, pour représenter des grandeurs continues (espace, temps, poids dots) est un acquis. Il n’en a évidemment pas toujours été ainsi. La découverte de l’incommensurabilité dans les grandeurs géométriques a montré l’impossibilité de les traiter numériquement (avec les nombres entiers). Euclide, dans le célèbre Livre X des Eléments, apportera une première réponse à la question, définissant une notion purement géométrique de l’irrationalité.

 

Al-Khawârizmî

Plus tard, s’inscrivant dans la tradition algébrique d’Al-Khawârizmî, de nouvelles lectures du Livre X, entre autres par al-Mâhânî (IXe s.) et al-Khâzin (Xe s.), des définitions numériques des irrationnels seront établies en même temps que les concepts nécessaires au traitement opératoire du Continu. Cette lecture algébrique du livre X — encore récemment attribuée à Bombelli, Stevin ou Viète — a abouti, grâce al-Karajî (XIe s.) et ses successeurs, à la constitution d’un chapitre majeur de l’algèbre, lorsqu’a été posée la question de l’application des opérations de l’arithmétique aux quantités irrationnelles.

 

Marouane Ben Miled est titulaire d’un DEA de Logique (mathématique) et est docteur en Epistémologie et Histoire des Sciences. Pour ses recherches, il est associé au Centre d’Histoire et des Sciences et des Philosophies arabes et médiévales (CNRS, Paris) et membre du LAMSIN, Tunis. Il enseigne l’histoire des sciences et des techniques ainsi que la logique à l’Ecole nationale d’Ingénieurs de Tunis. 

 

« Opérer sur le continu », traditions arabes du Livre X des Éléments d’Euclide, avec l’édition et la traduction du commentaire d’Abù Abdi Allàh Muhammad b. Isà al-Màhani, de Marouane Ben Miled, préfacé par le professeur Roshdi Rashed. 

 

Rédaction Babelmed (12/1/2006)

_________________________________________________________________________________

 

Beït al-Hikma

25, av. de la République.

Carthage Hannibal, 2016. Tunis.

00 216 71 73 18 24

academie.beit-alhikma@email.ati.tn

 

(Source : le site « Babelmed », le 12 janvier 2006)

URL: http://www.babelmed.net/index.php?menu=31&cont=1814&lingua=fr


 

HISTOIRE DE TUNISIE..

 

Janvier 1852

Les lettres secrètes de l’historien Ibn Abi Dhiaf à Mahmoud Ben Ayed

 

Ahmed YOUNES

 

Tel est le titre d’un ouvrage paru récemment en langue arabe et réalisé par le professeur et homme de lettres Ahmed Touili, où il a rassemblé un certain nombre de lettres qu’avait envoyées l’historien Ahmed Ibn Abi Dhiaf, alors ministre sous Mohamed Bey, à Mahmoud Ben Ayed enfin en France.

 

Cette correspondance est intéressante   à plus d’un titre,  car elle émane de l’histoire, mais également  du ministre, et nous donne ainsi   une idée sur  le  contexte  de l’époque où Mahmoud Ben Ayed qui était chargé  des Finances s’était évadé  après avoir « dévalisé » la caisse de l’Etat avec l’aide d’un certain Nessim Chemama qui était à la tête du trésor public.

 

Nous avons déjà relaté  cet événement   dans notre rubrique  ainsi que le discours de Ibn Abi Dhiaf  devant le    Conseil des notables à l’époque où il  défendait Nessim Chemama soutenant qu’il avait la confiance du Bey et qu’à ce titre,  il n’y avait aucun inconvénient  à ce qu’il fasse partie du Conseil, où il représenterait  ses coreligionnaires étant  de confession juive. Il avait détourné  le problème sur le plan  religieux pour inciter, affirmait-il,  à la tolérance, mais il avait   occulté le côté pécuniaire   qui était   la cause principale  de la réticence  de la plupart des membres  du conseil à l’époque.

 

Comme le cocher d’Harpagon  de Molière, Ibn Abi  Dhiaf apparaît sous plusieurs  chapeaux.

Car dans son livre d’histoire du  régime husseinite « Al Ithaf », on est en présence à travers  ses analyses  d’un homme qui s’érige contre le pouvoir absolu  et les abus de certains membres de la cour   qui ont mené le pays à  la ruine à cause de leurs  mauvaises gestions et leurs  agissements   dans leurs propres intérêts et au détriment  de l’intérêt général.

 

Cependant, à travers  ses lettres à Mahmoud Ben Ayed dont quelques unes envoyées un janvier 1852, et que le  professeur Touili précité a eu le mérite de  rassembler et de nous révéler, on est en présence d’un homme  amer, qui regrette    énormément  le départ de Mahmoud Ben Ayed et qui récuse totalement  les accusations, même de ceux qui étaient à l’époque membres de la cour sous Mohamed Bey II,  en les taxant  de jaloux et d’envieux.

 

Ces lettres étaient envoyées secrètement  et à l’insu de Mohamed Bey II et de certains ministres.

Toutefois, l’on se demande si le Premier ministre de l’époque, Mustapha Ben Smaïl, en était informé.

Bien plus, l’on se demande si  Ibn  Abi Dhiaf ne le faisait pas pour paraître  agréable à ce Premier ministre qui était évidemment  de mèche avec Mahmoud Ben Ayed.

 

Car dans ses lettres  Ibn Abi Dhiaf  tenait Ben Ayed informé de ce qui se passait à la cour et de l’ambiance  qui   régnait  dans le pays en son absence, lui faisant comprendre qu’il garde toujours  la sympathie du  Bey et du Premier ministre malgré certaines rumeurs  à son encontre, qu’il considérait  mensongères et calomnieuses.

 

Il voulait à travers  ces lettres  lui montrer surtout qu’il était  de son côté et qu’il le soutenait  en prenant  sa défense auprès du Bey, contre les « envieux » qui lui voulaient du mal  et  qui voulaient   surtout avoir la mainmise sur les  biens qu’il avait en Tunisie, dont des propriétés multiples, agricoles et foncières.

 

En tout état de cause, Ibn Abi Dhiaf, à travers  ces lettres, était   différent de  celui qui  à travers son livre « Al Ithaf » avait dénoncé les injustices de l’ère husseinite pour les avoir connues de près en tant que  ministre du Bey  et s’était érigé  contre tous ceux qui par leurs malversations  auraient nui à l’intérêt du pays.

 

(Source : « Le Temps » du 13 janvier 2006)

 

 

De la star repentie à la barbie voilée:

Nouveaux modèles féminins en Egypte

 

Par Malak LABIB

             

AFP, le 12.01.2006 à 05h53

            LE CAIRE, 12 jan 2006 (AFP) –  En vertu de la religion et pour  le besoin de la mode, le voile encadre désormais le visage de stars  ou de poupées qui font rêver les jeunes égyptiennes.

