16 avril 2001

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on reddit

البداية

 

 

 
TUNISNEWS

Nr 347 du 16/04/2001

 

 .

LES TITRES DE CE JOUR:
  1. LE MOUVEMENT ENNAHDHA ANNONCE LE DEBUT D’UNE GREVE DE LA FAIM DANS LES PRISONS TUNISIENNES..

  2. Message du Dr Marzouki aux milliers de médecins qui débattent sur Internet à propos du Boycott des reunions scientifiques en Tunisie

  3. LTDH..LE FEUILLETON JUDICIAIRE CONTINUE..

  4. SOS TUNESIEN : COMMUNIQUE

  5. LE COMMENTAIRE D’UN TUNISIEN FACHE SUR LE FORUM DU CNLT..

  6.  LE « MATIN » ALGERIEN (17 AVRIL 2001)PRETEND QUE BOUTEFLIKA..VIENT A LA RESCOUSSE DE BEN ALI!!!!

  7. DES PARLEMENTAIRES AMERICAINS EN TOURNEE TUNISIENNE...

 

LE MOUVEMENT ENNAHDHA ANNONCE LE DEBUT D’UNE GREVE DE LA FAIM DANS LES PRISONS TUNISIENNES..ET APPELLE A LA SOLIDARITE AVEC PLUS DE MILLE PRISONNIERS POLITIQUES QUI ENTAMENT UNE DEUXIEME DECENNIE DANS LES GEOLES DE BEN ALI!

 

ÈÓã Çááå ÇáÑÍãä ÇáÑÍíã

ÏÚæÉ ááÊÖÇãä ãÚ ÃáÝ ÓÌíä ÇÓáÇãí íÖÑÈæä Úä ÇáØÚÇã

 

 ÇäÞÖÊ ÚÔÑíÉ ßÇãáÉ æÏÎáÊ ÇáËÇäíÉ æáÇ íÒÇá ÃßËÑ ãä ÃáÝ ÓÌíä ÇÓáÇãí ãä ÎíÑÉ ÑÌÇá ÊæäÓ æÔÈÇÈåÇ ÇáæÇÚÏ æßÝÇÁÇÊåÇ ÇáãÊãíÒÉ íÎÖÚæä áÎØÉ ãæÊ ÈØíÁ Ýí ÓÌæä ÊÝÊÞÏ ÍÊì áÃÈÓØ ãÞæãÇÊ ÇáÍíÇÉ ÇáÍíæÇäíÉ ßÇáÛÐÇÁ æÇáåæÇÁ æÇáÏæÇÁ Èáå ãÊØáÈÇÊ ÇáÍíÇÉ ÇáäÝÓíÉ æÇáÇÌÊãÇÚíÉ, áÇ áÐäÈ ÇÞÊÑÝæå ÛíÑ ÅÕÑÇÑåã Úáì ãÇ íØÇáÈ Èå ßá ÇáÈÔÑ æßá ÇáÊæäÓííä ãä ÍÞæÞåã ÇáãÔÑæÚÉ Ýí ÇáÊÚÈíÑ æÇáÊäÙíã æÇáãÔÇÑßÉ Ýí ÇáÔÃä ÇáÚÇã ÅÓåÇãÇ Ýí ÎÏãÉ æØäåã. æÖãä ÎØÉ ÇáãæÊ ÇáÈØíÆ åÐå  áã íßÏ íÓáã ÓÌíä ãä ÇáÅÚÇÞÇÊ æÇáÇãÑÇÖ ÇáãÒãÉ ßÇáÑÈæ ÇáÍÇÏ áÇ ÓíãÇ ãÚ æÖÚ ÇáÚÒáÉ ÇáÊÇãÉ ÇáÊí ÃÎÖÚ áåÇ ãäÐ ÃßËÑ ãä ÚÔÑ ÓäæÇÊ ÇáÚäÇÕÑ ÇáÞíÇÏíÉ ãËá ÇáßÊæÑ ÕÇÏÞ ÔæÑæ æÇáÔíÎ ÇáÍÈíÈ ÇááæÒ æÇáãåäÏÓíä ÍãÇÏí ÇáÌÈÇáí æÚáí ÇáÚÑíÖ ÇáÑÄÓÇÁ ÇáÓÇÈÞíä ááÍÑßÉ…æáÞÏ ÈáÛÊ ÇáÎØÉ ÛÇíÊåÇ ÇáÞÕæì ÝÃÌåÒÊ ÍÊì ÇáÂä Úáì ÇáÚÏíÏ ãä ÇáÓÌäÇÁ ãäåã ÃÚÖÇÁ ãÌáÓ ÇáÔæÑì:ÇáãäÇÖá ÇáÍÞæÞí ÇáÇÓÊÇÐ ÓÍäæä ÇáÌæåÑí ÇáÚÖæ ÇáÓÇÈÞ Ýí ÇáÑÇÈØÉ ÇáÊæäÓíÉ áÍÞæÞ ÇáÇäÓÇä æÇáÔíÎ ãÈÑæß ÇáÒÑä ÇáÚÖæ ÇáÓÇÈÞ Ýí äÞÇÈÉ ÇáÊÚáíã æÃÓÊÇÐÇ ÇáÑíÇÖíÇÊ Úáí äæíÑ æÇÓãÇÚíá ÎãíÑÉ æÃÓÊÇÐ ÇáÊÇÑíÎ ÇáÃÒåÑ ÇáäÚãÇä.æÛíÑåã¡ ÅÖÇÝÉ Çáì ÇáÐíä ÇÓÊÔåÏæÇ ÊÍÊ ÓíÇØ ÇáÌáÇÏíä ãËá ÇáÃÓÊÇÐ ÚÈÏ ÇáÑÄæÝ ÇáÚÑíÈí ÚÖæ ãÌáÓ ÇáÔæÑì æÇáØáÈÉ ÝÊÍí ÇáÎíÇÑí æÝíÕá ÈÑßÇÊ æÛíÑåãÇ..

æÃãÇã Õãã ÇáÓáØÉ Úä ÇáÇÓÊÌÇÈÉ áßá ÇáäÏÇÁÇÊ ÇáãÊÕÇÚÏÉ ãä ÏÇÎá ÇáÈáÇÏ æÎÇÑÌåÇ ÇáãØÇáÈÉ ÈÅÕÏÇÑ ÚÝæ ÊÔÑíÚí ÚÇã íÎáí ÇáÓÌæä, áã íÌÏ ÇáÖÍÇíÇ ÈÏÇ ãä ÃÌá áÝÊ äÙÑ ÇáÑÃí ÇáÚÇã ÇáãÍáí Çáì ãÙáãÊåã ãä ÇááÌæÁ Çáì ÂÎÑ ÓáÇÍ íáÌà ÇáÓÌíä ÇáÓíÇÓí Åáíå ÃáÇ æåæ ÇáÅÖÑÇÈ Úä ÇáØÚÇã ÑÛã ãÖÇÚÝÇÊå ÈÇáÛÉ ÇáÎØæÑÉ Úáì ãÇ ÊÈÞì Ýíåã ãä ÑãÞ ÍíÇÉ.æÝÚáÇ ÝÞÏ ÇäÎÑØæÇ ÇÈÊÏÇÁ ãä Çáíæã (ÇáÃÍÏ) Ýí ÇÖÑÇÈ ÚÇã Ýí ßá ÇáÓÌæä ÇáÊæäÓíÉ¡ãæÌåíä ÇáäÏÇÁ ÇáÍÇÑ Çáì ßá ÇÎæÇäåã æÃÕÏÞÇÆåã Ýí ÇáÏÇÎá æÇáÎÇÑÌ Çáì ÇáÊÚÈíÑ ÇáÌÇÏ æÇáÝÇÚá Úä ãÓÇäÏÊåã áåã Ýí ãÍäÊåã æäÖÇáåã.