            « Fulla », une poupée au teint mat et aux yeux marrons,  strictement vêtue, a supplanté la blonde « Barbie » aux yeux bleus et  légèrement habillée, dans les vitrines et sur les rayons des  magasins de jouets du Caire.

            « Fulla se vend mieux car elle est proche de nos valeurs arabes:  jamais elle ne découvre ses jambes ou ses bras », explique Tarek  Mohamed, chef des ventes à Toys’r us, une boutique de Mohandisseen,  un quartier résidentiel.

            Pour la fête musulmane d’Al-Adha, Fulla fait un malheur. Ses  prix qui vont de 60 à 120 livres (10 et 20 USD) sont inférieurs à  ceux des modèles Barbie, pourtant comme elle « made in China ».

            Deux millions d’exemplaires de la poupée pudique auraient été  vendus dans le monde arabe depuis sa conception, en 2003, par la  société New Boy, enregistrée aux Emirats arabes unis.

            La police religieuse d’Arabie saoudite venait de bannir Barbie,  affirmant que « la poupée juive Barbie » et ses tenues « honteuses »  étaient « des symboles de l’Occident pervers ».

            Vendus d’abord dans le Golfe, les premiers modèles de « Fulla »,  le nom d’une fleur en arabe, étaient seulement affublés de l’abbaya  noire traditionnelle la couvrant de la tête aux pieds à l’exception  du visage.

            « Sa garde-robe a dû se diversifier pour s’adapter au marché  égyptien. Autrement dit, elle s’est modernisée », dit Ahmad un  vendeur du magasin de jouets du plus grand centre commercial du  Caire City Stars.

            Derrière l’abbaya, Fulla, au corps aussi svelte et élancé que  celui de Barbie, peut se retrouver en t-shirt moulant et jean, tout  comme la jeune fille égyptienne actuelle dont le voile est souvent  coloré.

            Pour les fêtes de Noël des chrétiens coptes, qui tombait le 7  janvier, le voile n’était plus guère qu’un accessoire. « Ce n’est pas  Fulla en abbaya qu’on a mis en valeur sur les rayons », admet Ahmad.

            Fulla a désormais deux camarades féminines, Yasmeen et Nada, aux  cheveux plus clairs, pour les petites filles nostalgiques des  Barbies blondes.

            Mais elle n’a toujours pas un équivalent à Ken. Un « petit ami »  serait inconvenant au regard des moeurs. Le look de Ken ne choque  d’ailleurs pas dans les rues arabes, car seuls les tabous  vestimentaires pèsent sur les femmes.

            Le prix et le marketing n’expliquent pas seuls un tel succès.  Les signes de l’islamisation de la société égyptienne sont devenus  si généralisés que l’image de la femme idéale ne pouvait que se  modifier dans les magazines people.

            Plusieurs actrices « glamour » se sont récemment voilées sous  l’influence de jeunes prédicateurs comme l’Egyptien Amr Khaled ou le  Yéménite al-Habib ali al-Jafri.

            La plupart d’entre-elles ont quitté la scène mais investissent  désormais le business florissant des médias islamiques.

            Ancienne vedette de séries télévisées « repentie », Abeer Sabri,  qui pourrait servir de modèle pour Fulla, vient d’avouer son désir  de prendre le chemin des studios de cinéma, mais sans renoncer à son  « hijab ».

            « Mettre le voile était une étape essentielle dans ma vie, je ne  le retirerai sous aucun prétexte », a déclaré Sabri, qui anime  désormais un talk show religieux sur une chaîne satellitaire  islamique saoudienne, Iqraa.

            L’ancienne star, dont pas un cheveu ne dépasse du voile, mais  dont le rouge à lèvres semble éclatant, concède être un peu déçue de  n’avoir pas encore eu de proposition pour tourner un film.

            « Je suis sûre que cela n’a pas de rapport avec mon voile »,  assure-t-elle, car « quelque 70% des femmes égyptiennes sont voilées,  et jeunes et âgées adoreraient me voir incarner un rôle dans un  nouveau film ».

            Mais si Abir Sabri n’a toujours pas réussi à tourner de film,  c’est peut-être que les stars plus sexy continuent à faire rêver le  public égyptien qui préfère voir à l’écran ce qu’il ne vit pas dans  son quotidien.

 

AFP


 

1/3 des prisons françaises touchées par le prosélytisme islamiste (rapport)

 

AFP, le 13.01.2006 à 12h53

PARIS, 13 jan 2006 (AFP) –  Plus d’un tiers des prisons  françaises, soit 68 sur 188, sont touchées par le prosélytisme  islamiste, selon un rapport des services de renseignements de la  police française révélé vendredi par le journal Le Figaro.

 

Selon ce rapport des Renseignements généraux (RG), « il y a  actuellement dans les établissements pénitentiaires français 175  individus qui s’adonnent au prosélytisme islamiste ».

 

Toutefois, indique le rapport, sur les 175 personnes  identifiées, une demi-douzaine semble susceptible de basculer dans  l’action violente.

 

Les RG ont recensé en 2005 quelque 200 actes de prosélytisme  dans les prisons françaises: appels à la prière collective (30% des  cas), pressions sur les codétenus, exigences diverses comme  l’aménagement de locaux religieux, acquisition de tapis et  autorisation d’afficher sa conviction religieuse, notamment dans  l’habillement.

 

Les pressions sur les surveillants restent en revanche très  rares.

 

10% de ces islamistes incarcérés sont adeptes du salafisme,  doctrine fondamentaliste qui, rappellent les Renseignements  généraux, prône une « opposition au mode de vie occidentale » et une  « légitimation de la violence ».

 

Les RG relèvent la « percée de plus en plus forte » de ce  mouvement même si le mouvement fondamentaliste tabligh, qui rejette  la violence, reste largement majoritaire.

 

Agés de 20 à 30 ans, ces prédicateurs sont français à 70%, les  autres étant maghrébins, turcs, pakistanais ou ressortissants de  pays de l’ex-Yougoslavie. Ils sont presque tous issus d’un milieu  modeste. Au moment de leur incarcération, les deux-tiers étaient au  chômage ou sans profession, un quart était ouvrier ou employés.  Moins de 10% étaient étudiants, cadres ou membres de professions  libérales.

 

AFP


Avancerions nous mieux, si nous avancions, pour ainsi dire, masqués ?

   

« La sincérité est une ouverture de coeur. On la trouve en fort peu de gens, et celle que l’on voit d’ordinaire n’est qu’une fine dissimulation pour attirer la confiance des autres ».
La Rochefoucauld Il y des notions, qui par leurs caractères universels et indéniables, posent problème au sein de certains milieux de pensée sclérosés par le dogme du déterminisme. La plus fondamentale de ces notions : la notion de liberté, représente un mur, hélas, encore infranchissable pour des esprits en manque d’indépendance. Bien sur, affronter frontalement une si noble valeur est impossible. C’est même un exercice qui ne peut que révéler à la lumière du jour la peur viscérale qu’éprouvent certains de se retrouver confronter à une si lourde tache, celle d’être les maîtres de leurs destinées. Ne pouvant pas contester la pertinence d’un système basé sur la liberté d’être, la liberté de croire et de pratiquer selon une approche individuelle et indépendante, on s’attaque, comme c’est généralement le cas, à l’intégrité intellectuelle de ceux qui se réclament de ce droit fondamental. Les réactions de certains, suscitées par l’entretien de M.Talbi [i] et le texte de M.Dridi [ii], sont l’illustration parfaite de cette intransigeance primitive et de l’espace de plus en plus restreint, dans le quel certains esprits réactionnaires, tentent de cantonner, ceux qui par leurs approches réformistes, tentent de penser loin des dogmes du passé. Dans l’affirmation de M.Talbi de « pouvoir vivre son éthique musulmane dans n’importe quelle société, même les plus permissives d’entre elles », il n’y guère un appel au désintéressement des affaires de la cité, ni une incitation à vivre « en vase clos et en ghetto ». Affirmer cela ne peut être qu’une tentative pathétique de déformation, bien que je puisse comprendre son utilité, pour le raisonnement de ceux qui la pratique, elle ne constitue pas, à mon avis, une méthode intellectuellement honnête. Ce qui semble clairement émaner de cette affirmation c’est la place prépondérante qui doit être donnée aux choix individuels et son rejet de toute forme de prosélytisme, et la on voit bien la confusion dans les esprit de certains quant au rôle du citoyen dans la cité. Dans une cité, l’individu est en premier lieu citoyen avant d’être musulman, chrétien, juif, hâté, agnostique où que s’ai-je encore. Cela est d’ailleurs valable sans considération de la tradition ou la culture de la société en question. En tant que citoyen musulman, il peut s’impliquer dans les affaires de la cité pour apporter sa pierre à l’édifice de la citoyenneté, mais son rôle ne peut être celui de faire en sorte que les autres citoyens deviennent musulmans à leur tour. L’aide qu’il pourra porter aux autres ne peut être assujettie à l’appartenance religieuse de celui envers qui il le fait. Par définition l’engagement citoyen est basé sur l’altruisme et la responsabilité, du moment ou il se transforme en un calcul, il perd son caractère citoyen pour se transformer en un prosélytisme primaire. C’est donc la citoyenneté qui oblige l’individu à l’implication dans les affaires de la cité et non pas sa religiosité par l’intermédiaire de la citoyenneté qui lui confère ce droit ou cette obligation. Le plus surprenant dans la critique faite à cette affirmation de M.Talbi, c’est qu’elle prétend prévenir du communautarisme et de la ghettoïsation, alors que baser l’implication citoyenne sur la religiosité est le principe même du communautarisme religieux. Un autre point fondamental semble poser problème, celui de la « conciliation de l’islam avec la démocratie ». Sur ce point je suis d’accord avec les détracteurs de M.Talbi. Cette question est bien dépassée, mais nullement parce qu’on a définitivement résolu le problème des « réformes du corpus des textes juridiques », cette question reste encore une épine dans le pieds de toutes les sociétés de culture musulmane et je ris presque en lisant que la charia ne sert plus que les « archaïques qui font le malheur de l’islam ». L’esprit brillant qui a accoucher de cette affirmation prend peut être ces rêves pour des réalités. Ou a t-il oublié que ces même régimes « usurpateurs » ont été et restent encore les meilleurs soutiens pour toutes les mouvances islamistes que ce soit dans le monde ou en Tunisie et Ennahdha ne fait pas exception. Je parle d’Ennahdha, parce que j’apprends aujourd’hui qu’elle ne représente (ou ce qu’il en reste) plus rien en Tunisie. Je veux bien l’admettre, mais celui qui affirme que « Ghannouchi a fait beaucoup de mal au mouvement islamique Tunisien », a sûrement oublié de dire que c’est depuis le schisme provoquer par Slah Karker (que soit dit en passant, rabbi ichfih) qu’il est considéré de la sorte. Du moment de leur « combat » sur le sol Tunisien, ils ont largement profité de la générosité de ceux qui représentent aujourd’hui, nouvelle stratégie oblige, le malheur de l’islam. Quelle manière élégante de bouter en touche la question qui occupe le monde musulman depuis l’écriture par l’homme du dit   corpus. Les exemples des régimes qui ont appliqué ou qui appliquent encore aujourd’hui la charia et en dépit de tout le mal qu’ils ont perpétré, sont selon cette « brillante analyse » une aberration et une perversion de l’esprit des textes. Raisonnement circulaire qui suppose démontrer la thèse que précisément, l’expérience vient de réfuter. C’est comme si l’horreur des conséquences prouve l’excellence du principe ! Plus encore que la conciliation de l’islam avec la démocratie, c’est la conciliation de l’interprétation de l’islam avec la liberté, et donc du corpus juridique, avec celle-ci. L’islam du fait de son essence divine étant parfait dans l’absolu, ce qui est perfectible, c’est la relation du musulman avec l’islam. Je vous avouerai que devant cette vague de reconversions aux valeurs démocratiques qui semble toucher toutes les formations politiques tunisiennes même les plus idéologiquement éloigner de ce concept, je me pose la question de la pertinence de concevoir une alliance sur une valeur aussi abstraite. La démocratie est-elle un rempart suffisamment solide contre le fanatisme et les idiologies totalisantes ? Les expériences passées et actuelles, et cela même au sein des démocraties occidentales, ont montré que la démocratie ne peut être à elle seule un rempart contre le totalitarisme. Cette démocratie du plus grand nombre, dont les « forces démocratiques tunisiennes » se référent et qui semble faire l’unanimité aux prés de leurs leaders, ne nous préserve en rien de la répétition à l’infini de se que nous vivons aujourd’hui, à savoir une « démocratie des tyrans  [iii] ». Je comprends aisément que les mouvances islamistes tunisiennes se reconvertissent à la foi démocratique, et qu’un parti comme Ennahdha renoncent même à son caractère islamique. Quel moyen plus simple et indétectable, que celui du suffrage du plus grand nombre pour arriver à ce qu’on voulait accomplir par la violence ou la révolution ? Dans ces conditions il est clair qu’il faut rester prudent et avancer en connaissant les intentions des uns et des autres. Il ne s’agit point de se contenter de professions de foi démocratiques et des discours de circonstances. Il ne suffit pas de dire : je suis jésus, pour pouvoir marcher sur l’eau. Renoncer à la charia comme le préconise M.Talbi, est une première condition, mais elle est à mon sens, insuffisante pour se prémunir des intentions totalisantes de l’islamisme. C’est la reconnaissance claire et formelle du caractère circonstanciel d’une partie des textes. Ceci ne remet pas en cause l’intemporalité du coran, mais nous permet de faire une lecture actuelle tout en gardant l’esprit avant-gardiste et réformateur de ces origines. Le Coran n’a pas seulement vocation d’être un texte en avance sur son époque, mais également en avance sur toutes les époques, dont la notre. Evoquer Tarek Ramadan pour admirer son progressisme et son savoir incommensurable est une chose que je veux bien admettre, chacun à le droit de choisir ses idoles, mais tous ceux qui ont déjà assisté à une conférence de Tarek Ramadan vous dirons l’écart flagrant entre son discours pour le « publique universel » et celui d’un publique ciblé et conquis. Exemple parfait de « dissimulation » ? Je ne serais le dire. Mais ce qui est certain c’est qu’à la question : faut-il, oui ou non, condamner la lapidation : Ramadan dit « je dois être pédagogue dans un monde musulman ou mon opinion est minoritaire  [iv] » sans pour autant condamner cette pratique barbare. Devant une question, ou la réponse pour un progressiste, devait être évidente, et alors qu’il est écouté par des milliers et milliers de musulmanes et de musulmans en France et dans le monde, Tarek Ramadan semblait mal à l’aise et a préféré ménager la cessibilité des males musulmans. Je ne sais pas ce qui est le plus inquiétant dans la réponse de Ramadan, est-ce le fait qu’il faille être pédagogue, pour expliquer que tuer une femme à coup de pierres, plus d’être une pratique odieuse pour tout musulman, est injuste puisque seule la femme est généralement punie, ou le fait qu’un tel progressisme, aussi mou soit t-il, ne représente qu’une minorité dans le monde musulman. Les deux suppositions me font personnellement froid au dos. Le cheikh Rashar Hasseen Khalil, égyptien et ex-recteur de la faculté de El Azhar, n’a pas eu la même gêne que Ramadan pour fulminer une Fatwa invalidant le mariage pour les couples qui procréent dans la nudité ; Ou comment procréer sans copuler ! Question fondamentale qui montre le chemin qui reste à parcourir avant que certains hommes arrêtent de se prendre pour Dieu.   Alors quoi de plus naturel que de pousser aussi bien Tarek Ramadan que tous ceux qui parlent au non de l’islam, dans leurs retranchements. Il y des questions dont il vaut mieux connaître très vite les réponses ! Il y des chemins, par la convoitise de ceux qui veulent les gravir, sont semés d’embûches ; Le chemin vers la liberté est de ceux la. Ceux qui espèrent le gravir, doivent porter leurs idées au bout de leurs bras, bien visibles au commun des mortels. Ceux qui prétendent au suffrage universel, doivent avoir leurs intentions bien en vues et non dans l’arrière de leurs pensées. Les mouvances islamistes au même titre que le reste des partis et organes de l’opposition tunisienne, doivent être acculés à s’engager devant le peuple tunisien sur des questions cruciales concernant les libertés de tous : La liberté religieuse, la liberté intellectuelle et la liberté d’entreprendre. Ils doivent être acculés à s’engager devant le peuple tunisien pour une démocratie « véritable », loin du mythe de « l’homme providence » et du culte de la personnalité. Pour l’instant rien, ni dans leurs idées ni dans leurs comportements, ne nous laisse croire que les leaders de l’opposition tunisienne ont choisi d’emprunter le bon chemin. Ils se veulent démocrates mais ne pratiquent que la langue de bois et le double discours, il faut dire qu’ils étaient à bonne école : celle de la dictature. Ils crient à l’abus de pouvoir alors qu’ils sont autant de dictateurs en herbes, qui, au sein de leurs partis, monopolisent le pouvoir depuis des lustres, mènent leurs barques loin de l’avis de leurs bases et imposent leur dictature à des jeunes embrigadés innocents, ou volontaires. Gardons nous de croire trop vite aux professions de foi de nos « démocrates ». Méfions nous des discours creux et faussement nouveaux qui inondent, de nos jours, la scène politique tunisienne. Pour citer le fameux duo, Mounji El Ouni et Noureddine Ben Ayed, méfions nous des « msamer lim sâddaa » là ou ils se trouvent. Les chants des nouvelles sirènes démocratiques tunisiennes n’arriveront   pas à séduire ne serait ce que le plus naïf des tunisiens. [i] « La charia ou l’islam, il faut choisir », Mohamed Talbi, propos recueillit par Dominique Mataillet, JA/L’Intelligent N° 2346-2347 du 25 décembre 2005 au 7 janvier 2006, pages 100-107. [ii] « Ce dont nous avons besoin, c’est une sécularisation », Mourad Dridi, Tunisnews 05 janvier 2006    [iii] « De la dictature démocratique à la démocratie des tyrans », Mourad Dridi, Réveil Tunisien 26 février 2004 [iv] 100 Minutes, France 2, 20 novembre 2003 Malek El Ansari Paris le 13/01/2006 http://stranger-paris.blogspot.com/