æÍÑßÉ ÇáäåÖÉ ÈåÐå ÇáãäÇÓÈÉ:

*ÊÚÈÑ Úä ÊÖÇãäåÇ ÇáßÇãá ãÚ ßá ÇáãÓÇÌíä ÇáÓíÇÓííä æãÚ ßá ÖÍÇíÇ ÇáÞãÚ æãäÇÖáí ÇáÍÑíÉ¡ãØÇáÈÉ ÈÅáÇÎáÇÁ ÇáÚÇÌá ááÓÌæä ÇáÊæäÓíÉ ãä ßá ÓÌíä ÓíÇÓí ÍÊì ÊÔåÏ ÇáÈáÇÏ íæãÇ- áã ÊÔåÏå ãäÐ ÇáÇÓÊÞáÇá- æåí ãÈÑÃÉ ãä åÐå ÇáæÕãÉ æÇáÚÇÑ.æÐáß ÚÈÑ ÇÕÏÇÑ ÚÝæ ÊÔÑíÚí ÚÇã æÇáÊÚæíÖ ááãÓÇÌíä æÃÓÑåã ÚãÇ íãßä Ãä íÚæÖ Úäå.ßãÇ ÊÏÚæ ßá ÇáÞæì ÇáÊÍÑÑíÉ ÇáæØäíÉ æÇáÇÓáÇãíÉ Çáì ÇáÊÚÈíÑ Úä ÊÖÇãäåÇ ÇáßÇãá ãÚ ÖÍÇíÇ ÇáÞãÚ.ÚÈÑ ßá ÇáæÓÇÆá ÇáÓáãíÉ ãËá ÅÕÏÇÑ ÇáÈíÇäÇÊ æÊæÒíÚ ÇáãäÇÔíÑæÅáÞÇÁ ÇáÎØÈ æÇáÊÙÇåÑ æÇáÇÚÊÕÇã æÊÌãíÚ ÇáÚæä áÚÇÆáÇÊ ÇáÖÍÇíÇ ÊÍÓíÓÇ ááÑÃí ÇáÚÇã ÈãÙáãÉ ÊæäÓ.

*ÊÏÚæ ßá ÇáãÄãäíä Çáì ÊßËíÝ ÇáÏÚÇÁ æÇáÐßÑ æÇáÕíÇã æÇáÞíÇã ãÈÊåáíä Çáì Çááå ÇáÚÒíÒ ÇáÑÍíã Ãä íÍÝÙ ÅÎæÇäåã æÃä íÚÌá ÈÊÝÑíÌ ßÑÈÉ Êáßã ÇáÃÓæÏ ÇáÑÇÈÖÉ æÑÇÁ ÇáÞÖÈÇä ÃæáÆß ÇáÐíä ÈáÛ ÃÈäÇÄåã ÇáÍáã æåã ÞÏ ÊÑßæåã Ýí ÇáãåÏ ãä Ïæä Ãä íäÚãæÇ ÈãÚÇäÞÊåã áÍÙÉ

*ÊØÇáÈ ÈæÞÝ ÇáãÍÇßãÇÊ ãËá ÇáãÍÇßãÉ ÇáÌÇÑíÉ áÍæÇáí 50ãÚÊÞá ÇÓáÇãí ãäåã ÇáäÞÇÈí ÇáÇÓÊÇÐ ÃÍãÏ ÇáÚÇãÑí¡æßÐÇ æÖÚ ÍÏ áÍÇáÉ ÇáÍÕÇÑ æÇáÊÌæíÚ ÇáãÝÑæÖÉ Úáì ÂáÇÝ ÇáÓÌäÇÁ ÇáÓÇÈÞíä.

ÞÇá ÊÚÇáì: »ÝÓæÝ ÊÚáãæä ãä Êßæä áå ÚÇÞÈÉ ÇáÏÇÑ Åäå áÇ íÝáÍ ÇáÙÇáãæä »

Úä ÍÑßÉ ÇáäåÖÉ

ÇáÔíÎ ÑÇÔÏ ÇáÛäæÔí

22 ãÍÑã 1422 / 15 ÃÝÑíá 2001

 

Dr. MONCEF MARZOUKI EXPRIME SA GRATITUDE AUX MEDECINS EUROPEENS ENGAGES DANS SA DEFENSE…VOICI SA REPONSE AU MAIL ENVOYE CES DERNIERS JOURS..

Message du Dr Marzouki aux milliers de médecins qui débattent sur Internet à propos du Boycott des reunions scientifiques en Tunisie .
chers collegues
Chaque fois que j’ai accés à Internet , c’est une formidable bouffée d’oxygene .
Vite avant que la liaison soit interrompue .