 

 


 

Le dossier du journal « Le Monde »

L’impact des Frères musulmans

Cécile Hennion

 

Deux sabres croisés autour d’un Coran et un mot d’ordre : « Préparez-vous ! » L’emblème des Frères musulmans, en forme de médaillon, domine un immeuble du quartier Toufiqiyya, au coeur du Caire. Il symbolise « la défense de l’islam par l’action », objectif de la confrérie fondée en 1928 par l’instituteur égyptien Hassan Al-Banna et officiellement interdite depuis 1954. Malencontreusement oubliée par la police égyptienne à deux pas des ministères, la présence de cet emblème – lui aussi prohibé – illustre l’ambiguïté du statut des Frères musulmans en Egypte : interdits mais tolérés, illégaux en tant que parti politique mais participant activement au jeu électoral du pays.

 

 Malgré plus de cinquante ans d’interdiction et de relations complexes avec les régimes égyptiens successifs – allant de l’alliance politique à la persécution physique -, les Frères ont continué d’exister, investissant les champs où l’Etat faisait défaut (aide sociale, secteur scolaire, santé, etc.) mais aussi les syndicats. Le syndicat des médecins est aujourd’hui présidé par Abdel Monem Al-Fotouh, cadre très populaire de la confrérie. Les syndicats des pharmaciens, des ingénieurs et des avocats ont suivi.

 

S’il en était besoin, l’afflux des fidèles dans les milliers de mosquées de la capitale, la disparition progressive des jupes ou des manches courtes chez les femmes, parallèlement à la multiplication des hidjabs (voiles islamiques), les hommes de plus en plus nombreux à arborer la barbe ou la zabiba – stigmate de leurs prières quotidiennes – sur le front : tous ces signes de l’islamisation de la société égyptienne suggèrent depuis longtemps que les Frères musulmans n’ont pas perdu leur vigueur.

 

Les résultats des dernières élections législatives en Egypte, annoncés le 8 décembre 2005, ne laissent guère de doute. En emportant 88 sièges au sein du nouveau Parlement, malgré les manoeuvres du régime visant à enrayer ce succès, les Frères musulmans sont officiellement devenus la deuxième force politique du pays.

 

Depuis cet « exploit », terme employé par les cadres de la confrérie, le bureau de la direction de l’association — au deuxième étage d’un bâtiment modeste de l’île de Rhoda — est devenu le lieu d’une activité intense. Les meetings politiques s’y succèdent, tandis que défile la presse internationale. « Soyons francs : 88 députés ne pourront jamais influencer les décisions ou la morphologie du Parlement, modère Mohammed Habib, vice-guide de la confrérie, mais nous pourrons initier des dialogues sérieux et renforcer le pouvoir législatif. »

 

Le programme de la confrérie, résumé par sa direction, se décline en trois points : réforme politique (multipartisme, pouvoir au peuple, fin de l’état d’urgence instauré depuis 1981) grâce au remaniement de la Constitution; développement de la recherche scientifique et introduction des technologies de pointe comme bases du progrès ; développement global dans les domaines du social et de l’économique.

 

Avec, en toile de fond, « l’islam, indissociable de la politique et de toutes les composantes de la vie sociale. Quand nous parlons de remaniement constitutionnel, explique le guide suprême, Mohammed Mahdi Al-Akef, nous pensons à l’établissement de la Charia afin de poser les bases d’une démocratie islamique. »  Ce projet à long terme exclut, selon lui, « tout recours à la violence et s’inscrit dans le cadre strict des lois égyptiennes ».

 

Au-delà de leur victoire électorale, l’influence réelle des Frères musulmans en Egypte demeure incertaine. Leur efficacité sur le terrain est remarquable. Même si leur revue, Al-Daawa (« L’Appel ») est interdite, la confrérie a su tirer profit d’Internet. Une simple visite au bureau de la direction du mouvement permet d’être abonné automatiquement à ses bulletins d’information, et un site en anglais, ikhwanweb.com, est à présent disponible à côté du site arabe (ikhwanonline.com).

 

Mais Mohammed Habib reste évasif quand on lui pose la question : « Combien de Frères actifs la confrérie compte-t-elle ? » « C’est un sujet dangereux, dit-il : le journal gouvernemental (Al-Ahram) nous en attribue 750 000. Nous n’avons ni confirmé ni démenti. Les services de renseignement connaissent les trois quarts de nos membres : nous n’allons pas les aider en publiant des listes complètes qui faciliteraient la répression, ou en avançant des chiffres qui pourraient être considérés comme un défi aux autorités. » « Selon ce même principe, ajoute-t-il, nous n’avons présenté que 161 candidats aux élections législatives, pour ne pas donner dans la provocation. »

 

L’interdiction qui frappe l’association a également permis de tenir sa comptabilité loin des regards indiscrets. Outre les fortunes amassées dans les pays du Golfe par les frères partis en exil lors de la grande répression nassérienne et revenus sous Sadate, la confrérie recevrait mensuellement 7 % du salaire de ses membres, « 10 % au début de la seconde Intifada, dont 3 % étaient destinés à aider les Palestiniens », précise le frère Abdel Menem Mahmoud.

 

In fine, la culture du secret entourant la confrérie autorise toutes les supputations. Elle permet de penser que les Frères musulmans exagèrent leur popularité, comme le pense le parti Tagammou (« Rassemblement », de tendance marxisante), très critique envers l’association islamique.

 

Pour expliquer son succès, les représentants du parti Tagammou mettent en avant, selon les régions, l’influence croissante d’islamistes beaucoup plus radicaux tels que les salafistes ; les réactions de sympathie d’une société vénérant les « martyrs » après les arrestations massives de frères ; ou les votes de protestataires – issus de toutes les catégories, religieuses ou non – exprimant le ras-le-bol face au régime de Hosni Moubarak et à la crise économique.

 

Le secret, voire la taqyiyya (« dissimulation »), dans lequel agissent les Frères musulmans effraie aussi, notamment la minorité copte (entre 6 % et 12 % de la population égyptienne), qui n’hésite pas à y déceler des ambitions cachées et dangereuses. Cette dernière analyse est vivement démentie par la confrérie. Le secret a été induit par « l’atmosphère dictatoriale du régime égyptien, interdisant ou infiltrant tout mouvement politique susceptible de lui faire de l’ombre », affirme par exemple Essam Al-Erian, un cadre important. « Ce n’est pas une stratégie, mais une conséquence du manque de liberté », ajoute-t-il.

 

L’association des Frères musulmans reste pour le moment une organisation très fermée. Obtenir une adhésion s’effectue après un parcours initiatique complexe. A la base, des « familles », comparables à des associations de quartiers, recrutent ses membres en masse, dès leur plus jeune âge, dans les mosquées ou par le biais de services sociaux. Ceux qui montrent des dispositions sont encadrés et poussés à partager leurs idées avec leurs proches, dans les associations estudiantines par exemple. Mais ces jeunes contingents n’appartiennent pas pour autant à l’organisation.

 

« Mes parents sont conservateurs, pratiquants et admirent les Frères, mais ils ignorent que j’en suis un, même s’ils s’en doutent car, suite à mes activités, mon frère a été interdit de service militaire et mon cousin radié de l’Académie de police », explique ainsi Abdel Menem Mahmoud, 27 ans. « De même, beaucoup de jeunes croient être « frères », alors qu’ils ne sont qu' »apprentis ». Ce n’est qu’après bien des épreuves, et après avoir été recommandés personnellement par un membre de la confrérie, qu’ils intègrent le premier grade de « frère actif » », ajoute-t-il.

 

Les épreuves consistent à donner sans compter son temps et son énergie, et généralement à passer par de redoutables séjours en prison. Abdel Menem a été arrêté le 1er janvier 2003, et détenu pendant un an. « C’est là que j’ai appris à n’avoir peur de rien, raconte-t-il : j’ai été torturé pendant trente jours à l’électricité sur tout le corps. Des officiers criaient : « Tu n’es pas un homme, mais un animal ! Tu n’es pas un nom, mais un numéro ! » J’étais le n° 26, nu, les yeux bandés et les mains liées, même pour dormir. J’ai réfléchi : qu’est-ce qui me poussait à être humilié ainsi ? Cela a renforcé mes convictions intimes : le besoin d’une société saine, dans tous les domaines, grâce à l’islam. En sortant, l’officier m’a dit qu’il avait honte, qu’il ne faisait qu’exécuter des consignes. J’ai compris qu’il était le faible et moi le fort. »

 

Plus tard, un membre de la confrérie a annoncé à Abdel Menem qu’il était devenu « frère actif ». D’autres épreuves attendent le jeune homme avant d’aspirer à être élu au Maglis Al-Choura (conseil consultatif de 100 membres), qui désigne les 13 membres de la direction du mouvement.