1-toute ma gratitude. pour votre solidarité .

2-mon accord total avec la synthese faite par Virginie Halley Desfontaines .

Le boycott , en general , touche ceux qui n’y sont pour rien , et à un effet quasi -nul sur ceux qu’il devrait toucher .
Les exemples abondent dans les domaines politiques , économiques , à de rares exceptions comme l’Afrique du sud de l’appartheid .
Le probleme aujourd’hui est de cibler le boycott , de le concentrer à la maniere d’un faisceau lazer sur les dictateurs et leurs acolytes .
Les ONG des droits de l’homme travaillent sur ces problematiques et c’est une voie royale pour baisser d’un cran la morgue , d’individus qui savent que l’impunité c’est fini.
Soyez donc les bienvenus dans mon pays .

Bien à vous

 Moncef Marzouki

 

Ligue tunisienne pour la defense des droits de l’Homme / infos-express

La cour d’appel de Tunis a examiné aujourd’hui 16 avril 2001 l’appel interjeté par la ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme contre le jugement au fond  se rapportant à l’annulation des travaux et décisions du 5eme congrès 27/28/29octobre 2001 et a décidé de repoussé l’affaire au 30 avril 2001.
Etaient présent un grand  nombre d’avocats des observateurs d’Ong et des diplomates (suéde.Belgique grande bretagne ;Usa et des représentants des partis politiques et des Ong tunisiennes. 

 
LTDH..LE FEUILLETON JUDICIAIRE CONTINUE..

APF, le 16 avril 2001 à 19h55

  

Tunisie: l’affaire de la LTDH renvoyée au 30 avril

   TUNIS (AP) — La cour d’appel de Tunis a renvoyé lundi au 30 avril l’examen de l’appel déposé par le comité directeur de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme (LTDH), a annoncé lundi à l’Associated Press Me Mokhtar Trifi, président du comité.
   Cet appel survient après le jugement du 12 février dernier dans lequel, au terme de plus trois mois de guerre procédurale, la justice avait décidé d’invalider la nouvelle direction de la LTDH et d’annuler toutes ses décisions depuis son élection en octobre 2000.
   Saisi par quatre membres contestataires de la LTDH, le tribunal de première instance de Tunis avait en effet jugé nul et non avenu le 5e congrès de la Ligue qui avait été marqué par l’élection d’une nouvelle direction « radicale » et clairement hostile à la politique du régime tunisien en matière de libertés publiques.
   Cette tendance « radicale » est notamment issue de l’extrême-gauche tunisienne et de la mouvance islamiste interdite, alors que le parti au pouvoir du président Zine el Abidine Ben Ali, le Rassemblement
constitutionnel démocratique (RCD), était pour la première fois exclu de la nouvelle équipe dirigeante.
   Me Trifi considère que le procès intenté contre la nouvelle direction de la LTDH est « une affaire politique » sous couvert de contestation juridique.

AP

 
SOS TUNESIEN EST UNE ONG TUNISIENNE BASEE EN ALLEMAGNE. ELLE FAIT SA LECTURE DE LA DETERIORATION DE LA SITUATION DFES DROITS DE L’HOMME DANS LE PAYS. COMMUNIQUE

COMMUNIQUE

La situation des droits de l´Homme en Tunisie ne cesse de se déteriorer, cela fait plus d´une décennie. La propagande officielle a réussi à camoufler la réalité en utilisant un discours angoissant concernant l´avenir du pays faisant aligner plusieurs forces ou groupements politiques à l´interieur du pays ou à son exterieur. L´évolution des évênements dans les pays voisins, l´arrivé des nouveaux medias (parabol et internet) ont donné une nouvelle situation differente de celle de quelques années précedentes.

Le mot d´ordre « silence on torture » ne passe plus, le temps des agressions et des tortures jusqu´à la mort sans conséquences ni enquêtes est dépassé. Tout d´un coup on découvre une réalité plus alarmante qu´on s´y attendait.

La ligue Tunisienne des Droits de l´Homme qui s´est vu geler ses activités par les autorités politiques du pays depuis 1992, a réussi un congrés démocratique en décembre dernier avec l´élection d´une nouvelle direction qui n´est pas dépendante du régime, ce qui n´a pas plu aux autorités, qui ont réagi rapidement par l´annulation du congrés pour marginaliser de nouveau la « LTDH » exactement le même processus déja entamé avec le syndicat des travailleurs (UGTT).