 

Bâti autour de l’enseignement de la pensée d’Hassan Al-Banna, un « programme pédagogique » constitue le ciment de cette pyramide. « Malgré nos personnalités différentes, nous avons tous baigné dans cette même eau, explique Abdel Menem : nous sommes des clones, dans un sens positif. »

 

La confrérie n’est cependant pas exempte de contradictions. Deux courants, plus ou moins dogmatiques, sont sans cesse en compétition, même si, jusqu’à présent, la tendance légaliste et modérée l’a emporté au sommet. Qu’en sera-t-il de la prochaine génération ? Abdel Menem confie qu’il souhaite une famille nombreuse, « traditionnelle et conservatrice ». Et que dirait-il si, à l’avenir, ses filles refusaient de porter le voile islamique ? « Je serais déçu, mais je ne les forcerais pas, réfléchit-il : j’ai appris que toute forme d’oppression mène à l’incompréhension et à l’extrémisme. »

 

(Source : « Le Monde » daté le 14.01.06)

 


« Une réhabilitation de ce que j’appelle « le droit de parler musulman » »

 

Directeur de recherche à l’Institut de recherche sur le monde arabe et musulman (Irenam, CNRS), à Aix-en-Provence, François Burgat vient de publier L’Islamisme à l’heure d’Al-Qaida (éd. La Découverte, 2005).

 

Quelle est l’influence de la pensée des Frères musulmans et l’origine de leur capacité de mobilisation ?

 

 

En 1928, Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères, a donné sa visibilité politique à une dynamique de réhabilitation de ce que je nomme « le droit de parler musulman ».

 

Dans le contexte d’une mondialisation américaine aux relents de nouvelle colonisation, cette affirmation identitaire continue aujourd’hui à fournir aux mobilisations en tous genres leur meilleur lexique, moins parce qu’il est religieux que parce qu’il est perçu comme plus « endogène ». Les élections égyptiennes viennent de rappeler, une fois encore, qu’il se révèle bien plus mobilisateur que celui de la gauche laïque.

 

Dans chacune des enceintes nationales comme dans l’arène Nord-Sud, les Frères musulmans l’utilisent pour relayer des revendications banalement sociales et politiques, nationalistes ou « anti-impérialistes ». Nous autres, Occidentaux, « démonisons » de façon très simplificatrice cette génération politique car elle nous donne l’impression de vouloir conduire plus loin encore – sur le registre symbolique – cette dynamique indépendantiste que nous avons déjà eu beaucoup de mal à accepter lorsque, en son temps, elle s’exprimait en usant de « nos » codes nationalistes laïques.

 

La bonne santé du « parler » des Frères musulmans ne veut pas dire, en revanche, que leur « agir », c’est-à-dire leur pensée et leur programme, n’est pas traversé par des dynamiques de modernisation sociale, d’adaptation à la diversité des environnements nationaux ou par toutes les tensions inhérentes, pour le pire ou pour le meilleur, à n’importe quel courant politique.

 

D’où viennent les excroissances radicales et pourquoi la pérennité des Frères n’en souffre-t-elle pas ?

 

On ne distingue pas assez systématiquement la radicalisation sectaire (le fait, parfaitement condamnable, de criminaliser l’appartenance de l’autre) que pratique une minorité, de la radicalisation politique (qui peut conduire à l’action armée) dont la légitimité est acceptée par un bien plus grand nombre.

 

Face à ce que beaucoup perçoivent comme la permanence d’une domination arrogante, le recours aux armes du Hamas ou même celui de Ben Laden – quand bien même leurs postures sectaires sont, en tant que telles, loin de faire l’unanimité – ne suffisent pas à discréditer ce lexique de la « reconstruction » musulmane.

 

Pour disqualifier des oppositions ou des résistances très profanes — loin d’être toujours illégitimes -, nous empruntons souvent le raccourci analytique qui consiste à les « expliquer » par la seule islamité du discours de leurs militants.

 

En fait, hormis dans une frange extrémiste comme il en existe partout, les conduites radicales participent moins d’un repli sectaire que d’une contre-violence. Elles sont nourries par les profonds dénis de représentation, par cette sorte de ras-le-bol politique que partage toute une génération confrontée à l’autoritarisme des régimes et à l’unilatéralisme des politiques occidentales ; et, par-dessus tout, à cette sorte de sous-traitance de la répression à laquelle aboutissent les alliances que passe l’Occident, pour garantir ses intérêts, avec ces régimes que je dénonce comme les « Pinochet arabes ».

 

 

Qu’est-ce qui singularise les Frères au sein de la mouvance islamiste ?

 

L’une des façons les plus crédibles d’attester la nature et l’importance de la spécificité des Frères est d’examiner le contenu des critiques extrêmement virulentes que leur adressent les membres des tendances sectaires.

 

En dénonçant, « preuves » à l’appui, leurs « concessions à la laïcité » ou « à la démocratie », Al-Zawahiri (l’idéologue d’Al-Qaida, d’origine égyptienne) démontre mieux que quiconque que les Frères sont bel et bien des vecteurs de la modernisation de leur société. Une modernisation plus endogène, et de ce fait plus fonctionnelle que celle que les élites « laïques » ont en partie échoué à imposer.

 

Propos recueillis par Mouna Naïm

(Source : « Le Monde » daté le 14.01.06)

 


 

Edito du Monde

Pensée « frériste » 

De nombreux courants politiques ont parcouru les opinions publiques arabes, majoritairement musulmanes, au cours du XXe siècle. Aux mouvements nationalistes du temps de la colonisation ont succédé le nationalisme arabe, le nassérisme, le baasisme et toutes les chapelles du communisme. Un seul a survécu, celui des Frères musulmans, ou plutôt de la pensée « frériste » : une volonté d’être et de « parler » musulman, comme dit le spécialiste de l’islam François Burgat, une revendication identitaire qui s’affirme avec force.

 

 Les élections législatives en Egypte en ont donné une illustration spectaculaire. A la faveur de la fenêtre de liberté qui s’est ouverte sous la pression américaine au pays des pharaons, les Frères musulmans ont concouru à visage découvert et les Egyptiens ont étanché, dans une certaine mesure, leur soif de liberté d’expression. Ils ont affronté les blocages en tous genres pour déposer leurs bulletins dans l’urne.

 

Résultat : un succès retentissant des Frères, qui ont multiplié par six le nombre de leurs représentants au Parlement. Il s’agissait bien sûr d’un vote de rejet du parti du président Hosni Moubarak, qui verrouillait le champ politique, et d’une attitude considérée comme étant trop dépendante des Etats-Unis, notamment vis-à-vis d’Israël, que le guide suprême des Frères a qualifié, après la victoire électorale, de « tumeur ». Ces élections ont aussi révélé la faiblesse de l’opposition laïque ou semi-laïque, tuée dans l’oeuf au fil des ans par le pouvoir.

 

Les Frères doivent en partie ce succès à l’ancienneté et à la pérennité, contre vents et marées, d’une association fondée en 1928. Mais, en Egypte comme dans d’autres pays où leur pensée est une source d’inspiration pour des formations autochtones, ils sont les bénéficiaires de l’échec des autres idéologies « importées ». Surtout, ils représentent un mouvement légaliste, porteur, aux yeux des gens du cru, du marqueur de leur identité, de leur appartenance à un monde musulman dont les valeurs ne sont pas forcément identiques à celles d’un Occident majoritairement chrétien, mais qui se veut universaliste.

 

Leur « parler » religieux est un parler politique qui les oppose aux pouvoirs en place. Ils voient dans ces régimes des clones d’un Occident dominateur dont ils partagent la responsabilité d’une plaie ouverte : la question de la Palestine. Les tentatives de surenchère à l’islamisme de certains régimes se sont dégonflées comme des baudruches.

 

 

Le discours des Frères est aussi social et économique, et s’adapte aux spécificités nationales, tout en incarnant une vision de la charia (loi révélée par le Coran) très rigide. Compte tenu de l’autoritarisme qui prévaut dans cette partie du monde, de la faiblesse des autres oppositions et du radicalisme des excroissances de l’islam politique, la pensée frériste ne manquera pas de bénéficier, dans un premier temps au moins, d’une ouverture du champ politique.

 

(Source : « Le Monde » daté le 14.01.06)

 

 

EN SUISSE ET EN ALLEMAGNE, LES MEDIAS ET LES POLITICIENS NE MENAGENT PAS LEURS GOUVERNEMENTS SUR LE SUJET DES RELATIONS AMBIGUES ENTRETENUES AVEC LA CIA ET LES USA …

 

Irak : les services allemands ont informé les USA sur des sites civils

   

AFP, le 13.01.2006 à 13h13

            BERLIN, 13 jan 2006 (AFP) –  Des agents du renseignement  allemand à Bagdad ont « transmis des informations » en 2003 aux  services américains pour éviter que des institutions comme les  écoles, hôpitaux et ambassades ne soient prises par erreur pour  cibles des frappes américaines, a fait savoir vendredi le  gouvernement.

            Le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères,  Martin Jäger, a souligné lors d’un point de presse que cette  transmission d’informations s’inscrivait dans le cadre d' »un échange  régulier avec la partie américaine ». 

            Le service de renseignement extérieur BND était compétent pour  déterminer lui-même ses opérations, a dit M. Jäger. 

            L’actuel ministre des Affaires étrangères Frank-Walter  Steinmeier, qui était alors chef de cabinet du chancelier Gerhard  Schröder et chargé à ce titre de la coordination des services  secrets, a participé à la décision ayant conduit à maintenir deux  des agents du BND en Irak, a précisé le porte-parole.

             « Sur la base de la situation particulière » en Irak, a expliqué  le porte-parole adjoint du gouvernement Thomas Steg, les  collaborateurs du BND « ont livré leurs propres informations aux  services compétents en Allemagne, pour leur permettre d’évaluer la  situation ».

            « Dans ce contexte, a-t-il ajouté, sur la base de connaissances  spécifiques sur place, ils ont transmis des informations afin que  des institutions civiles comme des écoles, jardins d’enfants,  hôpitaux, ambassades, ne soient pas par erreur et de manière non  intentionnelle les cibles d’attaques ». « Ces informations, a-t-il  souligné, ont été transmises pour aboutir à un résultat, à savoir  que ces institutions ne soient pas attaquées ».

            M. Steg a rappelé que le gouvernement Schröder avait tracé une  « ligne rouge » qui excluait la participation de soldats allemands aux  opérations, ce qui a toujours été le cas.

            Le quotidien Süddeutsche Zeitung et la chaîne publique ARD  avaient affirmé que, malgré le refus du gouvernement de Gerhard  Schröder de s’associer au conflit, deux fonctionnaires du BND  étaient restés à Bagdad au printemps 2003 et avaient fourni des  informations à l’armée américaine. 

            Ces révélations ont déclenché une tempête politique en  Allemagne, et les partis d’opposition préconisent la constitution  d’une commission d’enquête parlementaire. 

            Frank-Walter Steinmeier avait confirmé jeudi que le BND avait  des employés à Bagdad, mais démenti un « soutien actif aux activités  de combat » en Irak. Le ministre, évoquant l’affaire vendredi, a jugé  « schizophrène » de penser que l’Allemagne ait pu s’opposer à la  guerre en Irak tout en la soutenant « par derrière ». « Je ne  permettrai pas qu’on réécrive l’Histoire », a-t-il dit.

 

AFP


 

PRISONS DE LA CIA Conseil fédéral silencieux

 

«La Suisse est-elle à la solde des Américains?»

 

BERNE Servilité, autisme, attitude de plouc. Ce sont les mots qui reviennent parmi certains parlementaires pour qualifier l’attitude du Conseil fédéral quant au contenu du fax égyptien. La colère et l’incompréhension grondent

 

Anne Dousse

 

«La Suisse est-elle à la solde des Américains?» C’est la question qui tarabuste le PDC Christophe Darbellay. Il ne comprend pas que le Conseil fédéral n’ait pas exigé immédiatement des explications de Washington sur le contenu du document secret de l’Egypte intercepté par nos services secrets. «Il s’agit de l’existence de prisons secrètes en Europe. Notre gouvernement raisonne comme un plouc. Où est passé le courage qu’il affichait à Tunis[100] lorsque Samuel Schmid a dénoncé les violations des droits de l’homme?» s’interroge le conseiller national.

 

La cordiale poignée de main entre le président de la Confédération, Moritz Leuenberger, et l’ambassadrice américaine à Berne, mercredi, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du corps diplomatique, est restée en travers de la gorge de bien des parlementaires. Le radical Dick Marty, chargé par le Conseil de l’Europe d’enquêter sur les geôles secrètes en Europe, a, le premier, tancé le gouvernement. Sur les ondes de la Radio suisse romande, il a parlé «d’attitude servile». Le sénateur tessinois a rappelé l’empressement de la Suisse à faire la leçon à Fidel Castro ou à la Birmanie, mais son silence quand il s’agit du grand frère américain.