Les condamnations politiques n´ont jamais cessé, les mois précédents étaient très chargés par de lourdes peines pour des prisonniers d´opinions. La liste est longue (voir le calendrier préparé par Adel Arfaoui-LTDH-). Pour le mois d´avril on attend encore le jugement du syndicaliste Laamari qui est arrêté depuis plus de deux ans, ainsi qu´une soixantaine de miltants politiques..

La séparation des pouvoirs n´a jamais perdu de son sens comme ces derniers temps, le cas flagrant du non respect de ce principe est le cas du maitre Najib Hosni, un défenseur de militants d´opinion qui s´est vu interdire la pratique de sa fonction, et lui même condamné -une nouvelle fois- à six ans de prisons.

Les femmes ont toujours été utilisées par le pouvoir comme signe d´évolution et d´émancipation, pour contourner une réalité triste qui prouve le contraire. Les femmes sont devenues un objet de décors, on peut remarquer cela dans tous les medias officiels, alors que les vrais défenseurs de la cause féminine sont agressées et menacées presque quotidiennement (les cas de Sihem Ben Sedrine, Khedija Cherif, Souhayr Belhassen…).

A la fin, les prisonniers politiques que personne ne peut évaluer leur nombre militent toujours pour le minimum nécessaire de survie; Avant deux ans lors de sa visite en france, le président tunisien a nié l´éxistence de prisonniers d´opinion, alors que les géoles sont surpeuplées -voir le rapport de mars dernier du CNLT- où la mort lente dans des conditions inhumaines ou dans l´isolation totale. Ces prisonniers ont à maintes reprises protester contre leurs conditions incarcérales surtout par la grêve de la faim, la dernière en date est dans la prison de Mahdia, alors que d´autres informations confirment la rentrée de plus de milles prisonniers d´opinion en grêve de la faim.

SOS Tunisie rappelle que l´évolution de la situation devrait passer par le respect de la dignité humaine. Sans cela c´est l´impasse ou la fuite en avant.

La séparation des pouvoirs, le recours à la légitimité par la légalisation de la Ligue (LTDH) et la reconnaissance des associations indépendantes, la libérations des prisonniers d´opinions sont les demandes les plus urgentes. Un pas décisif, courageux et rapide des autorités les plus hautes peut amorcer une situation de plus en plus alarmante, dans le cas échéant la stabilité qu´a réjoui la Tunisie est mise en cause.

Noureddine Khemiri

16.04.2001

SOS Tunesien

 
LE COMMENTAIRE D’UN TUNISIEN FACHE SUR LE FORUM DU CNLT..

Le Juge qui s’expose et expose le système Judiciaire Tunisien!


Je ne vais vraiment pas beaucoup écrire sur ce sujet, bien que cette affaire va couler beaucoup d’encre, certainement plus qu’elle en mérite. Mais comme d’habitude les bonnes leçons sont faciles a ignorer. Il y a des collègues ici qui ont déjà touche a ça, mais je vais me permettre de faire le synthèse suivant :