 

Avis partagé par un autre radical, Yves Christen. «Il est plus aisé de sermonner les Etats plus faibles. Le Conseil fédéral se comporte en autiste au moment où la Suisse joue un rôle-clé dans la défense des droits humains. Il met à mal notre réputation. C’est très grave. » Le Vaudois fait remarquer que Micheline Calmy-Rey n’a pas hésité à condamner l’invasion de l’Irak, contraire au droit international, et à s’élever contre le traitement infligé aux détenus islamistes de Guantánamo. «Pourquoi le gouvernement n’affiche-t-il pas la même détermination que la cheffe des Affaires étrangères et ne fait pas de ce dossier une affaire d’Etat?» Christophe Darbellay se demande, lui, «si cette discrétion cherche avant tout à préserver les négociations sur le nouveau traité de libre-échange avec les Etats-Unis: le commerce avant les droits de l’homme».

 

Hier, devant la Commission de politique de sécurité des Etats, Samuel Schmid a expliqué que le Conseil fédéral voulait mettre en lumière toutes les pièces du puzzle. Ensuite, il agira. «Rien ne l’empêche de réclamer déjà des comptes aux Américains», insiste Christophe Darbellay.

 

(Source : « Le Matin » (Suisse), le 13.01.2006)


 

Suisse

 

RENSEIGNEMENT. Le premier patron de la CIA, Allen Dulles, avait créé à Berne, en 1942, un réseau d’espionnage. Aujourd’hui, la «Compagnie» a tendance à prendre les Suisses de haut.

 

Les Suisses et la CIA, ou l’histoire d’un vieux couple

 

Denis Masmejan

 

Entre la Suisse et le renseignement américain, c’est à deux pas du Palais fédéral, à la Herrengasse 23, en 1942, dans un immeuble ancien en vieille ville de Berne, que tout a commencé. On n’ira pas jusqu’à dire que la future Central Intelligence Agency (CIA) est née là, mais le raccourci ne serait pas complètement idiot. C’est là en tout cas, entre le Münster et la place Fédérale, que le futur patron de la CIA, Allen Dulles, a monté l’un des principaux réseaux de renseignement américains pendant la Seconde Guerre mondiale, étendant ses ramifications jusqu’au sein du haut commandement allemand.

 

Réaliser ça là, à Berne, crée forcément des liens. «Entre eux et nous, c’est un vieux collage», comme le résume un spécialiste suisse du renseignement, au moment où l’affaire des prisons secrètes de la CIA et de la fuite d’un fax du Ministère égyptien des affaires étrangères place le Conseil fédéral dans une posture délicate.

 

«En tout cas, on se connaît», dit la même source, qui conteste toutefois que ce long compagnonnage puisse amener Berne à ménager l’ami américain, mal pris dans l’affaire de prisons secrètes. Au contraire, les Suisses seraient loin d’être inactifs. Dans le huis clos des échanges diplomatiques, et notamment en raison de l’engagement déterminé de Micheline Calmy-Rey, ils ne manqueraient pas une occasion de fustiger Guantanamo et le non-respect des Conventions de Genève par les Etats-Unis. Quant aux prisons secrètes, si leur existence est non seulement plausible mais probable, il manque encore les preuves qui permettraient au gouvernement suisse de condamner publiquement les Etats-Unis. Le fax égyptien ne les apporte pas, citant des informations de seconde main évoquant ce que la presse américaine a affirmé sans être démentie début novembre.

 

Il reste que la CIA est bien un service partenaire du renseignement suisse. Les relations ne semblent toutefois pas au beau fixe, la CIA ayant ouvertement reproché son inefficacité au Service d’analyse et de prévention (SAP) – le renseignement intérieur chargé notamment du contre-terrorisme, rattaché au Département de justice et police. Le SAP se sentirait beaucoup plus d’affinités, ne serait-ce que pour des questions linguistiques, avec le renseignement fédéral allemand, le Bundesnachrichtendienst.

 

Retour en 1947. La CIA voit le jour. Allen Dulles en est l’inspirateur. Il deviendra le directeur de la «Compagnie» en 1953. La nouvelle agence centralise les activités de renseignement à l’extérieur du territoire américain, y compris en Amérique latine, une prérogative réservée jusque-là au FBI.

 

La Guerre froide ouvre une période de collaboration très étroite entre la CIA et les services secrets suisses, dans la lutte contre l’espionnage soviétique. Le célèbre agent double Aldrich Ames, haut fonctionnaire de la CIA qui a travaillé pour Moscou pendant neuf ans, avait plusieurs comptes en Suisse. Un autre agent double, Harold J. Nicholson, rencontrait en Suisse ses contacts russes.

 

Mais la CIA est aussi réputée pour l’agressivité de sa recherche de renseignements et la brutalité ses méthodes, en Amérique latine ou ailleurs. Les Suisses lui ont toujours rappelé les limites de leur propre ordre juridique et de la neutralité. A une reprise, la CIA semble avoir été prise la main dans le sac en Suisse, mais les circonstances précises de l’incident restent inconnues.

 

Après les attentats du 11 septembre, les Suisses ont largement collaboré avec l’ensemble des services américains à la lutte contre le terrorisme. Tout le monde sait que, dans ce contexte, la CIA a décidé de «retirer les gants». En clair, de recourir à tous les moyens pour obtenir des informations. Et comme il ne lui est pas permis d’opérer sur le territoire américain où les lois américaines s’appliquent intégralement, l’idée de délocaliser ses lieux d’interrogatoire n’est finalement pas très originale, même si elle est indéfendable sur le plan du droit et de la morale.

 

Personne, aujourd’hui, ne détient aucun indice que la CIA se serait livrée en Suisse à des exactions semblables à celles dont elle est soupçonnée dans d’autres pays. En Italie, le Parquet attribue aux services américains l’enlèvement à Milan de l’imam égyptien Abou Omar.

 

Quant à José Padilla, il ne semble pas que le sort qui lui a été réservé par les Suisses puisse être qualifié de manifestement illégal. Soupçonné de préparer un attentat à la bombe, ce citoyen américain converti à l’islam a été arrêté en mai 2002 aux Etats-Unis, après avoir transité par la Suisse où il a été interrogé par des membres du SAP, vraisemblablement à la demande des Américains. José Padilla est l’un des rares Américains à avoir été détenu sous le statut de «combattant ennemi». Il est resté enfermé ainsi pendant quelque trois ans avant d’obtenir d’être déféré à un juge. A partir du moment où il s’est embarqué librement à Zurich pour les Etats-Unis, il est difficile de reprocher aux Suisses d’avoir contribué à sa capture.

 

(Source : « Le Temps » (Suisse), le 13.01.2006)


Home – Accueil الرئيسية

Lire aussi ces articles

13 juin 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 1850 du 13.06.2005  archives : www.tunisnews.net جمعية القضاة التونسيين: لائحة المكتب التنفيذي حول الحركة

En savoir plus +

23 novembre 2005

Accueil TUNISNEWS 6 ème année, N° 2012 du 23.11.2005  archives : www.tunisnews.net ATS: Sommet de la société de l’information à Tunis:

En savoir plus +

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.