1) On sait déjà que le juges Tunisiens doivent être sans conscience pour continuer a faire leurs boulot. Ils ont été utilisés comme un outil par la tyrannie officielle, et ils ont appris à ignorer la loi, la constitution, et même leur humanité pour préserver leur poste. Un juge Tunisien qui voit un homme torturé sauvagement et lui inflige une sentence de 20 ans parcequ’il a reçu des instructions d’en haut, n’est pas un ordinaire. C’est déjà un criminel.
2) Le fait qu’un juge commette cette indécence n’est pas surprenant du tout pour la plupart des Tunisiens. C’est un sujet pour en rire peut être, mais aussi c’est un fait qui nous rappelle cette vérité qu’on essaie d’oublier, que la loi en Tunisie, comme le gouvernement est entre les mains de voyous sans sens d’éthique ou même de mœurs. Leur niveau moral est au dessous de celui de l’Amérique même bon sens.
3) Les Américains trouvent ça drôle, et ils se moquent de l’excuse que cet homme a eu comme défense, Ghariani ne connaissait pas si c’est permis aux EU ! Comme s’il est la pour tester tous les limites de la liberte dans ce pays. Il croyait peut être qu’en Amérique on agit comme aux films pornographique (c’est peut être ce que son avocat a voulu dire par la pop culture). Un juge qui est entrainé a tuer la liberté des gens a certainement de la diffuculté a comprendre la notion de la liberté. Pour lui, si on ne tue pas la liberté des gens ils vont agir comme des animaux, comme lui !
4) Est ce un cas typique pour les Tunisiens ? NON et 1000 non, Il y a des milliers de Tunisiens en Amerique et je ne pense pas que beaucoup d’entre eux ont songé de faire un  » Gahariani. » C’est vraiment juste que la première fois qu’on entend de ça (bien que je sais que des Tunisiens moins  » honorables  » auraient été ignoré par la presse), c’est avec un juge. C’est la justice providentielle : ça montre aux gens qui est en train d’être le juge passeur de la sentence contre notre peuple : des criminels sans valeurs, tous comme leurs maîtres!

Moutfarrej Faris
15/04/2001

Moutfarrej Faris
15/04/2001


POUR LIRE PLUS DE COMMENTAIRES… VOIR LES INTERVENTIONS SUR LE FORUM DU CNLT:
http://pub20.bravenet.com/forum/show.asp?usernum=1674650881&cpv=1

 
LE « MATIN » ALGERIEN (17 AVRIL 2001)PRETEND QUE BOUTEFLIKA..VIENT A LA RESCOUSSE DE BEN ALI!!!!

L’ancien ministre tunisien de l’Education empêché d’assister au colloque sur saint Augustin

Bouteflika à la rescousse de Ben Ali

      De concert avec le régime tunisien, les autorités algériennes ont clairement affirmé à l’ex-ministre tunisien de l’Education, Mohamed Charfi, qu’il était persona non grata au colloque sur saint Augustin. Ce n’est pas la première fois que les autorités algériennes soutiennent le régime de Ben Ali pour resserrer l’étau sur les opposants tunisiens.

      Lors du colloque sur saint Augustin, qui s’est tenu du 1er au 7 avril à Alger, manquait un invité de marque : Mohamed Charfi, ex-ministre tunisien de l’Education (1989-1994), actuellement professeur de droit à la faculté de Tunis. Sollicité pour faire une communication sur les origines de saint Augustin, Mohamed Charfi s’est attelé à la préparer mais pour une question d’honneur, a préféré ne pas assister au colloque. Car les autorités algériennes lui ont clairement signifié qu’il était persona non grata.
      Quelques jours avant ce rendez-vous, organisé sous le patronage de la Présidence de la République, Mohamed Charfi est « convoqué » par le chargé d’affaires de l’ambassade d’Algérie à Tunis pour une entrevue. Contacté par téléphone, M. Charfi nous a expliqué que le chargé d’affaires lui a explicitement dit qu’il était préférable pour lui de ne pas se rendre à Alger. « Le chargé d’affaires m’a expliqué que du fait d’avoir signé le Manifeste sur les libertés en Tunisie, (Lire Le Matin du 7 avril 2001) j’allais être assailli par les journalistes algériens et que cela reléguerait le colloque sur saint Augustin au second plan. Il a laissé entendre que cela était dans mon intérêt ». L’argument n’a pas convaincu M. Charfi pour qui l’affaire est devenue une question d’amour-propre et a préféré ne pas faire le déplacement.
      Mohamed Charfi ne s’est distingué par aucune critique contre le pouvoir algérien. Le manifeste qu’il a signé et l’interview qu’il a accordée au journal Le Monde, dans l’édition du 28 février 2001, sont des dénonciations des dérives autoritaires du régime tunisien et un appel au départ du Président Zine El Abidine Ben Ali. Connu pour avoir introduit des réformes pour moderniser l’Ecole tunisienne, Mohamed Charfi a, à plusieurs reprises, été sollicité en Algérie pour participer aux débats sur la réforme du système éducatif national.
      Des invitations auxquelles il a répondu positivement. Cela bien avant qu’il ne radicalise sa position à l’égard du régime tunisien. M. Charfi n’a pas souhaité interpréter le geste des autorités algériennes, mais tout porte à croire que ces dernières ont pris cette décision de concert avec le régime tunisien. Au point où Abdelaziz Bouteflika a dû annuler une entrevue avec M. Charfi. Cette connivence entre les pouvoirs est apparue au grand jour dans un passé récent, notamment lors de la visite qu’avait projeté de faire le journaliste Taoufik Ben Brik à Alger, après un séjour à Paris.
      A l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le personnel d’Air Algérie lui a interdit d’embarquer. De manière plus subtile, l’épisode a été réédité avec Mohamed Charfi qui, pourtant, ne voulait qu’évoquer la période passée par saint Augustin en Tunisie.
      Les opposants tunisiens font face à la nature des régimes algérien et tunisien, solidaires face à l’opposition. Le manifeste, publié à l’occasion du 45e anniversaire de l’indépendance de la Tunisie, a été signé par 93 personnalités. Parmi elles Mokhtar Triffi, président de la Ligue tunisienne des droits de l’Homme, Moncef Marzouki, membre du Comité national pour les libertés en Tunisie, Chawki Tebib, président de l’Association des jeunes avocats tunisiens, ainsi que de nombreux universitaires. Au-delà du constat sur la détérioration de la situation des libertés, bien connue, les signataires ont mis en garde le Président Ben Ali contre « la velléité de vouloir briguer un troisième mandat », car en 2004 ses deux mandats auront expiré et la Constitution tunisienne lui interdit de se porter de nouveau candidat . Ben Ali sera-t-il tenté par une modification de la Constitution pour faire sauter ce verrou ? Cela semble déjà être le cas.
      Le 20 mars dernier, date du 45e anniversaire de l’indépendance de la Tunisie, des tee-shirts et des slogans annonçaient : « Ben Ali pour l’éternité ! » Selon certaines informations, Ben Ali allait annoncer « un référendum pour modifier la Constitution » mais qu’il se serait « rétracté » in extremis. L’exercice reste périlleux pour le pouvoir tunisien, qui fait face à une opposition tunisienne de plus en plus active, aux attaques des ONG internationales et aux critiques des gouvernements occidentaux.
Amar H
.

 
DES PARLEMENTAIRES AMERICAINS EN TOURNEE TUNISIENNE...

US lawmakers, on African tour, visit Tunisia

TUNIS, April 15 (AFP) – A delegation from the US House of Representatives has begun a three-day visit to Tunisia on the third leg of an African tour, officials said Sunday.

The 11 lawmakers led by House Speaker Dennis Hastert arrived Saturday and were to hold talks with Tunisian officials including Foreign Minister Habib Ben Yahia on bilateral relations and international issues.

It is the eighth such mission to Tunisia since 1998.

The Tunisian news agency TAP said the visit « reflects the political will of the United States to underscore Tunisia’s position as a friend in the region. »

The mission has also taken the lawmakers, both Republicans and Democrats, to South Africa and Kenya. They will make a final stop in Nigeria starting Tuesday.

 
Liste publiée grâce à l’aide excquise de l’association :
Freedoms Friends  Box 62 127 22 Skärholmen  Sweden
Tel/:(46) 8- 4648308 e-mail: fvf@swipnet.se



Get Your Private, Free E-mail from MSN Hotmail at http://www.hotmail.com.

Yahoo! Groups Sponsor
www.newaydirect.com

To Subscribe send an email to:  TUNISNEWS-subscribe@yahoogroups.com 
To Unsubscribe send an email to:  TUNISNEWS-unsubscribe@yahoogroups.com 
URL to this page: http://www.groups.yahoo.com/group/TUNISNEWS

L’utilisation du service Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des Conditions d’utilisation.

البداية

أعداد أخرى مُتاحة

2 septembre 2004

Accueil TUNISNEWS   5 ème année, N° 1566 du 02.09.2004  archives : www.tunisnews.net المجلس الوطني للحريات بـتونس: بيـــان مرصد حرية الصحافة

+ لمعرفة المزيد

Langue / لغة

Sélectionnez la langue dans laquelle vous souhaitez lire les articles du site.

حدد اللغة التي تريد قراءة المنشورات بها على موقع الويب.